Version classiqueVersion mobile

Vaincre la tuberculose (1879-1939)

 | 
Stéphane Henry

Troisième partie. Protéger, isoler, vacciner

Chapitre 7. Au cœur des sanatoriums normands

Texte intégral

Le sanatorium d’Oissel : de l’établissement rouennais au sanatorium départemental

Élargir sa clientèle pour assurer sa pérennisation

1Au sortir de la guerre, le sanatorium d’Oissel est déjà installé depuis plus d’une dizaine d’années dans la banlieue rouennaise. Exclusivement réservé aux femmes avant-guerre, puis réquisitionné pour accueillir les militaires pendant la guerre et devenu par la même occasion l’hôpital B no 36 bis, le sanatorium a déjà prouvé son utilité et sa capacité à s’adapter rapidement aux situations d’urgence. Cette disposition est d’autant plus remarquable que sa fondation et sa direction étaient déléguées à une association. Mais, la guerre terminée, les entrées d’argent deviennent plus rares et les finances commencent déjà à manquer, ne serait-ce que pour assurer son fonctionnement. Si des subventions d’aménagements sont bien versées par le conseil général, les dons, legs et cotisations des membres de l’association qui représentent encore la majorité des fonds recueillis en 1919 ne suffisent plus. La même année, la loi Honnorat oblige le département à réorganiser ses services de santé. Conscient des difficultés de l’association pour faire face seule à l’extension du sanatorium et à la progression obligatoire des charges de l’établissement, le préfet Charles Lallemand, propose à ses membres que le sanatorium entre dans le giron d’un organisme départemental. Ces derniers, bien que défiants sur les véritables intentions des élus, n’ont d’autre choix que d’accepter cette proposition. Encore une fois, Charles Lallemand fait preuve d’un sens avéré de la négociation et de la conciliation. Le préfet défend les intérêts de l’association qui se pérennise et par la même occasion les intérêts de son département, puisque les élus n’ont pas à envisager de lourdes dépenses pour édifier un établissement à part entière. Le département s’appuie sur l’Office public départemental d’hygiène sociale, organisme capable de gérer les finances du sanatorium. Le préfet annonce l’affiliation entre le sanatorium et l’office en ces termes :

  • 1 ADSM, 1 NP 136, délib. C. G. (1920), séance du 30 septembre 1920, rapport de M. le Préfet, M. Charl (...)

Dès 1899, […] l’œuvre du Sanatorium rouennais […] a poursuivi la création à Oissel […] d’un sanatorium dont le développement a été facilité par des subventions importantes du département et de l’État. À l’occasion de ce concours financier et pour assurer la continuité d’un service aussi essentiel, il a été convenu entre l’œuvre du Sanatorium rouennais et le département que ce dernier prendrait en main le sanatorium d’Oissel si la première convenait à éprouver de trop grandes difficultés pour le maintenir en fonctionnement […] Le rattachement de l’œuvre du Sanatorium rouennais à l’Office Public Départemental d’Hygiène Sociale est apparu comme la meilleure solution, l’Office préposé par le Conseil Général à la lutte contre la tuberculose, pouvant aider, guider et contrôler l’œuvre dans des conditions à la fois plus souples et plus effectives que l’Administration préfectorale et en respectant son autonomie et son caractère d’institution privée1.

  • 2 On constate dès 1919 que le conseil d’administration de l’Œuvre du sanatorium rouennais dirigé par (...)
  • 3 Œuvre du sanatorium rouennais, « Ouverture d’un service annexe à Saint-Étienne-du-Rouvray, le 15 dé (...)

2Une fois rattaché au département, les finances de l’établissement sont rééquilibrées. Une nouvelle ère s’ouvre alors, où le concept d’autonomie, revendiqué dans le discours par les dirigeants de l’association et soutenu par le préfet, n’offre finalement qu’une façade aux véritables intentions des élus. En contrepartie de ces généreux financements, le département impose rapidement un droit de regard sur la politique du sanatorium2. Leur première revendication concerne les patients ; en clair, les élus souhaitent que seuls les malades masculins y soient internés, car ils sont majoritairement touchés par la tuberculose. Cette proposition est retenue sans opposition par les membres de l’association qui se rendent à l’évidence que la direction des opérations leur échappe progressivement. De ce fait, puisque aucune organisation n’est en mesure d’assumer la tâche d’hospitaliser les femmes tuberculeuses dans la région, l’administration préfectorale propose à l’Œuvre du sanatorium rouennais de gérer provisoirement l’ancienne station sanitaire de Saint-Étienne-du-Rouvray pour y recevoir, dès décembre 1919, cette catégorie de malades. Par contre, les élus ont bien conscience que cette situation ne peut être que temporaire. Faut-il rappeler que la station sanitaire était déjà insalubre lorsqu’elle logeait les militaires ? Ainsi, il est dit que « dès que les circonstances le permettront, [cette installation] cèdera la place à une organisation en voie d’étude qui sera plus conforme aux nécessités de la cure sanatoriale3 ». On constate un effet néfaste de la loi Honnorat ; celle-ci oblige en effet les départements à agir dans la précipitation en réutilisant les anciennes stations sanitaires. Cette méthode implique donc une application de la loi peu conforme aux exigences sanitaires des prescriptions. Autrement dit, comment espérer guérir de la tuberculose dans un environnement malsain ?

  • 4 ADSM, 1 NP 137, délib. C. G. (1921), séance du 6 mai 1921, déclaration de M. Cauche.
  • 5 « Département de Seine-Inférieure », Bulletin du Comité national de défense contre la tuberculose, (...)

3Si les propositions qui émanent du préfet Lallemand sont le plus souvent plébiscitées, la question de l’hospitalisation des tuberculeux fait figure d’exception. Ainsi, quelques voix s’élèvent pour dénoncer les financements trop imposants qu’implique la lutte antituberculeuse et sont partisans d’étaler les efforts dans le temps. C’est le cas d’un des membres du conseil général, M. Cauche, qui rappelle que la loi Honnorat donne un délai de cinq ans pour loger les tuberculeux du département ; pour lui, rien ne presse : « si la loi Honnorat nous oblige à construire une maison pour femmes tuberculeuses, il ne faut pas oublier qu’elle a prévu un délai de 5 ans. Donc, légalement, nous ne sommes pas obligés de la réaliser dès maintenant4. » Soumise au vote, sa proposition est rejetée et l’assemblée décide de poursuivre la lutte contre la tuberculose telle qu’elle est entreprise, notamment dans la voix des réalisations, par 20 voix contre 6. Ces premiers griefs entendus dès 1921 montrent cependant que des voix discordantes commencent à s’élever. Il faut d’ailleurs attendre plus de deux ans pour obtenir le rapatriement effectif des femmes vers le sanatorium d’Oissel, preuve de la complexité du dossier. Si bien qu’entre 1919 et 1922, le sanatorium d’Oissel dispose de 130 lits pour les hommes et le sanatorium provisoire de Saint-Étienne-du-Rouvray de 50 lits pour les femmes5.

  • 6 ADSM, 1 NP 137, délib. C. G. (1921), séance du 6 mai 1921, rapport de M. le Préfet, M. Charles Lall (...)
  • 7 Marc Boulanger, Les hôpitaux de Rouen…, op. cit., p. 283.
  • 8 ADSM, 1 XP 1482, sanatorium d’Oissel, affaires diverses. Œuvre du sanatorium rouennais, exposé et d (...)
  • 9 Article 8, daté du 10 août 1920.
  • 10 Jean-Bernard Cremnitzer, Architecture et santé…, op. cit., p. 20.

4Le pavillon des femmes est inauguré au début de l’année 1922 et fait partie d’un vaste plan de rénovation du sanatorium6. Le département débourse la somme de 250 000 francs rien que pour cette nouvelle réalisation et 440 000 francs pour la réhabilitation du pavillon réservé aux hommes. Quinze ans après son ouverture, le sanatorium d’Oissel devient donc mixte, tout du moins dans les faits. Les hommes et les femmes sont logés dans deux pavillons avec deux entrées et deux aires de promenades distinctes. Le second pavillon est construit à l’est du premier7, à plus de 100 mètres de distance, la route principale séparant les deux édifices. Dans chaque section, les bâtiments sont disposés de telle sorte que les galeries de cure sont orientées vers le sud et en même temps protégées des vents d’ouest8. Même réunis sur un même lieu, cette stricte séparation des sexes empêche les malades de songer à autre chose qu’à la cure elle-même. Cette volonté est en fait une disposition réclamée par l’État lors du décret d’application de la loi Honnorat du 10 août 1920. En effet, l’article 8 de ce décret préconise « une division de l’espace par sexe9 », ce qui sous-entend la création de deux établissements séparés avec deux zones de vie distinctes où les hommes et les femmes ne pourront pas entrer en contact durant leur cure. Là encore, les hygiénistes marquent de leurs empreintes les caractéristiques inhérentes au sanatorium : « il s’agit avant tout d’instaurer une morale hygiéniste [pour les tuberculeux] qui interdit tout effort physique contraire à la cure de repos10. »

5La mixité est un élément de la départementalisation du sanatorium. Un autre élément concerne la domiciliation des malades. Alors que le sanatorium pouvait se targuer d’être familial avant la guerre, avec peu de lits disponibles et des malades pour la plupart rouennais, les tuberculeux proviennent à présent de tout le département et même d’autres contrées françaises. À ce sujet, la municipalité havraise est la première ville à élaborer une collaboration avec le département afin de réserver quelques lits pour ses administrés dépistés au dispensaire Brouardel comme l’indique le maire, Pierre-François Morgand :

  • 11 AM du Havre, délibérations du conseil municipal du Havre, séance du 3 octobre 1919.

Tous les tuberculeux du Havre privés de ressources ne peuvent bénéficier d’un traitement dans nos établissements hospitaliers, il importe cependant que les malades dont la guérison est susceptible d’être obtenue reçoivent les soins que nécessite leur état. Nous vous demandons donc de fixer à 20, c’est le nombre des lits mis à la disposition de la Ville au sanatorium d’Oissel, le chiffre des tuberculeux à faire admettre dans cet établissement11.

  • 12 ADSM, 1 XP 1485, stations sanitaires, pochette sanatorium d’Oissel, instructions diverses. Lettre d (...)
  • 13 ADSM, 1 XP 1482, sanatorium d’Oissel, affaires diverses. Œuvre du sanatorium rouennais, exposé et d (...)

6Mais les requêtes vont bien au-delà des frontières départementales. Le préfet reçoit ainsi des demandes de traités de départements français qui n’ont pas sur leur territoire d’influence d’endroits propres à l’hospitalisation des tuberculeux (Nièvre, Haute-Marne, Seine, Meuse, Côtes-du-Nord, Eure-et-Loir, Vosges, etc.) Pourtant, Charles Lallemand répond dans un premier temps par la négative, car, selon lui, « l’obligation de satisfaire à l’admission d’un fort contingent de malades de la Seine-Inférieure, s’oppose à ce qu’il soit passé des traités avec d’autres départements pour un nombre de lits déterminés12 ». Par ces termes, il octroie la primauté de l’hospitalisation aux malades de Seine-Inférieure. Il accorde simplement aux autres départements le droit de fournir des demandes individuelles ; une dizaine de lits reste ainsi à disposition de malades originaires de départements étrangers. Cette volonté préfectorale, sorte de « protectionnisme sanitaire », ne persiste pas bien longtemps et plus encore après le départ de Lallemand. Progressivement, le sanatorium, récemment « départementalisé », se « nationalise ». En 1924, il est déjà signalé qu’il reçoit des malades originaires des départements du Nord, de la Manche, de l’Eure et du Morbihan13. L’ouverture se fait encore plus large les années suivantes, ce qui démontre la difficulté pour les départements de placer les malades dans leurs propres sanatoriums. Nul doute aussi que les préfets qui ont succédé à Lallemand et la direction de l’établissement auront fatalement succombé à l’avantage financier procuré par ces départements.

Tableau 41. Département d’origine des malades hospitalisés au sanatorium d’Oissel en 1930*

Départements

Femmes

Hommes

Total

 %

Seine-Inférieure

119

111

230

64,60 %

Pas-de-Calais

15

8

23

6,46 %

Nièvre

14

5

19

5,34 %

Ille-et-Vilaine

9

7

16

4,50 %

Eure

9

4

13

3,65 %

Calvados

11

1

12

3,37 %

Nord

4

4

8

2,25 %

Mayenne

7

/

7

1,97 %

Manche

5

1

6

1,69 %

Somme

5

1

6

1,69 %

Orne

4

1

5

1,40 %

Seine

2

/

2

0,56 %

Seine-et-Oise

/

2

2

0,56 %

Corrèze

/

2

2

0,56 %

Deux-Sèvres

2

/

2

0,56 %

Marne

/

1

1

0,28 %

Yonne

/

1

1

0,28 %

Basses-Pyrénées

1

/

1

0,28 %

Totaux

207

149

356

100 %

*Source : E. de Lignerolles, « Sanatoriums de la forêt du Rouvray, compte rendu moral de l’année 1930 », La Normandie médicale, no 9, septembre 1931, p. 253-255.

  • 14 Étienne Bernard, Tuberculose et médecine sociale, Paris, Masson et Cie, 1938.
  • 15 AMES, 5 Q ELB116 : Assistance médicale aux tuberculeux : liste, frais établissements (1925-1929), p (...)

7Seulement deux tiers des pensionnaires proviennent de Seine-Inférieure en 1930. Le reste de la population sanatoriale vient pour la plupart de départements limitrophes (Eure, Somme), de la Basse-Normandie (Calvados, Manche, Orne), du Nord de la France (Nord, Pas-de-Calais), de la partie est de la Bretagne (Ille-et-Vilaine, Mayenne) et de la région parisienne. Parmi les départements les plus éloignés, seul celui de la Nièvre envoie un nombre conséquent de ses malades à Oissel. Pour autant, plusieurs questions subsistent. Pourquoi le sanatorium d’Oissel hospitalise-t-il seulement 230 hommes et femmes domiciliés en Seine-Inférieure en 1930, alors que 469 patients des dispensaires et centres d’examen du département ont été diagnostiqués comme tuberculeux pulmonaires en 1929 ? Pourquoi ne pas réserver tous les lits pour les tuberculeux du département déjà fort nombreux ? Quelles sont les raisons profondes qui poussent le sanatorium à recueillir un tiers de malades venus de tous horizons ? Le manque de places pour accueillir tous les malades est le premier constat louable. En effet, le sanatorium d’Oissel, à lui seul, est incapable de prendre en charge toute la population malade du département. Le contraste est dès lors saisissant entre certains chanceux qui obtiennent un lit et les autres qui continuent de vivre à leur domicile et d’avoir une activité professionnelle. Ce phénomène engendre de nouvelles difficultés. Ainsi, après plusieurs mois, le malade, laissé à lui-même sans soins particuliers, apparaît naturellement dans un état différent de l’état où il était quand on a établi pour lui une proposition de placement14. De plus, les services hospitaliers subissent cette réalité, alors que les sanatoriums devaient en théorie les désengorger rapidement de cette population « encombrante ». La dégradation de l’état de santé de ces malades, susceptibles de disséminer le bacille, est d’ailleurs préjudiciable aux hôpitaux ne disposant pas de services spéciaux. Souvent, lassés d’attendre dans des hôpitaux, ces malades les quittent pour retourner à leur domicile et devenir encore plus dangereux qu’ils ne l’étaient auparavant pour leur famille. Enfin, si par chance le malade, qui a pris son mal en patience, est finalement hospitalisé dans un sanatorium après une longue période d’attente, la durée de son séjour en cure devra être plus longue qu’elle n’eût été après un départ rapide, car on peut penser qu’entre-temps son état se sera dégradé. Les conventions signées entre le département de Seine-Inférieure et plusieurs départements français pour leur garantir un certain nombre de places dans l’établissement sont une autre raison de ce déséquilibre. Ce système de convention est mis en place au milieu des années vingt lorsque le sanatorium d’Oissel commence à devenir une infrastructure imposante et moderne. Nouvellement réservé aux malades du département, le sanatorium accepte également certaines demandes extérieures pour garantir un taux d’occupation maximum. En fait, ces conventions interviennent dans un but essentiellement économique, car ces lits réservés sont payés d’avance par les départements demandeurs et permettent donc d’avoir des lits « rentables ». De plus, l’éloignement de ces malades n’est pas un critère problématique pour l’administration du sanatorium, puisque « tous les frais de voyage des malades sont à leur charge15 ». Une troisième raison peut également être avancée. L’augmentation progressive du prix de journée décourage certaines municipalités de Seine-Inférieure d’hospitaliser les malades domiciliés dans leur commune au sanatorium d’Oissel. Il faut dire que ce prix connaît une augmentation de plus de 500 % entre 1919 et 1939, qu’il faut certes relativiser avec la période d’inflation des années trente, mais qui reste une charge supplémentaire pour les communes. Déjà, entre 1919 et 1921, le prix de journée double après la prise de contrôle du sanatorium par l’Office départemental et passe de 5 à 11 francs.

Tableau 42. Variation du prix de journée au sanatorium d’Oissel

Année

1919

1921

1925

1930

1939

Seine-Inférieure

5

11

14,50

17,50

26

  • 16 Loi du 13 juillet 1893 sur l’assistance médicale gratuite.

8La législation concernant le financement pour un malade du prix de journée dans un établissement de cure est complexe. Tout d’abord sont comptabilisées les dépenses de traitement des établissements c’est-à-dire la somme totale des prix de journée des résidents. De ce total, aux termes de l’article 3 de la loi Honnorat, l’État prend à sa charge la portion de la dépense restant entre le prix de la journée payé dans les sanatoriums et le prix de journée de l’hôpital de rattachement du domicile de secours du malade. Le total restant, après déduction de la part de l’État, est supporté par trois collectivités, les communes de résidence des malades, le département de Seine-Inférieure et l’État, conformément aux barèmes annexés à la loi du 13 juillet 1893. La répartition dépend du domicile de secours du malade, s’il est dit communal, départemental ou d’État. De ce fait, le tuberculeux, seulement s’il était reconnu indigent, était secouru en vertu de la loi du 13 juillet 1893 sur l’assistance médicale gratuite (AMG). Selon cette mesure, « tout français malade, privé de ressources, reçoit gratuitement de la commune, du département ou de l’État, suivant son domicile de secours, l’assistance médicale à domicile ou son hospitalisation dans un établissement hospitalier16 ». Le domicile de secours est acquis par la résidence d’un an au moins sur le territoire d’une commune (domicile de secours communal) ou du département (domicile de secours départemental) dans les deux années qui précèdent la maladie. Si le malade ne peut justifier le nombre d’années de présence nécessaire, son domicile de secours est dit d’État. On constate que ce sont les communes qui ont à supporter la majorité des frais lorsqu’un malade sans ressources, comme le sont la plupart, est placé au sanatorium d’Oissel. Conscient de l’investissement des communes et surtout de leur rôle indispensable pour une bonne régulation des placements, le département cherche aussi à les soulager économiquement ; dans cette perspective, la commission départementale décide dès 1919 que le département subventionnerait largement celles-ci pour les encourager à hospitaliser les tuberculeux curables. C’est ainsi que, pour tout malade admis au sanatorium d’Oissel, la commune bénéficie de la subvention prévue au barème A annexé à l’article 27 de la loi du 15 juillet 1893 sur l’assistance médicale gratuite, d’une subvention départementale égale à la différence des prix de journée payés au sanatorium et à l’hôpital auquel elle est rattachée et d’une subvention départementale complémentaire, quand la durée du séjour du malade au sanatorium et la situation financière le demanderont. Cependant, cette aide départementale reste minime lorsqu’elle est versée. Et finalement, les augmentations perpétuelles du prix de journée entament sérieusement les finances des communes qui n’envoient plus leurs malades. En témoigne l’exemple de la ville du Havre ; après la réservation des 20 lits pour leurs administrés en 1919, 9 premiers malades sont envoyés la même année. L’année suivante, 37 malades y sont hospitalisés, soit en tout 46, sur lesquels 10 décèdent soit au sanatorium, soit après en être sortis. Au 31 décembre 1920, 31 malades restent en traitement. Les dépenses se sont élevées à 4 472 francs en 1919 et 54 228 francs en 1920. Cette élévation a pour cause non seulement un plus grand nombre de malades traités, mais aussi l’accroissement du prix de journée comme le signifient les responsables municipaux :

  • 17 AMLH, délibérations du conseil municipal du Havre en 1921, séance du 22 avril 1921, rapport de la C (...)

Si nous considérons que les malades actuellement en traitement dans les sanatoriums doivent y demeurer pendant la plus grande partie de l’année en cours, ou soient remplacés par d’autres malades, la dépense annuelle serait de plus de 100 000 francs […] L’administration municipale a dû, dans ces conditions, surseoir jusqu’à nouvel ordre à l’envoi de nouveaux malades17.

9Au travers de cet exemple, on constate que la charge financière qui pèse sur les communes est trop lourde et grève leurs budgets. Dès lors, les communes s’efforcent de restreindre leurs envois au sanatorium, notamment les plus importantes en termes de population ; cette disposition laisse nombre de lits vacants, entraînant une rentabilité moins grande pour le sanatorium lui-même, qui se met à réserver des lits pour chaque département qui le souhaite et… qui paye.

  • 18 ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette sanatorium d’Oissel, instructions concernant la créa (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette sanatorium d’Oissel, lettre du ministre du Travail, (...)
  • 21 ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette sanatorium d’Oissel, lettre du ministre de l’Économi (...)
  • 22 Sommes fournies d’après Adolphe Landry, L’hygiène…, op. cit.

10Si les réservations de lits sont accueillies comme une manne financière par la direction, elles obligent néanmoins le sanatorium à réinvestir cet argent pour accroître sa capacité d’accueil. Les aménagements sont rigoureusement encadrés par l’État, qui se charge de contrôler toute nouvelle construction d’une station de cure. Le ministère du Travail, de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociale se montre très pointilleux sur la question et donne des consignes à destination des départements (bâtiment constitué d’ossatures métalliques, de toitures sur charpentes, d’un revêtement extérieur imperméable, d’un isolement contre les bruits extérieurs18…) Les prescriptions d’hygiène sont également source d’instructions précises19. Le domaine du chantier public correspond à une activité très réglementée par les pouvoirs publics. On l’a vu avec les consignes de construction, mais d’une manière plus générale, c’est aussi le cas pour les contrats. Les entreprises françaises du bâtiment accusent un net retard vis-à-vis de la concurrence allemande, dont les méthodes de construction sont résolument plus modernes ; cette réalité pousse certains départements à faire appel au savoir-faire d’outre-Rhin dans leur projet d’aménagement. Pourtant, dans un pays où la première guerre mondiale reste péniblement inscrite dans les mémoires, le gouvernement réprouve très vite ces techniques. Selon le ministre du Travail, de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociale, M. Loucheur, rendu célèbre par sa loi sur les habitations à bon marché, il est préférable de s’en méfier, car « la réalisation de contrats avec les Allemands permet d’intensifier leur propagande commerciale aux dépends de l’industrie nationale20 ». Son confrère, M. Merry, ministre de l’Économie nationale, du Commerce et de l’Industrie, est également un fervent partisan du patriotisme industriel. Alors qu’au début des années trente, les méfaits de la crise financière commencent à avoir des répercussions sur l’économie française, il déclare que « le bénéfice des constructions doit être réservé tout d’abord à l’industrie nationale21 ». De conception allemande, mais de réalisation française, les sanatoriums évoluent et se modernisent, que ce soit dans leurs aménagements ou dans leur capacité comme en témoignent les sommes dépensées par l’État pour leur fondation (d’1 million en 1920 à 40 millions en 193022). Le sanatorium d’Oissel n’échappe pas à la règle et, sous l’égide de l’architecte départemental, M. Peulevey, augmente encore sa capacité à 130 lits pour les femmes et 81 lits pour les hommes dans les années trente. Sous cet aspect, le sanatorium semble avoir réussi son adaptation. Petite structure rouennaise avant guerre, puis prise sous la coupe du département et sauvée de la faillite financière, celui-ci en a fait plus qu’un sanatorium départemental, puisque certains curistes n’hésitent pas à parcourir plusieurs centaines de kilomètres pour y effectuer un séjour. Néanmoins, cet établissement garde une capacité à peine suffisante pour satisfaire aux demandes. Ainsi, moins de la moitié des patients diagnostiqués tuberculeux dans les dispensaires de Seine-Inférieure suivent effectivement une cure à Oissel.

Analyse critique des résultats du sanatorium d’Oissel

  • 23 Jules Héricourt, Les maladies des sociétés…, op. cit., p. 40.
  • 24 Véronique Faury, La lutte contre la tuberculose…, op. cit.

11Les résultats qui nous sont parvenus concernant l’aspect thérapeutique du sanatorium d’Oissel sont assez rares, comme pour la plupart des sanatoriums français. Il faut bien comprendre que le secret entourait ces établissements. Cependant, le docteur de Lignerolles, médecin-directeur, rédige un rapport particulièrement complet en 1930. À cette date, le sanatorium a atteint le cap de la maturité. D’une précieuse utilité, ces données nous accordent des renseignements de l’incidence de la cure sur la santé des malades. Beaucoup d’études contemporaines ont critiqué vigoureusement la politique sanatoriale dans son ensemble et remis en cause ses résultats thérapeutiques. Le sanatorium y est assimilé à une œuvre quasi inutile, qui a plus coûté au peuple que guéri de malades : « une œuvre philanthropique d’une utilité contestable » pour Jules Héricourt23 ou une cure sanatoriale « totalement inefficace sur le plan thérapeutique, parfois aggravante » pour Véronique Faury24. Néanmoins, la plupart de ces études critiques ne nous donnent pas de résultats chiffrés, car les chercheurs eux-mêmes n’en possèdent pas. Ils se basent souvent sur des témoignages d’acteurs politiques, médicaux et parfois de malades critiquant eux-mêmes l’aspect sanatorial. Les croisements de données sont rares. Au-delà des statistiques fournies, le regard de l’historien doit aussi se détacher d’une réalité parfois enjolivée par les médecins directeurs ou critiquée par les malades.

L’évolution des dispositifs d’entrée des malades au sanatorium

  • 25 Dominique Dessertine, Olivier Faure, « Malades et sanatoriums… », op. cit., p. 221.
  • 26 ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette sanatorium d’Oissel, compte rendu moral et financier (...)
  • 27 Ibid.

12Auparavant soumis à l’appréciation des médecins libéraux ou du bon vouloir des malades, l’admission des malades en sanatorium subit une refonte après la guerre ; en effet, en Seine-Inférieure, avec la prolifération des centres d’examen, on assiste à 150 à 250 envois par an entre 1925 et 1936. Ces malades sont-ils parfaitement justiciables de la cure en sanatorium ? Il faut rappeler à ce sujet que le premier décret qui suit la loi Honnorat stipule que seuls les malades curables y seront admis. Rappelons aussi que tous ces centres ne disposent pas dans un premier temps de matériel radiographique permettant d’effectuer un diagnostic fiable. Il faut en fait attendre 1939 pour qu’une circulaire du ministère de la Santé publique indique l’intérêt non négligeable pour un dispensaire d’avoir à sa disposition un matériel radioscopique et radiologique mais sans indiquer une obligation quelconque25. Ainsi, durant l’entre-deux-guerres, de nombreux malades, pourtant déjà condamnés, sont envoyés vers les sanatoriums, parfois à cause d’un défaut de diagnostic, parfois par l’ignorance du médecin traitant sur la véritable fonction du sanatorium, convaincu qu’une simple cure pourra sauver son patient. Ces lacunes mettent la politique sanatoriale en péril, car regrouper des curables avec des condamnés entraîne des conséquences désastreuses sur la vie du sanatorium. À Oissel, ces pratiques peuvent expliquer une mortalité plus élevée au début qu’à la fin des années vingt26. Durant l’année 1921, 31 malades décèdent au sanatorium, soit une moyenne d’un malade sur dix. Déjà, en 1924, on ne constate plus que 6 décès, soit un peu plus d’un malade sur cent alors qu’en 1930, la proportion est devenue infime avec 2 décès répertoriés soit moins d’1 malade sur 100. Cette évolution de la mortalité à l’intérieur du sanatorium sur dix ans trouve une large partie de son explication dans la réorganisation des envois. Les décès sont d’ailleurs consignés dans les registres statistiques comme des « malades entrés au sanatorium atteints de lésions étendues avancées en pleine évolution non justifiables de la cure sanatoriale27 ». Si cette première explication se situe en amont de l’arrivée au sanatorium, une seconde se situe en aval ; en effet, au cours des années vingt, des services d’isolement pour les entrants sont aménagés dans les sanatoriums français et Oissel ne fait pas exception. Ceux-ci doivent théoriquement répertorier le degré de contagiosité des malades au gré d’un isolement de quelques jours. Lorsque ce degré est jugé trop important, le malade est invité à ne pas poursuivre l’expérience du sanatorium.

La mort au sanatorium : un concept tabou ?

13La mort, même si elle apparaît quelquefois dans les statistiques annuelles, tout du moins au début des années vingt, est quasi absente des études scientifiques. C’est aussi le cas dans les descriptions des sanatoriums. Lors des exposés, devis et autres états des lieux, on ne souligne que brièvement la présence d’une chambre mortuaire, située la plupart du temps dans un endroit reclus du sanatorium pour ne pas effrayer les nouveaux arrivants. Thomas Mann, auteur de la Montagne magique, roman qui décrit les tribulations d’un jeune homme admis dans un sanatorium, nous livre un témoignage précieux de son héros sur cette idée :

  • 28 Thomas Mann, La montagne…, op. cit., p. 62.

Y a-t-il déjà eu beaucoup de décès depuis que tu es arrivé ? Certainement, il y en a eu plusieurs, répondit Joachim. Mais on les traite avec beaucoup de discrétion, tu comprends, on n’apprend rien de cela, ou à l’occasion tout au plus, plus tard. Tout se passe dans le plus grand mystère, lorsque quelqu’un meurt, par égard pour les pensionnaires et surtout pour les dames qui pourraient facilement avoir des crises. Et le cercueil est apporté de bon matin, alors que tu dors encore, et l’on ne vient chercher l’intéressé qu’à certaines heures, par exemple pendant les repas28.

14Thomas Mann prend ici exemple sur ses propres souvenirs du sanatorium de Davos dans l’est de la Suisse, puisqu’il y a été interné quelque temps avant le début de la Grande Guerre. Il semble tout de même paradoxal que tout ce qui a trait au décès d’un malade soit dissimulé avec autant de force, alors que la tuberculose apparaît pour beaucoup comme une maladie incurable. L’idée dominante est de faire de la cure en sanatorium un endroit convivial, synonyme d’une résurgence de la vie et de faire table rase des aspects morbides de la pathologie. Néanmoins, cette dissimulation se traduit aussi par une absence de reconnaissance pour le patient qui décède : aucune cérémonie n’est prévue comme s’il était responsable de sa mort. Le sanatorium d’Oissel dispose d’une chambre mortuaire ; on la retrouve effectivement sur les plans de l’architecte départemental, mais elle n’apparaît dans aucun écrit ou discours. L’entrée de cette pièce se situe sur la façade nord. Lorsqu’on y pénètre, est inscrite la mention « chambre mortuaire, entrée des familles » en petits caractères.

  • 29 Marie-Pierre Ollivier, La maladie grave, une épreuve de vie, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 220.
  • 30 Martine Ruszniewski, Face à la maladie grave…, op. cit., p. 69.

15Cette volonté délibérée de cacher l’idée de mort au sanatorium a un but bien précis, d’abord à destination des curistes ; comme pour toute maladie grave, si le malade se sent enterré avant d’être mort, il est bien évident que sa volonté de lutter s’en trouve affectée29. Le rôle du sanatorium est de rompre avec l’image négative de la maladie indissociable de la mort30. Le moral du malade est aussi désigné comme une caractéristique essentielle dans une perspective de guérison. Si la mort n’était pas dissimulée ainsi, il est probable que de nombreux patients auraient refusé de se faire interner en entendant les témoignages d’anciens curistes. Plus qu’un espace de cure, les autorités médicales souhaitent mettre en place un espace de vie où le repos, la promenade et les loisirs encadrés demeurent les maîtres mots soit, en d’autres termes, tout ce qui va à l’encontre de la maladie et de la mort.

Une durée de traitement aléatoire

  • 31 AMES, 5 Q ELB116, Assistance médicale aux tuberculeux : liste, frais établissements (1925-1929), po (...)

16Malgré tous les efforts pour rendre la vie au sanatorium plus « acceptable », selon l’avis des grands phtisiologues de l’époque, l’aspect le plus difficile est de contraindre les malades de mener une cure jusqu’à son terme. Les raisons professionnelles poussent régulièrement les pensionnaires masculins à l’écourter. Cet internement représente un obstacle pour des malades, souvent ouvriers, qui doivent subvenir aux besoins de leurs familles. De plus, l’aspect monotone de la vie sanatoriale lasse rapidement plus d’un curiste, soumis chaque jour au même emploi du temps, avec de courtes visites familiales encadrées par les médecins. Même si les malades admis doivent « s’engager à faire un séjour d’au moins trois mois et se soumettre au règlement qui est le même pour tous31 », cet engagement qui ne relève pas d’une obligation particulière est difficile à tenir. Environ un tiers des patients quittent l’établissement avant le troisième mois de cure (32 %). Les phtisiologues considèrent aussi qu’une cure n’est réellement bénéfique qu’après une année complète en sanatorium. Si on valide cette affirmation, alors 84 % des malades d’Oissel ne tirent aucun bénéfice de la cure. En outre, malgré une hausse de la moyenne des durées des séjours par rapport à celle de la station sanitaire de Saint-Étienne du Rouvray, les malades civils, à l’instar des militaires, ne semblent pas convaincus de l’efficacité d’une cure longue.

Tableau 43. Durée de séjour au sanatorium d’Oissel en 1930*

Tableau 43. Durée de séjour au sanatorium d’Oissel en 1930*

*Source : E. de Lignerolles, « Sanatoriums de la forêt du Rouvray, compte rendu moral de l’année 1930 », La Normandie médicale, no 9, septembre 1931, p. 253-255.

  • 32 Louis Guinard, « Avenir éloigné de la tuberculose pulmonaire », Paris, Maloine, 1925, dans Edouard (...)

17Une étude réalisée par le docteur Guinard, médecin-directeur du sanatorium de Bligny, se transforme en pamphlet médical32. Selon lui, un séjour de 24 mois confère une garantie absolue d’être toujours vivant deux années après la sortie du sanatorium. À l’inverse, un patient sur deux ayant effectué un séjour inférieur à trois mois sera décédé deux années après sa sortie.

Tableau 44. Survie selon la durée du traitement en sanatorium, en pourcentage*

Tableau 44. Survie selon la durée du traitement en sanatorium, en pourcentage*

*Source : Louis Guinard, « Avenir éloigné de la tuberculose pulmonaire chez 831 hommes cracheurs de bacilles », dans Étienne Burnet, Prophylaxie de la tuberculose, Paris, Maloine, 1925, p. 61.

18Si ces statistiques sont difficilement vérifiables, le docteur Guinard les publie adroitement. D’ailleurs, reprises par plusieurs médecins-directeurs, elles délivrent des messages bien précis à l’attention des malades et des pouvoirs publics. Il faut convaincre tout d’abord les malades de la nécessité d’une cure longue en jouant sur un sentiment d’angoisse ; toutefois, il faut se rendre à l’évidence : sans aide financière conséquente pour leurs familles, il est peu probable de leur faire entendre raison. Les pouvoirs publics sont aussi visés par la publication de cette étude ; nombre de médecins pensent que, pour trouver une parade aux défections, la cure en sanatorium doit devenir obligatoire pour tous les tuberculeux dépistés. Une règle qui tend vers l’obligation est pourtant rapidement bannie par les autorités qui ne veulent surtout pas réorganiser un système de quarantaine comme au Moyen Âge, pour des raisons de dignité humaine, et ainsi ne pas contribuer à rendre l’image du tuberculeux encore plus négative qu’elle ne l’est déjà. Elles souhaitent éviter aussi de se donner l’image d’un État policier qui traquerait les malades sans relâche. Et elles s’interrogent aussi sur les problèmes de discipline, déjà omniprésents, qui deviendraient incontrôlables en cas d’obligation.

19Transposons à notre tour le raisonnement de Louis Guinard aux statistiques du sanatorium d’Oissel. Voici ce qu’il en ressort :

Tableau 45. Survie selon la durée du traitement au sanatorium d’Oissel (en effectifs)

Tableau 45. Survie selon la durée du traitement au sanatorium d’Oissel (en effectifs)

20Sur les 114 curistes sortis prématurément du sanatorium (moins de trois mois), seulement 62 seraient vivants deux ans après leur sortie. À l’opposé, tous les patients ayant fait une cure complète, soit plus de 24 mois d’internement, seraient vivants deux ans après leur sortie. Toutefois, il ne s’agit que d’hypothèses, puisqu’aucune étude concrète ne nous renseigne sur la mortalité à la sortie du sanatorium. Aucune indication non plus sur la vie menée par ces anciens curistes à leur retour au foyer. Quels sont ceux parmi eux qui vivent dans des milieux à risques (absence d’hygiène, présence de proches tuberculeux, promiscuité, etc.) ? Dans quelle mesure leur tuberculose s’est-elle résorbée au cours de leur internement ? Avaient-ils des antécédents médicaux ? Toutes les réponses sont lacunaires et empêchent le chercheur de prendre une posture franche sur la validité de ces chiffres. À l’époque, l’essentiel est ailleurs et rares sont les médecins qui remettent en cause ces chiffres, qu’ils soient favorables ou opposés à l’idée du sanatorium. Les partisans du système sanatorial, comme André Halipré, approuvent l’étude de Louis Guinard, car elle démontre, chiffres à l’appui, que le sanatorium permet la survie, cinq années après leur sortie, de près de la moitié des pensionnaires, qui seraient sans doute décédés bien avant sans cet internement. Quant aux détracteurs, comme Raoul Brunon, ils peuvent toujours suggérer que le sanatorium n’a en fait sauvé que la moitié des pensionnaires cinq années après leur sortie. Pour eux, la fiabilité de la cure est trop aléatoire et le rapport entre l’investissement et l’efficacité nettement insuffisant. Finalement, cette étude, pourtant vague, valide les idées de chacun des deux camps, preuve de l’importance de l’utilisation et l’interprétation des statistiques depuis la mission Rockefeller.

De meilleurs résultats pour les femmes

  • 33 Alain Cottereau, « La tuberculose, maladie urbaine ou maladie de l’usure du travail ? », Sociologie (...)
  • 34 Raoul Brunon, « La lutte contre l’alcoolisme et le taudis », La Normandie médicale, no 31, 1er août (...)
  • 35 Léon Bernard, La tuberculose pulmonaire…, op. cit., p. 136.

21Même s’il est reconnu que la tuberculose ne fait pas de distinctions entre les sexes, il existe plusieurs lectures des statistiques morbides. L’une d’elles nous apprend que les hommes meurent plus fréquemment de la tuberculose que les femmes. Pour expliquer cette prédominance masculine, Alain Cottereau a mis en avant l’amélioration de la prise en charge des femmes enceintes à l’époque, moins réceptives qu’auparavant à la tuberculose, et l’affaiblissement de l’organisme des hommes, éprouvés par les travaux physiques toujours plus pénibles dans une industrie en expansion33. D’autres raisons sont avancées par les médecins de l’époque, comme Raoul Brunon34 ou Léon Bernard35, qui pensent que l’alcoolisme prédominant chez les hommes influe négativement sur la résistance de leur organisme au bacille tuberculeux. D’autres raisons peuvent compléter les précédentes comme la promiscuité importante dans les usines à majorité masculine (métallurgie, sidérurgie, entrepôt…) ou encore ce qu’on pourrait appeler « les résistances à l’hygiène », plus admises chez les hommes.

22Ce constat est-il transposable au sanatorium ? Il est concevable d’envisager l’existence d’une distinction entre les hommes et les femmes, tant au niveau de l’application de la cure que des résultats médicaux. Cette distinction a-t-elle des conséquences sur la prédominance morbide des hommes à l’extérieur du sanatorium ? On constate tout d’abord que la proportion d’hommes qui sortent du sanatorium d’Oissel avant trois mois d’hospitalisation (plus d’un sur trois) est supérieure de dix points à celle des femmes (plus d’une sur quatre). De même, beaucoup plus de femmes s’engagent dans une cure d’une durée supérieure à un an (18 %) que d’hommes (12 %).

Tableau 46. Durée de séjour par sexe en pourcentage*

Femmes ( %)

Hommes ( %)

De 0 à 3 mois

28,02

37,58

De 3 à 6 mois

24,15

20,8

De 6 à 9 mois

18,36

19,46

De 9 à 12 mois

11,11

9,40

Plus de 12 mois

18,36

12,75

*Source : E. de Lignerolles, « Sanatoriums de la forêt du Rouvray, compte rendu moral de l’année 1930 », La Normandie médicale, no 9, septembre 1931, p. 253-255.

  • 36 Françoise Thébaud, La femme au temps de la guerre de 14, Paris, Stock, 1986, p. 300.

23Ici, l’explication des « résistances hygiéniques » masculines prend tout son sens. Il faut rappeler que la guerre et les stations sanitaires ont déjà montré combien il était difficile d’obliger un militaire à suivre une cure jusqu’à son terme. Les autorités françaises étaient persuadées que la nouveauté de l’établissement et l’inactivité forcée rebutaient les militaires ; ces derniers ne pouvaient en effet être assujettis que sur les champs de bataille. En fait, il est tout aussi juste de dire qu’à l’époque les hommes sont moins réceptifs aux préceptes et aux obligations dans les établissements de ce type que les femmes. On peut aussi penser que certains hommes ont des raisons tout à fait louables de quitter le sanatorium, notamment économiques. En effet, malgré quelques changements initiés pendant la guerre, la situation du travail féminin pendant les années vingt ne connaît pas une évolution importante dans une société à dominante patriarcale. Même si, pour Françoise Thébaud, « la Française de 1919 ne ressemble pas à celle de 1914 », elle ajoute que, malgré une prise de conscience de ses capacités, « [la femme] se trouve bien mal récompensée36 ». Dans la majorité des familles françaises, le seul salaire du foyer demeure le fruit du labeur du père de famille et lorsque celui-ci accepte de se faire interner quelques temps en sanatorium, c’est toute la famille qui en pâtit. Le travail, l’argent et la vie familiale sont des arguments beaucoup plus vitaux à ses yeux que la santé. Finalement, que ce soit par nécessité ou par lassitude, les hommes qui quittent l’établissement rapidement ont peu d’espoir de voir leur tuberculose s’améliorer et nombre d’entre eux prennent conscience trop tard, lorsqu’ils sont devenus incapables de travailler et leur tuberculose incurable, de l’utilité de la cure en sanatorium.

Tableau 47. État local (poumons) à la sortie du sanatorium d’Oissel en 1930*

Tableau 47. État local (poumons) à la sortie du sanatorium d’Oissel en 1930*

*Source : E. de Lignerolles, « Sanatoriums de la forêt du Rouvray, compte rendu moral de l’année 1930 », La Normandie médicale, no 9, septembre 1931, p. 253-255.

Tableau 48. État général à la sortie du sanatorium d’Oissel en 1930*

Tableau 48. État général à la sortie du sanatorium d’Oissel en 1930*

*Source : E. de Lignerolles, « Sanatoriums de la forêt du Rouvray, compte rendu moral de l’année 1930 », La Normandie médicale, no 9, septembre 1931, p. 253-255.

24Ce phénomène se retrouve dans les résultats médicaux à la sortie du sanatorium publiés par le directeur de l’établissement, même si ceux-ci sont critiquables. Bien que les critères pour expliquer le bon ou le mauvais état des patients ne soient pas explicités, la différence est telle qu’ils méritent d’être commentés. Les femmes semblent tirer davantage de profit de la cure que les hommes ; un homme sur trois seulement a un état pulmonaire qualifié de satisfaisant (« très bon » et « bon »), contre plus d’une femme sur deux. Il en va de même pour l’état général des malades ; pratiquement deux femmes sur trois ont un état qualifié de « bon » ou « très bon », contre un peu plus d’un homme sur deux. On peut penser qu’avec une radiographie systématique pour les sortants en 1930, les chiffres publiés par le docteur ne sont pas fantaisistes et reproduisent bien l’écart entre les hommes et les femmes. Si les lésions tuberculeuses se sont moins bien résorbées chez les hommes, les dysfonctionnements entraperçus lors de la cure ne doivent pas y être étrangers (sortie prématurée, rapport délicat avec la discipline sanatoriale, mauvais comportements lors de la cure, etc.)

L’Eure et la problématique de l’hospitalistation des tuberculeux

  • 37 Dominique Dessertine, L’implantation des sanatoriums, premier grand réseau hospitalier du XXe siècl (...)

25Alors que de nombreux écrits de l’époque soulignent le développement rapide d’un réseau sanatorial, force est de constater que l’aménagement de sanatoriums ne s’effectue pas uniformément sur tout le territoire français. Certains départements plébiscitent cette infrastructure (plusieurs sanatoriums positionnés à des endroits stratégiques), alors que d’autres l’ignorent totalement, que ce soit par choix ou par nécessité. À ce sujet, il est intéressant de mettre l’accent en préambule sur les travaux de Dominique Dessertine. Elle nous explique qu’il existe à l’époque des divergences nettes entre des départements dits « mégalomanes », comme celui du Rhône, où des dépenses considérables sont engagées, et d’autres plus prudents comme celui de l’Ain, où le nombre de lits reste respectable37. Partant de ce constat, il n’est pas étonnant de découvrir, avec les deux départements qui nous intéressent, l’Eure et la Seine-Inférieure, un contraste saisissant. L’Eure est ici très représentative du département où la carence en sanatorium génère de graves remises en question de la politique globale de lutte antituberculeuse. En effet, le sanatorium étant le seul établissement censé regrouper tous les tuberculeux d’un même département, son absence empêche l’isolement si cher aux phtisiologues. L’Eure adopte deux stratégies opposées, mais complémentaires : l’une, prioritaire, consiste à envoyer les malades dans des sanatoriums extérieurs au département ; l’autre entrevoit la possibilité d’aménager sur son propre territoire un établissement de cure comme le prévoit la loi Honnorat, mais simplement comme ultime recours. Néanmoins, derrière les discours optimistes des élus, la réalité n’est guère reluisante, car l’absence d’un projet ambitieux et clair sur le long terme plombe cette politique. Dès lors, la question du placement des tuberculeux va devenir un problème récurrent dans l’Eure.

L’envoi des malades vers des sanatoriums extra-départementaux

  • 38 ADE, 2 N 73, délib. C. G. (1921), « Placement des tuberculeux dans les sanatoria ; sanatorium de Pi (...)
  • 39 Cyr Voisin, La tuberculose…, op. cit.
  • 40 Greta Jones, “Captain…, op. cit., p. 160 ; ADE, 2 N 73, délib. C. G. (1921), « Assistance médicale (...)
  • 41 ADE, 2 N 73, délib. C. G. (1921), « Ancien collège diocésain d’Écouis ; projet d’aménagement en san (...)

26Au début des années vingt, les transferts de tuberculeux sont courants à cause de la disparité des établissements de cure. Ceux-ci s’organisent au moyen de contrats entre les départements, et rapidement le but lucratif de ce système est pris en compte par les élus départementaux au même titre que le but sanitaire. Il ne faut pas omettre que, malgré l’aide de l’État, les coûts exorbitants d’aménagement encouragent les administrations à rentrer rapidement dans leurs frais. Cette présence de l’argent dans un principe basé auparavant sur le bénévolat devient de plus en plus banale. De nombreuses administrations départementales récupèrent la direction de sanatoriums créés par des associations. Ceux-ci une fois réaménagés et agrandis, comme à Oissel, les élus choisissent d’augmenter massivement les tarifs des journées, sachant que les départements sans installation seront contraints tôt ou tard par la loi Honnorat de placer leurs malades de façon contractuelle. C’est à la même époque que la publicité fait ses premières gammes, moyen aussitôt repris par les médecins-directeurs, comme celui du sanatorium départemental de la Nièvre, qui envoie au préfet de l’Eure en 1921 un dépliant sur les caractéristiques de son établissement accompagné d’une note explicite : « ce dernier peut recevoir dans la limite des lits disponibles les malades tuberculeux améliorables du département de l’Eure moyennant le paiement du prix de journée fixé à 11 F 5038. » L’image du sanatorium, établissement quasi inconnu du grand public à la fin de la première guerre mondiale, va aussi devenir familière par l’intermédiaire la presse nationale et régionale, qui relate régulièrement l’inauguration de nouveaux établissements39. En 1921, le département de l’Eure est déjà rattaché pour le traitement marin des malades admis à l’Assistance médicale gratuite, à l’établissement de Pen-Bron, en Loire-Inférieure, au sanatorium de l’Oise et à celui de Berck dans le Pas-de-Calais. Le département se rattache au sanatorium de Mindin, également en Loire-Inférieure, pour les adultes atteints de tuberculose osseuse ou ganglionnaire40, et au sanatorium d’Oissel pour les tuberculeux pulmonaires. Ce dispositif permet aux autorités départementales de faire l’économie d’un sanatorium. Mais, en contrepartie, elles se retrouvent dépendantes des places qui leur sont attribuées, comme le signale implicitement le préfet Georges Goublet dans une note : « quand il y a de la place au sanatorium d’Oissel, les malades du département de l’Eure y sont pris en charge41. » Cette dépendance engendre ensuite de longues attentes, des dégradations de l’état de santé, voire des décès, sans parler de la contamination pour l’entourage ; ce sont finalement les malades et leurs familles qui font figure de premières victimes de ce système.

L’imbroglio autour de la construction d’un sanatorium départemental

  • 42 ADE, 2 N 72, délib. C. G. (1920), « Ancien collège d’Écouis ; aménagement en asile de Vieillards », (...)
  • 43 Ibid., déclaration de M. René de Valon.
  • 44 Léon Bernard, Georges Poix, L’armement antituberculeux français, Paris, Masson et Cie, 1926, p. 143 (...)

27Les limites au système des contrats obligent les élus à réfléchir à l’installation d’un sanatorium sur leur territoire d’influence. Ils jettent leur dévolu sur une propriété située à Écouis, dans le canton des Andelys, au point culminant du plateau du Vexin. Les premières discussions sont plutôt tendues, car nombre de conseillers généraux se montrent récalcitrants et proposent des alternatives moins coûteuses, mais plus complexes à organiser et surtout plus aléatoires dans les soins prodigués aux malades. Le député de la circonscription d’Évreux, M. Abel Lefèvre, avance ainsi l’idée d’un partenariat avec le département de l’Oise pour en diviser les frais42. Cette proposition trouve écho au sein de l’assemblée ; le corps médical par la voix du docteur René de Valon, conseiller régional du canton de Lyons-la-Forêt, soutient d’ailleurs cette requête ; pour lui, selon certaines estimations fournies par le docteur Tobé, la population du département du l’Eure ne dépassera pas les 65 malades des deux sexes, ce qui laisse une quarantaine de lits disponibles pour un sanatorium prévu pour accueillir 100 lits43. Cependant, les élus de l’Oise ne donnent pas suite à cette proposition, disposant déjà d’un sanatorium à Angicourt pour les adultes et d’un autre pour les enfants à Berck-Plage dans le Pas-de-Calais44 ; c’est donc seul que le département de l’Eure s’engage dans cette nouvelle réalisation. Le ministre de l’Hygiène de l’époque, Georges Leredu, fait part, dans une lettre écrite à Georges Goublet, de l’avis favorable émis par le ministère :

  • 45 ADE, 2 N 73, délib. C. G. (1921), « Ancien collège diocésain d’Écouis ; projet d’aménagement en san (...)

J’ai l’honneur de vous faire connaître que, dans sa séance du 2 juillet 1921, le comité technique des sanatoria a émis un avis favorable au projet d’aménagement d’un sanatorium antituberculeux à Ecouis, dans les conditions du rapport du Docteur Tobé et sous la réserve que l’établissement sera exclusivement affecté aux malades femmes atteintes de tuberculose pulmonaire curable […] L’État participera aux dépenses d’installations et d’aménagement dans la proportion du maximum de 50 % établi par l’article 2 de la loi du 7 septembre 1919. Le devis total s’élevant à 1 100 000 francs, c’est donc une subvention de 550 000 francs qui sera accordée par l’État. Cette somme sera mise à votre disposition par fractions, au fur et à mesure de l’avancement des travaux et après utilisation des ressources locales45.

  • 46 ADE, 2 N 76, délib. C. G. (1924), « Sanatorium d’Écouis, état des travaux, faillite Arpajou », séan (...)
  • 47 ADE, 2 N 74, délib. C. G. (1922), « Résultats des adjudications des imprimés de la Préfecture et de (...)

28La décision entérinée et les financements débloqués, il reste à entreprendre les travaux. L’appel d’offres est un succès. Pourtant, là encore, le conseil général fait preuve d’une naïveté exceptionnelle. Dans une perspective purement économique et dans l’ignorance de ce qui différencie la construction d’un sanatorium de celle d’un hôpital, le département décide de retenir les entreprises qui ont proposé des travaux à moindre coût. Les travaux débutent dès 1922, mais l’entreprise de maçonnerie est rapidement mise en liquidation, ce qui implique l’arrêt des travaux de gros-œuvre. La même mésaventure se reproduit pour les entreprises de menuiserie, de vitrerie et de peinture, cette dernière ayant d’ailleurs proposé un rabais énorme de 50 % qui n’avait pas alerté outre mesure les élus. La phrase de M. Prosper Josse, conseiller régional du canton de Fleury-sur-Andelle, résume parfaitement la situation : « que de défaillances dans le nombre cependant restreint des entrepreneurs46 ! » Pourtant, lors de l’adjudication des lots, le préfet Goublet s’était montré très enthousiaste à l’idée d’économiser des fonds publics, de l’ordre de 82 057 francs, après l’aide reçue de l’État : « je tiens à souligner, Messieurs, que les adjudications relatives à l’aménagement du sanatorium d’Ecouis ont été faites avec des rabais sérieux sur les prix prévus, qui auront pour résultat une économie intéressante47. » Espoir vite déçu.

Tableau 49. Montant initial des travaux pour l’aménagement du sanatorium d’Écouis*

Lots

Nature des lots

Montant (en francs)

Adjudicataires

Rabais consentis

1

Maçonnerie

216 692,35

M. Dyel

15,00 %

2

Charpente

12 434,60

M. Filloul

6,00 %

3

Couverture

54 480,34

M. Courtaud

26,55 %

4

Menuiserie

89 830,87

M. Arpajou

18,30 %

5

Ferronnerie

22 663,90

M. Mélinat

4,40 %

6

Peinture

63 639,22

La Bourguignotte

50,10 %

Total

459 741,23

*Source : ADE, 2 N 74, délib. C. G. (1922), « Résultats des adjudications des imprimés de la Préfecture et des travaux du sanatorium d’Ecouis », séance du 24 avril 1922.

29L’architecte départemental, P. Delaboissière, dresse un constat alarmant des infrastructures après deux ans de travaux ; il constate que les murs sont mal construits avec de mauvaises briques, mal cuites, hourdées avec un mauvais mortier de sable argileux. Les planchers sont pourris et effondrés, les murs soufflés, les charpentes affaissées et les fondations insuffisantes. Suite à ces constatations, le département se voit contraint d’engager une dépense supplémentaire de 60 000 francs pour assurer des travaux de réfection. Toutefois, contrairement aux marchés délégués en 1921, ceux-ci sont cette fois de la responsabilité d’entreprises locales plus en phase avec les connaissances régionales (de construction, géologiques, etc.) Même si le conseil général arbore une certaine unité de façade, les insuffisances enregistrées entraînent une pluie de reproches qui s’abattent sur les membres ayant soutenu et voté les contrats avec les entreprises en liquidation judiciaire. C’est ainsi que chacun cherche avec plus ou moins de réussite à offrir des explications sur ses choix. Certains, comme le préfet Michel Maestracci, défendent les élus et en particulier les choix de son prédécesseur :

  • 48 ADE, 2 N 76, délib. C. G. (1924), « Sanatorium d’Écouis ; état des travaux », séance du 27 mai 1924 (...)

J’ai cru entendre dans le rapport une parole sévère pour l’administration relativement au choix de ses fournisseurs. Or, tous ces travaux ont été donnés en adjudication. Nous y étions obligés par les règlements et nous avons dû recevoir les soumissions d’adjudicataires qui nous paraissaient très intéressants. D’autre part, tous les traités que nous avons faits ont été ratifiés par la commission départementale48.

30D’autres, comme le docteur de Valon, renvoient la responsabilité de ces défaillances au ministère de l’Hygiène :

  • 49 Ibid., déclaration de M. René de Valon.

J’ai fait partie de la 1re commission d’adjudication. Nous avons travaillé aussi sérieusement que possible. Cependant, je dois vous signaler qu’une société de blessés de guerre, qu’on appelait La Bourguignotte, s’est présentée et nous a offert des conditions telles que nous l’avons tout de suite prise en suspicion, car il s’agissait d’un rabais de 70 à 75 %. Je me suis opposé à ce que l’adjudication fût donnée à cette société […] mais une circulaire du ministère obligeait les commissions d’adjudication à accepter les yeux fermés les syndicats d’ouvriers, d’anciens militaires ou de blessés de guerre49.

  • 50 ADE, 2 N 78, délib. C. G. (1926), « Bâtiments départementaux ; sanatorium d’Écouis », séance du 5 m (...)
  • 51 ADE, 2 N 74, délib. C. G. (1922), « Création d’un service de désinfection », séance du 25 avril 192 (...)
  • 52 ADE, 2 N 78, délib. C. G. (1926), « Bâtiments départementaux ; sanatorium d’Écouis », séance du 5 m (...)

31La question du sanatorium et de son ouverture tant espérée n’est toujours pas réglée en 1925, après déjà cinq longues années de tractations. Le conseil général ne souhaite plus dépenser, tant il a déjà investi pour un résultat nul. Devant ce constat d’échec, l’assemblée va user de stratagèmes pour ne pas avouer son incompétence dans ce projet. C’est alors que certains dossiers ressurgissent ; on met en exergue par exemple la crainte ressentie par les habitants d’Ecouis face à la population tuberculeuse du futur sanatorium. Il est dit en séance du conseil général que « les habitants de la commune d’Écouis se préoccupent, non sans appréhension, de la population flottante que l’on va venir installer en plein centre de leur agglomération [… qu’] ils craignent pour la santé publique et redoutent la contagion par les malades qu’on enverra ainsi au centre de la ville50 ». Ce phénomène, apparenté à de la « tuberculophobie », n’est pas nouveau en 1925. C’est d’ailleurs parce qu’il était manifeste au début des années vingt que de nombreuses campagnes de prévention avaient été réalisées auprès des habitants du village. Georges Goublet, accompagné de M. Hudelo, directeur des services de l’hygiène, et de Léon Bernard, professeur à la faculté de médecine de Paris et membre de l’Académie de médecine, s’étaient déjà déplacés en 192251. Quatre années plus tard, ces visites sont devenues caduques et de nouveaux discours alarmistes comme celui de M. Thorel, maire de Louviers, surgissent : « vous connaissez la situation de l’immeuble : il est situé en plein vent, et n’est abrité d’aucun arbre. Tout autour de la propriété, c’est la plaine, sauf d’un côté, où c’est le village. Je comprends que les habitants d’Écouis expriment des craintes pour l’état sanitaire de la commune52. »

  • 53 Linda Bryder, Below the Magic Mountain…, op. cit.
  • 54 Dominique Dessertine, L’implantation des sanatoriums…, op. cit.
  • 55 ADE, 2 N 78, délib. C. G. (1926), « Bâtiments départementaux ; sanatorium d’Écouis », séance du 5 m (...)

32Plusieurs hypothèses peuvent expliquer ce revirement de situation. Tout d’abord, il faut savoir que la position rurale des sanatoriums est la résultante d’impératifs médicaux et de l’attitude des populations environnantes, qui se caractérise par une peur panique de la tuberculose53. On édifie les sanatoriums en rase campagne, mais souvent à proximité d’une petite commune rurale pour faciliter les ravitaillements. Dérangés dans leur tranquillité, les élus municipaux et les populations s’offusquent régulièrement, d’autant que la tuberculose a l’image d’une pathologie urbaine. On craint par-dessus tout la contagion. Les conseils municipaux, submergés de pétitions, font donc souvent pression auprès du département et de l’État pour empêcher l’implantation d’un sanatorium sur le territoire communal54. Cette démarche citoyenne peut facilement engendrer des retards dans la livraison des établissements, voire une annulation des projets. Il n’est donc pas impossible que le conseil municipal d’Ecouis ait fait pression sur les élus départementaux. La seconde hypothèse est à mettre en rapport avec l’évolution de la politique nationale de lutte contre la tuberculose. Au milieu des années vingt, le CNDT adresse des recommandations précises aux collectivités pour faire appliquer les programmes de protection de l’enfance, notamment pour la redistribution des fonds issus de la vente du timbre. Cette nouvelle politique vient mettre le doute dans l’esprit des élus sur l’utilisation des bâtiments d’Ecouis. Dans ce contexte, des pourparlers s’engagent avec l’Assistance publique de la Seine pour l’associer sous une forme ou sous une autre au fonctionnement de l’établissement, voire pour envisager sa vente. Bien que l’intention soit louable, il est tout de même très étonnant que le département soit prêt à vendre l’établissement à la ville de Paris, alors que quelques années auparavant le délicat placement de ses tuberculeux imposait des solutions rapides. Derrière ces discussions se cache en réalité un argument économique. Le département souhaite récupérer une partie de l’argent investi dans la réhabilitation du bâtiment, comme le concède à demi-mot Abel Lefèvre : « le département pourrait se dessaisir d’Ecouis par voie de rétrocession, à condition qu’on lui remboursât la valeur de l’immeuble et les sommes qu’il y a dépensées55. » Cette situation inextricable trouve son aboutissement après la visite d’une énième commission spéciale déléguée par le conseil général en 1926. Celle-ci est formée de nombreux membres de la première commission ayant validé l’idée du sanatorium en 1920. Pourtant, face à l’opposition des élus pour ouvrir de nouveaux crédits, la commission décide de modifier la destination de l’établissement :

  • 56 ADE, 2 N 78, délib. C. G. (1926), « Ancien collège diocésain d’Écouis ; préventorium », séance du 2 (...)

Se basant sur ce qu’elle avait constaté dans sa visite, sur les renseignements nouveaux qui lui ont été fournis émanant de divers sanatoriums ou préventoriums, sur des rapports précédents et des délibérations antérieures du Conseil Général, elle écarta définitivement le projet d’établir un sanatorium à Écouis […] La commission spéciale, à l’unanimité, vous propose, de créer à Écouis un préventorium56.

  • 57 ADE, 2 N 79, délib. C. G. (1927), « Préventorium d’Écouis », séance du 3 mai 1927.
  • 58 ADE, 2 N 79, délib. C. G. (1927), « Préventorium d’Écouis », séance du 4 mai 1927, déclaration de M (...)
  • 59 C’est en 1928 que fut fondée la Renaissance sanitaire, par le docteur Breteau, sénateur de la Sarth (...)
  • 60 ADE, 2 N 84, délib. C. G. (1934), « Rapport de M. le Docteur Lièvre-Brizard, Inspecteur des Service (...)

33Établissement requérant bien moins d’aménagements que le sanatorium, le préventorium ouvre ses portes le 1er juillet 1928. Cette histoire complexe appelle plusieurs constatations. Le caractère obligatoire de la loi Honnorat a poussé certains départements à prendre des décisions hâtives dans le domaine sanitaire, sans en mesurer toutes les conséquences à moyen terme. Le département de l’Eure, par exemple, s’est enfermé dans ses propres paradoxes : il souhaitait placer ses malades, mais sans réellement s’en donner les moyens. L’intervention de la mission Rockefeller dans le choix de l’emplacement a été une autre source de pression pour le conseil général. Le dilemme était simple : pour obtenir leurs financements, il fallait s’engager dans la voie des réalisations, les yeux fermés. Cette pression exercée par les Américains a sans doute été préjudiciable. Comme pour se décharger de toutes responsabilités, le préfet de l’Eure, Adrien Zévort, indique d’ailleurs en 1927 que « le projet d’aménagement avait été étudié et préparé au cours de l’année 1920 sur les indications de M. le Docteur Tobé, délégué de la Mission Rockefeller57 ». Comment peut-on percevoir cette déclaration ? Les décisions des Américains étaient-elles discutables mais non discutées ? Voulait-on et surtout pouvait-on imposer un point de vue autre que le leur ? Remettre en cause les décisions des Américains n’était pas chose courante à l’époque ; les administrations départementales suivaient donc les recommandations du CNDT et de l’État, eux-mêmes influencés par les directives émises par la mission Rockefeller. Néanmoins, si la loi Honnorat et la mission Rockefeller ont déclenché des réactions disproportionnées de la part des acteurs locaux, ces derniers gardent en grande partie la lourde responsabilité des échecs dans l’aménagement du sanatorium. Comment peut-on choisir un emplacement adéquat et quelques années plus tard affirmer que cet emplacement était en fait nuisible pour les malades et les populations environnantes ? Il y a ici un décalage de compétences. On peut d’ailleurs se demander si les personnes en charge d’étudier les moyens de lutter contre la tuberculose, choisies parmi les membres du conseil général, étaient réellement qualifiées. Le corps médical est ici exclu du pouvoir décisionnaire. Très peu de médecins siègent en effet à l’assemblée au début des années vingt ; ce sont donc les élus politiques qui organisent les opérations. Ceux-ci, inexpérimentés sur un sujet qui demande des compétences spécifiques, ne pouvaient prendre que des décisions aléatoires et hésitantes. Outre cette incompétence, les rivalités et divergences de point de vue entres certains membres du conseil général ont eu raison du sanatorium. Pour certains, la lutte contre la tuberculose ne correspondait pas à un point prioritaire dans un département rural où la maladie ne marquait pas de son empreinte les habitants. Ce désintérêt est confirmé par le conseiller Josse en 1927 lorsqu’il déclare que « malheureusement, pendant cinq ans, nos efforts pour la création d’un sanatorium ou d’un préventorium se sont heurtés à des obstacles qui seraient depuis longtemps surmontés si, depuis 1922, la majorité du Conseil Général nous avait aidés58. » Le département de l’Eure se retrouve à la fin des années vingt dans la même situation pour le placement de ses tuberculeux que dix ans auparavant. Alors que le réseau de prévention et de dépistage connaît quelques améliorations avec la mise en place de dispensaires, l’isolement préconisé par les autorités sanitaires est rendu difficile par l’absence de sanatorium départemental. La création du sanatorium de La Musse à Arnières dans la banlieue proche d’Évreux en 1932, fruit des démarches d’une association parisienne, la Renaissance sanitaire, ne change finalement que peu la donne59. Malgré son immensité, puisqu’il peut accueillir jusqu’à 830 malades en même temps, une toute petite partie est réservée aux malades du département, avec quelques places disponibles60. De plus, le prix de journée est fixé, en chambres-dortoirs, à 30 francs, et quelques chambres particulières avec cures individuelles peuvent être occupées aux prix de 32 à 35 francs, soit le double de celui que paient les curistes d’Oissel. La plupart des malades ne peuvent s’acquitter d’une telle somme ; de même, les municipalités comme le département, qui doivent régler ce montant lorsque le malade est inscrit au bénéfice de l’assistance médicale gratuite, préfèrent encore l’envoyer vers le sanatorium d’Oissel, les frais de transport étant rapidement rentabilisés.

Une plongée à l’intérieur des sanatoriums pour tuberculeux curables

  • 61 Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972, p. 64.

34La léproserie n’avait pas de sens que médical ; ce geste de bannissement, qui ouvrait des espaces maudits, avait bien d’autres fonctions. Le geste qui enferme n’est pas plus simple : lui aussi a des significations politiques, sociales, religieuses, économiques et morales61.

  • 62 Jean et René Dubos, The White Plague: Tuberculosis, Man and Society, New Jersey, Rugters University (...)
  • 63 Paul Gadenne, « Le discours de Gap », discours de remise de prix au lycée climatique de Gap, dispon (...)

35Michel Foucault, avec l’exemple de la léproserie, a bien compris que le placement au sein d’une institution à but médical peut dissimuler en réalité bien d’autres desseins. Les connaissances et les traditions en matière de gestion des patients tuberculeux deviennent à l’époque codifiées sous l’égide de la structure sanatoriale. Cette idée est reprise par Jean et René Dubos qui utilisent la formule explicite de sanatorium life62 pour exprimer l’idée que la cure en sanatorium est à l’origine d’une évolution vers une autre forme de vie pour les malades, différente de celle qu’ils ont pu connaître à l’extérieur de l’établissement au sein du monde des « bien-portants ». Écrivain français ayant suivi « la cure », Paul Gadenne décrit également le sanatorium comme « une autre façon de voir la vie63 ». Une telle définition pose la question du véritable caractère de l’établissement, puisqu’il est perçu ici comme le lieu d’installation d’une société parallèle avec son mode de vie spécifique, ses coutumes, ses habitudes, plutôt que comme un simple hôpital pour tuberculeux curables. Le tuberculeux prend conscience qu’il appartient désormais à un autre monde, un microcosme de la société, vivant en vase clos. Pour Gadenne, il était clair que l’aspect social prenait nettement le pas sur tous les aspects médicaux qu’on a bien voulu lui attribuer. Quand les tuberculeux ne pouvaient plus cacher leur maladie à leur entourage, un dilemme apparaissait : soit accomplir une cure en sanatorium et s’astreindre aux règles si particulières de ce type d’établissement, soit refuser la cure et poursuivre leur existence au sein d’une société bien-portante où le malade contagieux n’a pourtant plus sa place. La solution préconisée par la plupart des malades consistait à dissimuler leur véritable état de santé pour continuer leur vie en société (famille, travail) et… mourir en silence.

Entre thérapie hygiéniste et thérapie comportementaliste

  • 64 Thomas Bernhard, Le neveu de Wittgenstein : une amitié, Jean-Claude Hémery (trad.), Paris, Gallimar (...)
  • 65 Patrick Dugois, L’enfant frigo, Paris, Presses de la Renaissance, 2004.
  • 66 « Le second souffle du Royal-Aubrac », Le Monde, 4 septembre 1998. Cet article rend compte des 5es (...)

36Le sanatorium a su accomplir sa mutation à la sortie de la première guerre mondiale passant de l’établissement privé, marginal et dispatché ici ou là, à la structure incontournable de la lutte contre la tuberculose en France. Pourtant, si les inaugurations se succèdent à grands coups d’articles élogieux dans la presse locale et médicale, cet accroissement en termes de lits ou de services ne répond pas précisément à la question de son utilité. En fait, pressées par la loi Honnorat, les autorités départementales, par la voix de Charles Lallemand et, au-delà, de l’État français, se montrent enthousiastes pour les bénéfices que ces établissements peuvent apporter non seulement à la population tuberculeuse, mais également aux personnes saines, qui demeurent ainsi « protégées » des malades. Aujourd’hui, on reconnaît aisément que le sanatorium correspondait plus à une protection des sujets sains face à l’ennemi contagieux, en l’occurrence le tuberculeux, qu’en un moyen de guérison pour ce dernier. Pourtant, trop souvent, les médecins et les élus politiques, dans une propagande qu’on qualifiera de « pro-sanatorium », avancent l’idée de son caractère en tout point curatif. Car la tuberculose se développe lentement et la maladie est entrecoupée de temps d’apparente rémission, que les autorités des sanatoriums associent, évidemment, à l’efficacité des traitements. Cette désinformation, mêlant croyance et espoir auprès d’une population devenue finalement dubitative et résignée, est courante à l’époque. Il faut en fait s’intéresser aux récits des auteurs littéraires comme Thomas Bernhard64, un écrivain autrichien ayant connu comme Paul Gadenne la cure en sanatorium, ou encore Patrick Dugois65, un écrivain français, pour trouver la trace d’un début de remise en cause de la capacité du sanatorium à guérir les malades. Ceux-ci voyaient en effet déjà cet établissement comme « une machine d’intégration de la maladie plutôt que de guérison66 ». Malgré tout, il symbolise pratiquement à lui seul la lutte acharnée contre la tuberculose menée durant l’entre-deux-guerres, époque privée de remèdes thérapeutiques. De nombreux historiens l’ont en effet étudié que ce soit pour son concept architectural, pour la réalité des soins prodigués en son sein ou encore pour les résultats « mitigés » qu’il engendrait. Finalement, rares sont ceux qui se sont intéressés aux « convives », les tuberculeux, alors qu’ils faisaient vivre le sanatorium et en représentaient en quelque sorte l’essence. Face au manque d’intérêt pour cette population « incarcérée » malgré elle ou de son plein gré, le propos se concentrera ici autour du malade. L’approche peut sembler réductrice, mais elle fera apparaître un mode de vie, une sociabilité, une dimension psychologique, le sanatorium allant bien au-delà du simple hôpital de campagne pour tuberculeux.

37Du point de vue thérapeutique, la cure suivie au sanatorium représente le traitement le plus utilisé à l’époque pour combattre la tuberculose. On peut qualifier cette thérapie d’« hygiéniste ». Il y est pratiqué, en effet, un traitement comprenant une profusion d’air pur, du repos et une alimentation équilibrée, appelé plus communément « cure hygiéno-diététique ». Cette base est destinée à combattre les nombreuses caractéristiques inhérentes au tuberculeux, c’est-à-dire l’amaigrissement, la fatigue généralisée de l’organisme et le manque d’appétit. Le docteur Küss résume à sa façon la situation dans lequel se trouve le tuberculeux lorsqu’il pénètre dans un sanatorium :

  • 67 Déclaration du Dr G. Küss, dans Édouard Rist, La tuberculose, op. cit., p. 241.

L’évolution de la tuberculose pulmonaire s’accompagne le plus souvent d’un état de déchéance de l’individu qui maigrit, se consume et dont les forces déclinent, l’organisme est en faillite : il perd plus qu’il ne gagne ; la lutte contre la maladie sera vaine si ces dépenses exagérées ne s’arrêtent pas, si ces pertes ne sont pas compensées : les réserves d’énergie apportées par la nourriture doivent être employées avec une stricte économie ; il ne faut pas les user par du travail inutile67.

  • 68 Pierre Jeanneret dit Le Corbusier, La Ville Radieuse, éléments d’une doctrine d’urbanisme pour l’am (...)
  • 69 Richard Weston, Plans, Sections and Elevations Keys Buildings of the Twentieth Century, London, Lau (...)
  • 70 Marie-Pierre Ollivier, La maladie…, op. cit., p. 104.
  • 71 Susan Sontag, La maladie comme métaphore, Paris, Seuil, 1979, p. 13.
  • 72 Anne Bertrand, Histoire de la prévention…, op. cit.

38Cette vision nouvelle tendant à dire que les propriétés basiques de la santé sont le soleil, l’espace et la verdure, est courante à l’époque. Outre les hygiénistes du début du XXe siècle, cette idée est également développée dans les années trente par l’architecte Le Corbusier lorsqu’il présente son concept utopique de « ville radieuse68 », destiné à améliorer le sort de l’humanité. Tout ce courant trouve dans le sanatorium le type de construction favorable au développement de cette conception, qui n’est plus une utopie69. Outre l’hygiène, le sanatorium apporte une nouvelle façon de concevoir les rapports humains. La thérapie engendre un décalage dans la relation qui peut se nouer entre le médecin et le patient et dans la relation entre le patient et son environnement. Le médecin s’efface nettement du dispositif thérapeutique et n’est plus l’entité qui commandite la guérison du patient ; il se substitue à l’environnement, considéré comme la nouvelle arme pour contrer la tuberculose. Le rôle du médecin évolue vers un accompagnement médical et un suivi des directives. Il guide et coordonne plus qu’il ne guérit. À ce titre, une de ses prérogatives consiste à ausculter régulièrement le malade pour signaler toute amélioration ou aggravation de son état. Il est d’ailleurs regrettable que lors de la toute première auscultation qui suit l’entrée au sanatorium, les résultats ne soient pas comparés à l’auscultation réalisée par le médecin du dispensaire. Si cette comparaison avait été faite, nul doute que les médecins auraient régulièrement constaté une aggravation de l’état de santé des patients, comme résultante de la longue attente subie. Le médecin a aussi la lourde tâche d’annoncer les bonnes ou les mauvaises nouvelles et ramène donc le malade à la réalité de sa maladie et à ses conséquences70. Assisté, le malade représente une source d’expérimentation au sein d’un établissement expérimental. Un constat négatif entraîne parfois des difficultés dans la relation médecin-malade, car ce dernier peut dès lors douter du bon fonctionnement des méthodes qui lui sont proposées au sanatorium et opposer des résistances au traitement. Alors, bien souvent, le médecin réprimande le malade en jouant de sa position dominante ou s’impose le silence. Cette distance est d’autant plus préjudiciable qu’elle rend la cure encore plus contraignante qu’elle ne l’est déjà. Dans le même ordre d’idée, les médecins comme les malades ne prononcent que très rarement le mot « tuberculose », comme pour exorciser l’affection. À ce propos, Susan Sontag nous décrit magnifiquement les ressentiments de Franz Kafka, célèbre écrivain tchèque qui mourut au sanatorium de Kierling près de Vienne en 1924 ; de sa maladie, il dit : « les mots ne m’apprennent rien de précis […] pour la bonne raison que lorsqu’on parle de tuberculose… tout le monde ne s’exprime plus que par des phrases hésitantes, évasives et fuyantes71. » Ce manque évident de dialogue s’ajoute à une routine importante, ce qui crée des situations psychologiques délicates dans laquelle toute une partie des hospitalisés est plongée bien malgré elle72.

  • 73 Louis Guinard, La pratique…, op. cit.

39L’auscultation n’est qu’un élément de la « thérapie comportementaliste » du sanatorium, car il s’agit bien ici de façonner l’esprit de l’individu pour qu’il adopte de nouveaux comportements, plutôt que de le guérir au sens strict du terme. Cette thérapie se poursuit avec l’exposition solaire. Les malades ont en effet pour obligation de se rendre plusieurs fois par jour à l’extérieur du bâtiment sur des lits disposés en alignement tout le long de la devanture du sanatorium, également appelée « galeries de cure ». Là, le malade reste allongé pendant des heures pour humer l’air frais et profiter du soleil, quelle que soit la température extérieure. D’ailleurs, les nombreuses photographies d’époque montrent des dizaines de malades emmitouflés dans leurs couvertures sur leur lit l’hiver. L’un des partisans de cette méthode, le docteur Guinard, pense que les galeries de cure d’air et de repos ont une importance de tout premier ordre, car « garantes de l’évolution de la tuberculose pulmonaire des malades73 ». Le repos est considéré comme possédant de nombreuses singularités positives : les médecins en parlent comme le meilleur remède contre la fièvre des tuberculeux mais aussi contre la toux, l’essoufflement, l’insomnie et le manque d’appétit. De plus, il faut entendre par « repos » toutes sortes de repos, vocal, intellectuel, aussi bien qu’émotionnel. Cette conception stricte du traitement engendre donc des cures silencieuses où l’ambiance est presque irréelle, à la fois calme et disciplinée.

  • 74 Stéphane Henry, L’autre guerre : vaincre la tuberculose en Vaucluse (1915-1940), mémoire de maîtris (...)
  • 75 Appel du Comité départemental de lutte contre la tuberculose de Vaucluse sur l’utilité du sanatoriu (...)

40Outre ces quelques critères, d’autres indices laissent à penser que cet établissement est un organisme plus social que thérapeutique. En effet, en même temps qu’il isole le malade, le corps médical cherche à l’instruire en lui enseignant certaines précautions à prendre pour éviter toute propagation de sa maladie. Par ces méthodes, les autorités médicales souhaitent donc donner au sanatorium un rôle socio-éducatif. Les défenseurs du sanatorium sont à ce sujet unanimes : qui de mieux pour offrir des conseils avisés afin d’éviter la contagion qu’un ancien tuberculeux à sa sortie du sanatorium ayant connu la souffrance de la maladie74 ? On inculque aux malades des savoirs élémentaires d’hygiène et de prophylaxie. La protection des sujets sains, la préservation de l’enfance, la lutte contre la mauvaise habitude de cracher par terre ou les règles élémentaires de propreté sont autant de thèmes discutés75. Le corps médical pense qu’une personne qui a connu la cure sera entendue ; elle représente en outre une preuve vivante de la curabilité de la tuberculose. Néanmoins, même si les intentions sont honorables, les médecins n’incluent pas dans leur réflexion l’image négative que renvoie le tuberculeux dans la société. Ainsi, rares sont les anciens malades se vantant des préceptes hygiéniques appris lors de leur séjour.

  • 76 AMES, 5 Q ELB116 : Assistance médicale aux tuberculeux : liste, frais établissements (1925-1929), p (...)
  • 77 Nicholas Goetschel, Alfred Werner, Hélène Werner, Les épidémies, un sursis permanent, Tournai, Atla (...)
  • 78 Claudine Herzlich, José Pierret, Malades d’hier…, op. cit.

41Tout au sanatorium semble mis en place pour créer encore un peu plus ce sentiment de monotonie régnante. En témoigne la description des affaires dont un curiste doit disposer lors de son entrée au sanatorium d’Oissel. Celui-ci doit être porteur « d’un trousseau, dont la composition sera au moins la suivante : deux vêtements appropriés à la saison ; un manteau ou pardessus ; une calotte ou un béret ; des gants de laine pour l’hiver ; trois chemises de linge, avec trois gilets de flanelle ; trois chemises de nuit ; douze mouchoirs ; quatre paires de chaussettes ; des souliers, ou bien de préférence des sabots ou galoches pour sortir ; une paire de pantoufles en été ou des chaussons à semelles en hiver pour l’intérieur de la maison ; un gant de crin ; quatre serviettes de toilette ; peignes, brosses, brosse à dents76 ». Tous ces éléments regroupés aboutissent à une dépersonnalisation du malade, comme si l’expérimentation prenait le pas sur l’hospitalisation. Le malade n’est plus considéré comme individu, mais comme groupe. On parle dès lors de « tuberculeux », de « candidats au sanatorium ». Ces circonstances amènent tout individu tuberculeux à passer en l’espace de quelques jours du statut de sujet à celui d’objet par l’intermédiaire du sanatorium. Ainsi, en rassemblant de nombreux malades ayant des symptômes quasi identiques et obéissant à des règles d’existence commune, la cure sanatoriale accentue le statut particulier de certains individus au sein de l’espace social. D’ailleurs, les activités et les comportements de groupe contribuent à valoriser les patients, les amenant à développer un fort sentiment d’appartenance au groupe. La maladie se transforme en un mode de vie spécifique, dans le but de façonner la personnalité du malade et de conditionner son comportement77. Le sanatorium dispose donc d’une multitude d’agencements destinés à encadrer la tuberculose et en même temps le tuberculeux : « La maladie devient une forme de vie avant d’être une forme de mort78. » Pourtant, les méthodes proposées aboutissent souvent à l’opposé de ce qui était espéré par les concepteurs de ce lieu de vie, les malades échappant par leurs comportements au conditionnement.

Entre mouvement collectif et exclusion individuelle

D’une solidarité défendue…

  • 79 Pierre Guillaume, Du désespoir…, op. cit., p. 268-269.
  • 80 Claudine Herzlich, Médecine…, op. cit., p. 64.
  • 81 Marie-Pierre Ollivier, La maladie grave…, op. cit., p. 72.

42Le sanatorium représente bien plus qu’un lieu d’hospitalisation, il symbolise avant tout une vie en collectivité, totalement à part du monde extérieur. Ainsi, Pierre Guillaume en perçoit un double aspect ; il pense que cette institution, bien que connotée négativement, les termes « mort », « maladie » et « déchéance » s’y croisant sans cesse, a également une dimension plus optimiste, les malades tissant des liens et une véritable sociabilité s’instaurant en son sein. Pour lui, « dans ce climat d’angoisse et de désœuvrement […] les rapports avec l’Autre jouent nécessairement un rôle essentiel : La maladie fait naître des solidarités profondes79. » De la même manière, Claudine Herzlich insiste sur ces liens entre patients qui incarnent une véritable perspective de guérison : « les rapports entre les malades du service se caractérisent par une sociabilité développée et la formation de liens d’amitié. Ces liens créent pour les malades une atmosphère ressemblant à celle de la maison80. » Néanmoins, si la solidarité joue un rôle fort, notamment pour faire entendre les griefs des pensionnaires concernant la qualité de vie de l’établissement, la cure se vit dans une relative solitude, si on prend en exemple les cures de repos où l’absence de dialogues entre les patients est de rigueur. Cette solidarité trouve son origine non seulement dans l’isolement créé par les réalités concrètes de l’hospitalisation, mais aussi dans l’affaiblissement des relations affectives avec la famille. En effet, le fait que ces malades soient atteints d’une pathologie grave nécessitant des précautions astreignantes et dont l’issue peut être fatale entraîne dans l’entourage familial des fluctuations affectives, des résistances et des réserves, que les malades perçoivent par l’intermédiaire des courriers ou des rares visites. Les relations difficiles avec la famille peuvent entraîner l’apparition d’une crise dépressive chez le malade par la prise de conscience de l’écart qui se creuse entre l’expérience du milieu familial et celle du sujet hospitalisé. Marie-Pierre Ollivier dit, à juste titre, que « quand un des membres de la famille tombe malade, non seulement l’épreuve de la maladie est vécue par le malade lui-même, mais cette maladie a des répercussions sur tous les membres de la famille et ces répercussions sont aussi une épreuve à surmonter pour chacun des membres de la famille81 ». Pour faire face à cette solitude, le malade se rapproche inexorablement des autres patients qui vivent la même expérience et partagent avec lui le quotidien unique du sanatorium. Déconnecté de la réalité du monde extérieur, le patient est à même d’opérer un processus qui le conduit à s’évader psychologiquement de ce nouvel environnement contraignant comme le souligne Maurice Porot :

  • 82 Maurice Porot, La psychologie des tuberculeux, Neufchâtel, Delachaux et Niestlé, 1950, p. 108.

L’évasion hors de soi-même, la recherche de divertissement, au sens très large du mot, devient au bout d’un certain temps une nécessité impérieuse, une mesure d’hygiène mentale dont la plupart des malades ressentent plus ou moins confusément le besoin […] Le tuberculeux réagit sur le plan psychique, contre l’envahissement et le gauchissement de son esprit par les conséquences de la maladie, comme il réagit, sur le plan somatique, contre l’attaque et les lésions bacillaires82.

  • 83 AMES, 5 Q ELB116 : Assistance médicale aux tuberculeux : liste, frais établissements (1925-1929), p (...)
  • 84 Maurice Porot, La psychologie…, op. cit., p. 114.
  • 85 ADE, 43 X 6, sanatorium de la Musse : courrier, règlement, rapport de la « Renaissance sanitaire », (...)
  • 86 Ces réprimandes sur la qualité de la nourriture sont communes à tous les sanatoriums. Thomas Mann l (...)
  • 87 Franz Kafka, Lettres à Miléna, Paris, Gallimard, 1956, p. 164.

43Cette évasion peut aussi être encouragée et encadrée par le personnel du sanatorium, qui propose des travaux de jardinage et une reprise progressive du travail. Au sanatorium d’Oissel, les malades sont ainsi autorisés à exécuter chaque jour, pendant quelques heures, un travail rigoureusement dosé et contrôlé par le médecin-directeur (par exemple, des petits travaux de culture maraîchère ou des travaux d’atelier, suivant les saisons). Ces activités, qui font partie intégrante du traitement, sont censées rompre la monotonie des longues heures de la cure de repos, mais la renforcent finalement, puisque les travaux proposés n’offrent guère de variété et sont très réglementés par la direction : « nul n’a le droit de s’y soustraire, s’il lui est ordonné ; nul n’a le droit de s’y livrer, s’il n’y est autorisé83. » Cette évasion échappe parfois au contrôle du personnel et apparaissent alors les dérives de la vie en communauté, comme « le goût du scandale, le colportage des potins, des ragots, l’étude consciencieuse et malveillante du comportement d’autrui, l’échafaudage de suppositions parfois gratuites84 ». La plupart des sanatoriums français connaissent ces dérives et en particulier la remise en cause perpétuelle de l’autorité médicale ; c’est le cas du sanatorium de la Musse près d’Évreux. L’inspecteur départemental d’hygiène publie à ce sujet des directives très strictes et est régulièrement mis à contribution dans les années trente pour remettre un certain ordre moral dans les établissements. Malgré tout, le directeur du sanatorium, le docteur Avezou, note encore en 1939 que les malades « refusent toute cure de chaise longue, et passent le temps réservé au repos à fumer, danser et palabrer dans une salle de réunion85 ». Ceux-ci ont encore d’autres griefs, comme en témoignent des doléances portant sur la nourriture que les curistes trouvent monotone, insuffisante en quantité et en qualité86. La question des repas est centrale dans les protestations enregistrées durant l’entre-deux-guerres, qui met aux prises des directions intransigeantes et des pensionnaires prenant progressivement de l’assurance dans leur pouvoir et dans la force du « groupe ». Franz Kafka, très tôt résigné à l’idée de se battre contre la tuberculose, avait une vision toute personnelle du régime imposé au sanatorium et qui, au-delà du contexte dramatique, nous ferait presque sourire : « Ce sont des établissements de cure réservés aux seuls pulmonaires, des maisons qui ont la fièvre et toussent tout entières jour et nuit, où il faut avaler de la viande […], sous l’œil de médecins juifs qui se caressent la barbe87. »

… à une exclusion sous-jacente

  • 88 Barbara Bates, Bargaining for Life…, op. cit., p. 259.
  • 89 Linda Bryder, Below the Magic Mountain…, op. cit.

44Malgré tout ce que nous venons de dire, le sanatorium est d’abord un endroit déprimant. Il faut vivre avec les autres malades, et être exposé à la vue et aux sons de la maladie couplée à la perte de l’intimité. On y trouve plus de contraintes que certains ne peuvent tolérer. À partir d’un recueil de témoignages poignants sur les conditions de vie en sanatorium, Barbara Bates, historienne américaine, pense qu’avec le recul, suivre une cure au sanatorium a été une triste erreur pour certains malades88. L’isolement dans une chambre, l’enfermement au sein d’un espace bien défini, la mise à distance des autres, tant du personnel médical que des visiteurs, contribuent à rendre ce type d’hospitalisation particulièrement difficile. De plus, le malade est non seulement soustrait à son cadre habituel, familial et professionnel, mais également contraint de renoncer à ses habitudes compensatoires, puisqu’il ne peut plus fumer ni boire. Les conditions d’hospitalisation que propose le sanatorium semblent donc relativement acceptables sur le plan hygiénique et prophylactique, mais se révèlent psychologiquement difficiles à supporter pour le sujet hospitalisé, puisque la perte des repères habituels de la vie quotidienne participe au déséquilibre psychologique du malade. Ceux-ci sont soustraits d’une manière brutale à leur cadre habituel, sachant que la vie à l’époque ne se prête pas particulièrement à de grands bouleversements ; la population est souvent fixée à un endroit donné par le logement familial et le travail ; ce départ vers le sanatorium entraîne donc une perte de ces repères sociaux de base. Le patient doit, de plus, découvrir un environnement radicalement différent à tous les niveaux : un cadre nouveau, le sanatorium ; des personnes nouvelles : l’équipe soignante, médecins et infirmières, les autres curistes ; la soumission à des soins : les auscultations hebdomadaires, la cure de repos, la cure solaire ; les contraintes du traitement : repos, heures fixes des repas, heures fixes du lever et coucher, etc. Tout ceci concourt à agresser le malade, alors que celui-ci est déjà affaibli par le changement radical de vie, auquel vient s’ajouter l’angoisse de son devenir. En perdant son statut social, le sujet en retrouve un autre, celui de malade. Des auteurs comme Isabelle Grellet et Caroline Kruse se sont assez nettement appuyées sur le livre de Thomas Mann, La Montagne magique, pour dépeindre la vie d’un sanatorium, faite de loisirs, de conférences, de ballades et d’amourettes sans lendemain. Cette vision idyllique est largement erronée. Le sanatorium départemental d’Oissel n’est ainsi en aucune manière un lieu de liberté, de palabres et de loisirs, puisque les règlements y sont stricts, l’emploi du temps indéfectible, la vie monotone et la mort présente. Cette définition est corroborée par l’analyse des photographies de l’intérieur des sanatoriums normands. Au sanatorium de la Musse, les chambres entraînent une promiscuité inquiétante. Les lits sont rustiques, le mobilier absent et les fenêtres difficiles d’accès. On est à l’opposé du sanatorium de La Montagne magique, celui-ci apparaissant de plus en plus comme un mythe, au vu du système sanitaire français, comme Linda Bryder, chercheuse à l’université d’Auckland, a pu le démontrer pour le système de santé anglais89. De plus, on comprend mieux dorénavant comment cet établissement peut se permettre d’accueillir à l’époque 830 malades, étant donné les conditions d’entassement dans lesquelles ces malades (sur) vivent. Ce besoin d’isoler toujours plus de tuberculeux dans les sanatoriums français conduit à ces dispositions regrettables. Après tout, l’isolement des malades reste la priorité et les conditions de vie de ces mêmes malades n’apparaissent souvent que secondaires.

45Le contraste est saisissant lorsque la chambre à trois lits côtoie la chambre particulière où le malade dispose entre autres d’un bureau, d’un lit plus spacieux, d’un coin toilette (lavabo, bidet), d’une chaise longue et d’un balcon privatif. Ces conditions de séjour diamétralement opposées débouchent sur des ressentiments entre les privilégiés et les autres curistes. Cette différence dans la qualité de la cure peut expliquer les nombreux mouvements d’humeur, relevés au sanatorium de la Musse, d’une poignée de patients réclamant des conditions d’hospitalisation plus décentes. L’exclusion est donc double, puisque l’exclusion du monde des bien-portants se double d’une exclusion d’ordre social à l’intérieur même du sanatorium entre les clients aisés, peu nombreux, pouvant se permettre une cure « faste », et les autres, aigris et en surnombre.

46Au-delà des résultats plus que discutables qu’il a engendrés, l’idée même du sanatorium, apparaît comme un modèle ayant abouti à un phénomène d’exclusion d’une partie de la population en cure. En effet, outil présenté comme révolutionnaire dans le schéma global de la lutte contre la tuberculose, la dimension humaine du sanatorium a clairement été négligée par les législateurs et les administrations publiques, peu préoccupés par ce que ressentent les tuberculeux, qui apparaissent du même coup comme des malades à la moralité vacillante et ignorant la discipline. Cette image à l’intérieur de l’établissement a donc des répercussions nettes sur l’image que dégage le malade à l’extérieur. On est finalement tenté de dire que le sanatorium correspond en partie au passage vers une exclusion définitive de la société.

Les « résistants » du sanatorium

  • 90 « Principaux éléments à revoir dans les sanatoriums », Bulletin de la Fédération départementale des (...)
  • 91 ADSM, 1 NP 140, délib. CG (1924), 3 octobre 1924.

47La discipline et les règles du sanatorium obtiennent à l’époque une approbation plus grande de la part des femmes que des hommes. La société patriarcale, l’absence de femmes à des postes hiérarchiquement élevés ou la persistance du rôle de la mère sont là pour expliquer la soumission plus grande des femmes à l’intérieur du sanatorium. Les mouvements féministes quasi inexistants ne permettent pas encore aux femmes de se regrouper pour faire valoir leurs droits. Elles restent donc sous le joug des hommes et acceptent les règles en conséquence. Au sein des sanatoriums, les médecins sont des hommes et les femmes ne cherchent pas à remettre en cause ce pouvoir qui leur est dévolu. Pour les hommes, la soumission au corps médical se révèle plus difficile, notamment lorsqu’il s’agit d’infirmières, donc de femmes. Les problèmes de discipline connus à l’époque dans les sanatoriums français sont pour la plupart à l’initiative d’hommes. À titre d’exemple, des réclamations répétées de malades en traitement dans la partie réservée aux hommes du sanatorium d’Oissel en 1924 créent une polémique sur la qualité générale des sanatoriums. Ces propos désobligeants pour la direction sont immédiatement repris dans la presse et un article du Bulletin de la Fédération départementale des groupements de mutilés et anciens combattants fait état de « denrées de mauvaise qualité et d’une préparation des aliments négligée90 ». À la suite de ces griefs et pour couper court à toute polémique, une enquête est diligentée par l’administration préfectorale. Celle-ci se solde par un camouflet pour les protestataires : « les menus paraissent tout à fait acceptables […] En cours d’enquête, les malades ont déclaré que depuis leurs réclamations, il y avait une amélioration très sensible du régime alimentaire. » La conclusion de ce rapport est révélatrice du peu de sérieux accordé aux demandes des malades qualifiées de « doléances exagérées91 », mais leur récurrence inquiète les autorités. On peut trouver d’autres exemples, encore plus nets, au sanatorium de la Musse. Dans cet établissement de grande capacité, certains hommes ont vite compris que leur nombre pouvait contraindre les médecins à les faire participer activement à la vie du sanatorium et leur procurer ainsi un droit de regard sur leur cure. Le médecin-directeur Avezou, dénonce ces faits :

  • 92 ADE, 43 X 6, sanatorium de la Musse : courrier, règlement, rapport de la « Renaissance sanitaire », (...)

Pour des raisons strictement politiques : organisation de groupements fédératifs avec droit de regard par leurs délégués dans l’organisation administrative et médicale du sanatorium, 250 malades hommes sur un effectif de 730 refusent depuis mardi matin toute cure de chaise longue, et passent le temps réservé au repos à fumer, danser et palabrer dans une salle de réunion en attendant que les médecins se rangent à leur point de vue92.

  • 93 ADE, 43 X 6, sanatorium de la Musse : courrier, règlement, rapport de la « Renaissance sanitaire », (...)
  • 94 ADV, 1 X 400, instructions. L’exemple du sanatorium « Etche-Gorria » est tiré d’une circulaire du m (...)

48Conscient de la mauvaise publicité engendrée par ce genre d’incidents, le ministre de la Santé Publique, Marc Rucard, émet le souhait d’un retour à l’ordre dans les plus brefs délais, et met implicitement la pression sur le corps médical. Pour ne pas trop froisser l’ego des médecins, le ministre demande également aux malades des efforts dans leur comportement : « on ne saurait admettre que des malades traités dans un sanatorium refusent délibérément de suivre le traitement […] compromettant ainsi leur guérison. » Pour éviter que le mouvement ne s’amplifie, le ministre conseille aux médecins de diriger une vingtaine de pensionnaires vers d’autres établissements, « parmi les instigateurs du mouvement qui se sont montrés particulièrement violents93 ». Volonté délibérée de soulèvement ou réel manque d’hygiène, tout est prétexte à remettre en cause la cure. Ce dispositif de surveillance brandi par le ministre n’est pas nouveau ; déjà, au début des années trente, pour faire face à des problèmes de discipline de plus en plus récurrents, de nombreuses inspections étaient diligentées. Pour ce faire, le ministère de la Santé publique et de la Prévoyance sociale n’hésitait pas à envoyer des émissaires. Le sanatorium « Etche-Gorria », basé à Cambo, dans les Basses-Pyrénées, s’est ainsi vu retirer de la liste des sanatoriums agréés publiée par le ministère, après une visite impromptue d’inspecteurs sanitaires qui avaient relevé une tenue défectueuse de l’établissement, notamment au point de vue technique et hygiénique94. En outre, quand l’administration ne s’en débarrasse pas, ce sont souvent les malades eux-mêmes qui quittent de leur plein gré l’établissement de cure. Il y a là un véritable décalage entre les nombreuses demandes faites par les particuliers aux préfets pour effectuer une cure, demandes souvent refusées par manque de place ou avec de véritables justifications médicales, et les nombreux départs de curistes qui souhaitent retourner dans leur foyer. Ce phénomène aboutit régulièrement à des dérives : c’est le cas de patients, pas forcément justiciables de la cure, mais qui n’ont pas d’attaches familiales et qui profitent du système pour vivre le plus longtemps possible aux frais des collectivités par l’intermédiaire de l’assistance médicale gratuite.

  • 95 Philippe Adam, Claudine Herzlich, Sociologie…, op. cit., p. 18.
  • 96 ADE, 43 X 6, sanatorium de la Musse : courrier, règlement, rapport de la « Renaissance sanitaire », (...)
  • 97 Maurice Porot, La psychologie…, op. cit., p. 112.

49À travers l’analyse des documents d’époque, on constate aussi que les problèmes surviennent lorsque les malades décident de se regrouper en associations pour défendre leurs droits. Ce phénomène s’amplifie au début des années trente95 et se situe en majorité au sein des grandes structures, le nombre de pensionnaires les y aidant. Le regroupement de malades en associations96 suggère une prise de conscience collective, empiétant parfois sur la responsabilité du corps médical. Les demandes les plus fréquentes portent sur la nourriture, l’hygiène, les permissions, les distractions ou encore le confort des alités. Maurice Porot trouve une raison à ces requêtes incessantes ; il indique en effet qu’« exaspérées par le climat moral confiné par la vie sanatoriale, favorisées par l’oisiveté et le vide intellectuel de la majorité des malades, les querelles internes ne peuvent que s’exacerber, trouvant un aliment quotidien dans les insatisfactions d’une vie en général mal acceptée97 ». Ainsi, outre une infrastructure de qualité, un sanatorium se doit de posséder dans ses services un personnel spécialisé et préparé à de telles situations. Une des solutions préconisées consiste à faire résider sur place le médecin-directeur et sa famille pour qu’ils s’imprègnent du quotidien des malades. Les infirmières ont aussi une obligation de résidence au sanatorium de la Musse pour faciliter le contact avec les pensionnaires. Néanmoins, même si ces mesures peuvent sembler intéressantes pour le développement de rapports humains de qualité, elles attisent aussi la jalousie de certains malades, qui ne sont guère dupes devant les privilèges du personnel en place (pavillons séparés, chambres individuelles, nourriture de qualité, balcons, etc.).

Le sanatorium : un centre d’expérimentation chirurgicale ?

  • 98 G. Potez, « Sur le traitement non médicamenteux de la tuberculose pulmonaire », La Normandie médica (...)
  • 99 Léon Bernard est un fervent défenseur du pneumothorax artificiel : « Aucun autre procédé n’est capa (...)
  • 100 E. Rist et F. Hirschberg, « L’aspect économique et social du traitement de la tuberculose pulmonair (...)

50La chirurgie dans le traitement de la tuberculose, appelée également « traitement non médicamenteux98 », reste à l’époque un phénomène marginal par rapport à la cure diétético-hygiénique. Néanmoins, le sanatorium accueille régulièrement des malades pour lesquels l’intervention chirurgicale s’avère nécessaire. Cette méthode est essentiellement utilisée pour des malades profondément atteints, mais encore curables. En outre, comme pour toute intervention chirurgicale, même bénigne, les risques existent ; ceux-ci sont pourtant la plupart du temps minimisés par le corps médical, soucieux de ne pas effrayer le patient et également par le malade lui-même, résigné, puisqu’il se croit déjà condamné. Pendant l’entre-deux-guerres, le pneumothorax artificiel est considéré comme la meilleure des acquisitions récentes faites dans le traitement chirurgical de la tuberculose pulmonaire pour de nombreux spécialistes99. La collapsothérapie pulmonaire, pour employer le terme scientifique, découverte par l’italien Carlo Forlanini à la fin du XIXe siècle consiste à mettre l’organe malade au repos en injectant de l’air entre les deux plèvres après une perforation de la paroi thoracique. Cette méthode est la conséquence de faits simples : tant que le poumon ne se rétracte pas, les cavernes tuberculeuses ne peuvent guérir. Pour qu’elles cicatrisent, il faut que les poumons ne subissent plus les violentes secousses qui se produisent lors de la toux. Une « relative tranquillité » du poumon malade est obtenue partiellement par la cure de repos et, en l’occurrence, par la position allongée qui limite strictement les mouvements respiratoires. Mais un tel traitement se montre parfois insuffisant. Dans ce cas, le pneumothorax est pratiqué. Comme le malade opéré reste souvent fragile, il a besoin d’être soigné et surveillé avec la plus grande attention. Ces malades sont donc admis en sanatorium pendant les premiers mois suivant l’opération. Cette technique est considérée à l’époque non seulement, à terme, comme un moyen non négligeable pour guérir de la tuberculose, mais déjà, à court terme, comme un moyen efficace pour « vivre la maladie ». Édouard Rist et son collègue Hirschberg prétendent à ce sujet que le travail n’est pas incompatible avec le pneumothorax100. Derrière ces déclarations résolument optimistes se cachent deux buts fondamentaux : d’une part, réhabiliter cette découverte trop souvent boudée par le corps médical car jugée trop contraignante et ne donnant pas assez de résultats et, d’autre part, inciter les employeurs à accélérer la réinsertion des malades, alors que ces derniers se montrent très souvent réticents dans l’embauche d’un porteur de pneumothorax. Reste que cette méthode est pratiquée très tôt au sanatorium d’Oissel par le docteur Halipré ; pour lui, au travers de la cinquantaine de cas étudiés, le constat est clair :

  • 101 André Halipré, « Remarques à propos de 50 cas de pneumothorax artificiels », La Normandie médicale, (...)

L’impression d’ensemble qui se dégage pour moi d’une pratique de quelques années, peut se résumer ainsi : je n’ai jamais vu la situation d’un malade s’aggraver à la suite d’un pneumothorax ; dans la presque totalité des cas […] il y a au moins un temps d’arrêt dans l’évolution de la maladie. Dans un quart des cas traités, le traitement a produit une amélioration durable, se traduisant par la disparition de la fièvre, de la toux, de l’expectoration, une reprise de forces et un retour partiel de la capacité de travail […] Ni les vaccins, ni les sérums, ni la chimiothérapie, n’ont à leur actif semblables résultats101.

  • 102 Ibid.
  • 103 E. de Lignerolles, « Sanatoriums… », op. cit., p. 253-255.

51Loin de tout triomphalisme et contrairement aux docteurs Rist et Bernard, nettement plus catégoriques sur les bienfaits du pneumothorax, le docteur Halipré n’en demeure pas moins prudent quant à son utilisation : « autant il serait illogique de s’enthousiasmer aveuglement en sa faveur, autant il serait fâcheux de négliger les résultats heureux qu’on peut en attendre102. » À Oissel, 60 pneumothorax sont effectués en 1930 sur les 356 malades incorporés à l’établissement cette année-là, soit un peu moins de 17 %, pour 1 566 insufflations103.

  • 104 ADE, 2 N 86, délib. CG (1937), « Assistance médicale ; pneumothorax », 19 juillet 1937.
  • 105 ADE, 2 N 79, délib. CG (1927), « Assistance médicale gratuite ; traitement de la tuberculose par le (...)
  • 106 ADE, 2 N 86, délib. CG (1937), « Assistance médicale ; pneumothorax », 19 juillet 1937.

52Dans l’Eure, la population malade connaît plus de difficultés pour bénéficier de cette méthode ; il faut en effet rappeler que le sanatorium de la Musse n’accueille qu’une minorité de malades du département. Ces rares privilégiés, après avoir quitté le sanatorium, doivent se rendre en région parisienne, au dispensaire de Rouen ou au sanatorium d’Oissel pour accéder à des centres d’insufflation104. Peu influencés par l’optimisme de certains médecins de renom, la majorité des conseillers généraux restent sceptiques sur l’efficacité de cette technique. Dès la fin des années vingt, le docteur Vivier regrette déjà devant l’assemblée départementale que cette méthode ne soit pas inscrite au tarif de l’Assistance médicale gratuite, ses membres ayant accueilli la proposition du médecin avec une fin de non-recevoir105. Il faut en fait attendre 1937 pour que la Commission départementale de contrôle diligentée par le Conseil général accepte que le pneumothorax soit inscrit au bénéfice de l’assistance médicale gratuite106. Pourtant, en l’absence de places disponibles en sanatorium et de centres d’insufflation pour pneumothorax, cette décision ne peut avoir une réelle incidence sur la qualité de vie des malades.

  • 107 Jean Terquem, Les médecins dans la société française, Paris, Economica, 1992, p. 23.

53Finalement, de nombreuses raisons peuvent expliquer le relatif désintérêt pour cette technique. Le corps médical est tout d’abord trop divisé sur la méthode, car, une nouvelle fois, comme pour les dispensaires, les médecins libéraux se sentent mis à l’écart du dispositif. En envoyant le malade vers un sanatorium où cette technique est pratiquée, c’est toute une partie de la clientèle qui est en passe de s’absenter le temps de la cure. Cette participation modérée à cette nouvelle médecine, plus sociale que médicale, est considérée comme vitale pour certains médecins, qui souhaitent conserver en priorité des honoraires stables107. En outre, les investissements dans du matériel de pointe pour les traitements chirurgicaux se font rares ; en effet, les assemblées départementales, peu au courant des moyens efficaces pour lutter contre la tuberculose et ayant déjà versé des subsides importants pour la construction de sanatoriums, n’ont que faire du pneumothorax. Enfin, les malades eux-mêmes se montrent souvent circonspects face à cette mesure ; en effet, alors que la cure au sanatorium est largement encouragée au travers de la publicité, les techniques chirurgicales, elles, restent dans l’ombre. Elles sont peu prises en charge par l’assistance médicale gratuite, donc onéreuses, et les malades ne peuvent se permettre d’une part de se faire installer un pneumothorax et d’autre part de le pérenniser par les nombreuses injections nécessaires à son bon fonctionnement. L’écart est donc considérable entre cette technique, qui a donné des résultats plutôt encourageants, et sa maigre utilisation, réservée à quelques sanatoriums et centres hospitaliers.

  • 108 Frédéric Dumarest et P. Brette, La pratique du pneumothorax thérapeutique et de la collapsothérapie (...)
  • 109 G. Potez, « Sur le traitement… », art. cité, p. 254.

54D’autres techniques sont également explorées à l’époque lorsque, pour certains malades, le pneumothorax n’est pas réalisable ; par exemple, si les deux feuillets de la plèvre sont « symphysés », c’est-à-dire accolés, l’opération s’avère impossible. Dans ces circonstances, il faut songer à la redoutable thoracoplastie. Celle-ci consiste, comme pour le pneumothorax artificiel, en une rétractation du poumon. Néanmoins, pour ce faire, on utilise des moyens nettement plus drastiques : on sectionne les côtes, donc l’armature rigide de la cage thoracique, de façon à permettre l’affaissement de tout le contenu thoracique. Cette méthode est toutefois peu répandue, parce que l’opération est délicate. La question de la thoracoplastie dans le traitement de la tuberculose pulmonaire est abordée pour la première fois lors du sixième congrès national de la tuberculose de Lyon en 1927. Elle est traitée par deux éminents spécialistes, Léon Bernard et Frédéric Dumarest, pionniers dans cette technique ; ce dernier reconnaît que la thoracoplastie est « une des meilleures opérations thérapeutiques puisqu’elle réduit à la fois les tensions élastiques, statiques, dynamiques du poumon108 ». Elle est aussi souvent synonyme de vie pour les malades dont le stade de la maladie est très avancé. Par contre, elle repose sur la résection chirurgicale des arcs costaux, ce qui signifie une intervention mutilante et très douloureuse. L’intervention ayant lieu sous anesthésie locale, on peut aisément imaginer la douleur non seulement physique du patient, mais également morale par le fait de « se voir » ainsi mutilé. Parfois, l’opération se passe même en deux temps lorsque le nombre de côtes à sectionner est important. Outre la douleur, ces résections costales entraînent des déformations thoraciques et des déviations de la colonne vertébrale ; de même, les cicatrices postérieures laissées par de larges incisions de la paroi aggravent ces aspects disgracieux. Cette intervention est donc lourde de conséquences pour le malade qui en ressort mutilé à vie. La thoracoplastie, « intervention d’une excessive gravité109 », a certes sauvé nombre de vies humaines, mais au prix de multiples souffrances physiques et morales. D’autres méthodes chirurgicales existent, comme la phrénicestomie qui consiste à sectionner le nerf phrénique pour paralyser le diaphragme correspondant (le nerf phrénique étant le moteur du diaphragme). Elle assure l’immobilité du poumon par paralysie de ce muscle respiratoire. Cette technique paraît « bien sage » à côté de la spéléotomie où l’on ouvre directement la cage thoracique pour traiter à vif les lésions tuberculeuses. Si toutes ces opérations confiées à des spécialistes sont réalisées dans des hôpitaux ou des sanatoriums, celles-ci apparaissent comme relativement marginales à côté du pneumothorax artificiel.

  • 110 Jean et René Dubos, The White Plague…, op. cit., p. 58. ; Patrick Dugois, L’enfant…, op. cit., p. 1 (...)

55Finalement, durant l’entre-deux-guerres, deux méthodes d’apparence dissemblables se partagent le traitement de la tuberculose : d’une part, la cure diétético-hygiénique se pratiquant au sanatorium pour des malades atteints de formes curables de la tuberculose, et d’autre part le pneumothorax artificiel se pratiquant au sanatorium ou à l’hôpital pour des malades dont l’état est jugé préoccupant. Celles-ci peuvent se révéler aussi complémentaires, puisqu’un malade porteur d’un pneumothorax artificiel se voit souvent recommander une cure de repos au sein d’un sanatorium. La description des quelques techniques utilisées témoigne d’une évolution de l’image du tuberculeux. Nous ne sommes plus dans la période romantique du XIXe siècle, où la littérature ne décrit pas encore la tuberculose comme un moment de dure souffrance, mais plutôt comme une réponse faite par le « poitrinaire » aux émotions humaines110. Les termes utilisés sont beaucoup plus durs, mais surtout beaucoup plus réalistes : insufflation d’air dans les poumons, section des côtes, anesthésie aléatoire, crachement de sang, etc. C’est la réalité de la tuberculose, et les images de la thoracoplastie peuvent en témoigner. Toutefois, cette maladie, bien que meurtrière, n’est pas représentée dans les ouvrages scientifiques de l’époque comme peut l’être la syphilis par exemple, notamment dans l’horreur de la maladie, alors que les malades ont bien conscience de l’horreur de leur tuberculose :

  • 111 Robert de Traz, Les heures de silence, Paris, Grasset, 1934, cité dans Pierre Guillaume, Du désespo (...)

Réveil à sept heures. À neuf heures et demie, entrée dans la salle. Je me sentais calme, décidé, avec une légère pointe d’orgueil. On me couche sur le billard, sur le côté droit, les jambes pliées. On descend le lustre qui éclaire mon dos. Lumière violente : tous les assistants sont rouge-brique. Un docteur me tient le pouls droit, et un autre le poignet gauche. Derrière moi, un assistant, deux sœurs, le chirurgien, et cinq ou six confrères rangés le long du mur et qui regardent de loin. Première sensation, froid brusque, par l’iode et par l’alcool qu’on m’applique sur le dos. J’ai encore le temps de me dire : si je voulais renoncer, ce serait le dernier moment. Puis anesthésie locale au moyen de cocaïne ou de novocaïne, je ne sais : les injections se font le long de la colonne vertébrale et de l’omoplate. Ensuite, la sœur, masquée et désinfectée, me recouvre lentement de grands draps aseptiques, sauf la partie du corps où va travailler le chirurgien. Soudain, pas très douloureux, le coup de bistouri. Voix du chirurgien « pinces… compresses… écarteurs moyens ». Le travail dans les muscles dure quinze minutes environ et la douleur est supportable ; je vois l’heure à la montre-bracelet du personnage qui me tient le pouls droit et qui, de temps en temps, me fait boire du cognac avec une paille. Je trouve quand même, par moments, que l’aiguille des secondes fait du sur-place. Puis de nouveau la voix : « ciseaux à résection courts et gros, coupant bien ». On me confirme que la section de la côte va commencer. Je songe que la peau et les muscles se recousent mais que l’os enlevé ne repousse pas… sensation que la cage thoracique est écrasée ; l’ossature est contractée par l’effort, jusqu’au sternum. Enfin, un bruit sec et la côte est rompue ; douleur en pointe aiguë au sternum quand l’os, dans le dos, a cédé. Maintenant commence le décollement de la plèvre. Cela se fait au doigt. Je sais que c’est le moment dangereux, la rupture de la plèvre pouvant être mortelle. Comme l’anesthésie n’agit pas sur la plèvre, la douleur est aiguë. Dix minutes environ. Puis arrêt : on tempère la paraffine, j’entends un bruit de casseroles. Ensuite « plombage » et recommencement de la douleur. J’ai l’impression que la plèvre est tendue à l’excès, qu’on a mis beaucoup trop de paraffine. C’est fini. On recoud en plusieurs fois, et alors je m’irrite que ce ne soit pas tout à fait fini. On m’assied pour me mettre un pansement, j’ai la tête libre, je reconnais les gens, je leur parle et ma voix me semble forte et claire. On me place sur un chariot, on me roule jusqu’à ma chambre, on me porte sur mon lit. J’y resterai huit jours assis, sans bouger. La chambre est surchauffée, j’ai trois bouillottes, et je suis enveloppé jusqu’au coup. À chaque respiration la plèvre me fait de plus en plus mal. Fatigue croissante, incapacité de bouger, demi-conscience. Trois jours de somnolence, de douleurs vives, de piqûres de morphine. Mais, au bout de ces trois jours, un sentiment de délivrance me pénètre, presque de joie. Est-ce la certitude de la guérison ? La substitution d’une douleur physique précise à l’inquiétude morale provoquée par un mal en progrès rapide ? La fierté d’avoir résisté à une grande épreuve, le soulagement d’avoir résisté sans faiblesse à un terrible danger111 ?

Les incurables : des laissés-pour-compte ?

56Alors que les tuberculeux curables monopolisent l’attention des autorités nationales comme départementales, la question des incurables est constamment éludée. Pourtant, cette population est particulièrement encombrante pour les hôpitaux, plus encore que leurs homologues curables, car contagieux à souhait. Au sortir de la guerre, il n’existe aucun établissement spécialement destiné aux tuberculeux en fin de vie sur le territoire normand et très peu en France. En 1918, un médecin rouennais, le docteur Boucher, s’exaspère de cette situation qui consiste, d’un côté à organiser certaines démarches à grands renforts de dollars pour sauver les tuberculeux qui peuvent encore l’être, et, d’un autre côté, à délaisser totalement ceux pour qui la mort semble inéluctable. Il reconnaît que dans son service de l’hôpital rouennais, les hospitalisations sont communes et peuvent donc entraîner des risques de contagion entre tuberculeux :

  • 112 ADSM, 1 NP 133, délib. CG (1917), 4 octobre 1917, déclaration du Dr Boucher sur l’hospitalisation d (...)

Il faut avoir vu comme je l’ai constaté fréquemment jadis dans les salles de l’Hôtel-Dieu, l’encombrement de l’hiver avec des lits de supplément, de brancards, de simples matelas par terre, de toute une population de malheureux toussant, crachant, empêchant le traitement des autres malades, pour comprendre la nécessité de cet établissement spécial pour la période ultime de la tuberculose112.

  • 113 AMR, délibérations du conseil municipal de Rouen, 21 février 1919, déclaration de M. Marc, membre d (...)
  • 114 ADSM, Hospices civils de Rouen, registre de délibérations L154, 16 octobre 1918, déclaration du pro (...)
  • 115 Léon Bernard, La tuberculose…, op. cit.
  • 116 ADSM, 5 M 67, Conseil départemental d’hygiène de la Seine-Inférieure ; procès et délibérations (21 (...)

57Les départements ignorent les incurables et ce sont finalement les hôpitaux eux-mêmes qui ont obligation de concevoir des solutions pour aménager leurs locaux face à cette population à risques. En 1919, la municipalité rouennaise se fait à son tour écho de la situation sanitaire déplorable des hôpitaux dans un rapport de M. Marc, membre de la Commission des finances de la ville, et incite la direction à prendre des mesures fermes : « les grands malades de cette catégorie [les tuberculeux] sont mélangés dans nos hôpitaux aux autres hospitalisés ; en tous cas, ils sont tout à fait insuffisamment séparés d’eux113. » Hormis le docteur Brunon, toutes les personnalités médicales et politiques rouennaises de l’époque (André Halipré, Alfred Cerné, le maire Lucien Valin) s’accordent sur la nécessité de fonder un établissement propre aux incurables et plus adapté à leur état de santé. Toutefois, aux yeux de l’opinion publique, cette idée reste très polémique. L’image de tuberculeux mourants dans un établissement spécifique renvoie en effet immédiatement aux conditions imposées dans les léproseries d’antan. La Commission administrative des hospices de Rouen décide d’entreprendre des consultations sur la possibilité d’aménager un établissement occupé avant-guerre par des religieuses puis par l’armée britannique, situé dans la périphérie est de Rouen, route de Darnétal. Le premier à émettre son avis n’est autre que Léon Bernard qui, lors d’une visite des installations rouennaises en octobre 1918, approuve très favorablement cette idée. Selon lui, celle-ci « répond à un besoin dont l’urgence prime même sur l’installation des stations sanatoriales114 ». Quelques années plus tard, ce même Léon Bernard, dans son ouvrage consacré à la tuberculose pulmonaire, louera l’importance de ces hôpitaux spécialisés115. Selon lui, ils doivent être construits en dehors, mais à proximité, des villes, comme l’établissement projeté. En fait, au-delà de son utilité qui suscite pratiquement un plébiscite, c’est son emplacement qui est la source de toutes les discussions. Le docteur Deshayes, membre du Conseil départemental d’hygiène de Seine-Inférieure, juge par exemple l’emplacement mal choisi dans une vallée nappée par un brouillard qu’il considère mauvais pour tous et particulièrement nocif pour les tuberculeux. Les hauteurs rouennaises, par contre, lui paraissent nettement plus appropriées, car ensoleillées116. Cette opinion a de quoi surprendre car ce docteur met l’argument environnemental en avant, comme s’il s’agissait de la construction d’un sanatorium de campagne pour curables, alors que ces malades n’ont théoriquement aucune chance de guérir. Le docteur Brunon est aussi résolument opposé à ce site puisque, pour lui, les incurables ont besoin de se ressourcer dans un hôpital au grand air, ce qui ne correspond en aucun cas au nouvel hôpital envisagé :

  • 117 Raoul Brunon, « Création d’un hôpital de tuberculeux route de Darnétal », La Normandie médicale, su (...)

Il serait contraire à l’intérêt de ces malades de les installer route de Darnétal, dans une vallée souvent encombrée de brouillards, à quelques mètres d’un égout à ciel ouvert qu’est le Robec, dans l’atmosphère enfumée d’une cité industrielle […] Créer un hôpital pour phtisiques serait rétablir la léproserie du Moyen-Âge. En y entrant le malade saurait qu’il doit abandonner toute espérance117.

  • 118 Ibid.
  • 119 ADSM, 5 M 67, déjà cité. Déclaration du Dr André Halipré.

58Il souhaite que leur hospitalisation se poursuive dans les hôpitaux communs rouennais, tout en ouvrant de nouvelles salles pour qu’ils soient isolés du reste des malades. Cette conception rejoint celle de l’aérium. L’hôpital peut et doit garantir l’accès à tous les malades, peu importe leur affection et le degré de leurs symptômes : c’est l’hôpital qui doit s’adapter aux malades et non pas le contraire118. Le docteur Brunon s’oppose une nouvelle fois au docteur Halipré qui reste pour sa part convaincu que « malgré sa situation géographique, le nouvel hôpital de Darnétal offrira aux patients ce qu’ils ont besoin, c’est-à-dire des salles ensoleillées, des galeries de cure, inexistantes dans les centres hospitaliers, et un éloignement très faible ». Il est nécessaire selon lui de créer des établissements spécifiques, pensés pour eux, afin qu’ils puissent y trouver tous les aspects nécessaires à leur hospitalisation. D’ailleurs, pour soutenir les dispositions envisagées, il s’appuie sur l’exemple du sanatorium d’Oissel qui fonctionne depuis déjà une quinzaine d’années et affirme que « la question de l’utilité d’une telle œuvre n’est plus d’actualité119 ».

  • 120 Karl Feltgen, « La question des soins… », op. cit., p. 51 ; Mélanie Mataud, Pierre-Albert Martin, L (...)

59Fort des avis appuyés des docteurs Bernard et Halipré, de l’Académie de médecine et de l’expérience du sanatorium d’Oissel, et malgré une pétition de 160 signatures des habitants environnants fermement décidés à empêcher la reconversion du site, la Commission administrative des hospices civils de Rouen décide d’aménager l’immeuble situé route de Darnétal en hôpital-sanatorium120.

  • 121 AMR, délibérations du conseil municipal, 23 juin 1921, attributions de l’hôpital-sanatorium route d (...)
  • 122 AMES, 5 Q ELB116 : Assistance médicale aux tuberculeux : liste, frais établissements (1925-1929), p (...)
  • 123 Véronique Faury, La lutte contre la tuberculose…, op. cit., p. 111.
  • 124 J. Evrot, « Rapport sur la lutte antituberculeuse en Seine-Inférieure », Bulletin du Comité nationa (...)
  • 125 AIP, fonds du CNDT, côte CNDT. DPT 68, correspondance avec le Comité départemental de Seine-Inférie (...)
  • 126 Yannick Marec, Bienfaisance communale…, op. cit., t. 2, p. 1169.

60Cependant, la réglementation de l’établissement tarde à être définie. Cette question est d’importance pour savoir à qui se destine cet outil, car regrouper des incurables en un seul lieu s’avère forcément problématique. Pour désamorcer les tensions, l’administration hospitalière décide de créer simultanément un centre d’examen pour les tuberculeux susceptibles de bénéficier de la cure sanatoriale et un pôle consacré à la réception temporaire des malades tuberculeux subissant une poussée aiguë de leur affection. Son habilitation principale est la suivante : un centre hospitalier pour les tuberculeux dont « l’état n’est pas compatible avec la cure en sanatorium et qui ne sont pas en mesure d’être traités à domicile121 ». Cette périphrase permet d’éviter la brutalité du mot « incurable ». Par contre, l’établissement est réservé aux seuls malades de sexe féminin122, ce qui exclut la majorité des malades, qui sont des hommes, et laisse un goût d’inachevé. De 1921 à 1923, l’immeuble est rénové et équipé123. Les frais engagés pour sa réhabilitation s’élèvent à 900 000 francs. Finalement, ce sont 96 lits répartis en salles de 8 lits et en chambres individuelles pour les malades les plus contagieux qui sont installés. L’aspect des locaux contraste fortement avec l’état de délabrement avancé des deux hôpitaux rouennais. Cet établissement est tour à tour magnifié par de grandes figures de la lutte contre la tuberculose de l’époque, comme le docteur Evrot, qui le considère comme un « outil moderne124 », et le docteur Cailleret, pour qui « la visite de cet établissement est une leçon pour quiconque s’occupe de la lutte antituberculeuse125 ». L’inspecteur général des services administratifs du ministère de l’Hygiène, M. Gravereaux, lors de sa visite des hôpitaux rouennais en 1927, ne cachera pas non plus son admiration pour l’organisation de l’hôpital-sanatorium126.

  • 127 ADSM, 1 NP 146, délib. CG (1930), 10 mai 1930, projet de création d’un hôpital sanatorium dans le d (...)

61Générant le plus souvent diverses polémiques (emplacement, financement, destination…), les politiques antituberculeuses devaient être adaptées et les résultats concrets se font attendre. Ainsi, même si au niveau départemental les actions se sont accélérées, les municipalités ont eu l’obligation de participer activement et d’œuvrer pour la santé de leurs administrés. Pendant l’entre-deux-guerres, les départements de Seine-Inférieure et de l’Eure ne disposent que de l’hôpital-sanatorium rouennais avec ses 96 lits réservés aux femmes, des deux hôpitaux rouennais, des pavillons de l’hôpital Pasteur du Havre et enfin des autres petits hôpitaux communaux, où les incurables sont la plupart du temps en contact avec les curables, voire avec les autres malades, tous types de maladie confondus. Cette situation critique s’ajoute au fait qu’il est extrêmement difficile pour les médecins des dispensaires et pour les médecins traitants de diriger les malades graves vers les hôpitaux ordinaires par manque de places et refus des malades d’être hospitalisés dans de telles conditions. Le docteur Daniel, membre du bureau d’hygiène havrais, déclare en 1930 qu’il « faut avoir vu ces salles de tuberculeux arrivés à la dernière période de la maladie pour comprendre la répulsion instinctive qu’éprouvent ces malades à y entrer127 ». Pourtant, bien que débattus régulièrement par les élus, les projets de réalisations restent en attente de financement et les incurables deviennent les oubliés du combat. N’étant pas compris dans la loi de 1919, les hôpitaux-sanatoriums sont marginalisés comme le reconnaît Léon Bernard lors de l’assemblée générale du CNDT en 1930 :

  • 128 « L’assemblée générale du Comité national de défense contre la tuberculose », Revue d’hygiène et de (...)

Il convient de s’attacher plus encore à augmenter le nombre de sanatoriums-hôpitaux, car le nombre des malades justiciables d’établissements de cette catégorie atteint jusqu’à 30 % des tuberculeux pris en charge par les dispensaires. Or, le nombre de lits affectés actuellement à ces malades ne dépasse pas 3 600. Ce chiffre devrait être décuplé ; pour réaliser un tel programme, il convient que le Parlement octroie, au plus tôt, par voie législative, aux sanatoriums-hôpitaux les avantages financiers de la loi du 7 septembre 1919, tant pour leur création que pour leur fonctionnement128.

62En fait, pour mieux appréhender cette réalité, il faut se remémorer les premières directives engagées par les organismes en charge de la lutte antituberculeuse au lendemain de la guerre. À l’époque, ni la mission Rockefeller ni le CNDT n’ont abordé le problème des incurables. Même l’État est resté flou dans ses définitions lorsqu’il envisageait le financement des sanatoriums. C’est à peine si le ministre de la Santé publique, Justin Godart, reconnaît en 1932 devant le Conseil supérieur de l’Assistance publique la prédominance d’une politique favorisant les curables au détriment des incurables :

  • 129 Déclaration du ministre de la Santé publique, Justin Godart, en 1932, dans Maurice Rochaix, Les que (...)

Nous avons dans la voie des sanatoria fait un très gros effort, mais le sanatorium ne correspond pas au seul point de vue de la lutte antituberculeuse […] Nous ne devons pas laisser les incurables contaminer les curables. Il faudra que dans un avenir prochain […] nous nous orientions dans la voie des hôpitaux-sanatoriums dans lesquels nous mettrons justement les malades incurables que nous retirerons du milieu qu’ils continuent à contaminer129.

  • 130 Lucien Viborel, Savoir prévenir…, op. cit.

63Ce peu d’attention est donc à mettre en relation avec les priorités de l’époque, à savoir la protection de l’enfance et le dépistage par l’intermédiaire du dispensaire. Ainsi le système antituberculeux fonctionne-t-il à deux vitesses. Plus le malade est jeune, plus les moyens engagés sont importants pour tenter de le sauver (préventoriums, sanatoriums marins, œuvre Grancher, placement familial des tout-petits, solariums, école de plein air, etc.). Le malade adulte curable, s’il se fait dépister assez tôt, dispose lui aussi, mais dans une moindre mesure, d’un accès aux soins. Enfin, le malade incurable a la possibilité de mourir dans les services spéciaux des hôpitaux quand ils existent, ou alors de mourir chez lui sans attention particulière. Cette politique, encouragée par l’État et suivie par les conseils généraux, qui consiste à avantager ce qu’on peut appeler « les vivants » sur « les condamnés », ne peut être satisfaisante sur un plan sanitaire car en se désintéressant d’une grande partie des incurables, la contagion s’exerce inexorablement et le problème de la tuberculose devient récurrent. En 1939, on ne compte que 22 hôpitaux-sanatoriums, chiffre bien dérisoire en comparaison des 199 sanatoriums et autant de préventoriums130. Le témoignage du docteur Briquet, membre du conseil général du département de l’Eure, résume parfaitement cette politique partiale :

  • 131 ADE, 2 N 73, délib. CG (1921), « Service départemental de la désinfection ; fonctionnement en 1920  (...)

Il y a une règle pour l’admission des tuberculeux dans les sanatoria, c’est qu’ils soient guérissables. Or, lorsqu’un tuberculeux est curable, il est très peu contagieux. Les plus contagieux sont les tuberculoses ouvertes, qui ne sont pas admises dans les sanatoria. Par conséquent, la construction des sanatoria limitera assez peu la contagion d’une façon directe et immédiate131.

64Le docteur Briquet formule un discours prémonitoire car malgré la profusion de sanatoriums sur le territoire français, on ne peut pas affirmer avec certitude que cette mise en place massive est directement liée à la baisse du nombre de tuberculeux pendant l’entre-deux-guerres et encore moins à la décroissance du phénomène de contagion entre personnes.

Des politiques sanatoriales complexes et critiquables

  • 132 Georges Poix, Les sanatoriums français, Paris, Baillière, 1937.

65Disposant de quelques années d’expérimentations, Georges Poix reconnaît déjà à la fin des années trente que les sanatoriums « n’ont pas toujours présenté les conditions nécessaires à leur fonctionnement132 ». Cette remarque est révélatrice des multiples dysfonctionnements qui ont jalonné l’histoire des sanatoriums français. La longue attente pour obtenir une place entraînant une diffusion de la maladie dans le contexte familial, le manque d’uniformisation des infrastructures, avec la prépondérance de lits réservés aux femmes, alors que l’évolution de la maladie tendait à démontrer que les hommes étaient touchés en majorité, l’ignorance des administrateurs en charge des aménagements qui tardaient ou étaient en inadéquation totale avec la situation des malades, l’absence d’obligation pour un malade d’effectuer une cure (un patient sur deux refusait son admission) ou les sorties prématurées, les malades non justiciables qui « polluent » l’institution, le manque de dialogue entre médecins et malades conséquence du régime strict prescrit sont autant de raisons qui ont fait voler en éclat cette politique sanatoriale.

66Devenu un substitut de l’hôpital accueillant une partie du flot de tuberculeux dépistés dans les dispensaires, le sanatorium a assuré la fonction sociale traditionnelle de ce dernier. Néanmoins, faute de places (le sanatorium d’Oissel ne compte que 211 lits en 1939), la majorité des malades a continué de se réfugier à l’hôpital. Si le sanatorium n’a pas répondu à toutes les attentes thérapeutiques, il a eu tout de même l’avantage d’isoler une partie de cette population et d’y faire découvrir un cadre souvent à l’opposé de celui dans lequel elle vivait (campagne et repos contre taudis et insalubrité). Enfin, comme pour le réseau de dispensaires, un grand décalage est perceptible entre les deux départements haut-normands. En Seine-Inférieure, les élus ont cru dans les bienfaits de ces établissements en rachetant l’édifice d’Oissel et en subventionnant ses multiples aménagements. Même si le conseil général n’a pas eu le recul nécessaire pour comprendre que cet outil n’engendrait pas de réels effets sur la baisse de la tuberculose, il a quand même eu une politique interventionniste et ambitieuse qui multipliait les initiatives en faveur des malades. A contrario, le département de l’Eure s’est longtemps désintéressé du sort de ses malades. Envoyés aux quatre coins de la France, rares sont ceux qui ont accepté de s’éloigner si loin pour une période indéterminée sauf s’ils pouvaient être logés et nourris aux frais du département. Tous les décideurs de la lutte contre la tuberculose, élus politiques comme médecins, sont finalement responsables de cette situation inextricable qui a empêché une continuité logique du dépistage de la maladie, phénomène déjà incertain dans l’Eure.

Notes

1 ADSM, 1 NP 136, délib. C. G. (1920), séance du 30 septembre 1920, rapport de M. le Préfet, M. Charles Lallemand.

2 On constate dès 1919 que le conseil d’administration de l’Œuvre du sanatorium rouennais dirigé par le docteur Halipré n’est plus le seul à concevoir la politique de l’établissement. En effet, il est créé une commission administrative spéciale regroupant la plupart des représentants influents du département dont M. Lallemand, préfet, MM. Lemarchand, Guillard et Profichet, conseillers généraux, M. Manoury, chef de la division de la comptabilité à la préfecture, M. Basilaire, chef de la division d’assistance et d’hygiène à la préfecture et M. Paul, directeur de l’Assistance publique (ADSM, 1 XP 1482, sanatorium d’Oissel, affaires diverses. Œuvre du sanatorium rouennais).

3 Œuvre du sanatorium rouennais, « Ouverture d’un service annexe à Saint-Étienne-du-Rouvray, le 15 décembre 1919, réservé aux femmes », Supplément de La Normandie médicale, no 3 bis, 15 décembre 1919, p. 32.

4 ADSM, 1 NP 137, délib. C. G. (1921), séance du 6 mai 1921, déclaration de M. Cauche.

5 « Département de Seine-Inférieure », Bulletin du Comité national de défense contre la tuberculose, t. 1, 1920, p. 133.

6 ADSM, 1 NP 137, délib. C. G. (1921), séance du 6 mai 1921, rapport de M. le Préfet, M. Charles Lallemand. Dans son rapport, le préfet indique les sommes à pourvoir pour permettre une phase d’extension et d’amélioration du sanatorium d’Oissel : construction d’un pavillon provisoire pour les femmes et enfants : 250 000F ; transformation de la buanderie : 35 000 F ; acquisition et installation de fourneaux à cuisine : 35 000F ; acquisition et aménagement d’un baraquement (atelier de travail) : 20 000 F ; construction d’une maison pour le logement du médecin-directeur : 80 000 F ; menus travaux d’entretien : 20 000 F ; total : 440 000 F

7 Marc Boulanger, Les hôpitaux de Rouen…, op. cit., p. 283.

8 ADSM, 1 XP 1482, sanatorium d’Oissel, affaires diverses. Œuvre du sanatorium rouennais, exposé et description du sanatorium d’Oissel.

9 Article 8, daté du 10 août 1920.

10 Jean-Bernard Cremnitzer, Architecture et santé…, op. cit., p. 20.

11 AM du Havre, délibérations du conseil municipal du Havre, séance du 3 octobre 1919.

12 ADSM, 1 XP 1485, stations sanitaires, pochette sanatorium d’Oissel, instructions diverses. Lettre du préfet de Seine-Inférieure au préfet de Haute-Marne datée du 19 juillet 1922.

13 ADSM, 1 XP 1482, sanatorium d’Oissel, affaires diverses. Œuvre du sanatorium rouennais, exposé et description du sanatorium d’Oissel. Description du sanatorium d’Oissel : généralités, faite le 18 septembre 1924 par le contrôleur départemental des services administratifs.

14 Étienne Bernard, Tuberculose et médecine sociale, Paris, Masson et Cie, 1938.

15 AMES, 5 Q ELB116 : Assistance médicale aux tuberculeux : liste, frais établissements (1925-1929), pochette « Sanatoriums et préventoriums où sont soignés les enfants elbeuviens », lettre du médecin-directeur du sanatorium d’Oissel au maire de la ville d’Elbeuf contenant les conditions d’admission à son établissement, datée du 28 octobre 1925.

16 Loi du 13 juillet 1893 sur l’assistance médicale gratuite.

17 AMLH, délibérations du conseil municipal du Havre en 1921, séance du 22 avril 1921, rapport de la Commission d’assistance publique.

18 ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette sanatorium d’Oissel, instructions concernant la création d’un sanatorium par le, M. Loucheur, à destination des préfets, 15 mai 1929.

19 Ibid.

20 ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette sanatorium d’Oissel, lettre du ministre du Travail, de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociale., M. Loucheur, aux préfets, 17 février 1930. Il est à noter que le cachet « confidentiel » est imprimé sur tout le contenu de la lettre. Le secret autour de ces directives prouve bien que même si le conflit franco-allemand est terminé depuis plus de dix ans, la rivalité entre les deux pays est encore sous-jacente.

21 ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette sanatorium d’Oissel, lettre du ministre de l’Économie nationale, du Commerce, de l’Industrie, M. Merry, aux préfets, 3 avril 1930.

22 Sommes fournies d’après Adolphe Landry, L’hygiène…, op. cit.

23 Jules Héricourt, Les maladies des sociétés…, op. cit., p. 40.

24 Véronique Faury, La lutte contre la tuberculose…, op. cit.

25 Dominique Dessertine, Olivier Faure, « Malades et sanatoriums… », op. cit., p. 221.

26 ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette sanatorium d’Oissel, compte rendu moral et financier en 1921-1922 et en 1924 ; E. de Lignerolles, « Sanatoriums… », op. cit., p. 253-255.

27 Ibid.

28 Thomas Mann, La montagne…, op. cit., p. 62.

29 Marie-Pierre Ollivier, La maladie grave, une épreuve de vie, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 220.

30 Martine Ruszniewski, Face à la maladie grave…, op. cit., p. 69.

31 AMES, 5 Q ELB116, Assistance médicale aux tuberculeux : liste, frais établissements (1925-1929), pochette « sanatoriums et préventoriums où sont soignés les enfants elbeuviens », lettre du médecin-directeur du sanatorium d’Oissel au maire de la ville d’Elbeuf contenant les conditions d’admission à son établissement, 28 octobre 1925.

32 Louis Guinard, « Avenir éloigné de la tuberculose pulmonaire », Paris, Maloine, 1925, dans Edouard Rist, La tuberculose, Paris, A. Colin, 2e éd., 1939.

33 Alain Cottereau, « La tuberculose, maladie urbaine ou maladie de l’usure du travail ? », Sociologie du travail, 1978, p. 192-224.

34 Raoul Brunon, « La lutte contre l’alcoolisme et le taudis », La Normandie médicale, no 31, 1er août 1920, p. 219.

35 Léon Bernard, La tuberculose pulmonaire…, op. cit., p. 136.

36 Françoise Thébaud, La femme au temps de la guerre de 14, Paris, Stock, 1986, p. 300.

37 Dominique Dessertine, L’implantation des sanatoriums, premier grand réseau hospitalier du XXe siècle : entre législation et hésitations médicales, la décision des collectivités locales. Compte rendu du séminaire mensuel, séminaire no 7, Réseau interdisciplinaire Santé, éthique et société, Lyon, 14 avril 2005.

38 ADE, 2 N 73, délib. C. G. (1921), « Placement des tuberculeux dans les sanatoria ; sanatorium de Pignelin », séance du 4 mai 1921.

39 Cyr Voisin, La tuberculose…, op. cit.

40 Greta Jones, “Captain…, op. cit., p. 160 ; ADE, 2 N 73, délib. C. G. (1921), « Assistance médicale gratuite ; sanatorium de Mindin », séance du 4 octobre 1921.

41 ADE, 2 N 73, délib. C. G. (1921), « Ancien collège diocésain d’Écouis ; projet d’aménagement en sanatorium antituberculeux », séance du 4 octobre 1921.

42 ADE, 2 N 72, délib. C. G. (1920), « Ancien collège d’Écouis ; aménagement en asile de Vieillards », séance du 25 août 1920, déclaration de M. Abel Lefèvre.

43 Ibid., déclaration de M. René de Valon.

44 Léon Bernard, Georges Poix, L’armement antituberculeux français, Paris, Masson et Cie, 1926, p. 143-152.

45 ADE, 2 N 73, délib. C. G. (1921), « Ancien collège diocésain d’Écouis ; projet d’aménagement en sanatorium antituberculeux », séance du 4 octobre 1921. Lettre du ministre de l’Hygiène, Georges Leredu, au préfet de l’Eure, Georges Goublet, 8 juillet 1921.

46 ADE, 2 N 76, délib. C. G. (1924), « Sanatorium d’Écouis, état des travaux, faillite Arpajou », séance du 27 mai 1924.

47 ADE, 2 N 74, délib. C. G. (1922), « Résultats des adjudications des imprimés de la Préfecture et des travaux du sanatorium d’Écouis », séance du 24 avril 1922.

48 ADE, 2 N 76, délib. C. G. (1924), « Sanatorium d’Écouis ; état des travaux », séance du 27 mai 1924, déclaration du préfet de l’Eure, Michel Maestracci.

49 Ibid., déclaration de M. René de Valon.

50 ADE, 2 N 78, délib. C. G. (1926), « Bâtiments départementaux ; sanatorium d’Écouis », séance du 5 mai 1926.

51 ADE, 2 N 74, délib. C. G. (1922), « Création d’un service de désinfection », séance du 25 avril 1922.

52 ADE, 2 N 78, délib. C. G. (1926), « Bâtiments départementaux ; sanatorium d’Écouis », séance du 5 mai 1926.

53 Linda Bryder, Below the Magic Mountain…, op. cit.

54 Dominique Dessertine, L’implantation des sanatoriums…, op. cit.

55 ADE, 2 N 78, délib. C. G. (1926), « Bâtiments départementaux ; sanatorium d’Écouis », séance du 5 mai 1926.

56 ADE, 2 N 78, délib. C. G. (1926), « Ancien collège diocésain d’Écouis ; préventorium », séance du 29 septembre 1926.

57 ADE, 2 N 79, délib. C. G. (1927), « Préventorium d’Écouis », séance du 3 mai 1927.

58 ADE, 2 N 79, délib. C. G. (1927), « Préventorium d’Écouis », séance du 4 mai 1927, déclaration de M. Prosper Josse.

59 C’est en 1928 que fut fondée la Renaissance sanitaire, par le docteur Breteau, sénateur de la Sarthe. Fondation reconnue d’utilité publique par décret le 8 juillet 1928, elle a été créée pour faire face au fléau de la tuberculose. La Renaissance sanitaire fit l’acquisition de La Musse en 1928. La Renaissance sanitaire devait créer en même temps le sanatorium de Villiers Saint-Denis, celui de Liancourt, le sanatorium suburbain de Fontenay-aux-Roses, la maison de santé de Chatillon-sous-Bagneux et la maison de repos de Glisolles. Sauf Villiers et La Musse, ces différents établissements durent être cédés en raison de difficultés financières. La construction des bâtiments hospitaliers fut menée très rapidement, utilisant les techniques encore peu courantes du béton armé. Le sanatorium de La Musse devait devenir le plus grand sanatorium français avec 800 lits lors de sa construction. Commencé en 1930, il recevait ses premiers pensionnaires en 1932, des femmes. La première malade entra le 3 novembre 1932, elle avait 27 ans, s’appelait Fernande M., était couturière, née de mère célibataire et de père inconnu (AME, dossier « La Musse, un peu d’histoire… »)

60 ADE, 2 N 84, délib. C. G. (1934), « Rapport de M. le Docteur Lièvre-Brizard, Inspecteur des Services départementaux d’hygiène ».

61 Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972, p. 64.

62 Jean et René Dubos, The White Plague: Tuberculosis, Man and Society, New Jersey, Rugters University Press, 1987, p. 173.

63 Paul Gadenne, « Le discours de Gap », discours de remise de prix au lycée climatique de Gap, disponible sur www.autonomie.org/cinerie/auteurs/gadenne.htm.

64 Thomas Bernhard, Le neveu de Wittgenstein : une amitié, Jean-Claude Hémery (trad.), Paris, Gallimard, 1991.

65 Patrick Dugois, L’enfant frigo, Paris, Presses de la Renaissance, 2004.

66 « Le second souffle du Royal-Aubrac », Le Monde, 4 septembre 1998. Cet article rend compte des 5es rencontres des écrivains découvreurs de montagne, dont le thème est la littérature du sanatorium. À l’instar d’autres écrivains avant lui, Thomas Bernhard, atteint de tuberculose, fut soigné en sanatorium, expérience qu’il inscrira régulièrement dans sa production littéraire.

67 Déclaration du Dr G. Küss, dans Édouard Rist, La tuberculose, op. cit., p. 241.

68 Pierre Jeanneret dit Le Corbusier, La Ville Radieuse, éléments d’une doctrine d’urbanisme pour l’aménagement de la civilisation machiniste, Boulogne-sur-Seine, Éditions de l’Architecture d’aujourd’hui, 1935.

69 Richard Weston, Plans, Sections and Elevations Keys Buildings of the Twentieth Century, London, Laurence King Publishing, 2004, p. 66.

70 Marie-Pierre Ollivier, La maladie…, op. cit., p. 104.

71 Susan Sontag, La maladie comme métaphore, Paris, Seuil, 1979, p. 13.

72 Anne Bertrand, Histoire de la prévention…, op. cit.

73 Louis Guinard, La pratique…, op. cit.

74 Stéphane Henry, L’autre guerre : vaincre la tuberculose en Vaucluse (1915-1940), mémoire de maîtrise, université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, 2004, p. 92.

75 Appel du Comité départemental de lutte contre la tuberculose de Vaucluse sur l’utilité du sanatorium, 29 octobre 1926, dans Stéphane Henry, L’autre guerre…, op. cit., p. 93.

76 AMES, 5 Q ELB116 : Assistance médicale aux tuberculeux : liste, frais établissements (1925-1929), pochette « Sanatoriums et préventoriums où sont soignés les enfants elbeuviens », lettre du médecin-directeur du sanatorium d’Oissel au maire de la ville d’Elbeuf contenant les conditions d’admission à son établissement, 28 octobre 1925.

77 Nicholas Goetschel, Alfred Werner, Hélène Werner, Les épidémies, un sursis permanent, Tournai, Atlande, 1999, p. 77.

78 Claudine Herzlich, José Pierret, Malades d’hier…, op. cit.

79 Pierre Guillaume, Du désespoir…, op. cit., p. 268-269.

80 Claudine Herzlich, Médecine…, op. cit., p. 64.

81 Marie-Pierre Ollivier, La maladie grave…, op. cit., p. 72.

82 Maurice Porot, La psychologie des tuberculeux, Neufchâtel, Delachaux et Niestlé, 1950, p. 108.

83 AMES, 5 Q ELB116 : Assistance médicale aux tuberculeux : liste, frais établissements (1925-1929), pochette « Sanatoriums et préventoriums où sont soignés les enfants elbeuviens », lettre du médecin-directeur du sanatorium d’Oissel au maire de la ville d’Elbeuf contenant les conditions d’admission à son établissement, 28 octobre 1925.

84 Maurice Porot, La psychologie…, op. cit., p. 114.

85 ADE, 43 X 6, sanatorium de la Musse : courrier, règlement, rapport de la « Renaissance sanitaire », personnel (1938-1940), lettre du médecin directeur du sanatorium d’Arnières à l’inspecteur départemental d’hygiène, le Dr Baissette, 13 janvier 1939.

86 Ces réprimandes sur la qualité de la nourriture sont communes à tous les sanatoriums. Thomas Mann l’avait déjà souligné et certaines études axées sur des établissements en particulier l’ont confirmé. Voir par exemple Charlotte Siney, « La tuberculose, fondement de l’action médico-sociale mutualiste… », art. cité (étude sur le sanatorium des instituteurs de Sainte-Feyre).

87 Franz Kafka, Lettres à Miléna, Paris, Gallimard, 1956, p. 164.

88 Barbara Bates, Bargaining for Life…, op. cit., p. 259.

89 Linda Bryder, Below the Magic Mountain…, op. cit.

90 « Principaux éléments à revoir dans les sanatoriums », Bulletin de la Fédération départementale des groupements de mutilés et anciens combattants, janvier 1925, p. 15.

91 ADSM, 1 NP 140, délib. CG (1924), 3 octobre 1924.

92 ADE, 43 X 6, sanatorium de la Musse : courrier, règlement, rapport de la « Renaissance sanitaire », personnel (1938-1940), lettre du médecin directeur du sanatorium d’Arnières, le docteur Avezou, à l’inspecteur départemental d’hygiène, le Dr Baissette, 13 janvier 1939.

93 ADE, 43 X 6, sanatorium de la Musse : courrier, règlement, rapport de la « Renaissance sanitaire », personnel (1938-1940), lettre du ministre de la Santé publique au préfet du département de l’Eure, 27 janvier 1939.

94 ADV, 1 X 400, instructions. L’exemple du sanatorium « Etche-Gorria » est tiré d’une circulaire du ministre de la Santé publique et de la Prévoyance sociale, M. Queuille, envoyée à tous les préfets de France, en janvier 1931.

95 Philippe Adam, Claudine Herzlich, Sociologie…, op. cit., p. 18.

96 ADE, 43 X 6, sanatorium de la Musse : courrier, règlement, rapport de la « Renaissance sanitaire », personnel (1938-1940), lettre l’inspecteur départemental d’hygiène, le Dr Baissette au préfet du département de l’Eure, 13 mars 1939, rapport concernant deux plaintes reçues de malades du sanatorium d’Arnières (plainte de M. Blochet, à en-tête du « Comité des malades de la Musse », plainte de M. Framont, avec en-tête de la « Fédération nationale des tuberculeux civils »).

97 Maurice Porot, La psychologie…, op. cit., p. 112.

98 G. Potez, « Sur le traitement non médicamenteux de la tuberculose pulmonaire », La Normandie médicale, no 9, 1er septembre 1936, p. 246-256.

99 Léon Bernard est un fervent défenseur du pneumothorax artificiel : « Aucun autre procédé n’est capable, à l’heure actuelle, écrit-il, d’arrêter avec une vigueur d’attaque aussi évidente et puissante, une évolution tuberculeuse menaçante, et n’est capable de sauver activement des malades paraissant condamnés. Aucun autre ne peut se prévaloir d’autant de guérisons, d’améliorations ou de survies inespérées obtenues par l’intervention médicale. Si l’on ajoute à ces avantages thérapeutiques la récupération de travail, la suppression de la contagiosité, l’aptitude à la maternité qui représentent des gains sociaux inappréciables, on conçoit toute la valeur de cette méthode, exempte de dangers, mais qui exige du médecin un jugement sûr et une certaine expérience, et de la part du malade une persévérance prolongée faisant de lui le véritable collaborateur du médecin » (La tuberculose pulmonaire…, op. cit., p. 243).

100 E. Rist et F. Hirschberg, « L’aspect économique et social du traitement de la tuberculose pulmonaire par le pneumothorax artificiel », Bulletin du Comité national de défense contre la tuberculose, t. 4, 1923, p. 65-74. La photographie provient du Catalogue de médecine et petite chirurgie, Paris, Colin et Cie, 1935, p. 50.

101 André Halipré, « Remarques à propos de 50 cas de pneumothorax artificiels », La Normandie médicale, no 3, 1er mars 1927, p. 81.

102 Ibid.

103 E. de Lignerolles, « Sanatoriums… », op. cit., p. 253-255.

104 ADE, 2 N 86, délib. CG (1937), « Assistance médicale ; pneumothorax », 19 juillet 1937.

105 ADE, 2 N 79, délib. CG (1927), « Assistance médicale gratuite ; traitement de la tuberculose par le pneumothorax thérapeutique », 4 mai 1927.

106 ADE, 2 N 86, délib. CG (1937), « Assistance médicale ; pneumothorax », 19 juillet 1937.

107 Jean Terquem, Les médecins dans la société française, Paris, Economica, 1992, p. 23.

108 Frédéric Dumarest et P. Brette, La pratique du pneumothorax thérapeutique et de la collapsothérapie chirurgicale, Paris, Masson et Cie, 1929, p. 123.

109 G. Potez, « Sur le traitement… », art. cité, p. 254.

110 Jean et René Dubos, The White Plague…, op. cit., p. 58. ; Patrick Dugois, L’enfant…, op. cit., p. 110 : « Après ce séjour en soins et lecture, je suis parti en sanatorium. Un mot d’un autre âge, qu’on imagine dans un roman du XIXe siècle avec un bel homme frappé dans la force de l’âge mourant dans les bras de sa belle. Le visage blanc et diaphane. »

111 Robert de Traz, Les heures de silence, Paris, Grasset, 1934, cité dans Pierre Guillaume, Du désespoir au salut, op. cit.

112 ADSM, 1 NP 133, délib. CG (1917), 4 octobre 1917, déclaration du Dr Boucher sur l’hospitalisation des tuberculeux à Rouen.

113 AMR, délibérations du conseil municipal de Rouen, 21 février 1919, déclaration de M. Marc, membre de la Commission des finances.

114 ADSM, Hospices civils de Rouen, registre de délibérations L154, 16 octobre 1918, déclaration du professeur Léon Bernard à la préfecture de Rouen.

115 Léon Bernard, La tuberculose…, op. cit.

116 ADSM, 5 M 67, Conseil départemental d’hygiène de la Seine-Inférieure ; procès et délibérations (21 octobre 1918 – 3 novembre 1923). Séance du 14 décembre 1920, ordre du jour : Rouen, hôpital de la route de Darnétal.

117 Raoul Brunon, « Création d’un hôpital de tuberculeux route de Darnétal », La Normandie médicale, supplément no 11 bis, 15 décembre 1920, p. 125.

118 Ibid.

119 ADSM, 5 M 67, déjà cité. Déclaration du Dr André Halipré.

120 Karl Feltgen, « La question des soins… », op. cit., p. 51 ; Mélanie Mataud, Pierre-Albert Martin, La médecine rouennaise à l’époque de Charles Nicolle, de la fin du XIXe aux années 1930, Luneray, Bertout, 2003, p. 111.

121 AMR, délibérations du conseil municipal, 23 juin 1921, attributions de l’hôpital-sanatorium route de Darnétal.

122 AMES, 5 Q ELB116 : Assistance médicale aux tuberculeux : liste, frais établissements (1925-1929), pochette « Sanatoriums et préventoriums où sont soignés les enfants elbeuviens », lettre du secrétaire-directeur des hospices civils de Rouen au maire d’Elbeuf contenant les conditions d’admission pour l’hôpital-sanatorium route de Darnétal, 28 octobre 1925.

123 Véronique Faury, La lutte contre la tuberculose…, op. cit., p. 111.

124 J. Evrot, « Rapport sur la lutte antituberculeuse en Seine-Inférieure », Bulletin du Comité national de défense contre la tuberculose, t. 3, 1922, p. 40-45.

125 AIP, fonds du CNDT, côte CNDT. DPT 68, correspondance avec le Comité départemental de Seine-Inférieure. Rapport du Dr Cailleret dans la Seine-Inférieure en mars 1924.

126 Yannick Marec, Bienfaisance communale…, op. cit., t. 2, p. 1169.

127 ADSM, 1 NP 146, délib. CG (1930), 10 mai 1930, projet de création d’un hôpital sanatorium dans le département de Seine-Inférieure, déclaration du Dr Daniel, membre du bureau d’hygiène du Havre.

128 « L’assemblée générale du Comité national de défense contre la tuberculose », Revue d’hygiène et de médecine préventive, no 52, 1930, p. 473.

129 Déclaration du ministre de la Santé publique, Justin Godart, en 1932, dans Maurice Rochaix, Les questions hospitalières de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Berger-Levrault, 1996, p. 171.

130 Lucien Viborel, Savoir prévenir…, op. cit.

131 ADE, 2 N 73, délib. CG (1921), « Service départemental de la désinfection ; fonctionnement en 1920 ; vœux », 4 octobre 1921. Déclaration du Dr Briquet.

132 Georges Poix, Les sanatoriums français, Paris, Baillière, 1937.

Table des illustrations

Titre Tableau 43. Durée de séjour au sanatorium d’Oissel en 1930*
Légende *Source : E. de Lignerolles, « Sanatoriums de la forêt du Rouvray, compte rendu moral de l’année 1930 », La Normandie médicale, no 9, septembre 1931, p. 253-255.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 44. Survie selon la durée du traitement en sanatorium, en pourcentage*
Légende *Source : Louis Guinard, « Avenir éloigné de la tuberculose pulmonaire chez 831 hommes cracheurs de bacilles », dans Étienne Burnet, Prophylaxie de la tuberculose, Paris, Maloine, 1925, p. 61.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5531/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 45. Survie selon la durée du traitement au sanatorium d’Oissel (en effectifs)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5531/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 47. État local (poumons) à la sortie du sanatorium d’Oissel en 1930*
Légende *Source : E. de Lignerolles, « Sanatoriums de la forêt du Rouvray, compte rendu moral de l’année 1930 », La Normandie médicale, no 9, septembre 1931, p. 253-255.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5531/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 48. État général à la sortie du sanatorium d’Oissel en 1930*
Légende *Source : E. de Lignerolles, « Sanatoriums de la forêt du Rouvray, compte rendu moral de l’année 1930 », La Normandie médicale, no 9, septembre 1931, p. 253-255.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5531/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search