Version classiqueVersion mobile

Vaincre la tuberculose (1879-1939)

 | 
Stéphane Henry

Deuxième partie. Des directives nationales aux applications départementales (1916-1939)

Chapitre 6. Le département de l’Eure : de l’attentisme aux réalisations

Texte intégral

Un combat désintéressé (1917-1926)

La mission Rockefeller au secours des autorités départementales

  • 1 Cette commission est composée du Dr Oursel : conseiller général, maire d’Évreux ; M. Lemeland, pha (...)
  • 2 ADE, 27 X 4, lutte contre la tuberculose et créations de dispensaires (1913-), Rapport sur le rôle (...)
  • 3 ADE, 2 N 72, délibérations CG (1920), « Comité départemental antituberculeux. Subvention », séance (...)
  • 4 Ibid., « Création d’un dispensaire antituberculeux », séance du 25 août 1920.
  • 5 Ibid.
  • 6 Léon Bourgeois, « Appel aux élus du peuple de France et à tous les français », Bulletin du Comité (...)

1En 1917, l’organisation antituberculeuse dans l’Eure ressemble à s’y méprendre à l’organisation telle qu’elle était prescrite à la fin du XIXe siècle. Absence de réalisations d’envergure, de dispensaires, de pavillons d’isolement dans les hôpitaux, d’éducation hygiénique : les exemples qui trahissent le manque d’implication du département, des collectivités locales et des administrations hospitalières ne manquent pas. Il faut aussi comprendre que l’Eure n’a pas de statistiques de mortalité apparentes, ce qui freine les débats d’envergure et les concrétisations sanitaires (environ 400 décès par an, soit un taux de mortalité tuberculeuse de 136 pour 100 000 habitants, bien loin des 279 décès pour 100 000 habitants en Seine-Inférieure). Toutefois, le contexte national l’oblige à une réaction. Après une explication rapide aux élus de la loi du 15 avril 1916 par le préfet Robert Leneveu, une commission spéciale, dont le noyau est constitué par les membres du Comité départemental d’assistance aux militaires tuberculeux de l’Eure (CDAMTE) est mise en place au Conseil général. Malgré les bonnes volontés entrevues, les réflexions de cette commission1 ne débouchent sur aucun engagement. Démunies, les instances départementales envisagent de s’appuyer sur des œuvres privées, plus à même selon elles de répondre aux besoins des tuberculeux. C’est le Comité antituberculeux de l’Eure, constitué sous le bénéfice de la loi des associations de 1901, qui prend la tête du combat dès le 1er décembre 1919. Il prend la succession du défunt CDAMTE qui n’avait au passage qu’un rôle purement symbolique. Comme pour son prédécesseur, ses moyens d’action apparaissent bien dérisoires face aux énormes besoins. Ils se résument en une distribution de tracts, de brochures, d’images et autres affiches offertes par la mission Rockefeller spécifiquement dans les établissements scolaires de la région2. Bien que limité, ce premier contact avec les Américains permet de délimiter les besoins du département. L’absence d’organe de dépistage de la tuberculose marque le point central des enquêtes effectuées. De cette collaboration franco-américaine initiale va émerger l’idée de l’installation de dispensaires d’hygiène sociale dans les principales villes du département, eux-mêmes contrôlés par des comités locaux. Les localités retenues sont Vernon, Bernay et Évreux. À Louviers, un comité précédemment constitué par la société de secours aux blessés, obtient aussi l’affiliation au Comité départemental. À sa demande, le Conseil général subventionne l’association à hauteur de 10 000 francs en 1920, même si, en réalité, cette somme cache de sombres tractations. À l’origine, celle-ci ne devait être débloquée qu’en 1921, mais l’arrivée des Américains a changé la donne. Ils ont en effet exigé que les élus s’engagent financièrement dans la lutte contre la tuberculose avant toute dotation budgétaire, soit une enveloppe de 62 000 francs. Le préfet, qui « demande, comme une chose très importante, de vouloir bien inscrire le crédit pour 1920 », se montre donc particulièrement persuasif lorsque le vote a lieu, le 6 mai 1920, tout comme le conseiller général et maire d’Évreux, le docteur Oursel, qui assène la phrase suivante comme une menace devant une assemblée médusée : « autrement nous perdrions 62 000 francs3. » C’est sur ces bases douteuses que la collaboration avec les Américains s’engage. Leur tactique est sensiblement identique à la Seine-Inférieure avec l’attribution d’une somme d’argent conséquente pour la mise en place d’un réseau de dispensaires ; ici, c’est le docteur Tobé, délégué de la mission américaine, qui donne les directives à suivre, allant même jusqu’à obtenir un siège provisoire au sein du Conseil général4. Le lien avec les Américains semble toutefois ici beaucoup plus étroit qu’en Seine-Inférieure, comme en témoigne la présence et les interventions récurrentes du docteur Tobé. Ses remarques, qui sont suivies avec attention, attestent du pouvoir manifeste des Américains dans l’activité décisionnaire et le désengagement intellectuel des élus départementaux qui préfèrent s’en remettre aux idées américaines plutôt que d’en proposer. C’est lui par exemple qui explique aux conseillers généraux les aides financières distribuées par l’État pour faire face aux frais de premier établissement antituberculeux5, communication plus à même d’être dévolue au préfet d’alors, Georges Goublet, qui est en contact direct avec les ministères chargés de ces questions. D’ailleurs, cette docilité des autorités départementales peut paraître regrettable, mélange de désintérêt et de désinvolture déjà dénoncé par Léon Bourgeois, alors à la tête du CNDT, en 1919 : « Il n’est plus possible que les pouvoirs publics ajournent indéfiniment l’adoption de mesures défensives dont dépend l’existence de notre nation6. »

Graphique 31
Schéma des instances ayant en charge la lutte contre la tuberculose dans le département de l’Eure en 1921

Des dispensaires inefficaces

  • 7 AIP, fonds du CNDT, côte CNDT, DPT 24, pochette exercice 1921, département de l’Eure, comité antit (...)
  • 8 ADE, 2 N 73, délibérations CG (1921), « Comité départemental antituberculeux ; demande de maintien (...)
  • 9 ADE, 27 X 4, lutte contre la tuberculose et créations de dispensaires (1913-), bilan de l’activité (...)
  • 10 En 1924, le dispensaire de Louviers a effectué 99 jours de consultations pour 897 consultants, soi (...)
  • 11 « Le Comité de Vernon ne possède pas de dispensaire, mais il intervient efficacement sous forme de (...)
  • 12 ADE, 27 X 4, lutte contre la tuberculose et créations de dispensaires (1913-), Procès-verbal de l’ (...)

2Le premier dispensaire eurois est fondé le 1er juillet 1920 à Louviers par le comité de la Croix-Rouge7. Pourtant, malgré tous les espoirs mis dans cet établissement, celui-ci ne rencontre pas le succès escompté les premiers mois qui suivent son inauguration. Il faut aussi dire que l’absence de publicité dans les journaux locaux et l’ignorance de la population quant à son utilité constituent des freins non négligeables. Sur les six premiers mois, seulement 110 personnes viennent se faire ausculter pour 45 consultations données, soit une moyenne d’un peu plus de deux personnes par séances de consultation d’une durée de deux heures8. Cette maigre affluence pousse les autorités départementales à réagir. Elles décident de renforcer son attractivité en le dotant d’une infirmière visiteuse diplômée et de deux autres bénévoles, recrutées par la mission Rockefeller9. Les deux autres dispensaires ouverts en 1921 à Évreux et en 1923 à Bernay ne sont pas en reste et connaissent également nombre de gênes. Aucune infirmière n’est ainsi affectée au dispensaire de Bernay durant les onze premiers mois. Par la suite, le service n’y est assuré que par Mlle Josson, infirmière au dispensaire d’Évreux, qui se rend à Bernay chaque samedi, jour de la consultation. En outre, ces dispensaires excellent également dans la discrétion. La durée de la journée de consultations n’excède pas les deux heures, une fois par semaine pour Bernay et Évreux, et deux fois par semaine pour Louviers. D’ailleurs, au regard des résultats de ces trois dispensaires pour l’année 1924, plus de doutes possibles : les examens se font dans l’empressement général, sans que le médecin ne prenne réellement le temps de connaître la situation précise du malade10. Ceux-ci reposent principalement sur une auscultation basique du patient, puisque les structures sont dépourvues de matériel radiologique. Les examens se terminent par un diagnostic aléatoire, confirmé ou contredit par une visite radiologique dans un des hôpitaux du département. Les dispensaires sont donc perçus comme des instruments quasi-inutiles auprès de la population. Les interrogations enflent et deviennent finalement légitimes : pourquoi se rendre dans ces nouvelles structures, alors que les mêmes examens peuvent être réalisés par un praticien libéral, plus disponible et à l’écoute de son patient ? Sur les quatre comités locaux, seul celui de Vernon11 ne dispose pas de dispensaire. N’ayant pas les moyens d’acquérir un immeuble, la municipalité vernonnaise se décharge totalement de cette tâche. Les malades continuent donc de s’adresser à leurs médecins habituels, tous affiliés au comité. Ceux-ci prennent l’engagement d’envoyer aux visiteuses bénévoles les malades dont ils désirent qu’elles s’occupent. La pratique est toute différente, puisqu’en 1924 l’infirmière ne visite en tout et pour tout que 46 familles. En outre, le comité n’aide qu’une vingtaine de malades tuberculeux au cours de distributions de bons de viande, d’œufs ou de bons de charbons12. Cette assistance, bien que nécessaire, semble dérisoire en comparaison des besoins de la population et détourne aussi l’action du comité social vers une aide matérielle, alors qu’elle devrait se préoccuper en théorie du dépistage et du placement des malades. Cet exemple n’est pas isolé et cela donne à la population une image erronée du dispensaire.

  • 13 En 1928 encore, le médecin du dispensaire souligne que « ce dispensaire doit avoir recours au maté (...)

3Les divergences dans la conception des dispensaires de l’Eure sont donc flagrantes avec les centres d’examen médical de Seine-Inférieure, beaucoup plus fournis en terme de matériels d’une part et en termes de diversification des activités d’autre part. Jusqu’en 1926, cette organisation formée de trois dispensaires reste très rudimentaire, avec des locaux en mauvais état et un matériel restreint sans installation radiographique propre (les examens radiographiques se réalisent encore dans les hôpitaux de Bernay13 et d’Évreux) ; de plus, aucun médecin spécialisé n’y est attaché et ce sont les médecins des localités concernées qui assurent, selon leurs disponibilités, un service minimum, alors que la plupart des infirmières visiteuses sont encore bénévoles. Cette organisation ne permet pas d’instaurer un climat de confiance entre des malades, ayant parfois affaire à deux médecins différents, et le personnel médical, certes dévoué mais peu formé.

  • 14 L’exemple de l’Orne est très intéressant, puisque sa démographie est sensiblement équivalente à ce (...)

4Les infrastructures sont donc pauvres dans leur conception, mais également dans leur nombre. D’après les trois cartes reproduites ci-dessous, on s’aperçoit que le département de l’Eure a certes vu sa situation évoluer entre 1918 et 1923, mais de façon timide si l’on compare son réseau de dispensaires avec les départements qui lui sont limitrophes ; en 1918, les quelques établissements isolés proviennent d’œuvres privées. La politique franco-américaine qui s’en suit marque une évolution dans une grande majorité de départements à l’exception notable de l’Eure ; ainsi, en 1923, la Seine-Inférieure dispose de huit dispensaires, le Calvados de sept et tous les départements de la région parisienne en proposent déjà plus d’une dizaine. Jusque-là, on peut envisager que les créations s’engagent principalement dans les départements à forte proportion tuberculeuse donc peuplés. Cette première phase de diffusion se poursuit après 1925 où un autre département limitrophe et cette fois rural, l’Orne, dispose à son tour de six dispensaires en 192914 alors que les autres départements continuent de densifier leur réseau. Entouré de toutes ces évolutions, l’Eure apparaît comme prisonnier, immobiliste, désordonné et très en retard dans sa politique de dépistage de la tuberculose.

Carte 32. Dispensaires en fonctionnement en 1919 (a), 1923 (b) et 1929 (c)

  • 15 ADE, 2 N 74, délibérations CG (1922), « Dispensaire antituberculeux de Saint-Rémy-sur-Avre ; deman (...)

5Un exemple précis met en exergue une situation incongrue. L’absence d’infrastructures force certains eurois à consulter dans les dispensaires des départements limitrophes. On apprend ainsi que dans le sud du département les habitants des communes de Nonancourt, de La Madeleine-de-Nonancourt et de Saint-Germain-sur-Avre se rendent régulièrement au dispensaire de Saint-Rémy-sur-Avre à l’extrême nord de l’Eure-et-Loir et entièrement en charge du Comité antituberculeux de ce département15. Paradoxalement, ces circonstances inaccoutumées auraient dû faire réagir les autorités départementales ; elles apparaissent en effet incapables de s’occuper de leurs administrés nécessiteux. Sous cette incohérente apparence, la logique financière implacable (« moins on en fait, moins on dépense ») entre à nouveau en ligne de compte ; le Conseil général de l’Eure décide, non pas de créer un dispensaire dans une localité proche, à Vernon par exemple, mais d’octroyer simplement une subvention de 500 francs à ce dispensaire dès 1922, puis de 300 francs les années suivantes, sous condition que cette subvention soit exclusivement affectée aux secours accordés aux tuberculeux résidant dans une commune du département de l’Eure. Finalement, une absence de moyens financiers et un désintérêt profond des autorités politiques et du corps médical marquent en profondeur la politique antituberculeuse du département de l’Eure en ce début des années vingt.

  • 16 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, exercice année 1922.
  • 17 Stéphane Henry, « La médecine libérale et le dispensaire d’hygiène sociale ou l’histoire d’une dél (...)

6Si les infrastructures sont maigres et rudimentaires, c’est l’image même du dispensaire qui est le plus sujet à polémique. D’après les rapports rédigés par le docteur Cailleret, chargé par le CNDT de contrôler régulièrement l’application de la lutte contre la tuberculose dans l’Eure, le contraste est saisissant avec la Seine-Inférieure, pour laquelle ses remarques sont souvent élogieuses. Selon lui, les dispensaires ne rencontrent pas le succès escompté dans l’Eure parce que ceux qui les dirigent s’avèrent incapables de les administrer. Au dispensaire d’Évreux16, il constate étrangement que, malgré la présence de 5 à 8 patients en moyenne par jour, ne sont dépistés que 8 tuberculeux en 1922. De plus, il n’observe aucun placement, aucun comité de patronage actif, aucune personnalité intéressée, aucune organisation de fête et aucune subvention distribuée par des industriels. Le dispensaire s’est installé à Évreux dans la plus grande indifférence et, pour l’envoyé du CNDT, le premier responsable tout désigné de cette situation, c’est le maire d’Évreux, le docteur Oursel. Maire depuis 1904 et membre du parti radical, il met en place durant l’entre-deux-guerres une politique sociale généreuse destinée aux classes populaires, le conduisant notamment à l’agrandissement et à la modernisation de l’hôpital-hospice Saint-Louis. Fort de sa position dominante sur l’échiquier municipal, il est également à la tête du syndicat des médecins du département de l’Eure. Ce dernier a la fâcheuse réputation d’être nettement hostile au dispensaire, de peur de voir la clientèle privée des médecins libéraux se détourner vers l’établissement d’assistance17. Le maire d’Évreux a de ce fait réussi à placer son ami, le docteur Thirard, également président du syndicat des médecins ébroïciens, comme médecin-chef du dispensaire. Lors de l’intronisation du nouveau préfet, Ernest Beauguitte, en août 1924, le docteur Oursel organise sa propre propagande et arrive à le rallier à ses idées. Ce conflit d’intérêts est clairement inacceptable pour le docteur Cailleret qui utilise des mots particulièrement durs pour dénoncer la situation à Évreux :

  • 18 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, exercice année 1925, voyage (...)

Le Dr Thirard, qui au début prenait à cœur ses fonctions de médecin-chef du dispensaire antituberculeux, menacé dans ses intérêts pas ses confrères, ne s’intéresse plus que secondairement de sa consultation. Son dispensaire est devenu une simple agence de placement à l’usage de ses confrères. Ceux-ci se contentent d’y adresser les clients qui peuvent profiter des avantages d’assistance créés par le dispensaire. Le Dr Thirard ne se croit pas autorisé à examiner les malades que lui envoient ses confrères, il se contente de faire faire des démarches pour leur hospitalisation, mais ces malades figurent quand même sur la statistique comme tuberculeux18.

  • 19 Ibid.

7En 1924, lors de la publication des résultats, l’indifférence du docteur Thirard à l’égard de l’établissement dont il a la charge est entièrement dissimulée. Sur les 329 patients recensés, 147 sont diagnostiqués comme tuberculeux de toutes formes. Mais certaines observations laissent dubitatifs. En effet, 80 % de ces tuberculeux portent inscrit sur leur dossier le diagnostic suivant : « tuberculose fermée inactive ». À l’endroit des schémas, on constate la note suivante : « auscultation négative ». En outre, plus de la moitié des malades ne reviennent pas au dispensaire, ce qui pourrait signifier une guérison miraculeuse. Et enfin, on s’aperçoit que le docteur Thirard gonfle systématiquement les statistiques du dispensaire alors que le service proposé est quasi inexistant, sans examen rigoureux, sans suivi strict, sans enquête familiale. Ces pratiques ne sont pas l’apanage du dispensaire ébroïcien. Les dispensaires de Louviers et de Bernay souffrent également du conflit entre la médecine libérale et le dispensaire. Le docteur Cailleret nous gratifie d’une description affligeante d’une journée de consultation à Louviers : « il y avait 4 malades dont 3 venaient pour une affection autre que la tuberculose. À tous, le docteur Hartmann faisait une ordonnance et ne s’occupait exclusivement que de thérapeutique, négligeant complètement la partie sociale19. »

8Infrastructures pauvres, activités détournées, conflits au sein même du corps médical, comités locaux déconnectés du comité départemental : les dispensaires ont bien peu d’effet sur le plan de la lutte contre la tuberculose et aucun impact sur l’endémie jusqu’en 1925. Les bonnes volontés entraperçues au début des années vingt sont réduites à néant et un désintérêt progressif autour de la question de la tuberculose s’installe. Seule une reprise en main par le comité départemental et une refonte générale du système mis en place par la nomination d’un médecin spécialisé en charge de tous les dispensaires permet une renaissance de la lutte antituberculeuse dans le département de l’Eure.

Une nouvelle organisation contrariée par des rivalités exacerbées (1927-1939)

La nomination du docteur Lièvre-Brizard : un tournant

  • 20 Trois médecins différents s’occupent des dispensaires eurois jusqu’en 1928 : le Dr Imbert puis le (...)
  • 21 Il a dirigé le dispensaire d’hygiène sociale de Gien dans le Loiret entre 1924 et 1926 (ADE, 27 X (...)
  • 22 ADE, 2 N 79, délib C. G. (1927), « Comité départemental ; fonctionnement : relèvement de la subven (...)
  • 23 ADE, 2 N 74, délib C. G. (1922), « Création d’un service d’inspection d’hygiène », séance du 25 av (...)
  • 24 AIP, fonds du CNDT, côte CNDT, DPT 24, pochette correspondance, expérience du Dr Louis-Ferdinand L (...)
  • 25 ADE, 2 N 80, délib. C. G. (1928), « Service départemental d’hygiène ; réorganisation », séance du (...)

9Comme le suggérait le ministre de l’Hygiène, Georges Leredu, dès la fin de la première guerre mondiale, la mission Rockefeller ou le CNDT par la voix du docteur Cailleret dans les années vingt, la nomination d’un médecin spécialisé pour diriger les dispensaires devait être une des conditions sine qua non pour fonder un établissement de ce type. À l’inverse, le département a longtemps privilégié le bénévolat et un système de roulement pour les médecins20 qui n’avaient pas les capacités requises pour établir un diagnostic précis de la pathologie. Avec la nomination du docteur Lièvre-Brizard, âgé de cinquante ans, issu de la faculté de médecine de Paris, ancien externe des hôpitaux de Paris, diplômé du cours de perfectionnement de la tuberculose en 1923 dirigé par Léon Bernard et ayant déjà une expérience solide dans la direction d’un dispensaire21, les instances départementales semblent prendre conscience de l’enjeu et du besoin d’évolution dans le dépistage de la tuberculose. Elles chargent d’établir un plan de lutte contre toutes les maladies sociales à un service placé sous leur autorité, l’inspection des services d’hygiène, dirigée par le docteur Lièvre-Brizard. Dans le même temps, la passation de pouvoir à la préfecture entre Ernest Beauguitte et Adrien Zévort dès novembre 1925 marque un renouveau dans la politique sanitaire départementale. C’est ainsi que ce dernier s’interrogera par la suite sur le devenir des anciens militaires réformés et mutilés de guerre, notamment ceux qui sont atteints affections tuberculeuses dues aux intoxications par les gaz22, et sera aussi à l’origine de l’ouverture de consultations antivénériennes dans certaines villes et de l’inspection médicale des écoles départementales. Ernest Beauguitte et ses prédécesseurs avaient longtemps refusé l’idée de la création d’un service d’inspection d’hygiène départemental malgré les nombreuses injonctions du ministère de l’hygiène23, protégeant ainsi les intérêts du puissant syndicat des médecins. La loi de santé publique de 1902, et en particulier l’article 12 qui donnait aux conseils généraux la faculté de nommer des inspecteurs généraux d’hygiène et de fixer leur traitement, n’était nullement appliquée. Dès lors, une politique globale d’hygiène publique ne pouvait avoir lieu à l’échelle départementale. Adrien Zévort, conscient de cet état de fait, appuie fortement la création d’une « organisation départementale de l’hygiène » qui regrouperait tous les services de la santé publique, avec à sa tête un médecin de haute renommée. Ce nouveau contexte préfectoral favorise clairement l’intronisation du docteur Lièvre-Brizard. Outre son expérience personnelle dans les dispensaires, il occupe une place de choix dans le pouvoir décisionnaire médical en France en tant que membre de la Commission permanente de la tuberculose au ministère de la Santé publique et aussi de la Commission de répartition des subventions de la tuberculose24. Le docteur Lièvre-Brizard prend la direction et le contrôle des dispensaires existants ou projetés en 192825. Si dans la forme, l’évolution est perceptible, le discours l’est tout autant. En effet, dès son arrivée, loin de ménager les esprits attentistes des décideurs politiques du département, ses propos se montrent virulents envers les conclusions sanitaires et sociales émises durant les années vingt :

  • 26 ADE, 2 N 79, délib. C. G. (1927), « Lutte contre la tuberculose ; rapport du Docteur Lièvre-Brizar (...)

À mon avis, officiellement, rien n’a été fait dans le département, tout y est à créer de toutes pièces si l’on veut se conformer aux lois du 15 février 1902 (hygiène et santé publique), du 15 avril 1916 (dispensaires d’hygiène sociale), et du 7 septembre 1919 (sanatoriums) […] Une organisation complète d’hygiène ne saurait se faire d’un coup sans entraîner à de fortes dépenses difficiles à réaliser actuellement, mais une organisation par étapes, comprenant pour la première tranche la lutte contre la tuberculose et la syphilis, peut être réalisée sans grever lourdement le budget départemental26.

10Cette critique est renforcée par la comparaison avec d’autres départements français. Selon lui, de nombreux exemples de réussite existent déjà à travers le territoire, à commencer par le département de Seine-Inférieure qui, sous l’autorité du préfet Charles Lallemand, a franchi une étape décisive dans le dépistage de la tuberculose :

  • 27 ADE, 27 X 4, lutte contre la tuberculose et créations de dispensaires (1913-), pochette rapport du (...)

Si nous regardons ce qui se passe chez nous, dans certains départements (Finistère, Seine, Seine-et-Oise, Seine-Inférieure, Meurthe-et-Moselle, etc.) où l’organisation antituberculeuse est exercée d’une façon efficace, nous devons constater que la mortalité par tuberculose est en recul évident. Ce qui est fait ailleurs, peut et doit se faire dans l’Eure […] qui se doit à lui-même de ne pas rester en arrière du mouvement d’hygiène27.

  • 28 ADE, 2 N 79, délib. C. G. (1927), « Lutte contre la tuberculose ; rapport du Docteur Lièvre-Brizar (...)

11La pusillanimité financière du département en matière de défense de la santé publique est aussi dénoncée lors de ses premiers discours : « Si nous considérons le budget départemental, nous constatons, très à regret, que le chapitre 13 (protection de la santé publique) s’élève à un total de 132 400 francs pour un budget de 30 millions environ28. » Il constate enfin le maigre investissement projeté dans les dispensaires, trop peu nombreux à son goût. Il regrette par exemple que l’arrondissement de Pont-Audemer soit rattaché au dispensaire de Bernay et l’arrondissement des Andelys à celui de Louviers. On dénote ici une volonté d’accroître le nombre de dispensaires pour raccourcir efficacement les distances entre les malades et les centres de dépistage. En résumé, il aspire à ce que le département de l’Eure rattrape rapidement son retard et entame une période nouvelle et ambitieuse, caractérisée par sa modernité sur le plan des réalisations et de la qualité des soins proposés. À la lumière de ses premières allocutions, qui contrastent avec l’anémie départementale constatée jusqu’alors, il est clair que le docteur Lièvre-Brizard est devenu chef de file d’une nouvelle politique sanitaire et sociale. Cette prise de parole sans concessions n’est pas sans rappeler celles d’un Charles Lallemand en Seine-Inférieure ou d’un Jacques Parisot en Meurthe-et-Moselle.

  • 29 Dominique Dessertine et Olivier Faure, Combattre…, op. cit., p. 111.
  • 30 ADE, 27 X 4, lutte contre la tuberculose et créations de dispensaires (1913-), pochette Gisors : d (...)
  • 31 ADE, 2 N 82, délib. C. G. (1930), « Inspection départementale d’hygiène ; rapport annuel ».
  • 32 ADE, 2 N 82, délib. C. G. (1930), « Comité antituberculeux de l’Eure », séance du 2 octobre 1930. (...)

12Le sursaut enregistré dans le département de l’Eure s’inscrit dans un mouvement national où les pouvoirs publics semblent bien décidés à reprendre le contrôle de l’action antituberculeuse à partir du début des années trente, « contrôle à la fois financier et sanitaire29 », par l’intermédiaire du ministère de la Santé publique. Comme le sous-entend le docteur Lièvre-Brizard dès 1927, le premier élément consiste en un renforcement du quadrillage des dispensaires. Trois nouveaux établissements sont projetés dans les communes d’Écouis, au sein d’un préventorium récemment construit, de Gisors dans un immeuble acquis par la municipalité et dont l’installation est subventionnée par l’État à hauteur de 13 500 francs30 et de Vernon presque dix ans après l’émergence de son comité local. Les deux premiers dispensaires desservent l’arrondissement des Andelys, auparavant rattaché au dispensaire de Louviers, alors que le troisième dessert l’est de l’arrondissement d’Évreux. Outre une aide financière conséquente, le dispensaire de Gisors se voit offrir gracieusement un appareil de radiographie par le ministère de la Santé Publique. En contrepartie, l’État exige du département que ce nouvel établissement puisse également accueillir des consultations antivénériennes. Cette mesure est l’un des symboles de la reprise en main des objectifs sanitaires par l’État. Ce dernier est convaincu de l’efficacité des regroupements des consultations d’hygiène sociale dans une même structure appelée à être polyvalente31, mesure déjà en vigueur en Seine-Inférieure depuis une dizaine d’années. Dénuée d’installation auparavant, la partie est du département de l’Eure se trouve désormais densifiée. Cette nouvelle organisation passe également par un accroissement du personnel médical. Pour ce faire, le nombre d’infirmières double, passant de trois à six, et un nouveau médecin spécialisé rejoint le docteur Lièvre-Brizard ; ce dernier assure toujours les consultations des dispensaires d’Évreux, de Louviers et d’Écouis alors que le nouveau médecin intronisé, le docteur Fontaine, prend en charge les patients des dispensaires de Bernay, Gisors et Vernon32.

  • 33 ADE, 2 N 81, délib. C. G. (1929), « Comité antituberculeux ; création de dispensaires », séance du (...)

13Au sein du conseil général, le plan défendu par Lièvre-Brizard ne fait toutefois pas l’unanimité et, sur certains points précis, des voix discordantes se font déjà entendre. Si la création des dispensaires de Gisors et de Vernon est unanimement soutenue et appréciée par les responsables politiques du département, la localisation du dispensaire d’Écouis est source de réactions plus évasives et ambiguës. Deux interrogations subsistent. La principale concerne le bienfondé d’une ouverture à la consultation pour les tuberculeux au sein même d’un préventorium, organe de repos pour des enfants sains de parents tuberculeux. Les possibles problèmes de contagion sont ainsi pointés du doigt par les plus sceptiques. Le docteur Lièvre-Brizard se montre très affirmatif sur le sujet : « les consultations du dispensaire et les enfants ne se présenteront jamais simultanément dans cette salle. Pour se rendre à la salle de radiologie, le public n’a qu’à traverser la cour d’honneur où les enfants ne séjournent pas33. » L’autre interrogation se situe dans la future affluence et l’accessibilité du site puisque les communications dans la région d’Écouis sont peu développées et relativement difficiles avec le reste du département. Cette fois, c’est le préfet Adrien Zévort qui vole au secours de l’inspecteur d’hygiène ; pour cela, il arbore un discours très pragmatique :

  • 34 Ibid.

La meilleure solution eût consisté à créer ce dispensaire aux Andelys. Il eût été mieux à sa place, car Écouis est un peu dans une situation excentrique par rapport aux régions des Andelys, d’Étrépagny, de Lyons, qui seront rattachées à ce dispensaire. Mais un dispensaire aux Andelys aurait coûté une cinquantaine de mille francs. À Écouis, nous avons déjà les locaux, l’appareil de radiographie, qui, à lui seul, représente 30 000 francs. Ce sont donc des considérations d’économie, qui ne sont pas inconciliables avec les prescriptions thérapeutiques les plus exigeantes, qui nous ont conduits à cette solution34.

  • 35 Alors qu’en 1917, il n’y avait que 48 dispensaires, on en compte 569 en 1925, soit plus de 500 éta (...)

14Preuve de son retard, le département de l’Eure en est toujours à la phase du quadrillage de son territoire au début des années trente alors que la plupart des départements français s’évertuent à consolider leur dispositif préventif35.

  • 36 ADE, 2 N 80, délib. C. G. (1928), « Comité antituberculeux de l’Eure ; demande de subvention », sé (...)
  • 37 ADE, 2 N 82, délib. C. G. (1930), « Inspection départementale d’hygiène ; rapport annuel ».

15Le docteur Lièvre-Brizard souhaite également une complète restructuration des dispensaires déjà existants. Ceux-ci se voient l’occasion de s’offrir une seconde jeunesse, notamment le dispensaire de Bernay installé précipitamment dans un baraquement en bois dans les dépendances de l’hôpital-hospice au début des années vingt36. Devant cette situation déplorable, la ville de Bernay fait ériger un immeuble et l’aménage en dispensaire. Le département finance conjointement avec la municipalité le nouveau complexe médical à hauteur de 20 000 francs, la moitié de la somme totale étant subventionnée par l’État37. Dans les trois dispensaires « historiques », on installe aussi un appareil de radiologie. Finalement, cette complète réorganisation voulue par le docteur Lièvre-Brizard et appuyée par le préfet Adrien Zévort, est une réponse explicite aux faibles consultations et dépistages de tuberculeux que ces établissements effectuaient, fonctionnant plus comme dispensaires de médecine générale que comme dispensaires antituberculeux tels qu’ils étaient définis par la loi de 1916.

Carte 33. Localisation des dispensaires dans le département de l’Eure en 1930

  • 38 ADE, 2 N 83, délib. C. G. (1932), « Rapport de M. l’Inspecteur des services départementaux d’hygiè (...)

16Un bilan des réformes est réalisé en 1932. La première expertise concerne l’analyse de la répartition des dispensaires par rapport à la surface desservie par chacun d’eux, ainsi que le nombre d’habitants relevant de leur activité. Selon un tableau statistique conçu par les services du CNDT38, il ressort que le département de l’Eure dispose d’une répartition efficace. Selon le recensement de 1926, la population de l’Eure s’élève à 308 045 habitants, dont 75 963 urbains et 232 482 ruraux (75,3 % de la population totale). Sa superficie représente 6 037 km², soit une densité de population de 51,1 habitants par km ². Avec six dispensaires en fonctionnement en 1932, le département de l’Eure dispose donc d’un dispensaire pour 51 000 habitants et une superficie de 1 000 km ² par dispensaires. Le résultat de calcul est bien entendu immédiatement mis en avant par le docteur Lièvre-Brizard :

  • 39 Ibid.

Le département de l’Eure se trouve incontestablement parmi les départements où la répartition est faite dans les conditions les plus judicieuses, le nombre d’habitants desservis par les dispensaires se trouvant d’une façon générale moins élevé que dans la plupart des départements français39.

17Toutefois, ce qu’il omet de dire, c’est que cette étude statistique ne correspond qu’en partie à la réalité, qui est beaucoup plus complexe. Il est en effet incorrect d’affirmer que la zone d’influence de chaque dispensaire est de 1 000 km ², puisque ces derniers ne sont pas répartis équitablement sur tout le territoire. En effet, alors que l’arrondissement des Andelys héberge deux dispensaires, à Écouis et à Gisors, pour une population d’environ 55 000 habitants, l’arrondissement de Pont-Audemer n’en possède aucun, alors que sa population atteint pratiquement les 60 000 habitants. De plus, certaines zones du département sont bien plus peuplées que d’autres. Le calcul réalisé par le CNDT d’un dispensaire pour 51 000 habitants ne peut donc être admis. Paradoxalement, cette étude commence à affaiblir l’autorité du docteur Lièvre-Brizard. C’est ainsi que ses premiers détracteurs soulignent que l’arrondissement de Pont-Audemer est exclu du système préventif et que cette absence est préjudiciable aux malades :

  • 40 ADE, 2 N 83, délib. C. G. (1932), « Office départemental d’hygiène sociale ; rapport du Secrétaire (...)

Il est désirable qu’un effort particulièrement énergique soit fait à Pont-Audemer, afin de voir réaliser, dans le plus bref délai possible, le dispensaire attendu depuis de longues années. Les malades de la région de Pont-Audemer sont encore obligés de venir consulter au dispensaire de Bernay, ce qui entraîne pour eux des déplacements souvent pénibles et toujours onéreux40.

18Pourtant, ce n’est pas tant au niveau du conseil général que les critiques se font les plus vives qu’à celui des associations en charge de la lutte antituberculeuse. La question d’un dispensaire dans l’arrondissement de Pont-Audemer alimente de façon houleuse la correspondance entre le comité local de Bernay, chargé des malades de cet arrondissement, et le comité départemental :

  • 41 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », Comi (...)

Pont-Audemer a donc profité du dispensaire de Bernay sans bourse et sans avoir coopéré en quoi que ce soit. C’est la population de l’arrondissement de Bernay, qui, par ses fêtes, dons et quêtes, souscriptions, fait les frais des deux arrondissements […] Considérant qu’il serait équitable, pour que le comité de Bernay puisse assurer le service de l’arrondissement de Pont-Audemer, qu’il reçoive une subvention pour cet arrondissement. Décide de demander au Comité de l’Eure une subvention pour 1934 pour part des frais généraux du dispensaire et du comité, et tant que Bernay assurera le service de l’arrondissement de Pont-Audemer. Décide en outre que si cette subvention n’est pas accordée, il se verra dans la douloureuse obligation de cesser tout service pour cet arrondissement à partir du 1er janvier 193541.

19Les problèmes latents sont ici révélés au grand jour et le pouvoir des comités locaux atteint ses limites. Le fait qu’aucune instance ne règne réellement sur l’action des dispensaires, puisque le comité départemental privilégie clairement le dispensaire ébroïcien en termes de subventions et de personnel, aboutit à cette situation inextricable. Aucune commission ou instance au conseil général ne contrôle la répartition de la subvention annuelle destinée au comité départemental. En clair, celle-ci n’a pas l’obligation de répartir équitablement l’argent récolté entre les différents comités locaux. Selon les dirigeants du comité départemental, il est normal de reverser la majorité de la subvention au dispensaire d’Évreux puisqu’il concentre plus du tiers des consultations annuelles dans le département. En 1932, les présidents des comités locaux sont d’ailleurs déjà persuadés que le dispensaire d’Évreux et le Comité départemental ne font qu’un et que les dépenses du dispensaire ainsi que les frais de l’administration générale sont en réalité facturés par le comité départemental. Une scission apparaît au début des années trente et affaiblit clairement la politique engagée par le docteur Lièvre-Brizard.

L’ajournement des réalisations, conséquences des rivalités

20Malgré un doublement de la capacité des dispensaires dans le département de l’Eure et des premiers résultats qui tendent à confirmer l’embellie des eurois pour ces nouveaux établissements, les rivalités s’amplifient en 1932 avec la nomination d’un nouveau médecin spécialisé, le docteur Baissette, intronisé par les élus. Ces derniers pensent que cette nomination simplifiera les relations entre le comité départemental et les comités locaux, puisque chaque médecin prendra équitablement en charge trois dispensaires. Toutefois, le docteur Baissette, contrairement à son prédécesseur le docteur Fontaine, acquiert le titre de médecin spécialisé. En clair, le docteur Lièvre-Brizard n’a plus le monopole de la compétence en matière de tuberculose ; pour ce dernier, cette nomination a valeur de tentative de déstabilisation et montre un souhait évident de l’évincer à court terme. Dès lors, le climat est chargé d’antagonismes, d’autant que cette arrivée va grever les finances du comité départemental et faire ressortir d’anciennes rancœurs entre membres. La scission déjà entrevue autour de la redistribution des fonds départementaux entre les comités locaux et le comité départemental se renforce. Les comités locaux de Gisors, Bernay ou Vernon se montrent très satisfaits de la nomination du docteur Baissette, celui-ci s’occupant exclusivement de leurs dispensaires. Le comité départemental, qui avait appuyé la nomination du docteur Fontaine en 1929, semble cette fois sceptique devant l’arrivée de son successeur, qui, qualifié, coûte plus cher. Alors que les subventions de l’État ont tendance à stagner au début des années trente, les dépenses médico-techniques (salaires des deux médecins et des infirmières-visiteuses) suivent une courbe ascendante, ce qui place le comité départemental dans une spirale déficitaire. La qualité souhaitée par les élus dans l’accueil des malades à travers la présence de deux médecins spécialisés et de six infirmières a des répercussions négatives sur les finances.

Tableau 34. Recettes et dépenses du Comité départemental (en francs)*

Années

Subvention de l’État

Dépenses médico-techniques

Excédent ou déficit du Comité départemental

1930

150 000

186 862

+ 7 403

1931

120 000

186 763

– 29 914

1932

120 000

191 235

– 29 296

1933

120 000

207 533

– 43 994

Source : AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », lettre de la présidente du CDHSE, la comtesse Josson de Glatigny au préfet de l’Eure, datée du 21 avril 1934.

  • 42 Le Dr Veslin est un des membres fondateurs du Comité départemental, puisqu’il faisait déjà partie (...)
  • 43 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1èe pochette : correspondance, exercice année 1933.

21Naturellement, une fronde s’organise autour des deux médecins et leur activité est soigneusement disséquée. Les commentaires souvent élogieux de la fin des années vingt disparaissent pour faire place à de fortes critiques. C’est le docteur Veslin, chirurgien en chef de l’hôpital d’Évreux depuis 1897 et administrateur délégué technique du comité départemental42, qui jette le premier une suspicion d’abus en affirmant que « nos deux spécialistes ont un jour et demi de travail par semaine ce qui est simplement ridicule et ruineux43 ». D’après lui, il faudrait supprimer un médecin, ce qui permettrait une économie substantielle de plus de 50 000 francs (Lièvre-Brizard touche 55 000 francs par an, plus une indemnité de déplacement de 10 000 francs, et Baissette 49 500 francs, plus une indemnité de déplacement).

Tableau 35. Situation en 1933 et proposition du Dr Veslin

Tableau 35. Situation en 1933 et proposition du Dr Veslin

22Le docteur Veslin fait partie de ces membres du comité, d’un certain âge, qui n’avaient guère apprécié les affirmations du docteur Lièvre-Brizard lors de son arrivée dans le département en 1926 lorsqu’il avait fustigé l’absence de réalisations concrètes. Alors qu’il siège au comité depuis 1916, son ressentiment est décuplé quand le nouvel arrivant, par ses paroles, avait effacé d’un seul trait ses dix premières années de présence. Le docteur Veslin, véritable porte-parole des plus anciens membres, en profite donc à son tour pour juger le travail du docteur Lièvre-Brizard, pas assez « productif » à son goût :

  • 44 Ibid.

Nous avons constaté que les examens bactériologiques des crachats ne sont pas très nombreux en particulier le Docteur Lièvre-Brizard, sur 1 438 constatations données dans l’année, 68 examens de crachats dont 17 positifs ont été faits, cela nous semble tout à fait insuffisant. Nous pensons qu’il serait également utile d’augmenter le nombre de radiographies44.

  • 45 Ibid.

23Il remet aussi en cause l’installation du dispensaire d’Écouis, idée imposée en partie par le docteur Lièvre-Brizard. Il déclare à cet effet « qu’Écouis reste tout à fait inactif et que sa suppression ou son remplacement doivent être envisagés45 ». Quelque peu déstabilisé par ces accusations, Lièvre-Brizard n’en défend pas moins le bilan de « son » dispensaire :

  • 46 ADE, 2 N 85, délib. C. G. (1935), « Rapport du Docteur Lièvre-Brizard, Directeur des Services dépa (...)

Il est faux que ce dispensaire soit inactif puisqu’il a donné, au cours de l’année, plus de 300 consultations, et que par ses soins il a été fait 7 placements. Or, la raison pour laquelle les placements faits par ce dispensaire ne sont pas plus nombreux est qu’il ne détient aucun argent pour faire face aux frais d’hospitalisation. L’argent recueilli sur le secteur desservi par le dispensaire ne lui a jamais été attribué après la vente du timbre antituberculeux. Il est probable que ces fonds ont dû être attribués à un ou d’autres dispensaires. Quant à la suppression, il ne saurait en être question étant donné que ce dispensaire est le seul du département qui ne coûte rien46.

  • 47 AIP, fonds du CNDT, série CNDT,. DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », let (...)

24Alors que le docteur Veslin est à l’origine d’une cabale contre le docteur Lièvre-Brizard, la plupart des membres du comité départemental lui maintiennent cependant leur confiance. Ces derniers reconnaissent en effet son apport dans la dynamique des dispensaires. De plus, un soutien de marque le maintient au-dessus des flots, celui du docteur Cailleret. Ce dernier est à même de reconnaître l’évolution positive de la situation dans l’Eure depuis l’arrivée de l’inspecteur départemental. Finalement, le comité départemental décide la suppression du poste de médecin spécialisé de l’Eure dès janvier 1934 pour les dispensaires de Vernon, Bernay et Gisors. C’est donc le docteur Baissette qui est sacrifié sur « l’autel des finances », malgré l’opposition franche des trois comités concernés. Le CNDT apporte son approbation à cette résolution47, fortement influencé par l’avis du docteur Cailleret.

25Pourtant, devant la fronde des comités locaux et leur menace de stopper tout investissement, le docteur Baissette reste finalement en place en 1934 et l’imbroglio se poursuit. En réalité, le comité départemental s’avoue totalement incapable de résoudre cette situation, car il ne reçoit aucun soutien de la part des comités locaux qui constatent que leur représentation au sein de l’assemblée est dérisoire par rapport au comité ébroïcien qui a pris la décision, seul, d’évincer le docteur Baissette :

  • 48 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », cons (...)

Plusieurs membres du conseil regrettent vivement que les comités locaux ne disposent que d’une voix chacun aux assemblées départementales, Évreux ayant à lui tout seul 18 à 20 voix, ce qui constitue une disproportion, toute discussion est inutile et peut-être est-ce la cause de la mésentente qui s’élèvent entre Évreux et les Comités qui lui sont affiliés48.

  • 49 ADE, 2 N 85, délib. C. G. (1936), « Office d’hygiène ; vœu », séance du 13 mai 1936.
  • 50 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », lett (...)

26Ces querelles figent l’organisation antituberculeuse au milieu des années trente, alors que l’espoir d’une politique ambitieuse était enfin revenu. Les points de vue pour combattre la tuberculose divergent à nouveau et le clivage habituel entre responsables politiques et médicaux se reforme. Une intervention virulente de Lucien Boudehan, conseiller général influent du canton de Gaillon, en est le meilleur exemple : il dénonce l’inspection d’hygiène telle qu’elle fonctionne et notamment son directeur, le docteur Lièvre-Brizard. Après l’absence de dispensaire dans la région de Pont-Audemer, l’inutilité et la dangerosité du dispensaire d’Écouis et la mauvaise répartition territoriale, M. Boudehan aborde la question des infirmières visiteuses pour mettre un peu plus à mal la position du docteur. Pour lui, six infirmières diplômées, soit une infirmière par dispensaire, pour une population de plus de 300 000 habitants correspond à un effectif nettement insuffisant : se présentant « comme le dernier rempart contre les fléaux sociaux », il souhaite une augmentation de leurs compétences et de leur nombre « pour combattre la tuberculose qui se répand et la syphilis contre laquelle le département ne fait à peu près rien et […] pour faire barrière et rétablir le contact entre les familles délaissées et la médecine préventive49 ». Ces critiques acerbes fragilisent une nouvelle fois le docteur qui perd progressivement les soutiens qui lui avaient permis de rester en place en 1933. De plus, le CNDT, qui ne souhaitait pas intervenir dans cette affaire en novembre 193350, pousse le docteur Lièvre-Brizard vers la sortie, par la voix du docteur Poix, maître des chiffres de l’association, prétextant les statistiques insuffisantes des dispensaires dont il a la direction :

  • 51 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », lett (...)

Votre département comporte deux secteurs de dispensaires, l’un dont le rendement est satisfaisant, l’autre dont le rendement est insuffisant ; en effet, comme vous le constatez vous-même dans votre rapport, l’activité d’Écouis est presque nulle, celle de Louviers est en décroissance et en ce qui concerne Évreux le nombre de consultations, relativement au chiffre de la population, est en vérité minime51.

  • 52 ADE, 2 N 85, délib. C. G. (1936), « Rapport du Docteur Lièvre-Brizard, Directeur des Services dépa (...)
  • 53 ADE, 2 N 86, délib. C. G. (1937), « Inspection d’hygiène ; nomination du médecin-directeur ; vœu » (...)
  • 54 ADE, 25 N 7, dévolution au département du dispensaire de Pont-Audemer, note sur la question de pro (...)

27En outre, le docteur Poix souhaite une profonde refonte du dispositif exécutif de lutte contre la tuberculose dans le département. Pour lui, les comités locaux ne sont pas assez représentés au comité départemental, comprenant surtout des membres du comité d’Évreux ; il faut donc que leur proportion augmente et il conseille une dissolution du comité pour l’intégrer dans l’office départemental d’hygiène, qui n’avait jusqu’alors qu’une existence virtuelle. Redonner du dynamisme aux dispensaires en perte de vitesse, renflouer les caisses de la lutte antituberculeuse au bord de l’asphyxie et englober cette lutte dans une lutte globale contre tous les fléaux sociaux : de tels objectifs marquent une rupture nette avec le passé, qui sonne aussi le glas des fonctions du docteur Lièvre-Brizard. Celui-ci est sommé de quitter ses fonctions en 1936, à l’âge de 60 ans, alors qu’il souhaitait conserver son poste jusqu’en 193952. Après délibérations du conseil général, son successeur à la tête des dispensaires, le docteur Baissette, est également nommé médecin directeur des services d’hygiène de l’Eure53. Cette arrivée coïncide avec l’aménagement d’un nouveau dispensaire, à Pont-Audemer, fondé par le comité antituberculeux de la localité54.

28Malgré des résultats qu’il enjolivait régulièrement, le docteur Lièvre-Brizard semblait croire en son dispositif. Ainsi, même si les critiques ont été nombreuses et pas toujours fondées, les avancées en termes de dépistage ont été réelles. Son bilan est même globalement satisfaisant. S’il fut dix ans à la tête de la politique antituberculeuse du département de l’Eure, il retire une certaine gloire à avoir démocratisé le dispensaire. Avec leur diffusion, les consultations ont pu être mieux réparties. Alors qu’ils n’avaient pas vraiment trouvé leur place au milieu des années vingt, il a su redynamiser cet organisme dès 1926. Dès le début des années trente, le dispensaire a trouvé sa place dans le paysage sanitaire et social du département, puisqu’on approche des 5 000 consultants en 1935, soit un triplement des visites par rapport à 1926. Au-delà d’une fréquentation exponentielle, il a su recadrer le travail au sein du dispensaire pour en faire des centres de lutte contre la tuberculose et non plus des consultations médicales neutres et clientélistes. De plus, la modernité correspondait à un de ses engagements. Ainsi, l’apparition systématique de la radiologie au sein de ces structures dès 1930 a décuplé les examens passant de 186 en 1922 à 2 687 en 1935. Enfin, les placements effectués (hôpitaux, sanatorium, préventorium, à la campagne) sont en nette progression. Si l’essence du dispensaire d’hygiène sociale réside dans le dépistage et le triage des malades tuberculeux, alors le département de l’Eure a obtenu des résultats convaincants et en progression tout au long de l’entre-deux-guerres. Néanmoins, l’attentisme des autorités au lendemain de la guerre, l’ignorance avérée de certains décideurs au début des années vingt, la frilosité financière récurrente et les querelles sur la politique exacte à mener ont plombé l’organisation mise en place et ralentit le dispositif de prévention.

Graphique 36
Relevés statistiques pour les dispensaires de l’Eure : consultations (a) et examens radioscopiques (b)

29Au-delà de la question des dispensaires, nous avons choisi de focaliser notre réflexion sur un exemple bien précis, le timbre antituberculeux, pour comprendre les nombreuses divergences de points de vue sur les politiques de lutte contre la tuberculose menées pendant l’entre-deux-guerres entre les deux départements haut-normands. Les fonds issus du timbre, élevé au rang de campagne nationale dès 1927, vont générer des orientations stratégiques divergentes selon les départements.

Divergences de vision entre départements : le cas du timbre antituberculeux

Un instrument porteur d’un espoir financier et publicitaire

  • 55 ADSM, 5 M 258, Comité départemental du timbre antituberculeux (1927-1938). Organisation de la camp (...)

Grâce aux sommes recueillies dans la Seine-Inférieure pendant ces onze dernières années et qui s’élèvent à 3 658 000 F, d’importantes subventions ont pu être accordées aux œuvres antituberculeuses : une aide immédiate a été apportée aux familles plongées dans une misère d’autant plus profonde que trop souvent la tuberculose atteint ou menace en même temps plusieurs membres d’un même foyer : de nombreux malades privés de ressources ont bénéficié de secours de longue durée qui leur ont permis de supporter les dépenses très élevées qu’entraîne le traitement de cette maladie, enfin des centaines d’enfants ont pu séjourner dans des préventoriums ou des sanatoriums marins où leur santé, gravement compromise, a été améliorée et le plus souvent même définitivement rétablie55.

  • 56 Louis Grange, Cinquante ans de timbres antituberculeux français de 1925 à 1975, Paris, Société de (...)
  • 57 Lucien Viborel, Savoir prévenir…, op. cit., p. 172.

30Cette déclaration du président du Comité départemental du timbre antituberculeux (CDTA) datée de 1938 résume parfaitement ce à quoi le timbre antituberculeux était destiné : recueillir des fonds et les redistribuer aux œuvres antituberculeuses. L’impact de cet instrument pour les populations et les malades, en matière de publicité et de financement, a été de ce fait réel. La propagande à travers l’utilisation de ce timbre reste d’ailleurs l’un des meilleurs moyens pour les autorités nationales et départementales de révéler au grand jour la lutte contre la tuberculose dès 1925. Alors que les infrastructures réservées aux malades demeuraient encore à cette époque méconnues, comme les dispensaires (réservés à quelques villes) ou les sanatoriums et préventoriums (réservés à quelques zones de campagne), le timbre antituberculeux a permis une plus grande proximité et une plus grande exposition du problème sanitaire engendré par la maladie. Son développement a été exponentiel. Lors du départ de la mission Rockefeller en 1923, ce ne sont pas seulement des hommes qui émigrent, c’est également une manne financière qui disparaît avec eux. Pour le CNDT, qui reprend seul les rênes de la lutte au niveau national, il devient vital de perpétuer les efforts, donc de trouver les ressources indispensables au fonctionnement et au développement des nouvelles infrastructures antituberculeuses et au placement des malades. L’idée d’un timbre vendu au profit d’une action charitable s’impose. En réalité, ce concept n’est pas nouveau ; il est à l’initiative d’un postier danois, Eïnar Holböll, qui avait inventé en 1904 le principe de la vente d’un timbre à très bon marché, mis ainsi à portée de toutes les bourses, pendant une courte période, en faveur de la lutte antituberculeuse. Celui-ci s’est exporté ensuite dans de nombreux pays (Suède, Norvège, Belgique, Allemagne, États-Unis, etc.) et a rencontré à chaque fois un vif succès. Pour parfaire une organisation incertaine, le Comité décide d’engager cette expérience dans un département en particulier, la Meurthe-et-Moselle, si cher à Jacques Parisot, en 1925. Deux ans sont nécessaires pour aménager la campagne et les premiers chiffres justifient ce minutieux travail d’organisation : plus de 2,5 millions de timbres sont vendus à 0,10 centimes l’unité, soit 265 000 F de recettes brutes56. En 1926, le CNDT, auréolé de la réussite de la campagne précédente, franchit un nouveau palier en décrétant la vente de la vignette dans neuf départements français (Aisne, Ardennes, Finistère, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Pas-de-Calais, Bas-Rhin et Haut-Rhin, auxquels s’ajoute la ville de Paris). Les résultats sont encore remarquables, puisque 23 millions de timbres environ sont vendus. Après ces deux essais fructueux, le Comité décide finalement d’organiser la vente dans tous les départements métropolitains. L’année 1927 marque véritablement la mise en service de ce moyen financier et éducatif qui va rapporter pas moins de 180 millions de francs jusqu’en 193957.

Tableau 37. Recettes brutes issues de la vente du timbre antituberculeux

Années

Sommes totales au niveau national (en francs)

1925

265 775

1926

2 294 270

1927

13 788 978

1928

18 286 140

1929

21 904 237

1930

21 125 755

1931

20 786 952

1932

20 727 479

1933

20 131 361

1934

19 809 329

1935

18 065 402

  • 58 AIP, fonds du CNDT, cote CNDT 17 : campagne du timbre antituberculeux (rapports, correspondance), (...)

31Le but du timbre antituberculeux français, et c’est là son originalité, est d’associer une action éducative à la collecte de fonds. La campagne va ainsi prendre chaque année pour thème un aspect particulier de la lutte antituberculeuse, résumé en un slogan éducatif. Ce slogan qui figure sur le timbre est censé attirer l’attention du public sur une notion bien précise de prophylaxie ou de traitement58 :

1925 : « Pour la santé »
1926 : « 1826-1926, Laënnec »
1927 : « Le baiser au soleil »
1928 : « Vivre »
1929 : « De la lumière »
1930 : « Propreté »
1931 : « De l’air pur »
1932 : « Joie de vivre »
1933 : « Jeux et santé »
1934 : « Calmette sauveur des tout-petits par le BCG »
1935 : « Mieux vaut prévenir »
1936 : « La défense contre la tuberculose »
1937 : « Sauvé »
1938 : « Net et propre »
1939 : « Espoir… »

  • 59 Jacques Garçon, « Quand la santé publique s’affiche : 50 ans, 50 affiches », Actualité et dossier (...)

32Les concepteurs des messages cherchent à cibler leurs campagnes en fonction de critères plus ou moins objectifs et à les inscrire dans une perspective de longue durée afin d’obtenir l’effet escompté, c’est-à-dire une modification des comportements vis-à-vis des malades et de la maladie59. Pour cela, leur souci principal consiste à toucher les populations, dans une France majoritairement rurale où l’illettrisme est encore de masse, notamment chez les adultes. Plus que le message, les illustrations doivent avoir un côté attractif. Il existe ainsi certaines étapes dans la reproduction des images, donc des messages, qui correspondent à une évolution dans la façon de représenter la lutte contre la tuberculose, allant de pair avec l’évolution des mentalités françaises. Tout d’abord, les thèmes porteurs de ces campagnes sont inlassablement empreints d’hygiénisme : on découvre tour à tour sur les timbres la nécessité d’une hygiène irréprochable, l’attrait pour l’air pur et le soleil, l’importance des activités de plein air, etc. Les premiers timbres recèlent clairement les trois éléments jugés indispensables pour se prémunir de la maladie : air, soleil et eau. Ces messages à l’hygiénisme débordant sont simples, donc compris par la majorité de la population. Par contre, on n’y décèle aucune allusion à la maladie. Ensuite, apparaissent trois catégories de personnages : les scientifiques célèbres, Laënnec et Calmette en tête (1926, 1934), les infirmières (1925, 1932, 1935-1936) et surtout les enfants (1925, 1927-1933, 1935, 1937-1939). Si cette dernière catégorie se retrouve fréquemment sur les timbres, c’est qu’elle correspond aussi bien à la vente, par l’intermédiaire des écoliers, qu’à la redistribution des fonds, puisque la protection de l’enfance devient très vite prioritaire. Enfin, la maladie n’est sous-entendue qu’à la fin des années trente (1937 et 1939), avec la reproduction en arrière-plan d’un sanatorium. Cette absence, puis cette évocation ne sont pas anodines et appellent plusieurs constats. Alors que l’association met l’accent sur les soins individuels assurés par l’infirmière sur les premières représentations, l’apparition des sanatoriums renvoie à l’acceptation pour la population d’être assistée hors de chez elle. Pendant longtemps le sanatorium a été connoté négativement (lieu de diffusion de la maladie, lieu de débauche, lieu de contestation sociale, etc.) et à la fin des années trente, le CNDT semble bien décidé à combattre ce sombre portrait.

Déroulement des campagnes et recommandations

  • 60 Le timbre se présente sous la forme d’un timbre de petit format, en carnets de 10 unités (prix du (...)
  • 61 90 % des recettes sont reversées au comité départemental, alors que le comité national ne récupère (...)
  • 62 ADSM, 5 M 257, Comité départemental du timbre antituberculeux (1927-1938). Organisation de la camp (...)
  • 63 ADE, 2 N 79, délib C. G. (1927), « Timbre antituberculeux ; appui moral du département », séance d (...)
  • 64 ADSM, 5 M 257, Comité départemental du timbre antituberculeux (1927-1938). Organisation de la camp (...)

33Le CNDT agence la vente du timbre selon un plan cohérent. Il envoie ainsi à tous les comités départementaux une circulaire faisant état de son désir de réaliser une campagne de propagande nationale au profit de la vente du timbre antituberculeux. Cette circulaire expose les deux premiers essais accomplis en 1925 et 1926 et les modalités concernant la vente en elle-même, les différents supports utilisés60 et la répartition des bénéfices61. Selon les recommandations du CNDT, la campagne doit se dérouler exclusivement en décembre, période où les âmes françaises sont plus sensibles à la solidarité et à la générosité62 ; il fournit les timbres et aussi les affiches, les placards et les films de propagande. Les directives précisent que le produit de la vente du timbre doit être rigoureusement affecté à créer ou à développer des services ou des œuvres visant directement à la lutte contre la tuberculose, à l’exclusion de tout ce qui ne tendrait qu’accessoirement à ce but. En Seine-Inférieure, pour vulgariser l’utilité du timbre, le Comité départemental du timbre antituberculeux décide d’organiser des conférences cinématographiques dans les centres urbains et dans certaines localités rurales entre novembre et décembre 1927. Dans l’Eure aussi, la campagne prend rapidement forme. C’est ainsi que le préfet appelle solennellement le concours des 700 maires du département pour organiser dès décembre 1927 cette première vente63. Cette intervention s’inscrit dans l’évolution déjà entrevue lors de l’arrivée du docteur Lièvre-Brizard à la tête de l’inspection des services d’hygiène. La première campagne normande est couronnée de succès. En Seine-Inférieure, on vend 2 700 000 timbres et dans l’Eure 746 000. Les deux départements s’empressent de répartir les sommes récoltées selon les besoins (création de nouveaux dispensaires pour l’Eure et protection de l’enfance à travers l’envoi d’enfants vers des préventoriums ou des filiales de l’œuvre Grancher pour la Seine-Inférieure). Cette diversification des rétributions n’est pas sans faire réagir le CNDT, qui souhaite dès lors réorienter la lutte selon un programme bien précis. Pour cela, il rappelle dès la seconde campagne ses préoccupations par ordre d’importance dans la redistribution des fonds64 :

  1. Au placement d’enfants pour les préserver de la contagion (œuvre de placement familial des tout-petits, foyers de l’œuvre Grancher…) ;
  2. Aux envois en préventorium et en sanatorium marin d’enfants vivant dans un milieu contaminé ;
  3. Aux placements de tuberculeux dans les établissements de cure ;
  4. À la création de lits pour tuberculeux.

34Les colonies de vacances, les cantines scolaires, la lutte contre les taudis et l’alcoolisme sont des instruments d’action antituberculeuse indirecte et ne sauraient, par conséquent, bénéficier du produit de la vente du timbre. Dans tous les cas, le CNDT demande de ne pas thésauriser et de dépenser immédiatement la totalité des bénéfices recueillis. Ces quelques recommandations font en réalité suite à des comportements jugés irrationnels par le CNDT dans certains départements lors de la première campagne. L’Eure est un des départements visés par ces griefs. Quand le CNDT demande aux comités locaux de reverser l’argent en priorité aux œuvres de protection de l’enfance, le Comité antituberculeux de l’Eure décide dans sa séance du 16 juin 1927 que 65 % des sommes recueillies seraient versées aux dispensaires antituberculeux des arrondissements d’Évreux, de Bernay et de Louviers, soit 25 806 francs, et que le reste irait au placement des malades, tous âges confondus. Les priorités nationales peinent à trouver une pratique au niveau local. À l’inverse, le département de Seine-Inférieure reçoit les louanges du CNDT, puisqu’il conçoit l’enfance comme une priorité dans la redistribution des fonds. Cette situation trouve aussi son origine dans les politiques jusqu’alors mises en place par les deux départements. On remarque ici que l’Eure et la Seine-Inférieure ont pour le moins deux regards totalement divergents dans la façon de diriger la lutte contre la tuberculose. Alors qu’en Seine-Inférieure, les dispositifs en faveur de l’enfance se succèdent (préventorium de Canteleu, sanatorium des Grandes-Dalles, filiales de l’œuvre Grancher à Rouen et au Havre, solarium Lerch au Havre…), dans l’Eure, c’est absence (de réalisations) qui rime avec enfance.

35

Graphique 38. Répartition des fonds issus de la vente du timbre antituberculeux en 1927 : Seine-Inférieure (a) et Eure (b)

36Si des voix discordantes se font donc entendre dans l’Eure, d’autres remettent aussi en cause cette répartition en Seine-Inférieure. C’est le cas par exemple d’un regroupement de médecins du Havre qui envoie directement une lettre au CNDT pour lui faire part de leur étonnement dans la répartition des fonds collectés :

  • 65 AIP, fonds du CNDT, CNDT, DPT 68, correspondance avec le Comité Départemental de Seine-Inférieure.

Étant considéré qu’il est beaucoup plus important de prévenir la tuberculose que de la soigner, que d’autre part la tuberculose trouve son origine, plus que dans la contagion de personne à personne, dans l’alcoolisme, les mauvaises conditions d’habitation et d’alimentation, il est émis le vœu que la majeure partie des sommes procurées par la vente du timbre antituberculeux soit appliquée à la lutte contre l’alcoolisme et à l’amélioration des conditions de vie des économiquement faibles65.

  • 66 Véronique Faury, « La campagne des timbres antituberculeux à Rouen entre les deux guerres », Mémoi (...)

37À ces doléances, le CNDT réplique par une fin de non-recevoir et rejette la responsabilité de ces combats (taudis, alcoolisme) aux autorités compétentes, c’est-à-dire l’État et les collectivités locales, qui doivent construire des logements sociaux ou interdire les débits de boisson. Le manque de contrôle sur la destination des fonds recueillis et une gestion aléatoire selon les départements remettent en cause le pouvoir et la crédibilité du comité national. Par exemple, dans les années trente, alors que le BCG permet d’envisager un recul de la tuberculose et devient un instrument porteur d’espoir, le comité préfère maintenir et développer un service d’assistance66, matérialisé par des placements infantiles en Seine-Inférieure (préventorium et Œuvre Grancher) et par des placements pour tous les âges dans l’Eure (préventorium et sanatorium).

Graphique 39. Fonds provenant de la vente du timbre antituberculeux en faveur des placements : Seine-Inférieure (a) et Eure (b)

38L’organisation même des campagnes est une autre source de polémiques. Alors que la première campagne avait souligné le caractère utile dans l’organisation conjointe de fêtes, bals, kermesses ou spectacles divers avec la vente du timbre, cette directive est progressivement abandonnée par le CNDT dès le début des années trente, à cause d’un contexte rendu délicat par la crise économique naissante et de la multiplication des œuvres de charité. Les membres du comité ont en réalité peur de trop en demander aux Français, alors qu’eux-mêmes vivent des situations parfois difficiles. Un commencement de déclin dans les ventes devient perceptible à cette époque. Le CDTA de Seine-Inférieure se décharge très vite de la responsabilité dans l’organisation de ces fêtes dans une lettre adressée au CNDT, en octobre 1931 :

  • 67 ADSM, 5 M 257, Comité départemental du timbre antituberculeux (1927-1938). Organisation de la camp (...)

Je m’empresse de vous informer que le CDTA n’a jamais organisé directement de fêtes ou spectacles en faveur de l’œuvre du timbre antituberculeux. Toute initiative est laissée aux comités locaux pour organiser la propagande et favoriser la vente selon les moyens dont ils peuvent disposer. Aussi, je vous engage à vous mettre directement en rapport avec les présidents des principaux comités du département67.

  • 68 Ibid. (6e année, 1932-1933).

39Les comités se subdivisent en sections pour les plus grandes communes (presse et propagande, enseignement, fonctionnaires et employés, industrie, commerce, agriculture, armée) qui ont pour objectif de pénétrer au cœur de la population locale. Pour autant, l’effet pervers de ce système se reconnaît dans l’instauration d’un classement annuel entre communes. Dès lors, tous les moyens sont bons, même les plus immoraux (harcèlement, augmentation du prix du timbre…) pour récolter des louanges lors de l’assemblée générale annuelle du CDAT. On y distribue quantité de récompenses, comme des médailles d’or ou d’argent, des livres, des diplômes d’honneur, des jeux de société ou même de l’argent pour les plus méritants, c’est dire si la compétition se révèle exaltante pour certains. Le CDAT est aussi libre de récompenser une ville entière, des directeurs d’écoles, des institutrices, des comités locaux ou des écoliers. Par contre, ce classement met aussi en exergue les « mauvais élèves » et distribue des remontrances aux maires dont les communes ont réalisé un mauvais score. Ces derniers souhaitent que leur municipalité soit citée en exemple et prennent des initiatives personnelles pour organiser des festivités autour de la vente du timbre. En 1931, le CDTA de l’Eure, sous le patronage de préfet de l’Eure et du maire d’Évreux, M. Oursel, organise des soirées de charité en faveur de la campagne du timbre antituberculeux (représentations cinématographiques, grands bals pour le réveillon de Noël, concerts, etc.). En 1932, le comité local de Dieppe prend diverses dispositions en vue d’assurer le succès de la vente du timbre68 : une semaine d’étalages, une conférence agrémentée de films sur la tuberculose et l’organisation d’une soirée théâtrale. Toute cette organisation contribue à faire de la vente du timbre une fête dans les villes et villages normands durant un mois et par conséquent un succès populaire. Malgré la requête du comité central, rares sont donc ceux qui entendent leurs injonctions.

40Toutefois, dès la sixième campagne, les premiers signes d’essoufflement commencent à se faire sentir. Il faut dire que le CNDT a bien du mal à renouveler ses méthodes de distribution. De plus, la crise économique qui touche la France oblige la population à dépenser moins, notamment pour les œuvres caritatives. Enfin, la lassitude d’une partie de la population ne cesse d’enfler car on la sollicite toujours plus en faveur d’œuvres diverses même si elles sont toutes aussi légitimes que la lutte contre la tuberculose.

Tableau 40. Chiffres de la vente du timbre antituberculeux en Seine-Inférieure et dans l’Eure*

Tableau 40. Chiffres de la vente du timbre antituberculeux en Seine-Inférieure et dans l’Eure*

*Sources : pour la Seine-Inférieure : ADSM, 5 M 257-258 [organisation de la campagne de la vente du timbre (correspondance relative à la publicité, état des recettes de 1927-1939)], 5 M 259 et 5 M 260 (répartition des fonds collectés et des subventions, récompenses, correspondance, avis d’attribution, 1933-1939) ; pour l’Eure : AME, 5 Q 20 (assistance aux tuberculeux, timbre antituberculeux), 2 N 85 (délib. C. G., 1935, « Timbre antituberculeux ; produit de la vente de 1934 », séance du 17 mai 1935).

41En définitive, même si les campagnes pour le timbre antituberculeux connaissent des hauts jusqu’en 1932 puis des bas jusqu’à la guerre, qu’est-ce qui était le plus important ? Recueillir un maximum de fonds ou bien toucher les populations les plus isolées et faire de la lutte contre la tuberculose un combat global ? Si la première hypothèse se vérifie amplement, la seconde l’est tout autant. En témoigne cette lettre de Hyacinthe Le Corvaisier, secrétaire trésorier des comités locaux du timbre antituberculeux des communes de Criquetot-sur-Longueville et de Saint-Crespin, à M. Lemarchand, président du CDTA, datée du 1er février 1934. Il nous fait part en toute simplicité de son engagement :

Je le fais avec la vive satisfaction d’avoir bien semé et bien récolté puisque, cette année encore, j’ai pu, en recueillant davantage que les années précédentes, développer le sentiment de solidarité sociale qu’impose la lutte contre ce terrible fléau qu’est la tuberculose dans ces deux communes dépourvues de tout autre moyen de propagande effective que celui d’aller à chaque demeure faire comprendre l’importance de l’œuvre entreprise (pas de commerce, pas d’école, pas d’église, tout juste une boîte aux lettres dans chacune d’elles), donc en principe aucune possibilité de réunion ou de distraction publique pouvant faciliter la vente du timbre : il faut aller, chaque année, frapper à chaque porte.

42On comprend par ce témoignage que le timbre a réussi à toucher urbains comme ruraux, ainsi que toutes les catégories sociales et toutes les catégories d’âge. Moyen financier à l’origine, il est devenu, par son aspect rassembleur, un formidable moyen pour vulgariser la lutte contre la tuberculose à toutes les échelles.

Les divergences d’idées, sources de conflits et freins à la politique antituberculeuse dans l’Eure

43À l’activité sans relâche de la Seine-Inférieure, pour qui le centre d’examen médical représente la base du système de prévention de la tuberculose, s’oppose l’attentisme des autorités de l’Eure, peu concernées, qui fondent trois dispensaires au début des années vingt, plus par obligation (loi Bourgeois, pression de la mission Rockefeller) que par choix. D’ailleurs cette apathie se traduit rapidement par un fonctionnement inapproprié des dispensaires et de ce fait aucun impact n’est constaté sur l’endémie tuberculeuse jusqu’en 1925. Par la suite, comme Charles Lallemand et le docteur Ott avant lui ou Jacques Parisot ailleurs, le docteur Lièvre-Brizard a permis une évolution et remis le dispensaire au centre du débat. Ces exemples prouvent que la lutte contre la tuberculose trouve son essence dans la détermination de certains hommes, interventionnistes par nature et animés d’un raisonnement purement social. Néanmoins, ce dernier ne pouvait pas tout. Ainsi, malgré des avancées importantes au début des années trente en matière de dépistage, les querelles entre les médecins et comités les ont trop souvent occultées et ont eu un effet pernicieux sur la politique antituberculeuse en général.

Notes

1 Cette commission est composée du Dr Oursel : conseiller général, maire d’Évreux ; M. Lemeland, pharmacien à Évreux ; M. Drouilly : inspecteur départemental de l’assistance publique ; M. Steiner : conseiller général, maire de Vernon ; Colonel Delarue : maire de Gisors ; Dr Leudet : adjoint au maire de Piencourt ; M. Mallet : avocat à Louviers ; Dr Harou : maire de Pont-Audemer ; M. Harel : conseiller général, maire de Sainte-Opportune-la-Mare ; M. de Valon : conseiller général

2 ADE, 27 X 4, lutte contre la tuberculose et créations de dispensaires (1913-), Rapport sur le rôle éducatif des offices, des dispensaires d’hygiène sociale et des infirmières visiteuses.

3 ADE, 2 N 72, délibérations CG (1920), « Comité départemental antituberculeux. Subvention », séance du 6 mai 1920.

4 Ibid., « Création d’un dispensaire antituberculeux », séance du 25 août 1920.

5 Ibid.

6 Léon Bourgeois, « Appel aux élus du peuple de France et à tous les français », Bulletin du Comité national de défense contre la tuberculose, 1920, no 1, p. 3-4.

7 AIP, fonds du CNDT, côte CNDT, DPT 24, pochette exercice 1921, département de l’Eure, comité antituberculeux, Louviers.

8 ADE, 2 N 73, délibérations CG (1921), « Comité départemental antituberculeux ; demande de maintien de sa subvention », séance du 4 octobre 1921.

9 ADE, 27 X 4, lutte contre la tuberculose et créations de dispensaires (1913-), bilan de l’activité du dispensaire de Louviers pour l’année 1921.

10 En 1924, le dispensaire de Louviers a effectué 99 jours de consultations pour 897 consultants, soit une moyenne de 13 mn environ par patient ; celui d’Évreux 89 jours de consultations pour 835 consultants, soit une moyenne, équivalente à celle de Louviers, de 13 mn par patients ; celui de Bernay 48 jours de consultations pour 455 consultants, soit une nouvelle fois une moyenne équivalente de 13 mn par patient.

11 « Le Comité de Vernon ne possède pas de dispensaire, mais il intervient efficacement sous forme de visites à domicile, de secours aux malades et à leur famille, et de contribution aux frais de placement dans les sanatoriums » (ADE, 27 X 4, lutte contre la tuberculose et créations de dispensaires (1913-), Procès-verbal de l’assemblée générale du Comité antituberculeux de l’Eure pour l’année 1923 qui s’est tenue au siège social de l’association, 24 rue Isambard à Évreux, le 17 janvier 1924).

12 ADE, 27 X 4, lutte contre la tuberculose et créations de dispensaires (1913-), Procès-verbal de l’assemblée générale du Comité antituberculeux de l’Eure pour l’année 1924 qui s’est tenue au siège social de l’association, 24 rue Isambard à Évreux, le 6 avril 1925.

13 En 1928 encore, le médecin du dispensaire souligne que « ce dispensaire doit avoir recours au matériel de l’hôpital, qui est ancien et qui n’est pas approprié aux examens pulmonaires car l’écran est trop petit pour radiographier l’ensemble du thorax » (ADE, 2 N 80, délibérations CG (1928), « Comité antituberculeux de l’Eure ; demande de subvention », séance du 25 octobre 1928.

14 L’exemple de l’Orne est très intéressant, puisque sa démographie est sensiblement équivalente à celle de l’Eure. En 1921, l’Orne compte 274 814 habitants contre 292 456 pour l’Eure. De plus, l’Orne ne compte que quatre villes supérieures à 5 000 habitants (Alençon, 16 249 ; Flers, 12 812 ; Argentan, 6 753 ; L’Aigle, 5 521). Sa configuration rurale ne fait donc aucun doute à l’époque, ce qui ne l’empêche pas de recourir à l’implantation de dispensaires d’hygiène sociale.

15 ADE, 2 N 74, délibérations CG (1922), « Dispensaire antituberculeux de Saint-Rémy-sur-Avre ; demande de subvention », séance du 25 avril 1922.

16 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, exercice année 1922.

17 Stéphane Henry, « La médecine libérale et le dispensaire d’hygiène sociale ou l’histoire d’une délicate cohabitation pour vaincre la tuberculose (1916-1939) », Revue d’histoire de la protection sociale, no 3, mars 2011, p. 55-70.

18 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, exercice année 1925, voyage de M. le Dr Cailleret dans le département de l’Eure, janvier 1925.

19 Ibid.

20 Trois médecins différents s’occupent des dispensaires eurois jusqu’en 1928 : le Dr Imbert puis le Dr Hartmann pour le dispensaire de Louviers, le Dr Saucier pour celui de Bernay et le Dr Thirard pour celui d’Évreux.

21 Il a dirigé le dispensaire d’hygiène sociale de Gien dans le Loiret entre 1924 et 1926 (ADE, 27 X 4, lutte contre la tuberculose et créations de dispensaires (1913-), Procès-verbal de l’assemblée générale du Comité antituberculeux de l’Eure pour l’année 1926 qui s’est tenue au siège social de l’association, 24 rue Isambard à Évreux, le 14 mai 1927.

22 ADE, 2 N 79, délib C. G. (1927), « Comité départemental ; fonctionnement : relèvement de la subvention », séance du 4 mai 1927.

23 ADE, 2 N 74, délib C. G. (1922), « Création d’un service d’inspection d’hygiène », séance du 25 avril 1922.

24 AIP, fonds du CNDT, côte CNDT, DPT 24, pochette correspondance, expérience du Dr Louis-Ferdinand Lièvre-Brizard. Il est également président du Syndicat des médecins de dispensaires, vice-président du Syndicat des médecins hygiénistes français, ancien combattant, pensionné de guerre et vice-président de l’Association des médecins mutilés et pensionnés.

25 ADE, 2 N 80, délib. C. G. (1928), « Service départemental d’hygiène ; réorganisation », séance du 15 mai 1928.

26 ADE, 2 N 79, délib. C. G. (1927), « Lutte contre la tuberculose ; rapport du Docteur Lièvre-Brizard ».

27 ADE, 27 X 4, lutte contre la tuberculose et créations de dispensaires (1913-), pochette rapport du Dr Lièvre-Brizard, lutte contre la tuberculose, avril 1927. Rapport présenté par le Dr Lièvre-Brizard, médecin-chef des dispensaires d’hygiène sociale du département de l’Eure.

28 ADE, 2 N 79, délib. C. G. (1927), « Lutte contre la tuberculose ; rapport du Docteur Lièvre-Brizard ».

29 Dominique Dessertine et Olivier Faure, Combattre…, op. cit., p. 111.

30 ADE, 27 X 4, lutte contre la tuberculose et créations de dispensaires (1913-), pochette Gisors : dispensaires antituberculeux, lettre du ministre de la Santé publique au préfet de l’Eure pour l’attribution d’une subvention, datée du 30 novembre 1931.

31 ADE, 2 N 82, délib. C. G. (1930), « Inspection départementale d’hygiène ; rapport annuel ».

32 ADE, 2 N 82, délib. C. G. (1930), « Comité antituberculeux de l’Eure », séance du 2 octobre 1930. Le Dr Fontaine, dont la santé est qualifiée de délicate, meurt un an plus tard, victime de surmenage, ce qui remet en cause le sérieux dans les attributions de poste, lorsque l’on sait qu’être médecin de plusieurs dispensaires ne laisse que peu de moment de repos (AIP, fonds du CNDT, côte CNDT, DPT 24, pochette correspondance, procès-verbal de l’assemblée générale du Comité antituberculeux de l’Eure du 6 mai 1931).

33 ADE, 2 N 81, délib. C. G. (1929), « Comité antituberculeux ; création de dispensaires », séance du 22 avril 1929.

34 Ibid.

35 Alors qu’en 1917, il n’y avait que 48 dispensaires, on en compte 569 en 1925, soit plus de 500 établissements supplémentaires, puis 820 en 1933, soit moitié moins par rapport à la période 1917-1925, et enfin 901 en 1938 (Lucien Viborel, Savoir prévenir…, op. cit.).

36 ADE, 2 N 80, délib. C. G. (1928), « Comité antituberculeux de l’Eure ; demande de subvention », séance du 25 octobre 1928.

37 ADE, 2 N 82, délib. C. G. (1930), « Inspection départementale d’hygiène ; rapport annuel ».

38 ADE, 2 N 83, délib. C. G. (1932), « Rapport de M. l’Inspecteur des services départementaux d’hygiène ». Comparaison avec d’autres départements (par dispensaire) : Allier : 124 000 habitants pour 2 460 km² ; Aube : 119 000 pour 3 010 km² ; Aveyron : 110 000 pour 2 930 km² ; Bouches-du-Rhône : 150 000 pour 875 km² ; Cantal : 197 000 pour 5 779 km² ; Charente : 104 000 pour 1 999 km² ; Charente-Inférieure : 104 000 pour 1 200 km ² ; Cher : 100 000 pour 2 400 km² ; Haute-Garonne : 216 000 pour 3 180 km² ; Haute-Loire : 130 000 pour 2 500 km ² ; Ille-et-Vilaine : 94 000 pour 1 160 km² ; Loire : 74 000 pour 533 km² ; Marne : 57 000 pour 1 170 km². Comparaison avec les départements limitrophes de l’Eure (par dispensaire) : Calvados : 65 000 habitants pour 950 km² ; Orne : 46 000 pour 1 020 km² ; Seine-Inférieure : 65 000 pour 528 km² ; Seine-et-Oise : 60 000 pour 298 km².

39 Ibid.

40 ADE, 2 N 83, délib. C. G. (1932), « Office départemental d’hygiène sociale ; rapport du Secrétaire général ».

41 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », Comité d’hygiène sociale et de préservation de la tuberculose de l’arrondissement de Bernay, 16 octobre 1934. Requête envoyée à M. Sauvage, vice-président du Comité de l’Eure, le 15 avril 1934, sans réponse.

42 Le Dr Veslin est un des membres fondateurs du Comité départemental, puisqu’il faisait déjà partie des membres de l’association lorsque celle-ci se nommait Comité départemental d’assistance aux militaires tuberculeux en 1916.

43 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1èe pochette : correspondance, exercice année 1933.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 ADE, 2 N 85, délib. C. G. (1935), « Rapport du Docteur Lièvre-Brizard, Directeur des Services départementaux d’hygiène de l’Eure ».

47 AIP, fonds du CNDT, série CNDT,. DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », lettre du docteur du directeur général du CNDT à la présidente du CDHSE, la Comtesse Josson de Glatigny, datée du 26 mai 1933.

48 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », conseil d’administration du Comité antituberculeux du 19 janvier 1935.

49 ADE, 2 N 85, délib. C. G. (1936), « Office d’hygiène ; vœu », séance du 13 mai 1936.

50 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », lettre du CNDT au Dr Baissette, datée du 16 novembre 1933.

51 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », lettre du docteur Poix, rédacteur en chef de la Revue de phtisiologie médico-sociale, au Dr Veslin, secrétaire général du Comité antituberculeux de l’Eure, le 25 juin 1935.

52 ADE, 2 N 85, délib. C. G. (1936), « Rapport du Docteur Lièvre-Brizard, Directeur des Services départementaux d’hygiène de l’Eure ».

53 ADE, 2 N 86, délib. C. G. (1937), « Inspection d’hygiène ; nomination du médecin-directeur ; vœu », séance du 5 mai 1937.

54 ADE, 25 N 7, dévolution au département du dispensaire de Pont-Audemer, note sur la question de propriété revendiquée par la Croix-Rouge sur le dispensaire antituberculeux de Pont-Audemer datée du 4 décembre 1961.

55 ADSM, 5 M 258, Comité départemental du timbre antituberculeux (1927-1938). Organisation de la campagne de vente du timbre antituberculeux, correspondance relative à la publicité, état des recettes (1927-1933), pochette instructions et correspondance avec le comité, dépenses diverses (12e année, 1938-1939). Lettre du président du CDTA au préfet de Seine-Inférieure, datée du 20 octobre 1938 et titrée « Bilan du timbre antituberculeux ».

56 Louis Grange, Cinquante ans de timbres antituberculeux français de 1925 à 1975, Paris, Société de l’Arc-en-ciel, 1977.

57 Lucien Viborel, Savoir prévenir…, op. cit., p. 172.

58 AIP, fonds du CNDT, cote CNDT 17 : campagne du timbre antituberculeux (rapports, correspondance), pochette organisation de la vente : historique du timbre antituberculeux, organisation de la campagne.

59 Jacques Garçon, « Quand la santé publique s’affiche : 50 ans, 50 affiches », Actualité et dossier en santé publique, no 14, mars 1996, p. 2-4.

60 Le timbre se présente sous la forme d’un timbre de petit format, en carnets de 10 unités (prix du carnet : 2,50 F) et sous la forme de trois vignettes à grand format pour autos et vitrines (prix : 3 F, 5 F et 10 F).

61 90 % des recettes sont reversées au comité départemental, alors que le comité national ne récupère que les 10 % restants. Ce partage des gains a naturellement pour but de motiver les troupes sur le terrain.

62 ADSM, 5 M 257, Comité départemental du timbre antituberculeux (1927-1938). Organisation de la campagne de vente du timbre antituberculeux, correspondance relative à la publicité, état des recettes (1927-1933), pochette instructions et correspondance avec le comité, dépenses diverses (1re année, 1927-1928). Réponses à quelques questions posées lors du congrès de Lyon du 12 avril 1927.

63 ADE, 2 N 79, délib C. G. (1927), « Timbre antituberculeux ; appui moral du département », séance du 6 octobre 1927.

64 ADSM, 5 M 257, Comité départemental du timbre antituberculeux (1927-1938). Organisation de la campagne de vente du timbre antituberculeux, correspondance relative à la publicité, état des recettes (1927-1933), pochette instructions et correspondance avec le comité, dépenses diverses (2e année, 1928-1929).

65 AIP, fonds du CNDT, CNDT, DPT 68, correspondance avec le Comité Départemental de Seine-Inférieure.

66 Véronique Faury, « La campagne des timbres antituberculeux à Rouen entre les deux guerres », Mémoires de la protection sociale en Normandie, no 1, 2002, p. 73.

67 ADSM, 5 M 257, Comité départemental du timbre antituberculeux (1927-1938). Organisation de la campagne de vente du timbre antituberculeux, correspondance relative à la publicité, état des recettes (1927-1933), pochette instructions et correspondance avec le comité, dépenses diverses (5e année, 1931-1932).

68 Ibid. (6e année, 1932-1933).

Table des illustrations

Légende Graphique 31Schéma des instances ayant en charge la lutte contre la tuberculose dans le département de l’Eure en 1921
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Carte 32. Dispensaires en fonctionnement en 1919 (a), 1923 (b) et 1929 (c)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Carte 33. Localisation des dispensaires dans le département de l’Eure en 1930
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 35. Situation en 1933 et proposition du Dr Veslin
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5529/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Graphique 36Relevés statistiques pour les dispensaires de l’Eure : consultations (a) et examens radioscopiques (b)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5529/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Graphique 38. Répartition des fonds issus de la vente du timbre antituberculeux en 1927 : Seine-Inférieure (a) et Eure (b)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5529/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Graphique 39. Fonds provenant de la vente du timbre antituberculeux en faveur des placements : Seine-Inférieure (a) et Eure (b)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5529/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Tableau 40. Chiffres de la vente du timbre antituberculeux en Seine-Inférieure et dans l’Eure*
Légende *Sources : pour la Seine-Inférieure : ADSM, 5 M 257-258 [organisation de la campagne de la vente du timbre (correspondance relative à la publicité, état des recettes de 1927-1939)], 5 M 259 et 5 M 260 (répartition des fonds collectés et des subventions, récompenses, correspondance, avis d’attribution, 1933-1939) ; pour l’Eure : AME, 5 Q 20 (assistance aux tuberculeux, timbre antituberculeux), 2 N 85 (délib. C. G., 1935, « Timbre antituberculeux ; produit de la vente de 1934 », séance du 17 mai 1935).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5529/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search