Version classiqueVersion mobile

Vaincre la tuberculose (1879-1939)

 | 
Stéphane Henry

Première partie. La pathologie aux « 150 000 morts » (1879-1916)

Chapitre 3. La première guerre mondiale

De la flambée de la tuberculose aux premières mesures d’envergure en faveur des tuberculeux

Texte intégral

La guerre favorise-t-elle le développement des épidémies ? Le cas de la tuberculose

Une recrudescence de la tuberculose dès 1914

  • 1 Françoise Hildesheimer, Fléaux et société…, op. cit., p. 80.
  • 2 Jean-Jacques Becker, 1914 : comment les Français sont entrés dans la guerre. Contribution à l’étud (...)

1Alors que les chiffres de la tuberculose ont tendance à se stabiliser en France et dans les deux départements haut-normands aux alentours de 1910 après la progression lente et régulière du début du siècle due en partie à l’amélioration de la statistique, la courbe de mortalité tuberculeuse repart à la hausse dès 1914. La première hypothèse, c’est que cette augmentation trouve sa cause dans la guerre et surtout dans les mouvements incessants de troupes qu’elle entraîne. Ceux-ci peuvent en effet favoriser une recrudescence de la maladie par la multiplicité des contacts interhumains1. Il faut dire que la guerre, à ses débuts, mobilise environ deux millions de Français qui partent combattre dans l’Est de la France2. Un mouvement de balancier s’opère alors entre les soldats venus de toute la France regroupés par convois ferroviaires et se dirigeant vers l’est, et les populations environnantes devenues réfugiés qui prennent pour leur part le chemin inverse, vers l’ouest. Ces vastes déplacements entraînent une hausse des contacts entre les personnes. On peut donc supposer que les malades ont autour d’eux une plus grande « clientèle » réceptive à leurs bacilles, que celle-ci soit civile ou militaire.

  • 3 Par exemple, si on compare les deux recensements de 1911 et 1921, le département de l’Eure a perdu (...)

2En Seine-Inférieure et dans l’Eure, l’année 1914 marque le début d’un phénomène de dépopulation aussi bien dans les villes que dans les campagnes, puisque, démographiquement, la majorité des hommes qui partent au front ne seront jamais remplacés3. À l’aube de la guerre, il ne reste plus dans les villages français que les femmes, les enfants et les vieillards pour pérenniser l’économie française et contribuer à l’effort de guerre. Après cette première période de mouvement, la situation se fige à la fin de l’année 1915 entre un front qui s’embourbe dans les tranchées de la Marne et les familles à l’arrière. Les effets de la guerre deviennent difficilement supportables pour l’ensemble des belligérants, d’autant que la totalité des couches de la société est touchée. Toutefois, si la guerre limite les échanges, les convois militaires et les permissions accordées aux soldats subsistent et permettent une cohabitation régulière entre le front et l’arrière. Ceux-ci ont pour conséquence de diffuser l’horreur de la guerre des zones de combat vers les zones de « paix » (retour des morts, blessés et mutilés).

3La guerre a engendré un nouveau mode d’existence et aux morts des suites des combats, s’ajoutent ceux qui décèdent de maladies dues aux conditions de vie effroyables dans les tranchées. À ce titre, les faits concernant la tuberculose sont affligeants. La maladie passe d’un caractère endémique à un caractère nettement plus épidémique. Lors de la première période du conflit (1914-1915), où les mouvements sont les plus nombreux, on constate une progression spectaculaire de la mortalité tuberculeuse dans les deux départements haut-normands. Toutes les zones d’habitation sont concernées par ce phénomène, villes et villages réunis. Le département de Seine-Inférieure voit sa mortalité tuberculeuse progresser de 23,3 % entre 1912 et 1915. Les grandes villes sont touchées, comme Le Havre où l’on constate un tiers de décès par tuberculose supplémentaires (+ 32,8 %) pour cette même période. Les villes moins importantes aussi, comme Évreux, avec une augmentation de 35,3 %. Enfin, les villages de moins de 2 000 habitants du département de l’Eure accusent un accroissement de 26 %.

Graphique 5
Décès par tuberculose selon plusieurs échelles entre 1907 et 1918 (a : Seine-Inférieure ; b : Le Havre ; c : Évreux ; d : Eure)

4Pour bien comprendre les mécanismes qui régissent cette augmentation, il est nécessaire de se replonger dans ces années sombres. Comment par exemple expliquer la progression spectaculaire de la tuberculose dans les rangs de l’armée ? Les militaires tuberculeux sont-ils à l’origine de la flambée de tuberculose dans la région normande, ou bien sont-ce les populations elles-mêmes, qui devaient faire face à des conditions de vie difficiles ? Ensuite, quels moyens les autorités nationales et départementales vont-elles déployer pour stopper le caractère épidémique de la maladie ? Plus clairement, les actions entreprises par les autorités françaises, autrefois dilettantes et ignorantes en matière de lutte antituberculeuse, ont-elles un lien direct avec la vaste campagne menée pendant l’entre-deux-guerres auprès des civils ?

Le corps de l’armée gangrené par la tuberculose

Absence de discernement ou urgence face à l’état de guerre ?

5Robert Koch fait la déclaration suivante en 1888, reproduite dans une revue scientifique ayant pour titre Les maladies infectieuses et l’armée :

  • 4 Cité dans Georges Vigarello, Le sain et le malsain…, op. cit., p. 257.

Les maladies infectieuses et spécialement les épidémies militaires ne sont jamais produites par la saleté, par la viciation de l’air provenant de l’entassement des hommes, par la faim, la pauvreté, les privations, ni par la somme de tous ces facteurs. Leurs germes spécifiques, seuls, peuvent les produire4.

6Selon lui, la tuberculose est provoquée par un germe bien particulier, le bacille de Koch, et les conditions extérieures (taudis, pauvreté, manque d’hygiène…) facilitent seulement sa prolifération, mais en aucun cas son apparition, n’en déplaisent aux hygiénistes les plus radicaux. Cette découverte essentielle permet de mieux comprendre le cheminement de la maladie en temps de guerre ; en effet, si on prend acte des paroles de Robert Koch, il semble probable que certains soldats envoyés au front étaient déjà aux premiers stades de la tuberculose. Cette idée est confirmée par le docteur Mathieu, médecin militaire :

  • 5 Dr Mathieu, « L’œuvre de préservation de l’adolescence contre la tuberculose. Le préventorium anti (...)

N’eût-il pas mieux valu envoyer ces faibles à la caserne ? Leur santé encore à peine compromise s’y serait peut-être rétablie. L’existence militaire menée dans de bonnes conditions hygiéniques a rendu forts et vigoureux de nombreux débiles. Il n’est pas de médecin militaire qui n’ait observé ces transformations. D’ailleurs, la nécessité d’atteindre de gros effectifs avec de faibles contingents obligea souvent les conseils de révision à prendre de telles recrues5.

  • 6 Louis Landouzy, « La guerre et la réforme des soldats tuberculeux », Revue d’hygiène et de police (...)
  • 7 Témoignage paru dans Pierre Darmon, « La Grande Guerre des soldats tuberculeux. Hôpitaux et statio (...)
  • 8 Louis Landouzy, « La guerre… », art. cité, p. 220-221. Témoignages recueillis parmi les malades so (...)
  • 9 Achille Kelsch, La tuberculose dans l’armée, Paris, O. Doin, 1903.
  • 10 V. Lavergne, « Le service de santé militaire et la lutte antituberculeuse pendant la guerre », Rev (...)
  • 11 Jules Héricourt, Les maladies des sociétés…, op. cit., p. 5.

7Ici se pose clairement la question de la compétence des conseils de révision relevant du ministère de la Guerre et chargés de déclarer apte ou inapte chaque homme mobilisé, et surtout celle de l’empressement des autorités françaises à se positionner stratégiquement pour repousser l’ennemi. La stratégie employée et la certitude d’une victoire rapide ont eu comme répercussion immédiate de négliger l’état de santé des militaires. Le phtisiologue Louis Landouzy emploie des mots durs pour définir cette politique « suicidaire » menée par les conseils de révision, théoriquement protecteurs des soldats : « Combien de Conseils de révision ont, dans le service armé, versé des hommes indésirables. Ceux-ci, sans avoir profité à la Défense nationale, avant d’entrer à l’hôpital n’auront servi, par le réveil de leurs lésions pulmonaires, qu’à diffuser la tuberculose6. » Les visites médicales des soldats sont rapidement expédiées, quand elles ne sont pas tout simplement ignorées. Ces visites étant réalisées dans des conditions précaires, les moyens pour détecter une tuberculose naissante sont d’une fiabilité dérisoire. Un médecin du front, le Dr Normann souligne à ce titre qu’il « est très difficile de se faire une opinion ferme à propos d’un malade atteint des bronches ou des poumons sans courbes de températures, pesées régulières et examens de crachats7 ». D’autres témoignages relevés par des médecins de l’intérieur, comme Louis Landouzy, à travers leurs rapports mensuels sur la situation sanitaire des soldats, expriment la même incompréhension8. Ainsi, le premier constat qui se dégage est sans appel : aux yeux des autorités françaises, la quantité d’hommes envoyés au front a davantage de valeur en 1914 que leur qualité, c’est-à-dire leur état de santé. Le filtrage fonctionnait pourtant auparavant, puisque depuis la fin du XIXe siècle la morbidité de la tuberculose dans l’armée suivait une courbe descendante avec 7,03 tuberculeux pour 1 000 hommes d’effectif en 18959, puis 5,2 tuberculeux en 190810. La loi du 1er avril 1898 sur le congé de réforme temporaire avait certainement contribué à cette amélioration. À la décharge des autorités, peu habituées à prendre des mesures drastiques contre les maladies en temps de guerre, la spécificité et le caractère mondial de cette guerre les ont pris au dépourvu. En fait, les enseignements jusqu’alors transmis avaient tendance à démontrer que les armées en campagne voyaient leur morbidité et leur mortalité tuberculeuse singulièrement réduites par rapport aux faits recueillis en temps de paix parmi les troupes casernées. Cependant, la spécificité de cette guerre au niveau du nombre de soldats engagés et de la tactique employée, du moins sur le front occidental (guerre de position plutôt que guerre de mouvement), a vu cette tendance s’inverser du tout au tout. Envoyés à la « boucherie », les hommes déjà porteurs du bacille découvrent des conditions de vie abominables. Dès lors, un nouveau processus s’enclenche. La tuberculose prolifère dans les rangs d’une armée condamnée à survivre dans la promiscuité. Elle n’est pas la seule affection à faire de nombreux dégâts, puisque la grippe, la fièvre typhoïde et la diphtérie voient également leur courbe s’accentuer. Le second constat est le suivant : l’état de guerre aggrave non seulement la tuberculose mais aussi toutes les maladies sociales11. Pourtant, contrairement aux autres maladies contagieuses, la tuberculose reste isolée du modèle de déclaration fournie par l’État en 1914 ; en effet, suite à un rapport remis par trois ministres, le ministre de l’Intérieur, Louis Malvy, le ministre de la Guerre, Adolphe Messimy, et le ministre des Finances, Joseph Noulens, au président de la République Raymond Poincaré, faisant état d’une éclosion et d’une dissémination de cas d’affections contagieuses ou épidémiques conséquences de la mobilisation, un décret est signé fin 1914. L’article 2 délimite les maladies à déclarer mais la tuberculose s’en trouve une nouvelle fois absente pour les mêmes raisons qu’en 1902 :

  • 12 « Prophylaxie des maladies infectieuses pendant la guerre », Revue d’hygiène et de police sanitair (...)

Tout médecin ou tout chef de famille, tout logeur ayant eu connaissance de l’une des maladies suivantes : fièvre typhoïde, typhus exanthématique, variole et varioloïde, scarlatine, diphtérie, suette miliaire, choléra et maladies cholériformes, peste, fièvre jaune, dysenterie, infections puerpérales et ophtalmie de nouveau-nés, méningite cérébro-spinale, est tenu d’en faire sans délai la déclaration à la mairie12.

  • 13 Témoignage recueilli par le journal L’Écho des marmites du 29 février 1916, dans Stéphane Audoin-R (...)

8Cette absence contraste avec la situation sur le terrain. Les nombreux témoignages recueillis à partir de journaux écrits sur le front « des combattants des tranchées » sont la preuve de la dureté de la vie et notamment du manque d’hygiène ; la réalité consiste à « ne jamais se laver pendant quinze jours, ne pas changer de linge ni se raser pendant trente-cinq jours13 ». Dans de telles conditions, on comprend mieux pourquoi de nombreuses tuberculoses se déclarent sur le champ de bataille. Angéline Baillon, infirmière bénévole, témoigne de la recrudescence des cas de maladies dès 1915 au détriment des blessés de guerre :

  • 14 Témoignage d’Angéline Baillon, infirmière bénévole pendant la Grande Guerre, rédigé par Françoise (...)

Au fur et à mesure de l’avancée de la guerre, les soldats qui arrivent sont de moins en moins des blessés graves (ceux-ci doivent être soignés sur place dans des hôpitaux de campagne). Mais ce sont de plus en plus des malades. Cela est dû aux pires conditions de vie : intempéries, manque de ravitaillement, d’hygiène, etc.14

9Face à la mort et aux maladies, les permissions sont accueillies comme une délivrance pour ces soldats, mais ont un effet pernicieux indéniable. En effet, couplées aux réformes, elles aboutissent à un vaste mouvement des militaires qui vont et viennent entre les combats et leur domicile ; les déplacements se font avec insistance, notamment au sein des campagnes, et les hommes ayant contracté la maladie sur les champs de bataille peuvent la disséminer autour d’eux durant toute la durée de leur permission, contribuant bien malgré eux à un phénomène de généralisation de la maladie.

Une inégalité devant la réforme

  • 15 Tuberculose apparue avant la guerre et qui se réactive avec celle-ci.
  • 16 Tuberculose contractée spécifiquement sur le champ de bataille.
  • 17 Archives du service de santé des armées, Félix Ramond, médecin-major, rapport mensuel, avril 1917, (...)

10Devant une situation qui tend à s’aggraver, les autorités réagissent tant bien que mal. La première réaction consiste à réformer le maximum de tuberculeux. Les réformes se multiplient dès le début de la guerre puisque du 1er août 1914 au 1er novembre 1915, on dénombre 65 519 réformés no 215, 85 réformés no 116 et 5 398 réformés temporaires, soit un total de 71 002 réformés en 15 mois. Au-delà de ces chiffres impressionnants, c’est la question de la catégorie de réforme (no 1 ou no 2) qui va donner lieu à de nombreuses tractations. Les réformés no 2 n’ont droit à aucune indemnisation et deviennent, lors du retour dans leur foyer, une menace car ils ne peuvent plus travailler et n’ont pas de ressources à leur disposition. Face à eux, les réformés no 1 apparaissent comme des privilégiés, puisqu’ils ont droit à une pension de guerre. Si l’on se fie aux chiffres, 99 % des réformés de la première année deviennent les véritables laissés-pour-compte de cette guerre, l’administration militaire et l’État refusant de reconnaître leur responsabilité dans l’apparition de la pathologie. Selon eux, celle-ci avait été contractée avant leur incorporation. Par contre, s’enfermant dans ses propres paradoxes, le ministère de la Guerre n’avance aucune explication fiable quant aux raisons exactes qui ont poussé les conseils de révision à ne pas refouler cette population lors de la mobilisation. En outre, la crédibilité des autorités tend à être remise en cause, lorsqu’on connaît toutes les difficultés pour établir un diagnostic précis des pathologies à cette époque. L’attention des médecins se porte donc sur la distinction à établir entre les malades soupçonnés d’être porteurs de la tuberculose, et désignés le plus souvent sous le vocable « suspects », et les tuberculeux avérés. Les suspects viennent gonfler les statistiques des réformés no 2 et les critiques s’abattent sur les médecins, trop peu formés et sans moyens techniques à leur disposition. Dans un aveu d’impuissance, Félix Ramond, médecin responsable des hôpitaux temporaires du district rouennais durant la guerre, déclare : « la pathologie de guerre n’est plus exactement la pathologie de paix. Le diagnostic initial de la tuberculose pulmonaire est d’ailleurs hérissé de difficultés17. »

11La majorité des tuberculeux revenue dans leurs foyers, l’État peut légiférer et enfin reconnaître une part de sa responsabilité à la fin de l’année 1916, soit plus de deux ans après le début des hostilités, et en vérité bien trop tard pour la majorité des malades. Une circulaire datée du 15 octobre 1916 rappelle :

  • 18 AN, Fonds André Honnorat (fonds privés), 50 AP 24 : dossiers sur la guerre de 1914-1918, circulair (...)

[que la réforme no 1 peut être prononcée] pour une maladie soit contractée sous l’influence du service, soit aggravée par le fait du service […] que la jurisprudence du Conseil d’État admet, au même titre que l’origine directe, l’aggravation des infirmités ou maladies comme ouvrant des droits à la réforme no 1 ou à la pension de retraite […] qu’un certain nombre d’infirmités ou de maladies, notamment la tuberculose, peuvent exister en germe, à l’état latent ou encore à l’état initial ou peu grave chez les militaires au moment de leur incorporation [que] dans ce cas, la responsabilité de l’État est engagée18.

12Le tableau 6 montre que le nombre des réformés no 2, qui étaient majoritaires au début de la guerre, diminue au profit des réformés no 1 dès le deuxième semestre de l’année 1917.

Tableau 6. Réforme pour tuberculose dans les rangs de l’armée française lors de la première guerre mondiale*

Période

Réforme n o 2

Réforme n o 1

2 août 1914 – 1er novembre 1915

65 519

85

1er novembre 1915 – 1er mars 1916

4 442

280

1er mars 1916 – 31 décembre 1916

3 068

1 405

1er janvier 1917 – 31 mai 1917

2 173

1 656

1er juin 1917 – 11 novembre 1918

10 673

20 161

Total

85 875

23 587

* Source : V. Lavergne, « Le service de santé militaire et la lutte antituberculeuse pendant la guerre », art. cité, p. 890.

13On dénombre 20 161 réformés no 1 entre le 1er juin 1917 et le 11 novembre 1918, alors qu’ils n’ont été que 3 426 lors des trois années précédentes. Cette aide paraît toutefois trop tardive puisqu’au total, seul un quart des militaires reconnus tuberculeux sont indemnisés (réformés no 1). La réalité économique est assez éloignée des discours de l’époque et des hommages particulièrement appuyés envers les anciens combattants. Les trois-quarts des malades restant l’ont payé au prix fort, puisque, outre l’absence d’indemnisation, ceux-ci ont ramené la maladie du front. D’ailleurs, les amputés, les mutilés du visage (les « gueules cassées »), les aveugles ou les gazés, revenus en vie mais victimes de la guerre, apparaissent dans le même cas que leurs tristes compagnons phtisiques. Dans un premier temps, l’État reste très vague dans le domaine des indemnisations et au-delà des séquelles physiques, les séquelles morales pèsent aussi énormément sur ces hommes ; seules quelques associations leur viennent en aide, font entendre leurs revendications et surtout les médiatisent afin qu’ils ne retombent pas dans l’anonymat (Ligue havraise contre la tuberculose, Comité national des anciens militaires tuberculeux, Office national des anciens combattants, Office national des mutilés et réformés de la guerre…)

La délicate question du rapatriement des militaires

  • 19 Sophie Delaporte, Le discours médical sur les blessures et les maladies pendant la première guerre (...)

14Nombre de réformés se retrouvent abandonnés par l’administration militaire et choisissent de finir leurs jours dans les hôpitaux, à la charge des villes, puisque leur capacité hospitalière demeure bien plus conséquente que celle des hôpitaux de campagne. L’exemple de la ville du Havre, ville portuaire dotée d’une vaste capacité d’accueil avec pas moins de neuf hôpitaux, est révélateur de cette situation : les militaires tuberculeux y sont rapatriés en masse pour y être soignés. Mais, très vite, trop fortement atteints, ils succombent à leur maladie. Entre 1914 et 1919, 161 militaires décèdent officiellement des suites de la tuberculose au sein des hôpitaux havrais, anciens ou provisoires. On pourrait en ajouter des dizaines d’autres dont la maladie n’a pas été reconnue, faute d’un diagnostic fiable. Dans tous les cas, cet afflux se révèle naturellement nuisible pour la vie hospitalière, qui n’est pas préparée à voir arriver et à traiter tant de tuberculeux. Les deux grands hôpitaux havrais ne s’adaptent pas et, faute de places, l’hospitalisation des malades contagieux devient commune à celle des blessés de guerre. Il y a ici un manque évident d’uniformisation des techniques et des méthodes utilisées pour effectuer le triage des malades19.

  • 20 Ibid, p. 250.
  • 21 V. Lavergne, « Le service de santé militaire… », art. cité, p. 875-906.
  • 22 ADSM, 1 NP 132, délibérations CG (1916), « Assistance aux militaires tuberculeux, station sanitair (...)

15Au-delà de ce premier aspect organisationnel, l’hospitalisation des tuberculeux devient une source de polémiques. Leur séjour, souvent long, est perçu comme un problème financier qui pourrait grever le budget de l’État. Certains jugent aussi que les tuberculeux ont moins de soins à recevoir dans l’immédiat que les blessés de guerre, arrivés en plus grand nombre et nécessitant un suivi médical plus strict. Les contagieux pâtissent de ces discriminations et certains d’entre eux, les incurables en particulier, sont rapidement renvoyés à leur domicile avec les conséquences qu’on peut imaginer20. Pourtant, la direction du Service de santé de l’armée insiste dès le 12 avril 1915 sur « la nécessité rigoureuse de dépister les cas de tuberculose » : « les ouverts doivent être hospitalisés dans des salles spéciales […] et […] il y aurait intérêt à grouper les ouverts dans des centres hospitaliers qui leur seraient en totalité ou en partie affectée21. » S’en suit une pression initiée par les autorités françaises sur les départements par une circulaire du ministère de l’Intérieur, datée du 27 septembre 1916, réclamant un service spécial pour militaires tuberculeux. Face à ces griefs, le préfet de Seine-Inférieure, Alfred Morain, envisage de créer « dans les hôpitaux des endroits d’isolement pour ces malades qui ont besoin d’un repos absolu et qui sont une cause de contamination pour les autres22 ». C’est ainsi qu’au Havre les pavillons de l’hôpital Pasteur deviennent un refuge temporaire pour les militaires.

16S’inspirant de l’exemple havrais, la ville de Rouen s’engage également à isoler les militaires dans un pavillon propre. Le 10 novembre 1916, la Commission administrative des hôpitaux civils de Rouen décide la création d’un service hospitalier spécifique affecté aux tuberculeux à l’intérieur d’un des quatre pavillons de l’Hospice général. Toutefois, ces quelques initiatives sont trop isolées pour répondre efficacement à l’afflux de tous les tuberculeux. Ainsi, malgré la bonne volonté affichée par les autorités de Seine-Inférieure et les deux plus grandes municipalités normandes, on constate que, sans financement conséquent, cette sombre situation perdure jusqu’en 1918. Ceux-ci ont finalement été incapables de réaliser l’isolement souhaité face à la pénurie de personnel, au manque de locaux disponibles, déjà surchargés par les blessés des premières batailles et par les malades évacués du front.

À la ville comme à la campagne, une population civile touchée en masse

Militaires, réfugiés et habitants des villes

  • 23 Yves Buffetaut, Rouen-Le Havre, 1914-1918. Deux ports normands en première ligne, Louviers, Ysec, (...)
  • 24 AMH, tiroir no 29 (2), Saint-François, pochette « Histoire du quartier », extrait d’Encrage, no 6, (...)
  • 25 Albert Chatelle, La base navale du Havre et la guerre sous-marine secrète en Manche (1914-1918), P (...)
  • 26 BMH, Fonds Bernard Esdras-Gosse, consultation libre des 48 vol. de « Témoignages » et 66 vol. d’ar (...)
  • 27 Philippe Nivet, « Les réfugiés de guerre dans la société française (1914-1946) », Histoire, économ (...)
  • 28 Voici quelques statistiques qui caractérisent la hausse de la tuberculose entre 1914 et 1915 : + 1 (...)

17Outre l’hospitalisation massive de militaires contagieux, les difficiles conditions de vie peuvent également expliquer la recrudescence de la pathologie pendant la guerre. L’aspect des villes joue naturellement un rôle prépondérant. En cela, Le Havre et Rouen, à cause de leur configuration avec un centre-ville ancien, compact et peu assaini, sont l’exemple-type des villes où germent les pathologies. Au Havre, la qualité de vie défaillante durant cette période et le fait que la ville soit une zone de grand passage par l’activité portuaire et militaire renforcent la dissémination de la tuberculose. La période 1914-1918 est particulièrement morbide (3 654 décès par tuberculose contre 3 345 pour la période 1909-1913 ou 3 038 pour la période 1919-1923). Durant la « Grande Guerre », les quartiers portuaires accueillent des milliers de militaires français et étrangers (britanniques, australiens, canadiens, indiens, chinois, russes, italiens, belges ou portugais). C’est le 12 octobre 1914 que la décision est prise d’activer les ports du Havre et de Rouen comme bases no 1 et 2. À Rouen, ce sont les hommes du Works Directorate qui ont la charge de prévoir et de construire les locaux nécessaires à l’installation de l’armée britannique. Voici le programme de construction de l’hiver 1914-1915 : quatre hôpitaux sous hutte de 520 lits, quatre camps de renforts chacun pour 1 200 hommes, un dépôt de 2 600 chevaux et un hôpital vétérinaire pour 1 000 chevaux. Parallèlement, le développement des hôpitaux se poursuit et s’amplifie. En février 1915, on compte 14 hôpitaux britanniques, auxquels il faut ajouter deux dépôts de convalescents23. On estime en outre que près de 3 millions d’hommes transitent à cette époque par le port du Havre. Certains témoignages sur les vieux quartiers portuaires pendant la guerre nous éclairent sur les conditions d’existence des populations, comme les souvenirs de jeunesse de Roger Le Marrec, futur président du syndicat des charbonniers havrais. Il est un témoin privilégié du passage des unités anglaises par les quais pour rejoindre les camps installés au Nord du Havre : « C’est dans cette rue que nous vîmes défiler les Tommies en 1915. Ils montaient au front. Ils débarquaient au quai d’escale et certains malheureusement réembarquaient à ce quai sur un navire-hôpital24. » On note également la présence de navires-hôpitaux destinés à grouper les militaires britanniques blessés sur le front de la Somme en attendant leur rapatriement dans un hôpital de campagne25. Ces campements hospitaliers provisoires obligent bien malgré eux les Anglais à une sédentarisation forcée. Les militaires ne font donc pas que traverser la municipalité havraise, ils y séjournent également. Hormis la présence du port à proximité, le choix du Havre va naturellement de soi pour ces militaires car il correspond à une logique de divertissement soulignée par Bernard Esdras-Gosse, journaliste, homme de lettres et artiste havrais, qui constate que « toutes les races de la terre se rassemblent là, guidées par cette instinctive attirance qui mène les soldats dans les vieux quartiers des villes26 ». Le passage incessant des troupes renforce une promiscuité déjà importante dans les quartiers proches des ports du Havre et de Rouen avec les habitants (plus de 20 habitants/m ² au Havre) et les réfugiés qui ont afflué du Nord de la France et de Belgique. D’ailleurs l’arrivée de ces derniers constitue une source de risques pathologiques supplémentaires. On compte 35 000 réfugiés belges en Seine-Inférieure en 1917, mêlant travailleurs et familles nombreuses. Ce chiffre s’explique en partie par l’installation du gouvernement belge en exil à Sainte-Adresse près du Havre depuis 1914 ; à cette époque, les premiers réfugiés sont accueillis et logés dans l’empressement général dans des lieux où les conditions sanitaires se détériorent très rapidement27. Les plaintes concernant l’humidité, l’isolement ou l’exiguïté des logements sont fréquentes et amènent à réfléchir sur un probable phénomène de contamination. Militaires, autochtones et réfugiés se mélangent pêle-mêle durant ces années de guerre dans les villes françaises de l’Ouest. Les deux années les plus morbides, 1915 et 1918, correspondent également aux deux années de déplacements massifs des réfugiés et des militaires. On peut en conclure que ceux-ci ont entrainé une progression soudaine de la tuberculose28 alimentée durant les années intermédiaires par une population urbaine qui souffre de privations et par les militaires en permission.

Habitants des campagnes

18À l’instar des villes, les campagnes ne sont pas à l’abri de la recrudescence de la tuberculose durant cette guerre. En effet, après étude des statistiques concernant les villages de moins de 2 000 habitants du département de l’Eure, la tendance montre une légère augmentation de la mortalité tuberculeuse.

Tableau 7. Décès par tuberculose par arrondissement dans le département de l’Eure pour les villages comptant moins de 2 000 habitants entre 1911 et 1921 *

Tableau 7. Décès par tuberculose par arrondissement dans le département de l’Eure pour les villages comptant moins de 2 000 habitants entre 1911 et 1921 *

* Source : Tableau réalisé d’après ADE, 6 M 1135-1138 (statistiques sanitaires de villes de moins de 2 000 habitants : états récapitulatifs par cantons et arrondissements de 1911 à 1917) et 6 M 1197 (statistique sanitaire : états semestriels récapitulatifs par arrondissements et par cantons pour 1918-1922).

  • 29 Alain Corbin, Le miasme…, op. cit., p. 180.
  • 30 Pierre Guillaume, « Les maladies sociales… », art. cité, p. 63.
  • 31 P. Paquet, « La mortalité par tuberculose serait, depuis la guerre, en diminution dans les villes (...)

19Ces chiffres remettent en cause l’hypothèse des hygiénistes de la fin du XIXe siècle, qui voyaient la ville comme le théâtre de toutes les pathologies et encourageaient une « exigence nouvelle à l’égard de la qualité de l’air, une répulsion pour l’espace confiné et l’odeur de renfermé, une obsédante présence de la phtisie qui tend à cristalliser la terreur morbide, une phobie de l’asphyxie29 […] » Les hygiénistes attribuaient la présence de la phtisie à l’intérieur des villages aux « étrangers urbains30 ». Cette explication est remise en cause après 1914, puisque les migrants se font plus rares, hormis les quelques militaires réformés revenus dans leurs foyers. Les raisons de la progression sont tout autres. En 1914, la population rurale est encore très nombreuse ; l’agriculture représente l’activité majoritaire avec plus de 40 % des actifs en France. Ce pourcentage dépasse allègrement les 50 % pour le département de l’Eure alors que celui de la Seine-Inférieure est équivalent à la moyenne nationale. Si l’hygiène au sein des habitations des quartiers les plus pauvres des villes est souvent inexistante en cette période de guerre, la question de l’hygiène à la campagne s’avère tout aussi délicate. L’insalubrité rurale est souvent à l’origine de centres de contagion. Dans cette période où le ravitaillement est plus difficile et la campagne plus isolée qu’à l’accoutumée, les habitants des villages normands sont plus vulnérables aux bactéries et aux germes. De plus, le mode de vie des paysans est également sujet à discussion. L’alcoolisme n’est pas le propre de l’ouvrier qui après une dure journée de labeur s’arrête dans le débit de boissons avant de rentrer dans ses foyers. Le penchant pour l’alcool au sein de la paysannerie est également fortement répandu comme a pu le détailler le docteur Paquet, inspecteur départemental des services d’hygiène de l’Oise, département limitrophe à la Seine-Inférieure et à l’Eure, et auditeur au Conseil supérieur d’hygiène publique en France31. L’influence de l’alcoolisme sur l’évolution de la tuberculose est relativement importante ; lorsque l’organisme est complètement dégradé par une intoxication excessive, la tuberculose a plus de chances de prendre ses formes les plus redoutables. Les pamphlets antialcooliques sont souvent écrits par des médecins normands qui jugent leur région comme l’une des plus fortement touchées par ce fléau :

  • 32 Dr Lecaplain, « Alcoolisme et questions d’après-guerre », La Normandie médicale, no 31, juin-juill (...)

L’alcool est facteur de misère, de dépopulation, et de maladie. Le bacille tuberculeux trouve en lui son plus puissant allié. Si nous voulons une France meilleure et plus saine, qui soit dans la paix, digne de ce qu’elle a été pendant la guerre, qu’elle combatte ce mal intérieur qui la ronge, et qu’elle ne donne pas le spectacle d’un peuple vainqueur qui se meurt32.

  • 33 Michel Gervais, Marcel Jollivet et Yves Tavernier, « La fin de la France paysanne, de 1914 à nos j (...)

20Enfin, cette flambée tuberculeuse peut aussi être associée à l’effort de guerre mené avec enthousiasme dans les campagnes françaises. Nourrir plus de deux millions de soldats n’était pas chose aisée et l’agriculture a dû revoir ses rendements à la hausse. Les femmes, les enfants et même les vieillards se sont installés dans les champs pour maintenir la production agricole, récoltant souvent à la main dans des conditions déplorables. Le travail des femmes n’est pas une nouveauté, mais quand il se substitue à celui des hommes, son intensité augmente33. Toutes ces fatigues physiques pour des personnes peu habituées à travailler aussi durement engendrent naturellement des résistances moindres aux maladies, leurs organismes subissant de plein fouet « les fatigues de la terre ». D’ailleurs, dans les villages de l’Eure, la proportion de femmes, d’enfants et de personnes âgées (plus de 60 ans) touchée par la tuberculose est supérieure à celle des hommes, pourtant plus souvent atteints avant-guerre.

21Finalement, la guerre peut être considérée comme l’acte déclencheur d’une diffusion massive de la tuberculose dès 1914 à travers les phénomènes de promiscuité, de mouvements de populations, de privations ou d’absence d’hygiène. Toutefois, ce sont les militaires, les réfugiés et les habitants des villes et villages qui sont bien malgré eux les vecteurs de la diffusion de la pathologie entre 1914 et 1918.

Graphique 8
Prolifération de la tuberculose pendant la Grande Guerre

Guerre à la tuberculose militaire

  • 34 AMES, 4 H ELB20 : Mesures d’exceptions et faits de guerre. Œuvres de guerre (1917-1919), pochette (...)

Depuis deux années et demie, que de deuils dans les familles françaises ! Que de jeunes hommes tombés face à l’ennemi, en pleine action ! Mais combien d’autres, épuisés de fatigue, ont été lentement minés par la maladie et ont dû abandonner la lutte avant l’heure de la victoire ! À ceux-là, et d’abord aux tuberculeux de la guerre, la France doit sa sollicitude la plus tendre. Pour elle, ils ont tout sacrifié ; et ce sacrifice lui dicte son devoir : porter secours à ces infortunés malades et hâter leur guérison. La tuberculose ravage la France. Insuffisamment combattue, elle s’étend chaque année, fauchant des milliers d’existence, appauvrissant la race. L’atteindre dans ses causes est une œuvre nationale par excellence, à laquelle tous, sans distinction de parti ni de confession, doivent coopérer34.

  • 35 Léon Bourgeois entame dès 1913 des pourparlers à l’Assemblée nationale dans le but de mettre en pl (...)

22Cette intervention de Paul Deschanel, alors sénateur du département d’Eure-et-Loir, au début de l’année 1917, est révélatrice d’une évolution considérable dans les mentalités des élites françaises ; elle fait écho aux premières mesures distillées par les pouvoirs publics qui semblent déterminés, et surtout contraints, à régler le problème de la tuberculose après des siècles d’attentisme. Ce discours démontre également le rôle cruellement « décisif » de la première guerre mondiale dans la mise en place d’un plan global de lutte contre la tuberculose. Le chemin parcouru est conséquent lorsqu’on se projette quelques années auparavant, à l’aube de la guerre, en août 1914, où l’opinion était restée désespérément sourde aux préoccupations sanitaires et les autorités totalement apathiques. Dans ce contexte immobiliste, les quelques discussions inhérentes aux problèmes soulevés par la tuberculose, abordées en haut-lieu et animées par Léon Bourgeois, étaient rapidement chassées des esprits35. En effet, les obsessions « guerrières » étaient devenues prioritaires. Mais c’est cependant à travers cet environnement singulier que la lutte antituberculeuse va véritablement s’organiser tant au niveau national qu’au niveau départemental.

  • 36 Jules Brisac, « La guerre et l’assistance aux blessés de la tuberculose », dans La guerre et la vi (...)
  • 37 BMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1916-1917. Février 1916 : Assistance (...)
  • 38 Olivier Faron, « Guerre (s) et démographie historique », Annales de démographie historique, no 1, (...)

23Pour répondre au flot de tuberculeux recensés dans l’armée, l’administration de la guerre avait une théorie bien simple. Elle disait à ses médecins : « lorsque vous vous trouverez en face d’un tuberculeux pulmonaire contagieux, réformez-le immédiatement et renvoyez-le chez lui36. » L’armée avait en effet un intérêt évident à ne pas garder en son sein des malades, encombrant les dépôts et susceptibles de contaminer blessés et valides ; très vite, la question des « blessés de la tuberculose » se mue en « question de salut public ». Pour Léon Bourgeois, « la guerre a été une terrible et redoutable accoucheuse » : « Elle tue et en même temps elle fait naître », écrit-il, sous-entendant que la tuberculose trouve dans la guerre un terrain propice à sa prolifération37. C’est donc un autre combat qui se dessine, moins médiatique mais tout aussi essentiel, mené par quelques responsables politiques comme Léon Bourgeois, André Honnorat, Raymond Poincaré, Jules Brisac ou Justin Godard38, qui veulent croire que la tuberculose n’est pas une fatalité et qu’il existe des méthodes fiables pour envisager sa régression.

L’isolement des militaires tuberculeux : vers une logique sanatoriale renforcée

  • 39 Proposition de résolution invitant le gouvernement à assurer des soins aux militaires tuberculeux (...)

24Si le début du XXe siècle a vu le développement du sanatorium sur le territoire français, copiant modérément le modèle allemand, la première guerre mondiale va être le théâtre de l’apparition d’un organisme similaire en de nombreux points, la station sanitaire. Le caractère contagieux de la tuberculose ne faisant plus aucun doute, les autorités préconisent l’isolement des malades. Le docteur Landouzy, doyen de la Faculté de médecine de Paris, pousse un cri d’alarme le 25 mars 1915 devant la Chambre des députés : « N’ayant, d’ordinaire, droit à aucune assistance, à aucune pension, et congédié sans autre forme de procès, le tuberculeux a, pour unique ressource, de s’en retourner mourir au pays natal39. » Devant cet empressement de quelques phtisiologues et hommes politiques, une commission est nommée. Celle-ci se rend auprès du ministre de la Guerre, Alexandre Millerand, mais ce dernier dégage toute responsabilité, puisque les sujets n’appartiennent plus à l’armée. Dans le même temps, André Honnorat, député des Basses-Alpes, fait adopter un projet de résolution à la Chambre des députés en janvier 1915, tendant à introduire l’obligation de ne renvoyer dans leurs foyers les militaires réformés pour tuberculose qu’après avoir assuré leur éducation antituberculeuse. Ce projet marque le point de départ d’une mobilisation nationale :

  • 40 Jules Brisac, « La guerre… », art. cité, p. 72.

La Chambre invite le Gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour qu’avant leur envoi dans leurs foyers, les militaires susceptibles d’être réformés en tant que semeurs de germes […] reçoivent des soins suffisants d’abord pour parer aux accidents immédiats de la maladie, ensuite pour leur donner une éducation antituberculeuse assurant la sécurité de leurs familles40.

  • 41 AIP, fonds du CNDT, côte CNDT 17 : campagne du timbre antituberculeux (rapports, correspondance). (...)

25C’est alors que devant la Commission permanente, Jules Brisac, directeur de l’assistance et de l’hygiène publique au ministère de l’Intérieur, présente un plan d’action. Le plan Brisac comprend deux phases essentielles : la création de sanatoriums de fortune, dits « stations sanitaires », où l’on peut recevoir à la fois les tuberculeux réformés et ceux qui sont en instance de réforme ; ce plan préconise aussi la formation de « Comités d’assistance aux anciens militaires tuberculeux » unis autour d’un comité central sur le point de s’organiser à Paris sous la présidence de Léon Bourgeois41. Jules Brisac définit ses objectifs dès le mois d’avril 1915 dans une circulaire ministérielle qu’il envoie à tous les départements :

  • 42 ADSM, 1 NP 129, délibérations CG (1915), « Assistance publique, assistance aux militaires tubercul (...)

Mon administration se préoccupe de rechercher […] les mesures les plus propres à assurer une assistance efficace aux militaires tuberculeux […] avant leur renvoi dans les foyers. Il importe que ces malades ne rentrent pas dans leurs familles sans qu’ils aient été mis à même auparavant de recevoir un traitement approprié à leur état et, en tout cas, sans que leur éducation sanitaire ait été assurée. Il y a là un intérêt social de premier ordre : non seulement il faut mettre les militaires tuberculeux à l’abri des conséquences funestes de leur mal, mais encore il s’agit de sauvegarder la santé des familles […] Il m’a semblé que pour atteindre ce but, il y aurait lieu d’installer dans chacun des départements une ou plusieurs colonies familiales. Ces colonies, placées à la campagne de préférence […] recevraient les malades […] Mais il y aurait grand intérêt à ce que les départements viennent en aide à l’État dans cette œuvre nationale, en mettant à sa disposition, pendant la durée de la guerre, les installations nécessaires, soit qu’il s’agisse d’immeubles leur appartenant, soit qu’il s’agisse de toutes autres propriétés se prêtant à cette destination particulière42.

  • 43 Pierre Darmon, « La Grande Guerre… », art. cité, p. 42.
  • 44 Dominique Dessertine et Olivier Faure, « Malades et sanatoriums de l’entre-deux-guerres », dans Je (...)

26Le terme de « colonie familiale » est utilisé habilement par Jules Brisac pour éviter l’amalgame avec les hôpitaux ; ces centres ne sont en effet pas habilités à dispenser des soins. Néanmoins, ce terme initial, jugé trop vague, est rapidement remplacé par celui de « station sanitaire » qui correspond mieux aux mesures prodiguées. On remarquera que le terme de « sanatorium » est banni alors que les caractéristiques de la station sanitaire sont en tous points comparables à celles de son prédécesseur. Pierre Darmon pense qu’il s’agit là d’une mesure pour « ne pas effaroucher le public43 ». En clair, le sanatorium avec ses tuberculeux contagieux alarme, alors que la station sanitaire avec ses bons militaires héroïques rassure. Cure faite de repos et d’une alimentation saine, la station sanitaire emprunte au sanatorium ses principaux attributs, les militaires se substituant aux civils ; toutefois, c’est bien la logique sanatoriale qui s’en trouve renforcée, puisque les stations sanitaires « servent de modèles au fonctionnement des sanatoriums publics destinés aux civils44 ». D’ailleurs, Jules Brisac renforce cette affiliation dans la conclusion de son exposé :

  • 45 Jules Brisac, « La guerre… », art. cité, p. 88.

La guerre une fois terminée, nous aurons tout prêts nos organisations, nos cadres, nos ressources ; nous aurons aussi l’expérience. Notre œuvre de guerre se transformera tout naturellement en œuvre de paix et dès lors, est-ce, de ma part, présomption trop grande si je viens conclure que la lutte que nous entreprenons aujourd’hui contre la tuberculose de la guerre sera bien, au lendemain de la victoire et dans le rayonnement de la gloire de notre pays, la lutte contre la tuberculose, tout court45 !

  • 46 J.-Édouard Fournier, L’assistance aux anciens militaires tuberculeux, Paris, 1917.
  • 47 Dominique Dessertine et Olivier Faure, Combattre la tuberculose, op. cit., p. 29.
  • 48 Karl Feltgen, « La question des soins aux tuberculeux à Rouen pendant la Grande Guerre (1914-1918) (...)
  • 49 ADSM, 1 NP 129, délibérations CG (1915), « Assistance publique, assistance aux militaires tubercul (...)
  • 50 Marc Boulanger, Les hôpitaux de Rouen, une longue et attachante histoire, Luneray, Éditions Bertou (...)
  • 51 ADSM, 1 NP 130, délibérations CG (1915), « Œuvre du sanatorium rouennais, convention », séance du (...)
  • 52 « Département de Seine-Inférieure », Bulletin du Comité national de défense contre la tuberculose, (...)

27La Chambre des députés obtient du gouvernement un crédit de deux millions destiné à régler les prix de journée des militaires dans les stations sanitaires46, les départements de leur côté devant fournir les bâtiments spécifiques47. En Seine-Inférieure, en réponse aux demandes de Jules Brisac, le préfet Alfred Morain réfléchit aux dispositions à prendre. La première décision consiste non pas en la création d’une nouvelle structure, mais en l’utilisation d’infrastructures déjà existantes ; c’est dans cette perspective qu’une convention est signée entre le département et l’œuvre du Sanatorium rouennais, responsable du fonctionnement du sanatorium d’Oissel, le 6 octobre 191548. Cet accord entérine une réquisition du sanatorium. Cet établissement, dont « l’emplacement a été bien choisi et l’aménagement […] bien conçu49 » selon les dires du préfet, se consacre dès lors exclusivement à la cure pour les militaires exposés à la tuberculose50. Le Conseil général octroie une subvention de 212 500 francs destinée à porter à 145 le nombre de lits51. Cette reconversion et ces aménagements spécifiques vont lui permettre un développement décisif, puisque sa capacité passe d’environ 80 lits au début de la guerre à plus de 160 au sortir de celle-ci52.

  • 53 ADSM, 1 NP 129, délibérations CG (1915), « Assistance publique, assistance aux militaires tubercul (...)

28De cette première initiative en naissent d’autres ; il faut dire que les esprits des élus normands semblent déjà tournés vers la fin du conflit et c’est la question de la reconversion de l’établissement qui agite les couloirs de l’assemblée départementale dès 1915. Certains souhaitent que le sanatorium soit exclusivement réservé aux tuberculeux civils comme Maurice Nibelle, conseiller général du quatrième canton de Rouen ; d’autres voient le sanatorium comme un placement infantile de tout premier ordre comme Paul Guillard, président de la Ligue havraise contre la tuberculose ; d’autres membres du Conseil général pensent enfin que le sanatorium est capable de prendre en charge tous les tuberculeux sans distinctions d’âge, de sexe ou de profession53. Dans ce contexte particulièrement tragique, ces discussions initiales ont tout de même l’avantage de placer la question de la lutte contre la tuberculose au cœur du débat politique, chose quasi-inédite avant-guerre et qui constitue un tournant non négligeable dans l’histoire de la protection sociale. Déjà, au travers de ces débats, apparaît l’esquisse d’une politique antituberculeuse plus vaste et surtout plus centralisée autour d’un seul pouvoir, le département.

La station sanitaire de Saint-Étienne du Rouvray

Une insalubrité des locaux doublée d’une rigidité dans les admissions

  • 54 Karl Feltgen nous donne un exemple flagrant de l’angoisse persistante des populations à l’égard de (...)
  • 55 Pierre Darmon, « La Grande Guerre… », art. cité, p. 42.
  • 56 BMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1916-1917. Février 1916 : Assistance (...)

29Devant l’afflux de militaires touchés par la tuberculose, le sanatorium d’Oissel se trouve rapidement submergé de demandes d’hospitalisation. Ces circonstances relancent l’idée d’un nouvel établissement au sein de l’assemblée départementale. Les sites ne manquent pas dans la région où zones boisées et herbeuses se succèdent. Néanmoins, malgré les nombreuses prospections réalisées, l’exécution du projet est sans cesse retardée face aux réticences des populations environnantes. Elles les justifient par la peur de se retrouver au contact de ces contagieux54, la « tuberculophobie » se propageant plus rapidement que la maladie elle-même. Il faut aussi comprendre que, pour ces populations, le fait de réquisitionner le sanatorium d’Oissel a fini par démontrer l’affiliation apparente entre le sanatorium et la station sanitaire. Les choix s’avèrent donc restreints et « en définitive, ne restent sur le marché que les locaux délabrés ou insalubres55 ». Une zone est finalement aménagée le 1er décembre 1915 à l’initiative du ministère de l’Intérieur, du Conseil général de Seine-Inférieure et de l’Œuvre du sanatorium rouennais, à Saint-Étienne du Rouvray près de Rouen. Elle se caractérise par son relatif isolement, puisque les premières habitations se trouvent à plus de deux kilomètres du lieu choisi. Cet aménagement est la consécration pratique de l’initiative prise par Jules Brisac six mois auparavant. Pour certains comme le docteur Frottier, secrétaire général de la Ligue havraise contre la tuberculose, la France a enfin trouvé la solution pour faire face à la tuberculose des militaires : « Ces stations sanitaires, installées dans des bâtiments inutilisés, vieux châteaux, anciens couvents, reçoivent les militaires réformés, mais dont l’état permet d’espérer qu’après un séjour de trois mois, ils seront assez améliorés et surtout assez bien éduqués au point de vue prophylactique, pour pouvoir réintégrer sans danger le foyer familial56. »

  • 57 ADSM, 1 XP 1482, station sanitaire de Saint-Étienne du Rouvray, affaires diverses. Œuvre du sanato (...)

30Au-delà de cet optimisme affiché, on peut déjà penser que le terme de « vieux châteaux » utilisé par le docteur Frottier et celui de « locaux délabrés et insalubres » de Pierre Darmon, ne laissent guère de doute sur l’état de la station sanitaire normande en ces temps de guerre. Elle souffre en effet d’un manque de modernité. Le bâtiment principal n’est rien d’autre qu’un vieux château laissé à l’abandon avec une galerie de cure en bois extrêmement rustique dans sa conception installée sur un terrain non entretenu. Mais, pour les autorités, là n’est pas l’essentiel. L’ambition n’est pas de créer de nouvelles infrastructures, mais de répondre au plus pressé et au plus économique pour faire face à l’épidémie grandissante en utilisant des locaux déjà disponibles, quel que soit leur état. Aménagée, la station sanitaire dispose au total de 55 lits57 qui viennent s’ajouter aux lits disponibles à Oissel soit au total plus d’une centaine de lits à disposition des militaires tuberculeux en Seine-Inférieure.

  • 58 Pour plus de renseignements sur ce sujet, un colloque intitulé « Les châteaux du social, XIXe-XXe (...)

31Au-delà de l’insalubrité, l’acquisition d’un château à Saint-Étienne du Rouvray pour en faire une œuvre à vocation sociale est révélatrice d’un phénomène déjà en marche depuis la seconde moitié du XIXe siècle, qui consiste à réquisitionner ce type de demeure, véritable patrimoine français, pour en faire ce que l’on a appelé des « châteaux du social58 ». Ils ont accueilli des populations d’un style qui rompait avec leurs habitants traditionnels, des nobles. Néanmoins, plus que le château en lui-même, c’est le cadre dans lequel est installée la demeure qui engage à y faire résider des tuberculeux. En effet, le château est un espace particulier qu’il convient d’apprécier dans toute son étendue. Il englobe aussi très souvent une vaste propriété, des douves, des bois, des prairies, des jardins. C’est donc un espace aux multiples ressources dont les utilisations sont à décrypter. Grand air, vaste parc et autres sentiers de promenade sont des atouts forts pour mettre en place une cure efficace basée sur ces éléments et ainsi atténuer les lésions tuberculeuses existantes chez les malades, nouveaux pensionnaires des lieux. La création de cette station sanitaire renvoie aussi au concept de l’aérium avec la mise en place de galeries de bois où les tuberculeux se reposent une grande partie de la journée. Le fait que Raoul Brunon en devienne le médecin-directeur dès son ouverture renforce d’ailleurs l’affiliation entre les deux ouvrages.

32L’insalubrité perceptible des locaux rebute plus d’un militaire, mais celle-ci est compréhensible, à cause de l’urgence et de la gravité de la situation dans les tranchées. Par contre, la lenteur des admissions est plus difficilement acceptable, une bureaucratie trop rigide pénalisant la mise en place de ce nouveau système. Les mécanismes sont rigoureux. En amont de l’entrée à la station sanitaire, un travail de recensement des malades s’opère dans les postes avancés de santé ; lorsque la maladie est décelée, les médecins sont amenés à déclarer rapidement les militaires atteints et à obtenir le maximum de renseignements sur le stade d’avancement de celle-ci. De nombreux documents administratifs sont distribués à cet effet, mais leur abondance et leur usage excessif accusent une forme de rigidité. Cette bureaucratie contribue dès lors à un retard dans les admissions qui peut s’avérer fatal aux malades comme à leur entourage. Si on y ajoute l’insalubrité, ce nouvel instrument s’engage sur de mauvaises bases. Les autorités ont finalement préféré la mise en place d’un dispositif d’isolement et d’éducation dans l’urgence, à une absence d’action concrète qui aurait agité le spectre d’une défaite militaire due aux ravages de la tuberculose dans les rangs de l’armée.

Discipline absente et malades incurables

33L’établissement normand se remplit peu de temps après son ouverture et la vie commence à s’y s’organiser au début de l’année 1916. Le règlement intérieur stipule :

les malades sont envoyés en station dans l’intérêt de leur santé. Leur premier devoir est de se plier à toutes les règles du traitement, dont l’élément essentiel consiste dans la discipline sanatoriale. Les malades doivent rigoureusement obéir à toutes les prescriptions du médecin, comme aux observations des infirmières destinées à les appliquer. En particulier la pratique de la cure de repos, la suppression de toute cause de fatigue, l’interdiction des sorties individuelles, l’abstinence de toute boisson alcoolisée ne doivent souffrir aucune exception, et les malades doivent s’y soumettre scrupuleusement. Ces principes représentant les fondements mêmes de la cure, les malades qui se refuseraient à s’y astreindre, excluraient par là même toute chance de bénéfice de leur séjour à la station ; ils devront en conséquence en sortir.

34Si les civils seront considérés pendant l’entre-deux-guerres comme des malades difficiles, les militaires tuberculeux en sont les dignes ancêtres et adoptent rapidement des comportements mettant en péril aussi bien le fonctionnement de la station sanitaire que leur propre santé. Leur jeunesse et leur insouciance ne les prédestinent pas à un séjour en station sanitaire lorsqu’ils sont appelés à combattre. Par comparaison aux horreurs de la guerre, ces jeunes hommes, qui portent peu de considération à la tuberculose et en ignorent tout, envisagent ces lieux de villégiature comme des permissions et des moments de divertissement. Dès mars 1916, l’inspecteur départemental des services d’hygiène, le docteur Ott, met en exergue les réticences des malades pour se soumettre à l’autorité du médecin-directeur de l’établissement :

  • 59 ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette concernant les malades : lettre de l’inspecteur dép (...)

Il règne un état d’esprit particulier parmi la généralité des malades, surtout chez ceux gravement atteints. Ils se soumettent difficilement à la discipline indispensable et n’ont qu’un souci, celui de sortir en ville pour courir dans les cabarets ou satisfaire leur appétit général. Toute velléité de réglementation leur apparaît comme une vexation. Les moyens de coercition morale restent sans action sur la plupart d’entre eux, qui considèrent leur présence à la station comme une villégiature obligatoire, au cours de laquelle nulle contrainte ne peut être exercée contre eux59.

  • 60 Jean-Bernard Cremnitzer, Architecture et santé…, op. cit.

35Ce manque de discipline constitue une première limite à l’efficacité de l’établissement, mais comment en aurait-il pu être autrement ? Le personnel alloué à l’établissement est très restreint, puisqu’au médecin-directeur, le docteur Magnier qui a succédé au docteur Brunon, ne s’adjoignent que quelques infirmières, soit un personnel féminin bénévole non formé. Celui-ci possède bien peu de pouvoir sur cette gent masculine d’une cinquantaine d’individus d’un genre nouveau et aux mœurs libérées. La discipline constituant la base d’une cure sanatoriale réussie60, les stations sanitaires dans leur ensemble manquent à ce devoir et perdent donc de leur utilité. Elles sont incapables d’isoler cette population qui n’hésite pas à s’offrir des distractions au sein des villes environnantes. En voici un exemple, rapporté par le docteur Magnier :

  • 61 ADSM, 1 XP 1480, Œuvre du sanatorium rouennais, station sanitaire de Saint-Étienne du Rouvray, ann (...)

Je porte à votre connaissance les faits suivants concernant M. B. entré à la station le 10 janvier. La conduite jusqu’alors bonne s’est fortement relâchée depuis quelques temps à la suite d’une sortie de l’après-midi, autorisée dans sa famille, M. B. étant rentré en état d’ivresse accueillit mal les observations que je lui présentais. Hier 19 mars, ce malade est sorti l’après-midi sans autorisation et est rentré encore en état d’ivresse. Mes observations ont été accueillies avec des injures et des menaces. La nuit a été bruyante empêchant les autres malades de la chambre de dormir […] Je vous prie de bien vouloir prendre d’urgence une mesure disciplinaire et prononcer son renvoi de la station. La discipline aura tout à gagner puisqu’il entendait faire tout à sa guise et son exemple pourrait devenir contagieux pour certains pensionnaires61.

  • 62 « Les hôpitaux sanitaires [recevront] tous les militaires, sous-officiers et soldats, ayant une tu (...)
  • 63 ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette concernant les malades : lettre de l’inspecteur dép (...)

36Une seconde limite est perceptible. Elle concerne le véritable état de santé des militaires lorsqu’ils pénètrent dans l’établissement. Trop souvent le docteur Ott constate que les malades admis sont trop gravement atteints, quelques-uns n’ayant d’ailleurs plus que quelques semaines à vivre au moment de leur arrivée alors que les stations sanitaires devaient par définition accueillir en priorité les tuberculeux ouverts et latents62. Cette situation exaspère l’inspecteur d’hygiène, qui déclare que « si l’on veut que la station sanitaire rende les services qu’elle peut donner, il y aurait lieu d’augmenter d’une façon sensible le nombre des militaires en instance de réforme moins atteints, et plus accessibles à la discipline63 ». Malgré ces recommandations, les balbutiements se poursuivent. De ce fait, la cure n’a pas les résultats escomptés puisque, à leur sortie, les militaires restent dans leur grande majorité touchés par l’infection, et que les bonnes manières apprises de manière succincte, lorsqu’elles le sont tout simplement, sont rapidement oubliées. Se pose également la question du suivi à leur sortie ; à la lecture des archives de l’établissement, il semble quasi-inexistant. Les dispensaires d’hygiène sociale et de prévention antituberculeuse sont encore peu nombreux à l’époque (trois seulement en Seine-Inférieure) et pâtissent d’une organisation défectueuse en temps de guerre. Le rendement mitigé des stations sanitaires oblige le ministre de l’Intérieur, Louis Malvy, à faire observer quelques instructions aux départements dès 1917 pour qu’ils s’assurent du suivi des militaires en dehors de ces organismes :

  • 64 ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette sanatorium d’Oissel, instructions diverses. Lettre (...)

Le moins grand nombre possible de réformés doivent échapper à l’action des comités départementaux d’assistance. Il faut donc que les hommes qui sortent des stations sanitaires soient, après leur réforme, signalés par les médecins chefs des établissements aux préfets des départements où ils se retirent. Ainsi une surveillance étroite des malades doit s’effectuer et c’est sur cette surveillance que repose tout le système de préservation antituberculeuse instituée64.

  • 65 ADSM, 1 NP 132, délibérations CG (1916), séance du 5 octobre 1916, « assistance aux militaires tub (...)

37Les élus départementaux s’émeuvent aussi de la situation et, malgré quelques grands discours patriotiques, les actes demeurent sans suites65. Les militaires quittent la station sanitaire et retournent le plus souvent dans leurs foyers sans suivi médical. Celle-ci devait représenter un passage obligatoire pour le militaire entre sa vie dans les tranchées et sa vie civile. Néanmoins, elle ne pouvait constituer à elle seule une barrière à la contagion. Même si la structure, l’organisation et la vie régnant à Saint-Étienne du Rouvray peuvent paraître critiquables sur de nombreux aspects, l’idée de la station sanitaire en elle-même, telle que Jules Brisac la concevait, avec tout ce qu’elle implique, aurait pu fonctionner si en amont comme en aval un suivi médical méticuleux des militaires avait été réalisé d’une part et si, d’autre part, un personnel relativement conséquent avait été dépêché pour les encadrer.

Des résultats inférieurs aux attentes

  • 66 Dominique Dessertine et Olivier Faure, Combattre la tuberculose, op. cit., p. 28.

38Les quelques historiens ayant étudié la question ont été très critiques envers les stations sanitaires, bâtiments conçus et aménagés rapidement sans une véritable organisation préalable et réfléchie. Mais, au-delà des griefs qu’on peut leur faire, il faut regarder les chiffres pour mieux mesurer leur impact. Malgré un bâtiment à l’insalubrité avérée, la station sanitaire de Saint-Étienne du Rouvray a connu une fréquentation élevée tout le long de la guerre, preuve de l’importance du contingent français touché par la maladie. Lorsqu’un malade quitte la structure éducative, un autre le remplace très rapidement. Les demandes apparaissent plus fortes que l’offre. Il faut savoir que 110 000 militaires ont été réformés pour tuberculose pendant la guerre, pour une capacité ne dépassant pas 10 000 lits66. L’établissement, d’une cinquantaine de lits, atteint sa capacité maximale en mars 1916, le système mis en place s’adaptant rapidement malgré des délais d’attente parfois longs et donc fatals. Les fluctuations des entrées qui s’en suivent selon les mois sont la conséquence des départs variables des militaires, car il n’est pas rare que la cure de trois mois soit en réalité beaucoup plus courte.

Tableau 9. Entrées à la station sanitaire de Saint-Étienne du Rouvray (1915-1918)*

Mois

1915

1916

1917

1918

Janvier

/

16

16

13

Février

/

20

11

14

Mars

/

7

22

11

Avril

/

15

18

9

Mai

/

26

14

16

Juin

/

14

19

19

Juillet

/

10

17

11

Août

/

23

18

10

Septembre

14

11

15

Octobre

6

16

12

Novembre

11

12

9

Décembre

5

5

14

8

Total

5

167

188

147

Moyenne par mois

5

13,92

15,67

12,25

* Source : ADSM, 1 XP 1485, registre des entrées et des sorties de la station sanitaire de Saint-Étienne du Rouvray.

  • 67 ADSM, 1 NP 132, délibérations CG (1916), « Dispensaire d’hygiène sociale et de préservation antitu (...)
  • 68 ADSM, 1 XP 1480-1482, Œuvre du sanatorium rouennais, station sanitaire de Saint-Étienne du Rouvray (...)

39À la fin de sa première année d’existence, la station sanitaire reçoit la visite de Jules Brisac, qui en profite également pour inspecter le sanatorium d’Oissel et discuter de l’application du plan de lutte en faveur des militaires tuberculeux à la Préfecture en compagnie des autorités départementales et du professeur Léon Bernard67. Les résultats présentés et l’accent mis sur la fréquentation laissent à penser que l’établissement remplit ses fonctions. Mais ces statistiques éludent la réalité de la cure et les difficultés pour faire respecter l’autorité auprès de pensionnaires récalcitrants. Jules Brisac se montre au final satisfait de l’œuvre, sans décréter de griefs particuliers, et souhaite que des créations similaires s’édifient. Pourtant, le fait que les militaires fassent une cure de trois mois dans de soi-disant bonnes conditions environnementales ne garantit en aucun cas une amélioration de leur santé. En consultant les fiches de départ des militaires admis à la station sanitaire, on constate qu’ils sont non seulement encore malades mais, pour une grande majorité d’entre eux, que leur état de santé s’est nettement détérioré. Certains sont même décédés. Afin de trouver des cas révélateurs de manquements dans la politique générale de la station sanitaire, un travail de dépouillement complet de plusieurs séries renfermant les documents administratifs pour chaque malade ayant séjourné à la station sanitaire entre 1915 et 1918 a été nécessaire68. Voici les exemples de quelques militaires pris parmi les cas les plus affligeants :

A. R. : ce malade est placé à l’hôpital auxiliaire no 26 d’Yvetot. Le médecin traitant et le médecin-chef chargés de l’examiner le 2 avril 1916 déclarent qu’il est atteint de « bronchite suspecte ». Placé depuis le 8 mars 1916 et auparavant hospitalisé à Saint-Malo, il souhaite son évacuation vers un sanatorium. Il entre à la station sanitaire le 19 avril 1916 et en sort le 8 juillet 1916. Cet exemple est révélateur d’une multiplication des hospitalisations pour un même malade avant son placement effectif en station sanitaire, propageant d’autant plus son infection à ses compagnons d’infortune dans les établissements qu’il a fréquentés.

  • 69 ADSM, 5 M 10, statistiques sanitaires communales mensuelles : population, mariages, divorces, nais (...)

B. M. : ce militaire séjourne à la station de juin à septembre 1916. Sur sa fiche de sortie apparaît la mention « éducation faite ». Nous retrouvons sa trace quelques mois plus tard dans les statistiques sanitaires de la ville du Havre où il résidait depuis son retour de la station. On y constate son décès le 2 mars 1917 des suites… d’une tuberculose pulmonaire69. En outre, alors qu’il avait la profession de voilier avant d’être mobilisé, il est indiqué n’avoir aucune profession à sa mort. Cette révélation fait émerger trois constats : la cure de trois mois n’a pas permis de guérison ; durant les six mois qui se sont écoulés entre sa sortie et sa mort, il a eu tout le loisir de diffuser la maladie à son entourage ; on peut supposer que son retour à la vie civile s’est effectué dans le dénuement le plus total car outre la maladie ramenée du champ de bataille, il n’a pas retrouvé d’emploi.

R. J. : sur l’état signalétique de ses services, on découvre que ce militaire a été mobilisé dès le 4 août 1914. Puis, selon sa feuille d’observation médicale, bien que malade depuis décembre 1915, il n’entre à l’hôpital complémentaire no 29 de Lisieux que le 12 février 1916. Le diagnostic est le suivant : « ce malade atteint de tuberculose pulmonaire doit être envoyé dans un sanatorium, la forme de la maladie dont il est atteint paraissant curable, ce malade s’est du reste considérablement amélioré depuis qu’il est entré à l’hôpital. » On peut forcément émettre de sérieux doutes sur cette première analyse. Il semble en effet peu probable que l’état de santé du malade se soit amélioré après son séjour à l’hôpital car il n’y jouit d’aucune attention particulière, hormis du repos. Les vagues évolutives de la maladie trahissent d’ailleurs souvent sa gravité. De plus, le diagnostic semble aléatoire car sa tuberculose « paraît » curable. La lenteur et l’incertitude du diagnostic permettent déjà d’émettre de fortes réserves sur la nouvelle politique destinée à isoler les malades. Il entre finalement à la station sanitaire le 8 avril 1916 et en ressort le 8 juillet 1916.

P. E. : Après sa mobilisation, il est reconnu malade en août 1915 et devient réformé no 2. Marié et père de trois enfants, sa maladie le contraint à cesser toute activité. Pour vivre, il est momentanément assisté par le Bureau de bienfaisance et l’allocation militaire de 2 F 75 par jour. Après avoir écrit à la municipalité havraise, une enquête diligentée par le maire est réalisée par le bureau municipal de renseignements et suivie d’une demande d’admission dans un sanatorium. Cette demande fait en réalité suite au conseil du docteur qui le soigne et qui considère que l’affection qui le mine est guérissable. Il écrit plusieurs fois au préfet pour prouver sa bonne foi. Voici la retranscription d’une de ses lettres adressée au préfet datée du 13 avril 1916 :

Je vient vous soliciter une demande si vous pouvez me l’accorder pour me faire entrer dans Sanatorium de St-Etienne du Rouvray. Si c’est dans votre pouvoir car mes trois enfants et ma femme habites Le Havre et comme je suis réformé no 2 pour tuberculose pulmonaire ouverte car je join mon livret militaire a ma demande afin que vous puissiez vous en rendre bien compte de vous-même et mon dernier certificat de la maison ou je travaille avant la mobilisation car en se moment je suis dans l’incapacité de pouvoir faire aucun travaux et d’apprès tous les bons médecins Militaire qu’il mon soigné mon dit qu’il n’y avait que dans les maisons ou lon fait les cure qu’il me sauverai car avec 2F75 par jours de la location Militaire et moi sans aucun secourt il est impossible de pouvoir avoir des soins car vous devais vou rendre bien compte que c’est une misère pour mes trois enfants vue que ma maladie et et contagieux alors Monsieur le Préfet je vous serais très reconnaissant si vous prenez ma demande en considération. Monsieur resevez mes plus grands respecte ainssi que mes plus grands remerciment a lavance.

  • 70 L’asystolie est par définition une diminution de la contraction du cœur et une dilatation excessiv (...)

Finalement, sa demande est prise en considération et il entre à la station sanitaire le 15 mai 1916 pour en sortir le 30 juillet 1916. À sa sortie, on lui décèle une tuberculose ouverte avec expectoration abondante et des accidents cardiaques. Finalement, il décède d’une asystolie70 le 11 octobre 1916. À force de persuasion, il fut admis à la station sanitaire alors qu’il ne paraissait pourtant pas justiciable d’un tel établissement. Néanmoins, ni l’enquête diligentée par la mairie du Havre, ni son médecin traitant n’ont mis en garde les autorités départementales. En outre, la cure en elle-même ne lui a pas apporté la santé, bien au contraire. Tuberculeux contagieux, les deux mois passés avec ses camarades ont certainement été à l’origine de phénomènes de contagion. Combien de personnes étaient dans le même cas que le dénommé P. E. ? Difficile de répondre à cette question mais il est probable que ce ne soit pas un cas isolé.

  • 71 ADSM, 1 XP 1480, Œuvre du sanatorium rouennais, station sanitaire de Saint-Étienne du Rouvray, ann (...)

M. M. : Le parcours de ce soldat est symptomatique de l’incohérence des placements. Après la découverte de son affection, il est évacué sur l’hôpital Panthéon le 17 juillet 1915. Puis, le 13 août, il est dirigé sur le sanatorium de Bligny. Il en sort le 7 décembre 1915, reste en convalescence chez lui jusqu’au 3 janvier 1916 et entre à l’hôpital de Lisieux. Il fait une demande d’évacuation vers une station sanitaire le 24 avril 1916 pour finalement atterrir à Saint-Étienne du Rouvray le 8 mai 1916. Pas moins de quatre établissements auront été visités avant son placement définitif. Son diagnostic est le suivant : « tuberculose pulmonaire avec signes de ramollissement aux sommets des deux côtés plus accentuées à gauche ». Il en ressort le 12 juillet 1916 sur sa demande « en vue d’assurer, dans des conditions aussi normales que possible, la rentrée des récoltes71 ». La lettre du préfet du Calvados indique en outre que « les meilleurs renseignements sont recueillis sur Mme veuve M., belle-mère du postulant, laquelle est restée seule à la tête d’une exploitation importante et semble avoir réellement besoin du concours de son beau-fils ». Là encore, le choix de laisser partir un pensionnaire est discutable et montre toute les difficultés et le manque d’implication de l’administration préfectorale pour retenir les malades. S’il est rare qu’un préfet se porte garant officiellement, il est beaucoup plus courant que des communes se mobilisent pour leurs administrés dans des situations semblables. Par exemple, le soldat P. P. placé à Saint-Étienne du Rouvray le 17 août 1916 demande à quitter prématurément la station sanitaire le 26 septembre 1916. Pour que sa requête aboutisse, il s’appuie sur une pétition signée par une majorité des habitants de sa commune Saint-Jean de Corconé et rédigée par le Maire :

  • 72 Ibid., lettre du maire de la commune de Saint-Jean de Corconé au préfet de Seine (...)

Nous soussigné Maire de la commune de St-Jean de Corconé certifions connaître parfaitement la situation de la famille du soldat P. P. actuellement à la station sanitaire de St-Etienne du Rouvray et déclarons que les revenus du soldat et de sa famille sont très suffisants pour subvenir à tous ses soins et qu’il sera bien chez lui sous tous les rapports 72 .

L. H. : ce malade souffre d’une tuberculose pulmonaire avec un état général médiocre après auscultation du médecin. Ce dernier annonce qu’à l’aube de la guerre, l’état de santé de L. H. était « assez bon », ce qui sous-entend qu’il n’était pas en parfaite condition pour combattre d’autant que sa tuberculose, toujours selon le médecin, s’est déclarée approximativement en février 1915 et que sa réforme a été prononcée en janvier 1917, soit deux ans après l’apparition de la maladie. La lenteur des admissions, le refus des militaires d’être placés en station sanitaire, le manque de places sont autant de facteurs qui contribuent à laisser des malades dans la nature. Il n’est admis en station sanitaire qu’en mai 1919, soit quatre ans après le début de la maladie et deux ans après sa réforme.

40Ces exemples concrets montrent les limites de cette politique : pas d’obligation, des malades trop atteints envoyés par des médecins traitants aux diagnostics douteux, des retours plus ou moins prolongés dans les familles, des hospitalisations multiples avant le placement définitif, un désintérêt flagrant de l’administration préfectorale, de maigres moyens pour subvenir aux besoins de la station sanitaire, une insalubrité régnante, une discipline laxiste, des séjours écourtés sans raisons valables ou alors pour des raisons discutables…

41Finalement, la débauche de moyens mis en œuvre pour l’organisation d’un réseau de stations sanitaires ferait plutôt figure de réaction compensatoire face à l’impuissance thérapeutique. Dès sa création, le système semblait voué à l’échec. Comment, devant un problème aussi gigantesque, créer de toutes pièces une structure si complexe dans un monde désarticulé par la guerre ? Considérée dans sa finalité, l’entreprise fut donc un échec, mais comme modèle ou comme point de départ de l’essor sanatorial dans la France de l’entre-deux-guerres, elle a pu avoir son importance.

Les œuvres charitables au service des militaires tuberculeux

  • 73 BMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1916-1917. Avril 1917 : réunion entre (...)

42Le plan Brisac comprend aussi la création de comités d’assistance aux militaires tuberculeux. La circulaire ministérielle du 21 mars 1916 qui recommande l’institution de ces comités indique que leur mission « consiste à prendre en charge l’hospitalisé qui lui sera signalé au moment où il va quitter la station sanitaire et à lui donner, à lui et aux siens, toute l’assistance morale, matérielle et pécuniaire dont il pourra avoir besoin ». L’État se décharge ainsi d’une partie des actions à mener en faveur de la population militaire en la confiant à divers acteurs, départements comme associations. Le comité central, qui siège à Paris, se repose, pour la réalisation pratique de cette assistance, sur des comités locaux, à raison d’un par département. À la sortie de la station sanitaire, le soldat réformé pour tuberculose, réintégrant son foyer, est confié en théorie à ces comités locaux qui deviennent ainsi leur tuteur73.

  • 74 ADSM, 1 NP 131, délibérations CG (1916), « Comité départemental d’assistance aux militaires tuberc (...)
  • 75 AIP, fonds du CNDT, série CNDT 2, 1re pochette : comité départementaux d’assistance aux militaires (...)
  • 76 Ibid.
  • 77 BMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1916-1917. Octobre 1917 : discours de (...)
  • 78 Ibid., Le Havre, 1918-1919. Juillet 1919 : compte-rendu pour l’année 1918 de Paul Guillard, préside (...)

43Le Comité départemental d’assistance aux militaires tuberculeux de Seine-Inférieure (CDAMTSI), conformément aux instructions du ministre de l’Intérieur, est fondé à Rouen le 9 mai 191674 et celui de l’Eure (CDAMTE) à Évreux le 26 mai 191675. Le premier comité se base sur les infrastructures existantes, en particulier les dispensaires, pour suivre l’évolution de l’état de santé des militaires. Le Havre et Elbeuf sont les deux villes qui disposent d’un dispensaire d’hygiène sociale depuis le début du XXe siècle, alors que la ville de Rouen en aménage un en 1916, aussi appelé « dispensaire Calmette ». Dans l’Eure, le manque d’infrastructures gêne les autorités, mais la répartition de l’association en sous-comités permet de créer des liens de proximité plus grands entre les militaires et les membres de l’association76. Il faut ajouter qu’à l’instigation de la Ligue havraise contre la tuberculose, un comité local est aménagé au sein du dispensaire havrais le 1er août 1916. Jusqu’à la fin de l’année 1917, 85 malades bénéficient de cette assistance par une distribution hétéroclite de crachoirs, de bons de viande, de linge et de vêtements. Néanmoins, Paul Guillard reconnaît que cette fondation n’est pas apte à résoudre tous les problèmes et encore moins à garantir la guérison du malade ; il enregistre ainsi 15 décès d’anciens soldats des suites de leur tuberculose77. En 1918, sur les 227 hommes diagnostiqués tuberculeux dans l’année, il indique que 87 d’entre eux étaient des anciens militaires, soit plus d’un tiers des patients78. Ces chiffres indiquent qu’une partie de la population militaire est tout de même réceptive aux aides allouées par le comité local.

  • 79 AMES, 4 H ELB20 : Mesures d’exceptions et faits de guerre. Œuvres de guerre (1917-1919).

44Cette forme d’aide n’est pas unique et appelle à d’autres mobilisations. Dès 1917, le Comité central, après autorisation du gouvernement, décide d’organiser une « journée » en faveur des militaires tuberculeux en vue de recueillir des fonds propres à faciliter l’action des comités départementaux et à assurer l’efficacité de leur intervention79. Cette nouvelle contribution témoigne d’une solidarité sans égards envers les soldats français et les dédouane en quelque sorte de la responsabilité de leur maladie. En clair, l’État reconnaît implicitement que la guerre est responsable de leur tuberculose ; c’est à la même période qu’il renforce d’ailleurs son dispositif autour des réformés no 1. Concernant cette journée de solidarité, « la moitié de la recette effectuée dans chaque département sera affectée aux besoins de ce département pour les œuvres locales de lutte contre la tuberculose ». « Le reste sera réparti entre tous les départements en tenant compte de leurs besoins respectifs et de leurs ressources propres. » La journée a lieu dans les principales communes des deux départements haut-normands. La commune d’Elbeuf sera choisie comme « ville témoin ». Des quêteuses y sont recrutées et mandatées par la municipalité afin de vendre des insignes et d’arpenter la ville aux endroits stratégiques, églises, places, cafés, stations de tramways. De nombreuses femmes résidant parfois hors de la commune se portent volontaires pour la réalisation de cette tâche. Ce n’est donc pas simplement une commune qui se mobilise, mais tout un ensemble de villages qui se regroupe pour cette journée. Le caractère dévoué et généreux des femmes est largement exposé à cette occasion ; le maire d’Elbeuf, M. Olivier, y va de sa plume :

  • 80 Ibid., pochette liste des quêteuses, quartiers, dépôts. Lettre du maire d’Elbeuf, M. Olivier, pour (...)

Je vous remercie bien sincèrement d’avoir répondu à l’appel qui vous a été adressé […] et d’avoir accepté de quêter dimanche prochain. L’œuvre du soulagement, du relèvement et de la guérison des blessés de la tuberculose revêt, plus que jamais, dans des circonstances actuelles, un caractère hautement patriotique. Pour sauver ces infortunés de la détresse, vos sollicitations feront vibrer au plus profond des cœurs les sentiments de solidarité nationale et humaine. La vaillante et généreuse population elbeuvienne répondra par de larges offrandes à votre main tendue80.

  • 81 Ibid., pochette publicité, recettes, remerciements. Document municipal faisant office de bon de com (...)

45La ville est littéralement placardée d’affiches de toutes sortes qui rappellent avec insistance l’importance des dons. Le nombre d’insignes commandés s’élève à 18 00081, chiffre révélateur de l’optimiste municipal. Son succès réside aussi dans les messages divulgués auprès de la population ; les insignes représentent les militaires au grand air, en soins, avec des enfants. Ces images n’expriment ni la guerre ni la maladie. Le but de cette campagne est double : on y décèle une idée de rassemblement de la population française autour d’un dessein commun ; elle cherche aussi à rapprocher la population des villes et villages de ses militaires et leur rendre un hommage appuyé. La recette de la journée s’élève au final à 2 395,15 francs.

46L’appel solennel à la charité populaire n’est pas chose nouvelle mais aux échelles départementales et communales cela correspond à une véritable révolution. Il y a ici un parallèle évident à faire avec les campagnes du timbre antituberculeux qui débutent en France dès 1925. La mobilisation autour d’un combat commun en le déguisant en festivité permet de rassembler la population et rassure les autorités sur la compréhension des messages qu’elles souhaitent faire passer. Cette politique laisse également entrevoir un nouvel élément qui aura son importance dans les années vingt, la propagande antituberculeuse.

Des initiatives désordonnées à repenser pour vaincre la tuberculose

47Le constat est sans appel : que ce soit dans l’armée ou la population civile, le bacille tuberculeux a proliféré durant la première guerre mondiale. Néanmoins, la guerre en elle-même a trop longtemps occulté ce problème majeur de santé publique. Il en résulte donc une réaction tardive des autorités et surtout des conseils de révision qui portent une grande part de responsabilité dans l’étendue de l’épidémie. Toutes les initiatives prises pour isoler les militaires porteurs de la maladie (stations sanitaires, sanatoriums, hôpitaux…) se sont révélées sans effet majeur. Les contrôles et la discipline des établissements étaient beaucoup trop laxistes pour en faire des centres fiables. Si l’État peine à se sortir de cette situation, car peu habitué à ce genre de combat, c’est une nouvelle fois le tissu associatif et local qui permet d’apporter une aide matérielle à ces militaires. La journée des tuberculeux organisée dans de nombreuses localités normandes en 1917 témoigne de cette proximité et de ce patriotisme ambiant. Enfin, chose plus surprenante, l’aide médicale pour guérir la tuberculose s’est trouvée totalement absente du débat pendant la guerre. L’isolement était une priorité, l’éducation en était une autre mais aucun élément tangible n’est apparu pour tenter de guérir les malades. Si cette absence est préjudiciable, elle témoigne aussi clairement de l’orientation prise par les pouvoirs publics. Ceux-ci ne vont d’ailleurs pas changer de ligne de conduite à la fin de la guerre, puisqu’à l’isolement et à l’éducation vont s’adjoindre les thématiques de la prévention et de la protection de l’enfance. En 1919, la médecine civile prend le relais de la médecine militaire dans l’accompagnement des tuberculeux.

Notes

1 Françoise Hildesheimer, Fléaux et société…, op. cit., p. 80.

2 Jean-Jacques Becker, 1914 : comment les Français sont entrés dans la guerre. Contribution à l’étude de l’opinion publique, printemps-été 1914, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977 ; Raymond et Jean-Pierre Cartier, La première guerre mondiale, 1914-1915, Paris, Presses de la Cité, 1982.

3 Par exemple, si on compare les deux recensements de 1911 et 1921, le département de l’Eure a perdu 22 699 habitants (de 315 919 en 1911 à 293 220 en 1921).

4 Cité dans Georges Vigarello, Le sain et le malsain…, op. cit., p. 257.

5 Dr Mathieu, « L’œuvre de préservation de l’adolescence contre la tuberculose. Le préventorium antituberculeux », Revue d’hygiène et de police sanitaire, no 36, Paris, Masson, 1914, p. 256.

6 Louis Landouzy, « La guerre et la réforme des soldats tuberculeux », Revue d’hygiène et de police sanitaire, no 37, Paris, Masson, 1915, p. 221.

7 Témoignage paru dans Pierre Darmon, « La Grande Guerre des soldats tuberculeux. Hôpitaux et stations sanitaires », Annales de démographie historique, no 1, 2002, p. 37.

8 Louis Landouzy, « La guerre… », art. cité, p. 220-221. Témoignages recueillis parmi les malades soignés au dispensaire Léon-Bourgeois, ou dans les salles spécialisées de l’hôpital Laënnec. Ont été mobilisés, quoique tuberculeux, entre autres : G., 25 ans : phtisique à grosses lésions pulmonaires et laryngées, ayant été réformé, passe une visite médicale qui le trouve bon pour le service armé ; D., 33 ans : sorti d’Angicourt en mars 1914 avec une tuberculose ouverte grave, très améliorée, mobilisé du 4 août au 5 septembre 1914 dans des conditions d’hygiène déplorables, réformé no 2 en septembre, aggravation notable ; G., 38 ans : tuberculose pulmonaire peu avancée, bien supportée avant la guerre, 15 jours de campagne dans le train des équipages, envoyé à son dépôt pour bronchite : y reste du 25 août au 27 novembre 1914, réformé no 2, examiné le 14 décembre : trouvé en état de phtisie subaiguë largement ouverte ; L., 22 ans, tuberculeux pulmonaire depuis quelques mois, fait campagne deux mois, évacué pour bronchite puis réformé no 2, vu le 15 février au dernier degré de la phtisie ; H., 28 ans : en traitement par pneumothorax artificiel, avec liquide pleural pour tuberculose unilatérale, incorporé, service armé, a fait campagne jusqu’au 12 septembre, ramassé sur le champ de bataille, non blessé, mais dyspnéique, a été réformé.

9 Achille Kelsch, La tuberculose dans l’armée, Paris, O. Doin, 1903.

10 V. Lavergne, « Le service de santé militaire et la lutte antituberculeuse pendant la guerre », Revue d’hygiène, no 44, 1922, p. 875-906.

11 Jules Héricourt, Les maladies des sociétés…, op. cit., p. 5.

12 « Prophylaxie des maladies infectieuses pendant la guerre », Revue d’hygiène et de police sanitaire, no 36, 1914, p. 793-798 ; article 2 du décret du 14 août 1914 faisant état des mesures à prendre en cas d’épidémies en temps de guerre.

13 Témoignage recueilli par le journal L’Écho des marmites du 29 février 1916, dans Stéphane Audoin-Rouzeau, 14-18, les combattants des tranchées, Paris, Armand Colin, 1986, p. 43.

14 Témoignage d’Angéline Baillon, infirmière bénévole pendant la Grande Guerre, rédigé par Françoise Deforge, sa petite fille. Disponible sur www.histoire-genealogie.com/spip.php ? article1523

15 Tuberculose apparue avant la guerre et qui se réactive avec celle-ci.

16 Tuberculose contractée spécifiquement sur le champ de bataille.

17 Archives du service de santé des armées, Félix Ramond, médecin-major, rapport mensuel, avril 1917, 1er secteur médical, Rouen, 3e région, « Médecine générale », carton 38, p. 231-232.

18 AN, Fonds André Honnorat (fonds privés), 50 AP 24 : dossiers sur la guerre de 1914-1918, circulaire du 15 octobre 1916.

19 Sophie Delaporte, Le discours médical sur les blessures et les maladies pendant la première guerre mondiale, thèse de doctorat, 3 vol. , université d’Amiens, 1999, p. 239.

20 Ibid, p. 250.

21 V. Lavergne, « Le service de santé militaire… », art. cité, p. 875-906.

22 ADSM, 1 NP 132, délibérations CG (1916), « Assistance aux militaires tuberculeux, station sanitaire et comité départemental », séance du 5 octobre 1916.

23 Yves Buffetaut, Rouen-Le Havre, 1914-1918. Deux ports normands en première ligne, Louviers, Ysec, 2008, p. 31.

24 AMH, tiroir no 29 (2), Saint-François, pochette « Histoire du quartier », extrait d’Encrage, no 6, « Sur le chemin des écoliers… Saint-François en 1914 ».

25 Albert Chatelle, La base navale du Havre et la guerre sous-marine secrète en Manche (1914-1918), Paris, Médicis, 1949 ; Max Bengtsson, Saint-François, port d’attache, Fécamp, Éditions de l’Estuaire, 2002, p. 15.

26 BMH, Fonds Bernard Esdras-Gosse, consultation libre des 48 vol. de « Témoignages » et 66 vol. d’articles de presse, ainsi que 10 pochettes de photographies représentant des vues du Havre en 1944.

27 Philippe Nivet, « Les réfugiés de guerre dans la société française (1914-1946) », Histoire, économie et société, vol. 23, no 2, 2003, p. 247-259.

28 Voici quelques statistiques qui caractérisent la hausse de la tuberculose entre 1914 et 1915 : + 151 décès à Rouen (+ 24 %) ; + 84 décès au Havre (+ 11 %) ; + 61 décès pour les communes de moins de 5 000 habitants de Seine-Inférieure (+ 9 %) ; + 387 décès pour la Seine-Inférieure (+ 13 %) ; + 24 décès pour les communes de moins de 2 000 habitants de l’Eure (+ 7 %).

29 Alain Corbin, Le miasme…, op. cit., p. 180.

30 Pierre Guillaume, « Les maladies sociales… », art. cité, p. 63.

31 P. Paquet, « La mortalité par tuberculose serait, depuis la guerre, en diminution dans les villes et en augmentation dans les campagnes », Bulletin du Comité national de défense contre la tuberculose, t. IV, 1923, p. 337-340.

32 Dr Lecaplain, « Alcoolisme et questions d’après-guerre », La Normandie médicale, no 31, juin-juillet 1920, p. 198-200.

33 Michel Gervais, Marcel Jollivet et Yves Tavernier, « La fin de la France paysanne, de 1914 à nos jours », dans Georges Duby et Armand Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, Paris, Seuil, 1987, t. IV, p. 167.

34 AMES, 4 H ELB20 : Mesures d’exceptions et faits de guerre. Œuvres de guerre (1917-1919), pochette publicité, recettes, remerciements. Lettre du député d’Eure-et-Loir (1885-1919) et futur président de la République (1920), Paul Deschanel, datée du 17 janvier 1917.

35 Léon Bourgeois entame dès 1913 des pourparlers à l’Assemblée nationale dans le but de mettre en place un plan de lutte contre la tuberculose mais le début de la guerre diffère les discussions inhérentes à son projet.

36 Jules Brisac, « La guerre et l’assistance aux blessés de la tuberculose », dans La guerre et la vie de demain, Les risques immédiats de la guerre et leur répartition, conférences faites à l’Alliance d’hygiène sociale, 10 décembre 1915, années 1914-1915 et 1915-1916, Paris, Félix Alcan, t. 2, p. 71.

37 BMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1916-1917. Février 1916 : Assistance des militaires réformés pour tuberculose (communiqué de la préfecture). Discours de Léon Bourgeois à la suite de la conférence faite par Jules Brisac, au Musée social : « La guerre et l’assistance aux blessés de la tuberculose » en 1915, p. 80.

38 Olivier Faron, « Guerre (s) et démographie historique », Annales de démographie historique, no 1, 2002, p. 5-9.

39 Proposition de résolution invitant le gouvernement à assurer des soins aux militaires tuberculeux avant leur renvoi dans leurs foyers. Chambre des députés, no 800, session de 1915. Annexe au procès-verbal de la séance du 25 mars 1915, dans Pierre Darmon, « La Grande Guerre… », art. cité, p. 35-50.

40 Jules Brisac, « La guerre… », art. cité, p. 72.

41 AIP, fonds du CNDT, côte CNDT 17 : campagne du timbre antituberculeux (rapports, correspondance). Dr Evrot, « La lutte antituberculeuse en France, les débuts de l’effort français », La Vie saine, no spécial en hommage à la mission Rockefeller (1917-1937).

42 ADSM, 1 NP 129, délibérations CG (1915), « Assistance publique, assistance aux militaires tuberculeux », séance du 17 mai 1915, circulaire du ministre de l’Intérieur adressée au préfet de Seine-Inférieure datée du 11 avril 1915 relative à l’assistance aux tuberculeux.

43 Pierre Darmon, « La Grande Guerre… », art. cité, p. 42.

44 Dominique Dessertine et Olivier Faure, « Malades et sanatoriums de l’entre-deux-guerres », dans Jean-Pierre Bardet (dir.), Peurs et terreurs face à la contagion, choléra, tuberculose, syphilis, XIXe-XXe siècles, Paris, Fayard, 1988, p. 224.

45 Jules Brisac, « La guerre… », art. cité, p. 88.

46 J.-Édouard Fournier, L’assistance aux anciens militaires tuberculeux, Paris, 1917.

47 Dominique Dessertine et Olivier Faure, Combattre la tuberculose, op. cit., p. 29.

48 Karl Feltgen, « La question des soins aux tuberculeux à Rouen pendant la Grande Guerre (1914-1918) », Mémoires de la protection sociale en Normandie, no 5, décembre 2006, p. 38.

49 ADSM, 1 NP 129, délibérations CG (1915), « Assistance publique, assistance aux militaires tuberculeux », séance du 17 mai 1915, déclaration du préfet de Seine-Inférieure, Alfred Morain.

50 Marc Boulanger, Les hôpitaux de Rouen, une longue et attachante histoire, Luneray, Éditions Bertout, 1988, p. 283.

51 ADSM, 1 NP 130, délibérations CG (1915), « Œuvre du sanatorium rouennais, convention », séance du 29 septembre 1915.

52 « Département de Seine-Inférieure », Bulletin du Comité national de défense contre la tuberculose, t. 1, 1920, p. 133.

53 ADSM, 1 NP 129, délibérations CG (1915), « Assistance publique, assistance aux militaires tuberculeux », séance du 17 mai 1915.

54 Karl Feltgen nous donne un exemple flagrant de l’angoisse persistante des populations à l’égard des malades : « l’administration eut l’intention de créer cet hôpital dans le pavillon de l’École professionnelle de réforme de Mont-Saint-Aignan qui était affectée à la pouponnière et aux jeunes enfants de l’assistance publique. Mais, pour certains, il semblait dangereux pour le voisinage d’y installer des contagieux » (« La question… », art. cité, p. 38.

55 Pierre Darmon, « La Grande Guerre… », art. cité, p. 42.

56 BMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1916-1917. Février 1916 : Assistance des militaires réformés pour tuberculose ; Dr Frottier, « La lutte antituberculeuse en France et les dispensaires d’hygiène sociale et de préservation antituberculeuse », p. 127.

57 ADSM, 1 XP 1482, station sanitaire de Saint-Étienne du Rouvray, affaires diverses. Œuvre du sanatorium rouennais, exposé et description du sanatorium d’Oissel.

58 Pour plus de renseignements sur ce sujet, un colloque intitulé « Les châteaux du social, XIXe-XXe siècles : architecture, éducations, contraintes » a été organisé par l’université de Paris VIII, les 25 et 26 novembre 2005, au Centre national d’études et de formation de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), au château de Vaucresson (Yvelines), en partenariat avec le Centre d’histoire sociale du XXe siècle, le Centre d’histoire des régulations et des politiques sociales (HIRES) et l’université d’Angers.

59 ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette concernant les malades : lettre de l’inspecteur départemental des services d’hygiène, le Dr Ott, au préfet de Seine-Inférieure, Alfred Morain, datée du 25 mars 1916.

60 Jean-Bernard Cremnitzer, Architecture et santé…, op. cit.

61 ADSM, 1 XP 1480, Œuvre du sanatorium rouennais, station sanitaire de Saint-Étienne du Rouvray, année 1916, Lettre du médecin directeur de la Station sanitaire de Saint-Étienne du Rouvray, le Dr Magnier, au préfet de Seine-Inférieure, M. Alfred Morain, datée du 20 mars 1916.

62 « Les hôpitaux sanitaires [recevront] tous les militaires, sous-officiers et soldats, ayant une tuberculose en voie d’évolution de l’appareil respiratoire et susceptibles d’une amélioration notable, y compris les tuberculeux cavitaires sous la réserve que ceux-ci aient peu ou pas de fièvre et qu’ils aient conservé un état général satisfaisant […] En d’autres termes, l’admission dans les stations sanitaires ne sera pas demandée pour des malades dont l’état actuel présenterait une gravité telle qu’on ne pourrait raisonnablement en espérer une amélioration sur l’unique influence des conditions de milieux favorables » (ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette sanatorium d’Oissel, instructions diverses. Circulaires et instructions diverses concernant les hôpitaux sanitaires régionaux et les stations sanitaires, produites par le ministère de la Guerre, Sous-secrétariat d’État du Service de santé militaire, datées du 31 janvier 1916 et signées par Justin Godart, ministre de la Guerre.

63 ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette concernant les malades : lettre de l’inspecteur départemental des services d’hygiène, le Dr Ott, au préfet de Seine-Inférieure, M. Alfred Morain, datée du 25 mars 1916.

64 ADSM, 1 XP 1485, Stations sanitaires, pochette sanatorium d’Oissel, instructions diverses. Lettre du ministre de l’Intérieur Louis Malvy à tous les préfets, datée du 2 mars 1917.

65 ADSM, 1 NP 132, délibérations CG (1916), séance du 5 octobre 1916, « assistance aux militaires tuberculeux, station sanitaire et comité départemental ». Déclaration du conseiller M. Doutrillaut.

66 Dominique Dessertine et Olivier Faure, Combattre la tuberculose, op. cit., p. 28.

67 ADSM, 1 NP 132, délibérations CG (1916), « Dispensaire d’hygiène sociale et de préservation antituberculeuse », séance du 2 octobre 1916.

68 ADSM, 1 XP 1480-1482, Œuvre du sanatorium rouennais, station sanitaire de Saint-Étienne du Rouvray, années 1916-1918, dossiers classés par noms.

69 ADSM, 5 M 10, statistiques sanitaires communales mensuelles : population, mariages, divorces, naissances, décès par cause ; Le Havre (1906-1919) ; décès enregistrés à l’État-civil pendant le mois de mars 1917, décès no 770.

70 L’asystolie est par définition une diminution de la contraction du cœur et une dilatation excessive de ses cavités résultant d’une affection du cœur ou d’une gêne de la circulation périphérique. Elle est caractérisée par des crises d’étouffement, une hépatomégalie douloureuse, des œdèmes des membres inférieurs.

71 ADSM, 1 XP 1480, Œuvre du sanatorium rouennais, station sanitaire de Saint-Étienne du Rouvray, année 1916, Lettre du préfet du Calvados au préfet de Seine-Inférieure datée du 24 juin 1916.

72 Ibid., lettre du maire de la commune de Saint-Jean de Corconé au préfet de Seine-Inférieure, datée du 30 septembre 1916.

73 BMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1916-1917. Avril 1917 : réunion entre le Dr Granjux, vice-président de l’Œuvre Grancher et M. Guillard, président de la Ligue havraise contre la tuberculose.

74 ADSM, 1 NP 131, délibérations CG (1916), « Comité départemental d’assistance aux militaires tuberculeux », séance du 9 mai 1916.

75 AIP, fonds du CNDT, série CNDT 2, 1re pochette : comité départementaux d’assistance aux militaires tuberculeux. Composition des comités départementaux.

76 Ibid.

77 BMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1916-1917. Octobre 1917 : discours de Paul Guillard, président de la Ligue havraise contre la tuberculose.

78 Ibid., Le Havre, 1918-1919. Juillet 1919 : compte-rendu pour l’année 1918 de Paul Guillard, président de la Ligue havraise contre la tuberculose.

79 AMES, 4 H ELB20 : Mesures d’exceptions et faits de guerre. Œuvres de guerre (1917-1919).

80 Ibid., pochette liste des quêteuses, quartiers, dépôts. Lettre du maire d’Elbeuf, M. Olivier, pour Mlle H. demeurant à Caudebec-lès-Elbeuf, datée du 3 mars 1917.

81 Ibid., pochette publicité, recettes, remerciements. Document municipal faisant office de bon de commande daté du 13 février 1917 et signé par le maire d’Elbeuf, M. Olivier : 3 000 insignes en métal frappés d’après une maquette de Lalique, 15 000 insignes en carton imprimé (couleur) dont quelques-uns dessinés par des maîtres, et 1 000 petits carnets artistiques.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5525/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5525/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Graphique 5Décès par tuberculose selon plusieurs échelles entre 1907 et 1918 (a : Seine-Inférieure ; b : Le Havre ; c : Évreux ; d : Eure)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5525/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Tableau 7. Décès par tuberculose par arrondissement dans le département de l’Eure pour les villages comptant moins de 2 000 habitants entre 1911 et 1921 *
Légende * Source : Tableau réalisé d’après ADE, 6 M 1135-1138 (statistiques sanitaires de villes de moins de 2 000 habitants : états récapitulatifs par cantons et arrondissements de 1911 à 1917) et 6 M 1197 (statistique sanitaire : états semestriels récapitulatifs par arrondissements et par cantons pour 1918-1922).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5525/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Graphique 8Prolifération de la tuberculose pendant la Grande Guerre
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5525/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search