Version classiqueVersion mobile

Vaincre la tuberculose (1879-1939)

 | 
Stéphane Henry

Première partie. La pathologie aux « 150 000 morts » (1879-1916)

Chapitre 2. Résoudre la question de l’hospitalisation des malades

Texte intégral

Les alternatives à l’encombrement hospitalier

Mise en perspective de la situation sanitaire des hôpitaux

  • 1 Philippe Adam, Claudine Herzlich, Sociologie de la maladie et de la médecine, Paris, Nathan, 1994, (...)
  • 2 Lucie Paquy, « Naissance et développement…, op. cit.
  • 3 Françoise Hildesheimer, Fléaux et société : de la Grande Peste au choléra. XIVe-XIXe siècle, Paris, (...)

1À l’aube du XXe siècle, la lutte contre la tuberculose reste encore à l’état embryonnaire. Néanmoins, la situation évolue. Les responsables politiques comprennent que « la santé » devient de plus en plus nécessaire au bon fonctionnement des sociétés en voie d’industrialisation1. L’idée primordiale mise en exergue est qu’une population en bonne santé assure un développement économique plus grand au pays, et, dans un contexte militaire incertain, une armée en forme optimale. L’État ne se considère plus comme le seul responsable de la santé publique ; dès lors, l’institutionnalisation de l’hygiène publique devient un processus complexe mêlant initiatives locales et nationales, initiatives municipales et départementales2, ce qui permet un important foisonnement d’idées tout autant que des résistances notables mais constructives. Les nouveaux objectifs permettent à cette période de se prêter naturellement aux expérimentations de toutes sortes, d’autant plus que les théories hygiénistes atteignent leur apogée : les problèmes d’hygiène globale, l’insalubrité des logements, l’alimentation défectueuse, l’alcoolisme et la disparition des valeurs morales sont autant de thèmes associés au développement des épidémies. C’est dans ce contexte que les questions relatives à l’hospitalisation des malades tuberculeux surgissent. Se préoccuper de l’hygiène des villes ne signifie pas simplement étudier la largeur des rues, l’état des logements ou le ruissellement des eaux usées. Elle comprend également l’assainissement des hôpitaux. Tout au long du XIXe siècle, ces établissements sont régulièrement critiqués pour l’organisation défectueuse de leurs services et la situation sanitaire déplorable de leurs locaux. En clair, le cancer des hôpitaux c’est l’insalubrité régnante. L’hôpital est un lieu propice à la transmission des bacilles tuberculeux avec la présence d’une part de malades déjà affaiblis et d’autre part du personnel soignant et des visiteurs qui, eux, doivent être protégés de l’infection. Il devient donc de la responsabilité de l’administration hospitalière de mettre en place des mesures capables de réduire le risque de transmission, ou de l’atténuer par la prise en charge des sujets exposés. Mais, malgré des discours parfois ambitieux, les volontés et les financements ne suivent pas toujours. Les hygiénistes, pour leur part, croient en une architecture hospitalière spécifique pour atténuer la diffusion des maladies et créer un endroit dicté par les nouvelles contraintes de l’asepsie3.

2Les hôpitaux ont toujours été construits selon une logique bien particulière qui évolue avec les connaissances médicales. Les notions d’hygiène et de contagion influencent l’architecture de ce secteur dès la seconde moitié du XIXe siècle. Les architectes doivent répondre à plusieurs exigences pour préserver l’hygiène et faciliter une circulation rapide des malades. Deux courants s’opposent : soit aménager l’hôpital et en faire un lieu sain pour tous les malades, soit édifier un hôpital parallèle pour isoler et soigner exclusivement les tuberculeux. Ces deux conceptions vont tour à tour être encensées ou critiquées, mais vont marquer profondément l’histoire de l’architecture hospitalière. D’abord en concurrence avant-guerre, les pavillons d’isolement d’un côté et les sanatoriums d’un autre côté, vont devenir complémentaires durant l’entre-deux-guerres.

Les premiers débats sur l’hospitalisation des tuberculeux

  • 4 Jean de Kervasdoué, L’hôpital, Paris, PUF, 2004, p. 44.
  • 5 Yannick Marec, « Le dispensaire contre l’hôpital ? L’application des idées du docteur Gibert en Nor (...)
  • 6 ADSM, 5 M 136, Rapports des médecins des épidémies du département de la Seine-Inférieure en 1892, R (...)
  • 7 Françoise Hildesheimer, Fléaux et société…, op. cit., p. 73.

3Au début du XXe siècle, les hôpitaux correspondent aux seules institutions situées à l’intérieur des villes destinées à accueillir les personnes malades qui doivent soigner une pathologie allant de la plus bénigne à la plus grave4. Les dispensaires de salubrité publique d’après l’initiative du docteur Gibert, établissements de bienfaisance qui font office de lieux de soins de proximité, ne sont pas perçus comme une concurrence même s’ils suggèrent une critique implicite de l’hospitalisation5. Cette singularité fait donc de l’hôpital un endroit propre à la ville. Il y a d’ailleurs une vraie filiation entre l’hôpital et les citoyens ; en effet, la plupart du temps, l’état des soins qui y est prodigué correspond à l’état de la population dont il doit s’occuper. Dans ce cadre, la situation sociale des patients hospitalisés génère des conséquences immédiates sur la qualité des soins. Alors que la plupart des indigents trouvent refuge à l’hôpital public, les patients aisés sont regroupés au sein de cliniques et d’hôpitaux privés disposant de moyens financiers nettement supérieurs. Ceux-ci assurent des conditions d’hospitalisation en adéquation avec la situation sociale des patients. Dans les hôpitaux publics, l’hospitalisation, telle qu’elle est pratiquée, ne consiste plus en une protection spécifique des bien-portants contre les affections contagieuses. Contrairement au Moyen-âge où l’aménagement de léproseries ou de zones de quarantaine était monnaie courante, on regroupe à présent tous les malades sans distinction de pathologies dans la plupart des hôpitaux. Si les épidémies basiques, type choléra ou variole, qui faisaient tant de ravages dans les hôpitaux au XIXe siècle6, sont en net recul, on découvre, à travers quelques exemples précis, que le caractère endémique de la tuberculose rend finalement l’institution hospitalière classique totalement inadaptée7.

  • 8 Christian Maillard, Histoire de l’hôpital de 1940 à nos jours : comment la santé est devenue une af (...)
  • 9 Émile Leudet, Étude sur la mortalité nosocomiale par tuberculose pulmonaire, faite à l’Hôtel-Dieu d (...)

4Dans les deux départements haut-normands, bien que des progrès aient été accomplis en un siècle, la situation des hôpitaux demeure critique en termes d’insalubrité. Véritable « dépotoir social »8, les salles y sont vétustes, l’organisation aléatoire et les soins prodigués rendus difficiles par l’afflux de malades divers. L’hôpital reste souvent l’ultime recours de ceux qui, trop misérables pour être soignés chez eux, se mettent à la charge de la collectivité. L’institution hospitalière traîne donc derrière elle l’image négative d’un système voué aux laissés-pour-compte de la société. Dans la plupart des hôpitaux des grandes villes normandes (Le Havre, Elbeuf, Évreux, Fécamp ou Rouen), des caractéristiques identiques (croissance démographique, afflux des indigents…) conduisent à des constats semblables (exiguïté des locaux, insalubrité…). Concernant les phtisiques, leur admission dans les hôpitaux communs offre d’abord de sérieux dangers de contamination pour les autres malades. Elle donne ensuite, au point de vue de la phtisie, des résultats sensiblement négatifs. À l’Hôtel-Dieu de Rouen, 2 098 tuberculeux sont admis dans le service dirigé par le docteur Emile Leudet entre 1862 et 1892, pour 14 663 malades accueillis. Il signale que sur les 2 756 décès constatés, 931 étaient dus à la tuberculose. Ainsi, si 1/7 des entrées concernaient des tuberculeux, plus d’un tiers des décès leur étaient imputés9. Cette situation dramatique oblige les hôpitaux à adapter leurs installations. Néanmoins, les avis divergent dans le choix des aménagements réservés aux tuberculeux. En outre, les discussions entre les administrations hospitalières et les municipalités s’avèrent laborieuses et deviennent parfois houleuses lors des négociations financières. Personne ne veut payer pour des malades théoriquement en fin de vie.

  • 10 Dr Armaingaud, Isolement obligatoire des tuberculeux dans les hôpitaux, Commission permanente pour (...)

5Ces questions ne sont pas l’apanage des autorités normandes, puisqu’elles s’engouffrent régulièrement dans les couloirs des hautes institutions parisiennes et françaises. En 1896, un rapport présenté par MM. Granchet et Thoinot à la Commission de surveillance de l’Assistance publique de la Seine conclut à l’isolement obligatoire des tuberculeux et à l’établissement de pavillons spéciaux dans un certain nombre d’hôpitaux de Paris. En 1898, l’Académie de médecine émet le souhait que les tuberculeux soient traités dans des pavillons spéciaux. En 1900, la Commission de la tuberculose, par la voix du docteur Brouardel, considère que les tuberculeux doivent être séparés des autres malades et appuie la création de quartiers distincts. En 1902, « la Société de médecine des Hôpitaux de Paris considérant que la cause principale de l’encombrement des hôpitaux de Paris est la présence, dans les services de médecine, d’un nombre considérable de tuberculeux […] émet le vœu que l’Assistance publique crée immédiatement, sur des terrains lui appartenant, un hôpital économique pour 500 ou 600 lits au moins, répartis en pavillons à rez-de-chaussée […] ». En réponse à ces avis, la Commission de la tuberculose vote plusieurs résolutions, dont l’interdiction dans tous les hôpitaux publics de relations directes ou indirectes entre les tuberculeux et les autres malades et la construction de quartiers distincts exclusivement réservés aux tuberculeux. Même si ces résolutions restent facultatives, elles servent de base à la circulaire Combes, alors ministre de l’Intérieur et président du Conseil en janvier 190410, qui préconise à tous les préfets de procéder à une séparation stricte dans les établissements hospitaliers entre les tuberculeux et les autres malades.

  • 11 Alain Corbin, Le miasme et la jonquille, Paris, Flammarion, 1986, p. 169.
  • 12 Blandine Barret-Kriegel, « L’hôpital comme équipement », dans Michel Foucault, Blandine Barret-Krie (...)
  • 13 Jean de Kervasdoué, L’hôpital, op. cit., p. 36.
  • 14 Georges Brouardel, Ernest Mosny (dir.), Traité d’hygiène, Paris, J.-B. Baillière et fils, 8 vol. , (...)

6Le concept de l’air, si cher aux hygiénistes, va marquer en profondeur l’architecture hospitalière. Selon leur théorie, l’air est un des vecteurs des maladies contagieuses11, en particulier dans les lieux clos comme à l’hôpital. Ce constat conduit les architectes à repenser l’organisation des lieux de soins. Ils arrêtent finalement leur choix sur une architecture pavillonnaire avec comme thématique première les principes de « dispersion » et de « circulation12 » à l’intérieur même de l’hôpital. Leur pensée se fonde sur le principe suivant : puisque l’air véhicule les microbes, il convient d’isoler les malades dans des chambres individuelles et de concevoir des pavillons spécifiques pour chaque maladie, en particulier pour les plus contagieuses13. Ces recommandations demandent une complète révision de l’organisation dans l’accueil des patients et des services hospitaliers ; mais si la majorité du corps soignant semble approuver ces aménagements, les avis divergent sur la manière de les mettre en place comme le souligne ici le docteur Ernest Mosny, médecin hygiéniste et co-auteur du très volumineux Traité d’hygiène14 :

  • 15 Ernest Mosny, « Hospitalisation des tuberculeux », Annales d’hygiène publique et de médecine légale(...)

Comment isoler les tuberculeux ? Doit-on, pour préserver ceux qui ne le sont pas, accumuler ceux qui le sont dans des hôpitaux spéciaux, dans des quartiers ou des salles d’hôpitaux généraux désaffectés et réservés exclusivement à leur usage ? Doit-on, au contraire, les isoler individuellement ou presque individuellement, en les classant suivant le degré, la forme de leurs lésions ou suivant quelque autre considération ? Doit-on, alors, dans ce dernier cas, les répartir dans les hôpitaux généraux, et au même titre que les malades non tuberculeux, par groupes nosologiquement similaires, dans de petites chambres de un à quatre lits ? Quelle doit être, en d’autres termes, la formule de l’isolement des tuberculeux dans les hôpitaux : isolement collectif ou isolement individuel ?15

Les pavillons d’isolement de l’hôpital Pasteur du Havre

  • 16 AMH, M 3, C 2, L 6 ; dispensaire antituberculeux Brouardel, la tuberculose au Havre à la fin du XIX(...)
  • 17 Olivier Hutet, « L’hôpital Pasteur : un hôpital pilote au Havre à la fin du XIXe siècle », Mémoires (...)
  • 18 Ibid, p. 165.
  • 19 Dr Frottier, « Traitement des tuberculeux par la cure d’air à l’Hôpital Pasteur du Havre », La Revu (...)
  • 20 BMH, Hospitalisation des tuberculeux, Le Havre, 1898, p. 25.

7Au Havre, la question des tuberculeux hante les esprits puisqu’à l’époque cette ville est l’une des plus touchées de France avec environ 650 morts par an16, soit 5 décès par tuberculose pour 1 000 habitants. Pour garantir l’accès aux soins de ces malades, la municipalité dispose de deux hôpitaux, dont l’hôpital Pasteur, établissement récent ouvert en 1885 et situé sur les hauteurs de la ville. Son concepteur, l’architecte municipal Léon David, très au courant des dernières techniques, propose une formule architecturale spécifique adaptée aux concepts hygiéniques et aux mutations du système de santé de l’époque. Cet hôpital est constitué de 17 pavillons, séparés les uns des autres, dont 6 pour l’administration, 6 pour les hommes et 5 pour les femmes. Ils sont tous de construction identique avec un rez-de-chaussée élevé sur un soubassement ; les salles sont voûtées en ogive et pourvues de ventilateurs. Tout autour s’étendent un parc imposant et un terrain en déclivité exposé vers le sud17. Grâce à cet aménagement singulier, il devient rapidement un fleuron de l’hygiénisme et porte « les espoirs des administrateurs et des médecins soucieux d’améliorer la santé d’une population havraise éprouvée par les maladies contagieuses et une trop forte mortalité18 ». Avec cet hôpital, le bureau d’hygiène dispose d’un outil adéquat pour engager une politique volontariste et isolationniste contre les fléaux sociaux. Les bâtiments tels qu’ils sont conçus annoncent l’entrée de l’hôpital dans l’ère de la modernité et de la rationalisation des soins. À l’époque, il représente ce qu’il y a de mieux en architecture sanitaire, et il le demeure quelques décennies, tant par sa conception que pour l’hygiène qu’il procure. Néanmoins, l’administration tarde quelque peu à utiliser à bon escient ce nouvel outil ; malgré l’architecture pavillonnaire, aucune séparation par type de maladies n’est envisagée dans un premier temps. Seule une scission rigoureuse des sexes et des services est préconisée. L’hospitalisation des tuberculeux reste donc identique à celle des autres malades non contagieux ; ces derniers sont cloués en permanence sur leur lit, dans des salles où ils côtoient toutes sortes de malades, de personnels infirmiers et de familles venues rendre visite à leurs proches. Hormis cette absence d’isolement regrettable, d’autres désagréments engendrés par les tuberculeux eux-mêmes touchent les hôpitaux. Cette population y pénètre à un stade très avancé de la maladie ; pour un tuberculeux de la fin du XIXe siècle, « on se soigne quand on ne peut plus travailler19 ». Comme les moyens thérapeutiques demeurent inexistants, les bénéficiaires de lits occupent jusqu’à leur mort les places, peu nombreuses, qui leur sont réservées. 200 tuberculeux en moyenne par an sont admis dans les hôpitaux havrais, ce qui représente à peine un tiers des décès dus à cette maladie dans la ville20. Les autres, par manque de places ou tout simplement par réticence à l’idée de se faire hospitaliser, errent parmi la population, travaillent et diffusent les bacilles contagieux auprès de leur entourage. Pour les autorités municipales, aménager efficacement l’hôpital Pasteur pour isoler et garantir des places aux malades contagieux constitue le grand chantier de ce nouveau siècle car, déjà, face à lui se dresse un concurrent originaire d’Allemagne, le sanatorium. Véritable hôpital à destination d’un seul type de malades, il reste pour l’heure encore marginal, même si certaines personnalités médicales comme le professeur Maurice Letulle, un phtisiologue parisien de haute réputation, pense déjà que l’hôpital, seul, ne peut garantir un isolement strict et des conditions optimales pour obtenir le rétablissement d’un individu :

  • 21 Déclaration du Dr Letulle, directeur du service d’isolement pour tuberculeux de l’hôpital Boucicaut (...)

L’isolement des tuberculeux dans les hôpitaux ne peut être qu’un complément de la création de sanatoriums populaires suburbains et provinciaux. S’il est indispensable, en effet, au point de vue de la prophylaxie, d’écarter les tuberculeux de leur entourage, l’isolement dans les hôpitaux est tout à fait insuffisant en ce qui concerne le traitement hygiénique auquel ces malades ont droit21.

8Comment organiser au Havre l’isolement et le traitement de ces trop nombreux tuberculeux ? La ville du Havre, étant donnés sa configuration et son caractère urbain, permet-elle d’accueillir cette population ou faut-il se résoudre à l’envoyer dans une zone périphérique ? Ces interrogations sont d’une importance capitale pour l’une des villes de France les plus touchées par la pathologie. Une délégation de médecins havrais est donc envoyée en mission à l’étranger pour aller étudier dans leur pays d’origine, l’Allemagne, les établissements consacrés à la cure de la tuberculose pulmonaire (sanatoriums de Hohenhonnef, de Falkenstein et de Ruppertshain). Même si elles s’en cachent pour des raisons patriotiques évidentes et une guerre franco-prussienne toute récente, les autorités médicales havraises veulent s’inspirer du modèle allemand afin de le transposer dans l’organisation de l’hôpital.

  • 22 AMH, Relevé d’articles proposé par Jacques Monot et intitulé : La tuberculose en Seine-Maritime. L’ (...)
  • 23 BMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1916-1917, juin 1916 : les œuvres de l (...)
  • 24 Dr Frottier, « Traitement des tuberculeux… », art. cité, p. 308-311.
  • 25 O. du Mesnil, « Le nouvel hôpital du Havre », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, no (...)
  • 26 AMH, délibérations du Conseil municipal du Havre, séance du 1er juin 1910. L’aménagement de ce pavi (...)

9Revenue de ces voyages et après mûre réflexion, la délégation havraise cherche l’apaisement auprès de ceux qui reprocheraient une affiliation trop proche avec l’Allemagne ; elle préconise habilement un isolement relatif des tuberculeux au sein de l’hôpital Pasteur, et rejette avec vigueur l’édification d’un sanatorium. L’hôpital a l’avantage de disposer de plusieurs pavillons séparés par de grands espaces verts. Il permet également de classer les malades en plusieurs catégories, entre les indigents reçus gratuitement, les malades de situation modeste et les malades payants22. À l’initiative des docteurs Sorel et Frottier, les deux futurs fondateurs de la Ligue havraise contre la tuberculose, l’isolement entre en vigueur au début de l’année 1900 avec l’installation d’une cure d’air pour les tuberculeux curables23. Cette réunion s’effectue initialement dans le « pavillon M24 ». L’accent est mis sur un isolement rigoureux des malades, puisque ce pavillon se situe à l’extrémité nord du complexe hospitalier havrais, « au sommet du coteau […] à 130 mètres à vol d’oiseau des pavillons de malades et à 620 mètres en circuit derrière un rideau de grands arbres25 ». Dans un premier temps, seuls les hommes y sont admis ; il faut attendre 1910 pour que le « pavillon N » soit aménagé afin d’y recevoir les femmes atteintes de tuberculose26. Si les malades trouvent enfin un endroit où on peut les accueillir « décemment », avec comme avantage notable la proximité de leur lieu de résidence, ils n’en demeurent pas moins soumis à des obligations. Ils doivent ainsi prendre l’engagement d’y effectuer un séjour de trois mois au minimum et de se soumettre complètement à la discipline du service, chose plus difficile qu’il n’y paraît. La promiscuité imposée couplée au régime patriarcal des médecins peut en effet très vite apparaître comme des contraintes insurmontables. En outre, cure d’air, repos et propreté corporelle montrent bien combien les théories hygiénistes marquent de leur empreinte cette organisation de type autoritaire.

  • 27 Adrien Loir, M. Legangneux, « La lutte antituberculeuse au Havre », Revue d’hygiène et de police sa (...)
  • 28 AMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1918-1919, juillet 1918 : La lutte ant (...)
  • 29 Raoul Brunon, « Essai de cure libre en Normandie », La Normandie médicale, no 15, août 1900, p. 281 (...)

10Malgré les espoirs portés sur cette organisation, le constat s’avère mitigé. Les statistiques recueillies périodiquement montrent en effet que seulement la moitié des patients ont vu leur état de santé s’améliorer. Cette nouvelle est délibérément éludée par les autorités médicales et politiques havraises. Pour elles, l’objectif est atteint avec la mise en place d’une séparation stricte entre cette catégorie de malades et les autres patients de l’hôpital Pasteur. Le schéma organisationnel prend ici plus d’importance que l’aspect thérapeutique, beaucoup plus aléatoire aux yeux de l’administration hospitalière. Il ne faut d’ailleurs pas omettre que la protection des personnes saines est plus salutaire que la guérison des malades, trop indécise, dans l’esprit des médecins de l’hôpital. De plus, à leur décharge, de nombreux malades arrivent régulièrement à l’hôpital dans un état incurable et à cela les pavillons d’isolement ne peuvent offrir aucune réponse thérapeutique. Pourtant, ce sentiment de fatalité n’est pas partagé par tous, notamment au sein du bureau d’hygiène havrais ; certains de ses membres souhaitent clairement que l’hôpital s’investisse davantage et obtienne quelques guérisons de patients. Cette recommandation donne lieu à de nouvelles consultations et comme jadis pour l’exemple allemand des sanatoriums, l’intérêt porté aux malades de l’autre côté de la Manche soulève des interrogations. Une nouvelle délégation se rend à Édimbourg en octobre 1912 afin d’y visiter un hôpital antituberculeux et d’y étudier en détails le traitement préconisé27. Les conclusions de cette visite sont limpides pour les experts : « contrairement à ce qui se passe dans nos hôpitaux français, où nos malades sont continuellement inactifs28 », les constructions hospitalières anglo-saxonnes s’adaptent bien à la situation des malades en leur procurant « un traitement par l’air et des travaux proportionnels à leurs forces29 ». Cette visite n’a toutefois que peu d’échos et l’administration de l’hôpital Pasteur ne bouleverse pas ses prérogatives ; l’isolement des malades reste prioritaire sur tout traitement thérapeutique. Pour autant, ce débat soulève déjà la question épineuse de la réadaptation et de la réinsertion du tuberculeux dans la société. L’isoler semble ainsi de bon sens à l’époque pour atténuer le processus « contagionniste », mais que faire du tuberculeux lorsque son état lui permet de retourner dans la société des « bien portants » ? Cette polémique prendra davantage d’ampleur au lendemain de la première guerre mondiale mais, une nouvelle fois les autorités havraises démontrent, après la fondation du bureau d’hygiène, des pavillons de l’hôpital Pasteur ou du dispensaire Brouardel, qu’elles se soucient de la résolution des problèmes sanitaires et apparaissent, par les débats suggérés ou abordés, comme des précurseurs dans ce domaine.

L’adaptation de la cure sanatoriale à l’hôpital : le concept des aériums selon Raoul Brunon

11L’autre grande agglomération du département de Seine-Inférieure, la ville de Rouen, devient également, en ce début de XXe siècle, un lieu privilégié du foisonnement d’innovations pour le traitement de la tuberculose pulmonaire. Le débat rouennais correspond en réalité en une confrontation entre deux théories diamétralement opposées sur de nombreux aspects (infrastructures, finances investies, soins proposés…), soutenues par deux hommes à forte personnalité, Raoul Brunon et Charles Nicolle. Médecin des hôpitaux dès 1887, puis directeur de l’école de médecine et de pharmacie et fondateur du musée de la médecine, Raoul Brunon s’impose rapidement comme une des notabilités médicales de la cité normande. Fort de son expérience et personnage au tempérament vigoureux, il fonde avec son ami Alfred Cerné la revue La Normandie médicale, trimestriel scientifique relatant les dernières innovations en matière de santé publique. Charles Nicolle, pour sa part, est nommé médecin-adjoint des hôpitaux rouennais en 1894 après avoir effectué plusieurs stages dans les laboratoires de l’Institut Pasteur de Paris. Davantage axé sur le travail de recherche en laboratoire, il devient dès février 1895 chef du laboratoire de bactériologie et de sérothérapie, où ses travaux sur la diphtérie et la typhoïde sont brillamment reconnus pour leur excellence par la communauté scientifique. Conscient de l’importance de la diffusion des savoirs médicaux, il fonde en 1900 avec ses plus proches collègues rouennais et havrais, dont André Halipré, la Revue médicale de Normandie, concurrençant déjà l’œuvre de Brunon. Ces deux scientifiques imposent deux conceptions dans la façon de lutter contre la tuberculose. Toutefois, si les controverses médico-sociales entre les deux hommes vont marquer ce début de siècle, elles vont également s’avérer constructives pour une lutte contre la tuberculose qui peine encore à se dessiner.

  • 30 Ibid.
  • 31 Véronique Faury, La lutte contre la tuberculose à Rouen entre les deux guerres, 1918-1939, mémoire (...)

12Pour Raoul Brunon, le nerf de la guerre c’est l’argent ; les sanatoriums sont peu nombreux car trop onéreux à construire. Il propose donc des solutions acceptables d’un point de vue financier, que ce soit pour la collectivité comme pour les malades. Brunon est un adepte de ce qu’il a appelé lui-même les cures libres, c’est-à-dire un traitement appliqué par le médecin au malade hors de toute infrastructure médicale (hôpital, sanatorium, etc.), mais avec la même discipline et la même surveillance. Pour optimiser le traitement, le malade doit simplement suivre attentivement les exigences de son médecin traitant, s’aérer au maximum, bien s’alimenter et se reposer fréquemment. Cette cure basée sur la confiance mutuelle entre le malade et son médecin donne selon Brunon des résultats assez remarquables. On est en droit d’en douter d’autant qu’il reste très évasif lorsqu’il détaille ses chiffres. Parmi les 50 observations effectuées, il note 14 cas de guérison ou d’amélioration persistante alors que les 36 autres malades ont succombé. Une de ses phrases résonne déjà comme une défaite : « les 36 cas malheureux seront l’objet d’une étude ultérieure30 ». Outre ces quelques résultats inquiétants, on peut aussi émettre de grandes réserves sur l’efficacité de ce procédé. En effet, malgré le prestige qui entoure les médecins à l’époque, il est souvent difficile de contraindre un malade à suivre strictement certains préceptes hygiéniques à l’intérieur d’établissements hospitaliers ; ces difficultés sont décuplées si le malade est libre de ses choix et sans surveillance particulière, malgré toute la persuasion dont peut faire preuve le médecin traitant. Cette approche incertaine ne rencontre pas un grand écho, que ce soit chez les malades ou les médecins, et reste finalement assez marginale. Cette situation pousse donc Brunon à innover par l’instauration de sanatoriums de fortune ; il propose d’adapter à la cure sanatoriale une ferme, de préférence au voisinage d’une ville industrielle, et d’économiser ainsi les sommes investies dans des constructions neuves. Néanmoins, cette proposition ne rencontre pas non plus un grand écho dans l’immédiat, même si elle sera réemployée quelques années plus tard, durant la Grande Guerre, lors de la fondation des stations sanitaires pour faciliter l’hospitalisation des militaires tuberculeux, l’urgence et les moindres coûts justifiant parfaitement cette idée de sanatorium de fortune. Enfin, c’est en 1903 que Raoul Brunon, avec ce qu’il nomme « l’aérium », trouve le concept rivalisant avec le sanatorium et ouvre le débat sur une réelle alternative à ce dernier. Il donne ce nom à un ensemble de galeries sous lesquelles les malades du service d’enfants de l’Hospice général de Rouen suivent la cure d’air. L’idée directrice est de supprimer le séjour à l’intérieur de l’hôpital pendant la journée, les enfants n’y entrant que pour la nuit31. L’aérium représente le point intermédiaire entre les pavillons d’isolement et le sanatorium. Pour Brunon, l’hôpital doit être capable d’accomplir sa mutation en vue d’offrir un traitement adéquat aux tuberculeux. Toutefois, si ce procédé est théoriquement réalisable au sein des grandes structures hospitalières comme à Rouen qui disposent de places suffisantes pour aménager des galeries de cure dans leurs jardins, les autres hôpitaux dits de campagne en sont irrémédiablement exclus.

  • 32 Au début du XXe siècle, quelques dispositions ont bien été prises dans les hôpitaux rouennais, mais (...)

13Même si les méthodes de Brunon restent exclusivement rouennaises, elles n’en représentent pas moins une alternative efficace à l’entassement des malades dans les grands hôpitaux français et symbolisent un modèle d’expérimentation. Il faut bien comprendre qu’au sein des deux hôpitaux rouennais, les chambres individuelles n’existent pas. Les jeunes malades sont donc rassemblés dans de grandes salles de 70 lits. On les isole des autres malades avec plus ou moins d’efficacité pour empêcher la contagion32, mais le service ne dispose d’aucune aération des salles. Voilà ce qu’en dit Raoul Brunon :

  • 33 Raoul Brunon, « Le tuberculeux à l’hôpital », La Normandie médicale, no 2, 15 janvier 1910, p. 38.

Tout un côté de la salle est occupé par les « tousseurs ». Ils sont là blottis sous leur couverture, toussant, crachant, mouillés de sueurs. Tristes, ils suivent de l’œil la visite qui passe et il est douloureux de les passer en revue sans pouvoir leur donner autre chose qu’une pilule ou une potion33.

  • 34 Raoul Brunon, La tuberculose : maladie évitable, maladie curable, Paris, Steinheil, 1913, p. 443.
  • 35 ADSM, 1 NP 127, délibérations CG (1914), déclaration de M. Boucher, « Assistance publique, œuvres a (...)
  • 36 Raoul Brunon, « Le service clinique médicale à l’Hôtel-Dieu de Rouen ; l’aérium », La Normandie méd (...)
  • 37 Yannick Marec, Les hôpitaux de Rouen…, op. cit., p. 82.

14Comme l’avait déjà signalé le docteur Émile Leudet dans son ouvrage paru en 1883, les tuberculeux entrent à l’hôpital à un stade avancé de la maladie et sont de ce fait très contagieux. Le docteur Brunon, bien conscient de cette réalité, appuie les constatations de son collègue et justifie l’aérium : « parmi les tuberculeux indigents reçus à l’hôpital, le plus grand nombre vient pour mourir doucement au repos34 ». La dépense de l’aérium à l’Hospice général atteint 2 000 francs pour deux pavillons de douze lits chacun pour les enfants35 et garantit, selon Brunon, « les mêmes résultats » que le sanatorium36. De nombreux philanthropes rouennais, convaincus par les méthodes de Brunon, lui apportent leur soutien. C’est le cas de M. Duval, président de la société de bienfaisance et de secours aux convalescents indigents des Hospices civils de Rouen, qui, lors de l’assemblée générale de l’association, déclare : « Je souhaite qu’il se rencontre dans nos hospices un médecin assez convaincu pour y soumettre à la cure d’air dans les jardins de nos établissements, nos tuberculeux guérissables, une simple véranda ouverte au midi, quelques chaises longues suffiraient pour cela37. » Consciente des soutiens et de la réussite sur le plan comptable des dix premières années de l’aérium, la commission administrative décide la construction d’un second aérium dans l’autre hôpital rouennais, l’Hôtel-Dieu, en 1913, en tous points semblables à celui de l’Hospice général, à l’exception faite qu’il se destine exclusivement à la gente féminine. À l’instar des pavillons de l’hôpital Pasteur, cet aménagement hospitalier est davantage un apport organisationnel et préventif que thérapeutique. Le docteur Brunon récuse bien sûr ce discours et gratifie régulièrement le public d’articles dans La Normandie médicale faisant état de statistiques enthousiasmantes. La constante la plus fréquemment citée est celle du gain de poids des enfants en cure, avec tableaux récapitulatifs à l’appui. On peut évidemment émettre une réserve sur cette statistique en particulier : pour des enfants âgés de 8 et 16 ans, il paraît difficile de mettre le gain de poids essentiellement au bénéfice de l’aérium puisque, en pleine croissance, ceux-ci sont à même de gagner du poids à partir du moment où on leur distribue une alimentation saine dans le cadre de l’hôpital. L’apport thérapeutique de l’aérium reste donc difficilement quantifiable.

15Même si les techniques proposées par Raoul Brunon restent isolées car difficiles à mettre en place à grande échelle, il se pose tout de même comme l’un des principaux initiateurs de la lutte contre la tuberculose en Seine-Inférieure. Avec peu de moyens, il a suscité quelques projets d’une efficacité relative, non pas pour guérir totalement les tuberculeux mais tout au moins pour séparer physiquement ceux-ci des autres malades hospitalisés, permettant ainsi à l’hôpital d’acquérir des normes hygiéniques plus favorables. En outre, face une institution hospitalière qui se présente comme l’ultime recours pour prodiguer des soins, Brunon a su démontrer que sa modernisation était inéluctable à Rouen comme ailleurs.

Regrouper, isoler et éduquer les malades : le choix du sanatorium

L’émergence des sanatoriums pour les tuberculeux curables

16L’hôpital, lieu de soins pour les malades de tous types ne peut pas et surtout ne peut plus répondre seul à l’afflux des tuberculeux à la fin du XIXe siècle. La poussée démographique a eu raison des locaux et de la qualité dans l’accueil des patients des principaux hôpitaux de la région normande. Les bonnes volontés issues des travaux des docteurs Frottier au Havre et Brunon à Rouen sont à souligner et ont certainement permis à l’hôpital d’accomplir une évolution nécessaire à son développement. Néanmoins, le manque de places, la vétusté apparente des locaux, les constructions bâclées et la cohabitation récurrente de diverses pathologies ont mis à mal la politique visant à garder tous les malades à l’hôpital. La question est posée : comment hospitaliser les tuberculeux dans des conditions décentes en dehors de l’hôpital et de tous les avantages que cela comporte (établissement de grande capacité, proximité du domicile, qualité et quantité du personnel, etc.) ?

  • 38 Les théories et travaux de Brehmer sur sa conception du sanatorium sont détaillés dans un petit ouv (...)
  • 39 Revue générale des sciences pures et appliquées, t. 14, 15 mai 1903, p. 478.
  • 40 Greta Jones, “Captain of all these Men of Death”. The History of Tuberculosis in Nineteenth and Twe (...)

17La solution requise c’est le sanatorium. La distinction par rapport aux cliniques privées, asiles, hôpitaux, maisons de repos et autres institutions destinées aux soins des malades n’est peut-être pas claire à notre regard actuel mais, comme l’ont montré plusieurs études, il se caractérise ordinairement par la promotion active d’un lien culturel spécifique avec la nature, dotée de facultés curatives propres comme le grand air, la verdure et l’environnement paisible. Deux attributs fondamentaux définissent cet établissement. Il regroupe les malades atteints par la tuberculose et les isole du reste de la population. Partant de ces principes, le sanatorium apparaît à l’époque comme une institution sanitaire totalement moderne à l’encontre de l’hôpital, considéré pour sa part comme vétuste et dépassé dans le traitement de la tuberculose. Endroit mystérieux, morbide et sombre pour certains, source d’espoir, de guérison et de convivialité pour d’autres, le sanatorium a autant divisé que passionné. Le mot « sanatorium » qui provient du latin sanare, c’est-à-dire guérir, désigne, en France, les établissements spécialement destinés au traitement des formes curables ou améliorables de la tuberculose. Le premier sanatorium fut fondé à Goerbersdorf, en Silésie, par le docteur Brehmer38, en 1854, à 630 mètres d’altitude, dans un cadre de montagnes boisées. Brehmer affirmait les vertus d’une cure d’air pur tout en proposant à ses malades de lentes promenades dans le parc associé à son établissement. Modèle allemand, le sanatorium est à même d’attirer l’attention en France après la défaite de 1870 ; de plus, le dynamisme de la société allemande dans le domaine de la santé ne passe pas non plus inaperçu. En 1902, l’Allemagne compte déjà 72 sanatoriums pour une capacité d’hospitalisation de 30 000 tuberculeux39. La plupart ont été construits dans la dernière partie du XIXe siècle, entre 1892 et 190340. L’accélération du mouvement pouvant paraître aux yeux des Français un gage d’efficacité, quelques médecins, dénonçant l’impuissance des hôpitaux à résoudre le problème de la tuberculose, décident d’importer le modèle allemand en France. Même si les autorités médicales françaises sont plutôt réservées dans leur ensemble sur la capacité du sanatorium à endiguer l’endémie, les débats jaillissent au sein des congrès nationaux de la tuberculose dès la fin du XIXe siècle.

  • 41 Jean-Bernard Cremnitzer, Architecture et santé le temps du sanatorium en France et en Europe, Paris (...)
  • 42 On peut citer : le Dr Paul Spillman, fondateur du sanatorium de Lay-Saint-Christophe en Meurtheet-M (...)
  • 43 André Turin, L’aménagement des établissements publics : application aux sanatoriums et hôpitaux, Pa (...)

18En France, les premiers sanatoriums sont fondés au début du XXe siècle (Mangini, Angicourt, Bligny). Ils apparaissent très vite comme une alternative hygiéniste efficace à l’insalubrité générale régnant au sein des villes françaises41. On pense que le sanatorium favorisera l’isolement de la population tuberculeuse incommodante des quartiers ouvriers. Pour mettre en pratique cette conception mêlant hygiénisme et lutte des classes, de nombreux philanthropes se mobilisent et génèrent une première politique antituberculeuse42. Associés à quelques médecins et autres hygiénistes, ils font de la question sanitaire de la tuberculose une question également sociale. Les hygiénistes, à l’origine de cette nouvelle orientation, délèguent une partie du combat aux architectes43. Pour autant, ces premiers aménagements français sont encore loin d’égaler le modèle allemand ; il faut dire que celui-ci est grandement favorisé par l’implication de l’État central dans les constructions d’après une loi de 1889 sur l’assurance maladie. Nouveaux établissements, nouvelles orientations et nouveaux corps à l’origine du combat marquent en profondeur cette période d’avant-guerre où les incertitudes et les expérimentations s’entremêlent.

Le sanatorium de Charles Nicolle opposé à l’aérium de Raoul Brunon

  • 44 « Œuvre du sanatorium rouennais, rapport de M. le Dr Cotoni », La Revue médicale de Normandie, no 1 (...)
  • 45 ADSM, 1 XP 1479, sanatorium d’Oissel, pochette « Projet d’agrandissement » : Œuvre du sanatorium ro (...)
  • 46 Albert Giraud, La lutte contre la tuberculose, le sanatorium de la forêt du Rouvray, 1909.
  • 47 Charles Nicolle, « Œuvre du sanatorium rouennais », La Normandie médicale, no 14, juillet 1900, p.  (...)
  • 48 AIP, fonds Charles Nicolle, NIC 3 : correspondance familiale (suite) ; correspondance scientifique. (...)
  • 49 ADSM, 1 XP 1479, sanatorium d’Oissel, Œuvre du sanatorium rouennais, notice de 1906.

19Comme Raoul Brunon, Charles Nicolle est atterré par la situation catastrophique dans laquelle se trouvent les hôpitaux rouennais, mais, plutôt que de préconiser une séparation temporaire des malades durant la journée, il recommande une séparation draconienne, en envoyant les tuberculeux dans des établissements spécialement conçus à cet effet où ils pourront suivre une cure sans contraintes pour la vie hospitalière. Bien décidé à concurrencer son collègue rouennais, il voit le sanatorium comme une solution particulièrement bien adaptée. Il reprend à ce titre la proposition du professeur Landouzy émise lors du Congrès national de la tuberculose de 1893 : « Autant de sanatoriums ouverts demain, […] autant d’hôpitaux fermés dans un avenir lointain44. » En 1899 naît à Rouen une association qui prend le nom explicite d’Œuvre du sanatorium rouennais45 et qui regroupe toutes les bonnes volontés départementales. Cette œuvre rejoint diverses actions philanthropiques de lutte contre les fléaux sociaux créées au XIXe siècle, comme l’Association rouennaise pour la préservation de la tuberculose à domicile, l’Œuvre rouennaise des enfants à la mer, l’Association rouennaise des jardins ouvriers, la Ligue rouennaise antialcoolique ou la Jeunesse rouennaise antialcoolique46. Charles Nicolle, à l’origine du projet, organise des demandes de souscription. Il n’hésite pas à user de stratagèmes plus ou moins louables pour attirer tous les philanthropes prêts à l’aider dans sa quête. Il précise notamment qu’une plaque de marbre, placée dans le vestibule d’entrée du sanatorium, portera gravés les noms des fondateurs qui feront à l’œuvre un don égal ou supérieur à 5 000 francs47. Si l’aura de Raoul Brunon ne dépasse guère les limites régionales, la renommée de Charles Nicolle les surpasse très largement. En témoigne sa correspondance scientifique abondante avec Albert Calmette, l’instigateur du dispensaire et du BCG, et accessoirement grand défenseur de l’idée du sanatorium48. Tous ces soutiens de notables français aboutissent à une collecte particulièrement riche. L’Œuvre du sanatorium rouennais se donne pour but « de secourir les personnes atteintes de tuberculose, à une période où la curabilité est encore possible et qui ne peuvent pas se rendre dans un sanatorium éloigné49 », ce qui délimite les contours du futur établissement. Charles Nicolle considère que seuls les malades curables doivent être internés, excluant automatiquement les malades déjà condamnés. Pourtant, il est à remarquer qu’à cette époque, aucun dispensaire ne dessert la région rouennaise, ce qui rend le diagnostic aléatoire. Celui-ci est toujours réalisé par les médecins libéraux pas très au fait des symptômes de la tuberculose et de son degré de gravité. Ainsi, on peut déjà émettre des réserves sur la clientèle du sanatorium : comment les médecins peuvent-ils effectuer un tri efficace entre les malades dits curables et ceux qui sont dits incurables sans moyens de diagnostic réellement fiables ? Souvent les antécédents médicaux sont disséqués et les patients « les plus sains » dans leur jeunesse internés, même si cette pratique ne soulève aucune garantie sur le degré de gravité de leur tuberculose.

  • 50 « Œuvre du sanatorium rouennais », La Revue médicale de Normandie, no 9, 10 mai 1906, p. 164.
  • 51 André Halipré, « Œuvre du sanatorium rouennais, rapport du Comité d’initiative », assemblée général (...)
  • 52 ADSM, 1 XP 1479, sanatorium d’Oissel, pochette « projet d’agrandissement ». Œuvre du sanatorium rou (...)

20Au début de l’année 1904, des plans définitifs sont établis. Après prospection de la région, l’association se dirige vers les zones boisées situées au sud de Rouen, plus propices à l’installation d’un sanatorium. Le choix se stabilise sur une propriété à Oissel, limitée par la forêt domaniale du Rouvray. Celle-ci se trouve dans la partie est de la ville, à distance respectable des premières habitations, mais desservie par une voie principale qui place la gare et le centre-ville à quelques minutes50, caractéristique essentielle pour faciliter le transport des malades, l’approvisionnement et le ravitaillement en denrées alimentaires51. Malgré la modestie de ce premier bâtiment qui ne compte qu’une dizaine de lits, l’association exprime déjà des perspectives d’extension : « le terrain choisi se prête à des aménagements futurs avec le projet d’une addition ultérieure de deux ailes à droite et à gauche et aussi l’adjonction d’un pavillon au rez-de-chaussée en arrière vers le nord52. » Cette volonté est révélatrice des attentes qui se fondent sur le sanatorium, à savoir s’il sera capable d’enrayer la progression de la tuberculose. C’est à cette époque aussi que Charles Nicolle décide de s’effacer de la gestion du sanatorium et en confie les rênes à ses deux grands amis, André Halipré, président de l’Œuvre du sanatorium rouennais, et le docteur Cotoni, praticien à Oissel depuis 1881 et promu directeur du sanatorium. En effet, lassé des tensions récurrentes avec la commission administrative des hôpitaux de Rouen et notamment avec son plus fervent adversaire, Raoul Brunon, il prend la direction de l’Institut Pasteur de Tunis dès 1904, qu’il dirigera jusqu’à sa mort en 1936. Il ne sait pas encore que son œuvre se perpétuera pendant les soixante prochaines années.

Tableau 4. Mouvement des malades au sanatorium d’Oissel avant-guerre*

Années

Nombre de malades entrés

Nombre de malades sortis

Nombre de lits

1905-1906

22

22

14

1907

23

23

14

1908

36

26

30

1909

36

33

30

1910

59

57

30

1911

59

53

30

1912

60

59

30

1913

88

64

50

*Source : Informations fournies par les rapports annuels du Dr Cotoni, directeur du sanatorium, publiés dans La Revue médicale de Normandie entre 1905 et 1914.

  • 53 « Œuvre du sanatorium rouennais, assemblée générale du 2 mars 1906 », La Revue médicale de Normandi (...)

21À l’aube de la première guerre mondiale et au fil des aménagements, le sanatorium possède une cinquantaine de lits. Entre 1905, date de sa mise en service, et 1913, 88 femmes y ont été hospitalisées, rouennaises pour la plupart et admises sur leur demande. Seulement 12 malades ont été envoyées par les médecins rouennais et 12 autres par les hospices rouennais. Cette statistique impose déjà quelques constats sur la lutte contre la tuberculose telle qu’elle était menée dans le département avant la guerre. Tout d’abord, si plus de 50 % des personnes viennent spontanément suivre une cure au sanatorium, c’est que les médecins libéraux n’ont pas le réflexe d’envoyer leurs patients vers ce nouveau moyen environnemental. La collaboration du corps médical nécessaire pour assurer la pérennité de l’établissement est ici toute relative. D’ailleurs, ces résistances ont des conséquences fâcheuses, comme le signale le ministre des Finances et membre du Conseil d’administration, M. Vial. Ce dernier regrette le manque d’entrées d’argent qui freine selon lui l’expansion du sanatorium53. La provenance des malades est également réduite, puisque seulement deux malades ne sont pas originaires de Rouen ou de ses alentours (Oissel, Sotteville-lès-Rouen, Darnétal…). Le recrutement est exclusivement local et le dispensaire Brouardel du Havre ne peut y placer ses malades. Enfin, seules les femmes sont autorisées à suivre une cure à Oissel, les hommes étant proscrits alors que les premières statistiques de l’inspection départementale d’hygiène montrent que la population masculine est davantage touchée par le bacille. Comment, dès lors, affirmer que ce sanatorium a une incidence quelconque sur l’endémie tuberculeuse dans le département de Seine-Inférieure ? Plus sanatorium rouennais que sanatorium départemental, le sanatorium d’Oissel, avant la guerre, a plus une valeur symbolique qu’une valeur thérapeutique, ne représentant qu’une goutte d’eau dans l’immense endémie tuberculeuse que connaît le département avec encore plus de 2 500 décès par tuberculose en 1913, soit 14 % des décès totaux enregistrés.

  • 54 ADSM, 1 NP 129, délibération CG (1915), « Assistance publique, assistance aux militaires tuberculeu (...)
  • 55 Ibid.
  • 56 Raoul Brunon, « De l’assistance que doit une ville aux tuberculeux », supplément de La Normandie mé (...)

22Malgré ces désagréments, le Dr Cotoni, défenseur invétéré de l’établissement, affirme que 40 % des malades en sont sortis guéris54. Pour arriver à ce pourcentage, le médecin-directeur fournit quelques explications. Voilà ce qu’il déclare : « 29 malades sont sorties guéries apparemment et avec toutes les chances de guérison, 14 ont grandement amélioré leur état pulmonaire et peuvent espérer la guérison après un traitement prolongé et 21 ont amélioré momentanément au moins un état grave et ont appris à ne pas contaminer leur entourage55. » Ces maigres constatations ne prouvent pas que le sanatorium ait une incidence sur l’état de santé des patients. Les termes utilisés sont très fragiles et dégagent un manque d’assurance. L’état de la plupart des malades s’est certes amélioré, mais le docteur n’est pas sans savoir que la tuberculose est une pathologie à poussées évolutives. Ces premiers éléments statistiques ne peuvent donc que desservir l’utilité du sanatorium comme le signale Brunon : « Il faut abandonner l’illusion que la cure sanatoriale peut avoir une influence sur la prophylaxie de la tuberculose. Un pays, serait-il couvert de sanatoriums, ne verra point la tuberculose reculer d’un pas56. » Cependant le Dr Cotoni persiste dans son raisonnement et, peut-être visionnaire, pense que l’œuvre de Charles Nicolle doit en appeler d’autres :

  • 57 ADSM, 1 XP 1479, sanatorium d’Oissel, Œuvre du sanatorium rouennais, assemblée générale du 18 décem (...)

La campagne menée en France contre les sanatoriums touche à sa fin ; ce n’est pas une raison suffisante pour s’endormir ; il faut continuer le bon combat jusqu’à ce que l’idée du sanatorium et son utilité pénètre les masses […] Je me garderai de défendre l’œuvre du sanatorium rouennais, elle se défend toute seule avec ses malades et ses résultats ; c’est la première réponse à ceux qui considèrent encore le sanatorium comme un luxe coûteux ; les centaines de sanatoriums, répandus sur la surface du globe, sont la seconde réponse aux critiques persistantes. Le sanatorium doit être l’aboutissant pratique de toutes les sociétés qui s’occupent de l’hygiène […] Développer le sanatorium en lui donnant les plus larges moyens de servir la cause des pauvres tuberculeux abandonnés à eux-mêmes, voilà le moyen57.

De l’hospitalisation du malade à l’isolement du tuberculeux

23Les efforts consentis par les médecins et les élus dès le début du XXe siècle pour isoler la population tuberculeuse paraissent prometteurs car diversifiés. Même si l’isolement reste souvent imparfait et la guérison des malades aléatoire, les propositions ont afflué et tous les concepts développés, pavillons d’isolement, aériums comme sanatoriums, ont trouvé leur place et suscité une réflexion nouvelle sur le malade et sa maladie. Pour autant, les médecins en l’absence de moyens thérapeutiques et conscients du phénomène de contagion comprennent que l’isolement doit devenir une des bases de la lutte contre la tuberculose. Dans cette perspective, l’idée de transférer le malade dans une structure propre en dehors de l’hôpital fait son chemin et gagne progressivement en popularité. Alors que la première guerre mondiale stoppe quelque peu le processus d’aménagement, les nombreux blessés du front vont alimenter en masse ces nouvelles infrastructures et devenir, en quelque sorte, des « expérimentateurs ».

Notes

1 Philippe Adam, Claudine Herzlich, Sociologie de la maladie et de la médecine, Paris, Nathan, 1994, p. 35.

2 Lucie Paquy, « Naissance et développement…, op. cit.

3 Françoise Hildesheimer, Fléaux et société : de la Grande Peste au choléra. XIVe-XIXe siècle, Paris, Hachette, 1993, p. 45 ; Anne Pétillot, Patrimoine hospitalier, Paris, Scala : Fédération hospitalière de France, 2004.

4 Jean de Kervasdoué, L’hôpital, Paris, PUF, 2004, p. 44.

5 Yannick Marec, « Le dispensaire contre l’hôpital ? L’application des idées du docteur Gibert en Normandie à la fin du XIXe siècle », dans Yannick Marec (dir.), Accueillir ou soigner ? L’hôpital et ses alternatives du Moyen Âge à nos jours, Rouen, PURH, 2008, p. 353-365.

6 ADSM, 5 M 136, Rapports des médecins des épidémies du département de la Seine-Inférieure en 1892, Rouen, 1893.

7 Françoise Hildesheimer, Fléaux et société…, op. cit., p. 73.

8 Christian Maillard, Histoire de l’hôpital de 1940 à nos jours : comment la santé est devenue une affaire d’État ?, Paris, Dunod, 1986, p. 25.

9 Émile Leudet, Étude sur la mortalité nosocomiale par tuberculose pulmonaire, faite à l’Hôtel-Dieu de Rouen, Rouen, E. Cagniard, 1883.

10 Dr Armaingaud, Isolement obligatoire des tuberculeux dans les hôpitaux, Commission permanente pour la préservation de la tuberculose, au ministère de l’intérieur, 1904.

11 Alain Corbin, Le miasme et la jonquille, Paris, Flammarion, 1986, p. 169.

12 Blandine Barret-Kriegel, « L’hôpital comme équipement », dans Michel Foucault, Blandine Barret-Kriegel, Anne Thalamy, Les machines à guérir. Aux origines de l’hôpital moderne, Paris, Institut de l’Environnement, 1976, p. 32.

13 Jean de Kervasdoué, L’hôpital, op. cit., p. 36.

14 Georges Brouardel, Ernest Mosny (dir.), Traité d’hygiène, Paris, J.-B. Baillière et fils, 8 vol. , 1907.

15 Ernest Mosny, « Hospitalisation des tuberculeux », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, Paris, série 4, no 2, 1904, p. 33.

16 AMH, M 3, C 2, L 6 ; dispensaire antituberculeux Brouardel, la tuberculose au Havre à la fin du XIXe siècle.

17 Olivier Hutet, « L’hôpital Pasteur : un hôpital pilote au Havre à la fin du XIXe siècle », Mémoires de la protection sociale en Normandie, no 5, décembre 2006, p. 157.

18 Ibid, p. 165.

19 Dr Frottier, « Traitement des tuberculeux par la cure d’air à l’Hôpital Pasteur du Havre », La Revue médicale de Normandie, no 15, 10 août 1901, p. 308-311.

20 BMH, Hospitalisation des tuberculeux, Le Havre, 1898, p. 25.

21 Déclaration du Dr Letulle, directeur du service d’isolement pour tuberculeux de l’hôpital Boucicaut de Paris, au Congrès de la tuberculose en 1898.

22 AMH, Relevé d’articles proposé par Jacques Monot et intitulé : La tuberculose en Seine-Maritime. L’évolution historique et régionale de cette pathologie endémique.

23 BMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1916-1917, juin 1916 : les œuvres de la Ligue havraise contre la tuberculose.

24 Dr Frottier, « Traitement des tuberculeux… », art. cité, p. 308-311.

25 O. du Mesnil, « Le nouvel hôpital du Havre », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, no 14, 1885, p. 55-63.

26 AMH, délibérations du Conseil municipal du Havre, séance du 1er juin 1910. L’aménagement de ce pavillon atteint la somme de 103 391,96 francs.

27 Adrien Loir, M. Legangneux, « La lutte antituberculeuse au Havre », Revue d’hygiène et de police sanitaire, no 39, 1917, p. 820-825 : « À Édimbourg par exemple, dans un parc en pleine campagne, sont installés autour d’une immense pelouse de petits abris vitrés pouvant contenir deux lits bout à bout […] C’est là que les tuberculeux dorment la nuit et s’étendent le jour pendant les heures de repos, car dans les hôpitaux on ne rencontre pas de malades inoccupés. Dès qu’il le peut, le malade est obligé de travailler à faire des chemins, à les nettoyer, à mettre du gravier dans les allées, cultiver la terre, jardiner. Chaque malade porte à sa boutonnière un jeton dont la couleur varie suivant l’état du malade. Ce jeton indique, par là même, la somme de travail que peut fournir l’individu. L’installation de tels hôpitaux dans les environs du Havre serait peu coûteuse […] »

28 AMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1918-1919, juillet 1918 : La lutte antituberculeuse à Edimbourg.

29 Raoul Brunon, « Essai de cure libre en Normandie », La Normandie médicale, no 15, août 1900, p. 281-286.

30 Ibid.

31 Véronique Faury, La lutte contre la tuberculose à Rouen entre les deux guerres, 1918-1939, mémoire de maîtrise, université de Rouen, 1999, p. 118.

32 Au début du XXe siècle, quelques dispositions ont bien été prises dans les hôpitaux rouennais, mais leur efficacité paraît douteuse. Un « service spécial est constitué en vue de l’isolement des malades atteints de tuberculose ouverte ; 69 lits répartis dans les salles XI, XII et XIII de la division médicale B et 10 lits de la division chirurgicale A sont réservés aux hommes de l’Hôtel-Dieu et 35 lits sont réservés aux femmes dans le même hôpital. En outre, 28 lits répartis dans deux salles seront affectés aux malades atteints de la tuberculose à l’Hospice général » (Yannick Marec, Les hôpitaux de Rouen…, op. cit., p. 81).

33 Raoul Brunon, « Le tuberculeux à l’hôpital », La Normandie médicale, no 2, 15 janvier 1910, p. 38.

34 Raoul Brunon, La tuberculose : maladie évitable, maladie curable, Paris, Steinheil, 1913, p. 443.

35 ADSM, 1 NP 127, délibérations CG (1914), déclaration de M. Boucher, « Assistance publique, œuvres antituberculeuses », séance du 22 mai 1914.

36 Raoul Brunon, « Le service clinique médicale à l’Hôtel-Dieu de Rouen ; l’aérium », La Normandie médicale, no 8, 15 avril 1914, p. 165-175.

37 Yannick Marec, Les hôpitaux de Rouen…, op. cit., p. 82.

38 Les théories et travaux de Brehmer sur sa conception du sanatorium sont détaillés dans un petit ouvrage ancien: Sigard Adolphus Knopf, Hermann Brehmer, and the semi-centennial celebration of Brehmer’s sanatorium for the treatment of consumptives, the first institution of its kind (July 2, 1854-July 2, 1904), New York, A. R. Eliott, 1904.

39 Revue générale des sciences pures et appliquées, t. 14, 15 mai 1903, p. 478.

40 Greta Jones, “Captain of all these Men of Death”. The History of Tuberculosis in Nineteenth and Twentieth Century Ireland, Dublin, Rodopi, 2001, p. 159.

41 Jean-Bernard Cremnitzer, Architecture et santé le temps du sanatorium en France et en Europe, Paris, Picard, 2005, p. 9.

42 On peut citer : le Dr Paul Spillman, fondateur du sanatorium de Lay-Saint-Christophe en Meurtheet-Moselle (Fabien Pageot, La lutte contre la tuberculose. Un exemple d’initiative philanthropique en Lorraine : le sanatorium de Lay-Saint-Christophe à l’aube du XXe siècle, thèse de doctorat, université de Nancy-I, 2007), le Dr Frédéric Dumarest, à l’origine de la fondation du sanatorium Félix-Mangini à Hauteville en 1900, le Dr Nicaise à l’origine de la fondation du sanatorium d’Angicourt en 1899, etc.

43 André Turin, L’aménagement des établissements publics : application aux sanatoriums et hôpitaux, Paris, H. Dunod et E. Pinat, 1906, p. 12.

44 « Œuvre du sanatorium rouennais, rapport de M. le Dr Cotoni », La Revue médicale de Normandie, no 1, 10 janvier 1909, p. 1-7.

45 ADSM, 1 XP 1479, sanatorium d’Oissel, pochette « Projet d’agrandissement » : Œuvre du sanatorium rouennais, exposé et description du sanatorium d’Oissel.

46 Albert Giraud, La lutte contre la tuberculose, le sanatorium de la forêt du Rouvray, 1909.

47 Charles Nicolle, « Œuvre du sanatorium rouennais », La Normandie médicale, no 14, juillet 1900, p. 278-280.

48 AIP, fonds Charles Nicolle, NIC 3 : correspondance familiale (suite) ; correspondance scientifique. On y trouve notamment : 73 lettres d’Albert Calmette, 92 d’Étienne Burnet, 129 de Laurent Leredde, etc.

49 ADSM, 1 XP 1479, sanatorium d’Oissel, Œuvre du sanatorium rouennais, notice de 1906.

50 « Œuvre du sanatorium rouennais », La Revue médicale de Normandie, no 9, 10 mai 1906, p. 164.

51 André Halipré, « Œuvre du sanatorium rouennais, rapport du Comité d’initiative », assemblée générale du 29 mars 1901, La Revue médicale de Normandie, no 8, 25 avril 1901, p. 163-167.

52 ADSM, 1 XP 1479, sanatorium d’Oissel, pochette « projet d’agrandissement ». Œuvre du sanatorium rouennais, exposé et description du sanatorium d’Oissel.

53 « Œuvre du sanatorium rouennais, assemblée générale du 2 mars 1906 », La Revue médicale de Normandie, no 7, 10 avril 1906, p. 118-122.

54 ADSM, 1 NP 129, délibération CG (1915), « Assistance publique, assistance aux militaires tuberculeux », séance du 17 mai 1915 : circulaire du ministre de l’Intérieur adressée au préfet de Seine-Inférieure datée du 11 avril 1915 relative à l’assistance aux tuberculeux, rapport du sanatorium d’Oissel pour l’exercice 1912-1913.

55 Ibid.

56 Raoul Brunon, « De l’assistance que doit une ville aux tuberculeux », supplément de La Normandie médicale, no 12 bis, 15 décembre 1922, p. 133.

57 ADSM, 1 XP 1479, sanatorium d’Oissel, Œuvre du sanatorium rouennais, assemblée générale du 18 décembre 1907, rapport du Dr Cotoni, médecin directeur.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search