Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vaincre la tuberculose (1879-1939)

 | 
Stéphane Henry

Première partie. La pathologie aux « 150 000 morts » (1879-1916)

Chapitre 1. De la phtisie, « maladie romantique », à la tuberculose, « maladie sociale »

Texte intégral

Les atermoiements d’une lutte contre la tuberculose mal définie

De l’hérédité à la contagion

  • 1 Philippe Ariès, L’homme devant la mort, Paris, Seuil, 1977, p. 121-141.

1Dans la première partie du XIXe siècle, la tuberculose, encore appelée phtisie, a deux caractéristiques principales : elle est héréditaire et romantique à souhait. L’hérédité envisagée provient du fait que de nombreux enfants sont porteurs de la maladie de leurs parents. Quant à l’image de « maladie romantique », la phtisie la puise dans sa forme ; en effet, la personne malade ne se retrouve pas physiquement enlaidie, contrairement aux syphilitiques ou aux cholériques par exemple. Les écrivains de l’époque, comme Alexandre Dumas, Chateaubriand ou Victor Hugo, ont même su déceler dans ses aspects une forme de beauté caractérisée par la pâleur et l’extrême maigreur du malade ; selon eux, les gestes du tuberculeux, traduisant sa faiblesse, offrent une certaine grâce. La littérature génère donc une image fausse de la maladie, exhibant une activité émotionnelle accrue chez les êtres atteints, eux-mêmes consumés graduellement par la passion. Ne décrit-on pas d’ailleurs la « consomption » comme faisant partie de l’essence créatrice de l’artiste tourmenté1 ? Dès le milieu du XIXe siècle, les représentations élaborées jusqu’alors évoluent ; cela se traduit par un renforcement des débats autour de la question de la transmission de la tuberculose au sein des revues scientifiques.

  • 2 Jean-Antoine Villemin, Études sur la tuberculose, Paris, 1868.
  • 3 Claude-Paul-Daniel Jeanjean, Jean-Antoine Villemin 1827-1892 : sa place capitale dans la connaissa (...)
  • 4 Pierre Guillaume, « Le débat contagion-hérédité depuis le XIXe siècle », Sociologie Santé, no 22, (...)

2Si la découverte de l’art de l’auscultation en 1819 par Laënnec se révèle indispensable car par cet instrument il devient possible de décrire les lésions dues à la maladie, c’est un médecin militaire, Jean-Antoine Villemin, qui est à l’origine d’une avancée considérable pour la recherche fondamentale, lorsqu’en 1865 il expose à l’Académie de médecine le résultat d’expériences menées chez le lapin2. Ses premières conclusions aboutissent au caractère transmissible de la maladie. Continuateur de l’œuvre de Laënnec et précurseur des découvertes de Koch, il a l’intelligence de découvrir puis de démontrer expérimentalement la virulence, l’unicité, la spécificité et la contagiosité de la tuberculose3. Ses découvertes restent néanmoins marginalisées par rapport aux tenants de l’hérédité encore majoritaires dans les années 1860, comme en témoigne l’historiographie d’époque4. Proscrire les mariages entre tuberculeux ou si l’un des deux conjoints est tuberculeux, ou limiter le nombre d’enfants des tuberculeux sont autant de mesures préconisées pour stopper la progression de la maladie, comme le signale ici Louis Perroud, membre de l’Académie de médecine :

  • 5 Louis Perroud (membre de l’Académie de médecine), De la tuberculose, ou, de la phtisie pulmonaire (...)

On regardera donc comme funeste l’union de deux personnes atteintes de tuberculose générale, alors même que cet état morbide ne leur viendrait pas de leurs ascendants. Si l’on doit proscrire le mariage entre deux tuberculeux, peut-on le permettre entre un conjoint tuberculeux, l’autre étant sain ? Non, répondent encore les pathologistes, et nous refusons de souscrire à une pareille union […] Nous savons qu’il y a danger pour le produit de la conception à unir un tuberculeux à un autre individu, même d’une santé irréprochable5.

  • 6 Francis Galton, « Hereditary talent and character », Macmillan’s Magazine, no 12, 1865, p. 115-166 (...)

3C’est aussi à cette époque que Galton, cousin de Darwin, publie ses premiers travaux qui préfigurent son attachement à l’eugénique6. Sa vision consiste à améliorer la race humaine à travers un programme d’actions scientifiques basé sur les lois de l’hérédité, auquel viennent s’ajouter des propositions d’ordre politique destinées à modifier cette race. Ces dernières, dont les caractéristiques principales visent à favoriser le développement des classes « méritantes » et à freiner celui des classes inaptes physiquement ou mentalement, vont tout d’abord se répandre dans la société anglaise puis en Europe. En France, pour engendrer une baisse des populations tuberculeuses, jugées inaptes physiquement, des médecins énoncent depuis le début du XIXe siècle des théories semblables à celle de Galton à travers la formulation de principes scrupuleux que les législateurs devraient suivre comme l’interdiction de s’acquitter d’une descendance pour les tuberculeux. En voici un exemple :

  • 7 Henri Lebeau et James Clark, Traité de la consomption pulmonaire, comprenant des recherches sur le (...)

Les membres de familles prédisposées aux affections tuberculeuses doivent au moins tâcher d’éviter de se marier avec des personnes entachées de la même prédisposition […] Mais les personnes qui sont sous l’influence de maladies organiques, spécialement de la consomption, devraient réfléchir avant de contracter un lien qui ne peut que propager les maladies et répandre l’infortune sur leurs descendants. L’étendue des malheurs qui résultent de ces sortes de mariages ne peut être appréciée que des médecins ; ils doivent en conséquence comprendre la justesse de ces remarques tout en reconnaissant la difficulté de faire adopter au public la nécessité de se soumettre à ces indispensables restrictions7.

  • 8 F. de Ranse, « Suite de la discussion sur la tuberculose », Gazette médicale de Paris, no 10, 7 ma (...)

4À la fin de l’année 1867, une discussion animée sur la phtisie débute à l’assemblée à la suite des expériences de Villemin. Celle-ci, assimilée à « un tournoi où les nouveaux académiciens viennent tour à tour s’essayer à la tribune académique8 », se termine en août 1868. Les conclusions des débats sont sans équivoque avec comme point d’orgue, un mémoire de Villemin démonté hypothèses après hypothèses ; Hermann Pidoux résume les principales objections faites par l’assemblée à l’égard de sa théorie dans un discours prononcé à l’Académie de médecine en 1868 :

  • 9 Journal de médecine de Lyon, vol. 9, 1868, p. 34.

M. Pidoux la nie [la contagion de la tuberculose], ou plutôt n’en a jamais vu un cas bien certain, et certes il n’est pas le seul. Et d’autre part, ceux qui admettent la contagion, la croient possible seulement à la troisième période, tout au plus à la deuxième période de la tuberculose ; or, l’expérimentation établit, au contraire, que la granulation est surtout inoculable, puis l’inoculation décroît à mesure que l’on s’éloigne du début. Ainsi, même en admettant la contagion de la tuberculose, l’on est encore bien éloigné de la théorie de M. Villemin9.

  • 10 Hermann Pidoux, Études sur la phtisie, Paris, Asselin, 1873.
  • 11 Bulletin général de la thérapeutique, Paris, 1867, vol. 72, p. 367.
  • 12 Fernand Bezançon et al., « Maladies de l’appareil respiratoire », dans Précis de pathologie médica (...)
  • 13 Patrick Berche, Une histoire de microbes, Montrouge, John Libbey Eurotext, 2007, p. 70.

5Il termine son intervention en qualifiant sa théorie, qu’il publiera par la suite10, de « consolante », alors qu’il juge celle de Villemin « désolante » et déclare, dans une sentence, que « la science n’a pas pour but de consoler, elle ne doit que chercher la vérité ». Dans le même temps, le très sérieux Bulletin général de la thérapeutique souligne en 1867 « qu’aucune modification dans le milieu interne ou externe ne sera capable d’entraver la fatale évolution d’une tuberculose essentiellement héréditaire11 ». Pour Villemin, une autre explication que le caractère héréditaire allait de soi. D’ailleurs, faisant fi des critiques, il conclut son étude par cette phrase assurée : « la tuberculose n’est pas une création spontanée de l’économie ; pour naître, il lui faut un germe, qui ne peut lui venir que du dehors12. » Dans les faits et loin de l’agitation académicienne, la thèse de l’hérédité engendre des réactions ciblées ; en effet, certaines familles sont cataloguées comme porteuses de la maladie éternellement et stigmatisées. Il faut en fait attendre presque vingt ans après les travaux de Villemin pour qu’enfin le basculement entre hérédité et contagion devienne effectif. Très controversée sur le moment, cette affirmation reçoit une confirmation éclatante avec la découverte du germe responsable de la tuberculose. Ce germe, c’est un bactériologiste allemand, Robert Koch, qui le découvre en 1883 et lui donne son nom : « bacille de Koch. » Dès lors, la tuberculose n’apparaît plus comme quelque chose de « vague et d’indéterminé », mais comme « un parasite visible et tangible13 ».

  • 14 Bernard Nièpce, De la contagion et de la transmissibilité de la tuberculose, Grenoble, 1886 ; Gonz (...)
  • 15 Dr Firket, « Expérimentation sur la tuberculose héréditaire », Revue médicale, 1887, p. 87-90 ; Al (...)
  • 16 Le plus célèbre « dissident » de l’idée de la contagion au XXe siècle et partisan du caractère hér (...)

6Ainsi authentifiée, la tuberculose voit son rôle confirmé dans ses multiples localisations, apparaissant comme la cause de nombreuses pathologies déjà décrites antérieurement, mais non identifiées. Des atteintes ganglionnaires ou de nombreuses pleurésies se révèlent alors tuberculeuses. Mais, parmi ces localisations, les manifestations pulmonaires conservent une place singulière du fait de leur fréquence. Pour les désigner, le terme de « tuberculose pulmonaire » remplace à cette époque celui de « phtisie » même si le terme de « phtisiologue » perdurera jusqu’au milieu du XXe siècle, comme si la phtisie, exacerbée par le mythe romantique du XIXe siècle, ne pouvait ainsi disparaître totalement des esprits. En France, les découvertes de Robert Koch interfèrent avec un mouvement hygiéniste à son apogée. Nombre de médecins français convaincus s’empressent de relayer cette révélation14. C’est le cas de Léon Bernard, médecin des hôpitaux de Paris et un des plus ardents défenseurs de la médecine sociale au début du XXe siècle, qui a consacré nombre de ses travaux à la tuberculose des nourrissons. L’hérédité tuberculeuse conservant encore quelques adeptes parmi la littérature scientifique d’époque15, celui-ci réussit à démontrer, à la crèche de l’hôpital Laënnec de Paris, que si l’on met les enfants de tuberculeux, dès la naissance, à l’abri de la contagion, non seulement ils ne deviennent pas tuberculeux, mais ils gardent les mêmes chances que les enfants de parents non tuberculeux. Selon lui, l’infection demeure toujours familiale, le plus souvent maternelle, et est d’autant plus grave, que l’enfant est jeune et le contact prolongé. Même si quelques irréductibles médecins refuseront toujours par la suite cette théorie16, le paradigme est enclenché. D’ailleurs, la plupart des initiatives créées en faveur des malades, notamment entre les deux guerres, pour annihiler la contagion interhumaine ont indéniablement pour origine les découvertes de Villemin et Koch.

Le principe de contagion au service de la statistique

  • 17 Jules Héricourt, Les maladies des sociétés, tuberculose, syphilis, alcoolisme et stérilité, Paris, (...)

7La contagion acceptée par la majeure partie du corps médical et le paradigme constaté, les débats pour se protéger du mal prennent de l’ampleur en cette fin de siècle. En effet, pour beaucoup, la contagion devient l’unique extension du mal, le facteur direct de la transmission de la tuberculose alors que le taudis, l’insalubrité, le manque d’hygiène et l’alcoolisme en deviennent les facteurs indirects17. De maladie héréditaire, la tuberculose se transforme en maladie sociale d’où l’aménagement d’une médecine sociale et d’une hygiène sociale. Les médecins discernent deux types de contamination : l’une par voie directe, c’est-à-dire que le tuberculeux pulmonaire est ici le principal agent responsable, par l’intermédiaire de la toux, de la parole et des crachats, et l’autre par voie indirecte, représentée par les objets et aliments souillés (brosse à dents, vaisselles, pains préparés par des sujets contagieux, etc.). Le docteur Renon, maire de Clermont-Ferrand et vice-président de la Commission des hospices, comprend que les découvertes de Koch engagent à des nouvelles réflexions sur la maladie et sa diffusion :

  • 18 Louis Renon, Les maladies populaires, vénériennes, alcoolisme, tuberculose, Paris, Masson, 1905, p (...)

Toutes les autres maladies ont une évolution limitée. Pendant une semaine, deux semaines, un mois, deux mois, il est possible de surveiller le malade, de régler ses rapports avec le monde extérieur, de désinfecter chaque objet qu’il aura touché, puis après terminaison de la maladie, par décès ou guérison, désinfecter soigneusement le logement. Pour la tuberculose, rien de semblable. Le tuberculeux, sauf dans la dernière période de son mal n’est pas alité. Il va et vient, vaque à ses occupations pendant des mois, des années mêmes. Et pendant ce temps, partout où il passe et séjourne, il tousse, crache, répandant autour de lui par millions les bacilles meurtriers18.

8Cette dichotomie inhérente au phénomène de contagion a pour conséquence une complète remise à plat du problème de la tuberculose. On reconstruit la maladie et le courant hygiéniste s’en sert naturellement dans l’optique de renforcer ses positions. Les règlements sanitaires municipaux, les services de désinfection et les constructions d’habitations à bon marché initiés au début du XXe siècle découlent de cette nouvelle image qu’offre la maladie.

  • 19 Tous les décès donnent lieu à un certificat par le médecin qui a assisté l’individu mort, durant s (...)
  • 20 Allan Mitchell, « An inexact science… », op. cit.
  • 21 Adolphe-Aimé Lecadre, Étude statistique, hygiénique et médicale relative au mouvement de la popula (...)
  • 22 Jean Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, 1800-1914, le cadre de vie, Fécamp, Éditions de l’ (...)
  • 23 J. Daniel et Adrien Loir, Cérémonie du cinquantenaire du Bureau d’hygiène (1879-1929), Le Havre, 1 (...)
  • 24 Rapports des médecins des épidémies du département de la Seine-Inférieure en 1892, Rouen, Espérance (...)
  • 25 Olivier Faure, « Tuberculose », dans Dominique Lecourt (dir.), Dictionnaire de la pensée médicale, (...)

9La traque aux symptômes débute. Une fièvre persistante, un amaigrissement important, une grande fatigue, des sueurs nocturnes, une toux sèche, des crachats sanguinolents, un essoufflement massif et des douleurs thoraciques sont les principaux signes distinctifs de la maladie. Le principe de contagion implique aussi un regard neuf sur les porteurs de ces symptômes, ce qui facilite le dépistage de nouveaux malades par les médecins. Ces fiévreux et tousseurs étaient autrefois écartés des statistiques s’ils n’avaient pas d’antécédents tuberculeux au sein de leur famille. Hormis les crachats de sang, rien n’indiquait en effet au médecin qu’il était en présence d’autre chose qu’une vilaine grippe ou, dans le pire des cas, d’une pneumonie ou d’une pleurésie. Les médecins prennent donc davantage de temps pour ausculter leurs patients potentiellement contagieux. C’est aussi à la même époque que des décès auparavant imputables à d’autres pathologies (bronchite, pneumonie) deviennent l’apanage de la tuberculose19. La transposition de ce phénomène dans les statistiques sanitaires est immédiate ; on constate ainsi une hausse continue du nombre de décès par tuberculose au début du XXe siècle en Seine-Inférieure (2 356 décès en 1904 ; 2 407 en 1907 ; 2 589 en 1910 ; 2 623 en 1913), bien après les premières poussées épidémiques du XIXe siècle dues à l’industrialisation et l’urbanisation. Plus de décès signifie-t-il une diffusion exponentielle de la pathologie au début du XXe siècle ? On peut en douter, d’autant plus que l’assainissement des villes est déjà en route et la surveillance médicale des populations plus étroite. Et si cette progression des décès était directement relative à la découverte du principe de contagion ? On peut en effet supposer que les relevés sanitaires des médecins définissent avec davantage de précisions les causes du décès d’un sujet, phénomène qui se traduit directement par une augmentation des cas20. Lorsque la maladie était encore considérée comme héréditaire, les médecins n’allaient pas constater une tuberculose dans une famille qui n’avait pas d’antécédent. Par contre, une contagiosité avérée et une meilleure appréciation des symptômes permettent progressivement aux médecins d’amenuiser les risques de confondre la tuberculose avec d’autres affections pulmonaires. Cet aspect se vérifie également au niveau local. Prenons comme base les statistiques du docteur Lecadre, médecin des épidémies et vice-président du conseil d’hygiène publique et de salubrité de l’arrondissement du Havre ; il signale dans son étude 476 décès de phtisiques en 186821. Ce chiffre est équivalent selon lui aux statistiques de mortalité relevées depuis 1850. Dans le même temps, il constate 501 décès dus à d’autres affections respiratoires (bronchite, croup, catarrhe, broncho-pneumonie, bronchite capillaire, pneumonie, apoplexie pulmonaire, emphysème, asthme…). Retenons ce dernier chiffre, car il va s’avérer intéressant en comparaison aux statistiques publiées à la fin du XIXe siècle. Dans son ouvrage sur le peuple du Havre, Jean Legoy note une hausse des affections pulmonaires dès les années 188022, mais sans avoir recours à une analyse critique des données. Il se base sur les chiffres d’Adrien Loir, futur directeur du Bureau d’hygiène havrais entre 1909 et 194123. De 1880 à 1889, 5 359 décès de phtisie sont enregistrés, soit une proportion de 4,91 pour 1 000 habitants ; puis, entre 1890 à 1899, le docteur Loir dénombre 6 480 décès soit une proportion de 5,4 pour 1 000 habitants. Le docteur Gibert, médecin des épidémies pour l’arrondissement du Havre, note pour sa part 556 décès par tuberculose en 1892 et 426 décès dus à d’autres affections respiratoires24. En cette fin de siècle, deux constats s’imposent : il y a en moyenne 600 décès de tuberculeux par an, soit plus de 100 décès supplémentaires par rapport à la période 1850-1870 ; les décès dus à d’autres affections respiratoires sont en baisse entre les deux rapports des médecins des épidémies de 1868 et 1892. On peut donc penser que la recrudescence de la tuberculose est en fait supposée à l’époque par la mise en place des premiers relevés de statistiques sanitaires et grâce à une meilleure compréhension de la maladie et de son mode de diffusion. En clair, « sa promotion […] au statut de fléau social doit plus à la modification du regard que la médecine et la société portent sur elle qu’à l’extension réelle de ses ravages25. »

Hygiénisme et tuberculose

L’émergence de l’hygiénisme

  • 26 Voici quelques exemples d’ouvrages qui dénotent du caractère insolite de certains remèdes préconis (...)
  • 27 Pierre Guillaume, « Les maladies sociales : la tuberculose et autres maux », dans Marie-Agnès Bern (...)

10La fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle sont des périodes de paradoxe où malgré les progrès dans la définition de ce qu’est la tuberculose et l’émergence de moyens novateurs pour la combattre, de nombreuses croyances restent ancrées dans les mentalités ; le caractère héréditaire de la maladie, les remèdes miracles26 et l’incurabilité en sont de bons exemples. Parmi ces opinions erronées, la corrélation simpliste entre la tuberculose et la ville figure en bonne place. Cette époque est, faut-il le rappeler, submergée par les théories hygiénistes, un hygiénisme acerbe où la tuberculose est représentée comme une maladie de l’urbain, et est de ce fait liée, plus globalement, à la ville perçue comme porteuse de toutes les misères, des vices et autres miasmes27. Voilà par exemple ce qui détermine la tuberculose urbaine selon le docteur Lecadre :

  • 28 Adolphe-Aimé Lecadre, Étude statistique…, op. cit., p. 67.

Qui oserait nier que le non renouvellement de l’air, l’agglomération des individus, les mauvaises odeurs entretenues dans les appartements par les déjections des malades, le défaut de purification de l’atmosphère et de neutralisation des miasmes, ne soient autant de causes d’aggravation pour la maladie ? […] La phtisie même, […] est-ce que l’humidité, l’air vicié, la pression atmosphérique, des conditions insalubres de toute nature, l’ingestion de certaines eaux, n’en augmentent pas le nombre28 ?

  • 29 Ibid., p. 51.

11Le pouvoir hygiéniste est tel en cette fin de siècle qu’il conditionne la plupart des politiques sanitaires entreprises par les autorités françaises. Les pouvoirs publics concentrent donc leurs efforts essentiellement sur des politiques sanitaires urbaines ayant trait à la diminution de la morbidité tuberculeuse dans les quartiers majoritairement touchés par le fléau. La répercussion immédiate et évidente est l’omission des zones rurales dans la conduite de politiques à l’état encore embryonnaire au début du XXe siècle (absence de dispensaires d’hygiène sociale, peu de propagande, pas de réorganisation des hôpitaux de campagne…). En réalité, cette omission fait partie intégrante de la doctrine hygiéniste puisque les zones de campagne sont enjolivées ; le docteur Lecadre note dans son étude que la plupart des servantes mortes de tuberculose et ayant quitté la campagne « bien portantes », sont venues « perdre leur santé dans l’insalubrité havraise29 ». Ces zones sont aussi assimilées aux endroits de prédilection pour le rétablissement des tuberculeux ; on commence d’ailleurs à y aménager des établissements de cure. Ici, le concept d’aménagement du territoire s’impose ; en effet, face à un exode rural croissant, les autorités relancent l’idée de la campagne saine. Les statistiques issues des premières enquêtes urbaines, notamment parisiennes, qui montrent une omniprésence de la tuberculose dans certains quartiers viennent renforcer la doctrine hygiéniste qui valorise les valeurs traditionnelles d’une France idéalement rurale. De ce fait, la politique antituberculeuse qui éclot envisage un territoire français en partie remodelé entre des villes fourmillant de tuberculeux devant être envoyés à la campagne, et une campagne avec ses hommes robustes et en bonne santé chargée « d’accueillir » les malades.

  • 30 ADSM, 5 M 57, Conseil central d’hygiène, délibérations (1831-1849).

12Pour comprendre cette nouvelle perception de la campagne entraînant une révolution dans les comportements, il faut parcourir l’histoire du courant hygiéniste. Le XIXe siècle est ainsi marqué principalement par le développement de la clinique. Le corps que l’on sonde, et qui renferme le mystère de la maladie, occupe une place de plus en plus importante dans la médecine officielle. Par ailleurs, responsables sanitaires et médecins s’interrogent sur les liens qui peuvent exister entre les maladies et les conditions sociales. L’hygiène publique est définie comme un ensemble connexe de disciplines comprenant la médecine, la pharmacie, la chimie, le génie civil et militaire, l’administration publique, les statistiques et l’économie politique. Les hygiénistes sont donc tour à tour médecins, pharmaciens, chimistes ou administrateurs. À l’issue de ces réflexions, de nombreuses enquêtes sont lancées pour contribuer à l’amélioration des conditions de vie et d’hygiène sur la base d’une causalité sociale entre la santé et la maladie. Durant la première partie du XIXe siècle, les hygiénistes écrivent, discutent, s’écoutent, émettent des vœux et agissent parfois. La loi du 18 décembre 1848 crée les conseils consultatifs d’hygiène dans les départements et les arrondissements, instances qui rassemblent des experts « hygiénistes » appelés à se prononcer sur l’ensemble des questions relatives à la protection contre les épidémies et à l’amélioration des conditions de santé. En Seine-Inférieure, un conseil d’hygiène et de salubrité existe déjà depuis le 2 août 1831, dont le premier président n’est autre qu’Achille-Cléophas Flaubert, chirurgien-chef de l’Hôtel-Dieu et père de Gustave Flaubert. Les membres de ce conseil sont principalement des médecins et des administrateurs. L’analyse des premières années de délibérations nous en apprend davantage sur leurs actions30. On constate que l’essentiel des travaux est en réalité lié à l’application du décret de 1810 sur les fabriques polluantes et dangereuses. Ainsi, la plupart des rapports consultés font état de demandes de construction, d’agrandissement ou de transfert d’établissements industriels (fabrique de cole, usine à gaz, raffinerie, fonderie, fabrique d’allumettes phosphoriques, fabrique de gélatine, fabrique de produits chimiques, fabrique de cristaux de soude, etc.). Jusqu’en 1849, seules trois discussions répertoriées ne rentrent pas dans ce cadre : la propagation des maladies contagieuses et épizootiques des chevaux en 1831, une notice sur le choléra en 1832, suite à sa diffusion épidémique la même année, et l’agrandissement de l’asile d’aliénés de Saint-Yon à Rouen en 1836.

  • 31 ADSM, 5 M 58, conseil central d’hygiène, délibérations (1849-1870), séance du 4 août 1849.
  • 32 ADSM, 5 M 61, conseil central d’hygiène, rapports présentés au conseil et procès-verbaux des réuni (...)

13Suite à l’arrêté du 18 décembre 1848 initié par le « chef du pouvoir exécutif », Louis-Napoléon Bonaparte, il se crée donc un conseil central d’hygiène publique et de salubrité du département de Seine-Inférieure le 20 juin 1849. C’est le préfet du département, Leroy de Boisaumarié, qui en prend la présidence. Les professions des membres qui y siègent sont plus variées ; on y trouve des médecins, des pharmaciens, des chimistes, des vétérinaires, des administrateurs, des ingénieurs civils et des manufacturiers. La liste des éléments sur lesquels sont censés travailler ces derniers est aussi réactualisée : propagation de la vaccine, situation des enfants, tables de mortalité, état sanitaire des établissements publics, développement des épidémies, dangers existants dans les établissements industriels, abus dans l’exercice dans l’art de guérir, surveillance des maisons de tolérance, cimetières, vidanges des fosses d’aisance, vérification de la bonne qualité des aliments. Dès les premiers débats, les questions inhérentes aux maladies contagieuses se font plus pressantes ; par exemple, lors de la séance du 4 août 184931, les membres expriment le vœu de mettre en place un docteur en médecine chargé d’examiner les enfants lors de leur entrée à l’école primaire et de déclarer les maladies suivantes : rougeole, scarlatine, variole, coqueluche, ophtalmie, ulcérations gangrenées de la bouche, teigne, gale, épilepsie. L’épidémie de choléra de 1849 est aussi une des causes de ce regain d’intérêt pour les pathologies contagieuses. Dans les rapports évoqués lors des conseils, on fait le point sur la diffusion topographique de la maladie, les professions les plus fréquemment touchées, l’analyse des cours d’eau, des égouts et de l’insalubrité régnant dans certains quartiers. En 1854, une commission dite « du choléra » devient effective et visite le quartier de Saint-Sever, situé sur la rive gauche de la Seine à Rouen32. Elle a notamment pour but de déterminer et de comprendre les mécanismes qui ont permis à la pathologie d’investir le quartier.

14Si les débats se diversifient, l’organisation « hygiéniste » départementale est aussi en pleine évolution ; c’est ainsi que sont mises en place des commissions cantonales d’hygiène publique et de salubrité dans l’arrondissement rouennais. Celles-ci sont composées de cinq membres élus. Il existe même des correspondants dans la plupart des chefs-lieux de canton, souvent des médecins, qui exercent et avertissent des évènements relatifs à l’hygiène à l’échelle locale. Pour enclencher une correspondance de fait, le conseil d’hygiène départemental envoie aux commissions cantonales un questionnaire qui porte sur plusieurs sujets : assainissement des localités et habitations, maladies épidémiques et transmissibles, épizooties et maladies des animaux, propagation de la vaccine, conditions sanitaires des populations industrielles et agricoles, médicaments livrés au commerce, eaux minérales, influence des grands travaux sur la santé publique, statistique des naissances et décès, météorologie. Toutefois, on note encore un décalage entre l’assainissement des localités et des habitations (13 questions) et les maladies épidémiques et transmissibles (3). Dans les années 1850, il est également fait référence à l’absence de continuité entre les discussions effectives des membres et les actions engagées sur le terrain. C’est ainsi qu’en 1856 paraît un rapport polémique qui exprime une possible remise en cause du conseil central d’hygiène et notamment de son pouvoir de décision :

  • 33 ADSM, 5 M 61, Rapport d’inspection de M. Tougard au nom du conseil d’hygiène. 5 juillet 1856.

Depuis longtemps, le conseil central d’hygiène du département de la Seine-Inférieure avait signalé à M. le Préfet une regrettable lacune dans le service qui concerne la salubrité publique en général et les établissements dangereux, insalubres ou incommodes en particulier. Chaque jour, M. le Préfet, prenait d’importantes décisions dans le but d’obvier aux dangers de certaines nuisances qui réglementent certains établissements, et il était de notoriété publique que les arrêtés préfectoraux restaient inobservés. Souvent même l’inobservance des précautions recommandées par le conseil d’hygiène et prescrites par M. le Préfet ont porté le public à accuser le conseil d’inertie33.

  • 34 Le premier d’entre eux est discuté lors de la séance du 3 mars 1860.

15Même si ce rapport constitue un élément à charge contre le conseil d’hygiène, ce dernier est tout de même porteur d’une évolution lors de cette décennie. Il est même proposé la création d’« un médecin vérificateur » afin de rendre compte avec davantage d’efficacité des causes des décès, trop souvent inscrites aléatoirement et vaguement par les médecins. Si cette proposition n’a pas de suite, elle permet d’aborder la problématique de la fiabilité des statistiques de mortalité ; ainsi, dès les années 1860, plusieurs rapports sur les causes des décès dans la ville de Rouen se succèdent et sont âprement discutés34. On y évoque pour la première fois la phtisie pulmonaire, mais l’imprécision des chiffres et l’incertitude étiologique ne permettent pas encore une réelle prise de conscience du caractère endémique de la pathologie. Dans le même temps, des recommandations sont aussi formulées pour lutter contre la variole (séance du 6 août 1864) et les maladies vénériennes (séance du 5 novembre 1864).

  • 35 Olivier Faure, « Aspects anthropologiques, historiques et sociologiques de la santé et de la malad (...)
  • 36 Gérard Jorland, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au XIXesiècle, Par (...)
  • 37 Lois sur le travail des enfants, les accidents du travail, les logements insalubres, la vaccinatio (...)

16Ces amorces de politiques sociales menées par ces conseils se heurtent à un problème culturel majeur en France, puisque la doctrine dominante considère que la diffusion des normes d’hygiène et l’assistance sont de la responsabilité du médecin et des personnes « éclairées ». Toute intervention publique massive est ainsi rejetée jusqu’en 1871 au nom du libéralisme et du maintien de l’ordre social. Ailleurs en Europe, les pouvoirs publics sont déjà dans une phase d’action en matière de lutte antituberculeuse ; en Angleterre, on assainit les logements et on isole les phtisiques, par contrainte si besoin ; en Allemagne, on interdit de cracher et on ouvre des sanatoriums ; en France, on ne fait rien hormis l’émergence de quelques initiatives philanthropiques. Mais, comme le démontre Olivier Faure35, l’évolution du contexte sociopolitique de l’époque va faire prendre conscience que la population est un « capital source de richesse, qu’il faut entretenir et renouveler », et que les initiatives privées, si nombreuses soient-elles, sont insuffisantes et surtout non coordonnées. Après la défaite de 1870, la France s’inquiète de la vitalité de ce qu’on appelle encore à l’époque « la race » et appréhende sa dégénérescence face à la puissante rivale d’outre-Rhin. L’objectif est clair : toutes les causes d’affaiblissement doivent être identifiées et combattues. Les hygiénistes adoptent une « stratégie » pour faire appliquer leurs idées, et se lancent « dans la bataille politique pour mettre en œuvre les mesures d’hygiène et de salubrité qu’ils n’avaient cessé de préconiser, voire de réclamer36 » depuis quelques décennies par l’intermédiaire des conseils d’hygiène publique et de salubrité. Ce courant est formé de plusieurs groupes de spécialistes en hygiène et en santé publique qui parviennent à s’introduire dans les instances de décision et à investir le Comité consultatif d’hygiène publique. Ils inspirent alors les premières politiques d’hygiène37 et s’organisent comme groupe d’intérêt public. Cette réorganisation suppose de nouvelles orientations et de nouvelles politiques sanitaires dictées par la recherche de l’hygiène et une chasse effrénée aux miasmes urbains.

Le bureau d’hygiène, structure de base

  • 38 Emmanuel Bobichon, L’action sociale du docteur Gibert au Havre à la fin du XIXe siècle, mémoire de (...)
  • 39 BMH, fonds précieux, Ms 881, correspondance entre le docteur Gibert et Jules Siegfried, plusieurs (...)

17Voilà sûrement l’exemple le plus marquant de l’impact de l’hygiénisme dans le système sanitaire français au XIXe siècle : la fondation des bureaux d’hygiène municipaux. Car si les conseils d’hygiène et de salubrité publique départementaux et d’arrondissement ont pendant longtemps discuté et dispensé des idées et autres vœux, ils n’ont eu cependant qu’un rôle souvent secondaire. Le bureau d’hygiène, c’est l’application pratique des théories hygiénistes avec en premier lieu la surveillance sanitaire des populations. C’est en 1879 que le premier bureau de ce type est inauguré en France, dans la ville du Havre, une municipalité empêtrée dans les problèmes sanitaires tout au long du XIXe siècle. Celui-ci est chargé de répondre par des actes forts à ces nouvelles interrogations à une échelle locale. Le docteur Gibert, conseiller municipal républicain fortement marqué par les problèmes sociaux dans sa ville, et notamment l’importance de la mortalité infantile38, est celui qui permet de convaincre l’assemblée municipale dirigée alors par Jules Siegfried, un ami de longue date39, de créer cette structure. Déjà dans son discours émane l’inquiétant cheminement de la tuberculose, encore baptisée phtisie :

  • 40 J. Daniel et Adrien Loir, Cérémonie du cinquantenaire…, op. cit., p. 3.

Indépendamment des maladies contagieuses qui justifient à elles seules, aux yeux de tous, une institution sanitaire de prévoyance, ne doit-on pas rechercher les causes des deux plus grandes maladies qui constituent à elles deux plus de la moitié des décès : la phtisie pulmonaire et la cholérine des enfants40.

  • 41 Joseph Gibert, Une visite au bureau d’hygiène de Bruxelles, Le Havre, F. Santallier, 1878.
  • 42 Lion Murard et Patrick Zylbermann, « Experts et notables, les bureaux municipaux d’hygiène en Fran (...)
  • 43 Journal du Havre, 20 décembre 1875.

18Cette fondation fait suite au voyage du docteur Gibert à Bruxelles pour étudier une expérience pionnière en Europe, le bureau municipal d’hygiène. Ce dernier fait tout de suite l’admiration de Gibert ; il relève quotidiennement les cas de maladies épidémiques, connaît donc l’ampleur et le lieu de ces pathologies, vaccine les enfants, veille au développement d’une médecine scolaire, recense les logements insalubres. Revenu convaincu de son voyage bruxellois, le docteur Gibert conclut sa proposition de création en insistant sur la pertinence de l’échelle municipale du bureau d’hygiène, car « les municipalités, le plus souvent, n’écoutent point ou n’écoutent qu’imparfaitement et presque jamais ne mettent sérieusement en pratique les avis des conseils d’hygiène, départementaux et d’arrondissement41 ». Le bureau d’hygiène apparaît donc comme une réponse fiable à l’impuissance des conseils d’hygiène. Le premier bureau d’hygiène est né au Havre du constat suivant lequel « tout ce qui concerne la santé publique était livré à l’arbitraire ou plutôt à l’inconnu, de telle manière qu’on peut dire sans exagération que les maladies quelles qu’elles fussent parcouraient la ville sans rencontrer jamais le moindre obstacle42 ». Situé au rez-de-chaussée de l’hôtel de ville, il est dirigé par le docteur Gibert, déjà à l’origine de la création avec ses propres fonds d’un dispensaire de salubrité pour les nourrissons et les femmes en couches en novembre 187543. Les initiatives de Gibert, médecin et philanthrope, sont à l’époque unanimement reconnues jusqu’au niveau national, comme l’atteste l’envoi par le ministre de l’Intérieur Fallières d’une circulaire datée du 15 janvier 1881 relative à la création de dispensaires issus de son modèle :

Créer un dispensaire, c’est faire bénéficier des milliers de pauvres d’une médication préventive, prompte et rationnelle, c’est faire l’économie de beaucoup de

  • 44 Achille Foville, Les nouvelles institutions de bienfaisance. Les dispensaires pour enfants malades (...)

19 De la phtisie, « maladie romantique », à la tuberculose, « maladie sociale » 37 malades et de beaucoup de journées d’hôpital, c’est accroître ce capital de santé qui est un des principaux éléments de la richesse publique et de la force d’un pays44.

20Le bureau d’hygiène havrais se présente comme sa seconde création d’envergure. Il rend compte en fait de plusieurs impératifs. Les nombreuses épidémies qui se sont produites tout au long du XIXe siècle et surtout dans la période 1860-1876 sont l’une des causes principales de sa fondation.

Tableau 2. Principaux phénomènes épidémiques localisés au Havre de 1800 à 1900*

Années

Épidémies

Nombre de décès

1832

Choléra indien

182

1849

Choléra asiatique

566

1853

Choléra

313

1854-1858

Variole

173

1865-1866

Choléra

345

1870-1871

Variole

1 121

1871

Fièvre typhoïde

252

1873

Variole

302

1873

Fièvre typhoïde

138

1876-1877

Variole

154

1880

Rougeole

144

1880-1881

Variole

332

1887 à 1889

Variole

268

1885 à 1895

Fièvre typhoïde

914

1892

Choléra

532

1892

Rougeole

179

1899-1900

Fièvre typhoïde

414

* Source : Jean Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, 1800-1914…, op. cit., p. 155.

  • 45 Patrice Bourdelais, « Les bureaux d’hygiène municipaux (1879-1900) », dans Patrice Bourdelais et O (...)
  • 46 Patrice Bourdelais, « L’échelle pertinente de la santé publique au XIXe siècle : nationale ou muni (...)
  • 47 Lucie Paquy, « Naissance et développement d’un service sanitaire municipal. Le Bureau d’hygiène de (...)

21De plus, il offre un contrepoids à la situation sanitaire alarmante de la ville, qui est due à une croissance démographique très importante (de 27 000 habitants en 1824 à plus de 130 000 en 1901). Le bureau d’hygiène intervient dans la vie des habitants selon trois formes fondamentales. Sur un plan épidémiologique, il coordonne le recensement des maladies contagieuses pour permettre l’isolement systématique des malades et prendre en charge la désinfection des logements. Sur le plan de la salubrité générale, il entreprend la surveillance de l’eau potable, le captage de nouvelles sources et leur adduction, la démocratisation de l’assainissement, l’amélioration de la voirie et la lutte contre les logements insalubres. Enfin, sur le plan de la santé publique, il organise la surveillance des élèves des 40 écoles communales ; pour ce faire et selon l’article 6 du règlement du 18 mars 1879, les six médecins délégués ont la charge de visiter les écoles au moins une fois par mois. Fort de toutes ces prérogatives, le bureau d’hygiène contrôle donc l’ensemble des services sanitaires urbains. Mais son action ne s’arrête pas là, puisqu’à la surveillance s’ajoute l’éducation des masses populaires. En 1880, ses dirigeants décident d’organiser leur propre propagande et conçoivent des plaquettes destinées à l’ensemble de la population havraise accompagnées d’une petite brochure de 24 pages intitulée Instructions sur la désinfection dans les cas de maladies épidémiques et transmissibles45. Toutefois, malgré l’éclectisme de ses attributions, on constate que le bureau d’hygiène n’offre pas une réponse claire au problème de la tuberculose, puisque les malades ne sont encore que trop rarement isolés du reste de la population ; les quelques privilégiés détectés par les médecins de l’organisme sont admis un temps à l’hôpital, puis retournent le plus souvent chez eux après une désinfection rapide de leur logement. Le manque de structures pour les accueillir est un fait que le bureau d’hygiène ne peut à lui seul résoudre. En outre, lors des demandes de désinfection, la population se mobilise davantage lorsqu’il s’agit de mettre un terme à une épidémie de rougeole ou de scarlatine, une mortalité soudaine et violente, que lorsqu’il s’agit de dépister ou de déclarer un cas de tuberculose46, témoignages en nombre et ignorance étiologique obligent. Véritable diffuseur de nouvelles pratiques de santé, le bureau d’hygiène devient malgré tout le principal outil pour résorber les problèmes de l’urbain. Il impose une surveillance méthodique des conditions d’hygiène de la ville du Havre et de ses habitants par l’intermédiaire de statistiques mensuelles rédigées par les membres du bureau et publiées au sein d’un bulletin qui sert de base aux efforts à consentir en matière d’hygiène publique. Les médecins sont ainsi au courant du développement des maladies contagieuses, en recherchent les causes, les territorialisent et mettent au point des stratégies pour en atténuer l’ampleur. Dorénavant, la statistique s’invite au débat et les variations de données de mortalité sont scrutées minutieusement. Le bureau d’hygiène a donc véritablement vocation à élaborer et à mettre en œuvre des politiques d’hygiène et de santé publiques. En ce sens, il représente une nouvelle forme de gestion sanitaire, plus rationnelle, voire bureaucratique47.

  • 48 Évelyne Berbin et Yannick Marec, « Un laboratoire des statistiques sociales : Rouen dans la premiè (...)
  • 49 BMR, Société d’hygiène publique, séance du 29 mars 1886, t. 16, p. 182.
  • 50 16 bureaux d’hygiène municipaux sont répertoriés en 1901 : Le Havre [fondé en 1879], Nancy [1879], (...)

22L’exemple havrais se devait de s’inscrire dans une continuité normande. C’est ainsi qu’à Rouen est fondé un bureau d’hygiène dès 1886 sous la direction du docteur Georges Panel, jeune médecin rouennais de 25 ans. La ville de Rouen possède des caractéristiques semblables à son homologue normande : une croissance démographique forte, une insalubrité persistante dans certains quartiers et un taux de mortalité par tuberculose particulièrement élevé48. Elle dispose en outre depuis 1883 d’un Comité consultatif municipal d’hygiène et de salubrité. Il n’en fallait donc pas plus pour que la ville se dote de son bureau d’hygiène. Pourtant, contrairement au bureau havrais, les débuts de la structure rouennaise sont hésitants. On lui reproche notamment d’être « un simple bureau de statistique municipale49 », bien loin des attributions aperçues au Havre. Ces premiers atermoiements tendent à s’estomper par la suite au gré d’une multiplication des désinfections de logement dès 1892 ; de même, la protection de l’enfance, l’assainissement ou encore la vaccination deviennent des principes reconnus par le bureau dès le début du XXe siècle. Au gré de ces deux expériences normandes couronnées de réussite et de bien d’autres50, le pouvoir central légifère et rend obligatoire l’installation de bureaux d’hygiène dans toutes les villes de plus de 20 000 habitants dès 1902, en charge de l’application de la loi sur la santé publique. Les travaux du docteur Gibert, simple médecin havrais et accessoirement hygiéniste convaincu, ont finalement eu une influence considérable à l’échelon national.

  • 51 ADSM, série 5 M 59, conseil central d’hygiène, délibérations (1885-1902), séance du 14 avril 1896.

23À l’échelle départementale, le conseil central d’hygiène renforce d’une part ses liens avec les conseils d’arrondissements et les commissions cantonales et aborde d’autre part des thématiques en rapport à la tuberculose en cette fin de siècle. Les découvertes récentes de Koch obligent en effet les hygiénistes à s’inquiéter du phénomène de contagion. Il est notamment question de la transmission du bacille de l’animal à l’homme (séances du 5 janvier 1886 et du 6 novembre 1888) par l’intermédiaire de la viande ou du lait. En 1896, le conseil départemental émet également le vœu que des affiches soient placardées dans les tramways rouennais avec comme inscription « défense de cracher » afin de lutter contre la transmission des pathologies et en particulier la tuberculose pulmonaire51.

Un pouvoir central aux décisions limitées

24Tout au long de la Troisième République, les progrès de l’hygiène publique vont dicter des attitudes nouvelles de la part de l’État initiées par la mise en place de structures politiques et administratives spécifiques. On enregistre ainsi une timide mais réelle prise de conscience de la responsabilité sociale de l’État qui s’affaire à mettre en place des structures qui formeront la base des futurs combats dans le domaine sanitaire et social dès la fin du XIXe siècle. Tout d’abord, en 1886, au sein du ministère de l’Intérieur est créée la Direction de l’assistance et de l’hygiène publique. Ce rattachement marque surtout l’introduction des théories hygiénistes dans les directives étatiques à une époque où les premiers bureaux d’hygiène municipaux sont fondés en France. Ces mesures originelles sont couronnées par la création, en 1906, d’un ministère du Travail et de la Prévoyance sociale indépendant, ce qui traduit un enrichissement décisif des fonctions mêmes de l’État. Cette évolution témoigne clairement de la volonté du gouvernement d’affirmer progressivement sa tutelle sur le domaine de l’action sanitaire et sociale, même si cette volonté théorique ne se manifeste guère sur le terrain des réalisations.

  • 52 Bruno Dumons et Gilles Pollet, Administrer la ville en Europe, XIXe-XXe siècles, Paris, L’Harmatta (...)

25Entre temps, la loi de 1902 sur la protection de la santé publique ouvre de nouvelles perspectives sanitaires pour les municipalités et engendre surtout de nouvelles responsabilités, même si la gestion locale de la santé publique reste encadrée par l’État central, notamment par l’obligation de création de bureaux d’hygiène, auparavant perçus comme des centres expérimentaux52. Dès l’article premier de la loi, le terme de « maladies transmissibles » y est inscrit :

Dans toute commune, le maire est tenu, afin de protéger la santé publique, de déterminer, après avis du conseil municipal et sous forme d’arrêtés municipaux portant règlement sanitaire, les précautions à prendre, pour prévenir ou faire cesser les maladies transmissibles, spécialement les mesures de désinfection ou même de destruction des objets à l’usage des malades ou qui ont été souillés par eux, et généralement des objets quelconques pouvant servir de véhicule à la contagion.

  • 53 Patrice Bourdelais, « Les logiques du développement de l’hygiène publique », dans Les hygiénistes. (...)

26L’État cherche donc par cette loi à inciter les municipalités françaises à s’engager en faveur de l’hygiène, même si nombre d’entre elles n’ont pas attendu 1902 pour se doter d’institutions permettant de surveiller localement la santé publique. Ce qui fait dire à certains historiens que la diffusion des règles d’hygiène à cette époque serait moins le fait d’une action de l’État central que le résultat d’initiatives locales due à l’interaction entre de multiples acteurs de santé publique et de bienfaisance, dont les municipalités offrent un exemple53. Il n’empêche que, faisant preuve d’une volonté hygiéniste, l’État ouvre également de nouvelles perspectives concernant la tuberculose, pathologie contagieuse par excellence. Dans la continuité de la loi de santé publique, une Commission de préservation contre la tuberculose est instituée en 1903. Selon l’arrêté du 11 juillet 1903, l’objectif premier de cette commission est « de prendre l’initiative auprès du gouvernement des mesures administratives et législatives propres à prévenir l’extension de la tuberculose ». Celle-ci est composée de savants et de médecins éminents, de membres du Parlement, de sociologues et d’administrateurs. Elle reconnaît la nécessité d’organiser un véritable système social de préservation contre la tuberculose, d’améliorer l’éducation, les conditions de travail, le logement et l’alimentation. Face à cette pluralité d’interrogations, elle se divise en sept sous-commissions (éducation, alimentation, habitation, milieu personnel, milieu collectif, conditions de travail, défense collective). En d’autres termes, elle a pour but d’enquêter et de faire des propositions de réformes qui seront validées ou rejetées ensuite par le Parlement. Toutefois, quelques années après sa mise en place, il faut reconnaître que celle-ci est loin de répondre à toutes les attentes des plus ardents défenseurs de la lutte contre la tuberculose comme en témoigne cette lettre du 17 novembre 1909 rédigée par Léon Bourgeois, sénateur de la Marne et membre de la Commission, au Président du Conseil :

  • 54 Léon Bourgeois, La politique de la prévoyance sociale. L’action, Paris, E. Fasquelle, 1913-1919, 2 (...)

Depuis sa création, cette Commission n’a pas tenu moins de soixante séances, et les procès-verbaux sommaires de ces réunions forment la matière de trois volumes dont deux ont été déjà publiés. J’ajoute que fidèle à l’esprit de son institution, elle s’est toujours attachée à traduire les conclusions de ses délibérations sous la forme de propositions pratiques, telles que projets de loi, projets de règlements, vœux ou avis portant sur des points précis, et susceptibles de fournir immédiatement une base de travail utile aux administrations intéressées ou au Parlement. Cependant, nous avons le regret de constater que, malgré tant de circonstances favorables, et malgré la bonne volonté indéniable des représentants des différents ministères, qui nous ont toujours prêté, au sein de la Commission, le concours le plus dévoué, les résultats obtenus sont loin de répondre à de tels efforts : la plupart de nos propositions n’ont pas encore reçu, à la date actuelle, d’exécution effective, et les plus importants des projets de loi que nous avions dressés n’ont pas encore été soumis au Parlement54.

27À la lecture de cette lettre, on découvre que le rôle dévolu à la Commission par le gouvernement est purement consultatif sinon quasiment inutile. Les recommandations ne sont jamais suivies, les enquêtes ne trouvent pas d’aboutissement et le Parlement reste désespérément sourd aux injonctions des membres de la Commission. Cette caractéristique n’est pas sans rappeler le rôle très souvent consultatif des conseils d’hygiène départementaux et d’arrondissement au XIXe siècle. L’État demeure donc enfermé dans ses propres paradoxes en matière de lutte contre les fléaux sociaux jusqu’à la Première Guerre mondiale. Souvent désireux de passer à l’offensive dans les discours, on ne perçoit pourtant pas une réelle détermination des acteurs du pouvoir pour mettre en forme les approches théoriques. Et sur le terrain, force est de constater que les actes émanant du pouvoir central subsistent toujours à l’état embryonnaire.

La tuberculose comme maladie à déclaration facultative

  • 55 Annuaire statistique de France, Paris, Imprimerie nationale, vol. 30, 1910, p. 176.
  • 56 Au décès par les épidémies précédemment citées s’ajoutent les décès dus à la guerre de 1870-1871 q (...)
  • 57 Annuaire de la législation française contenant le texte des principales lois votées en France en 18 (...)
  • 58 Jacques Poirier et Françoise Salaün, Médecin ou malade ? La médecine en France aux XIXe et XXe siè (...)
  • 59 Jacques Léonard, La médecine entre les pouvoirs et les savoirs, Paris, Aubier Montaigne, 1981 ; La (...)
  • 60 Pierre Guillaume, « La tuberculose », dans Jean-Pierre Bardet (dir.), Peurs et terreurs face à la (...)
  • 61 Georges Brouardel, « Congrès pour la répression de l’exercice illégal de la médecine, 28-31 mai 19 (...)
  • 62 Bernard Hoerni, « La loi du 30 novembre 1892 », Histoire des sciences médicales, vol. 32, no 1, 19 (...)
  • 63 Paul Strauss et Alfred Filassier, Loi sur la protection de la santé publique, loi du 15 février 19 (...)

28Au tournant du siècle, les efforts sont encore trop disparates et le manque de quantification précise en matière de morbidité ou de mortalité par des sources statistiques d’envergure empêche de mesurer son ampleur. On parle communément de 150 000 décès par tuberculose, chiffre annoncé lors du Congrès international de la tuberculose en octobre 1905. Cette affirmation qui donne le vertige est difficilement vérifiable et semble exagérée. Pour preuve, l’Annuaire statistique de 1910 indique le chiffre de 48 000 décès dans les villes de plus de 5 000 habitants55 (qui représentent approximativement la moitié de la population française à cette époque). Il est peu probable qu’il y ait deux fois plus de décès chez les 20 millions de Français résidant dans des communes inférieures à 5 000 habitants. Le chiffre de 80 000 décès nous paraît plus approprié, soit moitié moins que l’annonce faite lors du congrès de 1905. Il faut aussi comprendre que les bureaux d’hygiène sont des entités peu nombreuses et ne concernent de ce fait que quelques municipalités françaises. De plus, la plupart des régions rurales échappe à toute étude statistique, d’où une incertitude globale sur les chiffres annoncés qui relèvent parfois de la fantaisie. Pour autant, ces chiffres démesurés ont aussi pour but de forcer les pouvoirs publics à accentuer leurs efforts déjà effectifs à travers le vote de plusieurs lois à cette époque. Le souvenir des terribles épidémies sous l’Ancien Régime et au XIXe siècle (épidémies cholériques de 1832, 1849 et 1892, ou varioliques de 1870-1871) hante encore les mémoires françaises. La succession de phénomènes qui minent la démographie française56 et jettent un spectre de dépopulation conduit donc les autorités à envisager une collaboration avec le corps médical. De celle-ci naît une loi le 30 novembre 1892 sur l’exercice de la médecine57. Cette loi impose un meilleur contrôle de la pratique de la médecine et vise en premier lieu une lutte contre le charlatanisme, phénomène très fortement répandu à l’époque. La profession médicale souffre depuis le milieu du siècle d’une désaffection des vocations : alors qu’on dénombrait 18 099 médecins en 1847, on n’en compte plus que 14 920 (docteurs en médecine et officiers de santé) en 189158. Entre des études difficiles et longues et un salaire relativement faible proportionnellement à la longueur des études, de nombreux médecins recherchent d’autres emplois officiels à temps partiel dans le but de leur procurer prestige et revenus fixes (consultant auprès de l’hôpital, médecin des prisons, médecin des pauvres de la commune, médecin militaire ou médecin légiste, etc.59) Ce phénomène couplé à l’accroissement des doutes sur l’efficacité des thérapeutiques offertes entraîne naturellement des dérives, dont le charlatanisme est le meilleur exemple60. Le professeur Brouardel note dans son discours d’ouverture du Congrès pour la répression de l’exercice illégal de la médecine du 28 mai 1906 que « cette loi a été rendue nécessaire au vu des nombreux phtisiques croisés dans les hôpitaux qui avaient affaire à des charlatans qui ne prenaient pas en compte leur maladie et, pire, leur administraient de simples remèdes contre la toux61 ». Mais ce qui retient davantage notre attention ici c’est l’article 15 de la loi qui oblige les médecins, officiers de santé et sages-femmes de déclarer à l’autorité publique les cas de maladies dites épidémiques62 : « la liste des maladies épidémiques dont la divulgation n’engage pas le secret professionnel sera dressée par arrêté du ministre de l’Intérieur, après avis de l’Académie de médecine et du Comité consultatif d’hygiène publique de France63. » Au sein de cette première liste, la tuberculose n’apparaît pas, preuve qu’elle n’est pas considérée comme une épidémie, mais comme une endémie. Toutefois, certainement jugée trop moderne dans l’archaïsme médical ambiant, cette loi n’est que trop rarement respectée par les médecins. Nombreux la jugent en effet inadaptée, comme l’explique Alfred Cerné, chirurgien des Hospices civils de Rouen et fondateur du laboratoire de radiologie en 1899 :

  • 64 Alfred Cerné, « Sur l’extension à diverses maladies de la déclaration obligatoire », La Normandie (...)

Il n’est pas douteux que les médecins aient toujours vu d’un mauvais œil la charge qui leur incombait ; et on peut hardiment affirmer que, malgré la pénalité encourue, mais jusqu’ici inappliquée, et bien difficile à appliquer, les déclarations se font très irrégulièrement. De plus en plus soucieux de l’hygiène publique, comme de sa responsabilité professionnelle, le médecin pense à la déclaration quand le milieu contaminé oblige à la désinfection par les services publics ; il l’oublie souvent quand la désinfection peut être pratiquée dans de bonnes conditions sur ses simples conseils64.

  • 65 Stéphanie Antoniotti, Véronique Pélissier, Marie-Claude Siméoni et Catherine Manuel, « Déclaration (...)

29Face à ces circonstances néfastes, une nouvelle collaboration est consacrée par la loi du 15 février 1902 sur la protection de la santé publique. Cette fois, contrairement à la loi de 1892, on édicte une liste de maladies à déclaration obligatoire et une liste de maladies à déclaration facultative. En outre, la nouvelle liste sert désormais de base non seulement à la déclaration mais également à la désinfection et à l’application des mesures prescrites par les règlements sanitaires municipaux65.

Tableau 3. Maladies à déclaration obligatoire et facultative en 1902

Maladies pour lesquelles la déclaration et la désinfection sont obligatoires

Maladies pour lesquelles la déclaration et la désinfection sont facultatives

Fièvre typhoïde
Typhus exanthématique
Variole et varioloïde
Scarlatine
Rougeole
Diphtérie
Suette miliaire
Choléra et maladies cholériformes
Peste
Fièvre jaune
Dysenterie
Affections puerpérales et ophtalmie des nouveau-nés
Méningite cérébro-spinale épidémique

Tuberculose Coqueluche
Grippe
Pneumonie et broncho-pneumonie
Érysipèle
Oreillons
Lèpre
Teigne

  • 66 André-Justin Martin et Albert Bluzet, Commentaire administratif et technique de la loi du 15 févri (...)
  • 67 Paul Petit, « Commission concernant la déclaration obligatoire de la tuberculose », La Revue médic (...)
  • 68 ADE, 62 X 1, inspection médicale des écoles, instructions, affaires générales, organisation du ser (...)

30Pour les maladies à déclaration obligatoire, le médecin est dégagé du secret professionnel, alors que pour les maladies à déclaration facultative le médecin doit en principe se mettre préalablement d’accord avec les familles au sujet de la déclaration, puisque la loi ne le relève pas du secret. Si la tuberculose trouve refuge dans la seconde catégorie à l’instar de pathologies comme la coqueluche, la grippe ou les oreillons, c’est que, selon le Comité consultatif d’hygiène publique à l’origine de ce découpage, les difficultés sont insurmontables pour en faire une maladie à déclaration obligatoire « dans l’état actuel des mœurs et de l’organisation sanitaire ». Les services publics se seraient en effet trouvés dans l’impossibilité « d’assurer avec les moyens actuels la désinfection convenable et suffisamment fréquente de tous les logements occupés par les phtisiques, et de tous les objets souillés par eux66 ». En réalité, tout est fait pour générer une minimisation des dangers de la tuberculose. Le caractère endémique et moins « spectaculaire » visuellement de la tuberculose contribue certainement à cette disposition. On met également en perspective toutes les distinctions qui existent entre la tuberculose et les maladies à déclaration obligatoire. L’un des arguments invoqués a trait au déroulement de la maladie ; la tuberculose n’est pas une affection qui tue rapidement et le comité pense que ce temps relativement long doit permettre au tuberculeux de prendre des précautions sévères pour que celui-ci ne représente pas un danger pour son entourage67. La tuberculose est certes une maladie du temps, une maladie de « stades », mais les poussées évolutives rapides existent aussi. Reste que ces arguments ne pèsent guère face à la principale objection, imposée plus par l’opinion que par les médecins : les malades craignent la publicité de leur maladie, véritable tare aux yeux de la société. Sa durée, sa gravité habituelle, le danger de contagion qu’elle implique sont des raisons suffisantes pour empêcher, par exemple, le tuberculeux de trouver ou garder un emploi si quelque indiscrétion est commise au sujet de son affection. Les familles de malades ont tout intérêt à éviter l’ostracisme social. Pourtant, sans le consentement des familles, pas de déclaration, et sans déclaration, une lutte globale contre la tuberculose reste utopique. Dès lors, de grands spécialistes de la tuberculose et hygiénistes revendiqués mettent en garde leur propre corps face à cette mesure. Jean-Antoine Villemin, Georges Brouardel ou Joseph Grancher n’hésitent pas à prendre le parti de la déclaration obligatoire, tous persuadés de sa dangerosité et de la nécessité de la déclarer pour mieux la combattre. En 1912, le professeur Letulle, au nom de la Commission permanente de la tuberculose conclut à l’obligation absolue de la déclaration de toute tuberculose ouverte, ajoutant que cette déclaration est « d’un intérêt public68 », mais toujours sans appui public. Encore une fois, la commission obtient une fin de non-recevoir à ces quelques injonctions. D’ailleurs, l’obstination de la France paraît bien étrange, quand de nombreux pays ont adopté l’obligation de déclaration, comme l’Uruguay dès 1896, les États-Unis en 1897, l’Italie en 1901 ou la Grande-Bretagne en 1908. En France, il faut reconnaître que la base du corps médical possède un authentique pouvoir et fait peu de cas de la législation. Les médecins de familles se veulent respectueux du code déontologique en vigueur, qui consiste à ne divulguer en aucun cas la source du mal d’un patient sans l’accord de la famille, sauf si celle-ci représente un danger pour la collectivité.

  • 69 ADSM, 1 NP 135, délibérations C. G. (1919), rapport de l’inspecteur départemental des services d’h (...)
  • 70 Le rapport décès/malades est approximativement d’1/5 à l’époque pour la tuberculose (Alexandre Bru (...)

31Alors que l’État se désengage pour éviter un conflit inutile et laisse le pouvoir entre les mains des médecins, cet immobilisme est déjà combattu par quelques départements français. C’est ainsi que le Conseil général de Seine-Inférieure trouve un moyen pour faciliter les déclarations. Estimant que c’est « un acte hautement médical, profitable à la collectivité », ses membres décident, dès 1909, d’honorer par une modeste somme toutes les déclarations de tuberculose faite à l’Inspection d’hygiène69. Les élus départementaux pensent que les quelques rétributions distribuées aux médecins finiront par les convaincre. Les premiers résultats de cette initiative sont promulgués par le docteur Ott, inspecteur des services d’hygiène, en 1919. Il indique que de 1910 à 1917, les médecins ont déclaré 1 519 cas de tuberculose issus de leur clientèle. S’il paraît enthousiaste et fier de sa mesure, on constate aussi que sur la même période près de 25 000 décès par tuberculose ont été répertoriés dans le département pour cinq fois plus de malades70. À la fin des années 1910, bien qu’inscrite dans les textes et espérée par des médecins de renom, la déclaration de la tuberculose reste encore largement ignorée.

D’une approche théorique aux premières réalisations marginales

La délicate mise en place des dispensaires en Seine-Inférieure

32La lutte contre la tuberculose reste difficile à définir en ce début de XXe siècle. Avec des pouvoirs publics parfois réticents à prendre des mesures d’envergure pour ne pas froisser les esprits susceptibles des médecins, les initiatives concrètes sont limitées. C’est finalement le plus souvent des dispositifs privés qui offrent un premier soutien aux malades. La lutte contre la tuberculose ne s’est pas instaurée uniformément et simultanément sur toute la contrée française. Il y a certainement autant de départements et de localités françaises que de politiques antituberculeuses à cette époque. Cette absence d’homogénéité aboutit à une conclusion toute simple : alors que dans certains départements et certaines municipalités cette question de santé publique est devenue une priorité, dans d’autres elle a connu un profond désintérêt.

  • 71 BMH, Bureau d’hygiène municipal, bulletin mensuel, Le Havre, juin 1916, 1916-1917. Selon le bullet (...)

33Au début du XXe siècle, le département de Seine-Inférieure ne constitue pas une référence en matière de lutte antituberculeuse. Les initiatives se succèdent sans véritables liens entre elles et les municipalités ne se mobilisent pas toutes avec le même entrain. Pour pallier à la défection relative des pouvoirs publics, le corps associatif se rassemble. C’est le cas par exemple de la Ligue havraise contre la tuberculose, qui se crée en 1902 à l’initiative du docteur Sorel, membre du conseil municipal, et du docteur Frottier, membre de la commission administrative des hôpitaux. Tous deux travaillent conjointement depuis 1897 sur la possibilité d’isoler les tuberculeux dans des quartiers spéciaux à l’hôpital Pasteur du Havre. Bien conscients du nombre important de malades au sein de leur municipalité, ils réunissent autour d’eux des médecins et des notables havrais prêts à se regrouper sous une même bannière pour lutter plus efficacement contre la tuberculose. Après plusieurs réunions et mises en perspective des projets réalisables sur la commune, la Ligue conçoit l’idée d’une structure indépendante prénommée « dispensaire d’hygiène sociale et de préservation antituberculeuse », qui prendrait en charge les malades pour les dépister et les renseigner utilement sur les principes hygiéniques auxquels ils devraient se confronter71. Cette structure est le fruit des recherches d’un scientifique français, Albert Calmette, instigateur de l’idée même du dispensaire en France. En consentant à l’ouverture d’un premier dispensaire à Lille, ville industrielle par excellence, en 1901, accolé à l’Institut Pasteur lillois et financé par des initiatives locales et privées, Calmette introduit une nouvelle ère dans la lutte antituberculeuse. Ses idées sont vulgarisées lors du Congrès international de la tuberculose réuni à Londres du 21 au 27 juillet 1901 auprès de la communauté scientifique. Les débats évoquent notamment la nécessité de déployer fortement cette institution française à travers tous les départements au même titre que le sanatorium originaire d’Allemagne. Albert Calmette s’en fait l’écho lui-même :

  • 72 Albert Calmette, Les dispensaires antituberculeux et leur rôle dans la lutte contre la tuberculose(...)

Le Congrès, tout en recommandant la création du plus grand nombre possible de sanatoriums populaires, appelle l’attention des pouvoirs publics (État, Départements, Communes, Collectivités), sur la nécessité urgente de créer, tout d’abord, dans les villes, des dispensaires antituberculeux spécialement destinés à la prophylaxie de la tuberculose par l’éducation hygiénique du peuple et par l’assistance à domicile des nombreux malades qui ne peuvent être admis dans les sanatoriums de cure72.

34Les membres de l’association havraise réceptifs aux propos de Calmette ambitionnent de fonder ce nouveau dispensaire au sein d’un quartier résidentiel dans les dépendances de l’hôpital Pasteur où travaillent ses deux fondateurs, sur une propriété dénommée « Rouedhart » dans le quartier de Tourneville. Pour l’association, cette proximité est censée améliorer le confort des malades, qui trouveront sur place non seulement un dispensaire, organe préventif, mais également un hôpital, organe curatif. L’idée est immédiatement ratifiée par le conseil municipal. Pour autant, cette localisation a aussi ses détracteurs : peu de temps en effet après sa ratification, le conseil municipal est avisé d’une protestation qui s’inscrit sous la forme d’une pétition signée par les 38 habitants les plus proches de l’hôpital Pasteur vivant au sein d’un lotissement de petites maisonnettes. Ces derniers ne peuvent concevoir la proximité de malades avec leur résidence et le font savoir en ces termes :

  • 73 AMH, M 3, C 2, L 6, dispensaire antituberculeux Brouardel, pochette projet de création d’un dispen (...)

Dans notre pétition de protestation, nous vous avons exposé le danger évident que présentait l’installation du Dispensaire anti-tuberculeux dans la propriété Rouedhart […] Il nous semble, quant à nous, qu’il saute aux yeux que les principes les plus élémentaires de l’humanité, qu’elle a jusqu’ici justement et sagement observés, commandent à l’Administration de l’Hôpital de ne pas créer d’installations de services contagieux dans ces propriétés, installations qui viendraient faire emprise dans les propriétés voisines, car ce serait pour nous, voisins, la condamnation à mort sans phrases, ce serait une expropriation expéditive, mais macabre, que vous ne voudriez pas pratiquer […] le Dispensaire Anti-Tuberculeux ne peut être installé dans la Propriété Rouedhart au milieu des autres habitations […] S’il nous est permis d’émettre une opinion, nous dirions que sa place est dans l’Hôpital Pasteur, tout à fait éloignée des habitations privées, ou au loin, en dehors de la ville, en parfait isolement73.

  • 74 Ibid. Avis de la Commission administrative des Hospices du Havre.

35La municipalité s’avère, devant cette polémique inattendue, incapable de trouver un compromis. Elle préfère déléguer la responsabilité du règlement de ce litige à la Commission administrative des hospices du Havre, plus compétente selon elle, car propriétaire du terrain. Étrangement, cette dernière prend nettement le parti des habitants protestataires, en rappelant qu’il serait très dangereux de voir « toute accumulation ou concentration de malades sur un point quelconque d’un territoire, hors les endroits déjà spécialement affectés à cet effet74 ». Dans leur avis, s’en suit toute une série de griefs contre les tuberculeux, individus présumés dangereux notamment par les mauvaises habitudes qu’ils véhiculeraient :

  • 75 Ibid.

C’est surtout par ses crachats où se trouve en abondance le bacille de Koch, que le tuberculeux est dangereux pour son entourage ; tombés sur le sol, ces crachats se dessèchent sans rien perdre de leur virulence, ou quand ils sont sur le sol, le piétinement incessant surtout dans le logis encombré en font de la poussière […], pour toutes ces considérations, la commission vous propose d’émettre un avis favorable à la protestation des habitants du quartier de Tourneville75.

36Cette anecdote est symptomatique de l’isolement des associations antituberculeuses à cette époque et du peu de crédit apporté à leurs initiatives par les autorités, aussi bien politiques que médicales. Plus que la contestation populaire, c’est le manque de considération de l’hôpital havrais pour la Ligue havraise contre la tuberculose et la mauvaise compréhension du dispensaire qui mettent à mal le projet. En fait, la commission est surtout réservée sur les conséquences d’une telle création, qui compromettrait selon elle l’activité des médecins libéraux. Ceux-ci craignent la perte d’une partie de leur clientèle de phtisiques au profit du dispensaire. Partant de ce principe théorique, l’hôpital souhaite conserver une coopération saine avec les praticiens libéraux havrais.

37Malgré cet échec retentissant, les dirigeants de la Ligue havraise contre la tuberculose restent bien décidés à ériger un dispensaire au Havre à court terme. Une polémique analogue se reproduit inévitablement un an après lorsque l’association, s’efforçant de trouver un endroit adéquat, jette son dévolu sur un immeuble situé dans un quartier ouvrier près de la gare, rue Haudry. Les habitants de ce quartier, nécessiteux pour la plupart, apparaissent surpris à l’idée qu’un dispensaire vienne s’installer près de chez eux alors que celui-ci n’a pu être installé dans le quartier nettement plus chic de Tourneville un an auparavant. Le combat contre la tuberculose prend ici une tournure de lutte des classes. Si le dispensaire initialement projeté sur la propriété Rouedhart avait l’avantage de se situer dans les dépendances de l’hôpital Pasteur, celui de la rue Haudry offre celui d’être beaucoup plus proche du centre-ville, qui plus est dans un quartier assez fortement touché par la tuberculose.

  • 76 AMH, M 3, C 2, L 6 ; dispensaire antituberculeux Brouardel, pochette projet de création d’un dispe (...)
  • 77 Théodore Vallée, Quarante ans de vie républicaine : Jules Siegfried, Le Havre, Imprimerie du Journ (...)
  • 78 Jean Joly (dir.), Dictionnaires des parlementaires français : notices biographiques sur les minist (...)

38En cela, il prend exemple sur le dispensaire Gibert installé depuis 1875 près de l’hôtel de ville et dont la proximité avec les quartiers anciens et peuplés permet une fréquentation optimale année après année. Néanmoins, les mêmes phénomènes de peur se répètent au travers d’une énième pétition avec son lots de phrases chocs : « nous ne voulons pas croire qu’elle laissera transformer une rue déjà si mal disposée au point de vue hygiénique, en un rendez-vous pour tous les tuberculeux du Havre, en un entrepôt de tout le linge souillé par ces malheureux malades76. » Malgré cette mobilisation, l’association sait pertinemment que la commission administrative des hospices du Havre ne pourra pas cette fois interférer dans la décision et se tourne donc vers la municipalité autrefois coopérative. La ville du Havre et son maire, Théodore Maillart, se retrouve quant à elle face à deux options : soit se ranger derrière les 220 signataires inquiets pour leur santé et celle de leurs enfants, soit innover et aménager une structure quasi-inédite en France, comme lorsqu’il avait fallu inaugurer le premier bureau d’hygiène en 1879. Tout juste nommé maire, Théodore Maillart se tourne alors vers Jules Siegfried, député de Seine-Inférieure mais surtout ancien maire de 1878 à 1886, pour connaître le bien-fondé d’une telle réalisation. Celui-ci fut, faut-il le rappeler, particulièrement engagé dans les questions sanitaires et sociales de sa ville. On lui doit entre autres la création du Bureau d’hygiène, la mise en place d’une Commission d’assainissement en 1882, la fondation de la Société des cités ouvrières qui prévoyait qu’un locataire puisse devenir propriétaire, la réhabilitation des bains-douches et de l’Hospice général77. Il eut également une grande influence au niveau national dans le domaine de l’hygiène publique et de l’urbanisme, symbolisée par une proposition de loi déposée en 1886 à la Chambre des députés au sujet de l’organisation de l’hygiène publique (la future loi de 1902), la promulgation de la loi du 30 novembre 1894, dite « loi Siegfried », sur la création des habitations à bon marché, sans omettre son œuvre féconde à la tête du Musée social de 1894 à 192278.

  • 79 AMH, M 3, C 2, L 6 ; dispensaire antituberculeux Brouardel ; création, fonctionnement, convention (...)
  • 80 AIP, fonds du CNDT, côte CNDT. DPT 68, correspondance avec le Comité départemental de Seine-Inféri (...)
  • 81 AMES, 1 D ELB 33, registre des délibérations du conseil municipal d’Elbeuf (24 octobre 1902 – 17 n (...)

39L’avis de Jules Siegfried sur l’utilité du dispensaire havrais a certainement été déterminant, puisque sa localisation est validée par décision du conseil municipal en septembre 1905. Le 29 octobre 1905 s’ouvre le dispensaire Brouardel, du nom du célèbre phtisiologue, en sa présence79. La Ligue havraise contre la tuberculose remporte ici sa première victoire. Outre ce premier établissement, un autre dispensaire est fondé en novembre 1905 au sud du département, dans la commune d’Elbeuf, « une ville uniquement manufacturière, riche de tuberculeux80 ». Comme au Havre, cette fondation est à mettre à l’initiative d’une association, le Comité de l’œuvre de la tuberculose humaine. Le docteur Lourier, président du comité, définit la nécessité du dispensaire en ces termes : « Un grand nombre de tuberculeux soignés au début du mal sont susceptibles de guérir […] En les soignant on les surveille, on leur indique les mesures prophylactiques à prendre et on établit autour d’eux un cordon sanitaire des plus efficaces, afin d’éviter de nouvelles contagions81. »

  • 82 « Le dispensaire antituberculeux d’Elbeuf », La Normandie médicale, no 3, 1er février 1906, p. 60- (...)

40Ces deux exemples traduisent parfaitement le maigre intérêt des villes normandes et plus globalement du département à s’occuper du dépistage de la tuberculose. Malgré la bonne volonté de quelques bénévoles regroupés au sein d’associations, le rôle du dispensaire encore mal défini et l’ignorance de la population à l’égard de ces institutions totalement nouvelles aboutissent à un sentiment d’échec dans « la traque » de la maladie. En témoignent les premières statistiques publiées pour le dispensaire Brouardel. De 1905 à 1910, sur 2 330 consultations, seulement 610 personnes se sont révélées tuberculeuses. Au-delà d’une affluence relativement médiocre pour une ville de plus de 130 000 habitants, les 3/4 des patients recensés n’ont aucune infection tuberculeuse et consultent pour un autre motif. Il est aussi signalé à Elbeuf que le dispensaire reste très peu fréquenté et ne remplit pas de fonction réellement préventive82. Les moyens limités, la dispersion des efforts, le manque de centralisation, l’ignorance populaire et l’absence d’une véritable politique antituberculeuse orchestrée au niveau départemental sont les caractéristiques principales de la lutte contre la tuberculose en Seine-Inférieure avant la première guerre mondiale.

L’enfance, nouvelle priorité

La promotion de l’hygiène à l’école

  • 83 Antoine Léon, Histoire de l’enseignement en France, Paris, PUF (Que sais-je ?), 12e éd., 2008.
  • 84 Charlotte Siney, « La tuberculose, fondement de l’action médico-sociale mutualiste (1902-1940) », (...)
  • 85 Félix Ponteil, Histoire de l’enseignement en France : les grandes étapes (1789-1964), Paris, Sirey (...)

41Lorsque l’hygiène envahit progressivement toutes les sphères de la société, l’école est l’une des premières institutions affectées au travers de ses programmes scolaires à une époque où l’enseignement primaire est rendu théoriquement obligatoire et gratuit83. Lors de l’arrivée au pouvoir des républicains en 1879, ces derniers souhaitent que l’école devienne un fondement de l’éducation par l’hygiène avec une mise à contribution du corps enseignant84. L’idée de base est la suivante : en éduquant les enfants à ce principe, on pense qu’ils pourront transmettre à leurs parents les leçons d’hygiène qui leur auront été inculquées, tout en suivant ces règles lorsqu’ils deviendront eux-mêmes adultes. Néanmoins, ces initiatives ont leurs limites. L’éducation hygiénique est un système lourd à mettre en pratique à l’école, puisqu’elle ne représente pas le socle du programme scolaire de l’époque au même titre que le français ou les mathématiques85. Elle n’est d’ailleurs souvent enseignée que selon le bon vouloir des instituteurs et institutrices. De plus, malgré l’obligation scolaire, de nombreux parents ne scolarisent pas encore leurs enfants, notamment dans les campagnes où ils servent de main d’œuvre dans le cadre des travaux des champs. Ce sont les enfants de la classe aisée qui demeurent donc en majorité scolarisés et soumis aux enseignements, alors que ce ne sont pas forcément eux qui sont le plus à même de recevoir une éducation hygiénique.

  • 86 AN, Congrès internationaux, cote F/17/3097/5, 1875-1914, 2e Congrès international d’hygiène scolai (...)
  • 87 Mémoires de l’Académie de médecine, procès-verbal de la séance du 10 novembre 1908.

42Une seconde phase de la démocratisation de l’hygiène en milieu scolaire commence dès 1902 : à cette date, une circulaire ministérielle rend obligatoire l’enseignement de l’hygiène à l’école. Le ministère de l’Instruction publique, convaincu par les théories hygiénistes, choisit l’école pour en faire un modèle de salubrité. Il ne suffit plus d’inculquer aux élèves, dès leur plus jeune âge, les règles élémentaires d’hygiène d’une manière théorique, il faut également des cours pratiques, en chassant notamment les mauvaises manières. Le débat dépasse même les frontières françaises puisque lors du second Congrès international d’hygiène scolaire, tenu à Londres du 5 au 10 août 1907, on estime que « les principes et la pratique de l’hygiène personnelle et de la science ménagère doivent faire partie de l’éducation du citoyen et doivent être enseignés dans toutes les écoles et universités86 ». L’Académie de médecine suit également cet engouement et se joint aux demandes étatiques et associatives ; elle émet le souhait à l’unanimité, dans sa séance du 10 novembre 1908, que les notions d’hygiène publique entrent « non seulement dans le programme des études, mais encore dans le programme des examens des écoles, lycées et collèges87 ». Toutes ces recommandations aboutissent à la mise en place de cours sur les principes hygiéniques corporels de base. Les maîtres incitent leurs élèves à se laver les mains avant de prendre leur repas ou après être passés aux toilettes. Au-delà des messages distribués à forte orientation moralisante, ils attribuent également récompenses ou réprimandes selon les comportements. Cette initiation aux bonnes manières peut aussi être perçue comme la première inquisition hygiéniste dans le monde scolaire. En outre, pour accompagner les maîtres, peu formés à dispenser ces cours, les portes des écoles s’ouvrent à des « inspecteurs d’hygiène ». Cette nouvelle catégorie de fonctionnaires assume les « visites de propreté ». Leurs invectives sont résolument éclectiques puisqu’ils apprennent aux enfants à se laver soigneusement, à se nettoyer les ongles, à se brosser les dents, à avoir un mouchoir personnel, etc. Avant la première guerre mondiale, ces quelques enseignements restent tout de même très généraux. Ainsi, aucun précepte destiné à lutter spécifiquement contre la tuberculose n’est encore abordé dans les établissements scolaires.

  • 88 Dominique Dessertine, « Les écoles de plein air de l’agglomération lyonnaise : de l’innovation san (...)
  • 89 René Héliot et Paul Petit, « La colonie de santé de l’Association Rouennaise pour la Préservation (...)
  • 90 René Héliot et Paul Petit, « Les colonies de vacances ; “colonie de santé” par le grand air organi (...)
  • 91 « La colonie de santé de l’Association rouennaise pour la Préservation de la Tuberculose », La Rev (...)
  • 92 Bulletin de l’Association rouennaise pour la préservation de la tuberculose, no 15, Rouen, décembre (...)
  • 93 « L’école de plein air en France au XXe siècle : politique municipale et prévention de la tubercul (...)

43Hormis les enseignements théoriques, un autre dispositif naît, beaucoup plus pratique, appelé « école de plein air ». C’est en 1907 qu’est fondée la première école française de plein air ; celle-ci se situe dans le château de Vernay au sein de l’agglomération lyonnaise88. Ce concept peut être apparenté aux colonies de santé qui ont fleuri sur le territoire français au début du XXe siècle. En Seine-Inférieure, l’Association rouennaise pour la préservation de la tuberculose est à l’origine d’une colonie de santé aménagée en 1904 et située sur la commune du Mesnil-Esnard, au sud-est de Rouen. Cette colonie veut offrir l’air pur de la campagne aux enfants de la ville89. Visant la « préservation de la tuberculose », l’association ne cherche en aucune manière à guérir de la maladie90. Cette initiative rouennaise est dans l’esprit hygiéniste du début du XXe siècle, où les associations caritatives tentent de se mobiliser avec les maigres moyens dont elles disposent. Bien que son action soit limitée, avec une participation effective de 24 enfants en 190491, la colonie voit son activité s’amplifier au fil des années, puisqu’on y dénombre une soixantaine d’enfants pendant les mois d’été d’avant-guerre92. De cette volonté privée d’amener les enfants vers la campagne découle l’idée d’amener l’enfant vers la campagne dans le cadre scolaire. Si les deux départements haut-normands ne légifèrent pas dans un premier temps sur la question des écoles de plein air, il est bien de la responsabilité des principales communes normandes d’analyser tout d’abord la situation sanitaire des enfants pour ensuite encourager leur création. Les villes du Havre, de Rouen et d’Évreux expérimentent chacune à leur manière ce placement infantile journalier avant 1914. Comme le signalent Anne-Marie Châtelet et Jean-Noël Luc, « l’école de plein air est l’une des réalisations de ce solidarisme municipal qui inspire une ambitieuse politique d’hygiène publique93 ». Néanmoins, même si elle est issue de volontés municipales, la création de ces écoles reçoit également l’appui régulier d’associations de type philanthropique ; historiquement, les thèmes associés à la sauvegarde de l’enfance trouvent un large écho auprès de nombreux donateurs et les fonds privés sont fondamentaux pour perpétuer ces œuvres.

  • 94 Loi du 30 octobre 1886, art. 9, § 7.
  • 95 Le Dr Deshayes a publié énormément d’ouvrages et d’articles sur les problématiques des pathologies (...)
  • 96 ADSM, 5 M 59, conseil central d’hygiène, délibérations (1885-1902), séance du 5 mai 1891.
  • 97 ADSM, 5 M 59, séance du 6 décembre 1892.
  • 98 Décret du 18 janvier 1887, art. 141.

44L’enseignement de l’hygiène et une délocalisation des locaux scolaires vers la campagne peuvent être considérés comme des moyens indirects de lutte contre la tuberculose. Le moyen le plus fiable pour endiguer l’endémie et améliorer la santé des élèves reste un examen médical dans l’enceinte même de l’établissement. Ici intervient le concept d’inspection médicale des écoles. Celle-ci correspond au suivi sanitaire personnalisé de l’enfant au sein de la structure scolaire, ancêtre de la visite médicale périodique que l’on connaît actuellement dans les écoles françaises. Elle se place chronologiquement entre les consultations des nourrissons dans les quelques dispensaires de salubrité existants, tel que le dispensaire Gibert au Havre, et l’âge adulte. C’est une période charnière de la vie où l’organisme est souvent plus vulnérable aux affections et où les contacts s’avèrent nombreux, ne serait-ce qu’à l’école. Il faut remonter en 1886 pour trouver la trace d’une première loi concernant « l’inspection des établissements d’instruction primaire ». Celle-ci est « exercée, au point de vue médical, par des médecins-inspecteurs communaux ou départementaux94 ». Dans les faits, cette inspection est inexistante. Par ailleurs, des discussions à l’échelle du département émergent sur le rôle des maîtres et des locaux dans la diffusion des pathologies à l’intérieur des enceintes scolaires. Par exemple, lors d’une séance du conseil d’hygiène publique et de salubrité en 1891, le docteur Charles Deshayes95 attire « l’attention des membres du conseil sur la fréquence des tuberculeux chez les maîtres adjoints96 ». Une année plus tard, le même conseil s’intéresse aux conditions hygiéniques des écoliers et élabore des vœux dans le cadre de la construction et l’assainissement des écoles (assurer la ventilation, recommander des fenêtres mobiles, veiller à l’aération des cabinets d’aisance, réclamer partout des lavabos, condamner les fosses d’aisance, supprimer les mauvaises odeurs97). Bien que louables, ces quelques initiatives restent trop souvent à l’état de projets. Ainsi, à défaut d’un véritable investissement départemental, c’est une nouvelle fois aux conseils municipaux que revient le soin d’organiser une inspection médicale des écoles digne de ce nom, même si les médecins ne peuvent entrer dans les écoles qu’après avoir été agréés par le préfet. Leur inspection est centrée sur la santé des enfants, la salubrité des locaux et l’observation des règles de l’hygiène scolaire98. Concernant les écoles maternelles, l’article 3 de l’arrêté du 18 janvier 1887 dit que le médecin-inspecteur nommé par le maire doit visiter les écoles maternelles une fois par semaine et inscrire ses observations sur un registre particulier. Pourtant, faute d’une rétribution raisonnable, cette recommandation est rarement respectée par les médecins et les visites s’espacent fréquemment. Au début du XXe siècle, il faut se rendre à l’évidence que l’inspection médicale des écoles reste une utopie en Seine-Inférieure comme dans l’Eure : les rares municipalités ayant approuvé la loi n’engagent pas un contrôle réel sur la santé des écoliers. À leur décharge, celles-ci n’ont en réalité pas les moyens financiers pour faire fonctionner ce service.

La vie à la campagne ou la sauvegarde de l’enfance selon Grancher

  • 99 Michèle Becquemin, Protection de l’enfance et placement familial. La Fondation Grancher. De l’hygi (...)

45Voilà une œuvre trop peu connue du grand public, car peu étudiée par les historiens contemporains99, mais d’une importance capitale pour appréhender les thématiques souvent floues (vie à la campagne, séparation familiale…) qui viennent se greffer à cette association. Œuvre privée par excellence avec l’utilisation de méthodes spécifiques, elle arrive à se fondre dans les politiques sanitaires et sociales de l’époque (luttes contre la tuberculose, la dépopulation, la pauvreté, le taudis…)

  • 100 AIP, fonds Service du BCG, côte BCG. 30 : organismes privés de lutte antituberculeuse. Œuvre Granc (...)
  • 101 Charles Coury, Grandeur et déclin d’une maladie…, op. cit.

46Au même titre que des hommes de sciences comme Raoul Brunon, Albert Calmette ou Léon Bernard, le docteur Joseph Grancher a consacré à peu près toute sa vie exclusivement à une seule maladie, la tuberculose. L’étudiant tout d’abord d’un point de vue purement médical à la fin du XIXe siècle, il se tourne progressivement vers les moyens pour s’en protéger. En fait, témoin de l’insuccès des tentatives thérapeutiques inspirées par l’étude du bacille, Grancher comprit que tant que manquerait un traitement spécifique trop lent à venir, l’hygiène sociale devait conserver le premier rang dans le combat contre la tuberculose100. Dès lors, à l’aube du XXe siècle, il oriente son combat selon une expression devenue célèbre, « pour combattre victorieusement la tuberculose, il faut la devancer et non la suivre101 ». En cela, il est un des partisans de la fondation du premier dispensaire lillois initiée par son confrère Calmette, ces deux médecins encensant la prévention au détriment de la cure.

  • 102 AIP, fonds Service du BCG, côte BCG 30 : organismes privés de lutte antituberculeuse. Œuvre Granch (...)

47Résistant au grand courant d’opinion populaire qui entraîne la plupart des esprits à faire du sanatorium populaire le principe essentiel de la lutte antituberculeuse, il cherche à démontrer combien cette solution est à la fois coûteuse et douteuse. D’ailleurs, en aparté, il n’hésite pas à détailler les inconvénients du sanatorium : « le sanatorium prend le père ou la mère malade, mais laisse le plus souvent l’enfant dans les conditions les plus misérables ; de plus, il arrive fréquemment que le parent tuberculeux quitte le sanatorium, simplement amélioré, continuant à expectorer des bacilles ; il rentre dans sa famille et ce porteur de germes contamine tout son entourage102. » Le docteur Granjux, vice-président de l’œuvre Grancher du Havre, rapporte certaines paroles de Grancher parues dans le Bulletin médical en 1903 qui expliquent le fondement de sa pensée :

  • 103 BMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1916-1917, avril 1917 : réunion entre (...)

Quand la tuberculose sévit dans un étroit logis et frappe le père ou la mère, la contagion des enfants est presque fatale, et j’ai pensé que le meilleur moyen de lutter contre la tuberculose était de lui enlever sa proie. Dans cette famille tuberculeuse, l’œuvre de préservation prend les enfants encore sains de 3 à 10 ans, et les place à la campagne, dans des familles de paysans également sains, où nos pupilles sont confiés à d’excellents médecins de campagne qui choisissent les maisons de paysans et soignent nos enfants gratuitement. Formule idéalement simple et scientifique ! Elle est, pour l’enfant, la meilleure que l’on puisse opposer à l’envahissement du fléau tuberculeux. Médicalement, elle donne une solution complète et radicale. Elle supprime en effet les causes de la tuberculose ; causes lointaines : le taudis et la misère des grandes villes, qui préparent le terrain ; cause immédiate : la contagion familiale. Socialement, l’enfant enlevé à la promiscuité d’un logis infecté de tuberculose et placé pour une longue période de sa vie dans une bonne maison, en plein air, avec une nourriture abondante devient un être nouveau physiquement et moralement103.

  • 104 Son œuvre de préservation de l’enfance contre la tuberculose est fondée en 1903 et il meurt en 190 (...)
  • 105 Michèle Becquemin, Protection de l’enfance…, op. cit., p. 82.
  • 106 Marthe Coppel, Annick Camille Dumaret, Que sont-ils devenus ?..., op. cit., p. 13.
  • 107 AMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1916-1917, juin 1916 : les œuvres de (...)
  • 108 Marianne Robinot, « L’école de Puériculture de la Faculté de Médecine de Paris (1919-1970). Approc (...)
  • 109 Michèle Becquemin, Protection de l’enfance…, op. cit., p. 247-249.

48Il préconise donc des moyens simples qui consistent, suivant son expression, à devancer la tuberculose au lieu de la suivre, en préservant les enfants de la contagion familiale, combat auquel il va s’atteler quelques années avant de décéder, comme par ironie, de la maladie à laquelle il consacra la majeure partie de sa vie104. Il décide de mettre en place une œuvre de protection de l’enfance plus communément appelée « L’Œuvre de préservation de l’enfance contre la tuberculose » en 1903, devenue « Œuvre Grancher » en 1907 à la mort de son fondateur comme pour lui rendre un ultime hommage. Le but de Grancher est simple : soustraire les enfants non atteints par la tuberculose aux milieux familiaux dans lesquels ils sont exposés à la contagion, par leur placement à la campagne dans des familles « saines ». Ce placement est censé leur octroyer une vie au grand air et une habitude au travail (aptitude aux travaux des champs pour les garçons et aux soins du ménage pour les filles). Les familles de paysans qui reçoivent les enfants sont choisies par les médecins de la localité, après enquête sur leur valeur morale, leur santé et leurs ressources. La difficulté principale pour Grancher réside dans l’acceptation des placements par les parents, ce que Michèle Becquemin nomme le « contournement de la puissance paternelle105 ». En fait, le soutien du corps médical dans son ensemble, la capacité de Grancher à convaincre les parents naturels qu’ils gardent toute autorité sur leur enfant et une propagande intensive finissent par valider son œuvre. Les débuts sont encourageants puisqu’entre 1903 et 1907, environ 800 enfants de la région parisienne sont placés en Sologne106. Devant ce succès, Grancher émet le souhait d’exporter son association partout en France. De nombreux médecins arborant des idéaux semblables répondent à son appel et créent des filiales en province ; l’une d’elles est envisagée au Havre. Comme souvent, la ville normande joue le rôle de précurseur. Après la fondation du dispensaire Brouardel, le Conseil d’administration de la Ligue havraise contre la tuberculose, après entente avec le professeur Grancher, vote en juin 1906 la création d’une filiale de l’Œuvre de préservation de l’enfance, dont les locaux sont contigus au dispensaire. Elle reçoit de l’association philanthropique havraise un complément de fonds nécessaires à son fonctionnement, et c’est par le dispensaire Brouardel qu’elle recrute ses pupilles. Ceux-ci, après examens, sont dirigés par groupes de deux ou trois vers les localités rurales des environs du Havre comme Angerville l’Orcher (859 habitants en 1911), Saint-Martin-du-Bec (324 habitants), Hermeville (280 habitants) ou Turretot (395 habitants107). Paradoxalement, alors que le plan de lutte nationale contre la tuberculose n’est pas encore institué, l’œuvre Grancher vit la période la plus faste de son histoire avant la guerre, certainement par manque de rivaux hormis l’Assistance publique. Jusqu’en 1914, le nombre d’enfants inscrits dans l’œuvre parisienne est en constante augmentation, mais, au crépuscule du conflit, l’association marque le pas, concurrencée par les nouveaux placements en sanatorium et en préventorium. Après la Grande Guerre, l’œuvre Grancher lorgne avec un succès mitigé sur les nouvelles thématiques que sont la lutte antituberculeuse et la lutte contre la mortalité infantile présentées en période de dénatalité comme des efforts primordiaux dans le cadre de la survie de la patrie108. La pérennisation de l’œuvre ne passera simplement que par sa capacité à s’expatrier en dehors de sa base parisienne. Si 11 filiales ont été créées avant la guerre, 57 le sont entre 1918 et 1939109.

Conclusion. L’hygiénisme, doctrine fondatrice de nouvelles perspectives sanitaires et sociales

  • 110 France : 3,23 décès pour 1 000 habitants ; Angleterre : 2,24/1 000 ; Allemagne : 2,54/1 000 (Annua (...)

49Finalement l’hygiénisme a, semble-t-il, pris une telle place dans la société française au XIXe siècle qu’il dirige et coordonne toutes les politiques issues du pouvoir central, des municipalités ou des associations. L’influence du mouvement hygiéniste a été considérable tant sur le plan de la recherche que sur celui de la mise en place de dispositifs globaux, législatifs, ou bien encore à l’échelle locale. Cependant, pendant la majeure partie du siècle, l’État reste trop faible pour imposer à la société les préceptes des hygiénistes, et l’instabilité politique explique en grande partie le retard français en matière de santé publique par rapport aux autres pays européens, comme l’Angleterre ou l’Allemagne, qui ont des taux de mortalité tuberculeuse bien inférieurs à celui de la France110. Ce n’est donc qu’à la fin du siècle que de grandes lois sanitaires consolident le consensus républicain et concrétisent enfin les efforts continus des hygiénistes depuis la fondation des premiers conseils d’hygiène et de salubrité publique. Cette avancée législative significative est rendue possible par le renforcement du groupe de pression des médecins hygiénistes et la demande d’une partie de plus en plus large de la population. Concernant la tuberculose, les associations et l’abnégation de leurs dirigeants demeurent les principaux remparts contre la pathologie à cette époque. Si les initiatives sont quelquefois maladroites et souvent très isolées, elles établissent un premier lien entre une population malade et demandeuse de soins et des infrastructures nouvelles et accessibles au plus grand nombre (dispensaires, écoles de plein air, œuvre Grancher, etc.). Elles sont surtout à l’origine de nouvelles perspectives dans une lutte contre la tuberculose qui tarde à être définie et dont les ravages restent encore trop souvent insoupçonnés par les médecins et les pouvoirs publics. Ces perspectives se veulent donc optimistes notamment dans le cadre de la protection de l’enfance qui s’élabore tel un pilier pour contrer l’évolution exponentielle de la maladie avant la première guerre mondiale. Toutefois, un autre cadre de cette révolution hygiéniste est aussi en pleine réforme à cette époque, c’est l’hôpital. Longtemps délaissée, cette institution est prête à arborer un nouveau visage dès lors que la contagion est avérée et qu’une réflexion globale sur l’isolement des malades s’instaure.

Notes

1 Philippe Ariès, L’homme devant la mort, Paris, Seuil, 1977, p. 121-141.

2 Jean-Antoine Villemin, Études sur la tuberculose, Paris, 1868.

3 Claude-Paul-Daniel Jeanjean, Jean-Antoine Villemin 1827-1892 : sa place capitale dans la connaissance de la tuberculose, thèse de doctorat, université de Strasbourg, 1988.

4 Pierre Guillaume, « Le débat contagion-hérédité depuis le XIXe siècle », Sociologie Santé, no 22, juin 2005, p. 46-59 ; John C. Waller, « The illusion of an explanation : the concept of hereditary disease, 1770-1870 », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, 2002, vol. 57, no 4, p. 410-448.

5 Louis Perroud (membre de l’Académie de médecine), De la tuberculose, ou, de la phtisie pulmonaire et des autres maladies dites scrofuleuses et tuberculeuses, Bordeaux, Savy, 1861, p. 87.

6 Francis Galton, « Hereditary talent and character », Macmillan’s Magazine, no 12, 1865, p. 115-166; Francis Galton, Hereditary genius: an Inquiry into its Laws and Consequences, Londres, Macmillan and Co, 1869.

7 Henri Lebeau et James Clark, Traité de la consomption pulmonaire, comprenant des recherches sur les causes, la nature et le traitement des maladies tuberculeuses et scrofuleuses en général, Bruxelles, L. Hauman, 1836, p. 261-262.

8 F. de Ranse, « Suite de la discussion sur la tuberculose », Gazette médicale de Paris, no 10, 7 mars 1868, p. 131.

9 Journal de médecine de Lyon, vol. 9, 1868, p. 34.

10 Hermann Pidoux, Études sur la phtisie, Paris, Asselin, 1873.

11 Bulletin général de la thérapeutique, Paris, 1867, vol. 72, p. 367.

12 Fernand Bezançon et al., « Maladies de l’appareil respiratoire », dans Précis de pathologie médicale, Paris, Masson et Cie, 1923, t. 2, p. 256.

13 Patrick Berche, Une histoire de microbes, Montrouge, John Libbey Eurotext, 2007, p. 70.

14 Bernard Nièpce, De la contagion et de la transmissibilité de la tuberculose, Grenoble, 1886 ; Gonzalve Menusier, La contagion de la tuberculose par les appartements. État sanitaire et désinfection obligatoire, Paris, Maloine, 1900 ; Arthur Armaingaud, Moyens de prévenir la contagion de la tuberculose. Instructions rédigées par le Congrès de la tuberculose, Bordeaux, 1896 ; Paul Brouardel et E. Lagrue, Guerre à la tuberculose. Livret d’éducation et d’enseignement antituberculeux, Paris, Delagrave, 1903.

15 Dr Firket, « Expérimentation sur la tuberculose héréditaire », Revue médicale, 1887, p. 87-90 ; Albert Lerefait, « Interrogations sur la contagiosité de la tuberculose », La Normandie médicale, 1899, p. 451-458 ; Willem Hendrik Middendorp, Nouvelles études concernant les bacilles tuberculeux que M. le professeur R. Koch prétend avoir découvert, mais qui n’existent pas, l’erreur de sa doctrine sur l’étiologie de la tuberculose, et la non-valeur et les dangers de son nouveau procédé de guérison, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1891 ; Isodore Strauss, « Hérédité de la tuberculose », dans La tuberculose et son bacille, Paris, Rueff et Cie, 1895, p. 499-566.

16 Le plus célèbre « dissident » de l’idée de la contagion au XXe siècle et partisan du caractère héréditaire n’est autre qu’Auguste Lumière, co-inventeur du cinéma à la fin du XIXe siècle et qui consacra la seconde partie de sa vie à des recherches médicales. Catalogué par certains écrivains comme un chercheur « pas assez reconnu à sa juste valeur » (Pierre Lance, Savants maudits, chercheurs exclus, Paris, Guy Trédaniel, 2005, t. 2), par d’autres comme « un charlatan de la médecine » (Lionel d’Autrec, Les charlatans de la médecine, Paris, Éditions du Scorpion, 1954), Auguste Lumière reste à cette époque le leader du courant glorifiant la théorie héréditaire. Sans doute son aura autour de sa découverte du cinématographe et de la fortune qu’il en a amassée a-t-elle joué en sa faveur d’un point de vue médiatique car son œuvre représente tout de même plus de 20 ouvrages médicaux et quelques 800 articles sur la question. On peut retenir en particulier son ouvrage paru en 1946 (La tuberculose, Paris, Albin Michel), où il se montre très critique aussi bien sur les thèses « contagionnistes » issues des travaux de Villemin et de Koch que sur toutes les politiques antituberculeuses menées avant la seconde guerre mondiale (dispensaires et sanatoriums réunis) et qui ont conduit, selon lui, à des résultats dérisoires.

17 Jules Héricourt, Les maladies des sociétés, tuberculose, syphilis, alcoolisme et stérilité, Paris, Flammarion, 1918, p. 22.

18 Louis Renon, Les maladies populaires, vénériennes, alcoolisme, tuberculose, Paris, Masson, 1905, p. 58.

19 Tous les décès donnent lieu à un certificat par le médecin qui a assisté l’individu mort, durant ses derniers instants. La majorité de ces certificats ne contiennent que le nom de la maladie (quelques-uns indiquent aussi les caractères de la maladie).

20 Allan Mitchell, « An inexact science… », op. cit.

21 Adolphe-Aimé Lecadre, Étude statistique, hygiénique et médicale relative au mouvement de la population du Havre en 1868, Le Havre, Imprimerie Le Pelletier, 1869.

22 Jean Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, 1800-1914, le cadre de vie, Fécamp, Éditions de l’Estuaire, 1982, p. 155.

23 J. Daniel et Adrien Loir, Cérémonie du cinquantenaire du Bureau d’hygiène (1879-1929), Le Havre, 1930, p. 27.

24 Rapports des médecins des épidémies du département de la Seine-Inférieure en 1892, Rouen, Espérance Cagniard, 1893, p. 65.

25 Olivier Faure, « Tuberculose », dans Dominique Lecourt (dir.), Dictionnaire de la pensée médicale, Paris, PUF, 2004, p. 1167-1170.

26 Voici quelques exemples d’ouvrages qui dénotent du caractère insolite de certains remèdes préconisés par des médecins à l’époque : Geoges-Jean Bertin, De l’injection du sang de chèvre comme traitement de la tuberculose. Méthode de MM. Bertin et Picq. Conférence faite à l’hôpital Saint-Jacques, le lundi 9 mars 1891, Nantes, Impr. du commerce, 1891, 36 p. ; F. Ghirelli, La phtisie pulmonaire : son traitement et sa guérison par la liqueur anti-tuberculeuse de Vigon et les injections hypodermiques de sérum artificiel, Nice, impr. de V. Barès, 1893 ; Maurice Le Tanneur, Du traitement de la phtisie ou tuberculose pulmonaire par les injections sous-cutanées de gaïacol, Paris, Société d’éditions scientifiques, 1895 ; La médecine qui guérit, les panacées authentiques, les remèdes infaillibles, Paris, L’Institut Biothérapic-Alexa, 1902 ; Emmanuel Ostrovsky, Du traitement de la phtisie pulmonaire par le sérum antistreptococcique de Menzer, Paris, G. Steinheil, 1903 ; Dr J. Basset, Lutte contre la tuberculose, suppression de l’impôt de la bicyclette. De l’influence de la bicyclette sur la diminution de la tuberculose à Toulouse, Toulouse, impr. d’Ecos et Olivier, 1905, 13 p.

27 Pierre Guillaume, « Les maladies sociales : la tuberculose et autres maux », dans Marie-Agnès Bernardis, L’homme et la santé, Paris, Seuil, 1992, p. 63.

28 Adolphe-Aimé Lecadre, Étude statistique…, op. cit., p. 67.

29 Ibid., p. 51.

30 ADSM, 5 M 57, Conseil central d’hygiène, délibérations (1831-1849).

31 ADSM, 5 M 58, conseil central d’hygiène, délibérations (1849-1870), séance du 4 août 1849.

32 ADSM, 5 M 61, conseil central d’hygiène, rapports présentés au conseil et procès-verbaux des réunions (1828-1880). La commission du choléra s’est réunie le 16 août 1854.

33 ADSM, 5 M 61, Rapport d’inspection de M. Tougard au nom du conseil d’hygiène. 5 juillet 1856.

34 Le premier d’entre eux est discuté lors de la séance du 3 mars 1860.

35 Olivier Faure, « Aspects anthropologiques, historiques et sociologiques de la santé et de la maladie en France et en Allemagne », Actualité et dossier en santé publique, no 16, septembre 1996, p. 3-6.

36 Gérard Jorland, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au XIXesiècle, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 2010, p. 256.

37 Lois sur le travail des enfants, les accidents du travail, les logements insalubres, la vaccination, l’organisation de la police sanitaire, etc.

38 Emmanuel Bobichon, L’action sociale du docteur Gibert au Havre à la fin du XIXe siècle, mémoire de maîtrise, université de Rouen, 1995.

39 BMH, fonds précieux, Ms 881, correspondance entre le docteur Gibert et Jules Siegfried, plusieurs lettres.

40 J. Daniel et Adrien Loir, Cérémonie du cinquantenaire…, op. cit., p. 3.

41 Joseph Gibert, Une visite au bureau d’hygiène de Bruxelles, Le Havre, F. Santallier, 1878.

42 Lion Murard et Patrick Zylbermann, « Experts et notables, les bureaux municipaux d’hygiène en France 1879-1914 », Dossiers de Genèses, no 10, janvier 1993, p. 57.

43 Journal du Havre, 20 décembre 1875.

44 Achille Foville, Les nouvelles institutions de bienfaisance. Les dispensaires pour enfants malades. L’hospice rural, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1888, p. 203.

45 Patrice Bourdelais, « Les bureaux d’hygiène municipaux (1879-1900) », dans Patrice Bourdelais et Olivier Faure (dir.), Les nouvelles pratiques de santé, acteurs, objets, logiques sociales (XVIIIe-XXe siècle), Paris, Belin, 2004, p. 267.

46 Patrice Bourdelais, « L’échelle pertinente de la santé publique au XIXe siècle : nationale ou municipale », Les Tribunes de la santé, no 14, 2007, p. 51.

47 Lucie Paquy, « Naissance et développement d’un service sanitaire municipal. Le Bureau d’hygiène de Grenoble (1889-1914) », dans Yannick Marec (dir.), Villes en crise ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin XVIIIe– fin XXesiècle), Paris, Créaphis, 2005, p. 227.

48 Évelyne Berbin et Yannick Marec, « Un laboratoire des statistiques sociales : Rouen dans la première moitié du XIXe siècle », Histoire et Mesure, vol. 2, no 1, 1987, p. 33-55 ; Susan Jones, Public Hygiene and Hygienist in Rouen (1880-1930), thèse, St-Catharine’s College, Department of Geography, Cambridge University, 1992.

49 BMR, Société d’hygiène publique, séance du 29 mars 1886, t. 16, p. 182.

50 16 bureaux d’hygiène municipaux sont répertoriés en 1901 : Le Havre [fondé en 1879], Nancy [1879], Marseille [1881], Reims [1882], Rouen [1883], Saint-Étienne [1884], Amiens [1884], Pau [1886], Nice [1886], Grenoble [1889], Lyon [1890], Bordeaux [1890], Besançon [1893], Montpellier [1894], Boulogne [1894] et Dunkerque [1899] (Recueil des travaux du Comité consultatif d’hygiène publique, 1901, t. 31, p. 484).

51 ADSM, série 5 M 59, conseil central d’hygiène, délibérations (1885-1902), séance du 14 avril 1896.

52 Bruno Dumons et Gilles Pollet, Administrer la ville en Europe, XIXe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 2003.

53 Patrice Bourdelais, « Les logiques du développement de l’hygiène publique », dans Les hygiénistes. Enjeux, modèles et pratiques, Paris, Belin, 2001, p. 5-22 ; Yannick Marec, Bienfaisance communale …, op. cit. ; Jean-Claude Guyot et Bruno Hérault (dir.), La santé publique, un enjeu de politique municipale, Bordeaux, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2001.

54 Léon Bourgeois, La politique de la prévoyance sociale. L’action, Paris, E. Fasquelle, 1913-1919, 2 vol. , p. 82.

55 Annuaire statistique de France, Paris, Imprimerie nationale, vol. 30, 1910, p. 176.

56 Au décès par les épidémies précédemment citées s’ajoutent les décès dus à la guerre de 1870-1871 qui a coûté à la France 139 000 morts.

57 Annuaire de la législation française contenant le texte des principales lois votées en France en 1892, Société de législation comparée, Paris, 12e année.

58 Jacques Poirier et Françoise Salaün, Médecin ou malade ? La médecine en France aux XIXe et XXe siècles, Paris, Masson, 2001, p. 14.

59 Jacques Léonard, La médecine entre les pouvoirs et les savoirs, Paris, Aubier Montaigne, 1981 ; La France médicale au XIXe siècle, Paris, Gallimard-Julliard, 1978 ; Théodore Zeldin, Histoire des passions françaises, Paris, Recherches, 1978, p. 44-50.

60 Pierre Guillaume, « La tuberculose », dans Jean-Pierre Bardet (dir.), Peurs et terreurs face à la contagion, Paris, Fayard, 1988 ; Georges Vigarello, Le sain et le malsain ; santé et mieux-être depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, 1993.

61 Georges Brouardel, « Congrès pour la répression de l’exercice illégal de la médecine, 28-31 mai 1906 », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, Paris, Jean-Baptiste Baillière, série 4, no 6, 1906, p. 5-9.

62 Bernard Hoerni, « La loi du 30 novembre 1892 », Histoire des sciences médicales, vol. 32, no 1, 1998, p. 63-67. Les maladies épidémiques visées sont les suivantes : la fièvre typhoïde, le typhus exanthématique, la variole, la scarlatine, la diphtérie, la suette miliaire, le choléra, la peste, la fièvre jaune, la dysenterie, les affections puerpérales et l’ophtalmie des nouveaux-nés.

63 Paul Strauss et Alfred Filassier, Loi sur la protection de la santé publique, loi du 15 février 1902. Travaux législatifs, guide pratique et commentaire, Paris, Jules Rousset, 1902.

64 Alfred Cerné, « Sur l’extension à diverses maladies de la déclaration obligatoire », La Normandie médicale, no 10, mai 1900, p. 197.

65 Stéphanie Antoniotti, Véronique Pélissier, Marie-Claude Siméoni et Catherine Manuel, « Déclaration obligatoire des maladies infectieuses. Des maladies pestilentielles aux maladies émergentes », Santé publique, Société française de santé publique, no 14, 2002-2, p. 165-178.

66 André-Justin Martin et Albert Bluzet, Commentaire administratif et technique de la loi du 15 février 1902 relative à la protection de la santé publique, Paris, Masson, 1903.

67 Paul Petit, « Commission concernant la déclaration obligatoire de la tuberculose », La Revue médicale de Normandie, no 12, 25 juin 1906, p. 210-214.

68 ADE, 62 X 1, inspection médicale des écoles, instructions, affaires générales, organisation du service. Rapport fait au nom de la commission d’hygiène sur le projet de loi relatif à la protection de la santé par M. Georges Legros, député, lors de la seconde séance de la chambre des députés du 11 juillet 1930 (déclaration du professeur Letulle dans le Bulletin de l’Académie de médecine, 1912, t. 68).

69 ADSM, 1 NP 135, délibérations C. G. (1919), rapport de l’inspecteur départemental des services d’hygiène, le Dr Ott.

70 Le rapport décès/malades est approximativement d’1/5 à l’époque pour la tuberculose (Alexandre Bruno, Le rôle de la mission Rockefeller dans l’organisation antituberculeuse en France de 1917 à 1923, Paris, [s. d.], 1925).

71 BMH, Bureau d’hygiène municipal, bulletin mensuel, Le Havre, juin 1916, 1916-1917. Selon le bulletin mensuel, la Ligue havraise contre la tuberculose, chargée de « l’éducation hygiénique des tuberculeux », doit « opérer une organisation minutieuse de l’hygiène prophylactique au domicile du contagieux ».

72 Albert Calmette, Les dispensaires antituberculeux et leur rôle dans la lutte contre la tuberculose, Paris, C. Naud, 1901.

73 AMH, M 3, C 2, L 6, dispensaire antituberculeux Brouardel, pochette projet de création d’un dispensaire antituberculeux dans le pavillon Rouedhart par le Comité de la ligue contre la tuberculose, pétition de protestation des habitants de la rue de Tourneville (1903) ; mémoire de protestation rédigé par les habitants de la rue de Tourneville.

74 Ibid. Avis de la Commission administrative des Hospices du Havre.

75 Ibid.

76 AMH, M 3, C 2, L 6 ; dispensaire antituberculeux Brouardel, pochette projet de création d’un dispensaire, rue Haudry par la Ligue havraise contre la tuberculose, protestation des habitants, octobre 1904.

77 Théodore Vallée, Quarante ans de vie républicaine : Jules Siegfried, Le Havre, Imprimerie du Journal du Havre, 1910 ; Roger Merlin, Jules Siegfried, sa vie, son œuvre, Paris, Musée social, 1924 ; André Siegfried, Jules Siegfried : 1837-1922, Paris, Firmin-Didot, 1942 ; Pierre Ardaillou, Les républicains au Havre au XIXe siècle (1815-1889), Rouen, Publication des universités de Rouen et du Havre, 1999.

78 Jean Joly (dir.), Dictionnaires des parlementaires français : notices biographiques sur les ministres, députés et sénateurs français de 1889 à 1940, Paris, PUF, 1966.

79 AMH, M 3, C 2, L 6 ; dispensaire antituberculeux Brouardel ; création, fonctionnement, convention (1904-1937), pochette articles de l’inauguration du dispensaire Brouardel, article d’Albert Herrenschmidt dans Le Petit Havre du 25 octobre 1925 : « La lutte contre la tuberculose, le dispensaire antituberculeux de la rue Haudry ».

80 AIP, fonds du CNDT, côte CNDT. DPT 68, correspondance avec le Comité départemental de Seine-Inférieure. Rapport du Dr Evrot, délégué technique du CNDT dans la Seine-Inférieure en 1919, sur la situation du département en matière de lutte contre la tuberculose.

81 AMES, 1 D ELB 33, registre des délibérations du conseil municipal d’Elbeuf (24 octobre 1902 – 17 novembre 1905), proposition de construction d’un dispensaire par le Dr André Lourier, président du Comité de l’œuvre de la tuberculose humaine, séance du 17 février 1905.

82 « Le dispensaire antituberculeux d’Elbeuf », La Normandie médicale, no 3, 1er février 1906, p. 60-62.

83 Antoine Léon, Histoire de l’enseignement en France, Paris, PUF (Que sais-je ?), 12e éd., 2008.

84 Charlotte Siney, « La tuberculose, fondement de l’action médico-sociale mutualiste (1902-1940) », Sociologie Santé, no 22, juin 2005, p. 278-297.

85 Félix Ponteil, Histoire de l’enseignement en France : les grandes étapes (1789-1964), Paris, Sirey, 1966.

86 AN, Congrès internationaux, cote F/17/3097/5, 1875-1914, 2e Congrès international d’hygiène scolaire, Londres, 1907.

87 Mémoires de l’Académie de médecine, procès-verbal de la séance du 10 novembre 1908.

88 Dominique Dessertine, « Les écoles de plein air de l’agglomération lyonnaise : de l’innovation sanitaire à l’internat d’assistance (1907-1939) », dans L’école de plein air : une expérience pédagogique et architecturale dans l’Europe du XXe siècle, Anne-Marie Châtelet, Dominique Lerch et Jean-Noël Luc (dir.), Paris, Éditions Recherches, 2003.

89 René Héliot et Paul Petit, « La colonie de santé de l’Association Rouennaise pour la Préservation de la Tuberculose ; rapport sur l’exercice 1905 », La Revue médicale de Normandie, no 3, 10 février 1906, p. 45-49.

90 René Héliot et Paul Petit, « Les colonies de vacances ; “colonie de santé” par le grand air organisée par l’Association rouennaise pour la Préservation de la Tuberculose », La Revue médicale de Normandie, no 15, 10 août 1904, p. 317-318.

91 « La colonie de santé de l’Association rouennaise pour la Préservation de la Tuberculose », La Revue médicale de Normandie, no 21, 10 novembre 1904, p. 417-426.

92 Bulletin de l’Association rouennaise pour la préservation de la tuberculose, no 15, Rouen, décembre 1911.

93 « L’école de plein air en France au XXe siècle : politique municipale et prévention de la tuberculose », dans Yannick Marec (dir.), Villes en crises, Rouen, Creaphis, 2002, p. 305-314.

94 Loi du 30 octobre 1886, art. 9, § 7.

95 Le Dr Deshayes a publié énormément d’ouvrages et d’articles sur les problématiques des pathologies (fièvre typhoïde, syphilis, rage, teigne) et de l’hygiène infantile. La liste complète de ses publications est disponible dans ADSM, série 5 M 55, conseil central d’hygiène, nominations et démissions de membres, dossiers individuels (1879-1943).

96 ADSM, 5 M 59, conseil central d’hygiène, délibérations (1885-1902), séance du 5 mai 1891.

97 ADSM, 5 M 59, séance du 6 décembre 1892.

98 Décret du 18 janvier 1887, art. 141.

99 Michèle Becquemin, Protection de l’enfance et placement familial. La Fondation Grancher. De l’hygiénisme à la suppléance parentale, Paris, Éditions Petra, 2005 ; Michèle Becquemin, « Les associations de protection de l’enfance et la puissance paternelle. Préservation sanitaire et protection socio-judiciaire (1901-1939) », dans Virginie De Luca (dir.), Pour la famille avec les familles. Des associations se mobilisent, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 86-113 ; Marthe Coppel, Annick Camille Dumaret, Que sont-ils devenus ? Les enfants placés de l’Œuvre Grancher, Paris, Erès, 1995.

100 AIP, fonds Service du BCG, côte BCG. 30 : organismes privés de lutte antituberculeuse. Œuvre Grancher, cinquantenaire 1903-1953, Préservation de l’enfance contre la tuberculose, 1953, p. 10.

101 Charles Coury, Grandeur et déclin d’une maladie…, op. cit.

102 AIP, fonds Service du BCG, côte BCG 30 : organismes privés de lutte antituberculeuse. Œuvre Grancher, cinquantenaire…, op. cit., p. 13.

103 BMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1916-1917, avril 1917 : réunion entre le Docteur Granjux, vice-président de l’œuvre Grancher et M. Guillard, président de la Ligue havraise contre la tuberculose.

104 Son œuvre de préservation de l’enfance contre la tuberculose est fondée en 1903 et il meurt en 1907 des suites de la tuberculose (Jacques Roussillat, Un patron des hôpitaux de Paris à la belle époque. La vie de Joseph Grancher, thèse de doctorat, Guéret, Société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, 1989).

105 Michèle Becquemin, Protection de l’enfance…, op. cit., p. 82.

106 Marthe Coppel, Annick Camille Dumaret, Que sont-ils devenus ?..., op. cit., p. 13.

107 AMH, Bureau d’hygiène municipal, Bulletin mensuel, Le Havre, 1916-1917, juin 1916 : les œuvres de la Ligue havraise contre la tuberculose. Section de la préservation de l’enfance.

108 Marianne Robinot, « L’école de Puériculture de la Faculté de Médecine de Paris (1919-1970). Approche socio-historique d’une institution médico-sociale », dans Jean-Michel Berthelot (dir.), Recherches en sciences sociales. Jalons et segments, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 125-148.

109 Michèle Becquemin, Protection de l’enfance…, op. cit., p. 247-249.

110 France : 3,23 décès pour 1 000 habitants ; Angleterre : 2,24/1 000 ; Allemagne : 2,54/1 000 (Annuaire statistique…, op. cit., p. 176).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540