Version classiqueVersion mobile

Vaincre la tuberculose (1879-1939)

 | 
Stéphane Henry

Préface

Françoise Thébaud

Texte intégral

1S’il est parfois ingrat, voire inutile, de préfacer un ouvrage – dire en quelques mots ce qui est développé avec plus de force ensuite –, il m’est agréable de saluer à cette occasion le parcours de Stéphane Henry qui a débuté études et recherches en histoire à l’université d’Avignon avant de partir vers d’autres horizons et de préparer un doctorat dont est issu ce livre. Placé avec enthousiasme sous le patronage de Marc Bloch, et fondé sur la consultation de nombreuses sources, il étudie la lutte contre la tuberculose en Normandie, entre 1879, où s’ouvre au Havre le premier Bureau d’hygiène de France, et 1939. Avec le projet d’en comprendre les rouages et d’en mesurer avec objectivité les effets.

2De cette lutte contre une maladie meurtrière, on connaissait quelques jalons, notamment législatifs, et de grandes figures, comme Léon Bourgeois. Des travaux avaient aussi évoqué le rôle de la Mission Rockefeller qui, de 1917 à 1923, fut, avec des méthodes américaines (rationalisation de l’action, développement d’une propagande éducative), « le véritable ordonnateur de l’action antituberculeuse à l’échelle nationale ». Mais le livre de Stéphane Henry permet d’aller plus loin. L’usage du long terme – en gros, la Troisième République – confirme le rôle de la Grande Guerre dans le développement d’une politique sociale et sanitaire, balbutiante auparavant, dès lors stimulée par une réelle angoisse démographique et axée prioritairement sur la protection de l’enfance. Cette politique, qui met en œuvre l’intervention des pouvoirs publics et ouvre une nouvelle ère statistique, heurte le corps médical attaché au libéralisme mais mobilise en même temps certains médecins à qui sont accordés des pouvoirs de gestion des populations. Sans occulter leurs rivalités, le livre en fait découvrir plus d’un, acteurs incontournables d’un combat difficile et partiellement victorieux : Raoul Brunon, Charles Nicolle, André Halipré, les docteurs Dufour, Lièvre-Brizard et bien d’autres, philanthropes généreux et autoritaires à la fois, hygiénistes convaincus qui côtoient ou intègrent les milieux politiques. À l’origine de la première « Goutte de lait » ouverte en France à Fécamp en 1894, le Dr Dufour est à la tête du bureau d’hygiène de la ville et le premier directeur du sanatorium des Grandes-Dalles qui ouvre en 1924 pour accueillir des enfants atteints de tuberculose osseuse.

3L’échelle d’observation – les deux départements de Seine-Inférieure et de l’Eure, et leurs principales communes –, n’est pas qu’une commodité de chercheur. Elle permet d’observer, concrètement et dans leur diversité locale, comment se mettent en place et s’organisent les mesures de lutte contre la tuberculose. L’ouvrage fait toucher du doigt les réseaux d’acteurs privés et publics qui jouent un rôle ici et là, et met au jour leur fonctionnement fait de connivences, susceptibilités ou conflits. Ainsi, la Seine-Inférieure est mieux équipée que l’Eure, notamment parce que le préfet Charles Lallemand a mis en place au début des années 1920 ce qu’il appelle lui-même « l’armement social du département ». De même, les deux départements n’utilisent pas de la même façon les fonds récoltés par la vente du timbre antituberculeux qui est aussi une mesure éducative mobilisant les enfants des écoles, leurs enseignants et des comités locaux.

4L’histoire régionale permet également une approche globale et chiffrée de la lutte contre la maladie qui associe plusieurs structures complémentaires aux capacités d’accueil toujours insuffisantes : le dispensaire d’hygiène social ou centre d’examen, le sanatorium, le préventorium et autres établissements pour enfants (école de plein air, solarium…). En l’absence de médicament efficace, soigner un tuberculeux curable repose en effet sur la cure diétético-hygiénique au grand air et au soleil, loin des « miasmes » de la ville. Pour les médecins et les pouvoirs publics, il s’agit avant tout de dépister, d’isoler les malades et de prévenir la contagion des enfants en les séparant de leurs familles. À partir des années 1920 se développe également la vaccination par le BCG, non obligatoire mais qui touche en Seine-Inférieure près de 64 % des enfants à la naissance en 1936.

  • 1 « Les infirmières-visiteuses pendant l’entre-deux-guerres en Haute-Normandie : entre professionnal (...)

5Stéphane Henry a récemment consacré un article à certaines actrices de la lutte contre la tuberculose1. Mais s’il mentionne dans ce livre la visite, en juin 1936, au préventorium modèle de Canteleu, de Cécile Brunschvicg, militante féministe et sous-secrétaire d’État à l’Éducation nationale dans le premier gouvernement de Front populaire, les femmes n’apparaissent qu’épisodiquement au fil des pages ou comme silhouettes anonymes des photographies d’établissements : présidentes d’une association philanthropique ou membres d’un comité antituberculeux, institutrices dispensant des conseils d’hygiène, femmes de médecin dirigeant une institution – telle Mme Brunon-Guardia, directrice de l’école de plein air de Bois-Guillaume, située sur les hauteurs de Rouen –, infirmières en dispensaire ou sanatorium, surveillantes de préventorium. Souvent surmenées, ces dernières, comme leurs collègues, n’ont pas la tâche facile, comme le montre la passionnante plongée de l’auteur dans les archives des établissements. « Palais du social », ces établissements sont aussi des lieux de dysfonctionnement soumis à des injonctions contradictoires et à un autoritarisme hygiéniste qui fait peu de cas des aspirations des malades, petits ou grands.

6Particulièrement stimulante, la dernière partie de l’ouvrage, qui privilégie l’échelle de l’établissement, confronte objectifs et résultats. Sans occulter le poids de la mort et le sort tragique des incurables, elle tente aussi d’approcher l’expérience des malades, entre souffrance, espoir et indiscipline. Elle clôt ainsi un bel ouvrage d’histoire sociale et politique des populations et ouvre à son auteur des pistes de recherches futures…

Notes

1 « Les infirmières-visiteuses pendant l’entre-deux-guerres en Haute-Normandie : entre professionnalisme officiel et bénévolat officieux », Genre et histoire, revue électronique de l’association Mnémosyne, no5, automne 2009.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search