Version classiqueVersion mobile

Un autre monde du travail

 | 
Jean-Louis Roch

Annexes

Documents iconographiques

Texte intégral

Figure 1.
Carte : la Normandie du drap, 1360-1412.

Figure 2.
Carte : localisation des moulins fouleurs en Normandie (XIIe-XVe siècles).

Fig. 3. Carte : les paroisses de Rouen.

Figure 4.
Les Moulins des Noës, commune d’Avernes-sous-Exmes, plan du XVIIIe siècle (ADSM, 16 H 336), recto.

Figure 5.
Id., détail.

1Les moines inventent la capture de rivière et la conduite forcée de l’énergie hydraulique.

  • 1 Un « no » est une conduite d’eau (du latin navis). « Braie », traverse de bois ; « Cheres », Chaire (...)

2On repère le « chemin d’Exmes à survie » et le « chemin de la frenaye fayel ». Au-dessus du village des « Nos », trois moulins se succèdent sur le « coulant d’eau » : celui de l’abbé de Saint-Wandrille, celui de M. d’Avernes et celui de M. de Melun. Les roues des moulins sont alimentées non par-dessous, au fil de l’eau, mais par-dessus, ce qui suppose des roues à augets et des canalisations ou auges en bois. Ces canalisations suspendues, le dessin les appelle « noes » et les textes « noez et brays aultrement appellees cheres1 ». L’ensemble des installations est impressionnant. La similitude des constructions indique une même mise en œuvre, celle des moines de Saint-Wandrille. Le rideau d’arbres représente la pente boisée qui borde le « coulant d’eau », à flanc de colline. Plus haut, La rivière de la Vie, qui coule à 170 m d’altitude, est détournée de sa vallée pour aller rejoindre la Dives au village des Noës, à 2 km au sud et 40 m plus bas ; ce qui dans les derniers 500 m permet d’obtenir une dénivellation d’une trentaine de mètres. En amont, la Vie prend sa « source aux Atelles », passe par l’« Etang du Mesnil-Hubert », puis est détournée à flanc de vallée à partir de « La Fosse » (cartes IGN et Cassini). Une « rupture d’eau » au niveau de « Soulbieu » (sous le bief, carte IGN) permet à une partie des eaux de rejoindre l’ancien cours de la Vie, qui se dirige vers le « moulin de Survie », c’est-à-dire vers le Nord. Un des moulins, celui du milieu, semble-t-il, a été restauré par un écrivain, Léon Balzagette (1873-1928), qui y a vécu, dans les années 1920, une expérience à l’imitation d’Henri Thoreau à Walden (voir Christiane Demumieux, « Le moulin des Noës », Le Pays d’Auge, 60e année, no 6, 2010, p. 15-20).

  • 2 La « pille » est la cuve ; le « pillon » est le maillet de bois, pour battre les draps. « Bourbes » (...)

3Que nous apprennent les archives (ADSM, 16 H 337) ? En 1455, l’écuyer Pernet de Saint-Laurent (Saint-Laurent-la-Rivière, à moins de 3 km au nord des Noës) a voulu détourner le cours de l’eau, faisant rompre « les escluses, esbahyees (baies, ouvertures) et chaucees d’icelle riviere ». Il y eut procès avec l’abbaye de Saint-Wandrille. En 1525, le fermier des moulins demande aux moines le remboursement des travaux qu’il a engagés depuis 17 ou 18 ans ; le rouleau de l’enquête de 1526, récapitulant ces travaux, a été conservé : le fermier a fait faire au moulin fouleur, celui du bas, « roe, pille et pillons, tout de neuf » ; il est fait allusion au « moullin moyen », qui était à blé, et qui depuis 40 ans ne sert plus qu’aux foulons « a mectre saycher leurs draps » ; enfin le moulin fouleur a chomé quinze jours parce que le « seigneur de Sourvye a vidé les bourbes et les curreures d’un estang qui joint le bieu desdits moullins des noes dedans ledit bieu2 ».

Figure 6.
L’enseigne de drapier, dite de la bergerie, musée départemental des Antiquités, Rouen, Inventaire 1853(D).
Panneau de chêne sculpté, fin du XVe – début du XVIe siècle, appartenant à la façade d’une maison de la rue du Grand-Pont à Rouen. On distingue les remparts d’une ville à l’arrière-plan.

Figure 7.
Le sceau de plomb des draps de Rouen, musée départemental des Antiquités, Rouen, Inv. 1717.1.1 (D), recto.

Figure 8.
Id., verso.

Figure 9.
Id., relevé des deux faces.

4D’un côté les armoiries de la ville, qui sont apparues dès la seconde moitié du XIIIe siècle : un agneau passant, avec sa toison bouclée, la tête tournée vers l’arrière et inscrite dans un nimbe crucifère, portant une croix et le « guidon », orné peut-être du léopard miniature ; on remarquera qu’à la différence des armoiries plus récentes, de celles que l’on connaît encore aujourd’hui, l’agneau ne retient pas de sa patte la croix inclinée, mais que celle-ci est plantée verticalement. Sur les armoiries de Rouen, voir : Jacques Petit, Défense et illustration des Armoiries de Rouen, Rouen, TAG, Société des amis des monuments rouennais, 1998. De l’autre côté, on distingue nettement, comme le disent les textes, le S du sceau et le R de Rouen, surmontés d’une couronne, et les deux fleurs de lys « cotoyant » les lettres, qui marquent la fusion des deux draperies en 1424. Nous avons donc là confirmation de ce que j’ai proposé au sujet du sceau de la grande draperie rouennaise. Un sceau est par ailleurs constitué de deux plateaux, reliés par une bande de métal ; un des plateaux porte deux languettes (saillies de prise) qui viendront s’encastrer dans un trou ménagé dans l’autre plateau, lorsqu’on les rapprochera et qu’on les pressera pour fixer le sceau au drap. On distingue bien sur la face du sceau les deux languettes écrasées.

Figure 10. Miniature tirée des Chants royaux sur la conception couronnés aux Puys des palinods de Rouen, BNF, ms. fr 1537, fol. 16 vo (illustration du chant de Pierre Crygnon, 1519, aux fol. 17-17 vo).

Figure 10. Miniature tirée des Chants royaux sur la conception couronnés aux Puys des palinods de Rouen, BNF, ms. fr 1537, fol. 16 vo (illustration du chant de Pierre Crygnon, 1519, aux fol. 17-17 vo).

5Cette miniature a été reproduite par Dominique Cardon, La draperie au Moyen Âge, op. cit., p. 208 ; elle attire l’attention sur le fait que le « cardage est désormais clairement associé à la teinture ».

6La figure veut montrer comment un drapier, dit genre humain, a deux ouvriers, dont l’un est le diable et l’autre Jésus-Christ. Ce dernier, sous la forme d’un teinturier, teint en pourpre des « toisons », qui ressemblent à des moutons, dans une cuve sur le feu ; à côté, le diable teint en noir. Dans la partie inférieure l’artiste a voulu représenter la préparation du fil : deux servantes cardent une laine blanche, qu’une grande religieuse file à la quenouille. Ce sera un tissu de luxe et l’on ne parle que de cardage. La laine est blanche, donc elle n’est pas teinte en laine, avant d’être filée. Selon le commentaire ajouté au manuscrit, « Adam et Ève (nus), qui représentent la nature humaine, attendent que leurs habits soient faits ». Le chant de Pierre Crygnon est plus précis sur les étapes successives de la fabrication : teinture (en laine semble-t-il), filature, tissage (en bon compte ou en faux compte), foulage, parage, enfin la visite devant le garde pour l’examen des fautes, fait à la main, avant d’y mettre le sceau, comme en vraie ville de loi ; jugement qui est aussi le jugement de nos œuvres sous le regard de Dieu. Mais relisons le poème :

Ung grand drappier sorty [ pourvu] de fyne layne,
Pour faire drapz d’excellente ornature,
Eust ung ouvrier qui promist mectre peine
A les bastir, mais par faulce nature
En noir d’enfer et quasi en paincture
Taindist la laine et feist par ses baratz [ tromperie ]
Le fil filler aussy gros que bouras [grosse toile de chanvre ]
Quant le drappier apperceust cest affaire,
Craignant tout perdre, eust en son cueur effroy,
Car il vouloit de ceste layne faire
Pourpre excellent pour vestir le grand Roy.
Puys cest ouvrier, par malice certaine,
En compte faulx myst les draps en tixture,
Dont par arrest de la court souverayne,
furent tous prins et mys en forfaicture.
Adonc plora par grande desconfiture
Le bon drappier d’ainsy perdre ses drapz
Et de les voyr mal taintz, tachez et gras
Lasches, estroictz […] Ung aultre ouvrier par raison et droicture
Vint des haulz montz [voulant faire un très beau drap. Celui-ci] fust par œuvre
tres haultaine
Foullé, paré, assouvy [achevé] de facture,
Puys visité, mais bucque [buche] ou tache vaine,
bourre ne gresse ou aucune fracture
Ne fut trouvées au drap n’en la taincture,
Fort large estoit, bien tayé par compas,
Grand en la main, par quoy il ne fust pas
Mys en refus, dont le Roy debonnaire
y mist son sceau, car en ville de loy
Il fut trouvé par le garde ordinaire
Pourpre excellent pour vestir le grand Roy […]

Figure 11.
« La robe inconsutile (sans couture) de Jésus-Christ », 1520, Chants royaux sur la conception, couronnés au Puys des Palinods de Rouen, BNF, ms. fr 1537, fol. 36.

7Le chant parle en particulier de « soie ». Le commentaire ajouté au manuscrit précise : « La robe de Jésus-Christ est sur le métier de tisserand ; deux femmes derrière la trame y travaillent, les manches et le haut du corps en sont déjà fabriqués. Sainte Anne dévide le fil nécessaire et saint Joachim lui présente les écheveaux. » Le métier à tisser pourrait être de haute-lice, vertical, à tapisserie. Comment comprendre le rôle de sainte Anne ? Elle semble dévider un écheveau placé sur une tournette-dévidoir, pour en faire des canettes de fil de trame (qui seront ensuite placées dans la navette de tissage) ; et saint Joachim prend une canette et la met dans le panier, à moins qu’il ne la tende aux tisserandes. Les échevaux sont pendus à droite au-dessus de lui. Mais les canettes ressemblent à des bobines à joues, de fil de chaîne, préparées pour l’ourdissage de la chaîne. Ces deux figures trahissent parfois certaines incohérences, l’écart entre l’image et le poème, mais aussi entre l’artiste et les techniques artisanales. Et pourtant elles nous touchent, par leur tentative de réemployer les techniques les plus matérielles au service d’un discours religieux fait pour émouvoir.

Figure 12.
Verrière des tondeurs de draps de la cathédrale de Rouen, verrière du patriarche Joseph, baie 11, vers 1230.

8Les tondeurs se sont fait représenter avec leurs outils, les grandes forces à tondre les draps. Ofrir une verrière suppose une certaine aisance ; les tondeurs qui sont sans doute en même temps « détailleurs », donc marchands, sont aussi déjà organisés, au moins dans le cadre d’une confrérie.

Figure 13.
Verrière de saint Roch, église Saint-Étienne d’Elbeuf, baie 8, 1514.

9Métier large, à deux tisserands et tissage en armure toile, avec deux marches de chaque côté, chacune reliée à une seule lisse, « à la manière de Wervicq » ; les tisserands tassent le tissu avec le peigne.

Notes

1 Un « no » est une conduite d’eau (du latin navis). « Braie », traverse de bois ; « Cheres », Chaire ou chaise, bati de bois pour exhausser un élément (Dictionnaire de Littré).

2 La « pille » est la cuve ; le « pillon » est le maillet de bois, pour battre les draps. « Bourbes », grosses boues ; « bieu », bief.

Table des illustrations

Légende Figure 1.Carte : la Normandie du drap, 1360-1412.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure 2.Carte : localisation des moulins fouleurs en Normandie (XIIe-XVe siècles).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5476/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 3. Carte : les paroisses de Rouen.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5476/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 4.Les Moulins des Noës, commune d’Avernes-sous-Exmes, plan du XVIIIe siècle (ADSM, 16 H 336), recto.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5476/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Figure 5.Id., détail.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5476/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Figure 6.L’enseigne de drapier, dite de la bergerie, musée départemental des Antiquités, Rouen, Inventaire 1853(D).Panneau de chêne sculpté, fin du XVe – début du XVIe siècle, appartenant à la façade d’une maison de la rue du Grand-Pont à Rouen. On distingue les remparts d’une ville à l’arrière-plan.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5476/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Figure 7.Le sceau de plomb des draps de Rouen, musée départemental des Antiquités, Rouen, Inv. 1717.1.1 (D), recto.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5476/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Figure 8.Id., verso.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5476/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 9.Id., relevé des deux faces.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5476/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 10. Miniature tirée des Chants royaux sur la conception couronnés aux Puys des palinods de Rouen, BNF, ms. fr 1537, fol. 16 vo (illustration du chant de Pierre Crygnon, 1519, aux fol. 17-17 vo).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5476/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Figure 11.« La robe inconsutile (sans couture) de Jésus-Christ », 1520, Chants royaux sur la conception, couronnés au Puys des Palinods de Rouen, BNF, ms. fr 1537, fol. 36.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5476/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Figure 12.Verrière des tondeurs de draps de la cathédrale de Rouen, verrière du patriarche Joseph, baie 11, vers 1230.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5476/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Figure 13.Verrière de saint Roch, église Saint-Étienne d’Elbeuf, baie 8, 1514.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5476/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search