Version classiqueVersion mobile

Un autre monde du travail

 | 
Jean-Louis Roch

Conclusion

Texte intégral

1La question au départ de cette recherche était de mieux comprendre comment fonctionnait la draperie en Normandie, quelle était son organisation économique et sociale. Alain Derville et les historiens de la draperie flamande, en remettant en cause le modèle Boinebroke, ce grand drapier douaisien qui aurait contrôlé tous les stades de la production, avaient ouvert la voie à une révision des idées couramment admises. Mais quelle était la situation normande ? Un arrêt de l’Échiquier de 1497 permit de comprendre ce qui se passait à Rouen et la vraie nature, au moins ici, du drapier. La recherche s’est ensuite élargie ; revisiter la draperie normande à partir d’une relecture attentive des sources. Et cette relecture a amené à réviser quelques-unes des propositions de nos devanciers. D’abord au sujet de cette mystérieuse draperie foraine de Rouen, créée en 1372, abolie en 1424 puis à nouveau en 1452, et resurgissant à la fin du XVe siècle. Il a fallu ici corriger les textes de 1424, publiés dans le vénérable recueil des Ordonnances des rois de France. Cette draperie foraine est alors apparue comme une manière d’intégrer l’afflux d’artisans du dehors. Dans le même temps, elle laissait entrevoir la porosité des draperies urbaines aux tissages ruraux. En cette fin du Moyen Âge, une double pression s’exerçait ainsi sur l’industrie urbaine ; celle d’une main-d’œuvre rurale s’invitant en ville et celle des productions rurales ou du dehors. C’est bien l’ambiguïté du terme même de forain, d’être celui qui vient de l’extérieur et celui qui est toujours à l’extérieur. Cette draperie foraine donne aussi l’occasion de voir comment les corporations, sous la pression des autorités, s’adaptent aux évolutions de la conjoncture, comment finalement elles se révèlent beaucoup plus flexibles que les historiens l’avaient longtemps pensé.

  • 1 Richard Britnell, op. cit. ; Simonne Abraham-Thisse, « L’exportation… », art. cité, p. 108 et 143.

2Lorsque les forains resurgissent à la fin du XVe siècle, il s’agit de quelque chose de nouveau ; de la croissance du bourg satellite, Darnétal, qui sera le grand rival de Rouen au XVIe siècle. Il a existé un premier Darnétal drapier, depuis le XIVe siècle, mais le danger est tout autre, à la fin du XVe siècle. Darnétal est aussi, comme le forain, à la fois dedans et dehors ; et là est bien le problème, comme le laissent entendre les délibérations municipales rouennaises de 1497 : il faut savoir, d’une part, où s’arrête la « banlieue », et, d’autre part, quelles sont les autorités susceptibles d’intervenir. Que peut-on autoriser à ceux du dehors et que peut-on leur interdire ? De fouler au moulin, mais aussi de fabriquer le drap à deux trames, c’est-à-dire le drap entièrement cardé, le pur woollen ? Ce sont les recherches de Dominique Cardon, qui ont enfin permis de comprendre les grandes évolutions techniques de la draperie. On les entrevoit dans les sources normandes, où le drap à deux trames apparaît à la fin du XVe siècle, à Lisieux, Darnétal, Elbeuf ou Rouen (l’affaire Mahieu Hallé). Près de deux siècles auparavant, une première mutation avait fait passer de la draperie classique première manière, en laine peignée, à la draperie à chaîne peignée et à trame cardée. On trouve la première attestation de cette draperie seconde manière à Montivilliers en 1322, alors que nous sommes au tout début de l’essor de ce centre. Il faut supposer, au moins pour Montivilliers et Rouen, que le passage à la draperie seconde manière a été suivi, avec peut-être un certain décalage, par ce qu’on peut appeler la mutation qualitative, l’orientation vers la draperie de luxe, à destination entre autres des cours princières. Un texte étonnant de 1340 montre qu’au moment où Montivilliers reçoit un sceau pour ses draps, nous sommes en même temps au cœur de cette mutation. Montivilliers précède Rouen, qui tentera un temps d’imiter sa lisière, comme Montivilliers a imité la lisière colorée de Bruxelles. L’imitation va au succès, lorsque précisément le vent commence à tourner et que l’imitateur s’apprête à surclasser son prédécesseur. Les Anglais eux-mêmes ne se gêneront pas au XVe siècle pour imiter les bleus et les gris de Montivilliers, en produisant les musterdevilers de Colchester1, que l’on retrouve sur le marché de Cologne. Mais les Normands, au siècle précédent, n’avaient-ils pas imité, dans un registre plus commun, les « russets » anglais ?

3Dans un tout autre domaine, l’étude de la crise de la draperie rouennaise à la fin du XVe siècle est particulièrement révélatrice de ce qui se passe à Rouen et autour de Rouen à ce moment-là, ce que l’on pourrait traduire comme l’avènement du capitalisme marchand. En croisant les diverses sources – délibérations municipales, arrêts de l’Échiquier, données tirées du tabellionage – on entrevoit comment se met en place une politique industrielle vers 1500, comment la réglementation tente d’encadrer par ajustements successifs des évolutions qui modifient en profondeur l’organisation de la draperie rouennaise et comment, dans ce cadre instable, se déploient les stratégies des différents acteurs. Deux arrêts de l’Échiquier, en 1504 et en 1509, permettent de comprendre les principaux enjeux, celui des lisières des draps et celui de la double nature des drapiers détaillants. Au moment où la domination commerciale rouennaise s’affirme, Rouen est en train de décider de se cantonner dans le créneau du haut de gamme, ce que l’on appellera bientôt le « drap du sceau », et de laisser à d’autres la draperie commune.

4D’autres sources ont permis d’aller voir ce qui se passait en dehors des principaux centres drapiers. Deux ordonnances, celle de Caudebec en 1402 et celle de Beaumont en 1411, et une série de listes d’amendes de la draperie (Breteuil, Darnétal, La Ferrière-sur-Risle, Auffay), éclairent la draperie des bourgs au XIVe siècle et au début du XVe siècle. S’il y a amendes, il y a jurés et règlements, et cela dans le cadre de la vicomté. Deux enquêtes ont tenté d’élargir ce programme, et de s’aventurer en particulier du côté de la Basse-Normandie, à partir des archives de la Chambre des comptes. D’abord en apportant quelques compléments au répertoire d’Anne-Marie Bautier sur les moulins foulons ; ce qui permet de mieux saisir toute l’importance du bocage occidental, entre Saint-Lô et Mortain.

  • 2 Sur la fraude fiscale, voir les remarques de Philippe Lardin, « La mise en place des impôts… », ar (...)

5Ensuite, en tentant une évaluation de la production à partir des sources fiscales de la période 1345-1411, entre la grande Peste et l’occupation anglaise. Tentative sans doute par trop téméraire, tant les évaluations sont fragiles. Échappent le plus souvent la vente au détail, la vente en foire, les draps portés hors sans être vendus, les petits draps qui ne sont pas scellés, les productions rurales et la production « domestique », qui parvenait cependant sur le marché. Les estimations concernent-elles les draps entiers ou les demi-draps ? Dans des sources qui sont fiscales, quelle est la part de l’évasion fiscale2 ? Est-elle même mesurable ? C’est en réexaminant les taxes municipales, levées à Lisieux et Pont-Audemer, qui distinguent les draps fabriqués et vendus en ville et les draps portés hors sans être vendus, que mes premières évaluations sont apparues particulièrement fragiles et discutables ; il a fallu revoir ce que j’avais publié dans La draperie en Normandie du XIIIe au XXe siècle en 2003.

  • 3 Saint-Lô, 1388: Ord., t. VII, p. 217; 1460: Ord., t. XIV, p. 493.
  • 4 Félicien Favresse, Études sur les métiers bruxellois au Moyen Âge, Université libre de Bruxelles, (...)
  • 5 Montivilliers, 1385, voir p. 60, note 70. Saint-Pierre-sur-Dives, 16 mars 1402 ns (ADC, H 7237). À (...)
  • 6 En 1424 : Ord., t. XIII, p. 69. En 1451: AMR, S3, fol. 81 vo.
  • 7 Rouen, 1394: AMR, S3, fol. 64 vo. En 1424 : Ord., t. XIII, p. 72. En 1451 : AMR, S3, fol. 84 : les (...)
  • 8 Évreux, 1405 : Ord., t. IX, p. 171. En 1422 : Ord., t. XIII, p. 79.
  • 9 Reinald Ennen, Zünfte und Wettbewerb, Möglichkeiten und Grenzen zünftlerischer Wettbewerbs-beschrä (...)

6Nous sommes ici à la jointure de deux systèmes, celui de la fiscalité et celui de la production et du commerce. Une zone où beaucoup de pratiques restent obscures : l’obligation de vendre aux halles est-elle respectée ? Comment procèdent les fermiers des aides ? Quelle part des revenus s’attribuent-ils ? Accordent-ils, comme à Rouen pour la terre à fouler ou à Bernay en 1410, des compositions « a tres bon marchié » qui faussent les données ? Comment s’emboîtent fiscalité municipale et fiscalité royale ? Comment s’articulent taxes sur les transactions et taxes sur la circulation des marchandises ? Il y a autre chose : les conclusions auxquelles je suis parvenu apparaissent parfois peu vraisemblables, surtout si nous les comparons au volume de production des villes flamandes ou de Florence. Ainsi la production rouennaise aurait été de 1 700 draps scellés en 1462, de 2 798 draps scellés en 1501. Montivilliers aurait produit trois mille draps au moment de sa splendeur. À Évreux, les évaluations donnent entre 3 000 et 6 000 draps. Il faut aussi prendre en considération le fait qu’une partie seulement de la production est comptabilisée, donc visible. À Saint-Lô, ne sont scellés, semble-il, que les « grands » draps. Mais qu’en est-il des « bureaux » foulés au moulin et des « petits » draps3 ? Sous la grande draperie, il existe en effet toute une production non exportable, qui nous échappe le plus souvent, celle des « petits » draps, c’est-à-dire des draps tout à fait communs, de la plus basse catégorie, cette « draperie sans histoire » dont parle Félicien Favresse4. À Montivilliers, à côté des grands draps, existent les étaux des « draps de village ». À Saint-Pierre-sur-Dives, le moulin foule des draps « marchants » à côté des draps « paisants5 ». À Rouen, les draps de menues laines et surtontures, en 1 600 fils n’auront qu’une lisière et on ne pourra les teindre pour les vendre6. En 1394, les bourgeois de Rouen (qui ne sont drapiers) peuvent faire draper à trois fils simples à chaque lisière, en différence des bons et « loyaulx » draps. Mais en 1424, on distingue les bourgeois qui pourront faire draper « en semblable manière que les drapiers » et les bourgeois qui sont de métiers mécaniques, qui ne pourront draper qu’à la lisière accoutumée. Les ordonnances de 1451 précisent au sujet des ouvriers qui sont de métiers mécaniques, qu’ils ne peuvent faire draper que pour leur usage et à trois fils simples de cordel et non plus7. À Évreux, les textes parlent des « bureaux de simples gens qui les auroient fait faire pour leur user », des « draps sans visaige pour vendre ou pour son user8 ». En deçà de la petite draperie, qui est parfois comptabilisée, à Bayeux, Saint-James ou Torigni, c’est toute une production « domestique », une Eigenproduction qui apparaît, et qui, assez fréquemment, devait déboucher aussi sur le marché9. À l’arrière-plan, c’est tout le problème des laines inférieures et du double standard de tout centre drapier qui est posé. Jusqu’où un centre optant pour le haut de gamme, comme Montivilliers ou Rouen, pouvait-il se permettre ce que Louviers en 1325 inscrit dans sa réglementation : réserver les laines inférieures pour les « biffes », afin de consacrer les meilleures à la grande draperie ? L’étroitesse de la réglementation rouennaise n’a-t-elle pas favorisé l’essor de ses proches voisines, Darnétal ou Elbeuf ?

  • 10 Fernand Braudel, op. cit., t. II, p. 302-305. Jean-Yves Grenier, op. cit., p. 322-329. Marc Boone, (...)
  • 11 À Lille : Sylvain Calonne et Denis Clauzel, art. cité. À Caen : Jean-Claude Perrot, op. cit. À Vér (...)

7Il faut replacer à présent ces villes et ces bourgs dans la chronologie, celle de leur essor et de leur déclin, de leur cycle de vie. Les principaux centres drapiers suivent des évolutions différentes, selon des rythmes variables, mais leurs histoires se ressemblent. Ils naissent, croissent, atteignent leur apogée, puis déclinent et parfois meurent. Les trajectoires semblent suivre une courbe, un cycle en forme de parabole : ce que les historiens ont aussi appelé un product life cycle10. Il en est sans doute de même pour l’histoire des produits phares de ces centres. Nous sommes devant un phénomène très général, qui trouve peut-être ses meilleures réalisations dans l’histoire des industries textiles. Lille, Gand ou Florence au Moyen Âge, Amiens, Caen ou Vérone11 à l’époque moderne en fourniraient d’excellents exemples. Lors du déclin, une autre activité émerge aux dépens de la précédente, ou bien l’activité émigre pour renaître ailleurs. Le déclin de l’une entraîne la croissance de l’autre, et un temps elles cohabitent. Les trajectoires ne semblent pas autoriser un redémarrage, elles sont d’une certaine manière irréversibles. Et là, l’explication n’est pas simple. La réglementation, qui a assuré l’essor, a tendance à se rigidifier avec le succès. Le créneau, sur lequel il s’est placé et où s’entremêlent structures productives et réputation commerciale, est à la merci des changements de mode. La rentabilité du produit diminue, les capitaux marchands se déplacent ailleurs, il faut passer à autre chose. Cette volatilité du capital marchand est à mettre en relation avec sa nature de capital circulant (matières premières), et la faiblesse du capital fixe avant l’âge des machines. Cette grille d’interprétation apporte-t-elle quelques lumières sur l’histoire des draperies normandes ? Et surtout permet-elle de réévaluer autrement certaines évolutions ? On pense bien sûr, d’une part à la fuite en avant vers le haut de gamme, ce que j’ai appelé la mutation qualitative, que l’on retrouve au XIVe siècle à Gand, à Florence, en Brabant comme en Normandie, d’autre part à la délocalisation, au transfert rural, à l’abaissement des standards de qualité, à ce qu’on a appelé pour Florence la garbizzazione de la seconde moitié du XVe siècle. Nous serions en réalité devant un cycle où la croissance passe par la mutation qualitative avant de décliner et de se tourner vers des qualités communes, voire de se tourner vers les campagnes. Face au déclin, sont mises en œuvre diverses stratégies de reconversion. Les exemples de Gand ou de Florence montrent qu’il faut d’ailleurs penser reconversion et survie dans un cadre plus large que celui de la draperie, dans le cadre de l’ensemble des activités textiles.

8Nous nous contenterons ici de quelques remarques. En Normandie, la guerre civile à partir de 1412 et l’occupation anglaise à partir de 1419 ont constitué une rupture et entraîné le déclin irréversible de certains centres, tels Évreux, Saint-Lô, Saint-James ou Montivilliers. Les drapiers de Saint-Lô sont partis en Bretagne ou en Anjou. Il ne faut pas oublier, dans l’histoire des product life cycles, le rôle des déplacements de main-d’œuvre et des migrations, dont on a vu quelques exemples avec la draperie foraine de Rouen et dont on sait l’importance entre Pays-Bas méridionaux, Hollande et Angleterre. Louviers décline plus tôt, sans doute dès les années 1360, et la guerre de Cent Ans en est sans doute responsable. On comprend mieux alors la création d’un sceau en 1368, pour relancer la production et attirer la main-d’œuvre en ville. Mais la construction d’un moulin foulon vers 1385 devient paradoxale ou, plutôt, accompagne un abaissement de la qualité. On va le supprimer en 1409 pour maintenir l’emploi, mais en l’accusant aussi d’avoir abaissé la renommée de la ville et ainsi annihilé la marchandise de draps de la ville. Cette suppression serait donc une tentative de retour vers la qualité, qui succéderait à un passage par la draperie commune. À Bayeux, l’abaissement des standards et l’évolution vers le bas de gamme sont beaucoup plus nets ; la ville se réoriente vers les petits draps dans les années 1360. Caen, célèbre pour ses serges au XIIIe siècle, a beaucoup souffert de la guerre de Cent Ans. En Normandie occidentale, le déclin de Saint-Lô et de Saint-James va être relayé, à la fin du XVe siècle, par l’essor du bocage entre Tessy et Vire. Enfin la crise de la draperie rouennaise à la fin du XVe siècle nous a montré comment la ville se cale encore davantage sur le créneau haut de gamme, le fameux drap du sceau, qui continuera sa course jusqu’au XVIIe siècle. Mais, dans le même temps, Rouen développe la bonneterie et bientôt les serges fines ; double stratégie, à la fois de fuite en avant et de reconversion. Il est difficile d’aller plus loin que ces quelques réflexions. Beaucoup d’éléments manquent pour reconstituer plus précisément les trajectoires des « paraboles » textiles en Normandie.

  • 12 Une exception, les eschardeurs (cardeurs) à Évreux, 1403 : Ord., t. IX, p. 173.
  • 13 À Toulouse: Mary-Ambrose Mulholland, Early gild…, op. cit., p. 4. À Chartres : Geneviève Aclocque,(...)
  • 14 À Montivilliers en 1322, le drapier peut ourdir et faire tisser son drap en sa maison (Ord., t. XI (...)
  • 15 À Douai, milieu XIIIe siècle : Georges Espinas, Henri Pirenne, op. cit., t. II, no 234, p. 64 et n(...)
  • 16 À Rouen, 1394, 1424, 1451 (AMR, S3, fol. 64 vo et 84, et Ord., t. XIII, p. 72). À Saint-Lô (Ord., (...)

9Il faut maintenant aborder une question inévitable mais difficile. Existe-t-il une originalité de la draperie normande ? Au premier abord, nous sommes devant une région, où la division du travail est moins poussée que dans les centres flamands de l’époque précédente. Presque rien n’est dit des opérations de préparation de la laine12. Le métier des arçonneurs, ceux qui battent la laine, présent à Toulouse en 1279, à Chartres en 1278, à Beauvais en 139013, n’apparaît pas dans nos sources. Il n’y a pas d’ourdisseur ; l’ourdissage, qui prépare la chaîne, est fait ici par le tisserand ou le drapier14. Le tendage (ou ramage) du drap est assuré par le laineur ou le drapier. Rien à voir avec l’extrême spécialisation des métiers dans la draperie à Douai ou dans les villes flamandes. Mais il faut remarquer que cette extrême division du travail datait du XIIIe siècle, c’est-à-dire de la phase pré-corporative, une période où les métiers n’encadrent pas encore les pratiques professionnelles. Les autorités municipales sont responsables de la qualité et doivent minutieusement réglementer le travail de tous ceux à qui le drapier, bourgeois ou marchand, doit faire appel. Il faut d’ailleurs se demander qui est le drapier au XIIIe siècle : le dominus ou la domina, le propriétaire du drap à Toulouse ; un bourgeois, qui peut être artisan, qui a acheté la laine et vendra le drap, qui a prêté serment de faire loyale draperie, a reçu congé de draper et qui fait travailler, autour de lui ou chez lui, des artisans15. Autrement dit, nous sommes à l’âge de la production bourgeoise. Le paysage va changer à partir du moment où, ici ou là, le drapier s’insère dans la structure corporative en voie de cristallisation. Ce processus d’incorporation du drapier dans les métiers va rejeter la production bourgeoise à la périphérie de la production, sans la supprimer ; elle existe toujours à Rouen en 1394, 1424, 1451, à Saint-Lô en 137116. À Montivilliers, en 1436, tout le monde peut draper, mais c’est aussi parce que la draperie est en crise.

  • 17 Adolphe Cheruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale, op. cit., t. I, p. 220 et 327.
  • 18 À Louviers : Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 26-27. À Dieppe : Idem, p. 33. À Caudebec : do (...)
  • 19 À Montivilliers, 1322 : Ord., t. XII, p. 456-458. Mais cette situation s’est-elle maintenue au cou (...)
  • 20 À Troyes, 1360 et 1361 : Ord., t. III, p. 410-418 et p. 517, § 24. À Troyes, 1377 : Ord., t. VI, p (...)
  • 21 À Perpignan : Anthony Pinto, « Perpignan, un grand centre drapant méditerranéen (XIIIe-XVe siècle) (...)
  • 22 À Rouen, 1285 : Gustave Fagniez, Documents…, t. I, p. 301-302. À Reims, 1292 : Louis Demaison, art (...)

10Au XIVe siècle s’impose en Normandie un modèle binaire de la draperie, les tisserands d’une part, les foulons-laineurs-tondeurs d’autre part, que l’on appelle souvent simplement les laineurs. À Rouen, en 1320, le modèle est déjà en place : les autorités doivent intervenir dans le conflit entre le commun des drapiers, foulons et laineurs d’une part, et le commun des tisserands d’autre part17. À Louviers, en 1325, les deux métiers de la draperie sont les laineurs et les tisserands. Ce modèle est présent à Eu en 1343, à Dieppe en 1358, à Caudebec en 1402, à Évreux en 140318. C’est par rapport à ce modèle que la situation de Montivilliers en 1322, avec ses drapiers, ses foulons et ses tisserands, apparaît originale19. On retrouve le modèle normand à Troyes en 1360, où il y a trois maîtres du métier de draperie, deux laineurs et un tisserand, mais où les bourgeois peuvent avoir métier à tisser chez eux et y faire travailler des ouvriers du métier. À Troyes en 1377, comme à Châlons en 1378, on voit s’opposer les bourgeois, qui font faire draps et les drapiers qui les font ; ce n’est pas tout à fait le modèle normand. À Lille en 1458, les drapiers ont des métiers à tisser chez eux et y font travailler des valets flamands ; ils voudraient aussi faire fouler chez eux. Donc un modèle ternaire avec des tisserands, des foulons et des drapiers qui font faire draps, mais qui ici voudraient regrouper la fabrication chez eux20. Dans le monde de la draperie plusieurs modèles étaient possibles. L’historien n’y voit pas toujours clair, d’autant qu’il doit compter avec la polysémie du terme drapier ; à Perpignan ou Barcelone le « drapier » est le marchand de draps et non l’entrepreneur de draperie21. À Reims en 1292, à Rouen en 1285, à Toulouse en 1227, s’opposent le tisserand qui tisse pour autrui et le drapier qui fait ou fait faire drap, et peut donc être lui-même un tisserand travaillant pour lui22. Une question pourtant se pose : où sont passés les teinturiers ?

  • 23 À Toulouse, 1279 et 1298 : Mary-Ambrose Mulholland, Early gild…, op. cit., p. 13 et p. 78-87 : six (...)
  • 24 Léopold Delisle, Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Ha (...)
  • 25 À Paris, 1277, 1279, à Saint-Denis 1296, 1301 : Bronislaw Geremek, Le salariat…, op. cit., p. 18-2 (...)
  • 26 À Darnétal, voir p. 187. À Elbeuf, p. 90. À Neuve-Église au milieu du XVe siècle, le cumul des deu (...)
  • 27 À Saint-Lô, 1391, 1395 : ADSM, 1 B 8, fol. 14 vo ; 1 B 11, fol. 21 vo : « les teinturiers de guesd (...)
  • 28 Le métier intervient dans des procès à l’Échiquier, dans la seconde moitié du XVe siècle (ADSM, 1 (...)

11Un autre modèle a précédé notre modèle binaire, un modèle ternaire, tisserands, laineurs, teinturiers, que l’on trouve à Toulouse en 1279 et 1298, à Saint-Denis en 1301, à Amiens en 1308 et 134623. Les teinturiers sont souvent encore considérés à la fin du XIIIe siècle comme faisant partie de la draperie. L’interdiction, qui leur sera faite de draper, va les en exclure. Mais il a existé une première période, avant que les métiers ne délimitent mieux leurs frontières, où les tisserands et plus encore les foulons pouvaient teindre ; ces derniers ont, comme les teinturiers, des « vaisseaux », à teindre ou à fouler. En 1224, Louis VIII concède aux bourgeois de Rouen sa terre de la forêt de Roumare in qua tinctuarii et fullones Rothomagi terram capiunt ad tingendum et follandum24. Si les teinturiers prennent de la terre, on supposera qu’ils peuvent aussi fouler les draps. Les conflits à Paris et Saint-Denis entre les uns et les autres, à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle, montrent la cristallisation et la séparation croissantes de ces métiers25. Cette séparation teinturiers/drapiers n’a cependant pas eu lieu partout. La teinturerie est souvent une spécialité urbaine, ailleurs règne une plus grande liberté. Ainsi à la fin du XVe siècle, dans les bourgs, à Darnétal ou Elbeuf, le drapier peut être teinturier, mais on préfère aller faire teindre à Rouen pour la garance26. C’est qu’il y a deux catégories de teinturiers, les teinturiers en guède (en pastel), qui n’ont pas besoin de mordant (l’alun) et les teinturiers de garance, de « gaude, garance, brésil et écarlate », comme on dit à Rouen. Ces deux catégories sont nettement séparées à Rouen, Saint-Lô ou Vire27. Mais curieusement beaucoup d’ordonnances de teinturerie ont disparu de nos sources, ou n’ont jamais été rédigées. À Rouen, subsiste seulement l’ordonnance des teinturiers de garance (1385), mais le métier de teinturier de guède existe sans doute de son côté assez tôt28. À Montivilliers, les sources sont presque muettes au sujet des teinturiers.

  • 29 À Dieppe : Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 33. À Neufchâtel : ADSM, 1 B 39, fol. 67 vo-69.
  • 30 À Rouen, 1378 : Ord., t. VI, p. 367. À Évreux, 1403 : Ord., t. IX, p. 170. Louviers, voir document (...)
  • 31 À Eu, 1343 et 1356 : Albert Legris, op. cit., p. 187, 235. Il faut deux valets sur le métier large (...)
  • 32 AN, K 930, no 4, 1301.

12Dans le modèle binaire, le tisserand et le foulon peuvent draper, ce qui suppose des tisserands drapiers et des foulons drapiers, comme on le voit à Rouen ou à Louviers. Le modèle n’a pas toujours été jusqu’à ce stade ; à Dieppe en 1358, les laineurs peuvent tisser leurs propres draps et les tisserands avoir établis en leur hôtel pour parer et parfaire en tous points leurs propres draps et non les autres. À Neufchâtel en 1463, les drapiers-foulons peuvent faire tisser chez eux par des tisserands alloués, mais rien n’est dit de la réciproque29. Mais à Rouen, à Évreux (1403), à Louviers (1511), se met en place, selon l’un des principes du monde corporatif, la réciprocité entre tisserands et laineurs ; le tisserand peut faire parer chez lui par un ouvrier pareur, comme le laineur pourra faire tisser chez lui par un ouvrier tisserand, mais ils ne peuvent travailler eux-mêmes « sur leur œuvre30 ». Cette réciprocité signe l’avènement de l’artisan entrepreneur. À Eu en 1343, les tisserands peuvent parer leurs draps qu’ils ont tissés, mais la municipalité corrige cette possibilité en 1356 : le tisserand pourra faire parer ses draps par un ouvrier pareur, et le pareur pourra faire tisser ses draps par un valet tisserand à l’année et un « valet à place31 ». Ce modèle binaire avec réciprocité semble une originalité normande, ou même haut-normande. Elle a pourtant dû exister ailleurs. À Saint-Denis en 1301, le conflit entre les foulons et les teinturiers aboutit à un accord voisin : les foulons pourront avoir en leur hôtel vaisseaux et outils qui appartiennent à la teinture, mais ils ne pourront y ouvrer de leurs mains ; ils devront faire appel à un teinturier et le faire pour leur propre œuvre et non pour autrui. Et réciproquement les maîtres teinturiers pourront avoir en leur hôtel vaisseaux et outils de foulerie et y faire travailler des foulons et sur leurs propres draps32. Des recherches plus approfondies permettraient de savoir si nous sommes bien, en ce qui concerne tisserands et laineurs, devant une originalité haut-normande.

  • 33 Jacques Heers, Gênes au XVe siècle. Civilisation méditerranéenne, grand capitalisme et capitalisme (...)

13Il nous faut revenir à présent sur une des questions qui n’a cessé de nous hanter dans cette recherche. Quel est le rôle respectif du marchand et de l’artisan ? Dans ce monde ancien, où le crédit reste le grand problème, comment les entreprises se financent-elles ? Quel est le degré d’imprenditorialità, d’entrepreneurialité, des différents acteurs ? Dans quelle mesure le marchand se fait-il entrepreneur, sur le modèle florentin ? Au sud de l’Europe, on rencontre des « sociétés », des « compagnies », qui associent un marchand, apportant le financement, et le maître artisan. On les trouve à Gênes ou à Toulouse ; à Barcelone, le parayre (le fabricant) obtient un financement de la part d’un commanditaire, souvent étranger au métier, ou le faisant travailler sur commission ; à Vérone ou à Vicence, les drapiers travaillent en association avec des marchands, qui les financent33. En Normandie, on ne rencontre guère, dans les archives, d’associations entre artisans et marchands. Le financement passe par d’autres chemins, et ne devient visible qu’à travers les rentes. À Rouen, au Moyen Âge, le marchand intervient peu dans la production. Il avance des fonds au maître artisan, il pratique parfois l’échange laine contre drap, il ne s’immisce guère davantage. Mais les plus gros drapiers vont eux-mêmes vendre leurs draps et ceux des autres aux foires. C’est le règne du Kaufsystem, la prédominance des échanges marchands. La situation est peut-être différente à Évreux, à Saint-Lô ou dans les centres secondaires, mais les archives n’y sont pas très bavardes.

  • 34 Sam Rosenberg, « De la segmentation à la flexibilité », Travail et Société, vol. 14, no 4, octobre (...)
  • 35 Pierre Rosanvallon, La nouvelle question sociale. Repenser l’État-providence, Paris, Seuil, 1995.

14Pour conclure, il n’est pas inutile de revenir sur le marché du travail. On a longtemps considéré qu’il n’existait pas de véritable marché du travail avant l’avènement du salariat et de la grande industrie. Mais on ne conçoit plus aujourd’hui le marché du travail contemporain, comme un tout homogène, fonctionnant dans la liberté et la concurrence pure, selon les théories classiques. À la fin des années soixante, à la suite d’études portant sur les noirs et les pauvres des villes américaines, ont été élaborées des théories rendant compte de la segmentation d’un marché du travail fondamentalement « dual », avec un secteur primaire d’emplois qualifiés, stables et protégés et un secteur secondaire d’emplois non qualifiés, précaires, peu syndiqués, ce que l’on peut aussi décrire comme un noyau stable et une périphérie instable. Les deux secteurs sont eux-mêmes segmentés, et la segmentation varie en fonction des fluctuations cycliques ; le secteur secondaire sert de réserve de main-d’œuvre pour le secteur primaire. Les luttes syndicales et les mesures freinant les licenciements ont renforcé le secteur primaire. Mais les difficultés économiques ont entraîné une plus grande flexibilité et une plus grande précarité, c’est-à-dire une croissance du secteur secondaire. Les études ont porté sur la place des jeunes, des femmes, des immigrés, des chômeurs, variable d’ajustement ou pression exercée sur les salaires34. Avec l’extension de la précarité, l’État-Providence, lui-même, est aussi devenu une machine à exclure, engendrant une société « duale35 ».

  • 36 Alessandro Stella, La révolte des Ciompi. Les hommes, les lieux, le travail, Paris, EHESS, 1993, p (...)

15L’économie contemporaine a peu de choses à voir avec les économies pré-industrielles. Et pourtant, on ne peut qu’être troublé par un certain nombre de points de rencontre. Le détour par des problématiques contemporaines n’apporte pas de réponses, mais amène à poser ou à reposer différemment les questions. Les historiens du Moyen Âge distinguent depuis longtemps deux types d’emploi, les emplois qualifiés, qui relèvent des « métiers », encadrés par les corporations, bénéficiant d’une reconnaissance sociale, et les manœuvres non qualifiés du bâtiment, du port ou des jardins36. Ces derniers, ainsi que les ruraux venus chercher du travail en ville, constituent un volant ou une réserve de main-d’œuvre. Ce que nous avons entrevu pour la draperie foraine de Rouen éclaire un des processus par où peut se faire l’intégration de cette main-d’œuvre externe, ce que les historiens marxistes ont appelé « l’armée de réserve du travail ». Mais quelle est la mobilité entre segments ou sous-segments ? Quelle est la réalité du temps partiel ? Quel est le rôle des corporations dans la protection des emplois ? Autant de questions où les sources peinent à répondre. Les contrats d’embauche à long terme, nous l’avons vu, n’échappent pas à la flexibilité. Et les valets « à la journée » dépendent encore davantage des fluctuations de l’emploi. Il faut cependant supposer que d’avoir fait un apprentissage donne davantage de chance de trouver un emploi.

  • 37 À Rouen en 1285, à Montivilliers en 1322. À Louviers, on interdit en 1325 les confréries pour ôter (...)
  • 38 À Rouen, 1359, 1424, 1451 : AMR, S3, fol. 78, 85-86 vo ; Ord., t. XIII p. 73. À Eu, 1356 : Albert (...)
  • 39 Voir la remarque de Claude Carrère sur le durcissement des réglementations à Barcelone au XVe sièc (...)

16L’étude des conflits sociaux, et en particulier ceux qui concernent les heures de travail, a jeté quelques lumières sur ce qui se passe sur le marché du travail : un marché certes cloisonné, hétérogène, mais un marché pourtant, où se négocient les salaires, les durées d’apprentissage, les cloches du travail, les heures supplémentaires. Une partie de ce marché se passe très concrètement sur la place d’embauche, qui, pour les métiers de la draperie, existe dans beaucoup de villes ; les valets se louent à place, à l’amiable, au meilleur prix pour les employeurs, et les autorités interviennent contre tout « monopole », « taquehan », « harelle » ou conspiration, qui feraient monter les salaires37. En Normandie, les salaires ne sont pas fixés ; il n’y a pas de conflits autour des salaires des foulons, comme à Lille en 1439 ou dans les villes du Nord. De ces places d’embauche, présentes à Rouen, Eu, Dieppe, Caudebec ou Saint-Lô38, il n’est pas certain d’ailleurs qu’il en ait existé dans toutes les villes, par crainte sans doute des « monopoles ». Il n’y en eut point à Florence. Sur le marché du travail, à côté du valet, intervient aussi le maître travaillant pour autrui ; et parfois il doit lui aussi venir, faute d’ouvrage, se louer comme ouvrier à journée. Mais ce que l’on voit apparaître dans les conflits, et les archives judiciaires qui en ont conservé la trace, c’est d’une part une forte solidarité interne au métier, d’autre part des négociations sous contrainte judiciaire entre tisserands et drapiers. Aux XIVe et XVe siècles, la solidarité du métier prime souvent sur les différences internes, valets alloués, petits patrons façonniers, grands patrons. La grande fracture ne passe peut-être pas entre maîtres et valets mais entre métiers luttant pour conserver l’accès au marché et métiers mettant la main sur cet accès, voire entre artisans et marchands39.

  • 40 À Troyes, face aux abus des tisserands, on décide de faire venir travailler des gens de dehors (Or (...)
  • 41 ADSM, 1 B 39, fol. 67-69 vo et 1 B 40, fol. 18.

17Dans les conflits et les arbitrages entre tisserands et drapiers, on voit se mettre en place un « couplage », celui des heures de travail avec le malthusianisme des métiers. À Beauvais en 1390, à Rouen en 1409, à Louviers en 1481, la question de la limitation des heures est partie prenante de l’étroitesse de l’offre de travail générée par le protectionnisme des métiers (taxes et « vin » d’entrée, durée de l’apprentissage, xénophobie contre les ouvriers étrangers). La négociation va alors porter sur la dérèglementation des horaires, d’une part, et le maintien ou l’affirmation du monopole du tissage local, d’autre part. Ou vous travaillez plus, ou nous allons voir ailleurs. Et parfois les tisserands assouplissent leur malthusianisme en échange de leur monopole local sur le tissage. On trouve des situations voisines à Troyes en 1358, à Lille en 145840. À Neufchâtel, en 1463, les drapiers se plaignent des tisserands, qui ont élevé leurs droits d’entrée et obtenu un sceau d’après tissage, ce qui va selon eux les « asubgetir » à ces derniers. Ce qui est en jeu à l’arrière-plan, c’est la diminution du nombre des tisserands générée par la hausse des droits d’entrée, mais aussi sans doute le fait que les drapiers ne pourront plus faire tisser où bon leur semblera. Et c’est bien ce que confirme l’Échiquier en imposant le monopole du tissage urbain41.

  • 42 Jean-Pierre Sosson, « Structures associatives et réalités socio-économiques dans l’artisanat d’art (...)
  • 43 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard (...)
  • 44 Voir p. 54. À Caudebec, 1402 : document B, § 32. À Rouen, 1401 : AMR, S3 fol. 69 vo. Sur la critiq (...)
  • 45 Voir p. 163.
  • 46 Rainer Schröder, Zur Arbeitsverfassung des Spätmittelalters. Eine Darstellung mittelalterlichen Ar (...)

18Les métiers, en effet, à partir du moment où ils s’organisent en corporation, développent des pratiques malthusiennes. Il faut reconnaître qu’il y a eu, aux derniers siècles du Moyen Âge, des tentatives de « fermeture » des métiers, tentatives qui n’ont pas été sans conséquence sur le marché du travail, dont elles ont attisé les tensions. Selon Jean-Pierre Sosson, les XIVe et XVe siècles se caractérisent par « la constante accentuation des structures hiérarchiques », réservant à une minorité le plein exercice du métier et constituant « un redoutable instrument d’exclusion sociale » et d’appauvrissement42. D’autres historiens ont parlé du caractère massif qu’aurait alors pris la pauvreté au bas Moyen Âge. Le sociologue Robert Castel insiste sur l’importance de 1349, la mise en place d’une nouvelle politique sociale, où se noue l’articulation entre marché de la main-d’œuvre et lutte contre le vagabondage. La Peste désorganise les liens sociaux et accroît la mobilité d’une main-d’œuvre, devenue incontrôlable. C’est alors qu’apparaîtrait une nouvelle catégorie, celle des « surnuméraires », des « désaffiliés », inutiles au monde et ne trouvant plus de place dans les structures sociales43. Les réglementations témoignent effectivement de la très grande mobilité de la main-d’œuvre, à Louviers en 1325, à Dieppe en 1358, à Évreux en 1385. Lorsque l’on rédige des ordonnances, c’est aussi pour préciser les règles pour les nouveaux venus. Certains textes, à Rouen en 1401, à Caudebec en 1402, parlent d’ouvriers « vagabonds » venus chercher du travail. Le vagabond n’est peut-être pas là où nous le pensons44. Et il faut sans doute être davantage attentif à la conjoncture. La peste libère des places ; et la répression du vagabondage est due sans doute davantage au manque de main-d’œuvre. Lorsque les donneurs d’ouvrage se plaignent de l’oisiveté et de la paresse des ouvriers, n’est-ce pas d’ailleurs que la traduction en terme de morale des conséquences de ce que Jean-Yves Grenier a appelé « l’effet cliquet45 » : en période de baisse des prix céréaliers, la rigidité du salaire réel rend l’ouvrier moins contraint à travailler et moins docile ; il quitte le travail avant l’heure ou attend à la taverne que les salaires montent. Il ne faut pas confondre ce qui se passe après la grande Peste et ce qui se passera après 1530, lorsque le chômage de masse fera son apparition. Ces quelques remarques contraignent à repenser le processus de « fermeture » des métiers46. Ce que nous avons tendance à interpréter, à l’image de ce qui va advenir au XVIe siècle, comme fermeture des métiers, a sans doute été le plus souvent, à la fin du Moyen Âge, le contrôle nécessaire d’une trop grande ouverture. Il y a en tout cas, souvent, divergences ou conflits entre les métiers, qui ne pensent qu’à élever des barrières protectrices et conserver leurs acquits, et les autorités urbaines qui veulent combler les vides et exercer un contrôle sur l’afflux nécessaire d’une main-d’œuvre du dehors. Nos patrons plaident aussi aujourd’hui pour une ouverture raisonnée à l’immigration de main-d’œuvre. Et ce monde médiéval d’après la peste noire a été plus encore que le nôtre, obsédé par la dépopulation.

19Dans ce monde d’avant la révolution industrielle, d’avant même la protoindustrie, si différent du nôtre, où dominait la petite entreprise familiale, où le capital circulant (la laine) comptait plus que le capital fixe (les machines), où le manque de monnaie et le crédit posaient de redoutables problèmes, où le salariat demeurait limité et n’était pas devenu le fondement du lien social, nous avons voulu voir plus clair dans ce qui se passait sur le marché du travail ou du côté de la commercialisation. On assiste, à la fin du Moyen Âge, au moins dans certains domaines, à la venue au premier plan de l’artisan entrepreneur, avant que le capitalisme commercial ne reprenne la main. Et l’irruption de la peste en 1348, en allégeant le règne de la nécessité, fournit une occasion inespérée à l’historien d’analyser les bouleversements des marchés du travail. Nous avons aussi croisé des conflits concernant les heures de travail, des délocalisations, des déplacements de main-d’œuvre, des reconversions et des réorientations vers des productions de plus en plus sophistiquées, pour résister à la concurrence ; des phénomènes, qui, dans un tout autre paysage économique et social, ne sont pas totalement étrangers au monde d’aujourd’hui.

Notes

1 Richard Britnell, op. cit. ; Simonne Abraham-Thisse, « L’exportation… », art. cité, p. 108 et 143.

2 Sur la fraude fiscale, voir les remarques de Philippe Lardin, « La mise en place des impôts… », art. cité, p. 534-537 ; et Romain Telliez, « Officiers et fermiers des aides devant la justice royale (fin du XIVe -début du XVe siècle) », dans Philippe Contamine, Jean Kerhervé, Albert Rigaudière (dir.), L’impôt au Moyen Âge. L’impôt public et le prélèvement seigneurial (fin XIIe -début XVIe siècle), actes du colloque de Bercy (14-16 juin 2000), t. III, Paris, CHEFF, 2002, p. 827-859.

3 Saint-Lô, 1388: Ord., t. VII, p. 217; 1460: Ord., t. XIV, p. 493.

4 Félicien Favresse, Études sur les métiers bruxellois au Moyen Âge, Université libre de Bruxelles, 1961, p. 115.

5 Montivilliers, 1385, voir p. 60, note 70. Saint-Pierre-sur-Dives, 16 mars 1402 ns (ADC, H 7237). À la foire de Chalon, sont vendus des draps de villages (document H).

6 En 1424 : Ord., t. XIII, p. 69. En 1451: AMR, S3, fol. 81 vo.

7 Rouen, 1394: AMR, S3, fol. 64 vo. En 1424 : Ord., t. XIII, p. 72. En 1451 : AMR, S3, fol. 84 : les artisans de la draperie, qui n’ont pas franchise de draper, qui sont donc valets, ne peuvent draper pour vendre.

8 Évreux, 1405 : Ord., t. IX, p. 171. En 1422 : Ord., t. XIII, p. 79.

9 Reinald Ennen, Zünfte und Wettbewerb, Möglichkeiten und Grenzen zünftlerischer Wettbewerbs-beschränkungen im städtischen Handel und Gewerbe des Spätmittelalters, Cologne, Bölhau (Neue Wirtschaftsgeschichte, 3), 1971, p. 95-97. La vente de cette production domestique est souvent interdite. Ainsi à Reims, en 1292 et 1340 : Louis Demaison, art. cité, p. 30 et 34.

10 Fernand Braudel, op. cit., t. II, p. 302-305. Jean-Yves Grenier, op. cit., p. 322-329. Marc Boone, « L’industrie textile… », art. cité, p. 20.

11 À Lille : Sylvain Calonne et Denis Clauzel, art. cité. À Caen : Jean-Claude Perrot, op. cit. À Vérone : Edoardo Demo, op. cit., p. 176.

12 Une exception, les eschardeurs (cardeurs) à Évreux, 1403 : Ord., t. IX, p. 173.

13 À Toulouse: Mary-Ambrose Mulholland, Early gild…, op. cit., p. 4. À Chartres : Geneviève Aclocque, op. cit., p. 330. À Beauvais : Gustave Fagniez, Documents, op. cit., t. II, p. 135, no 60.

14 À Montivilliers en 1322, le drapier peut ourdir et faire tisser son drap en sa maison (Ord., t. XII, p. 457). Voir aussi le texte de 1497, p. 112.

15 À Douai, milieu XIIIe siècle : Georges Espinas, Henri Pirenne, op. cit., t. II, no 234, p. 64 et no 257, p. 106 ; En 1403, idem, no 382, p. 330.

16 À Rouen, 1394, 1424, 1451 (AMR, S3, fol. 64 vo et 84, et Ord., t. XIII, p. 72). À Saint-Lô (Ord., t. VI, p. 95-96).

17 Adolphe Cheruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale, op. cit., t. I, p. 220 et 327.

18 À Louviers : Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 26-27. À Dieppe : Idem, p. 33. À Caudebec : document B, § 1. À Eu : Albert Legris, op. cit., p. 187 et 234.

19 À Montivilliers, 1322 : Ord., t. XII, p. 456-458. Mais cette situation s’est-elle maintenue au cours du XIVe siècle ?

20 À Troyes, 1360 et 1361 : Ord., t. III, p. 410-418 et p. 517, § 24. À Troyes, 1377 : Ord., t. VI, p. 281. À Châlons, 1378 : Ord., t. VII, p. 78. À Lille, 1458 : Robert Marquant, op. cit., p. 291.

21 À Perpignan : Anthony Pinto, « Perpignan, un grand centre drapant méditerranéen (XIIIe-XVe siècle) : état de l’historiographie », dans La fibre catalane. Industrie et textile en Roussillon au fil du temps, Canet, Trabucaire, 2005, p. 34-35, 1249. À Barcelone, Claude Carrère, op. cit., t. I, p. 97. Voir aussi : Toulouse, 1279, ici p. 106.

22 À Rouen, 1285 : Gustave Fagniez, Documents…, t. I, p. 301-302. À Reims, 1292 : Louis Demaison, art. cité, p. 31. À Toulouse (voir la note précédente) : Mary-Ambrose Mulholland, art. cité, p. 176.

23 À Toulouse, 1279 et 1298 : Mary-Ambrose Mulholland, Early gild…, op. cit., p. 13 et p. 78-87 : six bayles, deux pour chaque métier. À Saint-Denis, 1301 : AN, K 930, no 4. À Amiens, Augustin Thierry, op. cit., t. I, p. 340 et 520.

24 Léopold Delisle, Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Caen, Société des antiquaires de Normandie, 1882, no 330, p. 49 : il s’agit de l’endroit où les teinturiers et foulons de Rouen prennent la terre pour teindre et fouler.

25 À Paris, 1277, 1279, à Saint-Denis 1296, 1301 : Bronislaw Geremek, Le salariat…, op. cit., p. 18-20 ; Jacques Foviaux, « Discipline et réglementation… », art. cité, p. 212 ; AN, K 930, no 3 et 4.

26 À Darnétal, voir p. 187. À Elbeuf, p. 90. À Neuve-Église au milieu du XVe siècle, le cumul des deux métiers est interdit (Henri De Sagher et al., op. cit., 1951, t. III, p. 100-107).

27 À Saint-Lô, 1391, 1395 : ADSM, 1 B 8, fol. 14 vo ; 1 B 11, fol. 21 vo : « les teinturiers de guesde ne devoyent taindre en guerence ». Cela est toujours interdit en 1464 : Michel Dubois, « Fragments d’un règlement… », art. cité, p. 99. À Vire, 1459 : ADSM, 1 B 33, fol. 106.

28 Le métier intervient dans des procès à l’Échiquier, dans la seconde moitié du XVe siècle (ADSM, 1 B 27, fol. 78, 1453).

29 À Dieppe : Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 33. À Neufchâtel : ADSM, 1 B 39, fol. 67 vo-69.

30 À Rouen, 1378 : Ord., t. VI, p. 367. À Évreux, 1403 : Ord., t. IX, p. 170. Louviers, voir document G.

31 À Eu, 1343 et 1356 : Albert Legris, op. cit., p. 187, 235. Il faut deux valets sur le métier large. Celui « a place » se loue sur la place, à la journée.

32 AN, K 930, no 4, 1301.

33 Jacques Heers, Gênes au XVe siècle. Civilisation méditerranéenne, grand capitalisme et capitalisme populaire, Paris, Flammarion (Science), 1971, p. 183. Philippe Wolff, Commerces et marchands…, op. cit., p. 485. Claude Carrère, op. cit., t. I, p. 489-495. Edoardo Demo, op. cit., p. 89 et p. 110-112.

34 Sam Rosenberg, « De la segmentation à la flexibilité », Travail et Société, vol. 14, no 4, octobre 1989, p. 387-438. Un numéro spécial de la revue Économies et sociétés, Cahiers de l’ISMEA (Is the concept of labour market segmentation still accurate, juin 2007, no 6, p. 891-1087), fait le point sur ces questions. Ces conceptions remettent en cause l’approche néo-classique, selon laquelle le lieu où s’échangent offre et demande de travail serait un espace homogène, mais elles ne rendent compte qu’imparfaitement des complexités des marchés du travail d’aujourd’hui. Pour les époques anciennes, voir : Denis Morsa, art. cité, p. 774-779.

35 Pierre Rosanvallon, La nouvelle question sociale. Repenser l’État-providence, Paris, Seuil, 1995.

36 Alessandro Stella, La révolte des Ciompi. Les hommes, les lieux, le travail, Paris, EHESS, 1993, p. 157-158. Bronislaw Geremek, Le salariat…, op. cit., p. 70, et « Les salariés et le salariat », art. cité, p. 561. Parmi la main-d’œuvre non qualifiée, ajoutons les domestiques et les femmes intervenant dans la préparation des laines.

37 À Rouen en 1285, à Montivilliers en 1322. À Louviers, on interdit en 1325 les confréries pour ôter assemblées, « harelles » et conspirations (Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 29). À Évreux en 1403, on ne parle pas de place, mais on interdit pareillement aux artisans de la draperie de faire conspirations pour meilleur salaire, à journée ou pour pièce de drap (Ord., t. IX, p. 172).

38 À Rouen, 1359, 1424, 1451 : AMR, S3, fol. 78, 85-86 vo ; Ord., t. XIII p. 73. À Eu, 1356 : Albert Legris, op. cit., p. 235. À Dieppe, 1358 : Théodore Bonnin, ibid., p. 33. À Caudebec, 1402, voir document B, § 21-23. À Saint-Lô, 1485 : Paul Le Cacheux, art. cité. Interdiction de la place à Rouen en 1285, à Montivilliers en 1322, p. 108.

39 Voir la remarque de Claude Carrère sur le durcissement des réglementations à Barcelone au XVe siècle : ce « raidissement des maîtres artisans fut peut-être moins la défense d’une oligarchie nantie face aux salariés que celle de certains artisans face au capital marchand » (Barcelone, op. cit., t. I, p. 487).

40 À Troyes, face aux abus des tisserands, on décide de faire venir travailler des gens de dehors (Ord., t. V, p. 596-597, 1358). À Lille, les tisserands se plaignent de ce que les drapiers font tisser chez eux des ouvriers flamands. Selon les drappiers, les tisserands aiment mieux « aller juer et esbattre que de ouvrer et tistre ung drap pour pris raisonnable », et par leur action en justice, ils veulent « asservir » les drapiers (Robert Marquant, La vie économique, op. cit., p. 291). Sur la déréglementation des heures, voir aussi les tondeurs de draps à Paris en 1490, ici p. 160, note 49.

41 ADSM, 1 B 39, fol. 67-69 vo et 1 B 40, fol. 18.

42 Jean-Pierre Sosson, « Structures associatives et réalités socio-économiques dans l’artisanat d’art et du bâtiment aux Pays-Bas (XIVe-XVe siècles). Perspectives de recherches », dans Xavier Barral i Altet (dir.), Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge, Paris, Picard, 1986, t. I, p. 111-121.

43 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard (L’espace du politique), 1995, et son article « La question sociale commence en 1349 », Les Cahiers de la recherche sur le travail social, no 16, 1989, p. 9-27.

44 Voir p. 54. À Caudebec, 1402 : document B, § 32. À Rouen, 1401 : AMR, S3 fol. 69 vo. Sur la critique de l’interprétation catastrophique du bas Moyen Âge, voir mes remarques : « Bons et mauvais pauvres au Moyen Âge », dans Laurent Albaret, Hélène Latger, Jean-François Wagniart (dir.), La riche histoire des pauvres, Paris, Syllepse, 2007, p. 20-23.

45 Voir p. 163.

46 Rainer Schröder, Zur Arbeitsverfassung des Spätmittelalters. Eine Darstellung mittelalterlichen Arbeitsrechts aus der Zeit nach der grossen Pest, Berlin, Dunker und Humblot, 1984, p. 105-170. Philippe Lardin, « Le niveau de vie des ouvriers du bâtiment en Normandie orientale dans la seconde moitié du XVe siècle », dans Jean-Pierre Sosson, Claude Thiry, Sandrine Thonon, Tania van Hemelryck (éd.), Les niveaux de vie au Moyen Âge. Mesures, perception et représentation, actes du colloque de Spa (21-25 octobre 1998), Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 1999, p. 162.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search