Version classiqueVersion mobile

Un autre monde du travail

 | 
Jean-Louis Roch

Chapitre VI. L’importance de la production drapière dans la Normandie médiévale

Texte intégral

  • 1 Bernard Chevalier, op. cit., chap. vii, p. 151 sq. Voir aussi les remarques de Philippe Braunstein (...)

1On a parlé de « retard français », de « révolution industrielle manquée1 », voire d’inaptitude de la France à l’industrie, et cela dès le Moyen Âge. Il faut bien sûr mettre à part la Flandre, devenue dès le XIIe siècle la première région « drapière » d’Occident. Mais le reste de la France reste à la traîne, au moment où, dans le même domaine, se développent les villes flamandes, puis le Brabant, l’Angleterre et les villes italiennes. La Normandie fut cependant, avec le Languedoc, une des grandes régions « drapières » françaises aux deux derniers siècles du Moyen Âge. La guerre de Cent Ans ne mit pas fin à cet essor. Les draps normands s’exportent, en particulier vers les pays méditerranéens ; et certains centres, Rouen et Montivilliers, s’orientent, dans la seconde moitié du XIVe siècle, résolument vers les produits haut de gamme. C’est un premier âge d’or de la grande draperie normande, qui dure jusqu’à la guerre civile (1411) et à la conquête anglaise (1419). La paix revenue, la production redémarre dans la seconde moitié du XVe siècle, mais la Normandie doit compter désormais avec d’autres concurrents, le Berry ou le Poitou.

  • 2 Michel Mollat, Le commerce maritime…, op. cit., p. 275.

2Du volume de la production normande, on ne sait presque rien. On ne dispose pas ici des magnifiques séries fiscales ou comptables, qui, ailleurs, ont permis d’évaluer le nombre des draps fabriqués : à Ypres, Lille, Malines, Louvain, Salisbury ou Vérone. Michel Mollat, dans sa thèse sur le Commerce maritime normand a proposé deux tableaux pour Rouen : la ferme du courtage des laines et des draps, puis la ferme de l’aide de 6 deniers par poids de laine vendu à Rouen2. Il s’est gardé d’aller plus loin. Il avait peut-être raison. Toute évaluation se révèle ici excessivement hasardeuse. Une telle recherche n’est cependant peut-être pas inutile ; elle seule peut permettre d’entrevoir le niveau de production des centres normands, par rapport à d’autres régions plus célèbres ou mieux connues, et surtout de situer ces centres normands les uns par rapport aux autres.

Rouen

3Nous commencerons par Rouen, qui est peut-être le centre le moins mal connu, grâce en particulier aux comptes municipaux, aux « fermes muables » de la ville. Ces comptes ne sont tenus sur des registres spécifiques qu’à partir des années 1440 et ne subsistent que de manière très lacunaire. Mais auparavant les comptes étaient en partie enregistrés dans les délibérations municipales, qui sont conservées depuis 1389. Le tabellionage a conservé également quelques contrats notant le montant des fermes. Quatre fermes sont utilisables : celles du courtage des draps et du courtage des laines, celle de l’aide de 6 deniers par « poids » de laine vendue en ville et en banlieue, celle enfin de la terre à fouler les draps.

Le courtage des draps

  • 3 AMR, XX5, fol. 42, 1539. Seront utilisés aussi dans ce chapitre les manuscrits français de la BNF, (...)
  • 4 AMR, U2, fol. 33. La demi-graine est la demi-graine d’écarlate (kermès). Nous utiliserons ici surto (...)
  • 5 Le drap à Rouen comme dans d’autres centres normands, Évreux par exemple, doit mesurer 20 aunes de (...)
  • 6 Ord., t. XIII, p. 72; AMR, S3, fol. 84; U2, fol. 33 vo -34 vo. En octobre 1596 et octobre 1626, les (...)
  • 7 Les bénéfices des fermiers ont été évalués par Michel Mollat à 10 % (Le commerce maritime…, op. cit (...)
  • 8 ADSM, 4 BP II/1bis, fol. 27, 22 décembre 1483. Ce texte précise la manière dont la taxe du courtage (...)

4Les courtiers sont des intermédiaires quasi obligés dans le commerce de gros médiéval. Ils assurent la régularité des payements et, en ce qui concerne les draps, la vérification des longueurs, « l’aunage » ; « la ferme de l’aulnaige ou courtaige des draps » semble bien être ici une seule et même chose3. À Rouen, le recours au courtage n’est pas obligatoire, mais la ville prélève de toute manière sa part, qui s’élève au tiers du courtage. Le tarif est fixé en 1335 selon trois qualités de drap : les courtiers prendront de chaque demi-drap valant jusqu’à 7 livres tournois, 3 sous, pour les « demie graine » 6 deniers l’aune, et pour les « écarlates », à 60 sous l’aune, 12 deniers l’aune4. On constate ici trois niveaux de prix, doublant à chaque fois : le drap qu’on dira de qualité moyenne (moyenne supérieure) à 14 livres ; le drap de demi-luxe ; le drap de luxe à 60 livres (pour 20 aunes)5. Le tarif du courtage a sans doute été modifié au milieu du XIVe siècle. Il est précisé en 1424 et en 1451 : 3 deniers pour chaque aune de drap de qualité moyenne, c’est-à-dire 5 sous pour un drap de 20 aunes, 6 deniers pour la « demi graine » et 12 deniers pour l’écarlate6. Du courtage la ville a le tiers. La moyenne de la ferme du courtage dans les années 1380 à 1411 est 263 livres par an, ce qui donne un courtage de 790 livres. À 5 sous par drap, on aurait 3 160 draps. Ajoutons, de manière arbitraire, 25 % pour le bénéfice des fermiers7, ce qui est sans doute en dessous de la réalité. On obtient 3 950 draps, disons 4 000 draps. Dans les années 1446-1459, avec une moyenne de 91 livres 16 sous, on aurait 1 101 draps, et avec le bénéfice des fermiers 1 350 draps. En 1483, la ferme est de 152 livres, ce qui ferait 1 824 draps de qualité moyenne, de 20 aunes8, avec le bénéfice des fermiers 2 280 draps. En 1508, 490 livres correspondent à 5 880 draps ; avec le bénéfice des fermiers 7 350. C’est beaucoup plus.

  • 9 ADSM, 2E1 /152, fol. 12 vo, 21 novembre 1369. Ce sont 35 livres, à côté du courtage des draps de Ro (...)

5Le courtage concerne normalement tous les draps vendus à Rouen, les draps de Rouen et les draps de dehors. Il semble cependant que le courtage des « draps de dehors » était comptabilisé à part, au moins au XIVe siècle. En 1369, est noté dans le tabellionage le courtage des « draps de hors9 ». Mais est-ce toujours le cas au début du XVIe siècle ?

Les taxes sur la laine

  • 10 AMR, XX3 et XX4, chartrier, tiroir 192. La taxe de 1 denier par poids de laine concerne la laine ve (...)
  • 11 AMR, XX2, 19e compte, tiroir 192 (XVIIe siècle) : « trois deniers pour poids […] est le droit affer (...)
  • 12 Michel Mollat, Le commerce maritime…, op. cit., p. 275. Voir : AMR, tiroir 192 (XVIIe siècle) et un (...)
  • 13 Ord., t. VI, p. 473; t. VII, p. 757; t. XV, p. 31. Voir aussi : Louis de Brequigny, art. cité, p. 1 (...)
  • 14 Dominique Cardon, op. cit., p. 292-295.
  • 15 Ord., t. III, p. 416. Dominique Cardon, ibid., p. 590. La livre ici est inférieure à celle de Paris

6Il existe plusieurs taxes sur la laine, mais leur étude est d’interprétation difficile. Nous laisserons de côté « l’ostage » des laines, qui associe une taxe d’un denier par « poids » de laine avec la ferme de la halle aux toiles, et qui de ce fait est inutilisable10. La ferme du courtage des laines semble à priori beaucoup plus intéressante. Son tarif est précisé dans le compte de 1457 : « la ferme de 3 deniers pour poix de layne que l’on nomme le courtage des laynes11 ». Mais que représente un « poids » de laine ? Michel Mollat l’avait estimé à 25 livres poids, ce que confirment les archives12. Combien alors faut-il de « poids » pour faire un drap ? Les règlements de la draperie de Montivilliers, de 1380 à 1436 exigent 15 à 18 livres de trame pour un demi-drap13. On sait que la trame pèse plus lourd que la chaîne, disons 60 % contre 40 % du poids total14. Cela donnerait 50 à 60 livres, mais il s’agit ici de drap dense à 2 200 fils ; le drap normand plus ordinaire, à 1 800 fils, ne doit pas dépasser 50 livres. À Troyes un drap doit peser, en 1359, 44 ou 52 livres ; Dominique Cardon cite, pour le XVe siècle, des draps ibériques à 40-43 livres15. Le « poids » doit correspondre à une quantité « calibrée », utilisée dans le processus de fabrication ; ce pourrait être un demi-drap, et un drap correspondrait à deux poids de laine. Le drap normand « standard » (qualité moyenne supérieure) pèserait autour de 50 livres.

  • 16 Voir ici, chap. ii, « le marché des laines ».

7La ferme du courtage des laines est en moyenne, dans les années 1369 à 1411, de 31 livres. Cela donnerait 2 480 poids, l’équivalent de 1 240 draps (1 653 draps avec les bénéfices des fermiers). La plus grande partie des laines doit échapper au courtage ; les drapiers se fournissent directement sur le plat pays. Nous sommes devant une nouvelle preuve de l’importance des laines régionales. Mais on sait aussi que Rouen redistribue dans les régions proches une part des laines qui y sont vendues16.

  • 17 Phénomène qui rendrait compte aussi des données contradictoires, aberrantes, observées pour Lisieux (...)
  • 18 AMR, XX3.
  • 19 Michel Mollat, Le commerce maritime…, op. cit., p. 275.

8Au milieu du XVe siècle, la ferme du courtage est en moyenne de 124 livres 8 sous ; c’est quatre fois la moyenne des années 1369-1411 : 10 000 poids, l’équivalent de 5 000 draps. Rouen serait devenu un grand marché de laine, au moment où sa production est au plus bas niveau. Plus il y a de laines à vendre, moins il y a de draps fabriqués17. Ainsi, lorsque la production baisse, un surplus de laines ne trouve plus preneur à la source et parvient sur le marché. En 1508, « la ferme de troys deniers pour poix de layne venduz en ville et banllieue », il faut entendre ici le courtage, donne 240 livres18. Comme le remarquait Michel Mollat, « au début du XVIe siècle, le volume de la laine vendue en ville et en banlieue a doublé depuis le milieu du XVe siècle19 ». Mais cela ne signifie pas que la production drapière rouennaise ait doublé. Rouen redistribue une part importante de la laine autour d’elle.

9L’autre taxe sur la laine, l’aide de 6 deniers par poids de laine vendu en ville et en banlieue apparaît dans les comptes (conservés) de la ville en 1447 ; dans les années 1447-1452, la ferme est en moyenne de 140 livres, ce qui donnerait 5 600 poids de laine, 2 800 draps. En l’état actuel de nos recherches, l’étude des taxes sur la laine se heurte à des contradictions presque insurmontables. Nous comprenons mal, en particulier, les rapports entre la ferme de 3 deniers et celle de 6 deniers par poids. Nous ne pouvons que constater le caractère « déconnecté » du commerce de la laine par rapport à la production drapière.

La terre à fouler

  • 20 Ord., t. XIII, p. 71 et AMR S3, fol. 83 vo ; Francis Concato, art. cité, p. 88. En 1412, « les ferm (...)
  • 21 Un certain nombre d’affaires concernent des infractions au monopole. En mars 1384, le fermier Jean (...)
  • 22 AMR, Chartrier, tiroir 107, 15 avril 1412.

10La ferme de la terre à fouler les draps à Rouen va nous permettre par contre d’approcher au plus près la production rouennaise. Les draps faits à Rouen doivent être foulés de la terre de la ville, en particulier de la terre de la forêt de Roumare, apportée et entreposée à la « terrière », sous le monopole de la ville. Les ordonnances de 1424 et 1451 mentionnent la quantité de terre et son prix par drap, fixé à 11 deniers20. La ferme est adjugée pour trois ans ; on en a conservé le montant pour quelques années entre 1384 et 1410, et dans les comptes de la ville à partir du milieu du XVe siècle. Il faut cependant prendre en compte le fait que le monopole ne semble pas avoir été parfaitement respecté, ce qui a donné lieu à des poursuites21. Dans les années qui précèdent 1412, la ferme a été sous-évaluée et des abus ont donné lieu à une intervention des autorités : à la fin du terme, les fermiers bradaient la terre à bas prix pour s’en débarrasser, ce qu’ils appelaient « degats » ; les drapiers faisaient alors « garnison » de terre pour plusieurs années et la ferme périclitait22. En 1388, la ferme est à 187 livres, 4 080 draps, avec les 25 % des fermiers, 5 100 draps. Dans les années 1384-1412, la moyenne serait de 120 livres par an, ce qui correspondrait à 2 618 draps ; avec les 25 % des fermiers, 3 280 draps ; en 1395-1397, 3 360, avec la part des fermiers 4 200 draps par an. On remarque que la ferme de la terre, à la différence du courtage des draps, a tendance à baisser de 1384 à 1412 ; on imputera cette baisse en particulier aux abus des fermiers avant 1412. Dans les années 1447-1458, la ferme rapporte en moyenne 25 livres ½ par an, soit 556 draps, et avec les 25 % des fermiers, 700 draps ; enfin pour 1508, la production serait de 2 800 draps.

11Procédons à quelques comparaisons : en 1395 et pour les deux années suivantes, la ferme de la terre à fouler est de 154 livres, soit 4 200 draps ; en 1396, le courtage des draps est de 272 livres, soit 4 080 draps ; la même année le courtage des laines est à 30 livres 12 sous, soit 1 632 draps. Les fermes du courtage des draps et de la terre à fouler se correspondent, mais celle du courtage des laines est beaucoup trop basse. Rouen a produit plus de 4 000 draps par an. Au milieu du XVe siècle, par contre, les estimations faites à partir du courtage des draps et de la ferme de la terrière ne se correspondent plus, les premières sont le double des secondes, 1 378 contre 700 draps ; c’est une autre ferme, celle du sceau, qui va permettre de les départager. Il a en effet existé pour Rouen d’autres sources, d’une part celles qui concernent le sceau mis sur les draps lors de leur finition, d’autre part les « aides » royales.

Le sceau

  • 23 ADSM, 2E1/152, fol. 28, 27 janvier 1370 ns.
  • 24 Sur la draperie dite « foraine » de Rouen, voir le chap. ii.
  • 25 ADSM, 2E1 /155, fol. 101 vo, 102 vo, 110, 113bis, 121.
  • 26 AN, P 1919/2, no 43604 et P 1921/2, no 45697.
  • 27 Ord., t. XIX, p. 394.
  • 28 ADSM, 1 B 59, 29 avril 1501 ; 1 B 314, 2 mai 1506. Le métier de la grande draperie a obtenu le droi (...)

12On ignore ce qui se passait aux origines. En 1370, est noté dans le tabellionage le revenu du « merc des draps et robes rayez » de la ville de Rouen : 30 livres pour l’année23 ; le rayé vit ses dernières années, mais il a sa « marque ». La draperie rouennaise obtient un sceau en 1360, mais la taxe du sceau n’a d’abord frappé que la « draperie foraine », créée en 1372 dans la ville et les faubourgs, à la suite d’un afflux de réfugiés24. La taxe en est fixée à 5 deniers par drap. On a conservé le montant de la ferme du sceau des draps forains faits en la ville pour l’année 1395 et les deux années suivantes ; proposée à 42 livres, elle enchérit jusqu’à 59 livres pour ces trois années25. Ce qui suppose 944 draps par an ; avec le bénéfice des fermiers, 1 200 draps. Ces draps, dits « forains » mais rouennais, étaient-ils astreints au monopole de la « terrière » ; ici rien n’est sûr. À partir de 1424, sous l’occupation anglaise, cette draperie foraine fut intégrée à la « grande » draperie et tous les draps furent désormais assujettis à la taxe de 5 deniers par drap. Mais le montant de la ferme ne subsiste, semble-t-il, que pour les années 1453 et 1462 : la demi-année 12 livres et 13 livres 6 sous 8 deniers26 ; ce qui correspondrait à 1 152 et 1 276 draps par an ; avec le bénéfice des fermiers, 1 440 et 1 600. On retrouve des estimations assez proches de celles effectuées à partir du courtage. Il existe au contraire une assez grande différence avec la ferme de la terrière ; il est possible que le monopole, ici, ait été de moins en moins respecté. La production rouennaise est alors à son plus bas niveau, autour de 1 600 draps par an. À partir de 1484, la ferme est baillée aux drapiers par abonnement pour 36 livres par an, c’est la ferme dite du petit blanc (à 5 deniers)27 ; ces 36 livres correspondraient à 1 728 draps ; la production fut certainement plus importante. On possède enfin, pour les années 1501 et 1506, deux autres estimations, les seules à compter exactement le nombre de draps : le « papier du nombre des draps scellés en une demie année » ; en une année 2 798 draps entiers (1501) et 2 603 draps (1506)28. À ce moment-là, la draperie rouennaise n’est peut-être pas encore sortie de la crise de la fin du XVe siècle. En 1508, le courtage des draps (plus de 7 000 draps) englobe sans doute des draps de dehors, et la ferme de la terre à fouler est peut-être sous-évaluée (3 000 draps).

Les aides ad valorem sur les marchandises

  • 29 Françoise Autrand, Charles V, le Sage, Paris, Fayard, 1994, p. 428. Guy Bois, op. cit., p. 258, 273 (...)

13À partir de décembre 1360, pour la rançon du roi Jean puis pour le fait des guerres ou pour les fortifications, fut levée d’une manière assez régulière une « aide » de 12 deniers pour livre sur toute marchandise ; donc 5 %, le vingtième ; elle se levait, affermée, le plus souvent par groupes de marchandises en ville, et par localité sur le plat pays. Ce fut par là que l’impôt régulier s’imposa en France29.

14Pour traduire cette aide en nombre de draps, il faudrait connaître le prix des draps. Entreprise presque impossible. Il semble cependant que les contemporains avaient à l’esprit une idée assez précise du prix moyen d’un drap, au moins en un lieu et en un temps déterminé. C’est en tout cas ce qui apparaît à la lecture des délibérations municipales rouennaises à la fin du XVe siècle :

  • 30 AMR, A9 fol. 180, 220 vo, 221, 227 vo, 228 vo. Le prix de la laine doit correspondre à deux « poids (...)

– Il y a bon drap a Darnestal, et ung de 50 sous [l’aune] se monstre mieulx que ung de Rouen de 60 sous (1495).
– Il y a quarante ans […] avoit-on a ce temps pour 25 sous l’aune foullée au pié […] et vallent les laines 24 livres qui ne soulloient couster que 15 et 16 livres (1497).
– Il y a 20 ans que les draps de Rouen ne coustoient que 25 ou 30 sous a raison de ce que la laine ne se vendoit que 15 ou 16 livres et elle se vens 24 livres (1497).
– [Anciennement] on n’y foulloit [au moulin] que petis draps de quinze solz ou environ (1497).
– On ne doit faire seeller drap qui ne vaille 60 sous (1497)30.

  • 31 Philippe Wolff, Commerces et marchands, op. cit., p. 427 et graphique no 15. La stabilité des prix (...)
  • 32 Philippe Wolff, ibid., p. 238 et graphique no 5. La canne vaut une aune et demie et l’écu 22 sous 6 (...)
  • 33 Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité, t. I, p. 233.

15Le « grand » drap rouennais de qualité moyenne, de 20 aunes, à 1 800 fils de compte, en largeur, devait valoir 25-30 livres, dans les années 1470. Le « petit » drap, et l’on entend par là le drap tissé à moindre « compte », foulé au moulin et sommairement apprêté, pouvait valoir la moitié. Dans la période précédente, et depuis les années 1360, le prix des draps semble être resté assez stable, à l’exception bien sûr des périodes de mutations monétaires. C’est ce que constate Philippe Wolff à Toulouse : on peut placer « le drap parmi les objets industriels dont les cours sont les plus stables31 ». Il a dégagé quatre niveaux de prix, doublant à chaque fois, depuis les draps du Languedoc à un écu la canne, les draps de qualité moyenne à deux écus, le « gris » de Rouen un peu plus ; les « demigraines » de Montivilliers à quatre écus et les écarlates à plus du double. Cela mettrait un drap de qualité moyenne à un peu plus de 30 livres tournois32. Les prix des draps normands à Chalon, fournis par Henri Dubois pour la période 1370-1391, tournent autour de 20 livres33. Citons, à titre d’exemple, quelques prix à l’aune, à Rouen, tirés des archives, et d’abord trois pièces de draps servant à compléter des remboursements dans les registres du tabellionage ; des draps qui devaient être d’une certaine qualité :

    • 34 ADSM, 2E1/160, jeudi 7 mai 1405.

    40 sous34

    • 35 ADSM, 2E1/191, 21 avril 1462.

    30 sous35

    • 36 ADSM, 2E1 /199, fol. 6 vo, 1472.

    20 sous36

    • 37 ADSM, 2E1 /153, fol. 53 vo.

    Les draps de moindre qualité sont à des prix nettement inférieurs : en 1381, l’aune de clairet est à 13 sous et celle de rousset à 11 sous37

    • 38 BNF, naf. 20028, no 104.
    • 39 BNF, naf. 20029, no 1.

    Dans les comptes du duc d’Orléans en 1413, le fin vert de Montivilliers est à 55 sous tournois, le vert-brun de Neuchâtel à 32 sous 6 deniers, le blanchet pour doubler les robes à 22 sous 6 deniers38 ; en 1464, le drap noir est à 30-40 sous, le fin drap noir à 90 sous39.

    • 40 BNF, ms fr 26090, no 403 et 410.

    Dans les dépenses du comte d’Angoulême, en 1465, le gris ordinaire est à 13 sous 9 deniers, 26 sous, 30 sous, 35 sous, 36 sous ; le gris à faire les robes des livrées des demoiselles de Madame est à 55 sous et le fin gris de Rouen à 100 sous, c’est-à-dire 5 livres40.

  • 41 Avec un drap de 20 livres et une aide à 12 deniers/livre, la ferme correspond à 1/20 du total du pr (...)

16Le drap vendu en gros sur le lieu de production est un peu moins cher que le drap vendu au détail au loin. On fixera, de manière arbitraire, le prix de gros à Rouen d’un drap normand « standard », de 19-20 aunes et 1 600-1 800 fils de compte, dans la seconde moitié du XIVe siècle et la première moitié du siècle suivant (hormis les périodes d’instabilité monétaire), à 20 livres. L’intérêt d’un tel choix est que le montant de l’aide (de 12 deniers pour livre) correspond d’emblée au nombre de draps produits (ou échangés)41. Ses limites viennent de ce qu’il néglige les différentes qualités de draps : ceux de Montivilliers ou les meilleurs de Rouen étaient plus chers, ceux de Basse Normandie souvent moins chers. Avant la grande peste de 1348, les prix devaient être du tiers inférieurs. Ici les indications sont plus rares ; rappelons cependant le prix rouennais de 1335 : 7 livres le demi-drap de qualité moyenne supérieure.

  • 42 Michel Mollat, Le commerce maritime …, op. cit., p. 377.
  • 43 1392 : 5 livres (ADSM, 2E1 /154, fol. 182). 1394 : 5 livres 10 sous (2E1 /155, fol. 50). 1397 : 5 l (...)

17On peut approcher le prix du drap d’une autre manière ; à partir du prix du « poids » de laine. Selon Michel Mollat, « la poise coûtait à Rouen de 2 livres à 8 livres selon les années, jusqu’au début du XVIe siècle42 ». On trouve dans le tabellionage des ventes en gros de laines à plusieurs acheteurs, dont les quantités sont parfois précisées en « poids » ; dans d’autres cas, il n’est pas fait allusion au « poids », mais les prix sont des multiples d’un même prix de base, qui ne peut être que celui du poids, 5 à 6 livres43.

  • 44 Anne Merlin-Chazelas, Documents relatifs au clos des galées de Rouen et aux armées de mer du roi de (...)
  • 45 Dominique Cardon, op. cit., p. 125.

18On peut trouver ailleurs un prix moitié moindre : 2 livres 10 sous, sans doute de la laine écossaise, en 137144. Si nous fixons à 5 ou 6 livres le prix d’un poids de laine de bonne qualité, un drap réclamant deux poids ou un peu moins de deux poids et la laine constituant 30 à 44 % du prix du drap45, on obtient un drap entre 20 et 40 livres. Notre drap « standard » à 20 livres est donc un drap de qualité moyenne. Mais revenons aux aides pour le roi ; celles qui nous concernent appartiennent aux années 1340 à 1411. Si les archives en ont conservé quelques traces pour plusieurs villes normandes, ce qui concerne Rouen est à peine utilisable.

Les aides rouennaises

  • 46 BNF, Collection Clairambault 214, no 49 (9543) ; les draps pleins sont des draps unis ; les draps r (...)

19Le 31 octobre 1364, les fermiers de l’imposition des draps « pleins » et « rayés » et des laines de la ville de Rouen sont tenus au roi de la somme de 1 890 livres « de reste » ; ils obtiennent rémission de la moitié de cette somme46. Le total devait être plus élevé ; la ville de plus a vraisemblablement obtenu le tiers de cette imposition, qui devait être de 12 deniers/livres ; soit un total de 2 835 livres. La part de la laine pourrait s’élever au tiers, comme nous le verrons pour l’aide de 1359. Je retire un tiers ; la ferme aurait alors été 1 890 livres ; j’ajoute les 25 % pour le fermier : 2 350 draps standard. Mais il s’agit d’un reste et ce reste est réduit de moitié. On se permettra de conclure que la production rouennaise ordinaire de ces années devait dépasser en tout cas les 2 500 draps (de 20 livres).

  • 47 ADSM, 2E1/153, fol. 45.

20En avril 1381, les « compagnons fermiers » de l’imposition « de tous draps » de la ville et banlieue de Rouen sont encore tenus en la somme de 1 000 livres pour l’année passée47. Il s’agit là aussi d’un « reste » et l’imposition concerne sans doute aussi les draps « de dehors ».

  • 48 BNF, ms. fr 25997, no 349 ; Michel Nortier, Les sources de l’histoire, op. cit., 1962-3, no 167 ; R (...)
  • 49 Étienne Fournial, Histoire monétaire de l’Occident médiéval, Paris, Nathan (Fac), 1970, p. 100. Nou (...)

21Il existe pour Rouen des montants d’imposition plus précis, mais ils concernent la période d’avant la stabilisation monétaire de décembre 1360, et toute évaluation devient alors extrêmement hasardeuse. Le 15 août 1341 fut octroyée au roi pour cause de ses guerres une imposition de 4 deniers/livre pour un an (à 6 paiements) ; on ne parle pas, curieusement, ici de draps de Rouen, mais seulement de « draps de dehors », les draps de la région apportés à Rouen : 880 livres48. La monnaie à ce moment-là est très affaiblie ; elle sera rétablie en octobre 1343 et le « pied » de monnaie divisé par trois49. Pour proposer une comparaison avec les aides à 12 deniers/livre d’après 1360, il faut donc multiplier par trois et diviser par trois : 880 livres. Mais, comme nous sommes avant la grande peste, le prix des draps en monnaie forte devait être du tiers inférieur soit, avec les bénéfices des fermiers, un volume de plus de 1 660 draps « de dehors ».

  • 50 BNF, ms. fr 26002, no 856, 1er octobre 1359-1er octobre 1360. Je remercie Philippe Lardin d’avoir a (...)

22En octobre 1359, fut baillée à ferme une imposition sur la ville et banlieue de Rouen à un an, dont la ville devait avoir le tiers ; on a conservé la part due au prince. Le taux n’est pas précisé, mais il devait être de 6, 8 ou 12 deniers/livre. Compte tenu de l’extrême instabilité monétaire de la période, la plus folle de toute l’histoire des mutations médiévales, elle fut payée de mois en mois des monnaies « courant à chascun terme50 » : 8 000 livres pour les draps de Rouen. 2 666 livres 13 sous 4 deniers pour les draps de dehors (un tiers) ; 2 666 livres 13 sous 4 deniers pour les laines (un tiers) ; 220 livres pour les toiles et canevas. Le blé est à 2 000 livres et la boucherie à 2 160 livres.

23Ces fermes permettent de proposer un rapport entre draps de dehors et draps de Rouen (un à trois), qui montre l’importance de Rouen comme centre de commercialisation régionale.

24L’instabilité monétaire rend toute hypothèse concernant le prix du drap extrêmement fragile. La valeur de la monnaie d’octobre 1359 a peut-être été divisée par six. Les 8 000 livres correspondent à une ferme totale de 12 000 livres (avec la part de la ville) qui vaudrait en monnaie forte 2 000 livres : 2 000 draps standard à 20 livres, et avec les bénéfices des fermiers 2 500 (ou le double si le taux était de 6 deniers/livre) ; la ferme des draps de dehors correspondrait, avec les bénéfices des fermiers, à plus de 800 draps à 20 livres (ou le double). Peut-on préciser le taux de l’aide de 1359 ? La boucherie et le blé en monnaie forte feraient chacun 540 livres, si le taux était de 12 deniers pour livre. En 1341, la boucherie et le blé ramenés au taux de 12 deniers pour livre et avec l’augmentation des prix de l’après-peste ferait chacun 1 500 livres ; certes la population a diminué et sa consommation aussi, mais elle n’a pas été divisée par trois. On préférera pour 1359 un taux de 8 deniers pour livre, suggéré aussi par Philippe Lardin. En 1341, il y aurait eu 1 660 draps de dehors et, en 1359, 1 250 draps de dehors et 3 750 draps de Rouen, à 20 livres le drap. Nous sommes dans les plus mauvaises années du XIVe siècle. Mais il ne peut s’agir que d’hypothèses et d’hypothèses minimales, d’autant que les prix ne suivent pas totalement l’affaiblissement des monnaies.

25Heureusement pour nous, l’aide de 12 deniers/livre, particulièrement décevante en ce qui concerne Rouen, l’est beaucoup moins pour les autres centres normands. C’est grâce à cette aide que l’on pourra tenter quelques comparaisons, en particulier avec la Basse Normandie.

  • 51 À Toulouse, les marchands drapiers vendent des draps d’Angleterre, de Flandre ou de Normandie, à cô (...)
  • 52 AN, Z 1A/4, fol. 289 vo -290 vo, 13 février 1410 ns. De toute manière, vendeurs et fermiers parvien (...)
  • 53 ADSM, 4 BP II/1bis, fol. 91, 96, 121 vo.
  • 54 François de Beaurepaire, art. cité, p. 9.
  • 55 Jean Lesquier, « L’administration et les finances de Lisieux de 1423 à 1448 », Études lexoviennes, (...)
  • 56 Évreux 1442-1459 (AME, CC 13, 17, 20, 22). Sur les comptabilités de ces trois villes, voir plus loi (...)
  • 57 Théodore Bonnin, op. cit., t. II-2, no 453, p. 47.

26Parvenu à ce point, on ne peut s’empêcher pourtant de regarder d’un peu plus près la manière dont les taxes sont levées, à Rouen et ailleurs. Permettent-elles d’approcher le volume de la production réelle, ou l’historien doit-il se contenter d’un tissu d’hypothèses ? Certaines taxes portent directement sur la production, celle de la terre à fouler et celle du sceau. Même si elles ne sont pas toujours fiables, elles sont les plus proches de la production réelle. Mais les autres taxes, celles qui portent sur la commercialisation, posent de redoutables problèmes. Le courtage et les aides ad valorem portent sur la vente, c’est-à-dire sur les draps fabriqués en ville et sur ceux apportés par les marchands du dehors : nous avons vu qu’à Rouen, en 1359, les draps de dehors faisaient le quart de l’aide, mais il ne faut sans doute pas généraliser. Et l’on peut supposer que la plupart des draps de dehors viennent des régions proches51. Par ailleurs, lorsque la vente se fait aux halles, elle est facilement contrôlée, mais tous les draps ne passent pas par les halles. Et l’on oublie parfois de les déclarer. À Bernay, en 1410, un « tres grant marchant », qui avait été lui-même fermier de l’imposition des draps, est allé vendre à Paris une centaine de draps de Bernay, et cela s’est su. Il était tenu, « par l’usage du pays », de nommer ceux qui les lui avaient vendus. Lui répond qu’il ne peut les nommer « car il a plusieurs varlez qui ont achetté les draps », et il ajoute « que lesdits fermiers sont si povres qu’ilz ne veulent faire nulle grace aux vendeurs, pourquoi yceulx vendeurs les vendent nuiteement52 » (de nuit). À Rouen en 1484, les fermiers de l’aide des draps sont en procès au bailliage avec plusieurs drapiers et marchands de draps qui n’ont pas baillé déclaration des draps qu’ils avaient portés hors53. Les taxes portent, par ailleurs, tantôt sur la vente en gros, tantôt sur le gros et le détail ; on peut penser que le détail garde une place secondaire. Mais la difficulté principale vient d’ailleurs. Tout ce qui part de la ville, ou passe par la ville, n’a pas été nécessairement vendu et acheté en ville. C’est ce que remarquait François de Beaurepaire, au sujet de l’aide de 12 deniers/livre à Saint-James en 1372 : « une importante partie de la production n’était pas vendue sur place et échappait à l’imposition locale54 ». On entre alors dans un autre domaine, non plus les taxes sur les transactions, mais les taxes sur la circulation des marchandises ; des taxes qui ne sont plus ad valorem mais supposent des tarifs. C’est le domaine des douanes, des péages, des « tonlieux ». Les aides royales en général ne s’y risquent pas, mais les municipalités, lorsqu’elles sont autorisées à lever des aides pour la fortification, n’ont pas hésité. Nous constatons là un des signes de l’emboîtement des fiscalités royales et municipales. C’est ainsi que l’on a conservé quelques bribes des comptabilités municipales, à Lisieux (1437-1448), Pont-Audemer (1476-1486) ou Évreux (1395 et 1442-1459). Les comptes municipaux différencient à Lisieux55 les draps vendus en gros ou en détail et les draps entiers faits et portés hors pour vendre. Et à Pont-Audemer, la ferme pour chaque aune de drap vendu en ville du « labour » de la ville ou d’autre labour est différenciée de la ferme sur chaque drap labouré en ville et porté hors sans être vendu. À Évreux, l’aide de 1395 porte sur les draps faits en ville, ce que l’on interprétera comme tous les draps faits en ville, ceux que l’on vend et ceux que l’on porte hors sans vendre. Dans les années 1442-1459, sont différenciés les draps faits en ville et les draps des marchands de dehors ; la production des premiers est alors peu importante et les draps apportés de dehors ne dépassent pas quelques dizaines56. À Louviers en 1421, des aides sont concédées par Henri V d’Angleterre pour la fortification : 10 sous tournois sur chaque drap fait en la ville et 6 deniers par livre sur les draps ou pièces (« écroes ») vendus à détail57. Donc, lorsque les villes lèvent des taxes pour elles-mêmes, en particulier pour leurs fortifications, elles n’hésitent pas à entrer dans le détail, à distinguer par des tarifs les divers types de production ou de vente.

27Il est possible d’évaluer la part des draps portés hors, mais seulement pour Lisieux. En 1438, ont été distingués les draps vendus en gros et en détail (230 livres) et les draps portés hors (107 livres). La taxe sur la vente est de 5 deniers/livre, ce qui avec un drap de 12 livres (ce qui reste vraisemblable) ferait 920 draps. Les draps portés hors, à 2 sous 6 deniers par drap feraient 856 draps. Il y aurait presque autant de draps portés hors que de draps vendus en ville. Les comptes de Pont-Audemer donnent une autre image ; conservés de 1476 à 1496 avec lacunes, ils se contentent de donner la somme totale de la draperie. En 1485 et 1486, l’aune de drap du « labour de la ville » vendue en ville est taxée à 3 deniers l’aune, soit 5 sous un drap de 20 aunes, tandis que les grands draps portés hors sans être vendus paient aussi 5 sous, en tout 82 livres ; en 1481, le drap vendu en ville paie le double, le drap porté hors toujours 5 sous, en tout 156 livres ; la différence correspondrait au doublement des taxes sur les draps vendus. Un dixième des draps sont portés hors sans être vendus, la plupart des draps sont vendus sur place. Mais les draps de Pont-Audemer s’exportent moins que ceux de Lisieux, la production est peu importante, 4 à 500 draps par an, et de consommation surtout locale. De plus, dans le cas des aides royales de 12 deniers pour livre, la taxe est plus élevée et porter les draps hors va permettre d’échapper à l’aide. On peut sans doute, pour les centres drapiers plus importants, penser que les draps portés hors sans être vendus représentent une part importante des draps vendus sur place. Tous les calculs portant sur les aides royales (à 12 deniers/livre), frappant uniquement la vente, devraient être majorés. De combien ? Les drapiers locaux sont-ils toujours capables d’aller vendre au Lendit ou ailleurs ?

  • 58 À Elbeuf en 1505, Massin Delahaye demande à Gillet Bosquet 23 livres tournois pour argent sec prêté (...)

28Et peut-on confier des draps à quelqu’un pour les porter ailleurs sans qu’il y ait vente58 ? En ajoutant la moitié des quantités que donnent les aides royales, nous devrions rester dans le vraisemblable. La plupart des évaluations proposées dans la première version de cet article, parue dans La draperie en Normandie, en 2003, sont donc à réviser à la hausse. De Rouen, nous avons estimé la production à partir du courtage, à la fin du XIVe siècle, à 4 000 draps, elle doit atteindre les 6 000 draps. La ferme de la terre à fouler indiquait de son côté, en 1388, 5 100 draps. Il faut sans doute ajouter les draps de la draperie dite « foraine ». Au milieu du XVe siècle, la production rouennaise doit être de 1 600 à 2 000 draps, et à la fin du siècle plus de 3 000 draps.

29Nous parcourrons la Normandie d’est en ouest, de la Bresle au Couesnon, du pays de Caux jusqu’à la baie du Mont-Saint-Michel. Mais, avant d’aller plus loin, il nous faut préciser le « protocole » que nous nous proposons de suivre, nos méthodes de calcul, à partir des quelques remarques que nous avons pu faire au sujet de Rouen ou des moulins foulons, ou que nous ferons au sujet de Montivilliers.

30Ajouter 25 % pour la part des fermiers ; 50 % pour les draps portés hors sans avoir été vendus en ville (dans les centres importants) ; pour les prix d’avant 1348, on rajoute la moitié pour obtenir l’équivalent d’après la grande peste ; si les draps, de qualité inférieure, ne valent que 15 livres et non 20 livres, pour le calcul à partir des aides, la quantité de draps augmente d’un tiers ; pour les taxes de foulage au moulin, on proposera 4 sous par drap ; enfin la productivité d’un métier à tisser à deux tisserands sera estimée à 20 draps par an.

La Haute-Normandie

Montivilliers

  • 59 BNF, naf 20025, nos 105-106 (1328) : draps de laine achetés pour l’hôtel du roi : un camelin brun d (...)
  • 60 ADSM, 54 H 89-90. Voir Catherine Bébéar, « Le temporel de l’abbaye de Montivilliers à la fin du Moy (...)
  • 61 ADSM, 54 H 85 sq. On est passé en moyenne d’une ferme de 11-12 livres (ce qui ferait 1 380 draps) à (...)

31Son prestige devait éclipser celui des autres centres normands à la fin du XIVe et au début du XVe siècle. La draperie se développe ici dès la première moitié du XIVe siècle et s’oriente très tôt vers les tissus de luxe et l’exportation59. Draperie en partie « ecclésiastique », comme Bernay, Louviers ou Saint-Lô, elle est, en ce qui concerne la vente, sous le contrôle de l’abbaye bénédictine et de son abbesse ; la vente en gros se fait à la « grant halle aux draps de Madame », où l’abbaye prélève une taxe de hallage. En 1409 et 1410, celle-ci ne fut pas affermée, elle « est en la main de l’ostel », de l’abbaye, et se cueille 2 deniers par drap, ce qui a donné 18 livres 10 sous et 13 livres 15 sous, soit 2 220 et 1 650 draps60. Cette même taxe apparaît dans les fermes des années précédentes : 1383 (12 livres) ; 1384 (14 livres) ; 1389 (8 livres) ; 1391 (12 livres) ; ces fermes s’accompagnent de 8 livres (poids) de cire61.

  • 62 ADSM, 54 H 58, 3 juillet 1381, 10 novembre et 16 décembre 1392. Les comptes généraux de l’abbaye (5 (...)
  • 63 L’aunage dû à l’abbaye s’ajoute au courtage dû aux courtiers ; devant les abus des courtiers, le dr (...)
  • 64 ADSM, 54 H 57, 24 septembre 1493. Les religieuses n’ayant pas entretenu la halle, les habitants pré (...)
  • 65 Ernest Dumont et Alphonse Martin, op. cit., t. I, p. 86 : texte de 1386.
  • 66 ADSM, 54 H 59, 1374.

32À côté de la taxe de hallage, les comptes de l’abbaye conservent aussi la ferme de « l’aunage » des draps « venduz et drappez en icelle ville62 ». L’aunage est associé ici au courtage, mais ne se confond pas avec lui63. Il n’a cessé d’être un enjeu entre les gens du roi et l’abbesse, et cela depuis les années 1330 jusqu’à la fin du XVe siècle. Les religieuses revendiquaient en particulier le droit de prendre sur chaque demi-drap auné en la ville dix deniers. En 1380, à la suite de plaintes des drapiers et d’une ordonnance du bailli de Caux sur le courtage de la « marchandise » de draps, les habitants refusèrent de payer plus de quatre deniers par demi-drap. Mais l’abbaye obtint gain de cause et fut maintenue en possession dudit aunage. À partir des évènements de 1435, qui semblent avoir entraîné l’abandon partiel de la halle, et surtout dans la seconde moitié du siècle, la levée de l’aunage fut à nouveau contestée ; à ce moment-là, c’est un droit de 8 deniers par drap qui était réclamé64. On peut penser que la revendication des 4 deniers par demi-drap avait fini par triompher durant l’occupation anglaise. Il faut remarquer aussi que, si tous les draps vendus en gros devaient être portés à la halle, les courtiers ne cessaient de mener les acheteurs aux maisons des drapiers. Une partie des draps devaient échapper aux taxes de l’abbesse65. La moyenne de la ferme de l’aunage des draps dans les années 1383-1391 est de 100 livres, ce qui, à 10 deniers par demi-drap, donnerait 2 400 demi-draps, 3 000 avec les bénéfices des fermiers ; 1 500 draps entiers, et même 2 250, si nous ajoutons les draps portés hors, selon le protocole proposé. La ferme du hallage dans les mêmes années est en moyenne de 11 livres 10 sous, 1 380 draps, avec les bénéfices des fermiers et les draps portés hors 2 587. En 1409-1411, l’aunage est à 55 livres, soit 660 draps entiers, avec la part des fermiers et les draps portés hors 1 160 draps. Le hallage avec une moyenne de 16 livres, 1 985 draps, ferait avec les draps portés hors 2 902 draps. On voit qu’en 1409-1411 les deux séries ne se correspondent pas. Il est possible que le droit de halle (2 deniers) concerne en réalité le demi-drap. Il y a dans les textes concernant la draperie de Montivilliers, une fréquente confusion entre drap et demi-drap, et Montivilliers semble avoir produit surtout des demi-draps : « demi draps telx comme l’en a acoustumé a faire en ladite ville66. » On est ainsi amené à se demander si les nombres proposés par Catherine Bébéar ne devraient pas être divisés par deux. Mais il y a une autre hypothèse, la plus vraisemblable : la taxe de l’aunage aurait été ramenée dès le début des années 1400 à 8 deniers par drap entier. En 1409-1410, les 55 livres correspondraient à 1 650 draps, avec les 25 % plus de 2 000 draps, avec les draps portés hors 3 000 draps. Ces estimations rejoignent celles opérées à partir du hallage ; la production de Montivilliers devait sans doute dépasser 2 000 draps ; et avec les draps portés hors sans être vendus, plus de 3 000 draps, mais des draps dont le prix dépassait les 20 livres de notre drap standard.

33L’occupation anglaise devait entraîner le déclin de la draperie. La ferme de l’aunage ne cesse de baisser ; dans les années 1425-1430, elle reste autour de 15 livres ; en 1446-1447, autour de 12 livres ; dans les années 1456-1460, autour de 6 livres. À partir des années 1470, elle devient presque insignifiante. Mais le déclin a peut-être été moins rapide que la courbe de la taxe de l’aunage, depuis 1383, ne le laisserait supposer ; le drap de Montivilliers reste d’ailleurs présent sur les marchés extérieurs une partie au moins du XVe siècle. Une part de la production a dû échapper à la taxation, contestée ; et la taxe, comme nous l’avons proposé, a dû être abaissée, assez tôt, à 8 deniers par drap. Si cette dernière hypothèse est juste, nous aurions dans les années 1425-1430, une production de 600 draps avec les bénéfices des fermiers, de 900 draps avec ceux qui sont portés hors sans être vendus. En 1446-1447 presque 480 draps, plus de 700 avec ceux portés hors ; ce qui n’est pas totalement négligeable, compte tenu du fait que la production de Montivilliers était une production sans doute encore haut de gamme.

  • 67 Appelés ici « teliers » (Ord., t. XII, p. 456-457).
  • 68 Raymond Van Uytven, « Technique, productivité et production au Moyen Âge : le cas de la draperie ur (...)
  • 69 Ord., t. XII, p. 458 : « en un ouvroir ne peut avoir que un maître et un apprenti ».
  • 70 Tous nos tisserands n’étaient sans doute pas des maîtres, à la tête d’un atelier, mais il y avait p (...)

34Le volume de la production peut être approché d’une autre manière. Lors de l’assemblée établissant le règlement de la draperie en 1322, on fait venir, à côté des représentants des drapiers et des foulons, deux cents tisserands67. Raymond Van Uytven a estimé, à propos des villes flamandes, qu’on pouvait évaluer la production annuelle maximum d’un métier à tisser large à deux tisserands à une quarantaine de draps ; 40 draps par métier par an, donc 20 draps par tisserand. Dominique Cardon, dans le cas de Prato à la fin du XIVe siècle, parle de quinze jours à un mois par pièce de drap68. Sachant que l’artisan peut rarement travailler de manière continue, nous nous en tiendrons à une moyenne de 20 draps par an par métier à tisser. Nos deux cents tisserands, s’ils correspondent à deux cents métiers, fabriqueraient 4 000 draps par an. À moins qu’ils ne travaillent que sur cent métiers. Et ce nombre de deux cents doit être assez approximatif. Les évaluations de ce genre restent fragiles, du fait de la présence de deux tisserands sur le métier large, de la possibilité d’avoir plusieurs métiers pour un maître, enfin de la pluriactivité et du tissage à temps partiel. Dans le cas de Montivilliers, le caractère « atomisé » de la production69, dominée par les marchands drapiers et les maîtres foulons, et le fait que ceux qui étaient présents à l’assemblée devaient sans doute être des maîtres, rendrait l’estimation de 4 000 draps plausible. Mais cette production serait alors un peu au-dessus de celle de 1409-1410, et cela indiquerait qu’entre les deux dates l’évolution n’a pas tant concerné la quantité que la qualité. On hésitera à aller jusque là70.

Le pays de Caux et ses confins

  • 71 Voir p. 52. Pavilly avait 280 ménages, environ 1 400 habitants, dans le Pouillé d’Eudes Rigaud, ver (...)
  • 72 Eu, Monchaux, Blangy, Aumale sont présents au Lendit en 1411 (voir document H). Blangy est présent (...)
  • 73 AN, Z1A/1, fol. 187 vo. Sur la draperie de Neufchâtel, voir p. 149.
  • 74 AN, P 1921/3, no 45702.
  • 75 ADSM, 1 B 39, fol. 70, 1463. 2 deniers pour les draps au-dessus de 15 aunes. Pour la taxe du sceau (...)
  • 76 BNF, ms. fr 23906, fol. 100 et AN, P 1919-1, no 41572.

35On ne sait presque rien des draperies du pays de Caux. Auffay et Pavilly commercialisent leurs productions par Rouen et doivent constituer une part de ses « draps de dehors71 », que l’on a évalué (et sans doute un peu surévalué) en 1359 au tiers de la production rouennaise. Les draps du Caux font peut-être 1 500 draps à la fin du XIVe siècle. On ignore la production de Dieppe et de Fécamp. À l’est du Caux, on ne sait presque rien de la production des centres de la vallée de la Bresle, mais on connaît les fermes des moulins à draps du comte d’Eu en 1388, qui foulent peut-être 1 875 draps par an72. On en sait à peine plus sur le petit centre de Neufchâtel-en-Bray : en 1399, la ferme de l’imposition des draps (à 12 deniers/livre sans doute) est baillée à 60 livres et « terçoiée », enchérie d’un tiers, à 80 livres73, avec les 25 % soit 100 draps à 20 livres ou le double à 10 livres. La ville va souffrir de l’occupation anglaise et de la dernière phase de la guerre de Cent Ans. En 1440, la ferme de la halle aux draps ne trouve pas preneur à cause de la guerre74. À nouveau ville frontière face aux Bourguignons, à l’époque de Louis XI, Neufchâtel est pillée par Charles le Téméraire en 1472, et décline à la fin du XVe siècle au profit de Saint-Saëns. En 1494, pour une demi-année, la ferme du sceau des draps est baillée pour 10 sous à Neufchâtel et pour 50 sous à Saint-Saëns ; la taxe est de 2 deniers par draps à Neufchâtel, comme d’ailleurs à Saint-Lô, Caen ou Harfleur75 ; ce qui donne donc pour Neufchâtel 120 draps, 150 avec les gains des fermiers ; et pour Saint-Saëns, si la taxe est aussi de 2 deniers, 600 draps, 750 avec les gains des fermiers. Mais en 1512, la taxe, à Neufchâtel, n’est plus baillée que pour 10 deniers ; elle est alors, à Saint-Saëns, de 41 sous 8 deniers76.

  • 77 Bibliothèque municipale de Rouen (BMR), ms. m 230, comptes de la vicomté de Montivilliers. Il exist (...)
  • 78 ADSM, 2E1 /152, fol. 209 vo. Duclair, sur la Seine, est peut-être aussi un des débouchés de la drap (...)

36Dans la vallée de la Seine, on possède quelques données sur Harfleur, Duclair, Pont-de-l’Arche et Andely. La ferme de deux deniers pour draps faits et signés (scellés) en la ville d’Harfleur, en une demi-année (1481), est baillée pour 6 sous 3 deniers, soit 75 draps par an, près d’une centaine avec les bénéfices des fermiers. Mais Harfleur, qui a été un centre drapier non négligeable à la fin du XIVe siècle, a beaucoup décliné avec l’occupation anglaise77. Le tabellionage permet par ailleurs d’entrevoir la production et le commerce des draps dans des centres tout à fait secondaires, comme Duclair, qui n’est pas connu par ailleurs comme centre drapier : en 1372, la ferme pour l’imposition des draps hors la foire est de 72 livres78.

  • 79 BNF, ms. fr. 26005, no 1520 (285), 9 janvier 1364.

37À Pont-de-l’Arche, l’aide de la draperie de 12 deniers pour livre en 1363 est à 6 livres 13 sous 4 deniers par mois soit 80 livres par an, 100 avec la part des fermiers, 133 draps de 15 livres79.

  • 80 Ord., t. X, p. 41-43. Nous avons proposé 20 draps par métier par an.
  • 81 50 livres. Nous proposons 4 sous par drap foulé, voir p. 85.

38Andely (Les Andelys) est présente au Lendit et connue par une ordonnance en 1409 ; celle-ci précise d’ailleurs que se sont réunis à cette occasion dix-huit maîtres du métier de tisserands en draps80, qui produiraient au moins 360 draps. La ferme des moulins fouleurs laisserait supposer une production dépassant les 300 draps81.

Louviers

  • 82 BNF, ms. fr 26000, no 381 ; Michel Nortier, Les sources de l’histoire…, op. cit., no 467.

39Le 26 juin 1355, quittance est donné de 300 livres reçues des compagnons impositeurs des draps de Louviers, sur ce qu’ils doivent pour le deuxième paiement des impositions82. L’imposition doit être à 6 ou 8 deniers/livre, et on ignore le nombre des termes ; proposons 6 deniers/livre et 4 termes, ce qui reste une pure supposition ; la monnaie est affaiblie de moitié depuis octobre 1354, on aurait alors 1 200 draps à 20 livres.

  • 83 ADSM, 2E1 /152, fol. 144 vo, 15 avril, cité dans le fonds Guitard (ADSM, F 375).
  • 84 Voir document H; Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité; Françoise Piponnier, « Cloth Merc (...)
  • 85 ADSM, G 636, 637, 643, 644, 679, 681. À Louviers on foule aux pieds ; on a renoncé en 1409 à utilis (...)
  • 86 ADSM, G 996/1, 20 juin 1480 et 27 juin 1474. 46 « maistres et ouvriers », entendons à la fois maîtr (...)

40En mars 1371, la ferme de l’imposition des draps vendus en gros à Louviers pour un an est adjugée à 800 livres83. Tout laisse à penser qu’il s’agit d’une aide à 12 deniers/livre. Avec les 25 % des fermiers, 1 000 livres ; avec les draps portés hors sans être vendus, 1 500 draps de 20 livres. La ville de Louviers a souffert de la guerre de Cent Ans ; mal protégée, elle a été pillée en 1346 et 1356. La grande époque des draps de Louviers, au moins pour ce qui concerne le Moyen Âge, est sans doute passée, mais l’activité se maintient au moins jusqu’à la conquête anglaise (1418). Les draps de Louviers sont présents à Dijon, à Chalon, au Lendit84. Il y a encore cinq fouleries au début du XVe siècle, qui vont disparaître sous l’occupation anglaise. À ce moment-là, la ville sera prise et reprise plusieurs fois. Dans la seconde moitié du XVe siècle, la draperie renaît de ses cendres. Au début du XVIe siècle, il y aura trois fouleries85. Dans les années 1470-1480, il y a au moins une cinquantaine de maîtres tisserands à Louviers, ce qui donnerait 1 000 draps par an, sans doute davantage86.

Évreux

  • 87 ADE, 2 F 3935, no 1460. Aide « pour tourner et convertir tant pour la fortiffication et emparemens (...)
  • 88 BNF, ms. fr 26038, no 4490 ; voir : Michel Mollat, Le commerce maritime…, art. cité, p. 14 ; André (...)
  • 89 Drap de 15 livres, voir : ADE, 2 F 3935, no 1459 et AME, CC5, no 10, 1417.

41On a conservé un fragment des comptes municipaux pour 1395/1396 ; une aide de 10 deniers tournois, portant sur 13 mois, sur chaque drap « fait en la dite ville » d’Évreux, est baillée à 210 livres87, soit 5 040 draps, auxquels on ajoutera les 25 % des fermiers et dont on retirera le treizième mois : 5 800 draps. En 1411, « l’imposition de 12 deniers pour livre des draps venduz en gros en ladite ville d’Evreux » avait été mise à très haut prix, comme dans les années précédentes, car tous les ans avait coutume de venir en la ville « très grant quantité de marchans des pais de Lymosin, d’Auvergne, du Languedoc, de Bourgongne et d’ailleurs du hault pays », pour « lever en icelle ville d’Evreux tres grant quantité de draps », mais la crainte des ennemis les a retenus de venir88. La ferme, établie à 1 190 livres, sera rabattue de 200 livres. On peut considérer que la ferme des années précédentes était voisine de 1 190 livres, ce qui correspondrait à 1 190 draps de 20 livres ; avec la part des fermiers près de 1 500 livres ; ajoutons les draps portés hors 2 250. Les draps d’Évreux ne devaient pas dépasser 15 livres89, ce qui ferait plus de 3 000 draps. On constatera que les deux fermes ne se correspondent pas. D’un côté 3 000 draps, de l’autre 5 800 draps. Il faut peut-être poser différemment le problème : d’un côté 5 800 draps faits en ville, de l’autre 1 500 draps de 20 livres, 2 000 draps de 15 livres vendus en ville. La différence pourrait correspondre aux draps portés hors. Mais ceux-ci seraient alors beaucoup plus nombreux que les draps vendus en ville.

  • 90 BNF, ms. fr 26036, nos 4113 et 4246 ; naf 3654, no 238. En 1428 (AN, KK 1338, no 81), aucun tissera (...)

42Il existe une autre manière d’approcher la production drapière d’Évreux. En 1408, 1410 et 1415, les tisserands d’Évreux, travaillant après l’heure de « Cahouet » sonnée en l’église Saint-Léger, sont frappés d’une amende90. Les trois listes, qui se recoupent en partie, concernent une centaine de tisserands. On supposera que, sur le métier large, seul le maître était frappé d’une amende, et qu’il y avait bien sûr des tisserands respectueux des règles. Évreux, au début du XVe siècle, aurait eu une production dépassant de toute manière les 2 000 draps (à 20 draps par an, par tisserand). Mais, si la ville produisait 3 000 draps, près de deux tisserands sur trois n’auraient pas respecté les horaires.

  • 91 Arch. mun. d’Evreux, CC17-22. A. et S. Plaisse, op cit., p. 167 et 202.

43Comment concilier ces estimations ? Il est possible que l’aide de 10 deniers par drap ait concerné en réalité des demi-draps. Dans les comptes municipaux des années 1442-1455, « la ferme de l’aide des draps et demy draps faiz et drappés en la ville d’Évreux », baillée pour un an, s’élève à 20 deniers par drap et 10 deniers par demi-drap91. On aurait alors tout de même en 1395-1396 près de 3 000 draps entiers. Évreux se situerait à ce moment-là dans le peloton de tête des villes drapières normandes, derrière Saint-Lô et Rouen, mais devant Caen, Bayeux ou Louviers.

  • 92 André et Sylvie Plaisse, op. cit., p. 33. Raymond Van Uytven, « Technique, productivité et producti (...)
  • 93 Fouages, BNF, ms. fr. 25902, no 162; 25903, no 319; 25904, nos 386, 392, 409. Peut-être 1 200 feux.

44Cependant l’aide de 1395 ne parle pas de demi-drap. On peut se demander alors si la ville d’Évreux était capable de produire 5 800 draps. André et Sylvie Plaisse, se basant sur le fouage de 1356, 807 feux, estiment la population de la ville à 3 000 habitants. Évreux aurait produit près de 2 draps par habitant, la limite indépassable d’Ypres92. Réexaminons le dossier des fouages : en 1395 et 1398, la population a considérablement augmenté depuis 1356, la paroisse Saint-Pierre est passée de 188 à 405 feux, Saint-Thomas de 110 à 174 feux93. À la fin du XIVe siècle, la population doit se situer entre 4 000 et 5 000 habitants, et d’autre part, une partie des draps doit être tissés aux environs et finis en ville. Les 5 800 draps ne sont pas invraisemblables. Les deux hypothèses restent possibles. La production d’Évreux a de toute manière dépassé les 3 000 draps et peut-être approcher les 6 000 draps. Évreux est une « ville atelier » spécialisée dans la draperie.

  • 94 Voir document H ; Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité ; Philippe Wolff, Commerces et ma (...)

45Les draps d’Évreux sont présents au Lendit, à Toulouse ou à Chalon94. L’occupation anglaise devait amener un déclin de l’activité textile. Après le « recouvrement » de 1441, on constate une légère reprise. Dans les comptes de la ville, qui subsistent pour les années 1445-1448, la ferme de 20 deniers par drap fait à Évreux rapporte en moyenne 20 livres ; 240 draps par an, avec les bénéfices des fermiers 300. Ce serait dix ou vingt fois moins qu’à la fin du XIVe siècle. À la fin du XVe siècle, les marchands d’Évreux sont absents du Lendit.

Bernay

  • 95 Dès le XIIe siècle, voir : Lucien Musset, « Nouveaux documents sur l’industrie textile normande au (...)
  • 96 AN, Z1A/4, 13 février 1410 ns, fol. 290 vo.
  • 97 BNF, ms. fr 26019, no 344/3. Le taux de l’aide n’est pas indiqué ; il pourrait être de 8 ou 12 deni (...)
  • 98 À Chalon, des « petits » et des « grands » draps (Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité, (...)
  • 99 BNF, ms. fr 26019, no 410.
  • 100 AN, P 1911/1, no 19704.

46Bernay et le bourg voisin de Menneval ont formé un centre drapier important et cela de manière ancienne95. En 1410, les fermiers de l’imposition des draps de Bernay « dient que la ville de Bernay et de Daneval [ sic] sont grosses villes descloses et ou l’on fait tres grant quantité de draps » ; ils accusent un « tres grant marchant » de Bernay d’être allé vendre une centaine de draps à Paris96. On a conservé, pour 1382, le tarif des aides ordonnées sur les breuvages et les draps vendus « es parroisses Sainte Croix et Notre Dame de la Coulture en Royaulté » : 120 livres pour les draps. Sainte-Croix, c’est la paroisse industrieuse de la ville, mais de la partie sud-ouest de la ville relevant de la Comté (d’Alençon), on ne sait rien. Le même tarif indique les aides levées à Menneval et au « Hamel-l’Abbé », mais breuvages et draps y sont associés : 160 et 17 livres ; il y en a peut-être un quart pour les draps. Avec les 25 % des fermiers, on arriverait à un total (Bernay et Menneval) de 200 livres. ; avec les draps portés hors et à 15 livres, 400 draps, c’est peu97. Le début du règne de Charles VI n’était pas une période très favorable à la levée des aides, et il faut sans doute renoncer à proposer une estimation plausible de la production drapière de Bernay, qui pouvait se situer ordinairement au niveau de celle de Louviers. Les draps de Bernay, de qualité très moyenne, sont présents sur les marchés extérieurs dans la seconde moitié du XIVe siècle et au début du XVe siècle98. En 1383, 50 tisserands sont mis à l’amende pour s’être assemblés contre un dénommé Pierre Borel qui avait dit « vilenie de leur dit mestier », mais était en la sauvegarde du roi99 ; si ce sont tous des maîtres disposant d’un seul métier, cela donnerait 1 000 draps. Par la suite, la draperie de Bernay et Menneval devait souffrir de l’occupation anglaise ; en 1438, une information sur la non-valeur des parties du domaine de la vicomté d’Orbec fait allusion au moulin foulon et à des « pentours » à tendre les draps, désormais inutilisés, à Menneval ; les « brigans » et les ennemis hantent la région et les habitants sont pour la plupart partis « en estrange et lointaing pais pour avoir leur vie100 ». À la fin du XVe siècle, les marchands de Bernay sont à nouveau présents au Lendit.

Pont-Audemer

  • 101 BNF, ms. fr 26019, no 344/3 : entre Pont-Audemer et Cormeilles, Beuzeville, Saint-Maclou, Le Torpt, (...)
  • 102 ADE, 2 F 3971 (1476, 1486) et 2 F 3972 (1496). Le document a été partiellement publié dans Jean-Lou (...)

47Les aides ordonnées dans le diocèse de Lisieux en août 1382 attestaient déjà l’existence d’une petite production dans la région de Pont-Audemer : une quarantaine de livres101. Mais la draperie ne se développe qu’après le milieu du XVe siècle. Les comptes municipaux de Pont-Audemer ont été conservés pour quelques années dans le dernier quart du XVe siècle. La ferme des aides sur la draperie est baillée en 1476 pour 80 livres, à 2 deniers l’aune vendue 20 sous (et en dessous 1 denier) et 5 sous pour les draps portés hors sans être vendus. En 1481, 156 livres, mais c’est un nouveau tarif, 6 deniers pour l’aune vendue 20 sous (et au-dessous 3 deniers) et toujours 5 sous pour les draps portés hors. En 1485 et en 1486, 78 livres et 86 livres, on est revenu à des tarifs moins élevés, à 3 deniers l’aune du labour de la ville vendue 20 sous, de « l’autre labour » 2 deniers et en dessous 1 denier, et sur chaque grand drap porté hors 5 sous Enfin en 1496, la ferme de la draperie atteint 96 livres102. Remarquons que ces fermes municipales varient dans le temps et modifient leurs tarifs au gré de la conjoncture, phénomène que l’on retrouvera à Lisieux. Trois deniers pour chaque aune de drap vendue 20 sous, cela mettrait la taxe sur le drap de 20 livres à 5 sous ; notons au passage ce prix de 20 sous l’aune, 20 livres le drap de 20 aunes ; c’est notre drap standard, mais nous sommes à une époque où le prix des draps de Rouen, qui a augmenté, doit valoir le double. En 1485 et 1486 la production devait être de 312 et 344 draps (de 20 livres), avec les bénéfices des fermiers 416 et 458 draps. La production de Pont-Audemer devait être légèrement plus élevée et atteindre peut-être les 500 draps (à 20 livres) par an dans les années 1470-1480.

La Basse-Normandie

Lisieux

  • 103 BNF, ms. fr 26005, no 1370, 29 juillet 1362 ; Michel Nortier, Les sources de l’histoire…, op. cit.,(...)
  • 104 François Neveux, Bayeux et Lisieux, op. cit., p. 538, tableau xiii et p. 573. Jean Lesquier, art. c (...)

48Sans enceinte efficace avant la période anglaise, la ville a souffert de la guerre de Cent Ans. La draperie y est restée longtemps peu importante. En août 1361, la ville avait été envahie par les Anglais ; ordre fut donné de faire remise de 20 livres sur les 100 livres qui étaient dues par le fermier de l’imposition de la draperie et de la friperie en gros103. La friperie est d’un montant toujours assez faible ; la draperie devait faire un peu moins de 100 livres. Elle va se développer durant la période anglaise. C’est à cette époque que la draperie et les tisserands se dotent de statuts ; sans doute dès avant 1436, 27 tisserands sont réunis pour rédiger les statuts de leur métier. Ce sont bien sûr des maîtres. On peut supposer que la production minimum est alors de 540 draps. Le montant des aides pour la fortification, affermée de 1437 à 1445, est en moyenne, pour les draps, de 268 livres, et atteint 337 livres en 1438104. Mais il s’agit d’une aide à 5 deniers/livre pour les draps mis en vente (dont le prix ne devait pas dépasser 12 livres) et de 2 sous 6 deniers pour les draps portés hors. Nous avons proposé, pour 1438, 1 776 draps et avec les 25 % des fermiers 2 220 draps. À partir de 1446, la moyenne n’est plus que de 143 livres, mais les taxes ont été presque abaissées de moitié. La production de Lisieux devait dépasser les 2 000 draps dans les années 1437-1449, une production qui est loin d’être négligeable. Dans la seconde moitié du siècle elle va continuer de se développer. Les marchands de Lisieux sont présents au Lendit en 1487-1489.

49Lisieux, comme Pont-Audemer, sont des centres d’importance moyenne et qui ne se développent qu’à l’extrême fin du Moyen Âge. Mais c’est l’une des forces de la draperie normande, que la multiplicité de ces centres secondaires. Et lorsque certains déclinent, ils ne font que laisser la place à d’autres qui prennent le relais ; c’est ce que l’on pourrait nommer la « plasticité » du tissu industriel. Ces industries textiles urbaines ne font d’ailleurs que se détacher sur un fond rural, qui nous échappe en grande partie, mais dont elles ne cessent de se nourrir, et qui est finalement ce qui assure la souplesse de l’ensemble.

Caen

  • 105 BNF, ms. fr 26002, no 800 ; Michel Nortier, Les sources de l’histoire…, op. cit., 1967-1, no 736 ; (...)

50On a conservé vingt-deux relevés d’impositions pour la ville de Caen, en 1358, 1367, et de janvier 1371 à décembre 1375 ; les aides sont, sauf en ce qui concerne la première, à 12 deniers/livre et baillées à trois mois, hors les foires. La première imposition date d’avant la stabilisation monétaire : au début novembre 1358, on commence à lever une aide à 6 deniers/livre ; le bail de la draperie est de 440 livres pour une demi-année, ce qui ferait 880 livres l’an, et dans le cas d’une aide de 12 deniers/livre le double105 (1 760 livres) ; le texte dit en « forte monnaie », mais la monnaie au pied 32 a déjà été affaiblie le 30 octobre au pied 45 ; le 16 novembre, elle sera affaiblie au pied 60 ; enfin en janvier elle sera de nouveau affaiblie (au pied 72) ; les calculs ont sans doute été faits dans la monnaie « relativement » forte de la première quinzaine de novembre. La monnaie a perdu moins de la moitié de sa valeur ; on aboutirait avec la part des fermiers et les draps portés hors à 1 650 draps de 20 livres, 2 200 draps de 15 livres. La ferme des laines pour un demi-an est baillée à 130 livres, celle des guèdes et garances à 360 livres, celle des teintures à 50 livres et celle des toiles et canevas à 240 livres ; les toiles font plus de la moitié des draps, les laines moins du tiers, et la totalité des teintures égalent presque les draps.

  • 106 BNF, naf 20026, no 128. Le pain est à 200 livres, la boucherie à 92 livres.

51En juillet 1367, une aide est baillée pour trois mois ; les laines sont à 50 livres, la draperie à 164 livres et les toiles à 80 livres106. Cela ferait pour les draps à l’année 656 livres, avec les 25 % 820 livres. Avec les draps portés hors et des draps à 15 livres, 1 640 draps.

  • 107 Comptes d’Yvon Huart (AN, KK 350, fol. 5 à 171 vo) confirmés par les quittances : BNF, ms. fr 26011 (...)

52Pour la période 1371-1375, les comptes d’Yvon Huart, receveur des aides de la guerre dans le diocèse de Bayeux, apportent un éclairage exceptionnel, avec une série de vingt comptes trimestriels107.

Tableau 5 : Caen, fermes des aides, exprimées en livres tournois

Tableau 5 : Caen, fermes des aides, exprimées en livres tournois
  • 108 Les deux principales foires de Caen, enregistrées dans les comptes d’Yvon Huart, sont la foire de l (...)
  • 109 La draperie caennaise est présente à Troyes en 1289 (Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cit (...)

53La laine dépasse les draps, les teintures font presque autant et les toiles ne font qu’un sixième des draps. Ceux-ci sont, en moyenne dans les années 1371-1375, à 490 livres, avec les 25 % 612 draps de 20 livres. Il faudrait ajouter les foires locales108 et les draps portés hors sans être vendus. La production caennaise dépasse les 900 draps (à 20 livres) dans les années 1360/1370 ; sans doute davantage, le prix du drap étant ici à moins de 20 livres. Plus de 1 200 draps à 15 livres. La production devait être plus importante avant 1360 ; Caen, pillée en 1346, a beaucoup souffert des guerres navarraises, qui ne se terminent qu’en 1365. On remarquera aussi que les toiles, importantes en 1358 et encore en 1367, baissent dans les années 1370109.

Falaise, Argentan, Alençon

  • 110 BNF, naf 20026, nos 36-37. Raymond Cazelles, op. cit., no 495. Cuirs et souliers (avec le « sain de (...)

54Une imposition, pour la fortification, de 8 deniers pour livre est levée dans la vicomté de Falaise pour un an à partir du 1er janvier 1355. La draperie est baillée à 86 livres110. Nous sommes alors en monnaie forte ; à 12 deniers/livre, cela donnerait 130 livres et, avec les 25 %, 170 livres. Avec les draps portés hors et un prix des draps inférieur à 20 livres, peut-être 340 draps. Le même compte note pour la draperie de Saint-Pierre-sur-Dives 36 livres, ce qui donnerait, à 12 deniers/livres et, avec les 25 %, 67 livres.

  • 111 BNF, naf 20026, no 178 sq. La laine associée au filé de laine et aux peaux à laine est à 80 livres  (...)
  • 112 Jean-Marie Vallez, « Recherches sur l’histoire économique et sociale de Falaise du XIe siècle à la (...)

55En 1373, les baux des aides du diocèse de Sées pour une année placent la draperie de Falaise à 180 livres, avec les 25 %, 225 livres111. Avec un drap à 15 livres et les draps portés hors, 450 draps. Les toiles font plus du quart des draps. À la foire de Guibray, à la mi-août, l’une des plus importantes de Normandie, tout près de Falaise, la draperie est adjugée à 160 livres et les toiles à 30 livres. Une part non négligeable des draps qui s’y vendait devait être fabriquée en ville. On sait que les marchands de Saint-Lô, Torigny, Bernay et même Montivilliers et Rouen y venaient112. La draperie de Falaise devait approcher les 6 ou 700 draps ; elle est présente à Chalon, avant 1430, et au Lendit à la fin du XVe siècle, mais elle s’exporte assez peu.

Tableau 6 : Falaise, fermes des aides, exprimées en livres tournois

Tableau 6 : Falaise, fermes des aides, exprimées en livres tournois
  • 113 Argentan, le bourg voisin d’Écouché et Alençon sont présents au Lendit à la fin du XVe siècle (voir (...)

56Le même relevé des aides du diocèse de Sées comprend aussi la ville de Sées, le comté d’Alençon, la sergenterie d’Argentan et la châtellenie de Bellême. Cela va nous permettre d’entrevoir ce qui se passe dans une région de Basse-Normandie, qui semble de prime abord être restée à l’écart des grands courants d’exportation. À Sées, la draperie, associée à la friperie, aux laines et aux toiles, fait 18 livres. À Argentan la draperie sans les foires donne 36 livres et les toiles 25 livres. À Alençon, avec les foires, la draperie associée aux toiles fait 348 livres ; à Bellême, la draperie et les toiles font 92 livres. À Argentan, la teinture n’est pas comptabilisée sous une ferme particulière ; elle est de toute manière peu importante. À Alençon et à Bellême, il n’y a pas de ferme de la teinture ; les draps doivent être vendus le plus souvent non teints. On constatera que ces productions textiles, souvent inconnues des marchés lointains, sont cependant loin d’être tout à fait négligeables ; c’est le cas en particulier pour Alençon, dont la production doit dépasser les 800 draps113.

Bayeux

  • 114 François Neveux, Bayeux et Lisieux, op. cit., tableau viii.

57François Neveux a attiré l’attention sur les comptes d’Yvon Huart pour 1370 et 1376-1377, et il en a fourni un tableau détaillé114. On y ajoutera deux autres impositions, en 1361 et en 1394. Les aides sont à 12 deniers/livre et baillées à trois mois. Les comptes mettent à part les « grands » et les « petits » draps, ce qui n’apparaît pour aucune autre ville normande. Ils montrent aussi l’extrême variation du volume des marchandises, et, par voie de conséquence, la fragilité des moyennes et des totaux annuels que nous élaborons ici.

  • 115 BNF, ms. fr 26004, no 1128. Raymond Cazelles, Catalogue, op. cit., no 538.
  • 116 En 1408, 2 verges et demie de drap gris valent à Bayeux 27 sous 6 deniers, ce qui ferait 10 livres (...)

58En janvier 1361, est levée une imposition pour la délivrance du roi, à trois mois ; les grands draps font 180 livres et les petits 45 livres115 ; ce qui ferait pour la draperie à l’année 900 livres, avec les 25 % des fermiers, 1 125 livres, et avec les draps portés hors, 1 700 draps à 20 livres. En octobre-décembre 1370, l’imposition rapporte 10 livres pour les grands draps et 52 pour les petits ; cela ferait à l’année 248 livres, avec les 25 %, 310 livres. L’année 1376 est entièrement couverte dans les comptes d’Yvon Huart : 88 livres et 496 livres, en tout 584 livres, avec les 25 % de fermiers, 730 livres, et avec les draps portés hors, 1 100 draps (à 20 livres). En janvier-septembre 1377, pour trois trimestres, les grands draps sont à 48 livres, les petits à 370 livres ; ce qui ferait à l’année 557 livres, avec les 25 %, 700 livres. La production de Bayeux devait dépasser les 1 000 draps à 20 livres ; et, compte-tenu du prix, sans doute plus du double116 : plus de 2 000 draps.

  • 117 BNF, ms. fr 23904, fol. 97-122 (diocèse de Bayeux) : boulangerie 22 livres 10 sous ; boucherie 30 l (...)

59En mai 1394 enfin sont baillés les « restes deues a cause des aides de la guerre es villes et vicontez de Baieux et de Vire », pour les mois de février, mars, avril et mai ; les grands draps de Bayeux doivent rapporter 10 sous et les petits draps 20 livres117. Si nous comparons les autres fermes avec celles des aides à trois mois de 1370, 1376 et 1377, elles n’en constituent pas le tiers. On fera l’hypothèse que le « reste » peut être assimilé à ce que rapporte un mois. Nous obtiendrions alors pour une année 120 sous (6 livres) pour les grands draps et 240 livres pour les petits draps ; avec les 25 %, 300 livres pour la draperie. Nous sommes très en dessous des baux de 1376-1377. Il semble que la production ait baissé durant la seconde moitié du XIVe siècle.

  • 118 AN, P 1918/1, no 34989. Le « boujon » est, en Normandie, la règle servant au contrôle des draps, et (...)
  • 119 Taxe du sceau : à Caen : Ord., t. V, p. 105 (1368) ; à Saint-Lô : Ord., t. VI, p. 96 (1371, 1375).

60On a conservé pour 1423 la ferme du « saing et bougon des draps » de Bayeux pour un an : 100 sous118. S’il s’agit du sceau et seulement du sceau (mais les petits draps étaient-ils aussi scellés ?), il doit s’élever, comme à Caen ou Saint-Lô119, à 2 deniers ; cela ferait 600 draps.

61Les grands draps qui dominent en 1361 reculent ensuite devant la masse des petits draps ; en 1394, on peut considérer que Bayeux ne produit plus de grands draps. Ou la définition (locale) des petits draps a changé, ou il y a eu réorientation de la production. Par « petit » drap, on entend généralement en Normandie, non pas un drap de moindre longueur (appelé pièce ou demi-drap), mais un drap de moindre qualité, au compte (« moison ») de 1 100-1 200 fils de chaîne, foulé au moulin, sans lisière ni scellage, destiné à la consommation locale. Ces « petits » draps ne sont comptabilisés à part que dans les baux des aides de Bayeux ; ils apparaissent aussi à Torigni, mais ne sont pas comptés à part ; les grands draps apparaissent aussi, dans les aides, à Saint-Lô. Qui dit grands draps dit petits draps. Il y a là peut-être une originalité bas-normande. Cela ne signifie pas que les petits draps n’existaient pas ailleurs ; plutôt qu’ils n’y étaient pas visibles. D’une part, ils étaient noyés dans l’ensemble de la « draperie », et d’autre part, ils devaient surtout être produits en dehors des centres urbains, dans les villages. Autrement dit, à Bayeux affleure une production d’ordinaire rurale ou locale, ici brusquement devenue visible.

Tableau 7 : Bayeux, fermes des aides, exprimées en livres tournois

Tableau 7 : Bayeux, fermes des aides, exprimées en livres tournois

* Concerne trois mois en 1361 et en 1370, les moyennes trimestrielles en 1376 et 1377, le total de l’année 1376 (voir : François Neveux, Bayeux et Lisieux, op. cit., tableau viii) et les données de mai 1394 (un mois ?).

62On remarquera qu’ici, comme à Caen et Falaise, la ferme des teintures et celle des guèdes et garances sont séparées, et que, comme à Caen, l’ensemble des teintures dépasse la moitié de la ferme des draps ; la région est exportatrice de guède et de garance.

Torigni

  • 120 AN, KK 350, fol. 2, 283-308. Le pain est à 8 livres ½ par trimestre en 1376 et à 25 livres en 1377. (...)

63Les comptes d’Yvon Huart concernent aussi le bourg drapier de Torigni, au sud-est de Saint-Lô. La ferme des « grans draps, petiz et laines de Thorigny » est pour le dernier trimestre 1370 à 20 livres ; ce qui ferait à l’année 80 livres, avec les 25 %, 100 livres. Les mêmes comptes concernent aussi, comme pour Bayeux, l’année 1376 et les trois premiers trimestres de 1377 ; 45 livres pour l’année 1376, avec les 25 %, 56 livres ; 178 livres pour janvier-septembre 1377, ce qui ferait à l’année 237 livres, avec les 25 %, 300 livres120. Retirons la laine, qui ne doit pas dépasser un tiers, la production de draps en 1370 doit dépasser les 70 draps (à 20 livres), en 1376 les 40 draps (à 20 livres) et en 1377 les 200 draps (à 20 livres). Compte tenu du prix des draps, qu’on évaluera à 15 livres, et des draps portés hors, nous arriverions à une production de 400 draps en 1377. La production du dernier trimestre 1376 au premier trimestre 1377 a été multipliée par cinq ; de l’année 1376 à l’année 1377, elle est multipliée par quatre ; la ferme du pain est multipliée par trois et la ferme des « menus métiers » (hors l’alimentation) par quatre. Faut-il y voir la fin d’une période de peste et de disette (1375), ou les bienfaits de la paix après la reprise de Saint-Sauveur-le-Vicomte et les trêves de Bruges (juillet 1375) ? Les deux explications doivent s’ajouter et elles supposent et révèlent un délai de récupération, qui serait ici d’un peu plus d’une année.

  • 121 BNF, ms. fr 26003, no 1039. Raymond Cazelles, Catalogue, op. cit., no 542.
  • 122 La production de Torigni dépasse donc celle de Bayeux, dans ce tarif (BNF, ms. fr 23904, fol. 103, (...)
  • 123 La ferme des moulins fouleurs de Torigni en 1408 : 100 livres, avec 4 sous par drap et 25 % pour le (...)

64Nous possédons deux autres comptes des aides pour Torigni, l’un sans doute des années 1360, l’autre de 1394. Le premier n’est pas daté et le taux n’en est pas précisé, ni d’ailleurs le nombre des termes. Les « grans draps et les petis draps » avec le « detail » sont affermés à 16 livres 10 sous ; on supposera que l’aide était à 12 deniers/livre et à quatre termes, ce qui ferait à l’année 66 livres et avec les 25 % des fermiers, 82 livres121. Le second compte est le tarif de la vicomté de Bayeux, de 1394, qui concernait aussi Torigni, Vire, Tinchebray et Condé-sur-Noireau : les « grands draps » de Torigni sont à 30 livres122 ; les draps, la friperie et la mercerie de Vire à 7 livres 10 sous ; les draps de Tinchebray à 17 sous ; les draps de Condé à 29 sous 3 deniers. En appliquant les mêmes calculs que pour Bayeux, nous obtiendrions 360 livres pour les « grands » draps de Torigni (avec la part des fermiers, les draps portés hors, et un prix de 15 livres, on obtiendrait 900 draps). Il s’agit, nous l’avons vu, d’une hypothèse, mais elle nous permet de pénétrer davantage dans une région, au sud de Saint-Lô, qui deviendra à la fin du XVe siècle une des grandes régions productrices normandes. La ferme des moulins fouleurs de Torigni suggérait une production de plus de 600 draps123. Nous possédons par ailleurs une autre évaluation de la production de Torigni, plus ancienne et tout aussi fragile.

  • 124 Léopold Delisle, Actes normands de la Chambre des comptes sous Philippe de Valois (1328-1350), Roue (...)

65En février 1345, une imposition de 4 deniers/livre avait été levée sur certaines marchandises et en particulier sur la « bourre » et les draps de bourre à Torigni ; mais le sire de Torigni fit brûler la bourre et les draps de bourre. Le fermier obtint une déduction de 260 livres124. Nous sommes avant la grande peste et en période de monnaie forte. Nous pouvons considérer que les prix augmenteront au moins de la moitié après 1348, et il s’agit d’une aide à 4 deniers/livre. Nous obtiendrions, dans le cas d’une aide à 12 deniers/livre et après 1360, 1 170 livres ; ce n’est qu’une partie des draps, mais la bourre elle-même a aussi été brûlée.

  • 125 Françoise Piponnier, art. cité, p. 245-246 (prendre garde à une erreur de localisation de Torigni s (...)

66Et l’aide concerne d’autres marchandises. La production devrait être de plusieurs centaines de draps. Torigni est une draperie « seigneuriale » laïque, et de ce fait très mal connue. La bourre est le résidu de la fabrication des draps ; elle est ordinairement interdite dans les réglementations urbaines ou réservée aux draps de qualité très inférieure. Il faut voir, dans la mesure prise par le sire de Torigni, une volonté de mieux contrôler et d’élever la qualité des draps du lieu. Dans le tarif de 1394, on ne parle que de « grands » draps ; chez les marchands dijonnais, dans les années 1389-1418, les draps de Torigni sont aussi chers que ceux de Louviers et plus estimés que ceux de Saint-Lô125 ; autrement dit, l’évolution vers la qualité semble bien avoir été couronnée de succès.

Saint-Lô

  • 126 Paul Le Cacheux, « La draperie de Saint-Lô au Moyen Âge », Notices, mémoires et documents publiés p (...)

67Paul Le Cacheux a attiré l’attention sur l’importance de la draperie de Saint-Lô126. La draperie de Saint-Lô existe depuis le XIIIe siècle. Elle est présente à Chalon, au milieu et à la fin du XIVe siècle, et au début du siècle suivant ; elle est présente sur la marché toulousain dans les années 1401-1421 ; à Saint-Denis en 1383 et au Lendit en 1411. La conquête anglaise entraînera une émigration des artisans et des drapiers vers Fougères, Vitré et Angers. Après 1450, la draperie renaît, mais elle ne retrouvera pas sa splendeur d’antan. La production s’est déplacée au sud de Saint-Lô, dans la région de Tessy et de Vire. Les marchands de Saint-Lô sont absents du Lendit en 1487-1489.

  • 127 Ord., t. VII, p. 217, 1388.
  • 128 1 500 fils de compte. Michel Dubois, « Fragments d’un règlement… », art. cité, p. 97-101. Henri Dub (...)

68Il a existé une production de moindre qualité, les « bureaux », foulés au moulin, dont parlent les ordonnances réglementant la draperie127. Mais ce sont les grands draps, foulés au pied et qui reçoivent un sceau à partir de 1371, qui ont fait le succès de la ville. Ce sont eux et seulement eux dont parlent les aides conservées. Ces draps sont d’ailleurs moins denses que ceux de Rouen, et leur prix est inférieur128.

  • 129 Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, t. VIII, 2, 1834, no 147, p. 390. Michel Norti (...)

69En juin 1362, la ferme de l’aide pour la délivrance du roi, en ce qui concerne les draps de Saint-Lô, est adjugée pour trois mois à 1 300 livres, mais elle sera abaissée de 200 livres, les marchands de la ville ayant été pillés par les Anglo-Navarrais de Hambye129.

  • 130 André Dupont, « À propos du chiffre de la population de la ville de Saint-Lô pendant la guerre de C (...)

70En 1365, la même imposition de 12 deniers pour livre avait été adjugée 1 080 livres, mais les fermes n’ont pas rapporté la moitié, à cause des Anglo-Navarrais130.

  • 131 BNF, ms. fr 26014, no 1955 (Michel Nortier, Documents normands…, op. cit., no 1060) : boulangerie, (...)
  • 132 BNF, ms. fr 26016, no 2659 (Michel Nortier, ibid., no 1474) : boulangerie, 340 livres ; boucherie, (...)
  • 133 Michel Nortier, « Documents manuscrits… », art. cité ; André Dupont, art. cité. Avant la Peste noir (...)

71En 1377, l’imposition des grands draps, à 12 deniers/livre, est baillée pour trois mois (avril-juin) pour 960 livres131. En 1380 (janvier-mars) elle est toujours de 960 livres132. Cela fait, à l’année, 3 840 livres, et, avec les 25 %, 4 800. Avec les draps portés hors et un prix du drap de 15 livres, nous aurions une production de 9 600 draps. Saint-Lô apparaît comme le plus important centre drapier de Basse Normandie, et même de toute la Normandie, au moins en volume de production. La ville est plus peuplée que Caen, elle doit dépasser les 10 000 habitants dans les années 1360, ce qui en fait la seconde ville de Normandie. Un drap par an par habitant, c’est une ville-atelier133.

Tableau 8 : Saint-Lô, fermes des aides, exprimées en livres tournois

Tableau 8 : Saint-Lô, fermes des aides, exprimées en livres tournois

72À côté, Coutances, qui figure dans les mêmes relevés, fait pâle figure : 9 livres en 1377, 36 livres à l’année, avec les 25 %, 45 livres ; et en 1380 10 livres 12 sous ; à l’année 42 livres 8 sous, avec les 25 %, 53 livres.

Saint-James-de-Beuvron

  • 134 François de Beaurepaire, art. cité, p. 3-36.
  • 135 BNF, ms. fr 26007, no 463; ms. fr 26011, no 1324; ms. fr 26012, no 1585. Michel Nortier, Documents (...)
  • 136 Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité.

73Au sud du Mont-Saint-Michel, une véritable « mono-industrie » se développe dans ce bourg au XIVe siècle. Saint-James foule pour toute sa petite région, c’est un centre « finisseur ». On voit s’y multiplier les moulins foulons (six) et les « clouyères » pour tendre les draps ; des draps qui sont d’ailleurs de qualité très commune, on serait tenté de parler de « petits » draps ; la production décline au début du XVe siècle et semble disparaître au moment de l’occupation anglaise134. On a conservé quatre relevés des baux des fermes, pour une demi-année, en 1368 (février-juillet et août-janvier), 1372 (février-juillet), 1375 (février-juillet)135 : en 1368, 300 livres et 324 livres pour les draps vendus à Saint-James, 624 livres pour l’année, avec les 25 %, 780 livres ; en 1372, 320 livres, 640 livres à l’année et avec les 25 %, 800 livres ; en 1375, 330 livres, 660 livres à l’année et avec les 25 %, 825 livres ; une production annuelle qui tournerait autour de 800 draps, s’ils étaient à 20 livres ; mais leur prix ne devait pas dépasser les 10 livres, soit plus de 1 600 draps ; ajoutons les draps portés hors, 2 400 draps. François de Beaurepaire avait proposé 5 000 draps, en se basant sur la ferme des moulins (250 livres) et le tarif du foulage (1 sou par drap). La ferme des moulins concerne les moulins fouleurs, mais aussi ceux à blé. Il estime que ce qui revient aux moulins à blé correspond à la part des fermiers et aux draps portés hors sans être vendus, et que l’on peut considérer que Saint-James foulaient 5 000 draps. Si nous reprenons nos calculs, il faudrait, pour que l’aide corresponde à 5 000 draps, que le drap soit à moins de 5 livres ; c’est peu. On supposera que les moulins à blé rapportaient davantage, que le drap valait au moins 7 livres et que la production de draps devait se situer autour de 3 500 draps, ce qui est très important, au moins à l’échelle normande. Les marchands de Saint-James sont présents à Chalon136. À côté de la draperie, les toiles sont peu importantes et les cuirs tannés et à tanner sont à 50-60 livres par an. Mais il n’y a pas de teinture, les draps sont vendus non teints.

Tableau 9 : Saint-James, fermes des aides, exprimées en livres tournois

Tableau 9 : Saint-James, fermes des aides, exprimées en livres tournois
  • 137 BNF, ms. fr 26007, no 352; ms. fr 26011, no 1324; ms. fr 26012, no 1585. Michel Nortier, Documents (...)

74À côté de Saint-James, la draperie de Pontorson est loin d’être négligeable : de février à août 1368, 40 livres ; d’août 1368 à janvier 1369, 48 livres ; soit à l’année 88 livres, avec les 25 %, 110 livres ; de février à août 1369, 43 livres, soit à l’année 86 livres, et avec les 25 %, 110 livres ; de février à juillet 1372, 46 livres, soit à l’année 92 livres, avec les 25 %, 115 livres ; de février à juillet 1375, 50 livres, soit à l’année 100 livres, avec les 25 %, 125 livres137. La production annuelle de Pontorson, compte tenu de la qualité médiocre de ces draps et des draps portés hors, doit dépasser les 300 draps. Il n’y a ici ni toiles ni teintures, et une part importante des laines locales est revendue à l’extérieur. La région de Saint-James et Pontorson est une région productrice de laine, et qui exporte ses draps blancs et non teints.

Tableau 10 : Pontorson, fermes des aides, exprimées en livres tournois

Tableau 10 : Pontorson, fermes des aides, exprimées en livres tournois

Évaluer la production normande

75Les chiffres, que nous avons patiemment rassemblés au hasard d’archives souvent très lacunaires et au prix de reconstitutions parfois « acrobatiques », vont nous permettre d’approcher le volume de la production drapière de la Normandie et de la comparer avec celle d’autres régions. Mais il faut d’abord revenir sur les limites de nos sources et les insuffisances des méthodes utilisées pour leur faire rendre gorge. Les bénéfices des fermiers, évalués à 25 %, devaient souvent être plus élevés. Les fermes des aides et du courtage concernent la vente et comprennent donc en général les draps de dehors vendus en ville, mais ne comprennent pas les draps de la ville vendus au dehors. Les draps au détail ne sont pas toujours comptabilisés (à Montivilliers, Évreux ou Louviers), ni les ventes faites au cours des foires. Le hasard de la conservation des archives laisse dans l’ombre certaines zones comme la vallée de la Bresle, la région de Vire ou Bernay ; et les aides sur les marchandises ne s’intéressent pas au plat pays et aux draps de villages. Nous avons aussi pu constater que les sources antérieures à la stabilisation monétaire de décembre 1360 sont à manipuler avec d’infinies précautions. Mais ce n’est pas tout. Nos estimations s’appuient parfois sur une année ou même quelques mois ; quelques mois d’une production qui a pu subir d’importantes variations au fil des années, comme l’ont montré les exemples de Bayeux et de Torigni. Enfin, il faut rappeler l’intérêt, mais aussi les limites du choix du drap standard à 20 livres ; il permet de comparer les diverses draperies mais il néglige la variété des tailles, des comptes et du prix des draps ; ces inconvénients ne peuvent être qu’en partie corrigés par les prix à l’aune relevés sur les marchés extérieurs. Il est évident qu’en Basse-Normandie ou dans les centres secondaires les draps ne valaient pas le plus souvent 20 livres, au moins entre 1360 et 1412.

76Quel a été le volume annuel de la production drapière normande ? Nous nous limiterons ici à la période faste des années 1360 à 1412 ; et nous utiliserons les estimations souvent fragiles auxquelles nous sommes parvenu. Rouen doit produire plus de 6 000 draps ; il faut y ajouter les draps « de dehors », vendus à Rouen, et provenant en particulier du pays de Caux (1 500 draps). Montivilliers aurait produit 3 000 draps, Évreux 3 000 ou 5 800 draps ; Louviers 1 500 draps ; ajoutons Les Andelys (360 draps) et Harfleur ; on obtient, pour ce qu’on peut appeler le « groupe » de la Seine entre 16 000 et 19 000 draps. Le groupe de la Bresle (Eu, Blangy, Monchaux) fabrique peut-être 2 000 draps ; ajoutons Bernay et Neufchâtel, la Haute-Normandie produirait plus de 20 000 draps. Plus à l’ouest le groupe de l’Orne, Caen (1 500 à 1 800 draps), Falaise (600 draps), auquel on rattachera Alençon (800 draps) et Bayeux (2 000 draps), doit atteindre les 5 000 draps. Le groupe de la Vire, avec Saint-Lô, Torigni et Vire, doit dépasser les 10 000 draps. Enfin à l’extrême sud-ouest de la Normandie, Saint-James et Pontorson produisent près de 4 000 draps. Pour la Haute-Normandie, plus de 20 000 draps, et pour la Basse-Normandie presque autant, plus de 19 000 draps. En proposant 40 000 draps pour l’ensemble de la production normande, nous sommes sans doute en dessous de la réalité. L’intérêt de ces calculs n’est d’ailleurs pas tant de parvenir à des volumes assurés de production, que de permettre des comparaisons entre villes et régions normandes.

77Au-dessus d’une poussière de petits centres, parmi lesquels Neufchâtel, Harfleur, Lisieux, Saint-Pierre-sur-Dives, Argentan, Pontorson, Bellême, Coutances, Pont-Audemer, Pont-de-l’Arche, Pontorson, Vire, nous trouvons quelques centres produisant entre 400 et 800 draps, Alençon, Falaise, Torigni, Andely ; au-dessus, quelques centres d’importance moyenne, entre 1 500 et 2 000 draps : Caen, Bayeux, Louviers, sans doute Bernay ; ajoutons la vallée de la Bresle. Au-dessus, cinq centres dominent la production normande : Montivilliers, Saint-James et Évreux dépassent les 3 000 draps, Rouen fabrique plus de 6 000 draps et Saint-Lô près de 10 000 draps.

  • 138 Voir document H.

78Il faudrait bien sûr comparer ces estimations avec ce que l’on peut savoir des évolutions ultérieures. Au milieu du XVe siècle, la production rouennaise a beaucoup baissé ; elle dépasse sans doute 3 000 draps au début du XVIe siècle. C’est à ce moment que le lancement du label commercial « drap du sceau » va ouvrir à Rouen de nouveaux débouchés et accentuer son orientation vers la qualité. En ce qui concerne l’ensemble de la Normandie, la guerre civile à partir de 1412 puis la conquête anglaise entraînent un incontestable déclin ; certaines draperies, celles de Saint-James, Saint-Lô, Évreux ou Montivilliers, ne semblent pas avoir retrouvé, après 1450, leur splendeur d’antan. Mais d’autres ont mieux résisté comme Louviers ou Bernay, et le XVe siècle voit le développement de Lisieux et de Vire. C’est entre Saint-Lô et Vire, en particulier autour de Tessy, que se développe, à la fin du Moyen Âge, une zone drapière, qui prend le relais de Saint-James et de Saint-Lô, et qui est présente au Lendit (Tessy, Torigni, Hambye, Landelles, Montbray, Montpinchon, Pont-Farcy)138.

  • 139 Par exemple BNF, ms. fr 26006, no 136, 1365 ; voir : Michel Nortier, Documents normands…, op. cit.,(...)

79Revenons aux aides sur les marchandises. Elles ne permettent pas seulement d’établir une hiérarchie des villes drapières normandes et d’avancer un volume de production global. Elles offrent aussi une occasion exceptionnelle, d’une part d’approcher ce qui se passe à l’intérieur de la draperie et des activités textiles, d’autre part de replacer cette draperie et ces activités textiles dans l’ensemble des économies urbaines. En ce qui concerne le premier point, nous nous contenterons de remarquer que la région caennaise est une importante région productrice de guède et de garance. Les toiles jouent un rôle le plus souvent effacé par rapport aux draps, à l’exception peut-être du groupe de l’Orne (Caen avant 1371, Bayeux, Falaise, Argentan), auquel on ajoutera la région d’Alençon et de Bellême. Mais la toile est surtout rurale et les aides n’éclairent que certains centres ; la région de Brionne, dans la vallée de la Risle, par exemple, connue pour ses toiles dès le Moyen Âge139, n’apparaît pas dans les sources étudiées.

  • 140 Maurice Rey, op. cit.. Voir aussi Henri Dubois, « Les fermes du vingtième… », art. cité, p. 162-163 (...)

80Les aides sur les marchandises permettent aussi de replacer la draperie dans l’économie urbaine. Maurice Rey a montré l’intérêt de ces aides pour évaluer les divers secteurs d’une économie urbaine140. Il ne peut s’agir ici que d’approcher quelques rapports. Nous nous intéresserons aux trois secteurs principaux des économies anciennes : textiles (sans la friperie), cuirs et peaux, et métallurgie, en négligeant le domaine de l’alimentation. L’image est en partie faussée, parce que ces aides concernent aussi les activités de redistribution régionale, et que, de plus, certaines activités ne disposent pas toujours de fermes particulières ; c’est le cas en particulier pour les activités métallurgiques, qui sont souvent sous-évaluées.

  • 141 BNF, naf 20026, nos 178-181 : à Falaise, 198 livres (cuirs) et 357 livres (textile) ; à Argentan, 5 (...)
  • 142 AN, Z1A/1, fol. 187 vo ; voir aussi le cas de Pont-Audemer cité plus haut.
  • 143 BNF, ms. fr 26016, no 2659 : janvier-mars 1380, ferronnerie 6 livres et textile 18 livres 12 sous. (...)

81Commençons par les aides du diocèse de Sées en 1373 ; à Falaise et à Argentan le « cuir cousu et non cousu » et les « souliers vieux et neufs » (associés au sain de hareng) font plus de la moitié du textile141. À Bellême, les cuirs sont à 50 livres, la draperie, les toiles et la « filanderie » à 107 livres 12 sous. Le cuir fait un peu moins de la moitié du textile. À Alençon, la draperie et les toiles sont à 348 livres, la tannerie et la pelleterie à 204 livres, la ferronnerie et la quincaillerie à 111 livres. Nous sommes donc ici devant des économies urbaines où le travail du cuir joue un rôle important et représente la moitié ou plus de la moitié du textile. De même à Neufchâtel, en 1399, la draperie (40 livres) est dépassée par la tannerie (40 livres) et la « suerie » (les cordonniers, 50 livres142). Le travail des métaux est important à Alençon, parfois aussi dans d’autres villes comme Coutances, où la ferronnerie fait un tiers du textile143. Mais ces activités, en partie rurales, apparaissent assez peu dans nos aides.

  • 144 AN, KK 350 : moyenne annuelle du cuir 247 livres 6 sous, des souliers 117 livres 8 sous, de la sell (...)

82Les comptes d’Yvon Huart, pour la ville de Caen, dans les années 1371-1375, donnent en moyenne annuelle, pour l’ensemble du textile, sans les guèdes et garances 1 372 livres 15 sous, et avec les guèdes et garances 1 660 livres ; les cuirs et peaux sont à 444 livres 15 sous, et les métaux à 151 livres 5 sous144. Les cuirs et peaux font donc entre le quart et le tiers du textile selon que l’on y inclut ou non les guèdes et garances.

83À Rouen, en 1359, le textile fait plus de 16 000 livres, les cuirs et peaux 3 800 livres, les métaux 800 livres ; les cuirs et peaux font moins du quart du textile. À Bayeux, la moyenne trimestrielle, calculée par François Neveux pour 1376-1377, donne 330 livres pour le textile, 55 livres pour le cuir et 13 livres pour la ferronnerie ; le cuir fait 1/6 du textile. À Saint-James, le textile est à plus de 950 livres par an et les cuirs à 50-60 livres ; ils forment moins de 1/17 du textile. À Saint-Lô, le textile (laine) est à 1 540 livres ½ en avril-juin 1377 et à 1 584 livres en janvier-mars 1380 ; les toiles associées à la pelleterie sont à 15 livres et 19 livres 12 sous ; les cuirs à 64 livres et 60 livres ; les cuirs et la pelleterie doivent faire 1/18 du textile ; il n’y a rien pour les métaux ; on peut parler comme pour Saint-James de mono-activité. Cet exercice un peu fastidieux permet d’établir une hiérarchisation de nos centres selon leur plus ou moins grande spécialisation textile. Alençon, Caen et Rouen sont, parmi nos exemples, les villes dont l’économie est la plus diversifiée ; Bayeux est davantage spécialisée ; à l’autre extrémité, à Saint-Lô, Saint-James et sans doute Torigni, nous trouvons de véritables mono-industries. Presque partout cependant, la draperie joue un rôle important. Il a existé en Normandie, autour de 1400, quelques villes « ateliers », spécialisées dans le textile ; Saint-Lô bien sûr, mais aussi Montivilliers et Évreux, pour lesquelles nous n’avons pas conservé de relevés des fermes des aides.

  • 145 BNF, ms. fr 26017, no 45. Laines et « aignelins », 100 livres parisis ; lingerie et tapisserie, 148 (...)
  • 146 BNF, ms. fr 26009, no 856 ; ms. fr 26013, no 1768. En 1370, la pelleterie, les cuirs et les soulier (...)
  • 147 En 1368 : draps et chausses, excepté la foire Saint-Denis, 300 livres parisis ; toiles et fil, 135 (...)
  • 148 Louis Carolus-Barré, « Les xvii villes. Une Hanse vouée au grand commerce de la draperie », dans Co (...)
  • 149 BNF, ms. fr 11572, fol. 1-9 vo : à Chaumont, 90 livres pour les draps ; à Bar, 90 livres pour les d (...)

84On a conservé aussi les baux annuels des fermes de l’aide de 12 deniers/livre pour d’autres villes du royaume. Nous prendrons ici quelques exemples picards et bourguignons. À Noyon, pour l’année 1380, les draps sont à 181 livres parisis 10 sous et les chausses à 25 livres parisis 10 sous. Mais le travail des métaux, le travail des cuirs et des peaux, la lingerie et la tapisserie jouent aussi un rôle important145. À Péronne, les draps et laines sont à 155 livres parisis pour l’année 1370 ; et les draps, laines et guèdes à 180 livres parisis pour l’année 1376146. On a conservé pour Saint-Quentin cinq relevés des baux annuels entre 1368 et 1378. La moyenne des draps et des chausses, hors la foire, est de 324 livres parisis, c’est-à-dire 405 livres tournois, avec les 25 %, 500 livres. Les ventes de draps à la foire de Saint-Quentin doivent largement compenser les chausses. Avec les draps portés hors et des draps à 15 livres, Saint-Quentin devait produire plus d’un millier de draps par an. Les toiles (et fil) font près de la moitié des draps et chausses, le travail des cuirs et des peaux plus de la moitié du textile (sans les guèdes ici très importantes)147. Péronne et Saint-Quentin ont fait partie de la hanse dite des dix-sept villes, à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle148. Mais la draperie y est en déclin à l’époque suivante. Ces villes picardes sont moins dominées par la draperie que beaucoup de nos villes normandes et leur économie est plus diversifiée (toiles, cuirs, etc.). En Champagne méridionale, on connaît les relevés des aides pour la délivrance du roi, en 1361 (à 12 deniers pour livre), pour Langres, Chaumont et Bar-sur-Aube. L’époque n’est guère favorable aux productions. À Langres, les draps et futaines ont rapporté 220 livres tournois, les teintures plus de 6 livres, l’ensemble laine et textiles 446 livres ; les cuirs et pelleterie 200 livres et les métaux 150 livres. À Bar, draps, saies et tiretaines font moins que la laine ou que les cuirs et peaux ; à Chaumont, la draperie fait moins que la laine ou que les cuirs et peaux149.

  • 150 Henri Dubois, « Les fermes du vingtième… », art. cité, p. 159-171.
  • 151 Sur cette importance de Châtillon, voir : Françoise Piponnier, art. cité, et Jean Richard, « La lai (...)

85Henri Dubois a étudié les fermes du vingtième à Dijon et dans quelques villes voisines150. À Dijon la moyenne de la ferme de la draperie et des chausses pour les années 1386-1402 est de 274 livres ; ajoutons les serges et les gros draps, 90 livres ; soit 364 livres, avec les 25 %, 455 livres : soit avec les draps portés hors et des draps à 15 livres, moins les chausses, au moins 900 draps. L’ensemble du textile est au même niveau que les cuirs et peaux, 510 et 500 livres. À Châtillonsur-Seine en 1385-1386, la ferme des draps est baillée à 400 livres ; avec les 25 %, 500 livres ; avec les draps portés hors et des draps à 15 livres, plus d’un millier de draps par an. Châtillon est sans doute le principal centre drapier bourguignon à cette époque151.

  • 152 Hidetoshi Hoshino, op. cit., p. 193, 203.
  • 153 Marc Boone, « L’industrie textile… », art. cité, p. 36.
  • 154 Raymond Van Uytven, « Technique, productivité… », art. cité, p. 290-291.
  • 155 Bertrand Haquette, art. cité, p. 878-882.
  • 156 Sylvain Calonne et Denis Clauzel, art. cité, p. 537, 545 et 563.
  • 157 Peter Stabel, « Les draperies urbaines en Flandre, XIIe -XVIe siècle », dans Giovanni Luigi Fontana (...)

86Si nos centres normands sont assez au-dessus de la production de villes comme Saint-Quentin ou Châtillon, ils sont en retrait par rapport à Florence ou aux grandes villes flamandes. Florence à son apogée, dans la seconde moitié du XIVe siècle, produit peut-être 25 000 pièces de draps par an ; dans les années 1425-1430, 10 000 pièces152. La production gantoise, étudiée par Marc Boone153, serait de 2 384 draps en 1454 et de 3 600 à 4 000 draps en 1468. Mais la draperie gantoise est en crise et la production a beaucoup baissé depuis la première moitié du XIVe siècle, où elle s’élevait à plus de 30 000 draps par an. Ypres à son apogée, au début du XIVe siècle, n’a pas dû produire plus de 50 000 pièces, et dans les années 1325-1330 autour de 25 000 pièces154. La vallée de la Lys, qui est une grande région d’exportation autour de 1400, ne produit pas plus de 50 000 pièces par an, dont moins de la moitié sont exportables, après scellage : Courtrai, Menin, ou Comines scellent moins de 5 000 draps, et Wervicq, le principal centre de la Lys, 9 000 draps155. La production d’un centre comme Lille est bien sûr en retrait sur les grands centres flamands : autour de 3 000 draps dans les années 1330, 2 336 en 1337, plus de 3 000 au milieu du XVe siècle (mais plus de la moitié sont alors des petits draps)156. Peter Stabel a repris dans une conférence sur les draperies urbaines en Flandre (XIIe-XVIe siècles) cette question du volume de la production drapière annuelle157 : 22 000 à 25 000 pièces pour la Lys au début du XVe siècle ; 88 000 draps pour la Flandre flamingante en 1400. Malines qui a produit plus de 24 000 draps vers 1330, n’en produit plus que 6 000 en 1400. Leyde produit, vers 1400, 9 700 draps. La Normandie aurait donc produit à la fin du XIVe et au début du XVe siècle près du double de la production florentine ou de celle la vallée de la Lys, qui sont alors à leur apogée. Et la moitié de celle de la Flandre flamingante. La production rouennaise, qui a pu paraître assez peu importante, est supérieure à celle de Lille au XIVe siècle. Les centres normands n’ont jamais approché les niveaux de production de Florence ou d’Ypres. Mais la draperie, ici, est partout : elle domine incontestablement les économies urbaines, et la production va des plus beaux tissus jusqu’aux produits les plus communs, des écarlates de Montivilliers ou des fins gris de Rouen jusqu’aux gros draps de Saint-James. C’est cette diversité, ainsi que la très grande diffusion des fabrications dans les villes et les villages, qui assurent à la Normandie une place de premier plan, au moins dans la draperie du royaume de France. La Normandie a bien été une région industrielle importante à la fin du Moyen Âge, et cela malgré les ravages de la guerre de Cent Ans.

Notes

1 Bernard Chevalier, op. cit., chap. vii, p. 151 sq. Voir aussi les remarques de Philippe Braunstein et Jacques Bottin, dans Louis Bergeron et Patrick Bourdelais (dir.), La France n’est-elle pas douée pour l’industrie ?, Paris, Belin, 1998.

2 Michel Mollat, Le commerce maritime…, op. cit., p. 275.

3 AMR, XX5, fol. 42, 1539. Seront utilisés aussi dans ce chapitre les manuscrits français de la BNF, ainsi que Michel Nortier, Les sources de l’histoire de la Normandie à la Bibliothèque nationale de Paris. Fonds des manuscrits français, suppléments aux Annales de Normandie, 1959-1973 et Documents normands du règne de Charles V (8 avril 1364-16 septembre 1380), Rouen/Paris, Société de l’histoire de la Normandie/BNF, 2000. Voir aussi : Raymond Cazelles, Catalogue des comptes royaux des règnes de Philippe VI et Jean II (1328-1364), Paris, Imprimerie nationale (Recueil des historiens de la France. Documents financiers), 1984, t. VI. Je remercie Henri Dubois pour ses précieux conseils dans le domaine fiscal.

4 AMR, U2, fol. 33. La demi-graine est la demi-graine d’écarlate (kermès). Nous utiliserons ici surtout les livres, sous et deniers tournois ; l’aune est celle de Paris, utilisée aussi en Normandie (1,188 m).

5 Le drap à Rouen comme dans d’autres centres normands, Évreux par exemple, doit mesurer 20 aunes de longueur ; à Louviers, à Caen ou dans la draperie « foraine » de Rouen, 19 aunes, voir p. 47. Caen utilise la verge (0, 914 m) et non l’aune (Ord., t. V, p. 105, 1368 : 24 verges valent 19 aunes) ; à Saint-Lô, les foulons ne doivent pas fouler un drap écru de plus de 32 verges, le drap terminé ne devrait donc pas mesurer plus de 20 aunes (Michel Dubois, « Fragments d’un règlement… », art. cité, p. 97-101).

6 Ord., t. XIII, p. 72; AMR, S3, fol. 84; U2, fol. 33 vo -34 vo. En octobre 1596 et octobre 1626, les « aulneurs » jurés prennent trois deniers pour aune, dont le tiers revient à la ville (AMR, tiroir 86).

7 Les bénéfices des fermiers ont été évalués par Michel Mollat à 10 % (Le commerce maritime…, op. cit., p. 276) et par Alain Derville à 100 % (Saint-Omer, op. cit., p. 161). Nous proposons ici un minimum plausible, 25 % (voir p. 218, note 61).

8 ADSM, 4 BP II/1bis, fol. 27, 22 décembre 1483. Ce texte précise la manière dont la taxe du courtage doit être levée. La part de la ville est toujours de 1 denier pour les draps ordinaires.

9 ADSM, 2E1 /152, fol. 12 vo, 21 novembre 1369. Ce sont 35 livres, à côté du courtage des draps de Rouen, 286 livres ; les draps de dehors feraient un huitième des draps rouennais, 12,5 %. On verra qu’en 1359, ils faisaient un tiers.

10 AMR, XX3 et XX4, chartrier, tiroir 192. La taxe de 1 denier par poids de laine concerne la laine vendue par les marchands forains le jour du marché.

11 AMR, XX2, 19e compte, tiroir 192 (XVIIe siècle) : « trois deniers pour poids […] est le droit affermé par la ville sous la dénomination de courtage des laines. »

12 Michel Mollat, Le commerce maritime…, op. cit., p. 275. Voir : AMR, tiroir 192 (XVIIe siècle) et une remarque du registre S3 (AMR, fol. 88, 1451) : sur un « poids » de laine, les gardes prennent 2 deniers tournois, et sur un « cent » (cent livres) 8 deniers tournois, soit quatre fois plus.

13 Ord., t. VI, p. 473; t. VII, p. 757; t. XV, p. 31. Voir aussi : Louis de Brequigny, art. cité, p. 123 et Francis Concato, art. cité, p. 86.

14 Dominique Cardon, op. cit., p. 292-295.

15 Ord., t. III, p. 416. Dominique Cardon, ibid., p. 590. La livre ici est inférieure à celle de Paris.

16 Voir ici, chap. ii, « le marché des laines ».

17 Phénomène qui rendrait compte aussi des données contradictoires, aberrantes, observées pour Lisieux, par François Neveux, op. cit., p. 537.

18 AMR, XX3.

19 Michel Mollat, Le commerce maritime…, op. cit., p. 275.

20 Ord., t. XIII, p. 71 et AMR S3, fol. 83 vo ; Francis Concato, art. cité, p. 88. En 1412, « les fermiers ne pourront bailler qu’au prix ordonné d’ancienneté pour fouller ung drap de moison [du compte] de ladite ville de 24 aulnes ou environ pour 10 d.t. et pour demy drap 5 d.t. » (AMR Chartrier, tiroir 107). 24 aunes pour le drap écru correspondent à 20 aunes pour le drap apprêté. Depuis 1394 et sans doute auparavant, il faut y apporter un denier de terre rouge (AMR, S3, fol. 65 vo). « Tous ceulx de ladite drapperie doivent et pourront avoir pour dix deniers de terre blanche pour fouller ung drap [et] VII mottes de terre rouge […] pour ung denier » (AMR, A8, fol. 95 vo, 20 janvier 1456 ns).

21 Un certain nombre d’affaires concernent des infractions au monopole. En mars 1384, le fermier Jean Le Prevost demande un rabais parce que le monopole n’est pas respecté (AMR, tiroir 107). L’affaire Pierre Dufresne en 1389 est connue (voir : Francis Concato, art. cité, p. 88 ; et ici p. 50). En 1409, le fermier des années précédentes a dû défendre les droits de la ville face aux grands drapiers qui voulaient vendre de la terre à fouler dans la ville (AMR, A5, fol. 190 vo, 11 mars 1409 ns). En juin 1425, six drapiers de la banlieue, qui se disaient de Darnétal et exempts de tout temps, avaient « appareillé » des draps, d’une valeur de plus de 1 000 livres, d’autre terre que de celle de la ville (AMR, tiroir 107). Enfin l’affaire du receveur de Mauny, en 1498, qui vendait une autre terre en ville (AMR, A9, fol. 280-281 vo).

22 AMR, Chartrier, tiroir 107, 15 avril 1412.

23 ADSM, 2E1/152, fol. 28, 27 janvier 1370 ns.

24 Sur la draperie dite « foraine » de Rouen, voir le chap. ii.

25 ADSM, 2E1 /155, fol. 101 vo, 102 vo, 110, 113bis, 121.

26 AN, P 1919/2, no 43604 et P 1921/2, no 45697.

27 Ord., t. XIX, p. 394.

28 ADSM, 1 B 59, 29 avril 1501 ; 1 B 314, 2 mai 1506. Le métier de la grande draperie a obtenu le droit de se cotiser pour faire face à ses dépenses, voir p. 168, note 15. Des fraudes peuvent affecter les résultats : en 1511, le clerc du boujon n’a pas mentionné tous les draps scellés (1 B 344, 14 janvier 1513).

29 Françoise Autrand, Charles V, le Sage, Paris, Fayard, 1994, p. 428. Guy Bois, op. cit., p. 258, 273. Henri Dubois, « Les fermes du vingtième à Dijon à la fin du XIVe siècle. Fiscalité, économie, société », dans L’argent au Moyen Âge, 28e congrès de la SHMES à Clermont-Ferrand (1997), Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 159-171. Sur les aides dans le fonds des quittances de la BNF, voir : Michel Nortier, Les sources de l’histoire, op. cit. et Documents, op. cit. et Raymond Cazelles, op. cit. Voir aussi le fonds de Frondeville aux ADSM (16 F).

30 AMR, A9 fol. 180, 220 vo, 221, 227 vo, 228 vo. Le prix de la laine doit correspondre à deux « poids ». Sur les « petits draps » de 15 sous l’aune et au-dessous, voir : Ord., t. XVIII, p. 515, 1479.

31 Philippe Wolff, Commerces et marchands, op. cit., p. 427 et graphique no 15. La stabilité des prix (en monnaie de compte) est réalisée par l’affaiblissement (technique) des monnaies, qui compense la raréfaction des métaux précieux, en dehors des mutations à visées purement fiscales.

32 Philippe Wolff, ibid., p. 238 et graphique no 5. La canne vaut une aune et demie et l’écu 22 sous 6 deniers de 1385 à 1418 et 25 sous tournois dans les années 1430.

33 Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité, t. I, p. 233.

34 ADSM, 2E1/160, jeudi 7 mai 1405.

35 ADSM, 2E1/191, 21 avril 1462.

36 ADSM, 2E1 /199, fol. 6 vo, 1472.

37 ADSM, 2E1 /153, fol. 53 vo.

38 BNF, naf. 20028, no 104.

39 BNF, naf. 20029, no 1.

40 BNF, ms fr 26090, no 403 et 410.

41 Avec un drap de 20 livres et une aide à 12 deniers/livre, la ferme correspond à 1/20 du total du prix des draps ; donc la ferme, multipliée par 20 et divisée par 20, est égale au nombre des draps.

42 Michel Mollat, Le commerce maritime …, op. cit., p. 377.

43 1392 : 5 livres (ADSM, 2E1 /154, fol. 182). 1394 : 5 livres 10 sous (2E1 /155, fol. 50). 1397 : 5 livres 12 sous 6 deniers (2E1 /156, fol. 134 vo). 1407 : 6 livres dans une vente et 7 livres dans huit ventes (2E1/162, fol. 111).

44 Anne Merlin-Chazelas, Documents relatifs au clos des galées de Rouen et aux armées de mer du roi de France de 1293 à 1418, Paris, BNF, 1977, t. I, p. 230, note 883. À Eu, en 1388, le « poids » vaut 4 livres 10 sous (BNF, ms. fr 11954, fol. 27 vo -29, revenus du comté d’Eu ; cité dans Suzanne Deck, op. cit., p. 219).

45 Dominique Cardon, op. cit., p. 125.

46 BNF, Collection Clairambault 214, no 49 (9543) ; les draps pleins sont des draps unis ; les draps rayés sont fabriqués à Rouen depuis la première moitié du XIIIe siècle (voir p. 30-31), mais nous sommes alors, en 1364, sur le déclin du « rayé », voir Ord., t. II, p. 396 sq., 1350.

47 ADSM, 2E1/153, fol. 45.

48 BNF, ms. fr 25997, no 349 ; Michel Nortier, Les sources de l’histoire, op. cit., 1962-3, no 167 ; Raymond Cazelles, op. cit., no 458. Guy Bois ici est inexact, Crise du féodalisme, op. cit., p. 258. Le blé fut à 1 000 livres, comme la boucherie ; la laine fut à 2 250 livres.

49 Étienne Fournial, Histoire monétaire de l’Occident médiéval, Paris, Nathan (Fac), 1970, p. 100. Nous nous contenterons ici de considérer que les prix évoluent avec le pied de monnaie, qui permet de comparer toute monnaie d’argent avec celle de 1329, au pied 12e. À partir de 1337 commencent les mutations monétaires. La bonne monnaie dans les années 1350 est au pied 24e. Après les grandes mutations des années 1355-1360, la bonne monnaie est rétablie au pied 24e.

50 BNF, ms. fr 26002, no 856, 1er octobre 1359-1er octobre 1360. Je remercie Philippe Lardin d’avoir attiré mon attention sur ce document (voir son article : « La mise en place des impôts nouveaux en Normandie orientale pendant la deuxième moitié du XIVe siècle », dans Philippe Contamine, Jean Kerhervé, Albert Rigaudière (dir.), L’impôt au Moyen Âge. L’impôt public et le prélèvement seigneurial, fin XIIe -début XVIe siècle, colloque de Bercy (14-16 juin 2000), Paris, CHEFF, 2002, t. II Les espaces fiscaux, p. 525). Michel Nortier, Les sources de l’histoire, op. cit., 1968-2, no 862 ; Raymond Cazelles, op. cit., no 521. Sur la décision de lever cette aide pour le dauphin duc de Normandie, voir : John Bell Henneman, Royal Taxation in Fourteenth-Century France. The Captivity and Ransom of John II, 1356-1370, Philadelphia, American Philosophical Society, 1976, p. 101 et 107. Il a existé des aides à 12 deniers/livre avant décembre 1360 : à Caen est levée une aide de 12 deniers/livre en octobre 1359 (Ms. fr 26002, no 898).

51 À Toulouse, les marchands drapiers vendent des draps d’Angleterre, de Flandre ou de Normandie, à côté de la production locale et régionale (Philippe Wolff, Commerces et marchands…, op. cit., p. 236-242). Peut-on supposer que la Normandie était autosuffisante et capable de fournir toutes les qualités des draps qu’elle consommait ? Du moins avant l’arrivée des draps anglais.

52 AN, Z 1A/4, fol. 289 vo -290 vo, 13 février 1410 ns. De toute manière, vendeurs et fermiers parviennent à des « compositions », qui ne doivent pas refléter le volume exact du commerce.

53 ADSM, 4 BP II/1bis, fol. 91, 96, 121 vo.

54 François de Beaurepaire, art. cité, p. 9.

55 Jean Lesquier, « L’administration et les finances de Lisieux de 1423 à 1448 », Études lexoviennes, t. II, 1919, p. 96-165, en particulier p. 142.

56 Évreux 1442-1459 (AME, CC 13, 17, 20, 22). Sur les comptabilités de ces trois villes, voir plus loin les paragraphes qui leur sont consacrés.

57 Théodore Bonnin, op. cit., t. II-2, no 453, p. 47.

58 À Elbeuf en 1505, Massin Delahaye demande à Gillet Bosquet 23 livres tournois pour argent sec prêté et pour avoir porté des draps à Paris (ADSM, 52 BP 10, 4 mars 1505 ns)

59 BNF, naf 20025, nos 105-106 (1328) : draps de laine achetés pour l’hôtel du roi : un camelin brun de Montivilliers, à 50 sous parisis l’aune.

60 ADSM, 54 H 89-90. Voir Catherine Bébéar, « Le temporel de l’abbaye de Montivilliers à la fin du Moyen Âge », Cahiers Léopold Delisle, t. XLVII-XLVIII, 1998-1999, p. 68-69, 133, 137.

61 ADSM, 54 H 85 sq. On est passé en moyenne d’une ferme de 11-12 livres (ce qui ferait 1 380 draps) à une régie directe de 16 livres : les bénéfices des fermiers représenteraient plus du tiers de la ferme.

62 ADSM, 54 H 58, 3 juillet 1381, 10 novembre et 16 décembre 1392. Les comptes généraux de l’abbaye (54 H 85 sq.) et les baux des fermes (54 H 68).

63 L’aunage dû à l’abbaye s’ajoute au courtage dû aux courtiers ; devant les abus des courtiers, le droit de courtage sera fixé par le vicomte à 2 sous par demi-drap en 1389 (Ord., t. VII, p. 323).

64 ADSM, 54 H 57, 24 septembre 1493. Les religieuses n’ayant pas entretenu la halle, les habitants prétendaient être dégagés de l’obligation de la taxe (et bien sûr aussi du droit de hallage, dont on n’entend d’ailleurs plus parler à partir de la conquête anglaise).

65 Ernest Dumont et Alphonse Martin, op. cit., t. I, p. 86 : texte de 1386.

66 ADSM, 54 H 59, 1374.

67 Appelés ici « teliers » (Ord., t. XII, p. 456-457).

68 Raymond Van Uytven, « Technique, productivité et production au Moyen Âge : le cas de la draperie urbaine aux Pays-Bas », dans Sara Mariotti (éd.), Produttività e tecnologie nei secoli xii-xvii, 3e semaine d’études de l’Institut Datini de Prato (23-29 avril 1971), Florence, Olschki, 1981, p. 286-287. Dominique Cardon, op. cit., p. 570-576. À Vérone, dans les années 1480, 220 maîtres tisserands, avec une moyenne d’un métier et demi par atelier, produisent plus de 8 000 draps : 25 draps par métier par an (Edoardo Demo, op. cit., p. 98, 147).

69 Ord., t. XII, p. 458 : « en un ouvroir ne peut avoir que un maître et un apprenti ».

70 Tous nos tisserands n’étaient sans doute pas des maîtres, à la tête d’un atelier, mais il y avait parmi eux aussi de nombreux valets « journeurs ».

71 Voir p. 52. Pavilly avait 280 ménages, environ 1 400 habitants, dans le Pouillé d’Eudes Rigaud, vers 1240 (Leopold Delisle, Natalis De Wailly, Recueil, t. XXIII, p. 255). Les marchands de Pavilly sont présents à Paris et au Lendit aux XIVe et XVe siècles (voir document H). Auffay avait, dans le Pouillé du XIIIe siècle, 400 ménages soit 2 000 habitants. Il s’agit d’un très gros bourg, 795 feux en 1314, soit plus de 3 000 habitants, 380 feux en 1357, plus de 1 500 habitants dans la seconde moitié du XIVe siècle (Guy Bois, op. cit., p. 369, 374). Les draps d’Auffay sont présents à Toulouse au début du XVe siècle (Philippe Wolff, Commmerces et marchands…, op. cit., p. 240, 259).

72 Eu, Monchaux, Blangy, Aumale sont présents au Lendit en 1411 (voir document H). Blangy est présent à Gènes dès 1241 (René Doehaerd, op. cit., t. II, no 489). Pour les trois moulins à draps du comté d’Eu, situés à Eu, Blangy et Monchaux, en 1388, voir p. 85.

73 AN, Z1A/1, fol. 187 vo. Sur la draperie de Neufchâtel, voir p. 149.

74 AN, P 1921/3, no 45702.

75 ADSM, 1 B 39, fol. 70, 1463. 2 deniers pour les draps au-dessus de 15 aunes. Pour la taxe du sceau à Saint-Lô et à Caen, voir p. 230.

76 BNF, ms. fr 23906, fol. 100 et AN, P 1919-1, no 41572.

77 Bibliothèque municipale de Rouen (BMR), ms. m 230, comptes de la vicomté de Montivilliers. Il existe une ordonnance réglementant la draperie d’Harfleur (Ord., t. VI, p. 196, 1376).

78 ADSM, 2E1 /152, fol. 209 vo. Duclair, sur la Seine, est peut-être aussi un des débouchés de la draperie de Pavilly et du pays de Caux.

79 BNF, ms. fr. 26005, no 1520 (285), 9 janvier 1364.

80 Ord., t. X, p. 41-43. Nous avons proposé 20 draps par métier par an.

81 50 livres. Nous proposons 4 sous par drap foulé, voir p. 85.

82 BNF, ms. fr 26000, no 381 ; Michel Nortier, Les sources de l’histoire…, op. cit., no 467.

83 ADSM, 2E1 /152, fol. 144 vo, 15 avril, cité dans le fonds Guitard (ADSM, F 375).

84 Voir document H; Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité; Françoise Piponnier, « Cloth Merchant’s Inventories in Dijon in the fourteenth and fifteenth Centuries », dans Negley B. Harte, Kenneth G. Ponting (dir.), Cloth and Clothing in Medieval Europe. Essay in Memory of Professor Eleanora Mary Carus-Wilson, London, Heinemann, 1983, p. 233-239 ; Simonne Abraham-Thisse, « Achats et consommation des draps de laine par l’hôtel de Bourgogne, 1370-1380 », dans Philippe Contamine, Thierry Dutour, Bertrand Schnerb (dir.), Commerce, finance et société (XIe -XVIe siècle), Recueil de travaux d’histoire médiévale offert à Henri Dubois, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1993, p. 27-70.

85 ADSM, G 636, 637, 643, 644, 679, 681. À Louviers on foule aux pieds ; on a renoncé en 1409 à utiliser le moulin foulon, créé 25 ans plus tôt (Théodore Bonnin, op. cit., t. II-2, p. 13-18).

86 ADSM, G 996/1, 20 juin 1480 et 27 juin 1474. 46 « maistres et ouvriers », entendons à la fois maîtres et artisans, exposent devant le lieutenant du bailli qu’ils sont accoutumés à lever une taxe sur chaque « vallet apprentiz dudit mestier ».

87 ADE, 2 F 3935, no 1460. Aide « pour tourner et convertir tant pour la fortiffication et emparemens de ladite ville comme pour payer les gaiges de leur cappitaine et autres necessitez de ladite ville ». Le document a été partiellement publié dans Jean-Louis Roch, « La Normandie médiévale… », art. cité, p. 60.

88 BNF, ms. fr 26038, no 4490 ; voir : Michel Mollat, Le commerce maritime…, art. cité, p. 14 ; André et Sylvie Plaisse, op. cit., p. 202. Une modération analogue est demandée au même moment pour la ferme de la prévôté de Bayeux (AN, P 1910/1, no 19093, mars 1411) : « il soulloit venir en la dicte ville plusieurs marchans d’amont, qui [autant que] des marchans du pais de Cotentin et du pais d’environ y achettans plusieurs denrrées tant de draps, bestez […] poissons que autres denrrées. »

89 Drap de 15 livres, voir : ADE, 2 F 3935, no 1459 et AME, CC5, no 10, 1417.

90 BNF, ms. fr 26036, nos 4113 et 4246 ; naf 3654, no 238. En 1428 (AN, KK 1338, no 81), aucun tisserand n’est trouvé travaillant après l’heure de Cahouet ; ils sont devenus plus sages. Surtout, la conquête anglaise a entraîné le déclin de la draperie. Saint-Léger est la grosse paroisse drapière d’Évreux, au nord-est du « bourg » ; elle regroupe en 1356 plus du tiers de la population ; plus d’un millier sur les 3 000 habitants de la ville (André et Sylvie Plaisse, La vie municipale à Evreux, 1978, p. 33).

91 Arch. mun. d’Evreux, CC17-22. A. et S. Plaisse, op cit., p. 167 et 202.

92 André et Sylvie Plaisse, op. cit., p. 33. Raymond Van Uytven, « Technique, productivité et production… », art. cité, p. 289-293.

93 Fouages, BNF, ms. fr. 25902, no 162; 25903, no 319; 25904, nos 386, 392, 409. Peut-être 1 200 feux.

94 Voir document H ; Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité ; Philippe Wolff, Commerces et marchands, op. cit., p. 241 (1400-1413) ; Simonne Abraham-Thisse, « Achats et consommation… », art. cité, p. 50-52.

95 Dès le XIIe siècle, voir : Lucien Musset, « Nouveaux documents sur l’industrie textile normande au Moyen Âge », Bulletin de la société des antiquaires de Normandie, t. LIII, 1955-1956, p. 289-293.

96 AN, Z1A/4, 13 février 1410 ns, fol. 290 vo.

97 BNF, ms. fr 26019, no 344/3. Le taux de l’aide n’est pas indiqué ; il pourrait être de 8 ou 12 deniers/livres ; ce qui donnerait 327 ou 218 draps à 20 livres. La « royauté », c’est la partie de la ville relevant auparavant du comte d’Évreux, qui était aussi roi de Navarre ; voir : Augustin Goujon, Histoire de Bernay et de son canton touchant à l’histoire générale de la Normandie, Évreux, Hérissey, 1875.

98 À Chalon, des « petits » et des « grands » draps (Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité, p. 230-241, mi-XIVe siècle et 1370-1371). À Toulouse (Philippe Wolff, Commerces et marchands, op. cit., p. 240, 259). À Dijon (Françoise Piponnier, art. cité). À Genève, au XVe siècle (Frédéric Borel, Les foires de Genève au XVe siècle, Genève, H. Georg, 1892, p. 148-149, et Jean-François Bergier, Genève et l’économie européenne de la Renaissance, Paris, SEVPEN, 1963, p. 335).

99 BNF, ms. fr 26019, no 410.

100 AN, P 1911/1, no 19704.

101 BNF, ms. fr 26019, no 344/3 : entre Pont-Audemer et Cormeilles, Beuzeville, Saint-Maclou, Le Torpt, Les Préaux. Voir aussi : ms. fr 26056, no 1872 : à la foire de Beuzeville, personne n’a pris la ferme de l’aunage, parce qu’il n’y a eu aucun drap ni toile, pour la crainte des « brigands » qui sont sur le pays (15 juillet 1432).

102 ADE, 2 F 3971 (1476, 1486) et 2 F 3972 (1496). Le document a été partiellement publié dans Jean-Louis Roch, « La Normandie médiévale… », art. cité, p. 60. Alfred Canel, Histoire de la ville de Pont-Audemer, Saint-Pierre-de-Salerne, G. Montfort, 1980, t. I, p. 396-397 et p. 401-407 (1481, 1485). Rôles du bail des fermes, 1er octobre. La tannerie est à 61 livres en 1481, 67 livres en 1486, 63 livres en 1496. Pont-Audemer n’est pas une ville dominée exclusivement par le textile, les industries du cuir y sont importantes. Leur rôle devait encore croître aux siècles suivants.

103 BNF, ms. fr 26005, no 1370, 29 juillet 1362 ; Michel Nortier, Les sources de l’histoire…, op. cit., 1973-4, no 1008.

104 François Neveux, Bayeux et Lisieux, op. cit., p. 538, tableau xiii et p. 573. Jean Lesquier, art. cité, p. 96-165. En ce qui concerne le tableau proposé par François Neveux, il faut prendre garde au fait que le taux de l’aide des draps diminue de moitié à partir de 1446, 2 deniers 1/2 pour livre et non plus 5 deniers. Sur Lisieux, voir aussi : Henri de Formeville, Notice historique…, op. cit., 1837.

105 BNF, ms. fr 26002, no 800 ; Michel Nortier, Les sources de l’histoire…, op. cit., 1967-1, no 736 ; Raymond Cazelles, op. cit., no 520. L’aide ne sera levée qu’un mois et demi, jusqu’à la mi-décembre, rapportant 101 livres 5 sous 2 deniers pour les draps.

106 BNF, naf 20026, no 128. Le pain est à 200 livres, la boucherie à 92 livres.

107 Comptes d’Yvon Huart (AN, KK 350, fol. 5 à 171 vo) confirmés par les quittances : BNF, ms. fr 26011, no 1280 (juillet 1371, Michel Nortier, Documents normands, op. cit., no 694) et BNF, ms. fr 26012, nos 1566 et 1573 (octobre-décembre 1374 et janvier-mars 1375, Michel Nortier, ibid., no 875). Sur ces aides, voir les remarques de Maurice Rey, Le domaine du Roi et les finances extraordinaires sous Charles VI, 1388-1413, Paris, Imprimerie nationale, 1965, p. 233 et 237.

108 Les deux principales foires de Caen, enregistrées dans les comptes d’Yvon Huart, sont la foire de la Trinité (moyenne de la draperie 1371-1375 : 13 livres 7 sous ; importance surtout des bestiaux et de la laine, qui fait en moyenne 37 livres 10 sous) et la foire de la Saint-Michel de septembre (moyenne de la draperie : 4 livres 4 sous ; celle de 1371 est aussi dans les quittances : BNF, ms. fr 26011, no 1283).

109 La draperie caennaise est présente à Troyes en 1289 (Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité, p. 230), à Paris en 1337, au Lendit avant 1350 et en 1411, à Angers en 1384, mais elle est absente à Toulouse, à Dijon et à Chalon à la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle (voir document H). Caen est à nouveau présent au Lendit à la fin du XVe siècle. Les serges (tissus de laine peu ou pas foulés, ici de petite dimension), qui ont joué un rôle important avant le milieu du XIVe siècle, semblent ensuite décliner, et ne sont jamais comptabilisées sous une ferme particulière. Le statut de 1368 concerne à la fois les draps et les serges de Caen (Ord., t. V, p. 105).

110 BNF, naf 20026, nos 36-37. Raymond Cazelles, op. cit., no 495. Cuirs et souliers (avec le « sain de harenc ») sont à 220 livres, plus que l’ensemble du textile.

111 BNF, naf 20026, no 178 sq. La laine associée au filé de laine et aux peaux à laine est à 80 livres ; le fil, lin et chanvre, est à 25 livres ; la teinture des draps et des laines n’est pas enregistrée sous une ferme particulière. Cuirs et souliers (avec le « sain de harenc ») sont à 198 livres.

112 Jean-Marie Vallez, « Recherches sur l’histoire économique et sociale de Falaise du XIe siècle à la guerre de Cent Ans », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LV, 1959-1961, p. 60-61.

113 Argentan, le bourg voisin d’Écouché et Alençon sont présents au Lendit à la fin du XVe siècle (voir document H) et les toiles du Perche aussi : Mortagne et L’Aigle (voir p. 237, note 139). Il est vraisemblable qu’à Alençon comme à Bellême et dans le Perche voisin, la production de toiles n’était pas négligeable un siècle plus tôt.

114 François Neveux, Bayeux et Lisieux, op. cit., tableau viii.

115 BNF, ms. fr 26004, no 1128. Raymond Cazelles, Catalogue, op. cit., no 538.

116 En 1408, 2 verges et demie de drap gris valent à Bayeux 27 sous 6 deniers, ce qui ferait 10 livres pour un drap de 20 aunes (François Neveux, Bayeux et Lisieux, op. cit., p. 507).

117 BNF, ms. fr 23904, fol. 97-122 (diocèse de Bayeux) : boulangerie 22 livres 10 sous ; boucherie 30 livres ; les « restes » sont les sommes baillées par le clerc du receveur, celui-ci s’étant absenté de son office et du pays avant le terme. Moyenne trimestrielle 1370-1377 (François Neveux, ibid.) : boulangerie 69 livres ; boucherie 113 livres.

118 AN, P 1918/1, no 34989. Le « boujon » est, en Normandie, la règle servant au contrôle des draps, et ce contrôle lui-même. En 1475, à Bayeux, chaque marchand qui vend drap, tant de la ville que de dehors, doit faire sceller son drap pour 2 deniers, c’est la « merq du prevost », exigée pour toute vente de drap en gros. Nous n’avons pas ici un sceau très classique (AN, P 1932/5, Bayeux).

119 Taxe du sceau : à Caen : Ord., t. V, p. 105 (1368) ; à Saint-Lô : Ord., t. VI, p. 96 (1371, 1375).

120 AN, KK 350, fol. 2, 283-308. Le pain est à 8 livres ½ par trimestre en 1376 et à 25 livres en 1377. En avril-juin 1377, la ferme des « grands draps, petits draps et laines » n’apparaît que sous l’appellation « grands draps » ; ces grands draps, comme pour les autres trimestres, doivent comprendre aussi les petits draps et les laines ; les appellations des fermes peuvent être trompeuses. Peut-être devons nous supposer, pour Saint-Lô, que l’appellation « grands draps » englobe aussi les petits draps ?

121 BNF, ms. fr 26003, no 1039. Raymond Cazelles, Catalogue, op. cit., no 542.

122 La production de Torigni dépasse donc celle de Bayeux, dans ce tarif (BNF, ms. fr 23904, fol. 103, 113-115).

123 La ferme des moulins fouleurs de Torigni en 1408 : 100 livres, avec 4 sous par drap et 25 % pour les fermiers (voir p. 85).

124 Léopold Delisle, Actes normands de la Chambre des comptes sous Philippe de Valois (1328-1350), Rouen, Le Brument (Société de l’histoire de Normandie), 1871, p. 322, no 182. « Bourre » : déchets de laine (Dominique Cardon, op. cit., p. 109).

125 Françoise Piponnier, art. cité, p. 245-246 (prendre garde à une erreur de localisation de Torigni sur la carte). Les draps de Torigni sont présents à Dijon, au Lendit et à Chalon (Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité, p. 230-231 et 239).

126 Paul Le Cacheux, « La draperie de Saint-Lô au Moyen Âge », Notices, mémoires et documents publiés par la société d’agriculture, d’archéologie et d’histoire naturelle du département de la Manche, Saint-Lô, Imprimerie Jacqueline, 1921-1933, p. 68-96. Saint-Lô prétend être « la tierce ville de drapperie de nostre pais et duchié de Normandie et des dix sept villes de drapperie de nostre royaume » (Ord., t. XIV, p. 493, 1460). On aimerait savoir quelles étaient, selon eux, les deux premières.

127 Ord., t. VII, p. 217, 1388.

128 1 500 fils de compte. Michel Dubois, « Fragments d’un règlement… », art. cité, p. 97-101. Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité, p. 233.

129 Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, t. VIII, 2, 1834, no 147, p. 390. Michel Nortier, « Documents manuscrits… », art. cité, p. 32.

130 André Dupont, « À propos du chiffre de la population de la ville de Saint-Lô pendant la guerre de Cent Ans », Notices, mémoires et documents publiés par la Société d’archéologie et d’histoire naturelle du département de la Manche, vol. 66, 1958, p. 131-136 (Dom Lenoir, vol. 7, p. 255, no 18501).

131 BNF, ms. fr 26014, no 1955 (Michel Nortier, Documents normands…, op. cit., no 1060) : boulangerie, 308 livres ; boucherie, 140 livres.

132 BNF, ms. fr 26016, no 2659 (Michel Nortier, ibid., no 1474) : boulangerie, 340 livres ; boucherie, 121 livres.

133 Michel Nortier, « Documents manuscrits… », art. cité ; André Dupont, art. cité. Avant la Peste noire, la population devait atteindre les 20 000 habitants.

134 François de Beaurepaire, art. cité, p. 3-36.

135 BNF, ms. fr 26007, no 463; ms. fr 26011, no 1324; ms. fr 26012, no 1585. Michel Nortier, Documents normands…, op. cit., nos 310, 732 et 895.

136 Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité.

137 BNF, ms. fr 26007, no 352; ms. fr 26011, no 1324; ms. fr 26012, no 1585. Michel Nortier, Documents normands…, op. cit., nos 253, 732 et 895.

138 Voir document H.

139 Par exemple BNF, ms. fr 26006, no 136, 1365 ; voir : Michel Nortier, Documents normands…, op. cit., no 94. Les toiles de Brionne sont au Lendit à la fin du XVe siècle, avec celle de Mortagne au Perche et de l’Aigle (AN, LL 1313, fol. 12-13 vo et fol. 42-43). Non loin de la vallée de la Risle, Louviers est un marché de toiles : en 1361, l’imposition de 12 deniers/livre de la halle aux toiles de la ville est affermée pour 160 livres l’année (BNF, ms. fr 26004, no 1194, Vicomté de Pont-de-l’Arche). Sur les toiles normandes, voir : Jacques Bottin, « Les toiles en France au début de l’époque moderne : production de masse et marché mondial », dans Louis Bergeron et Patrick Bourdelais (dir.), La France n’est-elle pas douée pour l’industrie ?, Paris, Belin, 1998, p. 60-65 et 76.

140 Maurice Rey, op. cit.. Voir aussi Henri Dubois, « Les fermes du vingtième… », art. cité, p. 162-163 : la hiérarchie des fermes éclaire « la structure de l’ensemble commerce-consommation », et elle n’est pas « sans utilité pour esquisser la structure des activités ».

141 BNF, naf 20026, nos 178-181 : à Falaise, 198 livres (cuirs) et 357 livres (textile) ; à Argentan, 54 livres (cuirs), 46 livres ½ (draps, laine, fil), 53 livres (toile et fil).

142 AN, Z1A/1, fol. 187 vo ; voir aussi le cas de Pont-Audemer cité plus haut.

143 BNF, ms. fr 26016, no 2659 : janvier-mars 1380, ferronnerie 6 livres et textile 18 livres 12 sous. Voir aussi l’importance de la ferronnerie à Tinchebray, dans le tarif de la vicomté de Bayeux de 1394 (BNF, ms. fr 23904, fol. 114 vo-115).

144 AN, KK 350 : moyenne annuelle du cuir 247 livres 6 sous, des souliers 117 livres 8 sous, de la sellerie et lormerie 13 livres 16 sous, des « cuiros » (morceaux de cuirs) 14 livres 2 sous, de la pelleterie 52 livres 3 sous. Les guèdes et garances, produites autour de Caen, sont en partie réexportées.

145 BNF, ms. fr 26017, no 45. Laines et « aignelins », 100 livres parisis ; lingerie et tapisserie, 148 livres parisis ; ferronnerie et métaux, 108 livres parisis ; pelleterie et souliers, 181 livres parisis. Agnelin ou aignelin, laine d’agneau en général interdite pour les draps de qualité. Ces baux picards sont en livres parisis (4 livres parisis = 5 livres tournois). « Chausses » : bas de laine.

146 BNF, ms. fr 26009, no 856 ; ms. fr 26013, no 1768. En 1370, la pelleterie, les cuirs et les souliers sont à 90 livres parisis.

147 En 1368 : draps et chausses, excepté la foire Saint-Denis, 300 livres parisis ; toiles et fil, 135 livres parisis ; guèdes, 1 550 livres parisis (Victor de Beauvillé, Recueil de documents inédits concernant la Picardie, Paris, Imprimerie impériale, 1860-1882, t. I, no 39, p. 50-51). En 1372 : draps et chausses, 320 livres parisis ; toiles et fils, 165 livres parisis ; guèdes, 1 500 livres parisis (Emmanuel Lemaire, Archives anciennes de la ville de Saint-Quentin, Saint-Quentin, Poette, 1888-1910, t. II, no 723, p. 306). En 1375 : draps et chausses excepté la foire Saint-Denis, 330 livres parisis ; toiles et fil, 180 livres parisis ; guède, 1 240 livres parisis (BNF, ms. fr 26012, no 1593). En 1377 : draps et chausses, 410 livres parisis ; toiles et fils, 210 livres parisis ; guède, 1 630 livres parisis (ms. fr 26013, no 1864). En 1378 : draps et chausses, 260 livres parisis ; toiles et fils, 210 livres parisis ; guède 1 450 livres parisis (Emmanuel Lemaire, ibid., no 747, p. 335). Les laines et « aignelins » sont en moyenne à 151 livres parisis ; les toiles à 179 livres parisis ; les guèdes à 1 474 livres parisis ; les textiles sans les guèdes à 701 livres parisis et les cuirs et peaux à 392 livres parisis. Voir aussi les remarques de Maurice Rey, op. cit., p. 233-237.

148 Louis Carolus-Barré, « Les xvii villes. Une Hanse vouée au grand commerce de la draperie », dans Comptes-rendus des séances de l’année de l’Académie des inscriptions et belles lettres, 1965, vol. 109, p. 20-30.

149 BNF, ms. fr 11572, fol. 1-9 vo : à Chaumont, 90 livres pour les draps ; à Bar, 90 livres pour les draps, saies et tiretaines. « Tiretaines », laine et lin.

150 Henri Dubois, « Les fermes du vingtième… », art. cité, p. 159-171.

151 Sur cette importance de Châtillon, voir : Françoise Piponnier, art. cité, et Jean Richard, « La laine en Bourgogne : production et commerce (XIIIe -XVe siècle) », dans Marco Spallanzani (éd.), La lana come materia prima. I fenomeni della sua produzione e circolazione nei secoli XIII-XVII, actes de la 1re semaine d’études de l’Institut Datini de Prato (18-24 avril 1969), Florence, Olschki, 1974, p. 337.

152 Hidetoshi Hoshino, op. cit., p. 193, 203.

153 Marc Boone, « L’industrie textile… », art. cité, p. 36.

154 Raymond Van Uytven, « Technique, productivité… », art. cité, p. 290-291.

155 Bertrand Haquette, art. cité, p. 878-882.

156 Sylvain Calonne et Denis Clauzel, art. cité, p. 537, 545 et 563.

157 Peter Stabel, « Les draperies urbaines en Flandre, XIIe -XVIe siècle », dans Giovanni Luigi Fontana et Gérard Gayot (dir.), Wool : Products and Markets (13th -20th centuries), Padoue, CLEUP, 2004, p. 355-380.

Table des illustrations

Titre Tableau 5 : Caen, fermes des aides, exprimées en livres tournois
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 6 : Falaise, fermes des aides, exprimées en livres tournois
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5473/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 7 : Bayeux, fermes des aides, exprimées en livres tournois
Légende * Concerne trois mois en 1361 et en 1370, les moyennes trimestrielles en 1376 et 1377, le total de l’année 1376 (voir : François Neveux, Bayeux et Lisieux, op. cit., tableau viii) et les données de mai 1394 (un mois ?).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5473/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 8 : Saint-Lô, fermes des aides, exprimées en livres tournois
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5473/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 9 : Saint-James, fermes des aides, exprimées en livres tournois
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5473/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 10 : Pontorson, fermes des aides, exprimées en livres tournois
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5473/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search