Version classiqueVersion mobile

Un autre monde du travail

 | 
Jean-Louis Roch

Chapitre IV. Conflits sociaux dans la draperie haut-normande

Texte intégral

Tisserands et drapiers

1L’organisation économique et sociale des centres drapiers, nous avons pu le voir, n’est pas toujours facile à appréhender. Il est cependant possible de l’approcher aussi par le biais des conflits « sociaux », opposant le plus souvent les tisserands et les drapiers (ou foulons). Quatre exemples nous retiendrons ici : Montivilliers, Neufchâtel, Louviers et Eu.

  • 1 Ord., t. XII, p. 456-458.

2À Montivilliers, en 1322, le vicomte, pour faire cesser « la fausseté et les hareles », les grèves, et réglementer la draperie, réunit la communauté des drapiers, le commun des foulons et deux cent teliers (tisserands) : formulation qui déjà révèle la position subalterne des tisserands et le degré moindre de leur organisation. L’ordonnance précise que les maîtres tisserands peuvent, s’ils n’ont ouvrage en leurs maisons, aller gagner leurs journées par la ville et que les valets tisserands ne peuvent « faire place commune ni harele1 ». Le conflit, comme nous le verrons, porte entre autre sur les heures de travail, mais il va aussi se déplacer dans la rue, lors des processions des confréries, et concerner, nous pouvons le supposer, le contrôle du métier.

  • 2 Tarif parisien de 1337 (voir document H). En 1340 (AN, JJ 74, no 473, fol. 275 vo), les drapiers d (...)
  • 3 ADSM, 1 B 39, fol. 68 (1463); 1 B 25, fol. 126 (1448); 1 B 29, fol. 78 vo (1454); 1 B 31, fol. 99 (...)
  • 4 Caudebec, voir document B, § 16. Gruchet, voir : Louise Chaumet, art. cité (corriger la lecture er (...)
  • 5 Dieppe, 1358 (Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 31-34). Gisors, 1547 (Louis Passy, op. cit., (...)

3Neufchâtel apparaît comme centre drapier dans nos sources dès 1337 et 13402. La draperie a un sceau à partir de 1434, et déclinera dans le dernier tiers du XVe siècle, au profit de Saint-Saëns. Les registres de l’Échiquier révèlent un conflit qui dure de 1448 à 1464, entre les maîtres et ouvriers du métier de « tistre » en draps à Neufchâtel et Nogent et le métier de draperie, c’est assavoir de fouler, laner et tondre. Les drapiers ici sont les foulons et laneurs et ils s’opposent à l’entérinement des lettres de 1434, « faisant mencion comme iceulx tisserens disoient qu’ilz devoient estre paiez de leur ouvrage et de la façon des draps par eulx tissus à l’aulne de drap escru et qu’à chacun drap fut mis un scel […] pour approbation qu’il fust bien et deument tissu3 ». Les raisons de ce conflit ne sont pas claires ; en quoi payement à l’écru et sceau sont-ils liés ? Pourquoi les drapiers estiment-ils que l’ordonnance est « en leur préjudice et du tout à leur charge ». Ils ajoutent, d’une part, que, selon l’ordonnance mise sur le métier des tisserands, ils peuvent eux-mêmes « avoir en leurs maisons mestiers et faire appareillier du tout leurs draps par lesdits tisserans ou autres pourvu qu’ilz feussent de loyalle aprinse » (apprentissage), et, d’autre part, que, pour entrer dans le métier de tisserand, cela était « de grant coust, qui povoit ausdits drappiers tourner a dommage ». Ce coût doit correspondre à une augmentation des droits d’entrée, qui manifeste une autonomie croissante des tisserands. L’Échiquier de 1463 accorde aux tisserands le « sallaire » à l’aune de drap écru et le sceau « dont l’un des jurez d’icelui mestier de tisserant aura la garde ». La question du paiement à l’aune de drap écru ou à l’aune de drap « prêt », terminé, n’est pas éclairée par le texte. Les maîtres et ouvriers de la draperie de Caudebec se payaient « au prest et non à l’escru ». Ceux de Gruchet à l’écru et non au prêt4. Le drap écru est plus long que le drap foulé et apprêté, mais on comprend mal comment le tisserand pourrait être payé au prêt. Il s’agit sans doute d’un délai de payement que s’étaient octroyé les drapiers. Le paiement à l’écru est lié au sceau, qui, nous l’avons vu, est un sceau après tissage, donc sur le drap écru. On peut alors supposer que le métier de tisserand est en train de se renforcer à l’intérieur de la draperie, face aux drapiers, et que le sceau n’a pas pour seul but de garantir la qualité du tissage. L’Échiquier de 1464 éclaire ce qui est à l’arrière-plan du conflit. Les drapiers avaient demandé aussi qu’il leur fut « permis de faire tistre leurs draps ou bon leur sembleroit » ; les tisserands réclamaient pour leur part « que lesdits drapiers feussent subgets de faire tistre par lesdits tisserrans dudit Neufchastel tous les draps par eulx drapez ». La cour déclara que « doresenavant aucuns draps ne seront scellez du scel ordonné en ladite ville du Neufchastel s’ilz n’ont esté tissus en icelle ville et banlieue ». Le sceau était ainsi un moyen de s’assurer le monopole urbain du tissage. Il semble bien qu’en effet, ailleurs aussi, ce monopole ait été revendiqué plus particulièrement par les tisserands5.

  • 6 ADSM, G 996,1 (16 août 1474) ; voir aussi : Théodore Bonnin, ibid., t. III, p. 6 et 22.
  • 7 ADSM G 996,1 (15 février 1481 et 19 novembre 1476) et G 991 (20 août 1481, document E).

4À Louviers les métiers sont sous le contrôle de l’archevêque. Il n’existe ici qu’un métier de la draperie. Le métier de tisserand semble cependant s’affirmer davantage dans la deuxième moitié du XVe siècle ; ils obtiennent ainsi l’autorisation de se cotiser pour des œuvres « méritoires »6. De 1476 à 1482, ils entrent, comme nous le verrons, en conflit avec les drapiers au sujet des heures de travail7. Les tisserands semblent avoir accepté de travailler davantage, mais obtenu confirmation de leur monopole sur le tissage. Mais un autre conflit renaît à partir de 1491 et se terminera à l’Échiquier en 1511 : les tisserands peuvent-ils « parer », c’est-à-dire draper ? À Louviers, comme à Montivilliers, deux conflits se succèdent, d’abord au sujet des heures de travail, puis pour le contrôle du métier.

  • 8 Albert Legris, op. cit., p. 187 et 235 ; Suzanne Deck, op. cit., p. 221-222. Parer : fouler, apprê (...)

5Un conflit analogue à celui de 1491-1511 à Louviers avait éclaté à Eu au milieu du XIVe siècle, entre les tisserands et les « pareurs8 ». Les premiers prétendaient parer leurs propres draps, qu’ils avaient tissés, mais aussi les draps « de ville estrange que l’en leur aloue » en leur maison ; ce dernier point leur fut refusé après enquête à Aumale et Abbeville (1343). En 1355, une nouvelle ordonnance communale autorise les pareurs à avoir métier à tisser et valets tisserands en leur maison ; et réciproquement, les tisserands pourront employer un valet pareur. Il est tentant de voir dans le conflit d’Eu, au milieu du XIVe siècle, le début d’un processus, l’émergence de l’artisan entrepreneur, et dans le conflit de Louviers au début du XVIe siècle, non pas tout à fait la fin de ce processus, ni la victoire du tisserand, mais sa résistance opiniâtre à la pression croissante des drapiers et des marchands. Mais de l’un à l’autre, le degré d’organisation des métiers n’a fait que se renforcer et a permis, parfois, aux tisserands du lieu d’imposer leur monopole sur le tissage. On pressent que le tisserand, que l’on considère souvent comme la victime malheureuse du sens de l’histoire et de la montée en puissance du capitalisme commercial, a parfois réussi à se défendre et que sa « prolétarisation » ne s’est pas faite en un jour.

6En Normandie, le plus souvent, comme l’a montré l’exemple de Neufchâtel, le tisserand travaille pour un drapier qui est aussi foulon ou laneur. Les conflits qui traversent la draperie sont multiples ; ils concernent les heures, le recours aux moulins, la possibilité d’avoir chez soi les instruments du métier complémentaire, le salaire à l’écru ou au prêt, le monopole accordé au tissage urbain, le contrôle de la production. Ils ne sont donc pas spécifiques du travail salarié, mais peuvent tout aussi bien concerner le travail à façon, et, parfois même, l’artisan entrepreneur.

La question des heures de travail9

  • 9 Ce chapitre reprend une intervention au 127e congrès des sociétés historiques et scientifiques de (...)

7Les archives normandes révèlent ainsi un certain nombre de conflits, entre tisserands et drapiers. Les exemples de Montivilliers et de Louviers ont montré le rôle des heures dans ces conflits. Il nous faut à présent éclairer les enjeux qui sous-tendent cette question des heures et mieux comprendre comment ces conflits s’articulent eux-mêmes à d’autres conflits, portant en particulier sur l’accès au marché. Et l’on n’hésitera pas à élargir l’enquête à Rouen ou Évreux, mais aussi à des régions voisines de la Normandie et à quelques conflits bien connus des historiens, Amiens en 1335 ou Beauvais en 1390.

  • 10 Jacques Le Goff, « Au Moyen Âge, temps de l’Église et temps du marchand » et « Le temps du travail (...)
  • 11 Gerhard Dohrn-van Rossum, L’histoire de l’heure, l’horlogerie et l’organisation moderne du temps, (...)
  • 12 Bronislaw Geremek, Le salariat…, op. cit., p. 106.

8Les heures de travail furent un objet fréquent de conflits aux deux derniers siècles du Moyen Âge. Deux articles de Jacques Le Goff avaient soulevé la question et l’avaient mise en rapport avec la diffusion des horloges publiques et des heures « égales », qui auraient marqué le triomphe du temps des marchands et des drapiers sur le vieux temps de l’Église, aux heures inégales10. Le livre de Gerhard Dohrn-van Rossum, l’Histoire de l’heure11, est venu compléter et corriger les remarques de Jacques Le Goff. D’autres recherches avaient déjà montré la complexité de la question des heures de travail. Ainsi Bronislaw Geremek, dans son étude sur le salariat dans l’artisanat parisien explique que le déroulement de ces conflits apporte « des éléments indispensables à la compréhension de la nature des conflits du travail et, plus généralement, à celle des rapports de production dans l’artisanat12 ». On étudiera ici ces conflits, tournant autour du temps de travail, comme un outil permettant d’éclairer les rapports sociaux à l’intérieur du monde professionnel de la draperie.

  • 13 S’il n’y a pas au Moyen Âge « un » marché de l’emploi, au sens abstrait que ce terme acquerra à pa (...)
  • 14 Gerhard Dohrn-van Rossum, op. cit., p. 303.

9Pourquoi les heures de travail deviennent-elles un enjeu aux derniers siècles du Moyen Âge ? L’époque voit la diffusion du salariat. Or, d’une part le salaire au temps est un salaire à la journée, donc relativement rigide, d’autre part les limites de la journée restent longtemps peu précises. La tentation est donc grande, tant du côté patronal que du côté des salariés, de faire pression, soit pour allonger, soit pour raccourcir la journée ouvrable. Ces tentations sont, bien sûr, à relier à la situation du marché de l’emploi13. L’abondance de main-d’œuvre, jusqu’à la veille de la peste noire, gonfle l’armée de réserve du travail et permet aux patrons de faire pression sur les salaires ou d’allonger la durée du travail. La pénurie de main-d’œuvre, qui suit la peste noire, place au contraire les salariés, pour un temps, en position de force. Un élément vient pourtant perturber le libre jeu de l’offre et de la demande sur le marché de l’emploi : la mise en place, la cristallisation croissante des métiers, des corporations, capables de s’assurer un monopole local de production et de vente et de développer un protectionnisme, qui, ici ou là, a pu devenir un malthusianisme, en élevant les droits d’entrée, en allongeant la durée de l’apprentissage, en réglementant le chef-d’œuvre. Freiner l’entrée dans le métier, ce n’est pas seulement assurer du travail à tous ceux qui y sont déjà, c’est aussi une manière de faire pression sur les salaires ou les conditions de travail, en limitant l’offre de travail de la part des salariés, autrement dit les demandes d’emploi. La capacité croissante du monde du travail à s’organiser a donc des conséquences quant à la question des heures. Comme Gerhard Dohrn-van Rossum l’a rappelé, il existe en réalité deux types de conflits et deux types de régulation concernant les heures de travail : d’une part ceux qui sont liés au salaire au temps, d’autre part les conflits entre membres des corporations, réclamant des temps de travail identiques et donc des possibilités de revenus identiques, afin de limiter la concurrence et maintenir l’emploi ; l’interdiction du travail de nuit entre dans ce cadre14. Or ces deux types de conflits ne concernent apparemment pas les mêmes individus ; on aurait d’une part les salariés à temps, d’autre part de petits patrons, travaillant à façon ou pour eux-mêmes, dans leurs ateliers. Qui plus est, ces deux types de conflits et de régulation peuvent être étroitement mêlés, ce qui rend leurs enjeux parfois peu clairs au regard des historiens. Il faut alors prendre garde à la manière dont ils s’associent ou dont ils s’opposent. Nous étudierons ici quelques exemples et de manière chronologique, parce que la chronologie est la meilleure manière d’approcher les rapports entre la question des heures et la conjoncture, la situation du marché de l’emploi.

La seconde moitié du XIIIe siècle et la première moitié du XIVe siècle

  • 15 Georges Espinas et Henri Pirenne, op. cit., t. II, p. 72, 83,103, nos 235, 239, 256.
  • 16 Ibid., t. I, p. 200. Jacques Le Goff, « Le temps du travail… », art. cité, p. 69.
  • 17 René de Lespinasse, op. cit., t. III, p. 96. Gustave Fagniez, Documents…, op. cit., t. I, no 241, (...)
  • 18 François Bonnardot et René de Lespinasse, Le livre des métiers d’Étienne Boileau, Paris, Imprimeri (...)

10Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, la diffusion du salariat rend plus aiguë la question des heures de travail. C’est à ce moment-là que se multiplient les cloches de travail, qui utilisent encore les heures inégales. À Douai, au milieu du XIIIe siècle, les tisserands ne peuvent tisser le matin avant la cloche des « teliers », ni le soir après qu’elle est sonnée ; les valets foulons doivent venir à la maison de leur maître avant la sonnerie de la « bancloke », et ne doivent pas aller boire ou manger avant d’avoir fait leur journée15. Les deux types de régulation sont déjà en place, d’une part pour les tisserands travaillant à façon, d’autre part pour les foulons salariés à la journée. Les foulons sont particulièrement concernés par la question des heures, c’est un métier où la main-d’œuvre salariée est nombreuse. À Arras, en 1315, une ordonnance fait droit à la réclamation des valets foulons, qui demandaient, dit Jacques Le Goff, « des journées plus longues et des salaires plus élevés ». Curieusement, ajoute-t-il, « on voit les ouvriers eux-mêmes demander l’allongement de la journée de travail […] c’est, dirions-nous aujourd’hui, la revendication d’heures supplémentaires16 ». En réalité, l’ordonnance se contente de fixer le salaire journalier et demande aux valets, ayant travaillé une journée, de laisser la priorité le lendemain aux autres. Dans le texte, les valets réclament simplement « avoir grans journees et greigneurs feurs », plus grand salaire ; le terme « journée » lui-même signifie, ici, salaire à la journée. On voit mal, d’ailleurs, les foulons demander plus longues journées, alors que, visiblement, il n’y a pas de travail pour tous. Nous nous trouvons, à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle, dans une période où l’offre de travail dépasse la demande, et où l’allongement de la durée du travail serait plutôt dû à la pression des employeurs. C’est cette interprétation qu’avait proposée Bronislaw Geremek au sujet du conflit de 1277 entre maîtres et valets foulons parisiens17. Les valets se plaignaient « que les maistres les tenoient trop tart de leurs vesprees ». Le prévôt de Paris décide que les valets feront leurs journées jusqu’à vêpres et que la « vesprée » durera ensuite jusqu’à soleil couchant. Il existe en effet dans le métier des foulons parisiens une pratique ancienne des heures supplémentaires, attestée déjà dans le Livre des métiers de 126818 ; le valet cesse le travail à vêpres, mais le maître peut s’accorder avec lui et le garder pour la « vesprée », ou aller en embaucher un autre. Les heures supplémentaires sont apparues très tôt, au moins dans certaines professions particulièrement fatigantes. Le jour ouvrable n’est déjà plus le jour solaire. C’est cette première « victoire ouvrière » que les employeurs s’efforcent de grignoter, en faisant mordre la vesprée sur la nuit, aux dépens de la santé des travailleurs. Les maîtres profitent d’une situation, qui doit déjà leur être favorable, où l’offre de travail (de la part des salariés) dépasse la demande du marché. Et la situation du marché de l’emploi doit leur rester favorable jusqu’à la veille de la peste noire. Donnons-en deux exemples, Montivilliers en 1322-1332 et Amiens en 1335.

  • 19 Ord., t. XII, p. 456-457.
  • 20 AN, JJ 66, no 658, fol. 275 ; voir document A. Sur la lieue comme mesure de temps, voir : Gerhard (...)
  • 21 Ord., t. XII, p. 457.

11À Montivilliers, l’ordonnance promulguée en mars 1322, pour ôter les faussetés et les « hareles » dans la draperie, est lue devant grande foison de gens qui la tinrent bonne et loyale, « sauf aucuns des teliers [quelques-uns des tisserands] qui debattoient leur hore tant seulement ». Le texte n’en dit pas plus sur l’heure. La journée ouvrable allait du soleil levant au soleil couchant. L’heure fut mise en office de justice19. L’affaire trouve sa conclusion devant la justice royale en avril 1332. Chacun avait obtenu entre-temps des ordonnances : les drapiers demandaient qu’en hiver les valets tisserands arrivent un peu plus tôt et partent un peu plus tard ; les tisserands demandaient qu’en été ils ne travaillent que « jusques a une lieue devant le soleil couchant » – une lieue pourrait correspondre à trois quarts d’heure20. Les drapiers voulaient allonger la journée de travail, les tisserands la réduire. La décision de 1332 entérine l’ordonnance de 1322 et l’horaire traditionnel. Dans cette affaire, les maîtres tisserands ont été solidaires des valets – c’est qu’ils sont d’un niveau social voisin –, et s’ils ne trouvent pas à travailler chez eux, ils peuvent « aller gaaigner par la ville leurs journees21 ».

  • 22 AN, JJ 74, no 60, fol. 35 : qu’ils « puissent faire leur dicte confrarie et avoir leur dicte banni (...)
  • 23 Ord., t VI, p. 473.
  • 24 AN, K 930, nO 11, voir document H.

12La tension entre les tisserands et les drapiers et foulons perdurait encore en 1343, et les heures n’étaient pas seules en cause. Les premiers avaient créé leur propre confrérie, mais ils se heurtaient à la malveillance des foulons et des drapiers : les « foulons et aucuns autres marchanz de draps et habitans de ladite ville » s’efforcent d’empêcher « audit commun desdiz tisseranz à faire leur dite confrarie », c’est-à-dire faire la procession de la confrérie ; ils « ont vergoné [couvert de honte] la banniere desdiz tisseranz, et avec ce ont fait plusieurs ordenances de leur autorité […] qu’aucune feme qui soit de la confrarie desdiz foulons ne seroit jamais feme de tisseranz22 ». En fermant l’accès au mariage, les foulons (et drapiers) fermaient l’accès au marché, la possibilité de devenir drapier. L’ordonnance de 1380 montre qu’il n’y a qu’un métier de la draperie. Les gardes jurés sont « establiz par nostre vicomte […] au conseil des bourgeois et drappiers de ladite ville23 ». Les foulons et les drapiers sont solidaires face aux tisserands. Dans l’enquête de 1383, à Saint-Denis, on constate d’ailleurs, parmi ceux de Montivilliers, un nombre inhabituel de « foulons et drapiers », de marchands qui sont à la fois foulons et drapiers24. L’interdiction de la place d’embauche, le problème des heures, le conflit entre confréries, témoignent à Montivilliers, au moins dans la première moitié du XIVe siècle, à la fois de la position très subalterne des tisserands, mais aussi de leur capacité de résistance.

  • 25 Augustin Thierry, op. cit., t. I, p. 578-583, no 234. Édouard Maugis, Recherches sur les transform (...)
  • 26 Édouard Maugis, op. cit., p. 344.
  • 27 En période de difficultés, dans les années 1430-1440, certains maîtres s’en vont travailler après (...)

13À Amiens en 1335, à la demande des artisans de la draperie et en particulier des tisserands, l’échevinage installe une cloche du travail, sonnant quatre fois le jour. Contre toute attente, les artisans des trois « bannières » de la draperie vont très vite s’opposer à l’échevinage et le faire venir devant la justice du bailli. Ils voulaient que ceux qui travaillent en dehors des heures fixées soient frappés d’une amende, « quar se chascuns pooit ouvrer a tele heure comme il vorroit [voudrait], jamais on ne trouveroit loiele piece de drap » ; alors que l’échevinage voulait, lui, mieux contrôler les horaires des ouvriers à journées, « pour ce qu’il le feissent souffissament ». Il voulait aussi que ceux qui travaillaient à la tâche ne soient pas contraints par les heures. Il reprochait aux maîtres et aux valets de s’être tus de ces choses. Le bailli décide que la nouvelle cloche ne concernerait que les ouvriers à journées25. Les deux types de régulation et de conflits concernent les mêmes cloches. Ainsi les mêmes heures sont défendues par les artisans et par les échevins, mais avec des visées opposées : interdire de travailler hors des heures, pour tous, ou contraindre à travailler dans les heures, pour les ouvriers à journées. La clameur des artisans contre l’échevinage peut-elle éclairer les rapports de production ? « Poursuite étrange de la part des tisserands, remarquait Édouard Maugis, leur statut de 1308, auquel l’arrêt de 1335 se réfère constamment, ne semble concerner que le travail à la pièce26 ». Et pourquoi se taisent-ils au sujet du travail à la tâche et des ouvriers à journées ? Face à un échevinage, qui prend le parti du « grand capital », ou plutôt d’un groupe plus large de marchands et de bourgeois, qui recourent au travail à la tâche ou à la journée, maîtres et valets sont, ici comme à Montivilliers, solidaires27. Dans un monde artisanal très atomisé, où le travail à façon est important, les maîtres ne cherchent pas tant à faire davantage travailler leurs valets, qu’à limiter la concurrence entre eux-mêmes et à résister à la pression marchande. Et c’est bien là qu’est, à ce moment là, la ligne de partage, la grande fracture.

  • 28 Ord., t. XII, p. 521-522, lettres au bailli de Senlis et t. II, p. 58 (novembre 1330). Voir aussi  (...)

14Il faut peut-être aller plus loin. Les cloches du travail ont eu pour fonction, en particulier, de lutter contre les abus des salariés à temps, mais ces abus ne sont pas nécessairement de toutes les époques. Nous ne sommes pas dans l’après-peste, où les salariés bénéficieront d’une position de force sur le marché du travail et, si l’on peut dire, en abuseront. Nous nous trouvons cependant dans une situation assez voisine, mais pour une tout autre raison, la pratique des mutations monétaires. Depuis le « renforcement » de 1329 et le retour à une monnaie forte, les ouvriers ont voulu exiger les mêmes salaires qu’en monnaie faible. Les autorités ont dû bloquer les salaires. Les salariés ont alors écourté la journée de travail, comme le montre l’ordonnance de Philippe VI en mars 133128. Or, cette période de monnaie forte dure jusqu’en 1337. Il est possible que des pratiques de raccourcissement de la journée de travail se soient alors développées à Amiens.

  • 29 Ord., t. XII, p. 92-93, lettres du bailli de Senlis, confirmées par Philippe VI en mars 1350. En é (...)
  • 30 Élisabeth Carpentier et Michel Le Mené, La France du XIe au XVe siècle. Population, société, écono (...)

15À la veille de la peste noire, en 1346, à Senlis, vingt-huit valets foulons s’opposent à quatre maîtres du métier au sujet des heures de travail : les maîtres voulaient que les valets travaillent, en hiver, jusqu’à complies, ce à quoi les valets s’opposaient ; le bailli décide qu’ils ne travailleront que jusqu’au dernier coup de vêpres, donc avant complies29. Il est vraisemblable que, dès avant la peste noire, la situation du marché de l’emploi s’était retournée au profit des salariés et que l’on souffrait déjà d’un manque de main-d’œuvre30.

L’après peste noire : la deuxième moitié du XIVe et le début du XVe siècle

  • 31 Ord., t. V, p. 596 ; exemple très clair des stratégies visant à dénouer le couplage heures (ou sal (...)
  • 32 Sur Auxerre, voir : Alessandro Stella, « Un conflit du travail dans les vignes d’Auxerre aux XIVe (...)
  • 33 Comines (1359, tisserands) et Thérouanne (1367, foulons et ouvriers mécaniques), voir : Georges Es (...)
  • 34 Alessandro Stella, « Un conflit du travail… », art. cité, p. 223.

16Après 1348, la raréfaction de la main-d’œuvre entraîne une hausse brutale des salaires. Le blocage autoritaire des salaires va alors pousser les salariés à jouer sur la durée du travail et à découvrir les joies du temps libre, créant une situation sans doute inédite dans l’histoire. À Troyes, dès 1358, devant les abus des tisserands, on autorise les drapiers à aller « faire tixtre leurs draps autre part », afin de faire revenir les tisserands « a raison »31. Ailleurs, la réaction sera plus tardive. Dans un premier temps, disent les propriétaires de vignes à Auxerre en 1393, on a toléré aux vignerons, par pitié, « qu’il se partissent de leur ovraige plus tost qui ne soloient [avaient coutume] », mais il est temps de revenir à des horaires décents32. Passés les premiers flottements de l’immédiate après-peste, toute une série de conflits viseront à remettre les pendules à l’heure. Mais en ces temps incertains, tout se négocie y compris les cloches de travail. On en crée de nouvelles comme à Comines en 1359, mais on en supprime d’autres, au moins pour un temps, comme à Montreuil ou Thérouanne, pour les scandales qu’elles occasionnent parmi les ouvriers33. La diffusion des horloges publiques, à heures égales, dans les années 1370-1380, permettra de clarifier la question des heures ; il n’est pas certain qu’elles aient eu pour seule fonction de mettre les salariés rétifs au pas, comme le pensait Jacques Le Goff. Comme le dit Alessandro Stella, « la journée de travail réglée à un nombre d’heures fixe a été aussi une conquête des dépendants34 ».

  • 35 Arrêt du Parlement de Paris ; Gustave Fagniez, Documents…, op. cit., t. II, no 60, p. 135-144. Voi (...)

17Un conflit dans la draperie à Beauvais, en 139035, débouche sur la construction d’une horloge publique, à la suggestion des tisserands. La draperie est ici dominée par quelques grands maîtres tisserands. On ne parle pas de « drapiers ». Les arçonneurs (préparant les laines) et les laineurs (apprêtant les draps après tissage), qui sont de petites gens, ont gardé l’accès au marché, en faisant travailler les autres, mais sont souvent obligés de se louer eux-mêmes une partie de l’année. Ils bénéficient depuis la grande peste d’horaires aménagés assez favorables. Les tisserands, à l’instigation de quelques grands maîtres de leur métier, qui sont aussi marchands de laine, veulent depuis peu s’aligner sur leurs horaires et réclament un salaire plus élevé. Les grands maîtres jouent ici de la solidarité de leur métier pour affaiblir les métiers voisins et accroître leur contrôle sur l’ensemble du processus. Ce n’est plus tout à fait la situation d’Amiens en 1335. La ligne de fracture s’est déplacée à l’intérieur du monde artisanal, et ce déplacement est significatif des transformations qui affectent les rapports sociaux dans le textile, après la grande peste. Chacun des métiers accuse l’autre d’accroître les taxes d’entrée, d’allonger l’apprentissage, de développer ce que nous appellerions un malthusianisme. Ce couplage heures de travail/protectionnisme du métier, nous le retrouverons ailleurs ; il constitue sans doute une des articulations importantes des conflits du travail à la fin du Moyen Âge.

  • 36 En Toscane, le passage à la fin du XIVe siècle au travail a cottimo, à forfait, correspond au déve (...)
  • 37 La pratique de rabattre les heures non faites a dû se diffuser à la fin du XIVe siècle. On la retr (...)
  • 38 Règlement de l’évêque confirmé par Henri VI (Ord., t. XIII, p. 52-54).

18Le Parlement décide d’aligner les horaires des tisserands et des laineurs et de laisser les arçonneurs travailler à tâche ou à façon. La diffusion du travail à la tâche ou à façon fut peut-être une manière de répondre aux journées raccourcies des salariés dans l’après-peste36. Le passage à l’horloge et aux heures égales met fin à certains abus et permet un meilleur contrôle sur les pauses, avec retenues pour heures non faites37, mais n’allonge pas la journée de manière significative. Ce sera le cas, quelques années plus tard, à Beauvais en 1424, dans une situation de crise, où la journée d’hiver des tisserands et des laineurs passe de 7-17 heures à 6-18 heures38.

  • 39 Ord., t. VI, p. 367. La none de Notre-Dame correspond à 16 h-16 h 30.
  • 40 AMR, S3, fol. 66.
  • 41 En 1424 (Ord., t. XIII, p. 68-74). En 1451 (AMR, S3, fol. 82 vo).

19À Rouen, dans la seconde moitié du XIVe siècle, on voit se développer, dans la draperie, la pratique des heures supplémentaires. En 1378, les foulons doivent travailler jusqu’au retrait de none Notre-Dame, mais ils peuvent aussi travailler jusqu’à l’autre heure accoutumée, complies, qui précède la fin du jour. De même, les laineurs peuvent partir ou rester « pour deux deniers de proufit ou de rabat » ; de même pour la « disnée », notre déjeuner, le valet peut rester, du consentement de son maître, et il est payé39. Heures supplémentaires et retenues pour heures non faites semblent, ici, presque se confondre. En 1394, ces pratiques semblent entérinées : « doivent les tisserans, foullons, laneurs et tondeurs faire leurs journées selon ce qu’ilz seront loez et aient leurs heures en la manière accoustumée, c’est assavoir qu’ilz feront leurs journées complectes et auront leurs dites heures, c’est assavoir les laneurs quatre deniers oultre ce qu’ilz gaigneront pour journée et les tisserans deux deniers40. » Les heures supplémentaires sont payées mais ne semblent plus facultatives. Elles ne seront d’ailleurs plus mentionnées dans les ordonnances ultérieures41. Elles ont sans doute été une manière de répondre à la pression des salariés et au raccourcissement de la journée de travail. À côté du blocage des salaires, il a existé des pratiques plus subtiles, stratégies ou négociations, pour intégrer la poussée salariale.

  • 42 Philippe Lardin, « Les rythmes du travail à Rouen à la fin du Moyen Âge : l’exemple du bâtiment », (...)
  • 43 AMR, S3, fol. 68-69. Sur la draperie foraine, voir chap. ii.
  • 44 AMR, A5, fol. 180 vo, 184-184 vo et Charles de Beaurepaire, Inventaire, p. 34. Au lieu de iiii heu (...)

20Une certaine reprise économique, à la fin du XIVe et au début du XVe siècle, va d’ailleurs pousser employeurs et salariés à allonger plus qu’à raccourcir la journée de travail. En juillet 1390, à Rouen, les responsables de la ville veulent réduire les temps de pause des maçons à deux heures par jour42. Dans la même ville, en 1401, les foulons, laineurs et tondeurs de la draperie « foraine » se plaignent que les ouvriers de leur métier « entroient en besongne a telle heure comme ilz voulloient, qui estoit ou grant vitupere et deshonneur dudit mestier ». Le bailli décide que « desormaiz les ouvriers alans a journee pour gaengnier et ouvrer d’icelluy mestier entreront et vendront a l’œuvre a l’heure de solleil levant en quelque temps que ce soit, en esté ou en yver, et lairont œuvre a heure de complye et non plus tost ». Les maîtres et leurs apprentis pourront travailler avant et après ces heures « a la lueur du jour seullement43 ». Quelques années plus tard, à Rouen en février 1409, les petits artisans « drapiers » s’opposent aux gardes du métier de la « grande » draperie et aux gros drapiers, qui achetaient des draps tissés sur le plat pays, au lieu de faire travailler ceux de la ville. Le « descort » tenait aussi « au fait de la lymitacion de leurs heures » ; certains pensaient que « bonne chose et prouffitable seroit que bonne ordonnance fust mise aux diz drappiers de venir a euvre ouvrer, c’est assavoir a IIII heures devant midi pour venir ouvrer et s’en partir a VIII apres midi44 ». On décida, semble-t-il, de s’en tenir aux anciennes ordonnances. Cette question de la « limitation » des heures n’est pas claire. La fin de la journée étant fixée traditionnellement à complies, huit heures du soir devait mordre une partie de l’année sur la nuit. Les horaires proposés sont des horaires d’été taillés large et ils doivent concerner la journée ouvrable pour tous. Cette volonté d’élargissement de la journée ouvrable, dans une période de croissance, pourrait être le fait des gros drapiers, contraints dans le même temps d’aller se fournir sur le plat pays, pour répondre à la demande. Ceux qui s’opposaient à eux étaient, au moins en partie, des maîtres artisans. Nous retrouverions ici le couplage de la question des heures avec l’étroitesse de l’offre de travail générée par le protectionnisme des métiers.

  • 45 BNF, ms. fr 26036, nos 4113 et 4246 et naf 3654, no 238. L’heure de « cahouet », sonnée à l’église (...)

21Les petits artisans n’étaient cependant pas toujours opposés à la déréglementation des heures. Il faut se garder de l’idée toute faite que les gros veulent toujours faire travailler davantage et que les petits ne pensent qu’à alléger leurs horaires. Dans ce monde artisanal, les petits patrons sont d’ailleurs souvent presqu’aussi nombreux que les valets. À Évreux, des amendes frappent les tisserands travaillant après l’heure de « cahouet » ; des listes ont été conservées en 1408, 1410 et 1415 : une centaine de tisserands, certains à plusieurs reprises, tentent de prolonger la journée ouvrable dans une période de relative croissance45.

La fin du XVe siècle

  • 46 AMR, A9, 20 mars, fol. 228 et 229 ; 12 novembre 1497, fol. 243 vo, 244 vo ; Charles de Beaurepaire (...)
  • 47 Robert Lelieur et Laurent La Perdrix, le 12 novembre 1497 (AMR, A9, fol. 244). Le « bout » de la j (...)
  • 48 Voir p. 112.
  • 49 Bronislaw Geremek, Le salariat…, op. cit., p. 80 et 105. En 1467, les foulons parisiens pourront « (...)

22À la fin du XVe siècle, en 1497, lors des débats au conseil municipal de Rouen, la question des horaires, et plus particulièrement de ceux des foulons, est posée. À Rouen, on foule toujours aux pieds, mais les moulins à fouler se sont multipliés autour de la ville, à Darnétal, et constituent une des causes de la crise de la grande draperie rouennaise. On reproche aux foulons de Rouen, devenus boucs émissaires de la crise, de ne pas « garder » leurs heures, de ne travailler qu’à leur plaisir, d’aller boire et jouer à la taverne, bref de « mallarder ». Comme le proposent les conseillers de la ville, Gueroult de Maromme et Guillaume Legras, il faut « rompre les heures de mallart » ; ceux de Darnétal, pendant ce temps, « besongnent jour et nuit » et ne vont point « mallarder46 ». À Rouen, les foulons font perdre la moitié du temps, si ce n’est « quant il marchandent a l’aune », et « quant ilz sont a journee et il ne la font, il les fault contraindre et veoir l’ordonnance sur le bout et le mallart […] et suffisent de trois repas le jour et bailler heure determinée, se elle ne est contenue en l’ordonnance, il y fault mettre demye heure a desjuner, une heure a disner, demie heure aprez disner47 ». La paresse des foulons, c’est-à-dire l’allongement des pauses, est aussi une façon de s’adapter à la diminution de la demande de travail, au moment où les drapiers vont voir ailleurs. Ces débats éclairent par ailleurs l’organisation des rapports de production dans la draperie rouennaise. Les tisserands n’en veulent aux foulons que dans la mesure où ils font appel à eux pour fouler leurs propres draps, que dans la mesure où ils se font eux-mêmes drapiers48. En ce qui concerne les heures, ce qui apparaît ici, en pleine lumière, est la tendance à la dérèglementation du temps de travail, qui s’affirme à la fin du XVe siècle et qui est liée à la reprise et à l’élargissement des marchés. Le phénomène est assez général et « la prolongation légale du temps de travail […] ne fait que sanctionner l’état de fait », comme l’a remarqué Bronislaw Geremek pour les métiers parisiens49. Cette déréglementation donne lieu à un conflit entre drapiers et tisserands à Louviers, en 1481.

  • 50 ADSM, G 996,1, 19 novembre 1476, 15 février 1481. « Espincher » : enlever les nœuds après tissage.
  • 51 ADSM, G 991, 20 août 1481 ; voir document E. Le monopole du tissage local était pourtant de règle (...)

23La draperie de Louviers renaît de ses cendres dans la seconde moitié du XVe siècle. Le métier, nous l’avons vu, est divisé en deux branches, les tisserands d’une part, les drapiers d’autre part. Les tisserands révoquent, en 1476, une procuration donnée aux drapiers, « pour ce que depuis, ilz avoient consulté entreulx et eu advis sur le fait […] des descords, proces et debats qui en povoient estre et souventeffois advenir entre les maistres d’icelly mestier de tissier en draps et les bourgeois et habitans d’icelle ville » ; ils n’ont plus confiance dans les drapiers qui les représentent, comme s’ils pressentaient le conflit à venir. Et il vient. En janvier 1481, le bailli de l’archevêque, à la demande des « drapiers, foulons, laneurs et espincheurs du mestier de drapperie », a voulu contraindre les tisserands à travailler « oultre les termes et heures desclairées en leurs ordonnances ». Les tisserands devront travailler jusqu’à jour « failli » en hiver et jusqu’à six heures en été, donc travailler au-delà des heures habituelles (le second son de vêpres), sur peine d’amende. Certains tisserands voulaient au contraire remettre en vigueur les anciennes ordonnances, mettant à l’amende ceux qui travaillaient au-delà du second son de vêpres. Dès le 15 février, les tisserands requièrent doléance (plainte) contre le bailli50. L’affaire vient aux assises de Louviers le 20 août. Le lieutenant du sénéchal entérine l’appointement du bailli, mais accorde en compensation aux tisserands que les drapiers devront faire tisser uniquement à Louviers : « lesdits drapiers de Louviers seroient tenus bailler […] a iceux tisserrans tous leurs draps a titre [tisser] et mettre en œuvre, ainsy que possible leur seroit, sans retarder ny reculler aucuns d’iceux tisserans de leurs œuvres pour quelque cause que ce fust […] ne aussy porter leurs draps a titre hors la juridiction et territoire de […] l’archevesque ou les mettes du boujon d’icelle draperie51 ». Pourquoi peut-on parler de compensation ? Les anciens horaires limitaient la production afin de maintenir l’emploi, mais si l’on maintient les heures, les drapiers iront voir ailleurs. En respectant le monopole local du tissage, il y aura plus de travail et plus d’heures seront nécessaires. C’est parce qu’ils tablent sur le monopole du tissage urbain, que les tisserands acceptent de revoir leurs horaires, dont la finalité était de maintenir l’emploi. Les tisserands en cause semblent bien être surtout des maîtres travaillant à façon. Il reste étonnant que pour faire sauter le verrou des anciens horaires, il ait fallu ici mettre en place un système d’amende inverse de l’ancien système et qui ressemble fort au rabat pour heures non faites.

  • 52 ADSM, G 996,1, 24 juillet 1511 : copie dont la date est à corriger et qui est à compléter par le t (...)
  • 53 Ord., t. IX, p. 170 ; t. VI, p. 367 ; t. XIII, p. 71 ; Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 33.
  • 54 Il y a peut-être ici une autre explication à cette articulation entre les heures et l’accès au mar (...)

24Mais la tension entre tisserands et drapiers ne va pas s’arrêter là. Dix ans plus tard, en 1491, les drapiers contestent aux tisserands le droit de faire fouler, lainer et tondre en leurs maisons. L’affaire viendra devant l’Échiquier de Rouen, vingt ans après, le 24 juillet 1511 ; elle oppose les « foullons drappiers » et les « tisserrans drappiers ». Les premiers qui « foullent, lanent, tondent, pressent » et parent les draps, veulent empêcher les seconds de faire fouler, lainer, tondre et apprêter en leurs maisons, bien que cela leur ait été accordé de tel temps qu’il n’est mémoire d’homme. La cour donnera raison aux tisserands52. Il semble bien que c’était ce qui se passait aussi ailleurs, à Rouen, Évreux ou Dieppe53. Ce qui laisse supposer bien sûr que les tisserands pouvaient parfois « draper », qu’ils n’étaient pas toujours totalement « piégés » dans le travail à façon et la sous-traitance. Entre les deux affaires, l’enjeu s’est déplacé ; les tisserands veulent conserver – leurs adversaires disent acquérir – la possibilité de draper, c’est-à-dire l’accès au marché. Nous sommes devant deux tentatives successives de la part des drapiers de dominer les tisserands ; d’abord en obligeant les travailleurs à façon ou les salariés à rompre leurs heures, ensuite en les empêchant de se mettre à leur compte comme drapier54. Ce ne sont pas a priori les mêmes tisserands qui sont en cause, mais dans les deux cas, l’ensemble de la branche réagit et refuse d’être assujettie. Comme on l’a vu ailleurs, la solidarité du métier prime sur les différences internes, petits patrons, façonniers, salariés. Dans un monde de la petite entreprise, la grande fracture ne passe pas entre maîtres et valets, mais entre métiers ou entre branches de métier ; c’est ce que montrait l’exemple de Beauvais en 1390. Il est possible que nous assistions en réalité au dernier éclat de ces artisans entrepreneurs en lutte métiers contre métiers, avant que ne s’étende sur les uns et les autres la domination marchande.

  • 55 Il faut passer outre à l’affirmation par trop excessive d’Alain Guerreau, « l’essentiel est qu’il (...)

25Les quelques exemples étudiés ici permettent d’entrevoir ce qui se passait sur le marché du travail aux derniers siècles du Moyen Âge : les solidarités internes aux métiers, les stratégies développées par les différents acteurs, la manière dont s’associent ou s’opposent les deux types de régulation des horaires. Au passage, on aura apporté, peut-être, plus de clarté sur la ou les fonctions des cloches de travail, le rôle des heures supplémentaires, l’imbrication de la question des heures avec celle de l’ouverture ou de la fermeture de l’accès au métier qui conditionne l’offre de travail. L’ouverture aux ouvriers du dehors est une manière de diminuer les tensions en période de (presque) plein emploi : ou bien vous travaillez davantage, ou bien on en fait venir d’autres ou on va se fournir ailleurs. Cette interprétation suppose l’existence d’un marché de l’emploi et d’acteurs aptes à y déployer des stratégies55.

  • 56 Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime…, op. cit., p. 243, 265-267 et 379. Mouvements de pé (...)

26En ce qui concerne la conjoncture, nous avons insisté sur la rupture de la peste noire, au milieu du XIVe siècle, et les bouleversements qu’elle apporte sur le marché du travail. Pour une approche de la conjoncture moins approximative, il faudrait tenir compte des mouvements de hausse (A) et de baisse (B) des prix céréaliers, analogues à ceux que Jean-Yves Grenier a mis en valeur pour la période ultérieure56. Du fait de la rigidité du salaire nominal (c’est l’effet « cliquet »), la baisse des prix signifie une hausse du salaire réel et celle-ci entraîne fréquemment une diminution de l’offre de travail ; « peut-être le thème le plus commun de la littérature économique ancienne », selon Jean-Yves Grenier. Désormais plus à l’aise, l’ouvrier se fait aussi moins docile. Il bénéficie d’une plus grande capacité à renégocier les conditions du travail. Une telle interprétation éclaire d’un jour neuf ce qui se passe à Montivilliers ou Amiens, dans les années 1320-1330, au moment où, la crise de 1317 passée, les prix céréaliers stagnent ou sont à la baisse. Elle permet aussi de mieux comprendre pourquoi les conflits se multiplient à partir des années 1370-1380, lorsque les prix baissent à nouveau. En période de hausse des prix du blé, la baisse du salaire réel contraint, au contraire, les salariés à augmenter leur offre de travail et à accepter ce qu’on leur propose. Ces quelques remarques montrent ce qu’une étude fine de la conjoncture apporterait dans l’analyse des conflits sociaux.

  • 57 Émile Coornaert, op. cit., p. 248-250.

27Restent deux questions. Qu’est-ce qui se passe après 1500 et qu’est-ce qui se passe ailleurs ? La déréglementation des horaires, qui s’affirme à la fin du XVe siècle, semble avoir fait passer pour longtemps la question des heures au second plan57. Il semble qu’il en soit de même si l’on s’éloigne de la zone étudiée ici, la France du nord, de la Flandre à la Loire. Comme si les conflits sur les heures avaient caractérisé une époque et une région précises ; le bas Moyen Âge, la Flandre et le Bassin Parisien au sens large, la région où se diffuse le métier de type « parisien ». C’est qu’il y avait d’autres moyens de limiter la concurrence, en limitant le nombre des métiers à tisser ou le nombre des valets par atelier ; d’autres moyens aussi de lutter pour augmenter les salaires, par le boycott dans le monde germanique par exemple. Ainsi les Français, les Français du nord, étaient-ils déjà obsédés par la question des horaires, mais dans un tout autre univers que celui de nos actuelles 35 heures.

Notes

1 Ord., t. XII, p. 456-458.

2 Tarif parisien de 1337 (voir document H). En 1340 (AN, JJ 74, no 473, fol. 275 vo), les drapiers de Montivilliers demandent un sceau parce que plusieurs marchands achètent des draps à Rouen, Blangy, Louviers, Neufchâtel, Pavilly, qu’ils vont ensuite revendre comme draps de Montivilliers.

3 ADSM, 1 B 39, fol. 68 (1463); 1 B 25, fol. 126 (1448); 1 B 29, fol. 78 vo (1454); 1 B 31, fol. 99 (1456); 1 B 35, fol. 94 vo (1462); 1 B 37, fol. 92 vo (1463); 1 B 40, fol. 18 (1464). Voir document D.

4 Caudebec, voir document B, § 16. Gruchet, voir : Louise Chaumet, art. cité (corriger la lecture erronée de l’article 15).

5 Dieppe, 1358 (Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 31-34). Gisors, 1547 (Louis Passy, op. cit., p. 145). Louviers, 1464 (Théodore Bonnin, ibid., t. III, p. 23).

6 ADSM, G 996,1 (16 août 1474) ; voir aussi : Théodore Bonnin, ibid., t. III, p. 6 et 22.

7 ADSM G 996,1 (15 février 1481 et 19 novembre 1476) et G 991 (20 août 1481, document E).

8 Albert Legris, op. cit., p. 187 et 235 ; Suzanne Deck, op. cit., p. 221-222. Parer : fouler, apprêter les draps.

9 Ce chapitre reprend une intervention au 127e congrès des sociétés historiques et scientifiques de Nancy en 2002 (Henri Bresc (dir.), Le travail au Moyen Âge, publiée électroniquement en 2008 (Paris, CTHS). En 2009 est paru un article de Mathieu Arnoux sur le même sujet, qui apporte une autre vision, très intéressante, parfois sur les mêmes dossiers : Montivilliers 1322, Amiens 1335, Neufchâstel 1463 (« Relation salariale et temps de travail dans l’industrie médiévale », Le Moyen Âge, t. CXV, no 3, 2009, p. 547-581).

10 Jacques Le Goff, « Au Moyen Âge, temps de l’Église et temps du marchand » et « Le temps du travail dans la crise du XIVe siècle : du temps médiéval au temps moderne », dans Pour un autre Moyen Âge. Temps, travail et culture en Occident, Paris, Gallimard (Bibliothèque des histoires), 1977, p. 46-65 et p. 66-79.

11 Gerhard Dohrn-van Rossum, L’histoire de l’heure, l’horlogerie et l’organisation moderne du temps, Paris, Éditions de la MSH, 1997.

12 Bronislaw Geremek, Le salariat…, op. cit., p. 106.

13 S’il n’y a pas au Moyen Âge « un » marché de l’emploi, au sens abstrait que ce terme acquerra à partir de la révolution industrielle, il existe « des » marchés de l’emploi, concrets et bien réels ; voir : Jean-Yves Grenier, op. cit., p. 245-255 et Bronislaw Geremek, « Les salariés et le salariat dans les villes au cours du bas Moyen Âge », 3e conférence internationale d’histoire économique (Munich, 1965), Paris, EPHE, 1968, t. I, p. 562-570.

14 Gerhard Dohrn-van Rossum, op. cit., p. 303.

15 Georges Espinas et Henri Pirenne, op. cit., t. II, p. 72, 83,103, nos 235, 239, 256.

16 Ibid., t. I, p. 200. Jacques Le Goff, « Le temps du travail… », art. cité, p. 69.

17 René de Lespinasse, op. cit., t. III, p. 96. Gustave Fagniez, Documents…, op. cit., t. I, no 241, p. 281-282. Bronislaw Geremek, Le salariat…, op. cit., p. 103. Voir aussi : Jean-François Belhoste, « Paris, grand centre drapier au Moyen Âge », Paris et Île-de-France. Mémoires, t. LI, 2000, p. 40-41.

18 François Bonnardot et René de Lespinasse, Le livre des métiers d’Étienne Boileau, Paris, Imprimerie nationale, 1879, p. 108-109, § 11 et 12. La sonnerie de vêpres marque souvent la fin du travail, en hiver, et celle de complies la fin du travail en été. Par ailleurs les textes concernant les foulons parisiens ne sont pas totalement clairs. La « vesprée » signifie, semble-t-il, tantôt la fin de la journée (normale) de travail, tantôt le travail vespéral, du soir. Sur les heures supplémentaires, voir : Gerhard Dohrn-van Rossum, op. cit., p. 325 et Bruno Dini, « I lavoratori dell’arte della lana a Firenze nel xiv e xv secolo », dans Artigiani e salariati. Il mondo del lavoro nell’Italia dei secoli xii-xv, 10e convention du centre de recherches de Pistoia (1981), Pistoia, Centro italiano di studi di storia e d’arte, 1984, p. 47-48.

19 Ord., t. XII, p. 456-457.

20 AN, JJ 66, no 658, fol. 275 ; voir document A. Sur la lieue comme mesure de temps, voir : Gerhard Dohrn-van Rossum, op. cit., p. 312-313.

21 Ord., t. XII, p. 457.

22 AN, JJ 74, no 60, fol. 35 : qu’ils « puissent faire leur dicte confrarie et avoir leur dicte banniere en la maniere que les autres mestiers de ladicte ville ont acoustumé de faire. »

23 Ord., t VI, p. 473.

24 AN, K 930, nO 11, voir document H.

25 Augustin Thierry, op. cit., t. I, p. 578-583, no 234. Édouard Maugis, Recherches sur les transformations du régime politique et social de la ville d’Amiens. Des origines de la commune à la fin du XVIe siècle, Paris, Picard, 1906, p. 343-352. Gerhard Dohrn-van Rossum, op. cit., p. 312-313. Jacques Le Goff, « Le temps du travail… », art. cité, p. 69-70.

26 Édouard Maugis, op. cit., p. 344.

27 En période de difficultés, dans les années 1430-1440, certains maîtres s’en vont travailler après la cloche, « comme varles devant aultuy et en la maison des autres maistres » (Augustin Thierry, op. cit., t. II, p. 195-196, 1449).

28 Ord., t. XII, p. 521-522, lettres au bailli de Senlis et t. II, p. 58 (novembre 1330). Voir aussi : Bronislaw Geremek, Le salariat…, op. cit., p. 132. Sur l’effet « cliquet », la rigidité des salaires en période de baisse des prix, voir : Jean-Yves Grenier, op. cit., p. 259. La baisse des prix est ici, bien sûr, liée au renforcement de la monnaie.

29 Ord., t. XII, p. 92-93, lettres du bailli de Senlis, confirmées par Philippe VI en mars 1350. En été, les valets travailleront jusqu’à complies. La multiplicité et la complexité des signaux horaires utilisés à Senlis, pour les pauses en particulier, sont un des éléments qui explique, comme l’a suggéré par ailleurs Gerhard Dohrn-van Rossum (op. cit., p. 305, 309), le succès des heures égales et des horloges publiques dans la deuxième moitié du XIVe siècle ; elles clarifiaient et simplifiaient la question des signaux horaires.

30 Élisabeth Carpentier et Michel Le Mené, La France du XIe au XVe siècle. Population, société, économie, Paris, PUF (Thémis-Histoire), 1996, p. 400.

31 Ord., t. V, p. 596 ; exemple très clair des stratégies visant à dénouer le couplage heures (ou salaires)/protectionisme du métier. Voir aussi l’ordonnance de Châlons-sur-Marne en 1369 (Ord., t. V, p. 193) et Bronislaw Geremek, « Le refus du travail dans la société urbaine du bas Moyen Âge », dans Jacqueline Hamesse, Colette Muraille-Samaran (éd.), Le travail au Moyen Âge. Une approche interdisciplinaire, actes du colloque international de Louvain-la-Neuve (21-23 mai 1987), Louvain-la-Neuve, Institut d’études médiévales, 1990, p. 379-394.

32 Sur Auxerre, voir : Alessandro Stella, « Un conflit du travail dans les vignes d’Auxerre aux XIVe et XVe siècles », Histoire et sociétés rurales, no 5, 1er semestre, 1996, p. 226 et Gerhard Dohrn-van Rossum, op. cit., p. 307-309.

33 Comines (1359, tisserands) et Thérouanne (1367, foulons et ouvriers mécaniques), voir : Georges Espinas et Henri Pirenne, op. cit., t. I, p. 619-621 et t. III, p. 395. Montreuil (1366-1372, tisserands), voir : Ord., t. V, p. 528-529.

34 Alessandro Stella, « Un conflit du travail… », art. cité, p. 223.

35 Arrêt du Parlement de Paris ; Gustave Fagniez, Documents…, op. cit., t. II, no 60, p. 135-144. Voir : Alessandro Stella, « La bottega… », art. cité, p. 535-541 ; Gerhard Dohrn-van Rossum, op. cit., p. 315-316 (corrigez « tisserands de lin » par « tisserands de lange », de laine). Beauvais utilise les moulins à fouler, d’où la présence ici de laineurs et non de foulons.

36 En Toscane, le passage à la fin du XIVe siècle au travail a cottimo, à forfait, correspond au développement de la manufacture décentralisée, c’est-à-dire à un coup d’arrêt à la concentration industrielle en grands ateliers. Voir : Bruno Dini, art. cité, p. 48. Dans un premier temps, cependant, ce sont les salariés eux-mêmes qui se mirent à la tâche, afin de contourner le blocage des salaires. Voir : Bronislaw Geremek, Le salariat…, op. cit., p. 133 et voir aussi le texte cité par Gerhard Dohrn-van Rossum, op. cit., p. 439, note 67 (vers 1330).

37 La pratique de rabattre les heures non faites a dû se diffuser à la fin du XIVe siècle. On la retrouve dans la réglementation de la draperie de Caudebec en 1402 (ADSM, 5 E 4, § 24). Voir document B.

38 Règlement de l’évêque confirmé par Henri VI (Ord., t. XIII, p. 52-54).

39 Ord., t. VI, p. 367. La none de Notre-Dame correspond à 16 h-16 h 30.

40 AMR, S3, fol. 66.

41 En 1424 (Ord., t. XIII, p. 68-74). En 1451 (AMR, S3, fol. 82 vo).

42 Philippe Lardin, « Les rythmes du travail à Rouen à la fin du Moyen Âge : l’exemple du bâtiment », dans Le temps, 129e congrès de Besançon (2004), CTHS, 2007, p. 10 : une demie heure pour déjeuner, une heure pour dîner, une demie heure au milieu de l’après midi.

43 AMR, S3, fol. 68-69. Sur la draperie foraine, voir chap. ii.

44 AMR, A5, fol. 180 vo, 184-184 vo et Charles de Beaurepaire, Inventaire, p. 34. Au lieu de iiii heures (du matin), le scribe avait d’abord écrit viii heures (barré). Huit heures c’est une heure d’hiver. Les heures sont les heures « égales ». Sur cette affaire, voir ici p. 114.

45 BNF, ms. fr 26036, nos 4113 et 4246 et naf 3654, no 238. L’heure de « cahouet », sonnée à l’église Saint-Léger, la paroisse drapière de la ville, c’est l’heure du « capuchon » des moines ; peut-être complies. Voir p. 144.

46 AMR, A9, 20 mars, fol. 228 et 229 ; 12 novembre 1497, fol. 243 vo, 244 vo ; Charles de Beaurepaire, Inventaire, op. cit., p. 83. Le mystérieux terme « mallart » renvoie sans doute au canard mâle, qui paresse au bord de l’eau. « Mallarder », c’est paresser comme les « mallarts » ; les heures de mallart sont les pauses qui s’allongent ou se multiplient. Le métier de foulon est, bien sûr, particulièrement pénible. Sur « malart », voir : Walther von Wartburg, op. cit., t. VI-1, p. 426, « masculus ».

47 Robert Lelieur et Laurent La Perdrix, le 12 novembre 1497 (AMR, A9, fol. 244). Le « bout » de la journée est, selon les ordonnances, l’heure de complies, après vêpres. Les trois pauses sont la coutume (voir : Philippe Lardin, « Les rythmes du travail… », art. cité).

48 Voir p. 112.

49 Bronislaw Geremek, Le salariat…, op. cit., p. 80 et 105. En 1467, les foulons parisiens pourront « besongner a toutes heures comme bon leur semblera » (Ord., t. XVI, p. 586). En 1490, les valets tondeurs de draps parisiens seront tenus de besogner « se bon ne leur semble [même si cela ne leur plaît pas] outre l’heure ordonnee par les dittes anciennes ordonnances » ; en compensation il est demandé aux maîtres de donner priorité aux valets parisiens sur les étrangers ; c’est le couplage horaire/contrôle de l’accès au métier (René de Lespinasse, op. cit., t. III, p. 110 ; Bibliothèque de la prefecture de Police, Collection Lamoignon, V, 226-227 vo).

50 ADSM, G 996,1, 19 novembre 1476, 15 février 1481. « Espincher » : enlever les nœuds après tissage.

51 ADSM, G 991, 20 août 1481 ; voir document E. Le monopole du tissage local était pourtant de règle dans les ordonnances de 1325 et 1464 (Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 27 et t. III, p. 23), mais il ne devait plus guère être respecté, à moins que, précisément, il n’ait été remis en jeu à ce moment-là. « Mettes » : limites d’exercice.

52 ADSM, G 996,1, 24 juillet 1511 : copie dont la date est à corriger et qui est à compléter par le texte de l’Échiquier, ADSM, 1 B 338, 24 juillet 1511. Voir document G.

53 Ord., t. IX, p. 170 ; t. VI, p. 367 ; t. XIII, p. 71 ; Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 33.

54 Il y a peut-être ici une autre explication à cette articulation entre les heures et l’accès au marché, déjà rencontrée à Montivilliers : en déréglementant les horaires, les drapiers facilitent l’enrichissement et l’ascension sociale de quelques-uns des tisserands, désormais capables de s’installer comme drapier. Il faut alors fermer cette porte, inconsidérément entrouverte.

55 Il faut passer outre à l’affirmation par trop excessive d’Alain Guerreau, « l’essentiel est qu’il n’existe pas de marché du travail proprement dit » (note critique d’Alain Guerreau sur le livre de Jean-Yves Grenier : « Avant le marché, les marchés : en Europe, XIIIe-XVIIIe siècle », Annales HSS, no 6, 2001, p. 1136).

56 Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime…, op. cit., p. 243, 265-267 et 379. Mouvements de périodicité variable, grossièrement trentenaires. Pour le bas Moyen Âge, voir : Élisabeth Carpentier et Michel Le Mené, op. cit., p. 388-408.

57 Émile Coornaert, op. cit., p. 248-250.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search