Version classiqueVersion mobile

Un autre monde du travail

 | 
Jean-Louis Roch

Chapitre II. Draps des villes et draps des champs

Texte intégral

1Nous avons tracé les grandes lignes du cadre technique et réglementaire, dans lequel la draperie s’est développée en Normandie aux derniers siècles du Moyen Âge. Il nous faut maintenant examiner plus attentivement les dimensions spatiales de cette activité, les relations entre villes et campagnes, le rôle des plus petits centres, le cadre de la vicomté, le marché de la laine et la multiplication des moulins à fouler les draps. Nous complèterons ce chapitre en étudiant les débuts d’un bourg drapier dans la région rouennaise.

La draperie foraine de Rouen à la fin du Moyen Âge

  • 1 Parmi d’autres : Émile Coornaert, « Draperies rurales, draperies urbaines… », art. cité ; Sylvain (...)
  • 2 Michel Mollat, art. cité, p. 416.

2Deux questions n’ont cessé de hanter les historiens de la draperie médiévale : celle des rapports entre draperie rurale et draperie urbaine, et celle des « nouvelles » draperies. Deux questions qui d’ailleurs souvent se rejoignent1. C’est ce qu’indiquait d’une autre manière Michel Mollat, au colloque de Prato, en 1970 : « Draperies rurales, draperies urbaines. Grande draperie et draperie foraine. Draps de luxe et tissus rustiques. Techniques traditionnelles et innovations… Telles sont… les principales données des problèmes de l’évolution de la draperie normande2 ». C’est dans ce cadre que je me propose de réexaminer la nature de la draperie « foraine » de Rouen, à partir d’une relecture attentive des ordonnances, des délibérations municipales et des registres de l’Échiquier.

  • 3 AN, JJ 74, fol. 275 vo, no 473.

3La fin du Moyen Âge a été la grande époque de la draperie rouennaise. Suivant en cela l’exemple de Montivilliers, qui a un sceau dès 13403, Rouen s’oriente résolument dans la seconde moitié du XIVe siècle vers une production de qualité, qui la hisse au plus haut niveau, celui des draps brabançons. Les ordonnances se multiplient, mettant en place un contrôle plus rigoureux de la qualité. La création d’un sceau (1360), gouverné par les jurés du métier, appelés « boujon », et réservé aux drapiers de « l’aprise », de l’apprentissage fait en ville, s’accompagne de l’interdiction de faire travailler hors les « mettes », les limites, du boujon. Ce contrôle a donc comme fonction, plus particulièrement, de mieux distinguer la production du centre exportateur, la « grande draperie » urbaine, de la draperie commune des villages et des bourgs, qui l’environne. À la même époque, est mise en place ce qu’on va appeler la « draperie foraine » de Rouen ; foraine, c’est-à-dire de l’extérieur, mais, comme nous le verrons, la définition de cet extérieur est loin d’être évidente.

  • 4 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, Privat (Histoire des villes), 1979 et « La drap (...)

4Cette draperie foraine est créée en 1372, abolie une première fois en 1424, puis définitivement en 1452, mais elle va resurgir, d’une certaine manière, sous une autre forme à la fin du XVe siècle. Son étude a déjà été abordée, en particulier dans l’Histoire de Rouen, et dans des articles de Michel Mollat et Dominique Leost4. Résumons-en le schéma d’interprétation.

5À la suite des ravages de la guerre de Cent Ans en Normandie, et en particulier du sac de Louviers en 1346, puis à nouveau en 1356, des maîtres et ouvriers du métier de draperie se réfugient à Rouen et, malgré « l’égoïsme » des habitants, obtiennent du roi en 1372 le droit d’exercer leurs activités à côté de la « grande » draperie. En 1381, ils obtiennent un sceau. En 1401, le bailli leur octroie des statuts, qui permettent, entre autre, d’écarter les « ouvriers vagabonds » nombreux à Rouen. Mais la grande draperie ne désarme pas. Elle prend sa revanche, d’abord sous l’occupation anglaise en 1424, et de nouveau après la reconquête en 1451. En 1424, les deux draperies fusionnent. Les artisans de la « nouvelle » draperie acceptent de s’installer en ville. Un nouveau sceau manifeste la conjonction des deux draperies, associant les lettres F (foraine) et R (rouennaise). Le problème est reposé en 1451, à la suite d’un nouvel afflux de réfugiés et surtout à la suite d’une ordonnance de Charles VII, prescrivant le retour aux ordonnances d’avant l’occupation anglaise. L’Échiquier, appelé à trancher le différend, confirme la fusion des deux draperies et entérine ainsi l’importance que tient désormais la draperie foraine dans la vie économique de la ville. L’hostilité des drapiers de Rouen à l’égard de ceux des faubourgs, qui va resurgir en pleine lumière à la fin du XVe siècle, est donc ancienne. Depuis la fin du XIVe siècle, une « nouvelle » draperie, affranchie des réglementations tatillonnes, s’était développée dans les faubourgs, à Saint-Hilaire et Martainville, et, précise Dominique Leost, dans la banlieue, à Auffay, Pavilly et Darnétal. Elle fabriquait une marchandise de moins bonne qualité, mais meilleur marché que le lourd drap traditionnel. L’ouverture nécessaire sur de nouveaux marchés devait lui donner gain de cause au XVIe siècle, en particulier en assurant le développement de Longpaon et Carville, c’est-à-dire de Darnétal.

  • 5 Georges Espinas et Henri Pirenne, op. cit., t. I, Arques et t. III, Poperinghe.
  • 6 Voir : Pierre Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, Picard, 1979, p. 34 (...)

6La draperie foraine de Rouen révèlerait-elle un conflit analogue à celui existant entre Ypres et Poperinghe ou Saint-Omer et Arques5, ou bien l’émergence d’une « nouvelle » draperie comme celle de la vallée de la Lys ? Ou, plus simplement, avons-nous affaire à des réfugiés comme ceux du centre drapier d’Aubenton, venus s’installer à Reims après le pillage de leur ville mise à sac par les alliés d’Edouard III, en 13406 ?

  • 7 Michel Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, étude d’histoire économique et (...)

7Le schéma, proposé par mes devanciers, laisse par ailleurs dans l’ombre un certain nombre de points, tant en ce qui concerne les produits que les hommes. Il faut sans doute mieux définir la banlieue, rectifier au passage quelques approximations, le sceau, les ouvriers vagabonds ou la question de Darnétal et, par ailleurs, distinguer davantage les différents moments de cette histoire. Il semble en particulier que l’on ne doive pas interpréter trop rapidement la draperie foraine des années 1372-1424, à la lumière de ce qui se passe à la fin du XVe siècle, lors de la crise de la grande draperie, telle que l’a décrite de manière très claire Michel Mollat7, à travers l’opposition entre ancienne et nouvelle draperie, entre sclérose corporative et ouverture sur le vaste monde. Nous nous intéresserons ici surtout à ce que fut la draperie foraine, avant son abolition définitive, en 1452 : d’abord aux produits et aux hommes, ensuite à ce qu’on pourrait appeler sa définition « spatiale », enfin aux causes de sa création.

Draps, sceau et drapiers forains

  • 8 Ord, t. VI, p. 462. En quoi leurs draps diffèrent-ils ? Par la qualité des laines, par le compte o (...)
  • 9 Ord., t. XIII, p. 56.
  • 10 1381 (Ord., t. VI, p. 660). En 1394, dans la grande draperie rouennaise, 20 aunes (AMR, S3, fol. 6 (...)
  • 11 André Giffard, op. cit., p. 23-24. Voir aussi le tableau des comptes des draps de Francis Concato, (...)

8Les draps forains relèvent-ils d’une « nouvelle » draperie, d’une draperie « légère », voire d’une draperie « sèche », c’est-à-dire non « ointe » ? C’est peu problable, bien que les textes soient ici particulièrement silencieux. Dans l’ordonnance créant la draperie foraine (1372), le point de divergence principal concerne l’apprentissage fait dans la ville. Il est dit aussi que les forains « ne font telx draps comme les autres d’icelle ville que faire ne ouvrer ne saroient, combien que il facent bon et loyal drapperie, et de aussi bons ou meilleurs draps que ceulx de ladicte ville8 ». En juin 1424, les drapiers forains rappellent qu’ils ont usé de la même lisière, et qu’il n’y a en « différence es draps de la grande draperie de Rouen et de ceulx de la draperie foraine, fors du seel [excepté du sceau] seulement ; lequel seel de ceux de Rouen estoit du seel comme de Rouen, et cil desdits forains comme du seel du roy9 ». Autrement dit, ils font, eux aussi, bonne et notable draperie. Il est vraisemblable de supposer que les dits forains fabriquaient des draps comparables, mais d’une longueur différente, 19 et non 20 aunes10, et dont les comptes n’étaient peut-être pas les mêmes. À Évreux en 1385, les draps sont de 20 cents fils, mais précisément le texte parle de tisserands venus de dehors, qui ne respectent pas les règles et font des draps en 18 cents, puis les font tendre aux poulies pour les faire apparaître comme ceux de 20 cents11.

  • 12 Ord., t. XIII, p. 57.
  • 13 Ord., t. VI, p. 660 et AMR, S3, fol. 67.
  • 14 AMR, S3, fol. 81. Voir aussi le procès de 1474, où il est rappelé « que en ladite drapperie de Rou (...)

9En juin 1424, à la suite d’une plainte des drapiers de Montivilliers, concernant l’imitation de leur lisière, une nouvelle lisière est fixée pour ceux de Rouen, dont les forains veulent aussi user, car, disent-ils, ils « faisoient aussi bonne draperie comme l’en faisoit en ladite grant draperie12 ». Mais les grands drapiers refusent parce qu’ils veulent aussi que les deux draperies soient réunies sous le même sceau, une seule visitation et ordonnance, autrement dit que la draperie foraine soit soumise à une réglementation plus stricte, les ordonnances de 1381 et 140113 restant très succinctes. La grande draperie veut imposer le principe qu’on retrouve dans l’ordonnance de 1451 « que en ladicte ville et banllieue de Rouen ne pourront estre faiz draps de quelque sorte que ce soit, sinon au seel et lizière dessusdictz14 », et qui reste à l’arrière plan des débats de la fin du XVe siècle, l’interdiction de faire drap à autre lisière et sceau à Rouen.

  • 15 Ord., t. XIII, p. 73.
  • 16 Lucien-René Delsalle, Rouen et les Rouennais au temps de Jeanne d’Arc, 1400-1470, Rouen, Éditions (...)
  • 17 AMR, S3, fol. 64 et 85 vo.

10Les deux parties se mettent finalement d’accord devant l’Échiquier de 1424, et définissent un seul sceau, à « un aignel d’un costé, et a l’autre costé une F et une R et une couronne dessus, et deux fleurs de liz costians [cotoyant] l’F et l’R, en signe de conjonccion des deux drapperie15 ». Le passage a été mal compris par les éditeurs des Ordonnances des rois de France, et à leur suite par Michel Mollat, Dominique Leost ou Lucien-René Delsalle16. Ils ont lu F (forensis, foraine) et ont vu dans l’association des deux lettres la conjonction des deux draperies. On voit mal cependant pourquoi le F de forain aurait été maintenu, alors que la draperie foraine était abolie. Les manuscrits comportent en réalité un S (sceau) et un R (Rouen), aussi bien en 1394, qu’en 1424 et en 145117. L’ordonnance de 1394, concernant donc uniquement la grande draperie, précisait un S et un R surmontés d’une couronne. La conjonction des deux draperies est donc signifiée en 1424 par les deux fleurs de lys ajoutées, dont on peut supposer que l’une ou les deux représentaient le « seel du roy », dont parle l’ordonnance de 1424, et qui aurait donc caractérisé la draperie foraine de 1381 à 1424.

  • 18 Ord., t. VI, p. 660.
  • 19 AMR, A2, fol. 14, 16 janvier. Voir : Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire…, op. cit., p. 9. (...)

11Dès 1381, la draperie foraine a donc reçu un sceau, ce qui lui a permis d’exercer un contrôle plus efficace, d’empêcher en particulier que des draps soient foulés et apprêtés hors des limites du boujon, puis subrepticement rapportés en ville18. En même temps, la draperie foraine s’organise en tant que « métier », avec des gardes jurés. Mais leur pouvoir semble avoir du mal à s’affirmer. Ce n’est, semble-t-il, qu’en 1391 qu’ils obtiennent la visitation sur tous les drapiers forains, et le texte des délibérations municipales laisse entendre qu’ils continuent à être en partie sous le contrôle des gardes de la grande draperie : « et fu enjoint aux gardes de la draperie de Rouen que, se ilz seivent aucun desdis drappiers forains que face ou ait fait le contraire [tondre de nuit], qu’ilz l’anoncent aux gardes desdis drappiers forains, pour en faire leur devoir et, se ilz n’en font leur devoir, ilz l’anonceront a Justice19 ».

  • 20 ADSM, 1 B 9, fol. 27-27 vo, 1391. Sur le fief de La Fontaine-Jacob, voir Lucien-René Delsalle, Ent (...)
  • 21 ADSM, 1 B 4, fol. 83 vo (1386).

12Une très curieuse affaire, qui vient devant l’Échiquier, précisément en 1391, montre, de la part des forains, à la fois leur velléité d’intervenir et les limites de cette intervention : des drapiers et ouvriers de draperie demeurant à La Fontaine-Jacob – c’est-à-dire au faubourg de Martainville, au bord de l’Aubette, dans le fief et la haute justice de l’abbaye Sainte-Catherine-du-Mont20 – ont apporté leurs draps pour vendre à la halle de Rouen, et ces draps ont été confisqués par les gardes de la draperie foraine. L’Échiquier les autorise finalement à faire leurs draps « de telle laine et de tel compte ou moison [mesure] comme ils avoient acoustumé d’ancienneté », et à les apporter à la halle, mais en une place séparée, la visitation devant être faite « par les maistres et boujonneurs de la ville de Rouen ou par autres telles personne qu’il plaira a y commettre pour le roy qui ne soient pas de l’une partie ne de l’autre ». Une étude plus attentive des registres de l’Echiquier montre que cette intervention des forains contre d’autres « forains » n’est pas la conséquence de la délibération de janvier 1391, mais qu’elle est plus ancienne ; elle est portée devant l’Échiquier depuis 138621. La Fontaine-Jacob appartient par ailleurs à la « banlieue » proche, mais, en tant que fief et haute justice, elle échappe au contrôle des métiers urbains, dans la mesure où, du moins, elle ne veut pas faire passer ses produits pour les leurs.

La banlieue et le dehors

13Cette affaire de La Fontaine-Jacob montre qu’une draperie se développe tout près de la ville, dans la banlieue. Nous avons vu que c’était là un des éléments du schéma d’interprétation de nos prédécesseurs : la draperie foraine se serait développée à l’écart du contrôle corporatif urbain, dans les faubourgs et la banlieue, voire à Auffay, Pavilly et Darnétal. Ce schéma suppose une notion très extensive de la banlieue, qui demande à être précisée ; il néglige aussi le contrôle que la grande draperie s’est assez vite attribué sur la banlieue.

  • 22 Ord., t. VI, p. 368 (1378) et AMR, S3, fol. 66 vo (1394).
  • 23 Ord., t. VI, p. 462 (1372). À partir de 1372, ils furent autorisés à travailler et « marchander » (...)
  • 24 AMR, A12, fol. 408-411 vo, 14 juillet 1526 et Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire…, op. ci (...)

14Les ordonnances de 1378 et 139422 précisent en effet clairement que les gardes et boujonneurs de la grande draperie avaient le contrôle des draps dans toute la ville, faubourgs et banlieue ; l’ordonnance de 1378 précise : « excepté ou fié (au fief) de Saint Gervais », qui est une haute justice dépendant de l’abbaye de Fécamp. Le problème est de savoir si ce contrôle ne restait pas plus théorique que réel. Ce qui peut le laisser croire et a sans doute induit nos prédécesseurs en erreur, c’est que, lors de leur installation et devant l’hostilité des Rouennais, les réfugiés de Louviers, ou d’ailleurs, se sont d’abord établis dans les faubourgs : « Il se sont mis et traiz [retirés] esdiz fauxbours, dont encore les veulent chascun jour debouter23. » Mais rien ne prouve qu’ils y soient restés. Il est cependant problable que le contrôle des jurés de la draperie rouennaise devenait plus difficile dès que l’on franchissait les remparts. Les délibérations municipales de 1526 révèlent quelque chose d’analogue : le développement de la bonneterie, qui emploie le foulage au pied, attire des foulons « forains » qui ne sont pas du « serment » (de l’apprentissage) : on décide, devant le besoin en main-d’œuvre, de les recevoir à besogner dans la ville et non aux « forbourgs » ou en banlieue, où ils s’étaient sans doute d’abord installés24.

  • 25 AMR, A1, fol. 14 vo, 15, 23 vo, 34, 36 vo et Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire…, op. cit (...)

15Une autre affaire semble confirmer la fragilité du contrôle urbain ou du moins une certaine indécision quant aux limites du « boujon ». En 1389, des draps « faits » à Rouen, appartenant à Pierre Dufresne, un « drapier », présenté aussi comme « tisserand » de la paroisse Saint-Vivien, sont arrêtés parce qu’ils avaient été appareillés « hors de ladite ville et d’autre terre que de celle de la ville » par un « fouleur de draps » de Bondeville, à Maromme (ou à Bondeville). Celui-ci avait utilisé la terre de la « verte forest » et non celle de la forêt de Roumare, contrevenant ainsi au monopole de la ville25. Il semble que les autorités aient hésité sur la gravité de la faute, l’utilisation de terre non autorisée, ou bien le foulage hors de la ville ; le premier chef d’accusation fut seul retenu, mais l’hésitation indique sans doute qu’elles n’avaient pas une conception parfaitement claire des limites du « boujon ».

  • 26 Non seulement La Fontaine-Jacob, mais aussi Saint-Gervais, au faubourg Cauchoise (ADSM, 7 H 1727-1 (...)

16Le contrôle urbain sur la banlieue était d’autant plus fragile qu’il se heurtait, en particulier, aux fiefs et hautes justices ecclésiastiques entourant la ville. Ceux-ci n’ont cessé de défendre leurs artisans contre les empiétements des corporations urbaines26, et nos drapiers forains auraient bien pu y trouver asile. Cette hypothèse cependant semble, au moins partiellement, fausse : d’abord parce que la draperie foraine était, comme la grande draperie, de la ville et banlieue de Rouen, ensuite parce que, dans l’affaire de La Fontaine-Jacob, les drapiers forains, précisément, ne reconnaissent pas ceux de La Fontaine-Jacob comme leurs. Cette affaire interdit d’assimiler les drapiers forains à ceux des fiefs et hautes justices. Dans le reste de la banlieue, il était beaucoup plus difficile d’échapper au contrôle de la ville.

  • 27 Jusqu’à une lieue (4 km), parfois davantage, voir : Michel Devèze, « La notion de banlieue : son i (...)
  • 28 Ainsi pour Dieppedalle en 1532 (Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire…, op. cit., p. 142). S (...)
  • 29 AMR, A 16 fol. 13 vo.
  • 30 L’abbé Henri Voiement, Les deux paroisses de Darnétal, Saint-Pierre de Carville et Saint-Ouen de L (...)
  • 31 Gustave Fagniez, Documents, op. cit., t. II, p. 176-177 (règne de Philippe VI). Lucien-René Delsal (...)
  • 32 AMR, A11, fol. 274 vo (1520) et Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire, op. cit., p. 121. Voi (...)
  • 33 Lucien-René Delsalle, Entre Robec et Aubette…, op. cit., p. 148 sq. Alexandre Lesguilliez, op. cit (...)

17La banlieue n’est pas alors la périphérie plus ou moins urbanisée d’aujourd’hui, mais la zone sous le ban de la ville, « l’emprise juridique et administrative de l’autorité municipale sur un terrain plus ou moins vaste27 ». Quelle est, au Moyen Âge, l’étendue de la banlieue rouennaise ? Elle semble alors se confondre avec le ressort de la sergenterie de Rouen, la « sergenterie à masse ». Celle-ci s’étend sur le plateau au nord de Rouen jusqu’à la Forêt verte, mais ne comprend ni Déville, ni Sotteville, ni Petit-Quevilly. Au XVIe siècle, ces limites semblent avoir été davantage précisées, du fait en particulier de la perspective de l’exemption de la taille28. De plus, on possède une liste des paroisses relevant de la banlieue en 1548 : elle s’étend jusqu’à Sotteville, Grand-Quevilly sur la rive gauche, Le Vivier (Saint-Martin-du Vivier) et Saint-Aubin-la-rivière à l’est, Canteleu et Bondeville à l’ouest ; Maromme et Bondeville en font partie, Longpaon et Carville aussi, mais ni Auffay, ni Pavilly, ni Elbeuf ni d’ailleurs Darnétal29. Mais, comme le disait l’abbé Voiement, on cherche Darnétal partout et on ne le trouve nulle part. Darnétal n’a jamais été une paroisse, ce n’est, à l’origine, qu’un hameau, qui, par sa croissance spectaculaire, donnera finalement son nom au « bourg » englobant les deux paroisses de Carville et de Longpaon30. C’est aussi un centre drapier attesté dès la première moitié du XIVe siècle, dans le Dit du Lendit31. Au début du XVIe siècle, son appartenance à la banlieue de Rouen semble faire encore problème32. Les limites de la banlieue ne coïncident pas exactement avec les limites paroissiales ; ici, tout se passe comme si la banlieue s’arrêtait au pont de Darnétal, au bord de la rivière du Robec. C’est d’ailleurs ce flou qui y a facilité la multiplication des moulins à fouler dans la seconde moitié du XVe siècle et la croissance d’une production drapière concurrente et différente de la production rouennaise ; une production qui de toute manière échappe au contrôle des grands drapiers de Rouen et va nourrir le « vieil antagonisme » entre Darnétal et Rouen33.

  • 34 AMR, A4, fol. 64 vo, et Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire, op. cit., p. 23. La draperie (...)
  • 35 ADSM, 7 H 1724 et non pas à la foire de Saint-Gervais (copie de 1696).
  • 36 Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise (1419-1449), Roue (...)
  • 37 AMR, XX1, fol. 42 vo, 107, 180 vo.
  • 38 AMR, A8, fol. 2, 40, 56 vo et Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire, op. cit., p. 56.

18Au-delà de la « banlieue » existent en effet d’autres draperies, qui ont d’ailleurs leurs propres « postées », leur propre emplacement, aux halles de Rouen, au moins dès 1398, les « postées d’Auffay, de Dernestal et de Paveilli34 ». C’est sans doute cette distinction que nous retrouvons dans un mandement de Charles VI de 1416 : des drapiers vendent leurs draps « es halles des draps de Rouen, tant en la halle de la grande drapperie comme en la halle nommée la halle aux draps de hors35 ». Si ces draperies avaient relevé de la draperie foraine, elles auraient dû disparaître lors de l’abolition de celle-ci. En 1428, donc après la première réunion des deux draperies, celle de 1424, il existe toujours à Rouen une « halle aux revendeurs de draps de dehors, nommee la halle d’Auffay, Pavelly et Danestal36 ». Dans les années 1447-1450, la postée de Darnétal reste vide parce que ceux de Darnétal « sont venus demourer à Rouen à l’occasion de la guerre. Et avec ce, se sont adjoins avec les grans drappiers de la drapperie d’icelle ville et contribuent avec eulx en leur dicte halle37 ». En 1453 et 1454, donc après la seconde réunion, celle de 1452, les « postées » d’Auffay, Pavilly et Darnétal existent toujours aux halles38. Il semble donc bien qu’il faille distinguer la draperie dite foraine, d’une part, et les draperies de dehors, dont font partie Auffay et Pavilly bien sûr, mais aussi Darnétal.

  • 39 AMR, Chartrier, Tiroir 14, no 7, 1 septembre 1403. Le texte a été publié dans Jean-Louis Roch, « E (...)
  • 40 Ord., t. XIII, p. 56-57. AN, JJ 172, fol. 324 vo, no 581.
  • 41 AMR, A5, fol. 180 vo -183 vo. Publication partielle dans Jean-Louis Roch, « Entre draperie rurale (...)

19En 1403, Charles VI, sur la demande des drapiers de la grande draperie, ordonne au bailli de faire faire une cloison dans la halle, pour séparer ces derniers des drapiers forains. Les grands drapiers réclament cette cloison, parce qu’ils reprochent aux « forains » d’apprêter des draps de dehors, des « draps de villaige » : ils « se transportent par les villaiges et marchiez du pays et achatent draps de toutes couleurs et de toutes façons et, apres ce, les refreschissent et amenuisent et font muer les couleurs a leur plaisir », puis viennent les vendre à la halle39. Il s’agit très vraisemblablement de nos « forains », comme le confirme le fait qu’une accusation semblable est portée contre eux, dans les lettres du 27 juin 1424. Ces dernières lettres rappellent les raisons de la création d’un sceau pour la draperie foraine, en 1381 : les marchands acheteurs ne pouvaient pas savoir si les draps exposés en vente étaient de cette draperie foraine ou s’ils étaient « faiz des draperies, qui lors estoient et encore sont ou pays de Caux, hors de ladicte ville, faubourgs et banlieue, qui aucunes foiz estoient faiz et le plus souvent de mauvaises laines et à mandre compte ». Lorsqu’à la suite de la plainte des drapiers de Montivilliers, concernant l’imitation de leur lisière par les Rouennais, une nouvelle lisière fut fixée pour ces derniers, la grande draperie refusa d’abord que les forains puissent aussi en user : « se ilz (les grands drapiers) avoient esté ou proces contre les diz forains, si avoient aussi esté oudit proces autres drapiers des villages, qui avoient euz draps empeschiez [arrêtés] à cause d’icelle lisiere40 ». Le texte n’est pas clair. Ce procès ne peut être que celui de 1423, devant l’Échiquier. Ce qu’indiquent les « grands drapiers », c’est que ceux de Montivilliers ne mirent pas seulement en cause la grande draperie et la draperie foraine, mais aussi des drapiers de villages, la draperie rurale du pays de Caux. Les savants éditeurs des Ordonnances des rois de France ont lu ici contre, mais le manuscrit porte « comme » ; autrement dit, les grands drapiers ne veulent plus que les « forains » conservent la même lisière qu’eux, parce que ceux-ci ont laissé se glisser parmi eux des drapiers des villages ; ils se sont montrés incapables de contrôler leur « porosité » aux draps de dehors. Cette porosité affecte aussi d’ailleurs la grande draperie elle-même, comme le montre une affaire qui vient devant le Conseil de ville, en février 1409, et qui semble avoir donné lieu à une certaine agitation sociale : des artisans de la draperie, sans doute surtout des tisserands, menés par un des leurs, accusent les plus gros drapiers d’acheter des draps de dehors, de les faire apprêter à Rouen, marquer du sceau de la grande draperie et de négliger ainsi la draperie de cette ville41.

20Nous avons donc un jeu à trois : grande draperie, draperie foraine et draps de dehors. En ce qui concerne la distribution spatiale de ces trois productions, nous avons vu que, très vraisemblablement, il n’y a pas, à ce moment là, de différenciation entre grande draperie et draperie foraine, l’une qui aurait été cantonnée en ville, et l’autre repoussée dans les faubourgs. Auffay, Pavilly, et même Darnétal relèvent au contraire des draperies de dehors, de cette draperie des bourgs et des villages, dont nous ne savons d’ailleurs presque rien, si ce n’est qu’elle accroît sa pression sur les draperies urbaines, à la fin du Moyen Âge.

21La draperie « foraine », à Rouen, n’est donc pas la simple manifestation du rapport entre draperie urbaine et draperie rurale, l’irruption des productions rurales sur le marché urbain, comme elle a pu l’être pour d’autres centres textiles. Et il faut donc chercher ailleurs les raisons de sa création.

Les vraies causes de la création de la draperie foraine

  • 42 AMR, S3, fol. 88 vo-90. Dominique Leost, « Les métiers rouennais », art. cité, p. 148.

22En 1451-1452, la question de la draperie foraine est à nouveau soulevée, à la suite, comme on l’a vu, de la reconquête française. Le bailli l’abolit pour la seconde fois, mais les forains se plaignent de ce que, selon l’ordonnance de 1451, « nul s’il n’estoit de l’apprise de ladite ville ne seroit receu a ouvrer ne besongner dudict mestier de drapperie en icelle ville42 ». C’est donc toujours l’apprentissage à Rouen qui fait problème, mais, et c’est là qu’il faut suivre le texte mot à mot, ce ne sont plus les mêmes forains. Ceux d’avant 1424 se sont depuis longtemps intégrés dans la grande draperie. Ceux qui s’opposent à l’ordonnance de 1451, sont d’une part des réfugiés du fait des guerres, depuis donc la révolte du pays de Caux en 1435, d’autre part des « ouvriers de drapperie venuz de dehors » depuis les trèves (depuis 1444), « en esperance de besongner dudict mestier en icelle ville à ladite lisiere ». On les a tolérés dans un premier temps « par courtoisie », sans doute surtout par manque de main-d’œuvre ; et sans les contraindre à l’apprentissage. On prévoit donc des procédures pour intégrer ces nouveaux « forains » : ceux qui ont usé du métier, depuis au moins trois ans, seront examinés par les gardes du métier, et s’ils sont jugés « suffisans et expers », seront reçus au serment. Ils pourront alors « ouvrer et besongner au seel et lysiere de ladite ville » : trois ans, c’est-à-dire précisément le temps normal de l’apprentissage. La référence à la draperie foraine d’avant 1424, dans le texte de 1452, n’est qu’un argument utilisé par les nouveaux ouvriers de dehors afin de pouvoir rester travailler en ville.

  • 43 Gustave Fagniez, Documents, op. cit., t. II, p. xxxiii et xlviii. Alcius Ledieu, « Trois délibérat (...)

23Ce que montre ce débat de 1452, c’est qu’au delà de l’importance des réfugiés en Normandie, importance liée aux violences de la guerre en 1346-1370, et à nouveau en 1435-1444, il a existé au bas Moyen Âge une pression constante des artisans venus des bourgs vers la grande ville, des migrations artisanales, voire un exode rural, motivés en particulier par des salaires urbains plus élevés. Les ravages de la guerre en Normandie donnent bien sûr à ces phénomènes une importance particulière : Gustave Fagniez cite le cas d’un tisserand de Louviers venu s’établir à Troyes en 1370. On connaît aussi les drapiers de Montivilliers réfugiés à Abbeville, en 1440, et les ouvriers du textile normands réfugiés en Bretagne43. Mais ces phénomènes ne suffisent pas à rendre compte du rôle de la draperie foraine. Celle-ci doit aussi être considérée comme un moyen institutionnel de faciliter l’insertion d’ouvriers venus du dehors, dont précisément l’économie urbaine a besoin en période de répit ou de reprise.

  • 44 AMR, S3, fol. 69-69 vo.
  • 45 Document B, § 32. Au Moyen Âge, « Vagabond », n’est pas substantif mais seulement adjectif, ce qui (...)

24Cette fonction est mise en lumière dans l’article de l’ordonnance de 1401, concernant « plusieurs varletz et ouvriers dudit mestier, estrangers et vaccabons », qui « viennent et arrivent en ladite ville pour ouvrer en ladite drapperie44 ». Ce sont précisément les gardes de la draperie foraine qui seront chargés de s’en occuper. Vagabond n’a pas ici le sens très péjoratif, que les dictionnaires, en général, lui attribuent ; le mot a pu qualifier d’autres artisans en déplacement, voire les ancêtres des compagnons du « tour » de France ; ainsi à Caudebec, en 1402 : « les ouvriers qui ne seront poinct résidents en ladite ville et forsbourgs de Caudebec, qui sont nommez vacabondes, paieront pour chacune sepmayne qu’ilz ouvreront illec, ung denier45. »

  • 46 Gustave Fagniez, Documents, op. cit., t. II, p. xxxii ; voir aussi : Études sur l’industrie et la (...)
  • 47 Michel Mollat, Histoire de Rouen, op. cit., p. 102. Il a existé ailleurs de nombreuses boucheries (...)
  • 48 Les ciriers et les chandeliers, dans les années 1360-1370 : Adolphe Cheruel, Histoire de Rouen pen (...)
  • 49 ADSM, 1 B 6, fol. 127 vo (1390) ; 1 B 16, fol. 48, 48 vo (1398) : il s’agit des teinturiers de gau (...)

25Cette question de l’accueil des artisans étrangers se pose à la même époque dans d’autres villes : à Paris en 1381, ou à Beauvais en 142446. À Rouen même, le problème des forains n’a pas concerné que la draperie. Alain Sadourny a attiré l’attention sur le cas des bouchers, qui créent une boucherie « foraine » en 1359, hors de l’ancienne « clôture » de la ville, donc en opérant une différenciation spatiale47. Adolphe Cheruel cite d’autres exemples montrant que les conflits se multiplient dans la seconde moitié du XIVe siècle, autour de l’insertion d’artisans venus de l’extérieur48. Par ailleurs, un long conflit oppose le métier de teinturerie à des teinturiers de dehors, devant l’Échiquier, de 1390 à 139849. Les premiers prétendaient que ceux-ci « ne povoient lever mestier en ladite ville sans avoir aprins mestier de tainturerie en ladite ville a servir a maistre deux ans » ; ils devront seulement servir un maître un an, c’est-à-dire la moitié du temps d’apprentissage, et pourront pendant ce temps continuer de tenir « ouvreurs (ouvroirs) dudit mestier ».

  • 50 AMR, A5, fol. 128, Charles de Beaurepaire, Inventaire, p. 31 ; Ord. t. IX, p. 412 (1408) ; voir au (...)

26Ce problème de l’apprentissage fait dans la ville, va être posé de manière plus générale, en 1407 au Conseil de ville, et aboutir à la fin du monopole local d’embauche : les gens de métier ne voulaient pas consentir que d’autres, venus demeurer à Rouen, puissent y vivre de leur métier, s’ils n’étaient de « l’aprise de ladite ville ». Une telle rigueur entraînerait la ruine de la ville. La référence au manque de main-d’œuvre est ici explicite. On les acceptera donc, s’ils ont appris leur métier en ville de loi ou s’ils sont trouvés suffisants à faire et lever leur métier par le rapport des gardes. Les bouchers et les drapiers refusent, car ils ont, à leur manière, déjà résolu le problème, en créant des métiers « forains » ; pour les drapiers, ces étrangers étaient déjà reçus à œuvrer, « par la forme et maniere que estoient les drappiers forains d’icelle ville50 ». Nous constatons une nouvelle fois que ce qui était censé, dans un premier temps, régulariser la situation des réfugiés, était dans un second temps utilisé à tout autre chose.

27Il faut considérer les corporations comme des institutions créées, certes, pour défendre les intérêts de leurs membres, et tendant donc naturellement aux monopoles (de vente, d’embauche, etc.), mais aussi comme des institutions qui, sous la pression des nécessités (et des autorités), permettent l’adaptation à la conjoncture et ne restent pas figées à travers le temps. Dans ce cadre, la question de l’apprentissage, du contrôle de l’apprentissage, revêt une importance stratégique ; comme ailleurs le chef-d’œuvre, qui se diffuse dans la deuxième moitié du XIVe siècle. À ce moment-là, ces éléments ne révèlent pas tant une fermeture des métiers que le contrôle nécessaire d’une trop grande ouverture.

28Toutes sortes de pratiques permettent, plus ou moins légalement, d’ajuster l’offre et la demande sur le marché du travail :

  • l’appel à des ouvriers du dehors, afin de faire baisser le prix du travail ou des marchandises : ainsi dans la draperie de Louviers en 132551,
  • la possibilité pour un apprenti voulant venir au métier de draperie, mais n’ayant point d’argent à donner, de « donner du service oultre le temps » d’apprentissage, c’est-à-dire de travailler gratuitement quelque temps52,
  • les « faux apprentis », qui sont dénoncés dans l’ordonnance rouennaise de 1378 : certains du métier de draperie ont « alloué pluseurs varlez et aprantiz » et leur ont donné la franchise du métier, sans qu’ils aient fait leur temps d’apprentissage53.
  • 54 AMR, A9, fol. 277-278, 28 août 1498, Charles de Beaurepaire, op. cit., p. 86 et A12, fol. 408-411 (...)

29La draperie foraine ne relève-t-elle pas d’une pratique analogue, mais généralisée à tout un métier ? Une question semblable sera posée pour les valets bouchers de Rouen en 1498 et pour les foulons de bonnets en 1526 : doit-on recevoir des ouvriers qui n’ont pas fait l’apprentissage règlementaire54 ?

  • 55 Voir : Sylvain Calonne, Denis Clauzel, art. cité.

30La draperie « foraine » de Rouen, celle au moins des années 1372-1424, ne doit pas être assimilée à l’émergence d’une « nouvelle » draperie ou d’une draperie légère, comme on peut le voir à la même époque, à Lille par exemple55. Elle semble avoir été surtout un moyen de contrôler les flux de main-d’œuvre, c’est-à-dire d’adapter l’organisation corporative à la conjoncture.

31Ce qui se passe, dans la seconde moitié du XVe siècle, est très différent. À ce moment-là, va se développer une autre draperie foraine, une « nouvelle » draperie, qui utilise les moulins à fouler et produit des draps plus légers et moins chers. La concurrence vient de ceux du dehors, ceux des champs, ceux des villages, les forains, qui sont les drapiers de Pavilly, de Saint-Saëns ou d’ailleurs, et surtout de Darnétal.

  • 56 AMR, A11, fol. 139, 26 octobre 1517 ; A12, fol. 212, 6 août 1523.
  • 57 ADSM, 1 B 59, 30 juillet 1501 (procès concernant la visite d’un drap « de viconté » chez un drapie (...)
  • 58 Appellation commerciale, utilisée dans la seconde moitié du XVe siècle, les draps de vicomté forme (...)

32Au XVIe siècle, à la « halle aux draps forains », aux drapiers forains, on vend des draps de Saint-Saëns, Elbeuf, Bernay, Lisieux, Louviers ou Pont-Audemer, à côté bien sûr de ceux de Darnétal56. Cette nouvelle draperie foraine n’est pas différente des draperies du dehors. Elle est cependant à sa manière impliquée dans les activités textiles urbaines : les drapiers rouennais, possédant le métier de tondre, peuvent tondre, ou faire tondre « sur tous draps du cordel de ladite ville de Rouen et aussy […] sur tous autres draps de dehors qu’ilz auroient foullez et lasnez57 ». Autrement dit, au-delà même de la crise de la fin du XVe siècle, la ville continuait d’assurer un rôle important dans la finition des draps du dehors et en particulier dans la commercialisation des draps dits de vicomté58.

33Ces forains-là, nous avons essayé de montrer qu’ils ne sont plus les mêmes que ceux qui avaient relevé de la draperie foraine d’avant 1424. Mais, si les historiens ont pu hésiter, s’ils ont même pu les confondre, c’est que le terme de forains, pour les contemporains eux-mêmes, n’était pas parfaitement clair : étaient-ce ceux qui viennent de l’extérieur s’installer en ville, ou bien ceux qui, continuant d’habiter à l’extérieur, viennent vendre leurs produits en ville ? Les historiens, souvent, ont voulu rapprocher les deux choses, en faisant des forains des réfugiés venus s’installer dans les faubourgs. Cette interprétation est, au moins en partie, inexacte.

34En réalité, la draperie qu’on a appelée foraine, à Rouen, n’est pas une véritable draperie foraine, drapée à l’extérieur. Elle ne semble pas non plus avoir été cantonnée dans la banlieue ni dans les faubourgs et elle n’est pas une draperie légère, au contraire de celle qui se développe à la fin du XVe siècle à Darnétal ; Darnétal, d’ailleurs, à cette époque, ne fait pas encore partie de la banlieue. Il ne faut donc pas assimiler la draperie foraine d’avant 1424 à la nouvelle draperie qui se développe dans la seconde moitié du XVe siècle, autour de Rouen.

35Nous sommes partis à la recherche d’un objet mal identifié, la draperie foraine de Rouen, un objet supposé être à mi-chemin de la draperie urbaine et de la draperie rurale, c’est-à-dire en un lieu clé de l’histoire économique, à la fin du Moyen Âge. Nous n’avons fait qu’effleurer ce vaste problème. Nous avons précisé un certain nombre de détails, abordé le redoutable problème de la banlieue, et finalement tenté d’éclairer une des questions centrales de l’histoire des corporations, celle des rapports entre métiers et conjoncture, entre métiers et marché de l’emploi, égratignant au passage la théorie de la « fermeture » des métiers au bas Moyen Âge. Ce que les historiens ne cessent de redécouvrir, c’est que l’étonnante durée du phénomène corporatif n’aurait pas été possible sans un renouvellement et une adaptation continue, au fil du temps, jusqu’à l’aube de la révolution industrielle.

Villes et bourgs drapiers en Normandie aux derniers siècles du Moyen Âge

  • 59 Voir : Michel Mollat, « La draperie normande », art. cité ; et ci-dessous, document H.

36Les listes des villes drapantes présentes à la foire du Lendit, où la Normandie semble avoir tenu une place croissante59, peuvent servir de cadre de départ. Trois centres dominent la production haut-normande, qui correspondent selon Michel Mollat à trois phases successives : Louviers au XIIIe siècle et dans la première moitié du XIVe siècle, Montivilliers dans la seconde moitié du XIVe siècle et au début du XVe siècle, Rouen qui domine le XVe siècle. Puis viennent quelques centres d’importance moyenne : Évreux, la vallée de la Bresle (Eu, Gamaches, Blangy, Aumale), Bernay (avec Menneval). Enfin toute une série de centres secondaires, qui parfois ne sont attestés que par la présence de leurs marchands au Lendit. En Basse-Normandie, Caen, Bayeux et Saint-Lô reviennent le plus souvent mais il existe d’autres centres comme Saint-James, Torigni ou Montpinchon. Cette hiérarchisation des centres est aussi, mais seulement de manière très approximative, une hiérarchie des qualités. Il faudrait aussi prendre en compte les déclins consécutifs aux ravages de la guerre de Cent Ans (Louviers, Montivilliers, Évreux, Eu, Caen, Bayeux, Saint-Lô, Saint-James) et les développements de l’après-guerre.

37Nous ne nous attarderons pas sur l’évolution de ces divers centres, ni sur leur importance respective. Nous nous contenterons ici d’éclairer quelque peu leur organisation, en nous aventurant parfois jusqu’aux limites inférieures du réseau urbain, là où se mêlent et se heurtent draperie urbaine et draperie rurale. Nous étudierons la réglementation, entre autre celle des plus petits centres, mais nous jetterons aussi un coup d’œil du côté du marché de la laine et de la diffusion des moulins fouleurs à draps.

Ville et vicomté

  • 60 Voir document B.
  • 61 À Lisieux, l’ordonnance des tisserands de 1456 parle de « varlet ou ouvrier dudit mestier [qui] pa (...)
  • 62 La confrérie est à trois degrés : gouverneurs, servants (§ 33), frères. Voir : Catherine Vincent, (...)
  • 63 Jurés tisserands et foulons, comme à Louviers (ADSM, G 996/1, 24 juillet 1511) ou à Rouen (1378, O (...)

38Nous commencerons cette étude par une ordonnance concernant un petit centre, dont aucun marchand n’a fréquenté le Lendit et dont par ailleurs on ne sait presque rien, la draperie de Caudebec-en-Caux (1402)60. Les articles témoignent d’un métier organisé avec des jurés visiteurs, nommés par le vicomte, et levant les amendes. Il n’y a pas de sceau. La réglementation précise la qualité, l’apprentissage, la place d’embauche et l’accueil des ouvriers de « dehors ». Le texte fait allusion aux « ouvriers vagabonds », sans doute une des plus anciennes attestations de ce qui deviendra le tour de France61. Le métier (les « compagnons du métier ») est doublé d’une confrérie, qui semble bien être à trois degrés, comme le sont souvent les confréries normandes. Le texte révèle autre chose : il n’y a pas ici d’obligation de faire travailler les draps en ville. L’existence de villages proches travaillant dans l’orbite de la ville et surtout le fait que le cadre de la réglementation soit la vicomté, semblent indiquer que la ville reste ouverte non seulement sur la main-d’œuvre extérieure, mais sans doute aussi sur les tissages ruraux62. Cela pourrait expliquer un trait surprenant de cette ordonnance : le fait qu’elle semble bien concerner avant tout les foulons, laneurs et tondeurs, le métier de foulerie, et cela bien que les jurés soient à la fois des tisserands et des foulons63. Le préambule précise les conditions de son élaboration :

Ordonnances faictes pour le bien et augmentation de la drapperye de la ville et viconté de Caudebec […] en laquelle drapperye aucunes [certaines] ordonnances avoient pieça esté mises sus et gardeez par aulcun temps par les maistres et ouvriers foullons, laneurs et tondeurs d’icelle ville et viconté […] et pour ce que depuys icelles premieres ordonnances plusieurs maistres et ouvriers dudit mestier estoient venuz demourer et besongner en ladite ville et viconté.

  • 64 À Dieppe en 1358 : Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 31-34. Auffay, Montivilliers, Neufchâtel (...)
  • 65 André Giffard, op. cit., p. 23 sq.

39Les nouveaux venus ignoraient les ordonnances, et les malfaçons et les fautes se multipliaient. Les maîtres et ouvriers ont alors requis du vicomte que ces premières ordonnances et ce qu’ils y avaient ajouté « d’un commun accord », soient confirmés et publiés. L’initiative vient des professionnels eux-mêmes et la publication est motivée par les déplacements d’une main-d’œuvre, ignorant la réglementation. On trouve dans l’ordonnance de Dieppe de 1358 une allusion à la venue de « grant foison de tiesserens de draps qui en ladite ville estoient venus demourer de nouvel », de Rouen, Auffay, Montivilliers ou Neufchâtel, et avec les bourgeois de la ville demandaient une réglementation pour éviter les faussetés qui auraient entaché la renommée de la ville64. À Évreux, l’ordonnance des tisserands de 1385 fait allusion à plusieurs tisserands, récemment arrivés, d’étranges nations et pays, qui ne respectent pas la réglementation concernant le compte des draps65. Les artisans du textile bougent et la grande peste a accru cette mobilité, mais ces déplacements contraignent à rafraîchir la réglementation, plus particulièrement en ce qui concerne les aspects techniques, ignorés des nouveaux arrivants. On peut se demander aussi si la fièvre de réglementation rouennaise dans les années 1378-1381 ne correspond pas de la même manière à la venue d’ouvriers du dehors, précisément ceux-là mêmes qui vont constituer la draperie foraine.

  • 66 AN, K 930, no 11, enquête concernant la teinture : à Andely, six personnes consultées, un marchand (...)
  • 67 Ord., t. X, p. 41-44. Les taxes (apprentissage, maîtrise) sont payées à l’œuvre de l’église Notre- (...)

40Caudebec s’intéressait d’abord aux foulons. D’autres ordonnances concernent avant tout les tisserands, ainsi à Dieppe en 1358, ou à Andely (Les Andelys) en 1409. Andely est présent au Lendit en 1383 et en particulier avec des foulons et laneurs, ce qui n’est paradoxal qu’en apparence66. L’ordonnance de 1409, qui est tout ce qui subsiste sur l’organisation interne de cette draperie, a pour but de pourvoir au fait de « la marchandise de drapperie » de la ville. Elle mentionne l’existence de jurés, « compagnons » « ordonnez par Justice, par la deliberacion des ouvriers dudit mestier », elle réglemente l’accès au métier et interdit aux tisserands en toiles de tisser en draps, mais elle ne réglemente pas la qualité des draps ; il semble que nous ayons affaire ici à une draperie très peu réglementée67.

  • 68 Louise Chaumet, « La corporation des tisserands et drapiers de Gruchet-le-Valasse et son statut de (...)

41L’ordonnance de Caudebec réserve une autre surprise. Le texte en a été repris, et parfois mot à mot, dans une ordonnance plus tardive, concernant la draperie de Gruchet68. Cette draperie « ecclésiastique » dépend du bailli de l’abbaye du Valasse, mais elle se trouve aussi dans la vicomté de Caudebec. Les textes circulent et en particulier dans le cadre des vicomtés.

  • 69 En 1322 : Ord., t. XII, p. 458.
  • 70 En 1380 : Ord., t. VI, p. 473. On peut s’étonner que l’on s’en prenne en particulier aux tisserand (...)

42Ce cadre de la vicomté, nous le retrouvons dans les ordonnances concernant Montivilliers. En 1322, le vicomte de Montivilliers, afin de réglementer la draperie de cette ville, fait venir devant lui des drapiers, des foulons, des tisserands et des bourgeois du lieu, mais aussi des bourgeois de Harfleur, avec « plusieurs autres des villages de la vicomté dessus dite69 ». Dans les règlements de 1380 et 1385, les marchands drapiers s’efforcent de mieux séparer leur production de celle des villes et des villages voisins et s’en prennent en particulier aux tisserands, qui mêleraient à leur fabrication des draps de dehors : « s’il avenoit que aucuns draps faiz et drappez es villes voisines d’environ ladicte ville de Monstivillier, qui soubz umbre des draps faiz en icelle ville y feussent appareilliez [apprêtés], celui ou ceulx qui les appareillera et appareilleront, soit tixerran ou autre, paiera » une amende70. Il semble exister une contradiction entre un contrôle qui s’exerce dans le cadre de la vicomté et une production qui se veut exclusivement de la ville.

  • 71 Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, « L’organisation des territoires du drap… », art. cité, p. 176. Le (...)
  • 72 AN, JJ 74, no 473, fol. 275 vo, signet, 1340. Voir p. 34.
  • 73 Ord., t. VI, p. 473.
  • 74 Ord., t. VII, p. 758.
  • 75 Louis de Brequigny, art. cité, p. 123. Et de même en 1436 : Ord., t. XV, p. 32.
  • 76 Sur le contrôle des fabrications extérieures, voir les cas de Gisors (Louis Passy, Le livre des mé (...)
  • 77 Isabelle Theiller, « Un document pour l’histoire de la draperie médiévale de Montivilliers, 1374-1 (...)
  • 78 On trouve dans la ville des tisserands en drap et des maîtres de foulerie (AN, P 1910/2, no 19107, (...)

43Mathieu Arnoux a proposé de voir dans la réglementation de 1322 un premier stade dans le développement de ce centre drapier, alors ouvert sur l’extérieur, en particulier sans doute sur les tissages extérieurs, et ce ne serait que dans un second temps, avec le sceau de 1380, que l’aire de production aurait été restreinte, pour les draps scellés, aux trois paroisses de la ville71. Le sceau, nous l’avons vu, est créé plus tôt. Mais il est créé contre la concurrence de Rouen, Louviers ou Pavilly, et non contre celle des villages de la vicomté72. Et ce n’est qu’en 1380 que l’on se propose de se défendre contre « aucuns draps faiz et drapez es villes voisines d’environ ladicte ville73 ». L’hypothèse avancée par Mathieu Arnoux semble donc vraisemblable. Mais l’ordonnance de 1322 concerne cependant d’abord la ville, et les habitants convoqués, des autres lieux de la vicomté, ne sont pas des jurés du métier, mais des voisins appelés pour donner leur accord sous serment. Et c’est pourquoi nous les retrouvons en 1385, « bourgois, marchans, drapiers et habitans », de Montivilliers, d’Harfleur et des autres villes voisines, donc après la création du sceau74. Faut-il comprendre que dans un premier temps, en 1322, ceux des bourgs voisins sont convoqués, afin d’étendre la réglementation urbaine à la vicomté, et que, dans un second temps, en 1380-1385, on convoque des personnes des mêmes lieux afin de leur signifier leur exclusion ? Ou bien, plus simplement supposer que ces personnes jouent le même rôle en 1322 et en 1385, celui de confirmer l’originalité de la draperie de Montivilliers ? En 1420, dans un nouveau règlement, il est précisé que les gardes jurés doivent aller « par les ouvreurs, tant de nostre dite ville […] comme de tout nostre vicomté et ressort de Monsterviller, pour voir et visiter les draps et ouvrages qui y seroient faiz et appareillés75 ». Les gardes jurés de la ville vont visiter les draps des villages, et ce n’est pas pour contrôler s’ils méritent le label de la ville, mais pour lutter contre les contrefaçons76. Ces quelques remarques montrent la difficulté à percer les mystères de Montivilliers, et à éclairer la mise en place d’une politique industrielle, assurant le succès d’un label de qualité. Isabelle Theiller a avancé une hypothèse séduisante : les draps de Montivilliers seraient des draps « de vicomté », produits sur les terres de la vicomté, et il y aurait en ville des marchands et des courtiers en draps, mais pas d’ouvriers de draperie ; la main-d’œuvre serait absente de la ville77. Remarquons que, d’une part l’appellation draps de vicomté n’apparaît que plus tard, d’autre part que les deux cents tisserands de 1322 semblent bien habiter la ville78. Mais cela n’empêche pas les marchands drapiers de faire, au moins dans un premier temps, tisser aussi dans les villages. Il est cependant peu probable que les draps faits en dehors de la ville aient pu recevoir le sceau ou la marque de Montivilliers, sinon par ruse et ruse coupable. Lorsque Harfleur se donne un sceau en 1376, c’est parce que « les draps qui y sont faiz, tissuz, lanez et foulez ne sont signez d’aucun signe notable, comme sont ceulx de la dicte ville de Monstiervillier et d’ailleurs », et qu’il n’y a aucun visiteur ou boujonneur pour contrôler la qualité. Les marchands d’Harfleur convoqués en 1385, à Montivilliers, ne relèvent pas de la draperie de Montivilliers.

44La question qui était au point de départ de cette réflexion (que viennent faire les habitants d’Harfleur et des villages voisins lors de la publication de l’ordonnance de 1322 pour la draperie de Montivilliers ?) semblait nous orienter vers une organisation spatiale de la production, tout à fait originale. Il faut sans doute y voir plus modestement une draperie ouverte à l’origine sur les tissages extérieurs, mais qui, le succès venant, va se doter d’un sceau et d’une lisière spécifique afin de mieux défendre ses produits et ses producteurs. Et si l’on convoque les gens du voisinage, et dès 1322, c’est pour affirmer l’originalité urbaine et mieux accompagner cette évolution.

  • 79 André Giffard, op. cit., p. 24.
  • 80 Ord., t. IX, p. 171-172, § 13 et 23. Parer signifie fouler, tondre et apprèter. Précisons que le d (...)

45Les villes, qui mettent en place un contrôle de la qualité, s’efforcent de différencier leur propre production de celles des bourgs et des villages qui les environnent et interdisent de draper aucun drap fait hors du « boujon », hors de la zone contrôlée par leurs gardes. Dans l’ordonnance des tisserands d’Évreux (1385), seuls les draps « fais et labourés de tous labours en la ville et banlieue d’Évreux » pourront être vendus à Évreux comme draps marchans et portés en la loge des draps d’Évreux au Lendit79. Les statuts de la draperie d’Évreux de 1403 justifient ainsi ce monopole : « pluseurs drappiers […] ont meslé avec les draps faiz en la ville, banlieue et boujon d’Évreux, autre drap de dehors », les ont fait sceller du sceau de la ville et vendus « soubz umbre d’iceulx » et la draperie d’Évreux en a été diffamée. Mais les mêmes statuts laissent entrevoir d’autres pratiques : « les lanneurs seront tenuz avant qu’ilz meuillent draps faiz hors du boujon, qui leur seront apportez pour parer, de le signifier » aux jurés, qui les visiteront pour voir les défauts ; ainsi les jurés ne se contentent pas de visiter les draps de la ville et les laineurs « parent » des draps de dehors80.

  • 81 ADSM, 1 B 302, 28 mai 1501.

46Il est probable que la contradiction, repérée ici, est assez proche de celle que nous avions entrevue à Montivilliers. On supposera que les drapiers d’Évreux ne peuvent vendre comme draps d’Évreux des draps tissés au dehors, mais qu’ils peuvent les vendre comme draps de dehors. À Rouen aussi, les drapiers, c’est-à-dire les foulons, laneurs et tondeurs, pouvaient fouler, laner et tondre les draps de dehors81.

  • 82 Drap de (la) vicomté. Le label apparaîtrait avant 1430 (Henri Dubois, « Drapiers normands aux foir (...)

47Nous sommes ici sur une frontière indécise où les abus et les tolérances ont dû être fréquents. Cette question des rapports entre ville et vicomté, centre drapier et tissages périphériques, en rejoint une autre, celle de l’émergence du label commercial « drap de vicomté » au cours du XVe siècle82, sur les marchés d’exportation de la draperie normande : drap de vicomté ou drap de la vicomté (de Rouen). Peut-on y voir plus clair ?

48Remarquons tout d’abord que les amendes des métiers relèvent en Normandie le plus souvent des assises de vicomté, et que les métiers, dans la mesure où ils sont passés sous contrôle royal, l’ont fait dans le cadre administratif de la vicomté ; il a effectivement existé des draperies dans de petits centres, aux limites inférieures du réseau urbain, dont ne subsistent parfois dans les archives que des listes d’amendes, levées par des jurés et dont ils reversent une partie (la moitié ou les deux tiers) au roi, c’est-à-dire le plus souvent au vicomte : amendes de la draperie de Breteuil, d’Auffay, de Darnétal, de la Ferrière-sur-Risle ou de Beaumont-le-Roger :

Tableau 2 : Listes d’amendes de la draperie des bourgs en Normandie.

Ville

Amende

Sources

Breteuil

29 amendes, 47 sous 6 deniers

BNF, ms. fr 26416, no 73 (1325)

Darnétal

380 sous

BNF, ms. fr 26006 (2), no 137 (1365)

2 amendes, 45 sous

BNF, ms. fr 26036, no 4172 (1409)

14 amendes, 92 sous 6 deniers

BNF, ms. fr 26037, no 4396 (1410)

La Ferrière

20 amendes, 134 sous

BNF, ms. fr 26025, no 1746 (1392)

9 amendes, 39 sous

BNF, ms. fr 26036, no 4244 (1409)

Auffay

38 amendes, 67 sous 6 deniers

BNF, ms. fr 26040, no 4887 (1415)

Beaumont

amendes des jurés du bougon des draps : néant.

AN, P 1920/3, no 45551 (1445)

À titre de comparaison :

Montivilliers

13 amendes, 150 sous

BNF, ms. fr 26005, no 1422 (1363)

10 amendes, 210 sous

BNF, ms. fr 26018, no 158 (v. 1380)

Louviers

170 sous (mais au XVe siècle. 10 à 20 sous en moyenne)

ADSM, G 634 (1368)

Évreux

74 amendes, 502 sous, incomplet

BNF, ms. fr 26022, no 1032 (1388)

45 amendes, 145 sous

BNF, ms. fr 26040, no 4998 (1416)

  • 83 Vicomté de Conches, amendes échues à La Ferrière, 1394, deux tisserands de draps (ADE, II F 4040). (...)
  • 84 AMR, A4, fol. 64 vo. Voir p. 52. Pavilly et Darnétal sont présents au Lendit. Sur Pavilly, nous sa (...)
  • 85 ADE, E 1823. Voir ci-dessous, document C. Les « douestes » de fil linge sont des franges de fil de (...)

49Les draperies des bourgs sont donc réglementées. Les infractions concernent surtout un mauvais tissage : raie, barre, drap cassé, trame « étrange ». La draperie de La Ferrière n’est guère connue par ailleurs83. Auffay et Darnétal dépendent du centre rouennais ; les deux bourgs, associés avec Pavilly, ont leur emplacement aux halles de Rouen84. Parmi ces petits centres, seuls ont subsisté les statuts des drapiers de Beaumont de 1411 : le métier regroupe tisserands, foulons et laneurs. Des jurés, institués par le « bailli » de Beaumont, visitent les « ouvreurs ». La réglementation concerne la mesure des draps, la qualité, la teinture, l’apprentissage, la « frairie de la Magdeleine », le moulin. Il n’y a pas de sceau, mais une enseigne que les tisserands mettent au bout du drap, « a trois douestes de fil linge », qui certifie la bonne « moueson », la bonne longueur de 18 aunes entre deux chefs. Les draps sont portés « a la foire du Lendit et de Guibray85 ».

  • 86 En 1292, voir : Robert Fawtier et François Maillard, Recueil des historiens de la France. Document (...)
  • 87 À Montivilliers en 1363, voir : BNF, ms. fr 26005, no 1422. À Evreux en 1388, voir : BNF, ms. fr 2 (...)
  • 88 AMR, S3, fol. 69. Espincher, c’est enlever les nœuds après tissage avec des petites pinces.
  • 89 ADSM, 5 E 4, § I0. Voir aussi l’ordonnance de la draperie de Beaumont, en 1411 (ADE, E 1823, § 9) (...)
  • 90 Dominique Cardon, op. cit., p. 543-549.
  • 91 Claude Bouhier, « Les contrats d’apprentissage à Elbeuf de 1467 à 1506 », Bulletin de la société d (...)

50De Breteuil, on sait qu’il y existe des moulins à foulon en 1292 et en 131086. La liste des amendes de la draperie en 1325 est particulièrement intéressante parce qu’elle est ancienne et qu’elle révèle l’importance du rôle joué par les femmes aux origines de la draperie : 14 hommes et 9 femmes sont frappés d’amende. Dans des listes d’amendes ultérieures, le nombre des femmes diminuent : à Montivilliers en 1363, 10 hommes et 3 femmes ; à Évreux en 1388, 56 hommes et 3 femmes dont une veuve87. À mesure que l’on avance dans le XIVe siècle, la femme semble de plus en plus exclue des responsabilités dans la draperie. Dans le règlement de la draperie foraine rouennaise de 1401, il est dit qu’anciennement « femmes et autres gens, qui ne sont pas du serment dudit mestier, se sont aucunes foys [parfois] entremiz […] de espincher ou aucunement ouvrer en yceulx draps », que, dorénavant, ils ne s’en mêlent plus88. À Caudebec en 1402, l’ordonnance de la draperie prescrit « que nulle femme ne pourra faire aucune chose dudit mestier sur peine d’amende, excepté qu’elle pourra espincher a l’escru tant seulement89 ». Dominique Cardon a vu dans l’effacement des tisserandes, du XIVe au XVe siècle, la conséquence de l’inflation des comptes (du nombre de fils) et de l’élargissement des peignes et des draps90. Mais nos drapières de 1325 ne sont pas toutes des tisserandes. Il y a sans doute un autre phénomène qui a favorisé la progressive exclusion des femmes, la mise en place ou le renforcement des structures corporatives à dominante masculine. À la fin du XVe siècle, on voit cependant à Elbeuf des filles mises en apprentissage dans le métier de la draperie91. Les drapières de Breteuil en 1325 témoignent en tout cas du rôle important que les femmes ont joué dans les premiers temps de la draperie.

  • 92 AMR, A9 fol. 216 vo, 217, 220 vo, 222 vo ; Charles de Beaurepaire, Inventaire, p. 80. Sur cette cr (...)

51Afin de voir plus clair (ou d’obscurcir davantage le tableau) en ce qui concerne la « vicomté », nous reprendrons les registres des délibérations municipales rouennaises de la fin du XVe siècle. Il s’agit alors pour les conseillers de la ville de trouver une solution à la crise de la draperie urbaine, concurrencée par la draperie dite « foraine », celle en particulier de Darnétal92 :

9 décembre 1496 : « Les marchans viennent de tous pais acheter les draps en ceste ville et sont les draps de Saint Saen, d’Auffay et autres […] Les drappiers de Rouen veullent chasser les forains comme ilz firent ceulx qui faisoient les draps de viconté […] Les draps de Louviers et Monstierviller sont draps de viconté et foullez a pié et viennent les marchans estrangiers de tous pais en la ville […] Les marchans estrangiers viennent a Rouen acheter les draps de viconté […] »
8 mars 1497 : « Quant les marchans venoient anceannement [anciennement] ilz se fournissoient a Rouen, Auffay, Monstierviller et es autres vicontés. »

  • 93 ADSM, 1 B 55, fol. 80, Saint-Lô, 1497. On a fait ordonnances « que en ladite ville ne seroient fai (...)
  • 94 ADSM, 1 B 48, fol. 202-205. Ce qui leur est reproché, c’est d’avoir scellé à Rouen, où il n’y a qu (...)

52Les marchands viennent de partout acheter à Rouen les draps de Rouen et ceux d’autres centres, mais les « boujonneurs », les gardes jurés de Rouen ont réussi à chasser ceux qui faisaient des draps « forains » ou de « vicomté ». Les interventions des conseillers ne sont pas toujours très explicites. Elles semblent indiquer que ces draps de vicomté ne viennent pas seulement de la vicomté de Rouen, qu’ils y sont en partie commercialisés et que l’on a pu, un temps peut-être, les faire faire à Rouen même. Mais, draps de la vicomté de Rouen à l’origine, leur succès aurait fait tâche d’huile et se serait étendu à d’autres centres. C’est ainsi que l’on en trouve aussi à Saint-Lô à la fin du XVe siècle93. Un procès à l’Échiquier de 1474 apporte d’autres précisions sur ce que les drapiers rouennais appelaient « draps de vicomté » ; des draps achetés sur le plat pays ont été arrêtés parce qu’ils portaient un sceau de plomb apposé par des marchands détailleurs de draps, de Rouen, et que, sous couleur de ce sceau, ils pouvaient « estre vendus par lesdits revendeurs comme draps de viconté, qui auroient esté visitez par les gardes […] es lieux esqueulx il y avoit gardes et visitacion et soubz umbre d’iceulx seaux les […] povoient plevir [garantir] comme draps de viconté94 ».

  • 95 Voir ci-dessus, tableau 1.
  • 96 Il s’agit de Graville-Saint-Honorine. À nouveau nous voyons se dessiner un espace « cauchois ». Or (...)
  • 97 AMR, A10, fol. 153 vo, 1er septembre 1509. À Louviers, existe un petit sceau après tissage (ADSM, (...)

53La question du sceau, soulevée ici, n’est pas claire. Les grands centres drapiers ont leur sceau dès le XIVe siècle95. Mais le sceau de la vicomté, s’il a existé, doit être autre chose. À Neufchâtel, une ordonnance de 1434 concernant les tisserands, décide qu’un sceau sera mis par les jurés, pour ce « ordonnez par justice », sur les draps bien tissés, « ainsi qu’il estoit acoutumé faire en la ville de Rouen, de Monstivilliers, Graville, Auffay, Fescamp et ailleurs et par especial oudit bailliage de Caux96 ». Il existerait ainsi des sceaux en dehors des principaux centres. Il faut cependant remarquer que le sceau en question est apposé après tissage ; c’est en réalité ce qu’on appelle à Rouen le « petit » sceau par opposition au grand sceau apposé sur le drap « prêt97 ». Le sceau de la vicomté aurait-il été un sceau d’après tissage ? Les draps de vicomté portaient-ils un sceau sur le drap fini ? Et leur lisière était-elle la lisière des draps de « dehors » ?

  • 98 Voir : Henri Dubois, « Drapiers normands », art. cité, et Françoise Piponnier, Costume et vie soci (...)
  • 99 Poursuivi pour avoir tondu un drap de vicomté, (ADSM, 1 B 59, 30 juillet 1501). Voir p. 192.
  • 100 Sur cet espace au XVIe siècle, voir : Jacques Bottin, « Structures et mutation d’un espace protoin (...)

54Peut-on conclure sur la vraie nature des draps de vicomté ? Leur qualité se situe immédiatement en dessous de celle de Rouen, au niveau de celle de Louviers, et donc au-dessus de celle des plus petits centres98. Il faut donc entendre par draps de vicomté, des draps produits dans la vicomté de Rouen, mais aussi dans d’autres vicomtés, là où il y a gardes et visitation. Ils reçoivent parfois l’apprêt final à Rouen : la teinture, pour les marchands détailleurs de 1474 et la tonte pour le drapier rouennais Guillaume Le Cauchois en 150199. Le label de « vicomté » aurait d’abord été un moyen de résoudre les contradictions dont nous avons parlé, il serait venu combler le flou de la réglementation, précisément sur cette frontière indécise entre tissage externe et finition dans les grands centres, là où en tout cas cette frontière ne pouvait rester indécise, autour de Rouen. Le label « drap de vicomté » témoignerait aussi à sa manière de la mise en place autour de Rouen d’un espace économique régional, à la fin du Moyen Âge100. L’appellation se serait ensuite étendue, à la fin du XVe siècle, à la production de centres secondaires ou en perte de vitesse, comme Montivilliers, Louviers ou Saint-Lô.

Le marché des laines

  • 101 Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, « Les acteurs d’un processus industriel. Drapiers et ouvriers de l (...)
  • 102 BNF, ms. fr 11954, et Suzanne Deck, op. cit., p. 219.

55Le marché de la laine en Normandie s’appuie incontestablement, sur une production régionale non négligeable. Les dîmes jouent un rôle important, comme l’a montré Mathieu Arnoux ; ce sont les dîmes des agneaux et des laines. À Écrainville, la dîme des agneaux et des laines donne en 1451, 80 agneaux et 180 toisons de laine, soit 540 livres de laine non lavée, plus de 60 livres tournois101. Une autre catégorie de laine arrive sur le marché, la laine de métairie, qui provient de baux à cheptel, à trois ans, la moitié des laines revenant au bailleur. Les seigneurs aussi vendent leurs laines ; le comte d’Eu fait vendre ses laines en 1388 pour plus de 320 livres102. Le marché rouennais est le moins mal connu ; le tabellionage, dans les dernières années du XIVe siècle, en fournit quelques exemples :

Tableau 3 : Ventes et achats de laine sur le marché rouennais.

Localité

Vente/achat

Source

Bois-l’Évêque

14 livres de laine blanche et lavée à prendre en 30 bêtes à laine au choix.

ADSM, 2E1/153, 21 mars 1381 ns, fol. 42

Sainte-Vaubourg

Deux Rouennais doivent 59 livres tournois pour achat de laine à la commanderie hospitalière

2E1/154, 2 octobre 1392, fol. 199 vo

Isneauville et Saint-Georges-sur-Fontaine

Bêtes à laine tenues en métairie de Henri Ango

2E1 /154, 30 octobre et 4 novembre, fol. 204 vo et 206

Bosc-Guérard

Bêtes à laine, baillées à métairie à 3 ans.

2E1/155, 23 mai 1395, fol. 155 vo

Buchy

2E1/156, 9 avril 1397 ns, fol. 162 vo

Auppeneez

30 bêtes à laine de métairie.

2E1/160, 5 février 1406

Lindebeuf

Pierre Duval de Saint-Vivien achète de la laine à un habitant de Lindebeuf ; sans doute le foulon et laneur de 1404. Pierre et son frère Laurent ont des terres à Cideville

2E1 /161, 24 avril 1406 ; BNF, ms. fr 26033, no 3581 ; voir ici p. 125 ; 2E1/160, 6 mai 1405

Bréauté-en-Caux

En 1484, un marchand de Bréauté-en-Caux vient vendre à un drapier rouennais 3 poids de « laine cauchoise », que les gardes et visiteurs des laines considèrent comme non conforme

ADSM, 4 BP II/1bis, fol. 118 vo, 6 mars 1484 ns

  • 103 AMR, S3, fol. 86 vo -88 et U2, fol. 16 vo-18.
  • 104 Voir : AMR, A9, fol. 217, 9 décembre 1496 : « sont les laines vendues tant de Caux que d’Angleterr (...)
  • 105 AN, P 1908, no 18475.
  • 106 Jean Favier, Le registre des compagnies françaises (1449-1467), Paris, Imprimerie nationale (Histo (...)
  • 107 ADSM, 2E1 /153, fol. 25, 24 janvier (à Abbeville, 16 francs or, c’est-à-dire 16 livres) ; fol. 31 (...)
  • 108 ADSM, 2E1/156, fol. 28, 25 mai 1396 (Louviers, à Guillaume Quesnel, sans doute drapier, 30 livres) (...)
  • 109 Théodore Bonnin, op. cit., t. III, no 602, p. 37.

56La laine de métairie, lorsqu’elle est vendue en toison, doit être fendue tout au long, les autres toisons devant être vendues entières. On peut penser qu’elle est moins estimée. Cette obligation se trouve dans l’ordonnance de la draperie de 1451, la plus détaillée en ce qui concerne la « marchandise de laine103 ». Il faut soigneusement distinguer laine en toison, laine de métairie, laine à suint (non lavée), « pelleures » (prélevées sur les animaux abattus pour la boucherie), laine des cuisses (la moins estimée), et bien sûr les « menues laines défendues ». L’ordonnance précise « les dits marchans de layne ne pourront mesler layne d’Angleterre parmy laine cauchoise », ni laine cauchoise parmi laine de Picardie, ni laine de Picardie parmi laine de Bourgogne, ni laine de Brie parmi laine de Bretagne, ni celle d’un pays parmi celle d’un autre pays. On supposera que c’est parce qu’elles n’ont pas la même valeur et qu’il y a là sans doute une hiérarchie, de la plus estimée à la moins prisée. La laine de Caux vient immédiatement après l’anglaise104, et l’on ne parle pas encore de laine ibérique. Il est certain que la Normandie ne se suffit pas pour la laine. En 1346, au sujet de Saint-James, il est dit que « les gens de la ville avoient accoustumé a vivre eulz de marchandise, especialement de grosse draperie, dont les laines estoient apporteez des pais » de Bretagne, de Poitou et de Gascogne105. Dans les registres des compagnies françaises des années 1450, les Rouennais, mais aussi ceux de Louviers et même de Saint-Lô, viennent acheter des laines à la foire du Lendit106. Mais les Rouennais revendent eux-mêmes des laines autour de Rouen. Donnons quelques exemples tirés du tabellionage : en 1381, ils vendent des laines à Louviers, Bolbec et jusqu’à Abbeville107 ; en 1396, à Sahurs près de Rouen, à Darnétal et à Louviers108. Lors d’une enquête à Louviers en 1469, il est rappelé que les marchands de Rouen viennent à Louviers vendre des draps au détail et des laines, et acheter des draps109 (de Louviers). À la fin du XVe siècle, les drapiers d’Elbeuf, nous le verrons, se fournissent aussi en laine à Rouen.

  • 110 Dominique Cardon, op. cit., p. 212, et Heather Swanson, Medieval artisans…, op. cit., p. 30. À Elb (...)
  • 111 AMR, S3, fol. 85 vo, 1451.
  • 112 Voir le texte de 1497 (ADSM, 1 B 55, fol. 191 vo et ici p. 112).
  • 113 AMR, S3, fol. 87, 1451.
  • 114 AMR, S3, fol. 86, et U2 fol. 15 vo, 1451. « pierre », transcrit sans doute à tort « pareures » dan (...)
  • 115 ADC, F 7910, fol. 23, 1482.
  • 116 Voir les tableaux des impôts de ces villes dans le chap. VI. Pour Bayeux, voir aussi : François Ne (...)
  • 117 Ord., t. IX, p. 171.

57Si l’on se tourne maintenant vers la préparation des laines, on se rend compte que les sources normandes sont presque muettes. On sait peu de choses sur les premières opérations de la draperie, la préparation des laines, le peignage, le cardage, le filage. Elles sont, comme ailleurs, en grande partie assurée par les femmes110. Lorsqu’on interdit de filer la chaîne au rouet, l’interdiction s’adresse aux femmes : « que nulle femme ne fille ne fille [file] ou face filler estain a rouet111 ». Ces opérations sont en partie réalisées dans le cadre familial, par les femmes, les filles, les servantes des drapiers112. Les marchands de laine fournissent des laines le plus souvent lavées et séchées113. Les drapiers baillent bien sûr aussi la laine à filer, tant pour la chaîne que pour la trame. À Rouen, les maîtres des métiers de draperie pourront avoir certains « poix » de métal pour faire les mélanges de laines « et aussi pour faire les pierres d’estain [chaîne] et de trayme, qui leur seront necessaires selon la quantité du drap qu’ilz veulent faire et aussi pour bailler a filler iceulx pierres selon la quantité du drap qu’ilz veulent faire a personne qui les prennent », et ils pourront avoir « ballenches a crochez114 ». À Lisieux, on baille les trames à filer aux filleresses au rouet au bout de la halle au blé115. Mais il existe aussi un marché du filé, du fil lange par opposition au fil linge ; on en saisit l’existence à travers les sources fiscales, à Bayeux, Caen, Saint-Lô, Pontorson, dans les années 1370116. À Caen, ce marché représente en livres tournois un cinquième des laines ; à Bayeux, en 1376-1377, un quart des laines ; à Saint-Lô un treizième. À Évreux, en 1403, la laine filée au-dehors et portée en ville au tisserand – pour faire drap « marchand et pour vendre » – sera visitée par les jurés du métier117. Rien ne prouve qu’il ait existé un marché du filé à Rouen, mais les sources fiscales y sont trop rares pour qu’on puisse en tirer une conclusion. Il est cependant vraisemblable que, pour Rouen comme pour Saint-Lô, la plus grande part des laines était donnée à filer en ville, que le marché du filé ne concernait que les laines qui venaient de dehors ou que l’on avait fait filer dehors. Autrement dit, que la sous-traitance était d’abord intra-urbaine, du fait même de l’abondance de main-d’œuvre.

Les moulins fouleurs à draps118

  • 118 Sur les moulins à fouler les draps, voir : Paolo Malanima, I piedi di legno. Una macchina alle ori (...)
  • 119 La Maillardière dépendant de Lyre, mais proche de Rugles. Rugles en 1342 : ADE, H 510. Voir aussi (...)
  • 120 Anne-Marie Bautier, art. cité. On ne la suivra pas totalement, lorsqu’elle cite le texte de Louvie (...)

58C’est en Normandie qu’est attesté le plus ancien moulin fouleur du royaume, celui d’Annebecq en 1086-1087. C’est sans doute aussi en Normandie que nous en trouvons le plus grand nombre à la fin du Moyen Âge. Les « moulins fouleurs à draps », comme on les appelle ici le plus souvent, relèvent des autorités seigneuriales qui contrôlent les rivières, c’est-à-dire des seigneurs locaux, abbayes, évêques, et du roi (c’est-à-dire le vicomte). Ces installations coûtent cher et rapportent assez peu, en tout cas moins que les moulins à blé. D’où l’intérêt du ban. Le droit de ban, c’est l’obligation pour les hommes du seigneur, les « banniers », d’aller faire fouler au moulin. Dans certaines zones, comme le Nord du Pays d’Auge, les bans (Pont-l’Évêque, Lisieux, Auvillars, Bonnebosc) se rejoignent. Il en découle aussi parfois des conflits, comme celui de 1342 entre le seigneur de Rugles et l’abbaye de Lyre, au sujet des hommes de l’abbaye demeurant à La Maillardière119. On doit cependant supposer qu’une partie au moins des moulins ne disposent pas du ban. Il a semblé ici intéressant de proposer une géographie des moulins à draps. Anne-Marie Bautier120 avait déjà exploré les sources publiées, pour la période allant jusqu’au milieu du XIVe siècle. J’en ai poursuivi l’étude pour la Normandie jusqu’à la fin du Moyen Âge, à partir d’une source particulièrement riche, la série P des Archives nationales. On ne peut prétendre à l’exhaustivité, car il existe d’autres sources, en particulier ecclésiastiques. Mais un rapide panorama permettra de poser au moins quelques questions.

  • 121 La liste qui suit a bénéficié de nombreux compléments apportés par Christophe Maneuvrier, de l’uni (...)

Tableau 4 : Liste des moulins fouleurs à draps en Normandie au Moyen Âge121

Localité

Années

Informations fournies sur les moulins

Sources 1

Andelys (Les)

1285

« molendinum foulerez »

Delisle, De Wailly, t. XII, p. 646 ; Bautier, p. 625.

1456

Trois moulins à fouler draps sur la rivière de Gambon, démolis, jadis fieffés pour 40 livres parisis soit 50 livres tournois ; au roi

AN, P 1911/2, n 19934

1484 et 1490

Toujours en non valoir

AN, P 1912/1, no 20066 ; P 1912/2, no 20149

Anet

1285

Bautier, p. 625

1400

« molin foleres aux draps assiz en la ville d’Annet », avec « vaisseaulx » et la poulie ; au roi

AN, P 1913/1, nos 21980 et 21997

Angerville

1261

Le moulin « foulerez » avec le pré, 7 livres

Strayer, p. 178

1308 et 1312

Bautier, p. 626

1429

« molin folleur, demi an pour moitié », 9 livres

AN, P 1920/4, no 45559

1446 et 1457

Deux moulins, à blé et à fouler draps, en ruine, toujours pas reconstruits

AN, P 1914/2, no 29951 ; P 1917/3, no 32667

1472-1480

Comptes pour la duchesse d’Orléans, remis en état en 1478, moulins à blé et fouleur, 18 livres par an

BNF, naf 5275, fol. 3 vo, 47 vo, 259 vo, 347 vo

Annebecq

1086-1087

Abbaye de Saint-Wandrille. La plus ancienne attestation en Normandie

Bautier, p. 582

Argentan

1453

Le moulin du duc d’Alençon à Fontenai et le moulin de l’abbaye de Silly à Silly-en-Gouffern

Marie-Anne Moulin, « Argentan à la fin du Moyen Âge », dans Pierre Bouet, François Neveux (éd.), Les villes normandes au Moyen Âge, Caen, PUC, 2006, p. 282

Aumale

1415

Comte d’Aumale

Ernest Semichon, Histoire, op. cit., t. I, p. 116-117 et 337

1482

Converti en moulin à blé

Ernest Semichon, ibid., p. 117

Aunay-sur-Odon

1196

Il s’agit du seigneur d’Aunay, qui fait don d’un moulin à tan et d’un moulin à foulon à l’abbaye Notre-Dame-d’Aunay

Bautier, p. 624 ; sous le nom de Semilly

1456

AN, P 306, no 291, fol. 54 vo

1485

Moulins à blé, à tan et à draps

AN, P 1925/2, no 47759, temporel de l’abbaye ; Gaston Le Hardy, « Étude sur la baronnie et l’abbaye d’Aunay-sur-Odon », BSAN, t. XIX, 1897, p. 276, 323, 362

Auvillars

1401

Moulin fouleur à ban, baillé 6 livres par an, le fief s’étend à La Roque, Saint-Eugène, Val Semé, Repentigny, Bonnebosc, Hotot

AN, P 307, no 167, fol. 89 vo

1452

« souloit » être baillé par 6 livres tournois de rente

AN, P 305, n 132, fol. 20

Beaubec-la-Rosière

1499, 1503

ADSM, 2 H 23, fol. 24, Beaurepaire

Bernay-en-Houlme

1401

Moulin « folleur » à ban

AN, P 306, nos 251 et 556, fol. 27 et 97 vo

Bernay

1156-1159

À l’abbaye

Bautier, p. 590

Le moulin à foulon de l’abbaye (devenu la rubannerie Masselin-Gallant) est sur la Charentonne en amont du centre ville

Les Amis de Bernay, no 70, septembre 2010, p. 67-69

1374

Charpillon, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l’Eure, Les Andelys, Delcroix, 1868, p. 299

1467

ADE, H 114

1473

Auguste Le Prevost, Mémoires op. cit., t. I, p. 295-296

1503

Le moulin fouleur est baillé 36 livres l’an

ADE, H 114

Bernières-le-Patry

1412

Moulin « foulrez a draps », qui vaut par an 12 sous tournois

AN, P 303, n 190, fol. 90 vo

Blangy

1388

Ferme 55 livres par an

BNF, ms. fr 11954 ; comte d’Eu

Bloutière (La)

1311, 1315, 1364

Prieuré de Saint-Thomas de La Bloutière, moulin fouleur acquis en 1315 ; en 1364, le moulin et deux « palis », pour 100 sous par an

Paul Le Cacheux, « Le cartulaire de Guillaume Le Gros, prieur de La Bloutière », Mélanges de la Société de l’histoire de Normandie, Rouen, Lestringant ; Paris, Picard et fils, 1925, p. 189 et 191.

1462, 1496, 1561

Trois moulins à blé, à draps, à tan ; nos hommes sont tenus à venir fouler leurs draps au moulin fouleur de la Halaisière (sur la Sienne)

AN, P 1925/1, no 47519; P 1926/1, no 47909 (2); P 1926/2, no 48025

Bonnebosq

1455

Moulin « foulleur » à ban, fief de Bonnebosq (Repentigny, Hotot, Putot, Rumesnil), vaut communs ans 100 sous

AN, P 395, no 267, fol. 42 et P 1924/2, no 47313

1461

AN, P 1925/1, no 47508

1484

AN, P 1925/2, no 47765

Brécey

1394

Fief de Brécey, moulin à blé, moulin à draps et pêcherie sur la rivière de Sée

AN, P 304, no 62, fol. 41 vo

Breteuil

1292, 1297, 1302

Bautier, p. 626

1310

Cinq moulins « fulatoria » au roi

AN, JJ 45, fol. 112 ; Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, « L’organisation », art. cité, p. 172

Bretteville-sur-Laize

1420

Moulin fouleur, à Bretteville ou à Cingal, fief de La Meslière, dépend de l’abbaye de Fontenay-le-Marmion Fief de La Touche-Berssecart, à

AN, P 306, no 95, fol. 22 vo

Brouains

1394

Juvigny-le-Tertre et Brouains, place de moulin à blé et de moulin fouleur

AN, P 304, no 64, fol. 42

Caen

1180

Revenus du bailliage, batellorum et kidellorum et foleisreiz, c’est-à-dire revenus des bateaux, des « guideaux » (filet de pêche en rivière) et des (moulins) fouleurs. Mais s’agit-il vraiment de la ville de Caen ?

Laurence Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles. Espace urbain, pouvoirs et société, Cormelles, La Mandragore, 2001, p. 207 ; Lechaudé d’Anisy, Grands rôles des échiquiers normands, Société des antiquaires de Normandie, Paris, Le Brument, 1845, t. I, p. 17. Delisle, no 996, (kidellus)

Cambremer

1397 ns

« moulin foulleur a draps », près de la chaussée du vivier de Cambremer, à réédifier

Eugène Anquetil (éd.), Le livre rouge de l’évêché de Bayeux, Bayeux, Tuebeuf, 1908-1911, t. II, p. 241

Carrouges

1277

Abbaye Saint-André-en-Gouffern

Bautier, p. 625 ; Delisle, p. 212, no 898

Chaise-Baudoin (La)

1416

Au roi, en ruine

AN, P 1913/2, no 22774

Chaumont

1457

Fief dépendant de Gacé, moulin à fouler draps à ban

AN, P 308, no 224, fol. 41 vo

Conches-en-Ouche

1175-1204

Moulin « de foleres », près de Conches

Claire De Haas, Le grand cartulaire de Conches et sa copie, Le Mesnil-sur-l’Estrée, Firmin-Didot, 2005, p. 592

Coutances

1192

Ducœur, p. 233

Danestal

1261

Moulin foulerez

Strayer, p. 176

1386, 1406, 1412

Baronnie de Roncheville, droit de moulin à blé et à draps

AN, P 307, no 69, fol. 27; no 100, fol. 49; no 207, fol. 125

Darnétal

1474

ADSM, 2E1/200, 27 décembre 1474 ; voir p. 187

Domfront

début XVe siècle

Moulin fouleur à draps détruit depuis la conquête de la Normandie

BNF, ms. fr 26045, no 5885

Elbeuf

avant 1506

ADSM, 52 BP 10, 19 septembre 1506 ; voir p. 91

Eu

1388

Comté d’Eu, ferme sans les dépenses des travaux 209 livres

BNF, ms. fr 11954

Évreux

1181-1192

ADE, G 122, no 77, fol. 19 vo ; Georges Bourbon, Inventaire sommaire des archives départementales de l’Eure, série G, Évreux, Conseil général de l’Eure, 1997, p. 62

Avant 1198 et vers 1204

Au roi, 25 livres

Bautier, p. 590

1386, 1390, 1401

Moulin fouleret

ADSM, 1 B 4, fol. 76 vo, 1 B 6, fol. 147; 1 B 18, fol. 201 vo

1412

Le fermier obtient un rabais de 24 livres

AN, P 1913/2, no 22904 ; Dom Lenoir, dans Michel Le Pesant, Cahiers Léopold Delisle, XVIII, 3-4, 1969, p. 34

1427

Ferme du moulin fouleur 12 livres enchérie 19 livres 3 sous

AN, P 1921/2, no 45654

1457

Ferme du moulin foullerez pour trois ans enchérie à 22 livres

Armand Benet, « Documents historiques sur la ville d’Évreux aux XIVe et XVe siècles », Recueil des travaux de la société libre d’agriculture de l’Eure, ive série, t. 7, 1888-1890, p. 270

1510, 1513, 1514

Ferme 3 livres

AN, P 1921/2, nos 45888 et 45905 ; P 1920/1, no 45418

Falaise

1396

Au roi ; pour avoir fait tout neuf un moulin à draps et deux « paliz de bois a estendre draps », assis sous le donjon du château

BNF, ms. fr 26028, n 2395

1407

« moulin fouleur seant soubz le donjon du chastel »

AN, KK1338, n 61

1468

AN, P 1921/3 no 45719

1505

L’étang sous la grosse tour avec le moulin fouleur à draps

AN, P 1920/3, n 45486

Fel

1420

Moulin à draps, fief de Fel

AN, P 305, no 218, fol. 15

Fontenai

Voir Argentan

Fontenay

1394

Moulins à blé et à draps

AN, P 304, no 64, fol. 42

Fourneaux

1399

Moulin fouleur en état, 30 livres

AN, P 306, no 513

1420

Fief, seigneur de Neuville, moulin fouleur en état qui se baille communs ans à 15 livres

AN, P 306, no 296, fol. 58 vo

1454

Place de Moulin fouleur

AN, P 306, no 124, fol. 46 vo

Gacé

1457

Moulins à blé, moulin à draps, moulin à tan, à ban

AN, P 308, no 224, fol. 40 vo

Ganzeville

1375, 1540

Moulin nommé anciennement le moulin « follereiz »

ADSM, 7 H 158/4

Gavray

1356, 1360

Moulin « taneour » et moulin « foulleour » à Gavray. Comptes de la terre du roi de Navarre, le moulin fouleur, pour moitié, donnerait l’an 11 livres 15 sous

AN, P 1920/3, nos 45522 et 45523

1451

Les hommes du fief de Montaigu y sont francs en payant au foulon pour chaque verge de drap écru deux deniers

AN, P 1924/1, no 47146

Gourfaleur

1417

Le seigneur du fief de Tournières (qui est aussi bourgeois de Saint-Lô) accorde à un de ses hommes de « venir affaitier et fouler ses draps et mietes en son moulin a draps » à Gourfaleur

François de Beaurepaire, dans Cahiers Léopold Delisle, op. cit., XIV-2, 1965, p. 52, no 471

Grangues

1220

Dîme du moulin fouleur près de Grangues, donnée à l’abbaye d’Ardennes

ADE, H 321

Gruchet-le-Valasse

1446, 1478

Moulin foulon fieffé. Le moulin Dubosc, lieu-dit devenu Petit Bordel ; encore utilisé au XVIIIe siècle

Alain Avenel, Jean-Marie Cahagne et Alexis Grélois, Le Valasse, Rouen, Éd. des Falaises, 2010, t. II, p. 343

Haye-Comtesse (La)

1466

Construction d’un moulin à draps par le seigneur de La Haye-Comtesse, transaction avec l’abbaye de Hambye

Paul Le Cacheux, Inventaire sommaire des archives départementales, Manche, archives ecclésiastiques, 1912, série H-IV, p. 19, H 4451

Hauterive

1435

À une dizaine de kilomètres en amont d’Alençon, sur la Sarthe. Personne ne prend la ferme du moulin à draps

BNF, ms. fr 26060, no 2684

Hautot-sur-Mer

1497, 1501, 1538, 1549, 1550

Moulin à draps sur la Scie à Appeville

Guy Bois, Crise du féodalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1981, p. 340 ; ADSM, 33 J 736, 768 et 781

Hondouville

1485, 1499

L’abbaye Saint-Sauveur d’Évreux possède un moulin à huile et un moulin à foulon ; c’est le moulin de la Halle, situé sur le ruisseau de la fontaine d’Hondouville

ADE, H 1357, consultation de 1768 ; Yvette Petit-Decroix et Jean-Pierre Binay, Les moulins à eau du pays de Louviers, Louviers, Société d’études diverses de Louviers et de sa région, 2005, p. 18, 22

Jort

1408

AN, P 1921/3, no 45719

Lande d’Airou (La)

1213

Abbaye de la Lucerne

Mathieu Arnoux, « Les moines normands et la technique », dans Charles Hetzlen (dir.), Monachisme et technologie, Cluny, ENSAM, 1994, p. 45 ; Ducœur, p. 235, 267

Lisieux

1338, remis en état en 1415

François Neveux, Bayeux et Lisieux, op. cit., p. 523

Loges-sur-Brécey (Les)

1393

Moulins à blé et à draps

AN, P 304, no 18

Longny-au-Perche

1259, 1457

Chartreuse du Val-Dieu, châtellenie avec moulins à blé et à draps

ADE, H 2780 et 2783

Louviers

1201, puis de 1384 à 1409

Bautier, p. 590 ; Théodore Bonnin, Cartulaire, op. cit., t. II-2, p. 14-15, no 425

Lucerne (La)

1454, 1461, 1465

Abbaye de La Lucerne

Ducœur, p. 267

Maisons-Maugis

1233

Bautier, p. 625

Malaunay

1493

Robert Sureau, seigneur de Malaunay et de Bondeville, baille à rente un saut de moulin à un drapier de Saint-Gervais-les-Rouen, qui promet de faire édifier un moulin à draps

ADSM, 2/217, 1er mai 1493

Menneval

1261

Strayer, p. 127

1311

Bautier, p. 626

1438

Vicomte d’Orbec, en non valeur, valait 21 livres 4 sous l’an ; penteur

AN, P 1911/1, no 19704

1444

À blé, à tan, fouleur à draps

BNF, ms. fr 8769, fol. 12

1467

Ceux de Menneval vont faire fouler à Bernay

ADE, H 114

Mézidon

1450, 1459

Dépend de l’abbaye de Grestain : droit d’avoir moulins à ban, tant à blé, à tan que fouleur

AN, P 305 no 227, fol. 21 et no 288, fol. 65 ; Charles Bréard, L’abbaye de Notre-Dame de Grestain, Rouen, Lestringant, 1904, p. 278

1498

AN, P 1926/2 no 47924

Monchaux

1388

Comté d’Eu, 44 livres

BNF, ms. fr 11954

Montbray

1395

Moulin fouleur

BNF, ms fr 26027, no 2293

1407, 1454

AN, P 306, no 216 et no 263

Montivilliers

1344 ns

Le seigneur de Gonfreville-l’Orcher, Jean de Tourgoville est autorisé à « edifier de nouvel un moulin a foler draps en sa dite fieferme », à Montivilliers ou ailleurs. Ce moulin, ou ne vit pas le jour, ou fut édifié ailleurs.

AN, JJ 72, no 414, fol. 347 vo et JJ 75, no 176, fol. 86 ; Bautier, p. 590

Montrabot

1403

Moulin foulon, fieffé 20 sous tournois par an, seigneurie de Villiers-sur-Port

AN, P 306, no 264, fol. 36

Montreuil-l’Argilé

1172-1178

Bautier, p. 622

Mortain

1310

Au roi

Bautier, p. 586

Moulin-Chapelle (Le)

1460

Sur la Risle

AN, P 1925/1, no 47423 et P 308, no 238, fol. 50 vo

1461

Le moulin à draps qui « soulloit » être à blé, naguère fieffé à 100 sous par an

AN, P 1925/1, no 47497

Nehou

1400

« deux places ou il soulloit avoir deux moulins a draps », tombés en ruine il y a 50 ans, à Nehou et à Saint-Sauveur sur la Douve ; un habitant de La Haye-du-Puits propose de les remettre en état pour 40 sous de rente

AN, P 1913/1, no 21915

Neuve-Lyre (La)

v. 1160

Donné à l’abbaye

Mathieu Arnoux, « Les Moines normands et la technique, les raisons d’une indifférence », Cluny, ENSAM, 1994, p. 35 ; « L’organisation des territoires », art. cité, p. 171

1456

Près du grand pont, la place où « souloit » être le moulin « foulleretz » dudit lieu de Lyre

AN, P 1924/2, no 47347

Neufchâtel

1500

moulin à draps

ADSM, 2E14/1143, le 16 juin ; Beaurepaire

Neuville

1420

Seigneurie de Neuville, moulin fouleur, se baille en fief 4 livres 10 sous par an

AN, P 306, no 296 fol. 59

Noës (Les)

1392

Fief d’Argentelles, dépend de l’abbaye de Saint-Wandrille, deux moulins à blé, un pour fouler draps, en la rivière des Noës

AN, P 303, n 548, fol. 189 vo

1411, 1481, 1525

ADSM, 16 H 337, Saint-Wandrille ; voir ci-dessous, cahier iconographique

Ouilly-la-Ribaude

1455

Places et droits de deux moulins, à blé, à draps (sans doute sur la Paquine à Ouilly) ; dépend de la baronnie de Tillières

AN, P 308, no 217 fol. 31 vo

Pacy-sur-Eure

1202, 1204

Au roi, 6 livres

Bautier, p. 584

1457

Un moulin à fouler draps assis en la ville de Pacy, jadis fieffé 40 livres parisis, à présent démoli

AN, P 1911/2, n 19945

Pennedepie

1261

Strayer, p. 217

Percy

1461

Ferme du moulin fouleur néant

AN, P 1920/3, no 45492

Perruel

1340

Abbaye de l’Île-Dieu à Perruel, moulin à blé, à tan, à fouler draps

Aline Vallée, Jules Viard, Registres du Trésor des chartes, Paris, SEVPEN/Archives nationales, 1978-1984, t. III, 2e partie, nos 3840 et 4764

1479, 1482

« ung moulin a usaige de fouller draps assis en la paroisse de Perruel au lieu et endroit nommé le patiz des pierres »

ADSM, 2E1/208, 21 novembre 1482 ; voir p. 187

1494, 1495, 1504, 1527

Moulin à draps assis en la paroisse de Perruel, vulgairement appelé le moulin des Claies assis sur la rivière d’Andelle. Il existe sans doute deux moulins fouleurs à Perruel. Celui des Claies est visible sur un plan du XVIIIe siècle

ADSM, 14 H 255 ; voir aussi 14H 735. ADSM, 14 H 256 (XVIIIe siècle, à ce moment-là, moulin à papier)

Planquery

1406, 1413

Vivier de quoi foule le moulin à draps, fief tenu en pariage du seigneur de Torigni

AN, P 306, no 69, fol. 5 vo et no 594, fol. 119 vo; P 303, no 197, fol. 96 vo

Plessis-Grimoult

avt 1205

Moulin à foulon du prieuré. Peut-être paroisses de Souleuvres et Carville

Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, VIII, 1834, 2e partie, p. 98, no 666

Pont-Audemer

1155

Moulin « folereix » donné à l’abbaye de Préaux par le comte de Meulan

Auguste Le Prevost, Mémoires, op. cit., t. II, p. 549 ; Dominique Rouet, Le cartulaire de l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre de Préaux, Paris, CTHS, 2005, p. 220

Sur un bras de la Risle

Sébastien Lefevre, « Analyse topographique d’une petite ville normande au Moyen Âge : les origines et le développement de Pont-Audemer », dans Élisabeth Lalou et al. (éd.), Des châteaux et des sources, Rouen, PURH, 2008, p. 482

Pont-l’Évêque

1182

Moulin fouleur à draps sur l’Yvie

Bautier, Saint-Himer, p. 623

1309, 1321

Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, « L’organisation des territoires », art. cité, p. 171-172

1409

Seigneurie de Coquainvilliers, famille de Bouquetot, « molin fouleur a draps assis en la parroisse du Pont Levesque sur la riviere d’Yve », à ban : Le Torquesne, Saint-Himer, Pierrefitte, Pont-l’Évêque, ferme de 100 sous, une livre de poivre et 30 aunes de drap tout « apresté »

AN, P 305, no 110, fol. 4 vo

1452, 1461

« souloit » avoir moulin fouleur

AN, P 305, no 133, fol. 21 et P 1925/1, nos 47500 et 47516

1484

AN, P 1926/1, no 47807

Pontorson

1308, 1310

Bautier, p. 626

1415

BNF, ms. fr 26041, nos 5022-5029

Quesnay (Le)

1261

Strayer, p. 189

Radepont

1492

Moulin à fouler draps assis près de l’abbaye

ADSM, 2E1/215, 11 août 1492

1499, 1502, 1503

Saut ou place de moulin à faire draps sur la rivière d’Andelle ; abbaye de Fontaine-Guerard ; baillé à ferme avec travaux à réaliser, en 1503 à 18 livres

ADE, H 1275 ; Inventaire sommaire des archives déparmentales, série H, p. 244

Romilly-sur-Andelle ( ?)

1261

2 sièges à moulins « foulerez », région de Pîtres

Strayer, p. 52

Rugles

1306

Bautier, p. 626

1342

Conflit entre l’abbaye de Lyre et le seigneur des moulins à draps de Rugles, au sujet du ban

ADE, H 510

1456

À ban, à présent en non-valoir. Le seigneur de Rugles tient la rivière de Risle d’Ecublei au grand pont de Lyre ; le ban du moulin à draps s’étend par toute la ville de Rugles et jusqu’à Ambenay, Sainte-Opportune, Le Bois-Anzeray

AN, P 1924/2, no 47347

Rumesnil

1450, 1458

Fief de Rumesnil, à l’abbaye du Val-Richer

AN, P 305, no 138, fol. 23 vo; no 57, fol. 39 vo

1462, 1484

AN, P 1925/1, no 47453 ; P 1925/2, no 47783

Saint-Arnoult-sur-Ry

1499, 1504

« moulin à usage de fouller draps assis auprès des planques de Saint-Arnoult », appartenant à des habitants de Darnétal

ADSM, 2E 14/239, 5 novembre 1504 ; Beaurepaire

Saint-Brice-de-Landelles

1497

Moulin à blé et droit de moulin à tan et à drap

AN, P 285/1, XXVI, 250

Saint-Himer

Voir Pont-l’Évêque

Saint-James de Beuvron

1346

AN, P 1908/1, no 18475

1356

BNF, ms. fr 26001, no 553

1364

AN, P 1908/1, no 18494

1371

BNF, ms. fr 26010, no 1184

1385

AN, P 1908/1, no 18644

1392

Un moulin fouleur en ruine, « clouières »

AN, P 1908/2, n 18719

1395

Travaux aux moulins « foulours a draps »

BNF, ms. fr 26027, n 2209

1396

AN, P 1909/1, no 18791

1409

Clouières pour ordonner et tendre les draps de laine

AN, P 1910/1, n 19047

1412

Dom Lenoir, Cahiers Léopold Delisle, t. XVIII, 3-4, 1969, 8 juin 1412.

1415

BNF, ms. fr 26040, no 4928; voir p. 234

Saint-Lô

1388

À l’évêque, sur la Dollée ; le moulin édifié récemment sera réservé aux « bureaux » et pièces de draps

Ord., t. VII, p. 216-217

Saint-Ouen-le-Brisoult

1402

Place de moulin à tan et à draps, de présent en non valoir. Sans doute sur la Gourbe, à la sortie des gorges de Villiers

AN, P 306 no 548, fol. 90

Saint-Pierre-sur-Dives

1402

Moulin fouleur à draps de l’abbaye, mentionne un tarif plus ancien (1390 ?) de 2 deniers tournois par verge de drap marchand

ADC, H 7237.

1451, 1467

Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, « Les acteurs d’un processus industriel », art. cité, p. 355

Saint-Romphaire

1390

Droit d’avoir moulin fouleur, fief des Trois Gots

AN, P 304, no 33, fol. 24 vo

Saint-Sauveur-le-Vicomte

Voir Nehou

Sainte-Scolasse

1462, 1508

Moulin foulon du pont du Chêne sur la Sarthe, draps et serges, apportés à piler au moulin fouleret du Chène appartenant aux religieux du Val-Dieu

Louis Duval, Inventaire sommaire des archives départementales de l’Orne, Alençon, Renaut-de-Broise, 1894, série H, t. II, p. 191, H 3032, 3034, 3035

Saosnes

1145

Moulin fouleret de la baronnie de Saosnois. Au sud de la forêt de Perseigne, sans doute à Saint-Rémy-du-Val, sur la Bienne

Bautier, p. 583, 621 ; ADO, H 4112

Semilly

Voir Aunay

Serquigny

1424

Au fief de Serquigny appartient un moulin à draps, 20 sous par an, auquel moulin je puis mettre jurés pour visiter les draps qui y sont labourés

AN, P 308, no 46

Silly-en-Gouffern

1453, 1454 ns, 1488 ns, 1504

Moulin fouleur de l’abbaye, étang des Crevettes ; devenu à tan entre 1614 et 1633. Carte IGN : « le moulin à tan d’en haut ». Ferme de 10 livres par an en 1488. En 1453, le bailli d’Alençon enquête pour savoir si les fermiers et les serviteurs des religieux de Silly peuvent venir quérir les draps jusqu’à Argentan et les porter à un autre moulin que celui du duc à Fontenai2

ADO, H 1309, 1311, 1313 ; Louis Duval, Inventaire sommaire, série H, op. cit., t. I, p. 253

Sourdeval

1394

Fief de Sourdeval, « ung molin a draps », vaut 40 sous par an. Il existe un lieu-dit « moulin foulon » sur la Sée, en bas de Sourdeval.

AN, P 304, no 63

Ternant

1172-1178

Bautier, p. 622

Theil-en-Auge (Le)

1386, 1412

Droit de moulin à blé et à draps, à l’abbaye de Grestain

AN, P 307, no 69, fol. 25 et no 100, fol. 47

Tillières-sur-Avre

vers 1180

Bautier, p. 623

1293

Auguste Le Prevost, Mémoires et notes, 1864, t. III, p. 279

1401

Seigneur de Tillières, ban du moulin à fouler draps

ADSM, 1 B 18, fol. 200 vo

1455

Deux moulins à blé et un à draps, à présent en nulle valeur. Sont « banniers » tous les hommes du seigneur de Tillières

AN, P 308, no 214, fol. 27, fief de Damville ; voir aussi P 1924/2, no 47302

Tilly-sur-Seulles

1378

Moulin Acar à Verroles, remis en état en 1379. Il était en ruine en 1375.

Denise Angers, Le terrier de Philippe d’Harcourt et Jeanne de Tilly, seigneurs de Tilly-sur-Seulles, Caen, CRAHM, 2010, p. 83 ; ADC, 1 J 38

Tirepied

1415

Au roi, réparations. Sur la carte de Cassini, un moulin fouleur sur le ruisseau de Valgrente.

BNF, ms. fr 26040, no 4928

Torigni

1408

« le seigneur a en la ville deux moulins foullours a draps avecques une foullerie a pié et les palys » ; à ban, valent communs ans outre les réparations 100 livres tournois

AN, P 306, no 13, fol. 5 vo ; voir aussi Bautier, p. 589

1413

AN, P 306, no 301, fol. 65 et P 303, no 199, fol. 98 vo

Touchet (Le)

1413

Le seigneur du Touchet voulait contraindre ses hommes à réparer ses moulins à blé et à draps

ADSM, 1 B 50, fol. 361

Urville

1454

Fief d’Urville, a moulin fouleur à draps, lequel est de ban pour les hommes du lieu

AN, P 306, no 193, fol. 28

Ver

1394

Trois moulins, deux à blé, un « foulour a draps »

AN, P 304, nos 49 et 50, fol. 34 vo

Verneuil-sur-Avre

1292

Selon Bautier, il s’agit de la ville de Verneuil, p. 626

Robert Fawtier et François Maillard, Recueil, op. cit., t. I, no 6981 : bailli de Verneuil.

Vespière (La)

1399

Ne semble avoir vraiment fonctionné qu’au XVIIIe siècle

Yves Lescroart et Elisabeth Cazenave, « Les moulins de la vallée de la rivière d’Orbec », Cahiers des archives du département du Calvados, no 7, 1996, Au fil des moulins, p. 17-22.

Vignats

1383

« Cueilloir de la terre de Montgommery et de Vignats ». Voir aussi : Christophe Maneuvrier, « Le cueilloir de Montgommery et Vignats, outil de réorganisation seigneuriale », dans Jean-Marc Moriceau et al. (dir.), Autour de Camembert. De l’an mil à l’an 2000, Cahiers de la MRSH, no 6, 1999, p. 29-38

Lucien Musset, « La mise en valeur de la forêt de Gouffern au Moyen Âge et le bourg de Saint-Nicolas-de-Vignats », BSAN, t. LII, 1955, p. 237-238 ;

Vire

Voir aussi Neuville.

Dès 1316

Il a peut-être existé un moulin fouleur à Vire dès 1316 ; en 1398, une place de moulin fouleur est adjugée « au dessoubz » de celui de Chrestien ; dans la seconde moitié du XVe siècle, il existe sans doute trois moulins fouleurs à Vire.

Victor Hunger, Les moulins de Vire au Moyen Âge, Paris, Pailhé, 1929

1366

Bautier, p. 626

1378-1389

Supplication de Guillaume Chrestien, foulon de draps de Vire, qui a pris à rente du vicomte une « place en la rivière de Vire pour faire un moulin a fouler draps » ; il a fait faire « un bon moulin fouleur », qui lui a coûté plus de 60 livres, mais le vicomte a remis la place aux enchères.

AN, P 1913/1, no 21617 ; voir aussi Jacques Bottin, Mathieu Arnoux, « Les acteurs d’un processus industriel », art. cité, p. 354.

1456

Une place sur la Vire derrière le château baillée à rente à un foulon pour faire un « moulin foulleur »

AN, P 1911/2, no 19921

1458

AN, P 1915/1, no 30956

1467-1471

Bail d’une place de moulin fouleur sur la Vire, avec une maison et « une place a pallis pour estendre draps », sous « la tour es reynes »

AN, P 1912/1, no 20062 ;

1. Abréviations de références récurrentes dans le tableau : Bautier (Anne-Marie Bautier, « Les plus anciennes mentions… », art. cité). Beaurepaire (Charles de Beaurepaire, Dom Jean Laporte, Dictionnaire topographique, op. cit.). Delisle, De Wailly (Léopold Delisle, Natalis De Wailly, Recueil des historiens des Gaules et de la France, Paris, aux dépens des libraires associés, 1865). Ducoeur (Danièle Ducoeur, « Les moulins de l’abbaye de La Lucerne », Revue de l’Avranchin et du Pays de Granville, t. LXXXIV-412, septembre 2007, p. 233-284). Delisle (Léopold Delisle, Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Caen, Société des antiquaires de Normandie, 1882). Strayer (Joseph Reese Strayer, The Royal Domain, op. cit.)
2. En Flandre wallonne, ceux qui vont chercher les clients des moulins non banaux, sont les « chasseurs » (Alain Derville, « Moulins, cultures industrielles et marchands dans les campagnes artésiennes et flamandes », Revue du Nord, t. LXXII, no 287, 1990, p. 580-582).

59Soit au total une centaine d’attestations ; il en existe sans doute davantage. Certains moulins disparaissent assez vite des sources, d’autres se relèvent malgré les destructions de la guerre de Cent Ans. Les seigneurs ne mentionnent parfois que le droit de moulin, sans préciser s’il est en état. L’équipement d’une seigneurie est assez souvent de trois moulins, à blé, à tan (pour la tannerie), à draps. Certaines installations comportent une véritable batterie de moulins fouleurs, deux à Torigni, deux puis trois à Vire, trois à Andely, cinq à Breteuil, six à Saint-James. Aux moulins sont associés des « penteurs », des « palis » ou des « clouyères », à tendre les draps après foulage, à Menneval, Saint-James, Vire, Falaise, La Bloutière ou Torigni. Certains seigneurs semblent multiplier les moulins dans leurs seigneuries, ainsi le comte d’Eu, à Eu, Blangy et Monchaux, le seigneur de Torigni à Planquery, le seigneur de Neuville à Fourneaux, l’abbaye du Val-Dieu à Sainte-Scolasse et à Longny.

  • 122 En 1261, Romilly-sur-Andelle. En 1340 : moulin à fouler les draps, appartenant à l’abbaye de l’Isl (...)
  • 123 Le moulin d’Hauterive n’est pas très loin d’Alençon, mais il a dû en exister en ville.

60La géographie des moulins fouleurs en Normandie fait apparaître une répartition très inégale. Une zone se détache immédiatement, au moins à partir du milieu du XIVe siècle, le bocage normand occidental depuis le Saint-Lois jusqu’à Vire et Mortain : Saint-Lô, Gourfaleur, Saint-Romphaire, Torigni, Fourneaux, et plus au sud, la vallée de la Sienne, avec La Bloutière, La Haye-Comtesse, Gavray, Ver, et un peu plus à l’est Percy et Montbray, puis La Lande-d’Airou et au sud de Villedieu-les-Poëles, la vallée de la Sée, Tirepied, Les Loges-sous-Brécey, Brécey, La Chaise-Baudouin, Brouains, Sourdeval ; à l’est, Vire, Neuville, Bernières ; au sud-est, Mortain, Fontenay, Le Touchet. Plus au sud, Pontorson, Saint-James et Saint-Brice. À l’est du bocage occidental, les moulins fouleurs se font plus rares. Mais deux régions apparaissent, à priori surprenantes, le nord du pays d’Auge, de Lisieux à Pont-l’Évêque, avec la vallée de l’Ancre (Danestal, Angerville) et la vallée de la Dorette (Bonnebosc, Auvillars, Rumesnil, ajoutons Cambremer), puis une zone qui va d’Argentan à Gacé, autour du Hiémois, du pays d’Exmes (Fontenai, Silly, Fel, Les Noës, Gacé, Chaumont). Deux régions qui n’ont guère exporté leurs draps, à l’exception de Lisieux, d’Argentan et d’Écouché à la fin du XVe siècle. Non loin de cette dernière région, on retrouve des moulins sur la Charentonne (Bernay, Menneval, Serquigny), la Risle (Le Moulin-Chapelle, La Neuve-Lyre, Rugles), l’Iton (Breteuil) et l’Avre (Tillières). Plus loin vers l’est, nous avons Évreux, Andely et la vallée de l’Andelle (Perruel, Radepont) où le foulage au moulin est attesté de manière ancienne122. Il a existé des moulins dans les villes drapières comme Bernay, Évreux, Vire. On en trouve aussi à Falaise, mais certaines villes manquent, comme Bayeux ou Alençon123, et Caen, nous l’avons vu, pose problème. Des recherches plus approfondies devraient éclairer la question.

61On sait que les moulins préfèrent les régions accidentées, proches des sources, et évitent les plaines. On sait aussi qu’ils affectionnent les draps grossiers et que les villes de bonne draperie les ont en général évités. La carte des localisations fait apparaître un vide relatif entre le bocage occidental et à l’est le pays d’Auge et le pays d’Argentan (citons néanmoins Aunay, Bretteville, Falaise ; au sud, le bocage ornais, le Houlme, est peu fourni en moulins), mais il existe aussi des vides plus marqués dans le nord Cotentin, le Bessin, la plaine de Caen et surtout le pays de Caux. Les moulins attestés dans cette dernière région (Beaubec, Hautot, Malaunay, Saint-Arnoult) n’apparaissent le plus souvent qu’à l’extrême fin du XVe siècle. L’absence de relief n’explique pas tout. Il a sans doute existé, en Normandie orientale, une répugnance plus marquée à utiliser les moulins, due à l’ancienneté des exportations drapières et à l’ouverture sur les marchés extérieurs ; il s’agissait de soigner sa réputation. L’Ouest démarre plus tard, profite de ses reliefs, de ses sources et d’un marché plus ouvert aux productions grossières. Mais le vide du Caux n’en reste pas moins surprenant.

  • 124 Voir Eu dans la liste ; et François de Beaurepaire, « Un bourg drapier de Basse Normandie au Moyen (...)

62On trouve dans nos sources, ici ou là, le montant des fermes des moulins. Parmi les plus élevés, Eu avec plus de 200 livres, Torigni 100 livres, Blangy 55 livres, Andely 50 livres, Pacy 50 livres, Évreux au moins autant au début XVe siècle, Monchaux 44 livres, Bernay 36 livres au début XVIe siècle, Fourneaux près de Tessy 30 livres, Menneval plus de 20 livres. Auvillars fait 6 livres, le Moulin-Chapelle 5 livres, Sourdeval 2 livres. D’autres fermes ne dépassent pas la livre. Dans certains cas, le fermier doit faire construire le moulin. Mais, pour les moulins du comte d’Eu, le comte se charge des travaux d’entretien et le fermier ne se préoccupe que de faire tourner la machine. C’est aussi le vicomte d’Avranches qui fait refaire la chaudière des moulins fouleurs de Saint-James124. Si l’on connaissait le prix du foulage d’un drap, et le bénéfice du fermier, il deviendrait possible d’évaluer la quantité des draps foulés.

  • 125 François de Beaurepaire, art. cité, p. 35.
  • 126 La verge fait ¾ d’aune, un drap pour 4 sous tournois.
  • 127 ADSM, 52 BP 10, 19 septembre 1506.

63À Saint-James, en 1395, 10 deniers et demi par drap (mais quel drap ?) pour ceux de la châtellenie, 12 deniers pour ceux de la vicomté d’Avranches, davantage pour les Bretons125. À Gavray, en 1451, 2 deniers par verge126 pour ceux de Montaigu, davantage pour les autres (voir Gavray). À Saint-Pierre-sur-Dives, 2 deniers tournois par verge au XIVe siècle. À Elbeuf en 1506, 5 sous pour le foulage d’un drap127.

64Avec peut-être un prix de 4 sous par drap foulé et un bénéfice pour les fermiers du quart, on arriverait pour Eu, en 1388, à une production de 1 250 draps. Ajoutons Monchaux et Blangy, 300 livres pour le comté d’Eu, 1 875 draps. Pour Torigni, nous aurions plus de 600 draps et pour Andely plus de 300 draps. Mais trop d’éléments manquent, et il nous faut peut-être renoncer à ce qui peut apparaître comme de l’économie fiction.

  • 128 À Bernay en 1473 (Auguste Le Prévost, op. cit., p. 295). À Beaumont-le-Roger en 1411 (ADE, E 1823, (...)
  • 129 À Saint-Lô en 1464 et 1491 (Michel Dubois, « Fragments d’un règlement de la draperie de Saint-Lô a (...)

65La géographie des moulins nous a montré l’originalité de la Basse-Normandie rurale. Il existe une autre originalité de ces régions en ce qui concerne la draperie, c’est l’utilisation de la verge et non de l’aune (de Paris), comme mesure. La Haute-Normandie s’est ouverte très tôt aux influences parisiennes, mais le « pays d’en bas », comme disent les sources, a conservé longtemps ses anciennes mesures. Bernay, Beaumont-le-Roger, Pont-l’Évêque ou Lisieux, au XVe siècle utilisent l’aune128. Mais Caen, Bayeux, Saint-Lô ou Vire utilisent la verge. On la rencontre à Gavray en 1451, mais aussi à La Neuve-Lyre en 1160129. La frontière entre l’aune et la verge se serait alors déplacée vers l’ouest du XIIe au XVe siècle. En tout cas, il y a bien deux Normandie du drap.

Naissance d’un bourg drapier : Elbeuf à la fin du XVe siècle

  • 130 Elbeuf possède deux paroisses, celle de Saint-Étienne, le noyau ancien, et celle de Saint-Jean. Il (...)
  • 131 Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf (1471-1503) », dans Alain Becchia (dir.), La (...)
  • 132 Un pelletier, Jean Duvannendin, venu de Rouen, est traité de « meschant homme et qu’il estoit part (...)

66Des sources exceptionnelles permettent d’entrevoir, à Elbeuf, comment émerge la draperie dans les villages et les bourgs autour de Rouen à la fin du XVe siècle. Elbeuf, gros bourg d’un millier d’habitants autour de 1500130, situé à moins de vingt kilomètres de Rouen, au bord de la Seine, deviendra un grand centre drapier à l’époque moderne, lorsque sera créée la manufacture royale de draps fins façon de Hollande (1667). Mais il a existé ici une préhistoire, un premier Elbeuf drapier d’avant la manufacture. On a voulu faire remonter l’apparition de cette activité drapière à une époque ancienne. Les recherches de Claude Bouhier131, qui nous serviront de fil conducteur, montrent que cette première draperie ne se développe qu’à partir des années 1470. On a supposé parfois que l’initiative avait pu venir de Louviers, mais l’influence rouennaise est plus vraisemblable. Les années 1470, c’est aussi le moment où, du fait de la crise de la draperie rouennaise, certains artisans commencent à quitter Rouen, pour s’installer à Darnétal, hors des contrôles corporatifs urbains. Il est possible que le démarrage d’Elbeuf ait bénéficié du même phénomène, mais il est très difficile de saisir ces déplacements d’artisans132. Il est par contre plus facile de voir comment l’impulsion a pu venir des marchands rouennais. La source principale dont dispose l’historien est la série assez exceptionnelle des registres de la justice d’Elbeuf. Mais on ne s’interdira pas d’aller jeter un coup d’œil du côté du tabellionnage rouennais.

Les relations avec Rouen

  • 133 Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, p. 89-90.
  • 134 Commerce attesté par exemple pour un marchand de laine de Routot qui vend 8 poids de laine, pour 1 (...)
  • 135 ADSM, 52 BP 8, 3 décembre 1489 ; 52 BP 8, 3 janvier 1492 ns ; voir aussi Claude Bouhier, « Les déb (...)

67Les relations avec Rouen se multiplient à partir des années 1480133. Elles concernent les achats de laine et de teinture, mais aussi la vente des rentes, qui servent au financement ou au remboursement de dettes, et même la location de matériel. La laine locale, celle du Roumois, a dû devenir assez rapidement insuffisante, tant en quantité qu’en qualité134. Denis Pienoël, bourgeois marchand de Rouen vend 4 poids de laine à Christophe Honfray, drapier demeurant à présent à Saint-Etienne d’Elbeuf. Le même Pienoël, « marchant de laines demourant à Rouen », vend un poids de laine 9 livres 5 sous à Richard Le Candellier de Saint-Jean d’Elbeuf. Denis Pienoël, marchand de Rouen – le même sans doute – vend des draps à Pierre Castel de Darnétal. En 1497, ce dernier lui doit 21 livres 10 sous, reste de plus grande somme pour vendue de draps135. S’il s’agit bien de la même personne, nous avons affaire à un marchand qui fait des affaires aussi bien avec Darnétal qu’avec Elbeuf.

  • 136 ADSM, 52 BP 7, 26 février 1482 ; AN, LL 1312, fol. 47 vo et 103 ; AN, LL 1313, fol. 28 vo et 63 ; (...)

68Pierre Moncaudon et son fils Jean, marchands bourgeois de Rouen, de la paroisse Saint-Étienne-de-la-Grande-Église, interviennent sans doute aussi tant à Elbeuf qu’à Darnétal. Ils sont à la foire de Saint-Denis et au Lendit en 1487 et 1489. Ils sont décédés avant mars 1503. Pierre possédait des maisons à Rouen, paroisses Saint-Maclou et Saint-Nicaise, mais aussi à Darnétal. En février 1482, Olivier Delahaye dit l’Abbé, d’Elbeuf, doit à Jean Moncaudon 116 sous pour vendue de laine, restant de plus grande somme et « accorda ledit Moncaudon bailler ou faire bailler audit Labbé des draps à tistre jusques la valleur de ladite somme aux dits termes, et ou cas ou ledit Labbé ne vouldroit faire la dite besongne, il sera quicte pour paier la dite somme aux dits termes136 ». On saisit ici comment s’insinue la sous-traitance ; un moyen pour l’artisan manquant d’avance de rembourser la laine ; c’est l’échange laine contre drap. Et ce Moncaudon, présent au Lendit, doit y revendre des productions qui ne sont pas seulement rouennaises. Rouen centralise la production des tissages extérieurs et met en place sa domination régionale.

  • 137 ADSM, 52 BP 10, 13 avril 1504 ; Alain Becchia, La draperie en Normandie…, op. cit., p. 442.
  • 138 ADSM, 52 BP 12, 2 octobre 1512. Le cochet est, selon le dictionnaire de Godefroy, un petit bateau (...)

69Guillaume Desperrois, un petit drapier d’Elbeuf, décédé en 1504, a laissé en gage à Rouen chez un nommé Lecoq trois paires de forces à tondre drap pour un demi cent de laine, soit 50 livres137. La veuve du teinturier Jean Hareng, de Saint-Etienne d’Elbeuf, a fait venir de Rouen, par le fermier de la voiture par eau, un « coquet de voyde », un cochet de guède (pastel). Celui-ci veut lui faire payer 4 sous au lieu des 2 sous habituels ; nous avons donc affaire à un trafic régulier138.

  • 139 ADSM, 2E1/220, 21 novembre1494.
  • 140 ADSM, 2E1/222, 15 janvier 1496 ; 52 BP 8, 4 mai 1490. Le même jour, Guillaume Dehors, tisserand de (...)
  • 141 ADSM, 2E1/222, 1 janvier 1496.
  • 142 ADSM, 2E1 /244, 22 mars 1510 ns. Robinet est drapier (52 BP 10, 7 novembre 1503), à moins qu’il ne (...)

70Les Rouennais financent aussi la draperie elbeuvienne. Étienne Baudouyn, du métier de draperie de Saint-Étienne d’Elbeuf, vend 6 livres de rente à un mégissier de Saint-Maclou de Rouen, afin d’être quitte du reste de 82 livres 10 sous tournois qu’il lui devait139. Pierre Marie Le Caron, du métier de draperie de Saint-Jean d’Elbeuf, vend 20 sous de rente pour 10 livres à un autre mégissier de Saint-Maclou140. Les mégissiers traitent les peaux de mouton. Le premier janvier 1496, Jean Bonamy l’aîné, du métier de draperie, de Saint-Étienne d’Elbeuf, vend 60 sous de rente pour 30 livres à un bourgeois de Rouen ; la rente sera rachetée en 1500141. Elle sert donc à financer l’activité. Le 22 mars 1510, Robinet Bonamy, de Saint-Étienne, vend 20 sous de rente pour 14 livres 10 sous à Andrieu Lorget de Saint-Cande-le Vieux de Rouen142.

  • 143 ADSM, 52 BP 8, 24 novembre 1489 ; Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cit (...)
  • 144 ADSM, 52 BP 7, 27 mai 1483 ; Ord. (de 1458), t. XIV, p. 472-474 (et déjà dans l’ordonnance de 1451 (...)

71Les Elbeuviens viennent aussi à Rouen se fournir en matériel ; ainsi Jean Legrant, drapier de Saint-Étienne d’Elbeuf, prend à ferme et à louage du marchand Guillaume Filleul de Rouen deux paires de forces à tondre drap, une table à tondre et les tréteaux143. Les rapports sont donc assez étroits avec Rouen, ce que confirme la mésaventure arrivée à Perrenot Desperrois, en 1483. Un nommé Adrien Martin ayant trouvé « un drap qu’il disoit estre forfaict », car « faict a la lisiere de Rouen », le cite en justice. Quelqu’un tente, à Elbeuf, d’interdire d’user de la lisière rouennaise, c’est-à-dire d’imiter les grands draps de Rouen. Il y a eu l’ordonnance de 1458, et une autre affaire, celle de Guillaume Dupré, à Rouen même en 1484, montre que les Rouennais sont particulièrement attentifs à défendre leur lisière. Cet Adrien Martin vient vraisemblablement de Rouen. Et l’on trouve effectivement ce nom dans une liste des gardes boujonneurs de la grande draperie de Rouen en 1479. Mais Elbeuf n’est pas dans la banlieue rouennaise et il n’aura pas gain de cause144.

Une draperie encore très peu réglementée

  • 145 Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, p. 99, et « Les contrats… », ar (...)
  • 146 Claude Bouhier, « Les contrats… », art. cité, p. 3 ; et « Les métiers à Elbeuf… », art. cité, p. 2 (...)
  • 147 ADSM, 52 BP 10, 11 novembre 1503 et 25 septembre 1505. L’apprenti Hutin Féré qui « a servi le temp (...)

72Comme l’a constaté Claude Bouhier, nous sommes devant trente années de liberté totale. La draperie se développe à partir des années 1470, mais ce n’est qu’en 1503 qu’elle reçoit des gardes jurés : « par le conseil et délibération de justice, Jean Leclerc, Jean Boscguillaume, maistres et ouvriers du mestier de drapperie en ceste ville d’Ellebeuf, furent commis, ordonnez et establis jurez et gardes dudit mestier […] ausquelz fu donné pouvoir, puissance et auctorité de veoir et visiter toutes manieres de draps, laines et toutes autres choses qui touchent et regardent ledit mestier145. » D’autres professions sont certainement déjà organisées à Elbeuf, avec gardes, ordonnances et chef-d’œuvre : les boulangers, les bouchers, les tanneurs, les cordonniers146. Le métier de cardier, de fabricants de cardes, a dû s’organiser au même moment que celui des drapiers. Les jurés et gardes interviennent en 1503 au sujet de quatre paires de cardes qui n’étaient ni bonnes ni loyales147.

  • 148 Claude Bouhier, ibid., p. 95 ; 52 BP 9, 26 juillet 1502, Guillaume Le Pipeur.
  • 149 Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, p. 94 ; 52 BP 10, 14 octobre 15 (...)

73Ce qui caractérise les débuts de cette draperie, c’est une ambiance encore très peu réglementée, qui favorise la pluriactivité et une certaine « labilité » des activités professionnelles. On échange, on loue, on prête le matériel148, l’outillage circule ; on prête aussi son atelier. Deux exemples éclairent l’organisation plutôt floue de l’appareillage et des dernières finitions. En octobre 1505, Colin Cardet demande 10 sous ou autre somme « au taux des ouvriers a ce recongnoissant », à Guillaume Baudouyn « pour son droit et sallaire de ce que ledit Baudouyn avoit tondu ou fait tondre ou rapareiller deux pieces de drap en sa maison et ouvroir sur sa table a tondre et de ses forces, puis ung an ença » ; les témoins estimeront le prix à 20 deniers. Colin Cardet comme Guillaume Baudouyn sont dits drapiers ; le 15 juin précédent, le premier avait vendu deux draps au second et en exigeait le paiement149. D’un côté un artisan, de l’autre un petit marchand qui manque de finances et de matériel. Guillaume achète des draps et n’a pas de quoi les payer. C’était son père, Étienne Baudouyn, que nous avons vu emprunter à un mégissier de Saint-Maclou en 1494.

  • 150 ADSM, 52 BP 9, 12 avril 1502.

74Autre exemple, qui montre ausssi le caractère éclaté, « atomisé », de la production, celui de Guillaume Cabut en procès avec Massin Delahaye dit Fontaine, en avril 1502, « pour le voicturage et l’abillage de cinq draps habilés, qui appartenoient audit Delahaye et par luy achetés de Micquelot Crestien ». Plusieurs ouvriers ont besogné à la maison de Cabut, le premier jour pour Micquelot, puis les jours suivants pour Massin Fontaine. Le débat porte sur le fait de savoir « s’il estoit usé que quant aucuns marchans achetent draps ouvrés estans en voicturage, celuy qui les achète doit payer » la finition. Les règles ne semblent guère être claires pour les uns et les autres150.

  • 151 Alain Becchia, La draperie d’Elbeuf (des origines à 1870), Rouen, PUR, 2000, p. 93-94. Henri Saint (...)
  • 152 Féré, une grande chaudière à teindre, Alain Becchia, La draperie en Normandie…, op. cit., p. 437-4 (...)
  • 153 ADSM, 52 BP 11, 17 janvier 1510 ns. Voir aussi la même situation à Darnétal, ci-dessous, p. 187.
  • 154 Pour Berthault Dupuis, voir : Claude Bouhier « Les contrats… », art. cité, p. 8 : 52BP 5, 19 févri (...)
  • 155 Hutin Féré, cardier, est le fils de Roger, drapier. Guillaume et Pierre dits Hellouyn sont les fil (...)
  • 156 Dans la famille Sansterre, il y a Jean, drapier (ADSM, 52 BP 10, 27 janvier et 10 février 1506), J (...)
  • 157 Le boucher Jean Sansterre vend de la laine (ADSM, 52 BP 7, 21 octobre 1482).
  • 158 ADSM, 52 BP 8, 30 mars 1489 (Claude Bouhier, « Les contrats… », art. cité, p. 8) ; 52 BP 8, 29 fév (...)
  • 159 ADSM, 52 BP 7, 11 février1482 (Claude Bouhier, « Les contrats… », art. cité, p. 9-10) ; 52 BP 9, 2 (...)
  • 160 ADSM, 52 BP 10, 15 avril 1505, 28 avril et 26 mai 1506.
  • 161 ADSM, 52 BP 12, 11 mai, 6 août et 4 septembre 1512 ; 52 BP 10, 27 janvier 1506 ; 52 BP 12, 22 juin (...)

75Les frontières entre métiers ne sont pas étanches et la pluriactivité doit être fréquente. Certains bouchers sont peut-être aussi drapiers. En tout cas, on trouve à Elbeuf des drapiers qui sont aussi teinturiers, comme à Darnétal, ce qui était interdit à Rouen. Au XVIIe siècle, il n’y a toujours pas, semble-t-il, de métier de teinturier, avec gardes, visites et maîtrise. À la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, il ne semble pas y avoir d’apprentissage spécifique pour les teinturiers. Ce n’est pas un hasard ; s’il n’y a pas de métier organisé, c’est que la teinture est aussi le fait des drapiers151. De cela témoignent les inventaires des drapiers Jean Féré et Pierre Hesbert152. Abraham Leduc possède des « chaudieres, ou il opperoit de son mestier de drapperie », dans sa maison, où est sa teinturerie153. Il y a bien sûr aussi des personnes qui se disent teinturiers et qui travaillent pour les drapiers. Les tisserands de leur côté peuvent être aussi drapiers, comme Berthault Dupuis, qui se dit « drappier et tysseran en draps ». C’est aussi ce que semble indiquer l’inventaire de Guillaume Desperrois154. On retrouve par ailleurs les mêmes noms de famille dans la draperie et la teinturerie, la draperie et le métier de cardier155, la draperie et la boucherie156. Les bouchers sont aussi vendeurs de laine157. Dans la famille Grippois, le père Jean est boucher, son fils Phlipot aussi, mais un autre fils, Perrin, est drapier158. Dans la famille Bonamy, le père Jean est drapier de la paroisse Saint-Étienne et l’un de ses fils, Crespin, est teinturier159. Il existe aussi un Jean Bonamy boucher, qui semble être de la même famille, et un Jean Bonamy teinturier160. Une autre famille Bonamy semble orientée résolument vers la boucherie, Pernot et ses deux fils, Jaquet et Roullant, tous bouchers, mais Pernot s’intéresse à la terre à foulon et Jaquet vend de la laine161. Beaucoup de liens entre ces deux familles Bonamy nous échappent. Comme l’a constaté Claude Bouhier, il est très difficile de reconstituer les familles elbeuviennes de cette époque.

Le drap d’Elbeuf

  • 162 Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, note 16 ; ADSM, 52 BP 10, 19 se (...)
  • 163 Les foulons (Claude Bouhier, ibid., p. 91). Vaisseaux à fouler dans l’inventaire de Jean Féré, dra (...)
  • 164 Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Elbeuf teint toujours en laine. La teinture en laine maintient les te (...)
  • 165 Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, p. 93. Teinture en laine : ADSM (...)
  • 166 La garance (Claude Bouhier, ibid., p. 93, note 24) ; la gaude (inventaire de Jean Féré dans : Alai (...)
  • 167 Dominique Cardon, op. cit., p. 264.
  • 168 Inventaire de Guillaume Desperrois, dans Alain Becchia, La draperie en Normandie, op. cit., p. 441 (...)
  • 169 Inventaires de Féré et de Ravenel, dans Alain Becchia, La draperie en Normandie, op. cit., p. 438 (...)

76Comme à Darnétal au XVIe siècle, les draps fabriqués à Elbeuf sont au moins en partie foulés au moulin, à deux trames, teints en laine et tissés de laines médiocres. Il existe un moulin à fouler draps à Elbeuf même, comme l’a montré Claude Bouhier162. Mais il existe aussi des « foulons », et on foule chez soi dans des « vaisseaux à fouler163 ». Ces draps sont presque tous teints en laine164. On trouve dans l’inventaire de Jean Féré de la laine teinte. Les teinturiers teignent la laine pour les drapiers165. Les teintures utilisées sont la garance, la gaude, la guède (pastel), l’écorce de noyer166. Dominique Cardon avait attiré l’attention sur le fait que la teinture en laine au pastel rend les fibres rêches, peu propices au peignage, et concerne le plus souvent des draps de qualité inférieure, entièrement cardés167. Et il semble bien qu’Elbeuf se soit, comme Darnétal, mis au moins en partie au drap à deux trames, dont la chaîne est cardée comme la trame. L’inventaire après décès de Guillaume Desperrois comprend un métier à deux lames, donc tissant un drap de trame et trame. La verrière de Saint-Étienne d’Elbeuf, de 1514, montre un métier de ce genre ; enfin l’importance des fabricants de cardes va dans ce sens168. Mais on trouve aussi des peignes à laine dans les inventaires de Desperrois, de Ravenel et de Féré169.

  • 170 Inventaires de Féré et de Ravenel, dans Ibid., p. 438-439. Inventaire de Le Bermen : ADSM, 52 BP 7 (...)
  • 171 ADSM, 52 BP 9, 21 juin 1502 ; 52 BP 10, 13 avril 1504 ; idem, 29 juillet 1505 (voir Claude Bouhier (...)
  • 172 ADSM, 52 BP 8, 3 janvier 1492 ns. Voir aussi Claude Bouhier, ibid., p. 90 : Pienoël a vendu 6 poid (...)

77Les laines sont de qualité médiocre. On trouve des estimations dans les inventaires après décès : parmi les biens du drapier Jean Féré, 500 livres de laine sont estimées à 17 livres le « cent » (les cent livres), soit 4 livres 5 sous le « poids » (25 livres pesant), et la laine teinte est estimée à 5 livres le poids. Dans l’inventaire de Raoullin Ravenel, 30 livres de laine sont appréciées 6 livres (donc le poids à 5 livres). Dans l’inventaire des biens d’un paysan du Thuit-Anger, Guillaume Le Bermen, 25 livres de laines valent 3 livres 2 sous 6 deniers170. En 1502, 27 livres de laine pour 2 sous 6 deniers la livre (le poids à 3 livres 2 sous 6 deniers) ; en 1504, 3 livres de laine noire « neste et lavée », pour 2 sous 6 deniers la livre (le poids à 3 livres 2 sous 6 deniers ; ce serait le prix de base de la laine locale) ; en 1505, nous avons vu un marchand de laine de Routot vendre 8 poids de laine à 15 livres le cent (soit 3 livres 15 sous le poids)171. Denis Pienoël, quant à lui, vend plus particulièrement, à Elbeuf, des laines de qualité, commme on l’a vu en 1492 : 9 livres 5 sous pour vendue et livrée d’un poids de laine172.

  • 173 ADSM, 52 BP 8, 4 mai 1490, Claude Bouhier, ibid., p. 94.
  • 174 ADSM, 52 BP 7, 29 avril 1483. Voir Claude Bouhier, « Les contrats… », art. cité, p. 8.
  • 175 ADSM, 52 BP 10, 7 novembre 1503 et 15 juin 1505.

78Les draps d’Elbeuf sont eux-mêmes peu denses et bon marché : le paysan du Thuit-Anger avait un drap qui était encore chez le tisserand, où il y a 30 livres (pesant) de laine ; le drapier Jean Legrant a baillé 34 livres de laine au tisserand Jeannot Deversy, pour faire un drap, et accuse ce dernier de n’en avoir mis que 30 ou 31 livres et d’avoir subtiliser le reste173. Les quantités de laine que nous avons aperçues dans les inventaires doivent souvent correspondre à ce qui est nécessaire pour un drap : 27, 30 ou 42 livres de laine. Le drap de quinze, cité par Claude Bouhier, est un drap à 15 sous l’aune174. En 1503, le drapier Jean Gouppil achète un drap de 22 aunes à Gillet Bosquet, pour le prix de 20 sous tournois l’aune ; en 1505, le drapier Colin Cardet vend deux draps pour 42 livres 7 sous, à payer après la foire du Lendit, ce qui mettrait un drap à un peu plus de 20 livres175.

  • 176 Mais on trouve aussi des laines à plus bas prix ; ainsi dans le registre du bailliage, 5 poids 2 l (...)
  • 177 AMR, A9, fol. 180, 181, 220 vo, 227 vo. Voir p. 211-212.
  • 178 Voir l’ordonnance du 24 mai 1504, document F ; en 1504, les compagnons foulons de Rouen avaient fa (...)

79Les draps d’Elbeuf n’ont pas nécessairement la longueur habituelle des draps de Rouen (20 aunes) et leur prix doit tourner autour de 20 sous l’aune, voire moins. Ils pèsent 30 à 40 livres de laine, et le prix du « poids » de laine doit tourner autour de 3 à 5 livres, 9 livres pour la laine de qualité de Denis Pienoël. Peut-on comparer ces données avec celles de la grande draperie rouennaise ? Les données fournies par les registres de la justice d’Elbeuf n’ont pas leurs équivalents du côté rouennais. Quelques renseignements, tirés des délibérations municipales de 1495 et 1497, permettent cependant de proposer des comparaisons : les grands draps sont à 60 sous l’aune, les petits draps (de dehors) à 15 sous l’aune ; les laines qui se vendaient à 15-16 livres vers 1460 se vendent à la fin du siècle 24 livres – c’est sans doute la laine pour un drap, donc deux « poids » environ, les grands draps pesant 40-50 livres de laine. Il est dit aussi dans les délibérations municipales que quand un drap passe 20 sous il doit être fouler au pied. Le « poids » de laine de qualité valait à Rouen au début du XVe siècle autour de 6 livres, il doit approcher à la fin du siècle les 12 livres176. Les grands draps de Rouen valent 60 sous l’aune, 60 livres pour les 20 aunes177. La comparaison éclaire le décalage entre les petites draperies qui se multiplient dans les bourgs et les villages autour de Rouen à la fin du XVe siècle et les standards de la grande draperie rouennaise. Le poids de laine est à 3 ou 4 livres, contre 12 à Rouen, le drap de 20 aunes à 20 livres contre 60 livres. Le drap d’Elbeuf vaut le tiers du grand drap de Rouen. D’autres textes montrent qu’autour de Rouen, en 1504, on fabrique des draps d’une aune et demi-quart de largeur et non de cinq quartiers d’aune (une aune un quart) comme à Rouen178, et ils ne doivent pas en général dépasser 1 600 fils de compte, alors que le minimum autorisé à Rouen est de 1 800 fils.

De quelques drapiers elbeuviens

  • 179 Inventaire de Jean Féré, dans Alain Becchia, La draperie en Normandie, op. cit., p. 437. Roger Fér (...)
  • 180 ADSM, 52 BP 10, 25 septembre 1505 ; voir Claude Bouhier, ibid., p. 98, note 44.
  • 181 ADSM, 52 BP 10, 4 mars 1505 ns ; voir Claude Bouhier, ibid., p. 98.
  • 182 ADSM, 2E1/222, 12 février 1496. Ce Courbalain était présent lors de l’inventaire des biens de Jean (...)
  • 183 Foire de Saint-Denis : AN, LL 1313, fol. 1 ; ADSM, 52 BP 10, 29 juillet 1505.

80Jean Féré, gros drapier d’Elbeuf, est décédé en janvier 1481. Il a un frère, Roger Féré, « drappier » de Saint-Étienne d’Elbeuf. En 1502, ce dernier et Guillaume Durée, aussi drapier, veulent placer leurs enfants « a servir aulcuns maistres du mestier de cardier en ceste ville d’Ellebeuf », mais se heurtent aux cardiers en ce qui concerne le temps d’apprentissge ; on s’enquiert « s’il y avoit ordonnances faictes sur le mestier et qu’ilz devoient par icellez servir le temps de cinq ans » ou par moindre temps179. Hutin Féré, fils de Roger, est passé maître cardier le 25 septembre 1505, « ayant servi le temps contenu es ordonnances dudit mestier180 ». Il a donc servi trois ans et, entre les deux dates, le métier de cardier s’est donné une organisation et la durée de l’apprentissage a été fixée. Cette affaire témoigne de l’intérêt des drapiers pour la fabrication de cardes. Roger fait aussi préparer des « fueilletz de boys de noyer servans a presse de draperie181 ». Et il est en relation avec Rouen, avec un drapier rouennais, Jean Pinain, de Saint-Martin-du-Pont, pour un transport de rente, héritage de Guyot Courbalain182. Il y a un Jean Féré de Rouen à la foire de Saint-Denis en 1487 ; en juillet 1505, un Jean Féré bourgeois de Rouen, avec son frère mineur, apparaît dans les registres de la justice d’Elbeuf183 ; mais on ignore leurs liens de famille.

  • 184 ADSM, 52 BP 9, 21 juin 1502 ; 52 BP 12, 27 juillet 1512.
  • 185 ADSM, 52 BP 9, 4 avril 1503 ns ; 52 BP 10, 3 juin 1505. Ce Vincent Dumoulin a employé quinze jours (...)
  • 186 ADSM, 52 BP 10, 4 mars 1505 ns. Ce Bosquet achète par ailleurs des draps à des drapiers d’Elbeuf ; (...)

81Massin Delahaye, dit Fontaine, autrement dit Thomas Delahaye, achète, on l’a vu, cinq draps « en voiturage » qu’il fait « habiller » ; il a promis de vendre à Laurent Centsoulz 27 livres de laine et il vend 3 livres de laine à Noël Vallée184. Il cède un drap à un nommé Gouppil drapier et il achète un drap à Vincent Dumoulin (22 livres)185. Il demande 23 livres à Gillet Bosquet pour argent prêté et pour avoir porté des draps à Paris186. Nous avons donc affaire à un marchand davantage qu’à un drapier, un marchand de laine et de drap, n’hésitant pas à aller à Paris. Ce qui frappe aussi, c’est la petite taille de ces entreprises.

  • 187 Au Lendit, AN, LL 1313, fol. 2 et 30 vo (Centsoulz, 1487) ; LL 1313, fol. 115 (Hesbert, 1497). À E (...)
  • 188 ADSM, 52 BP 8, 18 avril 1489 ns ; 52 BP 10, 14 juillet et 19 mai 1506.
  • 189 ADSM, 52 BP 10, 6 janvier 1506 ; 52 BP 12, 9 et 31 mars 1512 ns.

82D’autres Elbeuviens assurent l’accès aux marchés extérieurs ; ainsi Laurent Hesbert et Laurent Centsoulz que l’on retrouve au Lendit187. Laurent Centsoulz a employé en 1489 son frère Robinet pour le servir du métier de draperie. En 1495, il vend une rente, que lui devait un habitant du Bosc-Roger, à un homme de loi de Rouen. En 1506, il loue un cheval pour aller à Paris ; il doit 23 sous pour façon de drap à Simon Hode188. Robinet, « drappier », a pris un orphelin en apprentissage en 1506 ; ce Robinet est décédé avant mars 1512 et Laurent est tuteur de ses enfants, et à cette occasion en affaire avec des Rouennais189.

  • 190 Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, p. 91, et « Les contrats… », ar (...)
  • 191 Inventaires des biens de Guillaume Myre, de Guillemin Sanson, de Robin Osmont, de Jean Lemoine, to (...)

83La richesse des registres de la justice d’Elbeuf conservés fait de cette ville un cas exceptionnel, dont il n’y a guère d’équivalent au moins au niveau régional. Et nous avons l’opportunité d’assister à la naissance d’un bourg drapier, au moment où, autour de la grande ville, on se met partout à draper dans les villages. Dans cette émergence, les marchands et les drapiers les plus importants, liés à Rouen et vendant sur Paris ou Saint-Denis, ont joué sans doute un rôle décisif, mais ils ont rencontré aussi un milieu favorable, où régnait une grande fluidité des occupations, qui a facilité les innovations, comme celle du drap à deux trames. Il est possible que les cardiers (fabricants de cardes) aient joué ici un rôle. Mais on ne peut négliger non plus l’importance du travail du lin et du tissage des toiles dans les bourgs et les villages, qui préexistent au démarrage de la draperie. Il a même existé sans doute un métier de tisserands de toiles à Elbeuf, mais, comme le suggère Claude Bouhier, l’organisation corporative a ici du mal à se faire reconnaître. L’affaire date de 1471 et concerne « le descors de certaines lames a tistre toilles », confisquées par deux « eulx disans gardes du mestier de tistre en toilles », qui affirmaient qu’elles étaient « faulses190 ». On trouve dans les inventaires après décès, conservés dans les registres de la justice d’Elbeuf, des bottes de lin et de chanvre, des livres de fil, du lin peigné, des peignes à lin ou a chanvre, un rouet à filer lin, un métier à telier, à côté de six brebis, de deux agneaux, d’un âne ou de la moitié d’une vache191. À un moment donné, la pression de la demande aurait fait basculer du lin vers la laine une main-d’œuvre en grande partie rurale, qui pratiquait à temps partiel le travail de la toile. Elbeuf sert ici de point de fixation pour une zone de production proche. Mais il a bien fallu que quelques marchands drapiers servent d’intermédiaires.

Draperies rurales, draperies urbaines

  • 192 Voir : Émile Coornaert, « Draperies rurales… », art. cité ; Eleanora Mary Carus-Wilson, Medieval M (...)
  • 193 Voir p. 52 et 65 ; et aussi en 1409, p. 114 ; il s’agit en particulier des draps du Caux, comme il (...)
  • 194 Pour les draps de village, voir p. 52 et 60, note 70.
  • 195 Albert Legris, op. cit., p. 168-169.
  • 196 BNF, ms. fr 26025, no 1746. Il s’agit de villages au nord-est de La Ferrière.
  • 197 BNF, ms. fr 26056, no 1872 (voir p. 225, note 101).
  • 198 Fauville (BNF, ms. fr 26007, no 343). Saint-Victor (BNF, ms. Fr 26049, no 612).

84L’opposition et le balancement entre la draperie des villes et celle des villages a été au cœur des démonstrations d’Henri Pirenne pour la Flandre ou d’Eleonora Mary Carus-Wilson pour l’Angleterre, aux derniers siècles du Moyen Âge192. Elle a été reprise dans les débats autour de la proto-industrialisation, pour une époque plus tardive. Il faut cependant rappeler que toute recherche sur les draperies rurales bute sur la rareté des sources, dès que l’on remonte en deça du XVIIe siècle. Rassemblons pour la Normandie les quelques faits qu’elles nous laissent entrevoir. Ce que nous avons constaté pour Rouen en 1381, 1403, 1424, 1474193, la pression constante des tissages ruraux sur les fabrications urbaines, semble bien caractériser les XIVe et XVe SIÈCLES. Il existe une production de « draps de village » qui sont destinés à la consommation locale et qui, parfois, s’insèrent dans des circuits marchands plus vastes194. Le maire d’Eu est accusé en 1338 d’avoir acheté quatre draps à un habitant du village voisin de Sept-Meules, ce que l’on avait défendu aux bourgeois d’Eu, et de les avoir fait sceller, pour les vendre au Lendit, en la halle d’Eu, comme draps d’Eu. Pour sa défense, il disait que, s’il ne les avait achetés, un autre l’aurait fait195. Nous avons vu que les villages voisins de Caudebec-en-Caux tissaient pour la ville et qu’il existait des réglementations et des jurés jusque dans certains villages, comme Le Valasse (Gruchet-le-Valasse) ou La Ferrière-sur-Risle. La liste des drapiers mis en amende dans la sergenterie de La Ferrière, en 1392, laissent d’ailleurs penser que certains habitent les villages voisins : Guillaume de Berville, Jouen et Robert Du Plessis, Colin de Vetigny196. À la foire de Beuzeville, on aune les draps et les toiles197. Au milieu du pays de Caux, il y a, nous l’avons vu, Auffay, mais nous trouvons aussi une taxe de la draperie à Fauville-en-Caux, en 1365, et une halle aux drapiers à Saint-Victor-l’Abbaye en 1426198.

  • 199 Pour les listes, voir document H. La carte de la hiérarchie des villes normandes est dans François (...)
  • 200 Ry deviendra un centre important à l’époque suivante. Un drapier de Saint-Denis-le-Thiboult vend d (...)

85Les listes des marchands normands présents sur les marchés extérieurs vont nous en apprendre davantage. Mais qu’appelle-t-on ville et qu’appelle-t-on village ? François Neveux a proposé une carte du réseau urbain en Normandie, pour les derniers siècles du Moyen Âge199 ; on peut y ajouter Les Andelys, ainsi que quelques gros bourgs qui dépassent le millier d’habitants : Auffay, Brionne, Blangy ou Torigni. En dessous de ce réseau dense de petites villes et de gros bourgs, dont un certain nombre sont des centres drapiers, nous voyons apparaître dans nos listes quelques villages, dès la première moitié du XIVe siècle, Darnétal, Monchaux, les draps du Caux. Durant la période suivante, 1350-1450 : Montpinchon, Hambye, Domjean, Saint-Vigor-des-Monts, mais c’est aux foires du Lendit, à la fin du XVe siècle, que se multiplient les marchands des villages. Nous voyons alors émerger la vallée de l’Andelle (et son affluent le Crevon), avec Ry200, et surtout se multiplier les petits centres, entre Torigni et Vire, dans le bocage occidental : Domjean, Hambye, La Haye-Comtesse, Landelles, Montbray, Montpinchon, Pont-Bellanger, Pont-Farcy, Saint-Denis-le-Gast, Sainte-Marie-outre-l’Eau, Savigny, Tessy-sur-Vire.

  • 201 Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité, p. 236-237.

86Domjean, Pont-Bellanger, Pont-Farcy, Sainte-Marie sont voisins du bourg de Tessy, qui a sa « rue » au Lendit, à côté de celle de Vire. Dans cette région, il n’y a guère de ville entre Coutances, Saint-Lô et Vire, à part le gros bourg de Torigni. Mais il y a partout des moulins fouleurs, et précisément à Montbray et à La Haye-Comtesse. Dans ce haut-pays pauvre, que les géologues nomment le synclinal bocain occidental, le paysan a dû sans doute très tôt associer l’artisanat au travail à la ferme. Les marchands des centres fouleurs jouent souvent, comme l’a proposé Henri Dubois pour Saint-James au tournant 1400, le rôle de « ramasseurs ». Henri Dubois a aussi attiré l’attention sur l’imprécision de leurs lieux d’origine, qui permet d’éclairer davantage la nature de leur commerce ; certains marchands se disent de Saint-James ou de Saint-Lô, de Saint-James ou de Fougères, de Montpinchon ou de Saint-Vigor-des-Monts201. Cette confusion semble bien renvoyer à des pratiques de colportage généralisé. Ce qui change entre la situation de Saint-James autour de 1400 et la fin du XVe siècle, c’est le fait que ce commerce est repris en mains par les petits marchands des villages.

  • 202 AMR, A9, fol. 223.
  • 203 Monique Bourin, Sandro Carocci, François Menant et al., « Les campagnes de la Méditerranée occiden (...)
  • 204 John H. Munro, « The Symbiosis of Towns and Textiles: Urban Institutions and the Changing Fortunes (...)

87Il a donc existé une industrie rurale au bas Moyen Âge en Normandie, et elle prend de l’importance à la fin du XVe siècle. Darnetal, qui se pose en rival de Rouen et satellise les villages voisins, est devenu une petite ville. Mais partout se multiplient les moulins fouleurs et les tissages ruraux ; dans les débats de Rouen en 1497, « Jean Le Prevost, tisseren, dit qu’on drappe aux villages ou on n’y soulloit point drapper202 ». Pour comprendre ce qui se passe, il faut élargir l’enquête, et replacer la Normandie dans un environnement et une chronologie plus vastes. Le développement des industries rurales ne date pas de la fin du XVe siècle, elles sont déjà présentes dans la « conjoncture 1300 », lorsque la croissance démographique et la faim de terre contraignent à chercher des compléments de ressources du côté de l’artisanat, en Flandre, dans le Languedoc ou les montagnes catalanes. C’est le moment où les grandes villes drapières flamandes se déchaînent contre le plat pays, et où démarre la production de certains villages comme Langemark, près d’Ypres203. La peste noire, au milieu du siècle, allège la pression démographique, mais ne met pas fin aux productions rurales ; parce que, du côté de l’offre, le travail rural est moins encadré par le corset corporatif des villes et reste moins couteux, et parce que du côté de la demande, l’élargissement des marchés concerne en particulier des produits de qualité commune, des produits que les campagnes savent faire et que les gens peuvent acheter. Aux villes les produits de luxe, la teinture et les finitions, aux campagnes les premières étapes de la fabrication et les tissus communs. À ce moment-là, villes et campagnes sont plus complémentaires que concurrentes. Les campagnes ont, en tout cas, accédé aux marchés extérieurs. La concurrence existe néanmoins : en Flandre, les trois grandes villes textiles déclinent face aux nébuleuses drapières de la vallée de la Lys ; en Angleterre, le déclin urbain frappe, dans la seconde moitié du XVe siècle et au début du XVIe siècle, Coventry, Winchester ou York, tandis que se développent les draperies rurales dans le West-Riding ou l’ouest du Wiltshire. On assiste alors, en cette fin du XVe siècle, à la désindustrialisation de certaines villes anglaises204. Une désindustrialisation urbaine d’une autre ampleur semble avoir frappé l’Europe, dans la seconde moitié du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle. Cette désindustrialisation est une des caractèristiques de la « protoindustrie » ; elle prépare à sa manière la « révolution industrielle ».

  • 205 Fernand Braudel, op. cit., t. II, p. 270-271. Voir aussi : Paul M. Hohenberg et Lynn Hollen Lees, (...)

88Il a incontestablement existé, en ce qui concerne le textile, cette industrie clé des économies préindustrielles, un balancement villes/campagnes, un « double clavier », dans l’histoire de l’Europe et peut-être du monde205. Ce balancement n’a pas fonctionné de la même manière partout, ni selon la même chronologie. Proposons un schéma simplifié : au XIIIe siècle urbain, aurait succedé une fin du Moyen Âge où l’industrie rurale devient très importante. Au cours du XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe siècle, les villes reviennent au premier plan. Après 1650 et au cours du XVIIIe siècle, la protoindustrie envahit les campagnes. Puis la grande industrie ramène les usines dans les villes.

  • 206 Guy Bois, Crise du féodalisme, p. 103 et 340.
  • 207 Jacques Bottin, « Structures et mutation… », art. cité.
  • 208 Pierre Jeannin, « La protoindustrialisation, développement ou impasse ? », Annales E.S.C., no 1, 1 (...)

89Revenons à la Normandie. L’industrie rurale semble bien accroître son importance à la fin du XVe siècle. Les bas coûts du travail y jouent un rôle, comme l’accroissement de la demande lié au renouveau démographique et économique. Mais le mouvement va se poursuivre au XVIe siècle, comme l’a constaté Guy Bois : « au regard des salaires urbains, les salaires de l’artisanat rural paraissent particulièrement bas de 1450 à 1550 », et au cours du XVIe siècle, la crue des hommes et la paupérisation croissante des campagnes font « jaillir sur le marché de l’emploi de vastes réserves de main-d’œuvre » qui vont chercher à s’employer dans l’industrie rurale206. Plus encore que la draperie, ces activités rurales vont concerner les toiles de lin, qui deviennent les « mines d’or et d’argent » du royaume, exportées au-delà des mers. Il y a là, en Normandie, au sud de la Seine, développement d’un « espace protoindustriel », toilier, sans commune mesure avec les draperies rurales médiévales207. Cette protoindustrie est cependant particulière, la toile est une industrie « pauvre », « la roue de secours du paupérisme rural208 » et elle naît des campagnes elles-mêmes, comme la métallurgie rurale d’ailleurs. Elle n’entraîne donc aucune désindustrialisation urbaine, ce qui la différencie, semble-t-il, du processus protoindustriel qui s’affirme à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle.

Notes

1 Parmi d’autres : Émile Coornaert, « Draperies rurales, draperies urbaines… », art. cité ; Sylvain Calonne et Denis Clauzel, art. cité.

2 Michel Mollat, art. cité, p. 416.

3 AN, JJ 74, fol. 275 vo, no 473.

4 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, Privat (Histoire des villes), 1979 et « La draperie normande », art. cité, p. 421. Dominique Leost, « Les métiers rouennais au lendemain de la reconquête française (1449-1455) », Annales de Normandie, t. XLIII, no 2, 1993. Voir aussi Adolphe Cheruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale, op. cit., t. II et Histoire de Rouen sous la domination anglaise au XVe siècle, Rouen, Legrand, 1840, p. 173-174.

5 Georges Espinas et Henri Pirenne, op. cit., t. I, Arques et t. III, Poperinghe.

6 Voir : Pierre Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, Picard, 1979, p. 348.

7 Michel Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, étude d’histoire économique et sociale, Paris, Plon, 1952, p. 274-277.

8 Ord, t. VI, p. 462. En quoi leurs draps diffèrent-ils ? Par la qualité des laines, par le compte ou, comme on va le voir, simplement par la longueur ?

9 Ord., t. XIII, p. 56.

10 1381 (Ord., t. VI, p. 660). En 1394, dans la grande draperie rouennaise, 20 aunes (AMR, S3, fol. 65 vo). En 1424, sans doute aussi (il y a une erreur ici dans le tableau de Francis Concato, « La technique drapière en Normandie… », art. cité, p. 91 : « 25 aunes » représente le drap écru avant foulage). À Évreux, en 1385, 20 aunes (André Giffard, op. cit., p. 23-24). À Louviers, en 1409, 19 aunes et demie, ramenées à 19 aunes, pour éviter les contestations (Théodore Bonnin, op. cit., t. II-2, p. 9). L’aune est celle de Paris (1,188 m).

11 André Giffard, op. cit., p. 23-24. Voir aussi le tableau des comptes des draps de Francis Concato, « La technique drapière en Normandie… », art. cité, p. 82.

12 Ord., t. XIII, p. 57.

13 Ord., t. VI, p. 660 et AMR, S3, fol. 67.

14 AMR, S3, fol. 81. Voir aussi le procès de 1474, où il est rappelé « que en ladite drapperie de Rouen n’auroit qu’ung seel et lisiere » (ADSM, 1 B 48, fol. 203). Sur ce procès, voir p. 130.

15 Ord., t. XIII, p. 73.

16 Lucien-René Delsalle, Rouen et les Rouennais au temps de Jeanne d’Arc, 1400-1470, Rouen, Éditions du P’tit Normand, 1982, p. 169. Voir aussi : Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’art et métier et des confréries religieuses de la capitale de la Normandie, Rouen, Lecointe, 1850, p. 96-97.

17 AMR, S3, fol. 64 et 85 vo.

18 Ord., t. VI, p. 660.

19 AMR, A2, fol. 14, 16 janvier. Voir : Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire…, op. cit., p. 9. On peut rapprocher ce contrôle de celui qu’exercent les gardes jurés du métier de « tellier » (tisserands de toiles) de Rouen sur ceux du faubourg Saint-Gervais (ADSM, 7 H 1725, 1484).

20 ADSM, 1 B 9, fol. 27-27 vo, 1391. Sur le fief de La Fontaine-Jacob, voir Lucien-René Delsalle, Entre Robec et Aubette. Mille ans d’histoire à l’Est de Rouen, Bois-Guillaume, TAG, 1994, p. 103 et Charles de Beaurepaire, « La haute justice de la Fontaine Jacob », Bulletin de la commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. VI, 1882-1884, p. 425-437.

21 ADSM, 1 B 4, fol. 83 vo (1386).

22 Ord., t. VI, p. 368 (1378) et AMR, S3, fol. 66 vo (1394).

23 Ord., t. VI, p. 462 (1372). À partir de 1372, ils furent autorisés à travailler et « marchander » dans la ville (Ord., t. XIII, p. 56).

24 AMR, A12, fol. 408-411 vo, 14 juillet 1526 et Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire…, op. cit., p. 134 (voir aussi le 21 juillet).

25 AMR, A1, fol. 14 vo, 15, 23 vo, 34, 36 vo et Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire…, op. cit., p. 7. Voir aussi : Francis Concato, art. cité, p. 88.

26 Non seulement La Fontaine-Jacob, mais aussi Saint-Gervais, au faubourg Cauchoise (ADSM, 7 H 1727-1729 : XVe -XVIe siècles, toiliers, etc.), Notre-Dame du Pré, dite Bonne-Nouvelle, au faubourg Saint-Sever (ADSM, 1 B 31, fol. 56, 1456 ; 1 B 52, fol. 120 : 1490, toiliers, etc.) et le prieuré Saint-Paul, dépendant de l’abbaye de Montivilliers (ADSM, 54 H 479 : fin XVIe siècle).

27 Jusqu’à une lieue (4 km), parfois davantage, voir : Michel Devèze, « La notion de banlieue : son importance historique », dans Les villes : contribution à l’étude de leur développement en fonction de l’évolution économique, colloque d’octobre 1970 à Troyes, université de Reims (Cahiers de l’Association interuniversitaire de l’Est, t. XVI), 1972, p. 155.

28 Ainsi pour Dieppedalle en 1532 (Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire…, op. cit., p. 142). Sur la banlieue de Rouen, voir : Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle, La Haye, Mouton, 1975, t. I, p. 46-47. Sur les limites de la sergenterie de Rouen, voir : BNF, ms. fr 26021, no 712 (1385) et ms. fr 26022, no 1066 (1387) : Saint-Sever sur la rive gauche, Saint-Aignan, le Mont aux malades, Bois-Guillaume, Bloville (Bonsecours), « Carville, Loncpaon et Darnestal » (la rive droite du Robec seulement, semble-t-il).

29 AMR, A 16 fol. 13 vo.

30 L’abbé Henri Voiement, Les deux paroisses de Darnétal, Saint-Pierre de Carville et Saint-Ouen de Longpaon, Rouen, Leprêtre, 1896-1897. Charles de Beaurepaire et Jean Laporte, Dictionnaire topographique du département de la Seine-Maritime, Paris, BNF, 1982-1984.

31 Gustave Fagniez, Documents, op. cit., t. II, p. 176-177 (règne de Philippe VI). Lucien-René Delsalle dans Entre Robec et Aubette…, op. cit., p. 151, a mis en doute cette référence, sans doute à tort, car on trouve une allusion aux draps de Darnétal, quelques années après en 1364 (Léopold Delisle, Mandements et actes divers de Charles V (1364-1380), Paris, Imprimerie nationale, 1874, p. 23, no 34, cité par Henri Voiement, op. cit.). Et déjà en 1338-1339 (voir ici, p. 31).

32 AMR, A11, fol. 274 vo (1520) et Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire, op. cit., p. 121. Voir aussi : A9, fol. 310 vo, 11 juin 1499 : « Monsgr de Longpaon dit que la prouchaine terre de la banlieue est Longpaon, en laquelle y a aucuns (plusieurs) marchans et drapiers ». Un mandement de 1502 ordonne à un sergent de se porter à Darnétal pour interdire la vente de marchandises « audit lieu de Dernestal, dela la riviere dudit lieu, ne hors la banllieue de ladite ville » (AMR, U2, fol. 29). Voir aussi : Alexandre Lesguilliez, Notice historique, topographique et statistique sur la ville de Darnétal et sur les divers genres d’industrie exercés dans cette ville, depuis son origine jusqu’en 1835, Rouen, Les principaux libraires, 1835, p. 147.

33 Lucien-René Delsalle, Entre Robec et Aubette…, op. cit., p. 148 sq. Alexandre Lesguilliez, op. cit., p. 292 sq. Sur Darnétal au XVIe siècle, voir Philipp Benedict, « Heurs et malheurs d’un gros bourg drapant : note sur la population de Darnétal aux XVIe et XVIIe siècles », Annales de Normandie, t. XXVIII, 1978, p. 195-205.

34 AMR, A4, fol. 64 vo, et Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire, op. cit., p. 23. La draperie de Pavilly, dès 1381 (ADSM, 1 B 5, fol. 59, 1386).

35 ADSM, 7 H 1724 et non pas à la foire de Saint-Gervais (copie de 1696).

36 Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise (1419-1449), Rouen, Lainé, 1931, p. 133.

37 AMR, XX1, fol. 42 vo, 107, 180 vo.

38 AMR, A8, fol. 2, 40, 56 vo et Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire, op. cit., p. 56.

39 AMR, Chartrier, Tiroir 14, no 7, 1 septembre 1403. Le texte a été publié dans Jean-Louis Roch, « Entre draperie rurale et draperie urbaine ?... », art. cité, p. 228-229.

40 Ord., t. XIII, p. 56-57. AN, JJ 172, fol. 324 vo, no 581.

41 AMR, A5, fol. 180 vo -183 vo. Publication partielle dans Jean-Louis Roch, « Entre draperie rurale et draperie urbaine ?... », art. cité, p. 229.

42 AMR, S3, fol. 88 vo-90. Dominique Leost, « Les métiers rouennais », art. cité, p. 148.

43 Gustave Fagniez, Documents, op. cit., t. II, p. xxxiii et xlviii. Alcius Ledieu, « Trois délibérations de l’échevinage d’Abbeville en 1440 et 1441 », Bulletin historique et philologique du comité des travaux historiques et scientifiques, 1885, p. 239-242. René Cintré, « À propos des immigrés et des réfugiés normands dans les villes bretonnes proches de la frontière durant la guerre de Cent Ans », dans Philippe Lardin et Jean-Louis Roch, op. cit., p. 144-147. Voir aussi : Henri Dubois et Arlette Higounet-Nadal, « Le relèvement », dans Histoire de la population française, Jean Dupâquier (dir.), Paris, PUF, 1988, t. I, p. 355-356 et p. 408-409.

44 AMR, S3, fol. 69-69 vo.

45 Document B, § 32. Au Moyen Âge, « Vagabond », n’est pas substantif mais seulement adjectif, ce qui en affaiblit le côté péjoratif. D’autres artisans « vagabonds » dans André Gouron, La réglementation des métiers en Languedoc au Moyen Âge, Genève, Droz, 1958, pièce jointe no 5, § 23.

46 Gustave Fagniez, Documents, op. cit., t. II, p. xxxii ; voir aussi : Études sur l’industrie et la classe industrielle à Paris aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, Vieweg, 1877, p. 84-86. À Beauvais : Ord., t. XIII, p. 52-53. À Lille : Robert Marquant, La vie économique à Lille sous Philippe Le Bon, Paris, Champion, 1940, p. 205.

47 Michel Mollat, Histoire de Rouen, op. cit., p. 102. Il a existé ailleurs de nombreuses boucheries « foraines » ; ainsi à Lille : Robert Marquant, op. cit., p. 126 sq. et p. 201.

48 Les ciriers et les chandeliers, dans les années 1360-1370 : Adolphe Cheruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale, op. cit., t. II, p. 274, p. 395 sq.

49 ADSM, 1 B 6, fol. 127 vo (1390) ; 1 B 16, fol. 48, 48 vo (1398) : il s’agit des teinturiers de gaude, garance, brésil et écarlate ; ceux de guède ne semblent apparaître comme « métier » organisé à Rouen qu’au milieu du XVe siècle.

50 AMR, A5, fol. 128, Charles de Beaurepaire, Inventaire, p. 31 ; Ord. t. IX, p. 412 (1408) ; voir aussi : Adolphe Cheruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale, op. cit., t. II, p. 495. Sur la mise en place de cette notion de « ville de loi » (associée à la « réciprocité »), ici, p. 36.

51 Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 27-28. Autres exemples dans la boucherie de Rouen, en 1359 ou dans celle de Lille en 1444 (Robert Marquant, op. cit., p. 131 sq.).

52 Dans la draperie rouennaise en 1378 (Ord., t. VI, p. 367) ; en 1394 (AMR, S3, fol. 66). Il faut rapprocher cela de l’allègement, voire de la suppression de la redevance d’apprentissage, en particulier dans la seconde moitié du XVe siècle (Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier-Montaigne (collection historique), 1982, p. 163).

53 Ord., t. VI, p. 368. Voir aussi les chaussetiers d’Évreux : 1421, Ord., t. XIII, p. 80.

54 AMR, A9, fol. 277-278, 28 août 1498, Charles de Beaurepaire, op. cit., p. 86 et A12, fol. 408-411 vo, 14 juillet 1526, op. cit., p. 134.

55 Voir : Sylvain Calonne, Denis Clauzel, art. cité.

56 AMR, A11, fol. 139, 26 octobre 1517 ; A12, fol. 212, 6 août 1523.

57 ADSM, 1 B 59, 30 juillet 1501 (procès concernant la visite d’un drap « de viconté » chez un drapier). Voir aussi : 1 B 52, fol. 127-127 vo, 1490. Le « cordel » est la lisière.

58 Appellation commerciale, utilisée dans la seconde moitié du XVe siècle, les draps de vicomté forment une catégorie intermédiaire entre les grands draps et les petits draps. Draps de vicomté ou « de la vicomté », ces draps ne concernent pas, semble-t-il, la seule vicomté de Rouen (voir AMR, A9, fol. 217, Charles de Beaurepaire, op. cit., p. 80, 1496).

59 Voir : Michel Mollat, « La draperie normande », art. cité ; et ci-dessous, document H.

60 Voir document B.

61 À Lisieux, l’ordonnance des tisserands de 1456 parle de « varlet ou ouvrier dudit mestier [qui] passe le chemyn, s’il se veult arrester en ladite ville », et dans l’ordonnance des drapiers de 1482 : « compaignon de dehors pays qui soit du mestier de drapperye, qui en passant chemyn se veulle arrester en ladite ville pour ouvrer » (ADC, F 7910, fol. 31 vo et 21 vo).

62 La confrérie est à trois degrés : gouverneurs, servants (§ 33), frères. Voir : Catherine Vincent, Des charités bien ordonnées. Les confréries normandes de la fin du XIIIe siècle au début du XVIe siècle, Paris, ENSJF, 1988, p. 225 sq. Les villages voisins travaillent pour la ville : Betteville, Rançon, Sainte-Gertrude, Saint-Wandrille (voir ci-dessous, document B, § 28).

63 Jurés tisserands et foulons, comme à Louviers (ADSM, G 996/1, 24 juillet 1511) ou à Rouen (1378, Ord., t. VI, p. 367), ce qui correspond à l’existence d’un métier de la draperie. « Laner » (lainer) : tirer la laine du drap avec des chardons, avant de tondre.

64 À Dieppe en 1358 : Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 31-34. Auffay, Montivilliers, Neufchâtel : est ainsi délimité un espace « cauchois » que nous retrouverons. Les tisserands réglementent le métier au profit d’eux-mêmes et des marchands qui font faire les draps, mais ils s’assurent en même temps le monopole du tissage : ici p. 150.

65 André Giffard, op. cit., p. 23 sq.

66 AN, K 930, no 11, enquête concernant la teinture : à Andely, six personnes consultées, un marchand-et-drapier, un teinturier, un tisserand et trois foulons-et-laneurs. Si l’ordonnance s’intéresse d’abord aux tisserands, c’est aussi parce qu’il y a des moulins fouleurs sur le Gambon (AN, P 1912/2, no 20149).

67 Ord., t. X, p. 41-44. Les taxes (apprentissage, maîtrise) sont payées à l’œuvre de l’église Notre-Dame d’Andely et les amendes (concernant l’emploi) sont payées aux compaignons du mestier.

68 Louise Chaumet, « La corporation des tisserands et drapiers de Gruchet-le-Valasse et son statut de 1488 », dans Le textile en Normandie, études diverses, congrès de Louviers (1970), Rouen, Société libre d’émulation, 1975, p. 109-113.

69 En 1322 : Ord., t. XII, p. 458.

70 En 1380 : Ord., t. VI, p. 473. On peut s’étonner que l’on s’en prenne en particulier aux tisserands. En 1385 : Ord., t. VII, p. 757. On vend aussi à Montivilliers des draps de villages : dans les « plaids des halles », il est fait allusion à « la haulle aux marchans auprez dez estaux des draps de village et de la haulle as draps » (ADSM, 54 H 50, 20 décembre 1385).

71 Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, « L’organisation des territoires du drap… », art. cité, p. 176. Le premier stade de la draperie de Montivilliers correspondrait à la situation de Caudebec.

72 AN, JJ 74, no 473, fol. 275 vo, signet, 1340. Voir p. 34.

73 Ord., t. VI, p. 473.

74 Ord., t. VII, p. 758.

75 Louis de Brequigny, art. cité, p. 123. Et de même en 1436 : Ord., t. XV, p. 32.

76 Sur le contrôle des fabrications extérieures, voir les cas de Gisors (Louis Passy, Le livre des métiers de Gisors au XVIe siècle, Pontoise, Société historique du Vexin, 1907, p. 146, 1547) et de Dieppe : « nul ne pourra porter hors tistre œuvre qui soit labourée en la ville […] et en cas que portée y seroit, ceulx du mestier la pourront poursuir et arrester en la terre et juridicion dudit seigneur et ailleurs » (Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 33, § 15, 1358). Autre exemple concernant les tisserands de toiles de Rouen : les quatre gardes auront la visitation des ouvrages du métier, « par toute la ville, banlieue et viconté de Rouen » (Ord., t. VIII, p. 300, 1398). La question sera aussi posée lors des débats rouennais des années 1495-1497 (voir ici p. 174 et 181).

77 Isabelle Theiller, « Un document pour l’histoire de la draperie médiévale de Montivilliers, 1374-1383 », dans Alain Becchia (dir.), La draperie en Normandie…, op. cit., p. 69.

78 On trouve dans la ville des tisserands en drap et des maîtres de foulerie (AN, P 1910/2, no 19107, 1411).

79 André Giffard, op. cit., p. 24.

80 Ord., t. IX, p. 171-172, § 13 et 23. Parer signifie fouler, tondre et apprèter. Précisons que le drap est mouillé lors du foulage et de la tonte en eau.

81 ADSM, 1 B 302, 28 mai 1501.

82 Drap de (la) vicomté. Le label apparaîtrait avant 1430 (Henri Dubois, « Drapiers normands aux foires de Bourgogne à la fin du Moyen Âge », dans Recueil d’études offert en hommage au doyen Michel de Bouard, Caen, PUC (Annales de Normandie), 1982, p. 239) ; il est attesté en 1453, dans le journal du procureur Dauvet (Michel Mollat, Les affaires de Jacques Cœur. Journal du procureur Dauvet. Procès-verbaux de sequestre et d’adjudication, Paris, A. Colin (Affaires et gens d’affaires), 1952-1953, t. I, p. 64), en 1534 (Anselmo Braamcamp-Freire, « Cartas de quitacão del rei D. Manuel », Archivo historico portugues, t. VIII, 1910, p. 389 ; cité dans Michel Mollat, « La draperie normande… », art. cité, 1976) et encore en 1582 : « draps de vicomté » (Antoine Fontanon, Les Edicts et ordonnances des rois de France depuis Louys VI dit le Gros jusqu’à présent, Paris, 1611, t. I, p. 1038). On ne parle de « drap du sceau » qu’à partir du début du XVIe siècle (Anselmo Braamcamp-Freire, op. cit., t. IV, 1906, p. 75 : 1511-1514).

83 Vicomté de Conches, amendes échues à La Ferrière, 1394, deux tisserands de draps (ADE, II F 4040). Pour les drapiers et tisserands des cinq paroisses et de La Ferrière, aucune amende en 1461 (AN, KK 1338, no 122).

84 AMR, A4, fol. 64 vo. Voir p. 52. Pavilly et Darnétal sont présents au Lendit. Sur Pavilly, nous savons très peu de choses : Pavilly relève de la baronnie d’Esneval et a des gardes du « mestier de drapperie » élus en 1516 (ADSM, 56 BP 41, fol. 8 vo). On y trouve en 1385, au hasard du tabellionage, « un clos avecques une place et un pentheur as draps [installation pour sécher et tendre les draps] et deux masures ou il soulloit avoir deux foulleries sur la riviere de Paveilli en la rue Sainte-Croix » (ADSM, 2E1/155, fol. 112, 18 février 1395).

85 ADE, E 1823. Voir ci-dessous, document C. Les « douestes » de fil linge sont des franges de fil de lin. Il existe un moulin à fouler, mais aussi un terrier a foullon dans la forêt de Beaumont (BNF, ms. fr 26086, no 7317 (1459). Beaumont est au Lendit en 1411. Un texte concernant les halles aux draps de Bernay, émanant de l’abbé de Notre-Dame de Bernay, précise que « nos drapiers de ladicte ville de Bernay, ceuls de Beaumont le Rogier, de Maneval et d’aillours » viennent y vendre leurs draps (BNF, ms. fr 26018, no 202, 1381).

86 En 1292, voir : Robert Fawtier et François Maillard, Recueil des historiens de la France. Documents financiers, Paris, Imprimerie nationale, 1953, t. I, no 6897. En 1310, voir : Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, « L’organisation des territoires du drap… », art. cité, p. 172 (corriger JJ 61, fol. 112, en JJ 45, fol. 112, no 184).

87 À Montivilliers en 1363, voir : BNF, ms. fr 26005, no 1422. À Evreux en 1388, voir : BNF, ms. fr 26022, no 1032.

88 AMR, S3, fol. 69. Espincher, c’est enlever les nœuds après tissage avec des petites pinces.

89 ADSM, 5 E 4, § I0. Voir aussi l’ordonnance de la draperie de Beaumont, en 1411 (ADE, E 1823, § 9) et, ci-dessous, document G. Et celle de la draperie de Gruchet-Le-Valasse de 1488 (Louise Chaumet, « La corporation des tisserands… », art. cité, p. 111, § 10). « A l’escru » signifie après tissage.

90 Dominique Cardon, op. cit., p. 543-549.

91 Claude Bouhier, « Les contrats d’apprentissage à Elbeuf de 1467 à 1506 », Bulletin de la société de l’histoire d’Elbeuf, no 41, avril 2004, p. 5. Sur 21 contrats d’apprentissage, 4 concernent des filles, pour apprendre à peigner et carder par exemple. Mais il n’y a pas de réglementation corporative avant 1503.

92 AMR, A9 fol. 216 vo, 217, 220 vo, 222 vo ; Charles de Beaurepaire, Inventaire, p. 80. Sur cette crise voir chap. V.

93 ADSM, 1 B 55, fol. 80, Saint-Lô, 1497. On a fait ordonnances « que en ladite ville ne seroient fais aucuns draps blans de viconté qui portassent en plus avant que trois fiz de liziere », ce qui allait contre l’ancienne ordonnance selon laquelle les « draps blans de viconté avoient ou portoient six ou sept fiz de liziere ». Au XVIe siècle, on précise « drap de la vicomté de Rouen ». À Lavaur on trouve des « viscontés de Rouen » mais aussi des « viscontés » de Revel et de Sorèze (Charles Portal, Documents sur le commerce des draps à Lavaur au XVIe siècle, Albi, Nouguiès, 1915, p. 26, 33, 40, 62, 92).

94 ADSM, 1 B 48, fol. 202-205. Ce qui leur est reproché, c’est d’avoir scellé à Rouen, où il n’y a qu’un seul sceau sous le contrôle des boujonneurs. Les marchands détaillants se justifient en prétendant que leur sceau leur permettait de reconnaître leurs draps lorsqu’ils les faisaient teindre. Donc un sceau après tissage. Sur cette affaire de 1474, voir p. 130.

95 Voir ci-dessus, tableau 1.

96 Il s’agit de Graville-Saint-Honorine. À nouveau nous voyons se dessiner un espace « cauchois ». Ordonnance mentionnée dans ADSM, 1 B 39, fol. 68 : procès à l’Échiquier en 1463, entre « les maistres et ouvriers de tistre en draps en la ville et bourgoisie du Neufchastel et de la paroisse de Nogent et les maistres et ouvriers du mestier de fouller et laner draps audit Neufchastel » (voir ci-dessous, document D). En 1512, est toujours attesté l’existence d’un sceau des draps à Neufchâtel, ainsi que d’ailleurs dans le bourg de Saint-Saëns (AN, P 1919/1, no 45572).

97 AMR, A10, fol. 153 vo, 1er septembre 1509. À Louviers, existe un petit sceau après tissage (ADSM, G 996/1, 1491). À Bernay, en 1473, existe un grand sceau et un petit sceau d’après tissage (Auguste Le Prévost, op. cit., t. I, p. 296). Voir aussi : Francis Concato, art. cité, p. 87.

98 Voir : Henri Dubois, « Drapiers normands », art. cité, et Françoise Piponnier, Costume et vie sociale. La Cour d’Anjou, XIVe -XVe siècles, La Haye, Mouton, 1970, p. 109 et p. 306 (années 1470).

99 Poursuivi pour avoir tondu un drap de vicomté, (ADSM, 1 B 59, 30 juillet 1501). Voir p. 192.

100 Sur cet espace au XVIe siècle, voir : Jacques Bottin, « Structures et mutation d’un espace protoindustriel à la fin du XVIe siècle », Annales. Économie, société, civilisation, no 4, 1988, p. 975-995.

101 Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, « Les acteurs d’un processus industriel. Drapiers et ouvriers de la draperie entre Rouen et Paris (XIVe -XVIe siècles) », dans Mathieu Arnoux et Pierre Monnet (éd.), Le technicien dans la cité en Europe occidentale, 1250-1650, Rome, École française de Rome, 2004, p. 353-354. À Écrainville, voir : ADSM, G 1608. Voir aussi plus loin dans le chap. III : « ceux qui vendent la laine ».

102 BNF, ms. fr 11954, et Suzanne Deck, op. cit., p. 219.

103 AMR, S3, fol. 86 vo -88 et U2, fol. 16 vo-18.

104 Voir : AMR, A9, fol. 217, 9 décembre 1496 : « sont les laines vendues tant de Caux que d’Angleterre ».

105 AN, P 1908, no 18475.

106 Jean Favier, Le registre des compagnies françaises (1449-1467), Paris, Imprimerie nationale (Histoire générale de Paris), 1975, p. 109.

107 ADSM, 2E1 /153, fol. 25, 24 janvier (à Abbeville, 16 francs or, c’est-à-dire 16 livres) ; fol. 31 vo, 17 février (à Louviers, 162 francs or) ; fol. 36, 4 mars (à Bolbec, pour 12 francs or et 14 sous).

108 ADSM, 2E1/156, fol. 28, 25 mai 1396 (Louviers, à Guillaume Quesnel, sans doute drapier, 30 livres) ; fol. 72, 4 octobre (à Sahurs, 14 livres 6 sous) ; fol. 136, 16 février 1397 (à Darnétal, 16 livres 10 sous).

109 Théodore Bonnin, op. cit., t. III, no 602, p. 37.

110 Dominique Cardon, op. cit., p. 212, et Heather Swanson, Medieval artisans…, op. cit., p. 30. À Elbeuf, l’apprentissage du métier de drapier concerne « tant de tondre, fouller, creder [carder] que laner » ; mais une fille, elle, est alloué à un drapier, pour « telz service que ladite fille lui sçaura faire dudit mestier tant peigner, creder que autrement » (Claude Bouhier, « Les contrats… », art. cité, p. 8-9, 1489 et 1490).

111 AMR, S3, fol. 85 vo, 1451.

112 Voir le texte de 1497 (ADSM, 1 B 55, fol. 191 vo et ici p. 112).

113 AMR, S3, fol. 87, 1451.

114 AMR, S3, fol. 86, et U2 fol. 15 vo, 1451. « pierre », transcrit sans doute à tort « pareures » dans le registre U2, c’est-à-dire le poids fixe pour le titrage de la laine (voir Dominique Cardon, op. cit., p. 279).

115 ADC, F 7910, fol. 23, 1482.

116 Voir les tableaux des impôts de ces villes dans le chap. VI. Pour Bayeux, voir aussi : François Neveux, op. cit., tableau VIII. Et aussi Beaumont, 1411, § 16 et ci-dessous, document C. À Louviers, on trouve dans les comptes une ferme du fil lange (ADSM, G 634 et 636, 1368 et 1405).

117 Ord., t. IX, p. 171.

118 Sur les moulins à fouler les draps, voir : Paolo Malanima, I piedi di legno. Una macchina alle origini dell’industria medioevale, Milano, Franco Angeli, 1988.

119 La Maillardière dépendant de Lyre, mais proche de Rugles. Rugles en 1342 : ADE, H 510. Voir aussi l’accord concernant l’utilisation du moulin de Bernay par les drapiers de Menneval, en 1467 (ADE, H 114).

120 Anne-Marie Bautier, art. cité. On ne la suivra pas totalement, lorsqu’elle cite le texte de Louviers en 1409 (p. 590) sur les « villes de loy notables » qui ont refusé le foulage au moulin ; ni Bernay, ni Évreux, ni Saint-Lô n’ont détruit leurs moulins. L’interconnaissance entre villes de loi s’appuie, comme nous l’avons vu, sur une réputation « floue » et parfois prise en défaut.

121 La liste qui suit a bénéficié de nombreux compléments apportés par Christophe Maneuvrier, de l’université de Caen, que je remercie.

122 En 1261, Romilly-sur-Andelle. En 1340 : moulin à fouler les draps, appartenant à l’abbaye de l’Isle-Dieu, près de Vascœuil (à Perruel).

123 Le moulin d’Hauterive n’est pas très loin d’Alençon, mais il a dû en exister en ville.

124 Voir Eu dans la liste ; et François de Beaurepaire, « Un bourg drapier de Basse Normandie au Moyen Âge : Saint-James », Revue du département de la Manche, t. VII, fasc. 25-26, janvier-avril 1965, p. 30. Cela ne semble pas toujours le cas, ainsi à Radepont en 1503, le bail à ferme de 18 livres suppose des travaux à réaliser par le fermier (ADE, H 1275).

125 François de Beaurepaire, art. cité, p. 35.

126 La verge fait ¾ d’aune, un drap pour 4 sous tournois.

127 ADSM, 52 BP 10, 19 septembre 1506.

128 À Bernay en 1473 (Auguste Le Prévost, op. cit., p. 295). À Beaumont-le-Roger en 1411 (ADE, E 1823, § 3, voir ci-dessous, document C). À Pont-l’Évêque en 1409 (AN, P 305, no 110). À Lisieux en 1435 (ADC, F 7910, fol. 29-33). L’aune (de Paris) fait 1,188m et la verge 0,914 m.

129 À Saint-Lô en 1464 et 1491 (Michel Dubois, « Fragments d’un règlement de la draperie de Saint-Lô au XVe siècle », Annales de Normandie, 1968, p. 98-99). Gavray et la Neuve-Lyre, voir la liste des moulins. À Bayeux en 1386 (BNF, ms. fr 26021, no 826).

130 Elbeuf possède deux paroisses, celle de Saint-Étienne, le noyau ancien, et celle de Saint-Jean. Il faut associer à Elbeuf le village voisin de Caudebec.

131 Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf (1471-1503) », dans Alain Becchia (dir.), La draperie en Normandie du XIIIe au XIXe siècle, Rouen, PUR, 2004, p. 85-101 ; « Les métiers à Elbeuf entre 1480 et 1484 », Bulletin de la société de l’histoire d’Elbeuf, no 37, avril 2002, p. 29-31, et « Les contrats… », art. cité.

132 Un pelletier, Jean Duvannendin, venu de Rouen, est traité de « meschant homme et qu’il estoit parti de Rouen pour les faultes qu’il avoit faictes en son mestier […] Vous avez esté benny [banni] de faire votre mestier en la ville de Rouen » (ADSM, 52 BP 8, 14 février 1492 ns). Ceux qui quittent Rouen échappent ainsi aux contraintes tatillonnes des métiers de la grande ville. Le foulon Colin Dugard, décédé en 1506 (52 BP 10, 21 avril 1506), est sans doute le fils de Colin de Saint-Maclou de Rouen, lui-même fils de Jean, qui avait vécu au Bosc-Roger (ADSM, 2E1 /212, 10 avril 1488 et 2E1/215, 29 août 1492). Claude Bouhier cite le cas d’un tanneur venu de Louviers (« Les contrats… », art. cité, p. 7, note 28).

133 Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, p. 89-90.

134 Commerce attesté par exemple pour un marchand de laine de Routot qui vend 8 poids de laine, pour 15 livres le cent, à Henri Busc drapier, que l’acheteur jugera ni bonne ni suffisante (ADSM, 52 BP 10, 29 juillet 1505) ; ce qui met le poids (25 livres) à 3 livres 15 sous.

135 ADSM, 52 BP 8, 3 décembre 1489 ; 52 BP 8, 3 janvier 1492 ns ; voir aussi Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, p. 90 ; 2E1 /210, fol. 8 vo, 29 avril 1485 ; 1 B 53, fol. 290 vo, 1497.

136 ADSM, 52 BP 7, 26 février 1482 ; AN, LL 1312, fol. 47 vo et 103 ; AN, LL 1313, fol. 28 vo et 63 ; ADSM, 2E1 /210, fol. 148 vo, 5 novembre 1485, et fol. 170, 17 janvier 1486 ns ; 2E1 /222, 29 janvier 1496 ns ; 2E1/233, 15 mars 1503 ; 14 H 506, 27 novembre 1494.

137 ADSM, 52 BP 10, 13 avril 1504 ; Alain Becchia, La draperie en Normandie…, op. cit., p. 442.

138 ADSM, 52 BP 12, 2 octobre 1512. Le cochet est, selon le dictionnaire de Godefroy, un petit bateau transportant les denrées sur la Seine. Notre coquet est-il le coche d’eau ou bien son contenu ?

139 ADSM, 2E1/220, 21 novembre1494.

140 ADSM, 2E1/222, 15 janvier 1496 ; 52 BP 8, 4 mai 1490. Le même jour, Guillaume Dehors, tisserand de Saint-Jean d’Elbeuf, vend à un tanneur de Rouen 24 sous de rente pour 12 livres.

141 ADSM, 2E1/222, 1 janvier 1496.

142 ADSM, 2E1 /244, 22 mars 1510 ns. Robinet est drapier (52 BP 10, 7 novembre 1503), à moins qu’il ne s’agisse de Robinet Bonamy boucher (52 BP 12, 22 juin 1512), mais ce dernier semble demeurer à Saint-Jean d’Elbeuf ; l’historien a beaucoup de mal à reconstituer les familles elbeuviennes. Il existe des Lorget dans la draperie rouennaise (2E1 /215, 3 juillet 1492 ; 4 BPII/1 bis, Baillage, fol. 97 vo, 14 février 1484).

143 ADSM, 52 BP 8, 24 novembre 1489 ; Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, p. 94-95.

144 ADSM, 52 BP 7, 27 mai 1483 ; Ord. (de 1458), t. XIV, p. 472-474 (et déjà dans l’ordonnance de 1451 : AMR, S3, fol. 81, et U2, fol. 11). Sur l’affaire Dupré, voir ici p. 167. La liste des boujonneurs de 1479 se trouve dans ADSM, 2E1/204, 2 juillet 1479 (après septembre dans le registre).

145 Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, p. 99, et « Les contrats… », art. cité, p. 3 note 7 ; ADSM, 52 BP 10, 24 octobre 1503. Cette mise en ordre est contemporaine des débats rouennais, qui aboutiront à l’ordonnance de mai 1504, demandant en particulier le contrôle des draperies rurales (ADSM, 1 B 308, 24 mai 1504 ; voir p. 179).

146 Claude Bouhier, « Les contrats… », art. cité, p. 3 ; et « Les métiers à Elbeuf… », art. cité, p. 29. Les boulangers : ADSM, 52 BP 10, 10 septembre 1504. Les bouchers : 52 BP 5, 6 mai 1471 (Claude Bouhier, « Les contrats… », art. cité, p. 10 et Adrien Dubois, Un registre de la vicomté d’Elbeuf (1470-1472), Caen, CRAHM, 2011, p. 183) ; 52 BP 6, 6 janvier 1484 ; 52 BP 8, 29 février 1492 et 52 BP 10, 29 septembre 1506. Les corroyeurs et les cordonniers réunis dans le même métier : 52 BP 5, 11 septembre 1470, 12 février 1471, 6 novembre 1471 (Claude Bouhier, « Les contrats… », art. cité, p. 4 et 7 ; Adrien Dubois, op. cit., p. 103, 159, 276) ; 52 BP 9, 28 juin 1502 ; 52 BP 10, 13 janvier 1506. Les tanneurs, métiers et marchandises de tannerie : 52 BP 5, 9 décembre 1470, 28 mai-18 juin 1471, 22 mars 1472, 12 juillet 1472 (Adrien Dubois, op. cit., p. 145, 194-197, 341, 382) ; 52 BP 7, 7 novembre 1480 : ce texte (Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, « Les acteurs d’un processus industriel… », art. cité, p. 381) ne concerne pas les teinturiers mais les tanneurs. Il faut lire « tennerie » et non « teinture ».

147 ADSM, 52 BP 10, 11 novembre 1503 et 25 septembre 1505. L’apprenti Hutin Féré qui « a servi le temps contenu es ordonnances dudit mestier » (Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, p. 98).

148 Claude Bouhier, ibid., p. 95 ; 52 BP 9, 26 juillet 1502, Guillaume Le Pipeur.

149 Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, p. 94 ; 52 BP 10, 14 octobre 1505, 15 et 21 juin et 24 septembre 1505. Lire « ouvroir » et non « ouvrière », « Cardet » et non « Garder ».

150 ADSM, 52 BP 9, 12 avril 1502.

151 Alain Becchia, La draperie d’Elbeuf (des origines à 1870), Rouen, PUR, 2000, p. 93-94. Henri Saint-Denis, Histoire d’Elbeuf, Elbeuf, Imprimerie Saint-Denis, 1894-1905, t. II, p. 140.

152 Féré, une grande chaudière à teindre, Alain Becchia, La draperie en Normandie…, op. cit., p. 437-438. Hesbert, une chaudière à teindre les laines (idem, p. 443 et ADSM, 52 BP 11, 9 octobre 1511).

153 ADSM, 52 BP 11, 17 janvier 1510 ns. Voir aussi la même situation à Darnétal, ci-dessous, p. 187.

154 Pour Berthault Dupuis, voir : Claude Bouhier « Les contrats… », art. cité, p. 8 : 52BP 5, 19 février 1471 ns ; Adrien Dubois, op. cit., p. 162. Pour Guillaume Desperrois : Alain Becchia, La draperie en Normandie, op. cit., p. 441. Faire son apprentissage de drapier, c’est à Elbeuf : apprendre à « lasner, fouller et tondre » (52 BP 8, 3 janvier 1490) ; « tant tondre, fouller, creder [carder] que lasner » (Claude Bouhier, « Les contrats… », art. cité, p. 8).

155 Hutin Féré, cardier, est le fils de Roger, drapier. Guillaume et Pierre dits Hellouyn sont les fils de Jean Hellouyn, décédé, en son vivant barbier à Rouen (ADSM, 52 BP 10, 15 avril 1505) ; il y a un Pierre Hellouyn, cardier à Elbeuf (52 BP 10, 25 septembre 1505) et un Guillaume Hellouyn, dit aussi Vineigre, drapier (52 BP 10, 10 février, 10 et 17 mars 1506).

156 Dans la famille Sansterre, il y a Jean, drapier (ADSM, 52 BP 10, 27 janvier et 10 février 1506), Jean Sansterre dit Maulduyt boucher (52 BP 10, 15 avril et 3 juin 1505), de Saint-Jean d’Elbeuf, qui vend une maison à Elbeuf à Jean et Nicolas dits Mauduit, frères, demeurant à Saint-Jean de Rouen (ADSM, 2E1/244, 18 février 1510).

157 Le boucher Jean Sansterre vend de la laine (ADSM, 52 BP 7, 21 octobre 1482).

158 ADSM, 52 BP 8, 30 mars 1489 (Claude Bouhier, « Les contrats… », art. cité, p. 8) ; 52 BP 8, 29 février 1492 ; 52 BP 10, 24 septembre 1505.

159 ADSM, 52 BP 7, 11 février1482 (Claude Bouhier, « Les contrats… », art. cité, p. 9-10) ; 52 BP 9, 24 janvier 1503 ns (Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, note 46) ; 52 BP 10, 15 avril 1505 ; 52 BP 12, 19 juin 1512.

160 ADSM, 52 BP 10, 15 avril 1505, 28 avril et 26 mai 1506.

161 ADSM, 52 BP 12, 11 mai, 6 août et 4 septembre 1512 ; 52 BP 10, 27 janvier 1506 ; 52 BP 12, 22 juin 1512.

162 Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, note 16 ; ADSM, 52 BP 10, 19 septembre 1506 (et non 10 septembre), appartenant à Jean Delabarette dit Dieu.

163 Les foulons (Claude Bouhier, ibid., p. 91). Vaisseaux à fouler dans l’inventaire de Jean Féré, drapier, 1481 (Alain Becchia, La draperie en Normandie…, op. cit., p. 438).

164 Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Elbeuf teint toujours en laine. La teinture en laine maintient les teinturiers en début et non en fin de production, et donc dans un rôle subalterne.

165 Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, p. 93. Teinture en laine : ADSM, 52 BP 8, 28 juin 1490 et 21 février 1492 ; 52 BP 10, 4 mars 1505 et 10 mars 1506.

166 La garance (Claude Bouhier, ibid., p. 93, note 24) ; la gaude (inventaire de Jean Féré dans : Alain Becchia, La draperie en Normandie, op. cit., p. 437) ; la guède (la veuve de Jean Harenc, teinturière, semble plus spécialisée dans la guède : ADSM, 52 BP 12, 16 février, 19 juin, 2 octobre 1512) ; l’écorce de noyer (52 BP 8, 10 janvier 1492). On trouve aussi des draps « tennés », de la couleur du tan (inventaire dans : Alain Becchia, ibid., p. 440) et des draps « roussets » (52 BP 5, 5 décembre 1471, Adrien Dubois, op. cit., p. 287 ; 52 BP 12, 4 mai 1512). Si l’on teint en drap et non en laine, c’est le plus souvent des pièces de drap (52 BP 10, 26 mai 1506).

167 Dominique Cardon, op. cit., p. 264.

168 Inventaire de Guillaume Desperrois, dans Alain Becchia, La draperie en Normandie, op. cit., p. 441. La verrière : Dominique Cardon, ibid., p. 474 ; et ci-dessous, documents iconographiques.

169 Inventaires de Féré et de Ravenel, dans Alain Becchia, La draperie en Normandie, op. cit., p. 438 et 440.

170 Inventaires de Féré et de Ravenel, dans Ibid., p. 438-439. Inventaire de Le Bermen : ADSM, 52 BP 7, 27 juin 1483.

171 ADSM, 52 BP 9, 21 juin 1502 ; 52 BP 10, 13 avril 1504 ; idem, 29 juillet 1505 (voir Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, note 12).

172 ADSM, 52 BP 8, 3 janvier 1492 ns. Voir aussi Claude Bouhier, ibid., p. 90 : Pienoël a vendu 6 poids et demi pour 61 livres.

173 ADSM, 52 BP 8, 4 mai 1490, Claude Bouhier, ibid., p. 94.

174 ADSM, 52 BP 7, 29 avril 1483. Voir Claude Bouhier, « Les contrats… », art. cité, p. 8.

175 ADSM, 52 BP 10, 7 novembre 1503 et 15 juin 1505.

176 Mais on trouve aussi des laines à plus bas prix ; ainsi dans le registre du bailliage, 5 poids 2 livres de laine pour 32 livres (4 BP II/1bis, fol. 275 vo, 19 juin 1483 ; le poids est donc à 6 livres 5 sous).

177 AMR, A9, fol. 180, 181, 220 vo, 227 vo. Voir p. 211-212.

178 Voir l’ordonnance du 24 mai 1504, document F ; en 1504, les compagnons foulons de Rouen avaient fait arrêter des draps de Darnétal, de La Ferté-en-Bray et de Saint-Denis-le-Thiboult, qui étaient d’une aune et demi-quartier (ADSM, 1 B 62, 14 mai 1504). Voir p. 181 et l’ordonnance concernant Darnétal de 1542 (p. 183). Les draps à deux trames sont à Darnétal de 1 200 fils.

179 Inventaire de Jean Féré, dans Alain Becchia, La draperie en Normandie, op. cit., p. 437. Roger Féré : ADSM, 52 BP 8, 13 décembre 1490 ; 52 BP 9, 21 juin 1502 (Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, p. 97-98).

180 ADSM, 52 BP 10, 25 septembre 1505 ; voir Claude Bouhier, ibid., p. 98, note 44.

181 ADSM, 52 BP 10, 4 mars 1505 ns ; voir Claude Bouhier, ibid., p. 98.

182 ADSM, 2E1/222, 12 février 1496. Ce Courbalain était présent lors de l’inventaire des biens de Jean Féré ; il a été appelé avec Roger Féré et Jean Bonamy pour examiner la « façon » d’un drap qui n’était pas « bien ne deuement fait » (52 BP 7, 24 janvier et 16 avril 1482).

183 Foire de Saint-Denis : AN, LL 1313, fol. 1 ; ADSM, 52 BP 10, 29 juillet 1505.

184 ADSM, 52 BP 9, 21 juin 1502 ; 52 BP 12, 27 juillet 1512.

185 ADSM, 52 BP 9, 4 avril 1503 ns ; 52 BP 10, 3 juin 1505. Ce Vincent Dumoulin a employé quinze jours le fils d’un habitant de Bourgtheroulde pour le servir du métier de draperie (52 BP 9, 24 janvier 1503 ns) ; il a aussi employé Henri Lefevre, qui avait travaillé auparavant chez d’autres habitants d’Elbeuf du métier de draperie en leurs maisons ; Lefevre est emprisonné pour avoir volé trois livres de laine chez les Dumoulin ; il les fera rendre à la femme de Dumoulin ; c’est la femme qui s’occupe des laines (52 BP 9, 23 avril 1503).

186 ADSM, 52 BP 10, 4 mars 1505 ns. Ce Bosquet achète par ailleurs des draps à des drapiers d’Elbeuf ; ainsi un drap de 22 aunes à Jean Gouppil (52 BP 10, 7 novembre 1503).

187 Au Lendit, AN, LL 1313, fol. 2 et 30 vo (Centsoulz, 1487) ; LL 1313, fol. 115 (Hesbert, 1497). À Elbeuf, Laurent Hesbert apparaît dans les registres de la justice comme un vendeur de drap (ADSM, 52 BP 9, 14 mars 1503 ns et 52 BP 10, 7 novembre 1503).

188 ADSM, 52 BP 8, 18 avril 1489 ns ; 52 BP 10, 14 juillet et 19 mai 1506.

189 ADSM, 52 BP 10, 6 janvier 1506 ; 52 BP 12, 9 et 31 mars 1512 ns.

190 Claude Bouhier, « Les débuts de la draperie à Elbeuf », art. cité, p. 91, et « Les contrats… », art. cité, note 8 ; ADSM, 52 BP 4, 7 janvier et 13 mai 1471 ; il faut préférer « lames » à « laines » puisque nous sommes dans le lin. Ce sont les lames (ou lisses) qui déterminent le compte de fils et l’armure de tissage.

191 Inventaires des biens de Guillaume Myre, de Guillemin Sanson, de Robin Osmont, de Jean Lemoine, tous de Caudebec (ADSM, 52 BP 7, 28 décembre 1480, 17 janvier 1481 ; 52 BP 8, 20 juin 1489) ; Inventaires de Guillaume Hesbert cardier et de Robin Le Picart (52 BP 8, 28 juin 1490 et 7 mars 1492). Sur le passage d’un métier à l’autre, de la toile au drap, voir : Mathieu Arnoux et Jacques Bottin, « Les acteurs d’un processus industriel… », art. cité, p. 355.

192 Voir : Émile Coornaert, « Draperies rurales… », art. cité ; Eleanora Mary Carus-Wilson, Medieval Merchants Venturers, London, Methuen, 1954, rééd. 1967.

193 Voir p. 52 et 65 ; et aussi en 1409, p. 114 ; il s’agit en particulier des draps du Caux, comme il est dit en 1424.

194 Pour les draps de village, voir p. 52 et 60, note 70.

195 Albert Legris, op. cit., p. 168-169.

196 BNF, ms. fr 26025, no 1746. Il s’agit de villages au nord-est de La Ferrière.

197 BNF, ms. fr 26056, no 1872 (voir p. 225, note 101).

198 Fauville (BNF, ms. fr 26007, no 343). Saint-Victor (BNF, ms. Fr 26049, no 612).

199 Pour les listes, voir document H. La carte de la hiérarchie des villes normandes est dans François Neveux, « La constitution d’un réseau urbain en Normandie », dans Pierre Bouet et François Neveux (éd.), Les villes normandes au Moyen Âge, renaissance, essor, crise, actes du colloque de Cerisy-la-Salle (8-10 octobre 2003), Caen, PUC, 2006, p. 58 (la carte a été reprise dans François Neveux, La Normandie pendant la guerre de Cent Ans (XIVe -XVe siècle), Rennes, Éditions Ouest-France, 2008, p. 215).

200 Ry deviendra un centre important à l’époque suivante. Un drapier de Saint-Denis-le-Thiboult vend des draps à Rouen en 1504 (voir p. 181), et les moulins foulons se multiplient non loin de là : Saint-Arnoult-sur-Ry, Perruel, Radepont (voir la liste des moulins fouleurs, chap. ii, et aussi p. 187).

201 Henri Dubois, « Drapiers normands… », art. cité, p. 236-237.

202 AMR, A9, fol. 223.

203 Monique Bourin, Sandro Carocci, François Menant et al., « Les campagnes de la Méditerranée occidentale autour de 1300 : tensions destructrices, tensions novatrices », Annales HSS, no 3, juillet-septembre 2011, p. 688. Bertrand Haquette, art. cité, p. 861. Guy Romestan, « La gabelle des draps en Languedoc (1318-1333) », dans Hommage à André Dupont. Études médiévales languedociennes, Montpellier, Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, 1974, p. 197-237. Émile Coornaert, « Draperies rurales… », art. cité, p. 71-72.

204 John H. Munro, « The Symbiosis of Towns and Textiles: Urban Institutions and the Changing Fortunes of Cloth Manufacturing in the Low Countries and England, 1270-1570 », Journal of Early Modern History, vol. 3, no 1, février 1999, p. 1-74. HermanVan der Wee, « Industrial Dynamics and the Process of Urbanization and De-urbanization in the Low Countries from the Late Middle Ages to the Eighteenth Century. A Synthesis », dans Herman Van der Wee (dir.), The Rise and Decline of Urban Industries in Italy and in the Low Countries (Late Middle Ages-Early Modern Times), Presses universitaires de Louvain, 1988, p. 307-381.

205 Fernand Braudel, op. cit., t. II, p. 270-271. Voir aussi : Paul M. Hohenberg et Lynn Hollen Lees, La Formation de l’Europe urbaine, 1000-1950, Paris, PUF, 1992, p. 150-177. Et le numéro spécial de la revue des Annales E.S.C., « Industrialisation et désindustrialisation », 39e année, no 5, 1984, avec l’article de Franklin Mendels, « Des industries rurales à la protoindustrialisation : historique d’un changement de perspective », p. 977-1008.

206 Guy Bois, Crise du féodalisme, p. 103 et 340.

207 Jacques Bottin, « Structures et mutation… », art. cité.

208 Pierre Jeannin, « La protoindustrialisation, développement ou impasse ? », Annales E.S.C., no 1, 1980, p. 61-64.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search