Version classiqueVersion mobile

Un autre monde du travail

 | 
Jean-Louis Roch

Chapitre I. Les trois âges de la draperie médiévale

Texte intégral

Innovations et résistances dans la draperie

  • 1 Dominique Cardon, op. cit. Il s’agit d’un premier volume qui traite de la fabrication du drap jusq (...)
  • 2 Le « croissant drapier » du Nord-Ouest méditerranéen correspond au sud de la France et au nord-oue (...)

1Les remarques qui vont suivre ne seront que de modestes compléments au livre de Dominique Cardon, La Draperie au Moyen Âge, essor d’une grande industrie européenne1. La draperie médiévale, dans ses aspects techniques, reste encore aujourd’hui mystérieuse. Le laconisme et l’obscurité des sources, le caractère resté surtout oral des savoirs techniques, les secrets de fabrication, la variété des produits contraignent le chercheur à multiplier les hypothèses et à travailler parfois sur de simples indices. Dominique Cardon, s’appuyant sur les sources peu connues du « Nord-Ouest méditerranéen », mais aussi sur l’archéologie et la pratique, a levé une partie du voile sur ce monde perdu des draperies anciennes2. Elle a ainsi éclairé toute une série d’innovations, qui n’ont cessé de faire évoluer la production textile, et montré, du même coup, la logique du développement technique, qui y est à l’œuvre, et dont le ressort principal est ce qu’on appellerait aujourd’hui la recherche de la productivité (ou l’abaissement des coûts) et donc l’élargissement des marchés.

Où l’on passe du tout peigné au tout cardé

  • 3 Sur la différence peignage/cardage dans la préparation des laines, voir : Dominique Cardon, op. ci (...)

2La fabrication d’un drap comprend une succession d’opérations : battage aux verges ou à l’arçon (arçonnage), peignage ou cardage des mèches de laine, filage au fuseau (et à la quenouille) ou au rouet, tissage sur le métier, foulage au pied ou au moulin, « lainage » (chardonnage), tonte avec des « forces » afin d’aplanir la surface du drap, teinture en laine, en fil ou en drap. Le cardage consiste à préparer les laines destinées à la trame, tandis que le peignage prépare les laines destinées à la chaîne. Le peigne permet de démêler et d’aligner les fibres avant le filage, mais cette technique, valable pour les fibres longues destinées prioritairement à la chaîne, l’est moins pour les fibres courtes, qu’il faut associer entre elles. D’où, à partir du XIIIe siècle, le recours aux cardes à crochets métalliques fixées sur une planche3. Le foulage consiste à entremêler les brins de tissus afin d’obtenir un feutre dont on ne distingue plus l’armure. Il rend le drap plus dense et réduit ses dimensions, d’où le recours à un « tendage » ultérieur, qui lui fait retrouver une partie de ses dimensions. Le lainage consiste à tirer le poil du drap après tissage, avec des chardons, afin de faciliter le foulage puis la tonte, qui aplanira la surface du drap.

  • 4 Ibid., p. 162-163.

3Si l’on met de côté les deux innovations fondatrices des XIe-XIIe siècles, le métier à tisser horizontal large et le moulin à fouler les draps, les progrès ultérieurs concernent principalement deux domaines : d’une part la « triade technologique », d’autre part les « armures ». La triade technologique, arçon, carde à crochets métalliques, rouet, apparaît au XIIIe siècle et concerne la préparation de la trame, la chaîne demeurant peignée et filée au fuseau. On assiste à ce moment-là à la constitution de deux filières, l’une préparant la chaîne l’autre la trame. L’arçon (archet) est utilisé pour battre la laine avant de la carder. Cette innovation attestée à Toulouse en 1227 est, comme le rouet apparu au milieu du XIIIe siècle, une adaptation à la laine des techniques utilisées auparavant dans le monde musulman pour le coton, les centres fabriquant des futaines (de lin et de coton) servant d’intermédiaire4. Les cardes à crochets métalliques sont utilisées à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, et peut-être à Toulouse dès 1227. Le second domaine, les armures, concerne le point de tissage, c’est-à-dire la manière dont les fils de chaîne et les fils de trame se croisent sur le métier à tisser. La chaîne est préparée lors de l’opération appelée ourdissage, avant d’être montée, tendue, sur le métier. Le fil de chaîne doit être plus solide, donc plus tordu, que le fil de trame.

4Dans ces deux domaines, Dominique Cardon distingue trois étapes. La grande draperie classique a d’abord été, au XIIIe siècle, une draperie à chaîne et trame peignées, avec torsion inverse des fils de chaîne et des fils de trame. C’est le système appelé Z/S, où la barre médiane de chaque lettre indique le sens de torsion : la torsion Z de la chaîne correspond au sens des aiguilles d’une montre, alors que la torsion inverse, en S, qui est aussi moins tordue, accroît la cohésion du tissu et facilite le foulage. L’armure en est le sergé ternaire, tissé à trois marches ou trois lisses. Les trois marches actionnent trois cadres (lisses ou lames), qui permettent d’élever et d’abaisser certains fils de chaîne, afin de faire passer la trame avec la navette. Sur ces cadres sont tendues des rangées de fils verticaux, appelés mailles (ou parfois lisses), comprenant un œillet en leur milieu, par où passent les fils de chaîne. Dans le sergé, les fils de trame passent alternativement entre un puis deux fils de chaîne, ce qui suppose trois marches. D’où les termes de draperie à trois pas, à trois lisses ou à lame « traielle ». Au XIVe siècle, le cardage et le filage au rouet se répandent ; c’est la seconde forme de la draperie classique, à « étaim » (chaîne) peignée et filée au fuseau, et à trame cardée et filée au rouet, avec toujours torsion inverse des fils. Les deux formes coexistent au XIVe siècle. Dans le même temps, les « armures » changent ; le sergé ternaire est concurrencé par l’armure toile à deux ou quatre marches, à quatre lisses, qui caractérisent les diquedunes flamands et les draps italiens alla piana. Le fil de trame passe ici alternativement au-dessus et en dessous du fil de chaîne. Diquedune en flamand signifie dense/mince, c’est-à-dire des draps fins à chaîne dense. L’italien alla piana et le français « plate lame » renvoient à la même notion ; l’armure toile est moins épaisse que sa concurrente.

  • 5 Le rouet permet de filer trois fois plus vite (Dominique Cardon, op. cit., p. 269). Le cardage per (...)

5La nécessité de valoriser les laines inférieures et les laines plus courtes, en particulier ibériques, va entraîner l’apparition d’une troisième forme de draperie, une « nouvelle » draperie, à chaîne cardée et filée au rouet, donc identique à la trame. C’est le drap « à deux trames », entièrement cardé, en armure toile, sans torsion inverse des fils, dont l’exemple le plus probant est le « vervins » barcelonais, le premier drap moderne, qui serait apparu d’abord à la fin du XIVe siècle dans les humbles chaumières de la vallée de la Lys, en Flandre, à Wervicq. Les progrès du cardage, du filage au rouet et du tissage en armure toile tiennent à leur moindre coût et à la simplification des opérations qu’ils autorisent5.

  • 6 Alain Derville, « Les draperies flamandes… », art. cité, p. 362.
  • 7 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècles, Paris, Arma (...)
  • 8 Le concept de product life cycle, proposé par Henri Van Der Wee, a été repris par Peter Stabel, «  (...)
  • 9 Ibid., p. 538. Sur la draperie de la Lys, voir : ibid., p. 553 sq. ; Dominique Cardon, op. cit., p (...)
  • 10 Sur le cycle du rayé, Alain Derville situe son succès de 1280 à 1350, voir : « Les draperies flama (...)
  • 11 Ce qui est explicitement affirmé à Louviers en 1325 (Théodore Bonnin, Cartulaire de Louviers, Évre (...)

6Il n’est pas facile d’adapter à ce schéma l’extrême variété des appellations commerciales et la « mutabilité » des productions drapières6. Celles-ci forment des cycles, des « paraboles7 », le product life cycle, liés à l’étroitesse et à l’instabilité des marchés, mais aussi à la course à l’abaissement des coûts et aux changements des modes8. L’innovation joue sans doute ici un rôle : les contemporains eux-mêmes parlent à diverses reprises de « neuve draperie ». Les historiens de la draperie flamande distinguent trois grandes étapes successives : la grande draperie du XIIIe siècle, les nouvelles draperies qui se développent autour de 1300, dans le Hainaut, à Maubeuge, Valenciennes et Tournai, puis dans la seconde moitié du XIVe siècle dans la vallée de la Lys. Dans le Hainaut, les draps sont tissés de laines inférieures, souvent de laines d’agneaux (agnelins), et en particulier en armure toile (les grandes « biffes » rayées9). Aux XVe et XVIe siècles, apparaissent les draperies « légères », à Hondschoote, Arras et Lille, qui sont des sayetteries, produisant des saies, des tissus peignés peu ou pas foulés, ce que les Anglais appellent worsted. À l’intérieur de ces grandes étapes, il a existé des rythmes plus courts, comme le « rayé », qui triomphe de 1250 à 135010. Il a toujours aussi existé des productions inférieures, valorisant ce qui restait de la toison, lorsque la grande draperie s’était servie11.

  • 12 Cela permet de diminuer les frottements entre les fils et donc de tisser plus dense. Dominique Car (...)
  • 13 Louis Demaison, « Documents sur les drapiers de Reims au Moyen Âge », Bibliothèque de l’École des (...)
  • 14 Dominique Cardon, op. cit., p. 452.
  • 15 Guy De Poerck, La draperie médiévale..., op. cit., vol. 1, p. 59 et 202.

7L’innovation, paradoxalement, apparaît souvent d’abord dans les productions de qualité inférieure. Elle fait émerger des pratiques cantonnées à l’origine dans les productions non réglementées et dans la vente locale. Cette émergence est bien sûr liée à l’élargissement des marchés et à l’abaissement des standards qu’elle suppose. On remarquera aussi que l’innovation dans la draperie opère parfois des « retours » en arrière, ainsi le retour à l’armure toile autour de 1300. Dominique Cardon a montré qu’il avait été rendu possible par le passage de deux à quatre lisses, à quatre lames12. Ce serait à ce moment-là que l’on serait passé des « biffes » communes du XIIIe siècle aux grands draps « diquedunes » et alla piana du XIVe siècle. Les deux types d’armure, à trois lisses (sergé) et à quatre lisses (toile) vont alors coexister durant le XIVe siècle. Ainsi à Reims en 1340, les draps teints en laine seront tissés « en seze cens a trois piés ou en seze cent en diquedune13 ». Mais c’est l’armure toile, plus simple, qui a l’avenir devant elle. À Douai en 1403, la draperie à trois pas est déjà considérée comme l’ancienne14. Un autre retour, beaucoup plus énigmatique, est celui du drap à deux trames. Selon Guy De Poerck, certains draps du XIIIe siècle, à Douai et à Bruges, en particulier les « biffes », auraient déjà été des draps de trame et trame (ce que les textes appellent « sacquier [tirer] l’étaim de la trame15 »). Il suppose que ces draps étaient cardés. Il est plus vraisemblable de penser que nous nous trouvons encore dans le premier âge de la draperie médiévale, avant que ne s’imposent les cardes et le rouet, et qu’il n’y a à ce moment-là que le sens de torsion et la longueur des fibres qui différencient la chaîne de la trame.

La révolution du cardage

  • 16 Ord., t. XII, p. 458. Sur Toulouse, voir: Mary Ambrose Mulholland, « Statutes on Clothmaking, Toul (...)
  • 17 La canette, sur laquelle sont enroulés les fils de trame, est insérée dans la navette ; la roue à (...)

8Les cardes à crochets métalliques ont sans doute d’abord servi, comme les chardons, à « lainer », à rendre laineux (chardonner) certains draps avant de les tondre. C’est le cas à Toulouse en 1227 ou à Montivilliers en 1322 : « nul ne doibt mettre fer en drap pour garder (carder), exceptés roussés communs. Et tous autres draps doivent être tondus a l’envers16. » Le rouet a de la même façon été précédé par la roue à caneter, qui sert à préparer les canettes de fil de trame17. C’est aussi une des voies de l’innovation de déplacer la fonction d’un objet, d’un outil, de lui trouver une nouvelle existence.

  • 18 Ord., t. VI, p. 282 et t. III, p. 415 (1359) ; voir aussi : t. III, p. 518 (1361). Les drapiers so (...)
  • 19 Ord., t. VI, p. 283. Voir aussi : Dominique Cardon, op. cit., p. 198 et 202.
  • 20 Ord., t. V, p. 193 et t. VII, p. 79-80.

9Le cardage ne s’est pas imposé d’emblée. Les cas de Troyes et de Châlons-sur-Marne, dans le troisième quart du XIVe siècle, montrent bien les enjeux et les difficultés de l’innovation. À Troyes, les « bourgeois », c’est-à-dire les marchands qui font faire draps, veulent faire carder, parce que « les draps cardez sont de plus belle et plaisant façon et mieulx marchands et plus exploictant à faire ». Ils sont moins chers à fabriquer et plus faciles à vendre. Les artisans du « métier » s’y opposent, parce que « les draps et l’euvre faite au pigne [peigne] sont meilleurs et plus prouffitable pour le commun pueple que ceux qui sont faiz à la carde18 ». En 1377, les bourgeois obtiennent que l’on puisse carder et filer au rouet, mais seulement la trame19. À Châlons, les marchands réclament qu’à côté de l’ancienne draperie « à trois pas » soit autorisée une nouvelle draperie, filée au rouet, cardée et faite à deux pas. Ils obtiennent finalement gain de cause, en 1384, après une période d’essai, sauf en ce qui concerne le rouet20. Les marchands novateurs s’opposent aux artisans conservateurs. Dans des centres en perte de vitesse, à la recherche de reconversions, sont préconisés simultanément le passage à l’armure toile, le recours au rouet et le cardage. Ce dernier, au moment où il se répand, semble d’abord être utilisé indistinctement pour la chaîne et pour la trame, et la distinction ne sera faite qu’après, à Troyes du moins. On entrera alors vraiment dans la seconde forme de la draperie classique. C’est cette draperie classique seconde manière qui va faire la fortune de la grande draperie normande.

  • 21 En 1394 (Archives municipales de Rouen (AMR), S3, fol. 66 vo) ; en 1424 (Ord., t. XIII, p. 73) ; e (...)
  • 22 Ord., t. VI, p. 273 et t. VIII, p. 141. Voir : Dominique Cardon, op. cit., p. 192-193.
  • 23 À l’exception d’Évreux en 1403 : les « eschardeurs » (Ord., t. IX, p. 173).
  • 24 Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 33, § 20 ; voir aussi l’ordonnance de Beaumont-le-Roger de (...)
  • 25 Albert Legris, Le livre rouge d’Eu, 1151-1454, Rouen, Lestringant, 1911, p. 311 ; Dominique Cardon (...)
  • 26 ADSM, G 996 (1), 31 mars 1491 ns.

10La draperie rouennaise, telle qu’elle apparaît dans la réglementation de la seconde moitié du XIVe siècle et de la première moitié du XVe siècle, est une draperie utilisant une chaîne de laine peignée et filée au fuseau et une trame cardée, filée au rouet. L’usage du rouet est limité à la trame21. L’usage des cardes est attesté par l’importance du métier de faiseur de cardes, les « cardiers », qui obtiennent des statuts en 137722. On ne trouve guère, par ailleurs, d’allusion aux « cardeurs », à ceux qui cardent, dans la réglementation normande23. Mais on rencontre l’interdiction d’utiliser le fil de trame, donc le fil cardé et filé au rouet, pour « ourdir », préparer, la chaîne, dans des centres tout à fait secondaires, comme Dieppe en 1358 : « on ne peut ourdir point de trayme ni adoyter [tramer] point d’estain24 ». À Eu, en 1394, un drap est brûlé parce que « tichu en partie de fillache de traime fillée a corde descroisié ourdie en lieu de fillache d’estain ». Les explications de Dominique Cardon éclairent cette phrase énigmatique25 : la corde décroisée du rouet permet de filer un fil de torsion Z, c’est-à-dire un fil de chaîne, qui doit être davantage tordu. On a fait passer un fil de trame, donc cardé et filé au rouet, pour du fil de chaîne. C’est sans doute le même type de torsion de la trame, qui est condamné dans une ordonnance de Louviers en 1491 : « que nul drapier ou tisseren ne mette trayme en rebours en drap de quelque nombre qu’ilz soient26 », et ne cherche ainsi, comme on peut le supposer, à la faire passer pour du fil de chaîne. La tentation du drap à deux trames accompagne toute l’histoire de la draperie médiévale ; parce que la trame, lorsqu’elle est cardée et filée au rouet, revient moins cher.

  • 27 Ord., t. XII, p. 457, § 2. En ce qui concerne Dieppe, voir : Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p (...)

11Au XIVe siècle, à Rouen, comme ailleurs, coexistent l’ancienne draperie à trois lisses (le sergé ternaire) et la nouvelle à quatre lisses. Mais on sait peu de choses sur les armures rouennaises. Le triomphe de l’armure toile a dû se faire sans bruit. Elle est attestée à Dieppe en 1358 et, dès 1322, à Montivilliers : « que nul ne face drap en plate lame en moins de seize cens et que le bougon (la règle qui mesure) en soit ordené ou pris de la lame trezelle » de dix-huit cents fils27. Remarquons ici l’antériorité du sergé ternaire et la manière dont la nouvelle armure se modèle sur l’ancienne.

  • 28 AMR, A9, 23 mars 1495, fol. 180 vo.
  • 29 AMR, A9, 20 mars 1497, fol. 227 vo.
  • 30 AMR, U2, mai 1497, fol. 31 ; voir p. 178.

12À la fin du XVe siècle, se développe autour de Rouen, à Darnétal et bientôt Elbeuf, une nouvelle draperie, plus « légère », appelée « foraine », extérieure à la ville, et dont la concurrence entraîne la crise de la draperie traditionnelle. Les délibérations municipales éclairent sa vraie nature : « draps foullez au moullin et a deux traymes et ung fil rebours28 » ; « Les draps foullez au moullin et qui se font a Darnestal sont de deux traimes sans estain […] Les draps de Rouen sont a XVIII C filz et Darnestal a XII C29. » Une ordonnance tentera d’organiser la production en distinguant par des lisières différentes les grands draps de trame et d’étaim, foulés aux pieds, ceux de trame et d’étaim foulés au moulin et ceux de deux trames foulés au moulin, mais il ne semble pas qu’elle ait été appliquée30.

  • 31 « Oncques puis que on filla au rouet, la drapperie ne cessa d’apeticher » (AMR, A9, 20 mars 1497, (...)
  • 32 On peut supposer que l’armure en est la toile, peut-être remise sur deux lisses seulement, comme p (...)
  • 33 Georges Durand, Département de la Somme. Ville d’Amiens. Inventaire sommaire des archives communal (...)
  • 34 Pierre Varin, Archives législatives de la ville de Reims, Paris, Crapelet, 1894, Partie II Statuts(...)
  • 35 Le compte est le nombre de fils de chaîne. Plus il y a de fils, plus le drap est dense. Le drap cl (...)

13On imputait la crise à la nouvelle draperie, aux moulins, au rouet31 ; le rouet en cause ici ne peut être celui utilisé pour la trame, qui est autorisé depuis plus d’un siècle. La nouvelle draperie, dont la chaîne est identique à la trame, donc cardée et filée au rouet, est bien la draperie à deux trames, le woollen32, que Dominique Cardon a vu naître dans une obscure chaumière de la vallée de la Lys, et qui a été codifiée dès les années 1430 et 1440 à Barcelone et à Bruxelles. À la fin du XVe siècle, on la voit ici et là émerger en France du Nord. Elle est interdite à Amiens en 1477. Elle a été autorisée puis interdite à Lisieux en 1482 et 149033. À Reims, en 1500, un projet pour faire renaître la draperie propose d’autoriser, à côté de la fabrication des draps classiques de trame et d’étaim de 1 800 fils au moins, celle de « draps fais a corde descroisée » de 1 600 fils, dont le sceau portera d’un côté les armes de la ville et de l’autre le « touret », c’est-à-dire le rouet, et celle d’« enversains » de 1 400 fils, dont le sceau portera de chaque côté un touret34. Les draps à corde décroisée sont, nous l’avons vu, faits de trame et d’étaim filés au rouet en torsion chaîne (Z/Z). Les « enversains », de moindre compte encore35, sont faits de trame et d’étaim filés pareillement au rouet, mais en torsion inverse (S/S). Dans les deux cas la généralisation du rouet accompagne, on doit le supposer, l’utilisation de la carde. Le drap à deux trames, qui nous l’avons vu ne cesse de frapper à la porte de la grande draperie, s’apprête désormais à conquérir le monde.

Les résistances à l’innovation

14Les Rouennais, face à la crise de la fin du XVe siècle, s’en prennent à toutes les innovations récentes, le drap à deux trames, les moulins, le rouet. Mais les innovations se présentent elles-mêmes, comme nous l’avons vu à Châlons en 1369, en « paquet » ; c’est qu’elles se heurtent à des résistances, à des situations établies, à des règlements, et qu’elles ne peuvent avancer que par à-coups. La résistance aux moulins révèle aussi autre chose : d’une part l’importance de la recherche de la qualité, d’autre part l’arrière-plan social, les conséquences sociales des innovations.

  • 36 Voir l’article d’Anne-Marie Bautier, « Les plus anciennes mentions de moulins hydrauliques industr (...)
  • 37 ADSM, 1 B 6, fol. 147 (1390); AN, P 1913/2, no 22904 (1412).
  • 38 AN, P 1911/2, no 19934 : trois moulins à fouler draps sur la riviere de Gambon (voir la liste des (...)
  • 39 Suzanne Deck, La ville d’Eu, son histoire, ses institutions, 1151-1475 : une commune normande au M (...)
  • 40 Théodore Bonnin, op. cit., t. II-2, p. 13-18. Voir aussi : Michel Mollat, art. cité, p. 417-418 et (...)
  • 41 Ord., t. VII, p. 216 : le « bureau » est un tissu de laine grossière.
  • 42 Ce qui laisse entendre qu’ils veulent passer à une qualité supérieure. Auguste Le Prévost, Mémoire (...)
  • 43 Anne-Marie Bautier, art. cité, p. 322.
  • 44 Raymond Van Uytven, « The Fulling Mill: Dynamic of the Revolution in Industrial Attitudes », Acta (...)

15Le moulin « fouleur » s’est répandu très tôt dans les villes et les campagnes normandes36. À la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle, il est utilisé à Évreux37, à Andely38, dans la vallée de la Bresle (Eu, Monchaux, Blangy, Aumale)39, à Bernay, et en Basse-Normandie. Mais dans les centres plus prestigieux (Rouen, Montivilliers et Louviers), il s’est heurté à des résistances et des refus, qui témoignent d’abord de la volonté de maintenir et même d’accroître la qualité au moment où la draperie normande se hisse aux premiers niveaux, dans la seconde moitié du XIVe siècle. La grande draperie normande maintient la tradition des draps de luxe foulés aux pieds, à une époque où la plupart des régions textiles, à l’exception des Pays-Bas, utilisent depuis longtemps les moulins. À Louviers, en 1409, on renonce à utiliser un moulin à fouler, créé vingt-cinq ans plus tôt, parce que les draps foulés au moulin, bien qu’ils soient « a meilleur marchié », sont souvent « plus larges en l’un endroit que en l’autre, et les autres escochés [raccourcis], rompus, cassés et creux et de tres mauvais appareil40 ». De même à Saint-Lô, en 1388, les drapiers exigent que les moulins soient utilisés seulement pour les « bureaux » communs41. Plus tard à Bernay, en 1473, les drapiers obtiennent de pouvoir fouler en leurs maisons et non plus au moulin des Religieux. Ils désirent, selon ces derniers, « faire leurs draps de plus grant longueur » et « muer et changer la fourme et essence de leur drapperie42 » : « Le recul d’une technique supérieure par rapport à une technique apparemment archaïque est par lui-même extraordinaire ; surtout que par la suite (au XVIe siècle), elle devait prendre une revanche éclatante43 ». Nous sommes là devant une autre forme de ces retours en arrière, que nous avons rencontré dans les parcours parfois surprenants de l’innovation. Raymond Van Uytven a montré une évolution analogue dans la draperie brabançonne, où le foulage mécanique disparut du duché, lorsqu’elle se tourna vers les produits de luxe, au début du XIVe siècle44. L’exigence de qualité, ainsi mise en avant, n’est peut-être pas sans raison ; en tout cas, c’est l’opinion, au Moyen Âge, qu’un produit obtenu mécaniquement ne peut être qu’inférieur.

  • 45 Théodore Bonnin, op. cit., t. II-2, p. 13-22.

16Mais la résistance à l’innovation ne vient pas seulement des entrepreneurs et des marchands, elle vient bien sûr aussi des ouvriers eux-mêmes, des foulons menacés par le chômage. À Louviers en 1409, ils empêchent « par menaces » les drapiers de faire fouler au moulin45.

  • 46 Donald Cuthbert Coleman, « An Innovation and its Diffusion: the New Draperies », The Economic Hist (...)
  • 47 Dominique Cardon, op. cit., p. 196. En ce qui concerne la résistance à l’utilisation du rouet (pou (...)

17Les innovations dans la draperie médiévale ont été liées à l’évolution des modes : vêtement plus ajusté donc tissu plus souple, importance de l’apparence, goût pour les mélanges de couleurs rendus possibles grâce au cardage, etc. Elles ont surtout été motivées par la recherche de l’abaissement des coûts, et la logique du progrès technique que celle-ci induit. Mais, du même coup, les drapiers étaient conduits à utiliser les laines inférieures et les techniques les plus productives, à s’éloigner toujours davantage des standards de la draperie haut de gamme. Dans cette économie dual46, des pratiques et des techniques venues de la sphère du domestique et du local, échappant jusque-là au carcan des règlements, émergent au niveau du marché régional ou international. Mais elles ne peuvent le faire qu’au prix d’améliorations techniques et d’une réorganisation de la réglementation. Les résistances à l’innovation ne sont pas toujours dues au conservatisme tenace des sociétés préindustrielles ; la défense de la qualité joue son rôle. Ainsi la diffusion du cardage a été freinée, parce que ce dernier permettait le mélange de laines prohibées47 ; il a fallu multiplier les contrôles des laines. Les draperies se trouvent en réalité devant des exigences contradictoires : abaisser les coûts et donc les standards d’une part, et maintenir le renom, le prestige de la ville et de sa « marque » d’autre part. D’où l’importance, pour les centres exportateurs, de se positionner à la bonne hauteur, sur le bon « créneau », de ne pas se tromper sur le produit à vendre. La prégnance de certains modèles, le prestige de certaines techniques, le peignage de la laine ou le foulage au pied par exemple, font que l’évolution ne peut se faire que par à-coups, ou bien en passant d’une ville à l’autre, selon le modèle du product life cycle.

  • 48 Richard H. Britnell, The Commercialisation of English Society, 1000-1500, Cambridge University Pre (...)
  • 49 Charles Verlinden, « Aspects de la production, du commerce et de la commercialisation des draps fl (...)

18La logique du progrès technique, de l’abaissement des coûts, du côté de l’offre, rencontre par ailleurs, du côté de la demande, l’élargissement des marchés, qu’il faut mettre en relation avec la « commercialisation » croissante de la société, du XIIIe au XVe siècle48, la hausse des salaires après la peste noire et l’ouverture de nouveaux débouchés, en Europe orientale par exemple. Nouveaux produits pour nouveaux marchés : « un nombre croissant de gens peuvent acheter un nombre croissant d’articles meilleur marché49. » C’est ce double mouvement, du côté de l’offre et du côté de la demande, qui explique ou du moins favorise le fait que des pratiques, jusque-là cantonnées dans les productions communes, remontent progressivement jusqu’aux exportations de luxe. Mais l’innovation n’est pas seulement quelque chose qui vient du bas. Il faut aussi la rechercher dans le mouvement de remontée lui-même, dans les multiples nouveautés que celui-ci suppose.

Les débuts de la draperie en Normandie

Avant le milieu du XIVe siècle : des productions communes

  • 50 Michel Mollat, art. cité, p. 403-414. Simonne Abraham-Thisse, « L’exportation des draps normands a (...)

19Avant qu’à Rouen ou Montivilliers, la draperie normande, au moins en partie, ne s’oriente résolument vers les tissus de luxe à destination des cours princières et ne se hisse aux premiers rangs des régions textiles, au nord des Alpes, dans la seconde moitié du XIVe siècle, quels ont été les caractères de cette draperie, les centres et la nature de ses productions ? Comment s’est opéré le passage aux productions haut de gamme et comment s’est mise en place la réglementation chargée de l’encadrer ? La réglementation rouennaise conservée commence en 1350. Auparavant l’historien dispose de quelques rares textes normands, sur Montivilliers en 1322 et 1340, et Louviers en 1325. Il nous faut alors aborder la question par un autre biais, celui de l’approche externe50. Nous disposons de quatre principaux points d’observation : les registres des notaires génois, à partir de la fin du XIIe siècle ; les listes des foires de Champagne des années 1284-1289 ; un tarif des ports castillans du golfe de Gascogne de la fin du XIIIe siècle ; enfin les sources parisiennes des années 1337-1339.

  • 51 Robert. L. Reynolds, « The Market for Northern Textiles in Genoa, 1179-1200 », Revue belge de phil (...)
  • 52 Renée Doehaerd, Les relations commerciales entre Gènes, la Belgique et l’Outremont, d’après les ar (...)
  • 53 L’ascension des Louviers doit cependant être plus ancienne, les registres génois se contentant sou (...)

20Dans les registres des notaires génois, il n’y a pas encore de draps normands à la fin du XIIe siècle et au tout début du XIIIe siècle51. Dominent alors les draps flamands, picards et champenois. Les draps « rayés » de Rouen apparaissent en 1216, les « bleus » en 1234, les « stanforts » en 1229 ; les draps de Louviers en 1224, les bleus de Blangy en 124152. Ceux de Rouen sont plus fréquents que ceux de Louviers ; à partir de 1220, ce sont les Châlons qui dominent avec les flamands. Ce n’est qu’à partir de 1330 que Louviers accède au premier rang53, devant les Châlons et les Malines, mais ce sont ces derniers les plus chers ; nous sommes au début du succès des draps brabançons.

  • 54 Félix Bourquelot, Études sur les foires de Champagne, sur la nature, l’étendue et les règles du co (...)

21Aux foires de Champagne en 1284-1289, Rouen, comme Beauvais et Provins, vend des draps « plains » (unis) et des draps « rayés ». Sont présents aussi Louviers, Bernay et les « tiretaines » de Caen. Le tonlieu de la draperie à Troyes en 1289 cite pour la Normandie Rouen, Louviers, Caen et Bernay. Les draps rayés sont le plus souvent des demi-draps54.

  • 55 Charles Verlinden, « Contribution à l’étude de l’expansion commerciale de la draperie flamande dan (...)

22Le tarif des quatre ports castillans, à la fin du XIIIe siècle, cite parmi les productions normandes les « estanforts » de Rouen et de Caen, les « barracans » de Rouen, les draps de Louviers55.

  • 56 Louis Douet d’Arcq, « Tarif des marchandises qui se vendent à Paris à la fin du XIIIe siècle », Re (...)

23Dans le tarif parisien de 133756, nous retrouvons les tiretaines de Caen, les draps de Rouen et de Louviers, mais aussi ceux d’Aumale, de Pavilly, de Saint-Saëns, de Monchaux, de Blangy, de Montivilliers, de Saint-Lô, de Fécamp et du pays de Caux. Douai, Gand et Bruxelles sont les seuls centres à exporter des « écarlates », les plus chers des draps. Les draps de Rouen sont moins taxés que les draps de luxe de la Flandre ou du Brabant, mais davantage que les autres draps, picards, champenois ou normands. Les grands draps de Rouen sont à 2 sous, comme les Malines ; les rayés de Rouen à 1 sou, les bureaux à 6 deniers. Beaucoup de centres vendent à la fois des draps « pleins » et des rayés, mais Rouen est le seul centre normand à le faire, et seul Rouen vend des « bureaux ». Les draps de Saint-Lô et ceux de Louviers sont parmi les moins taxés. Montivilliers a des grands draps et des « roussets » ; Fécamp vend aussi des « roussets ». Ce tarif fournit une hiérarchie des prix sur Paris, mais on ne peut totalement s’y fier, car les longueurs ne sont pas exactement les mêmes et certains draps sont des demi-draps.

  • 57 Caroline Bourlet, « Trois listes d’impôts parisiennes du règne de Philippe VI (1338-1339) », Bibli (...)

24On dispose pour les mêmes années, 1338-1339, d’une imposition sur les draps vendus à Paris, qui reste surprenante : beaucoup de draps d’Amiens (à 14 livres parisis en moyenne), des Louviers (à 8 livres parisis), des Saint-Lô (à 5 livres parisis), quelques Bernay et des biffes de Rouen (à plus de 8 livres parisis) et de Darnétal (à 4 livres parisis57).

25Dans la période qui précède le milieu du XIVe siècle, nous trouvons, en Normandie, des bleus, des rayés, des estanforts, des barracans, des bureaux, des biffes à Rouen, des roussets à Montivilliers et à Fécamp. Les draps de Bernay apparaissent aux foires de Champagne dans les années 1280, ceux de Saint-Lô et de Montivilliers seulement à Paris en 1337. Évreux n’apparaîtra que plus tard, dans le Dit du Lendit (avant 1350). La Normandie est encore une région de second ordre, à côté de la Picardie, de la Champagne, et bien sûr de la Flandre et du Brabant.

  • 58 Renée Doehaerd, op. cit., t. I, p. 190, note 1 : une qualité sans doute davantage qu’une provenanc (...)
  • 59 Alain Derville, « Les draperies flamandes… », art. cité, p. 364. Patrick Chorley, « The Cloth Expo (...)
  • 60 À Provins en 1273 et 1291, voir : Auguste Longnon, Documents relatifs au comté de Champagne et de (...)

26Les « estanforts », présents à Gênes dès avant 1200, viennent d’abord d’Angleterre et d’Arras. L’appellation proviendrait de Stamford en Angleterre, mais elle a été aussi comprise de manière ancienne comme de stamine forti, drap à chaîne (étaim) renforcée58. Ce sont des draps du XIIIe siècle, des sergés ; les moins chers des draps selon Alain Derville, mais les registres génois montrent qu’ils peuvent atteindre deux fois le prix des autres draps59. On les trouve aussi à Ypres, à Saint-Omer, à Provins, et même à Vérone60. Ils disparaissent au début du XIVe siècle.

  • 61 À Beauvais en 1200, voir : Renée Doehaerd, op. cit., t. II, p. 44-45, note no 93. À Chartres en 12 (...)
  • 62 Le mot apparaît en français dans le roman de Thèbes (milieu XIIe siècle) : « chauciee fu d’un barr (...)
  • 63 Dominique Cardon, op. cit., p. 114.

27Les « barracans » sont présents à Beauvais, à Provins, à Chartres61. Le terme, d’origine arabe, étoffe de poils de chameaux, passe d’Espagne en France au XIIe siècle et a donné le germanique Barchent (futaine)62. Ce sont des étoffes, qui mêlent sans doute d’autres fils à la laine. Dominique Cardon a constaté l’utilisation de poils de caprins et même de chameaux dans les draperies catalanes63. Nos barracans septentrionaux devaient les imiter. Ainsi ces barracans du Nord étaient revendus dans leur patrie d’origine.

  • 64 Drap de basse qualité, il n’entre pas en général dans le commerce à longue distance (Patrick Chorl (...)

28Le « burel » est une étoffe grossière de couleur brune, connue depuis le milieu du XIIe siècle, sans doute en sergé au XIIIe siècle64. À Évreux en 1421, on parle de « burels de simples gens ». À Louviers en 1325 et à Saint-Lô en 1388, les gros draps bureaux sont les seuls que l’on réserve aux moulins à foulon. Il s’agit, comme pour d’autres appellations, à la fois d’une couleur et d’un type de tissu.

  • 65 Les russets d’Oxford et de Colchester, voir: Eleanora Mary Carus-Wilson, « The English Cloth Indus (...)
  • 66 À Eu, voir : Albert Legris, op. cit., p. 122. À Dieppe : « lames de quatorze cens treselles [à tro (...)
  • 67 En sergé à Dieppe (voir note précédente) ou à Montivilliers en 1322, où les roussets sont à 1 500 (...)

29Les « roussets » sont attestés en Angleterre méridionale depuis le XIIIe siècle (russets). On les retrouve à Abbeville en 1254 et en Gascogne à la fin du Moyen Âge65, mais ils semblent aussi caractériser la Haute-Normandie au XIVe siècle : Eu (1307), Montivilliers (1322), Dieppe (1358), Beaumont-le-Roger (141166). Ce sont des draps communs, de faible compte et à bas prix, sans doute en sergé67.

  • 68 Dominique Cardon, op. cit., p. 91.

30Peut-être sont-ils à l’origine non teints, de la couleur de la laine. On sait qu’au Moyen Âge les toisons étaient plus colorées qu’aujourd’hui. Il n’y avait pas que les blanches et les noires, il y avait aussi les brunes et les rousses68. Les russets anglais ont précédé les roussets normands. Les Normands auraient ainsi imité les Anglais.

La mutation qualitative

  • 69 Joseph Reese Strayer, The Royal Domain in the Bailliage of Rouen, Princeton University Press, 1936 (...)
  • 70 AMR, U2, fol. 29-29 vo (1306) et AMR, U2 fol. 32 vo-34 (1335).
  • 71 Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 26, no 324.

31Revenons aux rares textes normands, qui vont nous fournir d’autres traces des tissus qui s’y fabriquaient, avant 1350. Et d’abord Rouen. En 1261, les revenus du domaine royal dans la ville de Rouen concernent la halle aux « gros » drapiers, la halle aux « rayés », la halle pour les « estranges drapiers » et la halle aux drapiers qui vendent « bureaux » de Bernay69. En 1306, le « commun » des drapiers d’œuvre rayée de Rouen prend en fief et perpétuel héritage de la ville la halle aux biffes, proche de la halle aux grands drapiers. En 1335, des lettres concernant les courtiers parlent d’écarlate, de « plains » draps, de rayés et de biffes70. En 1325, Louviers se propose de faire des biffes en 1 500 fils comme à Rouen, pour utiliser les laines de basse qualité71.

  • 72 Raoul de Houdenc (vers 1210), Gautier de Coincy (1218-1233) (Frédéric Godefroy, op. cit.).
  • 73 Renée Doehaerd, op. cit., t. II et III, nos 488, 624, 673, 1445. À Chartres en 1278, voir : Genevi (...)
  • 74 Dominique Cardon, op. cit., p. 459-472, particulièrement p. 461 et 464.

32Mais que sont les biffes ? Des draps en armure toile, de faible compte donc peu denses. Le terme apparaît dans la première moitié du XIIIe siècle72. Les biffes apparaissent à Gênes en 1239, et les biffes rayées en 1250. On les trouve à Paris, à Chartres, à Provins73. Les recherches de Dominique Cardon ont mis en lumière deux choses importantes74 : d’une part, on est passé de l’armure toile la plus simple, à deux marches et deux lisses, à l’armure toile à deux marches et quatre lisses, sans doute dès le milieu du XIIIe siècle (la verrière des teliers de la cathédrale d’Amiens, vers 1240-1250), ce qui permet de tisser plus dense ; d’autre part, les biffes rayées supposent quatre lisses et quatre marches. Peut-être le passage à quatre lisses pour les biffes rayées a-t-il ouvert la voie au remettage sur quatre lisses des biffes ? Mais on doit alors se demander si ce remettage était nécessaire pour des draps peu denses. À partir des années 1330-1350, les biffes semblent disparaître de nos sources. Il faut supposer qu’elles laissent la place aux diquedunes, alla piana, toujours en armure toile, mais plus denses, et que l’on entre pleinement dans la seconde étape de la grande draperie classique.

  • 75 Ord., t. II, p. 396-399.

33En 1350, la première réglementation rouennaise conservée concerne les draps rayés et les « plains » draps. Les « maistres et ouvriers de la grande draperie de Rouen » sont venus devant l’Échiquier pour contester des ordonnances du maire faites à la requête des « gens du mestier d’œuvre rayée en ladite ville », qui très certainement les autorisaient à faire aussi des grands draps unis. Les ordonnances du maire sont « mises au néant », et l’on permet à chacun des deux métiers de faire les autres draps, à condition de suivre un demi-apprentissage75. C’est le principe de réciprocité, caractéristique des règlements corporatifs. Mais la réalité est sans doute plus brutale. Au milieu du XIVe siècle s’amorce le déclin du rayé, et ceux de l’œuvre rayée tentent ici d’opérer une reconversion vers la grande draperie.

  • 76 À Douai, voir : Georges Espinas, Henri Pirenne, Recueil de documents relatifs à l’histoire de l’in (...)
  • 77 Alain Derville, « Les draperies flamandes… », art. cité, p. 368. Mais il ne distingue pas les rayé (...)
  • 78 BNF, collection Clairembault 215, no 49, p. 9543. Voir aussi : AMR, tiroir 226, 1358 : plain drap (...)

34Les rayés constituaient une draperie légère mais flatteuse d’aspect. C’étaient des sergés ternaires aussi bien à Douai en 1266 qu’à Reims en 134076 ; il faut donc les distinguer des biffes rayées, comme le font d’ailleurs les notaires génois. Alain Derville a attiré l’attention sur l’existence d’un cycle du rayé, entre 1270 et 135077. C’était selon lui une manière pour les villes de résister à la concurrence du plat pays, produire ce que les villages ne pouvaient pas produire, et le fait que seule, en Normandie, Rouen en produisait, irait dans ce sens. Leur succès semble avoir duré jusqu’au milieu du XIVe siècle. Le déclin des rayés correspondrait au déclin des sergés ternaires, et sans doute aussi à une évolution dans la mode et les goûts. Les rayés ne disparaissent d’ailleurs pas totalement à Rouen après 1350 : en 1364, on parle encore des fermiers de l’imposition des draps « plains et roiés » de la ville78.

  • 79 Ord., t. XII, p. 457. Les « cordeliers » sont sans doute l’équivalent des draps « cordellats » du (...)
  • 80 Ibid., p. 508. Le drap alla piana de 1 600 fils est tissé dans la largeur du drap à trois pas de 1 (...)
  • 81 Ord., t. VI, p. 473.

35À Montivilliers, en 1322, la réglementation précise que les « roussés, blons beguins, cordeliers » doivent être ourdis en 1 500 fils au moins, et tous autres mêlés et brunes de guèdes en 1 600, et draps de guède sans « melleure » et tous draps qui se font teindre en drap comme noires brunettes et autres draps en 1 800 ; les draps les plus communs sont teints en laine, les grands draps de 1 800 fils en drap. « Que nul ne face drap en plate lame en mains de seize cens, et que le bougon en soit ordené ou pris de la lame trezelle de deis et wit cens », de la lame ternaire de 18 cents79. Le passage de la draperie à trois pas à la draperie alla piana, comme l’a souligné Dominique Cardon, se fait en élargissant les peignes et harnais80. Le passage à l’armure toile se fait ici de manière précoce, et sans doute parce qu’il n’y a guère de tradition textile ancienne, qui freinerait l’innovation. Dans les réglementations ultérieures, en 1380, 1420, 1436, on assiste à une inflation des comptes, et les chaînes sont de plus en plus denses ; dès 1380, les draps doivent être de 2 200 fils au moins81.

  • 82 AN, JJ 74, no 473, fol. 275 vo. Le petit espace entre les « ros », entre les dents du peigne, est (...)
  • 83 Voir : Alain Sadourny, « Les grandes familles rouennaises au XIIIe siècle et leur rôle dans la cit (...)

36En réalité la croissance des comptes a été plus précoce. Et elle n’a pas été sans poser problème. C’est ce que révèle une ordonnance royale de novembre 1340, passée inaperçue. Cette ordonnance crée un « signet » de plomb pour les draps fabriqués à Montivilliers et un second sceau pour les « ecarlates fines taintes purement en graine ». Le basculement vers la qualité date de cette époque. Mais ce que révèle aussi cette ordonnance, c’est que « pour eschiver [éviter] a la deception et mauvasté des lames, qui a present sont et de nouvel en la dite ville […] de si petite espace entre les ros que le fil de l’estin des diz draps ne puet aller ne venir […] qu’il ne se despiece ne derouste […] que les draps en sont rompuz […] L’on ne faira en la dite ville de Monstierviller nuls draps a plus de vint deus cens de compte82. » Les règlements habituels procèdent à l’inverse, en interdisant les faibles comptes. Ici on interdit de dépasser les 2 200 fils. C’est que l’on se trouve au cœur de la mutation qualitative : on produit encore des 1 600 fils, mais les 1 500 fils ont disparu. Et cette mutation correspond aussi au passage de la draperie ternaire à la draperie fine seconde manière alla piana. Mais on a sans doute voulu aller trop vite, brûler les étapes. Il faut se demander ce qui a rendu possible cette inflation des comptes, ici plus précoce qu’ailleurs, autrement dit quel est le secret de l’étonnante réussite de Montivilliers au XIVe siècle ? Si l’on augmente les comptes, c’est que l’on dispose de laines plus fines, et les laines anglaises, qui parviennent à Rouen dès les années 127083, ont sans doute aussi alimenté la draperie de Montivilliers.

  • 84 À Rouen en 1394 (AMR, S3, fol. 63 vo et AMR, U2, fol. 19 vo). En 1378 : Ord., t. VI, p. 365.
  • 85 AMR, A6, fol. 31, 25 juillet 1409, et Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire des archives com (...)
  • 86 Ord., t. XIII, p. 71, § 6. Estrécher, estrikier, c’est raccourcir la lame qui commande la largeur (...)
  • 87 Ord., t. XIII, p. 56-57, juin-juillet 1424.

37La course à la qualité consiste à aller vers des réductions en chaîne (le nombre de fils par centimètre) de plus en plus élevées. À Rouen, dans la seconde moitié du XIVe siècle, le compte minimum doit être de 1 800 fils, à l’exception des « marbrés » de 1 600 fils84. La question de l’inflation des comptes est clairement posée en 1409, à l’hôtel de ville : « on delibere a la requete de certains de la grant draperie de la dite ville, que l’en usast en la dite ville de lames estroictes, combien qu’elles fussent de XXII C. » Les revendeurs de draps et détailleurs de draps interrogés dirent « tous que a leur adviz les lames estroictes estoient plus profittables et que tant plus estoit le drap qui en estoit tysu plus ferme et profitable », et l’on décida de les laisser en user « ainsi que de present ilz usent », sans faire ordonnance85. On fera ordonnance en 1424 : si un maître ou un ouvrier « veut estrecher la lame de XX ou de XXII cens, il peut le faire, celle de vint en l’assiette de XIX ou XVIII, sans diminucion de compte et celle de XXII ou XXIIII a l’equipollent86 ». Rouen a emboîté le pas aux drapiers de Montivilliers, peut-être avec un certain retard. C’est aussi à cette époque que Rouen a tenté d’imiter la lisière de Montivilliers et doit y renoncer87. Le succès appelle la contrefaçon.

  • 88 Dominique Cardon, op. cit., p. 118-119.
  • 89 Simonne Abraham-Thisse, « L’exportation des draps normands… », art. cité, p. 120 : « les démarcati (...)

38En ce qui concerne les draps de Louviers, on ignore le moment où émerge la grande draperie seconde manière, alla piana. Le passage a dû se faire sans bruit, avant le milieu du XIVe siècle. Lorsqu’en 1325, on autorise les drapiers à faire des biffes en 1 500 fils, nous sommes devant la confirmation du double standard des draperies médiévales, dont parle Dominique Cardon88. Mais ce double standard est-il ici simplement dévoilé ou n’est-il pas plutôt nouvellement créé ? Peut-être faut-il y voir en effet la volonté de mieux séparer les deux filières, afin de rehausser la qualité des grands draps de Louviers89.

  • 90 Sur Torigni, voir chap. VI « Torigni ».

39Cette recherche d’une plus grande qualité concerne aussi des centres secondaires. Ainsi à Torigni, en 134590, le seigneur fait brûler les draps de bourre, c’est-à-dire les draps faits des déchets de laine, et cette mesure va entraîner une amélioration de la qualité des draps locaux.

La mise en place de la réglementation

40La question est double, à la fois interne et externe au métier. Face interne d’abord, à quel moment se met en place un contrôle de la qualité, appuyé sur des ordonnances fixant le compte, la qualité des laines, la longueur et la largeur des draps ? Et qui est chargé d’assurer ce contrôle par des visites et des amendes ? C’est-à-dire, quel est le niveau d’organisation professionnelle capable de prendre en charge le contrôle effectif de la réglementation ? Et pour la face externe, à quel moment les centres drapiers tentent-ils de s’élever au-dessus de la draperie commune et de privilégier la qualité ? Comment s’individualisent les produits sur les marchés extérieurs et comment est assurée la protection de la marque de fabrique, la marque de la ville ? C’est en particulier la question du sceau urbain apposé sur les draps.

41Il est évident qu’il existe un décalage entre les grands centres drapiers et les centres secondaires, mais aussi un décalage entre les réglementations écrites, conservées, et celles qui les ont précédées, écrites ou orales. Ou la réglementation conservée entérine une situation qui lui préexiste, ou elle apporte des modifications telles que l’ancienne réglementation devient obsolète et donc inutile à conserver. De toute manière l’historien remonte le temps jusqu’à un certain point, sans trop savoir ce qu’il y avait avant.

  • 91 Ord., t. II, p. 397, 1350 et t. XIII, p. 71, 1424. Dans l’ordonnance d’Andely, il est précisé : si (...)
  • 92 En 1431, voir : Théodore Bonnin, op. cit., t. II-2, p. 82. Maurice Veyrat, La haute justice des ar (...)
  • 93 ADSM, 1 B 338, 24 juillet 1511 (voir ci-dessous, document G) : emperchements pour la finition des (...)
  • 94 AN, K 930, no 11.
  • 95 À Troyes en 1360, voir : Ord., t. III, p. 411. Voir aussi Georges Espinas, Les origines de l’assoc (...)

42Dans ce domaine de la mise en place de la réglementation, on voit apparaître et se diffuser une appellation, à partir du XIVe siècle, qui semble avoir servi de « label » pour qualifier une organisation urbaine de type corporatif, la « ville de loi ». Sans prétendre en retracer l’histoire, on peut tenter d’en préciser le contenu et d’en donner quelques exemples. Dans le règlement rouennais de la draperie de 1350, on demande à l’ouvrier qu’il ait fait entièrement son « service » (son apprentissage) à Rouen ou en « autre ville de lay », et qu’il ait par là acquis la « franchise » du métier. Dans l’ordonnance de la draperie de Rouen en 1424, les ouvriers étrangers et « vaccabons » pourront venir travailler à Rouen s’ils ont servi trois ans (le temps de l’apprentissage), et s’ils sont de bonne et loyale « apprinse » et de ville où il y ait serment et jurés, mais aussi à la condition que ceux de Rouen puissent semblablement « labourer en leurs dictes apprinses91 ». L’expression « ville de loi » n’est pas citée, mais l’idée est bien là. En 1431, le roi octroie aux bourgeois de Louviers droits et lois sur les métiers, comme on fait à Rouen et « es autres villes de loy de Normandie ». Le roi reconnaît ainsi officiellement l’organisation des métiers. Maurice Veyrat a pensé que Louviers avait été à ce moment-là érigée en ville de loi. Mais cette appellation n’est sans doute pas un label certifié. En 1409 à Louviers, le moulin à foulon est contesté, car interdit en ville de loi où l’on fait draperie notable comme Rouen, Montivilliers, Harfleur, Caen, Saint-Lô, Évreux, Bernay et ailleurs92. Dans l’ordonnance de 1511, toujours à Louviers, les tisserands prétendent pouvoir tenir en leur ouvroir « emperchements » pour en faire besogner en payant « vinage », comme on en use dans « toutes les autres drapperies et villes de loy de ce pays de Normendie, tant Monstierviller, Offay que autres drapperies de ce pays où il y a ordonnances93 ». Dans l’enquête sur l’utilisation de la racine de noyer en teinture, à Saint-Denis en 1383, Saint-Lô, Montivilliers ou Évreux sont dites ville de loi, où l’on ne doit teindre en racine de noyer, et un teinturier d’Auffay « a oy dire et tenir communement que la ville de Saint-Denys est ville de loy, en laquelle a pluseurs mestiers qui sont gouvernez et gardez par constitutions et ordenances anciennez, comme autres villes de loy du royaume de France94 ». Enfin, dans le règlement de la draperie de Troyes de 1360, « la ville de Troyes, combien qu’il n’y ait corps ne commune, est et a esté, par tel temps que memoire n’est du contraire, ville de loy quant au fait de ladite draperie95 ».

  • 96 D’où l’expression utilisée par les drapiers de Lormaye en 1403 : draps de loi, car foulés au pied (...)

43Ces exemples semblent indiquer que nous n’avons pas affaire à un « label » parfaitement défini, mais à un honneur que certains n’hésitent pas à revendiquer. L’appellation peut se passer d’une organisation municipale et ne renvoyer qu’à la draperie96. L’existence d’une commune n’est pas nécessaire. On y a recours lorsque l’on veut s’assurer que les ouvriers du dehors ont bien fait un apprentissage encadré par une réglementation, ce qui suppose des ordonnances et un serment devant la justice de respecter ces ordonnances. L’ouvrier est alors de « l’apprinse » de telle ville. On fait référence aussi à l’appellation, lorsque l’on veut préciser certaines exigences liées à la réputation de qualité, comme l’interdiction du moulin ou de la racine de noyer en teinture. On entre alors dans le domaine plus flou de la bonne renommée, qui suppose une interconnaissance, au sein d’un réseau de relations, celui des villes qui font draperie notable, les bonnes villes de draperie. Rien n’indique que les bourgs et les petits centres, ayant mis en place une réglementation, aient prétendu aussi se parer de ce label.

  • 97 Sur ces conflits, voir ci-dessous, p. 108. Les statuts de métier attestés à la fin du XIIIe siècle (...)
  • 98 Ord., t. II, p. 396-399.
  • 99 Voir ci-dessous, p. 42.
  • 100 En 1360 (Ord., t. III, p. 494-496). En 1378 (Ord., t. VI, p. 364-370).

44La question de la mise en place des structures corporatives et de leur autonomie reste particulièrement obscure. À Rouen, les métiers les plus anciennement organisés datent du XIIe siècle, avant l’instauration de la commune. Mais c’est, semble-t-il, à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle, sous contrôle communal, qu’une partie au moins des professions s’organisent. On ignore si la draperie en fait partie, mais les conflits qui opposent, à la même époque, tisserands et drapiers révèlent une autonomie croissante97. Dans la plus ancienne réglementation conservée, celle de 1350, les métiers de la grande draperie et de l’œuvre rayée (la draperie rayée) ont déjà leurs ordonnances, leur apprentissage, la franchise d’exercice, et des gardes boujonneurs contrôlant les draps98. En 1360, après réunion de plus de mille personnes de la draperie, un sceau est accordé par le maire et confirmé par Charles, le duc de Normandie. La solennité de la démarche suivie avant de prendre la décision doit correspondre à une prise de conscience de l’importance des enjeux. Les draps seront scellés par les boujonneurs du métier « en la fourme et manière que sont scellés les diz draps en toutes les villes notables du royaume de France ». Il est vrai que les villes de Flandre ont précédé Rouen, que Châlons-sur-Marne a un sceau de plomb en 1339, Amiens et Abbeville dès les années 134099. Mais Rouen n’est pas vraiment en retard par rapport aux autres centres drapiers. Ce qui devient clair à ce moment-là, c’est que la ville doit s’insérer dans un mouvement, qui a débuté sans elle, et qui implique des exigences plus grandes de qualité. Ce n’est que plus tard que seront publiés les règlements détaillés de la draperie, en 1378 : « pour ce que les statuz ne sont pas rédigez en escript ne souvent publiez, aucuns dudit mestier ou mestiers se sont efforciez […] de enfraindre les diz usaiges, statuz et ordennances100 ». Il y a, à ce moment-là et jusqu’à la fin du Moyen Âge, 24 gardes boujonneurs de la draperie, dont un tiers sont des tisserands (8) et les deux autres tiers des laneurs, foulons-laneurs-tondeurs, disons des drapiers (16). On retrouvera ailleurs cette fascination pour le nombre 24, ou pour sa moitié, 12, qui renvoie aussi aux douze échevins et aux douze conseillers des débuts de la commune de Rouen et au conseil des vingt-quatre de la fin du Moyen Âge. Mais on verra aussi que le modèle un tiers de tisserands pour deux tiers de drapiers n’a pas été limité à Rouen.

  • 101 Ord., t. XII, p. 456-458.

45À Montivilliers en 1322, sont assemblés huit représentants de la communauté des drapiers, huit du commun des foulons et les deux cent tisserands élisent huit d’entre eux. L’ordonnance traite successivement des drapiers, des tisserands puis des foulons ; cette représentation en trois métiers est tout à fait originale en Normandie. Cela fait en tout 24 représentants, mais l’organisation corporative semble encore embryonnaire ; il existe déjà des jurés101, mais leur nombre n’est pas connu.

  • 102 AN, JJ 74, no 473, fol. 275 vo-276. La date du sceau est bien 1340 et non 1380 (corriger Mathieu A (...)
  • 103 En 1376 et 1379 (Ord., t. VI, p. 174-175 et p. 454-456). En 1380 (Ord., t. VI, p. 472-473). En 138 (...)

46En 1340, ce sont les drapiers qui demandent l’octroi d’un « signet de plonc », à la fois « pour oster toutes mauvaises fraudes et deceptions qui en ladite ville pourroient estre faites » et pour lutter contre la concurrence des autres centres comme « Rouen, Blangi, Louvier, Neufcastel, Paveilly et ailleurs ». Les drapiers jurés, qui contrôleront les draps, seront établis par le vicomte, « au conseil des bourgeois et drapiers de la dite ville102 ». Les bourgeois, marchands de draps et habitants se plaignent à nouveau des contrefaçons en 1380, faites « environ ladite ville » et marquées cependant du sceau de la ville. C’est à ce moment-là que l’on nomme des jurés après tissage et que l’on élève le compte minimum (à 2 200 fils). Montivilliers s’est mis aussi, peu avant 1379, à imiter la lisière colorée de Bruxelles, qui doit dater de 1375. Dès 1376, Charles V a interdit de contrefaire ces lisières, afin de protéger les fabrications bruxelloises, et d’abord sur le marché parisien. En 1379, il réitère cette interdiction en accusant plus précisément Montivilliers. Le règlement de 1380 pour Montivilliers maintient deux fils « retors » d’une autre couleur dans la lisière, d’où le procès au parlement de Paris et un nouveau règlement en mars 1385, qui contraint ceux de Montivilliers à renoncer à imiter Bruxelles et à revenir à leur « lisière ancienne », deux fils retors de la couleur du drap103. En 1424, ce seront les Rouennais, qui seront accusés d’imiter la lisière de Montivilliers. L’imitation va au succès, bien sûr, mais elle apparaît aussi précisément au moment où l’imitateur s’apprête à évincer celui qui est l’imité. Et la victime en appelle à la justice, au moment où la concurrence s’apprête à lui prendre sa place : Rouen succède à Montivilliers, comme Montivilliers a succédé à Bruxelles.

  • 104 Règlement de février 1420, Louis de Brequigny, « Rôles normands et français et autres pièces tirée (...)

47Ce qui fragilise les draps de Montivilliers face aux contrefaçons, c’est, au-delà de leur succès même, la faiblesse des institutions municipales, mais, remarquonsle, cette faiblesse est assez générale en Normandie. Ce qui fragilise Montivilliers, c’est peut-être plus encore la faiblesse de ses structures corporatives. On lutte contre les malfaçons qui s’insinuent en ville même, car les malfaçons viennent aussi de la ville elle-même. Si « aucun tisseran, foulon ou autre de laditte ville de Monstiervillier est attainct d’avoir faict ou consenty a aucun autre qui ne soit pas d’icelle ville contrefaire draps ou abuser d’icelle draperie », il paiera une amende et perdra le métier104. Faiblesse corporative dont témoigne sans doute aussi le fait que ce sont le plus souvent les bourgeois, marchands de draps et habitants qui en appellent à la justice du vicomte pour obtenir les réglementations.

  • 105 Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, no 322, p. 25-31 (1325), et no 327, p. 35 (1327). Voir Maurice (...)

48À Louviers, la réglementation conservée date de 1325 ; elle émane du sénéchal de l’archevêque, seigneur de la ville. Elle interdit aux drapiers de la ville de ne parer aucun drap fait « hors du boujon ». Les trois métiers des tisserands, des laneurs (drapiers) et des teinturiers ont leurs ordonnances, leurs gardes jurés, leurs « vinages » pour lever ouvroir ou pour le vin d’apprendre le métier. En 1327, le sénéchal doit rappeler aux « maires et jurés » de la draperie, qu’ils doivent rendre compte des amendes à la justice : toute la connaissance, correction et punition de la draperie appartient à l’archevêque. Il apparaît que les métiers ont acquis suffisamment de poids pour tenter d’échapper au contrôle du sénéchal et revendiquent davantage d’autonomie. Le sceau sera octroyé en 1368, donc après celui de Rouen105.

  • 106 ADSM, G 634, comptes de 1368. Voir aussi G 674 (1496) et G 692 (1491 : « maistres et gardes du see (...)
  • 107 ADSM, G 996, 12 avril 1481 ns et 31 mars 1491 ns. Voir aussi : 1 B 338, 24 juillet 1511.

49Les comptes de l’archevêché montrent les « maires » de la draperie levant les amendes106. À la fin du XVe siècle, on distingue les « maistres jurés et gardes du bougon », deux tisserands et deux drapiers, et les « maistres et gardes du seel de la drapperie », parmi lesquels il y a deux tisserands et quatre drapiers107. Pour les gardes du sceau, on a donc bien un tiers de tisserands, deux tiers de drapiers.

  • 108 Ord., t. VI, p. 95-96 (1371). AN, K 930, no 11 (1383). Ord., t. VII, p. 216-217 (1388).

50La draperie de Saint-Lô reçoit en 1371 un sceau de l’évêque de Coutances, seigneur de la ville, qui fait établir un règlement ; des jurés visiteront les draps avant d’apposer le « signet de plonc ». Dans l’enquête sur la racine de noyer, faite à Saint-Denis, en 1383, parmi les quatorze drapiers, teinturiers et marchands de draps, de Saint-Lô, il y a deux jurés de la draperie, qui d’ailleurs sont dits teinturiers, signe d’une structure corporative encore peu différenciée. En 1388, à la suite d’une plainte des « bons drapiers et ouvriers de faire draps », sont réunis vingt-quatre des « bons drapiers » de la ville. Le nombre 24 ici encore est à l’honneur108, mais l’on ignore s’il s’agit des gardes jurés.

  • 109 André Giffard (éd.), Ordonnances de Jacques d’Ableiges pour les métiers d’Évreux (1385-1887), Caen (...)

51La réglementation d’Évreux commence en 1385-1387. Il y a des jurés qui visitent les draps. Dans l’enquête à Saint-Denis en 1383, onze drapiers et teinturiers interviennent, et parmi eux deux drapiers jurés de l’année passée. Dans l’ordonnance de 1403, il y a un « boujon », un contrôle, avec six gardes et jurés sur le métier de la draperie, institués par le bailli pour visiter les ouvroirs. Le texte mentionne aussi le sceau de la longueur après tissage et le sceau baillé aux jurés pour les draps marchands. Nous verrons qu’à Évreux, dans les années 1388-1416, parmi les six jurés, se trouvent deux tisserands et quatre laneurs : comme à Rouen, un tiers de tisserands, deux tiers de drapiers109.

52Le sceau est créé pour lutter contre la concurrence des draperies voisines et les contrefaçons, imitant la lisière, mais il permet aussi en interne de séparer les grands draps avec sceau et les petits draps que l’on ne scelle pas. La création du sceau coïncide sans doute assez souvent avec des progrès dans la qualité, comme à Montivilliers, Rouen ou Harfleur. Montivilliers, précoce, n’ouvre cependant pas la marche. La ville a été précédée par Eu et peut-être Aumale :

Tableau 1 : La création des sceaux

Année

Ville

Sceau

avant 13381

Eu

13402

Montivilliers

signet de plomb ; deux signets pour les fines écarlates (pure graine)

avant 13433

Aumale

13604

Rouen

un autre sceau pour la draperie foraine, 13815

13686

Louviers

13687

Caen

signet de plomb

13718

Saint-Lô

signet de plomb

13769

Harfleur

trois signets de plomb ou d’étain, pour draps communs, demi-graine et graine (écarlate)

140310

Évreux

sceau de la longueur, sceau de la ville (draps marchands)

avant 140811

Torigni

signet des draps

1434, 146312

Neufchâtel

sceau après tissage

avant 147313

Bernay

petit signet de plomb après tissage, grand sceau

148214

Lisieux

sceau de plomb de la ville

avant 149415

Saint-Saëns

ferme du sceau des draps

1. Albert Legris, op. cit., p. 168.
2. AN, JJ 74, no 473, fol. 275 vo.
3. Ernest Semichon, Histoire de la ville d’Aumale et ses institutions depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, Paris, Aubry, 1862, t. I, p. 336.
4. Ord., t. III, p. 494.
5. Ord., t. I, p. 660.
6. Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 102.
7. Ord., t. V, p. 105.
8. Ord., t. VI, p. 96.
9. Ord., t. VI, p. 196.
10. Ord., t. IX, p. 172-173.
11. AN, P 306, no 13.
12. ADSM, 1 B 37, fol. 92 vo -93 et 1 B 39, fol. 68.
13. Auguste Le Prévost, op. cit., t. I, p. 295-296.
14. ADC, F 7910, fol. 20. Voir : François Neveux, Bayeux et Lisieux. Villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Caen, Édition du Lys, 1996, p. 538.
15. BNF, ms. fr 23906, fol. 100.

  • 110 Louis de Brequigny, art. cité, p. 123, no 745, 1420, Montivilliers.
  • 111 Les habitants d’Harfleur et de Montivilliers se réfugient à Abbeville, lors de la conquête anglais (...)
  • 112 À Abbeville : Augustin Thierry, op. cit., t. IV, p. 132 (1342). À Amiens : ibid., t. II, p. 343, § (...)

53Il existe en réalité deux sceaux : le sceau d’après tissage, à la perche (le sceau de l’écru), et le sceau sur le drap fini. Le premier est le plus souvent en cire110. Les premiers sceaux normands sont proches de la Picardie. Il y a sans doute eu aussi des liens étroits entre Montivilliers et Abbeville111. Le sceau de plomb est attesté à Abbeville en 1342. À Amiens, dans l’ordonnance de 1308, on ne parle que d’un sceau à la perche, après tissage. En 1346, à côté de ce premier sceau, il est fait allusion au sceau que l’on a coutume de mettre aux draps d’Amiens112. Montivilliers a sans doute suivi le modèle picard et précédé la plupart des autres centres normands.

  • 113 À Ypres, 1280 (Georges Espinas, Henri Pirenne, t. III, no 751, p. 454). À Valenciennes, avant 1286 (...)
  • 114 Henri Laurent, op. cit., p. 225. En 1374, à Hondschoote, les habitants demandent au comte « loi et (...)
  • 115 En ce qui concerne Toulouse et Valence, la lisière de la ville est précisée en 1327 et 1311 (Domin (...)
  • 116 Douai, milieu XIIIe siècle, (Georges Espinas, Henri Pirenne, op. cit., t. II, no 235 p. 69-70 : de (...)
  • 117 Louis Demaison, art. cité, p. 30. « Litel », c’est-à-dire lisière. On dit aussi « Liste » tissée d (...)
  • 118 Ordonnance des tisserands, ADC, F 7910, fol. 30 vo, 1436.
  • 119 Ainsi à Rouen en 1394, les draps prêts sont portés aux gardes jurés, et s’ils sont trouvés bons, « (...)

54Les draps ont été scellés assez tard, d’abord en Flandre et en Hainaut, à la fin du XIIIe siècle et dans le premier tiers du XIVe siècle, à Ypres, Valenciennes, Lille, Warneton et dans d’autres centres113. Comme le dit Henri Laurent, le sceau légalise et urbanise le drap114. Le sceau se diffusera de manière contagieuse autour de 1360 et dans les années qui suivent. Comment pouvait-on alors identifier les draps auparavant ? Par leur longueur et leur largeur, par leur couleur, par leur lisière, par l’enseigne tissée à la tête du drap. En ce qui concerne la lisière, il n’est pas sûr qu’elle ait été caractéristique du centre drapier dès l’origine115. Par contre il semble bien que très tôt le tisserand ait tissé un signet, une enseigne à la tête du drap116 ; signet personnel ou signet de la ville dès l’origine, rien n’est très clair. Et ce signet après tissage, a dû servir de marque de fabrique (urbaine). Ainsi à Reims, en 1292, l’ordonnance parle du « seing de la ville de Reins qu’on appelle le litel117 ». À Lisieux en 1436, « il est ordonné mettre merche aux draps faictz et tyssuz en ladite ville, differente des draps de Bernay, c’est assavoir ung fil de cotton en l’achevement118 ». C’est le même mot souvent, « signet119 », qui a d’abord signifié cette enseigne tissée et ensuite le sceau que l’on mettait au même endroit, et qui a d’abord été sans doute un sceau après tissage, un moyen de contrôler et confirmer la qualité du drap. L’histoire de la mise en place et des fonctions du sceau reste à écrire : sceau après tissage ou sceau du drap fini, sceau de cire ou sceau de plomb, marque personnelle ou marque de la ville, protection contre les malfaçons en interne ou contre les contrefaçons en externe, rapports avec les autres « marques », la « liste » (l’enseigne) et les lisières.

  • 120 À Torigni : AN, P 306, no 13, fol. 4 vo -10 (1408) et no 301, fol. 64 (1413).
  • 121 À Auffay : BNF, ms. fr 26040, no 4887 (1415). Beaumont-Le-Roger, voir document C, § 25 (1411).
  • 122 À Caudebec, 1402 : ADSM, 5 E 4 (document B). À Andely : Ord., t. X, p. 43 : cela semble concerner (...)
  • 123 Alber Legris, op. cit., p. 168-169, 237. Suzanne Deck, op. cit., p. 220. La Cauchie, la Chaussée, (...)
  • 124 À Darnétal : BNF, ms. fr 26006 (2), no 137 (1365) ; ms. fr 26036, no 4172 (1409) ; ms. fr 26037, n(...)

55La réglementation suppose un contrôle et donc des gardes jurés, que les Normands appellent souvent « boujonneurs ». On trouve des gardes à Torigni120, Évreux, Auffay, Beaumont121, Caudebec et Andely122. L’institution est donc attestée bien au-delà des grands centres, jusque dans les bourgs. À Eu, de la fin du XIIIe siècle aux années 1370, la commune nomme quatre gardes du boujon sur le métier (après tissage), quatre gardes du boujon aux poulies, gardes du sceau (sur le drap prêt) et quatre gardes qui portent le boujon en la Cauchie, soit douze en tout, mais ce ne sont pas tant des gardes jurés du métier que des contrôleurs communaux. Il semble qu’à partir des années 1380, les métiers se soient ici émancipés du contrôle communal, les gardes disparaissent du Livre rouge de la commune123. À Darnétal, il y a quatre boujonneurs en 1365, trois noms en 1409 et six noms en 1410, responsables de « l’office de boujonnerie » de la draperie. En 1542, après une longue éclipse, Darnétal se dote à nouveau de gardes et ils sont quatre124 : le nombre des jurés semble varier avec le temps, à moins que la source n’indique qu’une partie des jurés. À Évreux et Louviers nous sommes sur le modèle rouennais, un tiers de tisserands et deux tiers de drapiers.

Notes

1 Dominique Cardon, op. cit. Il s’agit d’un premier volume qui traite de la fabrication du drap jusqu’au tissage inclus.

2 Le « croissant drapier » du Nord-Ouest méditerranéen correspond au sud de la France et au nord-ouest de la péninsule ibérique. Sur la technique, mentionnons Walter Endrei, L’évolution des techniques du filage et du tissage du Moyen Âge à la révolution industrielle, La Haye, Mouton, 1968 et Guy De Poerck, La draperie médiévale en Flandre et en Artois. Technique et terminologie, Bruges, De Tempel, 1951.

3 Sur la différence peignage/cardage dans la préparation des laines, voir : Dominique Cardon, op. cit., p. 168-170, fig. nos 55-57, 73, 97, 126.

4 Ibid., p. 162-163.

5 Le rouet permet de filer trois fois plus vite (Dominique Cardon, op. cit., p. 269). Le cardage permet de mieux utiliser les laines courtes ou les laines de qualité inférieure. L’armure toile est la plus simple à mettre en œuvre.

6 Alain Derville, « Les draperies flamandes… », art. cité, p. 362.

7 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècles, Paris, Armand Colin, 1979, t. II, p. 268 et 302.

8 Le concept de product life cycle, proposé par Henri Van Der Wee, a été repris par Peter Stabel, « Décadence ou survie ? Économies urbaines et industries textiles dans les petites villes drapières de Flandre orientale (XIVe-XVIe siècles) », dans Marc Boone et Walter Prevenier (éd.), La draperie ancienne des Pays-Bas, débouchés et stratégie de survie (XIVe-XVIe siècles), Louvain, Garant, 1993, p. 63. Pour un bon exemple concernant la région lilloise, voir : Sylvain Calonne et Denis Clauzel, art. cité, p. 544.

9 Ibid., p. 538. Sur la draperie de la Lys, voir : ibid., p. 553 sq. ; Dominique Cardon, op. cit., p. 199 et 473 ; Bertrand Haquette, « Des lices et des joncs : rivière et draperies de la vallée de la Lys à la fin du Moyen Âge », Revue du Nord, t. LXXIX, 1997, p. 859-882.

10 Sur le cycle du rayé, Alain Derville situe son succès de 1280 à 1350, voir : « Les draperies flamandes et artésiennes… », art. cité, p. 368-369.

11 Ce qui est explicitement affirmé à Louviers en 1325 (Théodore Bonnin, Cartulaire de Louviers, Évreux, Leclerc, 1871, t. II-2, p. 26).

12 Cela permet de diminuer les frottements entre les fils et donc de tisser plus dense. Dominique Cardon, op. cit., p. 460.

13 Louis Demaison, « Documents sur les drapiers de Reims au Moyen Âge », Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 89, no 1, 1928, p. 32.

14 Dominique Cardon, op. cit., p. 452.

15 Guy De Poerck, La draperie médiévale..., op. cit., vol. 1, p. 59 et 202.

16 Ord., t. XII, p. 458. Sur Toulouse, voir: Mary Ambrose Mulholland, « Statutes on Clothmaking, Toulouse, 1227 », dans John Hine Mundy, Richard W. Emery, Benjamin N. Nelson (éd.), Essays in Medieval Life and Tought in Honor of Austin Patterson Evans, New York, Columbia University Press, 1955, p. 178.

17 La canette, sur laquelle sont enroulés les fils de trame, est insérée dans la navette ; la roue à caneter accompagne la représentation du métier à tisser dans plusieurs manuscrits médiévaux. Voir : Dominique Cardon, op. cit., p. 232 et fig. no 121 et 166.

18 Ord., t. VI, p. 282 et t. III, p. 415 (1359) ; voir aussi : t. III, p. 518 (1361). Les drapiers sont en même temps autorisés à faire des « diquedunes », des draps en armure toile.

19 Ord., t. VI, p. 283. Voir aussi : Dominique Cardon, op. cit., p. 198 et 202.

20 Ord., t. V, p. 193 et t. VII, p. 79-80.

21 En 1394 (Archives municipales de Rouen (AMR), S3, fol. 66 vo) ; en 1424 (Ord., t. XIII, p. 73) ; en 1451 (AMR, S3, fol. 85 vo). On retrouve une telle interdiction à Évreux en 1403 (Ord., t. IX, p. 172).

22 Ord., t. VI, p. 273 et t. VIII, p. 141. Voir : Dominique Cardon, op. cit., p. 192-193.

23 À l’exception d’Évreux en 1403 : les « eschardeurs » (Ord., t. IX, p. 173).

24 Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 33, § 20 ; voir aussi l’ordonnance de Beaumont-le-Roger de 1411 : « nul ne pourra ourdir trayme en drap » (Archives départementales de l’Eure (ADE), E 1823 ; voir document C § 12).

25 Albert Legris, Le livre rouge d’Eu, 1151-1454, Rouen, Lestringant, 1911, p. 311 ; Dominique Cardon, op. cit., p. 251.

26 ADSM, G 996 (1), 31 mars 1491 ns.

27 Ord., t. XII, p. 457, § 2. En ce qui concerne Dieppe, voir : Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 32 : « oudit mestier ne courra nulle plate lame a moins de seize cens ». Voir aussi : Dominique Cardon, op. cit., p. 471.

28 AMR, A9, 23 mars 1495, fol. 180 vo.

29 AMR, A9, 20 mars 1497, fol. 227 vo.

30 AMR, U2, mai 1497, fol. 31 ; voir p. 178.

31 « Oncques puis que on filla au rouet, la drapperie ne cessa d’apeticher » (AMR, A9, 20 mars 1497, fol. 227).

32 On peut supposer que l’armure en est la toile, peut-être remise sur deux lisses seulement, comme pour les « vervins » barcelonnais, voir : Dominique Cardon, op. cit., p. 474 : Elbeuf, 1514.

33 Georges Durand, Département de la Somme. Ville d’Amiens. Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, Amiens, Piteux frères, 1891, t. I, p. 85 (AA 12, fol. 86). Henri de Formeville, Notice historique sur la manufacture d’étoffes de laine de Lisieux, Paris, Derache, 1837, p. 61 (ADC, F 7910, fol. 22 vo et 25).

34 Pierre Varin, Archives législatives de la ville de Reims, Paris, Crapelet, 1894, Partie II Statuts, p. 851-852. L’envers c’est le sens propre au fil de trame.

35 Le compte est le nombre de fils de chaîne. Plus il y a de fils, plus le drap est dense. Le drap classique du Nord-Ouest méditerrannéen est le seizain (à 1 600 fils de chaîne). En Normandie, les grands draps doivent souvent avoir au moins 1 800 fils.

36 Voir l’article d’Anne-Marie Bautier, « Les plus anciennes mentions de moulins hydrauliques industriels et de moulins à vent », Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques et scientifiques, no 2, 1960.

37 ADSM, 1 B 6, fol. 147 (1390); AN, P 1913/2, no 22904 (1412).

38 AN, P 1911/2, no 19934 : trois moulins à fouler draps sur la riviere de Gambon (voir la liste des moulins fouleurs, p. 70).

39 Suzanne Deck, La ville d’Eu, son histoire, ses institutions, 1151-1475 : une commune normande au Moyen Âge, Paris, Champion, 1924, p. 219 (1388). Ernest Semichon, Histoire de la ville d’Aumale et ses institutions depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, Paris, Aubry, 1862, vol. I, p. 116 et 337 (1415).

40 Théodore Bonnin, op. cit., t. II-2, p. 13-18. Voir aussi : Michel Mollat, art. cité, p. 417-418 et Francis Concato, « La technique drapière… », art. cité, p. 89.

41 Ord., t. VII, p. 216 : le « bureau » est un tissu de laine grossière.

42 Ce qui laisse entendre qu’ils veulent passer à une qualité supérieure. Auguste Le Prévost, Mémoires et notes de M. Auguste Le Prévost pour servir à l’histoire du département de l’Eure, Évreux, Hérissey, 1862-1869, t. I, p. 322.

43 Anne-Marie Bautier, art. cité, p. 322.

44 Raymond Van Uytven, « The Fulling Mill: Dynamic of the Revolution in Industrial Attitudes », Acta Historiae Neerlandica, t. V, 1971, p. 1-14: région de Louvain.

45 Théodore Bonnin, op. cit., t. II-2, p. 13-22.

46 Donald Cuthbert Coleman, « An Innovation and its Diffusion: the New Draperies », The Economic History Review, t. XXII, 1969, p. 421.

47 Dominique Cardon, op. cit., p. 196. En ce qui concerne la résistance à l’utilisation du rouet (pour la chaîne), voir : Idem, p. 229 : « du point de vue de la qualité du fil obtenu, le filage… au fuseau n’a jamais été surpassé, ce qui explique sa très longue survivance. »

48 Richard H. Britnell, The Commercialisation of English Society, 1000-1500, Cambridge University Press, 1993.

49 Charles Verlinden, « Aspects de la production, du commerce et de la commercialisation des draps flamands au Moyen Âge », dans Marco Spallanzani (éd.), Produzione, commercio e consumo dei panni di lana (secoli xii-xviii), actes de la 2e semaine d’études de l’Institut international d’histoire économique Datini de Prato (10-16 avril 1970), Florence, Olschki, 1976, p. 109.

50 Michel Mollat, art. cité, p. 403-414. Simonne Abraham-Thisse, « L’exportation des draps normands au Moyen Âge », dans Alain Becchia (dir.), La draperie en Normandie du XIIIe au XXe siècle, Rouen, PUR, 2003, p. 103-165. On rectifiera p. 119 la date du tarif parisien, 1337 plutôt que 1296, voir document H ; et la date du tonlieu de la Hermandad, fausse en p. 149 (fin du XIIe siècle), mais exacte p. 133 (fin du XIIIe siècle).

51 Robert. L. Reynolds, « The Market for Northern Textiles in Genoa, 1179-1200 », Revue belge de philologie et d’histoire, t. VIII-3, 1929, p. 831-851.

52 Renée Doehaerd, Les relations commerciales entre Gènes, la Belgique et l’Outremont, d’après les archives notariales génoises aux XIIIe et XIVe siècles, Bruxelles, Palais des Académies, 1941, t. II, nos 359, 441, 451, 489.

53 L’ascension des Louviers doit cependant être plus ancienne, les registres génois se contentant souvent à la fin du XIIIe siècle de l’appellation générique « draps francigènes ».

54 Félix Bourquelot, Études sur les foires de Champagne, sur la nature, l’étendue et les règles du commerce qui s’y faisait aux XIIe, XIIIe et XIVe siècles, Paris, Imprimerie impériale, 1865-1866, t. I, p. 249-255. Charles Lalore, Ce sont les coutumes des foires de Champagne, Troyes, Dufour-Bouquot, 1888, p. 33-34. Tiretaine : tissu mêlé de laine et de lin. Tonlieu : taxes.

55 Charles Verlinden, « Contribution à l’étude de l’expansion commerciale de la draperie flamande dans la péninsule ibérique au XIIIe siècle », Revue du Nord, t. XXII, 1936, p. 5-20.

56 Louis Douet d’Arcq, « Tarif des marchandises qui se vendent à Paris à la fin du XIIIe siècle », Revue archéologique, t. IX, 1852, p. 213-222. Date rectifiée par Robert-Henri Bautier, « La place de la draperie brabançonne et plus particulièrement bruxelloise dans l’industrie textile au Moyen Âge », Annales de la Société royale d’archéologie de Bruxelles, t. LI, 1962-1966, p. 36. Michel Mollat, art. cité, p. 406, note 22. Simonne Abraham-Thisse, « L’exportation des draps… », art. cité, p. 119-120.

57 Caroline Bourlet, « Trois listes d’impôts parisiennes du règne de Philippe VI (1338-1339) », Bibliothèque de l’École des chartes, t. CLVI-2, 1998, p. 568-572.

58 Renée Doehaerd, op. cit., t. I, p. 190, note 1 : une qualité sans doute davantage qu’une provenance. Alain Derville, « Les draperies flamandes… », art. cité, p. 364, note 97. Félix Bourquelot, op. cit., t. I, p. 227-231. Voir le Glossarium mediae et infimae latinitatis de Charles Du Fresne Du Cange.

59 Alain Derville, « Les draperies flamandes… », art. cité, p. 364. Patrick Chorley, « The Cloth Exports of Flandres… », art. cité, p. 361 : considérés parfois comme drap de première qualité, bien qu’ils soient relativement bon marché.

60 À Provins en 1273 et 1291, voir : Auguste Longnon, Documents relatifs au comté de Champagne et de Brie, 1172-1361, Paris, Imprimerie nationale (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), 1901-1914, p. 68. À Vérone en 1319, voir : Dominique Cardon, op. cit., p. 451.

61 À Beauvais en 1200, voir : Renée Doehaerd, op. cit., t. II, p. 44-45, note no 93. À Chartres en 1278, voir : Geneviève Aclocque, Les corporations, l’industrie et le commerce à Chartres, du XIe siècle à la Révolution, Paris, Picard, 1917, p. 333.

62 Le mot apparaît en français dans le roman de Thèbes (milieu XIIe siècle) : « chauciee fu d’un barragan et d’un sollers de cordoan » (Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, Paris, Bouillon, 1880-1902, rééd. Librairie des sciences et des arts, 1937-1938). Voir aussi: Walther von Wartburg, Französisches etymologisches Wörterbuch, Bâle, Zbinden Druck und Verlag AG, 1948, t. XIX, p. 28, « barrakan ».

63 Dominique Cardon, op. cit., p. 114.

64 Drap de basse qualité, il n’entre pas en général dans le commerce à longue distance (Patrick Chorley, « The Cloth Exports of Flanders… », art. cité, p. 365).

65 Les russets d’Oxford et de Colchester, voir: Eleanora Mary Carus-Wilson, « The English Cloth Industry in the Late Twelfth and Early Thirteenth Centuries », The Economic History Review, vol. 14, 1944-1945, p. 33-34. À Abbeville en 1254, voir : Augustin Thierry, Recueil des monuments inédits de l’histoire du tiers-état, Paris, Firmin Didot (collection de documents inédits sur l’histoire de France), 1850-1870, t. IV, p. 29. À Mirande (Gers) en 1447-1448, voir : Walther von Wartburg, op. cit., t. X, p. 588 sq et Philippe Wolff, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, Plon, 1954, p. 268.

66 À Eu, voir : Albert Legris, op. cit., p. 122. À Dieppe : « lames de quatorze cens treselles [à trois lisses] esquelles l’en ne pourra faire fors que roussais, blanchés et gardeaux » (Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 31-34). À Beaumont, voir ici document C, § 13. À Elbeuf, encore au début du XVIe siècle (ADSM, 52 BP 12, 4 mai 1512).

67 En sergé à Dieppe (voir note précédente) ou à Montivilliers en 1322, où les roussets sont à 1 500 fils et où l’on interdit les « plates lames » à moins de 1 600 fils (Ord., t. XII, p. 457). Bas prix, par exemple dans le tabellionage de Rouen, l’aune de rousset est à 11 sous (2E1 /153, fol. 53 vo, 24 mai 1381).

68 Dominique Cardon, op. cit., p. 91.

69 Joseph Reese Strayer, The Royal Domain in the Bailliage of Rouen, Princeton University Press, 1936, rééd. London, Variorum, 1976, p. 33-34.

70 AMR, U2, fol. 29-29 vo (1306) et AMR, U2 fol. 32 vo-34 (1335).

71 Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 26, no 324.

72 Raoul de Houdenc (vers 1210), Gautier de Coincy (1218-1233) (Frédéric Godefroy, op. cit.).

73 Renée Doehaerd, op. cit., t. II et III, nos 488, 624, 673, 1445. À Chartres en 1278, voir : Geneviève Aclocque, op. cit., p. 329. Les biffes de Provins en 1328 (BNF, naf 20025, nos 105-111). Certaines biffes de Paris ou de Provins sont assez estimées (Patrick Chorley, « The Cloth Exports of Flanders », art. cité, p. 352, 355, 370-371).

74 Dominique Cardon, op. cit., p. 459-472, particulièrement p. 461 et 464.

75 Ord., t. II, p. 396-399.

76 À Douai, voir : Georges Espinas, Henri Pirenne, Recueil de documents relatifs à l’histoire de l’industrie drapière en Flandre, 1re partie : Des origines à l’époque bourguignonne, Bruxelles, P. Imbreghts (collection des Chroniques belges inédites, 34), 1906-1920, t. IV, no 928. À Reims, voir : Louis Demaison, art. cité, p. 33 : « en douze cens a trois piés. »

77 Alain Derville, « Les draperies flamandes… », art. cité, p. 368. Mais il ne distingue pas les rayés (ternaires) des biffes rayées, et l’on a vu que le succès des « rayés » est plus ancien que ce qu’il suppose.

78 BNF, collection Clairembault 215, no 49, p. 9543. Voir aussi : AMR, tiroir 226, 1358 : plain drap et drap rayé.

79 Ord., t. XII, p. 457. Les « cordeliers » sont sans doute l’équivalent des draps « cordellats » du Midi, « à trames de grosseurs différentes alternées » (Dominique Cardon, op. cit., p. 471). Les draps « mélés », de plusieurs couleurs, sont les « mesclats » qui apparaissent dès les années 1340 sur les marchés méridionaux (à Brignoles ou à Montauban, voir : Simonne Abraham-Thisse, « L’exportation des draps… », art. cité, p. 127 et 131). Dominique Cardon pense qu’il s’agit de mélanges réalisés grâce à la carde, donc des draps au moins en partie cardés (Dominique Cardon, op. cit., p. 196).

80 Ibid., p. 508. Le drap alla piana de 1 600 fils est tissé dans la largeur du drap à trois pas de 1 800 fils. Le peigne et ses dents (« ros »), par où passent les fils de chaîne, est actionné par un mouvement de balancier afin de tasser les fils de trame. Sa dimension commande la largeur du tissu.

81 Ord., t. VI, p. 473.

82 AN, JJ 74, no 473, fol. 275 vo. Le petit espace entre les « ros », entre les dents du peigne, est devenu trop étroit lorsque l’on a augmenté le compte des fils de chaîne tout en conservant la même largeur. « Despecier » : rompre.

83 Voir : Alain Sadourny, « Les grandes familles rouennaises au XIIIe siècle et leur rôle dans la cité », dans Pierre Bouet, François Neveux, op. cit., p. 272.

84 À Rouen en 1394 (AMR, S3, fol. 63 vo et AMR, U2, fol. 19 vo). En 1378 : Ord., t. VI, p. 365.

85 AMR, A6, fol. 31, 25 juillet 1409, et Charles de Beaurepaire, Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790…, Rouen, Lecerf, 1887, t. I, p. 37.

86 Ord., t. XIII, p. 71, § 6. Estrécher, estrikier, c’est raccourcir la lame qui commande la largeur du tissu en gardant le même compte de fils, donc obtenir un drap plus dense.

87 Ord., t. XIII, p. 56-57, juin-juillet 1424.

88 Dominique Cardon, op. cit., p. 118-119.

89 Simonne Abraham-Thisse, « L’exportation des draps normands… », art. cité, p. 120 : « les démarcations qualitatives se sont surtout réalisées au XIVe siècle ».

90 Sur Torigni, voir chap. VI « Torigni ».

91 Ord., t. II, p. 397, 1350 et t. XIII, p. 71, 1424. Dans l’ordonnance d’Andely, il est précisé : si les tisserands en toiles faisaient des draps, ceux « de l’aprinse » ne seraient plus « receuz a besogner en nulle bonne ville de draperie » (1409, voir : Ord., t. X, p. 43, § 10). L’aprinse, c’est l’apprentissage réglementé.

92 En 1431, voir : Théodore Bonnin, op. cit., t. II-2, p. 82. Maurice Veyrat, La haute justice des archevêques de Rouen, comtes de Louviers, 1197-1790 (thèse de doctorat en droit de 1947, Caen), Rouen, Maugard, 1948, p. 27. En 1409, voir : Théodore Bonnin, op. cit., t. II-2, p. 14. Du flou des réputations : à Bernay et Évreux existent des moulins fouleurs.

93 ADSM, 1 B 338, 24 juillet 1511 (voir ci-dessous, document G) : emperchements pour la finition des draps. Vinage : droits d’exercer le métier.

94 AN, K 930, no 11.

95 À Troyes en 1360, voir : Ord., t. III, p. 411. Voir aussi Georges Espinas, Les origines de l’association, Lille, Raoust, 1941-1942, t. I, p. 778-783 et p. 795 ; t. II, p. 373 et 426.

96 D’où l’expression utilisée par les drapiers de Lormaye en 1403 : draps de loi, car foulés au pied et non au moulin (Gustave Fagniez, Documents relatifs à l’histoire de l’industrie et du commerce en France, Paris, Picard, 1898-1900, t. II, no 86, p. 183).

97 Sur ces conflits, voir ci-dessous, p. 108. Les statuts de métier attestés à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle : faiseurs de courroies, 1280 (Adolphe Cheruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale, 1150-1382, Rouen, Nicétas Periaux, 1843-1844, t. II, p. 95) ; tissutiers, 1290 (Ord., t. VIII, p. 606) ; plâtriers, 1290 (Ord., t. XVIII, p. 414) ; filassières, 1309 (Ord., t. VII, p. 632).

98 Ord., t. II, p. 396-399.

99 Voir ci-dessous, p. 42.

100 En 1360 (Ord., t. III, p. 494-496). En 1378 (Ord., t. VI, p. 364-370).

101 Ord., t. XII, p. 456-458.

102 AN, JJ 74, no 473, fol. 275 vo-276. La date du sceau est bien 1340 et non 1380 (corriger Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, « L’organisation des territoires… », art. cité, p. 176).

103 En 1376 et 1379 (Ord., t. VI, p. 174-175 et p. 454-456). En 1380 (Ord., t. VI, p. 472-473). En 1385 (Ord., t. VII, p. 756-757). Sur l’imitation des draps de Bruxelles, voir : Henri Laurent, Un grand commerce d’exportation au Moyen Âge. La draperie des Pays-Bas en France et dans les pays méditerranéens (XIIe-XVe siècle), Paris, Droz, 1935, p. 223-224.

104 Règlement de février 1420, Louis de Brequigny, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres en 1764, 1765 et 1766 », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, vol. 23, 1, 1858, p. 123. Voir aussi : Ord., t. VII, p. 757, 1385.

105 Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, no 322, p. 25-31 (1325), et no 327, p. 35 (1327). Voir Maurice Veyrat, op. cit., p. 75. En 1378, voir : Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 102.

106 ADSM, G 634, comptes de 1368. Voir aussi G 674 (1496) et G 692 (1491 : « maistres et gardes du seel de la draperie »).

107 ADSM, G 996, 12 avril 1481 ns et 31 mars 1491 ns. Voir aussi : 1 B 338, 24 juillet 1511.

108 Ord., t. VI, p. 95-96 (1371). AN, K 930, no 11 (1383). Ord., t. VII, p. 216-217 (1388).

109 André Giffard (éd.), Ordonnances de Jacques d’Ableiges pour les métiers d’Évreux (1385-1887), Caen, Jouan, 1913, p. 22-26 (1385-1387). AN, K 930, no 11 (1383). Ord., t. IX, p. 170 sq. (1403).

110 Louis de Brequigny, art. cité, p. 123, no 745, 1420, Montivilliers.

111 Les habitants d’Harfleur et de Montivilliers se réfugient à Abbeville, lors de la conquête anglaise : Augustin Thierry, op. cit., t. IV, p. 248 (1415, 1440) et Ernest Dumont et Alphonse Martin, Histoire de Montivilliers, Fécamp, Durand, 1886, t. I, p. 172 (1440).

112 À Abbeville : Augustin Thierry, op. cit., t. IV, p. 132 (1342). À Amiens : ibid., t. II, p. 343, § 39 (1308) et p. 522-523, § 7 et 23 (1346).

113 À Ypres, 1280 (Georges Espinas, Henri Pirenne, t. III, no 751, p. 454). À Valenciennes, avant 1286, « boulet de plonk », boule à l’écru (Dominique Cardon, op. cit., p. 594 et 598). À Cassel, 1318 (Georges Espinas, Henri Pirenne, op. cit., t. I, no 181, p. 611). Warneton, 1320-1321, sceau à la perche, après tissage et sceau aux lices, après tendage ; et aussi l’enseigne de la ville que les tisserands tissent aux draps (Ibid., t. III, p. 412, no 740). À Lille, avant 1336 (Ibid., t. III, p. 30). Arras, Douai, Saint-Omer ou Bruxelles n’ont, semble-t-il, scellé les draps terminés que dans les années 1360. Châlons scelle dès 1339 (François-André Isambert, Decrusy et Athanase-Jean-Léger Jourdan, Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la Révolution de 1789, Paris, Plon, 1821-1833, t. IV, no 452, p. 433 : signet de plomb).

114 Henri Laurent, op. cit., p. 225. En 1374, à Hondschoote, les habitants demandent au comte « loi et sceau » (Georges Espinas, Henri Pirenne, op. cit., t. II, p. 704).

115 En ce qui concerne Toulouse et Valence, la lisière de la ville est précisée en 1327 et 1311 (Dominique Cardon, op. cit., p. 271 et 274).

116 Douai, milieu XIIIe siècle, (Georges Espinas, Henri Pirenne, op. cit., t. II, no 235 p. 69-70 : demi clé faite par le tisserand à chaque chef du drap).

117 Louis Demaison, art. cité, p. 30. « Litel », c’est-à-dire lisière. On dit aussi « Liste » tissée dans l’étoffe aux extrémités du drap, dont seuls ceux de la ville peuvent user (Henri Laurent, op. cit., p. 222, Louvain, 1350). Voir aussi : Dominique Cardon, op. cit., p. 355 (liston).

118 Ordonnance des tisserands, ADC, F 7910, fol. 30 vo, 1436.

119 Ainsi à Rouen en 1394, les draps prêts sont portés aux gardes jurés, et s’ils sont trouvés bons, « ilz seront signez du plain signez de la ville » (AMR, S3, fol. 66 vo).

120 À Torigni : AN, P 306, no 13, fol. 4 vo -10 (1408) et no 301, fol. 64 (1413).

121 À Auffay : BNF, ms. fr 26040, no 4887 (1415). Beaumont-Le-Roger, voir document C, § 25 (1411).

122 À Caudebec, 1402 : ADSM, 5 E 4 (document B). À Andely : Ord., t. X, p. 43 : cela semble concerner les tisserands comme l’ordonnance de Dieppe de 1358 (Théodore Bonnin, op. cit., t. II-1, p. 31-34).

123 Alber Legris, op. cit., p. 168-169, 237. Suzanne Deck, op. cit., p. 220. La Cauchie, la Chaussée, est un faubourg d’Eu où la draperie s’est développée.

124 À Darnétal : BNF, ms. fr 26006 (2), no 137 (1365) ; ms. fr 26036, no 4172 (1409) ; ms. fr 26037, no 4396 (1410) ; François-André Isambert, Decrusy et Athanase-Jean-Léger, op. cit., t. XII, p. 781 (1542).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search