Version classiqueVersion mobile

Un autre monde du travail

 | 
Jean-Louis Roch

Introduction

Texte intégral

  • 1 Sur les industries textiles en Europe occidentale au Moyen Âge, voir l’excellente synthèse de John (...)
  • 2 Michel Mollat, « La draperie normande », dans Marco Spallanzani (éd.), Produzione, commercio e con (...)

1On imagine difficilement aujourd’hui le rôle qu’a joué l’industrie textile jusqu’à la révolution industrielle. Elle a été le principal moteur de la croissance économique en Europe occidentale. Parmi les activités textiles, au moins pour le Moyen Âge, la draperie tient une place privilégiée ; nous sommes alors dans une « civilisation du drap », c’est-à-dire du drap de laine tissé et foulé, qui sert à l’habillement et à l’ameublement. On drape partout dans les villes et les villages. Mais dans certaines régions ces activités deviennent des industries d’exportation et permettent de remarquables croissances urbaines. D’abord en Flandre et dans les anciens Pays-Bas, puis à partir du XIVe siècle en Italie (Florence), en Angleterre, dans le Languedoc et la Catalogne (le croissant du Nord-Ouest méditerranéen) et en Normandie1. Car la Normandie, si elle n’est pas la première chronologiquement, devient, à la fin du Moyen Âge, une des plus importantes régions drapières du royaume de France. L’histoire de la draperie en Normandie est cependant restée dans l’ombre, parce qu’elle ne dispose pas des sources très riches de la Flandre ou de la Toscane. Peu de travaux ont été consacrés à cette région pour le Moyen Âge : une première synthèse par Michel Mollat en 1976 ; une étude des aspects techniques par Francis Concato ; une analyse de Mathieu Arnoux, montrant l’importance de l’axe de la Seine, Rouen-Paris2. Mais il semblait difficile d’aller beaucoup plus loin, sauf à reprendre et à réexaminer la plupart des sources disponibles.

2Dans le même temps, l’histoire de la draperie européenne a été profondément renouvelée, en particulier dans le berceau de cette aventure, la Flandre.

  • 3 Sylvain Calonne, Denis Clauzel, « Artisanat rural et marché urbain : la draperie à Lille et dans s (...)

3Ce renouvellement a concerné deux domaines : d’une part les grandes étapes, la succession des cycles de production et les mutations qui la scandent ; d’autre part la structure économique, l’organisation sociale de cette industrie, c’est-à-dire le rôle respectif des marchands et des artisans. En ce qui concerne le premier domaine, l’histoire de la draperie flamande a longtemps vécu sur un schéma qui avait été proposé par Henri Pirenne et ses successeurs, et qui distinguait trois grandes étapes successives. Au XIIIe siècle, une grande draperie de luxe, urbaine, importe des laines anglaises ; cette draperie est dominée par de grands marchands entrepreneurs, comme le Douaisien Jean Boinebroke. À la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle, le déclin de ce patriciat drapier et l’arrivée au pouvoir des métiers entraînent le déclin irrémédiable de cette grande draperie, le développement des productions rurales et l’émergence d’une « nouvelle » draperie dans le Hainaut (Maubeuge, Valenciennes), utilisant des laines de qualité inférieure, en particulier des laines « indigènes ». Au XIVe siècle, la grande draperie se développe dans le Brabant (Bruxelles, Malines), tandis que la nouvelle draperie s’étend dans la vallée de la Lys (Courtrai, Menin, Wervicq) et que l’on voit apparaître les premiers signes d’une réorientation vers les « draperies légères », qui se développeront au XVe siècle, ce que l’on appelle la sayetterie. L’observatoire lillois semble confirmer ce schéma des trois phases successives : agonie de la « bonne » draperie dans les années 1330-1340 ; à partir de 1340, développement d’une nouvelle draperie sur le modèle de celle du Hainaut, et, dès 1405, apparition d’une petite draperie, « sèche », « légère », dans laquelle il faut voir déjà la sayetterie, qui ne se développera pleinement qu’à partir de la fin du XVe siècle3. Cette draperie légère (les saies) semble être apparue d’abord à Arras, avant de s’étendre à Valenciennes, Tournay et Lille.

  • 4 John H. Munro, Textiles, Towns and Trade: Essays in the Economic History of Late Medieval England (...)
  • 5 Marc Boone, « L’industrie textile à Gand au bas Moyen Âge, ou les résurrections successives d’une (...)

4La critique a porté non pas tant sur les trois étapes, que sur ce qu’elles étaient supposées impliquer. Et d’abord sur l’origine des laines, c’est-à-dire sur la nature luxueuse ou commune de la draperie du XIIIe siècle ; à ce moment, la laine anglaise est loin d’avoir évincé les laines indigènes, qui ont toujours joué un grand rôle, avec des laines comme celles d’Écosse. La critique a porté en même temps sur l’opposition draperie urbaine de luxe/draperie rurale commune. Elle a porté aussi sur l’existence même d’un patriciat drapier, dont la chute aurait entraîné le déclin flamand. Patrick Chorley et John Munro ont montré que la grande draperie des XIIe et XIIIe siècles n’était pas une draperie de luxe4. C’est la concurrence (du Brabant, de la Champagne, en Flandre même) qui pousse les grandes villes flamandes, dans la première moitié du XIVe siècle, à s’orienter vers le haut de gamme et la laine anglaise, dans une fuite en avant. Le déclin du patriciat n’a pas empêché les anciens centres de se réorienter vers des productions de plus en plus sophistiquées, grâce à (ou malgré) l’action des corporations. Gand opère ainsi des reconversions successives, au début du XIVe siècle vers le luxe, puis dans les années 1430 avec la laine espagnole, avant de se reconvertir dans le courant du XVe siècle vers le lin5.

  • 6 Worsted : de laine peignée ; woollen : de laine cardée. Patrick Chorley, « The Evolution of the Wo (...)
  • 7 Dominique Cardon, La draperie…, op. cit., p. 472. Sylvain Calonne, Denis Clauzel, « Artisanat rura (...)

5La succession des étapes prenait essentiellement en compte l’origine des laines. L’apport des recherches de Dominique Cardon a ouvert une autre piste, décisive, celle des techniques. Patrick Chorley a, lui aussi, montré l’importance de la distinction entre worsted et woollen6. À partir de quand passe-t-on du tout peigné au demi-cardé, puis au tout cardé, et quels sont les liens de ces évolutions avec celle des armures, en sergé puis en toile ? Le schéma proposé par Dominique Cardon distingue trois phases successives : une grande draperie classique, peignée, en sergé, au XIIIe siècle ; la draperie classique seconde manière qui s’impose au cours du XIVe siècle, en armure toile, à chaîne peignée et à trame cardée ; le tout cardé, le pur woollen, qui serait apparu dans une obscure chaumière de la vallée de la Lys, à Wervicq, dans la seconde moitié du XIVe siècle, et dont les « vervins » barcelonais seraient les héritiers. Cette mutation se serait faite dans l’ombre et sous le contrôle des marchands italiens, apportant des laines espagnoles, plus courtes et donc mieux adaptées au tout cardé. Cette hypothèse bouleverse les schémas anciens et permet de comprendre l’extraordinaire succès des draps de la Lys. Il faut cependant remarquer que cette draperie de la Lys travaille la laine anglaise jusqu’au milieu du XVe siècle et ne semble se tourner vers les laines espagnoles qu’à ce moment-là7. Et les sources de Wervicq ne disent rien sur la mutation, c’est Barcelone qui parle pour Wervicq. Mais de toute manière la draperie de la Lys remet en cause le schéma des trois étapes inspiré de Pirenne.

  • 8 Hidetoshi Hoshino, L’arte della lana in Firenze nel basso Medioevo : il commercio della lana e il (...)
  • 9 San Martino est un quartier de Florence ; Garbo renvoie à l’Algarve plutôt qu’au Gharb marocain.

6L’étude de la draperie florentine permet d’approcher une autre succession de phases8. La draperie s’y développe dès le XIIIe siècle, mais elle reste de qualité médiocre. Le premier tournant, dans les années 1320-1340, repose sur une substitution d’importation, une réorientation vers la qualité, avec l’arrivée des laines anglaises en Méditerranée, la production de draps alla francesca, ce que l’on appelle à Florence les draps de San Martino, par opposition aux draps de Garbo9, faits de laines méditerranéennes. La crise de la fin du XIVe siècle entraîne un changement dans la main-d’œuvre, les émigrés flamands remplacent les tisserandes florentines, et un changement dans la structure des entreprises lainières, avec le développement de la sous-traitance. Au même moment se développe la soierie. Au cours du XVe siècle, Florence se tourne résolument vers les laines communes, en particulier la laine des Abbruzzes (matricina), ce que Hidetoshi Hoshino a appelé la garbizzazione. Le déclin de cette draperie, à partir de 1500, entraîne une nouvelle orientation vers les serges fines, les rascie, en laine de Castille. La draperie florentine a montré à travers ses mutations successives une étonnante capacité à se renouveler, et cela dans le laisser-faire et sous le contrôle des marchands, loin des structures corporatives rigides que l’on peut rencontrer plus au nord.

  • 10 Voir les travaux de Rudolf Holbach, « Formen des Verlags im Hanseraum vom 13. bis zum 16. Jahrhund (...)

7Le second domaine, profondément renouvelé ces dernières années, est celui de la structure économique, de l’organisation sociale de la draperie. On voudrait savoir qui joue le rôle principal du marchand entrepreneur ou de l’artisan entrepreneur. L’image du lanaiolo florentin, contrôlant toute la production, et pratiquant le Verlag system, au centre duquel se trouve sa bottega, a durablement influencé les historiens de la draperie flamande, d’autant que certains marchands y ont joué incontestablement le rôle d’entrepreneur, comme Jean Boinebroke. Ce que les historiens ont cru entrevoir dans les industries textiles de la fin du Moyen Âge, ce sont les débuts de la proto-industrie, donc les origines du capitalisme. C’est là bien sûr qu’entre en jeu le Verlag. Selon ce modèle, les grands marchands subvertissent de l’intérieur le système corporatif et rabaissent l’artisan indépendant au rang de salarié à façon, a cottimo, Stückwerker. Ils font aussi appel aux travailleurs ruraux, moins chers et sans protection corporative. L’industrie passe de la ville aux campagnes ; c’est la manufacture dispersée avec sous-traitance, qui articule production rurale et finition en ville, sous le contrôle des marchands. S’il est évident que le Verlag apparaît bien au Moyen Âge, il naît sans doute d’abord dans la ville elle-même et entre artisans10. Poser la question de l’organisation sociale de la draperie, c’est, au-delà de l’étude du rapport entre marchands et artisans, se demander comment fonctionnent les liens entre métiers et pouvoir urbain, entre ouvriers et patriciat, et si la mise en place des corporations n’a pas été un frein à l’innovation et au progrès, c’est-à-dire à ce qui sera à l’origine du capitalisme. Il faut élargir l’étude au rôle et au fonctionnement des corporations et à leur rapport au politique. La draperie bien sûr n’est pas ici seule en jeu, même si elle reste sans doute un des meilleurs terrains d’étude.

  • 11 Alain Derville, « Les draperies flamandes et artésiennes, vers 1250-1350. Quelques considérations (...)
  • 12 Franz Irsigler, Die wirtschaftliche Stellung der Stadt Köln im 14. und 15. Jahrhundert, Wiesbaden, (...)
  • 13 Richard L. Britnell, Growth and decline in Colchester, 1300-1525, Cambridge University Press, 1986 (...)

8De l’artisan ou du marchand, qui est l’entrepreneur ? Qui se fait appeler « drapier » ? Que signifie ce terme de « drapier » ? C’est cette question qui a poussé les historiens à revisiter le modèle Boinebroke, dont on pensait qu’il contrôlait tous les stades de la production. Alain Derville constate que Boinebroke n’intervient pas dans le tissage ; le plus souvent les drapiers drapent et les marchands exportent, et ils ne se rencontrent qu’à la jonction de leurs domaines respectifs. Si Boinebroke se mêle tout de même un peu de production, c’est peut-être qu’il est un des derniers témoins d’une époque révolue, celle d’un patriciat drapier désormais en crise11. À Cologne, jusqu’en 1350, dominent les Gewandschneider, les marchands détailleurs de draps, mais après la grande peste arrive au premier plan l’artisan entrepreneur. Il existe donc un lien entre la nature de l’entrepreneur et la conjoncture économique et démographique. Les maîtres tisserands de Cologne deviennent Verleger sans sortir de la Zunft, de la corporation. L’accès aux laines locales leur permet d’éviter de tomber sous la dépendance des grands marchands. C’est à l’intérieur de la Zunft que la dépendance se développe12. À Colchester, dans l’Essex, ce sont les petits producteurs impliqués dans le marché, surtout des foulons, qui sont responsables de la croissance industrielle à la fin du XIVe siècle ; ici l’organisation est encore « primitive13 ».

  • 14 Robert Duplessis, Martha Howell, « Reconsidering the early modern urban economy: the cases of Leid (...)
  • 15 Catharina Lis et Hugo Soly, « Different Paths of Development. Capitalism in Northern and Southern (...)

9Sommes-nous toujours aux origines (lointaines) de la proto-industrie et du capitalisme ? Martha Howell et Robert Duplessis, en étudiant la grande draperie de Leyde au XVe siècle et la sayetterie de Lille au XVIe siècle, ont montré que les marchands ne cherchaient pas à soumettre les artisans et à les réduire au rang de salariés, mais au contraire protégeaient leur indépendance. C’est ce qu’ils appellent la small commodity production, la production en petites unités, sans diffusion du Verlag, et sous le contrôle des élites marchandes14. Nous serions, ici, devant non pas une forme primitive de capitalisme, mais devant un système non capitaliste, qui au moins un certain temps se révéla viable et capable d’innovations et d’adaptation au marché. Ajoutons que cette protection des petits artisans par les grands marchands laisse entrevoir le « pacte diabolique » qui les lie et qui vise à interdire à l’artisan entrepreneur plus chanceux de se hisser au-dessus de ses collègues, d’accumuler des capitaux et de s’engager dans des activités commerciales15.

  • 16 Catharina Lis et Hugo Soly, « Subcontracting in guild-based export trades », dans Stephan R. Epste (...)

10À Leyde, les métiers ne participent pas au pouvoir politique. C’est la municipalité qui organise le travail, limite le nombre des métiers à tisser par atelier, s’oppose au recours à la main-d’œuvre rurale et met en place une législation protectrice des petits drapiers. La small commodity production, c’est aussi un certain style de pouvoir urbain, où les élites marchandes assurent une certaine paix sociale. Cologne pourrait présenter un autre modèle, où des maîtres tisserands contrôlent l’ensemble de la fabrication et l’accès au marché. La situation des villes anglaises, dominées par leurs guildes marchandes, n’est pas tout à fait celle de Leyde. Ici les artisans n’ont jamais pu accéder au pouvoir urbain et les élites marchandes n’ont guère tenté de défendre le petit producteur. L’on a donc accusé à tort la rigidité institutionnelle des métiers et les restrictions corporatives d’être à l’origine du déclin de certaines villes drapières comme York et du développement des fabrications rurales dans le West Riding ou le Suffolk16.

  • 17 Philippe Wolff, Automne du Moyen Âge ou printemps des temps nouveaux. L’économie européenne aux XI (...)
  • 18 Sur le concept de « régions corporatives », voir : Wilfried Reininghaus (éd.), Zunftlandschaften i (...)
  • 19 Catharina Lis et Hugo Soly, « Subcontracting in Guild-based… », art. cité.; « Export industries, c (...)

11Katarina Lis et Hugo Soly ont réexaminé la question du conservatisme des métiers. On a longtemps pensé que la croissance industrielle était incompatible avec les régulations excessives du corporatisme urbain, que les métiers qui s’opposaient aux innovations étaient ennemis du capital (Kapitalfeindlich). Selon Philippe Wolff, « le succès du corporatisme en Flandre fut un désastre économique17 », qui entraîna une chute de la compétitivité urbaine. La porte était ouverte à l’essor des industries rurales. Cette interprétation oppose, de manière excessive, corporatisme urbain et liberté rurale, et néglige l’écart entre statuts et réalités vécues et les mille et une façons de contourner les réglementations paralysantes. Lis et Soly ont étudié l’opposition dans les anciens Pays-Bas entre un Nord peu corporatif (c’est le cas de Leyde) et un Sud qui l’est bien davantage18. Il est probable que l’organisation corporative au sud favorise davantage l’accès au marché et à l’exportation. Là où se combinent la sous-traitance, l’accès au marché extérieur et des métiers capables d’influencer les pouvoirs, les maîtres artisans ne sont pas entièrement subordonnés au capital marchand ; ils peuvent accumuler des capitaux et développer l’innovation. Le corporatisme n’a pas toujours été incompatible avec le changement technologique. Et il est vrai que ce sont ces maîtres artisans, qui, à l’époque moderne, créeront de nombreuses petites manufactures. Cette question est bien celle de savoir s’il existe une différence, quant à l’innovation technique, entre l’artisan entrepreneur et le marchand entrepreneur ; le premier n’est-il pas plus à même d’innover19 ? Sans prétendre répondre, on peut seulement remarquer que ce qui sera sans doute fréquent à l’aube de la révolution industrielle, ne joue encore qu’un rôle secondaire à la fin du Moyen Âge, où le marchand est plus à même de suivre les évolutions du marché et de la mode.

  • 20 Heather Swanson, « The Illusion of Economic Structure: Craft Guilds in Late Medieval English Towns (...)

12Une autre question a surgi à l’arrière-plan de ces réflexions, celle des rapports entre métiers et autorités municipales. Heather Swanson, dans un article, peut-être provocateur, sur les guildes artisanales des villes anglaises aux derniers siècles du Moyen Âge, parle de the illusion of economic structure : les guildes ont peu de liens avec les réalités économiques, du fait de la pluri-activité, tant des individus que dans le cadre des familles. Comment la guilde pourrait-elle alors s’assurer un monopole ? De plus, ces guildes sont des constructions artificielles et délibérées. Aux mains des autorités municipales, qui les manipulent, elles sont un moyen de mieux contrôler la main-d’œuvre. La concentration des pouvoirs urbains aux mains d’une oligarchie marchande entraîne un abîme entre marchands et artisans, une « polarisation20 ».

  • 21 Katharina Simon-Muscheid, Basler Handwerkszünfte im Spätmittelalter. Zunftinterne Strukturen und i (...)
  • 22 Hugo Soly, « The Political Economy… », art. cité, p. 48-51 et p. 57-63. Il montre que c’est au con (...)
  • 23 Franz Irsigler, « Zur Problematik der Gilde-und Zunftterminologie », dans Berent Schwinekoper (dir (...)

13La situation anglaise est-elle généralisable à la plupart des villes de l’Occident médiéval ? Certaines villes sont restées longtemps sans corporations, comme Douai, Lyon ou Nuremberg, ou n’ont connu que des confréries (en Provence) ; d’autres au contraire ont vu les métiers accéder au pouvoir municipal, en Flandre, en Italie ou dans le Sud-Ouest germanique (Strasbourg, Constance, Fribourg, Augsbourg). Les métiers ont-ils alors été plus à même d’exercer une influence sur l’organisation sociale et la vie économique ? Ce qui semble évident pour les grandes villes flamandes l’est sans doute moins dans le Sud-Ouest germanique. À Bâle, les corporations ont accès au pouvoir municipal, mais la polarisation opère à l’intérieur des métiers. À leur tête le Zunftvorstand, l’élite marchande, a tendance à se limiter à un petit cercle21. Ce que l’on a appelé la révolution des métiers en Allemagne ne fut pas toujours la victoire des métiers, mais assez souvent celle des marchands. Et cependant dans beaucoup de villes textiles, Cologne, Dortmund ou Augsbourg, les métiers ont maintenu leur accès au marché et développé une sous-traitance interne, et le capital marchand n’est pas parvenu à contrôler totalement production et commercialisation22. On assite au contraire, dans les villes italiennes, à la main-mise du capital marchand : tantôt les marchands de la mercanzia dominent les métiers artisanaux (arti, et en Lombardie paratici), tantôt comme à Florence l’Art de la laine et l’Art de la soie sont eux-mêmes entre les mains des marchands entrepreneurs. D’une manière plus générale, on peut supposer que l’intégration des métiers dans les pouvoirs municipaux a eu tendance à affaiblir leur cohésion et leurs capacités à intervenir dans les domaines économiques et sociaux. D’autant que ces corporations, les Zünfte politiques germaniques, regroupent plusieurs professions et sont hétérogènes (Sammelzünfte, guild conglomerates). Les guildes deviennent des rouages de l’administration23. En France, où les métiers ont assez rapidement cherché à se placer sous le patronage royal, ils échappent du même coup aux pouvoirs urbains. Et cela leur donne paradoxalement plus d’autonomie et de liberté d’action.

  • 24 Peter Stabel, « Guilds in Late Medieval Flanders », art. cité, p. 206.
  • 25 Bernard Chevalier, « Corporations, conflits politiques et paix sociale en France aux XIVe et XVe s (...)

14Il faut en tout cas distinguer les guildes ou corporations des industries d’exportation, qui comportent une forte division du travail et une production de masse, et celles des activités de service, locales, qui associent davantage production et activités commerciales24. Il faut aussi sans doute distinguer les villes, les bourgs et les villages. Jusqu’à quel niveau est descendue l’organisation corporative ? Les historiens de la draperie flamande ont montré que des réglementations ont aussi existé dans les villages. Ils ont ainsi fait éclater les distinctions traditionnelles entre draperie rurale et draperie urbaine. L’autre domaine qui a été exploré est celui de la chronologie du phénomène : la naissance et l’évolution des corporations. Il doit exister un lien entre la mise en place des corporations et l’évolution de l’organisation sociale des métiers textiles, par exemple. Le métier autonome et formant « corps » a été précédé par une phase « pré-corporative » ; on situe en général pour la Flandre le passage à la corporation à la fin du XIIIe siècle. Bernard Chevalier, dans un article provocant, avait repoussé ce passage, pour la France, à la seconde moitié du XIVe siècle, au moment où le métier se ferme, multiplie l’obligation du chef-d’œuvre et devient « xénophobe25 ». On a associé souvent cette « fermeture » des métiers aux difficultés du bas Moyen Âge. Nous devrons pourtant revenir sur cette question et mieux articuler histoire des corporations et conjoncture. La conjoncture démographique, et plus précisément le rôle de la peste, ont bien sûr modifié en profondeur le marché du travail.

  • 26 Le thème d’un numéro récent des Annales. Histoire, sciences sociales était intitulé : « Le travail (...)
  • 27 Philippe Bernardi, Maître, valet et apprenti au Moyen Âge. Essai sur une production bien ordonnée, (...)

15Les travaux d’Alain Derville, John Munro, Patrick Chorley, Rudolf Holbach, Martha Howell, Alain Duplessis, Marc Boone, Dominique Cardon, Catharina Lis et Hugo Soly ont profondément renouvelé notre approche de l’histoire de la draperie, en multipliant les questions et les angles d’approche. Et au-delà de la draperie, c’est bien sûr l’histoire des métiers et des corporations que les historiens ont remis à l’honneur. Ils ont tenté d’accéder, au-delà des statuts de métiers, aux réalités vécues, en utilisant d’autres sources, comme l’ont fait Jean-Pierre Sosson, Katharina Simon-Muscheid ou Heather Swanson : « revisiter le modèle standard26 » ; connaître davantage le monde du travail, en dehors des corporations (les couvents, le travail « libre ») ; s’intéresser aux contrats, aux conventions, à la mise en place des règlements ; s’attaquer au schéma ternaire, maître-apprenti-compagnon, comme l’a fait Philippe Bernardi27.

16C’est dans ce cadre historiographique renouvelé que nous allons aborder la draperie normande médiévale et tenter d’éclairer sa nature, son organisation et son originalité. En commençant d’abord par l’apport considérable des découvertes de Dominique Cardon, mettant enfin en perspective les grandes mutations techniques, les trois étapes, qui ont jalonné l’histoire de la draperie. En essayant de savoir ensuite ce qui s’est passé avant 1350, avant que les sources ne se multiplient, et comment s’est mise en place la réglementation. Un deuxième chapitre tentera de lever le voile sur l’énigme de la draperie « foraine » de Rouen, sur la question tout aussi étrange des draps de « vicomté » et emmènera le lecteur le long des rivières à la recherche des moulins foulons, avant de parler d’industrie rurale. Le troisième chapitre abordera ce qui a été à l’origine de cette recherche : comment fonctionne l’organisation sociale de cette draperie ? Qui en est le « drapier » et comment fonctionne le marché du travail ? On s’intéressera ensuite aux conflits sociaux, à la lutte entre tisserands et drapiers et à l’enjeu des heures de travail, avant d’aborder la crise de la draperie rouennaise à la fin du XVe siècle, à partir d’une source exceptionnelle, les délibérations municipales. Le dernier chapitre tentera d’évaluer les volumes de production, à partir des sources fiscales. Les sources utilisées sont très variées : le recours au tabellionage a permis de tenter une étude prosopographique de certains acteurs ; les sources judiciaires, en particulier l’Échiquier, éclairent les conflits sociaux et le non-respect des réglementations ; d’autres sources ont été utilisées, comme les quittances de la Chambre des comptes ou les lettres de rémission. Ces sources, en général, favorisent bien sûr la région rouennaise, mais on espère avoir levé un peu le voile sur d’autres centres drapiers.

  • 28 « Innovations et résistances dans la draperie : exemples normands », Médiévales, vol. 19, no 39, 2 (...)

17On reprendra ici partiellement huit articles déjà publiés28 ; leur relecture attentive a rendu nécessaires de nombreuses modifications et corrections. On s’est permis aussi d’ajouter quelques compléments, comme une enquête sur les moulins foulons, et de nouveaux éléments sur la draperie d’Évreux et les débuts d’Elbeuf.

18Pourquoi revenir après tant d’ouvrages excellents sur la draperie médiévale ? Pourquoi choisir la Normandie comme région à étudier ? Si l’on n’en a jamais tout à fait fini avec la draperie médiévale, c’est que cette industrie a été la grande activité économique, celle qui crée l’écart entre les villes et les régions, celle qui, compte tenu de la richesse des sources, permet de mieux poser les questions de l’organisation sociale de la vie économique, d’entrevoir les enjeux des conflits sociaux et les premiers signes annonciateurs du capitalisme. La Normandie présente l’intérêt de disposer de sources non négligeables, et d’être dans le même temps restée mal connue, face aux villes flamandes, italiennes ou à Barcelone. De là est venu ce projet d’éclairer une industrie et une région restées dans l’ombre. La démarche était de partir des sources, de les presser, de leur faire rendre gorge, afin d’en tirer le plus d’informations possibles, avant de confronter les résultats avec les recherches faites ailleurs et les problématiques qui se dégagent des travaux sur les économies pré-industrielles. D’abord plonger dans les archives, avant de voir si l’on peut faire, même légèrement, bouger les cadres d’analyse.

Notes

1 Sur les industries textiles en Europe occidentale au Moyen Âge, voir l’excellente synthèse de John H. Munro, « Medieval Woollens : Textiles, Textile Technology and Industrial Organization », dans David Jenkins (dir.), The Cambridge History of Western Textiles, Cambridge University Press, 2003, vol. I, p. 181-324.

2 Michel Mollat, « La draperie normande », dans Marco Spallanzani (éd.), Produzione, commercio e consumo dei panni di lana (secoli XII-XVIII), actes de la 2e semaine d’études de l’Institut d’histoire économique Datini de Prato (10-16 avril 1970), Florence, Olschki, 1976, p. 403-421. Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, « L’organisation des territoires du drap entre Rouen et Paris : dynamiques productives et commerciales (XIIIe-XVIe siècles) », dans Alain Becchia (dir.), La draperie en Normandie du XIIIe au XXe siècle, Rouen, PUR, 2003, p. 167-195. Francis Concato, « La technique drapière en Normandie à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe siècles) », Annales de Normandie, no 2, juin 1975, p. 75-98. Voir aussi sa maîtrise, sous la direction de Henri Dubois, université de Rouen, 1974. Marie Guitard (Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), F 375) a laissé des notes très intéressantes, mais a abandonné sa recherche en cours de route.

3 Sylvain Calonne, Denis Clauzel, « Artisanat rural et marché urbain : la draperie à Lille et dans ses campagnes à la fin du Moyen Âge », Revue du Nord, t. LXXII, no 287, 1990, p. 531-573.

4 John H. Munro, Textiles, Towns and Trade: Essays in the Economic History of Late Medieval England and the Low Countries, Vermont, Ashgate Publishing, 1994; Patrick Chorley, « The Cloth Exports of Flanders and Northern France during the thirteenth Century: a Luxury Trade? », The Economic History Review, t. XL, 1987, p. 349-379.

5 Marc Boone, « L’industrie textile à Gand au bas Moyen Âge, ou les résurrections successives d’une activité réputée moribonde », dans Marc Boone, Walter Prevenier (dir.), La draperie ancienne des Pays-Bas : débouchés et stratégies de survie, XIVe-XVIe siècles, actes du colloque tenu à Gand le 28 avril 1992, Louvain, Garant, 1993, p. 15-61.

6 Worsted : de laine peignée ; woollen : de laine cardée. Patrick Chorley, « The Evolution of the Woollen, 1300-1700 », dans Negley B. Harte (éd.), The New Draperies in the Low Countries and England, 1300-1800, Oxford University Press, 1997, p. 7-34. Dominique Cardon, La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, Paris, CNRS, 1999.

7 Dominique Cardon, La draperie…, op. cit., p. 472. Sylvain Calonne, Denis Clauzel, « Artisanat rural… », art. cité, p. 557.

8 Hidetoshi Hoshino, L’arte della lana in Firenze nel basso Medioevo : il commercio della lana e il mercato dei panni fiorentini nei secoli xiii-xv, Florence, Olschki, 1980. Voir aussi : Franco Franceschi, Oltre il « Tumulto ». I lavoratori fiorentini dell’Arte della lana fra Tre e Quattrocento, Florence, Olschki, 1993.

9 San Martino est un quartier de Florence ; Garbo renvoie à l’Algarve plutôt qu’au Gharb marocain.

10 Voir les travaux de Rudolf Holbach, « Formen des Verlags im Hanseraum vom 13. bis zum 16. Jahrhundert », Hansische Geschichtsblätter, no 103, 1985, p. 41-73; « Verlag als Organisationsform im Gewerbe des 13. bis 16. Jahrhunderts. Bemerkungen zur Typologie mit Hilfe von Beispielen », dans Simonetta Cavaciocchi (éd.), L’impresa. Industria, commercio, banca, actes de la 22e semaine de l’Institut international d’histoire économique Datini de Prato (30 avril-4 mai 1990), Florence, Olschki, 1991, p. 451-466 ; « Some remarks on the role of putting out in Flemish and Northwest European cloth production », dans Marc Boone et Walter Prevenier (dir.), La draperie ancienne…, op. cit., p. 207-249.

11 Alain Derville, « Les draperies flamandes et artésiennes, vers 1250-1350. Quelques considérations critiques et problématiques », Revue du Nord, t. LIV, 1972, p. 357-361. Émile Coornaert, « Draperies rurales, draperies urbaines. L’évolution de l’industrie flamande au Moyen Âge et au XVIe siècle », Revue belge de philologie et d’histoire, t. XXVIII-1, 1950, p. 68.

12 Franz Irsigler, Die wirtschaftliche Stellung der Stadt Köln im 14. und 15. Jahrhundert, Wiesbaden, Steiner, 1979, p. 43-50.

13 Richard L. Britnell, Growth and decline in Colchester, 1300-1525, Cambridge University Press, 1986. À la fin du XVe siècle on assiste à une concentration entre les mains des clothmakers.

14 Robert Duplessis, Martha Howell, « Reconsidering the early modern urban economy: the cases of Leiden and Lille », Past and Present, no 94, 1982, p. 49-84.

15 Catharina Lis et Hugo Soly, « Different Paths of Development. Capitalism in Northern and Southern Netherlands during the Late Middle Ages and the Early Modern Period », Fernand Braudel Center Review, t. XX-2, 1997, p. 101-102.

16 Catharina Lis et Hugo Soly, « Subcontracting in guild-based export trades », dans Stephan R. Epstein et Maarten Prak (dir.), Guilds, Innovation and the European Economy, 1400-1800, Cambridge University Press, 2008, p. 98-99.

17 Philippe Wolff, Automne du Moyen Âge ou printemps des temps nouveaux. L’économie européenne aux XIVe et XVe siècles, Paris, Aubier (Collection historique), 1986, p. 118 ; voir les remarques de Marc Boone, « L’industrie textile à Gand au bas Moyen Âge… », art. cité, p. 19 et p. 38-41 ; Peter Stabel, « L’encadrement corporatif et la conjoncture économique dans les petites villes de la Flandre orientale : contraintes ou possibilités », dans Pascale Lambrechts et Jean-Pierre Sosson (dir.), Les métiers au Moyen Âge, aspects économiques et sociaux, actes du colloque international de Louvain-la-Neuve (7-9 octobre 1993), Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 1994, p. 335-336 ; Jean-Pierre Sosson, « Les métiers, normes et réalités. L’exemple des anciens Pays-Bas méridionaux aux XIVe et XVe siècles », dans Jacqueline Hamesse et Colette Muraille-Samaran (dir.), Le travail au Moyen Âge, une approche interdisciplinaire, actes du colloque international de Louvain-la-Neuve (21-23 mai 1987), Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 1990, p. 339-348.

18 Sur le concept de « régions corporatives », voir : Wilfried Reininghaus (éd.), Zunftlandschaften in Deutschland und den Niederlanden im Vergleich, Münster, Aschendorff, 2000. Pour le sud des Pays-Bas, Marc Boone fait de Gand le « prototype d’un système urbain dominé par des corps de métiers » : « les élites des métiers faisant partie intégrante de l’élite des trois membres (le pouvoir urbain) ont engagé leurs intérêts en tant que petits et moyens entrepreneurs dans le maintien de ce système urbain », dans « Gestion urbaine, gestion d’entreprise : l’élite urbaine entre pouvoir d’État, solidarité communale et intérêts privés dans les Pays-Bas méridionaux à l’époque bourguignonne (XIVe-XVe siècles) », dans L’impresa. Industria, commercio, banca, xiii-xviii, Simonetta Cavaciocchi (éd.), actes de la 22e semaine d’études de l’Institut Datini de Prato (30 avril-4 mai 1990), Florence, Olschki, 1992, p. 848.

19 Catharina Lis et Hugo Soly, « Subcontracting in Guild-based… », art. cité.; « Export industries, craftguilds and capitalist trajectories, 13th to 18th Centuries », dans Maarten Prak, Catharina Lis, Hugo Soly, Jan Lucassen (dir.), Craftguilds in the Early Modern Low Countries. Work, Power and Representation, Aldershot, Aschgate publishing, 2006, p. 107-132; « Different Paths of Development », art. cité. C’est cette question que Hugo Soly posait dans le débat sur l’intervention de Rudolf Holbach, dans : Marc Boone et Walter Prevenier, La Draperie ancienne…, op. cit., p. 250. Voir aussi les analyses de Hugo Soly, « The Political Economy of European Craft Guilds: Power Relations and Economic Strategies of Merchants and Master Artisans in the Medieval and Early Modern Textile Industries », dans Jan Lecassen, Tine De Moor, Jan Luiten van Zanden (dir.), The Return of the Guilds, International Review of Social History, vol. 53, suppl. 16, 2008, p. 46-71.

20 Heather Swanson, « The Illusion of Economic Structure: Craft Guilds in Late Medieval English Towns », Past and Present, no 121, 1988, p. 29-48. Et aussi: Medieval Artisans. An Urban Class in Late Medieval England, Oxford, Basil Blackwell, 1989. Et Medieval British Towns, Basingstoke-London, MacMillan, 1989, p. 96-102. Voir les critiques de Gervase Rosser: « Craft Guilds and the Negociation of Work in the Medieval Town », Past and Present, no 154, 1997, p. 5-6. Il souligne le fait qu’il ne faut pas sous-estimer la vitalité interne des métiers ; les guildes ont joué un rôle important dans la vie des métiers et des identités sociales. Voir aussi sur ce dernier thème les remarques de Peter Stabel: « Guilds in Late Medieval Flanders: Myths and Realities of Guild Life in an Export-Oriented Environment », Journal of Medieval History, t. XXX, no 2, 2004, p. 187-212.

21 Katharina Simon-Muscheid, Basler Handwerkszünfte im Spätmittelalter. Zunftinterne Strukturen und innerstädtische Konflikte, Berne, Peter Lang, 1988. Voir aussi son article : « Les documents normatifs et les vécus d’après les inventaires. Le cas de Bâle et de la région du Haut-Rhin », dans Pascale Lambrechts et Jean-Pierre Sosson (dir.), Les métiers au Moyen Âge, aspects économiques et sociaux, actes du colloque international de Louvain-la-Neuve (7-9 octobre 1993), Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 1994, p. 317-320.

22 Hugo Soly, « The Political Economy… », art. cité, p. 48-51 et p. 57-63. Il montre que c’est au contraire l’absolue prépondérance du capital marchand (capital circulant), indifférent à l’innovation, qui, ailleurs, a bloqué les progrès techniques.

23 Franz Irsigler, « Zur Problematik der Gilde-und Zunftterminologie », dans Berent Schwinekoper (dir.), Gilden und Zünfte Kaufmännische und gewerbliche Genossenschaft im Frühen und Hohen Mittelalter, Sigmaringen, Thorbecke, 1985, p. 69-70. Franco Franceschi, « Intervento del potere centrale e ruolo delle arti nel governo dell’economia fiorentina del Trecento e del primo Quattrocento. Linee generali », Archivio Storico Italiano, t. CLI-4, 1993, p. 863-909. Richard Goldthwaite, The Economy of Renaissance Florence, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2009, p. 343-347 et p. 484-486.

24 Peter Stabel, « Guilds in Late Medieval Flanders », art. cité, p. 206.

25 Bernard Chevalier, « Corporations, conflits politiques et paix sociale en France aux XIVe et XVe siècles », Revue historique, no 543, 1982, p. 18-44.

26 Le thème d’un numéro récent des Annales. Histoire, sciences sociales était intitulé : « Le travail sous l’Ancien Régime. Pour en finir avec le modèle standard » (t. LX-2, 2005). Peut-être faut-il voir dans cette formule le vieux rêve du chercheur de faire toujours table rase de ce qui l’a précédé, pour trouver du nouveau.

27 Philippe Bernardi, Maître, valet et apprenti au Moyen Âge. Essai sur une production bien ordonnée, Toulouse, CNRS – université de Toulouse Le Mirail (Méridiennes, Histoire et techniques), 2009 ; ces états statutaires se recouvrent et s’interpénètrent. Mais le cas de la Provence, où les corporations sont le plus souvent absentes, relève d’un Zunflandschaft, d’un « paysage corporatif », différent de celui du Bassin parisien.

28 « Innovations et résistances dans la draperie : exemples normands », Médiévales, vol. 19, no 39, 2000, p. 46-56. « Entre draperie rurale et draperie urbaine ? La draperie foraine de Rouen à la fin du Moyen Âge », Annales de Normandie, 47e année, no 3, 1998, p. 211-230. « Villes et bourgs drapiers en haute Normandie à la fin du Moyen Âge », dans Philippe Lardin et Jean-Louis Roch (dir.), La ville médiévale en deçà et au-delà de ses murs. Mélanges Jean-Pierre Legay, Rouen, PUR, 2000, p. 85-101. « De la nature du drapier médiéval. L’exemple rouennais », Revue historique, t. CCCII, no 613, janvier-mars 2000, p. 3-30. « L’organisation sociale de la draperie rouennaise aux XIVe et XVe siècles », dans Pierre Bouet et François Neveux (dir.), Les villes normandes au Moyen Âge, renaissance, essor, crise, actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 2003, Caen, PUC, 2006, p. 225-240. « Ouvriers et patrons dans la draperie normande médiévale. La question des heures de travail », dans Henri Bresc (dir.), actes du 127e congrès des sociétés historiques et scientifiques Le travail et les hommes (Nancy, 2002), Paris, CTHS, 2008, p. 74-87. « La crise de la draperie rouennaise à la fin du XVe siècle », dans Mathieu Arnoux et Anne-Marie Flambard-Hericher (dir.), La Normandie dans l’économie européenne, XIIe-XVIIe siècle, actes du colloque de Cerisy-la-Salle de 2006, Caen, CRAHM, 2010, p. 153-177. « La Normandie médiévale fut-elle une grande région industrielle ? Recherche sur la production drapière normande au bas Moyen Âge », dans Alain Becchia, La draperie en Normandie…, op. cit., p. 21-66.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search