Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

Annexes

Texte intégral

Annexe 1 — Les membres de la chambre de commerce du Havre de 1939 à 1945

Membres

Période d’exercice

Fonctions

Autres responsabilités

Thieullent, Henri (négoce coton)

1939-1945

président de 1939 à 1945

vice-président du PAH, mars 1945 vice-président 3e RE, 1943

Godet, René (corderies, tréfileries)

1939-1941

vice président

administrateur Béliard et Crighton

Meunier, Roger (négoce charbon.

Éts Rémy-Meunier)

1939

vice président, 1941

CGOC et CO commerce des combustibles

ACP*, 1945-1946

président, avril 1945

président PAH, 1945. délégué3e RE

Caillard, Georges (métallurgie)

1939

secrétaire

administrateur Béliard et Crighton

décès, 24 février 1944

vice président, 1941

délégué à la 3e région économique

Anquetil, Georges (pâtissier)

1939

trésorier

écarté, janvier 1945

conseiller municipal nommé par Vichy

*Assemblée consulaire provisoire

Membres

Période d’exercice

Fonctions

Autres responsabilités

Arnauditzon, Ludovic (transit)

1939 exclu par Vichy en 1941 (franc-maçon) réintégré, octobre 1944 ACP, 1945

adjoint au maire Léon Meyer

conseiller général, 1939

Augustin-Normand, A. (construction navale)

1939

vice président, 1945

Chantiers A. Normand

ACP, 1945

président Thireau-Morel, 1944

1946

Aumont, Marcel (agent maritime)

1939

CO des Courtiers

décès, 31 décembre 1943

président UEMO

Bachellier, Léon (négoce rhum)

1939

décès : 1942

Charles, Albert (négoce bois)

1939

secrétaire

CO du Bois

ACP, 1945

vice-président, avril 1945

1946

Chegaray, René (produits alimentaires)

1939

Chofflet, E. (épicier)

1939

Collard, E. (transit)

1939

secrétaire, 1945

président syndicat transitaires

ACP, 1945

1946

Membres

Période d’exercice

Fonctions

Autres responsabilités

Lecaron, Georges (armement fluvial)

1939

emprisonné par les allemands décédé en prison, 1941

Lefèvre, Georges (charcutier)

1939

comité régional CGOC

écarté, janvier 1945

Lenoble, Gustave (docks frigorifiques)

1939

Directeur docks frigorifiques

écarté, janvier 1945

Molon, Léon (motoriste)

1939

CO automobile

ACP, 1945

Neuville, Marcel (travaux publics, bâtiment : maison Binet)

1939

trésorier, avril 1945

CO du BTP région de Rouen

ACP, 1945

conseiller municipal, Libération

membre comité local de libération

1946

Petit, Paul (mercier en demi-gros)

1939

délégué à la SP pour l’aryanisation

ACP, 1945

vice-président du Syndicat général du commerce et de l’industrie

Raoul-Duval, Edgar (négoce colonial)

1939

CO du commerce denrées coloniales

mobilisé démission, janvier 1945 (domicile)

Membres

Période, d’exercice

Fonctions

Autres responsabilités

Regray, Léon (négoce café)

1939

mobilisé absent réintégré démissionnaire, 1945

Reinhart, Jean (négoce café-coton)

1939

CO du commerce d’import-export

ACP, 1945 1946

Marion, Auguste (chemisier, bonnetier)

1939

conseiller municipal nommé, mai 1941

président du Syndicat général commerce et industrie

écarté, septembre 1944 élu, 1946

Lefèvre, Gaston (imprimerie)

nommé, 1943

délégué d’arrondissement CO

écarté, septembre 1944

Hubert, Louis (négoce café)

nommé, 1942

président tribunal de commerce

écarté, septembre 1944

président délégation Normandie CGOC

ACP, 1945 (maintenu) 1946

Boivin, Jean (négoce rhum)

1943

Groupement national d’achat rhum

décès : 5 septembre 1944

membre consultatif CGOC

Membres

Période d’exercice

Fonctions

Autres responsabilités

Bunge, Raymond (produits alimentaires)

nommé, 1943

membre consultatif Comité central ravitaillement

écarté, septembre 1944 décédé, 19 novembre 1944

PDG Thireau-Morel

Chardine, Robert (manutention) Société
Chardine-Arrimeurs

nommé, 1943

CO de la manutention

écarté, septembre 1944 élu, 1946

commission outillage

Geuser, Henri de (coutier)

nommé, 1943

commission régionale commerce de gros du CGOC

écarté, septembre 1944

président Syndicat courtiers

ACP, 1945 (maintenu)

Bezin, Émile (construction navale)

nommé, 1943

adjoint au maire délégué de l’Inspection générale de la production industrielle

directeur Forges et Chantiers Méditerranée

écarté, septembre 1944

président chambre constructeurs

Membres

Période d’exercice

Fonctions

Autres responsabilités

Thoreux, Pierre (agent général Cie Transatlantique)

nommé, 1943

écarté, septembre 1944 ACP, 1945 (maintenu) 1946

Raoul-Duval, Jean (négoce café)

ACP, 1945

conseiller municipal, Libération.

membre comité local libération

1946

Coudyser (marchand de cycles)

ACP, 1945, 1946

D’Acremont, Jules (directeur tréfileries)

ACP, 1945

conseiller municipal, Libération

membre comité local libération

1946

Duchamp (charcutier)

ACP, 1945

Duchemin (pâtissier)

ACP, 1945

Evers, Georges (industrie amiante)

ACP, 1945

1946

Fayollet, Jean (réparation navale)

ACP, 1945

directeur Forges et chantiers de la Méditerranée

Gys, Robert (tailleur)

ACP, 194 1946

Laporte, Xavier (transport maritime)

ACP, 1945

agent Messageries maritimes

1946

Texier, Jacques (construction électrique)

ACP, 1945

directeur CEM

Annexe 2 — Une conversation entre le maréchal Pétain et des représentants de la chambre de commerce du Havre, le 2 novembre 1940

1Source : ADSM, 225 Z 3, archives de la chambre de commerce du Havre.

2Compte rendu du président Henri Thieullent, 13 novembre 1940

3Mes chers collègues,

4La délégation composée de MM. Thoumyre, Coty, Marion, Naud et Thieullent a eu l’honneur d’être reçue en audience par le Maréchal Pétain le samedi 2 novembre, à 4 heures de l’après-midi.

5Dès le lendemain de notre arrivée, nous avions fait, M. Coty et moi, une démarche auprès du Général Brécart, pour lui faire part de notre désir d’être reçus en lui indiquant l’objet de notre visite : d’une part, un exposé sur la situation de la région havraise et des ports de la Seine-Inférieure après les bombardements antérieurs et postérieurs à l’armistice et le chômage résultant du blocus, d’autre part, une demande d’intervention en faveur du pont-route de Tancarville. Nous ajoutions que, tenant à voir auparavant M. Berthelot, nous préférions que cette audience n’ait lieu qu’après nous être concertés avec le ministre des Communications. Le Général Brécart nous recevait très aimablement, mais nous déclarait que le Maréchal devait s’absenter du 4 au 7 novembre, et, assistant, avec le Gouvernement, à une cérémonie dans la matinée du 2 novembre, notre seule chance était d’avoir une audience dans l’après-midi du 2 novembre et qu’il nous informerait du résultat de sa démarche.

6Cette déclaration nous rendait très perplexes. Nous tenions à voir le chef de l’État, à lui parler du pont-route, mais nous ne voulions, à aucun prix, froisser les susceptibilités de M. Berthelot qui trouvait, nous avait-il fait dire, notre démarche auprès du Maréchal inutile et, en tout cas inopportune avant de l’avoir vu et nous ne savions guère quand M. Berthelot serait de retour à Vichy.

7Après nous être concertés, nous décidions de ne pas parler du pont au Maréchal, s’il nous recevait, et de ne l’entretenir que des destructions causées dans notre région.

8Le 2 novembre à midi, M. Coty était appelé au téléphone et le Général Brécart l’informait que le Maréchal nous recevait à 4 heures mais qu’il ne serait pas parlé du pont. Tout allait donc bien.

9Nous nous présentons à 4 heures à l’Hôtel du Parc. Nous montons au2e étage où nous sommes reçus très aimablement par le Général Brécart, que M. Coty connaissait personnellement ; quelques instants d’attente et on vient nous chercher.

10Le Maréchal est debout près de la porte. Son bureau est une chambre d’hôtel plutôt étroite, en façade sur le parc – un bureau devant la fenêtre, une table ronde en arrière, près de la porte, quelques fauteuils, mobilier simple.

11M. Thoumyre nous présente, le Maréchal nous serre la main, souriant ; il est droit, les cheveux très blancs, la figure pâle, habillé de noir, le ruban de la médaille militaire seul à la boutonnière.

12Il s’assied au bout de la table et nous invite à prendre place autour de la table. Nous remarquons qu’il a, devant lui, une grande carte de la Seine-Inférieure. M. Thoumyre lui fait un récit des destructions opérées dans nos villes, particulièrement au Havre, et dans nos ports par les Allemands d’abord, par les Anglais ensuite, les exodes de populations avant le 10 juin et après le 15 septembre, de l’impossibilité de reconstruire en raison de l’insécurité, du chômage causé par le blocus. Puis, au nom du Département, il félicite le Maréchal d’avoir courageusement accepté le pouvoir et lui dit la confiance des Normands dans ses efforts pour nous obtenir une paix honorable et opérer le redressement moral et économique du pays.

13Le Maréchal a écouté avec attention. Il prend alors la parole et, à part quelques interruptions, il la gardera plus d’une demi-heure, d’une voix claire et bien timbrée, sans se reprendre une fois, nous regardant les uns après les autres bien en face.

14« On n’a pas idée à quel point le pays était pourri, » nous dit-il, et il cite à l’appui de cette déclaration le cas d’un parlementaire faisant afficher sur les murs d’une Mairie qu’il avait obtenu, en faveur de la commune une subvention de 3 000 francs qui, ajoutés aux 140 000 francs déjà réalisés, formait un total de 143 000 francs.

15Parlant de la réforme administrative, le Maréchal nous dit s’être attaqué d’abord aux Préfets et aux Sous-Préfets. Il cite des exemples numériques montrant que la majorité a été changée.

16« Je vais, maintenant, m’attaquer aux Maires. L’État doit tout commander actuellement ; plus tard, on verra si l’on peut revenir au système du vote. » « J’ai dû être ferme, je le serai encore plus.

17« Un cerveau humain ne peut utilement diriger plus de cinq organismes différents » et il cite l’exemple de la Division.

18« Comment un ministre de l’Intérieur pourrait-il diriger 90 Préfets ? C’est pourquoi il y a nécessité d’organiser la région dans laquelle seront intégrés les Préfets et les Sous-Préfets, qui ne feront plus de politique. » La conversation s’aiguille sur l’entrevue de Montoire.

19« J’ai été invité par Hitler, c’est pour cela que je me suis dérangé. C’est un sauvage mais, ce jour-là, c’était un sauvage bienveillant. » Il ajoute que nous ne ferons pas la paix avant la fin de la guerre avec l’Angleterre.

20Une chose inquiète le Maréchal dans les déclarations d’Hitler : « La France et l’Angleterre doivent payer les frais de la guerre ».

21« La guerre coûte cher, dit-il, et si c’est par une paix blanche que se termine la guerre entre l’Allemagne et l’Angleterre, quelle charge pour la France ! » Puis des souvenirs sur la débâcle.

22« C’est presque une trahison dont les Anglais se sont rendus coupables vis-à-vis de la France. J’ai demandé, un jour de mai, à Churchili, toute l’aide aérienne possible. Il m’a envoyé 5 escadrilles !

23« Et Dunkerque !

24« Mers-el-Kébir, c’est une chose ignoble !

25Le 12 juin, j’ai dit à Weygand :

26« La guerre, c’est votre affaire. Quand vous ne pourrez plus résister, dites-le-moi, je demanderai l’armistice.

27« Peu après, il venait me dire qu’il avait engagé ses dernières réserves et qu’il ne pourrait plus opposer de résistance. C’est alors que j’ai demandé l’armistice et j’ai trouvé une aide précieuse dans la personne de Franco. »

28Le Maréchal continue :

29« L’Amérique est contre nous. J’ai reçu, il y a quelques jours, une lettre du Président Roosevelt et une lettre du Roi d’Angleterre me demandant de ne rien engager contre eux d’irréparable. J’ai fait attendre cinq jours la réponse, qui est favorable.

30« Je n’attaquerai pas l’Angleterre, mais si elle nous attaque, nous répondrons coup pour coup » et le Maréchal appuie sa phrase d’une geste de la main.

31« Nous devons conserver notre Empire. C’est pourquoi j’ai envoyé en Afrique Weygand qui court après de Gaulle.

32« La consigne donnée est : « La plus grande dignité avec l’Allemagne, silence en ce qui concerne l’Angleterre. »

33Mais le Maréchal sait bien pourquoi nous sommes venus à Vichy et il nous parle du pont-route de Tancarville. Il nous dit bien connaître la région qu’il a parcourue il n’y a pas bien longtemps comme inspecteur de la Défense passive. Il a été frappé par l’accumulation des usines et des réservoirs de pétrole le long de la Seine, qui est le fil conducteur de l’aviation.

34« Quelle imprudence, alors qu’on pouvait cacher ces réservoirs dans la falaise ! »

35Il est très favorable au projet. Si ses ministres le consultent et s’il est démontré que le projet est rentable, il l’appuiera de toutes ses forces.

36M. Coty lui rappelle une certaine lettre écrite par le Maréchal de France, Ministre de la Guerre d’alors, dans la laquelle il approuvait le projet de la Chambre de Commerce. Il lui demande donc d’accepter le parrainage de l’ouvrage et de nous autoriser à l’appeler : « Pont du Maréchal Pétain », ce qui est accepté.

37Enfin, le Maréchal demande des explications sur les économies de distances qui en résulteront pour le port du Havre dans ses relations avec les régions Ouest et Sud-Ouest. Nous lui donnons toutes les explications voulues. Et c’est un éloge de la Normandie que le Maréchal connaît bien pour y avoir passé des vacances.

38Mais on a déjà frappé deux fois à la porte sans que le Maréchal se soit interrompu. L’huissier s’impatiente et ouvre la porte. Nous nous levons car on doit attendre la fin de notre audience qui s’est prolongée plus que de coutume.

39Nous saluons et remercions. Le Maréchal nous tend la main. Nous gardons l’impression d’avoir été devant un chef.

Annexe 3 — Les responsables du Secours national au Havre

40Organisation du Secours national dans l’arrondissement du Havre

41(ADSM, 32 W 484).

42Siège de la Délégation : 102 rue Gustave-Flaubert.

43Délégué pour l’arrondissement : M. Paul Guillard, Conseiller général.

44Délégué adjoint : M. Jacques-Louis Delamare, 5 place Carnot.

45Comité de patronage :

46M. le Sous-Préfet,

47M. l’Archiprêtre Alleaume,

48M. le Pasteur Boyer,

49MM. Henri Thieullent, président de la chambre de commerce,

50Hermann du Pasquier, président du Comité social d’entraide,

51Robert Le Chevalier, président de la Ligue des familles nombreuses,

52A. Granier, directeur de la banque Chalot et Cie,

53J. Bérard, président de l’AMAC,

54Edouard Samson, président du C.A. représentant les Organisations agricoles,

55Beuzebosc, directeur du Bureau de bienfaisance,

56Dr. Profichet, vice-président de la Commission administrative des Hospices,

57J. Louis-Delamare, délégué régional du secrétariat à la Jeunesse,

58D’Ozouville, dirigeant de groupements de Jeunesse,

59L’abbé Lestiboudois, directeur de la Centrale d’Action catholique,

60Wollacker, trésorier des Œuvres protestantes (Diacorat),

61R. Blanchard, inspecteur de l’enseignement primaire,

62Jacques, chef du Bureau d’assistance et d’hygiène sociale,

63Mesdames,

64H. Thieullent, présidente de la Croix-Rouge,

65R. Ancel, dirigeante de groupements de Jeunesse féminine,

66Pierard-Gernez, présidente de l’Aide au Foyer, Bolbec,

67J. Westphalen-Lemaître, présidente de la Vente des Œuvres protestantes,

68Comité d’Action :

69M. Jacques Louis-Delamare, représentant des Groupements de Jeunesse,

70M. Le Chevalier, adjoint familial, président de la Ligue des familles nombreuses,

71M. Wollacker, trésorier de la Société protestante havraise de bienfaisance,

72M. le Chanoine Lestiboudois, directeur de la Centrale d’Action catholique,

73M. Granier, directeur de la Banque Chalot,

74M. le Docteur Coty, représentant le Corps médical,

75M. Anquetil, représentant les Organisations ouvrières,

76M. Dupré, représentant les Organisations agricoles,

77M. Marin-Voisin.

Annexe 4 — Liste des entreprises havraises aryanisées

Propriétaire

Raison sociale Enseigne

Localisation Voie, rue

Activité

Administrateur provisoire

Abraham, Paul

Neustrie

torréfaction

Arioux, A.

Bajer, Bernard

L.-Brindeau

couture

Cottard, A.

Birchansky

Fima fourrures

Racine

fourrures

Cottard, A.

Bloch, H. et Meyer, L.

Société caféière française

Place Carnot

négoce

Dennis, J.

Brunschwg, Frédéric

Brunschwig et Cie

Pleuvry

négoce café coton

Vaussard, M.

Coronel, Isidore

Au frou-frou

Paris

confection,

bonneterie

Philipeaux, B.

Coronel, Joseph

Au renard bleu

Paris

fourrures

Philipeaux, B.

Danon, J.-J. et R.

Joseph-Danon et Cie

Place Carnot

négoce café

Neveu, A.

David

Au bon tailleur

République

tailleur

Caron, Y.

Elbaz, Achille

Pont-de-la-Barre

café, débit

Leroy, A.

Elbaz, Simon

Marion

café tabac

Dubourg

Fourmann, Léon

Au Louvre havrais

Drapiers

confection

Cottard, A.

Francés, L.

Paris

lingerie, dentelles

Moyet

Fuchs, Anna

Fabriques directes

République

confection

Caron, Y.

Propriétaire

Raison sociale Enseigne

Localisation Voie, rue

Activité

Administrateur provisoire

Grinfel, M.

Grifel

Souday

Vente phonographes

Bance, R.

Hihby-Birchenall

Hihby, B. et Cie

Carnot

Négoce thé

Creuzot, M.

Hoffman, Jacob

marchand ambulant

Seurret, E.

Khaiété, Jacques

Au tapis rouge

Voltaire

meubles

Derobert, J.-L

Kahn, Wolf

Confection pour dames

République

confection

Mons, R.

Kahn, Henri

Parimodel ou Max

Briand

confection

Cottard, A.

Kéhal (Vve), Fanny

Lamblardie

tissus (marchés)

Seurret, E.

Kesselgroup, Gaston

Gaston

République

tailleur

Caron, Y.

Lallemand, née Kahn

Couturiers réunis

Thiers

Confection femme et enfant

Mons, R.

Lang, Paul et Robert

À Faidherbe

Thiers

Confection femme

Noël, G.

Lang, R et J.

Au progrès

République

mercerie, bonneterie

Caron, Y.

Lang, Gustave

À Notre-Dame

Paris

tailleur

Verleye

Propriétaire

Raison sociale Enseigne

Localisation Voie, rue

Activité

Administrateur provisoire

Leibel, Jacques

Grande fabrique

Foch

meubles

Derobert, J.-L.

Leitchenko, Sifa

Montesqieu

commerce ambulant

Seurret, E.

Lévy André, David

Aux deux nègres

Joffre

confection

Noël, G.

Lévy, Gaston

Grands Moulins de la Seine

Lemaistre

farines

Girard, F.

Lévy, Prosper

Chaussures Alfred

Briand

chaussures

Février, P.

Loutran, ép. Lévy, P.

Chaussures Alfred

Thiers

chaussures

Février, P

Meisels, Joseph

Ateliers du Nord

République

meubles

Equilhec, J.

Moch, Maurice

Moch et fils

Strasbourg

transitaire

Castellan

Mendelévitc, Nathan

Vêtements modernes

Paris

confection

Stempowski

Moscovitz, Yanco

Briand

Chaussures

Fougeu, A.

Olivetti, G.

Omnium Le Havre

Paris

Phonographes, TSF

Séry, R.

Orstein, Arnold

Paris Couture Arnold

Ingouville

confection dames

Tuchon

Propriétaire

Raison sociale Enseigne

Localisation Voie, rue

Activité

Administrateur provisoire

Pitermann, Adolf

Modernex

Paris

tailleur

Delaporte, R.

Prodzuger

Villehervé

Fourrures

Stempowski, L.

Raffalovicth, Mme

Normandine-vêtements

Joffre

confection

Delaporte, R.

Sadoune (Orsetein)

Racine

fruits et primeurs

Boudan et Seurret

Samuel, Robert

Victor-Hugo

Café bar

Lebaillif, G.

Samuel, Roger

Jules-Tellier

débit de boissons

Dacher, G.

Schwartz, E.

Hôtel de Bordeaux

Gambetta

hôtellerie

Kappe, E.

Silberstein, Antoine

République

tailleur

Guérin

Simon, Samuel

Massillon

épicérie

Desmont, R.

SCB Botton-Raoul

Société cotons bruts Sitz

Siegfried

négoce

Gayet, Y. et Dennis, J.

Soukalski, A.

Addy

Paris

parfumerie

Philipeaux, B.

Société des sommiers métalliques

Sommiers métalliques

Fécamp

literie

Soltz et Derobert

Propriétaire

Raison sociale Enseigne

Localisation Voie, rue

Activité

Administrateur provisoire

Stein, Aron

Salon Gambetta

Georges V

coiffure

Dehais, B.

Stein, Georges

République

coiffure

Stoltowski, Bernard

Sarrail

cordonnier

Seurret

Stoltowski, Salomon

Faidherbe

cirés

Mons, R.

Strul, Aizic

À la charmeuse

Victor-Hugo

confection dames

Guérin

Swientoviez, Paul

Société troyenne

Briand

Masson

Traumann, Ernest

Traumann et Cie

Strasbourg

négoce café

Lamare, E.

Ullman, Léon

Société française d’impression cotonnière.

Pleuvry

négoce (actions).

Cottard et de Souza

Georges

Vêtements Georges

République

confection

Cottard

Vintitzki, Dora

Faidherbe

bonneterie

Mons

Wainer, L.

Elve

République

chapelier

Février

Walguer, E.

Hôtel du commerce

Southampton

hôtellerie

Mons et Kappe

Weisman

Voltaire

bonneterie

Propriétaire

Raison sociale Enseigne

Localisation Voie, rue

Activité

Administrateur provisoire

(Actionnaire)

Société havraise de consignation

Carnot

négoce café

Raoul-Duval, J.

Weill-USA (actions)

Du Pasquier et Cie

Le-Cesne

négoce coton

Agnel de Bourbon

Weyl, M. (Paris)

Grand dépôt

République

chaussures

Moreau, A.-E. (Paris)

Zigmat, David

Gallieni

Produits alimentaires

Amourette, C.

Sources : AN, Af/38, Journal officiel, Le Petit Havre

Annexe 5 — Acteurs et épisodes de l’aryanisation

78Extraits de correspondances (Fonds du CGQJ)

1

79J.-P. Derobert, commissaire gérant, au préfet de Seine-Inférieure, le 7 avril 1942 (AN, AJ/38/007)

80Monsieur le Préfet,

81J’ai l’honneur de vous soumettre les offres suivantes que je reçois pour les Maisons juives dont je suis liquidateur provisoire :

82Affaire KHAIETE : Monsieur D actuellement marchand de meubles à Yport 83 place de l’Église désire se rendre acquéreur du fonds de commerce « Au Tapis Rouge » précédemment exploité par M. Jacques Khaiete pour la somme de CENT TRENTE MILLE (130 000) comprenant la clientèle, droit au bail et stock suivant inventaire, celui-ci s’élevant à 103 845 F. Les renseignements que j’ai pu avoir sur M. D.... me paraissent bons. Il est né en Normandie, de parents normands et est catholique comme sa famille. D’ailleurs il pourra si besoin est me fournir des Certificats de Baptême. Le paiement se ferait au comptant et par contrat devant notaire suivant vos prescriptions [...] je vous rappelle que M. le Délégué de la Chambre de Commerce du Havre pour les affaires juives avait fixé le prix de cette affaire à fcs 50 000 et j’avais essayé moi-même d’en obtenir 75 000 mais le fonds de commerce figurait au bilan de 1939 pour 36 000 fcs et vu la situation au Havre je considère que l’offre de M. D. mérite d’être retenue [...]

83Affaire LEIBEL : Monsieur Pierre Emile A.... Directeur gérant d’une maison de meubles demeurant 12 Bd Albert 1er le Havre et actuellement rue de Vesle, Reims né le [...] issus de parents français, catholiques, offre pour le pas de porte de la Grande Fabrique de Meubles 92 Bd Foch, Le Havre, le pris de CINQUANTE MILLE fcs (50 000) avec droit au bail et actuellement occupé par le R.N.P. [...] Pour cette affaire M. le Délégué de la Chambre de Commerce avait fixé le prix de CINQ MILLE fcs vu l’abandon des locaux par M. Leibel depuis juin 1940 et la perte de la clientèle [...]

84Pour ces deux affaires dois-je aviser les prédécesseurs des offres de leurs successeurs éventuels ?

85À vous lire, veuillez agréer, Monsieur le Préfet, mes respectueuses salutations.

2

86Le Préfet à M. J.-P. Derobert, administrateur provisoire, le 18 novembre 1942

87Entreprise juive Kaiété « Au Tapis Rouge », 62 rue Voltaire, Le Havre

88Monsieur,

89Lors de votre récente visite à la Préfecture, vous avez exprimé le désir d’être autorisé à vendre une partie des marchandises de l’entreprise citée en référence pour vous créer des disponibilités.

90En prenant connaissance du dossier, je constate que les conditions dans lesquelles l’affaire a été vendue doivent vous laisser en fait des disponibilités. S’il n’en est pas ainsi, je vous serais obligé de me préciser comment ont été absorbés, par des créances ou autres, les fonds provenant de la vente [...]

3

91Feldkommandantur 517 au Préfet, Rouen le1er mai 1942 (AN, AJ/38/5006)

92Objet : Affaire Juive : Confection pour hommes Henri Kahn, Le Havre

93Référence : votre lettre du 10/4/42

94Après examen du procès-verbal d’adjudication envoyé par votre lettre citée plus haut la Feldkommandantur approuve la vente de cette entreprise au prix de 30 600 Frs, à condition que l’acheteuse Mme Jeanne L… soit d’origine aryenne et exempte de toute influence juive.

95Pour le Feldkommandant

96Porzelt

97Kriegsverwaltungerat

4

98Jean Dennis, administrateur-gérant au préfet de Seine-Inférieure, le 9 juin 1941, sur papier-lettre à en-tête de la Société caféière française (AN, AJ/38/5007)

99Monsieur le Préfet,

100En exécution des prescriptions de la Circulaire Az : WI/i 615/40 de M. le Miltaerbefehlshaber in Frankreich, en date du 12 novembre 1940, et que vous avez bien voulu me communiquer par votre lettre du 17 mai 1941, j’ai l’honneur de porter à votre connaissance que je suis actuellement occupé à l’Aryanisation de la Société Caféière Française au Havre.

101Le paragraphe 2 de cette circulaire indique que les Actions, participations etc. des Juifs doivent être vendues de gré ou de force.

102Or au cas où les Juifs se refuseraient à vendre leurs actions, participations etc. il y a lieu de les vendre d’office (voir circulaire etc...)

103En conséquence je vous signale que M. Léon MEYER résidant actuellement au Prieuré de Lamalgue, le Mourillon TOULON (Var) a bien donné sa démission d’Administrateur de la Société Caféière Française, mais qu’il se refuse à vendre les 200 (deux cents) actions de la Société dont il est encore détenteur.

104Je vous serais donc reconnaissant de bien vouloir transmettre ma lettre à M. le Militarbefehlshaber, en le priant de bien vouloir me donner les pouvoirs nécessaires pour procéder à cette vente d’office.

105Je vous prie d’agréer, Monsieur Je Préfet, l’assurance de ma très haute considération.

5

106Le sous-préfet du Havre à Monsieur le préfet de la Seine-Inférieure à Rouen, le 20 janvier 1943

107En réponse à votre demande du 2 janvier courant, je vous informe que les Israelites Hoffmann et Vve Kehal ont quitté Le Havre à la suite de mesures d’évacuation et qu’il n’a pas été possible de connaître leur adresse actuelle.

108En ce qui concerne Mme Letchinko, elle a été arrêtée par les Autorités allemandes en octobre 1942 et conduite au camp de Drancy.

109Les entreprises commerciales des intéressés paraissent avoir disparu avec eux et ne nécessitent donc pas la nomination d’un administrateur.

6

110Le secrétaire du Comité général d’organisation du commerce, délégation régionale de Normandie, 20 rue du Cordier à Rouen au préfet de Seine-Inférieure le 13 octobre 1943

111Monsieur le Préfet,

112Comme suite à vos lettres du 14 septembre, nous vous informons que nous sommes tout-à-fait d’accord pour la liquidation totale des entreprises :

  • KEHAL, 6 quai de Lamblardie au Havre

  • LETCHINKO, 26 rue Montesquieu au Havre

  • HOFFMANN, 3 rue Jean de la Fontaine au Havre

113Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, l’assurance de nos sentiments distingués.

114Le secrétaire

115J. RENOUY

Annexe 6 — Le rapport Ferré sur la collaboration économique au Havre, rendu à la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration (CNIE) à Paris le 30 avril 19461

  • 1 La dactylographie et la présentation du document original (12 p.) ont été respectées. On notera l’u (...)

116Source : AN, CNIE, F/12/9616.

117COMMISSION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE D’ÉPURATION SÉANCE DU 18 FEVRIER 1946

118La commission nationale interprofessionnelle d’épuration s’est réunie le 18 février 1946 sous la présidence de Μ. PEPY, Conseiller à la Cour de Cassation,

119Vu l’ordonnance du 29 mars 1945,

120À l’issue des débats de l’Affaire AVENEL, la Commission a enjoint M. le Commissaire du Gouvernement de faire procéder à des enquêtes aux fins de poursuivre contre les Entreprises du Havre énumérées au rapport de M. FERRE, Contrôleur du Contrôle Général de la Répartition.

121Le Président :

122Signé : PEPY

I - Origine de l’enquête

123Le 6 décembre 1945, nous avons été chargé par la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration de procéder à une enquête sur un entrepreneur de peinture du Havre, à la charge de qui étaient portées certaines accusations graves concernant la collaboration économique avec l’ennemi.

124À la suite de notre rapport sur l’affaire, déposé à la COMMISSION début janvier 1946, Monsieur AVENEL, Gérant de la Société LENOIR, Entreprise de peinture au Havre, était en application de l’ordonnance du 16 octobre 1944, suspendu de ses fonctions.

125Cependant au cours de notre enquête nous avons pu constater que le cas de Monsieur AVENEL n’était pas unique, et que de nombreuses entreprises du Havre avaient, suivant la terminologie employée dans l’ordonnance du 29 mars 1945, « favorisé les desseins de toute nature de l’ennemi », par des travaux effectués pour le compte de l’armée d’occupation. Monsieur AVENEL n’avait pas manqué lui-même de déclarer qu’il était un lampiste.

126C’est pourquoi par un ordre de mission en date du 10 mars 1946, la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration nous a chargé de procéder à une enquête sur l’activité pendant l’occupation des entreprises havraises de Travaux Publics et de peinture.

127Or dès les premiers contacts établis au HAVRE, il nous est apparu que la majeure partie des entreprises de toute nature avaient travaillé d’une façon très importante au profit de l’occupant. Aussi nous avons jugé nécessaire d’élargir le cadre de notre enquête de façon à éclaircir la COMMISSION sur la situation spéciale de cette ville, afin qu’elle puisse décider en toute connaissance de cause des Entreprises dont le cas serait à étudier plus particulièrement.

128Le présent rapport a donc pour objet d’offrir à la COMMISSION une vue d’ensemble de l’activité économique au Havre sous l’occupation, appuyée par quelques exemples précis pris dans les corps de métiers visés dans notre ordre de mission.

II - RECHERCHE DU RENSEIGNEMENT.

129Dans une ville occupée militairement et zone d’opération de 1940 à 1944, où de nombreuses comptabilités ont disparu par suite de bombardements, il fallait avant tout s’efforcer d’obtenir :

  1. des organismes officiels (contributions directes, comité de confiscation, etc...), des renseignements précis sur l’activité économique des Entreprises qui fréquemment ne pouvaient pas nous être fournis par les intéressés.

  2. des organismes de résistance et de la Sécurité Militaire, des renseignements autorisés et sincères sur l’attitude des chefs d’entreprises pendant l’occupation.

1°- Contributions directes et Comité de Confiscation.-

130Il eut été indispensable que nous puissions prendre connaissance des rapports établis par le Comité de Confiscation des Profits Illicites puisqu’ils nous auraient permis de savoir rapidement :

  1. quelles étaient les entreprises qui avaient le plus travaillé avec l’occupant ; ce qui aurait évité de nombreuses enquêtes inutiles.

  2. quelles étaient celles, qui étant frappées d’une amende en plus de la confiscation des bénéfices, méritaient particulièrement notre attention ; les amendes paraissant devoir être infligées aux seules entreprises ayant mis la meilleure volonté à servir l’occupant.

131Il nous apparaît d’ailleurs sur deux exemples précis : LIVA et LIBERGE (Entreprises de T.P.) que les amendes qui peuvent s’élever au triple de la somme confisquée n’ont été infligées, au HAVRE - quelque peu intéressants puissent être par ailleurs les dirigeants de ces entreprises, l’un Italien, l’autre non inscrit au C.O.B.T.P. - qu’à des maisons qui notoirement sont incapables de verser les sommes exigées ; d’autant plus qu’on leur interdit également de travailler pour la Reconstruction.

132L’aide des Contributions Directes nous aurait été indispensable pour contrôler les chiffres d’affaires français et allemands, ainsi que l’enrichissement des intéressés qui est en fonction directe des affaires effectuées avec l’occupant durant la période 1940-1944.

133Mais l’ordonnance du 10 octobre 1944 ne relevant pas expressément des agents des contributions directes, des obligations du Secret Professionnel, nous n’avons pu obtenir aucun renseignement, ni de ces derniers, ni de l’Inspection Principale des Profits Illicites - 5, rue de Lemery à Rouen.

2° - Comptabilité des entreprises.-

134Ces renseignements que nous ne pouvions obtenir des Contributions, il a fallu les rechercher dans chaque Entreprise. Or, nombreuses sont les comptabilités détruites et souvent il n’a pu nous être fourni ni chiffre d’affaires total par année, ni chiffre d’affaires avec les Allemands ; nous n’avons pu contrôler la nature exacte des travaux effectués, les doubles de factures étant détruits.

135Nous avons alors prié les intéressés de nous indiquer eux-mêmes la nature exacte des travaux effectués pour l’occupant mais bien peu ont conservé le souvenir de ces renseignements compromettants.

136Ainsi un entrepreneur de peinture, Monsieur NION, nous a assuré n’avoir jamais effectué de travaux purement militaires alors que le lendemain nous apprenions qu’il avait camouflé la base sous-marine et de nombreux abris du blockhaus.

3° - Résistance.-

137- Entré en contact avec les différents membres de groupements de Résistance, ou du Comité de Libération, nous avons pu constater qu’il était bien difficile parfois de se faire une opinion sur les personnes en cause, certains avis étant diamétralement opposés.

138- Issus des milieux les plus divers, anciens Membres de « l’heure H » (journal clandestin, tracts, faux papiers), officiers chargés de missions des Forces Françaises combattantes, etc... ne semblent pas toujours éprouver une très grande estime réciproque, minimisant l’intérêt de leurs activités passées, et n’étant nullement d’accord sur les récompenses décernées ou les situations acquises.

139- Cependant soit les uns, soit les autres, se portent garant de l’attitude loyale de la plupart des chefs d’entreprises visés par notre enquête. Dans leur esprit à tous, travailler pour l’occupant constituait une obligation professionnelle qu’ils ne considèrent nullement comme une faute dès l’instant où le chef d’entreprise :

140- a) s’efforçait de conserver ses propres ouvriers ou même des réfractaires sur ses chantiers et

141- b) entrait en contact avec les groupes de résistance pour fournir tous les renseignements qui intéressaient ceux-ci, ou leur apporter son aide matérielle.

4° - Sécurité Militaire.-

142Afin d’obtenir les avis les plus officiels, nous avons cherché à joindre les représentants de la Sécurité Militaire, Organisme qui à la Libération était chargé d’effectuer des enquêtes sur les personnes soupçonnées d’avoir collaboré avec l’ennemi.

143Nous sommes ainsi entrés en contact avec Monsieur VERDIER, Lieutenant de Vaisseau, ex-Chef de la Sécurité Militaires au HAVRE, actuellement Commissaire Principal à la Surveillance du Territoire à Paris.

144Monsieur VERDIER nous a déclaré « qu’aucune entreprise ne pouvait légitimer les activités de collaboration sur le plan commercial avec les Allemands par une aide apportée à une organisation de Résistance étant inexistante dans la région du HAVRE ».

145N’ayant plus souvenance des dossiers établis, M. VERDIER nous a adressé au Capitaine TARTOUE, Ex-Officier de la Sécurité Militaire, actuellement à l’Inscription Maritime au HAVRE qui a déclaré avoir personnellement établi 127 dossiers sur des personnalités ou entreprises havraises. Ces dossiers ont été remontés à ROUEN à la SURVEILLANCE DU TERRITOIRE, par les soins du Commissaire PONCEAU.

146Monsieur TARTOUE n’a pu nous parler que de quelques dossiers : les frères LEPAGE (Travaux Publics) - trois mois de prison, LEROUX (peinture), deux mois de prison, GOUJARD (peinture) marié à une juive allemande qui aurait été en relation avec la Gestapo. CAMUS (Travaux Publics) - FOURELAGADEC (Réparations de Navires). Or, une seule affaire, semble avoir suivi en cour de Justice, l’Affaire LEPAGE, qui s’est terminée par un non-lieu.

147Il apparaît d’ailleurs que l’on ne doive attacher qu’une valeur relative à ces rapports qui n’étaient que du « Renseignement » à vérifier et exploiter par la SURVEILLANCE DU TERRITOIRE, ce que ce Service ne semble pas avoir fait à l’époque. Nous signalons également que le Capitaine Tartoue n’est arrivé qu’à la Libération au HAVRE.

148Nous n’avons pu joindre le Commissaire PONCEAU, absent, et son Adjoint nous a déclaré ignorer où ces dossiers pouvaient être exactement. Il nous a assuré que le Capitaine GARDEUR du 2eme Bureau de la Région Militaire pourrait nous être utile en la matière. Ce dernier nous a informé que la Région militaire étant transférée à Lille, tous les dossiers du service dont plusieurs provenant de la Surveillance du Territoire, avaient suivi en caisses et ne seraient visibles pratiquement qu’à Lille que vers la fin Mai. Le peu de détails qu’à pu nous fournir M. TARTOUE, nous incité cependant à penser que la lecture de ces dossiers serait très instructive.

III - TRAVAUX EFFECTUÉS POUR LES ALLEMANDS

149Ces travaux sont très divers, en nature et en importance. Il n’est pas étonnant en effet que dans une ville côtière faisant partie d’un secteur fortifié et occupé pendant quatre ans, tous les corps de métiers aient travaillé pour l’armée d’occupation plus ou moins volontairement. Cependant, pour faciliter notre enquête nous n’avons pris d’exemples que dans les Entreprises de peinture et de bâtiment.

1° - Importance des Travaux Allemands.-

150a) L’importance varie bien entendu selon la corporation. Étudié par rapport aux travaux français effectués à l’époque correspondante d’une part et aux travaux effectués avant 1939 d’autre part, le chiffre d’affaires allemand permet de constater rapidement si l’Entreprise n’a fait que suivre son régime normal ou s’est exagérément développée. Des tableaux joints au présent rapport permettent de se faire une idée de la marche des Entreprises à cet égard. Les salaires et les prix des matières premières ayant augmenté depuis 1939-1940, il est nécessaire de revaloriser quelque peu les chiffres d’affaires des années d’avant guerre pour les comparer à ceux de 1940-1944.

151- Nous constatons immédiatement que les pourcentages élevés de travaux allemands sont fréquents dans les Travaux Publics et la Peinture. En effet, pour qui ces corporations auraient-elles travaillé dans une ville soumise en permanence aux bombardements alliés ? Plusieurs petites entreprises de peinture (LAURENS) ou de Travaux Publics (LIVA) - (HOMONT-LIBERGE) ont 100 % de travaux allemands. Seule une grosse Entreprise comme Thireau-Morel qui avait des contrats avec la Ville, ou les Administrations Publiques peut se permettre de n’avoir que 35 % de travaux allemands. En ce qui concerne les Chantiers Navals, Entreprises de Réparation de Navires, ou Peinture Navale, et toutes Entreprises Métallurgiques le pourcentage maximum n’est pas surprenant mais anormal.

152- Nous avons pensé également que la quantité de main-d’œuvre employée depuis 1938 pouvait nous fournir de précieux renseignements sur la marche des Entreprises. Pour plus de sûreté nous avons prié la Caisse des Congés Payés du Bâtiment de la Seine-Inférieure à ROUEN, de nous communiquer les chiffres qui lui avaient été fournis depuis 1938 par les employeurs, car les chiffres qui lui avaient été fournis depuis 1938 par les intéressés eux-mêmes paraissent quelquefois assez fantaisistes. La Caisse des Allocations Familiales du HAVRE qui aurait pu nous fournir ces chiffres, a été sinistrée, et ses archives ont disparu.

153b) Nous avons jugé utile de signaler ici une estimation approximative de l’importance des travaux effectués par les Entreprises purement Havraises, qui nous a été fournie par Monsieur ROBERT, Président de la Caisse des Allocations Familiales du HAVRE, et par ailleurs Entrepreneur de Travaux Publics. D’après les salaires versés, les Entreprises Havraises n’auraient effectué que 8 à 10 % des travaux, les autres entreprises françaises 30 %, le reste soit 60 % ayant été effectué par les Allemands eux-mêmes.

154- En outre, il faudrait également savoir dans quelle catégorie nous devrions placer les travaux effectués en régie par des ouvriers français, ces ouvriers étant payés par des entreprises françaises pour la commodité de la comptabilité, assurances sociales, allocations familiales etc... Mais en fait recevant directement des allemands les ordres pour les travaux.

155- Des chiffres proportionnels à ces pourcentages nous ont été donnés dans d’autres entreprises, et ceux qui les fournissent, s’en servent pour démontrer qu’après tout, les Entrepreneurs Havrais auraient pu s’ils avaient voulu se mettre entièrement à la disposition des Allemands, réaliser tout au moins une grande partie du chiffre d’affaire que d’autres sociétés françaises ont effectué. Il est bien certain en effet que des Entreprises importantes comme THIREAUMOREL, CAMUS, ou de moyennes comme GRIEU et ROBERT auraient pu se développer dans des proportions considérables à la faveur de cette guerre.

2° - Nature des travaux.-

156Ces travaux sont bien entendu très variés selon la profession et peuvent être très différents dans la profession elle-même.

157Ainsi certaines entreprises de peinture (CARENEURS) tels que GOUJARD, PEINTURES DE LA SEINE, VAN CAUWENBERGUE, PEINTURE NAVALE, ont surtout remis en état les chalutiers, remorqueurs, cargos, etc... réquisitionnés par la Marine Allemande et dont certains, armés, servaient à la surveillance des côtes.

158D’autres entreprises de peinture : LIOT, NION, GAREL, LAURENS, LEVADE, ont entretenu les hôtels ou maisons particulières s réquisitionnées et des baraquements. La plupart de ces dernières ont fait du camouflage de baraquements, abris ou blockhaus.

159Les Entreprises de Travaux Publics de leur côté (THIREAU-MOREL) CAMUS, ROBERT, HOMONT, etc...) ont fait de l’entretien de locaux réquisitionnés ou des installations de baraquements. Presque toutes également dans une mesure qu’il n’est pas toujours facile de déterminer ont construit des abris bétonnés et des blockhaus, creusé des tranchées, posé du barbelé. Les entreprises LEPAGE, S.F.T.R. étaient plus spécialisées dans les terrassements pour plate-forme de batteries et route d’accès à ces batteries. Le gros-œuvre de l’Entreprise DIEPPEDALLE-LEPREVOST au profit des Allemands ne serait qu’un abri très important creusé et installé sous le Mont Joly.

160Il pourrait paraître normal que pour certains travaux de guerre la responsabilité des Directeurs d’Entreprises soit plus engagée que pour d’autres travaux effectués au profit des Allemands. Or, il est peu vraisemblable que les intéressés aient choisi telle ou telle commande ; ainsi les peintres ont camouflé des baraquements ou des blockhaus suivant les circonstances ; et les bénéficiaires de travaux d’entretien sur bons de réquisition de la Préfecture étaient des favorisés, tous ne pouvant être dans ce cas. D’ailleurs, en dehors des entreprises du bâtiment, les chantiers navals, charpentiers de navires, menuisiers, serruriers, etc... ont également favorisé l’effort de guerre allemand par des travaux correspondant à leurs activités.

IV - CAS PARTICULIERS

161Cependant en dépit de cet exposé tendant à mettre sur le même plan les responsabilités de toutes les Entreprises ayant travaillé pour l’occupant, certaines offrent des aspects particuliers qui tantôt s’inscrivent en leur faveur, tantôt constituent un fait à leur charge.

1° - Faits à charge.-

  1. Le développement anormal de l’Entreprise et le pourcentage élevé des travaux allemands.

  2. La recherche de commandes allemandes.

  3. Les relations personnelles avec l’occupant.

162Si la première catégorie est une question de chiffres qui apparaissent dans les travaux joints au rapport, les 2 autres sont plus difficiles à déterminer.

163Mais nous nous sommes laissés dire que les offres de service par intermédiaires divers n’ont pas été rares surtout dans les petites entreprises, les plus importantes ne manquant pas de travail. Nous avons même la conviction qu’un Entrepreneur de Peinture qui se trouvait dans une situation difficile et avait besoin de se renflouer a proposé des rabais aux allemands - 10 % - pour obtenir des commandes destinées à ses concurrents. Personne n’osera rapporter officiellement ce fait qui ne pourra donc être retenu contre l’intéressé, Président du Syndicat des Peintures. Malgré ses platitudes [sic] d’ailleurs, M. LEVADE ne reçut que relativement peu de commandes allemandes.

164Un autre peintre vernisseur, M. LEROUX, aurait envoyé aux autorités allemandes à Paris une lettre d’offres de service signée « Leroux - Heil Hitler » qui valut à son auteur deux mois de prison à la Libération, que n’aurait fait cet entrepreneur pour bénéficier de commandes réservées à ces concurrents mieux placés... ?

165Quand aux relations personnelles avec l’occupant, deux cas seulement nous ont été signalés : M. GOUJARD (Peintre) et les Frères CAMUS (Travaux Publics). Ces Messieurs affichaient leur sympathie à l’égard des Allemands et ne craignaient pas de se livrer à des agapes en leur compagnie. À noter qu’un des frères Camus était à MERS-EL-KEBIR.

2° - Faits à décharge.-

a) le pourcentage peu élevé des travaux allemands

166Le cas le plus typique est présenté par la maison THIREAU-MOREL dont les 85 millions de travaux allemands ne correspondent qu’à 35 % du chiffre d’affaires total. Mais, comme nous le signalait le Directeur de l’entreprise, M. LEMAIRE, « s’il n’avait eu la chance d’avoir des travaux prioritaires pour la Défense passive, la Ville du Havre, le génie rural, etc... il est bien vraisemblable qu’il n’aurait pu éviter des commandes allemandes plus importantes ».

b) travaux exécutés sur réquisition

167La majeure partie des travaux d’entretien de locaux occupés par les Allemands ont été payés par l’état français. Les bons de réquisition étaient adressés par la sous-préfecture ; les mémoires établis à la suite des travaux étaient adressés à la Préfecture de Rouen qui faisait régler par la banque de France.

168Ces travaux consistaient la remise en état de maisons particulières, hôtels, ou bâtiments administratifs réquisitionnés d’une part, et d’autre part, en installation et mise en état de baraquements. Toutes les corporations du bâtiment étaient intéressées à ces travaux, dont beaucoup sont conservatoires de biens français. Le chiffre d’affaires correspondant à tous ces travaux d’entretien devrait donc nous être connu pour nous permettre d’évaluer la quantité de travaux purement militaires ayant été effectués. Malheureusement, la recherche de ces chiffres a pris un temps considérable au service des Contributions ; les rapports du Comité de Confiscation en font certainement mention, mais nous ne pouvons avoir connaissance d’aucune des pièces établies pour la raison indiquée au début de ce rapport.

c) camouflage des réfractaires

169Presque toutes les entreprises peuvent certifier avoir fait tout leur possible pour conserver leurs ouvriers en France ou camoufler des réfractaires. D’ailleurs, il est rare d’entendre les ouvriers d’une entreprise attaquer leur direction, car nombreux sont ceux qui doivent à celles-ci de n’être pas partis en Allemagne. Pour avoir de faux papiers de prisonnier rapatrié, etc., un grand nombre d’entreprises a utilisé les bons offices du réseau « L’Heure H ».

d) relations avec la Résistance

170peu d’entreprises également n’attestent pas avoir fourni des renseignements ou une aide quelconque à la Résistance. Les dossiers établis dans les entreprises du bâtiment à notre demande, sont remplis d’attestations de chefs ou de membres de réseaux de la Résistance. À titre d’exemple, le même GOUJARD (peintre) qui s’affichait avec les Allemands, comme nous l’avons déjà signalé, recevait le responsable du mouvement LIBÉRATION-région normande et facilitait des réunions dans ses ateliers. Plusieurs entrepreneurs au cours de nos visites, nous ont présenté des cartes d’adhérents à différents partis politiques ou nous ont signalé leur appartenance à telle organisation, voulant ainsi nous laisser entendre qu’ils ne pouvaient être considérés comme suspects.

171M. Augustin NORMAND, administrateur des Éts THIREAU-MOREL, directeur des Chantiers Navals Augustin NORMAND, arrêté par les Allemands au début de l’occupation, a été par la suite obligé de travailler entièrement à leur profit.

172Le cas de M. Marcel CAMUS est spécial. Nous connaissons son attitude plutôt cordiale à l’égard des Allemands, or, en mars 1944, il gagne le maquis de la Creuse où il prend une part importante à la Libération de cette région. Il s’engage ensuite dans les parachutistes et devenu commandant fait la campagne de Birmanie dans l’armée britannique, puis la campagne d’Indochine.

V. - CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

173L’arrivée au Havre en pleine reconstruction d’un enquêteur de la Commission Nationale Interprofessionnelle d’Épuration a jeté un certain trouble parmi les entrepreneurs qui pour la plupart ont effectué d’importants travaux allemands.

174Il aurait même été parlé de la création d’un Comité de Défense : Nous nous sommes efforcés par l’intermédiaire de M. NEUVILLE, membre du comité de Libération, ex-président du syndicat du Bâtiment, et M. LEMAIRE, président en fonction, de calmer les esprits qui envisageaient certaines démarches collectives ou individuelles.

175Craignant de se trouver plus chargé que son confrère, chacun s’efforce d’accabler le voisin sans pourtant d’ailleurs s’engager complètement, car personne n’accepterait plus dans une telle atmosphère de témoigner à charge le cas échéant.

176À ce sujet, nous devons signaler l’attitude hostile prise à l’égard de M. LOISEL, adjoint au maire du Havre, président de l’Association des F.F.I. à la suite de sa déposition dans le procès AVENEL, ce qui est pour lui une source de difficultés. Il ne faut pas oublier qu’aujourd’hui, ce ne sont plus des questions de collaboration ou de résistance qui jouent un rôle quelconque dans la vie d’une ville, mais bien plutôt les questions d’intérêt personnel et les éternelles luttes politiques. Certaines dépositions pourraient être dictées par des motifs tous autres que ceux qui sont à la base de notre enquête.

177Nous avons pu constater qu’on aurait plutôt tendance à charger les grosses entreprises qui ont travaillé pour l’occupant alors qu’il était peu facile à celle-ci, en général, d’échapper à cette obligation ; et il semblerait que les entreprises de faible importance que l’on accable le moins sont celles que leur situation aurait pu mettre le plus facilement à l’abri des réquisitions allemandes. Il paraît peu vraisemblable, en conclusion que les grosses entreprises havraises aient eu besoin de rechercher des commandes - dans l’industrie navale par exemple, les entreprises Augustin NORMAND, Chantiers de la Méditerranée ne semblent pas avoir eu le choix - alors que le contraire serait plus évident pour celles de faible importance.

178La réflexion d’un petit entrepreneur est caractéristique à cet égard « il fallait bien vivre ». Vivre personnellement d’une part, et d’autre part, assurer la bonne marche des entreprises en conservant matériel et ouvriers.

179Certains ont peut-être trop bien vécu, et dans de nombreux cas, l’entreprise semble avoir été plus améliorée que conservée. Mais on ne pourrait en aucun cas, affirmer que les entrepreneurs du Havre ont sciemment et de bonne grâce servi les intérêts de l’ennemi. Cependant, presque tous ayant inévitablement « facilité les desseins de l’ennemi » par leurs travaux, il nous semble difficile de déterminer le critère qui permettrait de désigner des coupables.

180Il appartiendra donc à la Commission de décider de la suite qui doit être donnée à cette enquête.

181Paris le 30 AVRIL 1946.

Annexe 7 — Le mémoire en défense d’une entreprise moyenne du bâtiment devant le CCPI : Dupray et Cie, extrait (ADSM, 260 W 77)

182« [...] Jusqu’en mai 1941 notre entreprise a pu échapper à toute réquisition.

183Le 25 mai 1941, deux officiers : Allemands de la Bauleitung se sont présentés à nos bureaux et ont demandé à visiter nos chantiers et magasins où sont entreposés nos matériels. Ils ont ensuite demandé si nous pouvions exécuter des travaux pour le compte de l’Armée allemande.

184Monsieur Ed. Dupray ayant répondu négativement il nous a été déclaré nettement que tout refus de mettre notre personnel à leur disposition entraînerait immédiatement la réquisition et le transfert de l’entreprise à l’Organisation Todt.

185Nous avons donc commencé sous cette menace, à exécuter quelques petits travaux pour les Allemands, dont le montant pour les six mois restants de 1941 s’est élevé seulement à Frs 293 907.

186Les choses se gâtèrent au début de 1942, époque à laquelle l’Entreprise RITTMANN se présenta à nos bureaux avec des feldwebel allemands de l’organisation Todt.

187Ils demandèrent aussi à voir notre matériel, et nous prièrent de les accompagner en voiture. Ils nous conduisirent sur la côte et nous ordonnèrent de construire des abris, à commencer immédiatement.

188Malgré nos protestations, ils nous menacent de réquisition, mais la consigne est donnée au personnel : « Pas de rendement ». Le résultat ne se fait d’ailleurs pas attendre : réprimandes et semonces répétées des Allemands, pour se terminer enfin par l’« ordre de suspendre les travaux » pour incurie et mauvaise volonté de l’Entreprise, comme l’indique la lettre recommandée de l’entreprise Rittmann du 19 mars 1942, dont nous vous joignons copie, (voir pièce annexe no 1).

189Autre conséquence aussi, l’Entreprise RITTMANN qui nous avait versé des acomptes en cours de travaux ne nous paya jamais le solde qui nous était dû.

190C’est alors qu’une Entreprise Allemande « SCHOTTLE et SCHUSTER » nous convoqua un dimanche matin, sachant que nous étions libres, pour commencer d’urgence un gros abri à Sainte-Adresse.

191Bien qu’arguant de la faiblesse de nos moyens, nous sommes mis dans l’obligation de commencer, surveillés par les Ingénieurs de la Marine-bauamt.

192Les mêmes consignes que pour RITTMANN sont données à notre personnel, et devant la lenteur constatée de l’avancement de nos travaux, le Chef de la Marine-bauamt nous prie de stopper nos travaux par lettre du 23-9-42, dont nous vous joignons copie (pièce no 2), passe l’affaire à une autre Entreprise, et nous prélève une partie de notre personnel.

193Encore une fois, donc, notre résistance a donné des résultats, mais nous commençons à craindre sérieusement le risque de réquisition pour notre fidèle et vieux personnel, si nous ne pouvons justifier de leur présence indispensable.

194L’essai de débarquement des Anglais à Dieppe a inquiété sérieusement les Allemands, qui, énervés et méchants, convoquent un certain nombre d’Entrepreneurs, dont nous, pour exécuter des travaux de barrage. Notre effectif est à nouveau recensé, remis à l’organisation Todt et nous recevons alors par l’intermédiaire de l’Office Régional du Travail, au nom de la Marine Allemande, l’avis de la réquisition sur place de notre Entreprise et de tout notre personnel comme l’indique l’ordre du1er mai 1943 dont nous vous joignons copie (voir pièce no 3).

195De plus, en août 1943, nous avons été convoqués en réunion extraordinaire ainsi qu’une trentaine d’industriels de la Ville à la Kommandantur par ordre de convocation nominatif que nous avons dû émarger comme reçu auprès du sous-officier allemand Waguemestre.

196Au cours de cette réunion qui eut lieu en présence du préfet, le Kreiskommandant du camp retranché du Havre, nous a signifié que toute notre entreprise et tous ses moyens étaient non seulement réquisitionnés, mais qu’il y avait interdiction totale pour notre personnel de quitter la ville, même dans le cas d’évacuation générale, ce qui nous entraîna à établir une nouvelle liste de personnel pour permettre de remettre à chacun individuellement un laisser-passer spécial à cet effet.

197Si jusqu’en 1942 nous avons réussi à ne travailler qu’au minimum pour les Allemands, il n’en a plus été de même ensuite pour les raisons indiquées plus haut, et nous n’avons pu que nous borner, tout en exécutant toujours lentement ce qui nous était commandé, à fournir aux Autorités d’occupation des listes falsifiées de notre personnel pour lui éviter le départ en Allemagne [...] ».

Annexe 8 — Rapport de M. Fromont, contrôleur de la Banque de France au Havre sur les événements du 31 août au 12 septembre 1944·

198Remis à M. Cormier, inspecteur général de la Banque de France.

199Source : ABF, secrétariat général, 1060199202/1.

200LE SIÈGE DU HAVRE

201Le 31 août, les forces alliées traversent la Seine à Quillebeuf et occupent Lillebonne. Dès le1er septembre, si la sortie du camp retranché du Havre qui comprend, outre la ville même, les communes de Sainte-Adresse, Bléville, Sanvic, Rouelles, Fontaine-la-Mallet, Octeville, Harfleur, demeure libre, personne ne peut y pénétrer sans un laissez-passer spécial. Les routes d’accès sont détruites.

202Depuis le 30, des explosions extrêmement violentes annoncent les destructions réalisées dans le port par les Allemands. D’après leur fréquence et l’ébranlement produit, les dégâts doivent être considérables. Il ne reste plus une grue, un certain nombre de quais ont sauté ainsi que la forme de radoub, les écluses, etc...

203Jusqu’au 5 septembre l’atmosphère de la ville est frémissante mais ferme et optimiste. Le 5 au matin, l’on apprend que le combat est maintenant inévitable, le Commandant de la forteresse ayant décliné l’invitation à se rendre qui lui avait été présentée par un parlementaire. Toutefois la majorité de la population s’est accrochée désespérément à sa cité déjà si souvent meurtrie, et animée d’une inébranlable confiance songe déjà à réparer ses ruines et à revendiquer son rang de grande ville commerçante et maritime. Les avaries sont extrêmement graves, elles ne sont pas encore mortelles et les Havrais ont toujours su faire preuve de courage et d’initiative.

204Le bruit du canon se fait plus fréquent et déjà des obus sont tombés sur l’agglomération. On signale seulement quelques blessés.

205À 18 heures, pour la cent neuvième fois, les bombardiers survolent la ville. Ce sont des quadrimoteurs qui évoluent à faible altitude. Quelques secondes après, un véritable ouragan de fer et de feu s’abat sur les quartiers du centre. Pendant deux heures, des bombes explosives de tous calibres et des bombes incendiaires vont pleuvoir à un rythme hallucinant sur tout ce qui se trouve entre la mer, le bas de la côte, la place Thiers, la place de l’Hôtel de Ville et les bassins. Le sol vibre à une cadence précipitée et les abris donnent l’impression de flotter. Le ciel est entièrement obscurci d’une opaque fumée noire, la poussière a une telle densité que la visibilité ne dépasse pas quelques mètres.

206Une véritable tornade vient aggraver cette catastrophe. Le vent attise des foyers disséminés au hasard, propage avec une rapidité foudroyante les incendies et l’on voit en quelques heures flamber et s’écrouler des blocs entiers d’immeubles. La nuit se passe au milieu du fracas des explosions, des murs qui s’écrasent, de la tempête, du crépitement du feu dont les lueurs violentes fulgurent. Les secours sont très difficiles à organiser. À 5 heures seulement, les pompiers arrivent à puiser un peu d’eau dans les bassins. La fumée et la poussière sont aveuglantes. Des rues entières sont nivelées à deux ou trois mètres du sol et l’on a parfois de la peine à en trouver l’emplacement.

207En deux heures toute la ville commerçante et administrative a été réduite à néant. Les bureaux et magasins sont écrasés, la Caisse d’Épargne et la Bourse ne sont plus que des monceaux de ruines, la Recette des Finances a disparu, toutes les banques sont plus ou moins gravement sinistrées.

208Entièrement détruites : Barclay’s Bank, Banque nationale Française du Commerce extérieur, Comptoir National d’Escompte, Lloyd’s Bank, Société Générale, Chalot et Cie.

209Très gravement endommagées : Crédit du Nord, Crédit Industriel de Normandie, Crédit Lyonnais.

210Légèrement endommagées : Banque Nationale pour le Commerce et l’Industrie, Crédit Commercial de France.

211Au cours de ce bombardement, à 29h3o, la succursale reçoit deux bombes sur le toit au milieu de l’immeuble principal. Les deux façades s’abattent en partie dans la cour et dans la rue Casimir Périer. Les étages tombent dans le bureau du Contrôleur-adjoint et dans celui du Contrôleur. Les caves résistent, il n’y a que deux petites brèches dans la partie non étayée. Le personnel réfugié dans l’abri n’a aucun mal. Les bureaux n’ont que peu souffert et l’accès à tous les coffres est possible.

212L’incendie fait rage tout autour. À minuit, l’immeuble situé à l’angle de la rue Thiers et de la rue Madame Lafayette s’embrase. Très rapidement, le sinistre prend des proportions inquiétantes et les pompiers ne pensent pas pouvoir nous garantir. Nous enlevons alors les documents essentiels et les transportons dans une tranchée tout à fait en haut de la place Thiers. Ce transfert effectué au milieu des gravats dure jusqu’à 3h30.

213Le 6, à 5 heures, je touche le commandant des pompiers qui estime que si les maisons environnantes ne s’écroulent pas rapidement, la Banque est perdue.

214À 7 heures, je mets le sous-préfet au courant du danger que nous courons.

215Peu après, le vent change, la violence du feu s’atténue, les immeubles s’affaissent et nos risques diminuent, je visite les lieux avec un sous-officier de pompiers. Il me rassure et nous pouvons réintégrer la succursale dont les abris et l’aile gauche nous offrent un asile précaire mais suffisant.

216Nous organisons une popote dans la loge du concierge, grâce aux vivres de réserve, tout ravitaillement extérieur étant impossible. Il faut une heure pour aller chercher de l’eau ; celle que nous avions est polluée par la poussière qui s’est infiltrée partout.

217Les immeubles de gestion des 20, 18, 16 rue Thiers, 5,7 rue Madame Lafayette sont entièrement détruits. Le garage est en piteux état.

218Je dois rendre hommage aux agents présents qui ont conservé un admirable sang-froid et au cours d’une nuit et d’une journée épuisantes se sont souciés avant tout des intérêts de la Banque, négligeant toute préoccupation personnelle, bravant le danger et supportant la fatigue physique et morale avec bonne humeur.

219À 18 heures, un nouveau bombardement d’une égale violence ravage le quartier de Graville. Durant deux heures encore les déflagrations se succèdent sans arrêt et les ruines s’accumulent. Nous terminons dans l’abri la réception d’un versement.

220Le 7, à 7 heures, le bombardement reprend, mais plus lointain. Des escadres de quadrimoteurs survolent la ville à faible altitude. À 10 heures, je suis reçu avec le Receveur des Finances par le Maire qui nous demande si nous pouvons faire face au paiement des allocations aux sinistrés. Sur notre réponse affirmative, il charge le receveur des finances de s’occuper de cette question.

221Dans la journée, un certain nombre de clients viennent demander des renseignements.

222Le 8, à 7 heures, un nouveau bombardement a lieu sur la proche banlieue. Des rafales de canon tonnent. Nos portes restent ouvertes et nous enregistrons quelques versements.

223Le 9, l’atmosphère demeure orageuse toute la journée, des avions survolent la ville et l’on entend sans cesse le canon et la mitrailleuse. Le règlement des allocations aux sinistrés commence et nous faisons encore des opérations de caisse.

224Le 10, dès le matin, une intense canonnade commence. Les déflagrations des départs et des arrivées ne cessent plus. Des avions patrouillent au-dessus de la ville sans arrêt, mitraillant certains quartiers. Le crépitement des mitrailleuses et de la D.C.A. est assourdissant. Le sifflement des obus se détache en notes aiguës. Le Receveur des Finances prélève à plusieurs reprises pour alimenter les guichets de la recette municipale. À15 heures 30, il rapporte en un sac scellé une partie de ses fonds. D’après un renseignement qui s’avérera d’ailleurs inexact, les forces anglaises seraient à Aplemont et l’on craint des combats de rues.

225À 16 heures, un avion lance des fusées, prélude d’un nouveau bombardement. Quelques secondes après une nappe de quadrimoteurs paraît dans le ciel et de nouveau une ronde infernale commence au-dessus de la ville, ponctuée du fracas des explosions. Au milieu d’énormes panaches de fumée noire, les vagues succèdent aux vagues, par centaines d’appareils. Tout le haut de la côte, depuis la limite de Sanvic jusqu’à Aplemont disparaît sous une avalanche de bombes. Durant trois heures, il n’y a pas un instant de répit. Aussitôt après, un violent tir d’artillerie et de mousqueterie se déclenche.

226Le crépuscule ne ramène pas le calme. Sur le fond rougeoyant des incendies, parmi les volutes de fumée, les éclairs des départs, les pinceaux des projecteurs forment de longues traînées lumineuses. L’artillerie navale entre en jeu. Son grondement sourd fait ressortir le claquement des batteries de terre, le bruit sec des explosions, le chuintement des obus et les saccades de la mitraille.

227Le vacarme ne cessera pas de la nuit.

228Le 11, à 7h30, un court bombardement aérien, assez lointain, fait présager une journée agitée. La canonnade ne s’est d’ailleurs pas ralentie et continue sur un rythme rapide. Nous recevons toujours la visite de clients qui viennent prélever des fonds ou demander des renseignements. Les Allemands nous restituent 150 millions.

229Le déblaiement des rues commence et la population garde tout son calme. L’on voit des sinistrés fouiller les décombres de leurs maisons, des gens contempler avec consternation l’anéantissement de la cité dont ils étaient si fiers. Les « queues » s’allongent devant les boulangeries et les bombardements les plus violents n’arrivent pas à les disperser.

230À 18 heures, les Allemands nous versent encore 45 millions. Vers 20 heures, l’on entend distinctement des mitrailleuses très proches et dans le lointain des moteurs d’automobiles. À certains moments, le bruit des chenilles est même perceptible. Les Anglais seraient, nous dit-on, à Sainte-Cécile. À 21h les Allemands font sauter des dépôts de munitions sur la côte et dans le port. Il y a de fortes explosions et de nombreux nuages de fumée.

231À partir de 22 heures, un calme inhabituel règne. Dix puissants projecteurs balayent le ciel de larges faisceaux lumineux. Il semble que les hostilités soient terminées.

232Cependant, vers minuit, une violente canonnade reprend, sans qu’il soit possible de déterminer les points de chute pourtant peu éloignés. Une fois de plus, le sol tremble et les obus sifflent. Le tir ne prend fin qu’à 5 heures du matin, le 12.

233À 7 heures, la bataille est nettement dans la ville et à 9 heures, les premiers blindés guidés par les F.F.I. et accompagnés d’infanterie apparaissent place Thiers. Ils prennent position devant la Banque et tirent encore quelques rafales dans les rues adjacentes. La défense paraît devenir sporadique. Quelques groupes de prisonniers passent. Les explosions de dépôts de munitions et blockhaus continuent. Il y en aura encore dans l’après-midi. À 10h45, le drapeau tricolore est hissé sur la succursale peu après celui du Lycée où est installée la Mairie.

234Les patrouilles et les tanks circulent sous les regards curieux de la population qui manifeste peu et dont le soulagement est plus évident que l’enthousiasme. À 11h30, le commandant de la forteresse capitule et à 13h les hostilités sont complètement terminées.

235L’investissement de la ville a été réalisé le 31 août.

236Le siège commencé le 5 septembre a duré 8 jours.

Annexe 9 — Tableau pour la conversion des francs courants de la période 1939-1950 en francs constants, valeur 1938

Année

Coefficient

1938

1,00

1939

0,93

1940

0,79

1941

0,68

1942

0,56

1943

0,45

1944

0,37

1945

0,249

1946

0,163

1947

0,110

1948

0,069

1949

0,061

1950

0,055

Notes

1 La dactylographie et la présentation du document original (12 p.) ont été respectées. On notera l’usage fréquent de la majuscule.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540