Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

Conclusion

Texte intégral

  • 1 « La coexistence du bas et du haut impose à l’historien une dialectique éclairante » (Fernand Brau (...)
  • 2 Voir Yves Durand, « La collaboration française au miroir européen », dans La France sous Vichy, op (...)

1Faire de l’entreprise et de son environnement l’observatoire d’une communauté urbaine et portuaire soumise à une succession d’états d’exception est une façon d’aborder « par en bas » les grands problèmes « d’en haut1 ». C’est une manière de saisir la complexité du réel en donnant du sens à des mots d’apparente simplicité : état de guerre, occupation, collaboration, épuration, reconstruction. L’entreprise, en tous ces états, est demeurée une activité vitale. Si la compétence technique n’a guère changé, la destination du produit a varié. Nombre d’entrepreneurs, de cadres et de salariés ont d’abord travaillé au service de la défense nationale. Puis ils ont été placés dans un système de règles organisé par la domination du Reich. Ce que nous venons de voir à l’œuvre, c’est bien une économie d’occupation, ou plus exactement un « monde de production » de l’Occupation, instrument du nouvel ordre européen. Il consiste à nourrir le corps du Reich en captant le maximum de richesse et de main-d’œuvre au bénéfice de son économie. Il s’agit aussi de servir son épée et de l’aider à construire ses défenses. Toutes les occupations, même belligérantes, à travers le monde et l’histoire n’ont pas eu la même efficacité quant à ce double objectif, même si elles furent parfois bien plus violentes que celle qui a été subie par la Normandie sous la botte nazie2.

A. L’entreprise havraise, observatoire local d’une occupation

2L’état de guerre vécu par les Havrais et leurs entreprises ne correspond pas complètement à la périodisation académique. En réalité, il commence dès 1938, où nous voyons déjà les compétences portuaires et négociantes au service d’un approvisionnement exceptionnel du pays. Les négociants y trouvent leur compte par la place qui leur est faite dans les groupements d’importation. L’armistice et la perspective d’un traité de paix ont ici peu de réalité : les bombardements alliés prennent le relais des bombardements allemands. Entreprises et main-d’œuvre sont mobilisées pour construire une ligne de front, l’échec de Dieppe confortant malgré tout l’idée d’un débarquement sur les côtes normandes. Dès la mi-juin 1944, les bombardements se font plus meurtriers, jusqu’à la tragédie de septembre. Même après la libération du Havre, rien n’est encore sûr et, jusqu’au printemps, des travaux de défense passive sont maintenus. Les usines travaillent à nouveau pour l’armée française. L’état de guerre, surtout dans sa dimension économique, a été, au fond, permanent, et les Havrais ont été plus ou moins occupés durant six ans à produire pour des besoins militaires en alternance nationaux et ennemis.

  • 3 Voir André Vigarié, La Circulation maritime. Géographie de la circulation, Paris, Éditions Génin, (...)

3Comment expliquer cela ? À chaque étape historique du développement havrais, depuis la fondation du port en 1517 jusqu’à l’adaptation aux nouvelles modalités du commerce international avec Port 2000, que ce soit pour expliquer les succès du commerce colonial, celui des voyages transatlantiques ou l’intégration au réseau portuaire de la Northern Range, on invoque un atout central : Le Havre vaut par sa situation3. C’est précisément à cause d’elle que furent aussi grandes l’intensité de l’occupation allemande et la tragédie de sa libération. La ville portuaire devint rapidement une forteresse sur un lieu du front, qui possédait en outre, malgré une population amoindrie, une capacité productive et des entreprises aptes à renforcer une flotte et à construire des défenses. Aujourd’hui comme hier, on admettra difficilement, sur ce point du littoral, l’idée que le mur de l’Atlantique s’est écroulé comme un château de cartes. Non seulement trois mois séparent le débarquement en Normandie de la libération du Havre, et le salut, un salut meurtrier, viendra de la terre, du ciel, et non de la mer pour vaincre les 420 bunkers de la Festung. Quels que soient les débats qui ont toujours eu cours sur les erreurs de ciblage, l’inutilité ou les arrière-pensées de la « table rase » des 5 et 6 septembre 1944, il reste un élément incontournable : les Alliés avaient besoin d’un port en eau profonde pour continuer la guerre. Au cours de ces débats sur la destruction, on a peu entendu parler de la construction préalable de la forteresse. Devait-on éviter de parler de ceux qui ont pratiqué l’art du béton sous la contrainte, et plus encore de ceux qui, au regard des juridictions d’épuration, l’ont fait avec un zèle intéressé ?

4Dans ce laboratoire havrais, nous avons observé, et tant pis si le jeu de mots est un peu usé, des travailleurs de plus en plus « occupés » par l’occupant. C’est lui qui règle le problème du chômage, car les travaux publics allemands sont voraces en main-d’œuvre. Toutes les propagandes sont utilisées ; de bistrot en bureau de placement, il est facile de rejoindre telle entreprise allemande, parisienne, havraise. Les petites annonces qui abondent en 1942 sont moins nombreuses à partir de 1943, précisément parce que les entreprises ont fait le plein, entreprises-champignon incluses. Pendant ce temps, les appels séducteurs ou autoritaires au travail exilé se multiplient dans Le Petit Havre sous le règne de Pierre Laval. Vichy est là, avec son Office régional du travail, son Service du travail obligatoire, sa police en quête de réfractaires. Le mur de l’Atlantique et les grandes activités métallurgiques et navales ne doivent pas faire oublier la multiplicité des lieux et types de travaux destinés à l’occupant. La mobilisation de l’artisanat, du commerce, et de nombreux services, de manière continue ou ponctuelle, aura été considérable, de l’installation d’un chauffage au tirage photographique, du déplacement en tramway aux fournitures alimentaires, sans oublier la maison de tolérance.

B. De l’individu à l’État : le jeu complexe de la collaboration économique

5Encore une fois, la mémoire dira à l’histoire : « Oui, mais, sur le terrain, précisément, que pouvait-on faire, que fallait-il faire ? Vous n’avez pas vécu cela. Il fallait bien vivre, on ne savait pas comment cela aller tourner, collaborer c’était aussi un moindre mal, une protection, parfois une couverture. Le maréchal n’était-il pas en train de ruser avec les Allemands ? Tout le monde ne pouvait pas être résistant. » Tout peut être dit, tout a été dit. Mais le besoin de connaître, de comprendre ne peut être jugulé. Comprendre le jeu des causes et des conséquences, tout ce par quoi les hommes sont parfois conduits à construire leur propre prison. Viennent alors les questions : les attitudes des individus, patrons ou salariés, étaient-elles identiques face aux injonctions de l’occupant, face à la Révolution nationale, à l’épuration antisémite ? Quelle était la nature des arguments et des preuves apportées lors de l’épuration économique pour justifier une obéissance ou prouver une résistance ? Est-il possible d’en tirer un bilan ? Pourquoi certains entrepreneurs ont-ils été davantage punis que d’autres ? Les discours successifs sur la « table rase » et la reconstruction ne recèlent-ils pas autant d’oubli que de mémoire ? Il ressort de tout cela que la collaboration économique, hormis les cas de conversion idéologique au projet nazi, n’est pas l’unique somme des choix individuels. Elle est aussi le produit de l’influence du groupe, des réseaux, des structures anciennes et nouvelles, et d’un appareil d’État qui, affectant de croire que la collaboration est un jeu à forces égales tout en se plaignant du contraire en coulisse, contribue à convertir les agents économiques en sous-traitants de l’occupant.

6Car le monde de production de l’occupation nazie n’existe pas sans l’État français. La vie économique et sociale du Havre pendant la guerre est marquée par la forte présence de Vichy à tous les échelons administratifs, économiques et politiques. Zone occupée ne signifie pas autorité unique des Allemands. La responsabilité de la collaboration d’État est grande, celle des préfets également. Nous avons souvent rencontré des décisions venant du plus haut niveau, services allemands du Majestic, ministère de la Production industrielle, commission d’armistice de Wiesbaden. Sur le terrain de l’entreprise havraise et de son environnement, un constat s’est imposé : l’économie dirigée de Vichy a servi davantage les intérêts allemands qu’elle n’a protégé le système productif du territoire occupé. Cela est assez évident si l’on met en regard la concentration industrielle et le rôle de l’Office régional du travail d’une part avec le nombre de commandes allemandes passées par l’intermédiaire des Comités d’organisation de l’autre. Si nombre d’entreprises sont venues de Paris et de province sur ces chantiers normands ou sur d’autres, c’est aussi parce que le bureau de liaison du Comité d’organisation du bâtiment les y a invitées. Nous avons assisté à la manœuvre dérisoire d’un entrepreneur horsain qui demande à adhérer au Comité d’organisation après la Libération, probablement pour atténuer les sanctions de collaboration et n’être pas exclu de la reconstruction. Le paradoxe est éloquent. Les Comités d’organisation ont été des intermédiaires obligés dans la commande allemande aux entreprises françaises. Ils ont été présentés comme une protection des entrepreneurs, voulue par Vichy contre les Allemands. En même temps, ils ont servi de justification à nombre de patrons qui ont affirmé avoir travaillé pour les Allemands sur ordre du Comité, dans le bâtiment comme dans le textile. Dans ce cas, les Comités n’étaient-ils pas clairement des courroies de transmission de la domination économique du Reich ? Souveraineté illusoire et pouvoir réel sur les entreprises caractérisent les structures mises en place par Vichy.

  • 4 Publiée par la revue Études normandes, no 38, 3e trimestre 1954, p. 863.
  • 5 Voir le chapitre de la bibliographie intitulé : « Économie et entreprise sous l’Occupation ».

7La collaboration économique a bien existé. Mais la collaboration est un jeu complexe de responsabilités. Un peu comme la soulte tant pratiquée à cette époque pour préserver un bénéfice, elle se révèle dans les archives de l’épuration comme une réaction en chaîne qui, depuis la commande allemande inhérente aux conditions de l’armistice jusqu’à la moindre parcelle de travail individuel, entraîne productions et services. La sous-traitance, les entreprises pilotes et leurs auxiliaires, les fournisseurs indirects de producteurs directs, l’obéissance à des directions d’entreprises parfois allogènes, tout cela produit un sentiment d’obligation. Il serait injuste de dire que depuis l’histoire immédiate d’après Vichy, la contribution régionale à l’économie de guerre allemande n’a pas été évoquée par les récits de mémoire et d’histoire. Mais elle donne en général l’image de l’ouvrier avec sa pioche quelque peu solitaire face aux occupants qui le contraignent et qui l’emploient. Lisons, par exemple, une étude du ministère de la Reconstruction publiée en 19544. Dans un chapitre consacré au mur de l’Atlantique, on peut lire ceci : « Les Allemands recrutent pour l’exécution des travaux de milliers de travailleurs de toutes nationalités qui sont regroupés dans l’Organisation Todt. » Ici ou là, dans d’autres ouvrages, on concédera que ces nombreux travailleurs ont été « requis avec leurs entreprises », mais sans trop insister sur les acteurs indispensables à l’efficacité du système Todt : entreprises allemandes, entreprises françaises, entreprises normandes. Avec l’apport historiographique le plus récent sur l’Occupation en France, les entreprises allemandes ou françaises ont une identité, elles sont nommées5. Ici, elles s’appellent par exemple Rittmann, Stohr, Drouard, Lepage, Thireau-Morel, etc.

8L’évaluation de la « collaboration économique » passe par la micro-histoire d’entreprise, autant pour la nature des travaux que pour le chiffrage des affaires et des profits. Chaque étude régionale affine la connaissance de ce fait historique et nous éloigne de la théorie trop simple d’un complot du capital et de la trahison compacte et homogène des élites. Cette micro-histoire freine la tendance au jugement moral, ennemi de l’histoire. Elle dessine une variété de comportements, en même temps que des invariants dans les conduites, permettant ainsi une montée en généralité. Du corpus de dizaines d’entreprises havraises étudiées, notamment grâce aux sources de l’épuration, émerge un ensemble d’une cinquantaine d’unités, représentatives de la plupart des branches de production, pour lesquelles on connaît l’activité allemande en francs, et en valeur relative au chiffre d’affaires de la période. Trente-cinq unités de cet échantillon ont consacré entre 40 % et 100 % de leur activité à réaliser des commandes allemandes. Les plus puissantes ont des chiffres d’affaire allemands qui approchent, voire dépassent, les 50 à 100 millions de francs courants. C’est dire l’importance de la captation du travail des hommes et des femmes par l’occupant, avec l’aide de Vichy.

9Dans les travaux publics, la métallurgie et la construction navale, le chiffre « allemand » des sociétés autochtones, s’il n’atteint pas celui des grandes entreprises nationales comme Drouard ou Fives-Lille, est assez considérable. Les dix plus importantes représentent ensemble 644 millions de travaux allemands déclarés. Parmi elles, de vieilles entreprises havraises, et, dans les travaux publics, quelques entreprises-champignon. Même si le cumul des affaires des 50 sociétés de notre échantillon atteint le milliard de francs, on est encore loin du compte total de la production pour compte allemand dans la circonscription. Il faudrait pouvoir chiffrer la production havraise des sociétés à direction allogène en place depuis longtemps comme les Tréfileries, celle des entreprises de province et de Paris attirées par le mur de l’Atlantique, ensuite le chiffre des entreprises allemandes, enfin les résultats de l’économie induite au sein de l’artisanat, du commerce et des services par commande indirecte. Ces limites étant posées, il demeure que la collaboration économique a bien existé, que les travaux étaient payés aux entreprises avec l’argent des frais d’occupation, c’est-à-dire du contribuable français, et que l’efficacité du système était renforcée par la collaboration d’État. Il est revenu ensuite à des instances nouvelles et officielles d’épuration d’évaluer les degrés de la contrainte et de la résistance aux « desseins de l’ennemi », mais aussi de juger ceux qui ont servi, au sein des pouvoirs économiques, un gouvernement « se disant » celui de la France, qualifié également « d’usurpateur ».

C. Une épuration à géométrie variable dans le monde de l’entreprise

10De l’épuration des entreprises au Havre, on peut dire qu’elle fut inégale, parfois incohérente et pourtant réelle. Des quatre instances chargées de cette épuration, le Comité régional interprofessionnel d’épuration est celle qui a laissé les traces les moins convaincantes, les plus lacunaires : un travail bref, des classements nombreux sans suite et sans instruction poussée, ses archives ne jettent qu’un faible jour sur l’activité des entreprises. Plus instructif est le travail de la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration, dont le rapport rédigé par le contrôleur Ferré a mis en émoi le réseau des entrepreneurs, qui le perçoivent comme une accusation de collaboration collective. Cependant cette commission s’est beaucoup intéressée à l’activité allemande des entreprises du bâtiment et des travaux publics et son travail demeure lacunaire pour les autres secteurs jugés utiles par l’occupant sur la place du Havre, notamment la métallurgie et la construction navale. Enfin, beaucoup plus décisif s’est révélé le travail du comité départemental de confiscation des profits illicites, plus proche du terrain. C’est une source capitale pour connaître l’épuration des entreprises, mais aussi un véritable miroir des multiples formes de la collaboration économique, des échelles de la contrainte et de la variété des conduites.

11L’action du Comité de confiscation fut plus discrète que celle des cours de justice, dont les verdicts étaient publiés dans la presse. Il ressort de ses archives que la coopération d’une entreprise avec l’occupant n’implique pas, dans la plupart des cas, une adhésion idéologique ni des actes criminels comme ont pu l’être ceux des miliciens, des délateurs ou des prosélytes du nazisme qui n’étaient pas directement inclus dans l’objet d’histoire de ce livre. On y a vu davantage à l’œuvre le dilemme entre la logique de gestion et la logique du citoyen. Cette dernière l’a parfois emporté et nous n’avons pas manqué de souligner, chez les salariés comme chez les responsables d’entreprises petites ou grandes, les titres de résistance connus ou moins connus. Contrairement à l’épuration judiciaire qui se termine par l’amnistie de 1953, nous avons constaté que certaines procédures pouvaient durer bien plus longtemps. Le nombre d’entreprises sanctionnées n’a rien d’exceptionnel au regard du poids démographique de la ville dans le département. Ce qui frappe davantage, c’est le caractère dégressif, avec le temps, de la punition appliquée à ceux qui, en vertu de la nouvelle légalité, ont « favorisé les desseins de l’ennemi ». Cet aspect dégressif apparaît a posteriori comme une réponse au caractère rétroactif de la loi d’épuration, au moyen d’une gestion savante de la durée et des procédures d’appel, lesquelles ont presque toujours abouti à une diminution des confiscations et des amendes. Sachant qu’un chantier allemand permettait d’espérer en moyenne, selon le fisc, un bénéfice net de 10 %, on aura constaté une certaine inégalité de traitement dans la confiscation parfois insignifiante, au bout du compte. C’est du moins ce qu’un indice de sévérité, établi de manière quelque peu artisanale par comparaison du ratio « profit illicite sur chiffre d’affaires allemand » et du ratio « confiscation effective sur le même chiffre d’affaires » laisse apparaître.

12La notoriété, le fait d’être « d’ici », l’obtention d’une attestation de contrainte par la chambre de commerce et de bons avocats, ont épargné une part de la sanction à plusieurs sociétés et, parmi elles, à certaines qui ont largement recruté et accru leurs moyens pour les seuls besoins allemands. La distribution des amendes n’a pas toujours été cohérente avec les critères réputés significatifs comme l’augmentation des effectifs ou l’enrichissement des dirigeants. Bien qu’une typologie des « patrons sous l’Occupation » soit effectivement délicate, la gamme des griefs et des arguments de défense, invariants ou originaux, inclinerait à distinguer des entreprises plutôt « collaborantes », relevant de l’adaptation-contrainte et des entreprises effectivement « collaboratrices » qui ont manifesté un zèle certain. Cette opposition apparaît parfois au sein même de l’entreprise, des équipes dirigeantes ou du personnel salarié. D’un point de vue strictement comptable, des zones d’ombre demeureront, avec la disparition dans les ruines du Havre de nombreuses comptabilités et le soupçon du fisc qui se manifeste parfois au sujet de la créance allemande ou de paiements sans trace. Quant au rôle des interprètes et à l’épaisseur de leurs marges bénéficiaires, c’est un effet directement émergent d’une pratique consciente et durable de la collaboration économique.

  • 6 Rejoignant par-là l’exemple lyonnais. Voir Hervé Joly, « L’épuration économique a bien (provisoire (...)

13L’épuration du monde de l’entreprise ne se limite pas à la sanction financière, ni à l’échelle du patronat. L’épuration professionnelle s’est limitée à quelques cas, de manière provisoire6. Des exclusions pour raisons politiques, pétainisme ou vichysme, ont modifié pour un temps la composition des instances économiques et, au premier chef, de la chambre de commerce. Épurées par Vichy, composées de membres nommés par l’État français, elles font l’objet d’une contre-épuration définie par la loi. Cela aboutit au renouvellement d’un tiers des représentants, lors de la désignation des membres de l’assemblée consulaire provisoire. Ensuite, avec le retour à l’élection, un certain nombre de retours en notabilité se feront, le passé pétainiste étant moins problématique aux yeux des entrepreneurs électeurs qu’à ceux des pouvoirs publics à la Libération. Du côté syndical, Le Havre n’échappe pas à l’imbroglio structurel créé par la suppression des confédérations, le maintien de syndicats recommandables et la naissance des syndicats clandestins. Plus que dans l’entreprise, c’est par la relation avec le ministère Belin que l’Union locale maintenue tente de maintenir certains acquis. Quelques dirigeants devront payer le prix de leur « apolitisme » qui les a conduits à accepter ici de devenir conseillers municipaux ou départementaux, là d’accepter la Charte du travail, ici de diriger le Comité ouvrier de secours immédiat. Mais ni l’épuration judiciaire, ni l’épuration interne aux syndicats ne modifieront fondamentalement l’équilibre entre libertaires et communistes, même si ces derniers sont plus forts à la Libération au sein de la CGT, tandis que la CFTC occupe une place plus importante qu’avant la guerre.

  • 7 Henry Rousso à France-Culture, le 14 octobre 2010.

14Les limites de l’épuration des entreprises au Havre confirment les apports de l’historiographie récente. On ne pouvait se priver des compétences utiles à la reconstruction, pour des raisons économiques et politiques. La représentation des collaborateurs comme une « poignée de misérables », formule du général de Gaulle, permettait d’éloigner une sévérité contre-productive. Il a été dit fort justement qu’épurer c’était aussi « blanchir7 », non pas au sens d’innocenter abusivement un coupable, mais de rendre le corps social et, par-là, le corps entrepreneurial, à nouveau propre à l’usage. Pour utiliser une image plus prosaïque, disons que quand on nettoie un outil, c’est qu’on a l’intention de s’en resservir. Dans une ville et un port qui ont subi de telles destructions, comme Le Havre ou Caen, l’impératif de préservation de l’outil de production joue totalement, particulièrement dans le bâtiment et les travaux publics. C’est sans doute pourquoi la limite morale théorique de 35 % de travaux allemands ou de 1oo millions de chiffres d’affaires n’a que peu joué dans l’exclusion des marchés. L’épuration, couplée à la reconstruction, prépare l’oubli, et l’identité de la ville martyre, symbolisée par l’église Saint-Joseph, fera écran aux responsabilités qui ont contribué à faire de la région du Havre une cible.

D. L’imaginaire de l’Occupation et la mutation des vocations

  • 8 Max Bengtsson, Le Havre : les années noires, op. cit.
  • 9 Voir Robert O. Paxton, La France de Vichy, op. cit., p. 356-357. Correspondance retrouvée dans les (...)
  • 10 L’adresse de Pierre Courant publiée le 10 décembre 1941 dans Le Petit Havre est reproduite dans Ma (...)
  • 11 Voir Pierre Aubery, « Le siège et la bataille du Havre », Études normandes, no 39, 1954, p. 889-89 (...)
  • 12 Demeure une référence incontournable le film de Christian Zarifian, coproduction La Sept-Seine Océ (...)
  • 13 Titre de l’ouvrage de Julien Guillemard publié en 1948 et republié en 2010 à l’Écho des Vagues. Au (...)

15Un travailleur embauché sur le mur de l’Atlantique parle dans ses mémoires des risques du métier. Le camp retranché du Havre est forcément une cible. Sa remarque sur « l’illusion d’une sécurité précaire » ne manque pas d’intérêt8. Combien de Havrais avaient alors la prémonition de ce qu’allait être la rançon de cette construction ? Pétain avait dit aux représentants de la chambre de commerce du Havre, après Montoire : « je n’attaquerai pas l’Angleterre, mais si elle nous attaque, je répondrai coup par coup. » Faisons un peu d’histoire avec ses « si ». Si les démarches du chef de l’État, en août 1942, pour obtenir le commandement d’une partie du Mur et participer au combat contre les Alliés9 avaient abouti, c’est une belle légitimité qu’auraient ainsi trouvé nombre d’entreprises à leur coopération avec l’ennemi qui serait alors clairement devenu un allié. L’ambiguïté du terme « siège » aurait été définitivement levée. Combien ont tenu ce discours d’un Havre assiégé par le blocus anglais et d’actes de sabotage qui n’étaient « pas français10 » ? Les images d’une inusable force tragique du champ de ruines de septembre 1944 ont surtout produit un imaginaire nostalgique du vieux Havre. Le traumatisme était tel que l’on s’est davantage interrogé sur les responsabilités de la décision militaire de détruire que sur celles de la construction d’une forteresse assiégée11. La « table rase12 » a effacé une partie du questionnement possible sur sa genèse. Elle est devenue un souvenir-écran, pesant fortement sur la manière dont la communauté havraise a fait son deuil du passé de l’Occupation. Le souvenir du sacrifice collectif refoule les souffrances quotidiennes et les dilemmes de l’avant. La guerre, dans la mémoire dite collective, c’est avant tout l’enfer du Havre13. Questionner l’entreprise comme organisation de l’agir humain était ici une tentative indiscrète de regarder derrière l’écran, de scruter l’avant et de le mettre en perspective avec l’après.

16Sur le plan économique et social, l’Occupation n’aurait-elle été qu’une parenthèse, sans effet durable sur le destin de la ville et sur ses vocations portuaires ? Grâce aux crédits massifs des ministères de la Reconstruction et des Travaux publics, le redémarrage de l’économie maritime et des entreprises industrielles s’est révélé plus rapide que ne le laissent supposer les images désolées de la ville, le provisoire des habitations et la souffrance de la population durant plusieurs années. La reconstruction et les dommages de guerre dopent la renaissance économique, au prix de quelques transferts dont on a aperçu les dérives spéculatives à la charnière des années 1950. La paralysie du transport maritime de 1940 à 1945 fait figure de parenthèse. L’appareil entrepreneurial de la Porte océane, à la sortie de guerre, n’apparaît pas érodé de manière significative par l’expérience de l’Occupation. Les succédanés, les replis géographiques, les activités de substitution, les marchés allemands ont assuré sa survie. En revanche, des mutations profondes ont commencé leur œuvre. Certaines sont le résultat direct de la guerre, comme les pertes relatives de leadership en matière de négoce du café ou du coton au profit d’autres ports. Ces positions perdues sont compensées, pour les entreprises de négoce colonial, par des créations de nouvelles filiales et un approvisionnement direct à la colonie, dont le repli marseillais sous l’Occupation fut en quelque sorte la « répétition générale ». Ces maisons de négoce y réussiront mieux que les sociétés géantes d’import-export comme la Compagnie française de l’Afrique occidentale, et s’adapteront plus aisément jusqu’au cœur des années 1970 à la sortie d’Empire. Elles participeront à l’internationalisation des exportations de l’Outre-mer français. C’est en jouant sur cette spécialisation d’aide à l’exportation des territoires d’Outre-mer que Le Havre conservera avec les pays d’Afrique subsaharienne, la Côte d’ivoire et le Cameroun par exemple, des relations présentées comme plus coopérantes que colonisatrices. Oubliant son identité de port colonial, Le Havre souffrira peu de cette conséquence de la guerre que fut à terme la décolonisation.

  • 14 Voir Olivier Feiertag, « Le financement de l’industrie textile normande après 1945 : causes financ (...)
  • 15 Déclaration de Roger Meunier (ADSM, 1 ETPP, no 145).
  • 16 Voir François Gay, dans Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, op. cit., p. 284-287.

17Donc, 1945 ne sonne pas la fin du « négoce », au sens large, pour Le Havre. Il est vrai cependant que la fonction d’entrepôt s’érode. Mais ce mouvement ne doit rien à la période de guerre. La fonction de transit se développe parce que le marché « de place » ou « négoce pur » est concurrencé par l’approvisionnement direct des industries de l’hinterland, si bien que les marchés à terme ne retrouveront pas leur place. Le bons sens qui voudrait que les difficultés résultent de la guerre est ici de mauvais conseil. De même que ce n’est pas l’Occupation qui a provoqué le déclin du textile normand14, c’est un ensemble de processus plus inéluctables et plus profonds qui ont changé les vocations portuaires, par exemple le développement pétrolier au cours des Trente Glorieuses. Le président de la chambre de commerce et d’industrie déclarait le 16 janvier 195 5 : « Le Havre tend à devenir un port de marchandises pondéreuses au détriment du port de Rouen, qui en revanche, développe son trafic de marchandises diverses. Ne nous faisons pas d’illusions, il semble que ce soit là le fondement de la reconversion de la région havraise15. » Qu’ensuite une volonté d’industrialisation accrue, dans le cadre de la décentralisation, se soit traduite par une crise16 n’a guère plus de rapport avec les conséquences, même indirectes, de la guerre et de l’Occupation. Il est cependant un autre mouvement consécutif à la seconde guerre mondiale qui rejaillit indirectement sur la vocation du Havre et de ses entreprises : c’est la construction européenne. Elle est une conséquence de la guerre en ce sens que l’un de ses objectifs est de la rendre désormais improbable entre les ennemis héréditaires. Elle divise les milieux d’affaires havrais, elle inquiète les nostalgiques de la chasse gardée coloniale française, dans la mesure où les pays membres du marché commun vont désormais pouvoir y commercer plus librement. Elle inquiète ceux qui craignent la concurrence d’Anvers, mais elle fait son chemin. Elle est pour les uns une menace, pour les autres, un avenir.

18L’Occupation, même dans sa dimension économique, a davantage influé sur l’histoire politique de la cité dans le demi-siècle qui a suivi, qu’elle n’a orienté son destin économique. La mosaïque des organisations de résistance havraises se disloque assez rapidement et la polarisation politique divise ceux que l’on aurait pu croire unis dans un projet commun. À l’inverse, les élites économiques, représentations consulaires et conseils d’administration, rassemblent des hommes aux titres de résistance confirmés et des entrepreneurs qui ont coopéré avec l’industrie allemande en France. Pierre Courant, maire nommé par Vichy, revient au pouvoir municipal grâce à sa politique de présence pendant l’Occupation. Une logique de réseau place ces hommes dans une hostilité au programme du Conseil national de la Résistance, quand ce n’est pas au général de Gaulle du gouvernement provisoire lui-même. La mouvance communiste, sortant paradoxalement affaiblie de la période de l’Occupation, malgré les nombreuses figures disparues ou rescapées de l’oppression nazie et de la politique de Vichy, crée des réseaux de solidarité. À bien des égards, la victoire municipale de 1956 apparaît aux communistes comme la réparation d’une injustice faite au « parti des fusillés ». De la même manière, la victoire électorale de la droite havraise en 1995 est marquée par un hommage à Pierre Courant, maire et ministre confondus dans la réhabilitation symbolique d’une Reconstruction qui incite peu à s’interroger sur les raisons véritables de la destruction.

  • 17 Pierre Courant, Au Havre pendant le siège. Souvenirs du 1er au 12 septembre 1944, Le Havre, Impr. (...)
  • 18 Voir Pascal Ory, « Pourquoi tant de haine ? », dans La France sous Vichy, op. cit., p. 290.

19La réélection de Pierre Courant, pourtant inéligible à ce moment d’avril 1945, signifie bien une croyance de nombreux Havrais au double jeu, en même temps qu’elle est la récompense du dévouement. Cette veine de la mémoire collective locale s’est prolongée jusqu’à nous avec la réédition du livre de l’ancien maire17. Cette mémoire-là comporte sa part d’oubli. Oubli du consensus pétainiste des élites choisies par Vichy et de l’ampleur réelle des épurations administratives, politiques et raciales. Oubli des manifestations d’allégeance et de cette spécificité française dans l’Europe occupée d’une Révolution nationale qui n’est autre que « l’association à l’armistice franco-allemand d’un règlement de comptes franco-français18 ». Oubli de l’adhésion à des institutions qui étaient loin d’être neutres comme le Secours national ou le Comité ouvrier de secours immédiat. Oubli des centaines d’adhérents aux partis collaborationnistes. Oubli de la spoliation de dizaines d’entreprises juives fondée sur des critères établis par Vichy et relayés par des pouvoirs locaux. Le souvenir de l’Occupation retiendra surtout le courage de la présence, le dévouement de la défense passive, l’existence d’une résistance havraise réputée peu prudente, dont les actes, qualifiés de terroristes en leur temps, ont été rétrospectivement jugés légitimes, comme si au bout du compte, presque tout le monde avait eu raison, hormis quelques nazillons. Pourtant l’Occupation ne fut nullement une attente immobile face au « désert des Tartares ».

  • 19 C’est en juillet 2005 que l’œuvre de Perret et de son équipe est classée au patrimoine mondial de (...)
  • 20 Voir Alain Leménorel, « Les Havrais se dopent-ils à la maritimité ? », dans Environnements portuai (...)
  • 21 Sur cette problématique, voir Johann Michel, Gouverner les mémoires. Les politiques mémorielles en (...)
  • 22 L’expression est de Paul Ricœur, au sujet du travail de Maurice Halbwachs sur la mémoire collectiv (...)

20L’identité est une construction faite de mémoire et d’oubli. La patrimonialisation de la ville de Perret, qui débute à la toute fin du mandat communiste, est cohérente avec la nouvelle image de la ville touristique et balnéaire voulue par la municipalité de droite élue en 199519. Elle peut sans doute être interprétée comme une réactivation positive de l’identité de la ville martyre et de la ville du béton, se substituant à une maritimité qui a montré ses limites20. Elle est aussi substitution à l’identité ouvrière en perte de vitesse après l’épisode de gouvernance communiste et la fermeture des Ateliers et chantiers du Havre. Comme au temps du passage de l’identité de « Porte océane » à celle la « Porte impériale » au cours de l’entre-deux-guerres, les identités s’enchaînent, avec à chaque fois, des politiques publiques et un effort des élites et des édiles pour « gouverner les mémoires21 ». Hormis la mémoire historique, les archives et les rares témoins qui étaient en âge de responsabilités au moment des faits, il reste bien quelques traces visibles de la guerre et de l’Occupation : mais les blockhaus ne disent pas les conditions de leur édification. Les traces ne protègent pas de l’oubli. Pour que continue le travail de connaissance et sa transmission aux générations nouvelles, le prix à payer est probablement que la mémoire collective soit encore et toujours « fracturée » par l’histoire22.

Notes

1 « La coexistence du bas et du haut impose à l’historien une dialectique éclairante » (Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme. Les structures du quotidien, Paris, Armand Colin, 1979, p. 13).

2 Voir Yves Durand, « La collaboration française au miroir européen », dans La France sous Vichy, op. cit., p. 75-90.

3 Voir André Vigarié, La Circulation maritime. Géographie de la circulation, Paris, Éditions Génin, 1968, t. II, p. 281-314.

4 Publiée par la revue Études normandes, no 38, 3e trimestre 1954, p. 863.

5 Voir le chapitre de la bibliographie intitulé : « Économie et entreprise sous l’Occupation ».

6 Rejoignant par-là l’exemple lyonnais. Voir Hervé Joly, « L’épuration économique a bien (provisoirement) existé : l’exemple de la région Rhône-Alpes », dans Marc-Olivier Baruch (dir.), « Une poignée de misérables », op. cit., p. 301-335.

7 Henry Rousso à France-Culture, le 14 octobre 2010.

8 Max Bengtsson, Le Havre : les années noires, op. cit.

9 Voir Robert O. Paxton, La France de Vichy, op. cit., p. 356-357. Correspondance retrouvée dans les archives allemandes.

10 L’adresse de Pierre Courant publiée le 10 décembre 1941 dans Le Petit Havre est reproduite dans Marie-Paule Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre..., op. cit., p. 157 ; et dans Olivier Pringard, République et franc-maçonnerie…, op. cit., p. 480, n. 60. L’on parle de « déclaration de circonstance » pour « amortir le choc entre les Allemands et ses administrés » dans Georges Godefroy, Le Havre…, op. cit., p. 69.

11 Voir Pierre Aubery, « Le siège et la bataille du Havre », Études normandes, no 39, 1954, p. 889-899.

12 Demeure une référence incontournable le film de Christian Zarifian, coproduction La Sept-Seine Océan, 1988.

13 Titre de l’ouvrage de Julien Guillemard publié en 1948 et republié en 2010 à l’Écho des Vagues. Autre livre très connu : Le Havre : 44 à feu et à sang d’Eddy Florentin, Paris, Presses de la Cité, 1976.

14 Voir Olivier Feiertag, « Le financement de l’industrie textile normande après 1945 : causes financières et sociales d’un déclin industriel », dans Laure Quennouëlle et André Straus (dir.), Financer les entreprises face aux mutations économiques du XXe siècle, Paris, CHEFF, 2009, p. 243-267 ;et Claude Malon, « La sortie de guerre du textile normand », art. cité.

15 Déclaration de Roger Meunier (ADSM, 1 ETPP, no 145).

16 Voir François Gay, dans Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, op. cit., p. 284-287.

17 Pierre Courant, Au Havre pendant le siège. Souvenirs du 1er au 12 septembre 1944, Le Havre, Impr. Étaix, 1945.

18 Voir Pascal Ory, « Pourquoi tant de haine ? », dans La France sous Vichy, op. cit., p. 290.

19 C’est en juillet 2005 que l’œuvre de Perret et de son équipe est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

20 Voir Alain Leménorel, « Les Havrais se dopent-ils à la maritimité ? », dans Environnements portuaires, op. cit., p. 59-69.

21 Sur cette problématique, voir Johann Michel, Gouverner les mémoires. Les politiques mémorielles en France, Paris, PUF, 2010.

22 L’expression est de Paul Ricœur, au sujet du travail de Maurice Halbwachs sur la mémoire collective. Voir La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 512.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540