Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

Ve Partie — Reconstruire et se reconstruire : la sortie de guerre

Chapitre XIV. Le monde de l'entreprise retrouvé

Texte intégral

  • 1 Voir Julie Chassin, « Épurer ou reconstruire ? Le secteur du bâtiment et des travaux publics du Ca (...)
  • 2 Hervé Joly, « Mobilités patronales et impact de l’épuration », dans L’Épuration économique, op. ci (...)

1En Seine-Inférieure comme dans le Calvados1, l’épuration trouve ses limites dans Futilité des entreprises à la reconstruction. Se vérifie ainsi à l’échelle locale le constat établi par Hervé Joly à l’échelle des grandes entreprises du pays : « Les changements durables et effectivement liés à l’épuration sont très limités dans les grandes entreprises restées privées2. »

A. Des entreprises indispensables, même en cours d'épuration

  • 3 ADSM, 260 W 202.
  • 4 AMH.H4.C14.
  • 5 ADSM, 244 W 83. Lettre reçue un mois après la libération de Rouen.
  • 6 ADSM, 237 W 110.

2« Depuis la Libération nos affaires consistent en travaux de reconstruction et l’État reste nous devoir des sommes importantes » : cet extrait d’un courrier adressé par la Société française des travaux routiers au Comité de confiscation des profits illicites le 30 mars 19493 est significatif de l’argument « d’utilité » qui peut succéder à celui de l’état de « nécessité » dans la défense des entrepreneurs contre les accusations de collaboration économique. Dès janvier 1945, cette entreprise répond à l’appel d’offres de la mairie pour le comblement d’une partie des tranchées au tarif de 58 francs le mètre cube, contre une proposition à 90 francs d’un petit entrepreneur4. Prompt également à se montrer utile à la France nouvelle, l’entrepreneur parisien Francis Drouard dont nous avons constaté l’ample contribution au mur de l’Atlantique à partir de son bureau de Montivilliers. Son agent de Rouen écrit dès le 27 septembre 1944 au représentant de la Production industrielle : « Nous avons l’honneur de vous confirmer que nous serions en mesure de remettre en exploitation notre carrière de Grand-Quevilly, cette carrière peut produire 100 à 150 tonnes par jour de matériaux lavés, moitié sable et moitié gravier5. » Lorsque Francis Drouard obtient en 1946 la somme de 2,5 millions de francs pour reconstruire les installations de sa carrière de Jumièges, aucun document relatif à son passage à la CNIE pour cause de collaboration économique de grande ampleur ne figure dans le dossier établi par le ministère de la Reconstruction6.

  • 7 AMH, H4, C 14.

3Après la libération du Havre et l’opération Astonia, on pourrait croire que les chantiers de Défense passive avaient été abandonnés. Mais qui pouvait dire alors à quel moment la guerre finirait ? Ce n’est qu’en février 1945 que l’on décida de ne plus construire de nouveaux abris, sauf « ceux pouvant être achevés avant juin ». Il faut croire que l’on craignait encore un revirement stratégique. On décida de continuer à entretenir les abris existants. Donc depuis septembre 1944, les entreprises du bâtiment demeuraient mobilisées. À cette date le projet de construction d’un hôpital souterrain dans une galerie annexe à la partie ouest du tunnel Jenner est encore en vigueur, malgré le drame qui a provoqué la mort de 326 personnes. Elles ont été piégées par l’obstruction de la galerie, due précisément au bombardement du 6 septembre, dans la partie nord-est du tunnel, la plus fragile, qui avait été laissée à la population par les Allemands. Les crédits ont été accordés par le ministère à hauteur de 2 millions de francs et Thireau-Morel doit s’en charger. Mais la situation n’est pas simple : en décembre 1944, l’armée américaine occupe le tunnel, et ses soldats font violence aux cadres et ouvriers de l’entreprise,ce qui nécessite nombre d’interventions auprès du commandement installé au fort de Tourneville. Finalement, en février 1945, Thireau-Morel et Desplat-Lefèvre démontent leurs installations7. L’hôpital ne sera pas réalisé. Quant à celui, tout proche, de l’entrepôt aux bananes qui avait rendu de nombreux services, il est décidé de le démolir en septembre 1945. La reconstruction s’accompagne aussi de quelques devis de démolition.

  • 8 Voir http://www2.archi.fr/DOCOMOMO-FR/fiche-havre-stjoseph.htm.
  • 9 Voir les images des Chantiers Thireau-Morel, dans Le Mur de l'Atlantique, documentaire de Jérôme P (...)

4Bientôt, aux yeux d’une ville meurtrie et désireuse de renaître, la page de l’Occupation est tournée. Les procédures d’épuration économique demeurent dans la confidentialité des courriers entre les entrepreneurs et l’administration fiscale. Seule l’épuration judiciaire a durant un temps émaillé les rubriques des nouveaux quotidiens, Le Havre libre rendant compte des arrêts de la cour de justice. Quelques allusions surgissent parfois dans la presse communiste. Significative également d’une page tournée, la construction de l’église Saint-Joseph, conçue comme lieu de mémoire de la seconde guerre mondiale et de ses victimes, manifeste architectural d’Auguste Perret, édifiée comme il a été dit, avec le concours de l’entreprise Thireau-Morel entre 1951 et 19578. Les bâtisseurs de la forteresse allemande, les sous-traitants de Todt, rassurés par leurs attestations de contrainte, font désormais partie des nouveaux héros de l’économie que présentent les actualités cinématographiques9.

  • 10 Voir Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une polit (...)
  • 11 Voir Julie Chassin, « Épurer ou reconstruire ?... », art. cité, p. 257-269.

5Seules deux entreprises havraises de bâtiment ayant pratiqué les chantiers allemands, Liva et Liberge, furent exclues des marchés, on s’en souvient, par la commission Parmentier. Peu d’entreprises ont été ainsi écartées en France des marchés publics. Deux chiffres symboliques auraient à ce moment servi de repère : étaient « acceptables » ceux qui n’avaient pas plus de 35 % de travaux allemands à leur actif, et ceux qui n’avaient pas dépassé les 100 millions de chiffre d’affaires ennemi10. Or ce critère était fort injuste, car seules les entreprises les mieux outillées, comme Thireau-Morel (98 millions de francs et 35 % d’affaires allemandes déclarées, 43 % en réalité), pouvaient bénéficier de travaux français ou de défense passive, qui diminuaient d’autant l’effet de leur coopération avec les entreprises ennemies. Les 100 millions, d’autre part, n’indiquaient rien du degré de contrainte, pas plus que des marges bénéficiaires réelles. Le paradoxe du caractère indispensable à la reconstruction d’acteurs économiques ayant, à des degrés divers de contrainte, aidé la machine de guerre allemande, n’est pas l’apanage du Havre. On le retrouve entre autres dans le Calvados où les autorités de la République se trouvent devant un dilemme : châtier les représentants du secteur des travaux publics ou renoncer pour leur permettre de reconstruire logements et infrastructures nécessaires à la population11. Dans ce département, Julie Chassin estime que l’épuration du BTP n’a pas eu lieu selon les mêmes modalités que dans d’autres secteurs ; maintes circulaires préfectorales invitent à n’écarter les entreprises compromises des marchés de reconstruction qu’à la condition que cela n’entraîne pas un ralentissement des travaux.

  • 12 AN, F/12/9616, informations communiquées par l'entreprise à la CNIE.
  • 13 ABF, Rapport d’inspection de la succursale du Havre, 1948.
  • 14 Inspection de la succursale havraise de la Banque de France, rapport 1955, ibid.

6L’entreprise Thireau-Morel, toujours présidée par Augustin Augustin-Normand, occupe en 1948 un millier d’ouvriers. Elle avait atteint un total de 1750 salariés au début de la reconstruction avec une pointe éphémère à 4 800 immédiatement après la libération du Havre. Ce recrutement exceptionnel avait été opéré pour occuper les chômeurs à la demande du Comité de libération et du nouveau préfet et en raison des importants travaux de déblaiement12. Elle travaille en partie avec les administrations, en partie avec les particuliers. Elle participe à l’édification des grands immeubles ISAI et passe un contrat de 82 millions avec le port autonome. Elle réalise cette année-là un chiffre d’affaires annuel de 350 millions de francs courants. En francs constants 1938, cela représente 35 millions, ce qui indique rétrospectivement l’importance du chiffre, cumulé entre 1940 et 1944, d’affaires allemandes de 97 millions, qui, déflaté avec un coefficient moyen pour la période équivaut à peu près à 45 millions de francs, valeur 1938. Dès les débuts de la reconstruction, la Banque de France souligne, en 1948, les « larges moyens financiers » de Thireau-Morel et sa « trésorerie aisée13 ». En 1953, la reconstruction du Havre porte le chiffre d’affaires de cette entreprise à 1 570 millions (67,5 millions, valeur 1938), soit un doublement du volume d’affaires réel depuis 194814. Le volume d’affaires ne s’explique pas seulement par l’édification de la ville de Perret. Il n’est guère en effet de dossier de reconstruction ou de réparation d’usines où l’on ne trouvera pas le nom de Thireau-Morel. Chez Augustin-Normand, cela semble s’imposer à cause de la communauté de patronat. Les chantiers et les bureaux sur le front de mer ont été détruits à la veille de la « table rase » de septembre 1944, plus exactement lors du bombardement du 31 août qui a rasé la partie avoisinante de la ville. L’indemnité s’élèvera à 48 millions, valeur 1939. Thireau-Morel travaille aussi pour la reconstitution des Docks et entrepôts, en partenariat avec la SGBTA, qui ne s’occupe donc pas seulement de reconstruction urbaine. La Compagnie industrielle et maritime l’emploie pour reconstruire ses installations pétrolières.

  • 15 ADSM, 260 W 186.
  • 16 ADSM, 237 W.

7Selon la même source bancaire, l’entreprise Robert-André, « maison ancienne, toujours sagement conduite », qui avait fait l’objet d’une confiscation de 4,8 millions de francs, sans amende parle CCPI15, affiche en 1948 un chiffre d’affaires de 150 à 200 millions, soit environ 15 millions, valeur 1938. Elle progresse régulièrement notamment grâce à des travaux en Basse-Normandie, traités par sa succursale de Lisieux. C’est André Robert qui assure l’essentiel de la reconstruction des usines Caillard16. De nouveaux procédés dans l’utilisation du béton sont expérimentés, faisant parfois école, comme celui de l’entreprise Camus.

  • 17 ADSM, 52 W ARG 31.
  • 18 ADSM, 260 W 151, le 16 novembre 1945.

8La coïncidence des procédures d’épuration avec une période où les entreprises reconstruisent et se reconstruisent à la fois concerne bien d’autres acteurs que ceux du bâtiment. Ce phénomène ne se limite pas aux sociétés qui ont su faire durer les procédures et bénéficier d’une certaine mansuétude grâce à leurs appuis. Des entreprises citées à comparaître, plus petites et très contraintes et surtout moins influentes, ont vu leurs comptes bloqués. Cette situation, gênante pour la reprise des activités, pouvait conduire les administrations à se trouver en contradiction les unes avec les autres. Retrouvons ici la société de transports et manutention Marilly frères, dont nous avons suivi l’itinéraire des navires Virtus au début de l’Occupation. Elle avait subi pour 6 millions de francs de dommages et n’était assurée que pour le dixième. Or, en juillet 1945, Valentin Marilly est devenu chef du groupe des entrepreneurs pour déchargement des allèges et bateaux fluviaux dans le port du Havre. Sa responsabilité est donc liée au ravitaillement. Le blocage de ses comptes par le fisc compromet la distribution des denrées attendues au Havre de toute urgence. Marilly doit confier une partie de l’exploitation à douze sous-traitants. Sur intervention des autorités, le compte de l’entreprise est finalement débloqué par le CCPI17. Dans cette affaire, le service des importations au ministère de l’Économie est intervenu de manière décisive, démarche symptomatique d’un nouvel état de nécessité, pour les besoins de la collectivité. Marilly, redevable d’une confiscation de 3 71 000 francs à cause de la réquisition par les Allemands du seul bateau qui lui restait, arguait, légitimement semblait-il, que l’organisation qu’il dirigeait en 1945 et qui comptait 600 ouvriers était « indispensable à la reprise économique », et dans son mémoire au CCPI il ajoutait amèrement : « Méritons-nous d’être considérés comme profiteurs de guerre et imposés comme tels18 ? »

  • 19 ADSM, 238 W 1040.

9Dernier exemple enfin d’entreprise connaissant à la fois les procédures d’examen aux profits illicites et un développement de sa main-d’œuvre répondant aux nécessités de la reconstruction : les Ateliers Duchesne et Bossière. En 1948, ils ont triplé leur main-d’œuvre d’avant-guerre et occupent près de 500 ouvriers. Parmi les arguments versés aux demandes de reconstitution auprès du ministère de la Reconstruction, ils soulignent l’importance de leurs tâches du moment : la remise en état des portes des écluses et celle du sas de Tancarville, la remise en état de navires sous la direction de la Marine nationale, la réparation de la flotte des Forces alliées19. À la Libération, on a donc tenté coûte que coûte de préserver l’appareil productif en évitant qu’il ne soit trop affecté par les conséquences du conflit et de l’Occupation. Constate-t-on la même continuité chez les hommes de l’entreprise, représentants patronaux et syndicaux ? En tout cas, on ne peut parler de véritable renouvellement des élites, sinon de manière éphémère.

B. Continuité chez les représentants patronaux et syndicaux

10Le nouvel « état de nécessité » augmenté d’un besoin d’oubli explique sans doute pourquoi la continuité l’emporte sur la rupture au sein des élites patronales et de leurs organisations.

1. Les élites consulaires : une unité vite retrouvée

  • 20 AMH, FC, K1, c. 15-7.
  • 21 ADSM, 6 U 6 445, registre du commerce.

11Significatif à cet égard est le cas de l’entrepreneur Marcel Neuville, ancien membre du comité de libération du Havre au nom du groupe « Résistance ». Ce patron était responsable d’une entreprise de plomberie d’une certaine importance, la maison Binet, qui n’a pas été concernée par les commandes allemandes. Cependant Marcel Neuville, démobilisé, avait été, sous Vichy, délégué des cinq départements normands au Comité d’organisation du bâtiment et travaux publics, qui, en théorie, devait orienter les commandes allemandes aux entrepreneurs français. Cet ancien combattant des deux guerres, lors des attributions de responsabilités au sein du Comité local de libération, est chargé des questions de la reconstruction20. Membre de la chambre de commerce, il avait milité pour la délivrance des « attestations de contrainte » aux entreprises accusées de collaboration. Marcel Neuville entrera dans le conseil d’administration de l’entreprise Thireau-Morel en 1950 aux côtés de Marie Augustin-Normand, de Jean Lemaire et d’Édouard Rufenacht21. On trouve également, parmi la vingtaine d’actionnaires de cette société, Roger Meunier, négociant en charbons.

  • 22 Voir Journal de la marine marchande, 5 août 1943, p. 3.
  • 23 Voir en annexe un tableau de la composition de la CCH de 1939 à 1946.

12Sous l’Occupation, Roger Meunier était premier vice-président de la chambre de commerce. Il avait été désigné à plusieurs postes dans le Comité d’organisation de sa profession et dans une commission du Comité général du commerce. Âgé de 58 ans, il accède à la présidence de l’Assemblée consulaire. Issu d’une famille lorraine émigrée à Paris en 1870, il était entré dans la maison d’importation de charbons de son oncle Louis Rémy en 1907, avant de devenir patron des Éts Rémy-Meunier en 1922. Depuis 1939, il est président du groupement des importateurs de charbon de Normandie22. La continuité chez les élites économiques locales, on peut aussi la voir dans le retour de personnalités au sein de l’Assemblée consulaire après qu’elles aient été écartées à cause de leur nomination par les autorités de Vichy. Si certains, on l’a constaté plus haut, ont été définitivement écartés en septembre 1944, d’autres reviendront lors de la constitution de l’Assemblée consulaire provisoire, ou plus tard, en 1946, lors de l’élection à la chambre, tandis que certains directeurs de grands établissements ayant participé à la fois à l’assemblée provisoire et au comité de libération céderont la place23. L’éclatement du premier comité de libération et le retour de Pierre Courant à la direction de la cité ont sans doute favorisé un climat de réconciliation autour des plus « modérés » et la manifestation d’une hostilité à l’égard du programme du Conseil national de la Résistance.

  • 24 ADSM, 1 ETPP 133, p. 203.
  • 25 Rapport des RG (ADSM, 32 W, Z 28484, 5 décembre 1944).
  • 26 Au sujet de l’ordonnance du 22 juin 1944 (ADSM, 1 ETPP, 28 septembre 1944).
  • 27 17 et 31 janvier 1946 (ADSM, 1 ETPP 134).
  • 28 ADSM, 1 ETPP 134, p. 141.

13On sera, en effet, plus prompt à critiquer l’économie dirigée du GPRF, alors que l’on n’avait émis que des réserves techniques à l’égard de celle de Vichy, comme l’insuffisante reconnaissance de la spécificité du négoce et du courtage. Le 28 septembre 1944, la chambre de commerce adressait au GPRF un message pour lui exprimer sa confiance. Le 7 octobre, le général de Gaulle visitait Le Havre. Mais l’Assemblée consulaire ne craignait pas de lui adresser une lettre le 12 mars 1945 : « L’État doit gouverner, il ne doit pas administrer [...] Il ne nous paraît pas opportun de réformer les structures de notre économie dans les circonstances actuelles [...] il faut laisser la gestion des entreprises à ceux qui en ont jusqu’à présent assumé la charge et les risques24. » Les nationalisations ne sont pas les bienvenues. Les importateurs de charbon de l’arrondissement du Havre, dont le plus influent est le nouveau président de la chambre de commerce, les considèrent « dangereuses pour l’avenir la nation ». S’ils concèdent qu’il y eut par le passé des consortiums d’industriels qui abusèrent de leur pouvoir, au détriment des importateurs notamment, ils estiment que « ce désordre se multipliera à l’infini avec ce monstre que sera la Mine nationalisée », où « le responsable financier n’existera plus ». La gestion par l’État sera forcément « irresponsable25 ». C’est en fait, aux yeux des négociants, le caractère privé du capital et du profit qui est remis en cause. Cette hostilité s’étend à toute la politique sociale et économique inspirée du CNR : « Après les Assurances sociales, les Mines deviendront une nouvelle pouponnière où l’on casera certains incapables sûrs d’être inamovibles [...] Le ministre signera le décret de hausse de salaire sans même savoir sa répercussion financière. » On voit également dans l’instauration d’un service des importations et des exportations le spectre de « l’échec économique26 ». En janvier 1946, les motions votées par la chambre de commerce confirment la crispation politique et sociale. On souhaite que « les dispositions tendant à transférer à l’organisation de la Sécurité sociale l’assurance contre les accidents du travail, les maladies professionnelles, soient abrogées ». On proteste aussi contre le projet du ministre communiste Ambroise Croizat de retour aux quarante heures27. La chambre reçoit le soutien de Pierre Courant dans son opposition aux nationalisations des assurances28. Les dirigeants d’entreprise ont semble-t-il, retrouvé une belle unité assez rapidement après l’Occupation. Du côté des salariés, les forces syndicales doivent essuyer des plaies plus profondes.

2. Les directions syndicales : des blessures profondes lentes à cicatriser

  • 29 Il est probable qu’ici les « chiffres de la police » de Vichy ne tiennent pas compte de l’érosion (...)

14À la Libération, le syndicalisme retrouve une certaine force, avec 27 000 adhérents à la CGT, qui regroupe 58 syndicats dans l’arrondissement du Havre, et 1950 à la CFTC avec 14 syndicats. Celle-ci connaît une progression assez nette. La CFTC, interdite elle aussi sous Vichy, s’était prononcée contre la charte et les syndicats uniques en 1943. L’ordonnance du GPRF (Gouvernement provisoire de la République française) du 27 juillet 1944 rétablit la liberté syndicale et abolit la Charte du travail. Le tableau qui suit donne les effectifs comparés de la CGT par branches à la veille de la guerre29 et en mars 1946. Ce sont dans les deux cas les chiffres préfectoraux pour la seule ville du Havre. On constatera que les plus gros syndicats ne représentent ensemble que la moitié des effectifs de 1939 et les trois-quarts en 1946. Cela s’explique certainement par l’érosion du nombre de syndicats composant l’Union locale du Havre : 65 en 1939, 39 en 1946. Tandis que les effectifs triplent dans le bâtiment avec l’intense activité de reconstruction, ceux de la métallurgie ont fortement décliné, comme si la désorganisation intervenue sous l’Occupation avait laissé des traces. Enfin les syndiqués du textile sont plus nombreux en dehors du Havre même (410 membres), de même que ceux de la chimie (450 adhérents).

Tableau 33 - Effectifs comparés de la CGT au Havre en 1939 et 1946.

Branches

Effectifs en 1939

Effectifs en 1946

Métallurgie

12 000

5 000

Dockers et ouvriers du port

3 800

5 450

Dont ouvriers Magasins réunis

900

inclus

Marins

5 000

3 130

Bâtiment et travaux publics

2 400

6150

Textiles

350

Total partiel

24 100

20 030

Total général

52 000

27 000

Source : fichier des Renseignements généraux (ADSM, 40 W 159) et fonds de la préfecture (ADSM, 51 WAES 14).

  • 30 ADSM, 52 W, rap. 17.
  • 31 Ibid., janvier 1945.
  • 32 Voir Marie-Paule Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre…, οp. cit., p. 182-183.

15L’idée d’une CGT toute-puissante à la Libération se trouve infirmée par ces quelques données. Certes, la situation de 1946 est provisoire et les services préfectoraux soulignent une progression au fur et à mesure de la réorganisation des syndicats, liée à la reprise économique. Dès novembre 1944 en effet, les rapports du préfet signalent une activité syndicale renaissante dans la région du Havre, particulièrement parmi les terrassiers, les ouvriers du bâtiment et les dockers. Les travaux de déblaiement absorbent une partie des métallos qui trouvaient là un salaire plus élevé. Les armées alliées emploient aussi des hommes sur le port, mais le chômage féminin demeure préoccupant, accru par la destruction des grands magasins30. La « reconstruction démographique » n’est pas non plus achevée, la commune n’ayant retrouvé en 1946 que 103 000 de ses 160 000 habitants d’avant-guerre et 139 000 en 1947. Nombre d’ouvriers et d’employés ont trouvé refuge dans les habitats provisoires des communes voisines, comme à Gonfreville l’Orcher. Au début de l’année 1945, les usines manquent de matières premières. La situation alimentaire est critique et le mécontentement grandit31. Cela ne rend que plus efficiente l’inscription des solidarités de défense au sein des entreprises, fait souligné par Marie-Paule Hervieu, aussi bien pour le développement des « cellules d’entreprise » du parti communiste que pour la CGT qui, écrit-elle, « structure le champ social par ses représentants élus gestionnaires » à la SNCAN ou aux FCM par exemple32.

  • 33 Ibid., p. 165.
  • 34 Louis Eudier, Notre combat de classe et de patriotes, 1939-1945, Le Havre, Louis Eudier, 1982, p.  (...)

16Mais les « retrouvailles » au sein des directions syndicales ont lieu dans les difficultés et les rancœurs. Le pacte germano-soviétique et la dissolution des syndicats dits communistes, l’adhésion de certains à la Charte du travail, l’implication dans les instances politiques municipales et départementales vichystes, la participation au COSI, le tribut payé par d’autres à la Résistance, la déportation et la clandestinité sont autant de raisons de vouloir régler des comptes, à ceci près que le faire trop ouvertement désespérerait le besoin d’unité. Aussi s’oriente-t-on vers une cohabitation renouvelée entre anarchosyndicalistes et communistes, ces derniers renforçant davantage leur position au sein de l’Union locale et des entreprises. Le 6 décembre 1944, les dirigeants autonomes de l’Union locale CGT, Vaillant et Hauguel, sont mis à l’écart33. Ils sont remplacés par un secrétaire lui aussi anarcho-syndicaliste, Henri Quesnel, mais le secrétariat adjoint est redonné à un militant communiste, Henri Moyon, de la fédération des métaux, jusqu’au retour d’Auschwitz, le 1er août 1945, de Louis Eudier. Ce dernier est désigné le même jour, comme délégué au comité local de libération. L’atmosphère est lourde, lors de cette réunion de retrouvailles, si l’on en croit son témoignage : « Aucun mot sur ce que furent les camps de concentration, les tortures de patriotes, n’est paru dans le procès-verbal, cela aurait été sans doute faire de la politique [...] de l’Occupation tout le monde faisait silence34. »

  • 35 Le Havre libre et Le Havre-Éclair du 26 avril 1945.
  • 36 Archives de l'Union locale CGT (AMH, 5 Z 290).
  • 37 Bonnet avait aussi collaboré à L’Atelier, journal proche de Belin, qui avait soutenu la Relève et (...)
  • 38 AMH, 5 Z 407.

17En avril 1945, André Vaillant et Alphonse Gréaume ont été déchus de leur droit de vote par la cour de justice du Havre. Comme ils sont candidats sur la liste municipale conduite par Pierre Courant, ces deux dirigeants autonomes, inéligibles, pour un temps, comme lui, conduisent l’Union locale CGT, sous la plume d’Henri Quesnel, à déclarer dans la presse qu’aucun syndiqué n’a reçu d’investiture pour se présenter sur une liste électorale : s’ils le font, ils n’engagent qu’eux-mêmes35. Alphonse Gréaume était demeuré sous Vichy secrétaire du puissant Syndicat général des ouvriers des Magasins réunis. Après un jeu de chaises musicales à la tête de ce syndicat à la Libération, Gréaume reviendra, en 1952, pour deux ans comme secrétaire-adjoint, signe de son influence et d’une certaine continuité, marquée par le fait que tout l’état-major de ce syndicat appartient à la même génération, née entre 1895 et 191036. Le Syndicat de l’habillement, dirigé par Oscar Laudéa depuis 1936, avait été interdit, pour cause de non-dénonciation du pacte germano-soviétique. Il s’était reconstitué avec une direction nouvelle, en novembre 1941, en présence de Vaillant pour l’Union locale et surtout de Marcel Bonnet, lequel faisant partie, avec d’autres dirigeants de fédérations comme Marcel Roy, du Comité d’organisation professionnelle chargé cette année-là de l’élaboration de la Charte du travail37. En 1945, Laudéa retrouve son poste de responsabilité et toute l’équipe de direction change à nouveau38. Les exclus des trois épurations, celle de la « drôle de guerre », celle de Vichy et de l’Occupation, celle de la Libération, se retrouvent tant bien que mal dans le contexte de la guerre froide et des guerres coloniales qui vont désormais peser dans la vie syndicale de l’après-guerre. La guerre et l’Occupation, au-delà des cicatrices visibles sur la ville et le port n’auraient-elles été qu’une parenthèse ?

Notes

1 Voir Julie Chassin, « Épurer ou reconstruire ? Le secteur du bâtiment et des travaux publics du Calvados », dans L’Épuration économique en France à la Libération, op. cit., p. 257-269.

2 Hervé Joly, « Mobilités patronales et impact de l’épuration », dans L’Épuration économique, op. cit., p. 90.

3 ADSM, 260 W 202.

4 AMH.H4.C14.

5 ADSM, 244 W 83. Lettre reçue un mois après la libération de Rouen.

6 ADSM, 237 W 110.

7 AMH, H4, C 14.

8 Voir http://www2.archi.fr/DOCOMOMO-FR/fiche-havre-stjoseph.htm.

9 Voir les images des Chantiers Thireau-Morel, dans Le Mur de l'Atlantique, documentaire de Jérôme Prieur, France 2, 2010.

10 Voir Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 360.

11 Voir Julie Chassin, « Épurer ou reconstruire ?... », art. cité, p. 257-269.

12 AN, F/12/9616, informations communiquées par l'entreprise à la CNIE.

13 ABF, Rapport d’inspection de la succursale du Havre, 1948.

14 Inspection de la succursale havraise de la Banque de France, rapport 1955, ibid.

15 ADSM, 260 W 186.

16 ADSM, 237 W.

17 ADSM, 52 W ARG 31.

18 ADSM, 260 W 151, le 16 novembre 1945.

19 ADSM, 238 W 1040.

20 AMH, FC, K1, c. 15-7.

21 ADSM, 6 U 6 445, registre du commerce.

22 Voir Journal de la marine marchande, 5 août 1943, p. 3.

23 Voir en annexe un tableau de la composition de la CCH de 1939 à 1946.

24 ADSM, 1 ETPP 133, p. 203.

25 Rapport des RG (ADSM, 32 W, Z 28484, 5 décembre 1944).

26 Au sujet de l’ordonnance du 22 juin 1944 (ADSM, 1 ETPP, 28 septembre 1944).

27 17 et 31 janvier 1946 (ADSM, 1 ETPP 134).

28 ADSM, 1 ETPP 134, p. 141.

29 Il est probable qu’ici les « chiffres de la police » de Vichy ne tiennent pas compte de l’érosion des effectifs en 1938 et 1939, qui avaient provoqué une baisse de 27 % du nombre de cotisants.

30 ADSM, 52 W, rap. 17.

31 Ibid., janvier 1945.

32 Voir Marie-Paule Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre…, οp. cit., p. 182-183.

33 Ibid., p. 165.

34 Louis Eudier, Notre combat de classe et de patriotes, 1939-1945, Le Havre, Louis Eudier, 1982, p. 138.

35 Le Havre libre et Le Havre-Éclair du 26 avril 1945.

36 Archives de l'Union locale CGT (AMH, 5 Z 290).

37 Bonnet avait aussi collaboré à L’Atelier, journal proche de Belin, qui avait soutenu la Relève et justifié le STO, provoquant des mesures d’épuration au sein de la CGT par la Commission nationale de reconstitution des organisations syndicales de travailleurs de 1944 à 1946. Voir Raymond Barberis et André Narritsens, dans Le Syndicalisme dans la France occupée, op. cit., p. 437-462·

38 AMH, 5 Z 407.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540