Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

Ve Partie — Reconstruire et se reconstruire : la sortie de guerre

Chapitre XIII. Les dommages de guerre : une bonne affaire ?

Texte intégral

1Nombre de Havrais, et parmi eux des entrepreneurs, eurent donc à constituer un dossier afin de pouvoir reconstruire leur bien à l’emplacement sinistré ou sur un site nouveau. Dans ce cas, on parle de transfert. La législation allait également permettre une autre opération : le rachat à un tiers de son « dommage » à venir, voire la combinaison des deux, mutation et transfert.

A. Comment les dommages de guerre deviennent un marché

  • 1 ADSM, 238 W 1518.
  • 2 ADSM, 238 W 1264.

2Cette possibilité de transfert pour soi-même permet ainsi à la Cie industrielle et maritime, qui était propriétaire de l’hôtel Frascati, lieu prestigieux de la sociabilité fortunée, de consacrer l’indemnité de reconstruction à ses installations concédées par le port autonome sur le terre-plein sud du bassin de marée1. Ses entrepôts d’hydrocarbures, les bassins, les quais et gares maritimes qu'elle occupait avaient été endommagés dès le début de l’Occupation. Chez Fouré-Lagadec, on rachètera les dommages de guerre de la Société maritime de charbonnage sinistrée rue des Sauveteurs et boulevard Clémenceau, pour affecter les sommes reçues à la construction d’un bâtiment industriel sur des terrains appartenant à la société dans le périmètre de l’usine, rue de la Vallée2. L’utilité économique de tels transferts ne souffrait aucune contestation. Il s’agissait ainsi pour nombre d’entreprises de recourir à l’argent public pour compenser leurs destructions de matériel. C’est plutôt la circulation des dommages au sein de la reconstruction urbaine qui pose question.

  • 3 Voir François Gay, dans André Corvisier (dir.), Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, op (...)

3Ces opérations se multiplièrent dans le cadre d’un agencement de l’urbanisme nouveau qui allait transformer profondément la sociologie de la ville. Les sinistrés ne pouvaient espérer une reconstruction « à l’identique ». Un véritable remembrement urbain s’établissait sur la base des îlots et non des parcelles. Les aspects architecturaux et urbanistiques de la reconstruction ont suscité nombre d’études. Ce n’est pas ici notre objet. En revanche, il n’est pas étranger à notre sujet de constater que nombre d’entreprises, autochtones ou allogènes, ont pesé directement ou indirectement sur cette réorganisation, indépendamment de l’indemnisation des pertes propres à leur propre établissement. On a constaté depuis longtemps que « beaucoup de dommages de guerre ont été achetés par une population étrangère au quartier », si bien que « la population du centre-ville a été complètement renouvelée3 ». À la possibilité de rachat d’un dommage de guerre, s’ajoute celle d’un transfert de l’indemnité pour une reconstruction ailleurs. Et c’est là que les archives nous donnent à comprendre que les possibilités légales pouvaient présenter pour des entreprises en sortie de guerre et d’Occupation une possibilité de se reconstruire et de s’étendre de manière rentable.

  • 4 Avis favorable de la CCH, 19 avril 1951 (ADSM, 1 ETPP 140).
  • 5 Avis favorable de la CCH, le 19 octobre 1950 (ADSM, 1 ETPP 140). On pourrait sans fin multiplier l (...)
  • 6 Vente du 22 novembre 1951 pour 3 M. En 1952, l’indemnité vaut 6,8 MF (dossier Rihal, ADSM, 248 W 1 (...)

4Entre 1949 et 1953, la chambre de commerce, pratiquement à chaque réunion, doit donner un avis sur des demandes de transferts de dommages de guerre par une société après rachat de l’indemnité auprès d’un particulier sinistré. Hôteliers, propriétaires de cinémas, commerçants, petits propriétaires ont vendu leur droit au dommage, ne souhaitant pas retrouver leur parcelle ou ne pouvant attendre le remboursement. Le demandeur devait évidemment indiquer à quoi il destinait l’argent qu’il recevrait du ministère. Ce pouvait être une construction dans la région du Havre ou dans une autre région, ou même dans une colonie. Il pouvait également l’affecter à la reconstitution de ses équipements, pour lesquels il avait en plus droit à des dommages en tant qu’établissement industriel. Mais quel intérêt pouvait avoir, par exemple, la compagnie de remorquage Les Abeilles, qui touchera pour ses propres dommages 102 millions de francs en 1953, à racheter les dommages d’une droguerie de la rue Brindeau « pour reconstitution de flotte4 », ou la compagnie des Chargeurs réunis à racheter ceux d’un propriétaire de pension de famille pour reconstitution d’outillage et de hangars5 ? Ou la Havraise péninsulaire à racheter un hôtel sinistré quai Michel-Ferré ? Ouencore l’agence maritime L. Strauss à acquérir l’indemnité d’un immeuble rue Lord-Kitchener6 ?

  • 7 Pierre Chambon, Guy Fauet et André Debeaurain, Guide des dommages de guerre, Forcalquier, hors-sér (...)
  • 8 Voir Max-André Brier, « La reconstruction », dans Gabriel Désert (dir.), La Normandie de 1900 à no (...)

5L’hypothèse d’une plus-value espérée nous est suggérée par la loi elle-même et pourrait expliquer l’afflux des demandes. Pour pouvoir déroger à l’obligation de reconstruire un bien semblable au même endroit, principe général du rachat d’un dommage, il faut être autorisé à transférer l’indemnité sur un autre lieu. Mais il faut d’abord la racheter. Or il est stipulé par la loi du 28 octobre 1946 que le taux d’acquisition du bien auprès du sinistré doit atteindre au minimum 35 % de l’indemnité à venir7. Autrement dit, si l’on achète 35 une indemnité de reconstruction qui rapportera 100, si l’on peut « attendre » le remboursement, et si, en plus, on peut utiliser cette créance sur l’État à la construction d’un équipement, dans un autre lieu à sa convenance, on le finance aisément grâce à une plus-value de 65 %. Comme les sinistrés étaient en général des ménages à revenus faibles, le coefficient de vétusté empêchait ces propriétaires d’espérer reconstruire pour eux-mêmes sur le lieu, car ils auraient dû ajouter un apport personnel à l’indemnité. Les demandes de transfert en direction de l’extérieur du Havre se multiplièrent alors au point que la municipalité, en 1950, tenta de les faire interdire8. Il restait alors aux sinistrés une autre solution : vendre à un particulier ou une société leur créance sur l’État. Les 35 %, protecteurs en apparence, garantis aux sinistrés étaient de fait une invitation à la spéculation.

  • 9 ADSM, 237 W 19. Les TLH ont eu 10 immeubles sinistrés au Havre sur les 150 qu’elles y possédaient, (...)
  • 10 Acte notarié chez Me Fontaine, 12 juillet 1951 (ADSM, 237 W 57).

6Dans le labyrinthe des dossiers de dommages, on trouve des exemples très éloquents : en 1951, les Tréfileries et laminoirs du Havre rachètent les droits à reconstitution de la « maison meublée » de M. D., rue de la Gaffe, dans un quartier totalement rasé le 5 septembre 1944. Ces droits sont rachetés, indique l’acte notarié, « à 30 % du montant » de l’indemnité. Ainsi la grande entreprise peut-elle transférer les 5,7 millions de francs à venir sur la construction de logements d’entreprise rue des Chantiers, en n’ayant dépensé que 1,7 millions de francs. Certes, ce n’est là qu’une partie de l’opération de construction de 48 logements, financés en outre par des transferts de dommages issus de sinistres subis par des immeubles appartenant à la société au Havre et à Argenteuil9. Les industriels sont à l’affût d’une bonne affaire de dommages. Ainsi la société Caillard acquiert-elle en 1951 la créance sur l’État de la société des Folies bergère, propriétaire du cinéma Le Capitole, sinistré : elle paie comptant 5,9 millions de francs un dommage qui lui sera remboursé 15,9 millions10.

  • 11 ADSM, 1 ETPP 138, 21 juillet 1949. Propos de M. Marotte, négociant en rhum.
  • 12 ADSM, 1 ETPP 139, 9 mars 1950.
  • 13 ADSM, 238 W.

7La loi posait d’autres conditions : le bien reconstruit après mutation et transfert devait être « d’une utilité économique supérieure au bien initial, être d’intérêt général » et ne pas nuire à l’économie locale. C’est plutôt sur ce registre que se fondèrent les avis des chambres de commerce et les décisions du MRU et que certains cas firent débat. Le législateur avait aussi cherché à éviter une redistribution des dommages qui dépouillerait davantage de son patrimoine une région sinistrée. Quand la société des Rhums Caïman souhaite transférer ses propres dommages, liés à la destruction de ses stocks rue Casimir-Delavigne, la chambre de commerce s’y oppose car son projet est de construire à Neuilly-sur-Seine, lieu du siège social. Mais lorsque la société Van Cauwenberghe, de Paris, souhaite transférer ses dommages de Brest et Nantes pour reconstituer les stocks de son usine de Gonfreville, sa demande est bien accueillie. À l’inverse, on refuse qu’une société d’assurances sise à Casablanca affecte les dommages d’une graineterie havraise à la construction d’un immeuble d’habitation bourgeoise à Bangui. Le transfert vers la colonie en attirait plus d’un. Une entreprise dynastique de négoce du coton en liquidation, la maison Masquelier, se voit dans l’obligation de vendre les dommages relatifs à ses bureaux à une compagnie d’assurances, La Paternelle. Celle-ci demande à transférer l’indemnité pour construire un immeuble d’habitation bourgeoise et commerciale au Cameroun, à Douala. Les « coloniaux » de la chambre, comme Albert Charles, lié par ses affaires à ce territoire, y seraient favorables. Mais la majorité de l’assemblée, rejoignant l’avis du MRU, considère que « les dommages de guerre sont une richesse en puissance » et qu’il ne faut pas « les laisser échapper en dehors du Havre11 ». En revanche, par huit voix contre six, le président des Ateliers Duchesne et Bossière, Jacques Tessandier, qui possède une filiale en Côte d’ivoire, Les Ateliers et chantiers maritimes d’Abidjan, reçoit l’appui de la chambre pour y transférer les dommages relatifs au Splendid Cinéma, rue de la Cavée-verte12. On considère en ce cas que cela ne nuit pas « à la reconstitution de l’activité commerciale et industrielle de la région havraise ». On est apparemment moins soucieux de la reconstitution de l’activité culturelle. Cette entreprise avait parallèlement bénéficié d’une indemnité proche du million de francs 1939, consécutive à deux bombardements, en 1942 et 1944, et l’entreprise se portait bien, puisqu’elle était passée de 155 ouvriers en 1939 à 475 en 194813.

  • 14 Avis défavorable du maire, 24 novembre 1949 (AMH, H4, C. 14,1. 1).
  • 15 Après rachat des dommages d’un entrepôt rue Émile-Zola et d’un hôtel rue d’Estimauville, etc.

8La spéculation n’était donc pas absente sur le théâtre de la Reconstruction. Sociétés d’assurances et compagnies maritimes furent assez nombreuses à demander des transferts après rachat, comme la société United States Lines, qui avait racheté au moins sept hôtels à des endroits différents. On s’opposa ainsi à la Bénédictine, qui voulait affecter des dommages havrais à la construction d’une scierie à Fécamp. La Caisse mutuelle de réassurance agricole demande un transfert du 6 quai Lamblardie et du 17 rue de Paris en direction de Dijon : ce serait le financement de 18 logements qui échapperait aux habitants à reloger14. Au total, maintes sociétés ont cherché à racheter en vue d’un transfert, qu’elles aient bénéficié ou non de dommages pour leur propre compte. Cette procédure permit notamment la construction du Franklin Building, boulevard de Strasbourg, pour compenser la perte de plusieurs sièges d’entreprises et non des moindres, comme Trouvay-Cauvin15, la SIC (ancienne maison Reinhart), la Société commerciale d’affrètement et de commissions, importatrice de bois et de charbon, ou les United States Lines.

  • 16 AMH, F4, C 14, courriers du 6 avril et du 31 août 1949.

9La manne d’argent public qui allait se répandre sur les ruines du Havre suscitait des appétits. On peut aller, semble-t-il, jusqu’à parler de mise sur le marché de dommages de guerre, comme un produit financier avantageux que l’on cherche à se procurer, dont le bénéfice espéré provient de l’argent de l’État et du manque à gagner sacrifié par le propriétaire sinistré. Sinon comment expliquer que des entreprises ou des particuliers de Nice ou d’Annecy aient fait demander à la mairie du Havre par l’entremise de leur notaire de les mettre en contact avec des vendeurs de dommages ? Quels étaient ces deux dommages « extrêmement bien placés » qu’un notaire d’Orléans avait été chargé de vendre au Havre ? Qui étaient ces clients d’un notaire de Pontoise prêts à acheter pour 60 millions de dommages au Havre pour les transférer probablement dans leur région ? Tous ces gens avaient-ils mal lu les textes de loi, ou bien espéraient-ils des dérogations ? Jusqu’à des municipalités elles-mêmes, qui demandent à la mairie du Havre d’acheter des indemnités de reconstruction pour les affecter à leurs propres réparations, comme celle de Juvisy ou celle de Saint-Nazaire16 !

Figure 39 - Ouvriers sur le chantier du Franklin Building en 1949 (AMH, 6 Fi 100).

Figure 39 - Ouvriers sur le chantier du Franklin Building en 1949 (AMH, 6 Fi 100).
  • 17 Intervention de Pierre Courant à la commission de la reconstruction (ADSM, 1 ETPP 139, 29 juin 195 (...)
  • 18 Affaire Carteron (AMH, H4, C 14,1949-1950).
  • 19 Correspondances d’août et septembre 1958, dossiers « industriels et commerciaux » (AMH, H4, C 14,1 (...)

10La politique de la municipalité en la matière fut assez ferme. Pierre Courant signalait en 1950 « l’abus qui a été fait en matière de transferts à caractère spéculatif en faveur de régions qui n’ont pas été éprouvées par la guerre17 ». Comptable en effet d’un problème de relogement, à une époque ou les habitations provisoires sont très nombreuses, la municipalité ne donne pas toujours un avis semblable à celui de la chambre de commerce. Quand la société Lecureur se fait acquéreur des dommages d’un immeuble de la rue de Bitche pour les transférer à la construction de silos à grains dans le Loiret, la mairie est seule à s’opposer. Sept avis favorables, dont celui du préfet l’emportent, car la collecte des grains est jugée d’intérêt général dans le cadre du plan d’équipement. Des contentieux naissent, opposant les services du remembrement et ceux du logement à la mairie. Un industriel d’Annecy en fournitures automobiles a racheté un dommage rue du docteur-Maire. La venderesse nie la réalité de la vente, tandis que le notaire du Havre affirme qu'elle a eu lieu. Les services du MRU de Rouen sont saisis de l’affaire18. La délégation départementale à la reconstruction demande pour sa part de limiter l’importance des dommages transférés sur le Franklin Building afin de ne pas nuire au relogement des sinistrés, suivant en cela l’avis du conseil municipal, hostile à la transformation de dommages immobiliers en dommages commerciaux. L’administration du Franklin Building, pour confirmer que les créances cédées ne constituent en rien un préjudice pour la ville, lui adresse une liste de sinistrés dont elle estime que la reconstitution du bien aurait échappé au Havre dans n’importe quel cas de figure. Il s’agit, dit le courrier, de « 5 exemples pris entre 100 ». On ne saurait mieux dire19.

B. Les représentations de la reconstruction ont une histoire

  • 20 Sylvie Barot, « Archéologie d’une reconstruction, l’exemple du Havre », dans Patrick Dieudonné (di (...)
  • 21 Voir, sur la genèse décalée par rapport à la reconstruction elle-même, du discours patrimonial, Ma (...)
  • 22 On trouvera, sur le site web des archives municipales, une chronologie de la reconstruction : http (...)
  • 23 Yvan Le Soudier, Le catalogue à peu près raisonnable de Jean Le Soudier, architecte, Le Havre, Yva (...)
  • 24 Armand Frémont, La Mémoire d’un port, Le Havre, Paris, Arléa, 1997.
  • 25 Ibid., p. 166.

11Est-il politiquement correct, aujourd’hui, de ne pas s’enthousiasmer pour l’architecture Perret ? Certes, il faut rappeler l’étendue des quartiers insalubres d’avant-guerre, et, comme l’écrit fort justement Sylvie Barot, ne pas céder au propos convenu du « c’était mieux avant20 ». Mais peut-on rappeler qu’avant de devenir fierté des Havrais et patrimoine mondial, la ville de Perret fut longtemps qualifiée d’architecture « stalinienne » par nombre de ses laudateurs d’aujourd’hui, alors que le parti communiste n’était pas pour grand chose dans sa conception21 ? Nombre d’auteurs soulignent, à juste titre, que la reconstruction ne fut pas uniquement l’œuvre de Perret, mais de toute une équipe22. D’autres quartiers ou immeubles furent également conçus par d’autres cabinets d’architectes, adoptant parfois la courbe et la brique, ou réalisant des ensembles de logements plus « sociaux23 ». Le grand géographe Armand Frémont a émis sur l’œuvre de Perret et de son atelier un jugement nuancé : « La Reconstruction du Havre, écrit-il, est une œuvre, sans doute une œuvre majeure, mais probablement pas un chef-d’œuvre24. » Considérant que Perret était un précurseur, certes, mais davantage en matière d’architecture que d’urbanisme, il estime que la reconstruction n’a pas résolu le problème du logement, et l’a même aggravé probablement. Le primat du propriétaire sur le locataire, la manière d’utiliser les dommages de guerre ont pesé sur l’orientation de la reconstruction du centre-ville. Il va plus loin, dans une formule définitive : « La Reconstruction du Havre apparaît donc aussi comme le curetage social d’un centre25. »

Figure 40 - Visages d’une reconstruction qui s’achève. On aperçoit encore les baraquements le long du quai George-V.

Figure 40 - Visages d’une reconstruction qui s’achève. On aperçoit encore les baraquements le long du quai George-V.
  • 26 Jean-Claude Daumas, Dictionnaire historique des patrons français, op. cit, p. 681.
  • 27 Voir Stéphane Bureau, La Société des grands travaux en béton armé. Des entrepreneurs au service de (...)

12Quel rapport ici avec l’histoire des entreprises avant et après l’Occupation, pourrait-on objecter ? Certaines entreprises actives sous l’Occupation ne sont-elles pas au premier rang des reconstructeurs ? Auguste Perret était lié depuis les années 1930 à la Société générale des travaux en béton armé (SGBTA). Cette société était dirigée par le général Paul-Maurice Tricon, qui avait rejoint à Londres le général de Gaulle en 1941. Elle bénéficiait ainsi d’une image résistante, car les dirigeants assurant l’intérim avaient « refusé toute forme de coopération avec l’occupant26 ». Or la SGBTA, pour la reconstruction du Havre, participa aux adjudications relatives à l’hôtel de ville, aux ISAI et à l’église Saint-Joseph, en liaison avec Thireau-Morel, dont nous connaissons l’importance du « chiffre d’affaires allemand » sous l’Occupation et dont le directeur demeuré en place depuis l’Occupation, Jean Lemaire, devint l’interlocuteur privilégié27. Cette coopération des deux entreprises apparaît rétrospectivement comme une réconciliation symbolique des mémoires immédiates assez proche de l’oubli. « Décision d’État », écrit Armand Frémont, la reconstruction du Havre est « probablement négociée avec quelques hommes politiques influents et mise en œuvre par une poignée d’architectes et d’entrepreneurs ». L’un des administrateurs de la SGTBA, Louis Egloff, est le gendre de René Coty, l’un des ministres de la Reconstruction. L’entreprise Thireau-Morel bénéficie de forts appuis à la chambre de commerce, nous l’avons constaté. La reconstruction s’inscrit sans doute dans une logique de réseau qui contribue à effacer le souvenir des « travaux allemands ». Plus tard, la patrimonialisation contribue, à la charnière du XXIe siècle, à effacer la mémoire du désamour d’un grand nombre de Havrais pour la ville nouvelle qui avait éclos sur les ruines.

Notes

1 ADSM, 238 W 1518.

2 ADSM, 238 W 1264.

3 Voir François Gay, dans André Corvisier (dir.), Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, op. cit., p. 269.

4 Avis favorable de la CCH, 19 avril 1951 (ADSM, 1 ETPP 140).

5 Avis favorable de la CCH, le 19 octobre 1950 (ADSM, 1 ETPP 140). On pourrait sans fin multiplier les exemples : la Nouvelle Cie péninsulaire rachète les droits d’un hôtel quai Michel-Ferré, pour construire un hangar (novembre 1950) ; la SA Jokelson et Handtsaem, agents de la SAGA-Rotschild, rachète un dommage de la place Frédéric-Sauvage (novembre 1951), etc.

6 Vente du 22 novembre 1951 pour 3 M. En 1952, l’indemnité vaut 6,8 MF (dossier Rihal, ADSM, 248 W 1426).

7 Pierre Chambon, Guy Fauet et André Debeaurain, Guide des dommages de guerre, Forcalquier, hors-série des Annales des loyers, 1951.

8 Voir Max-André Brier, « La reconstruction », dans Gabriel Désert (dir.), La Normandie de 1900 à nos jours, Toulouse, Privat, 1978, p. 332.

9 ADSM, 237 W 19. Les TLH ont eu 10 immeubles sinistrés au Havre sur les 150 qu’elles y possédaient, sans compter les pavillons d’ingénieurs. En 1950, elles logent ainsi 1 500 habitants sur un effectif de 2 545 ouvriers.

10 Acte notarié chez Me Fontaine, 12 juillet 1951 (ADSM, 237 W 57).

11 ADSM, 1 ETPP 138, 21 juillet 1949. Propos de M. Marotte, négociant en rhum.

12 ADSM, 1 ETPP 139, 9 mars 1950.

13 ADSM, 238 W.

14 Avis défavorable du maire, 24 novembre 1949 (AMH, H4, C. 14,1. 1).

15 Après rachat des dommages d’un entrepôt rue Émile-Zola et d’un hôtel rue d’Estimauville, etc.

16 AMH, F4, C 14, courriers du 6 avril et du 31 août 1949.

17 Intervention de Pierre Courant à la commission de la reconstruction (ADSM, 1 ETPP 139, 29 juin 1950).

18 Affaire Carteron (AMH, H4, C 14,1949-1950).

19 Correspondances d’août et septembre 1958, dossiers « industriels et commerciaux » (AMH, H4, C 14,1.1).

20 Sylvie Barot, « Archéologie d’une reconstruction, l’exemple du Havre », dans Patrick Dieudonné (dir.), Villes reconstruites, du dessin au destin, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 109-130.

21 Voir, sur la genèse décalée par rapport à la reconstruction elle-même, du discours patrimonial, Maria Gravari-Barbas, « Patrimonialisation et réaffirmation symbolique du centre-ville du Havre. Rapports entre le jeu des acteurs et la production d’un espace », Annales de géographie, no 460, 2004, p. 588-611.

22 On trouvera, sur le site web des archives municipales, une chronologie de la reconstruction : http://archives.ville-lehavre.fr/.

23 Yvan Le Soudier, Le catalogue à peu près raisonnable de Jean Le Soudier, architecte, Le Havre, Yvan Le Soudier, 2006.

24 Armand Frémont, La Mémoire d’un port, Le Havre, Paris, Arléa, 1997.

25 Ibid., p. 166.

26 Jean-Claude Daumas, Dictionnaire historique des patrons français, op. cit, p. 681.

27 Voir Stéphane Bureau, La Société des grands travaux en béton armé. Des entrepreneurs au service de la France, mémoire de maîtrise, Dominique Barjot (dir.), université Paris IV-Sorbonne, 2000.

Table des illustrations

Titre Figure 39 - Ouvriers sur le chantier du Franklin Building en 1949 (AMH, 6 Fi 100).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5444/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Figure 40 - Visages d’une reconstruction qui s’achève. On aperçoit encore les baraquements le long du quai George-V.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5444/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540