Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

Ve Partie — Reconstruire et se reconstruire : la sortie de guerre

Reconstruire et se reconstruire : la sortie de guerre

Texte intégral

  • 1 Aux nombreux récits, témoignages et images relatifs à l’issue tragique du siège du Havre, nous ajo (...)
  • 2 Chiffres relevés dans le rapport d’inspection de la succursale havraise de la Banque de France, 19 (...)
  • 3 Bernard Esdras-Gosse, « La reconstruction du Havre et l’industrialisation du bâtiment », Études no (...)

1À la mi-septembre 1944, Le Havre libéré est aussi une ville largement détruite1. Les besoins de reconstruction sont énormes. C’est l’une des pires situations en France qui pèse alors sur une ville et un port. Sur les 41 000 immeubles de la cité, 13 500 ont été entièrement détruits, 5 700 ont été endommagés de 50 % à 75 %, r 500 de 10 % à 50 %, et 800 à 10 %2. 80 000 Havrais sont sans abri, la moitié de la population, dont 35 000 ont tout perdu3. Le port a subi la destruction de 85 % des installations de 1939 :

  • 4 Appontements, embarcadères.
  • 5 Résumé des rapports économiques des directeurs de succursales, septembre-octobre 1944 (ABF).

Le port du Havre est dans un état qu’il est difficile d’imaginer quand on n’a pas vu l’aspect déconcertant des quais, digues et écluses, les épaves encombrant les bassins et surtout les amoncellements informes de ferrailles tordues et de matériaux épars qui remplacent la belle ordonnance des constructions antérieures. Des bateaux échoués obstruent l’entrée du port et de la rade ; la digue sud est largement ébréchée, et toute la signalisation (phares et feux d’alignement) hors d’usage. La plupart des écluses, ponts et passerelles, et 90 % des grues et engins de levage sont détruits. Les quais sévèrement atteints par le dispositif allemand de sabotage, s’effondrent par endroits, par suite de la baisse du niveau de l’eau. Enfin, la gare transatlantique, chef-d’œuvre d’architecture moderne, où accostaient à toute heure les plus grands paquebots, est totalement écrasée.
Cependant, d’après les experts, pour étendus que soient les dégâts, ils ne seraient pas irrémédiables. Il faudrait, dit-on, dix années et dix milliards pour reconstruire le port. D’ailleurs, dès la fin du mois de septembre, l’armée américaine a mis à exécution ses plans parfaitement conçus de reconstruction d’un port provisoire en bois et cubes de béton, pourvu de nombreux « piers4 » et capable de répondre aux besoins à prévoir d’ici quatre ou cinq années5.

  • 6 Banque de France à préfet (ADSM, 51 W 187).

2Signe probable que Le Havre doit être aidé plus qu’il ne peut aider, même si certains ont bien gagné leur vie, l’emprunt de la Libération ne remporte pas un grand succès : au 18 décembre 1944, il a rapporté 192 millions à Rouen pourtant très sinistrée, 24 à Fécamp, 23 à Dieppe, 27 à Bolbec et 34 millions seulement au Havre6.

Notes

1 Aux nombreux récits, témoignages et images relatifs à l’issue tragique du siège du Havre, nous ajouterons le récit de M. Fromont, contrôleur de la Banque de France au Havre sur les événements du 31 août au 12 septembre 1944, dans un rapport remis à l’inspecteur général Cormier qui peut être lu en annexe (ABF, 1060 299202/1).

2 Chiffres relevés dans le rapport d’inspection de la succursale havraise de la Banque de France, 1948.

3 Bernard Esdras-Gosse, « La reconstruction du Havre et l’industrialisation du bâtiment », Études normandes, no 19,1953, p. 357-371.

4 Appontements, embarcadères.

5 Résumé des rapports économiques des directeurs de succursales, septembre-octobre 1944 (ABF).

6 Banque de France à préfet (ADSM, 51 W 187).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540