Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

IVe Partie — L'épuration ou l'heure des comptes

Chapitre XI. Les entreprises et les entrepreneurs face à l’épuration

Texte intégral

1L’épuration économique au Havre obéit à une chronologie particulière. Entre les derniers mois de 1944 et l’été 1946, c’est en ordre dispersé que les entreprises répondent aux citations à comparaître et organisent leur défense. Deux moments d’émoi surviennent alors. D’abord un dossier, que nous appellerons l’affaire A. Les avocats de cet entrepreneur tentent d’impliquer la chambre de commerce dans une stratégie de défense collective des patrons havrais. Cette affaire provoque une enquête d’ensemble demandée par la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration, qui prend la mesure de l’ampleur de la collaboration économique au Havre, notamment dans les travaux publics. Dès ce moment de cristallisation des inquiétudes, la défense s’organise. Au cours des mois suivants, on trouve dans les dossiers des arguments peu variés, mais jugés efficaces, pour justifier la réponse aux commandes allemandes et en appeler à la mansuétude des instances d’épuration et particulièrement du Comité de confiscation des profits illicites.

A. La constitution tardive d’une stratégie collective de défense et le rapport Ferré

  • 1 Les avocats étaient M. de Grandmaison, M. Segogne et M. Sebire (ADSM, CCH, 234 X 1).

2L’affaire A. semble avoir obligé les milieux patronaux locaux à se positionner de manière plus claire sur l’utilisation de la contrainte comme justification, voire de l’aveu comme moyen de protection. A. est un entrepreneur en peinture, associé dans la société L., condamné par la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration, chargée à Paris des gros dossiers, pour avoir fait des travaux de camouflage militaire au bénéfice de l’occupant. En 1946, A., mis en cause en tant que personne, fait appel auprès du Conseil d’État de la décision de la CNIE de le suspendre de l’exercice de ses fonctions commerciales. Il n’a pu fournir de bons de réquisition à la Libération prouvant qu’il agissait sous la contrainte, du moins selon ses avocats, parisiens et havrais à la fois1. Il trouve pourtant à la chambre de commerce un appui en la personne de Marcel Neuville, qui propose que l’on établisse une sorte d’attestation de contrainte, laquelle, dit-il « serait utile à un certain nombre d’entreprises havraises » qui se sont trouvées dans la même situation que le patron incriminé. Mais, dans un premier temps, son avocat n’obtient pas le secours de la chambre. Hélas, les registres ne disent pas la teneur du débat serré qui semble avoir eu lieu. L’avocat d’A. ironise ensuite dans son courrier sur ceux qui ont « nécessairement participé » à certains travaux, en même temps qu’il réclame sans succès des exemples d’entrepreneurs qui auraient été emprisonnés pour avoir refusé d’exécuter des commandes : « Vous étiez particulièrement qualifié pour délivrer une attestation de cette nature étant donné le rôle de votre organisme et la connaissance particulière qu’il a eue, pour y avoir nécessairement participé, des opérations effectuées pour le compte de l’ennemi pendant l’occupation. » L’intérêt de cette affaire est aussi de nous apprendre qu’à la Commission nationale d’épuration, le commissaire du gouvernement se serait attaché à faire le « procès de tout Le Havre », en citant notamment Bréguet, la Compagnie électro-mécanique et le port autonome.

3Retrouvons le dossier de A. au CCPI : il nous apprend qu’il ne s’agit pourtant pas de la plus grosse affaire de collaboration économique locale. La société L., qu’il co-dirigeait, employait 20 à 26 ouvriers en moyenne depuis 1939. Son chiffre d’affaires allemand, relativement faible en valeur absolue : 3,7 millions de francs, représente 42 % du total. L’appel au conseil supérieur, en 1949, aboutit à une annulation pour vice de forme de la décision du CCPI départemental, mais la confiscation (501 000 francs) et l’amende (249 000) sont maintenues. Que reprochait-on à l’entreprise ? Des travaux pour la marine allemande et pour la société Rittmann. Il s’agissait de camouflage de batteries côtières au cap de La Hève, à Heuqueville notamment, et de la participation à d’autres ouvrages militaires. Le CCPI, se fondant sur le bénéfice des quatre années précédant la guerre, constate une augmentation anormale. L’entreprise a beau jeu de répondre que la comparaison doit tenir compte de l’inflation et de la seule année 1939, car la société en 1936 s’est constituée sur la reprise d’une petite affaire familiale « nulle ». Le problème semble résider dans l’absence de contrainte attestée, ce qui explique la démarche des avocats auprès de la chambre de commerce lorsque l’affaire passe devant le CNIE. La défense de l’entreprise n’est pas toujours très habile : « La baisse du pourcentage français est due aux bombardements car les Havrais ne se sentaient pas encouragés à commander des travaux de peinture. » Du coup, un enquêteur ajoute au crayon dans la marge : « Donc à défaut des Français, l’entreprise a satisfait les Allemands. » Les avocats semblent avoir été plus habiles devant la CNIE, à Paris. Celle-ci, le 27 février 1947, annule sa propre décision de suspendre les fonctions de l’entrepreneur prise le 18 février 1946. Le maintien de l’amende par le CCPI s’explique par un doute persistant sur la contrainte, lié peut-être au fait qu’un procès pour collaboration économique avait été intenté à A. par son associé R. B., même s’il aboutit à la relaxe. Au bout du compte, le Conseil supérieur des profits illicites, en 1949, ne met pas en doute « l’attitude patriotique » de l’entrepreneur, malgré le maintien de la sanction fiscale.

  • 2 La copie intégrale de ce rapport de 12 p. est présentée en annexe. Seuls les tableaux statistiques (...)

4Revenons en février 1946. À l’issue des débats sur l’affaire A., la CNIE à Paris décide d’examiner spécialement le cas du Havre, considérant la « situation spéciale de cette ville » et constatant que « la majeure partie des entreprises de toute nature avaient travaillé d’une façon très importante au profit de l’occupant ». A. n’avait pas manqué de faire remarquer qu’il y avait des entrepreneurs plus impliqués que lui, et qu’il n’était pas « un lampiste », frappé qui plus est d’une interdiction professionnelle. Le contrôleur Ferré est envoyé au Havre. Le 30 avril 1946, il rend son rapport2. Il s’est informé auprès des services fiscaux et du CCPI, de la Sécurité militaire et des organismes de résistance. Pour évaluer l’accroissement des effectifs d’entreprises, il consulte la caisse des congés payés du bâtiment de Rouen. Conscient des limites de ses sources, le contrôleur développe les invariants de la défense des entrepreneurs, contrainte, aide aux réfractaires et à la Résistance, voire double jeu revendiqué ou non. L’arrivée du contrôleur Ferré au Havre, c’est un peu le révizor de Gogol : son annonce a provoqué, dit-il lui-même, « un certain trouble parmi les entrepreneurs ». Il a même été question de créer un Comité de défense.

5Il semble que ce soit Marcel Neuville, avec ses multiples fonctions de représentant consulaire, de représentant du Comité d’organisation, du syndicat patronal du bâtiment et de personnalité de la Résistance, qui ait aidé Ferré à « calmer les esprits », évitant ainsi de braquer les instances d’épuration. Avouer et plaider la contrainte était en effet une bien meilleure défense. Le lecteur d’aujourd’hui regrettera sans doute que l’enquêteur de la CNIE se soit limité aux entreprises havraises de travaux publics, bâtiment et peinture, ne faisant que vaguement allusion aux grosses sociétés industrielles à capital extérieur. Il ressort de son rapport que la grande majorité des entreprises ont « favorisé l’effort de guerre allemand » ou « facilité les desseins de l’ennemi ». Mais il conclut que, si dans de nombreux cas l’entreprise « semble avoir été plus améliorée que conservée », « on ne pourrait affirmer que les entrepreneurs du Havre ont sciemment et de bonne grâce servi les intérêts de l’ennemi ». L’argument de la contrainte sort au bout du compte renforcé de cette émotion passagère.

  • 3 Exemplaire du 14 mars 1947 destiné aux Éts Caillard (ADSM, 234 X 1).

6Cette affaire A., si l’on en croit les traces laissées dans les archives de la chambre de commerce, a provoqué des débats internes. Peut-être a-t-elle contribué à définir une stratégie collective de défense du monde de l’entreprise. Nier la collaboration économique, c’eût été risquer une épuration radicale. C’est ce que plusieurs représentants consulaires, concernés ou non par cette menace, ont compris assez vite. Comment défendre un entrepreneur devant les commissions d’épuration, sinon en établissant des nuances entre les divers degrés de contrainte exercées par l’occupant et en faisant valoir la difficulté à désobéir à une commande de l’occupant ? Cela ne valait-il pas mieux que de tricher par exemple comme l’ont fait certains, sur le nombre d’ouvriers employés au mur de l’Atlantique ? Et finalement on trouve dans les archives de la chambre de commerce du Havre, des attestations de contrainte fournies aux entreprises en mars 1947 et signées du président Roger Meunier. En voici le texte que l’on retrouvera désormais dans plusieurs dossiers du CCPI3 :

La Chambre de Commerce du Havre déclare qu’il est hors de doute que dès que les autorités allemandes en ont eu les moyens, elles n’ont pas laissé aux entreprises dont l’activité pouvait leur être utile le choix de travailler ou de ne pas travailler pour elles, mais ont, au contraire, manifesté de la façon la plus nette leur intention bien arrêtée d’utiliser à leur profit exclusif ladite activité. Elles n’ont pas hésité à l’occasion à proférer des menaces et à prendre des mesures de coercition à l’égard de celles qu’elles considéraient ne pas rendre ce qu’elles s’estimaient en droit d’attendre d’elles.

7Cela ne signifie pas pour autant que l’épuration économique n’a pas eu lieu. Seule une multiplication des études de cas, présentée ici par grandes branches professionnelles permettra d’en dresser le bilan.

B. L’industrie et la construction navale : un gros volume d’affaires allemandes

  • 4 Renseignements fournis par le CHL (AMH, FC, H4, c. 15 bis).
  • 5 Environ 73 MF 1938.
  • 6 ADSM, 260 W 134.
  • 7 Les rapports habituels des inspecteurs du fisc pour le CCPI ne figurent plus dans le dossier de l’ (...)
  • 8 Courrier en allemand signé Carl Zeiss : « Objet : notre commande no 94 838 du 19 novembre 1941 : 4 (...)

8Certains entrepreneurs ont bénéficié d’une certaine clémence liée à leur réputation, malgré l’importance des commandes allemandes effectivement honorées. Dans les fiches de renseignement sur le comportement des entreprises demandées par le maire du Havre Émile Sicre en décembre 1944, il est écrit que les Ateliers et chantiers Augustin-Normand « sont en très bon termes avec les nations alliées et n’ont jamais collaboré avec les Allemands4 ». En juin 1948, la commission des profits illicites évalue ceux de l’entreprise à 2,2 millions de francs. Les commandes allemandes ont représenté 145 millions5 et le pourcentage d’affaires allemandes, selon une déclaration communiquée au CCPI par l’entreprise, a oscillé entre 84 % et 93 % entre 1941 et 19446. Comme d’autres sociétés, les Chantiers Augustin-Normand ont vu leur comptabilité détruite par les bombardements. Les enquêteurs s’étonneront alors de ce que les bénéfices licites déclarés par l’entreprise comme distribués soient très élevés au regard du chiffre d’affaires, alors que les bénéfices relatifs aux travaux pour les Allemands sont ridicules au regard du chiffre indiqué. Le président du Comité, dans un courrier du 2 décembre 1946, trouve suspects les chiffres déclarés : « 145,8 millions de travaux allemands donnent un déficit de 3,1 million de francs, 30,8 millions de travaux français donnent un bénéfice de 10,8 millions de francs » pour la période 1940-19447. Le Comité demande alors que les profits ressortant de la comptabilité soient répartis au prorata du chiffre d’affaires. Les chantiers avaient fabriqué des microscopes, lunettes et périscopes, effectué des réparations navales et finitions de submersibles et vendu des métaux stratégiques. Des documents furent découverts à Cherbourg puis en Allemagne attestant de ces transactions. Il est arrivé malgré tout que l’entreprise fasse aux clients allemands des conditions de prix si peu favorables que ces derniers refusent le marché, comme ce fut le cas de la société Carl-Zeiss en 19428. Le Comité des profits illicites en tout cas se montra compréhensif : l’argument de la contrainte fut accepté et l’amende annulée. La confiscation se réduisit à 0,48 million de francs. Les actionnaires au cours de la période avaient reçu pour 8,2 millions de francs de dividendes. Le comité de libération du Havre, en attestant des sentiments patriotiques de M. Augustin-Normand, paraît donc avoir été décisif. Rétif à la présence allemande, il avait en effet été arrêté dès les premiers jours de l’Occupation par les Allemands et libéré rapidement sur intervention d’Hermann Du Pasquier. M. Augustin-Normand, membre influent de la chambre de commerce, ne fut donc inquiété ni pour les travaux allemands de son entreprise, ni pour sa participation personnelle à l’administration d’une grande entreprise de bâtiment sur laquelle nous reviendrons.

  • 9 ADSM, 260 W 13.
  • 10 Décision du Conseil supérieur des profits illicites du 7 juin 1950 (ADSM, 260 W 13).

9Entreprise de réparation navale, la société Béliard et Crighton regroupe 500 ouvriers au Havre. Elle est présente aussi à Dunkerque et Anvers. Elle a connu des conditions assez semblables à celle des Chantiers Augustin-Normand, mais elle a été sanctionnée plus sévèrement. Elle avait été placée « sous contrôle de l’ennemi et occupée militairement en 1940 », puis sinistrée partiellement. L’inspecteur du CCPI9 constate un bénéfice de 10 millions durant l’Occupation et un chiffre d’affaires allemand qui s’élève à 69 %. Il fait état de « salaires excessifs » des administrateurs-directeurs havrais aussi bien que des frères Béliard et de bénéfices anormaux. Autre grief d’importance, la société « n’a cessé d’augmenter ses moyens de production », elle a accru ses effectifs. Son enquête comptable trouve une confirmation dans l’avis du comité local de libération : « Les dirigeants de cette société ont recherché les commandes allemandes. » En 1947, le CCPI la frappe donc d’une confiscation de 4,3 millions et d’une amende significative : 5,3 millions. Mais l’épuration est, comme dans bien d’autres cas, légèrement modifiée par les rapports de force politiques changeants et la durée de la procédure. La société, en 1949, en appelle au Conseil supérieur de confiscation des profits illicites, qui accepte, l’année suivante, l’argument de la contrainte, confirmée par l’attestation de la chambre de commerce. Mais cette instance ne dégage pas pour autant la société de ses responsabilités. Elle porte en effet la confiscation à 6,5 millions, considérant qu’elle « a tout mis en œuvre pour satisfaire les besoins de l’ennemi... embauchant du personnel supplémentaire et utilisant le matériel de façon intensive10 ». Le dossier de recours est pourtant accompagné de témoignages favorables à l’entreprise de personnalités politiquement modérées, mais qui avaient fait partie du premier comité de libération, Émile Sicre, Charles Loisel, Marcel Neuville, Jean Raoul-Duval ou Jules d’Acremont.

10Une double sanction d’importance comparable est appliquée à une société locale de réparation navale conduite à travailler pour la Kriegsmarine, les établissements Fouré-Lagadec, rue de la Vallée. Le profit illicite est estimé à 6 millions. Une première sanction à Rouen s’élève à 3,1 millions, doublée d’une amende équivalente. L’appel au Conseil supérieur la réduit de moitié en 1948.

Figure 32 - Un avis du Comité de libération envoyé au CCPI.

Figure 32 - Un avis du Comité de libération envoyé au CCPI.
  • 11 Avis du Comité local de libération du Havre, 9 octobre 1945 (ADSM, 260 W 92).
  • 12 Rapport du président du CCPI pour le Conseil supérieur, 30 octobre 1946 (ADSM, 260 W 92).
  • 13 André Le Quellec (1909-1956) est entré comme ingénieur en 1932 chez Fouré-Lagadec, dont il devient (...)

11Que reproche-t-on à cette entreprise ? Pas tant le chiffre allemand de 72 % que le nombre d’ouvriers passé de 90 en 1939 à 165 en 1943 et 1944. Le rapport de l’inspecteur du CCPI est très défavorable. Il établit que la « société a travaillé pour l’ennemi sans marquer de réticence » et « s’est bien accommodée » de la situation. Le Comité local de libération avait été particulièrement sévère, parlant de bénéfices scandaleux et d’efforts de l’entreprise pour aider la machine de guerre allemande, s’étonnant de l’absence de sanctions judiciaires11. Chose assez rare, le Comité de confiscation reprend totalement à son compte cet avis. Mais ce dossier révèle assez bien l’ambiguïté des procédures : juge-t-on l’entreprise en tant que personne morale, ou bien évalue-t-on le comportement de ses dirigeants ? Les deux sans aucun doute, au gré des cas. Ainsi, la mise en cause de M. Le Quellec et M. Fouré pèse dans cette affaire compliquée. Des témoignages sur les rapports personnels des dirigeants avec les officiers allemands, sont sans doute induits par le classement des ateliers comme usine d’armement par la Rustüngsinspektion en novembre 1940. Ceci conduit le CCPI à parler de « confiance réciproque » entre Allemands et dirigeants après la réquisition des ateliers, considérant que cette réquisition n’avait été qu’un « incident sans suite » au regard de la volonté de collaborer12. À cela s’ajoutera un rapport des Renseignements généraux versé au dossier par le comité de libération bien après la citation à comparaître au CCPI, qui crée une situation très tendue conduisant le directeur de l’établissement, André Le Quellec13 à faire un procès pour diffamation au journal communiste L’Avenir. Une copie de ce rapport codé « RNLH 1475-45 » issu des Renseignements généraux et de la Sécurité navale du 23 février 1945, jointe au dossier du Comité de confiscation, contient des accusations graves portées par neuf membres du personnel, qui ont dû peser lourd dans les décisions du CCPI. Pour leur défense, M. Fouré et M. Lagadec produisent l’ordre de réquisition de la Rustiingsinspektion pour « l’utilisation économique » de l’entreprise. Tout en arguant de la contrainte, de l’embauche de requis, du ralentissement des travaux, ils font remarquer qu’ils ont réservé un tiers de leur activité à la clientèle française, ce qui évidemment indique l’importance des deux tiers restants et n’est pas la manière la plus habile de présenter un pourcentage pourtant banal dans le monde de l’entreprise havraise de l’Occupation. Ils nient avoir été en « relations cordiales avec l’ennemi » et font état de « menaces verbales » de la part des occupants.

  • 14 Décision du 4 janvier 1946 (ADSM, 260 W 34).

12L’entreprise métallurgique Caillard offre un cas un peu différent. Avec un chiffre d’affaires allemand de 103 millions sur un total de 150 millions de francs courants de 1940 à 1944, son profit illicite fut estimé à 8,2 millions. Il s’agissait, rappelons-le, de commandes de grues, chaudières, ponts roulants, bennes et réparations de navires passées par Todt, la Kriegsmarine, Atlas Werke Bremen ou AEG. Cette usine importante du Havre, spécialiste des engins de levage, employait 370 ouvriers durant l’occupation. À l’inverse d’Augustin-Normand, elle n’eut pas la faveur du comité de libération, qui l’accusa d’avoir « recherché les commandes allemandes ». La chambre de commerce lui fournit, en revanche, une attestation de contrainte décisive pour la suppression de l’amende. L’entreprise se défendit en démontrant que beaucoup de travaux avaient été ralentis, notamment à l’occasion des bombardements sur l’usine. Nous avons là un exemple parfait d’annulation de la confiscation par non-paiement de contrats par les Allemands : 5,4 millions de francs de confiscation, moins 6,2 millions de créance irrécouvrable aboutissent à un classement sans suite14. Finalement l’entreprise ne fut pas représentée à la chambre de commerce après le décès de Georges Caillard, sans que l’on puisse affirmer un lien avec cette instruction. L’entrepreneur était également administrateur des chantiers de réparation navale Béliard et Crighton dont nous avons évoqué la citation aux profits illicites.

Tableau 21 - Évolution de l’activité des Ateliers Duchesne et Bossière sous l’Occupation en millions de francs courants et constants 1938.

Tableau 21 - Évolution de l’activité des Ateliers Duchesne et Bossière sous l’Occupation en millions de francs courants et constants 1938.

Source : ADSM, 260 W 72.

  • 15 ADSM, 260 W 72.

13Variété des situations et des jugements : les Ateliers Duchesne et Bossière avaient bénéficié d’un avis neutre du comité de libération et d’une invitation du contrôleur du fisc à ne pas infliger d’amende à l’entreprise. Ils ne furent pas suivis par le comité départemental. Celui-ci estima qu’une amende s’élevant à la moitié de la confiscation serait justifiée, et fut suivi en cela par le Conseil supérieur des profits illicites15. Il faut dire que le rapport du contrôleur, modéré dans son jugement, contenait quelques constats sévères : « Malgré les manœuvres de pression et d’intimidation dont elle a été initialement l’objet, la société a effectué ultérieurement des travaux pour le compte de l’ennemi en l’absence de toute contrainte formelle. Elle en a d’ailleurs tiré de substantiels bénéfices si l’on en juge par l’évolution générale de ses affaires et par l’importance actuelle de ses provisions. » Les appuis dont bénéficiaient les dirigeants sur la place n’ont pas suffisamment pesé face aux griefs retenus contre eux : un chiffre d’affaires ennemi de 67 %, une augmentation du nombre des ouvriers, un « excès de rémunération » des trois principaux dirigeants, dont les appointements, 4,3 millions de francs de 1940 à 1944, représentaient « trois fois le bénéfice soumis aux actionnaires ». Les attestations d’appartenance résistante de deux administrateurs et la soustraction aux appétits de l’occupant du tiers des machines, ont peut-être été dévalorisés par l’aveu de voyages « hors du Havre » pour le compte de services allemands, aveu destiné à justifier des frais de déplacement suspects aux yeux de l’enquêteur. Un calcul en francs constants permet de comprendre que malgré les effets de la dévaluation du franc, la commande allemande a permis de maintenir des marges significatives.

  • 16 ADSM, 260 W 134.

14Contrairement aux sociétés que l’on vient d’évoquer, les plus grandes industries de la place étaient souvent de grandes sociétés à capital allogène. Il est plus difficile de connaître la part représentée par les usines du Havre dans leur chiffre d’affaires allemand, d’autant que certaines s’avouent incapables de la chiffrer. C’est le cas par exemple de la SNCAN, ancienne usine Bréguet, qui, à défaut de fournir un bilan de l’activité spécifiquement havraise, communique à la demande du Comité de confiscation un pourcentage allemand pour « l’ensemble de la société » en France16 :

Tableau 22 - Part des commandes allemandes dans le chiffre d’affaires de la SNCAN en France.

Années

 % des commandes allemandes

1941

78,09 %

1942

88,58 %

1943

93,86 %

1944

85,98 %

C. Les travaux publics et le bâtiment ou l’art de construire... une défense

  • 17 Fonds du commissaire régional de la République, activités du CCPI (ADSM, 52 W ARG 31).

15Sur la première liste des entrepreneurs de bâtiments et travaux publics17 soumise au contrôle du Comité de confiscation, figurent les principaux agents du métier inscrits à l’annuaire Micaux du Havre en 1939. La mobilisation des forces de production en ce domaine par l’occupant ne concerne pas seulement les grandes entreprises de travaux publics, mais aussi les petites entreprises de maçonnerie. Il faut y ajouter tous les autres métiers du bâtiment comme la menuiserie et la peinture. Côté défense, il existe des invariants dans la justification par les entrepreneurs de la branche, au Havre ou ailleurs, des travaux qu’ils ont effectués pour l’ennemi. Ce sont la contrainte, la protection du personnel contre la réquisition pour l’Allemagne, la sauvegarde du matériel et de l’emploi, voire l’aide à la Résistance. Il n’est pas question d’entrer ici dans une évaluation hasardeuse de la sincérité des acteurs. En revanche, au-delà de la diversité des cas individuels et des échelles, l’épuration financière révèle l’ampleur et la complexité de cette participation de la quasi-totalité du BTP à la collaboration économique. Contraire au mythe d’une épuration qui n’aurait pas eu lieu, et quelle que soit la critique à porter sur son bilan, le sérieux de l’examen effectué par les services fiscaux ne fait aucun doute. Vingt-six entreprises havraises du BTP ont été citées à comparaître devant le Comité de confiscation des profits illicites.

  • 18 Modification de statuts publiée dans Le Petit Havre du 23 novembre 1942.
  • 19 ADSM, 260 W 77.
  • 20 L’essentiel du document est reproduit en annexe.

16Quand l’entreprise Camus présente sa défense, elle admet un chiffre d’affaires allemand de 60 % soit 55,7 millions de francs de travaux pour le compte de l’ennemi. La confiscation initiale de 6,5 millions de francs est ramenée à 3,5 millions de francs en 1947 après déduction des créances allemandes. Dans de nombreux dossiers, on retranchera en effet de la confiscation les sommes dues par l’armée ou les entreprises du Reich qui sont parties sans payer. Le mémoire présenté par la maison Camus permet de relativiser l’importance de ces chiffres et de comprendre la complexité des situations. Le 10 juin 1940, M. Camus père ferme sa maison. Les 190 ouvriers et 25 contremaîtres tentent de travailler sur les chantiers de diverses usines. Mais l’entreprise est requise dès septembre 1940. En 1942, Camus refuse le classement V. Betriebe, mais le personnel est requis et affecté en grande partie dans l’entreprise elle-même, le reste étant requis pour d’autres travaux allemands hors entreprise. En juin 1945, Marcel Camus, associé à Marcel Deschamps en 1942 après le décès de M. Camus père18, est combattant dans le Levant comme commandant dans une unité de parachutistes. C’est donc Marcel Deschamps qui rédige le mémoire en défense auprès du CCPI en insistant sur l’appartenance à la « Résistance » de son associé. Il invoque un « état de nécessité absolue équivalant à contrainte », et souligne que l’entreprise « n’a pas travaillé de gaîté de cœur pour l’occupant ». Une grande similitude de situation rapproche l’entreprise Dupray, certes plus petite, de la maison Camus. En effet, Fernand Dupray, mobilisé en 1939, ne revient de captivité qu’en avril 1943. Pendant ce temps, c’est son père qui conduit l’entreprise, qui travaille à 43 % pour les Allemands de 1941 à 1944 et réalise un chiffre d’affaires allemand supérieur à 10 millions de francs. Difficile dans ce cas pour le CCPI de s’obstiner à maintenir une amende initialement fixée à plus d’un demi-million19. Le mémoire en défense de l’entrepreneur est l’un des plus intéressants dans sa description des contradictions où la contrainte pouvait placer une moyenne entreprise20. L’avis du comité de libération étant neutre, cette contrainte est reconnue et seule une confiscation de 1,2 millions de francs sanctionne les bénéfices tirés de la construction de bunkers et de terrassements effectués principalement pour le Hafenbauamt.

1. Thireau-Morel, notoriété et réputation

  • 21 L’entreprise, née en 1912, occupe 600 ouvriers sous l’occupation allemande, 1 750 après la Libérat (...)
  • 22 ADSM, 260 W 207.
  • 23 Chiffres figurant aussi dans un autre dossier (CCPI, 260 W 134).

17Deux membres de la chambre de commerce du Havre, Raymond Bunge, importateur de produits alimentaires, et Augustin Augustin-Normand, patron des chantiers navals, sont à la tête du conseil d’administration de la grande entreprise de bâtiment Thireau-Morel sous l’Occupation. Le premier est président de 1938 à 1944, le second à partir de l’automne 194421. Ce dossier est un bon exemple de la différence d’appréciation qui résulte d’un examen « à chaud » et d’une instruction plus tardive. Le CCPI juge plus sévèrement la société Thireau-Morel que ne le fait la CNIE, même si l’on peut objecter que l’objectif d’épuration porte, pour cette dernière, plus sur la personne des dirigeants que sur l’activité de la société. Selon l’enquête de l’inspecteur des contributions directes au Havre, cette entreprise est « celle qui a le plus travaillé pour les Allemands, en traitant directement avec eux22 ». Il concède qu’elle « n’a pas systématiquement recherché la clientèle ennemie », mais elle n’a pas fourni de certificat de réquisition. Le Comité considère que les directeurs, tous actionnaires, ainsi que le président-directeur général, ont bénéficié d’une augmentation anormale des salaires. Le chiffre d’affaires allemand est de 97,7 millions de francs, sur un total de 222,9 millions23. L’importance de travaux civils, pour le déblaiement et la défense passive, permet d’afficher un pourcentage allemand de 35 % seulement. Cette valeur relative est utilisée avec insistance, on le comprend, dans les mémoires en défense de la société.

  • 24 Pour le calcul de la confiscation, l’inspecteur ne procède pas, dans son tableau des bénéfices ann (...)

18Un peu de micro-économie peut ici être utile. La comptabilité de Thireau-Morel ayant été détruite lors du bombardement du 5 septembre 1944, les enquêteurs ont été conduits à faire appel à d’autres sources, en particulier aux bulletins de versements allemands à la Banque de France sur le compte de l’entreprise. Ils ont abouti à un chiffre d’affaires allemand supérieur à 43 %. La masse des salaires versés aux employés s’élève à 24 millions en 1943, soit en francs constants, une multiplication par quatre indiquant pour les enquêteurs, une volonté d’accroissement des effectifs. Quant aux bénéfices déclarés, la comptabilité reconstituée provoque le désaccord de l’inspecteur Bourgier. Il trouve anormal que la société ait diminué les bénéfices déclarés par soustraction des amortissements, des provisions pour renouvellement de stocks et des pertes pour dommages de guerre en 1941. L’État s’était engagé à rembourser les pertes subies, engagement qu’en effet la société ne se prive pas de rappeler après 1945. « Depuis que Thireau-Morel travaille avec les Allemands, elle multiplie les provisions », écrit l’inspecteur. Ainsi après réintroduction de ces sommes, les bénéfices en francs courants24, toutes affaires confondues, laissent apparaître un record de 9,5 millions de francs en 1942 qui contrastent avec les 0,45 million de francs de 1939. Pour apprécier si le jugement d’enrichissement porté par l’inspecteur correspond à une réalité, on peut traduire en francs constants et en indices, c’est-à-dire en richesse réelle les bénéfices ainsi rectifiés de 1939 à 1943 (fig. 33).

  • 25 Soit 0,49 MF 1938. Décision confirmée par le CCPI le 9 septembre 1949 (ADSM, 260 W 207).
  • 26 Le président du Comité havrais de libération, 21 novembre 1944 (AMH, FC, H4, c. 15 bis, 1. 3).
  • 27 ADSM, 260 W 207, lettre du 7 janvier 1946.
  • 28 Note confidentielle du 23 février 1946, ibid.

19En conséquence, l’entreprise Thireau-Morel est frappée, en mars 1946, d’une confiscation de 8 millions de francs par le CCPI25. Elle est également désignée sans hésitation comme collaboratrice par le Comité local de libération26 : « Il est, selon lui, de notoriété publique que la société Thireau-Morel a travaillé pendant toute l’Occupation avec et pour l’armée allemande et qu’elle était en relations amicales avec les représentants de celle-ci. » En 1946, l’inspecteur constate une fois encore que « la rumeur publique n’est pas favorable à l’entreprise qu’elle accuse d’avoir été un des auxiliaires de l’ennemi27 ». Le Comité des profits illicites conclut ainsi : « La société Thireau-Morel depuis qu’elle a travaillé avec les Allemands s’est enrichie de façon très sensible ; l’état de guerre et la clientèle ennemie ont seuls contribué à l’essor de l’entreprise. » Auprès du CCPI, l’argument de la contrainte finit malgré tout par jouer en sa faveur, évitant une amende un temps envisagée28. La remise en cause de la validité du nouveau Comité de libération par son ancien président, Sicre, et le poids de Georges Lanfry, entrepreneur rouennais membre du comité départemental de libération et du CCPI, qui intercède pour la société, laissent supposer que de vifs débats ont eu lieu sur la conduite à tenir.

Figure 33 - Évolution en indice et en francs constants des bénéfices bruts de Thireau-Morel de 1939 à 1943 (indice 100 : 1939).

Figure 33 - Évolution en indice et en francs constants des bénéfices bruts de Thireau-Morel de 1939 à 1943 (indice 100 : 1939).

Source : rapport de l’inspecteur du CCPI, 7 mars 1945 (ADSM, 260 W 207).

  • 29 Commission nationale interprofessionnelle d’épuration (AN, F/12/9616).

20La défense de l’entreprise est classique, mais efficace. Elle dit avoir lutté pour maintenir au Havre son personnel, et pour cela joué de l’opposition entre l’Office de placement allemand et l’Organisation Todt. Elle a construit des abris pour les Allemands qui finalement se sont révélés utiles à la population. Certains ingénieurs ont fourni des renseignements aux Alliés, notamment le plan d’ensemble de la base sous-marine. Le dossier de la société est parvenu à Paris à la CNIE et lui permet d’affiner son mémoire en défense. Nous sommes en juin 1949, date à laquelle l’entreprise joue un rôle central dans la reconstruction du Havre. Le dossier est finalement classé sans suite, car pour cette juridiction, la « contrainte est certaine29 ». La société a fait valoir d’autres arguments, comme le camouflage d’un appareil de forage Beneto. Des témoignages à charge appelant à un « juste châtiment » sont contrebalancés par des attestations d’aide à la Résistance fournis par deux chefs de réseau. Les enquêtes sur l’enrichissement dont parle le CCPI sont absentes. En revanche, il est question des astuces utilisées par les ingénieurs pour le sabotage des forages commandés par les Allemands qui ont entrepris de miner la grande forme de radoub. Le jour défavorable porté sur les dirigeants par la juridiction de Rouen en raison de l’enquête financière se transforme en éclairage plutôt flatteur sur le comportement de ces derniers dans le dossier parisien : un directeur fait prisonnier à Dunkerque, rapatrié en 1941, a combattu le Mouvement civique d’aide aux prisonniers du vichyste Masson, a été choisi par le comité de libération pour présider le centre d’entraide des déportés du travail, a constitué dans l’entreprise un réseau de renseignement et de sabotage. Un ancien directeur a vu son fils déporté à Dachau. Le président de 1944, A. Augustin-Normand, a été arrêté en 1940, ce qui a été dit plus haut, mais le mémoire ne précise pas les circonstances, laissant imaginer aux membres de la CNIE que cela est en rapport avec le comportement de l’entreprise de bâtiment. Ce dossier donne à penser que l’épuration économique ne se réalise pas sur une vérité unique, mais sur un kaléidoscope de faits ou de justifications qui dépendent largement des représentations du moment, des rapports de force ou de l’efficacité des réseaux sociaux. Il confirme le rôle joué par la chronologie de l’épuration elle-même, et par Futilité de l’entreprise dans la reconstruction.

2. Pour la SFTR, sévérité et mansuétude

  • 30 Les informations qui seront données sont extraites des dossiers du CCPI (260 W) des trois sociétés (...)

21De moins grande notoriété, l’entreprise locale de travaux publics qui a le plus travaillé aux commandes allemandes est en réalité la Société française des travaux routiers, dont les activités pour compte de l’ennemi ont été étudiées dans un chapitre précédent. Il faut en effet rappeler ses effectifs d’entreprise champignon, jusqu’à 1 200 ouvriers, l’accroissement réel de son chiffre d’affaires, et le fait qu’il s’agit de trois entreprises appartenant à la même famille dont il faut logiquement cumuler les chiffres d’affaires allemands30 :

  • 31 Note manuscrite signalant la disparition d’un document et le soupçon de l’inspecteur (ADSM, 260 W (...)
  • 32 ADSM, 260 W 134.
  • 33 Appellation dans le dossier approximative, il s’agit sans doute de l’Atelier de construction du Ha (...)
  • 34 Il est peu probable que l’entreprise ait indiqué un chiffre d’affaires supérieur à la réalité.

22Quelles sont les charges qui pèsent contre cette entreprise selon les nouvelles autorités de la Libération ? Un chiffre d’affaires allemand cumulé de 103 millions de francs courants et un pourcentage moyen de 72 %, voire 90 %, de ventes à l’ennemi selon des évaluations parfois variables du CCPI. Cela fait d’elle la première entreprise havraise de bâtiment et travaux publics pour la contribution aux défenses allemandes. Avec le cas de Lepage Frères, on constate une fois encore que lorsque la créance allemande est en grande partie impayée, la confiscation n’est plus un indicateur fiable des travaux pour compte de l’ennemi. Cette prise en compte de la créance, imposée au besoin par le Conseil supérieur de confiscation des profits illicites, ne rend pas les comptes plus faciles pour une autre raison : l’inspecteur soupçonne la société d’avoir gonflé la créance pour diminuer la confiscation31. La Société d’entreprises générales est mise sous séquestre de décembre 1944 à juin 1945. Une instruction judiciaire est ouverte contre deux dirigeants pour « atteinte à la sûreté de l’État32 ». Deux dirigeants sont détenus à la maison d’arrêt du Havre, un troisième est transféré en mars 1945 au centre Joint-Lambert de Rouen. L’entreprise doit aussi répondre d’une accusation portée par les Ateliers et chantiers du Havre, établissements de l’État33, pour soustraction abusive de matériel à la faveur de l’Occupation. Les charges sont donc assez lourdes et les inspecteurs du fisc constatent un accroissement de fortune supérieur à 1,2 millions pour deux dirigeants dans cette période. Un calcul effectué à partir de chiffres sans doute communiqués par l’entreprise34, montre que la conversion en francs constants, si elle tempère le volume global, ne change pas grand chose à l’importance des travaux allemands.

Tableau 23 - Part des travaux allemands en francs courants et montant de la confiscation par le CCPI pour les trois sociétés Lepage (en millions de francs).

Entreprise Lepage

Travaux allemands

 % allemand du CA

Confiscation avant et après déductions

SFTR (travaux routiers, béton)

75,9

79 %

7,4 puis 0,34

Lepage Frères (fers, transports)

21,2

62,8 %

0,661

Société d’entreprises générales de carrières

6,05

84,4 %

0,137

Tableau 24 - Chiffres d’affaires de la SFTR en millions de francs courants et constants 1938, calculés d’après une déclaration de l’entreprise du 22 novembre 1944 (ADSM, 260 W 202).

Tableau 24 - Chiffres d’affaires de la SFTR en millions de francs courants et constants 1938, calculés d’après une déclaration de l’entreprise du 22 novembre 1944 (ADSM, 260 W 202).
  • 35 Le 10 avril 1944,24 tués et 16 blessés. Voir Max Bengtsson, Le Havre : les années noires.... op. c (...)
  • 36 Georges Godefroy, Le Havre sous l’Occupation…, op. cit.
  • 37 Voir http://www.memoire-et-patrimoine-le-havre.fr/.

23Quels sont les arguments que la SFTR fit valoir pour sa défense ? La réalisation de travaux pour la défense nationale dans le port du Havre en 1939, l’absence de classement Rüstung ou V. Betrieb par les Allemands des trois sociétés, la soustraction d’un stock de cuivre, plomb et zinc à la mainmise de l’occupant, la saisie par ces derniers de 300 tonnes de ciment. Tout cela n’a pas dû émouvoir outre mesure les enquêteurs. L’entreprise n’a compté que sept ou huit déportés du travail sur 1 200 ouvriers. En 1949 dans un courrier au CCPI, l’entreprise fait remarquer que l’un des gérants a été tué au cours du bombardement du 5 septembre 1944, et que depuis cette date, elle participe à la reconstruction : l’État lui doit « des sommes importantes ». Ce dernier argument était certainement plus incisif que tous les autres. La communication de renseignements aux Alliés est également efficace lorsqu’elle est confirmée par un membre de la Résistance. Pittors, du réseau Joucques, atteste de la remise de plans auprès du CCPI. La justification par l’entreprise est ainsi formulée : « Nous n’avons travaillé à la ferme Saint-Georges qu’afin de pouvoir fournir tous renseignements sur l’emplacement des gros canons qui commandaient la Baie de Seine » ; après décodage d’un message, elle aurait alors retiré ses ouvriers du chantier avant qu’il soit bombardé. Cela n’empêcha pas que de jeunes ouvriers meurent sur ce chantier au cours de raids alliés35. Quant à Georges Godefroy36, il écrit que la plus grosse batterie de la Festung sur ce lieu, dit aussi « la Corvée37 », put être ciblée et atteinte grâce au réseau Centurie et à l’Heure H qui avaient fait embaucher des hommes sur ce chantier. Comment apprécier aujourd’hui l’importance relative des renseignements ou celle du calcul dans la double action qui consistait à construire et renseigner ? La défense de ces entrepreneurs fut en tout cas suffisante pour leur éviter l’amende et la mise à l’écart des marchés de la reconstruction qu’aurait pu prononcer la commission Parmentier. L’argument de la contrainte fut au bout du compte accepté. Même si dans les premiers mois de l’épuration, une sévérité certaine s’exerça contre les dirigeants de cette entreprise, une mansuétude se manifesta au bout du compte si l’on se souvient que le critère de l’augmentation spectaculaire des effectifs avait été considéré par les autorités comme un indicateur déterminant de la collaboration.

3. Liberge et Liva : sale temps pour les horsains

  • 38 Les informations qui suivent ont été recueillies dans les archives suivantes : ADSM, 260 W 142, do (...)
  • 39 Sous-préfet du Havre d’octobre 1940 à mai 1942.

24Nous avons évoqué plus haut la manière dont la société de stevedoring Rémy avait été transformée en entreprise de travaux publics avec la mise hors-jeu de son patron Robert Rémy par le Comité d’organisation du bâtiment. On se souvient que le projet avait été mené à bien par un associé temporaire devenu patron de la nouvelle affaire, Jean Liberge38. Dans cet imbroglio, le CCPI met du temps à y voir clair et exige de Rémy une confiscation de 1,1 million de francs et une amende de 554 000 francs pour avoir fourni de la main-d’œuvre aux Allemands sur le port. Le Comité local de libération avait émis un avis très défavorable comportant la mention : « A travaillé de toutes ses forces pour les Allemands ». L’amende, bien supérieure à l’origine (3,3 millions de francs), relevait d’une confusion entre Liberge et Rémy. Une fois la distinction bien établie, Rémy renonce en 1946 à son recours auprès du Conseil supérieur des profits illicites. Jean Liberge est un horsain, qui certes ne vient pas de loin. Ce petit entrepreneur de Thiais, après sa démobilisation, arrive au Havre en 1941, il travaille alors pour l’entreprise parisienne « AZ ». En juillet 1942, il entre comme directeur chez Rémy. Quand celui-ci est écarté des travaux publics par le Comité, Liberge reprend l’affaire « à la demande des Allemands », sans que les sources nous indiquent le degré de contrainte ou de choix. En revanche, selon l’enquête du CCPI, le lien des deux hommes est maintenu, avec l’aval du sous-préfet Picharnaud39, Rémy travaillant comme fournisseur de maind’œuvre aux Allemands, tandis que Liberge est appointé par Rémy. Liberge refuse d’adhérer au Comité d’organisation, ce qui suppose effectivement un soutien de l’administration préfectorale et de l’occupant.

  • 40 Organisme qui ratisse la main-d’œuvre pour le compte du STO.
  • 41 Notamment grâce à des témoignages favorables, comme celui d’André Doubet, chef de groupe de l’« He (...)

25Les charges retenues contre Liberge ne manquent pas de clarté : 28 millions d’affaires allemandes, réalisées en 1943 et 1944, soit 100 % du chiffre total. Un profit à confisquer de 3,5 millions de francs. L’amende initiale, en août 1945, 10,6 millions de francs, indique par son montant que les autorités d’épuration considèrent que les travaux allemands ont été totalement volontaires. Les 250 ouvriers déclarés ne concordent pas avec les 500 apparus dans un rapport de la « commission du peignage40 » de mars 1944, sachant que Rémy n’avait que 50 employés avant-guerre. Pourtant, en mai 1949, l’amende sera ramenée à 169 000 francs. En novembre de la même année, Jean Liberge sera mis hors de cause par la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration à Paris41 quant à son comportement face à l’occupant, ce qui ne l’exempte pas des sanctions du CCPI. On peut donc s’interroger sur ce décalage dans les punitions. Le facteur d’utilité au moment de la reconstruction ne joue pas, puisque Liberge est exclu des marchés par la commission Parmentier. À la Libération, il retourne à Paris, comme conseil, dans la Société d’application nouvelle du ciment armé (SANCA), rue Lafayette. Les rapports à charge et les mémoires en défense montrent bien toute la complexité de l’évaluation d’une pratique de collaboration économique et du jeu des réseaux qui intervient dans le jugement d’époque.

26Revenons à l’hostilité du Comité d’organisation à l’égard de Liberge. Georges Lanfry, de Rouen, entrepreneur du secteur, membre à la fois du comité d’organisation, du comité départemental de libération et du CCPI, était opposé à l’extension de la société Rémy en 1943. Au Havre, Marcel Neuville, du même groupe Résistance que Lanfry, était aussi le délégué du comité d’organisation du Bâtiment pour les cinq départements normands sous l’Occupation. La demande d’adhésion de Liberge au Comité d’organisation, alors qu’il est déjà cité par le CCPI, apparaît comme une manœuvre un peu dérisoire. Mais elle nous fait comprendre que désobéir au comité pouvait devenir paradoxalement plus problématique à la Libération que sous Vichy, dans la mesure où existait une belle continuité entre ses dirigeants et les patrons de la résistance non communiste aux commandes du secteur pendant et après l’Occupation. En janvier 1946, le comité havrais de libération formule un avis sans ambiguïté : « Liberge a travaillé de toutes ses forces pour les Allemands et est un collaborateur notoire. » En mai, Émile Sicre, sollicité, exprime son point de vue : « Son attitude, au cours des travaux qu’il a effectués presque exclusivement pour le compte de l’occupant ne donne pas lieu à des remarques particulières, il semble toutefois incontestable que l’intéressé, lorsqu’il s’est établi au Havre, ne pouvait ignorer que son gros client serait le bâtisseur du mur de l’Atlantique, de sorte qu’à mon avis, M. Liberge n’a travaillé pour l’ennemi sous l’empire d’aucune contrainte que celle de l’appât du gain. » Des plaintes sont également venues de la concurrence, patrons comme ouvriers, ceux de Liberge étant réputés mieux payés. Cela avait déclenché une action des salariés chez Leprévost, un autre patron du secteur, la fameuse affaire Mandin dont il a été question dans un précédent chapitre.

27L’intéressé estime qu’il s’est trouvé face à une « cabale » des autres entrepreneurs. Il estime que le comité de libération le connaissait à peine et se trouvait « sous l’influence de quelques-uns de ses membres » qui « voulaient la suppression d’un entrepreneur ayant de nouvelles méthodes sociales au Havre ». En octobre 1945, l’enquêteur du CCPI écrivait pourtant que la contrainte ne paraissait « pas douteuse », ce qui n’avait pas été retenu. La cour de justice classait sans suite l’affaire Liberge à la même date. Le dossier de Liberge au CCPI, comme à la CNIE, contient un grand nombre de pétitions et d’attestations d’ouvriers remerciant l’entrepreneur de leur avoir évité le départ en Allemagne. Ce qui a probablement pesé davantage dans la révision à la baisse des sanctions financières, c’est le soutien d’autres personnalités de la résistance, le secrétaire du Front national de Rouen, Legrand ou Jean Doubet du réseau havrais « L’Heure H ». C’est donc au bout du compte deux réseaux sociaux de la Résistance, une fois de plus, qui s’affrontent autour de cette affaire. Liberge, selon un délégué à la commission franco-allemande, aurait refusé systématiquement de communiquer ses listes de personnel et fait preuve d’énergie et d’habileté au cours de séances particulièrement « orageuses ». En apparence, le fait d’avoir voulu échapper à l’organisation commune et de n’être pas « d’ici » s’est révélé déterminant et a privé l’entrepreneur de la participation aux marchés de la reconstruction.

  • 42 Dossier Liva au CCI : ADSM, 260 W 143 ; à la CNIE : AN, F/12/960.

28La sévérité plus grande à l’égard d’un horsain se vérifie également à l’égard du maçon Attilio Liva42. L’avis du CLL, en octobre 1945, était sans appel, affirmant que cet entrepreneur en bâtiment avait sollicité du travail auprès des Allemands, et qu’il avait « envoyé en Allemagne des ouvriers manifestant des opinions gaullistes », le qualifiant de collaborateur notoire. Après l’enquête du CCPI, Liva est frappé d’une confiscation de 3,4 millions de francs et d’une amende de 10,2 millions. Seul le recours au Conseil supérieur ramènera l’amende au niveau de la confiscation mais ne la supprimera pas. Liva échappe à la cour de justice, mais il est tout de même interné. Quant à la CNIE, elle fait de lui un des rares cas d’épuration économique et professionnelle au sens strict dans le monde havrais, puisqu’elle lui interdit de conserver un poste de commandement pendant un an. Le ministère de la Reconstruction, après l’examen par la commission Parmentier, l’exclut des marchés de l’État. La CNIE considère que la contrainte est certaine, mais qu’elle n’était pas telle que Liva « n’aurait pu s’y soustraire ». Qu’a donc fait ce patron pour que lui soient appliquées les sanctions les plus sévères ? À charge, on retient un chiffre allemand de 14,4 millions sur 17,2 et surtout un effectif passé de 10 ouvriers en 1938 à 114 en 1944. L’effectif est proportionnellement bien inférieur à celui que les bénéfices déclarés impliqueraient. L’entrepreneur est donc soupçonné d’avoir falsifié le nombre d’ouvriers. On lui reproche d’avoir conservé la nationalité italienne alors qu’il exerçait au Havre depuis 1929. Liva avait émigré en 1922 et travaillé comme ouvrier dans l’Aisne.

29Sa défense, rétrospectivement, n’apparaît pas toujours habile. Il produit une attestation pour prouver les embauches qui ont permis à des ouvriers d’éviter le départ en Allemagne. Or celle-ci est signée par celui qui n’était autre que le directeur de l’office régional du Travail au Havre devenu fonctionnaire de Vichy, à l’enclave des Pénitents. Nous savons que le recrutement d’ouvriers via FORT était largement inspiré par les ordres allemands. D’autres arguments apparaissent, sinon plus habiles, du moins plus convaincants, selon notre perception d’aujourd’hui : « Si j’avais été collabo, je n’aurais pas attendu 1942 pour travailler pour les Allemands, du fait de ma nationalité, j’étais mieux placé que d’autres pour travailler pour les Allemands. » Liva rappelle, avec témoignages à l’appui, qu’avant-guerre il travaillait principalement pour le port autonome et les compagnies de navigation et, après septembre 1939, pour le génie britannique. En septembre 1942, il reçoit l’ordre formel de travailler pour la marine allemande et celui de cesser ses activités pour la Compagnie générale transatlantique. Il affirme avoir surtout travaillé à des cantonnements, et n’avoir construit qu’un seul blockhaus sur la digue sud sous la direction de Thireau-Morel.

30Un chef de travaux à la Transat témoigne de la sensibilité politique de Liva : « En 1940, quand l’Italie déclara la guerre à la France, je le vis pleurer dans mon bureau et il me déclara : “Je n’aurais jamais cru que mon pays aurait fait cela.” » L’avocat de Liva indique que, si l’entrepreneur s’était réfugié en France, c’était précisément pour échapper au régime fasciste. Mais un dossier d’épuration contient de tout, même des rumeurs. Celle d’avoir « bu du champagne avec les Allemands » n’est pas la moins fréquente et peut faire jeu égal avec des témoignages. L’examen de ce cas suscite d’ailleurs quelques interrogations, car, s’il paraît établi que cet entrepreneur a « fait son marché » à l’ORT pour trouver des ouvriers et servi comme d’autres avec un niveau de contrainte assez semblable « les desseins de l’ennemi », pourquoi ne trouve-t-on pas dans les autres dossiers la même attitude de la commission Parmentier ou de la CNIE ? Celle-ci considère, au sujet de Liva, que d’avoir employé des jeunes pour leur éviter le STO n’est pas un argument recevable, puisque Rittmann et les autres entreprises allemandes au Havre auraient pu dire la même chose. Pourquoi fut-il recevable à d’autres moments ? Dans le dossier d’une société de plus grande taille, l’affirmation d’avoir joué Speer contre Sauckel ne soulève pas d’objection. Mais il ne s’agissait pas d’un entrepreneur horsain, qui plus est de nationalité « ennemie ». Enfin il ne semble pas que les attestations de conduites résistantes aient été dans la majorité des cas indifférentes aux jurys ni sans effet sur la mansuétude de certaines décisions. Pourtant, dans le dossier Liva à la CNIE, on trouve cette remarque : « L’on peut demeurer un peu sceptique sur la valeur des nombreuses attestations fournies par M. Liva et indiquant l’aide qu’il a pu apporter à la Résistance. Ces attestations ne diffèrent guère des certificats également présentés par l’immense majorité des entreprises collaboratrices. » On pourrait voir là un scepticisme à géométrie variable qui laisse penser que si l’épuration a bien eu lieu, elle n’a pas été imperméable aux réseaux d’influence et encore moins aux préjugés.

4. Un personnage-clé : l’interprète

  • 43 ADSM, 260 W 134.

31Un entrepreneur de moyenne importance, Grieu, utilise un argument qui ne manque pas d’intérêt dans sa défense auprès du CCPI. Il affirme qu’il n’a jamais voulu s’attacher les services d’un interprète. Selon lui, la moindre entreprise « qui voulait des travaux allemands commençait par en engager un », pour, dit-il, « bonifier le rendement ». La lecture des offres d’emploi au plus fort du recrutement pour le mur de l’Atlantique, au printemps 1942 dans Le Petit Havre, tend à confirmer ce jugement. Un certain nombre de traducteurs apparaissent dans les dossiers d’entreprises. Liberge en a employé trois successivement, Lecointre, Muth, Goehner et Knuchel. Observant cela de plus près, on constatera que certains interprètes n’ont pas été de simples traducteurs. Ils furent aussi intermédiaires en affaires, voire courtiers payés à la commission. La SFTR et ses deux sociétés liées avaient le même interprète, un certain Léo Wald. L’inspecteur du fisc estime à 400 000 francs les commissions occultes qui lui ont été versées, couvertes par des frais de mission fictifs. Selon le comptable des trois sociétés, cet ingénieur était « l’âme » des trois SARL, chargé de faire accepter les factures aux Allemands. Il obtenait, moyennant une rémunération de 100 000 francs par an, des permis de circuler pour les camions et voitures, des annulations d’ordre de départ en Allemagne, environ 250 en quatre ans, en « arrosant » les sous-ordres allemands avec de l’alcool et du café financés par d’autres achats fictifs sur le compte de l’entreprise. La SFTR s’étant prévalue de n’avoir eu que sept ou huit déportés du travail sur 1 200 ouvriers, l’argument était quelque peu émoussé par la découverte de la méthode employée. Cet interprète utilisait la même technique pour le compte de Hutz, fabricant de caisses. Celui-ci déclare avoir, grâce à Wald, consommé 2 000 litres de gasoil par mois au lieu de 30 qui lui étaient octroyés. L’interprète qui n’était sûrement pas étranger à la négociation des marchés aurait reçu plus d’un million de francs de ces deux entreprises43.

  • 44 ADSM, 260 W 219.
  • 45 Dans le dossier Wald au CCPI, ce rapport non daté est tamponnée à la date de 1949.

32Léo Wald fut amené à comparaître lui-même devant le Comité de confiscation en tant que personne44, quoique, à bien des égards, il ait constitué à lui seul une sorte d’entreprise. La sanction fut exemplaire : 2 millions pour la confiscation, 6 millions pour l’amende, chiffres significatifs d’une accusation de véritable collaboration. Un rapport du Contrôle économique nous apprend que Wald, de nationalité roumaine, était né en 1904. Arrivé en France en 1927, il sort diplômé de l’École du génie civil de Caen deux ans plus tard. En 1937, il tenait à Paris un petit commerce de pièces détachées pour TSF. En 1939, il habite Sanvic et travaille à la Compagnie électro-mécanique jusqu’à l’arrivée des Allemands, pour un salaire mensuel de 1 900 francs. L’enquêteur écrit : « Ses affaires semblent prospères, il circule en automobile, fréquente les bars et les restaurants de marché noir en compagnie d’officiers allemands qu’il reçoit fréquemment chez lui. » Le rapport du Contrôle économique45 confirme les résultats du CCPI et indique le montant des versements de la SFTR ou de Hutz. Ce dernier aurait qualifié Wald de « flibustier ». L’interprète reçoit des rémunérations fixes et des frais de déplacements, lesquels cachent des rémunérations occultes. Ces dernières représentent 780 000 francs. On lui reproche également le trafic d’essence. Il obtient aussi des Allemands des permis de circulation pour des commerçants, qui le payent en denrées rares ou en espèces. Le contrôle économique rapporte leurs témoignages et estime le total de ces revenus à un million. Un permis se vendait de 1 000 à 3 000 francs. En somme, une bonne connaissance de la langue allemande, un talent pour les affaires et une absence de scrupules permettaient ainsi de naviguer en eaux troubles. Mais les employeurs de Wald ne pouvaient ignorer la nature des services demandés. Hutz lui avait fait cadeau d’une automobile. L’inspecteur estime donc à 2,2 millions le profit réalisé par Wald dans cette période où il n’a pas du tout travaillé comme ingénieur, contre 183 000 qu’il a déclarés au fisc. La défense de Wald se limite à deux arguments : avoir évité des départs au STO, ce qui n’est pas forcément très convaincant quand on a servi une entreprise-champignon, et avoir « roulé les Allemands », ce qui tend à faire passer l’enrichissement personnel pour un acte de résistance. Wald est toujours interné à Pithiviers en 1947. Sa demande d’amnistie fiscale est repoussée en 1948 par le CCPI, ainsi que sa requête au Conseil supérieur en 1950.

  • 46 Selon l’inspecteur du CCPI, cela leur valut d’échapper à la cour de justice, alors que ce fonction (...)

33Deux autres interprètes ont même créé une véritable petite entreprise, avec un bureau boulevard de Strasbourg, et une secrétaire. Jacques Goehener et Ernest Knuchel, de nationalité suisse46, sont des anciens cadres de sociétés havraises de négoce du coton et du café. Ils se reconvertissent à partir de 1941 en intermédiaires agissant entre les autorités allemandes en charge du mur de l’Atlantique et les entreprises havraises de travaux publics. Éliminons tout de suite l’argumentaire opposant M. Goehner et M. Knuchel aux entreprises concernées lorsqu’il s’est agi de rendre des comptes au Comité de confiscation. Pour les interprètes, ce sont les entrepreneurs qui sont venus les chercher ; pour les entreprises, ces hommes démarchaient pour le compte des Allemands et les sollicitaient, voire leur imposaient ces travaux. Les enquêteurs ne trouvent rien d’étonnant à la polémique, considérant que pour les deux parties, « ce qui blanchit l’une noircit l’autre ». L’ensemble des enquêtes fiscales et policières concorde sur un fait : le travail ne consistait pas seulement en traduction de factures. Les associés encaissaient le montant des factures auprès des Allemands et prélevaient au passage une commission considérable qui s’élevait entre 5 % et 10 % du montant des commandes. Interprètes dans les relations, ils « aplanissaient les difficultés de toutes sortes » entre occupants et entrepreneurs.

  • 47 Lettre à l’inspecteur des contributions directes, 30 novembre 1945, ibid.
  • 48 Sont cités notamment : Thireau-Morel, Colboc, Dubreuil, Pallois, Travaux publics de l’Ouest, Caste (...)
  • 49 Synthèse des données chiffrées du dossier G et K au CCPI (260 W 100).

34Le fait de n’avoir rien touché de la part des Allemands n’est pas un argument en faveur des interprètes aux yeux du fisc, car l’« entreprise de traduction » de ces « agents d’affaires », qualifiée aussi de « courtage en marchés », a bien été créée dans le but de permettre à la collaboration économique de fonctionner, même si elle n’était pas alors désignée ainsi. L’argument de la « contrainte » ne pouvait être invoqué. Et d’ailleurs il ne le fut pas, car les associés croyaient trouver une excuse à leurs bénéfices en affirmant ceci : « Il peut être facilement démontré que toutes les entreprises havraises ont travaillé avec différents services d’occupation bien avant notre début d’activité47. » En juillet 1944, les deux associés avaient déjà quitté Le Havre et déclarèrent plus tard que leur comptabilité avait été détruite lors d’un pillage. Le fisc reconstitua l’affaire à partir de déclarations et notamment des documents fournis par les entreprises qui avaient payé les fameuses commissions. Il retrouva des revenus non déclarés, l’existence de pots de vin payés aux Allemands masqués en « frais de voyage ». Divers témoignages, dont celui de la secrétaire, dans l’épais dossier de l’affaire au CCPI, contiennent le nom des sociétés, grandes et petites, pour lesquelles le cabinet a joué les intermédiaires pour la construction de « fortifications », de « blockhaus48 ». La reconstitution des revenus par le fisc aboutit à une somme proche de 2,5 millions de francs, ce qui équivaut à un revenu mensuel supérieur à 30 000 francs par mois pour chaque associé, le salaire de la secrétaire étant de 1 500 francs. Le ratio bénéfice sur recettes déclarées, avant redressement, est déjà éloquent : 72 %49. Le 4 janvier 1946, le CCPI de Seine-Inférieure arrêta sa décision, une confiscation de 1,6 million pour Knuchel accompagnée d’une amende de 2,8 millions, une confiscation de 0,7 million et une amende de 1,5 million de francs pour son associé. Mais les interprètes ne s’en tinrent pas là. De recours en recours, les sanctions furent réduites, d’abord par le conseil supérieur des profits illicites, pour finalement obtenir en 1953 la suppression totale de l’amende et une réduction considérable de la confiscation, qui en francs de l’époque ne représentait plus grand chose. Des attestations favorables sur « l’esprit de l’activité » des interprètes avaient été fournies par le tribunal de commerce, le Syndicat des transitaires, quelques entrepreneurs et Pierre Courant, maire sous Vichy, revenu à l’hôtel de ville en 1947. Encore un exemple d’une épuration qui s’est adoucie avec la fuite du temps.

5. Petits Havrais et gros Parisiens ?... pas si sûr

  • 50 Le bilan complet figure dans le dossier d’une entreprise dont Robert est client (ADSM, 260 W 134).
  • 51 Voir le tableau de synthèse des travaux « allemands », no 15. Si l’on établissait, même s’il y eut (...)

35Dans le système pyramidal de l’Organisation Todt, les entreprises havraises étaient essentiellement sous-traitantes. L’enquêteur de la CNIE fit état d’une estimation de la contribution havraise au mur de l’Atlantique : « Nous avons jugé utile de signaler ici une estimation approximative de l’importance des travaux effectués par les entreprises purement havraises, qui nous a été fournie par M. Robert, président de la caisse des allocations familiales du Havre, et par ailleurs entrepreneur de travaux publics. D’après les salaires versés, les entreprises havraises n’auraient effectué que 8 % à 10 % des travaux, les autres entreprises françaises 30 %, le reste soit 60 % ayant été effectué par les Allemands eux-mêmes. » André Robert était, dans cette contribution à l’enquête, un peu à la fois juge et partie. En effet, ses travaux pour l’armée d’occupation en incluant sa succursale de Lisieux s’élèvent à 63,6 millions de francs50 avec, pour l’exercice 1943 un pourcentage illicite de 66 % au Havre et de 85 % à Lisieux. La contribution havraise de 10 % n’était-elle pas minimisée ? D’autant que la formule « travaux réalisés par les Allemands » demeurait très ambiguë dans le système de sous-traitance. Même si l’on travaille pour Todt via Rittmann, c’est quand même l’entreprise havraise qui établit la facture. Nous avons en outre constaté que les grosses entreprises locales louaient une partie de leur main-d’œuvre en régie aux Allemands et la facturaient. Toujours est-il que si nous additionnons les chiffres d’affaires allemands calculés par le fisc de onze entreprises locales du BTP, le total des chantiers pour le compte de l’ennemi représente un chiffre d’affaires de 413 millions de francs51.

  • 52 ADSM, 260 W 186.
  • 53 Arnaud Berthonnet, « L’Histoire d’une épuration : l’industrie du bâtiment et des travaux publics e (...)
  • 54 AN, F/12/9600, CNIE.
  • 55 Chiffre indiqué par le fisc (ADSM, 260 W 183, Evers).
  • 56 Voir Dominique Barjot (dir.), Stratégies industrielles…, op. cit., p. 424-426.

36Une idée de l’ampleur des affaires que certains géants du BTP ont par ailleurs réalisées nous est donnée par André Robert lui-même, dans son mémoire en défense devant le CCPI : expliquant qu’il n’avait travaillé pour les Allemands « que sur injonction formelle ou réquisition », il avait refusé un « programme de travaux de plusieurs centaines de millions ». Les « prétentions et menaces allemandes » se calmèrent quand « des entreprises extérieures prirent ces travaux52 ». Les entreprises parisiennes qui ont travaillé dans la région havraise au mur de l’Atlantique ont été citées devant les instances de leur département, ainsi qu’à la CNIE. L’entreprise Drouard par exemple, dont on se rappelle qu’elle recrutait intensivement depuis son bureau de Montivilliers a réalisé en France durant l’Occupation un chiffre d’affaires global de 495 millions de francs selon une source53, 939 selon une autre. Elle fut sanctionnée d’une confiscation de 42 millions doublée d’une amende de 40 millions54. Nous sommes là dans des ordres de grandeur de très grandes sociétés comparables, voire supérieurs aux volumes d’affaires des entreprises industrielles comme Fives-Lille, par exemple qui atteint 636 millions55. Sainrapt et Brice fait également partie des entreprises citées. Desplats et Lefèvre, qui ont travaillé avec Thireau-Morel, aussi. Mais il est remarquable que les chiffres de la confiscation soient pour les plus grosses entreprises havraises, comparables à ceux d’autres grandes entreprises parisiennes, 4 millions pour Sainrapt et Brice mais avec seulement 40 % de travaux allemands, 12 pour Travaux hydrauliques et entreprises générales, 3,2 pour la société de construction des Batignolles56. Même si ces entreprises se sont « déplacées » –c’est le cas par exemple de Sainrapt, présent dans la région normande–, ces ordres de grandeur indiquent un investissement, de gré ou de force de la part de certains entrepreneurs havrais, absolument pas négligeable.

37Il faut aussi remarquer que si certains ont vu tout le profit qu’ils pouvaient tirer de la situation, d’autres entreprises locales qui par définition avaient le désavantage d’être à portée de main de Todt, quand elles ont fait preuve de mauvaise volonté ont été aussitôt remplacées par des entreprises parisiennes ou étrangères. Cela figure dans les dossiers fiscaux, et l’on peut citer le cas de Grieu, qui dispose de quelques dizaines d’ouvriers et qui met cependant plus de huit mois à construire un abri de 6 mètres sur 6, ce qui n’est pas vraiment une manifestation de zèle. Il reste des zones d’ombre : pourquoi le dossier de l’entreprise Colboc fut-il classé sans suite, alors même que l’avis du Comité de libération, appuyé par un groupe de syndiqués, était à son égard d’une extrême sévérité ? On lui reprochait non seulement d’avoir « travaillé de toutes ses forces pour les Allemands en particulier pour la construction des blockhaus du mur de l’Atlantique » mais aussi d’avoir accepté des « travaux destinées à la destruction du port du Havre ». Sans doute n’y eut-il pas de sanction, parce que son chiffre allemand ne dépassait pas 8 %. Mais cela s’explique aussi par l’importance de ses travaux pour la défense passive. Il restait un modeste profit à confisquer (125 000 francs) mais qui correspondait à une créance allemande déclarée irrécouvrable et qui de fait ramenait à rien la confiscation.

6. Les zones d’ombre de la créance allemande

  • 57 ADSM, 260 W 46.

38Parmi les arguments de la défense des entreprises devant le CCPI, celui des créances allemandes impayées prend en effet assez rapidement de l’importance. Il apparaît dans de nombreux dossiers que les entreprises allemandes ont quitté la région en laissant une « ardoise » importante à certaines entreprises. Par exemple pour Dieppedalle, elle était de presque 3 millions sur un profit à confisquer de 3,1 millions de francs. La révision de la confiscation, qui s’est faite dans de nombreux cas, paraissait logique : que l’on confisque le montant du profit allemand réellement encaissé ou que l’on déduise de la confiscation les impayés par Todt ou les entreprises allemandes, on considérait alors que cela revenait au même et n’enlevait rien à la sanction financière. À ceci près qu’un chantier non payé soustrait l’entrepreneur à la sanction pour d’autres chantiers illicites. D’autre part, les créances impayées sont difficiles à contrôler totalement quand les comptabilités sont parties en fumée, à part quand des preuves de travaux allemands arrivent de l’extérieur par le Contrôle économique. Certains entrepreneurs furent soupçonnés d’avoir exagéré les créances pour payer moins de confiscation. Qui plus est, dans le dossier d’une entreprise que nous avons citée, mais ce pourrait être dans un autre, se trouve une information d’une valeur plus générale57. L’inspecteur du fisc écrit ceci : « On sait que dans les derniers jours de l’Occupation, les Allemands se firent remettre l’encaisse de la succursale de la Banque de France au Havre et payèrent au comptant au moyen de cet argent un certain nombre d’entrepreneurs. Les noms des bénéficiaires sont restés secrets. »

  • 58 Grâce à Odile Bouttier, que nous remercions vivement de nous avoir communiqué des documents issus (...)

39Nous avons suivi la piste de cette affaire aux archives de la Banque de France58, au secrétariat général. Au 15 août 1944, l’encaisse de la Banque au Havre était encore de 400 millions. Le 30, l’officier Hoffmann se présente au nom du Festungkommandant Wildermuth et demande l’ouverture d’un compte débiteur à hauteur de 300 millions de francs, soit la quasi-totalité de l’encaisse. Le lendemain, l’officier allemand prélève, sous la « menace de la force armée », la somme en billets de banque. Le directeur consulte les autres banques, alerte le sous-préfet et tente de nouvelles démarches auprès de la Kommandantur pour essayer de la faire revenir sur sa décision. La situation se tend, car, d’une part, les troupes alliées ont déjà pris Bolbec, où le directeur souhaiterait aller chercher des dépôts, et, d’autre part, des entreprises se présentent à la banque, souhaitant obtenir des fonds « pour payer les ouvriers ». Or l’encaisse du Havre est tombée à 17 millions. À la veille de la libération de la ville, l’officier Hoffmann annonce « qu’une partie des fonds prélevés ne lui paraît pas indispensable à l’apurement de ses comptes ». Il reverse 195 millions. Le Havre libéré, le directeur tente de retrouver Hoffmann afin de récupérer le reste des billets. Il le localise le 14 septembre à l’abri sanitaire allemand de la rue Henri-IV, l’officier allemand ayant été blessé par une grenade. Il affirme que les sacs de billets ont été entreposés par ses soins dans la partie centrale du tunnel de Trigauville, soit 37 millions, mais que les soldats qui les gardaient ont été faits prisonniers. À midi, le major américain Biddle rapporte 36 millions. Cinq jours après, le lieutenant-colonel Mc Kay rapporte 15,8 millions. En juin 1945, le compte est toujours bloqué, car les Alliés considèrent ces billets comme prise de guerre, bien que les numéros correspondent en grande majorité au prélèvement irrégulier de la Wehrmacht.

  • 59 Déclaration d’Hoffmann au directeur en compagnie du major Biddle et du lieutenant-colonel Mc Kay, (...)

40Où sont passés les 53 millions non restitués ? Nous ne pouvons ici que relever quelques indices dans les rapports du directeur. Selon l’officier Hoffmann « une partie de la somme des 300 millions avait servi à régler le solde de la troupe et des officiers allemands, ainsi que les maisons et entreprises créancières de l’armée allemandes à des titres divers59 ». Revenons au jour de prélèvement irrégulier, le 31 août : l’entrepreneur Colboc et le directeur de Thireau-Morel s’étaient présentés au directeur de la Banque le jour même, inquiets de la chute de l’encaisse et craignant de ne plus disposer des sommes nécessaires au paiement des salaires. Ils avaient aussi indiqué au directeur qu’il faudrait 10 millions au moins pour l’ensemble des entrepreneurs. Or le lendemain matin, écrit le directeur, « nous enregistrons fort peu de prélèvements et, contrairement à ce que nous pouvions redouter, certaines firmes qui, la veille et le matin même, affirmaient avoir le plus urgent besoin de fonds, effectuent des versements. » Très elliptique, il ne dit pas où ni à quel moment elles se sont procurées ces fonds. Le savait-il d’ailleurs ? Quand, la veille au soir il avait tenté une démarche auprès de l’officier allemand en relayant l’inquiétude des entrepreneurs, notamment ceux qui avaient travaillé pour l’occupant, il lui avait été répondu que ces derniers pouvaient s’adresser au Bauamt, 100 boulevard François-Ier, pour un « arrangement ». Est-ce là qu’une part des billets saisis a été distribuée ? Cela donnerait du poids en tout cas à l’hypothèse de l’inspecteur du fisc évoquée plus haut, celle de certaines créances allemandes honorées bien que déclarées impayées.

D. Un négoce vertueux et une presse coupable ?

41Les grands négociants du Havre furent-ils plus réticents à la collaboration économique que les patrons de l’industrie et des travaux publics ou que les petits commerçants ?

1. Il y a « négoce » et « négoce »

  • 60 « Affaires constatées » (ADSM, 32 W Z 28 483).
  • 61 ADSM, 260 W 49.
  • 62 ADSM, 260 W 143. Le chiffre d’affaires total de 1939 à 1945 est de 61 MF.
  • 63 Par exemple, Roger V. (ADSM, 260 W 215).

42Le petit nombre de citations à comparaître devant le CCPI chez ces entrepreneurs, environ 3 % du total havrais, s’explique en grande partie par le caractère peu utile, aux yeux de l’occupant, de leurs activités, dont on a souligné le caractère très ralenti sous l’Occupation. Il restait malgré tout de la marchandise à écouler, café ou alcool par exemple, qui, sans être indispensable, pouvait intéresser les soldats allemands, servir de monnaie d’échange dans les tractations menées par les interprètes ou tout simplement faire l’objet de majorations illicites. Ces dernières représentaient parfois des sommes importantes. La Compagnie française d’importation, filiale caféière de la Compagnie cotonnière, est doublement sanctionnée pour hausse de prix abusive sur des articles d’alimentation et du café, ainsi que sur des articles de parfumerie. Une première fois en 1942, pour un total de 927 000 francs60. Une deuxième fois par le Comité de confiscation des profits illicites, pour les mêmes faits61. La SA Liqueur des Antilles est sanctionnée en 1942 pour une majoration illégale de 862 000 francs. L’entreprise proteste alors contre une erreur de date dans la fixation des prix par l’administration, mais le préfet Pujès ferme l’établissement pendant deux mois. La société est citée à comparaître à la Libération devant les profits illicites62, mais pour un autre grief : la vente de rhum aux troupes d’occupation pour une somme proche du million de francs. Comme il s’agit là d’une « livraison forcée », la société est punie d’une confiscation de 42 000 francs, sans amende. Nombre de fournisseurs en vins et spiritueux furent ainsi « épinglés » pour avoir pratiqué des prix abusifs, et, sans avoir commercé avec l’occupant, furent frappés de confiscation, voire d’amende, alors même qu’ils étaient devenus insolvables63.

  • 64 Décision du CCPI du 13 août 1945.
  • 65 Chiffre d’affaires de l’exercice 1939-1940 : 59 MF courants (ADSM, 11 RP, dossier « Dommages de gu (...)
  • 66 ADSM, 260 W 41, 5 septembre 1946. Le chiffre d’affaires allemand se décomposait ainsi : 11 MF de b (...)
  • 67 Voir Claude Malon, Le Havre colonial, op. cit., p. 289 et suiv.

43Il est toutefois un cas de négoce suscitant l’appétit non seulement des autorités militaires mais également des entrepreneurs d’Outre-Rhin, c’est celui des bois coloniaux. Nous avons évoqué plus haut la manière dont les uns et les autres avaient fait main basse sur une grande partie des stocks de la maison Charles. Comme une partie des saisies fut tout de même payée à l’entrepreneur, il dut s’acquitter d’une confiscation, au demeurant modeste relativement à son chiffre d’affaires d’avant-guerre, de 544 000 francs64. Détail non anecdotique, le Comité local de libération, dans un premier temps, avait reproduit une rumeur. Le 16 mai 1946, il écrivait au contrôleur du CCPI : « l’intéressé a travaillé volontairement pour les allemands et il a acheté et exploité des forêts dans l’Eure pendant l’occupation pour fournir du bois aux Allemands. » En fait il s’agissait de coupes faites dans la propriété du négociant à Moyaux, à son insu, par les soldats allemands. Quant au chiffre d’affaires allemand résultant de « négociations laborieuses et inégales » selon ses termes, il s’élevait à 29 % d’un chiffre d’affaires global pour la période 1940-1945 inférieur en francs constants à celui de la seule année 193965. Le Comité local de libération eut donc à cœur de rectifier son erreur par un nouvel avis : « La bonne foi des premiers enquêteurs et par suite celle du Comité de libération lui-même ayant été surprise, le Comité tient à honneur de rectifier cette erreur sur l’avis précédemment donné quant à l’attitude de Monsieur Charles durant l’occupation allemande66. » Ce serait aller vite en besogne cependant de conclure à une conduite singulière du grand négoce en invoquant son faible nombre de citations aux profits illicites : huit dossiers seulement pour l’ensemble de la branche négoce, transit et entrepôt. Car une entreprise n’est pas une entité fermée ; à partir d’une certaine taille, le capital et les dividendes mettent en relation des individus qui possèdent des intérêts dans des entreprises éloignées de la branche dans laquelle ils sont spécialisés et connus. Dans une place portuaire comme Le Havre, le patronat forme un réseau. On peut y repérer, depuis fort longtemps des associations que les sociologues des réseaux nomment dyades ou triades67. On retrouve ainsi des négociants ou des groupes d’hommes d’affaires qui se « posent » ensemble, là dans plusieurs affaires coloniales, ici dans une société de docks et entrepôts, ailleurs dans des sociétés d’assurances. Si le négoce est une affaire de spécialistes comme l’industrie ou le bâtiment du reste, cela n’interdit pas une grande polyvalence dans le placement des capitaux des grandes familles de la place. La structure poly-identitaire des conseils d’administration n’est d’ailleurs pas remise en cause par les contraintes de l’Occupation.

  • 68 Liste du conseil d’administration et des actionnaires, dossier « Dommages de guerre », 1950 (ADSM, (...)
  • 69 Voir le Dictionnaire historique du patronat français, op. cit, p. 186.
  • 70 On retrouve ces triades aux Docks du canal de Tancarville, à la SA des Rizeries françaises, à la C (...)
  • 71 Croisement de sources : ADSM, 260 W ; CCPI et 6 U 6 et 201 W, registre du commerce.

44Observons par exemple la direction de Thireau-Morel68. Certes les directeurs, Jean Lemaire en particulier, sont des professionnels du bâtiment. Mais le patron jusqu’à 1939, Georges Raverat, est un négociant avant tout. Raymond Bunge qui lui succède et devient président-directeur général est un négociant en cuivre et en produits alimentaires, occupant à ce titre un poste dans le comité d’organisation. Il est remplacé en 1944 par A. Augustin-Normand, numéro deux de la société, neveu de Raverat, au poste de PDG. Ce leader de la construction navale occupe lui-même des positions dans les pêcheries, le riz, les docks, les assurances. On remarque la présence parmi les administrateurs d’Édouard Rufenacht, issu d’une famille du café, et, comme gros actionnaire, celle d’Édouard Senn69 et de la Compagnie française des textiles, donc des dirigeants de la Compagnie cotonnière, maison Siegfried. Tout cela révèle la permanence de l’association entre Georges Raverat et Ernest Siegfried lors de la refondation de l’entreprise en 1912, après bien d’autres créations communes dans le caoutchouc et le coton des colonies. Deux grandes familles du négoce, catholique et protestante, cela est significatif de l’œcuménisme en affaires70. C’est le même réseau d’administrateurs et d’actionnaires principaux qui préside aux destinées du Chantier Augustin-Normand, de Thireau-Morel et de la Compagnie nouvelle de transports, soit un chiffre d’affaires allemand cumulé de 249 millions de francs71.

  • 72 ADSM, 260 W 174.

45Comme on n’a pas trace de quiconque ayant refusé de toucher des dividendes issus « d’affaires allemandes », la distribution générale de l’actionnariat et des jetons de présence rend plus fragile l’hypothèse d’un milieu négociant différent des milieux industriels dans ses comportements face à l’Occupation. La société Les Pieux explosés est sanctionnée d’une confiscation de 1,9 millions de francs pour avoir loué du matériel de fondations et de la main-d’œuvre aux Allemands par l’intermédiaire de la société Camus qui lui est liée ; si son directeur général n’est guère connu, en revanche trois de ses administrateurs et principaux actionnaires ne sont autres, là aussi, que les dirigeants de la Compagnie cotonnière72. Nous allons d’ailleurs retrouver quelques négociants comme administrateurs du Petit Havre sous l’Occupation que l’on ne saurait certes confondre avec la rédaction du journal directement contrôlée par les Allemands.

2. Le cas particulier de la presse

  • 73 Voir Agnès Callu, Patrick Éveno et Hervé Joly (dir.), Culture et médias sous l’Occupation, Des ent (...)
  • 74 Dans son livre de souvenirs André Duroméa, résistant FTPF, indique que le « père Baudouin » lui fo (...)
  • 75 Patrick Éveno, Culture et médias…, op. cit., p. 23.

46Toutes les entreprises de presse ont été observées par les instances d’épuration73. Le secteur fut particulièrement visé au plan national, car il paraissait évident que les idées et les informations diffusées sous l’Occupation étaient uniquement celles qui étaient conformes aux vœux des nazis et de Vichy. À l’échelle départementale, on fit assez vite une distinction, à la Libération, entre les directeurs de journaux autorisés à paraître sous l’Occupation et les imprimeurs. Ces derniers furent assez vite mis hors de cause par le CRIE et leur dossier classé sans suite, car ils n’avaient pas « favorisé les desseins de l’ennemi » ni « entravé la Résistance des français ». Ce fut le cas, parmi d’autres, d’Adrien Baudouin, directeur de l’Imprimerie commerciale74, mis hors de cause le 19 juillet 1945, et de l’imprimeur Derome, le 25 juillet. Précisément à cause des difficultés du ravitaillement, les journaux se sont bien vendus sous l’Occupation. Les informations pratiques étaient précieuses à cause du rationnement. C’était aussi un moyen pour les foyers de se procurer du papier75. Nombre de quotidiens, en zone occupée comme en zone libre ont maintenu, en francs constants, leurs chiffres d’affaires et leurs marges bénéficiaires.

  • 76 Fichier départemental des RG, arrondissement du Havre (ADSM, 40 W 159).
  • 77 Voir, par exemple, l’exemplaire du 2 février 1943.

47La seule voix autorisée de la presse havraise sous l’Occupation est celle du quotidien Le Petit Havre. Dans l’arrondissement du Havre, ce sont quinze journaux au total qui ont cessé de paraître dès 1940. Le Petit Havre tirait à 45 000 exemplaires. En 1943, il continue d’être vendu à 42 000 unités, alors même que la ville s’est vidée d’une grande partie de ses habitants, mais il continue de conserver dans les pages locales des informations sur le ravitaillement et l’aide aux sinistrés. Certains Havrais croient d’ailleurs y lire « entre les lignes » des informations résistantes qui n’y sont peut-être pas. La ligne du journal est sans ambiguïté. Les articles du rédacteur en chef, Kerouredan, déjà en place avant-guerre, sont « marqués d’un esprit avoué de collaboration avec l’Allemagne », ce sont les Renseignements généraux qui l’écrivent en 194376. La première page fait généralement l’apologie du programme nazi et dresse des panégyriques de Doriot, d’Henriot et de la Milice77. Les pages locales sont plus prudentes, disons plus pétainistes. Dans Le Petit Havre l’antisémitisme est virulent, désignant des victimes faciles à identifier, notamment des commerçants de la rue de Paris ou du cours de la République.

  • 78 Le Petit Havre, 26 juillet 1943.
  • 79 Ibid., 22 septembre 1943.
  • 80 AMH, FC, H4, c. 15 bis, liasse 3.
  • 81 Le Petit Havre du 27 juillet 1941.
  • 82 On pourrait enrichir le florilège, mais le lecteur pourra se reporter aux collections originales d (...)
  • 83 Le Petit Havre des 4 et 5 juillet 1943.

48Un certain Paul Letourneur, qui n’est autre que Paul Guiraud, 32 ans, secrétaire national du parti franciste, écrit nombre d’éditoriaux et oriente le journal dans une ligne très collaborationniste. Il réclame par exemple des « droits politiques » particuliers pour les membres de la Milice78 et se prononce pour un « fascisme français intégral79 ». Il sera condamné à mort par contumace par la chambre civique du Havre, le 13 juin 1945. Mais un arrêt de la cour de justice de Rouen limite la peine à dix ans de travaux forcés augmentés de la dégradation nationale, le 31 juillet 194680. Il est accusé de « démoralisation de la nation et d’influence fâcheuse sur l’esprit de l’armée et des populations », qualification pour le moins atténuée au regard de la violence de ses écrits. Son antisémitisme est particulièrement haineux : « Il semble que tous les Français aient des raisons, et des bonnes, de vouloir, une fois pour toutes, se débarrasser des juifs81. » Il poursuit dans son éditorial du 23 juillet 1943 : « Il n’y a que 2 % de juifs en France, c’est infime ! Mais 60 % des avocats, des médecins, des joailliers, des fourreurs, des chausseurs sont des youpins... Le juif n’est pas producteur, mais il trafique de la production des autres. » Et il ajoute cette conclusion qui ne correspond pas vraiment à ses exemples : « Notre antisémitisme est inhérent à notre anticapitalisme82. » Guiraud ne fait ici que précéder le Gauleiter Sauckel, haut-commissaire du Reich à la main-d’œuvre, qui, dans un article reproduit à la une du Petit Havre, deux ans plus tard, invite les ouvriers français à prendre le bon parti, car, derrière les « capitalistes anglo-américains », se tient la « juive rie internationale ». Le quotidien reprend aussi un article de Goebbels qui souligne « la haine implacable contre les Anglais » des populations soumises aux bombardements alliés83. Guiraud, Kerouredan, Torracinta et quelques autres sont la preuve que la une du journal Le Petit Havre n’était pas exclusivement allemande.

  • 84 AMH, FC H4, c. 15 bis. Cette décision ne coïncide pas avec le classement sans suite du dossier Ran (...)
  • 85 Le Havre-Éclair, 25 mai 1945 (ADSM, 51 W Cab. 5/6).
  • 86 Situation similaire à celle du Journal de Rouen, qui disparaît pour collaboration et passe en cour (...)
  • 87 Le dossier du CCPI (ADSM, 260 W 172) est donc pratiquement vide. Le dossier des contributions n’a (...)

49L’épuration du Petit Havre sanctionne également les responsables de l’entreprise. Le 1er août 1945, le commissaire régional de la République, Henry Bourdeau de Fontenay, relève René Randolet, l’administrateur-délégué du Petit Havre, de ses fonctions d’administrateur de la Caisse des industries polygraphiques de Rouen. Cette mesure d’épuration professionnelle intervient après que le directeur du Petit Havre a été condamné, le 24 mai 1945, par la cour de justice du Havre, à vingt années de dégradation nationale pour « collaboration notoire avec les Allemands84 ». Cette peine était assortie d’une confiscation de 1,5 million pour Randolet et de 1 million pour le Dr Profichet, président-directeur général de la société d’édition du Petit Havre, également frappé de dégradation nationale pour vingt ans85. En 1948, la confiscation prononcée contre Profichet sera ramenée à 200 000 francs et celle de Randolet à 400 000. Les dégradations seront ensuite réduites puis amnistiées à partir de 1951. L’épuration économique du quotidien échappe en revanche au Comité des profits illicites, qui se dessaisit du dossier le 3 décembre 1947, pour le transmettre au directeur des contributions directes86. Bien évidemment, le journal était vendu aux lecteurs et non aux Allemands. Les bénéfices éventuels nés d’une situation de monopole de fait deviennent une simple question fiscale87. Or on peut supposer qu’après la disparition des concurrents, la voix officielle des nazis, des collaborationnistes et de Vichy, et accessoirement des pouvoirs locaux, avait rapporté quelque argent. L’entreprise résiste plutôt bien à l’inflation et au renchérissement du papier. En 1943, le bénéfice brut s’élève à 2 millions de francs soit un ratio confortable de 14,3 % si on le compare au chiffre d’affaires. Le gros des revenus est fourni par les ventes et les abonnements (70 %), le reste provenant de la publicité et des impressions commerciales. Sur les 62,5 millions de francs de recettes du journal sous l’Occupation, seulement 135 000 francs proviennent de publicités d’origine allemande.

Tableau 25 - Les recettes du Petit Havre de 1939 à 1944.

Années

En francs courants

1939

9 149 650

8 509174

1940

7 099 350

5 608 486

1941

9 977 870

6 784 951

1942

13 382 990

7 494 474

1943

14 392 095

6 476 442

1944

8 636 826

3 195626

  • 88 ADSM, 245 W 45, cour de justice du Havre.

50En francs constants 1938 L’instruction conduite pour la cour de justice du Havre88 met l’accent sur l’importance des moyens matériels et des capitaux qui ont conduit à la diffusion d’un grand nombre d’exemplaires, ainsi qu’à des acquisitions immobilières. Le compte rendu de l’exercice 1943, présenté en avril 1944 par un conseil d’administration un peu modifié, avec M. Randolet, M. Profichet, M. Bunge, M. Paillette et M. Coty, affiche une « situation satisfaisante », estimant que les « légitimes intérêts des actionnaires » ont été respectés. Il y est dit que la rédaction « reste placée sous le contrôle exclusif des autorités d’occupation, tandis que notre administration se préoccupe uniquement des questions techniques, industrielles et commerciales ». La cour de justice fera donc la distinction entre les propagandistes pro-nazis de la rédaction dont les articles « glorifiaient l’Armée allemande, prônaient la collaboration, provoquaient des engagements à la LVF », et les deux patrons, frappés d’indignité nationale et de confiscation, mais acquittés du chef d’atteinte à la sûreté de l’État. Ainsi sanctionnait-on des dirigeants et une société qui, tout en faisant fructifier une affaire devenue le support de la propagande collaborationniste, affirmaient n’y jouer qu’un rôle « technique ». Un expert avait été nommé pour relire entièrement la collection, avec une grille de lecture précise ; il remit son rapport comportant plusieurs centaines d’articles en avril 1945.

  • 89 ADSM, 245 W 3, cour de justice du Havre.
  • 90 Termes du jugement du 4 décembre 1945.

51Les décisions de la cour de justice du Havre89 en mai 1945 révèlent toute la difficulté à juger des responsables qui continuent de publier sous contrôle de l’occupant et des collaborationnistes, laissant une large place à la propagande de Vichy, mais que la cour se refuse pourtant à juger coupables de « trahison », puisque c’est pour ce délit que leur cas est instruit. Face à la double accusation faite aux deux responsables d’avoir « participé sciemment à une entreprise de démoralisation de l’armée ou de la nation ayant pour objet de nuire à la Défense nationale », et d’avoir « par des écrits, vendus ou distribués, publié des informations de manière à favoriser les entreprises de l’Allemagne contre la France », une majorité de jurés à répondu par la négative ; en revanche une majorité a reconnu le délit d’indignité nationale. On peut donc imaginer que le vote résulte d’un rapport de force et que le verdict repose sur un compromis, lequel suppose que l’on peut s’être rendu coupable d’indignité nationale sans l’avoir fait « sciemment ». Le 4 décembre 1945, c’est la SA du journal Le Petit Havre qui est jugée, en tant que personne morale, pour participation à une entreprise de démoralisation de la nation. Cette fois le réquisitoire est plus précis : « En faisant publier et imprimer des articles en faveur de la collaboration avec l’Allemagne, du racisme ou des doctrines totalitaires. » Mais la société est déclarée « non coupable » et la cour « l’acquitte purement et simplement90 ». Cette fois l’adverbe « non sciemment » a totalement innocenté l’entreprise et ses actionnaires, alors que le chef d’accusation était plutôt conforme au contenu répété du quotidien pendant quatre ans. Il n’en demeure pas moins qu’au matin du 6 septembre 1944, il n’y a plus de Petit Havre et que la condamnation de ses patrons est le résultat d’un processus judiciaire sérieux qui dure plusieurs mois.

  • 91 Pierre Aubery, « Les illusions perdues d’un journaliste de province, 1944-1990 », 2007 : http://ww (...)
  • 92 Dossier « Dommages de guerre » du Petit Havre (ADSM, 238 W 1312).

52Ainsi s’achève l’histoire d’un journal très populaire, fondé soixante ans plus tôt par le républicain et franc-maçon Félix Santallier. Épurer la presse locale, c’était aussi faire naître un nouveau journal. Dire que l’on assista tout simplement à la naissance d’un nouveau quotidien « issu de la Résistance », en l’occurrence Le Havre libre, est un peu schématique. En effet, des tractations complexes eurent lieu. Elles mettaient en jeu des nouveaux et des anciens pouvoirs, si l’on en croit le témoignage extrêmement précis de Pierre Aubery. Le Dr Profichet lui-même n’était pas étranger à une possible reconstruction du journal pour laquelle il joua une sorte de double jeu, même si ce ne fut pas cette option qui l’emporta91. Les rapports de force en coulisse n’empêchèrent pas la parution prochaine d’un nouveau journal, plus conservateur, Le Havre-Éclair, avec le soutien de René Coty. Sur le plan juridique, ce journal fait partie d’un ensemble baptisé Société havraise d’impression et d’éditions Le Petit Havre, qui inclut l’imprimerie commerciale. Singulièrement, cette dénomination demeure après l’épuration, sans doute parce qu’elle avait été acquittée comme personne morale, et c’est en tant que telle que la société adhère à la coopérative de reconstruction « Agir » et constitue son dossier de dommages de guerre. En 1952, les factures de l’entreprise Thireau-Morel pour la reconstruction de l’ensemble sinistré sont adressées à la société sous ce nom. Il faut dire que les uns et les autres sont en pays familier : le 7 mars 1941, la SA du Petit Havre et son président-directeur général le Dr Profichet, avaient confirmé la nomination comme administrateurs de M. Bunge (président de Thireau-Morel), M. Senn, M. Lafaurie et M. René Coty92. Ici également le grand négoce est fortement présent.

E. Ambiguïtés dans la nébuleuse du commerce et oubli de l’aryanisation

  • 93 Voir Jacques Delarue, Trafics et crimes sous l’Occupation, op. cit.
  • 94 Fabrice Grenard, La France du marché noir, op. cit.

53À moins d’avoir imaginé ce qui allait advenir, ceux qui collaboraient bon gré ou mal gré étaient au moins provisoirement dans le camp de la « sécurité » : le client était allemand. Il en va différemment de ceux qui enfreignaient la légalité du moment en faisant du marché noir à grande échelle. Les sanctions prononcées contre ces individus à partir de la Libération concernent, c’est l’aspect le plus connu, des gens qui ont de manière très amorale profité du moment, en étant protégés et en courant peu de risques, depuis les truands de la rue Lauriston à Paris jusqu’aux petits protagonistes du « bon beurre93 ». Ceux-là recherchaient le profit sans scrupule, en exploitant la misère de leur clientèle française. Mais les sanctions pour profits illicites sont ambiguës, car elles s’appliquent aussi à des individus qui ont enfreint la légalité pour se rendre utiles en quelque sorte ou qui ont pratiqué légitimement des activités illégales sous l’Occupation, petit marché noir ou abattage clandestin à petite échelle. Quant à la pratique de la soulte, sanctionnée aussi par le CCPI, nous avons évoqué sa banalité en cette période et son caractère quasiment inévitable pour les entrepreneurs qui étaient au centre ou à la terminaison de la filière. Ceux-là aussi doivent rendre des comptes une fois la nouvelle légalité instaurée. Le marché noir avait plusieurs visages, et parmi ceux-là se logeait parfois une forme de « résistance94 ». À la lecture du dossier de nombre artisans et commerçants du Havre, on imagine le casse-tête d’une sanction à décider pour les membres du Comité des profits illicites.

1. La nébuleuse du petit commerce et l’épuration

  • 95 ADSM, 260 W 94.
  • 96 ADSM, 260 W 102.

54Parcourons par exemple le dossier de Roger G., boucher à Rouelles, rue Paul-Verlaine95. Son profit illicite est estimé à deux millions et sa confiscation fixée à un million. Il est sanctionné pour abattage clandestin et majoration illicite à la vente. Quand il demande la reconsidération de son dossier, il ne manque pas d’arguments, hormis le fait qu’il a été mobilisé en 1940 et totalement sinistré en septembre 1944. Voyons son histoire. Au début de l’année 1941, il affirme avoir commencé l’abattage clandestin. Il considère avoir « contrecarré l’effort de guerre ennemi en ayant distribué pendant toute la durée de l’Occupation à sa clientèle une quantité de viande supérieure d’un tiers aux allocations prévues par la réglementation en vigueur ». Son fonds de boucherie se trouvait dans une cité ouvrière, avec une clientèle de 2 500 personnes. Il estime que son cas « n’est pas comparable à ceux qui ont réalisé une fortune grâce à la présence des Allemands ». Il assume le fait d’avoir abattu clandestinement un bœuf par semaine environ en ajoutant : « L’abattage et le transport se faisaient la nuit et nous risquions d’être arrêtés par les patrouilles allemandes. » Il n’existe dans son dossier aucun témoignage à charge. Bien au contraire, on y trouve des listes de dizaines de clients attestant que Roger G. leur a vendu de la viande sans exiger de ticket et surtout sans distinction de clientèle. L’aide aux femmes de prisonniers et aux réfractaires lui vaut le soutien de nombreuses personnalités de la Résistance, l’abbé Varignon, René Gobe, du groupe « Désiré » du Front national, qui n’est rien moins que membre du jury de la cour de justice du Havre, le président du comité de libération de Rouelles Marcel Leprévost, qui considèrent que Roger G. a assuré le ravitaillement du quartier de la Pommeraie et d’une partie d’Aplemont. Ce commerçant peut également faire valoir qu’il a été élu maire du pays à la Libération et vice-président du comité de libération. Un collègue de Roger G., Edmond G., est frappé d’une amende de 2,4 millions pour abattage clandestin et d’une confiscation de 1,6 million96. Cette sévérité, au moins apparente, laisse penser, si l’on songe aux rares amendes infligées dans les travaux publics, qu’il valait mieux avoir agi sous la contrainte de l’Allemand plutôt que d’avoir satisfait ses propres clients français.

  • 97 ADSM, 260 W 219.

55L’ambiguïté du profit illicite est grande encore lorsque celui-ci résulte d’une opération dans laquelle l’armée allemande a été trompée. Dans ce cas il est commode a posteriori de présenter l’action comme réalisée « au détriment de l’occupant », et c’est tout juste si ce type d’opération n’est pas présentée comme un acte de résistance. M. W. par exemple, opticien, par son origine alsacienne, connaît la langue allemande97. Un certain Μ. V. le charge de lui procurer du ciment, du charbon et de l’essence en invitant des soldats allemands à voler ces produits à leur intendance. En échange de quoi ? Il se trouve que le frère de Μ. V. est négociant en denrées coloniales, et qu’il peut fournir du café vert. W. mène la tractation : il échange 150 kilos de café vert contre 10 tonnes de ciment, 200 litres d’essence et 14 tonnes de charbon. W. a reçu en tout, du frère de V., 300 kilos de café ; il affirme n’avoir agi « que bénévolement ». Mais il se fait pincer rue de Paris transportant dix kilos de café vert. La Kriegsmarine le condamne à un an de prison en Allemagne. En 1945, la confiscation lui est épargnée, car il a grugé l’Allemand. On ne dit rien des autres intervenants.

56Dans nombre de cas, l’argument de la contrainte vaut autant dans le petit commerce qu’il a valu pour l’industrie ou le bâtiment. On évite l’amende, mais pas la confiscation. Louis B. est boulanger dans le quartier de Frileuse. Il écope en 1947 d’une confiscation de taille pour un petit commerce : 1 667 000 francs après un passage devant le CCPI et le Conseil supérieur. Il affirme pourtant que les soldats allemands venaient très souvent dans son fournil pour faire du pain avec de la farine blanche qu’ils apportaient. Son commerce est proche de l’école Maurice-Bouchor, transformée alors en poste allemande du Havre. En 1943, sa boulangerie est entièrement réquisitionnée durant trois semaines, sans compensation. A-t-il cependant fait de bonnes affaires ? Le fisc en est persuadé, car il a acheté un pavillon en 1943, le contrôle économique l’a verbalisé en 1943 et 1945 pour fabrication et vente de produits interdits, c’est-à-dire du pain blanc, et certains profits n’ont pas été déclarés. Pourtant le boulanger avait quelques bonnes raisons d’espérer son acquittement. En juin 1940, lors de l’exode, il avait dû abandonner sa camionnette au bac de Quillebeuf avec ses objets les plus précieux. Il a été sinistré. Et surtout son fils aîné a été déporté en Allemagne au titre du STO. Issue tragique, là-bas, le jeune homme, souffrant de la faim, vole des lapins. Pour cela il est guillotiné.

  • 98 ADSM, 260 W 94. Décisions définitives en 1946.
  • 99 ADSM, 260 W 41.
  • 100 ADSM, 260 W 160.

57Des situations similaires existent dans l’artisanat. Marcel G. dirige une petite entreprise de couverture et plomberie, rue du Maréchal-Joffre. Il effectue des travaux pour les Allemands à hauteur de 439 000 francs. Son chiffre d’affaires ennemi est de 14 %. Une confiscation de 117 000 francs lui est appliquée98. Travaillant sur réquisition, il échappe à l’amende. Lui aussi, cependant, aurait pu espérer mieux car le nombre de ses ouvriers, une vingtaine, n’a pratiquement pas bougé, il est même passé à 9 en 1944 et son chiffre d’affaires a diminué depuis 1941. Il est reconnu comme ayant eu une attitude résistante par le comité de libération et ses deux fils, réfractaires, sont partis au maquis. Il n’a pas refusé la commande allemande pour éviter d’attirer des représailles sur le reste de sa famille. On est loin dans ce cas de certaines grosses confiscations évoquées plus haut qui ont fondu comme neige au soleil. Il n’est donc pas rare, à l’heure du bilan, de rencontrer de petits entrepreneurs, réquisitionnés, frappés de confiscation pour une opération commerciale qu’ils ne nient pas, et victimes d’une dénonciation de collaboration, alors même qu’ils fournissent des attestations de résistance, même modestes, comme Georges C., un traiteur qui affirme avoir réussi à dérober des plans de mines au cours d’une livraison de bouteilles chez Todt et les avoir fait parvenir aux Alliés99. Autre type de contrainte : des activités commerçantes se trouvent au cœur d’un système du donnant-donnant, où les autorités locales placent des fournisseurs privés en intermédiaire obligé entre l’occupant et la population. Jusqu’à décembre 1940, les troupes allemandes s’approvisionnent directement en porcs de Bretagne auprès du plus important grossiste du Havre, situé rue de Phalsbourg. Ce dernier, pour sa défense, fait état d’un arrangement sous l’égide du maire Jean Risson, par lequel le ravitaillement des Allemands permet d’obtenir d’eux des bons d’essence destinés à la population et aux charcutiers de la ville100.

  • 101 Lettre de Jean D. au président du CCPI, 20 février 1948 (ADSM, 260 W 58).
  • 102 ADSM, 1 ETPP 129, janvier 1941.

58Les instances d’épuration économique avaient-elles toujours toutes les pièces nécessaires à une juste évaluation de la contrainte ou du zèle collaborateur ? Certains dossiers invitent à la prudence, voire au doute. En 1948, le CCPI prend une décision finale de confiscation de 200 000 francs à l’encontre de Jean D., pour abattage clandestin et ventes hors rationnement. En 1939, D. était établi boucher au Havre. Mobilisé, prisonnier, il parvient à s’évader. En 1941, il achète une boucherie à Lillebonne. Il possédait avant-guerre un élevage bovin dans les marais de Tancarville. Il affirme dans son mémoire en défense que ses animaux sont allés au ravitaillement ou ont été vendus à des herbagers. Son affaire de Lillebonne marchant assez mal, il la laisse en gérance. Sa boucherie au Havre est totalement sinistrée en 1944. À cette époque il participe au déblaiement de la ville pour le compte des services de la reconstruction. Ces travaux lui sont payés et les sommes touchées sont déclarées. Un peu plus tard il ouvre un commerce de papeterie, et il doit emprunter pour cela. Il donne aux enquêteurs l’identité de ses créanciers. Il récuse toutes les accusations et demande l’annulation pure et simple de sa confiscation101. En lisant, en 1948, la lettre de Jean D. affirmant d’une part qu’il avait laissé en gérance, en 1944, sa boucherie de Lillebonne parce qu’il « ne voulait pas fournir de ravitaillement aux Allemands », et d’autre part qu’il avait exercé avec son frère pendant deux mois en 1941 le commerce de fruits et légumes rue Émile-Zola au Havre, le président du CCPI, ne pouvait relever de contradiction. Mais il n’avait sans doute pas sous les yeux les délibérations de la chambre de commerce de l’époque. Il y est inscrit, page 124 : « Avis favorable aux demandes présentées par MMD[.] Frères, 11 rue Émile-Zola, en vue d’obtenir l’autorisation d’ouvrir un commerce de légumes pour le ravitaillement de l’armée allemande102. » L’enquêteur du CCPI en 1947 concluait ainsi son rapport : « Comme son frère, M. Jean D[.] ne peut être qualifié de trafiquant notoire, quoiqu’ayant profité de la situation trouble de l’occupation allemande. » Mais l’on ne saurait dire à combien de personnes ce jugement aurait pu s’appliquer.

  • 103 ADSM, 260 W 202.
  • 104 AN, AJ/38/1266-1272. Jean Dennis est administrateur provisoire de la Caféière française, 5 place F (...)
  • 105 Lettre de Jean Dennis au préfet, 5 septembre 1941 (AN, AJ/38/5007).

59À l’échelle individuelle de l’entrepreneur, le recoupement des sources dessine en effet des conduites marquées par un certain opportunisme. Peu susceptibles d’être portés à la connaissance de l’opinion publique au moment de l’épuration, ces itinéraires en eaux troubles racontent pourtant bien des vérités sur l’air du temps. En juin 1939, une importante firme cotonnière de Brême, Boden et Haac, qui possédait nombre d’agences aux États-Unis, avait installé au Havre une succursale sous le nom de Société générale cotonnière. La direction en était confiée à Jean Dennis, transitaire, exerçant au 5 place Jules-Ferry. Mise sous séquestre en septembre 1939 comme entreprise ennemie, la société reprend ses affaires à l’armistice. Les importations de coton par Le Havre étant gelées, l’entreprise traite des produits de beauté « de qualité médiocre », des sacs en fibre d’alfa, des tapis d’Afrique du Nord. Les exportations vers l’Allemagne représentent 50 % du chiffre d’affaires. Les locaux sont sinistrés, mais l’entreprise est demeurée bénéficiaire sauf en 1943, et Dennis est rendu solidaire d’une confiscation modeste de 184 000 francs103. Le contrôleur du CCPI soupçonne au contraire des affaires « particulièrement importantes » en 1943, mais les produits vendus n’étant pas liés à l’effort de guerre, aucune amende n’est réclamée. Jusque-là, rien de très original. À ceci près que Jean Dennis, qui se trouve en Autriche au moment de l’enquête en 1946, suscite l’ire de l’enquêteur : « À noter qu’avec impudence M. Jean Dennis se dit mobilisé depuis le 7 novembre 1943 ! » En mai 1945, se trouvant en difficulté financière, Dennis était parti en Allemagne où il était devenu responsable de l’un des services américains de l’administration des Nations unies pour les secours et la réhabilitation (UNRRA). Cet organisme s’occupait du rapatriement de plusieurs millions de personnes déplacées et de réfugiés et, parmi les vingt-trois organisations caritatives qu’elle administrait, figurait la société d’aide aux immigrants juifs. Faut-il rapprocher cette reconversion philanthropique des activités de ce négociant dans l’aryanisation de la Société caféière française et de la Société des cotons bruts, dont il fut rien moins que l’administrateur provisoire104 ? Il se montra hostile à Henri Bloch et Léon Meyer, ses anciens voisins, dont il dénonça, selon ses termes, « l’homme de paille » de Marmande qui avait racheté des actions des deux négociants juifs. Il annula la vente et organisa le transfert vers des actionnaires aryens plus sûrs à ses yeux, comme il a été raconté précédemment. Assez gêné dans la célérité de ses opérations par l’existence d’une succursale à Marseille qui permettait aux spoliés de freiner l’aryanisation, il ne craignait pas d’écrire au préfet de Seine-Inférieure en septembre 1941 : « Il est bien certain qu’il serait souhaitable que les mesures prises contre les juifs, en zone occupée, le soient également en zone non occupée, le contrôle serait de cette façon, certainement plus efficace105. » Sans vouloir être juge, l’historien a parfois du mal à réprimer un haussement de sourcils.

2. Une faible lisibilité des sanctions de l’antisémitisme

  • 106 AMH, FC, H4, c. 15 bis, 1. 3, renseignements demandés par le maire.
  • 107 P. P. fait même partie de l’assemblée consultative provisoire nommée en 1945 (ADSM, 1 ETP 130, RDC (...)
  • 108 Leur identité était connue du public, voir Le Havre libre, 29 mars 1945, arrêt du 22 janvier 1945·

60Le critère principal et récurrent dans les indications données par le Comité local de libération au maire du Havre est d’abord patriotique et national. Les entreprises dédouanées sont celles qui ont été « conformes à l’esprit français » ou ont fait preuve « d’un esprit essentiellement français106 ». Il est moins étonnant alors que la spoliation soit peu lisible dans l’épuration, ou que des sentiments patriotiques publiquement connus aient davantage pesé que les affaires privées d’une société. Aucune mention n’apparaît, dans la documentation relative à l’épuration, de la désignation, le 20 novembre 1941, de Paul Petit comme délégué de la chambre de commerce du Havre auprès de la préfecture, aux ventes par soumissions de fonds de commerces juifs situés dans la circonscription du Havre107. On ne saurait donc dire si les ventes ont été freinées ou accélérées ; en revanche le délégué fixait le prix de mise en vente de l’entreprise, assez bas en général. La presse de la Libération souligne en de rares occasions les pratiques d’administrateurs provisoires hostiles aux spoliés. C’est le cas lorsque la cour de justice condamne cinq membres de la famille Derobert à la dégradation nationale108.

  • 109 Le Havre libre, 2 mars 1945.
  • 110 Le président du CLL au contrôleur du CCPI, 19 juillet 1946 (ADSM, 260 W 58).
  • 111 En cas de vente volontaire, la règle était plutôt que l’amende s’élevât au triple de la confiscati (...)

61Le journal Le Havre libre précise que « le fils Jean Derobert s’occupait de la liquidation des affaires juives109 ». Mais dans l’enquête des Profits illicites sur l’entreprise Derobert, dite magasin de meubles Mérinos, s’il est rappelé que l’indignité nationale a sanctionné la famille et plus particulièrement l’administrateur provisoire qui « aurait porté l’uniforme allemand », aucune mention n’apparaît du lien très logique entre la spoliation des magasins juifs de la même branche et la profession de la famille. La participation à l’aryanisation n’est pas une seule fois évoquée, non plus que dans l’avis du Comité de libération du Havre : « D’après notre enquête, les dirigeants de cette société ont travaillé de toutes leurs forces pour les Allemands, ils étaient des collaborateurs et des propagandistes notoires pro-allemands110. » Quant au maire de Montivilliers, président du comité local de libération de la commune où réside le père, Marcel Derobert, il signe un certificat bien elliptique : « Il est de notoriété publique que Monsieur Derobert, domicilié à Montivilliers place des combattants, ne s’est livré à Montivilliers à aucune opération commerciale pendant l’occupation allemande. » De son côté, l’associé de Marcel Derobert dans l’affaire du Mérinos, Prosper de Brémand, a confié à l’enquêteur des profits illicites que l’enrichissement de cette famille provenait probablement d’un trafic de café opéré chez un courtier de la rue Anfray où travaillait le fils aîné, et dont le père aurait profité. Cet associé semble crédible à l’enquêteur, car il affirme que son fils a passé dix-huit mois au maquis, puis s’est engagé dans l’armée Leclerc, alors que pendant ce temps le deuxième fils de Derobert portait l’uniforme allemand. Le CCPI repère un profit illicite visible de 1,9 million de francs retiré de ventes de mobilier aux Allemands dans les résidences des officiers, hôtel Frascati ou hôtel de Bordeaux. Comme M. de B. ne croit pas à des ventes de mobiliers non déclarés, l’enquêteur pense qu’il faut distinguer les profits illicites de la famille Derobert de ceux de l’entreprise d’ameublement, qui se voit appliquer une confiscation de 263 000 francs et une amende de 136 800 francs. Le Mérinos continue ses activités jusqu’en 1958. Au total, dans cette affaire, la distinction des compétences entre cour de justice et Comité des profits illicites ne permet pas de savoir dans quelle mesure exacte la mise en œuvre de la spoliation par un administrateur provisoire hostile aux spoliés a profité financièrement à ce dernier. La condamnation préalable par la cour de justice, par le biais d’une l’amende, modeste au demeurant111, permet seulement de confirmer le doute sur les sentiments patriotiques des intéressés, mais elle ne nous apprend rien sur leur antisémitisme.

  • 112 AN, AJ/38/1266-1272, fiches : « Cahen Robert » et « Cahen-Langlois » ; ADSM, CRIE, cas Human A., 2 (...)
  • 113 Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons..op. cit., p. 641.

62Le CRIE, malgré ses limites, semble avoir été plus sensible à l’aryanisation que le CCPI, qui ne sanctionne pas les revenus des administrateurs provisoires en tant que tels. À Rouen, le CRIE a sanctionné spécifiquement pour « spoliation » un courtier de Bois-Guillaume, administrateur provisoire de deux sociétés de cotons en gros dont les propriétaires étaient juifs112. La formule du CRIE qui renvoie le dossier à la cour de justice est un peu équivoque : il s’agit d’un homme qui a « apporté son concours aux entreprises de spoliation accomplies sous le contrôle de l’ennemi ». Cette formule exonère quelque peu les responsabilités de l’administration française. Si les bénéfices issus de l’aryanisation avaient été considérés comme illicites, ce qui n’aurait pas été absurde dans un contexte de justice rétroactive, ni contraire aux principes énoncés par le gouvernement provisoire, la lisibilité des conduites aurait été plus grande. Un administrateur provisoire percevait en moyenne en France, environ 3 000 francs par mois, soit le salaire d’un employé de banque pour chaque entreprise prise en tutelle113. Certains cumulent plusieurs ventes ou liquidations, on l’a vu, notamment chez les commerçants havrais. Il faut soit considérer que l’aryanisation était franco-française, mettant en action des institutions nationales, le MPI, le CGQJ, le SCAP, la SEC, ce qui invalide la thèse d’un antisémitisme imposé par l’Allemagne et met davantage à nu les responsabilités de Vichy et de ses soutiens locaux, ou bien considérer que l’aryanisation, suivie de près par la Kommandantur, avait « favorisé les desseins de l’ennemi », ce qui est tout aussi incontestable. Dans ce cas, les profits tirés de cette action sont tout aussi illégitimes, selon les principes d’épuration, que le fait d’avoir vendu des bouteilles de rhum à la Wehrmacht, puni par le CCPI. On pourra toujours objecter qu’une loi du 16 juin 1948 prévoyait un remboursement sur le produit des réalisations aux entreprises spoliées juives ou non, mais ce décaissement était à la charge de l’État. Mais n’était-ce pas là un dédouanement des conduites individuelles, des sommes vite rongées par l’inflation, et sans aucune mesure avec les conséquences des actes de la majorité des administrateurs provisoires, hostiles à ceux qu’ils contribuaient à chasser du monde de l’entreprise et de leur foyer.

  • 114 Philippe Verheyde, Les Mauvais Comptes de Vichy..., op. cit., p. 131-149.

63Le fait d’avoir vendu quelques produits de consommation courante à des soldats allemands peut provoquer une enquête pour profits illicites. Des confiscations de quelques milliers de francs ne sont pas rares, bien inférieures au montant de certaines spoliations et au salaire global de quelques administrateurs provisoires. La fréquentation des dossiers élaborés à la Libération nous conduit donc à constater un découplage de la question de la spoliation et celle de l’épuration économique. Du côté des dommages de guerre, quelques rares dossiers mentionnent des aryanisations avec bien des euphémismes et simplement pour expliquer les difficultés du sinistré. D’autres sont muets à ce propos. Comme exemple de cette mise hors-sujet de la spoliation dans le processus d’épuration, voici les magasins Monoprix. En France ils ont été aryanisés dans le cadre plus large du groupe auquel ils appartenaient : les Galeries Lafayette, propriété de la famille Bader. Ce dossier, très complexe, est aujourd’hui bien connu, ainsi que la stratégie des Allemands pour imposer un repreneur de leur choix114. Avec l’appui de gros actionnaires français, les nazis réussissent à éviter des transferts d’actions jugés trop favorables aux anciens propriétaires, à aryaniser les Galeries et à constituer une SA regroupant les Monoprix avec un actionnariat réparti entre les Galeries, un industriel du Nord et une part directement allemande de 15 %. Les Monoprix avaient dès leur constitution une relative autonomie dans le montage du groupe. Le magasin du Havre était une filiale de la SA Monoprix de la rue Cézanne à Paris, mais constituait une société distincte. Son siège au Havre était situé 38-40 rue Thiers et proposait alors des articles ménagers et des meubles. Son compte spécial de « frais d’entretien pour l’armée d’occupation », qui s’élevait à moins de 100 000 francs, fut néanmoins examiné par les profits illicites et l’affaire classée sans suite en 1948. Mais hormis l’appellation « Nouvelle maison de la ville du Havre Monoprix », absolument rien dans ce dossier ne laisse apparaître un quelconque changement dans la gestion du magasin ni soupçonner une procédure d’aryanisation.

  • 115 ADSM, 260 W 175.
  • 116 Pillage de juin 1940, attesté en septembre 1941 par le commissaire de police Max Guérineau sur pla (...)
  • 117 Soit 16 000 F valeur 1939, si on veut comparer la somme avec des chiffres d’affaires du temps de l (...)

64Autre cas limite de découplage, significatif d’une indifférence à la condition des rescapés de la Shoah, la citation aux profits illicites du tailleur Adolphe Piterman en janvier 1947115. Micro-histoire sans doute, ce dossier figurant dans les archives au milieu de mainte affaire de collaboration suscite malgré tout la réflexion. Quoique dispensé du service militaire, ce commerçant s’engage volontairement en 1939-1940. Au retour, il se réfugie en zone sud. Son avocat explique qu’en raison « de sa race israélite il a été obligé de cesser toute activité pendant l’occupation ». Père de trois enfants, Adolphe Piterman échappe à la déportation, contrairement à plusieurs membres de sa famille exterminés par les nazis. Son magasin de confections Modernex, 79 rue de Paris, est placé sous l’administration provisoire de R. Delaporte, procédure dont il n’est nullement question dans le rapport du CCPI. Sinistrée une première fois en 1940, sa boutique est pillée116, puis définitivement enfouie sous les bombes en 1944. C’est en octobre 1944 qu’il revient au Havre et tente de reprendre son activité au 321 rue Aristide-Briand. Il est cité à comparaître aux profits illicites sur dénonciation d’une cliente qui affirme avoir payé un costume au-delà du prix autorisé. Il s’avère que la dame se trompait de magasin. Une autre plainte de cliente pour la même raison est alors infirmée par le propre époux de la dame. Piterman reconnaît cependant qu’il a pratiqué quelques surprix. Mais il fait remarquer qu’il n’a rien touché de l’État comme sinistré et qu’il se trouvait dans la difficulté, malgré l’aide de sa sœur réfugiée en Amérique. Il écope donc d’une sanction fiscale de 80 000 francs117. Son avocat, Me Sébire, met en lumière des erreurs de frappe, fournit des factures normales et fait remarquer que les faits reprochés ne devraient pas relever du CCPI, puisqu’ils sont relatifs à une période, entre juin 1945 et août 1946, que la loi ne vise pas. Cette affaire traîne jusqu’au Conseil supérieur des profits illicites qui maintient la sanction, jusqu’en 1950.

F. L’épuration économique au Havre a-t-elle eu lieu ?

  • 118 Voir Philippe Verheyde, « Guerres et profits en longue durée, une approche politique et morale de (...)
  • 119 Rejoignant en cela Florent Le Bot, « Confisquer les profits illicites : épuration économique ou si (...)

65Un regard d’ensemble sur l’épuration havraise des entreprises est désormais possible. Nous l’avons vue parfois incertaine, à géométrie variable, souvent provisoire. Elle exprimait pourtant une claire volonté politique et elle s’était fondée sur l’application d’un nouveau droit rétroactif et d’une légitimité de la désobéissance sous l’Occupation. Cette rétroactivité signifiait qu’en des circonstances exceptionnelles le droit naturel pouvait l’emporter sur le droit positif118. Le terme même de confiscation n’était pas dénué d’une valeur éthique fondée sur la responsabilité. Même s’il n’y eut pas d’égalité véritable devant l’épuration, on ne peut céder à la subjectivité et jeter le bébé avec l’eau du bain : l’épuration des entreprises a bel et bien eu lieu, et notamment en Seine-Inférieure. Si les sources et les actes de l’épuration professionnelle nous paraissent assez limités, notamment en ce qui concerne le CRIE, il est en revanche certain que le travail du CCPI, dont les dossiers se sont ouverts aux historiens depuis peu, a été intense, méticuleux, en un mot, sérieux. Les enquêtes les plus nombreuses sont celles des inspecteurs Hours, Delesques et Bourgier. Elles sont conduites avec rigueur comme en témoignent leurs rapports. Ils avaient sans doute en leur temps, autre chose à penser de leur travail que la transmission aux historiens du futur, mais leur travail constitue un corpus précieux d’informations sur la collaboration économique de toute une ville, avec son cortège de complaisances mais aussi ses contraintes et ses résistances. Ainsi, à la question de savoir si la confiscation des profits illicites fut une épuration économique ou une simple mesure fiscale, nous répondrons qu’elle fut les deux119. Et aujourd’hui elle représente un témoignage irremplaçable sur la confiscation générale du travail des Havrais par l’occupant. Avec le rapport Ferré pour la CNIE, s’ajoute une interrogation sur la responsabilité collective de toute la branche du bâtiment et des travaux publics du Havre dans la construction du mur de l’Atlantique. Avant de tenter un bilan général de l’épuration des entreprises au Havre, il est peut-être instructif de présenter le cas de collaboration qui fut jugé le plus sévèrement par le CCPI.

1. Quand les « opérations avec l’ennemi » vont trop loin...

66Paradoxalement, la plus importante sanction financière prononcée par le Comité de confiscation à l’encontre d’une entreprise havraise ne concerne pas une grande société, mais une entreprise moyenne de transport routier, distribution d’essence et garage automobile. Le total des confiscations et amendes appliquées solidairement à cette SARL et aux deux associés qui la conduisent atteint un total de 17,3 millions de francs avant que les procédures d’appel ne le diminuent. Il se décompose ainsi :

  • 120 Rapports du 14 et du 18 octobre 1944 (ADSM, 260 W 145).
  • 121 Lettre du chef de la Sécurité militaire au Havre, 1er décembre 1944, ibid.

67Quels sont les griefs qui justifient de telles sommes ? Plusieurs enquêtes convergent à charge : pour le commissaire de police, il s’agit tout à la fois de collaboration commerciale, de constitution de fortune à la faveur de l’Occupation, de pratique du marché noir et d’intelligence avec l’ennemi attestée par des relations suivies avec la Sicherheitspolizei du Havre et de dénonciations, « agissements connus de toute la population du Havre120 ». Ces accointances avec la Gestapo seraient surtout le fait de l’associé J. M. Les « trafics de transports, conserves, vins et alcools » n’ont pu être chiffrés, car ils n’ont pas été comptabilisés par la société. Les comptes ne laissent en effet apparaître qu’un pourcentage « d’affaires allemandes » modeste : 2,7 pour 23,7 millions de francs soit 11,4 %. Ce n’est donc pas la sanction des profits illicites qui explique l’importance des amendes imposées aux patrons de cette entreprise. C’est l’enquête de la Sécurité militaire qui est ici déterminante : en décembre 1944, après avoir procédé à l’arrestation des deux associés, elle informe les juridictions d’épuration que J. M. a avoué être depuis 1935 un agent du service de renseignement allemand et que sa participation à une affaire d’espionnage a été établie121. Arrêté le 20 septembre 1944, J. s’évade le 7 novembre, il est porté disparu. L. est interné en octobre et relâché sans jugement en avril 1945. Pendant ce temps l’entreprise est placée sous séquestre.

Tableau 26 - Sanctions financières initiales contre la société M. (ADSM, 260 W 145).

Dossier

Confiscation

Amende

SARL M.

357 473

714 946

L. M.

840 000

1 680 000

J. M.

4 565 000

9 130 000

  • 122 Le cachet du CSPI a été apposé sur le document le 3 janvier 1949 (ADSM, 260 W 145).
  • 123 Les 2/5e selon l’intéressé, les 9/10e selon le CCPI.

68Dans le mémoire en défense parvenu au Conseil supérieur de confiscation des profits illicites122, L. tente de séparer ses responsabilités de celles de son frère J. : les affirmations de la Sécurité militaire sont, dit-il, inexactes. L. n’avait qu’un rôle de contremaître, la direction des affaires appartenant à J., qui « dirigeait et administrait ». L. nie toute collaboration avec les autorités allemandes. L’affirmation selon laquelle il « partageait les idées et les activités de son frère » ne repose sur « rien ». Autre argument : accuser les frères M. d’enrichissement, c’est ignorer la prospérité de l’entreprise avant-guerre, qui présentait un chiffre d’affaires annuel supérieur à 30 millions. Le garage, les quatre postes d’essence dans l’agglomération, le service de transports routier réguliers vers le Nord et la région parisienne existaient déjà. Ce sont ces revenus qui leur ont permis « de faire face à des acquisitions durant les hostilités » et non la collaboration avec les Allemands. Ces acquisitions, confirmées par L. M. qui en conteste toutefois les proportions, concernent une société civile immobilière en partenariat avec une entreprise-champignon du BTP, la majorité des actions de la Compagnie nouvelle de transports123 en échange de véhicules de transport routier et des intérêts dans une société de produits pétroliers. L’entrepreneur mis en cause confirme que la SCI a acheté pendant l’Occupation l’hôtel Continental pour 3,5 millions de francs et que son entreprise possédait un stock d’or important lui permettant de financer ses achats de pétrole. Il indique aussi que, si l’immeuble du cinéma Rex lui appartient bien, il n’a aucune part dans son exploitation commerciale. La défense de L. M. revient donc à minimiser à la fois son rôle personnel dans la collaboration avec les Allemands et à décrire une prospérité qui ne leur doit rien.

  • 124 ADSM, 260 W 50.

69Malgré des révisions à la baisse résultant des procédures d’appel, l’essentiel des sanctions fut ici maintenu et les associés furent jugées solidaires. L’amende de J. fut diminuée, mais elle s’appliquait à une personne disparue. La déchéance aux droits à dommages de guerre fut appliquée à la société, car l’absence de contrainte était définitivement établie. Cette entreprise ne disparut cependant pas et eut ensuite une longue vie, mais ceci est une autre histoire. Deux interrogations demeurent cependant face à ce cas de collaboration très prononcée : pourquoi les accusations des autorités d’épuration n’ont-elles pas été annihilées par le temps et les procédures, comme en d’autres cas fort nombreux, et pourquoi les soutiens habituels à ce genre de dossier n’ont-ils pas fonctionné ? C’est sans doute qu’ici collaboration économique et collaboration politique étaient difficilement dissociables. Aucune contrainte ne pouvait être reconnue à un patron qui entrait quotidiennement dans les bureaux de la Gestapo et qui avait des relations personnelles avec la Kommandantur. L’avis très négatif du Comité de libération était conforté par celui de la sécurité militaire, qui maintint son accusation d’espionnage et de complicité avec ce que l’opinion avait le plus en horreur, la police nazie et ses auxiliaires français. L’achat, en mars 1943, de 5 000 francs d’actions de la Société des entrepôts maritimes de la Manche en voie d’aryanisation fut également une pièce versée au dossier. Le rachat de la majorité des actions de la Compagnie nouvelle de transports ne pouvait guère jouer en faveur de M., car le CCPI avait qualifié de « coupable tolérance du conseil d’administration » l’encaissement de soultes occultes par le directeur général de cette entreprise, dont le chiffre d’affaires illicite s’élevait à 6,3 millions de francs124.

  • 125 ADSM, 260 W 109.
  • 126 Selon le CCPI, il achetait à Troyes de la bonneterie en gros et se rendait à Épernay pour approvis (...)

70Le CCPI n’ignorait pas les recoupements possibles entre les dossiers qu’il instruisait et qui laissaient apparaître un réseau d’individus assez puissants. Parmi eux un grossiste, R. H., mis en cause pour trafic de café, de bas de soie, de champagne et autres marchandises. En 1943, le sous-préfet tente d’entraver un trafic illicite de H. et fait mettre en fourrière par le contrôleur principal du Havre un camion appartenant à M., chargé de cinq tonnes de cuirs verts conduit par un débitant d’Harfleur et chargés chez un fermier de Gainneville. La Gestapo intervient pour libérer le véhicule et le sous-préfet doit s’incliner. Voici ce qu’écrit le contrôleur principal : « Le sieur M. J. qui n’avait pas perdu son temps venait faire relâcher manu militari avec deux gendarmes allemands le camion qui lui appartenait et son contenu. Le sieur M. important garagiste du Havre a, de notoriété publique, fait un trafic colossal avec les Allemands [...] M. était réputé comme un des individus les plus dangereux au point de vue de ses sentiments pro-allemands. » À tel point que les services qui « pensaient français » n’osaient pas, selon ce fonctionnaire, s’attaquer à lui. Le cas H. présentait beaucoup de points communs avec M. : une confiscation initiale par le CCPI de 2 millions de francs et une amende de 6 millions de francs, qui le place aussi devant nombre de grandes entreprises collaborantes, des accusations de marché noir, un large train de vie et surtout des relations étroites avec les officiers allemands, notamment Siegenbach de la Kommandantur, Ackermann de la Gestapo et Neuman dit « le balafré125 ». Le comité de libération le qualifia de « collaborateur notoire acheteur officiel de marchandises diverses pour les Allemands126 ». Parallèlement à l’enquête fiscale, H. fut poursuivi en cour de justice, acquitté finalement en avril 1946 quant à l’intelligence avec l’ennemi, mais cependant frappé de dégradation nationale pour dix ans. H. essaya tous les recours, nia tout en bloc, fit une demande d’amnistie en 1947, mais le CCPI était formel : la sanction, bientôt réduite à 2,4 millions de francs par le Conseil supérieur, avait été « appliquée en toute connaissance de cause ». Devant la cour de justice, H. affirma que ses relations avec les Allemands « avaient servi la cause française », puisqu’il avait évité l’arrestation d’une demi-douzaine de personnes par la Gestapo. H. écrit dans son mémoire en défense au sujet d’un juré qui lui rétorquait que, pour obtenir cela, il fallait être rudement bien avec les Allemands : « Je répondis simplement : selon moi, une bouteille de cognac ou tout autre cadeau valait bien la vie d’un Français. »

  • 127 Il y a eu deux responsables allemands nommés Ackerman au Havre, un Orstkommandant et un chef de la (...)

71Les témoignages de soutien dans le dossier M. étaient sans doute jugées efficaces par leurs auteurs, sinon ils n’auraient pas pris le risque de les écrire. Avec le recul, elles paraissent aujourd’hui totalement contre-productives. Le 17 novembre 1947, le patron d’un chantier naval écrit à L. M. : « Vous m’avez demandé de vous donner mon témoignage dans l’affaire de votre frère ; je le fais avec plaisir, car je l’ai bien connu. » C’est probablement l’entrée des frères M. dans la CNT, où l’auteur de la lettre est administrateur qui explique cette relation. J. M. est décrit comme « un homme actif et avisé en affaires ». Pendant la guerre, cet industriel a demandé à J. M. d’intervenir pour certains de ses ouvriers à plusieurs reprises. Sans doute s’agissait-il de leur obtenir une exemption du STO. Et l’auteur de la lettre versée au dossier ajoute : « Il avait des rapports avec la police allemande, mais il n’a jamais été un espion [phrase soulignée d’un trait rouge par l’organisme d’épuration]. Il a cherché à protéger son matériel... puis il a cru qu’il se protégeait lui-même. » Vient enfin une assertion allusive : « Il a été victime d’un organisme qui agissait sans mandat véritable, tribunal d’exception qui bien souvent a servi à assouvir des rancunes personnelles. » L’auteur visait-il la Sécurité militaire, le Comité de libération ou le CCPI lui-même ? Une deuxième lettre de soutien, le 1er décembre 1947, aurait dû peser, car elle venait du fils d’un entrepreneur mort à Auschwitz pour avoir tenu des propos anti-allemands. Il affirme que son père, arrêté une première fois, avait été provisoirement relâché grâce à l’intervention de J. M. Là encore, le crayon rouge de l’autorité d’épuration souligne un passage à double tranchant : « Au cours de mes contacts fréquents que j’ai pu avoir avec lui à cette époque, il m’a été possible de constater que les rapports avec la Sicherheitspolizei ne pouvaient être que de nature à lui permettre d’aider ses compatriotes. » Ensuite vient la lettre d’un couple dont la femme a été déportée, qui atteste des tentatives de J. M. de protéger ses enfants par une intervention à la Gestapo. Quatrième pièce : un chef de chantier du bâtiment, envoyé en prison « pour avoir acheté 400 litres de gasoil à des hollandais », obtient le sursis grâce à J. M. et enfin, dernière pièce, un gendarme qui a demandé à ce dernier d’aider une personne arrêtée pour détention d’arme, affirme que celle-ci n’a pas été déportée grâce à l’intervention de J. M. auprès d’Ackerman, chef de la Gestapo du Havre127. Tout cela, au fond, ne faisait que renforcer l’idée que la Gestapo devait quelque chose à l’inculpé. On ne peut ici prétendre que l’épuration n’a pas eu lieu mais il ne s’agissait pas, à l’évidence, de la seule épuration économique.

2. Vers un bilan de l’épuration des entreprises au Havre

72Est-il possible maintenant d’aller au-delà des cas particuliers et de quantifier l’épuration des entreprises havraises ? Peut-on se faire une idée assez précise des branches professionnelles qui ont été particulièrement ciblées ? En Seine-Inférieure, le CCPI départemental a cité à comparaître 1 813 entreprises ou entrepreneurs. Les dossiers concernant la seule commune du Havre sont au nombre de 256, soit un peu plus de 14 %. C’est assez conforme au poids démographique de la ville, car toute la population active du département a été concernée par les enquêtes, notamment un assez grand nombre d’agriculteurs, ce qui minore d’autant la collaboration en milieu urbain.

73Ainsi le petit commerce et l’artisanat représentent-ils près de la moitié des cas examinés par le Comité de confiscation. Mais certains de ces dossiers sont peu importants, d’autres concernent une infraction au règlement des prix sans rapport avec les ventes aux Allemands. Relativement au nombre de commerçants, cela représente moins de 2 % des effectifs. La paralysie du négoce portuaire se lit assez bien ici, même si elle n’est pas totale. La part de l’industrie est modeste pour deux raisons. La première est la concentration du secteur, qui limite le nombre de dossiers, plutôt fournis en revanche. La seconde est le caractère allogène des grandes entreprises qui ont été citées à comparaître dans d’autres départements où se distribuent leurs usines, notamment à Paris. Seule la réparation navale, dont le patronat est majoritairement autochtone, et la métallurgie à direction locale ont été observées à l’échelle départementale. Les entreprises de transports sont ici davantage, pour les mêmes raisons, des transporteurs routiers que des compagnies maritimes. La catégorie « autres dossiers » est relative à des services, des activités de commissionnaires, des individus mis en cause pour leur activité indépendante et frauduleuse, et quelques maisons de tolérance. Enfin, avec vingt-six entreprises, grandes ou moyennes du bâtiment et des travaux publics, soit plus de la moitié de la liste contenue dans l’annuaire professionnel du Havre en 1939, on constate la grande mobilisation de ce secteur pour les besoins du mur de l’Atlantique et du logement de la garnison. On peut aussi y voir un souci d’exhaustivité de l’administration fiscale à l’égard de ces entreprises stratégiques, sous l’œil vigilant de la CNIE.

Tableau 27 - Ventilation par branches et catégories des dossiers havrais du CCPI.

Petit commerce

83

32,5 %

Artisanat

40

15,6 %

Bâtiment, travaux publics, peinture

26

10,2 %

Transport, manutention

18

7,1 %

Hôtellerie, restauration

16

6,2 %

Industries et réparation navale

12

4,6 %

Négoce, entrepôt, transit

8

3,1 %

Autres activités

53

20,6 %

Total

256

100 %

Source : ADSM, 260 W 1 à260W212.

  • 128 On aurait pu de même, si les sources étaient homogènes, rapporter le chiffre du profit illicite av (...)
  • 129 La compagnie de remorquage Les Abeilles, dont le dossier au CCPI ne contient pas le CA global, n’a (...)
  • 130 Le président du CCPI écrit au directeur des contributions et se dit choqué de ce que pour 1942 le (...)

74Examinons de plus près les sanctions financières, au moins jusqu’aux débuts de la IVe République, avant qu’elles ne soient faussées par les réseaux d’influence et la capacité de survie de certains auteurs du délit de collaboration économique. On pourrait ici tenter d’établir le ratio entre le montant de la confiscation et le chiffre d’affaires allemand, et en faire une sorte d’indice de « sévérité » de l’épuration économique128. Voyons le cas de quelques entreprises dont les marchés avec l’ennemi ont été supérieurs à 10 millions de francs et situés entre 3 5 % et 100 % du chiffre d’affaires total, et pour lesquelles les sources sont suffisamment précises129. Tout en signalant la présence éventuelle d’une amende, nous exclurons celle-ci du calcul, puisque cette sanction est d’ordre moral et politique. Nous tenterons également de rapporter le profit illicite brut à ce chiffre d’affaires. Cela nous permettra de constater des inégalités dans l’estimation du profit illicite par rapport à un chiffre égal de travaux ennemis à l’intérieur d’une même branche. Précisons toutefois les limites de ce calcul. Il ne s’agit pas d’un taux de profit ou de rentabilité qui nécessiterait la connaissance de bilans complets. D’autre part, les enquêteurs eux-mêmes croient rarement à la sincérité des comptes quand ils opèrent des recoupements avec les déclarations de revenus. En effet, nous avons le cas d’une grosse entreprise dont le fisc a « flairé » en quelque sorte qu’elle s’est débrouillée, en reconstituant une comptabilité sinistrée, pour affecter habilement les bénéfices aux affaires « françaises » dans une proportion qui diminuera les profits illicites130. Le fisc décide alors de considérer que la rentabilité était la même pour toutes les affaires.

  • 131 Pour Lepage F. entreprise générale, l’une des trois sociétés du groupe familial SFTR (métaux, méca (...)
  • 132 Rapport Bourgier sur Thireau-Morel (ADSM, 260 W 207).

75À cela s’ajoute la bienheureuse surprise de pouvoir déduire la créance allemande d’une confiscation, ce qui revient certes à compenser une perte, mais aussi à soustraire un chiffre d’affaires d’un bénéfice131. Un chantier non payé peut ainsi réduire à peu de chose la sanction relative à ceux qui l’ont été, comme ce fut le cas pour la SFTR, ou l’annuler complètement. La déduction de la créance impayée n’est-elle pas une couverture rétrospective par l’État d’un risque pris par l’entreprise, même sous contrainte, qui tend à annuler quasiment la sanction de ce qui est par ailleurs considéré comme illicite ? Il est vrai que certaines affaires allemandes n’ont pas été rentables. Nous en avons un exemple avec les Verreries de Graville dont les ventes à la Wehrmacht, 14 % de leur chiffre total, étaient déficitaires, car on laissait à l’usine la charge des frais de transport des bouteilles jusqu’à la frontière : la confiscation fut immédiatement annulée. Mais les inspecteurs du fisc sont formels : une entreprise de BTP « travaille à raison de 10 % au minimum de bénéfice net » durant cette période132. Cette estimation donne un repère pour lire le tableau qui suit. Quelques chiffres montreront ainsi que les fonctionnaires de l’épuration ont bien fait leur travail. Ils ont essayé de se frayer un chemin dans les jeux d’écriture et dans les jeux d’influence. Les ratios que nous calculons ici, malgré leur approximation, confirment des disparités et des inégalités dans les sanctions de la collaboration économique. La confrontation des deux pourcentages souligne combien la confiscation, surtout quand elle est usée par le temps et les procédures d’appel, ne donne qu’une faible idée de la rentabilité des travaux allemands.

Tableau 28 - Calcul du ratio « confiscation sur affaires allemandes » (1) et du ratio « profit illicite ou, à défaut, confiscation initiale sur affaires allemandes » (2) de quelques entreprises havraises. En millions de francs et en pourcentages.

Tableau 28 - Calcul du ratio « confiscation sur affaires allemandes » (1) et du ratio « profit illicite ou, à défaut, confiscation initiale sur affaires allemandes » (2) de quelques entreprises havraises. En millions de francs et en pourcentages.

PI : profit illicite avant déductions ; Cl : confiscation initiale.

  • 133 ADSM, 260 W 139.
  • 134 Voir Marc Bergère, « Bilan national de la confiscation des profits illicites, 1944-1960 », dans L’ (...)

76La conjoncture monétaire a bénéficié aux entreprises sanctionnées de confiscation ou d’amende. Les sanctions n’étaient pas réévaluées en fonction de l’inflation comme ce fut le cas pour les dommages de guerre. Prenons l’exemple assez représentatif de la Carrosserie L., dont la confiscation des profits illicites hors amende en juin 1945 est fixée à 1,7 millions de francs133. On peut déjà considérer que cette somme n’a pas été établie en reflétant les sommes perçues des Allemands dès 1941, qui, pour tenir compte de l’inflation, auraient pu être triplées à la Libération. Ensuite, comme dans la plupart des cas, avec les procédures d’appel et après révision par le Conseil supérieur, la confiscation de cette entreprise est ramenée à 525 000 francs en 1948, date à laquelle de nombreuses sommes n’ont pas encore été recouvrées par l’administration fiscale134. L’inflation d’après-guerre exigerait de la multiplier par 5,3, car, en francs constants 1944, la confiscation réelle ne représente plus alors que 99 000 francs, soit 5,8 % du profit illicite établi en juin 1945. Ce facteur monétaire était particulièrement favorable aux sociétés à grande surface financière qui ne furent pas exclues des chantiers de la reconstruction et dont la croissance du chiffre d’affaires minimisait d’autant la sanction fiscale.

  • 135 Note de l’inspecteur Delesques, cachet du CCPI du 25 juin 1949 (ADSM, 260 W 1).
  • 136 ADSM, 260 W 139.

77Dans le domaine des activités portuaires, le cas de la compagnie de remorquage Les Abeilles, qui, faut-il le rappeler, est une entreprise de dimension nationale, permet de mettre en relations quelques chiffres révélateurs de la manière dont l’inflation, alliée au contexte de reconstruction, fait « fondre » en quelque sorte les effets relatifs de l’épuration économique. Pour un profit global durant l’Occupation de 42 millions de francs, l’entreprise se voit exiger une confiscation de 22 millions de francs de profits illicites, après déductions et réclamations. La décision finale en effet ne fut rendue par le Conseil supérieur qu’après annulation des sanctions précédentes par le Conseil d’État, en 1955. Après 1945, le déblocage des comptes de la compagnie à la banque Vernes est facilité par le fait que la compagnie dispose d’une créance de 70 millions de francs sur l’État pour des travaux qu’elle a effectués depuis la libération du territoire135. En 1953, les dommages de guerre de la compagnie représentent 103 millions de francs. Payée en francs 1955, la confiscation ne représente plus que 2,5 millions en francs constants 1944. On voit ici à la fois l’importance de la durée des procédures ainsi que celle de futilité économique au moment de la reconstruction, car la reprise du trafic ne pouvait se faire sans l’intervention des remorqueurs. À l’inverse, lorsque c’était un individu qui était mis en cause, la punition pouvait effectivement représenter une ponction proportionnellement plus accusée. Nous avons cité, dans les entreprises-champignon, le cas de cet ancien navigateur, François L., artisan de deux associations successives, avec un maçon de Bléville puis un entrepreneur de Sotteville : inculpé pour « collaboration délibérée », il fut condamné à la dégradation nationale par la cour de justice du Havre et fut frappé personnellement d’une taxation de 1,5 millions de francs, amende comprise. En 1954, il s’engagea pour l’Indochine136.

  • 137 ADSM, 260 W 139.

78La justification par les acteurs de leur conduite sous l’Occupation, quand elle était formulée à la Libération, était elle-même influencée par les représentations du moment. Les événements successifs du temps de guerre ont changé les représentations. Communiquer des renseignements à la Résistance en 1941 n’avait pas tout à fait le même sens qu’en 1943 au moment où des signes de défaite de l’occupant et de désaffection à l’égard de Vichy se manifestaient. Les enquêteurs et juges de l’épuration eux-mêmes étaient plus intransigeants en 1944-1945 qu’en 1949, et plus compréhensifs, semble-t-il, quand on jugeait à Paris plutôt que dans le département où l’entreprise avait travaillé. Ne pas juger certes, mais renoncer à un certain nombre de vérités, de faits et d’indices concordants serait renoncer au travail historique lui-même : il n’y a pas lieu d’être plus naïfs que les hommes et femmes de ce temps-là. Par exemple, dans le dossier de la Carrosserie L., condamnée par le CCPI à une confiscation de 1,7 million et à une amende de 0,85 million, une pétition de soutien, qui débute par « Nous ouvriers et employés de la maison affirmons que c’est par la contrainte... », se termine par l’évocation d’un membre de la famille arrêté comme otage en juin 1941 et envoyé à Auschwitz137. Ce qu’ils ne disent pas, c’est que le gérant Jean L. était membre du parti franciste, qu’il fut interné pour cela en mars 1945 même s’il fut acquitté par la cour de justice en décembre 1946.

79Nous dirons donc que chez les accusés il y eut sans doute des arguties, du double jeu, plus ou moins conscient selon les cas, des astuces rétroactives. Elles reviennent trop souvent dans les enquêtes à la Libération, dans le but de justifier des conduites passées pour que l’on n’attire pas sur elles l’attention du lecteur. Parmi les invariants des mémoires en défense, arrêtons-nous sur quelques-uns d’entre eux. « En voie de démission de l’entreprise [AZ] et voulant continuer son action de résistance, de sabotage et de protection ouvrière, M[.] » « L[.] accepta le poste de directeur de l’entreprise R[.] » nous dit un mémoire en défense, se référant à des faits datant de 1943. Interrogé par le président de la CNIE qui lui demande s’il a repris l’affaire à ce moment précis sous l’empire de la contrainte, l’entrepreneur répond : « La Gestapo est venue me chercher et elle m’a dit : “si vous ne voulez pas continuer à travailler on vous obligera à le faire, si vous n’avez pas d’argent, on vous en fournira” [...] Voilà, j’ai d’ailleurs des attestations. » Un interrogatoire, bref, qui aboutit à la mise hors de cause de l’entrepreneur par la CNIE. « Vous dites que la Gestapo est venue chez vous... ? » Et l’affaire est entendue : M. L. a fait action de résistance en travaillant à 100 % au mur de l’Atlantique, mais le CCPI ne l’a pas entendu de cette oreille.

80Liberge, puisqu’il s’agit de lui, n’est pas le seul à se parer d’une préméditation résistante pour justifier un chantier, tout en plaidant la contrainte. C’est un peu : « Je voulais le faire, mais on m’y a obligé. » Étrange logique. Cela rejoint l’argument de la SFTR cité plus haut au sujet de la ferme Saint-Georges : c’est en construisant un ouvrage militaire pour les Allemands qu’on est le mieux placé pour dire à la Résistance où il se trouve. Les fonctionnaires de l’épuration n’étaient pas dupes. Certains enquêteurs, se distinguant en cela des juges, considèrent, comme M. Verdier cité dans le rapport Ferré, « qu’aucune “aide à la Résistance” ne peut légitimer la collaboration ». Les cas évoqués montrent que ce ferme principe fut inégalement appliqué, et c’est un euphémisme. L’argument de défense le plus fréquent est celui d’avoir employé des réfractaires. Il n’est pas étonnant à ce propos que des listes entières d’ouvriers recrutés par les entreprises du Havre, et reconnaissants envers leur patron, figurent dans les mémoires en défense. Le fait d’avoir été embauchés leur a évité la déportation du travail, mais quand un patron va faire son marché à l’office régional du Travail pour augmenter ses effectifs sur le mur de l’Atlantique, peut-on vraiment assimiler cela à un acte de résistance ? Dans ce cas aussi, ne faudrait-il pas établir une nuance entre les patrons qui embauchent les ouvriers sous leur vrai nom dans une entreprise travaillant en France pour l’Allemagne, et ceux, bien plus rares, qui les emploient avec de faux papiers contrevenant consciemment à la double loi de l’occupant et de Vichy ?

  • 138 Normandie du 24 octobre 1944.
  • 139 ADSM, 51 W Cab. 2 AF 8. En revanche on ne trouve pas de dossier concernant la CIM au CCPI, ni au C (...)

81L’épuration professionnelle au sens strict fut donc assez limitée. Au point de se demander si, en l’absence de commission des profits illicites, la collaboration serait lisible. Des arrestations ont eu lieu à la Libération, mais parfois pour mettre certaines personnes à l’abri de représailles extra-judiciaires, et, il faut le répéter, internement n’est pas jugement. C’est au contraire bien souvent la condition d’une justice sereine. Des arrestations chez les responsables économiques ont été rares, en dehors de quelques accusations politiques de collaborationnisme concernant plutôt des responsables de petites et moyennes entreprises ou des artisans et commerçants. Les interdits professionnels proprement dits sont rares. Le directeur de la Société nationale de constructions aéronautiques du Nord au Havre-Graville, Robert Le Chenet, est arrêté en octobre 1944138. L’exclusion de marchés publics de reconstruction n’a frappé que deux patrons du bâtiment, Liva et Liberge, comme on l’a constaté. Les dirigeants de la SFTR ont été de fait empêchés d’exercer, du fait de leur internement, avant de reprendre leurs activités. Le responsable administratif du Petit Havre, René Randolet a subi également un interdit professionnel temporaire qui s’est ajouté à la sanction civique. Autre cas plus discret, qui pourrait se rattacher à l’épuration professionnelle, la mise à l’écart de l’administration du port autonome de Georges Bourgeois, président de la Compagnie industrielle et maritime139. Les cuves de pétrole en flammes au moment de l’exode ont laissé une empreinte dans la mémoire des Havrais et des images spectaculaires. Ces destructions n’avaient apparemment pas réduit à néant l’activité de l’entreprise, puisque le sous-préfet du Havre, le 25 janvier 1945, demande la mise à l’écart de celui qui représentait le gouvernement au sein de l’administration du port, en raison des « accords qu’il avait passés avec les autorités allemandes, accords aux termes desquels la société avait perçu, à titre de bons offices, un honoraire d’un million ».

  • 140 ADSM, 51 W Cab. 5/6.
  • 141 Recoupement des listes et dossiers AMH, FC, H4, c. 15 bis et ADSM, 244 W 118.

82La sanction peut être symbolique et se limiter à un blâme prononcé par le CRIE. Ce fut le cas pour André Langlois qui avait créé en juin 1942 à Harfleur une entreprise de travaux publics « en s’associant avec un tiers travaillant notoirement pour les Allemands et accusé d’être un pourvoyeur d’hommes pour l’Organisation Todt140 ». Mais, même en ajoutant les quelques cas de mise à l’écart plus discrets des fonctions de direction, on peut considérer que l’épuration professionnelle au sens strict est loin d’atteindre la vigueur, pourtant bien inégale et dégressive, de l’épuration économique et fiscale. Toutefois, l’internement d’artisans et de commerçants, souvent accompagné de la mise sous séquestre de leur entreprise, peut être considéré comme une interdiction professionnelle provisoire de fait, bien que le grief soit le plus souvent de nature politique. Plusieurs dizaines de petits patrons141, sanctionnés pour appartenance aux partis collaborationnistes ou cités devant les profits illicites et la chambre civique, ont forcément dû interrompre leur activité durant quelques mois. Ce fut le cas par exemple d’un grossiste en fournitures automobiles de la rue du Dr-Vigné, dont le séquestre dure de décembre 1944 à mai 1945. Membre du parti franciste, il est condamné ensuite à la dégradation nationale en mai 1946. Frappé de séquestre durant la même période, un charcutier du boulevard de Graville, de même que l’un de ses collègues de la rue Aristide-Briand, interné au centre Joint-Lambert de Rouen.

  • 142 Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons..., op. cit.
  • 143 ADSM, 260 W 112.

83La gamme des attitudes ne peut être ramenée à quelques catégories sommaires et manichéennes. L’« impossible typologie » qui résulte d’une lecture attentive des dossiers d’épuration a déjà été soulignée par d’autres142. La singularité des cas s’inscrit dans une chronologie fine, qui fait que les actes n’ont pas la même signification selon la conjoncture politique et militaire ou selon l’engagement de l’individu patron dans une résistance active ou passive. La variété des cas est aussi relative à la manière même dont la conduite de l’entrepreneur mis en cause est plus ou moins bien défendue. Dire ici que parfois le capital culturel, le capital économique et le capital symbolique ont fait défaut à quelques patrons ne serait pas absurde. Un artisan maçon, qui travaillait seul jusqu’en 1941, embauche 40 ouvriers et se consacre totalement aux travaux allemands. Il se défend mal, ne cherche pas à présenter ses nouveaux ouvriers, pourtant embauchés à partir de 1942, comme des « réfractaires », et prétend seulement avoir voulu sauver son matériel, parle de menace de réquisition et pas de contrainte réelle. Il est donc frappé d’une confiscation proche du million et d’une amende équivalente synonyme de collaboration volontaire143. Et pourtant Louis H. était chef de section FFI dans le secteur de Montivilliers. Certes, ce « service rendu » lui épargne l’amende au triple, mais a-t-il « favorisé les desseins de l’ennemi », puisque c’était là le grief de l’épuration économique, autant que d’autres patrons de plus grande envergure qui ont vu leur sanction fondre comme neige au soleil ? Il n’y eut pas que des lampistes, mais il y en eut.

  • 144 Ibid., 16 janvier 1952.

84Que penser également de ce patron de maison de confection, frappé de confiscation et d’amende pour 1,1 million de francs, obligé, chose assez rare parmi les entreprises précédemment étudiées, de faire appel contre la déchéance à ses droits aux dommages de guerre ? Accusé d’avoir « liquidé des biens juifs », alors qu’il ne figure pas parmi les administrateurs provisoires et que les magasins de lingerie étaient autrefois ses clients, il rétorque au contraire en avoir sauvé de la ruine. Accusé d’avoir eu des relations avec des officiers allemands, il envoie une lettre décapante sur les activités allemandes de son dénonciateur, un garagiste, qui n’a d’ailleurs jamais été cité aux profits illicites. Certes le patron incriminé réside à Monte-Carlo après-guerre et s’est payé un bon salaire sous l’Occupation. Le comité pense lui faire « une fleur » en réduisant son amende pour tenir compte du bombardement de son établissement et se plaint que l’intéressé n’ait manifesté aucune reconnaissance. Il est vrai que d’autres, plus habiles, n’ont jamais écrit aussi vertement, comme il l’a fait en 1952 : « Je me suis suffisamment humilié devant votre comité... Je pense que j’ai au moins le droit de savoir s’il y a eu quelques honnêtes gens dans votre comité pour s’élever contre cette décision inique. Je tiens, en effet, à ne pas les considérer comme des crapules. Je vous demande de m’en adresser les noms, et vous adresse, pour votre comité, l’expression de mon mépris le plus absolu144. »

  • 145 ADSM, 260 W 83.
  • 146 Décision du 11 mai 1945,118 000 F de confiscation et 237 000 F d’amende (ADSM, 260 W 90).

85Les griefs retenus dans l’épuration économique n’ont pas tous la netteté par exemple d’une embauche massive d’ouvriers destinée à répondre aux commandes allemandes. Que faire par exemple de l’argument « d’ignorance » invoqué au sujet de la destination finale des ventes d’une entreprise havraise à une autre entreprise havraise, qui utilisera les matériaux qu’elle s’est ainsi procurés au service de la machine de guerre allemande ? Peut-on qualifier rétrospectivement cette première vente comme produisant un profit illicite ? Le fait pour certaines entreprises d’être surtout des fournisseurs indirects de l’occupant présente en outre l’avantage d’afficher un chiffre d’affaires allemand relativement faible. Nous avons vu que c’était le cas de la fabrique d’amiante et calorifuges Evers, dont les fournitures aux arsenaux ou aux usines travaillant entièrement pour la Kriegsmarine n’entre pas dans le calcul du profit à confisquer. Certes, cela n’échappe pas aux enquêteurs de l’épuration fiscale. Pour ce qui est des commandes directes, 9 % du chiffre total, cette société est facilement entendue quand elle affirme avoir simplement obéi au Comité d’organisation des industries et commerces du caoutchouc et de l’amiante. Elle argumente bien et confie sa défense à la Société juridique et fiscale de France. La confiscation est fixée à 1,5 million de francs, mais l’amende lui est épargnée car la contrainte est concédée. Même si la procédure se prolonge après 1948, date du décès de Georges Evers, il est retenu que l’entreprise estime avoir limité au maximum une « contribution qui était involontaire et forcée au fonctionnement de la machine de guerre allemande145 ». Pourquoi le traitement fut-il différent pour les Docks Fouquet ? Leur chiffre d’affaires illicite intègre « les ventes à des entreprises ou artisans français pour des besoins allemands ». Dans ce cas l’entreprise n’a pas fourni sur réquisition. Elle plaide la contrainte pour les fournitures directes à l’armée et aux entreprises allemandes représentant 9 % du total. Elle devra au bout du compte s’acquitter d’une confiscation modeste, mais, à l’inverse d’Evers, les Docks Fouquet la verront doublée d’une amende146, malgré un personnel stable durant l’Occupation et un chiffre d’affaires régulier, mais diminuant en francs constants. Nuances dans la qualité des défenses, nuances dans les chefs d’accusation et les sanctions.

  • 147 AMH, FC, H4, c. 15 bis, 1. 3.
  • 148 ADSM, 260 W 116.

86Même en présence de sources croisées, il est quelquefois difficile de se représenter clairement le comportement d’un individu, que telle information pourrait sauver à nos yeux ou que telle autre pourrait accabler. Nous voici devant quelques feuillets, aux archives municipales : ils nous apprennent qu’un charpentier-menuisier, Eugène Joignant, s’est converti sous l’Occupation en entrepreneur de travaux publics147. En décembre 1944, la ville décide de lui retirer les travaux de déblaiement qu’elle lui a confiés. Renseignements généraux aidant, on s’aperçoit que cette conversion a fait passer l’effectif de 25 ouvriers avant-guerre à 50 sous l’Occupation à la faveur de travaux de terrassement pour les Allemands. La sous-préfecture atteste pourtant des sentiments patriotiques de l’entrepreneur et celui-ci fait remarquer que les 300 ouvriers qu’il emploie désormais à la reconstruction donnent satisfaction à la ville. Quant aux ouvriers nouveaux sous l’Occupation il affirme qu’il s’agissait de réfractaires. Nous retrouvons alors un autre dossier148 concernant ce même charpentier de la rue Fénelon, cité à comparaître devant le Comité des profits illicites, frappé d’une confiscation de 463 000 francs, sans amende, en novembre 1945. Des éléments nouveaux modifient le portrait initial. Eugène Joignant a fait la guerre, a été démobilisé en septembre 1940. En 1941, une équipe de soldats occupe son atelier. Il lui sera rendu s’il accepte une réquisition. Il réalise les travaux allemands pour sauver son matériel. Ces commandes représentent 67 % de ses bénéfices, mais il effectue aussi des réparations pour la SNCF. Pour ce faire il soustrait des matériaux aux Allemands. Il se fait prendre par la Gestapo et se retrouve en prison pendant quatre mois. Quant aux réfractaires employés, ce sont quatre évadés du STO et vingt-deux ouvriers réellement requis pour l’Allemagne, puisqu’ils travaillent chez lui sous des noms d’emprunt, ce dont ils témoignent pour leur patron. Quelques actes de civisme au cours de la Libération de Montivilliers s’ajoutent au dossier. Eugène Joignant, chose rare, accepte humblement la confiscation et demande seulement le règlement des travaux de reconstruction, compte tenu de sa charge de famille et de son endettement. Aucun des dirigeants de grandes entreprises citées, capables de multiplier les avocats, les recours et les attestations de contraintes n’a de tels états de service, et tel individu qu’une source unique aurait pu faire passer pour un « collabo » se révèle bien différent.

  • 149 ADSM, 260 W 208.

87L’épuration économique par les nouvelles autorités peut-elle être rétrospectivement accusée d’avoir « fait des cadeaux » à ceux qui avaient des titres avérés de résistance ne datant pas de la dernière heure ? Ce ne semble pas être le cas, notamment pour quelques artisans obscurs et sans-grade. Voici René Thomine, garagiste, qui, dès l’automne 1941, était en contact direct avec Guénot de l’Heure H. Il est inscrit au réseau « Marathon » depuis 1943. Spécialiste de la réparation des moteurs diesel, il est contraint de travailler sur le port, mais il profite de sa liberté de circulation pour renseigner quotidiennement de 1942 à 1944 l’agent au Havre du BCRA (Bureau central de renseignement et d’action) sur les mouvements de navires allemands et le mouvement des troupes. Travaillant à la base sous-marine, il procède à des sabotages « à retardement » à l’origine de la destruction du moteur d’un chasseur de sous-marins en haute-mer. Interrogé durant quatre jours à ce sujet, il passe entre les mailles du filet. Il provoque ensuite l’engorgement des moteurs pompes de la base par étranglement de tuyaux. Le réseau « Béarn », « l’Heure H » fournissent des attestations de ses sabotages et d’aide aux réfractaires. Ses revenus « allemands » de 300 000 francs lui valent par « redressement » une confiscation de plus d’un million qu’il est incapable de payer et dont le montant peut être comparé à celui d’autres profits illicites évoqués plus haut. Mobilisé en 1939, sinistré total et résistant reconnu, il n’a donc bénéficié d’aucun favoritisme149.

  • 150 AMH, FC, H4, c. 15 bis, 1. 4.

88Les grandes entreprises à encadrement nombreux et effectifs ouvriers importants peuvent être rarement qualifiées de manière abrupte et catégorique dans leur rapport à l’Occupation. Parmi les fiches de renseignements sur le comportement des entreprises demandées par le maire du Havre à la Libération, il en est une, rédigée le 14 décembre 1944, particulièrement intéressante, car elle est probablement représentative de ce qui s’est produit dans nombre d’entreprises. Elle concerne l’agence havraise de la Compagnie générale transatlantique qui, on s’en souvient, avait conservé de nombreux ouvriers dans ses ateliers d’entretien. On peut y lire ceci : « D’après les renseignements recueillis au cours de l’enquête, il résulte que la majeure partie du personnel était contre toute collaboration [...] En ce qui concerne l’état-major de cette agence, il y avait deux clans bien distincts, l’un était acquis à la collaboration et comprenait plusieurs chefs de services, l’autre faisait une résistance tenace et méthodique à la collaboration. En ce qui concerne la direction générale de cette compagnie, aucune précision ne peut être donnée, celle-ci s’étant toujours abstenue de manifestation précise ni pour la collaboration, ni pour la résistance150. » L’inconvénient de ce type d’évaluation est de ne pas faire la distinction entre le vichysme de conviction et la collaboration politique ou économique avec l’occupant. Mais son mérite est d’inviter à la nuance. Enfin il est clair au Havre comme ailleurs, que le moment fort de l’épuration coïncide avec les débuts de la reconstruction. L’épuration est donc naturellement une tension : il s’agit d’éclairer les années sombres, mais aussi d’en sortir.

Notes

1 Les avocats étaient M. de Grandmaison, M. Segogne et M. Sebire (ADSM, CCH, 234 X 1).

2 La copie intégrale de ce rapport de 12 p. est présentée en annexe. Seuls les tableaux statistiques appuyés essentiellement sur les données du CCPI n’ont pas été reproduits, car ils feraient double emploi avec les études de cas qui suivent dans ce chapitre.

3 Exemplaire du 14 mars 1947 destiné aux Éts Caillard (ADSM, 234 X 1).

4 Renseignements fournis par le CHL (AMH, FC, H4, c. 15 bis).

5 Environ 73 MF 1938.

6 ADSM, 260 W 134.

7 Les rapports habituels des inspecteurs du fisc pour le CCPI ne figurent plus dans le dossier de l’entreprise (ADSM, 260 W 6).

8 Courrier en allemand signé Carl Zeiss : « Objet : notre commande no 94 838 du 19 novembre 1941 : 4 000 jeux de lentilles aux Chantiers et Ateliers Augustin-Normand, Le Havre. Autorisation de commande : ZASTF. Nous vous informons que nous avons dû annuler la commande no 94838 du 9 octobre 1941 de 4 000 jeux de lentilles accordée à l’entreprise Augustin-Normand au Havre. En effet, l’entreprise Normand ne peut se satisfaire du tarif prescrit. Or, le coût ayant été calculé au plus juste, nous ne pouvons accorder une hausse du prix de vente. Nous assurerons la fabrication ici même. Nous vous renvoyons, par conséquent, le bon de commande en annexe » (ADSM, 260 W 6, nous traduisons).

9 ADSM, 260 W 13.

10 Décision du Conseil supérieur des profits illicites du 7 juin 1950 (ADSM, 260 W 13).

11 Avis du Comité local de libération du Havre, 9 octobre 1945 (ADSM, 260 W 92).

12 Rapport du président du CCPI pour le Conseil supérieur, 30 octobre 1946 (ADSM, 260 W 92).

13 André Le Quellec (1909-1956) est entré comme ingénieur en 1932 chez Fouré-Lagadec, dont il devient ingénieur-directeur en 1940.

14 Décision du 4 janvier 1946 (ADSM, 260 W 34).

15 ADSM, 260 W 72.

16 ADSM, 260 W 134.

17 Fonds du commissaire régional de la République, activités du CCPI (ADSM, 52 W ARG 31).

18 Modification de statuts publiée dans Le Petit Havre du 23 novembre 1942.

19 ADSM, 260 W 77.

20 L’essentiel du document est reproduit en annexe.

21 L’entreprise, née en 1912, occupe 600 ouvriers sous l’occupation allemande, 1 750 après la Libération, et participe à la reconstruction du Havre.

22 ADSM, 260 W 207.

23 Chiffres figurant aussi dans un autre dossier (CCPI, 260 W 134).

24 Pour le calcul de la confiscation, l’inspecteur ne procède pas, dans son tableau des bénéfices annuels, aux rajouts qu’il affirme par ailleurs nécessaires, sans doute pour appliquer les règles à la lettre. Chose remarquable cependant, c’est l’un des rares dossiers où un inspecteur établit lui-même des courbes montrant la forte progression du chiffre d’affaires et du bénéfice sous l’Occupation, mais en francs courants. Le résultat visuel est similaire à celui de la courbe ci-dessous où nous avons réintégré les amortissements sujets à caution.

25 Soit 0,49 MF 1938. Décision confirmée par le CCPI le 9 septembre 1949 (ADSM, 260 W 207).

26 Le président du Comité havrais de libération, 21 novembre 1944 (AMH, FC, H4, c. 15 bis, 1. 3).

27 ADSM, 260 W 207, lettre du 7 janvier 1946.

28 Note confidentielle du 23 février 1946, ibid.

29 Commission nationale interprofessionnelle d’épuration (AN, F/12/9616).

30 Les informations qui seront données sont extraites des dossiers du CCPI (260 W) des trois sociétés ou de dossiers d’entreprises clientes. Les chiffres ne coïncident pas toujours d’une enquête à l’autre. La comptabilité a été détruite notamment au cours de l’occupation américaine de rétablissement. Le tribunal militaire atteste d’une double comptabilité. Des éléments sont reconstitués par le fisc, d’autres sont donnés par l’entreprise elle-même. Ce dossier illustre bien toute la difficulté méthodologique d’une enquête rétrospective dont on se limitera à donner les éléments à charge et à décharge tels qu’ils sont parvenus jusqu’à nous.

31 Note manuscrite signalant la disparition d’un document et le soupçon de l’inspecteur (ADSM, 260 W 134).

32 ADSM, 260 W 134.

33 Appellation dans le dossier approximative, il s’agit sans doute de l’Atelier de construction du Havre, ancienne usine Schneider devenue Ateliers du Havre et de l’État.

34 Il est peu probable que l’entreprise ait indiqué un chiffre d’affaires supérieur à la réalité.

35 Le 10 avril 1944,24 tués et 16 blessés. Voir Max Bengtsson, Le Havre : les années noires.... op. cit.

36 Georges Godefroy, Le Havre sous l’Occupation…, op. cit.

37 Voir http://www.memoire-et-patrimoine-le-havre.fr/.

38 Les informations qui suivent ont été recueillies dans les archives suivantes : ADSM, 260 W 142, dossier « Liberge » au CCPI, et 260 W183, dossier « Rémy » ; AN, F/12/9607, dossier « Jean Liberge ». Plusieurs documents sont communs aux différents dossiers.

39 Sous-préfet du Havre d’octobre 1940 à mai 1942.

40 Organisme qui ratisse la main-d’œuvre pour le compte du STO.

41 Notamment grâce à des témoignages favorables, comme celui d’André Doubet, chef de groupe de l’« Heure H », qui atteste de renseignements fournis à la Résistance par l’entrepreneur.

42 Dossier Liva au CCI : ADSM, 260 W 143 ; à la CNIE : AN, F/12/960.

43 ADSM, 260 W 134.

44 ADSM, 260 W 219.

45 Dans le dossier Wald au CCPI, ce rapport non daté est tamponnée à la date de 1949.

46 Selon l’inspecteur du CCPI, cela leur valut d’échapper à la cour de justice, alors que ce fonctionnaire estimait « que des hommes, qui depuis de longues années avaient reçu l’hospitalité de la France auraient dû considérer comme un strict devoir de conscience de s’abstenir d’une activité favorable aux Allemands pendant l’occupation de notre pays » (ADSM, 260 W 100, 3 décembre 1945, note au sujet de l’amende).

47 Lettre à l’inspecteur des contributions directes, 30 novembre 1945, ibid.

48 Sont cités notamment : Thireau-Morel, Colboc, Dubreuil, Pallois, Travaux publics de l’Ouest, Casteljau, Maître, Laurence, Chiren.

49 Synthèse des données chiffrées du dossier G et K au CCPI (260 W 100).

50 Le bilan complet figure dans le dossier d’une entreprise dont Robert est client (ADSM, 260 W 134).

51 Voir le tableau de synthèse des travaux « allemands », no 15. Si l’on établissait, même s’il y eut bien d’autres types de travaux que les blockhaus, comme unité de compte, un bunker de taille moyenne à hauteur de 500 000 F, on mesure l’importance de cette contribution. La Festung du Havre comptait au moins 420 bunkers.

52 ADSM, 260 W 186.

53 Arnaud Berthonnet, « L’Histoire d’une épuration : l’industrie du bâtiment et des travaux publics en région parisienne (1944-1949) », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 212, 2003, p. 75-104.

54 AN, F/12/9600, CNIE.

55 Chiffre indiqué par le fisc (ADSM, 260 W 183, Evers).

56 Voir Dominique Barjot (dir.), Stratégies industrielles…, op. cit., p. 424-426.

57 ADSM, 260 W 46.

58 Grâce à Odile Bouttier, que nous remercions vivement de nous avoir communiqué des documents issus de la cote 106019941/3 sur les prélèvements irréguliers.

59 Déclaration d’Hoffmann au directeur en compagnie du major Biddle et du lieutenant-colonel Mc Kay, le 14 septembre (ABF, 1069199410/3).

60 « Affaires constatées » (ADSM, 32 W Z 28 483).

61 ADSM, 260 W 49.

62 ADSM, 260 W 143. Le chiffre d’affaires total de 1939 à 1945 est de 61 MF.

63 Par exemple, Roger V. (ADSM, 260 W 215).

64 Décision du CCPI du 13 août 1945.

65 Chiffre d’affaires de l’exercice 1939-1940 : 59 MF courants (ADSM, 11 RP, dossier « Dommages de guerre »). Chiffre d’affaires 1940-1945 : 65, 6 MF courants (ADSM, 260 W 41).

66 ADSM, 260 W 41, 5 septembre 1946. Le chiffre d’affaires allemand se décomposait ainsi : 11 MF de bois exotiques saisis par l’ennemi en 1940, 7 MF de bois de pays d’ébénisterie (frêne, noyer) vendus à d’anciens clients allemands, 1 MF de bois vendus aux unités allemandes de la région du Havre.

67 Voir Claude Malon, Le Havre colonial, op. cit., p. 289 et suiv.

68 Liste du conseil d’administration et des actionnaires, dossier « Dommages de guerre », 1950 (ADSM, 238 W 1318).

69 Voir le Dictionnaire historique du patronat français, op. cit, p. 186.

70 On retrouve ces triades aux Docks du canal de Tancarville, à la SA des Rizeries françaises, à la Cie havraise de réassurances, à la Cie nouvelle de transports (voir registre du commerce : 6 U 6 444 et AD SM, 201 W).

71 Croisement de sources : ADSM, 260 W ; CCPI et 6 U 6 et 201 W, registre du commerce.

72 ADSM, 260 W 174.

73 Voir Agnès Callu, Patrick Éveno et Hervé Joly (dir.), Culture et médias sous l’Occupation, Des entreprises dans la France de Vichy, Paris, CTHS, 2009.

74 Dans son livre de souvenirs André Duroméa, résistant FTPF, indique que le « père Baudouin » lui fournissait 20 000 feuilles par semaine et de l’encre pour imprimer clandestinement ses tracts passage Montmirail. Voir André Duroméa raconte..., op. cit.

75 Patrick Éveno, Culture et médias…, op. cit., p. 23.

76 Fichier départemental des RG, arrondissement du Havre (ADSM, 40 W 159).

77 Voir, par exemple, l’exemplaire du 2 février 1943.

78 Le Petit Havre, 26 juillet 1943.

79 Ibid., 22 septembre 1943.

80 AMH, FC, H4, c. 15 bis, liasse 3.

81 Le Petit Havre du 27 juillet 1941.

82 On pourrait enrichir le florilège, mais le lecteur pourra se reporter aux collections originales du journal conservées au archives municipales et à la bibliothèque municipale du Havre.

83 Le Petit Havre des 4 et 5 juillet 1943.

84 AMH, FC H4, c. 15 bis. Cette décision ne coïncide pas avec le classement sans suite du dossier Randolet-Profichet rendu par le CRIE les 19 et 25 juillet 1945, au nom précisément du précédent jugement de la cour de justice. Peut-être le commissaire de la République a-t-il trouvé cette décision trop magnanime.

85 Le Havre-Éclair, 25 mai 1945 (ADSM, 51 W Cab. 5/6).

86 Situation similaire à celle du Journal de Rouen, qui disparaît pour collaboration et passe en cour de justice, mais dont le dossier aux profits illicites est vide (ADSM, 260 W 117). Situation très différente pour le Journal de Saint-Romain, tout près du Havre, qui s’est borné à des informations administratives : son dossier est classé sans suite. Son directeur, membre du Comité local de libération, devient juré à la cour de justice du Havre. Le Progrès de Lillebonne est autorisé à reparaître, son directeur a été emprisonné par les Allemands pour avoir annoncé la libération de Paris.

87 Le dossier du CCPI (ADSM, 260 W 172) est donc pratiquement vide. Le dossier des contributions n’a pu être localisé.

88 ADSM, 245 W 45, cour de justice du Havre.

89 ADSM, 245 W 3, cour de justice du Havre.

90 Termes du jugement du 4 décembre 1945.

91 Pierre Aubery, « Les illusions perdues d’un journaliste de province, 1944-1990 », 2007 : http://www.cnt-f.org/cnt76/.

92 Dossier « Dommages de guerre » du Petit Havre (ADSM, 238 W 1312).

93 Voir Jacques Delarue, Trafics et crimes sous l’Occupation, op. cit.

94 Fabrice Grenard, La France du marché noir, op. cit.

95 ADSM, 260 W 94.

96 ADSM, 260 W 102.

97 ADSM, 260 W 219.

98 ADSM, 260 W 94. Décisions définitives en 1946.

99 ADSM, 260 W 41.

100 ADSM, 260 W 160.

101 Lettre de Jean D. au président du CCPI, 20 février 1948 (ADSM, 260 W 58).

102 ADSM, 1 ETPP 129, janvier 1941.

103 ADSM, 260 W 202.

104 AN, AJ/38/1266-1272. Jean Dennis est administrateur provisoire de la Caféière française, 5 place Ferry. Dans le dossier d’aryanisation, l’adresse de Jean Dennis, qualifié de « transitaire », est tantôt celle de son négoce place Ferry, tantôt celle de son domicile 17 rue Dollfus. Dans l’annuaire du Havre 1939, le même résidant de la rue Dollfus est aussi agent d’assurances, 31 rue Jules-Le-Cesne. Il s’agit donc vraisemblablement de la même personne, née en Grande-Bretagne en 1887.

105 Lettre de Jean Dennis au préfet, 5 septembre 1941 (AN, AJ/38/5007).

106 AMH, FC, H4, c. 15 bis, 1. 3, renseignements demandés par le maire.

107 P. P. fait même partie de l’assemblée consultative provisoire nommée en 1945 (ADSM, 1 ETP 130, RDCC).

108 Leur identité était connue du public, voir Le Havre libre, 29 mars 1945, arrêt du 22 janvier 1945·

109 Le Havre libre, 2 mars 1945.

110 Le président du CLL au contrôleur du CCPI, 19 juillet 1946 (ADSM, 260 W 58).

111 En cas de vente volontaire, la règle était plutôt que l’amende s’élevât au triple de la confiscation, comme on l’a vu pour certains dossiers où la personne incriminée n’était pourtant pas pronazie.

112 AN, AJ/38/1266-1272, fiches : « Cahen Robert » et « Cahen-Langlois » ; ADSM, CRIE, cas Human A., 28 juin 1945.

113 Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons..op. cit., p. 641.

114 Philippe Verheyde, Les Mauvais Comptes de Vichy..., op. cit., p. 131-149.

115 ADSM, 260 W 175.

116 Pillage de juin 1940, attesté en septembre 1941 par le commissaire de police Max Guérineau sur plainte de René Schwob, gérant de Modernex.

117 Soit 16 000 F valeur 1939, si on veut comparer la somme avec des chiffres d’affaires du temps de l’Occupation.

118 Voir Philippe Verheyde, « Guerres et profits en longue durée, une approche politique et morale de l’économie », dans Marc Bergère, L’épuration économique..., op. cit., p. 19-31.

119 Rejoignant en cela Florent Le Bot, « Confisquer les profits illicites : épuration économique ou simple mesure fiscale ? L’exemple des gantiers de Grenoble, Millau et Saint-Junien », ibid. L’auteur y souligne la variété dans le dosage des situations locales.

120 Rapports du 14 et du 18 octobre 1944 (ADSM, 260 W 145).

121 Lettre du chef de la Sécurité militaire au Havre, 1er décembre 1944, ibid.

122 Le cachet du CSPI a été apposé sur le document le 3 janvier 1949 (ADSM, 260 W 145).

123 Les 2/5e selon l’intéressé, les 9/10e selon le CCPI.

124 ADSM, 260 W 50.

125 ADSM, 260 W 109.

126 Selon le CCPI, il achetait à Troyes de la bonneterie en gros et se rendait à Épernay pour approvisionner en champagne la Kriegsmarine au Havre. Il entreposait ses marchandises au 59 rue Barbés dans le quartier de Graville. Selon un rapport de police du 16 novembre 1943, il revendait son stock de café au prix de 2 200 F le kilo, l’équivalent d’un salaire mensuel d’employé.

127 Il y a eu deux responsables allemands nommés Ackerman au Havre, un Orstkommandant et un chef de la Gestapo.

128 On aurait pu de même, si les sources étaient homogènes, rapporter le chiffre du profit illicite avant calcul de la confiscation et application d’abattements divers, déduction des créances, déduction des impôts. Ce profit est parfois largement supérieur à la confiscation, jusqu’au double dans de nombreux cas.

129 La compagnie de remorquage Les Abeilles, dont le dossier au CCPI ne contient pas le CA global, n’a pu être intégrée au tableau. C’est pourtant le plus gros profit illicite évalué à 42 MF et la plus grosse confiscation, ramenée progressivement à 22 MF parmi les entreprises havraises à dimension nationale citées à comparaître au CCPI de Rouen (ADSM, 260 W 1).

130 Le président du CCPI écrit au directeur des contributions et se dit choqué de ce que pour 1942 le chiffre allemand des chantiers AN donne un bénéfice illicite de 0,26 M pour 26,8 M de travaux ennemis, alors que la même année 5,01 M de travaux français donnent un bénéfice licite de 5,4 M (ADSM, 260 W 6).

131 Pour Lepage F. entreprise générale, l’une des trois sociétés du groupe familial SFTR (métaux, mécanique, transports), le fisc soupçonne un gonflement des créances et découvre une double comptabilité. La créance conduit le Conseil supérieur à ramener la confiscation de 2,5 à 0,6 MF et le profit illicite net de 3,3 à 0,7 en 1950 (ADSM, 260 W 134). Nous avons choisi d’indiquer le profit illicite avant déduction de la créance quand c’était possible.

132 Rapport Bourgier sur Thireau-Morel (ADSM, 260 W 207).

133 ADSM, 260 W 139.

134 Voir Marc Bergère, « Bilan national de la confiscation des profits illicites, 1944-1960 », dans L’Épuration économique…,op. cit., p. 78-79.

135 Note de l’inspecteur Delesques, cachet du CCPI du 25 juin 1949 (ADSM, 260 W 1).

136 ADSM, 260 W 139.

137 ADSM, 260 W 139.

138 Normandie du 24 octobre 1944.

139 ADSM, 51 W Cab. 2 AF 8. En revanche on ne trouve pas de dossier concernant la CIM au CCPI, ni au CRIE.

140 ADSM, 51 W Cab. 5/6.

141 Recoupement des listes et dossiers AMH, FC, H4, c. 15 bis et ADSM, 244 W 118.

142 Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons..., op. cit.

143 ADSM, 260 W 112.

144 Ibid., 16 janvier 1952.

145 ADSM, 260 W 83.

146 Décision du 11 mai 1945,118 000 F de confiscation et 237 000 F d’amende (ADSM, 260 W 90).

147 AMH, FC, H4, c. 15 bis, 1. 3.

148 ADSM, 260 W 116.

149 ADSM, 260 W 208.

150 AMH, FC, H4, c. 15 bis, 1. 4.

Table des illustrations

Titre Figure 32 - Un avis du Comité de libération envoyé au CCPI.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5440/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Tableau 21 - Évolution de l’activité des Ateliers Duchesne et Bossière sous l’Occupation en millions de francs courants et constants 1938.
Légende Source : ADSM, 260 W 72.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5440/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 33 - Évolution en indice et en francs constants des bénéfices bruts de Thireau-Morel de 1939 à 1943 (indice 100 : 1939).
Légende Source : rapport de l’inspecteur du CCPI, 7 mars 1945 (ADSM, 260 W 207).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5440/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Tableau 24 - Chiffres d’affaires de la SFTR en millions de francs courants et constants 1938, calculés d’après une déclaration de l’entreprise du 22 novembre 1944 (ADSM, 260 W 202).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5440/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Tableau 28 - Calcul du ratio « confiscation sur affaires allemandes » (1) et du ratio « profit illicite ou, à défaut, confiscation initiale sur affaires allemandes » (2) de quelques entreprises havraises. En millions de francs et en pourcentages.
Légende PI : profit illicite avant déductions ; Cl : confiscation initiale.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5440/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540