Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

IVe Partie — L'épuration ou l'heure des comptes

L’épuration ou l’heure des comptes

Texte intégral

  • 1 Ouvrage capital sur l’état de la question : Marc-Olivier Baruch (dir.), « Une poignée de misérable (...)
  • 2 Voir Yves Lecouturier, 1944 : l’épuration en Normandie, Rennes, Éditions Ouest-France, 2011.
  • 3 Voir Anne Simonin, Le Déshonneur dans la République, une histoire de l’indignité, 1791-1958, Paris (...)
  • 4 Voir François Rouquet, « L’épuration : histoire d’un chiffre, mémoire du nombre », dans Marc-Olivi (...)

1L’épuration au Havre, tout comme l’épuration en France1 (1944-1953) obéit à des rapports de force au moment de la Libération, notamment entre les représentants des nouvelles autorités, commissaire régional de la République et nouveaux préfets d’une part, Comités locaux ou départementaux de libération de l’autre. Elle est également influencée par les réseaux sociaux et politiques dont l’opposition était déjà en œuvre sous le Front populaire. L’épuration, en Normandie2 comme ailleurs, s’inscrit dans un moment où se construit une nouvelle légalité. Les modalités de la répression à venir étaient déjà définies à Alger en 1943 par les autorités de la France libre. Au nom de la légitimité, reconnue en 1944, de l’attitude résistante, la légalité du temps de Vichy est rétrospectivement condamnable et avec elle, tous ceux qui ont apporté un soutien quelconque au gouvernement « de fait » de l’État français ou à l’occupant nazi. Les enjeux politiques, juridiques et théoriques, voire philosophiques3 de cette période d’épuration sont considérables. S’appuyant parfois sur des chiffres imaginaires, exploitant le thème médiatique de l’épuration « sauvage » et le mythe des 100 000 exécutions sommaires4, présentant la période comme une nouvelle Terreur, nombre de publications ont longtemps empêché d’y voir clair dans un processus complexe.

  • 5 Voir Claude Lévy, « L’installation des autorités nouvelles dans le Calvados », dans François Bédar (...)
  • 6 Ce polytechnicien est entré au port autonome en 1937. Il est, sous l’Occupation, l’adjoint du dire (...)
  • 7 AMH, FC, H4, c. 15 bis, liasse 3.
  • 8 Marc Bergère, Une société en épuration. Épuration vécue et perçue en Maine-et-Loire, de la Libérat (...)

2Les institutions nouvelles sont mises en place très rapidement sous l’autorité des commissaires régionaux de la République. La Normandie, singulièrement, se retrouve sous l’autorité de deux commissaires, François Coulet, proche du général de Gaulle dont l’autorité s’établit sur les territoires libérés à partir de Bayeux dès juin 1944, et Henri Bourdeau de Fontenay, Seguin dans la Résistance, qui était déjà au travail depuis mai dans la clandestinité, désigné par les comités clandestins de libération. Ce n’est qu’après la libération de Louviers que Bourdeau de Fontenay peut sortir de la clandestinité et que les pouvoirs sur les cinq départements normands lui sont remis par François Coulet le 28 août5. Il y eut aussi pendant un temps deux préfets en Seine-Inférieure puisque Pierre Callet, devenu directeur du port autonome le 15 août 19446, fût nommé préfet-délégué du Havre par Bourdeau de Fontenay, car on prévoyait que les communications seraient longtemps difficiles entre le chef-lieu et la côte, et on ne se trompait pas. Callet agit donc au grand jour entre la libération du Havre et le mois de décembre, notamment en prenant une décision qui montre bien un souci de légalité dans l’épuration. Il institue une commission de vérification7, chargée d’examiner les décisions administratives d’éloignement, d’assignation à résidence et d’internement. Cette instance est composée de représentants de la Justice, de la Police, de l’Armée et du Comité de libération, M. Malandain et M. Guinard. Plus généralement, à l’échelle locale comme au niveau national, les cours de justice, les chambres civiques, les comités d’épuration rompent avec une logique de guerre civile, tout en produisant de l’angoisse chez les cibles effectives et potentielles, et de l’insatisfaction, voire de l’indignation, chez ceux qui reprochent une mansuétude trop grande à l’égard de certains hommes influents. Aujourd’hui les cibles de l’épuration, les institutions et procédures mises en œuvre, les délits sanctionnés et leur nombre sont assez clairement établis, du moins à l’échelle nationale et pour certaines villes et régions8.

  • 9 Voir Marc Bergère (dir.), L’Épuration économique en France à la Libération, op. cit.

3L’épuration du « monde de l’entreprise » ne fut pas uniquement fondée sur des griefs de collaboration économique. Les motifs politiques, les preuves de vichysme avéré, les relations suspectes avec l’occupant ont conduit des acteurs vers l’internement immédiat, la dégradation civique, et plus rarement à l’interdiction d’exercer certaines fonctions de direction. La collaboration économique fut évaluée et sanctionnée par quatre instances créées dans ce but : Les comités régionaux interprofessionnels d’épuration (CRIE) et la Commission nationale interprofessionnelle d'épuration (CNIE), responsables de l’épuration professionnelle à deux niveaux ; les comités départementaux de confiscation des profits illicites (CCPI) et le Conseil supérieur de confiscation des profits illicites (CSCPI) chargés de l’épuration financière à deux échelons également. Pour ces derniers, on peut parler véritablement d’un objectif d’épuration fiscale ou financière. Des recherches récentes ont montré que cette épuration, « à géométrie variable », bien qu’inégale et parfois provisoire, fut bien réelle, surtout dans sa phase initiale9. À l’échelle de la Seine-Inférieure et de la région havraise, le nombre de mises en cause pour collaboration économique par ces diverses instances est loin d’être insignifiant. Elles concernent à la fois des entreprises industrielles de tailles diverses et des petits commerces et artisanats. Il est difficile de dire si certains secteurs d’activité ont été plus ciblés que d’autres à bon escient ou par la représentation que l’on se faisait de la collaboration au sortir de la guerre, mais la question mérite d’être posée.

4La question de l’épuration est étroitement liée à celle de la Reconstruction, particulièrement dans une ville qui fut un poste important du mur de l’Atlantique et qui a dû reconstruire une grande partie de son espace urbain et portuaire. Épuration et reconstruction sont chronologiquement mêlées. Au Havre comme ailleurs, quelques entreprises sanctionnées pour leur contribution à L'effort de guerre ennemi, qui ont réussi à faire durer les procédures, notamment en faisant appel au conseil supérieur de confiscation des profits illicites, ont vu les confiscations s’amoindrir jusqu’au classement sans suite pour certaines. C’est aussi parce que l’on ne pouvait se passer d’elles, de la même manière que pour épurer la magistrature on ne pouvait éliminer tous les magistrats compromis. La temporalité de l’épuration, à la Libération et durant les premières années de la nouvelle république coïncide avec les débuts de la reconstruction économique, portuaire puis urbaine ensuite. Si celle-ci était par nature visible voire spectaculaire malgré sa lenteur, celle-là devenait assez vite beaucoup plus discrète. C’est donc au cœur des archives de l’épuration économique et de l’administration fiscale que l’on peut aujourd’hui parvenir à une vision à la fois globale et précise de ce qui était reproché à certains acteurs du monde de l’entreprise.

Notes

1 Ouvrage capital sur l’état de la question : Marc-Olivier Baruch (dir.), « Une poignée de misérables », op. cit. Voir également Bénédicte Vergez-Chaignon, Histoire de l’épuration, Paris, Larousse, 2010.

2 Voir Yves Lecouturier, 1944 : l’épuration en Normandie, Rennes, Éditions Ouest-France, 2011.

3 Voir Anne Simonin, Le Déshonneur dans la République, une histoire de l’indignité, 1791-1958, Paris, Grasset, 2008.

4 Voir François Rouquet, « L’épuration : histoire d’un chiffre, mémoire du nombre », dans Marc-Olivier Baruch (dir.), « Une poignée de misérables », op. cit., p. 515-530.

5 Voir Claude Lévy, « L’installation des autorités nouvelles dans le Calvados », dans François Bédarida (dir.), Normandie 44, du Débarquement à la Libération, Paris, Albin Michel, 1987, p. 181-191.

6 Ce polytechnicien est entré au port autonome en 1937. Il est, sous l’Occupation, l’adjoint du directeur Despujols. Il a reçu la croix de guerre et la médaille de la Résistance. En 1959, il devient directeur des transports terrestres au ministère des Travaux publics.

7 AMH, FC, H4, c. 15 bis, liasse 3.

8 Marc Bergère, Une société en épuration. Épuration vécue et perçue en Maine-et-Loire, de la Libération au début des années 1950, Rennes, PUR, 2004, 426 p.

9 Voir Marc Bergère (dir.), L’Épuration économique en France à la Libération, op. cit.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540