Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

IIIe Partie — Obéir ou non au régime de Vichy

Chapitre IX. L’aryanisation des entreprises juives

Texte intégral

  • 1 Voir, parmi d’autres, Henry Rousso, Robert O. Paxton, Jean-Pierre Azéma et François Bédarida, Deni (...)
  • 2 Philippe Verheyde, Les Mauvais Comptes de Vichy : l’aryanisation des entreprises juives, Paris, Pe (...)

1Consacrer un chapitre à ce sujet dans un développement sur la politique de Vichy est évidemment un choix. La situation d’occupation, les ordonnances allemandes, et le modèle nazi n’ont pas été pour rien, c’est un euphémisme, dans l’épisode tragique de la spoliation mais on sait désormais qu’en ce domaine les autorités de l’État français ont fait preuve d’une initiative précoce, incisive, et d’une volonté de prendre les devants. Les racines nationales de l’antisémitisme et la volonté d’éliminer l’influence juive de l’économie se sont manifestées au Havre comme ailleurs. Les caractéristiques idéologiques du régime de Vichy, ses actions de répression et d’exclusion à l’échelle nationale, sa collaboration en ce domaine avec les autorités allemandes, constituent un champ largement analysé par l’historiographie1. En revanche, à l’échelle locale, le chantier de l’exclusion garde encore ses zones d’ombre, particulièrement dans le domaine économique. L’aryanisation des entreprises, phénomène national2, a bien eu lieu au Havre. Mais pour comprendre ce qui s’est alors passé, il faut bien l’inscrire dans la généralité. L’économie dirigée autoritaire qui s’applique au monde de l’entreprise obéit à des motifs idéologiques sans lesquels on ne pourrait expliquer la convergence des ordonnances allemandes et des décrets de Vichy statuant sur les juifs et leurs biens. La collaboration prend ici tout son sens dans la mesure où l’exclusion antisémite et la spoliation ne furent pas une importation, mais bel et bien une rencontre entre Vichy et le Reich.

A. La conjonction des visées nazie et vichyste dans la spoliation

  • 3 Henry Rousso, Le Régime de Vichy, op. cit., p. 76 et suiv.
  • 4 Voir, à ce propos, Marie-Paule Dhaille-Hervieu, « Les Juifs au Havre pendant l’occupation allemand (...)
  • 5 Après avoir été chef adjoint du cabinet de Pierre Laval au ministère du Travail en 1931, René Bouf (...)
  • 6 ADSM, 51 W Cab. 1/28.

2Le monde de l’entreprise, à l’échelle locale comme à l’échelle du pays, fut particulièrement concerné par le désir de purification qui animait à la fois les nazis et les collaborateurs, et qui fut conforté par une politique de Vichy appuyée sur un antisémitisme français aux racines profondes3. On sait aussi ce qu’il est advenu, récemment, du mythe d’un maréchal Pétain réservé sur le statut des juifs, alors qu’au contraire il avait durci le texte. S’il s’agissait de haine raciale, il s’agissait aussi de « gros sous » et l’occasion était trop belle pour certains de joindre l’utile à l’agréable en écartant des concurrents gênants, quitte à s’emparer de leurs biens. Un mythe assez tenace a couru depuis ces années-là, dans ce que l’on appelle la « mémoire collective » et qui d’ailleurs montre bien la fragilité de ce concept. Cette représentation, constatée à diverses occasions s’exprimait ainsi : « De quoi nous parle-t-on ? Il n’y avait pas de juifs au Havre pendant la guerre. » N’y en avait-il pas ou n’y en avait-il plus ? Cette mémoire défaillante peut être l’héritage d’un aveuglement d’« époque », aussi bien que d’un arrangement rétrospectif de l’imaginaire local ; en tout cas, c’est un travail d’histoire à poursuivre4. L’exploration rétrospective du monde de l’entreprise havraise n’est pas sans enseignements en ce domaine. Le 2 novembre 1940, René Bouffet, préfet de Seine-Inférieure, qui connaît bien Le Havre5, adresse une longue lettre aux chambres de commerce et aux services de police pour organiser l’application de l’ordonnance allemande du 10 octobre 1940 sur les entreprises juives. C’est l’une des nombreuses injonctions adressées par lui en cette période, relatives « aux mesures à prendre à l’égard des juifs ». Il rappelle au passage comment la loi française et l’ordonnance allemande permettent ensemble de définir une personne juive et en conséquence une entreprise juive. Il faut recenser, vérifier et classer à l’échelle des sous-préfectures et adresser les listes de toute urgence. Il faut repérer les prête-noms éventuels lors de transferts récents de propriété. On est donc prié de surveiller ceux qui seraient éventuellement complices de juifs désirant se protéger de la spoliation, trouver des personnes susceptibles de devenir administrateurs provisoires6. Le 21 mars 1941, le préfet rappelle à l’ordre les forains juifs qui ne désignent pas suffisamment leur boutique « en tant qu’entreprise juive ».

  • 7 ADSM, 40 W 159, 18 mai 1943.
  • 8 Voir Yves Lecouturier, Shoah en Normandie, Courdray-Macouard, Éd. Cheminements, 2004. D’après les (...)
  • 9 AN, AJ/38/1266 et 1272.

3« Le premier recensement des juifs, domiciliés au Havre, fait d’après une ordonnance des autorités occupantes, en décembre 1941, a fait ressortir la présence de 156 juifs. Il s’agissait de 87 commerçants, 41 salariés et 8 sans profession. Il n’a pas été possible de définir la situation des 20 autres qui ont quitté Le Havre. La plupart de ceux qui sont restés à l’époque, sont aujourd’hui internés » : ainsi débute le quatorzième chapitre du fichier des Renseignements généraux pour l’arrondissement du Havre établi en 19437. Les juifs du Havre représentaient donc en 1941, 34 % de ceux qui vivaient encore dans le département8. À cette précision des chiffres s’ajoutera celle d’un autre fichier, celui des entreprises juives, établi par le commissariat général aux questions juives (CGQJ). Sur 186 entreprises sujettes à l’aryanisation en Seine-Inférieure, 74 sont situées à Rouen, 66 au Havre et 46 dans les autres villes du département9. En cumulant avec les annonces de mise en adjudication de « biens israélites » parues dans Le Petit Havre sous l’Occupation, comprenant également les immeubles et quelques actions de sociétés, c’est un total de 115 personnes propriétaires de « biens juifs » qui ont été frappées de confiscation sur la place du Havre.

B. Racines locales de l’esprit d’exclusion

  • 10 Henry Rousso, La France de Vichy, op. cit., p. 83.

4La politique raciale de Vichy trouverait-elle un terrain favorable dans le monde de l’entreprise au Havre ? Elle se manifesta très vite en trois temps. D’abord, le 22 juillet 2940 eut lieu la révision des naturalisations. Ensuite, le 3 octobre 1940 le premier statut des juifs suivit de quelques jours la première ordonnance allemande concernant les juifs de la zone occupée. Enfin, le nouveau statut des juifs fut promulgué le 2 juin 2942 et se concrétisa le 22 juillet par un système d’aryanisation appliqué au tissu économique des deux zones. Trouvons-nous au Havre, chez certains groupes ou individus, les traces d’une « proximité idéologique10 » servant les desseins du commissariat aux questions juives et de l’occupant ? La continuité entre péril étranger et péril juif, sur laquelle s’est fondée la politique de la nationalité sous Vichy, s’est manifestée là comme ailleurs. Bien avant la promulgation des décrets antisémites, des pratiques consistant à désigner, à identifier, à éloigner les commerçants étrangers se sont multipliées. Le chantier de l’exclusion était ouvert. Les représentants du petit commerce, du grand négoce et de l’armement ont, dès janvier 1939, balisé le terrain par une série de revendications destinées à limiter la naturalisation et l’installation de nouveaux concurrents. Pouvait-on ignorer qu’ils étaient poussés vers la France par la pression nazie ?

  • 11 Deux lettres adressées au président de la CCH (ADSM, CCH, 79 E 1).
  • 12 AN, AJ/38/5010, cité par Mathilde Dessolles, La spoliation des biens juifs : le cas du Havre, 1940 (...)

5Le 5 janvier 1939, Marcel Aumont présente un rapport à la chambre de commerce sur la « situation des étrangers en France ». Ce responsable du Syndicat des armateurs s’y fait le porte-parole de l’Union des commerçants. Il demande une révision des naturalisations accordées depuis cinq ans. La loi du 22 juillet 1940 a dû le satisfaire. Selon lui, des expulsions immédiates doivent être prévues en cas d’infraction et la chambre de commerce doit être consultée pour toute nouvelle installation. La décision du secrétaire d’État à la Production industrielle du 7 février 1942 accorde à un membre qualifié de la chambre, en accord avec le président, l’exclusivité de ce type de décision. Paul Petit, commerçant en bonneterie, recevra cette attribution. La délation que nous dirons pudiquement économique est en route. Le 12 décembre 1940, un importateur de fruits en gros de la place du Vieux-Marché, B. C., signale à la chambre de commerce qu’un certain Romanelli, rue de Paris, étalagiste en détail, exerce sans autorisation le commerce de gros, et le même jour il informe également l’autorité consulaire que Joseph Fedida, rue de Paris, fait de même11. Bientôt la délation raciale peut prendre le relais : en février 2941, le préfet transmet au Feldkommandant une lettre anonyme qui dénonce trois marchands de vêtements comme « maisons juives » : Alpha, Pol et Bauer12.

  • 13 ADSM, 1 ETPP 127, p. 500.
  • 14 Le cliché des procédés commerciaux douteux qui seraient propres aux juifs servira souvent à d’impo (...)
  • 15 Rapport Aumont (ADSM, 1 ETPP 127, 25 mai 1939, p. 266).
  • 16 Dont Podjuzer Israël, commerçant en fourrures, place de l’Hôtel-de-Ville (ADSM, 1 ETPP 128, P-113) (...)
  • 17 Son entreprise sera aryanisée, administrateur provisoire : M. Amourette (AN, AJ/38).
  • 18 Salomon Hoffmann, 57 rue Voltaire. Il est mort en déportation en 1943.
  • 19 ADSM, 1 ETPP 129, 6 mars 1941, p. 199. Aron Stein, salon Gambetta, 5 quai Georges-V. Administrateu (...)

6Indésirables, à la veille même du conflit, les commerçants étrangers qui demandent à s’installer au Havre rencontrent l’hostilité de l’Union des commerçants, suivie en général d’un avis défavorable de la chambre de commerce. La commission de législation, présidée par Paul Petit, rend des avis contrastés, favorable en septembre 1939 à l’installation d’un négociant en bois, Arthur Shirt, de nationalité anglaise, défavorable à Kirkor Dimirdjian, marchand de glaces et de bonbons devant les cinémas, qui n’obtiendra pas sa carte de commerçant étranger car ce commerce « devrait être exclusivement réservé à des Français13 ». Le 30 mars 1939, l’Union s’oppose à la naturalisation d’Adolphe Soukalski, commerçant en bonneterie, « en raison des procédés commerciaux du postulant absolument incompatibles avec les usages en vigueur dans le commerce français14 ». En mai 1939, l’Union des commerçants proteste contre « le nombre toujours croissant » de ces nouveaux-venus comme les époux Letchinki-Veinberg, marchands-forains, ou Perelman Meer, marchand ambulant en bonneterie15. En janvier 1940, des avis défavorables sont donnés à la naturalisation de Polonais16, bien que David Zigmant, de nationalité polonaise, commissionnaire en marchandises résidant en France depuis 35 ans, ait obtenu satisfaction en août 193917. En 1941, quand une demande se présente d’ouvrir un commerce, l’Union des commerçants peut se décharger de ses responsabilités : « M. Hoffmann est israélite et son cas est réglé par les autorités allemandes18. » Mais on ajoute quand même qu’on ne saurait prendre en compte cette demande d’ouverture de bonneterie « à cause de la pénurie de marchandises dans les commerces de cette branche ». Il est bien trop tard, quoi qu’il en soit, en mars 1941, quand parvient la demande de M. Stein d’être inscrit comme artisan coiffeur : le syndicat de la profession fait savoir que le demandeur est juif et que son commerce a été vendu19.

7La chambre des courtiers assermentés avait fait un acte très volontaire d’allégeance au maréchal, évoqué plus haut. Son président, Paul Schroeder, adresse le 2 juin 1943 une lettre à Culmann, secrétaire général du commerce au MPI, demandant à participer aux « ventes aux enchères publiques d’entreprises juives » :

  • 20 Archives privées, Le Havre. Chambre des courtiers assermentés.

Ces ventes sont effectuées, en ce qui concerne les fonds, par des notaires, ce qui est tout à fait normal ; par contre, les marchandises sont réalisées par l’intermédiaire de commissaires-priseurs, ce qui à notre avis est en tous points regrettable. En effet, ces marchandises, au moment de la vente font partie d’un commerce. Elles sont vendues en gros et généralement à des commerçants. Dans ces conditions, et en se référant à la jurisprudence constante, c’est aux Courtiers assermentés qu’il appartient de procéder à ces ventes. Notre fédération vient d’ailleurs d’intervenir auprès de Monsieur le Haut-Commissaire aux Questions juives. Je pense que de votre côté, vous voudrez bien intervenir pour appuyer notre revendication20.

C. De la grande entreprise au petit commerce, un bilan

  • 21 Voir Cécile Simon et Philippe Verheyde, « Les archives des administrations de l’aryanisation écono (...)
  • 22 Voir, en annexe 4, la liste complète des entreprises aryanisées au Havre, leur spécialité et leur (...)

8Près de 70 entreprises du Havre dites « juives » par la loi raciale ont donc subi une procédure d’aryanisation. L’aryanisation de tel petit commerce de la rue de Paris ou du cours de la République pourra certes apparaître comme un phénomène mineur face au martyre subi par la ville en 1944, ou face aux 600 milliards de francs de frais d’occupation versés aux Allemands. Mais le préjudice n’en est pas moins significatif, d’abord pour les victimes, ensuite pour la lumière qu’il porte sur la société française21 et sur la société havraise au-delà de la courte durée du régime de Vichy. Le groupe le plus nombreux des victimes de la spoliation est celui du petit commerce et de l’artisanat dans le secteur de la confection et de l’habillement22. Voici par exemple : au no 113 cours de la République, Léon Fourmann ; au 116, Gaston Kesselgroube, vêtements pour dames, qui possède aussi son atelier de tailleur au 127 ; au 130, la famille Fuchs, « Aux fabriques directes » ; au 155, la chapellerie Elve de M. Wainer ; au 157, « Au grand dépôt de chaussures » succursale des magasins Weyl, de Paris ; au 171, la mercerie Lang ; rue de Paris, nous trouvons au 48 le magasin de confections « À Notre-Dame » ; le magasin « Frou-Frou » d’Isidore Coronel au no 64 ; au 89, « Aux Vêtements modernes » de Nathan Mendelevitch ; rue Thiers, « Les Couturiers réunis » au no 82, de Mme Lallemand ; au 14, la confection pour femmes et enfants « A. Faidherbe », pour n’en citer que quelques-uns. Fourrures, parfumeries, chaussures, coiffeurs, autant de petits commerces dont les Renseignements généraux parlent en ces termes en 1943 :

  • 23 ADSM, 40 W 159.

La situation de fortune des commerçants juifs était généralement aisée. Ils possédaient d’importants magasins dans les quartiers ouvriers. Leur attitude était correcte et la population ne manifestait pas d’hostilité à leur égard. Les ouvriers et les petits bourgeois fréquentaient volontiers les établissements commerciaux juifs, spécialisés dans les ventes à bas prix. Les mesures prises contre eux ont été généralement critiquées23.

9Parmi les entreprises de plus grande taille, se trouvent six négoces de café, dont Traumann, Danon, Bloch et Meyer, et trois sociétés cotonnières, dont Sitz et Ullmann. On peut donc estimer que huit entreprises aryanisées sur dix sont des petits commerces, marchands de vêtements, de chaussures, de bonneterie, et quelques artisans, tailleurs entre autres. Cette sociologie de l’aryanisation n’a rien d’original dans la France de l’époque.

D. Aryanisations et restitutions, acteurs et procédures24

  • 24 Voir commission Mattéoli, rapports en ligne de la mission d’étude sur la spoliation des juifs de F (...)

10Le mot d’aryanisation n’existait pas en France avant 1939. Il est traduit de l’allemand Arisierung et n’apparaît qu’après le recensement de septembre-octobre 1940, lorsque les nazis nomment à la tête d’un certain nombre d’entreprises des commissaires-gérants. Vichy demande d’abord aux préfets d’appliquer les ordonnances allemandes mais très vite crée des services français et des textes régissant l’aryanisation.

1. Un vol légalisé, une restitution aléatoire

  • 25 Antoine Prost, « L’aryanisation économique et les restitutions », dans Tal Bruttmann (dir.), Persé (...)
  • 26 Voir Jean Laloum, « La restitution des biens spoliés », Les Cahiers de la Shoah, no 6, 2002-1, p.  (...)

11Antoine Prost remarque que les Allemands, jusqu’au début 1941, soucieux de chasser les juifs de l’économie, leur permettaient malgré tout de disposer du produit de leur vente. Mais, très vite, l’antisémitisme se durcit et les sommes sont bloquées. La spoliation est donc totale, car non seulement il y a liquidation ou vente forcée, mais également interdiction de reverser les fonds au propriétaire légitime. 90 % du produit de la liquidation ou de la vente sont immobilisés à la Caisse des dépôts et consignations25 ; le reste va au commissariat général aux questions juives (CGQJ) créé le 29 mars 1941. Présentée comme un simple transfert de propriété par les lois de Vichy, l’aryanisation est bel et bien un vol. Ainsi que le fait remarquer Antoine Prost, ce n’est ni un pillage, ni un préjudice qui exigerait réparation, mais une atteinte à la propriété privée qui exige restitution. Ce n’est pas non plus un dommage de guerre car la spoliation profite toujours à quelqu’un. Ce vol légalisé s’inscrit dans une perspective, à laquelle contribue l’État français, de déjudéisation de l’économie et de la société, tendant vers la solution finale nazie26.

  • 27 Voir courrier du 1er mai 1942, annexe 5.
  • 28 Dossier Jeanne L„ déclaration de revenus par l’intéressée (ADSM, 260 W 126). Il y est question de (...)

12À la Libération, quand la restitution fut possible, dans quelles conditions le commerçant put-il retrouver son bien ? Voici un exemple éloquent : Henri Kahn, propriétaire du fonds de commerce Max ou Modernex rue Aristide-Briand, est déporté. Son fonds de commerce, géré par l’administrateur provisoire Cottard, est acquis sur adjudication par Jeanne L., marchande de tissus, en mars 1942, moyennant la somme de 30 600 francs. La transaction est approuvée par la Feldkommandantur en mai 1942, sous réserve que l’acheteuse soit bien d’origine aryenne27. Cette dame possède un local commercial à Paris qu’elle utilisera comme dépôt pendant les bombardements. Dans la boutique du commerçant spolié, elle réalise en 1943 et 1944 un chiffre d’affaires cumulé de 1,9 millions de francs et, pour la seule année 1943, un bénéfice net de 80 000 francs. La mise de départ est donc largement récupérée. Elle cessera son activité en août 1945, après l’avoir revendu à Henri Kahn, revenu de captivité, et « sans versement des fruits28 », en vertu de l’ordonnance du 21 avril 1945.

2. Les acteurs et les procédures de l’aryanisation29

  • 29 Voir, en annexe 5, des extraits de correspondances significatifs à ce sujet.
  • 30 Application de l’ordonnance du 18 octobre 1940 sur les entreprises juives (ETPP 129, p. 21). Marce (...)
  • 31 ADSM, 1 ETP 130, p. 20.

13La loi du 22 juillet 1942 décide donc que toute entreprise dont les propriétaires, les présidents ou plus du tiers des actionnaires sont juifs au regard du second statut, doit être vendue, c’est-à-dire remise en des mains « aryennes » ou liquidée, c’est-à-dire qu’elle disparaît. Qui était intéressé à cette procédure ? D’abord, le commissariat général aux questions juives qui avait établi un bureau à Rouen, ensuite les Comités d’organisation, puis les éventuels acheteurs de l’affaire, et surtout les administrateurs provisoires nommés pour les liquider et les vendre. La loi du 2 février 1941 leur donne des pouvoirs très étendus. Le service de contrôle des administrateurs provisoires (SCAP) créé au sein du ministère de la Production industrielle est ensuite rattaché au CGQJ. Au début, pour savoir s’il y avait lieu de vendre ou de liquider, on consultait la 3e région économique, ce qui revenait de fait à consulter les présidents de chambres de commerce. À partir de 1943, l’organisme de référence pour les liquidations est le Comité général d’organisation du commerce par l’intermédiaire de sa délégation régionale dont le président est Louis Hubert, membre de la chambre de commerce du Havre. Celle-ci est sollicitée comme relais pour fournir au sous-préfet les listes d’administrateurs provisoires potentiels après consultation des syndicats commerciaux et industriels de la place30. Cette liste est présentée par Marcel Aumont, auteur du rapport évoqué plus haut sur les commerçants étrangers. La pression allemande et les injonctions préfectorales semblent avoir eu raison des réticences à désigner des responsables. En novembre 1941, un membre de la chambre de commerce, Paul Petit, habilité comme on l’a vu à se prononcer sur les créations d’entreprises, est délégué pour examiner avec le représentant du préfet les soumissions sous plis cachetés qui sont désormais la règle pour la vente des biens juifs31.

  • 32 Julien Ducastelle, L’aryanisation économique. Expropriation et spoliation des juifs dans l’agglomé (...)
  • 33 Et son chef de cabinet Spach, voir Yves Lecouturier, Shoah en Normandie, op. cit.
  • 34 Lettre de René Bouffét aux sous-préfets du Havre et de Dieppe, 2 novembre 1940 (ADSM, 51 W).
  • 35 Lettre de René Bouffet, 21 mars 1941.
  • 36 Correspondance entre la préfecture et la Feldkommandantur (ADSM, 51 W 1/29,1943).

14Mais l’initiative et le règlement des affaires juives appartiennent en réalité aux autorités préfectorales, en particulier à André Pujès32, André Parmentier33 et René Bouffet, serviteurs de l’État français. Ce dernier, d’abord préfet, puis préfet régional dès le 2 novembre 1940, se charge de faire appliquer la récente ordonnance allemande en s’adressant à la fois aux chambres de commerce et aux commissaires de police et procureurs. Ceux-ci ne devront pas se borner à enregistrer des déclarations d’entreprises juives mais devront effectuer tous les contrôles possibles pour que personne n’échappe au recensement, notamment les entreprises juives qui auraient transféré leur siège en zone non-occupée ; ils devront également faire la chasse aux prête-noms34. En mars 1941 ce préfet demande un rapport pour le compte du Feldkommandant au sujet des marchands forains juifs qui « ne désignent pas d’une façon suffisante leurs boutiques en tant qu’entreprise juive35 ». La Feldkommandantur surveille l’aryanisation, maintient la pression et exige que les liquidations se fassent rapidement. Elle demande un jour des comptes sur l’action de l’administrateur provisoire chargé de vendre le magasin d’Isidore Coronel rue de Paris, celui de Gustave Lang cours de la République, ou des informations sur les commerces du marchand de meubles Leibel, du cordonnier Stolkowski ou du négociant Danon36. Il suffit de parcourir un dossier d’aryanisation pour identifier les fonctions respectives des uns et des autres : le préfet, la direction de l’aryanisation, le commissariat aux questions juives, l’administrateur provisoire et, à échéances régulières, l’autorité allemande qui veut savoir où en est l’affaire juive Untel et demande l’accélération des procédures.

  • 37 Correspondance à son sujet dans ADSM, 40 W 167.
  • 38 Yves Lecouturier, dans Shoah en Normandie, parle de ces deux personnages, p. 85 et suiv.
  • 39 Rapport signé par Coulon en personne (ADSM, 40 W 164).
  • 40 Yves Lecouturier, Shoah en Normandie, op. cit. Liste des juifs arrêtés en Seine-Maritime.
  • 41 Laurent Joly, Vichy dans la Solution finale. Histoire du Commissariat général aux questions juives (...)

15Le responsable du commissariat aux questions juives pour l’ensemble des cinq départements normands, installé à Rouen, connaît bien Le Havre. Il s’agit d’un ancien négociant en cotons qui exerçait avant-guerre rue Jules-Siegfried, au no 29, André Coulon, ancien membre des Croix de Peu. Décrit par le sous-préfet du Havre comme d’un caractère « entier, vif, parfois même emporté », il est nommé en octobre 1941 délégué régional, à Rouen, de la police des questions juives37. Son secrétaire enquêteur et policier est un chef de poste à la Compagnie générale transatlantique au Havre qui a perdu son emploi en septembre 1939, Eugène Jamet38. André Coulon n’hésite pas à « mettre la main à la pâte », arrêtant lui-même, le 5 octobre 1942, Berthe Kettler, dont il avait remarqué dans la rue qu’elle dissimulait l’étoile jaune sous le col de son vêtement39. La jeune fille sera emmenée le 9 octobre dans le convoi 42 parti de Rouen40. De nombreux exemples comparables concernant les actions des chefs de sections d’enquête et de contrôle ont été retrouvés par Laurent Joly, qui consacre un chapitre de son livre41 à « l’activité criminelle de la SEC » en Prance, en précisant qu’il s’agissait là de « la seule police française parallèle spécialisée dans la chasse aux juifs [qui] se situe à mi-chemin entre la légalité et l’arbitraire meurtrier pur et simple ».

  • 42 Voir Henry Rousso, Vichy : l’événement, la mémoire, l’histoire, Paris, Gallimard, 2001, p. 110-147
  • 43 Homologation par le directeur de l’aryanisation au CGQJ, lettre au préfet, 24 mars 1943 (AN, AJ/38 (...)
  • 44 Homologation de la vente par la Feldkommandantur, 6 août 1942 (AN, AJ/38/5003).
  • 45 La Treuhand und Revisionstelle était une organisation fiduciaire créée par le MBF, chargée du cont (...)

16Chez les administrateurs provisoires en France, on trouve toutes sortes de gens, « de l’expert financier à l’escroc sans compétence », des antisémites notoires, des gens à la recherche d’un travail ou d’une fortune42. Ils touchent 10 % environ du produit de l’aryanisation, mais parviennent quelquefois à doubler la somme et rachètent eux-mêmes à bon prix les actifs qu’ils doivent liquider. Si l’entreprise n’est pas vendue, si elle est liquidée ou si l’affaire traîne en longueur jusqu’à la Libération, l’administrateur provisoire est quand même largement rémunéré. L’administrateur d’une société de négoce de la place Carnot a touché 51 000 francs au total pour sa gestion. Celui d’un négoce de café de la rue Siegfried réclame 60 000 francs pour six mois passés à transférer des actions dans des mains aryennes alors que l’entreprise est normalement gérée par un conseil d’administration épuré et actif dont il n’a pas à se préoccuper. Dans le cas où l’entrepreneur juif possède un immeuble, l’administrateur provisoire du bien, qui est en général la personne s’occupant de l’entreprise, met en adjudication et cumule les deux rémunérations. Les émoluments s’élèvent en général à 3 000 francs par mois, soit deux fois le salaire d’un employé. Sachant, par exemple, que le débit de boisson d’Achille Elbaz a été vendu à un commerçant de la rue de la Comédie 70 000 francs, pour une administration provisoire qui a duré dix-huit mois, on perçoit la rentabilité de la charge au regard de la valeur du bien43. De même, « Le Renard bleu » de Joseph Coronel, magasin employant dix salariés, est vendu 120 000 francs, alors que son chiffre d’affaires représente 800 000 francs44. Son administrateur gère par ailleurs d’autres aryanisations. Certains commerçants du Havre ont cumulé plusieurs salaires d’administrateur provisoire. La seule obligation financière était de verser un mois de salaire à la Barclay’s Bank pour le compte de la Treuhand und Revisionstelle45. Devant le notaire, le jour de la vente, si l’origine de propriété est mentionnée, c’est l’administrateur provisoire qui est le vendeur et non le propriétaire juif. Il arrive que dans certains cas, les entrepreneurs spoliés réussissent à placer un administrateur provisoire qui leur est acquis ou, comme on l’a dit, « complice ». La sociologie des administrateurs provisoires au Havre correspond assez bien à ces cas de figure.

E. Destins contrastés des entrepreneurs face à l’aryanisation

17Dès 1944 à Alger, le gouvernement provisoire de la République française avait admis le principe de la restitution des biens spoliés. Une ordonnance du 21 avril 1945 qualifie les acquéreurs de biens juifs de « mauvaise foi », sauf s’ils sont intervenus à la demande du propriétaire. Un service des restitutions est rattaché au ministère des Finances. Beaucoup de biens n’ont jamais été réclamés et bien souvent, la restitution n’a pu se faire qu’après recherche des héritiers. Le couple aryanisation-restitution s’opère dans des cas de figures assez divers, selon le type d’affaires, le niveau social, les solidarités qui ont pu être mises en œuvre, l’acharnement plus ou moins grand des administrateurs provisoires et l’appétit des acquéreurs. Aussi, plutôt que de dresser une situation type, observons quelques cas précis plus évocateurs de l’atmosphère de l’époque.

1. Aryanisations réelles et hostilités

  • 46 Fonds Toussaint (ADSM, 178 J 8).
  • 47 En l’occurrence Mme Letendre et Mme Caumont (menuisier), 130 cours de la République (ADSM, 178 J8)
  • 48 Recoupements effectués entre le fichier AJ/38 aux AN, le fichier des 317 morts havrais de la dépor (...)
  • 49 Fonds Toussaint (ADSM, 178 J).

18Pour nombre de commerçants et d’artisans, l’aryanisation s’est accompagnée de la déportation jusqu’à l’issue fatale pour l’ensemble ou une partie de la famille. Ainsi parmi les commerçants cités plus haut, Léon Fourmann et son associé Aaron Loreck moururent à Auschwitz : dans ce cas, la restitution se fit discrètement à la Libération sous forme d’une modeste somme à l’héritier mandataire Georges Fourmann, mobilisé et prisonnier46. Morts aussi en déportation, le coiffeur Aron Stein, la commerçante Anna Fuchs, hébergée un temps par des voisins47 et ses trois filles à Auschwitz et Lublin après être passées par la prison du Havre et le camp de Drancy. L’étalagiste Salomon Hoffmann est mort à Varsovie. À ceux-là s’ajoutent les noms de ceux qui tiennent boutique, mais ne figurent pas au fichier central du CGQf48, comme le marchand de meubles Joseph Meisels cours de la République, et son collègue de la rue de Caligny, Jacques Lebeil, exterminé avec sa famille à Auschwitz. Les cordonniers Yourowski, rue Voltaire, et Moïse Wolfovicz, rue Reine-Berthe, ce dernier arrêté en 1941 et mort à Auschwitz en 1942. Des marchands forains ont subi l’aryanisation comme Victor Leitchinko, demeurant rue Montesquieu et qui vendait de la lingerie féminine sur les marchés. Mobilisé en 1940, il est fait prisonnier. Pendant sa captivité, les Allemands enlèvent sa marchandise et sa camionnette, retrouvent sa fille et sa femme, les arrêtent : Sifa Leitchinko meurt en déportation en novembre 1943. Son affaire est transférée à un administrateur provisoire, Seurret, rue Jacques-Louer. Un autre marchand forain, Simon Sali, semble avoir échappé à la procédure d’aryanisation. Sa famille s’était réfugiée à Angers et il a pu reprendre son commerce en 1946 et réclamer une indemnité pour le pillage de ses roulottes et ses automobiles49.

  • 50 ADSM, 201 W 181.
  • 51 Voir JO, 14 février 1943, et fonds Toussaint (ADSM, 178 J).

19Dans le cas où c’est la justice qui restitue, à la Libération, une entreprise dont la vente a réellement eu lieu, on peut supposer que l’on était bien dans le cas de figure voulu par les autorités, c’est-à-dire d’un administrateur provisoire hostile au spolié, a fortiori quand il cumulait la liquidation de plusieurs biens juifs. La parfumerie Addy rue de Paris, vente en gros et détail, appartient à Adolphe Soukalski, commerçant d’origine russe. Le 27 mai 1940, il expédie une partie de son stock à Tours et quelques caisses chez un fermier dans l’Eure. Le 10 juin, lors de l’exode, il abandonne sa voiture et des marchandises au bac de Berville. Il se réfugie à Agen. Son fils revient diriger le magasin en août 1940, mais très vite a lieu l’aryanisation. Un administrateur provisoire est nommé : B. Philipeaux, marchand de bonneterie du boulevard Foch fait passer le fonds en adjudication chez le notaire Gosselin. Le fonds est vendu aux enchères à Pierre P., qui s’inscrit au registre du commerce le 23 mars 1942, comme propriétaire « aryen » du magasin Addy50. En septembre 1944, l’immeuble et le commerce sont détruits par les bombardements. Le fils d’Adolphe Soukalski, officier des Forces françaises libres, est tué en Savoie. Le 22 mai 1945, le bien spolié est restitué par le tribunal à Adolphe Soukalski51.

Figure 30 - De l’aryanisation à l’extermination. Lettre du sous-préfet René Serre au préfet régional André Parmentier (ADSM, 51 W, Cab.2 AGP 14).

Figure 30 - De l’aryanisation à l’extermination. Lettre du sous-préfet René Serre au préfet régional André Parmentier (ADSM, 51 W, Cab.2 AGP 14).
  • 52 Cas étudié par Mathilde Dessolles, La spoliation des biens juifs, le cas du Havre, 1940-1944, mémo (...)
  • 53 Ibid., d’après AN, AJ/38/4961.
  • 54 Le Petit Havre, 27 janvier 1941. Ce magasin ne figure pas au fichier AJ/38.
  • 55 Le Petit Havre, 28 février 1942.

20Sur l’hostilité de la plupart des administrateurs provisoires de petits commerces, on peut trouver quelques confirmations dans les sources, surtout quand l’administrateur est candidat à plusieurs liquidations. Georges Noël administre l’affaire Lévy rue Joffre, l’affaire Lang rue Thiers, or un certain Georges Noël, à la même adresse que celle du fichier des aryanisations, figure parmi les adhérents d’un parti collaborationniste, le Parti franciste, en 1943. Parmi les six dirigeants du Syndicat du petit commerce et de la nouveauté du Havre et de la région de 1939, le président, le secrétaire, le vice-président, ont vendu ou liquidé ensemble douze entreprises. Ce dernier se montre hostile à la veuve Fuchs qui se refuse à liquider et parle de son magasin comme d’une affaire « médiocre », « misérable », « nulle » et se dit même « harcelé par la veuve52 », dont nous savons qu’elle n’est pas revenue d’Auschwitz non plus que ses filles. L’administrateur provisoire est appuyé par la 3e Région économique qui se montre favorable à la liquidation, en accord avec le Syndicat du petit commerce et de la nouveauté qui se plaint de la « pléthore au Havre d’entreprises similaires53 ». Raymond Mons et Paul Février sont également des merciers chargés d’aryaniser des commerces de leur branche. Bernard Philipeaux, par exemple, fait vendre le commerce de pelleterie et fourrures « Au Renard bleu » de Joseph Coronel, situé 131 rue de Paris dont le propriétaire est réfugié en zone Sud : ce bien est adjugé en décembre 1941 à un employé de banque, Marcel H.54 Raymond Mons fait vendre le commerce de Mme Lallemand née Kahn, « les Couturiers réunis », à un tailleur de Sainte-Adresse, Pierre-Charles E. en février 194255. Ce dernier étant prisonnier en Allemagne, c’est son père qui se charge de la transaction. À l’inverse, certains propriétaires juifs sont prisonniers de guerre au moment où ils sont spoliés. Dans le petit commerce, les candidats au rachat, commerçants, patrons de bistrot, ne sont pas rares, les administrateurs examinant plusieurs candidatures, dont certaines viennent de Paris, avant le passage chez le notaire.

  • 56 Le Havre libre du 29 mars 1945.
  • 57 ADSM, 260 W 58.
  • 58 JO du 19 janvier 1943.
  • 59 Voir Biaise Rouquette, Les juifs au Havre, mémoire de maîtrise, John Barzman (dir.), université du (...)

21Parmi les membres de la famille Derobert, punie de la dégradation nationale pour aide à l’Allemagne en 194556, figure également un administrateur provisoire indéniablement hostile. La famille Derobert possède un magasin de meubles et literie, « Au Mérinos », 95 et 99 rue de Paris. Jean-Paul Derobert est chargé d’aryaniser le « Tapis rouge », de la famille Leibel dont nous avons évoqué le destin tragique. Le « Mérinos » accroît ses bénéfices sous l’Occupation57 en fournissant du mobilier à la Wehrmacht installée à l’hôtel Frascati ou à l’hôtel de Bordeaux, dont le propriétaire, E. Schwartz, subit lui-même l’aryanisation de son établissement58. Le caractère radical de l’aryanisation du commerce de la famille Leibel se confirme avec la décision de la préfecture d’attribuer ses locaux du boulevard Foch aux organisations pro-nazies, le Rassemblement national populaire de Déat et les Jeunesses nationales populaires revêtues de l’uniforme bleu59. Ces mêmes organisations obtiennent également le magasin Francès, rue de Paris, qui abritera conjointement le bureau de recrutement du chantier naval allemand Deschimag, lequel convoque les volontaires au départ à cette adresse par des encarts très visibles dans Le Petit Havre.

2. Aryanisations fictives et solidarités

  • 60 Voir Jean-Claude Daumas, L’Amour du drap. Blin & Blin (1872-1975). Histoire d’une entreprise laini (...)
  • 61 Dossier « Dommages de guerre », rapport d’expertise du 3 février 1950 (ADSM, 238 W 1875).
  • 62 ADSM, 260 W 94.
  • 63 Mathilde Dessolles (La spoliation des biens juifs..., op. cit.) présente aussi le cas de Guérin, q (...)

22Il y eut cependant des « aryanisations fictives » opérées par les victimes potentielles elles-mêmes avant que Vichy ou les nazis ne s’en mêlent. L’une des plus célèbres dans le département est celle de l’industrie lainière Blin et Blin, à Elbeuf60. Dans le commerce havrais, on a le cas, plus modeste, de la maison de vêtements Bauer, 122 rue de Paris et 101 rue Victor-Hugo, à l’angle des deux rues. En 1940, Louis Bauer revend ses parts à Marcel Gallais61. On admirera à ce propos la pudeur du langage dans le dossier de dommages de guerre sur cet épisode : « Pour échapper à l’effet des lois sociales qui frappaient, à l’époque, certaines catégories de commerçants, le 20 décembre 1940, suivant un acte passé par-devant Me Paul Bouchez [etc.], Monsieur Louis Bauer a cédé à M. Alfred Gallais, voyageur de commerce, 170 de ses propres parts et la société a modifié sa raison sociale en Ancienne Maison Louis Bauer ». Alfred (ou Marcel) Gallais, ancien combattant de la Grande Guerre, s’était engagé en 1939 dans l’armée coloniale, et avait combattu au front dans le 12e RIC. « J’ai continué, écrit-il, à faire mon devoir de bon français en répondant à la demande d’amis traqués par les Allemands. J’ai accepté de prendre à mon nom personnel des biens leur appartenant, mais cela, bien entendu, d’une façon fictive. » Après avoir rendu les parts le 7 octobre 1944 devant le même notaire, Gallais part travailler à Paris comme directeur d’imprimerie. Le dossier Gallais, cité à comparaître devant le Comité de confiscation des profits illicites, est donc logiquement classé sans suite62. Le magasin fut l’objet de pillages successifs par la population civile en 1940, 1942, en juin 1944 avant d’être totalement sinistré par les bombardements le 5 septembre. En octobre 1944, Louis Bauer reprendra ses fonctions63.

  • 64 Entretien avec Jacques Traumann, 12 mai 2004.
  • 65 À l’exception de M. Creuzot, nommé AP de Higby, lequel ne figure pas au fichier AJ/38, alors que c (...)

23Dans le secteur du négoce, les administrateurs provisoires sont des négociants, en majorité plutôt « complices » de ceux dont ils étaient censés mettre en vente l’affaire. La solidarité corporative semble avoir joué un rôle essentiel, par exemple chez les négociants en café dont l’appartenance protestante est majoritaire. C’est en tout cas l’interprétation donnée par Jacques Traumann, dont la famille protestante d’origine allemande, d’ascendance partiellement juive, se voit frappée d’aryanisation. Ernest Traumann père, réussit à convaincre son propre fondé de pouvoir, Édouard Lamare, de se présenter à la sous-préfecture, de se proposer comme administrateur provisoire et de feindre vouloir jouer ce rôle, ce qui n’était pas sans risques64. Malgré la mise en vente par adjudication publiée dans Le Petit Havre en 1943, celle-ci n’aura jamais lieu car personne ne se présente. On fait alors traîner les choses, on prétend avoir perdu des papiers pour retarder les ventes. Pourquoi cela n’est-il pas allé plus loin ? Parce que, selon M. Traumann, le négoce est resté solidaire. Personne n’achète. Solidarité plus corporative que religieuse, selon le témoin, même si le réseau protestant est important dans la capitale du café. D’autre part, quand la pression était trop forte, un pasteur intervenait à Vichy en faveur du négociant. La spoliation n’a pu aller à son terme sans doute parce que la plupart des administrateurs provisoires nommés sont aussi des négociants ou commissionnaires de la même branche65 que l’on retrouve certes comme concurrents mais aussi comme partenaires dans le marché de place avant et après l’Occupation. Depuis le début de la guerre, ils sont également solidaires à l’intérieur du groupement national d’achat et de répartition. Alors que chez les petits commerçants, le fait d’appartenir à la même branche est plutôt un facteur d’hostilité.

Figure 31 - Le magasin Bauer au Havre (dossier « Dommages de guerre »).

Figure 31 - Le magasin Bauer au Havre (dossier « Dommages de guerre »).

3. Les frères Danon, entre aryanisation subie et Résistance

  • 66 AN, AJ/38/5004.
  • 67 Témoignage à l’auteur de Jean-Loup Danon, Paris, 18 janvier 2010.
  • 68 Le Petit Havre du 8 mars 1943. Vente de biens Israélites, immeuble J.-Danon et Cie.
  • 69 Jules Lozes, puis Huot de Saint-Albin (AN, AJ/38/3650). Voir Renée Dray-Bensousan, Les Juifs à Mar (...)

24Chez les grands du négoce, la société Joseph-Danon est elle aussi aryanisée66. Vieille entreprise, née en 1892, elle combine l’importation de café, 15 000 tonnes par an, le transit du caoutchouc et l’activité bancaire à Paris. Son chiffre d’affaires en 1939 est de 62 millions de francs, l’un des premiers de la place. Elle occupe une trentaine d’employés au Havre. Les deux frères Danon, Joseph et Jean-Jacques, sont mobilisés en 1939. Le premier rejoint les FFL et débarque en Normandie. Le second poursuit son action dans les FTP en Provence. L’appartement loué par Jean-Jacques Danon à Paris est entièrement pillé et reloué à un particulier par la Caisse des dépôts à un nouveau locataire67. Pendant ce temps au Havre, l’immeuble de la place Carnot est mis en vente68. Un administrateur provisoire est nommé le 5 juin 1941 : Auguste Neveu, de la maison Latham et Gilg, après qu’Albert Gilg eut refusé la charge, trop occupé par ses responsabilités dans le GNIRCA. L’entreprise Danon avait déjà transféré son siège à Marseille, le 28 octobre 1940 sur la Canebière, dans l’immeuble de la banque Rosa, famille liée à Maurice Lehman, associé de Danon, qui signe la demande de transfert. Pour les raisons économiques évoquées précédemment, ce repli marseillais aurait probablement eu lieu même si l’affaire n’avait pas été visée par l’aryanisation. La majorité du personnel du Havre est remerciée dès juin 1940 avec des indemnités supérieures à celles qu’exigeaient les conventions collectives. Cependant, l’agence de Marseille est dotée successivement de deux administrateurs provisoires69 non havrais, malgré la tentative de Neveu pour placer à ce poste Robert Latham, son patron. La société y est exclue des répartitions opérées par le groupement. La société Danon possédait aussi une petite banque privée à Paris qui s’occupait de gestion de fortune, d’arbitrage et de comptes commerciaux. Cette affaire est dotée d’un administrateur provisoire particulier, Henri Gillet, de Neuilly-sur-Seine.

  • 70 AN, AJ/38/5004.
  • 71 Jean-Loup Danon pense que cette non-hostilité est très probable. Courrier à l’auteur, 18 janvier 2 (...)

25La société Danon possède également une filiale au Havre, la Société havraise de consignation, qui obtient également l’autorisation de s’installer à Marseille. Elle est aryanisée assez vite, mais incomplètement. L’administration provisoire est confiée à Jacquelin, puis à Jean Raoul-Duval qui tente alors de récupérer l’affaire de négoce Danon. Le directeur de la Havraise de consignation est René Dupuis, qui avait trente ans de maison chez Danon au moment du congé donné au personnel. Alors même que sa propre aryanisation, probablement fictive, n’est pas terminée, la Havraise de consignation propose de racheter en 1941, les dix-huit actions du GNIRCA possédées par Danon, puis toute l’affaire, sans que Neveu n’y trouve à redire. Mais le préfet s’oppose à la manœuvre en deux temps70. Il estime d’abord que la somme proposée par la Havraise de consignation est trop faible, les 100 000 francs d’actions avaient rapporté 400 000 de juillet 1941 à juin 1941. On notera d’ailleurs que le dossier d’aryanisation ne contient pas, contrairement à ce qui se passe pour les petits magasins aryanisés, d’autre offre de rachat pour ces actions qui paraissent une bonne affaire. Ensuite le préfet estime que la somme de 125 000 francs proposée pour racheter le négoce est ridiculement basse. Elle paraît même suspecte et fait supposer une certaine complicité de Raoul-Duval à l’égard des spoliés71. Le préfet vient en effet de commander à Vaussard, un autre négociant en café, par ailleurs administrateur provisoire de la société Brunschwig, un rapport d’expertise sur la valeur de l’affaire Danon. En février 1943, le préfet annonce sa décision au Felkommandant : étant donné que l’estimation de l’affaire Danon par Vaussard est de 1,2 à 2 millions de francs et que la Havraise de consignation n’offre que 125 000, il demande au CGQJ de liquider. Auguste Neveu n’y semble pas hostile, car une grosse affaire de café n’est pas facile à vendre : il n’y pas, écrit-il, de clientèle garantie. Il sous-entend peut-être par là que celui qui achèterait devrait traiter, notamment pour le marché de place, avec des gens qui étaient en bonne relation avec Danon. L’affaire traîne en longueur, la décision de liquidation n’intervient que le 26 janvier 1944. À cette date, seule l’affaire de Marseille représente une valeur et le personnel d’encadrement au Havre a été remercié et indemnisé.

  • 72 ADSM, 51W. Cab. 2, AGP 14.
  • 73 Témoignage de son fils Jean-Loup Danon, 18 janvier 2010.
  • 74 AN, AJ/38/5004,13 novembre 1942.

26Les locaux étant vides, certains sont intéressés. Paul Guillard, secrétaire du Secours national, demande le 22 mai 1944 au commissariat général aux questions juives la mise à disposition pour la Croix-Rouge de l’immeuble « appartenant à la société israélite J. Danon72 ». La liquidation semble donc avoir constitué un moindre mal, auquel l’administrateur provisoire s’est résigné. Jean-Jacques Danon, entre sa démobilisation et son entrée en Résistance, avait fait savoir à l’administrateur qu’il était d’accord « pour la fermeture et la liquidation de la succursale du Havre » selon un courrier de ce dernier au préfet. Auguste Neveu est toujours « administrateur » de Danon en décembre 1944, quand il s’agit de mettre en route la reconstruction de l’immeuble avec l’aide de l’architecte Daigue. Il apparaît donc que la solidarité de la branche café a joué aussi bien pour l’affaire Danon que pour sa filiale. Les intentions des uns et des autres n’étaient peut-être pas aussi claires cependant au moment des faits. Jean-Jacques Danon a été conduit, pour ralentir l’aryanisation, à « semer la discorde entre les administrateurs provisoires », celui de Marseille et celui du Havre73. Si le ton du préfet est toujours poli à l’égard de l’administrateur provisoire, il est aussi celui d’un fonctionnaire zélé de Vichy ; il écrit au Directeur général de l’aryanisation économique à propos de Danon74 : « Il ne saurait être question de considérer l’entreprise comme scindée en deux départements [...] Il n’existe qu’une seule affaire dont le siège social a été transféré par le juif à Marseille pour échapper à l’application de la réglementation qui le visait. » Ce qui est totalement faux sur le plan de la stratégie d’entreprise et de la chronologie nous l’avons vu, et quand bien même... Au sortir de leur action dans la Résistance, Jean-Jacques et Robert Danon retrouvent leur bien.

4. La chasse aux actionnaires juifs

  • 75 Frédéric Brunschwig était ancien combattant et Croix de guerre (AN, AJ/38/5003).
  • 76 Son rôle protecteur et la reconnaissance du négociant menacé à son égard ont été confirmés par le (...)
  • 77 La demande d’installation (janvier 1941) et les formulaires d’inscription remplis pour les autorit (...)
  • 78 La nomination comme commissaire gérant précède de quelques mois la nomination comme administrateur (...)
  • 79 Note de Vaussard à son avocat,(AN, AJ 38/5003).
  • 80 Lettre de l’AP au percepteur de Marseille, 11 août 1944, ibid.

27Déduire de ces situations qu’il n’y a pas eu de conflit au sein du négoce serait imprudent. L’aryanisation de la maison Frédéric-Brunschwig, boulevard de Strasbourg75, est intéressante par sa complexité. Cette petite société caféière comptait sept actionnaires « présumés juifs », treize « Français aryens », et deux « sujets étrangers », selon la classification de l’administrateur provisoire, un négociant en café également, F.-M. Vaussard. Les actionnaires sont pour la plupart des négociants responsables d’autres sociétés havraises de la branche, ce qui signifie que tout le monde a quelques intérêts chez les autres. À ceci près qu’un conflit oppose l’administrateur Vaussard aux actionnaires nouveaux, qui ont racheté les actions des propriétaires juifs au printemps 1941, hors aryanisation. Cette vente paraît suspecte aux autorités et l’administrateur provisoire continue d’enquêter pour obtenir des pièces comptables emportées par M. Brunschwig à Agen et pour acquérir la certitude que les fonds résultant de la vente ont bien été déposés quelque part. Vaussard soupçonne les propriétaires juifs d’avoir empoché le fruit de la vente de leurs actions. Le nouveau directeur Albert Le Breton est un ami de M. Brunschwig76. Il affirme que lui et ses amis sont bien propriétaires des actions, ce que confirment les ex-actionnaires juifs, et considère que les actes notariés suffisent à le prouver. Le siège de la société a été transféré à Marseille en septembre 1941 par Le Breton77, sans demander l’avis du commissaire-gérant nommé par le préfet en mai78, puisqu’il ne se considère pas sous son autorité. En réponse à ses demandes insistantes, Albert Le Breton, affirmant être régulièrement porteur des actions, assigne Vaussard devant le tribunal de commerce de Marseille, ce qui conduit ce dernier à se plaindre dans ses rapports aux autorités : « En agissant ainsi, il pense se soustraire aux obligations édictées par les lois françaises et ordonnances allemandes concernant l’aryanisation des sociétés juives79. » En août 1944, malgré l’appui des autorités, l’administrateur provisoire n’a pas atteint son objectif et son autorité est toujours contestée80.

  • 81 JO du 25 février 1943 et Le Petit Havre du 30 septembre 1943.

28La chasse au capital juif, en effet, peut conduire un actionnaire à céder ses parts à son associé. C’est ce que fait Benjamin Ullmann de la société Ulmann et Scholaert, importateur de coton et agent de la maison J.-S.-Bache et Cie de New York, en septembre 1940. Il possédait 1,3 des 4 millions de capital de ce négoce. Son nom est rayé du registre du commerce et réapparaît le 2 novembre 1945. Cette cession est toutefois surveillée comme une aryanisation, puisque l’administration nomme un administrateur provisoire en la personne de Jacques Roederer. Plus singulier est le cas de la maison Du Pasquier, importateur-commissionnaire en cotons, en raison de la personnalité et des fonctions de son patron. L’occupation du Havre avait conduit Hermann Du Pasquier aux fonctions temporaires de sous-préfet dans un concours de circonstances qui a été évoqué. C’est un homme qui a la confiance du régime et qui a gardé la présidence du port autonome ; s’il en a été écarté en 1945, c’est en raison d’un attachement jugé trop manifeste à la libération à la personne du Maréchal, voire au régime de Vichy qui l’a récompensé en le citant à l’Ordre de l’armée en présence du préfet René Bouffet en janvier 1942. Or la maison Du Pasquier travaillait avec les États-Unis pour ses importations de coton. Un quart du capital était détenu par Lionel et Adolphe Weil, citoyens américains demeurant en Alabama. Le directeur du Crédit industriel de Normandie fut nommé administrateur provisoire, et les actions de MM. Weil, d’une valeur d’environ 900 000 francs, furent mises en vente. Les avis d’adjudication furent publiés à plusieurs reprises. Du coup, même l’immeuble de la société rue Jules-Le-Cesne fut mis sous sa gérance et le Journal officiel utilisa une formule plus qu’ambiguë en signalant qu’il appartenait « à la maison Du Pasquier et autres copropriétaires juifs81 ».

  • 82 AN, AJ/38/5007.
  • 83 Lettre de 1ΆΡ au préfet, 31 juillet 1941.
  • 84 Avant sa déportation, il demeure au prieuré de Lamalgue, au Mourillon, dans le Var.

29La Société caféière française est frappée elle aussi d’une longue procédure qui consiste à la débarrasser de deux administrateurs juifs, Henri Bloch et Léon Meyer, l’ancien maire du Havre, révoqué et déporté. Dans l’épais dossier qui la concerne au CGQf82, se dessine une aryanisation en deux temps. Jusqu’en juin 1941, l’administration provisoire par Édouard Gilg, président du GNIRCA en « liaison étroite » avec un autre administrateur, André Milcent, permet à ces deux hommes « d’obtenir » la démission de M. Bloch et M. Meyer, selon les termes du nouvel administrateur nommé le 29 mars, Jean Dennis, un commissionnaire en cotons. Dès sa nomination, celui-ci annule la vente que Bloch et Meyer avaient réalisée auprès d’un négociant de Marmande, considérant qu’il s’agissait là d’un « homme de paille83 ». Ensuite, si les 2 572 actions de Bloch sont « transférées » sans trop de difficulté aux administrateurs aryens qui en possèdent déjà 1 203, il en va différemment des 200 actions détenues par Léon Meyer, réfugié près de Toulon84, qui est contacté par Dennis, mais refuse de vendre. Si bien que le préfet René Bouffet demande au Feldkommandant de donner à l’administrateur provisoire le pouvoir de vendre d’office ces actions. Ainsi le gérant aryen vend-il à une personne de son choix, un représentant domicilié à Nice, les actions de l’ancien maire du Havre.

30L’aryanisation, dans ses intentions comme dans ses résultats, est pour conclure un symptôme manifeste de la sujétion de l’État français à l’ordre nouveau voulu par le Reich, autant que l’a été la mise au service de la machine de guerre nazie de l’appareil productif et de la main-d’œuvre. Les entreprises, dans cette ville malheureusement transformée en place forte hautement stratégique, se retrouvent particulièrement exposées à l’injonction économique de l’occupant, mais aussi à la restructuration, sous influence, des organisations productives et à leur épuration politique et raciale par les gouvernements de Vichy. L’observatoire havrais montre assez bien, comme on a pu le voir dans d’autres régions, les effets sur le terrain d’un régime qui imite, voire devance, les désirs de l’occupant, même si sa propre « révolution nationale » ne réussit pas à emporter l’adhésion du plus grand nombre. Les lignes de partage de l’obéissance et du refus traversent le monde syndical comme elles traversent le monde patronal. Elles fragmentent le lien social jusqu’au cœur des entreprises, quand elles ne clivent pas les individus eux-mêmes. La gestion du quotidien ne s’accorde pas aisément avec les souhaits les plus ardents du retour à la paix et à l’indépendance. Certes on a constaté des lieux de cohésion idéologiques, réseaux pétainistes influents parmi les élites économiques, milieux collaborationnistes et antisémites, milieux syndicaux ralliés au régime ou, à l’inverse, réseaux organisés ou initiatives individuelles de résistance. Ces derniers ont participé à la libération du Havre qui intervient tardivement, au prix d’un immense sacrifice. Il faut alors reconstruire mais aussi, rendre justice et rendre des comptes, au propre comme au figuré. La légalité d’hier devient illégitime. Ceux qui ont « favorisé les desseins de l’ennemi » ou soutenu « l’usurpateur » devront assumer leurs actes devant une nouvelle légalité républicaine. Des instances d’épuration judiciaire, économique et professionnelle ont été prévues. On sait l’importance du programme du CNR dans la restructuration du pays, et du plan Marshall dans la reconstruction. Or, il faut le dire : épurer, même au plan de l’économie, c’était aussi reconstruire moralement et pas seulement canaliser le ressentiment. Ce programme a-t-il été réalisé ? Était-il réalisable ?

Notes

1 Voir, parmi d’autres, Henry Rousso, Robert O. Paxton, Jean-Pierre Azéma et François Bédarida, Denis Peschansky, Julian Jackson, Marc-Olivier Baruch, Olivier Wieviorka.

2 Philippe Verheyde, Les Mauvais Comptes de Vichy : l’aryanisation des entreprises juives, Paris, Perrin, 1999, 564 p.

3 Henry Rousso, Le Régime de Vichy, op. cit., p. 76 et suiv.

4 Voir, à ce propos, Marie-Paule Dhaille-Hervieu, « Les Juifs au Havre pendant l’occupation allemande », dans John Barzman et Éric Saunier (dir.), Migrants dans une ville portuaire, Rouen, PURH, 2005, p. 107-116.

5 Après avoir été chef adjoint du cabinet de Pierre Laval au ministère du Travail en 1931, René Bouffet devient sous-préfet du Havre de 1931 à 1935. Préfet de Seine-Inférieure (1940-1941), puis préfet de la Région de Rouen (1941-1942). Il décède quelques mois après son arrestation à l’Hôtel de ville de Paris au moment de la libération de la capitale.

6 ADSM, 51 W Cab. 1/28.

7 ADSM, 40 W 159, 18 mai 1943.

8 Voir Yves Lecouturier, Shoah en Normandie, Courdray-Macouard, Éd. Cheminements, 2004. D’après les chiffres de Joseph Billig, 459 personnes en Seine-Inférieure, 195 dans le Calvados, 114 dans l’Eure en octobre 1941.

9 AN, AJ/38/1266 et 1272.

10 Henry Rousso, La France de Vichy, op. cit., p. 83.

11 Deux lettres adressées au président de la CCH (ADSM, CCH, 79 E 1).

12 AN, AJ/38/5010, cité par Mathilde Dessolles, La spoliation des biens juifs : le cas du Havre, 1940-1944, mémoire de master 2, université du Havre, 2009.

13 ADSM, 1 ETPP 127, p. 500.

14 Le cliché des procédés commerciaux douteux qui seraient propres aux juifs servira souvent à d’importantes aryanisations. Voir Philippe Verheyde, Les Mauvais Comptes de Vichy, op. cit. Les « procédés commerciaux incompatibles » sont quasiment une périphrase du commerçant juif.

15 Rapport Aumont (ADSM, 1 ETPP 127, 25 mai 1939, p. 266).

16 Dont Podjuzer Israël, commerçant en fourrures, place de l’Hôtel-de-Ville (ADSM, 1 ETPP 128, P-113)·

17 Son entreprise sera aryanisée, administrateur provisoire : M. Amourette (AN, AJ/38).

18 Salomon Hoffmann, 57 rue Voltaire. Il est mort en déportation en 1943.

19 ADSM, 1 ETPP 129, 6 mars 1941, p. 199. Aron Stein, salon Gambetta, 5 quai Georges-V. Administrateur provisoire : B. Dehais, 122 rue Victor-Hugo. JO du 19 janvier 1943, effet à partir du 18 janvier 1941.

20 Archives privées, Le Havre. Chambre des courtiers assermentés.

21 Voir Cécile Simon et Philippe Verheyde, « Les archives des administrations de l’aryanisation économique », dans Hervé Joly (dir.), Faire l’histoire des entreprises sous l’Occupation, Paris, CTHS, 2004, p. 125-137.

22 Voir, en annexe 4, la liste complète des entreprises aryanisées au Havre, leur spécialité et leur administrateur provisoire.

23 ADSM, 40 W 159.

24 Voir commission Mattéoli, rapports en ligne de la mission d’étude sur la spoliation des juifs de France, 2000, http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/004000897/0000.pdf.

25 Antoine Prost, « L’aryanisation économique et les restitutions », dans Tal Bruttmann (dir.), Persécutions et spoliations des juifs pendant la seconde guerre mondiale, Grenoble, PUG, 2004, p. 35-60.

26 Voir Jean Laloum, « La restitution des biens spoliés », Les Cahiers de la Shoah, no 6, 2002-1, p. 13-58.

27 Voir courrier du 1er mai 1942, annexe 5.

28 Dossier Jeanne L„ déclaration de revenus par l’intéressée (ADSM, 260 W 126). Il y est question de profits illicites. Si le chiffre donné pour la revente est exact (176 200 F), il représenterait en francs constants 3 fois le montant de l’achat (48 866 contre 16 830 en francs de 1938).

29 Voir, en annexe 5, des extraits de correspondances significatifs à ce sujet.

30 Application de l’ordonnance du 18 octobre 1940 sur les entreprises juives (ETPP 129, p. 21). Marcel Aumont (1879-1944), dirigeant de l’agence du Consortium franco-américain, était président de l’UEMO et du Syndicat havrais des armateurs.

31 ADSM, 1 ETP 130, p. 20.

32 Julien Ducastelle, L’aryanisation économique. Expropriation et spoliation des juifs dans l’agglomération rouennaise (1940-1944), mémoire de maîtrise, M. Pigenet (dir.), université de Rouen, 1997. À partir de cet exemple rouennais l’auteur insiste sur le rôle directeur des préfectures dans ces procédures.

33 Et son chef de cabinet Spach, voir Yves Lecouturier, Shoah en Normandie, op. cit.

34 Lettre de René Bouffét aux sous-préfets du Havre et de Dieppe, 2 novembre 1940 (ADSM, 51 W).

35 Lettre de René Bouffet, 21 mars 1941.

36 Correspondance entre la préfecture et la Feldkommandantur (ADSM, 51 W 1/29,1943).

37 Correspondance à son sujet dans ADSM, 40 W 167.

38 Yves Lecouturier, dans Shoah en Normandie, parle de ces deux personnages, p. 85 et suiv.

39 Rapport signé par Coulon en personne (ADSM, 40 W 164).

40 Yves Lecouturier, Shoah en Normandie, op. cit. Liste des juifs arrêtés en Seine-Maritime.

41 Laurent Joly, Vichy dans la Solution finale. Histoire du Commissariat général aux questions juives, Paris, Grasset, 2006, p. 621.

42 Voir Henry Rousso, Vichy : l’événement, la mémoire, l’histoire, Paris, Gallimard, 2001, p. 110-147.

43 Homologation par le directeur de l’aryanisation au CGQJ, lettre au préfet, 24 mars 1943 (AN, AJ/38/5004).

44 Homologation de la vente par la Feldkommandantur, 6 août 1942 (AN, AJ/38/5003).

45 La Treuhand und Revisionstelle était une organisation fiduciaire créée par le MBF, chargée du contrôle des « biens ennemis ».

46 Fonds Toussaint (ADSM, 178 J 8).

47 En l’occurrence Mme Letendre et Mme Caumont (menuisier), 130 cours de la République (ADSM, 178 J8).

48 Recoupements effectués entre le fichier AJ/38 aux AN, le fichier des 317 morts havrais de la déportation et de la Résistance (AMH, C16) et la liste des déportés juifs de Seine-Inférieure présentée par Yves Lecouturier dans Shoah en Normandie, op. cit.

49 Fonds Toussaint (ADSM, 178 J).

50 ADSM, 201 W 181.

51 Voir JO, 14 février 1943, et fonds Toussaint (ADSM, 178 J).

52 Cas étudié par Mathilde Dessolles, La spoliation des biens juifs, le cas du Havre, 1940-1944, mémoire de master 2, John Barzman (dir.), université du Havre, 2009.

53 Ibid., d’après AN, AJ/38/4961.

54 Le Petit Havre, 27 janvier 1941. Ce magasin ne figure pas au fichier AJ/38.

55 Le Petit Havre, 28 février 1942.

56 Le Havre libre du 29 mars 1945.

57 ADSM, 260 W 58.

58 JO du 19 janvier 1943.

59 Voir Biaise Rouquette, Les juifs au Havre, mémoire de maîtrise, John Barzman (dir.), université du Havre, 2000.

60 Voir Jean-Claude Daumas, L’Amour du drap. Blin & Blin (1872-1975). Histoire d’une entreprise lainière familiale, Besançon, PUFC, 1999.

61 Dossier « Dommages de guerre », rapport d’expertise du 3 février 1950 (ADSM, 238 W 1875).

62 ADSM, 260 W 94.

63 Mathilde Dessolles (La spoliation des biens juifs..., op. cit.) présente aussi le cas de Guérin, qui couvre un accord de vente avec arrangement secret entre Silberstein et l’acquéreur de sa boutique. Antoine Silberstein est mort à Auschwitz le 31 juillet 1943.

64 Entretien avec Jacques Traumann, 12 mai 2004.

65 À l’exception de M. Creuzot, nommé AP de Higby, lequel ne figure pas au fichier AJ/38, alors que cette société a bien été aryanisée (JO du 1er août 1941, p. 3218, décision du 24 juillet 1941) et de Jean Dennis, commissionnaire en cotons.

66 AN, AJ/38/5004.

67 Témoignage à l’auteur de Jean-Loup Danon, Paris, 18 janvier 2010.

68 Le Petit Havre du 8 mars 1943. Vente de biens Israélites, immeuble J.-Danon et Cie.

69 Jules Lozes, puis Huot de Saint-Albin (AN, AJ/38/3650). Voir Renée Dray-Bensousan, Les Juifs à Marseille (1940-1944), Paris, Les Belles Lettres, 2004.

70 AN, AJ/38/5004.

71 Jean-Loup Danon pense que cette non-hostilité est très probable. Courrier à l’auteur, 18 janvier 2010.

72 ADSM, 51W. Cab. 2, AGP 14.

73 Témoignage de son fils Jean-Loup Danon, 18 janvier 2010.

74 AN, AJ/38/5004,13 novembre 1942.

75 Frédéric Brunschwig était ancien combattant et Croix de guerre (AN, AJ/38/5003).

76 Son rôle protecteur et la reconnaissance du négociant menacé à son égard ont été confirmés par le témoignage de M. Brunschwig fils, en février 2010, communiqué à Jean-Loup Danon.

77 La demande d’installation (janvier 1941) et les formulaires d’inscription remplis pour les autorités consulaires (mars 1941) retrouvés aux ADBR sont signés de Frédéric Brunschwig, ce qui contredit la source du CGQJ.

78 La nomination comme commissaire gérant précède de quelques mois la nomination comme administrateur provisoire.

79 Note de Vaussard à son avocat,(AN, AJ 38/5003).

80 Lettre de l’AP au percepteur de Marseille, 11 août 1944, ibid.

81 JO du 25 février 1943 et Le Petit Havre du 30 septembre 1943.

82 AN, AJ/38/5007.

83 Lettre de 1ΆΡ au préfet, 31 juillet 1941.

84 Avant sa déportation, il demeure au prieuré de Lamalgue, au Mourillon, dans le Var.

Table des illustrations

Titre Figure 30 - De l’aryanisation à l’extermination. Lettre du sous-préfet René Serre au préfet régional André Parmentier (ADSM, 51 W, Cab.2 AGP 14).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Figure 31 - Le magasin Bauer au Havre (dossier « Dommages de guerre »).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540