Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

IIIe Partie — Obéir ou non au régime de Vichy

Chapitre VIII. Patrons et salariés face à Vichy

Texte intégral

  • 1 Raphaël Alibert, proche de l’Action française, voir Éric Roussel, Le Naufrage, 16 juin 1940, Paris (...)

1Le régime de Vichy a clairement affiché son orientation politique propre, tout en montrant la concordance de ses vues avec les projets de l’occupant et sa volonté, formulée par le maréchal, d’entrer dans le nouvel ordre européen. Précocité du statut des juifs et sévérité du texte accrue par Philippe Pétain en personne, mesures immédiates contre la franc-maçonnerie, politique de la jeunesse et de la famille, sont autant de manifestations d’une idéologie de la Révolution nationale en construction. Pour les entreprises, il ne s’agit pas seulement d’une surveillance de l’extérieur par un état policier mais de mesures d’épuration qui contraignent les directions d’entreprises à procéder elles-mêmes à l’élimination des indésirables. La question de l’obéissance à Vichy est ici manifeste. Dès le 14 août 1940, le Journal officiel publie un « rapport » au chef de l’État français où, en quelques lignes, deux hommes pour qui juin 1940 fut une « divine surprise », Raphaël Alibert1, garde des Sceaux, et Adrien Marquet ministre de l’Intérieur, s’adressent à Pétain pour l’inciter à débarrasser la France des « sociétés secrètes ». Celui-ci répond, dans une sorte de mise en scène de l’alerte par les conseillers, et du secours par le thaumaturge, en promulguant un décret qui fait loi. Il interdit aux membres des sociétés d’être agents de l’État ou employés dans un service public concédé. Cette mesure concerne par exemple la Compagnie de tramways et d’autobus du Havre. Le préfet Verlomme somme d’agir. Le maire, impliqué dans cette chaîne de décisions envoie au directeur de l’entreprise des modèles de déclaration le 4 octobre. Sont imprimés 760 formulaires à en-tête de la compagnie. La totalité des salariés, directeur compris, déclare sur l’honneur ne pas appartenir à une société interdite et s’engage sur l’honneur à ne jamais y adhérer. Cette obsession de l’ennemi intérieur et d’une nation « saine » aboutit en France à la constitution de 170 000 fiches de suspects alors que la totalité des francs-maçons n’excédait pas 45 000 personnes. La Révolution nationale ne se résumait pas à cette obsession de la pureté qui dans une large mesure était un refus de la « gueuse », la République vaincue. L’État autoritaire et national se voulait aussi social et poursuivait le but de substituer la collaboration des classes à la lutte des classes. La Révolution nationale devait entrer au cœur des entreprises. Pendant social de l’économie dirigée autoritaire, la Charte du travail du 4 octobre 1941 fixait les nouvelles modalités des relations sociales au sein de l’entreprise, bien après la création des Comités d’organisation.

Figure 27 – Déclaration de non-appartenance à une société secrète du personnel de la CGFT (AMH, 11Z).

Figure 27 – Déclaration de non-appartenance à une société secrète du personnel de la CGFT (AMH, 11Z).

A. Le monde patronal : un large consensus pétainiste

  • 2 Voir Michèle Blondé, « Le comité social de la Société nationale de la viscose à Grenoble, aspects (...)

2La création des comités sociaux est d’esprit corporatiste. À Vichy, l’obsession est tenace de mettre fin à la lutte des classes tout en produisant un discours antitrust principalement dirigé contre le capitalisme libéral car l’autre aversion du corporatisme s’exprime à l’égard de la concurrence. Les comités sociaux, organes consultatifs et gestionnaires d’œuvres sociales, réunissent patrons, cadres et ouvriers pour discuter des conditions de travail, mais cette répartition en trois catégories assure que les travailleurs y seront en minorité. Ce volet de la Révolution nationale exclut la liberté syndicale. Depuis novembre 1940, les chefs d’entreprise des sociétés anonymes voient leur pouvoir renforcé avec la fonction nouvelle de président-directeur général. Nombre d’historiens s’accordent pour constater que ces comités n’ont jamais obtenu, ni en droit, ni en fait, un pouvoir quelconque sur la marche des entreprises que les patrons et les comités d’organisation conservaient largement. Cependant ils ont pu constituer un terrain d’expérience pour ce qui deviendra, à la Libération, les comités d’entreprise et ont été, ici où là, investis par des membres clandestins de la Résistance2.

  • 3 Liste des comités sociaux constitués dans le département (ADSM, 32 W, Z 28483,15 mars 2942).
  • 4 Selon l’adresse indiquée par Le Petit Havre du 12 août 1943 et l’Almanach Micaux de 1939.

3Au Havre, la mise en place des Comités sociaux est assez tardive. Au 15 mars 1942, seuls 19 comités sont recensés en Seine-Inférieure par les autorités préfectorales, en majorité chez les industriels les plus puissants du textile de Rouen et d’Elbeuf ou de l’Ouest du pays de Caux. Au Havre, seuls trois établissements ont leur Comité social, Les Tréfileries et laminoirs, la Compagnie électro-mécanique et les Établissements Evers. Ils représentent ensemble un effectif de 3 394 salariés. À ceci près que cette « représentativité » est fort relative puisque les membres du comité sont désignés par la direction, parfois après consultation des chefs de service3. Chez Lemaistre à Lillebonne les Renseignements généraux indiquent une élection par l’ensemble du personnel, procédure assez rare. Chez Desgénetais à Bolbec, on a « consulté les ouvriers les plus anciens ». Que le patronat n’ait pas été hostile aux comités sociaux n’est donc guère étonnant. Il faut attendre le mois d’août 1943 pour voir apparaître une section locale de la « Commission départementale de l’Office des comités sociaux ». Son secrétaire est André Besnus, un employé de commerce4. La Commission a recensé 54 entreprises de plus de 100 salariés dans la région havraise, englobant dans son calcul Bolbec, Lillebonne et Fécamp. Le Petit Havre affirme qu’un comité social a été créé dans toutes les usines ou presque. Le journal collaborateur prenait ses désirs pour des réalités.

  • 5 ADSM, 40 W 259, 2943.

4L’État institue également le principe de la famille professionnelle. Rassembler autour du métier plutôt que laisser la place à la lutte des classes, voilà qui explique à la fois le principe du comité social, du syndicat unique et de la famille professionnelle dans le cadre de la Révolution nationale. Les idées antilibérales de la Charte du travail ont plu à nombre d’artisans et ont attiré par exemple, selon Steven Zdatny, les anciens syndicalistes de la coiffure. S’agissant du Havre, au cours des années 1943-1944, les archives de la préfecture de région relatives à la Charte du travail s’épaississent de fiches de renseignements sur les salariés ou cadres d’entreprises susceptibles de faire partie des familles professionnelles dans les commissions locales. Les PME fournissent des candidatures qui permettent à des individus méconnus ou sans-grade de représenter la profession. La Charte et particulièrement les comités sociaux ne déplaisent pas aux artisans non plus qu’aux industriels selon les Renseignements généraux. Ceux-ci mettent en relief l’attitude de certains patrons : « Quelques industriels intelligents et vraiment désireux de donner à leur personnel en particulier, et au monde ouvrier en général, de plus amples satisfactions tant pécuniaires que morales, ont pensé à la manière la plus propre d’éviter les heurts entre les individus, en préparant dès maintenant, ce qu’ils appellent la collaboration du capital et du travail, suivant les bases mêmes de la nouvelle Charte. » Suit dans leur rapport5 une phrase dont on se demande si elle ne relève pas davantage du conseil de prudence aux autorités que de l’information policière : « Mais en contrepartie, il importe, d’une manière absolue que l’ouvrier ne devine pas dans ces réalisations une quasi-contrainte imposée aux patrons par les circonstances, mais sente qu’il s’agit d’œuvres créées spontanément pour ses besoins. »

  • 6 Henry Rousso, Le Syndrome de Vichy, 1944-1948, Paris, Seuil, 1987.
  • 7 Henry Rousso fait remarquer qu’il vaut mieux utiliser, plutôt que « maréchalisme », le terme de «  (...)

5Nous savons notamment grâce à Henry Rousso que s’il existe une histoire de Vichy, il existe aussi une histoire de sa mémoire, et de la manière dont on se souvient de ce régime au cours des décennies d’après-guerre. Et cette histoire se continue6. L’histoire des mentalités, des opinions et des représentations est l’une des plus délicates qui soit. Au Havre, les mémoires conflictuelles au sujet du maire Pierre Courant, nommé par Vichy, redevenu maire puis ministre sous la IVe République, se sont manifestées bien longtemps après sa disparition. Certes, être pétainiste n’était pas automatiquement être collaborateur. L’on pouvait être « vichysso-résistant », pétainiste sans être totalement vichyste, collaborationniste contre Pétain ou avec lui7. Mais le souci de « faire la part des choses » n’implique pas le renoncement à l’examen des sources et à l’établissement de faits avérés. Malgré les efforts de certains témoins au procès du maréchal Pétain pour plaider le « double jeu », au point de se demander si certains d’entre eux n’allaient pas tout à coup affirmer que le maréchal était le chef secret de la France libre, le régime et sa révolution nationale ont bien existé : ils ont appliqué une politique, avec ses valeurs, ses doctrines et ses bouc-émissaires, son zèle antisémite et sa milice. Concédons qu’il faille distinguer le soutien au régime et le soutien au vainqueur de Verdun. Qu’en est-il de l’attachement déclaré à la personne du Maréchal, du pétainisme, au Havre dans le monde de l’entreprise, chez les patrons et les salariés ? Ce « maréchalisme » semble constituer, au moins jusqu’en 1943, un ciment qui unit les responsables nommés du pouvoir municipal et les représentants consulaires dans leur majorité. Commençons par assister à un épisode qui met face à face le maréchal Pétain et quelques représentants des élites économiques et politiques de la Porte océane à l’automne 1940.

  • 8 Auguste Marion est président du Syndicat général du commerce et de l’industrie, M. Naud est ingéni (...)
  • 9 Voir le texte intégral du compte rendu en annexe (ADSM, CCH, 225 Z 3), texte dactylographié, proba (...)
  • 10 Ce geste résonne étrangement avec le fait rapporté par Robert O. Paxton à partir des archives alle (...)
  • 11 La manière dont le maréchal Pétain monologue devant cette délégation, quel que soit le degré de fi (...)

6Une délégation composée de René Coty et Robert Thoumyre sénateurs, de M. Naud, ingénieur, M. Hermann Du Pasquier8, M. Henri Thieullent et M. Auguste Marion, pour la chambre de commerce du Havre, se rend à Vichy9. Elle projette de parler au maréchal de la situation des ports de Seine-Inférieure, des bombardements et du chômage, et au ministre Berthelot du projet de pont-route de Tancarville. Nous ne sommes plus en juillet mais en novembre, et ce qui s’exprime dans les confidences du maréchal dépasse largement les enjeux de l’histoire locale. À cette date, les orientations de l’État français sont certainement mieux connues des contemporains et la réception de son discours par les élites en place n’a pas la même signification qu’elle aurait eue six mois plus tôt. Cette entrevue du 2 novembre a lieu trois jours après le discours qui a suivi la rencontre de Pétain avec Hitler à Montoire, discours où le maréchal dit aux Français : « J’entre ici dans la voie de la collaboration. » Mais venons-en aux faits. À midi, le général Brécart, que René Coty connaissait personnellement, lui annonce que le maréchal va recevoir la délégation. Robert Thoumyre expose les difficultés du département et félicite le Maréchal d’avoir « courageusement accepté le pouvoir ». Celui-ci répond ainsi : « On n’a pas idée à quel point le pays était pourri », et il parle de sa réforme administrative. Après s’être « attaqué aux préfets et aux sous-préfets », il va « maintenant, s’attaquer aux maires ». « L’État doit tout commander actuellement ; plus tard on verra si l’on peut revenir au système du vote ». Il se montre très en colère contre les Anglais, à ses yeux quasiment coupables de « trahison » pendant la bataille de mai 1940. « Je n’attaquerai pas l’Angleterre, mais si elle nous attaque, nous répondrons coup pour coup » et le Maréchal « appuie sa phrase d’un geste de la main10 ». Pour la demande d’armistice il a « trouvé une aide précieuse dans la personne de Franco ». Mentionnant la rencontre de Montoire, il qualifie Hitler de « sauvage » mais de « sauvage bienveillant11 ». Enfin il entame le sujet qu’il était prévu d’aborder seulement avec son ministre, la construction du pont-route à Tancarville. Il se dit très favorable au projet s’il est démontré qu’il est rentable. René Coty, après avoir rappelé au Maréchal que lorsqu’il était ministre de la Guerre il avait approuvé par lettre le projet de la chambre de commerce, lui demande d’accepter le parrainage de l’ouvrage et qu’il soit baptisé « Pont du maréchal Pétain ». Le Maréchal accepte. « Nous gardons l’impression d’avoir été devant un chef », conclut le rapport de la chambre de commerce.

  • 12 ADSM, CCH, 225 Z 3.
  • 13 ADSM, 1 ETPP 129, p. 20.
  • 14 ADSM, 1 ETPP 129.
  • 15 ADSM, 1 ETPP 130, p. 419.

7À la suite de cette visite, les échanges de politesse se multiplient. La chambre vote une motion qui apporte au Maréchal « son entier concours pour l’œuvre de redressement économique du pays ». Reproduit dans la presse, ce texte vaut aux représentants consulaires des remerciements appuyés de René Bouffet, préfet depuis septembre, pour ce « témoignage de haut loyalisme12 ». Au fil des délibérations, cette fidélité ne se dément pas, même parmi ceux qui, plus tard, au moment de la Libération, seront considérés comme favorables aux Alliés : ainsi Augustin-Normand qui propose d’aider financièrement à la diffusion des brochures et discours du chef de l’État et notamment son message au pays du 11 octobre13. Auguste Marion, représentant consulaire et conseiller municipal nommé par Vichy, président du Syndicat général du commerce et de l’industrie, offre quant à lui des photographies du maréchal à l’Assemblée consulaire en 194114. En avril, une plaquette est envoyée à Vichy à l’occasion du dîner offert par la chambre pour l’ouverture du chantier du pont du Maréchal-Pétain qui remercie l’assemblée de ce « haut loyalisme ». L’année suivante, à l’invitation du préfet, le président Henri Thieullent accepte de faire partie du comité de patronage départemental de la propagande sociale du Maréchal. En janvier 1942, Hermann Du Pasquier, adjoint au maire et président honoraire de la chambre, reçoit la croix de guerre et est cité à l’ordre de l’armée de mer par l’amiral Darlan pour « belle attitude en juin 1940 » où il avait rempli les fonctions de sous-préfet. La cérémonie a lieu en présence de René Bouffet, préfet régional, du maire Pierre Courant, de la direction du port et de la chambre de commerce et d’« un certain nombre de dames des œuvres havraises » selon Le Petit Havre. Le 18 septembre 1942, Auguste Marion dîne avec le chef de l’État à l’hôtel du Parc et l’informe de l’arrêt des travaux du pont de Tancarville sur ordre des autorités occupantes. Il fait part de son admiration à l’égard du Maréchal devant ses pairs : « Il est vraiment extraordinaire et m’a paru plus jeune encore15. »

  • 16 Voir Léon Werth, Impressions d’audience. Le procès Pétain, Paris, V. Hamy, 1995.
  • 17 Lettre d’Edgar Raoul-Duval à Henri Thieullent (ADSM, CCH, C 3 26).

8Quelques lectures relatives au procès du maréchal Pétain permettent de constater que la légende du Maréchal n’est pas une fiction. Elle agit avant, après Vichy et aussi pendant. Cette légende, souvent nourrie de l’idée que Pétain était mal entouré, l’exonère de ses responsabilités tout en servant de couverture à ceux qui lui ont obéi. Léon Werth décrit fort bien tout cela dans sa chronique du procès16. Le pétainisme de certains chefs d’entreprise est parfois imprégné de cette légende. Edgar Raoul-Duval, dont le frère et associé fera partie du comité de libération du Havre, s’émeut en janvier 1941, de la première vague de nominations au Conseil national, non pour en critiquer le principe, mais au contraire parce qu’attendant du gouvernement une « œuvre rénovatrice », il y trouve surtout « des vieux chevaux de retour ». C’est ce qu’il écrit au président de la chambre de commerce du Havre en espérant qu’il participera à une démarche commune et officieuse auprès du Maréchal afin que les assemblées consulaires soient mieux représentées. A-t-il été satisfait par la nomination d’Albert Dubosc, entrepreneur et parlementaire en novembre 1941 au Conseil national ? Toujours est-il que le thème du leader charismatique mal conseillé est là : « Le chef de l’État est bien souvent trahi par son entourage ; les Services sont encore trop encombrés de ces hommes néfastes dont chacun a pu apprécier l’œuvre au cours de ces dernières années17. »

  • 18 AN, 72/AJ/1283 à 1299.
  • 19 Voir Jan S. Kulok, « Secours d’hiver, secours d’Hitler ? Le rôle social et politique de l’organisa (...)
  • 20 AN, F/60/479, dans Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français. L’administration en France de 1940 (...)

9Les réseaux de la sociabilité négociante s’inscrivent volontiers dans le champ des œuvres du maréchal. Parmi celles-ci, le Secours national, créé en 1914 et réactivé en octobre 1939 sous le ministère Daladier, revêt une dimension particulière. Le 23 juillet 1940, le produit de la liquidation des biens des français déchus de la nationalité lui est attribué, ce qui d’office lui confère une identité vichyste. Le 4 octobre, il est placé sous l’autorité directe du maréchal Pétain qui lui octroie le monopole des appels publics à la générosité ainsi que le produit de la loterie nationale. La vente de portraits du maréchal Pétain est l’une de ses activités. De nombreuses campagnes d’affiches engagent presque toujours la signature ou la figure du chef de l’État français18 que l’on voit sur l’une d’entre elles dire aux Français : « Aidez-moi à les secourir. » D’études portant sur cette organisation19, il ressort que d’une part, Vichy n’a pas voulu laisser le champ libre à une éventuelle organisation de secours pilotée par les Allemands, mais que d’autre part, elle a été un instrument de propagande privilégié pour le maréchal, brassant des sommes considérables, dépassant la dizaine de milliards en 1944. Au point que nombre de ministres de Vichy et la plupart des préfets se sont émus de voir se développer là un État dans l’État, doté de vastes moyens20.

Figure 28 – Photographie extraite d’une brochure contenant le discours du maréchal Pétain du 30 octobre 1940 (ADSM, 225 Z 3, CCH).

Figure 28 – Photographie extraite d’une brochure contenant le discours du maréchal Pétain du 30 octobre 1940 (ADSM, 225 Z 3, CCH).
  • 21 ADSM, 32 W Z 28 484. Liste reproduite en annexe.
  • 22 Dirigeant du négoce en café « Société d’importation France-Amérique ».
  • 23 Le délégué a sous son autorité en 1943 9 centres de jeunesse hébergeant 700 jeunes environ selon l (...)
  • 24 Almanach des adresses du Havre, Éd. Micaux, 1939, p. 1511-1527.

10Quel rapport avec la ville du Havre et ses entrepreneurs, dira-t-on ? Le comité de patronage du Secours national de l’arrondissement et son comité d’action sont composés pour l’essentiel de grands négociants de la place et de leurs épouses21. Gens du coton ou du café, dirigeants de la chambre de commerce ou du port autonome y côtoient les personnalités religieuses catholiques ou protestantes, le rédacteur du Petit Havre ainsi que le directeur de la seule banque autochtone, la banque Chalot, dépositaire du compte de l’Organisation. Une ossature commune de personnalités rassemble le Secours et le comité de la Croix-Rouge du Havre. Certains membres sont également des hommes politiques de confiance aux yeux de Vichy puisque l’on y retrouve, aux côtés du sous-préfet, des négociants nommés au conseil départemental ou au conseil municipal de Pierre Courant comme Hermann Du Pasquier. Y figurent notamment l’adjoint à la famille Robert Le Chevallier22 et le délégué régional du secrétariat à la jeunesse, le courtier Jacques-Louis Delamare23. Le ministre de l’Intérieur Pucheu aurait souhaité mieux contrôler le Secours national, non pas qu’il le jugeât hostile à Vichy, loin de là, mais parce qu’il craignait que cela « ne prenne une tournure trop nettement confessionnelle » : il fallait à ses yeux le faire passer de la charité à la solidarité pour « éviter un retour de l’anticléricalisme ». Il s’adressait aux préfets régionaux en ces termes : « Il faut amener le Secours national à être moins bourgeois et à se rapprocher davantage des milieux ouvriers. » En parcourant le bottin des œuvres de bienfaisance au Havre avant-guerre, on remarquera une continuité des responsables de la philanthropie, mais ils étaient jusque-là plutôt divisés selon leur appartenance religieuse24. Le Secours les réunit dans une mouvance qui n’est pas politiquement neutre.

  • 25 Accusations faisant suite à la révélation de malversations dans les « milieux du Secours national (...)
  • 26 Le Petit Havre du 29 juin 1941.

11Le fichier des Renseignements généraux sous l’Occupation confirme l’importance du Secours national, qu’il qualifie au passage de « menue entreprise ». Son action s’étend sur 164 communes à l’aide de 180 correspondants. Il dispose au Havre de plusieurs locaux. L’avocat Paul Guillard, notable cauchois et patron de la Croix-Rouge au Havre est le délégué pour l’arrondissement, avec prérogatives de délégué départemental. En revanche le fichier de police émet de sérieuses réserves sur sa gestion et parle même de falsification des comptes, avec force détails, en raison d’accusations « répandues assez vivement dans le public havrais25 » en ajoutant prudemment : « À tort ou à raison. » Le Petit Havre est évidemment élogieux à l’égard du Secours national : force-t-il quelque peu les chiffres ? En tout cas, à le croire, il semble qu’effectivement l’on soit devant une entreprise de taille : les « cuisines d’entraide » du Secours servent 4 000 repas par jour dans l’arrondissement. Sept cantines fonctionnent au Havre. En juin 1941 il a déjà distribué 20 500 pièces de vêtements confectionnées dans quinze « ouvroirs » répartis dans la ville, ce qui représente un complément de ressources pour 700 femmes au chômage (on songe ici aux ateliers de tricotage mis en place par le Commissariat à la lutte contre le chômage dans les usines textiles normandes). Le Secours contrôle également le groupement havrais des jardins ouvriers qui compte 3 050 adhérents cultivant un total de 950 000 m2. L’organisation participe également à la distribution des fameux biscuits à la caséine26.

  • 27 Ingénieur catholique, secrétaire général à la Jeunesse de septembre 1940 à mars 1943. Il visite ce (...)
  • 28 Le Petit Havre du 14 juin 1942.
  • 29 Voir Julian Jackson, La France sous l’Occupation, 1940-1944, Paris, Flammarion, 2004, p. 188 et 19 (...)

12Le délégué-adjoint du Secours national, courtier assermenté, est également délégué du secrétariat général à la Jeunesse pour l’arrondissement. Sous sa responsabilité, cinq centres urbains et quatre centres ruraux regroupent environ 500 « équipiers » et « équipières ». Ces dernières sont également placées sous l’autorité de la déléguée du secrétariat à la jeunesse pour les centres féminins, Mme Ancel, qui dirige une importante maison de négoce et fait partie, elle aussi, du Comité de patronage du Secours national. Les centres de jeunesse ont en général une fonction d’accueil, de préapprentissage ou de formation professionnelle. En ce domaine, deux entreprises ont créé en leur sein des structures comparables, organisant des conférences générales, techniques ou récréatives : la Compagnie électro-mécanique et l’entreprise aéronautique SNCAN. En 1942, à l’occasion de la deuxième visite au Havre de Georges Lamirand27, le délégué du SGJ, Jacques-Louis Delamare, prononce un discours assez fidèle aux orientations de la Révolution nationale, mais assez éclairant sur l’esprit des élites qui ont un certain pouvoir sur le plan local durant la période de Vichy. Insistant sur les vertus de la jeunesse, sur la fraternité qui « fleurit au péril » et « s’exalte dans le devoir », il affirme que désormais « Le Havre a trouvé son âme qu’une vie trop cosmopolite ne lui avait pas permis de réaliser avant la guerre28 ». Les vertus de l’entreprise de jeunesse s’expriment selon le délégué dans une atmosphère particulière, celle du danger qui unit ceux qui ont « le courage de rester au Havre », occasion de dire à ceux qui comprendront l’allusion : « certains sont partis que nous ne souhaitons pas revoir. » Faut-il en conclure que le sentiment des milieux vichystes au Havre est celui d’une « âme » enfin trouvée par une sorte de purification sociale ou bien par l’adhésion à ce que le ministre des Jeunes, appelle « l’œuvre de résurrection » qu’il juge particulièrement efficace dans cette ville ? Le groupe chargé au plus haut niveau de l’État français de la politique de la jeunesse, selon nombre d’historiens, était étroitement lié au catholicisme social conservateur, malgré des luttes d’influence au sujet de la pluralité des mouvements29 ; à l’échelle locale, on retrouve ce poids accru des réseaux catholiques dans les différents lieux du contrôle social.

  • 30 Voir Catherine Lefrançois, « Étude départementale, la Seine-Inférieure », dans Jean-Pierre Azéma e (...)
  • 31 Voir la quatrième partie de ce livre consacrée à l’épuration.
  • 32 Chambre des courtiers assermentés, archives privées.

13Les professions de foi pétainistes se font cependant plus rares à partir de 1943 et les délibérations de la chambre de commerce n’en portent plus trace. Le comité de propagande sociale départemental est mort-né, car, dès le mois de mai, le préfet annonce que le gouvernement renonce à ce projet qui ne rencontre aucun enthousiasme30. Cependant un certain nombre de représentants seront sanctionnés à la Libération pour leur adhésion au vichysme proprement dit31. La double appartenance au secteur économique et à la municipalité nommée par Vichy est un signe de la confiance accordée par le régime à un certain nombre d’entrepreneurs. Ne peut-on parler d’acte d’allégeance quand la chambre des courtiers assermentés s’adresse au chef de l’État en ces termes le 3 octobre 1941 : « Notre corporation serait désireuse et particulièrement honorée de prêter le serment de fidélité à votre personne... Notre bureau estime qu’à l’exemple des autres Officiers publics, nous devions dans un sentiment de confiance totale dans votre politique vous demander d’accepter ce geste de fidélité et de déférence32. » Répondant pour le Maréchal, le lieutenant-colonel Cébé donne aux courtiers le mode d’emploi de leur serment. Tout en soulignant qu’« aucune formule ni disposition réglementaire n’ont été établies pour un tel engagement », il fournit le texte rédigé par la corporation de la boucherie et celle de la charcuterie qui a apporté son concours « à celui qui, modèle de courage et de pur patriotisme, personnifie aujourd’hui l’âme française ». De leur côté, comment les syndicats de salariés ont-ils réagi face au pétainisme et à la politique de Vichy ? Nous entrons ici dans un monde de paradoxes et de complexité.

B. Le syndicalisme havrais dans la légalité et l’illégalité

  • 33 Un ouvrage fondamental sur le sujet : Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky (dir.), Le Syndical (...)

14On ne raye pas d’un trait de plume, même en économie administrée autoritaire, la vie syndicale ouvrière et patronale pour la remplacer par une structure unique, rigide et verticale qui supprimerait tous les rapports de force ou établirait l’obéissance totale à la politique de l’État. L’histoire du monde de l’entreprise sous l’Occupation, abordée en pénétrant dans le champ syndical, se révèle immédiatement complexe, voire compliquée, conflictuelle, paradoxale ou du moins étonnante33. Le dénominateur commun aux politiques économiques et sociales sous Vichy réside dans l’hostilité foncière au libéralisme économique et aux libertés syndicales. Mais très vite, on constate que des tensions peuvent naître de la coexistence d’un modèle de structuration de l’économie, celui des Comités d’organisation par exemple, plutôt inspiré par l’Allemagne nazie et d’un modèle d’organisation sociale et syndical plutôt alimenté par le modèle mussolinien. La Charte du travail, vitrine de la Révolution nationale n’est qu’un aspect de cette question syndicale. Les luttes internes, intravichystes, entre « syndicalistes » et « corporatistes », sur le modèle souhaité par les uns et les autres, s’ajoutent à la pression allemande et à l’extrême morcellement du monde syndical sur le terrain. Le Havre n’échappe pas à cette complexité.

  • 34 Syndicat du bois (AMH, 5 Z 31).

15Avant de plonger dans ce monde syndical havrais, il faut tout de même rappeler quelques décisions venues « d’en haut ». En juillet 1940, arrive dans un gouvernement où « toutes les droites sont présentes », René Belin, dirigeant de la tendance « syndicats » à la CGT, numéro deux de la confédération. Il est nommé secrétaire d’État à la Production industrielle et au Travail. Le décret du 9 novembre 1940 dissout les confédérations CGT et CFTC, ainsi que les grandes organisations patronales nationales. Les syndicats existants ne sont pas dissous et les unions locales et départementales subsistent. La question est de savoir par quoi ils vont être remplacés. S’agira-t-il de syndicats uniques conservant leur autonomie ouvrière ou de familles professionnelles mêlant salariés et employeurs selon un modèle corporatiste ? Certaines de ces associations mixtes sont créées, de même que des syndicats uniques, tout cela de manière assez désordonnée sur le terrain. C’est la Charte du travail, publiée en octobre 1941, qui doit organiser l’édifice, avec ses Comités sociaux d’établissement et ses directives d’organisation relatives au syndicalisme unique et aux familles professionnelles. Enfin, le 16 mars 1944, c’est l’arrivée du collaborationniste Marcel Déat au ministère du Travail. L’idée d’une autonomie de décision en matière syndicale de Vichy au moyen de la Révolution nationale s’avère rétrospectivement tout aussi illusoire que celle d’une maîtrise vichyssoise de l’économie nationale à travers les Comités d’organisation. Ceux qui choisirent de gérer les syndicats officiels maintenus ne pouvaient ignorer que tout cela se faisait sous le contrôle de l’occupant nazi. On trouve en effet dans les archives des syndicats locaux34, la directive du gouverneur militaire pour les territoires occupés en France, transmise à la Fédération du bâtiment et du bois qui la fait suivre. Rappelant l’ordonnance du 16 septembre 1940, Otto von Stülpnagel ordonne qu’à tous les étages de la hiérarchie, national, régional, départemental, local, les noms de tous les responsables syndicaux soient communiqués aux autorités allemandes correspondantes ; que la nomination des présidents des « diverses filiales », autrement dit, les syndicats locaux, ne puisse se faire sans l’accord du président de la fédération. Celui-ci devra remplir une « déclaration d’obligation » conforme au premier paragraphe de la circulaire, prescrivant l’interdiction de toute activité politique et la « défense exclusivement sociale et économique des travailleurs ». Le syndicalisme havrais s’est-il accommodé de ce contexte et de ces décisions ? Qui les a soutenues et pourquoi ? Qui les a combattues et dans quelles conditions ?

1. L’imbroglio structurel : légalité, illégalité, interdictions et maintiens

  • 35 Ibid.
  • 36 ADSM, 2 Z 85.

16L’« épuration » entreprise au lendemain du pacte germano-soviétique et l’interdiction d’un certain nombre de syndicats, évoquée plus haut, a pour conséquence une variété de situations allant de l’existence semi-légale jusqu’à la suppression pure et simple d’organisations en passant par la clandestinité. Parfois activité légale et activité clandestine coexistent dans un même syndicat. Pour ne pas être dissous et demeurer « légal », le syndicat CGT de la métallurgie du Havre (USTM), qui rassemblait 12 000 adhérents avant 1940, vote la motion confédérale de dénonciation du pacte germano-soviétique, change ses responsables, mais conserve son ancien secrétaire général, Louis Eudier, comme secrétaire administratif. Officiellement il laisse la place à son ami Édouard Gibeaux. « En fait il continue à être le véritable animateur de l’organisation. Il garde à sa disposition le matériel du syndicat, et surtout des ramettes de papier et des stencils, et peut utiliser la Gestetner du Syndicat des marins qui est logé à la même adresse, rue Fulton35. » Cette situation ambiguë se prolonge sous le régime de Vichy, puisque les confédérations ont été dissoutes, mais les Unions locales ou départementales subsistent ainsi que nombre de syndicats. L’entrée en guerre de l’URSS le 22 juin 1941 lève une hypothèque pour les militants communistes, mais elle renforce leur statut de clandestins : désormais, ils sont à la fois aux prises avec un État français qui collabore davantage et face à une répression allemande sans nuances, jusqu’à cette date, même s’il est établi que certains communistes sont déjà en résistance, le discours de parti demeure ambigu, comme en témoignent les tracts trouvés au matin du 1er mai 1941 dans les quartiers de Frileuse et des Neiges : « À bas Pétain, à bas la guerre impérialiste36. »

  • 37 Fichier départemental des RG, arrondissement du Havre (ADSM, 40 W 159).
  • 38 « Il assumera la charge de l’Union locale CGT du Havre de 1936 à 1944 », est-il écrit, p. 172, dan (...)

17L’Union locale n’est donc plus en titre l’« UL-CGT », mais elle demeure l’« Union locale des syndicats ouvriers du Havre et de la région ». Il n’est pas inintéressant d’examiner comment les Renseignements généraux de 1943 décrivent sa direction avant et après 194037. Le secrétaire général, jean Le Gall, est présenté comme un « sympathisant libertaire » par la Sûreté nationale. Responsable de la propagande du groupe libertaire du Havre dès 1920, il accède aux responsabilités locales dès 1923. En tant que membre du bureau confédéral de la CGT, il signe le 18 septembre 1939 le texte conduisant à l’exclusion des syndicats qui refusaient de dénoncer le pacte germano-soviétique. Après 1940, Jean Le Gall conserve son poste à la tête de l’Union locale38 mais selon les Renseignements généraux, il laisse de fait la direction à André Vaillant, son adjoint, typographe, délégué du COSI. Le secrétaire adjoint, Maurice Hauguel, secrétaire du Syndicat des camionneurs « ne faisait pas de politique » avant 1940. Il est devenu ensuite « délégué du COSI au Havre ». L’ancien trésorier adjoint, Louis Eudier, communiste et responsable du Syndicat de la métallurgie, a été « évincé et non remplacé », exclu du bureau de l’Union locale. L’inspecteur des Renseignements généraux ajoute : « Il semble que les dirigeants actuels de l’Union se tiennent en dehors de la politique, et surtout, de l’ex-parti communiste. On ne peut rien leur reprocher depuis les hostilités et ils ne demandent qu’à entretenir des relations courtoises avec les patrons. On n’en saurait dire autant de la masse des ouvriers qui fera l’objet de précisions ultérieures. »

  • 39 Michel Margairaz, « La Fédération des travailleurs de la métallurgie CGT sous l’Occupation ou les (...)
  • 40 Métallurgie du Havre, correspondances des autorités préfectorales avec les tutelles de Vichy (ADSM (...)
  • 41 Louis Eudier, Notre combat de classe et de patriotes (1934-1945), Le Havre, imp. Duboc, s. d., P-5 (...)

18En mars 1941, l’Union locale fait savoir qu’elle ne saurait être tenue responsable d’aucune décision prise par l’Union syndicale des travailleurs de la métallurgie. Le syndicat de la chimie et celui de la métallurgie semblent avoir été les bêtes noires de l’Union locale. Jusque là, l’USTM de Louis Eudier demeure toutefois légale, même si son secrétaire expliquera avoir en son sein conduit des activités clandestines. Au cours de cette période, un bras de fer l’opposera au patron de la Fédération des métaux à l’échelle nationale, qu’Eudier considère comme « passé sous le contrôle de Pétain ». Il s’agit de Marcel Roy, « bras séculier de René Belin », qui soutient en effet la politique de Laval et participe de manière active à l’élaboration de la Charte du travail39. L’opposition entre Roy et Eudier n’est pas aussi précoce qu’on pourrait le penser à la lecture des mémoires du syndicaliste havrais. Il semble en effet que, dans un premier temps, Marcel Roy ait soutenu Eudier et espéré un ralliement à sa propre position jusqu’à la veille de l’arrestation du syndicaliste havrais40. En effet, le secrétaire d’État au Travail intervient le 1er juillet 1941 auprès de la préfecture sur les instances de Marcel Roy qui aurait affirmé que si Eudier avait bien été communiste, il « était devenu un élément sérieux sur lequel on pouvait faire foi ». Mais pour les autorités préfectorales, il n’y a pas d’ambiguïté. Eudier est bien un communiste qui informe le journal L’Humanité et soutient des positions illégales. Cela fait même l’objet d’une attention particulière du préfet René Bouffet qui s’adresse au préfet délégué du ministère de l’Intérieur dans les territoires occupés, en soulignant au passage plusieurs éléments convergents : l’hostilité du patronat de la métallurgie du Havre à l’égard d’Eudier depuis 1936, l’opinion d’un inspecteur du travail confirmant les positions communistes du dirigeant et même en 1941, une visite au sous-préfet des dirigeants anarcho-syndicalistes de l’Union locale, conduits par Le Gall, qui se déclarent « convaincus » qu’Eudier « poursuivait des buts politiques qu’ils condamnaient » et dissimulait ses activités. En revanche, le rôle hostile de Roy dans cette convergence n’est pas prouvé, contrairement à ce que Louis Eudier lui-même écrit dans son livre41. Il y raconte sa dernière entrevue avec Roy quand ce dernier tente de lui faire avouer ses activités clandestines. Eudier a-t-il réussi à ce moment à faire croire à Roy qu’il n’agissait pas clandestinement ? Ce n’est pas impossible.

  • 42 Ibid.

19Quoi qu’il en soit, le 9 juillet 1941 le tribunal prononce la mise sous séquestre de l’USTM. Le préfet René Bouffet affirme avoir mis en route les procédures judiciaires de liquidation, qualifiant dans son courrier Louis Eudier d’homme intelligent, adroit, influent et subversif. Trois jours plus tard, Louis Eudier est arrêté par la Gestapo « à la suite d’un jugement du tribunal d’instance du Havre ». Dans son récit autobiographique42, il affirme avoir été jusque-là un « communiste sans carte ». Expédié aux prisons du Havre, de Rouen, puis de Compiègne, victime d’un simulacre d’exécution avec ses trois camarades Richard, Thépot et Mallard, il dit avoir adhéré à ce moment-là au parti communiste. C’est le 12 juillet 1942 qu’il arrive à Auschwitz où il restera jusqu’en 1945. En septembre 1942, le bureau de l’USTM est reconstitué par des responsables dont « l’attitude nationale » est jugée « correcte » par les Renseignements généraux. Seul le trésorier Louis Verdière, ancien candidat libertaire et antiparlementaire aux législatives de 1924, était dans l’équipe précédente, mais il est dit qu’il s’est « considérablement assagi ». Tout cela paraît au reste avoir peu d’importance puisque, en cette période, « la vitalité de ce syndicat est à peu près nulle ». Nous sommes en 1943 et ce constat policier revient au sujet de la plupart des syndicats maintenus. Quelle pouvait être l’activité du syndicalisme officiel sous l’Occupation ?

2. Une activité corporative des syndicats maintenus

  • 43 Employé de bureau bien sûr. Témoignage de Max Bengtsson, 15 décembre 2010.

20L’analyse qui présentait plus haut des conditions de production et d’échange dans le Havre occupé laisse imaginer que les marges de manœuvre laissées à l’activité revendicative devaient être minces. Travailler dans l’orbite de Todt, avoir des garanties de ne pas partir en Allemagne, s’assurer un salaire et un ravitaillement étaient déjà de moindres maux. Aussi est-il probable que les Renseignements généraux sont dans le vrai, à quelques nuances près, lorsqu’ils écrivent que l’activité du syndicat général du bâtiment et des travaux publics du Havre, qui regroupe aussi les ouvriers des scieries, n’a aucune activité, sinon « l’octroi de secours à ceux de ses membres dans le besoin ». L’état de guerre a d’ailleurs décapité nombre de ces organisations. L’identité d’entreprise et les solidarités qui l’accompagnent généralement ne pouvaient guère se constituer parmi les milliers d’ouvriers qui travaillaient sous la surveillance des hommes en kaki de l’Organisation Todt. Dans une équipe qui creusait une tranchée se côtoyaient aussi bien un docker, un coiffeur, un gars du bâtiment et un « bureaucrate43 ». Mobilisés, prisonniers, réfugiés en zone sud, nombre de cadres officiellement en place sous Vichy n’exercent plus leurs responsabilités. Le secrétaire général des ouvriers du port, Augustin Thomas, libertaire, est réfugié en Corrèze, son adjoint Léon Carlier, influent lors des grèves de 1936 et représentant les dockers au port autonome, est décédé en juin 1940. Les fonds de ce syndicat ont été confiés à l’Union locale qui les utilise pour les secours selon le fichier de police. Même constat chez les marins ou chez les dockers des magasins et entrepôts.

  • 44 Affaire Ternon-Delamare (AMH, 5Z. 238).
  • 45 Ibid.

21Les archives syndicales sont trop lacunaires et inégales selon les branches des organisations locales pour infirmer le jugement des observateurs de la préfecture. On y trouve malgré tout quelques traces d’une activité modeste dans deux domaines, le secours aux chômeurs et aux familles de prisonniers et la défense des salaires. Peut-être le fait de s’être plié à la ligne confédérale puis de s’être montré favorable à la Charte du travail, d’être bien vu du ministère Belin a-t-il permis à certains syndicats de poursuivre une activité corporative traditionnelle. Ce semble être le cas du Syndicat des camionneurs, dépendant de la Fédération des Ports et Docks, dirigé par Maurice Hauguel. L’Union des employeurs de main-d’œuvre (UEMO) prend prétexte de la paralysie du port pour « mettre la convention collective en veilleuse » et baisser les salaires des ouvriers camionneurs qui assurent le transport des marchandises arrivées par trains ou péniches. Cette attitude provoque une confrontation de plusieurs mois auprès de l’inspection du travail et du conseil des prud’hommes44. Hauguel intervient également auprès de l’inspection du travail pour le paiement intégral des allocations familiales aux ouvriers chômeurs, qu’une application restrictive de la loi limitait au prorata des heures effectuées. Les dockers font remarquer qu’ils sont par définition intermittents et marquent leur différence avec les « occasionnels » en demandant le paiement intégral. En juillet 1941, le ministre Belin tranche, au sujet de ces allocations, en faveur des dockers titulaires de la carte professionnelle, dont la priorité à l’embauche sur les manutentionnaires « de complément » avait été confirmée par la loi du 28 juin 1941. Ce syndicat s’occupe aussi d’aide aux prisonniers de guerre, de « secours-décès » pour les familles des adhérents. Elle fournit aussi un secours financier aux « corporants » en chômage45.

C. Groupes et individus dans les résistances à Vichy et à l’occupant

  • 46 Albert Perrot, Laisse-moi te dire, op. cit., p. 35-41.
  • 47 Fils de Maurice Rault, secrétaire du syndicat CGT du Gaz et résistant, interrogé dans Quelque part (...)
  • 48 Marie-Paule Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre. Histoire sociale, culturelle et politique (1930 (...)
  • 49 AMH, 5 Z 239.

22Il n’est pas toujours aisé, dans cette période, de dissocier ce qui est opposition à l’occupant nazi et ce qui est refus du régime qui collabore avec lui ; d’autant que préfecture et police française amalgament volontiers, comme le font les nazis, tout forme de désobéissance sous l’étiquette de « gaullo-communisme ». Il est encore moins facile de distinguer ce qui relève de l’activité syndicale et ce qui relève de l’activité résistante. À l’évidence, les témoins eux-mêmes ne séparent pas dans le souvenir, le fait d’avoir été syndicaliste et celui d’avoir assumé tel ou tel acte résistant, même quand il s’agit d’une action individuelle. Au sein des entreprises elles-mêmes, nombre de souvenirs syndicaux mettent à l’actif de leur organisation des opérations de freinage de la production destinée aux Allemands. Loin de nous l’idée que des syndicalistes n’y aient pas contribué, mais il n’est pas certain que ces actions aient découlé de décisions concertées syndicalement. Des ouvriers de l’usine Mazeline des Forges et chantiers de la Méditerranée ont témoigné pour Albert Perrot de ces pratiques de « résistance passive », et même d’un arrêt de travail le 11 novembre 1942 à l’appel de la CGT, alors même que les Allemands contrôlent l’usine46. Le syndicaliste Bernard Rault47 exprime très clairement la manière dont a été vécue cette double réalité syndicaliste et résistante à la fois chez les travailleurs du Gaz et de l’Électricité : « Tous les militants syndicaux étaient le point de repère de l’occupant parce qu’il savait que sous le syndicat, il y avait la Résistance. » Il est impossible de dire si c’est le syndicaliste ou le résistant communiste qui s’exprime dans certains engagements ouvriers contre l’occupant, probablement les deux à la fois. Le Syndicat des routiers, par exemple, ou plus exactement « syndicat confédéré des chauffeurs d’auto du Havre et de la région », dont certains adhérents assuraient des transports grande distance, était dirigé par Gustave Avisse. Son organisation avait été interdite en 1940. Il entre en résistance au sein des FTP, conduit plusieurs actions directes auprès d’André Duroméa. La clandestinité le conduit dans la Somme où il devient l’un des responsables régionaux48. Cet itinéraire contraste évidemment avec celui de son interlocuteur patronal dans les négociations conduites depuis 193649, Jules Bourdeaux, président du groupement des transporteurs de Normandie, collaborateur précieux pour Todt et la NSKK.

1. Résistances ouvrières

  • 50 ADSM, 2 Z 85.

23Le 1er mai 1942, l’édition havraise clandestine de La Vie ouvrière apparaît çà et là50 : elle appelle à la grève, au sabotage « des transports de la machine de guerre » allemande, à la formation de groupes de franc-tireurs. L’on y lit aussi « Vive la glorieuse Armée rouge, vive la France » ; il ne faut pas voir là uniquement l’identité communiste dominante chez les cégétistes clandestins ; c’est aussi une trace de la configuration prise par le conflit militaire à ce moment-là et des espoirs que cela fait naître : « Aujourd’hui Hitler se trouve acculé : sur le front de l’Est, l’Armée rouge conserve l’initiative des opérations et continue a asséner des coups terribles aux envahisseurs nazis. À l’Ouest de l’Europe, les Boches craignent un débarquement des forces anglo-saxonnes et le soulèvement des peuples opprimés. » Il est en effet difficile, à ce moment de l’Occupation, d’aller plus loin et d’afficher davantage d’enthousiasme à l’égard des Alliés, sachant que les bombardements britanniques au Havre marquent les corps et les esprits et permettent du coup aux vichystes de la ville, municipalité et Petit Havre en tête, d’entretenir une anglophobie conforme à la propagande de Vichy autant qu’à celle des nazis. Pour les syndicalistes clandestins, c’est Laval qui s’est vu confier par Hitler le gouvernement de la France et qui réprime, assassine, livre la flotte et déporte les ouvriers en Allemagne, Pétain n’est même pas cité. Cependant le discours tenu aux ouvriers est marqué d’un certain réalisme, voire d’un pragmatisme qu’il faut là aussi replacer dans les contraintes du moment. L’action revendicative spécifiquement syndicale n’est pas totalement absente au cours de cette période, malgré la fragmentation du monde du travail créée par les chantiers allemands. Sur le mur de l’Atlantique en construction, il faut, selon le journal clandestin, exploiter la pénurie de main-d’œuvre et faire la pause le plus souvent possible pour obliger les patrons du bâtiment qui font de gros bénéfices à s’aligner sur les augmentations accordées par les entreprises allemandes, Polenski et Zôllner à la base sous-marine et Shlottle et Shuster sur les chantiers de La Hève. Dans une large mesure cette attitude demeure syndicale : il faut réclamer 15 francs de l’heure, 500 grammes de pain et un litre de vin par jour sur les chantiers. On exige de la municipalité Courant, accusée d’incurie, des moyens de transport pour évacuer les quartiers interdits par « les Boches » comme Saint-François ou Notre-Dame, la construction d’abris aux Corderies, le bombardement de la centrale électrique ayant fait des morts parce qu’il n’y avait pas d’abris. Une délégation du Syndicat des services publics s’est rendue chez le maire pour demander l’amélioration du ravitaillement et des salaires. Les ouvriers délégués au Comité social des Forges et chantiers de la Méditerranée, à l’usine Mazeline, ont réclamé au sous-préfet l’augmentation des salaires.

  • 51 Le préfet au Feldkommandant, 10 mai 1943 (ADSM, 5 W 396).
  • 52 Les archives de la préfecture ne contiennent pas les originaux adressés aux Allemands, mais seulem (...)

24Il ne s’agit pas d’appeler directement au refus de travailler sur le mur de l’Atlantique, ce que l’on peut aisément imaginer, mais plutôt de suggérer une forme euphémisée de la grève du zèle. En revanche les choses sont beaucoup plus claires lorsqu’il s’agit de refuser le départ volontaire, ou non, pour travailler en Allemagne au service de la machine de guerre ennemie. La Feldkommandantur reçoit de la préfecture des tracts ou papillons clandestins comme ceux qui ont été répandus rue Louis-Blanc et qui disent : « Français, le dernier sacrifice que l’on vous demande est de ne pas partir en Allemagne51. » Au cours des années 1942 et 1943, les tracts se multiplient, incitations à faire grève et saboter au dépôt des machines de la gare, Martyrologe de la France ou Selon la volonté d’Hitler à la Compagnie électro-mécanique, pour n’en citer que quelques-uns52. En février 1942, un chef de chantier de 1’entreprise Thireau-Morel remet à la police un tract intitulé L’Union du bâtiment. Des tracts sont trouvés devant les Corderies de la Seine. Une « alerte aux travailleurs havrais » est communiquée à la Kreiskommandantur, retrouvée autour des entreprises, nombreuses, du boulevard Sadi-Carnot, l’actuel boulevard Jules-Durand. La police et la préfecture englobent bientôt tout cela dans la catégorie des « papillons gaullocommunistes ». Des exemplaires du Patriote sont régulièrement retrouvés.

  • 53 ADSM, 32 W, Z 28 483.
  • 54 Police de sécurité allemande créée en 1936 par Himmler, qui regroupait la Gestapo et la police cri (...)
  • 55 Rapport du commissaire sur les relations avec l’occupant, 25 juin 1942 (ADSM, 32 W/Z 28483).

25Les autorités d’occupation et la police de Vichy faisaient l’amalgame de toutes les formes de désobéissance. Une procédure, implacable et répétée frappait les récalcitrants : lorsqu’un individu, condamné par le tribunal correctionnel pour avoir tenu certains propos ou distribué un tract avait purgé une peine de prison, il n’était pas libéré : les autorités allemandes s’en emparaient, et il se retrouvait à Compiègne, étape vers un camp de concentration : les rapports du commissaire central du Havre le prouvent. C’est à l’expiration de leurs treize mois de prison pour appartenance communiste, le 27 avril 1942, que l’ébéniste Maurice Granjon et le marin Maurice Vernichon sont transférés dans le camp français53, avant de mourir à Auschwitz. Le commissaire central écrivait en juin 1942, au sujet des « relations avec les autorités occupantes », quelles étaient « toujours empreintes de la courtoisie plus grande » et il ajoutait : « Quelques-unes des enquêtes de la Sicherheitspolizei54 du Havre ont été effectuées en accord avec mon service55. » On ne saurait dire plus clairement que la désobéissance est punie conjointement par l’État français et par les autorités nazies.

Figure 29 – Extrait de La Vie Ouvrière clandestine, édition havraise du 1er mai 1942 (ADSM, 2 Z 85).

Figure 29 – Extrait de La Vie Ouvrière clandestine, édition havraise du 1er mai 1942 (ADSM, 2 Z 85).
  • 56 Gilles Pichavant, « La CGT dans la Résistance... », art. cité.
  • 57 Claudine Cardon-Hamet, Mille otages pour Auschwitz. Le convoi du 6 juillet 1942, Paris, Éditions G (...)
  • 58 Le rôle des communistes dans cette période a été étudié de manière approfondie par Marie-Paule Dha (...)
  • 59 Liste établie par les RG comprenant les personnes emprisonnées ou en fuite, mais pas les résistant (...)

26Le tribut payé par les salariés et les syndicalistes en Seine-Inférieure est lourd. Sur un monument érigé par l’Union départementale CGT, on compte 172 noms de militants fusillés ou morts en déportation56. Louis Eudier, l’un des rares rescapés du convoi des 45 000 à Auschwitz57, estimait que ce chiffre véritable était de 213 personnes. Parmi eux, il y avait beaucoup de responsables syndicaux du textile et de la métallurgie de la région rouennaise, des voiliers et dockers du Havre, des Tréfileries et laminoirs du Havre comme Louis Richard et Gaston Mallard, morts tous deux à Auschwitz en août 1942. Beaucoup étaient communistes58 et participèrent à la résistance armée. Même si certains ne l’étaient pas pleinement, l’amalgame entre syndicaliste résistant et communiste fonctionnait aisément, aussi bien chez les policiers zélés de Vichy qu’à la Gestapo. Ainsi par exemple, les 29 individus condamnés entre juin 1940 et février 1943 par le tribunal correctionnel du Havre59 pour « menées antinationales ou antigouvernementales » – les attentats contre l’armée allemande étant évidemment « antinationaux » – sont qualifiés de « communo-terroristes », coupables d’appartenance ou d’activité communiste, ou « en fuite » chez les francs-tireurs et partisans français.

  • 60 Condamné à mort par contumace par la Cour d’appel de Rouen, il sera déporté à Neuengamme en juille (...)
  • 61 Gilles Pichavant, « La CGT dans le Résistance », art. cité, et Marie-Paule Dhaille-Hervieu, Commun (...)
  • 62 ADSM, 40 W 159, p. 44.

27Chez les électriciens et gaziers du Havre, Marceau Flandre, capitaine des FTP, a été torturé et fusillé en août 1944, Arthur Fleury est mort à Auschwitz en octobre 1942. André Duroméa, ouvrier à la Compagnie électro-mécanique, futur maire communiste du Havre, échappe assez longtemps à la Gestapo et prend d’importantes responsabilités dans la Résistance active60, mais son épouse, employée à la Société havraise d’énergie électrique, est envoyée à Buchenwald, tandis que son père, Eugène Duroméa ne reviendra pas de la déportation. Pour des raisons qui ne sont pas toujours imputables à l’Occupation, il se trouve donc qu’un nombre important parmi les résistants syndicalistes étaient en même temps communistes, même si cette évidence ne valide pas pour autant le mythe du « parti des 75 000 fusillés ». Ainsi Joseph Madec et Léon Lioust sont arrêtés le 17 avril 1941 pour avoir coupé le câble téléphonique souterrain reliant la Kommandantur du Havre au grand quartier général de la Wehrmacht à Paris. Léon Lioust était dirigeant syndical à la Compagnie générale transatlantique. Joseph Madec sera fusülé le 18 mai 1941 et Léon Lioust le 14 octobre 194161. Comment réagit l’opinion ouvrière à cette situation ? Si l’on en croit les rapports confidentiels, les adhésions aux mouvements de « libération » sont peu nombreuses, mais les Renseignements généraux affirment qu’« il convient de répéter avec force que la masse ouvrière est communisante, plus encore s’il est possible qu’avant la guerre62 ». La situation électorale du Havre à la Libération n’a pas totalement confirmé cette appréciation.

  • 63 Georges Godefroy, Le Havre…, οp. cit., p. 150.
  • 64 Des historiens spécialistes des ouvrages militaires remettent en question la faisabilité de cette (...)

28Si la Résistance fut pour beaucoup une affaire de réseaux, il faut cependant faire place, avec prudence, à l’action d’un homme seul qui aurait réussi le 6 juillet 1944, le sabotage de l’abri le plus sûr que la Kriegsmarine possédait à proximité des plages du débarquement, c’est-à-dire la base sous-marine du Havre qui permettait aux Allemands de harceler les navires alliés. Selon des témoignages concordants, cet ouvrier électricien travaillant pour la Kriegsmarine, Maurice Leboucher, agissant sans témoin ni complice, réussit à implanter un système de mise à feu, « provoquant l’explosion en chaîne des réservoirs d’air comprimé, de 120 tonnes d’obus, démantelant six des huit alvéoles, écrasant quinze vedettes lance-torpilles63 ». La mise à feu était provoquée par le téléphone reliant la base à l’Amirauté. Il aurait ainsi réussi là où les raids alliés avaient échoué64.

2. Résistances patronales

  • 65 Voir, à ce sujet, Georges Godefroy, Le Havre, op. cit., p. 121-128.
  • 66 Fusillé en décembre 1941 au Mont-Valérien.

29Il ne s’agit pas bien sûr d’entamer ici une histoire de la Résistance au Havre et encore moins de ses organisations65, mais de l’évoquer dans son rapport au monde de l’entreprise. Il n’est pas nécessaire en outre d’appartenir à une « entreprise » pour avoir une conscience citoyenne, antifasciste et patriotique. On retrouve bien sûr au Havre comme ailleurs toute une gamme sociologique et politique dans les réseaux de résistance, depuis le « groupe du lycée » autour de Gérard Morpain, professeur d’histoire66, le « Vagabond-bien-aimé » dirigé par un garagiste de Sainte-Adresse, ou « l’Heure H ». Peut-on dire qu’il y eut des patrons résistants ? Assurément. Encore faudrait-il pouvoir distinguer les notables et les obscurs. Deux personnalités du négoce et de l’industrie firent partie du premier Comité de libération du Havre : Jean Raoul-Duval et Marcel Neuville du groupe « Résistance », personnalité importante du comité d’organisation du Bâtiment à l’échelle départementale. Est-ce en tant que patrons de leur entreprise qu’ils ont résisté ou par connexion à un réseau clandestin de renseignement ? On pencherait plutôt pour la deuxième hypothèse. Jules d’Acremont fut lui aussi membre du Comité de libération et conseiller municipal à la Libération à la fois. Il était le directeur des Tréfileries et laminoirs du Havre durant l’Occupation. Une entreprise, pourtant punie d’amende à la Libération comme les ateliers Duchesne et Bossière, avait comme directeur général Jacques Tessandier, qui appartenait à la résistance gaulliste et au groupe Charley no 85. À quel moment de la guerre s’est confirmé l’engagement de ces personnalités ? Il est difficile de le dire.

  • 67 Annonce faite à la CCH le 23 janvier 1941 (ADSM, 1 ETPP 129).
  • 68 ADSM, 1 ETPP 130,19 mars 1942.
  • 69 Mémoire présenté par l’entreprise. La Brasserie alsacienne trouve ses origines dans l’ancienne bra (...)
  • 70 Voir Jean-Paul et Jean-Claude Dubosq, Le Havre 1940-1944, op. cit., t. II, p. 552-553.

30L’hostilité publiquement manifestée à l’égard des Allemands est sans aucun doute un acte de résistance, même s’il serait très imprudent d’affirmer qu’elle s’accompagne dans tous les cas d’un désaccord avec le régime du maréchal et les orientations de l’État français. Selon Jean de La Varende, biographe de la dynastie des Augustin-Normand, lorsque les Allemands arrivèrent au Havre, le sabotage préventif d’un sous-marin, commandé par Augustin Augustin-Normand en personne, les rendit furieux. Ils procédèrent à l’incarcération momentanée du patron des chantiers navals. Celui-ci, comme on l’a constaté précédemment, ne fut pourtant pas, loin de là, hostile au régime du maréchal. Les conséquences de ces attitudes de refus de la présence allemande furent parfois graves voire irréversibles ; il en fut ainsi pour un membre de la chambre de commerce, Georges Lecaron, qui dirigeait le Syndicat des débitants de tabac au Havre et avait une activité dans le courtage et l’affrètement des transports fluviaux : établi quai de Saône, à proximité du canal de Tancarville, il organisait le groupage de petits transports par chalands. Un jour, il refuse son abri aux soldats allemands qui l’emprisonnent durant des mois dans des conditions qui lui seront fatales67. Son décès est annoncé le 20 mars 1941 par le président de la chambre de commerce qui déclare que le patriotisme de cet ancien combattant de la Grande Guerre « a dû grandement souffrir ». Également condamné par le tribunal militaire de la Wehrmacht pour « attitude anti-allemande ». M. Shadegg, interprète du port autonome et de la chambre de commerce, dut effectuer huit mois de prison68. Le refus public de l’Occupation fut fatal à Jacques Paillette, patron de la Brasserie alsacienne, qui fut arrêté en juillet 1943 pour avoir tenu des propos anti-allemands. Il était issu d’une famille qui avait quitté l’Alsace en 1870 au moment de l’annexion prussienne69. Il fut transféré à Rouen, puis à Compiègne, et déporté à Buchenwald où il mourut le 22 avril 1945. Il arrive aussi que les autorités sanctionnent la « subversion » à l’intérieur de l’usine en s’en prenant à l’ensemble de la hiérarchie : le 28 août 1944 une rafle, sur ordre du colonel Wildermuth, conduit des cadres et des ouvriers de la CEM en prison ainsi que leur directeur Jacques Texier. Ils seront transférés à Fécamp puis finalement libérés70.

  • 71 Dont le président Ludovic Arnauditzon avait été exclu par Vichy de toutes ses fonctions : adjoint (...)
  • 72 Ibid. Le dossier contient la liste des réfractaires ayant bénéficié des faux-papiers.

31Les réseaux de résistance surveillés et traqués aussi bien par la police de Vichy que par les Allemands pénètrent de manière hétérogène l’état-major des entreprises. Parfois, parmi ceux qui ont obéi à des commandes allemandes, se trouvent des hommes engagés physiquement dans le combat contre les nazis. Le directeur général de la Société des travaux et peintures de la Seine71, Antoine Coves, caporal des FFI, a organisé, dès octobre 1942, avec son groupe, le sabotage de câbles, le vol de grenades et munitions pour son groupe, la fabrication de faux papiers pour des réfractaires ou des soldats hollandais enrôlés de force dans l’armée allemande, le renseignement sur le mouvement des troupes et les batteries allemandes avec son chef Jean Andréani, qui, blessé le 5 septembre 1944, lui laisse le commandement au moment de la libération du Havre72. Dans les chapitres consacrés à l’épuration nous rencontrerons d’autres personnalités du monde de l’artisanat qui, tout en obéissant sans zèle suspect à la contrainte allemande, ont pris des risques et ont été inquiétés par la Gestapo. Les patrons qui après coup ont expliqué, pour échapper à l’épuration économique, avoir multiplié le nombre de leurs ouvriers « pour qu’ils échappent au STO » ne peuvent être confondus avec ceux qui, sans recruter davantage d’ouvriers, ont pris des risques en fabriquant de faux papiers pour leurs salariés afin de leur éviter le départ, ou ont subi une arrestation pour avoir caché leur matériel aux Allemands.

3. Un centre de résistance dans une entreprise

  • 73 Voir Olivier Pringard, République et franc-maçonnerie au Havre, 1815-1945, Luneray, Éd. Bertout, 2 (...)
  • 74 ADSM, 260 W 101, CCPI de Seine-Inférieure.
  • 75 Olivier Pringard, République..., op. cit., p. 472.

32L’entreprise collaborante peut d’ailleurs servir de couverture et devenir un « nid » de résistants : ce fut le cas chez Pierre Goujard, franc-maçon, entrepreneur de peinture et carénage, membre du réseau Libération Nord73. L’enquête menée à la Libération par les inspecteurs chargés d’enquêter sur la collaboration économique74 confirme en tous points la relation établie par Olivier Pringard à partir d’archives privées et d’archives internes de loges havraises. En effet le Comité de confiscation des profits illicites prononça une confiscation d’un million de francs en 1945, justifiée par un chiffre d’affaires allemandes de 12 millions soit 72 % de l’activité totale de l’entreprise sous l’Occupation. Outre des travaux de peinture dans les résidences occupées par les officiers allemands, rue Félix-Faure ou Lafaurie entre autres, c’est l’activité de carénage pour le compte de la Kriegsmarine dans les formes de radoub qui fut financièrement et stratégiquement la plus importante. Pierre Goujard avait ouvert son entreprise en 1935 ; il dut la fermer quand il fut mobilisé en 1939. C’est en novembre 1940 qu’il reprend des travaux de camouflage pour le port autonome et passe sous le contrôle allemand. Connu comme franc-maçon, c’est sans doute son passé de pacifiste qui lui permet d’entretenir une ambiguïté auprès des Allemands intéressés par son entreprise, en continuant auprès d’eux à exposer des théories en ce sens lorsqu’il fut à plusieurs reprises interrogé par la Gestapo. Un surveillant général de lycée, Charles Garceries, révoqué de son poste pour avoir refusé de prêter serment de fidélité au maréchal Pétain et victime des lois contre la franc-maçonnerie, devient son chef de travaux et passe une grande partie de son temps dans les bureaux allemands de la Bauaufsicht et sur les chantiers du port. L’entreprise devient alors un lieu de collecte d’informations sur les activités allemandes, transmises ensuite à l’Intelligence Service (SIS) par l’intermédiaire du réseau Libération Nord de Rouen et Darnétal75. « Je dois d’ailleurs vous dire, explique Goujard dans son mémoire en défense, que bien souvent lorsque je discutais travaux avec les ingénieurs allemands dans mon rez-de-chaussée, une équipe de cinq à six membres et plus quelquefois discutait résistance au premier étage. » Parmi ces membres du groupe Libération, se trouvaient Émile Sicre, futur maire du Havre et Le Sidaner, futur sous-préfet de Dieppe en 1945.

  • 76 FFI matricule 2023, chef de groupe section « Jean », blessé à l’hôtel de ville du Havre le 12 sept (...)
  • 77 Olivier Pringard, République..., op. cit., p. 472.
  • 78 Rapport de l’inspecteur Cler, CCPI (ADSM, 260 W 101, 17 juillet 1945).

33Malgré les soupçons de la Gestapo, comment cette situation a-t-elle pu durer ? Pouvait-on ainsi « rouler dans la farine » les autorités d’occupation ? Sans doute, en lisant entre les lignes, parce que quelques ouvriers qui s’étaient rendus coupables de vols ont été couverts malgré tout par l’entrepreneur et surtout parce que nombre d’entre eux étaient aussi des réfractaires au STO à qui Goujard avait fourni de faux papiers. Il reconnaît avoir eu la chance de n’avoir pas eu dans son personnel d’agent de la Gestapo. D’autre part, il dit lui-même avoir payé ses ouvriers au tarif « le plus cher » et le dossier fiscal atteste d’une redistribution importante des bénéfices sous forme d’aide sociale, environ 10 % du chiffre d’affaires, ainsi que d’une absence d’enrichissement du patron. C’est surtout la solidité des liens entre francs-maçons et plus largement entre réprouvés du régime recrutés par Goujard, qui a préservé ce nid de résistance. En effet, outre Charles Garceries76, Goujard a recruté dans son entreprise : Jean Barbier en 1941, qui sera arrêté par la Gestapo un mois avant la libération du Havre, en 1942 ; Henri Choquet, vieux militant socialiste, vénérable de la loge des 3 H qui devra prendre le maquis en mars 1944, deviendra membre du Comité départemental de Libération ; Marguerite Leifmann, dont le mari, juif en résidence surveillée, était sans travail ; Lionel Fortin, communiste déjà inquiété par la Gestapo. Bien entendu, le fait que, malgré tout, Goujard ait échappé à la répression et que son entreprise ait travaillé pour les Allemands suscita des rumeurs et des commentaires qui conduisirent l’entrepreneur à remettre à la Sécurité militaire un rapport sur les activités du sous-groupe Libération Nord77. Dans le rapport rendu par le Comité des profits illicites, qui maintient la confiscation, il est écrit que « loin de collaborer avec l’ennemi, cet entrepreneur eut le mérite de profiter de sa situation pour recueillir dans son entreprise de nombreux résistants se trouvant en situation irrégulière [...] Ainsi l’entreprise Goujard devint-elle à partir de 1942 un véritable centre de résistance. Divers membres furent du reste arrêtés par la Gestapo et déportés en Allemagne78 ».

D. Le syndicalisme à la mode de Vichy : accommodements et récupérations

  • 79 Le Petit Havre du 10 décembre 1940.
  • 80 ADSM, 40 W 159, 1943.

34Une partie du monde des salariés et du monde syndical, difficile à chiffrer, s’est laissé à l’inverse tenter, indéniablement, par les sirènes de la propagande vichyste ou collaborationniste. Les Renseignements généraux en 1943 estiment que « le plus clair » des adhérents aux partis collaborationnistes, RNP de Déat, PPF de Doriot, Francisme, s’est recruté parmi les adhérents des différents syndicats, soit environ un millier de personnes, ce qui représente, soulignons-le, une part très minime des salariés et du nombre des syndiqués d’avant-guerre. L’esprit corporatiste et le thème de la nécessaire collaboration des classes a suscité quelques démarches qu’il est difficile de ne pas associer à un autre type de collaboration. Par exemple, le 10 décembre 194079, un « syndicat autonome de la métallurgie havraise » a été créé « sous l’égide de la collaboration des classes » : « Il a toujours préconisé l’entente cordiale entre tous les éléments de la profession. Il rejette l’immixtion de la politique à l’intérieur du syndicalisme... La nouvelle loi sur l’organisation professionnelle va consacrer la voie dans laquelle il s’était engagé ; le syndicat propose un service de placement gratuit. » Service de placement, 6 rue du Maréchal-Gallieni, en effet : durant les années de construction du mur de l’Atlantique et du recrutement pour le travail en Allemagne, cet organisme publie régulièrement des annonces dans Le Petit Havre en 1942 et 1943, qui cohabitent avec celles de l’Office de placement allemand ou des entreprises travaillant pour Todt. Elles s’adressent aux « spécialistes de toutes branches, manœuvres, hommes et femmes », offrant « du travail avec des conditions incomparables, hauts salaires, primes de rendement ». « Constituez-vous un capital pour le bien-être de votre famille ! », dit le syndicat, « Voulez-vous gagner largement votre vie et assurer le bonheur des vôtres ? », écrit pour sa part l’Office de placement allemand. On ne dit pas où se trouvent ces « ateliers sains » et ces « logements hygiéniques », mais on le devine. On peut imaginer aussi que ces annonces ne concurrencent pas celles des entreprises métallurgiques havraises, assez rares d’ailleurs comme Caillard ou des Tréfileries, qui recrutent des spécialistes et non des manœuvres. Comme ce syndicat fait partie de la liste des 29 syndicats indépendants existant en 1943, mais n’ayant selon la police, « plus aucune activité80 », il semble donc que ce rôle de bureau de placement soit l’essentiel de sa raison d’être.

  • 81 ADSM, 32 W, Z 28 485.

35Dans le bâtiment, les collaborationnistes se sont saisis de la question des salaires pour se rendre populaires. Un conflit oppose l’entreprise Liberge aux autres entreprises travaillant sur le mur de l’Atlantique. La première affirme payer normalement ses ouvriers. Les secondes paient moins, et surtout moins que les Allemands, si bien qu’une grève est déclenchée chez Dieppedalle-Leprévost en août 1942. En avril 1944, la section locale du Francisme, par l’intermédiaire de son « Comité de propagande et d’action socialiste », s’empare de l’affaire. Le commissaire local de cette officine est un employé de commerce, G. Mandin. Les ouvriers ayant travaillé depuis 1940 chez Camus, Lepage, Thireau-Morel, Robert et Grieu sont invités à se présenter au siège du CPAS. Mandin réunit 320 ouvriers au cinéma Le Grillon. Il estime que les entreprises de travaux publics du Havre doivent au total 16 millions aux ouvriers. Le contexte est favorable aux organisations pro-nazies car le 16 mars 1944, Marcel Déat a été nommé ministre du Travail. De son côté, l’administration française vichyste, sous la plume du chef des Renseignements généraux voit dans « l’effervescence » causée par cette affaire et son « grand retentissement » une « manœuvre adroite mais néfaste parce qu’elle avive à un moment mal choisi la lutte des classes81 ».

  • 82 Rapport sur l’affaire du bâtiment, 4 mai 1944, signé par le président Employeurs, M. Neuville, le (...)
  • 83 ADSM, 32 W, Z 28 484.

36L’Union locale des syndicats maintenus s’émeut de l’affaire dans la presse mais les francistes se disent plus efficaces car ils ont davantage l’oreille des Allemands qui appuient leur démarche. Elle tente « de faire connaître » que son action « auprès des autorités françaises » était antérieure à celle de Mandin, ce qui révèle bien qu’elle a été doublée dans ce conflit. Le secrétaire du Syndicat du bâtiment, A. Salin, avait certes demandé en 1942 une enquête administrative sur cette affaire. Or celle-ci avait conclu que les patrons français qui payaient moins que d’autres, respectaient en réalité les conventions collectives. De concert avec Marcel Neuville, dirigeant du syndicat patronal et du Comité d’organisation sur le plan départemental, le syndicat ouvrier officiel, dirigé par Salin, estime qu’il est temps de mettre fin aux agissements de Mandin, en arguant auprès des autorités que cela ne peut que nuire « à l’esprit de collaboration que recherche la Charte du travail82 ». Il s’agit évidemment de la collaboration entre patrons et ouvriers. En mai 1944, l’affaire est résolue, pour la simple raison que, selon les archives de la sous-préfecture, les francistes ont bénéficié du « concours des autorités allemandes83 ». Mandin a fait convoquer des entrepreneurs à la Kommandantur et certains se sont engagés à payer. Cette querelle réjouit selon la police, les syndicalistes clandestins, ceux qu’elle nomme les « meneurs occultes des anciens syndicats extrémistes ». Ceux-là se disent « qu’ils en récolteront les fruits ». Le syndicalisme légal sous Vichy est donc concurrencé par les officines des partis pro-nazis de Bucard, Doriot ou Déat. Le RNP a créé pour sa part le « Front social du travail », qui édite un bulletin, Le Travailleur havrais.

  • 84 JO du 3 octobre 1943.

37Dans le nuancier des positions syndicales et politiques, se distinguent des hommes qui bénéficient d’une certaine confiance des autorités de l’État français et qui constituent une caution ouvrière aux politiques conduites sous Vichy. Le secrétaire du Syndicat général des ouvriers des magasins réunis, nous disent les Renseignements généraux, Alphonse Gréaume, a été nommé conseiller municipal du Havre en septembre 1941, « comme représentant de la classe ouvrière ». Ainsi se retrouve à l’échelle locale et au sein de l’équipe municipale de Pierre Courant nommée par Vichy, un représentant de la CGT interdite officiellement, mais maintenue en ses éléments « recommandables » et nécessaires aux yeux de l’appareil vichyste, de la même manière qu’un René Belin figure un temps dans le gouvernement de l’État français. Autre dirigeant de l’Union locale maintenue, Maurice Hauguel, conseiller municipal de Sanvic, est nommé en octobre 1943 membre du conseil départemental de la Seine-Inférieure, aux côtés de Georges Patrimonio, adjoint au maire du Havre, Pierre Courant, lequel est également secrétaire de ladite assemblée84.

38Les services préfectoraux consacrent une partie de leur activité à recenser les individus recommandables, jugés aptes à animer les familles professionnelles que la Charte du travail doit mettre en place. Bien qu’une fraction néosyndicaliste ait été intégrée au sein de l’État français avec le ralliement du numéro deux de la CGT, les représentants des salariés avaient été exclus des comités d’organisation et des organismes de répartition. Mais le régime et ses propagandistes locaux tenaient à rassurer les salariés. Dès le 15 décembre 1940, l’éditorialiste collaborationniste du Petit Havre, J.-L. Kerouredan, intitulait son propos : « syndicalisme pas mort ! », relayant un « communiqué sensationnel » de Jean Berthelot, secrétaire d’État aux Transports, en ces termes : « L’ordre nouveau doit être établi avec le concours du syndicalisme débarrassé des influences politiques » et « libéré des mauvais bergers ». La Charte du travail, vitrine ouvrière et patronale de la Révolution nationale, avait été préparée de manière à concilier les syndicalistes, les corporatistes et les technocrates, les tenants d’un syndicalisme unique et ceux des familles professionnelles mixtes. À l’échelle havraise, tandis que se maintiennent des syndicats débarrassés par la loi de leur étiquette confédérale, et qu’apparaissent quelques syndicats autonomes conformes à l’esprit gouvernemental, l’administration tente aussi de trouver, au sein des entreprises, des individus recommandables susceptibles de diriger et d’animer les nouvelles familles professionnelles. Cela ne fait qu’ajouter un autre « fichage » aux nombreuses enquêtes de Vichy et des nazis.

  • 85 ADSM, 40 W 112.

39Toutes les précautions sont prises pour faire le tri des personnes dignes de confiance aux yeux de Vichy. Toutes doivent faire une déclaration de non-juif et non-membre de la franc-maçonnerie. La Direction régionale des sociétés secrètes, rue Dugay-Trouin à Rouen, veille au grain. L’ingénieur des arts et métiers André Lequellec, chef de travaux aux Éts Fouré-Lagadec est proposé par la famille professionnelle de la transformation des métaux comme membre du conseil d’administration du « syndicat unique local » dans la catégorie patrons. Il est refusé en raison de son ancienne appartenance à la loge de l’Olivier écossais, alors qu’il est devenu un « ardent défenseur de la Charte » et fait figure d’un « jeune chef d’industrie cherchant à réaliser une entente sociale entre patrons et ouvriers ». Le dossier de la préfecture de région85 ne permet pas d’établir si les personnes citées comme futurs membres des commissions composant les familles professionnelles à l’échelle régionale et départementale étaient elles-mêmes candidates ou si elles sont pressenties, peut-être sans l’avoir jamais su, en fonction des renseignements policiers sur leur réputation. Les principales propositions, puisées dans l’entreprise havraise et les différentes catégories socioprofessionnelles, sont présentées dans le tableau ci-dessous.

Tableau 18 – Salariés havrais pressentis pour participer aux familles professionnelles.

Tableau 18 – Salariés havrais pressentis pour participer aux familles professionnelles.

Source : ADSM, 48 W 112.

  • 86 Voir, par exemple, les syndicats uniques par catégorie dans l’industrie de l’habillement, JO du 6 (...)
  • 87 La CCH met à la disposition des syndicats uniques la salle de l’ancien marché des cotons (ADSM, 1 (...)
  • 88 Lettre du service des sociétés secrètes au préfet régional Dramard, au sujet de A. L., 17 février (...)

40La marche vers le syndicalisme unique se préparait avec la formation, en février 1942, d’un Comité d’entente intersyndicale des salariés de Seine-Inférieure groupant les ex-syndicats CGT, CFTC et les Syndicats d’ingénieurs. Le bureau, formé en juillet, comprend R. Legendre, venu de la CFTC, et Moitrel, venu de la CGT, qui ont assisté à une audience avec Pierre Laval. Mais visiblement très lente, la marche vers le syndicat unique ne semble pas soulever l’enthousiasme dans les entreprises. Les dirigeants ne sont pas choisis par les salariés mais nommés par le ministère de la Production industrielle et le secrétaire d’État au Travail86. À Rouen, les premiers syndicats uniques dans la chimie datent de mars 1944, tandis que le syndicat unique des ouvriers coiffeurs du Havre ne naît qu’à la fin mai87. Le syndicat unique local de la transformation des métaux n’est pas encore formé en février 194488, alors même que la CGT clandestine s’est déjà reconstituée dans le département. Pendant ce temps en effet, le syndicalisme interdit, à défaut d’action revendicative pure, se restructure pour l’avenir. À l’exclusion de la tendance « Syndicats » de Belin et Roy, la CGT, à l’échelle nationale, se réunifie dans la Résistance par les accords du Perreux en avril 1943. Au sein du Conseil national de la Résistance elle sera représentée par Louis Saillant. En septembre 1943, L’Union départementale de Seine-Inférieure, réunifiée elle aussi dans la clandestinité participe à la création du Comité départemental de Libération où elle sera rejointe par la CFTC.

  • 89 Rapport des RG, 20 avril 1944 (ADSM, 32 W, Z 28 485).
  • 90 ADSM, 40 W 159, 1943.

41Demeurée à l’état d’ébauche, sauf en ce qui concerne la mise en place des Comités sociaux effective en 1943, la Charte du travail n’a donc pas soulevé l’enthousiasme. Comme on ne voit pas pour quelles raisons les inspecteurs des Renseignements généraux auraient intérêt à écrire à leurs supérieurs que la Révolution nationale ne plaît pas, on peut supposer qu’ils ne déforment pas trop la réalité quand ils écrivent que « la classe ouvrière, dans l’ensemble, est hostile à la Charte du travail, qu’elle considère comme une institution en faveur du patronat ». « D’ailleurs, continuent-ils, la nouvelle organisation apparaît complexe et le plus souvent demeure incomprise. » Le « syndicalisme pas mort » affirmé par l’unique quotidien havrais autorisé semble aux yeux des surveillants d’opinion un peu compromis car « la disparition des Unions locales et départementales où les ouvriers savaient pouvoir trouver des défenseurs, a été mal accueillie » dans l’arrondissement du Havre. Les ouvriers havrais demeurent méfiants à l’égard de « toute création nouvelle d’ordre syndical89 ». Il semblerait donc que la suppression des confédérations et du sigle CGT ait été mal reçue et que la survivance légale de l’Union des syndicats ne la compense pas. Le rapport90 affirme que « les ouvriers [sont] convaincus qu’il ne leur sera plus possible à l’avenir de défendre leurs intérêts devant leurs patrons ». Les « anciens dirigeants syndicalistes appointés restent sur la réserve » tandis que le « patronat paraît satisfait des dispositions de la charte et en accepte toutes les modalités », ainsi que l’artisanat.

  • 91 On ne trouve malheureusement pas aux archives départementales, l’équivalent pour Le Havre des rapp (...)
  • 92 Le Petit Havre, 12 août 1943.

42L’objectif d’institutionnaliser la collaboration des classes semble donc difficilement réalisable. Appréciant la liberté de pouvoir désigner leurs délégués, les ouvriers apprécient peu les comités sociaux91 parce que ceux-ci se limitent aux œuvres de bienfaisance et que « les patrons refusent souvent d’y discuter des revendications professionnelles, en se retranchant derrière les instructions ». Voilà ce qu’ont entendu les oreilles de la police en ces temps de haute surveillance. Comment les ouvriers se seraient-ils reconnus dans des Comités sociaux dont les représentants sont presque toujours choisis par la direction ? Même Le Petit Havre le concède : « Les ouvriers ne comprennent pas qu’on n’y discute pas des salaires92. » L’inspecteur des Renseignements généraux est formel : « Il résulte des travaux d’investigation auxquels j’ai procédé que l’état d’esprit des ouvriers du Havre et de la grande banlieue est douteux dans son ensemble, pour ne pas dire mauvais. » L’effet du STO, et de la Relève qui l’a précédé, sur l’opinion à l’égard du régime et de Laval en particulier est répulsif. L’occupant est certes l’objet de « critiques violentes » et l’on « souhaite ardemment » le départ de l’Allemand. Mais le mauvais état d’esprit aux yeux des autorités a été renforcé par la Relève. « Cette déportation industrielle », terme repris entre guillemets par le rapport, qui « ne frappe ni le personnel de maîtrise ni le personnel employé, est exécrée par les familles qui se voient séparées de leur chef, souvent avec un préavis très court ». La Révolution nationale voulue par le régime semble donc bien compromise par sa politique de sujétion à l’égard de l’occupant.

E. Le Comité ouvrier de secours immédiat, ou l’art de se voiler la face

  • 93 Les autres dirigeants nationaux sont Roger Paul, Jean Pellisson, Jean Ambrogelly et Charles Vioud.

43Le Comité ouvrier de secours immédiat (COSI) est né à la suite d’un bombardement britannique, en mars 1942, sur les usines Renault à Boulogne-Billancourt, frappant les ateliers de réparations de chars de la Wehrmacht. Il y eut plusieurs centaines de victimes et de sinistrés. L’émotion anglophobe qui en résulta fut largement exploitée par les militants ouvriers du RNP et du PPF qui se proposèrent de distribuer des secours aux victimes et constituèrent le COSI à cet effet. La nouvelle fut annoncée par Le Petit Havre, le 23 mars, avec ce sous-titre : « 100 millions prélevés sur l’amende imposée aux juifs sont versés par les autorités allemandes. » L’affaire était très politique ; Brinon, représentant du maréchal en territoire occupé, patronnait le Comité. Pour les autorités d’occupation, il s’agissait, selon Le Petit Havre, « d’un acte de justice » consistant à « faire supporter les indispensables réparations à ceux qui, par l’approbation ouverte qu’ils leur donnent sont moralement responsables des lâches agressions britanniques ». Ses fondateurs se présentèrent avant tout sous leur étiquette de syndicaliste, car il fallait que cela fut « ouvrier ». Le président Georges Yvetot figurait comme ancien secrétaire général de la Fédération des Bourses du travail, fuies Teulade, René Mesnard firent de même93. Georges Yvetot, âgé de 72 ans, dirigeant anarcho-syndicaliste mourut en mai 1942. Il fut remplacé par Mesnard, membre du RNP de Déat. fuies Teulade était lui, membre du PPF de Doriot.

  • 94 Le Petit Havre du 8 avril 1942, page locale.
  • 95 Voir Claire Andrieu, « Écrire l’histoire des spoliations antisémites (France, 1940 1944) », Histoi (...)

44Deux semaines plus tard, Le Petit Havre94 annonçait que « Le Comité ouvrier de secours immédiat ouvrait sa caisse aux sinistrés du Havre ». Et rappelant qu’une partie du milliard juif s’ajouterait aux souscriptions, le journal présentait le comité local du Havre, en évitant le sigle CGT, puisque les confédérations étaient dissoutes : André Vaillant, secrétaire de l’Union locale des syndicats, issu du Syndicat de la typographie devenait président. Maurice Hauguel, secrétaire de l’Union, responsable du Syndicat des ouvriers camionneurs, était trésorier. Alphonse Gréaume, responsable du Syndicat des ouvriers des Magasins réunis et Alfred Salin, responsable du Bâtiment, étaient contrôleurs. Les responsables les plus puissants des syndicats maintenus furent donc impliqués dans le COSI. Le président d’honneur était le maire du Havre Pierre Courant, accompagné de vice-présidents : les maires de Sanvic, Sainte-Adresse, Bléville, Harfleur, Rouelles, Gonfreville l’Orcher. Un conseiller national, Roger Paul, avait été reçu par Pierre Courant. Les deux hommes firent part au journaliste de leur parfait esprit d’entente. Six jours plus tard, à la suite d’un bombardement sur la banlieue de Caen, le COSI du Calvados fut constitué, dont tous les dirigeants appartenaient au RNP de Déat. À Dieppe, il ne fut créé qu’en janvier 1943. De l’amende d’un milliard imposée par le Militàrbefehlshaber in Frankreich aux juifs français en décembre 1941, ce sont finalement les deux tiers qui seront versés au COSI95.

  • 96 Le Petit Havre, 14 mai 1942.
  • 97 Le Petit Havre, 15 février 1943.
  • 98 Le Petit Havre, 17 juillet 1942.

45Les militants du COSI pouvaient difficilement ignorer l’identité politique de cette organisation. Quand Le Petit Havre fait le bilan du premier mois de la section havraise96, c’est-à-dire près de 400 000 francs distribués à 2 000 personnes, le journal se félicite de la coordination entre le Comité et les services municipaux qui « doit correspondre aux vœux exprimés par les donateurs du crédit de 100 millions de francs mis à la disposition du Comité de Paris : soulager la misère des humbles qui ont tout perdu ». Celui qui a lu son journal un mois plus tôt sait très bien qui sont les généreux donateurs et d’où vient l’argent. Des dirigeants nationaux viennent d’ailleurs le rappeler lors du meeting du COSI et redonner la couleur antisémite des origines. Quand a lieu la « réunion générale des sinistrés », en février 1943, sous la présidence des syndicalistes Quesnel, Vaillant et Hauguel, la parole est donnée à Jean Ambrogelly, du Comité directeur de Paris : « Ces cent millions de francs que nous a spontanément remis l’Allemagne n’est pas de l’argent allemand. Cet argent a été pris aux capitalistes juifs qui pendant des années ont contribué à la ruine de l’épargne française97. » Pierre Courant vient à son tour remercier le COSI. S’adressant à l’assemblée réunie à nouveau en juillet 1942, le maire du Havre, reprend une phrase du Maréchal : « Vous êtes l’avant-garde du combat contre le malheur. » Une nouvelle fois, un dirigeant national du COSI, rend hommage à la générosité des Allemands qui aident l’organisation grâce à l’argent pris au « capitalisme juif ». L’œuvre du COSI marque, dit-il, le « rapprochement entre les peuples » et la « réconciliation entre les nations ». André Vaillant fait état d’une distribution de secours d’un demi-million par mois au Havre et il est également annoncé que désormais le point de départ des aides du COSI ne sera plus la date du bombardement de Boulogne-Billancourt, mais celle de l’entrevue de Montoire98.

  • 99 Enregistré le 5 juin 1945 au greffe de Rouen. Repris à l’audience du 8 juin 1945 du conseil de pré (...)

46Comme en d’autres villes, à la Libération, la défense du COSI prétendra qu’ici ce n’était pas comme ailleurs, que l’on ignorait tout et que ce COSI là était apolitique et n’existait que pour des raisons humanitaires. Devant la cour de justice, à la Libération, Gréaume et Vaillant utiliseront le même argumentaire : « Ils n’ont procédé à l’œuvre du COSI que dans un but humanitaire et peuvent avoir rendu aux sinistrés des services importants puisque les fonds distribués s’élèvent à près de quinze millions99. » À l’opposé, les militants clandestins de la CGT dénoncèrent le COSI d’une manière d’autant plus ferme que les dirigeants anarcho-syndicalistes de l’Union locale maintenue se prêtaient à cette opération de collusion entre vichystes, collaborationnistes et autorités d’occupation. Dans La Vie ouvrière havraise du1er mai 1942, sous le titre « Les voleurs », on trouve le texte qui suit :

  • 100 Édition havraise clandestine de La Vie ouvrière, 1er mai 1942, 3 p. ronéotées (ADSM, 2Z 85).

Le soi-disant Comité ouvrier de secours immédiat fondé par les boches, avec les Mesnard, Roger Paul Teulade et autres prostitués distribue aux sinistrés des secours provenant de l’argent remis par les boches sur l’amende imposée aux juifs français. Il distribue aussi du mobilier volé aux juifs. Le Petit Havre nous annonce qu’un comité local vient de se constituer au Havre, avec les Vaillant, Hauguel, Greaume, Salin et Cie. Quand il s’agit de s’emplir les poches, ces tristes individus, toute honte bue, sont toujours prêts pour les plus tristes besognes. Sinistrés, refusez l’argent et les meubles volés aux juifs. Exigez des pouvoirs publics des secours et du mobilier100.

  • 101 Le Petit Havre, 9 septembre 1943.

47Les quelques dirigeants syndicaux impliqués dans le COSI se reconnaissaient-ils davantage dans ce qu’écrivait l’éditorialiste pro-nazi du Petit Havre au sujet de cet organisme ? « Il reste l’avant-garde de ceux qui luttent pour le rapprochement franco-allemand et l’unité européenne et il est par sa réussite, l’honneur du mouvement ouvrier français101. » Ainsi, pour participer au COSI, fallait-il être pour le moins indifférent à une politique antisémite qui ne manquait pourtant pas de visibilité. Précisément, qu’est-il advenu de la population juive du Havre et de ses entreprises sous la double contrainte de l’occupation nazie et d’un État français qui avait élaboré sa propre politique antisémite ?

Notes

1 Raphaël Alibert, proche de l’Action française, voir Éric Roussel, Le Naufrage, 16 juin 1940, Paris, Gallimard, (Les journées qui ont fait la France), 2009, p. 124-125.

2 Voir Michèle Blondé, « Le comité social de la Société nationale de la viscose à Grenoble, aspects politiques et syndicaux », dans Travailler dans les entreprises sous l’Occupation, op. cit., p. 427-439.

3 Liste des comités sociaux constitués dans le département (ADSM, 32 W, Z 28483,15 mars 2942).

4 Selon l’adresse indiquée par Le Petit Havre du 12 août 1943 et l’Almanach Micaux de 1939.

5 ADSM, 40 W 259, 2943.

6 Henry Rousso, Le Syndrome de Vichy, 1944-1948, Paris, Seuil, 1987.

7 Henry Rousso fait remarquer qu’il vaut mieux utiliser, plutôt que « maréchalisme », le terme de « pétainisme » pour désigner l’adhésion à la personne du Maréchal et d’utiliser « vichysme » plutôt que « pétainisme » pour signifier le soutien à la politique de l’État français, contrairement à une habitude historiographique. Voir Le Régime de Vichy, op. cit.

8 Auguste Marion est président du Syndicat général du commerce et de l’industrie, M. Naud est ingénieur des ponts et chaussées spécialiste du pont, Henri Thieullent président de la CCH. La présence à l’entretien d’Hermann Du Pasquier n’est pas certaine puisqu’il était à Vichy à la même période.

9 Voir le texte intégral du compte rendu en annexe (ADSM, CCH, 225 Z 3), texte dactylographié, probablement dicté par Henri Thieullent (on ne le trouvera pas dans les registres de délibération et les comptes rendus de travaux).

10 Ce geste résonne étrangement avec le fait rapporté par Robert O. Paxton à partir des archives allemandes, d’une éventuelle entrée en guerre contre les Alliés proposée par le cabinet Pétain en janvier 1942 en contrepartie d’une modification des rapports entre l’État français et le Reich, proposition traitée plutôt par le mépris du côté d’Hitler. Voir le détail dans Robert O. Paxton, La France de Vichy, op. cit., p. 176-180.

11 La manière dont le maréchal Pétain monologue devant cette délégation, quel que soit le degré de fidélité du compte rendu, correspond bien au portrait qu’en dresse Éric Roussel dans Le Naufrage..., op. cit.

12 ADSM, CCH, 225 Z 3.

13 ADSM, 1 ETPP 129, p. 20.

14 ADSM, 1 ETPP 129.

15 ADSM, 1 ETPP 130, p. 419.

16 Voir Léon Werth, Impressions d’audience. Le procès Pétain, Paris, V. Hamy, 1995.

17 Lettre d’Edgar Raoul-Duval à Henri Thieullent (ADSM, CCH, C 3 26).

18 AN, 72/AJ/1283 à 1299.

19 Voir Jan S. Kulok, « Secours d’hiver, secours d’Hitler ? Le rôle social et politique de l’organisation caritative Secours national sous l’occupation allemande, 1940-1941 », intervention à l’École des Sciences Politiques, 20 mai 2003.

20 AN, F/60/479, dans Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997.

21 ADSM, 32 W Z 28 484. Liste reproduite en annexe.

22 Dirigeant du négoce en café « Société d’importation France-Amérique ».

23 Le délégué a sous son autorité en 1943 9 centres de jeunesse hébergeant 700 jeunes environ selon le fichier des RG (ADSM, 40 W 159).

24 Almanach des adresses du Havre, Éd. Micaux, 1939, p. 1511-1527.

25 Accusations faisant suite à la révélation de malversations dans les « milieux du Secours national de la Seine-et-Oise » (ADSM, 40 W 159).

26 Le Petit Havre du 29 juin 1941.

27 Ingénieur catholique, secrétaire général à la Jeunesse de septembre 1940 à mars 1943. Il visite ce jour-là le centre de formation professionnelle des Vickings et assiste au rassemblement des jeunes filles au Centre Jeanne-d’Arc sous la direction de Mme Ancel.

28 Le Petit Havre du 14 juin 1942.

29 Voir Julian Jackson, La France sous l’Occupation, 1940-1944, Paris, Flammarion, 2004, p. 188 et 197.

30 Voir Catherine Lefrançois, « Étude départementale, la Seine-Inférieure », dans Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.), Vichy et les Français, Paris, Fayard, 1992, p. 345-355.

31 Voir la quatrième partie de ce livre consacrée à l’épuration.

32 Chambre des courtiers assermentés, archives privées.

33 Un ouvrage fondamental sur le sujet : Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky (dir.), Le Syndicalisme dans la France occupée, Rennes, PUR, 2008.

34 Syndicat du bois (AMH, 5 Z 31).

35 Ibid.

36 ADSM, 2 Z 85.

37 Fichier départemental des RG, arrondissement du Havre (ADSM, 40 W 159).

38 « Il assumera la charge de l’Union locale CGT du Havre de 1936 à 1944 », est-il écrit, p. 172, dans l’Histoire oubliée et méconnue du syndicalisme havrais, Le Havre, Le Libertaire, 1996. Ce qui prête à confusion, puisque la confédération est interdite sous Vichy. Cette histoire du syndicalisme havrais s’arrête malheureusement à 1939.

39 Michel Margairaz, « La Fédération des travailleurs de la métallurgie CGT sous l’Occupation ou les échelles de la “présence” », dans Le Syndicalisme dans la France occupée, op. cit., p. 235-252.

40 Métallurgie du Havre, correspondances des autorités préfectorales avec les tutelles de Vichy (ADSM, 1 M 565).

41 Louis Eudier, Notre combat de classe et de patriotes (1934-1945), Le Havre, imp. Duboc, s. d., P-59-63·

42 Ibid.

43 Employé de bureau bien sûr. Témoignage de Max Bengtsson, 15 décembre 2010.

44 Affaire Ternon-Delamare (AMH, 5Z. 238).

45 Ibid.

46 Albert Perrot, Laisse-moi te dire, op. cit., p. 35-41.

47 Fils de Maurice Rault, secrétaire du syndicat CGT du Gaz et résistant, interrogé dans Quelque part, ça laisse des traces, op. cit., p. 66.

48 Marie-Paule Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre. Histoire sociale, culturelle et politique (1930-1983), Rouen, PURH, 2009, p. 144.

49 AMH, 5 Z 239.

50 ADSM, 2 Z 85.

51 Le préfet au Feldkommandant, 10 mai 1943 (ADSM, 5 W 396).

52 Les archives de la préfecture ne contiennent pas les originaux adressés aux Allemands, mais seulement les intitulés, ce qui est fort dommage.

53 ADSM, 32 W, Z 28 483.

54 Police de sécurité allemande créée en 1936 par Himmler, qui regroupait la Gestapo et la police criminelle.

55 Rapport du commissaire sur les relations avec l’occupant, 25 juin 1942 (ADSM, 32 W/Z 28483).

56 Gilles Pichavant, « La CGT dans la Résistance... », art. cité.

57 Claudine Cardon-Hamet, Mille otages pour Auschwitz. Le convoi du 6 juillet 1942, Paris, Éditions Graphein, 1997.

58 Le rôle des communistes dans cette période a été étudié de manière approfondie par Marie-Paule Dhaille-Hervieu, dans Communistes au Havre…, οp. cit.

59 Liste établie par les RG comprenant les personnes emprisonnées ou en fuite, mais pas les résistants déjà fusillés (ADSM, 40 W 159).

60 Condamné à mort par contumace par la Cour d’appel de Rouen, il sera déporté à Neuengamme en juillet 1944. Voir André Duroméa raconte : la Résistance, la déportation, Le Havre, Éditions sociales, 1947. Sur ses responsabilités dans la Résistance, voir Marie-Paule Dhaille-Hervieu, op. cit.

61 Gilles Pichavant, « La CGT dans le Résistance », art. cité, et Marie-Paule Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre..., op. cit. Voir, dans le cahier iconographique en fin de volume, les stèles d’hommage aux résistants et déportés.

62 ADSM, 40 W 159, p. 44.

63 Georges Godefroy, Le Havre…, οp. cit., p. 150.

64 Des historiens spécialistes des ouvrages militaires remettent en question la faisabilité de cette action de sabotage ainsi que les propos du résistant lui-même.

65 Voir, à ce sujet, Georges Godefroy, Le Havre, op. cit., p. 121-128.

66 Fusillé en décembre 1941 au Mont-Valérien.

67 Annonce faite à la CCH le 23 janvier 1941 (ADSM, 1 ETPP 129).

68 ADSM, 1 ETPP 130,19 mars 1942.

69 Mémoire présenté par l’entreprise. La Brasserie alsacienne trouve ses origines dans l’ancienne brasserie Jacques-Louer dont la famille était liée aux Paillette (ADSM, 260 W 28).

70 Voir Jean-Paul et Jean-Claude Dubosq, Le Havre 1940-1944, op. cit., t. II, p. 552-553.

71 Dont le président Ludovic Arnauditzon avait été exclu par Vichy de toutes ses fonctions : adjoint au maire, conseiller général, membre de la CCH, administrateur du port autonome en raison de son appartenance à la franc-maçonnerie. Replié à Paris, il participe à la résistance avec son épouse (courrier du 16 septembre 1945 au contrôleur Delesques : ADSM, 260 W 205).

72 Ibid. Le dossier contient la liste des réfractaires ayant bénéficié des faux-papiers.

73 Voir Olivier Pringard, République et franc-maçonnerie au Havre, 1815-1945, Luneray, Éd. Bertout, 2002, p. 453-485.

74 ADSM, 260 W 101, CCPI de Seine-Inférieure.

75 Olivier Pringard, République..., op. cit., p. 472.

76 FFI matricule 2023, chef de groupe section « Jean », blessé à l’hôtel de ville du Havre le 12 septembre 1944.

77 Olivier Pringard, République..., op. cit., p. 472.

78 Rapport de l’inspecteur Cler, CCPI (ADSM, 260 W 101, 17 juillet 1945).

79 Le Petit Havre du 10 décembre 1940.

80 ADSM, 40 W 159, 1943.

81 ADSM, 32 W, Z 28 485.

82 Rapport sur l’affaire du bâtiment, 4 mai 1944, signé par le président Employeurs, M. Neuville, le président Cadres J. Debese, le président Ouvriers A. Salin (AMH, 5Z 419).

83 ADSM, 32 W, Z 28 484.

84 JO du 3 octobre 1943.

85 ADSM, 40 W 112.

86 Voir, par exemple, les syndicats uniques par catégorie dans l’industrie de l’habillement, JO du 6 octobre 1943, p. 2610.

87 La CCH met à la disposition des syndicats uniques la salle de l’ancien marché des cotons (ADSM, 1 ETPP 132).

88 Lettre du service des sociétés secrètes au préfet régional Dramard, au sujet de A. L., 17 février (ADSM, 40 W 112).

89 Rapport des RG, 20 avril 1944 (ADSM, 32 W, Z 28 485).

90 ADSM, 40 W 159, 1943.

91 On ne trouve malheureusement pas aux archives départementales, l’équivalent pour Le Havre des rapports de 1943 établis par les RG, entreprise par entreprise, qui existent pour la région rouennaise (ADSM, 200 W). Ces rapports indiquent précisément la composition des Comités sociaux ainsi que les personnes de confiance pour les autorités à l’intérieur de l’usine ou du chantier.

92 Le Petit Havre, 12 août 1943.

93 Les autres dirigeants nationaux sont Roger Paul, Jean Pellisson, Jean Ambrogelly et Charles Vioud.

94 Le Petit Havre du 8 avril 1942, page locale.

95 Voir Claire Andrieu, « Écrire l’histoire des spoliations antisémites (France, 1940 1944) », Histoire@Politique. Politique, culture, société, no 9, septembre-décembre 2009.

96 Le Petit Havre, 14 mai 1942.

97 Le Petit Havre, 15 février 1943.

98 Le Petit Havre, 17 juillet 1942.

99 Enregistré le 5 juin 1945 au greffe de Rouen. Repris à l’audience du 8 juin 1945 du conseil de préfecture interdépartemental de Seine-Inférieure, Oise et Somme.

100 Édition havraise clandestine de La Vie ouvrière, 1er mai 1942, 3 p. ronéotées (ADSM, 2Z 85).

101 Le Petit Havre, 9 septembre 1943.

Table des illustrations

Titre Figure 27 – Déclaration de non-appartenance à une société secrète du personnel de la CGFT (AMH, 11Z).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5435/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 28 – Photographie extraite d’une brochure contenant le discours du maréchal Pétain du 30 octobre 1940 (ADSM, 225 Z 3, CCH).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5435/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 29 – Extrait de La Vie Ouvrière clandestine, édition havraise du 1er mai 1942 (ADSM, 2 Z 85).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5435/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Tableau 18 – Salariés havrais pressentis pour participer aux familles professionnelles.
Légende Source : ADSM, 48 W 112.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5435/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540