Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

IIIe Partie — Obéir ou non au régime de Vichy

Chapitre VII. L’intégration des entreprises et entrepreneurs à l’économie dirigée

Texte intégral

  • 1 Hervé Joly (dir.), Les Comités d’organisation et l’économie dirigée du régime de Vichy, Caen, CRHQ (...)

1Les oppositions doctrinales françaises entre les étatistes planificateurs et les corporatistes de l’État français sont complexes. Ces derniers trouvent satisfaction dans la création d’une corporation paysanne à laquelle l’adhésion est obligatoire et dans l’extension des ordres professionnels comme celui des médecins ou des experts comptables. Il n’en demeure pas moins que les uns et les autres s’accordent sur une mise sous tutelle étroite des moyens de production et d’échange ainsi que des instances de représentation des patrons et des salariés. Un grand ministère de la Production industrielle (MPI) remplace dès juillet 1940 le vieux ministère du Commerce et de l’Industrie. Sur injonction allemande, est créé à l’automne l’Office central de répartition des produits industriels (OCRPI). La distribution des matières premières et de l’énergie nécessaire aux industries, en Normandie comme ailleurs, se fait donc sous le contrôle étroit des occupants. Dans une certaine mesure cette création est une réponse au régime de Vichy qui avait créé en août 1940 des comités d’organisation1 (CO) dont le but était de contrôler étroitement l’activité de chaque branche professionnelle.

A. L’organisation de l’économie sous Vichy et la place des entrepreneurs havrais

  • 2 Voir Hervé Joly, « Les comités d’organisation, un ensemble vaste et disparate », dans Les Comités (...)
  • 3 ADSM, 237 W 48.

2La loi du 16 août 1940 assigne aux comités d’organisation la tâche de recenser les entreprises, d’établir les programmes de production, d’organiser l’acquisition et la répartition des matières premières. Ils peuvent donc se situer comme sous-répartiteurs de l’OCRPI. 224 comités d’organisation ont existé en France, formant un appareil hypertrophié et se divisant de manière très inégale selon les secteurs d’activité2. Certains auteurs ont insisté sur la similitude entre l’organisation économique allemande et celle de Vichy. Cela n’empêche pas les autorités d’occupation de freiner le champ d’intervention des comités quand cela les gêne, comme dans le Nord-Pas-de-Calais, ou plus simplement par la création de l’OCRPI. Pourtant, les comités, dont l’autorité est variable selon les branches professionnelles, contribuent largement à mettre l’économie française au service de l’effort de guerre allemand. C’est le cas, par exemple, dans le textile normand dont les industriels de la laine et du coton, à Elbeuf comme à Rouen, reçoivent les commandes allemandes par l’intermédiaire du comité d’organisation du Textile, lequel défend jalousement son rôle d’intermédiaire et proteste contre l’existence de contrats directs entre industriels et Wehrmacht. Certaines interventions bureaucratiques semblent d’ailleurs répondre à un besoin d’exister : le responsable parisien du comité des Industries des corps gras envoie le 22 mai 1943 un avis favorable aux réparations entreprises par l’huilerie Desmarais de Graville après les bombardements3. Tout cela pour lui dire que le contingent de matériaux nécessaires devra être demandé par l’entreprise directement au répartiteur et surtout pour un conseil de prudence dont on appréciera la pertinence : « Il est en outre bien entendu que le matériel ne devra pas être exposé aux bombardements actuels du Havre. »

  • 4 ADSM, 260 W 217.

3Quoi qu’il en soit, le semblant d’autonomie des comités est illusoire, car les commandes résultent au mieux de négociations serrées entre les représentants de Vichy et du Reich à la Commission d’armistice de Wiesbaden où la volonté allemande l’emporte largement dans une « collaboration » assez déséquilibrée. Bien d’autres exemples montreraient cette institution de Vichy que sont les comités, à l’œuvre comme rouages de l’économie d’occupation. Ainsi le comité d’organisation du Verre met en demeure, en septembre 1941, les verreries de Graville de fournir 300 tonnes de verre par mois à l’Armée allemande4. Ce pouvoir à la fois illusoire et réel sur la marche des entreprises sera utilisé à la Libération par nombre de patrons qui justifieront les réalisations de commandes ennemies en arguant des ordres venus des comités d’organisation, dont ils étaient parfois eux-mêmes des membres influents.

  • 5 Michel Margairaz et Henry Rousso, « Vichy, la guerre et les entreprises », dans Stratégies industr (...)
  • 6 On trouve les candidatures et nominations au fil des délibérations de la CCH de la période (ADSM, (...)
  • 7 Voir Hervé Joly, Les Comités d’organisation,,.,ορ. cit., p. 9.
  • 8 Rapport de Jean Reinhart, pour le comité général d’organisation du Commerce sur la fonction commer (...)

4La filiation souvent directe entre les représentations patronales d’avant-guerre et les comités a déjà été soulignée par plusieurs auteurs. Sauf de rares cas, on ne trouvera que peu de personnalités nouvelles ou de moindre envergure5. Il n’est donc pas étonnant de retrouver peu d’entreprises industrielles havraises représentées directement dans les comités d’organisation. Le caractère allogène du capital et de l’administration de la plupart des grandes industries présentes au Havre explique la faible maîtrise des stratégies depuis la Porte océane en ce domaine. Si les Tréfileries et laminoirs du Havre sont représentés au comité, c’est par leur directeur général et non par leur directeur havrais. C’est bien dans la continuité de ce qui existait avant-guerre dans la représentation professionnelle patronale. En revanche, la sociologie majoritairement autochtone du patronat négociant havrais permettait une continuité symbolique de son influence nationale. Des postes significatifs ont donc été accordés aux négociants havrais dans les Comités d’organisation. Prompts à critiquer le dirigisme ou l’économie administrée avant ou après-guerre, les négociants havrais ont pourtant toujours proposé un nombre plus que suffisant de candidatures pour les divers comités6. Remarquons au passage que l’image libre-échangiste que se sont toujours donnée les élites havraises, vantée par André Siegfried, souffre quelque peu de cette participation sans réticence quand elle n’est pas mêlée, à l’époque, d’une certaine fierté qui transparaît dans les délibérations de la chambre de commerce. Les délégations aux comités d’organisation font aussi penser aux représentations corporatives au sein des commissions spécialisées des Comités coloniaux où se discutaient les répartitions de marchandises et les tarifs douaniers avant-guerre. Cette « continuité avec le personnel dirigeant des syndicats professionnels7 » s’explique aussi par le fait que l’État français semble assez ignorant des spécificités des métiers du négoce, qu’elles soient havraises ou marseillaises. Plutôt que de transformer, l’État français s’informe, et les Havrais fiers de leur expertise, produisent des rapports sur les métiers de courtier et d’importateur8. Leur seule déception, plusieurs fois exprimée, sera de ne pas avoir de poste important à la direction du comité général de l’organisation du Commerce.

  • 9 Voir la courbe des importations de coton qui s’effondre précisément en 1941, malgré quelques arriv (...)
  • 10 Dossier « coton » (AN, F/12/10558). Les directeurs du GIRC (Westphalen, Compagnie cotonnière) figu (...)
  • 11 Voir Philippe Verheyde, Les Comités d’organisation..., op. cit., p. 238.

521 entrepreneurs havrais, au moins, ont exercé des responsabilités dans les comités d’organisation. Elles sont importantes dans trois domaines : la manutention portuaire, le commerce des denrées coloniales associées aux produits alimentaires, le commerce du bois. Un décret du 12 novembre 1940 institue un comité d’organisation de la Manutention dans les ports maritimes. Parmi ses membres figure Hermann Du Pasquier. Le président de ce comité est Georges Hecquet, administrateur de la Société des travaux et industries maritimes. Le stevedoring est représenté par Robert Chardine. Dans le commerce des denrées coloniales, négociants et courtiers participent ou dirigent dans les divers comités ou commissions dont la nomenclature est un vrai labyrinthe. Certaines nominations ont pu être formelles, d’autres moins, Jean Reinhart, au Comité directeur des commerces d’importation, élabore, grâce à ses relations commerciales avec le Brésil, un plan de secours pour l’approvisionnement en coton, qu’il négocie à Vichy en juillet 1941. Supposant fortement que ce plan n’a pu être réalisé9, on peut tout de même lui accorder une signification relative à l’économie administrée. Son plan d’achat, chiffré à 125 millions avancés par la Banque cotonnière de Paris, repose sur un accord entre le Comité d’organisation, direction du coton, et un groupement de vingt importateurs, tous havrais. La matière était à répartir par l’OCRPI, si bien que l’on se demande, dans cette négociation, où est passé le CIRC10. Certains interviennent dans plusieurs comités d’organisation, comme Roger Meunier, vice-président de la chambre de commerce, à la fois au titre de sa spécialité, les importations de charbon, et du commerce de gros. Le Havre fournit aussi quelques représentants d’artisans et commerçants, un garagiste, un imprimeur, un charcutier. Albert Charles pour les bois coloniaux, Marcel Letellier, des Entrepôts Humbert, pour les bois du Nord, occupent deux présidences sur trois de la filière commerciale du comité d’organisation des Industries du bois11. Dans l’ensemble, ce sont des membres de la chambre de commerce qui siègent dans les comités d’organisation.

  • 12 ADSM, 1 ETPP 130, 24 octobre 1942, p. 441.
  • 13 Ibid., 27 mai 1943.
  • 14 Voir le chapitre sur l’épuration dans la quatrième partie de cet ouvrage.
  • 15 Voir Sébastien Durand, « Une gestion locale sous contrainte ? Comités d’organisation et liberté d’ (...)

6L’arrêt du commerce maritime n’a donc pas entamé la reconnaissance de la spécificité havraise, et le réseau négociant jouit d’une certaine confiance auprès des autorités, même s’il faut être très prudent, la participation à un comité d’organisation n’étant pas à elle seule un signe d’adhésion au régime. En témoigne le cas de Jean Raoul-Duval, qui deviendra membre du Comité de libération, ou de Marcel Neuville pour les travaux publics. D’ailleurs, à plusieurs reprises, Jean et Edgar Raoul-Duval émettent des jugements de défiance à l’égard de l’économie administrée. Alors même qu’il est nommé directeur responsable au comité des Commerces de l’alimentation, Edgar Raoul-Duval affirme : « Dans l’évolution actuelle, le commerce d’importation se trouve sérieusement menacé par la double organisation de la production et de la consommation12. » Et, six mois plus tard : « Il ne faudrait pas que l’organisation nouvelle transforme les commerçants en fonctionnaires13. » L’économie semble avoir été vécue par la majorité des entrepreneurs comme moins dirigée sous Vichy qu’à la Libération. À l’inverse de l’industrie textile normande, par exemple, où le comité d’organisation de l’Industrie textile est très présent comme intermédiaire pour les commandes allemandes, les comités ne semblent pas avoir été perçus comme une vraie ressource, ni une vraie contrainte par les négociants majoritaires à la chambre de commerce, mais plutôt comme une reconnaissance de notabilité. C’est du moins ce qui ressort de la tonalité des délibérations. Le cas est un peu différent pour les travaux publics où nous verrons le COBTP à l’échelle nationale et régionale agir à la fois comme obligation et comme protection14. Ils n’ont pas été visibles dans la ville comme ils l’ont été à Bordeaux, avec leurs nombreuses délégations15. La proximité de Paris explique en partie cela. Et le sommeil des activités maritimes a sans doute réduit l’enjeu de cette participation.

Tableau 17 - Positions d’entrepreneurs havrais dans les Comités d’organisation.

Tableau 17 - Positions d’entrepreneurs havrais dans les Comités d’organisation.

Principales sources : Journal officiel et registres de délibérations de la chambre de commerce (ADSM, 1 ETPP).

B. La concentration industrielle forcée

  • 16 Cité par Michel Margairaz et Henry Rousso, « Vichy, la guerre et les entreprises », art. cité, p 3 (...)
  • 17 ADSM, 1 ETPP 130, 24 septembre 1942.
  • 18 La Chocolaterie normande semble avoir été finalement épargnée car son dossier au CCPI ne porte auc (...)
  • 19 Fonds « Toussaint » (ADSM, 178 J 8).
  • 20 ADSM, 260 W 149.

7La loi du 17 décembre 1941, dite « Plan d’aménagement de la production », était dictée par des contraintes d’économie d’énergie et de matières premières. On arguait de la nécessité de ventiler la main-d’œuvre ainsi dégagée de manière plus rationnelle. Il ne s’agissait donc pas de véritable planification ou de modernisation. Mais bientôt au cours de l’année 1942, la concentration se révéla pleinement comme instrument au service de l’occupant. François Lehideux affirmait sans détour, dès le mois de février : « Aux yeux des autorités allemandes, le problème primordial est actuellement l’envoi d’un grand nombre de travailleurs français en Allemagne. Il n’est plus possible d’ignorer cette préoccupation16. » Dans le domaine industriel, les décisions en la matière de l’État français ont nui à l’économie de la région havraise. Ainsi était annoncée la fin d’activité de la Chocolaterie normande et la briqueterie Dupray d’Épouville17. La chambre de commerce émit une protestation le 24 septembre 2942 contre ces décisions18. Le Havre, pourtant capitale commerciale du coton, perd pour un temps sa seule usine de textile, la Filature et Tissage de Graville, immobilisée par décision de concentration du 20 novembre 1942. Elle ne reprendra son activité que le 3 septembre 194519. Chez Manchon-Lemaître à Bolbec, l’arrêt de la filature est total d’avril 1942 à juin 1945, alors qu’en temps normal elle ne suffisait pas aux besoins du tissage dans la même entreprise20.

  • 21 Par exemple : Jules Vanier, Vatinel Frères (ABF, 1948). La société commerciale interocéanique poss (...)
  • 22 Dossier « direction du travail » (ADSM, 60 W 18 et 26). Voir Isabelle Raynaud, « Lutte contre le c (...)

8Le secteur artisanal est également concerné par les concentrations qui sont appliquées dans des secteurs à très faible main-d’œuvre comme la torréfaction, ce qui laisse imaginer l’esprit bureaucratique de leur application. Chez les torréfacteurs du Havre, par exemple, 36 inscrits à l’annuaire de 1939, on trouve des brûleries artisanales et des « usines ». Certaines sont la propriété d’une maison de négoce qui torréfie ses propres cafés21. Mais beaucoup de petits torréfacteurs travaillent seuls. Cette corporation tombe sous le coup de la concentration industrielle. Celle-ci est appliquée en zone occupée dès octobre 1942, et retardée en zone Sud à juillet 1943. En Seine-Inférieure, la direction de l’Office départemental du travail informe 73 torréfacteurs de la cessation de leur activité et leur demande de dresser la liste de leurs ouvriers désormais disponibles22. 17 unités sont touchées à Rouen et 21 au Havre (60 % de l’effectif). Les petits torréfacteurs réagissent de manière assez nette en affirmant que la mesure est inopportune, puisque beaucoup d’entre eux sont des épiciers qui torréfient eux-mêmes. Certains trouvent une autre tâche à leur unique ouvrier, d’autres indiquent qu’ils ont cessé toute activité depuis longtemps, n’ayant pas eu droit aux bienfaits de la répartition des cafés et succédanés. À la Libération le ministre du Ravitaillement n’autorise pas immédiatement les réouvertures à cause du manque de combustible. C’est le temps des « concentrés à titre provisoire ».

C. Les négociants du Havre et la politique coloniale de Vichy

  • 23 Voir Claude Malon, Le Havre colonial, op. cit.

9L’empire colonial, comme nous l’avons constaté en étudiant les stratégies de survie du négoce, représentait pour beaucoup une roue de secours et au-delà, un espoir. L’empire était un enjeu stratégique, économique et politique pour tous les acteurs, actifs ou passifs du conflit. Quelques caractéristiques du Havre colonial méritent d’être rappelées afin de saisir davantage les raisons qu’avaient certains réseaux négociants de ne pas laisser la politique coloniale de Vichy s’élaborer sans eux. À la veille de la seconde guerre mondiale, Le Havre confirme sa position de deuxième port colonial de la métropole. Davantage importateur de produits tropicaux qu’exportateur de produits manufacturés, tourné vers le réservoir africain et malgache et plus modestement vers l’Indochine et les Antilles, Le Havre est un port de produits chers. À ce moment précis, les produits des colonies françaises représentent 28 % en valeur des entrées totales du port23. La montée des périls a contrarié le grand projet, soutenu par la chambre de commerce, d’une grande exposition coloniale internationale, à l’image de l’exposition de 1931 à Vincennes qui avait reçu huit millions de visiteurs. En 1939, le nombre d’entreprises qui exercent au Havre leurs activités dans le domaine colonial est de 180. De tailles très diverses, les sociétés « de place » ou les entreprises « à la colonie », forment un maillage complexe. Les importateurs et commissionnaires forment le plus gros contingent où figurent des sociétés puissantes aussi bien qu’une nébuleuse de petits négociants. Cet « effort colonial » des élites économiques allait-il se dissoudre complètement dans l’abattement de la défaite et l’extinction des activités maritimes ? En réalité, le climat général après l’armistice n’est pas celui de l’oubli des possessions coloniales. Le régime de Vichy conserve l’essentiel des colonies françaises entre juillet 1940 et novembre 1942 malgré la perte de l’AEF. Un effort de propagande érige l’empire en mythe consolateur. Défendre l’empire c’est aussi dénoncer l’action des Anglo-gaullistes à Dakar.

  • 24 JO, no 331 du 22 décembre 1940. Information transmise par l’Union coloniale à la CCH (ADSM, 100 E (...)
  • 25 Édouard Senn, Le Développement de la politique cotonnière dans l’Empire français, Paris, Librairie (...)

10C’est dans la politique cotonnière impériale plus que dans toute autre branche que les entrepreneurs havrais, en particulier Édouard Senn, patron de la Compagnie cotonnière, vont jouer un rôle important dans les orientations choisies durant le régime de Vichy, puis dans l’après-guerre. Au sein de l’économie administrée, les entreprises du coton colonial doivent se soumettre à l’Organisation des groupements professionnels coloniaux. Par « entreprise coloniale », l’État français entend toutes celles « dont l’activité s’exerce totalement ou partiellement à la colonie, quel que soit le lieu du siège social ». Elle inclut de fait les entreprises de collecte à la colonie aussi bien que les sociétés de négoce portuaire importatrices qui leur sont liées. L’obtention des licences d’importation est donc soumise à cette appartenance24. La centralisation voulue par Vichy conduit à une double verticalité avec la création du comité général d’organisation de l’Industrie textile d’une part, le Comité central des groupements professionnels coloniaux de l’autre25. À partir du moment où les approvisionnements habituels sont compromis, un rapprochement s’effectue entre les deux structures, ce qui signifie que les industriels s’intéressent davantage aux entreprises coloniales du coton.

  • 26 L’UCEF reçoit du CGOIT une subvention de 2 MF en 1943 (AN, F/12/10440).
  • 27 Édouard Senn, Le Coton dans les colonies françaises, le présent et l’avenir, conférence prononcée (...)
  • 28 Édouard Senn, Le Développement de la politique cotonnière, op. cit., p. 231.

11En décembre 1941, l’Association cotonnière coloniale est transformée en Union cotonnière de l’empire français26 (UCEF). L’Association cotonnière coloniale, dominée depuis sa création par les industriels métropolitains, voit désormais les « producteurs » l’emporter en nombre dans sa direction, à raison de trois pour deux. L’UCEF obtient de l’administration le monopole de l’égrenage et le rôle de « conseiller technique et de chercheur scientifique », notamment pour la sélection des semences27. La direction de la recherche de base est installée à Bouaké, en Côte d’ivoire. L’UCEF informe le comité d’organisation sur les Ressources coloniales. La présidence de l’UCEF est confiée à Édouard Senn. Fort de l’exemple brésilien, Senn insiste sur la nécessité de faire appel aux génétistes et aux phytopathologistes. Fin 1942, il est établi que les agents de l’UCEF au nombre de 15, accrédités auprès de l’administration, organiseront la production cotonnière dans les zones choisies depuis Bouaké jusqu’au Soudan français, l’actuel Mali. Quelles étaient les motivations des entrepreneurs et particulièrement des collecteurs de matière ? Ils avaient sans doute l’idée que l’issue du conflit ne résoudrait pas le problème de la balance commerciale, et qu’en conséquence « point n’est besoin d’espérer pour entreprendre28 ».

  • 29 AN, F/12/10558.
  • 30 JO du 22 octobre 1941, p. 4591.
  • 31 Voir Vincent Joly, Le Soudan français de 1939 à 1945, une colonie dans la guerre, Paris, Karthala, (...)
  • 32 Avec ouverture de crédit à Dakar par la BAO pour le GIRC pour 394 tonnes. Tractation entre Bélime (...)

12Dans les territoires cotonniers demeurés le plus longtemps sous le contrôle de Vichy on trouve des établissements publics pratiquant la culture irriguée. C’est le cas au Soudan avec l’Office du Niger depuis 1932, dont le Havrais Hermann Du Pasquier était vice-président, et durant la guerre avec la création de l’Office des Beni Amir au Maroc. En 1942, Le GIRC « fait une fleur » aux producteurs du Maroc en s’engageant à payer 65 % de la valeur dès la remise aux usines d’égrenage. Le MPI pousse à la transaction, détail qui trahit la situation de pénurie29. Ces entreprises sont coûteuses en infrastructures. Une loi du 19 mai 1941 autorise le Trésor public à avancer, par l’intermédiaire du gouverneur de l’AOF, une somme de 600 millions de francs à l’Office du Niger pour l’aménagement de terres irrigables destinées à la culture du coton et du riz. Une première tranche est accordée en octobre pour la colonisation de 3 500 hectares et l’installation d’une station cotonnière30. Toutes les études économiques sur l’Office s’accordent à reconnaître le grand décalage entre les projets et les réalisations. La priorité donnée à la production rizicole nuit au développement cotonnier. Alors que 150 000 personnes en 1940 travaillent sur les terres de l’Office, la production cotonnière totale du Soudan français en 1943 n’atteint pas 1 300 tonnes31. Malgré leur faible quantité, les cotons de l’Office furent achetés par le GIRC en 1942, avec d’âpres discussions sur les conditions de paiement32.

  • 33 Édouard Senn, Le Coton dans les colonies françaises, op. cit., p. 223. Un contrat fut signé à Alge (...)
  • 34 Lettre du CO au MPI, 18 décembre 1941 (AN, F/12/10468).
  • 35 UCEF, Exposé d’une politique cotonnière française, Paris, Librairie économique et sociale, 1941, p (...)

13L’activité d’Édouard Senn s’inscrit également dans une réflexion économique et technique mise à profit dès la Libération, notamment par l’Union cotonnière de l’empire français. Le Comité d’organisation du textile est invité par la délégation du général Weygand à étudier, en janvier 1941, les possibilités de développement du coton en Algérie et au Maroc. Les colons européens, qui constituent en Afrique du Nord l’essentiel des coopératives cotonnières, s’engagent alors à faire un effort, à condition que le coton nord-africain soit payé dix fois le cours du blé33. Ce « contrat d’Alger » réserve le coton produit à l’industrie métropolitaine34. En octobre 1942, une nouvelle mission de Senn et Mieg, directeur du comité de la Filature, constate une multiplication des usines d’égrenage en Algérie, et au Maroc le développement de la culture irriguée par l’Office des Béni Amir. En avril 1941, Senn est en AOF et constate que le prix du coton est insuffisant par rapport à celui de l’arachide. On établit, pour l’indigène poussé à remplir le « devoir coton », car il n’y a pas de producteur blanc, un prix six fois supérieur à celui de l’arachide. Le Comité d’organisation du textile s’engage en même temps à acheter pour cinq ans le coton exporté par l’AOF. La fixité du prix est considérée par Senn comme un élément du succès, car dit-il, « l’indigène ne comprend pas les baisses de prix35. ». Mais le patron de la Compagnie cotonnière estime que les paysans sont dépouillés de cet avantage par les commerçants dioulas, syriens ou portugais qui paient des prix fantaisistes. C’est pourquoi l’on décide un contrôle renforcé des prix payés sur les lieux d’achat.

  • 36 Édouard Senn, Examen des rapports de nos colonies avec l’industrie cotonnière métropolitaine dans (...)
  • 37 Lettre de Du Vivier de Streel au ministre des Colonies, 5 juillet 1938 (ANOM, 1 Affeco 173).
  • 38 Édouard Senn, Le Coton dans les colonies françaises,,.,οp. cit., p. 232.

14À la fin de l’année 1940, à la demande du comité d’organisation des Textiles, Senn rédige un rapport sur les possibilités de développement de la culture du coton aux colonies, traitant de la recherche, de l’encadrement et de la commercialisation36. Il propose d’acheter le coton à un prix fixe et de créer une caisse de soutien spécifique au secteur. Cette idée n’est pas tout à fait nouvelle : le Comité cotonnier de l’Afrique équatoriale française, qui groupait toutes les entreprises cotonnières de l’AEF rappelait en juillet 1938 que la colonie avait envisagé de créer une caisse de compensation pour la masse des planteurs indigènes alimentée par les ristournes payées en fin de campagne par les sociétés cotonnières37. De même, c’est dès janvier 1939 que le Conseil national économique préconisait un effort de production impériale cotonnière en raison de la situation de la balance commerciale38. Le coton colonial ne représentait que 3 % de la consommation française avant 1939. Les importations s’élevèrent à 7 % durant la « drôle de guerre ». Il faudra attendre 1958 pour voir ce pourcentage doubler et l’après-colonisation pour enregistrer un essor considérable de la production africaine de coton. Mais on ne peut nier qu’en ce domaine, le temps de guerre ait constitué une période d’étude productive.

  • 39 Le degré de « modernité » de la politique économique sous Vichy fait toujours débat chez les histo (...)
  • 40 Sur l’action et les idées de Paul Bernard, voir Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme (...)
  • 41 UCEF, Exposé d’une politique cotonnière française, op. cit., p. 60-67.
  • 42 Édouard Senn, Les Textiles dans l’Union française du point de vue des territoires d’Outre-mer, Par (...)

15Le « modernisme39 » de Vichy n’est pas allé cependant jusqu’à promouvoir une véritable industrialisation textile des colonies, parce que les industriels de la métropole y étaient opposés et que ce sont les membres des Comités d’organisation et de l’UCEF qui ont fait la politique économique en ce domaine, davantage que les visées de l’amiral Platon ou les propositions, plus prudentes qu’on ne l’a dit souvent, de Paul Bernard40 dont les appels à l’industrialisation concernaient surtout l’Indochine. Édouard Senn écrit en 1941 : « Un régime à une époque déterminée répond à des circonstances particulières. Il a alors son utilité, puis les circonstances changent, et avec elles, le régime. » Après avoir cité le maréchal et fait allusion à la décadence politique morale et économique qui avait précédé la guerre, il conclut : « Cultivons donc nos colonies pour satisfaire nos besoins41. » En 1947, il prononce un argumentaire éclairant : « Nous entendons parler beaucoup depuis la Libération [sic] de la nécessité d’industrialiser l’Union Française. » « Il ne faut pas se mettre à monter des usines », explique-t-il, car « la consommation locale est trop faible par rapport à la production réelle d’une unité rationnelle technique ». On pourrait tout au plus, selon lui, utiliser les bas cotons pour fabriquer des couvertures. Cela ne l’empêche pas de conclure vertueusement sur un refus conjoint du « protectionnisme, de l’autarcie et du pacte colonial42 ». Cas assez particulier, l’action des entrepreneurs havrais du coton dont on a vu plus haut l’action s’exercer dans des territoires échappant assez vite à l’autorité de l’État français et de l’Allemagne, a autant influencé la politique coloniale de Vichy qu’elle n’a été déterminée par elle durant l’Occupation. Pendant ce temps, sur le territoire du Havre, entrepreneurs et salariés se trouvent devant d’autres dilemmes que celui de l’industrialisation des colonies, car le régime de Vichy est aussi une tentative de « révolutionner » à sa manière le monde du travail.

Notes

1 Hervé Joly (dir.), Les Comités d’organisation et l’économie dirigée du régime de Vichy, Caen, CRHQ, 2004, 320 p.

2 Voir Hervé Joly, « Les comités d’organisation, un ensemble vaste et disparate », dans Les Comités d’organisation…,οp. cit., p. 83-94 ; et « Les comités d’organisation », dans Jean-Claude Daumas (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010, p. 1163-1168.

3 ADSM, 237 W 48.

4 ADSM, 260 W 217.

5 Michel Margairaz et Henry Rousso, « Vichy, la guerre et les entreprises », dans Stratégies industrielles sous l’Occupation, op. cit., p. 337-367.

6 On trouve les candidatures et nominations au fil des délibérations de la CCH de la période (ADSM, 1 ETPP).

7 Voir Hervé Joly, Les Comités d’organisation,,.,ορ. cit., p. 9.

8 Rapport de Jean Reinhart, pour le comité général d’organisation du Commerce sur la fonction commerciale du courtier de marchandises (ADSM, CCH, 1 ETPP 129, p. 409).

9 Voir la courbe des importations de coton qui s’effondre précisément en 1941, malgré quelques arrivages à Marseille, dans Claude Malon, « Les entreprises du coton colonial... », art. cité, graph. no 1, p. 142.

10 Dossier « coton » (AN, F/12/10558). Les directeurs du GIRC (Westphalen, Compagnie cotonnière) figurent dans le contrat comme négociants bénéficiaires auprès de la maison Reinhart et des 17 autres.

11 Voir Philippe Verheyde, Les Comités d’organisation..., op. cit., p. 238.

12 ADSM, 1 ETPP 130, 24 octobre 1942, p. 441.

13 Ibid., 27 mai 1943.

14 Voir le chapitre sur l’épuration dans la quatrième partie de cet ouvrage.

15 Voir Sébastien Durand, « Une gestion locale sous contrainte ? Comités d’organisation et liberté d’entreprendre à Bordeaux sous l’Occupation », dans Les Comités d’organisation..., op. cit., p. 135-148·

16 Cité par Michel Margairaz et Henry Rousso, « Vichy, la guerre et les entreprises », art. cité, p 352.

17 ADSM, 1 ETPP 130, 24 septembre 1942.

18 La Chocolaterie normande semble avoir été finalement épargnée car son dossier au CCPI ne porte aucune trace de la concentration et, malgré une baisse d’activité, elle demeure légèrement bénéficiaire jusqu’en 1944, car elle bénéficiait d’un stock important en 1940 (ADSM, 260 W 44).

19 Fonds « Toussaint » (ADSM, 178 J 8).

20 ADSM, 260 W 149.

21 Par exemple : Jules Vanier, Vatinel Frères (ABF, 1948). La société commerciale interocéanique possède l’usine de café Labrador et la Brûlerie de Mexico. La maison Hugues-Leporcq a créé quatre brûleries, etc.

22 Dossier « direction du travail » (ADSM, 60 W 18 et 26). Voir Isabelle Raynaud, « Lutte contre le chômage... », art. cité.

23 Voir Claude Malon, Le Havre colonial, op. cit.

24 JO, no 331 du 22 décembre 1940. Information transmise par l’Union coloniale à la CCH (ADSM, 100 E 4).

25 Édouard Senn, Le Développement de la politique cotonnière dans l’Empire français, Paris, Librairie économique et sociale, 1941.

26 L’UCEF reçoit du CGOIT une subvention de 2 MF en 1943 (AN, F/12/10440).

27 Édouard Senn, Le Coton dans les colonies françaises, le présent et l’avenir, conférence prononcée le 1er avril 1944, UCEF, Paris, juillet 1944.

28 Édouard Senn, Le Développement de la politique cotonnière, op. cit., p. 231.

29 AN, F/12/10558.

30 JO du 22 octobre 1941, p. 4591.

31 Voir Vincent Joly, Le Soudan français de 1939 à 1945, une colonie dans la guerre, Paris, Karthala, 2006. Le coton y est étudié de manière très précise, notamment grâce aux archives du Mali. Voir notamment : « La faillite de l’Office du Niger », p. 488 et suiv.

32 Avec ouverture de crédit à Dakar par la BAO pour le GIRC pour 394 tonnes. Tractation entre Bélime et le GIRC, octobre 1942 (AN, F/12/10558).

33 Édouard Senn, Le Coton dans les colonies françaises, op. cit., p. 223. Un contrat fut signé à Alger en janvier 1941.

34 Lettre du CO au MPI, 18 décembre 1941 (AN, F/12/10468).

35 UCEF, Exposé d’une politique cotonnière française, Paris, Librairie économique et sociale, 1941, p. 46.

36 Édouard Senn, Examen des rapports de nos colonies avec l’industrie cotonnière métropolitaine dans le passé, le présent et l’avenir, Paris, Comité général d’organisation de l’industrie textile, décembre 1940.

37 Lettre de Du Vivier de Streel au ministre des Colonies, 5 juillet 1938 (ANOM, 1 Affeco 173).

38 Édouard Senn, Le Coton dans les colonies françaises,,.,οp. cit., p. 232.

39 Le degré de « modernité » de la politique économique sous Vichy fait toujours débat chez les historiens économistes.

40 Sur l’action et les idées de Paul Bernard, voir Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français : histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel (Bibliothèque de l’évolution de l’humanité), 2005.

41 UCEF, Exposé d’une politique cotonnière française, op. cit., p. 60-67.

42 Édouard Senn, Les Textiles dans l’Union française du point de vue des territoires d’Outre-mer, Paris, Société d’encouragement pour l’industrie nationale, 1947.

Table des illustrations

Titre Tableau 17 - Positions d’entrepreneurs havrais dans les Comités d’organisation.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5434/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Légende Principales sources : Journal officiel et registres de délibérations de la chambre de commerce (ADSM, 1 ETPP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5434/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540