Version classiqueVersion mobile

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

IIe Partie — Gérer la pénurie, travailler pour les Allemands

Chapitre VI. Travailler et chômer sous l’Occupation

Texte intégral

  • 1 Le développement qui suit est largement emprunté à Isabelle Raynaud, « Lutte contre le chômage et (...)

1Avec la défaite et l’Occupation, une hausse brutale du chômage succède à la pénurie de main-d’œuvre qui régnait durant la « drôle de guerre1 ». Les activités pour le compte des Allemands que l’on vient de décrire ont-elles modifié ensuite le marché de l’emploi ?

A. Chômage et politiques de l’emploi

  • 2 ABF, « Mission Gasguy », 10 juillet 1940 (direction de l’immobilier).
  • 3 Au recensement de 1936, la population du Havre est de 164 000 personnes, en 1946 elle est de 106 9 (...)
  • 4 Mémoire relatif aux travaux à effectuer dans la ville pour combattre le chômage (ADSM, 2 Z 142).
  • 5 ADSM, CCH, 100 E 4.

2La paralysie de l’activité portuaire et commerciale et l’arrêt des industries de défense nationale ont provoqué le chômage, à quoi s’ajoutent évidemment les difficultés de l’exode et du retour d’exode, car Le Havre ne retrouve pas, loin s’en faut, la totalité de ses habitants, ce qui resserre la demande. Par suite de l’exode, la population de la ville était passée de 160 000 à 20 000 habitants, puis, avec 5 000 retours par jours, elle remonte à 50 000 habitants en juillet2. Le 16 août 1940, le conseil municipal estime que le chômage touche 15 à 20 000 personnes3. En décembre, 2 000 Havrais fréquentent les soupes populaires qui ont été ouvertes dès le mois de juillet. Des vivres et des secours en argent sont distribués par le bureau de bienfaisance fréquenté par 11 000 personnes. La coupure du pays en deux zones paralyse l’activité de certaines entreprises à qui il devient impossible de correspondre et d’expédier. Les employeurs sont invités par les autorités à favoriser le chômage partiel plutôt que de licencier. En janvier 1941, la mairie parle de 13 225 chômeurs secourus, mais si l’on ajoute ceux qui n’ont pas d’allocation, le chiffre réel s’élève à 25 000. Elle estime que de ce fait, 60 000 personnes sont sans ressource, soit la moitié de la population résidant au Havre à cette date4. Les seuls chantiers du port autonome sont passés de 1 850 ouvriers en avril à 675 en juin5.

  • 6 ADSM, 2 Z 142.
  • 7 « Note concernant les efforts faits par l’administration municipale » (ADSM, 51 W Cab. 2, AES 7).

3À Vichy, la loi du 11 octobre 1940 crée un Commissariat à la lutte contre le chômage (CLC), sous la tutelle du ministère de la Production industrielle. Il est dirigé par François Lehideux. Dans le même temps, l’Office régional du travail (ORT) concentre deux compétences jusque là séparées, l’assistance aux chômeurs et le placement de la main-d’œuvre. Le commissariat met en place une politique de grands travaux, ainsi que des initiatives plus spécifiques, comme les ateliers de tricotage pour les ouvrières du textile. Au Havre, les chantiers municipaux se consacrent à développer le réseau des égouts, projet estimé à 225 millions de francs6, et occupent environ 250 chômeurs. Le retard des subventions freine les travaux. Mais c’est surtout la pénurie de ciment qui gêne les projets municipaux et les projets de construction d’habitations bon marché sont remplacés par des travaux de terrassement, démolitions et élargissements7. L’ouverture des travaux du pont-route de Tancarville, projet datant d’avant-guerre, dont le décret a été obtenu après une visite de la chambre de commerce à Vichy, s’inscrit dans cette politique et doit mobiliser un millier d’ouvriers à l’aménagement de la rampe d’accès.

  • 8 ADSM, 51 W AES 8, 2 octobre 1940.
  • 9 ADSM, 60 W 540.
  • 10 ADSM, CCH, 100 E 4.
  • 11 Rapport du 10 mai 1941 (ADSM, 51 W AES 8). Voir Isabelle Raynaud, « Lutte contre le chômage... », (...)
  • 12 Enquête d’avril 1941 (ADSM, ETPP 129, p. 271).

4La politique de Vichy vise à orienter les chômeurs vers les travaux agricoles et forestiers. Fin novembre 1940, un arrêté préfectoral impose aux exploitants forestiers un quota de chômeurs. « Il faut mettre fin à la désertion de nos campagnes », écrit le préfet aux maires du département8. Un bureau de recrutement de la main-d’œuvre agricole et artisanale est ouvert au 32 rue du Chillou, sous la direction de M. Voisin. Une « mission de restauration paysanne » pour le recrutement de jeunes gens, de 14 à 17 ans, rattachée au ministère de l’Agriculture ouvre un bureau au 98 rue Gustave-Flaubert9. Certaines entreprises organisent elles-mêmes leurs chantiers forestiers, comme les Tréfileries et laminoirs du Havre, qui envoient 265 ouvriers en forêt de Compiègne et de Lyons10. Malgré la propagande du retour à la terre de Vichy, les nombreux ouvriers de Rouen et du Havre s’adaptent mal à ces travaux, et les agriculteurs normands sont réticents à l’embauche des chômeurs11. Des ouvriers agricoles sont débauchés par les Allemands pour des chantiers routiers. Les résultats de cette politique sont donc très faibles. Au 22 janvier 1941, on compte officiellement 17 133 chômeurs, dont 7 465 dans la manutention et 1 308 dans les transports et la navigation. Les commerces divers représentent 2 114 chômeurs dont une majorité de femmes. Le secteur portuaire et commercial l’emporte donc largement sur le secteur industriel avec 64 % des sans-emplois. Le nombre des employés de commerce a diminué de moitié depuis 1939 et beaucoup ont dû accepter une réduction de leur salaire12.

B. Recrutement et réquisitions : travailler pour Todt

  • 13 « Offre de travail en Allemagne aux chômeurs français et étrangers », 14 octobre 1940 (ADSM, 51 W (...)
  • 14 Voir Anthony Rowley (dir.), La France pendant la seconde guerre mondiale. Atlas historique, Paris, (...)

5Contraint ou volontaire, c’est le travail au service des entreprises allemandes et de la Wehrmacht qui provoquera une baisse significative du chômage. Dès l’automne 1940, la propagande pour le travail volontaire s’adresse aux chômeurs. « Le gouvernement du Reich s’est déclaré prêt à aider la France à diminuer et réduire le chômage » : ainsi débute le texte d’une affiche signée du Feldkommandant Mayer Falk, invitant les chômeurs à se rendre à l’Office de placement allemand qui se situe à Rouen dans les locaux de l’Office départemental de la main-d’œuvre13. Il est difficile de dire si la perspective de travailler en Allemagne soulève l’enthousiasme. Elle convainc quelques dizaines de travailleurs dans le département, davantage que dans d’autres14, terrassiers, manœuvres, métallos surtout rouennais et souvent de nationalité étrangère. Les services français de placement prennent des mesures coercitives pour obliger les chômeurs à travailler sur les chantiers allemands, ceux qui refusent sont radiés du fonds de chômage. En 1942 la baisse du chômage est significative et les placements réalisés par l’Office régional du travail (ORT) augmentent. La section havraise se trouve à l’Enclave des Pénitents. Ses chiffres sont régulièrement communiqués à la Feldkommandantur. L’Office de placement allemand s’installe en 1941 dans un pavillon, 117 boulevard François-1er et au 196 rue Aristide-Briand. Ce local n’est autre que le magasin de chaussures « Alfred » de Prosper Lévy, entreprise aryanisée. Cette baisse du chômage ne bénéficie pas à certaines industries frappées de pénuries. Les Verreries de Graville, par exemple, à cause du manque de matières premières et de combustible, doivent arrêter leur production en 1943 et leurs ouvriers se présenter à l’Office de placement.

  • 15 ADSM, 60 W 26.
  • 16 Voir Rémy Desquesnes, « L’Organisation Todt en France », art. cité, p. 535-547.
  • 17 Voir Dany Lejeune, « Le STO en Seine-Inférieure », cité par C. Bougeard, « Les chantiers du mur de (...)
  • 18 ADSM, 40 W 159.
  • 19 ADSM, 1 ETPP 130, 24 septembre 1942.
  • 20 Il en va différemment dans les usines textiles de la vallée du Cailly ou d’Elbeuf, à main-d’œuvre (...)

6En avril 1942, le responsable de TORT au Havre évoque « la main-d’œuvre considérable qui est demandée chaque jour par les autorités allemandes, particulièrement par l’Organisation Todt15 ». C’est en effet au printemps 1942 que le mur de l’Atlantique est mis en chantier. L’Organisation Todt y mobilise à la fois les grandes entreprises privées de travaux publics et de bâtiment du Reich et celles des régions occupées. Dès le mois d’août, elle franchit le seuil des 100 000 travailleurs français employés sur ses chantiers, le double six mois plus tard16. Les archives de la chambre de commerce nous apprennent qu’elle emploie au Havre en septembre 1942, au moins 4 000 ouvriers. Ce sont 20 000 travailleurs qui sont mobilisés sur le littoral du département en 1943. En plus des travailleurs de l’agglomération, il existe au Havre huit camps de groupements d’ouvriers travaillant pour Todt. On en trouve quatre à Dieppe, deux à Fécamp, un à Eu17. À cette date, un rapport des Renseignements généraux affirme que « les dockers du Havre, au nombre de 4 500 avant la guerre, sont aujourd’hui manœuvres ou manutentionnaires sur les chantiers allemands18 ». Todt fait même « de l’ombre » aux entreprises locales. Deux entrepreneurs havrais, Neuville et Augustin-Normand, protestent contre l’écart des salaires entre les employés directs de l’Organisation Todt et ceux des entreprises auxiliaires : « Le personnel des entreprises françaises travaillant pour l’Organisation Todt doit toucher non plus les salaires français, mais les salaires de cette organisation qui ont été majorés. » L’interdiction faite aux entrepreneurs par le gouvernement français d’augmenter le salaire de leurs ouvriers accroît un écart déjà considérable, « ce qui amène du désordre entre le personnel travaillant pour cette organisation et celui travaillant pour les particuliers19 ». Au printemps 1942, le chômage est quasiment résorbé dans le département20.

  • 21 Le Petit Havre, 28 février 1942.
  • 22 Ibid., 4 juin 1942.
  • 23 Ibid., 8 septembre 1942.
  • 24 Ibid., 31 mai 1942.
  • 25 Ibid., 5 mai 1942.
  • 26 Ibid., 5 avril 1942.

7Un travailleur à la recherche d’un emploi peut bien sûr se présenter aux bureaux de l’ORT, de l’Office de placement allemand ou dans les agences ouvertes, parfois au domicile de particuliers, par les entreprises allemandes de travaux publics au Havre ou à Montivilliers. L’entreprise Karl-Stohr procède aux incorporations des candidats aux emplois de maçons, charpentiers, ferrailleurs et tréfileurs, le mercredi à l’école de la rue Massillon. Mais des lieux d’entrée en contact et d’embauche pour les chantiers en France ou en Allemagne sont assez animés en ce printemps 1942. Il s’agit des cafés. Voici le Café Saint-Michel, à l’angle de la rue Flaubert, proche du bureau de FORT, dont le patron passe une annonce régulière ainsi rédigée : « Je me tiens à la disposition de personnes désirant trouver un emploi bien payé, bien nourri, dans de belles villes d’eaux, attestations de travaux bien rémunérés et heureux d’assurer leur avenir et celui de leur famille. » Au café de Rouen, boulevard de Graville, il faut « voir M. Théaut » qui recrute spécialistes qualifiés et forts manœuvres, et promet de gros gains dans des « chantiers importants21 ». Au café de la Poste, rue de Paris, il faut demander M. Paul. Le café Yon, rue de la République à Sanvic, promet des « salaires très élevés » aux cimentiers et charpentiers pour le compte d’une « entreprise française22 ». Le café Lemaître, rue Jean-Jacques-Rousseau, embauche maçons et métallurgistes, lui aussi pour une « entreprise française23 ». Il est d’autres lieux plus discrets : un « chantier naval » demande ouvriers et manœuvres et promet « gros gains et primes » à ceux qui se présenteront au 106 rue Hélène, « au fond de l’allée de l’Imprimerie24 ». On embauche « main-d’œuvre des deux sexes » dans les petites villes proches, dans des cafés ou des hôtels de Saint-Romain, Bolbec, Lillebonne, Goderville, Étretat25. Les entreprises locales recrutent également dans la même période, notamment Thireau-Morel, Robert-Rémy et la Société française des travaux routiers. La métallurgie, Caillard ou les Tréfileries, propose aussi des emplois. Les emplois offerts ne se limitent pas aux opérations de coulage du béton. En ce printemps 1942 l’entreprise Drouard qui a élu domicile au 22 rue Thiers à Montivilliers embauche des cimentiers, des manœuvres, des terrassiers, mais aussi des pointeurs de chantier parlant allemand et des sténodactylos connaissant cette langue. Rittmann a besoin de dessinateurs26.

  • 27 ADSM, 60 W 26 : ORT Le Havre, 27 avril 1942.
  • 28 Le préfet à TORT, 21 décembre 1942 (ADSM, 60 W 17).
  • 29 ADSM, 60 W 26.

8En avril 1942 il n’y a plus au Havre que 1 080 demandes d’emploi d’hommes et femmes, chômeurs secourus ou non27. Les offres d’emploi pour le bâtiment dans Le Petit Havre, hormis les propositions de départ en Allemagne se raréfient à partir de juin 1942, ce qui laisse supposer que les entreprises françaises ou allemandes travaillant à l’échelle locale ont fait le plein ou ne trouvent plus de travailleurs par ce biais. La multiplication des réquisitions par prélèvements directs sur les effectifs des entreprises locales, de chauffeurs ici, de terrassiers là, par l’Organisation Todt signifient aussi que les méthodes de recrutement sont de plus en plus autoritaires. Le chômage féminin persiste dans quelques entreprises comme les Corderies de la Seine. Mais désormais la chasse aux oisifs est ouverte. « Dans les circonstances actuelles, écrit le préfet, toute personne qui se soustrait à l’obligation du travail porte préjudice à la communauté nationale [sic] au sein de laquelle il n’y a pas de place pour les oisifs28. » Si bien qu’Isabelle Raynaud peut écrire : « La suppression du chômage masculin résulte donc non pas de la politique mise en place par Vichy, mais bien du recrutement d’ouvriers par les autorités allemandes. Les autorités françaises de Vichy ont, par ailleurs, servi les exigences allemandes en matières de main-d’œuvre. » Du coup, la main-d’œuvre locale ne suffit plus aux besoins de l’armée d’occupation si l’on en juge par l’origine des travailleurs utilisés par les firmes allemandes de travaux publics. La firme Karl-Stohr, sur un effectif au Havre de 245 ouvriers, utilise 108 étrangers, « espagnols, italiens, russes, tunisiens, chinois, provenant des camps de concentration d’Amiens », selon un rapport de TORT en 194329.

  • 30 Max Bengtsson, Le Havre : les années noires (1939-1944), Le Havre, Imprimerie Grenet, 1997 ; et Un (...)
  • 31 Il s’agit de la Société des travaux de peinture de la Seine. Confirmation lors d’un entretien avec (...)

9Jeune travailleur sous l’Occupation, Max Bengtsson fut à la fois acteur et observateur précieux de ce marché du travail30. Contraint de changer de poste fréquemment, il parle sans fard des « entreprises françaises et allemandes qui se partagent le marché juteux du Mur de l’Atlantique » et de la manière dont les Havrais étaient recrutés et utilisés massivement sur les chantiers militaires. Employé en 1940 dans une agence maritime, au retour d’exode il travaille pour une entreprise de peinture de la rue de Bitche31 qui intervient sur un pétrolier « prise de guerre », le Canadolite, rebaptisé Sudetenland par la Kriegsmarine. « Nous sommes parfois amenés à quitter le bord à cause d’alertes aériennes, témoigne-t-il. C’est la réalité : notre navire est une cible ennemie. Nous nous abritons sous le bâtiment de béton qui le protège, vraisemblablement les machineries des formes de radoub. » Puis il est employé au nettoyage d’un chalutier transformé en garde-côtes allemand et armé d’un canon : « Des ouvriers de grandes entreprises avoisinantes travaillent à la remise en état des moteurs. » Il devient ensuite aide-cuisinier à la cantine chez Augustin-Normand. À lepoque des grands chantiers de la Festung, le voilà devenu manœuvre pour la Kriegsmarine qui embauche à l’hôtel Dufayel. Il s’agit sur le plateau de La Hève, d’araser des habitations pour offrir de la visibilité. Partout, autour, s’activent les chantiers de Todt et « la noria de camions qui achemine les matériaux » :

Que se passe-t-il donc ce matin-là ? Nous ne sommes que trois au pointage du « Frisé ». Les autres, on l’apprendra plus tard, sont requis par l’Organisation Todt qui a besoin de main-d’œuvre pour couler ses blockhaus sur le site du Mur de l’Atlantique, entre Dollemard et Cauville. Ils sont cantonnés à l’école d’Octeville réquisitionnée pour la circonstance. Leur hébergement est inconfortable et la nourriture insuffisante et peu adaptée au goût des français. Ils sont transportés par cars ou camions vers les chantiers. Les hommes travaillent par équipe de jour et de nuit. Le coulage d’un bunker doit se faire sans interruption.

Figure 24 - Un aperçu des offres d’emploi parues dans Le Petit Havre entre avril et juin 1942 (collage).

Figure 24 - Un aperçu des offres d’emploi parues dans Le Petit Havre entre avril et juin 1942 (collage).

10Puis, recruté par une entreprise de Paris qui cherche des terrassiers, il découvre l’immense chantier de la ferme Saint-Georges, ses casemates, sa plateforme, ses ferrailleurs, ses bétonneuses, ses ouvriers et ses « Todt en kaki ». Quant aux tâcherons qui creusent les tranchées, ce sont « des hommes costauds, brisés au travail de terrassement. Ils veulent gagner de l’argent, un point c’est tout » : « La plupart sont havrais, d’autres viennent de la région parisienne. Ils sont peu sociables et peu loquaces. En auraient-ils le temps ? » La firme « franco-allemande du boulevard de Strasbourg » refuse de payer des jours de travail effectués. Puis c’est un ordre de se rendre sur un chantier Todt à Caucriauville. Ensuite des travaux pour la Wehrmacht dans l’ancienne propriété de Jules Siegfried, rue Félix-Faure, en ce temps interdite aux civils.

C. De la Relève au Service du travail obligatoire

  • 32 Jean-Pierre Azéma et Olivier Wieviorka, Vichy 1940-1944, Paris, Perrin, 2000. Fritz Sauckel était (...)
  • 33 Henry Rousso, Le Régime de Vichy, Paris, PUF, 2007.
  • 34 Le Petit Havre, 30 janvier 1943, par exemple.
  • 35 Voir Jean Quellien, « Les travailleurs forcés en Allemagne, essai d’approche statistique », dans B (...)
  • 36 Cité par Marie-Françoise Berneron, dans Transports dans la France en guerre, op. cit., p. 253.

11La politique de Sauckel, qualifié par Jean-Pierre Azéma de « négrier du Führer32 », planifiant ses « actions » de recrutement massives et forcées de travailleurs français pour Je travail en Allemagne, fut « couverte » par Vichy, comme l’écrit Henry Rousso33, d’une législation française. Il s’agit d’abord de la « Relève », appel au volontariat par Laval, ferme soutien des buts de guerre allemands, le 22 juin 1942. Régulièrement, dans Le Petit Havre, on peut lire des annonces ainsi rédigées, invitant les volontaires à se renseigner auprès du « délégué du Reich et du délégué du gouvernement français » dans les deux bureaux de l’Office de placement allemand : « Tous les jours, des prisonniers libérés au titre de la relève, rentrent dans leurs foyers. D’autres attendent votre départ. Alors n’hésitez plus. Venez en toute confiance et sans engagement de votre part à l’office de placement allemand34. » Ou bien : « Défendez-vous contre le chômage et la vie chère en contractant sans plus tarder un engagement pour la Relève. » Parfois la destination est clairement indiquée ; en mars 1943, on recrute des maçons et des métallurgistes « pour la Norvège ». Le volontariat n’exclut pas les réquisitions. La loi du 4 septembre 1942, concrétisée par de très nombreuses réquisitions d’ouvriers dans les entreprises, 6 300 dans le département, a joué un rôle aussi important que celle qui mettra en place le STO35. À la fin de l’année 1942, 128 ouvriers des ateliers au Havre de la Compagnie générale transatlantique sont prélevés par les Allemands et envoyés à Brême sur les chantiers de la firme Deschimag. À la première permission, 111 d’entre eux ne se présentèrent pas pour le retour36.

  • 37 Voir Bernard Zielinski, « L’exploitation de la main-d’œuvre française par l’Allemagne et la politi (...)

12Puis vient la loi du 16 février 1943 qui met en place le Service du travail obligatoire pour les jeunes gens nés entre le 1er janvier 1920 et le 31 décembre 1922, pour une durée de deux ans. La une du Petit Havre, le lendemain, justifie cette création : « Il a pour but de répartir équitablement entre tous les Français, quelle que soit leur catégorie sociale, les charges résultant des besoins de notre économie [sic] ». L’argutie consiste à prétendre que le STO mettrait fin aux « prélèvements dans les usines françaises ». Le journal nous apprend aussi que « la recherche des oisifs par le recensement des hommes de 21 à 31 ans a fait également l’objet de délibérations gouvernementales ». On sait l’impopularité de cette mesure et le rôle décisif qu’elle a joué dans le développement de la Résistance. Non que tous les réfractaires soient devenus résistants, mais plutôt parce que ceux qui se soustraient à l’obligation légitiment la désobéissance aux yeux de l’opinion. La mise en place du STO créait d’ailleurs une friction entre Sauckel et Speer, puisque les réquisitions pour le Reich entraient en concurrence avec l’exécution des commandes allemandes en France37.

  • 38 Comptes rendus des travaux de la CCH, 22 juillet 1943.
  • 39 ADSM, 60 W 17, cité par Isabelle Raynaud, « Lutte contre le chômage... », art. cité.
  • 40 Préfecture de région, « réfractaires » (ADSM, 40 W 30).
  • 41 Le Havre libre du 22 juillet 1945, chambre civique du Havre, condamnation de B. Tocque.

13Cela aboutit à la constitution d’une nouvelle catégorie d’entreprises, les Sperrbetriebe, entreprises « protégées » du départ en Allemagne, cela s’entend. Ce que Speer protégeait en réalité, c’était la production du Reich sur le territoire français. Jusqu’à l’été 1943, environ 2 000 Havrais sont partis travailler en Allemagne, selon la chambre de commerce38. L’ORT en Seine-inférieure voit son rôle renforcé dans les réquisitions. En septembre 1943, il reçoit l’ordre d’orienter les demandeurs d’emploi vers la Kriegsmarine, qu’il s’agisse de requis ou d’ouvriers licenciés39. Le commissaire central Liebig et l’inspecteur principal de la Sûreté Deffraux, responsable de la police régionale d’État au Havre, font surveiller les cafés, les cinémas, les arrivées de trains pour contrôler le certificat de travail des jeunes gens et s’emparer des réfractaires en 1943 et 194440. La police allemande agit de même et trouve parfois des civils pour l’aider dans la chasse aux récalcitrants41. Au 1er mai 1943, le préfet Pujès constate que parmi les jeunes gens des classes 1940, 1941, 1942 en Seine-Inférieure : 2 652 individus sont employés sur les chantiers de l’Organisation Todt, 1 075 dans les Rüstung et V. Betriebe, 888 sont partis travailler en Allemagne, mais 1 500 « ne se sont pas soumis aux opérations de recrutement ». Vichy est ainsi passé de la lutte contre le chômage à la lutte contre les chômeurs pour le bien de l’Allemagne.

Figure 25 - Rappel à l’ordre au sujet du STO dans Le Petit Havre du 8 septembre 1943

Figure 25 - Rappel à l’ordre au sujet du STO dans Le Petit Havre du 8 septembre 1943

D. Combien gagne-t-on sous l’Occupation ?

  • 42 Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons, op. cit., p. 795.

14Il arrive que l’évocation d’un « chiffre d’affaires allemand » provoque l’étonnement d’un interlocuteur. Les entreprises françaises étaient donc payées ? Spontanément, on est tenté de croire que seuls les trafics et le marché noir pouvaient être rémunérateurs et que « réquisition » signifiait travail gratuit. Ce le fut hélas pour certains ouvriers, parqués, stigmatisés et maltraités, mais globalement le « monde de production » sous l’Occupation conserve son fonctionnement capitaliste avec ses commandes, ses salaires et ses profits. La seule nouveauté de taille est qu’à l’instar du financement du mur de l’Atlantique, l’argent versé aux entreprises et reversé partiellement aux employés, est celui de la nation occupée, on pourrait dire « du contribuable ». Il s’agit des « frais d’occupation » gigantesques imposés par les conditions de l’armistice. L’acompte journalier passe de 400 à 500 millions de francs entre 1942 et 194442. Oui, les travaux allemands étaient payés, on l’aura constaté dès le début de ce livre. Certes, à l’approche de la défaite, nombre d’entreprises allemandes ont décampé sans honorer les dernières factures, mais paradoxalement cela n’a pas nui aux entreprises les plus « collaborantes », comme nous le verrons plus loin. Sans aborder pour l’instant la question sous l’angle de la collaboration et de ses diverses dimensions, quelques éléments comparatifs concernant les échelles de revenus, la rémunération des dirigeants et des salariés peuvent être présentés.

  • 43 Par exemple, en 1941, les allocations familiales pour deux enfants dans l’industrie du bois s’élèv (...)
  • 44 Voir Fabrice Grenard, « La question du ravitaillement dans les entreprises françaises », dans Trav (...)
  • 45 Voir Thomas Piketty, Les Hauts Revenus en France au XXe siècle, Paris, Hachette (Pluriel économie) (...)
  • 46 Résumé des rapports de directeurs des succursales de la Banque de France en zone occupée, 1943-
  • 47 Arrêté du 7 août 1945. Un ouvrier du textile de catégorie 1 touchera 23 F (soit 5,75 F, valeur 193 (...)

15Au bas de l’échelle, un petit employé, une dactylo, touchent, vers 1942-1943, environ 1 500 francs. Ce chiffre correspond au salaire départemental moyen et revient dans de multiples sources43. C’est un point de repère, en francs courants, d’autant qu’il ressemble fort, et c’est pure coïncidence, aux salaires de base d’aujourd’hui. Mais cette apparence commode est un peu flatteuse. Elle doit être tempérée pour deux raisons. La première est que le franc de 1942 ne vaut que 0,20 euro de 2007 en termes de pouvoir d’achat. La seconde étant que, dans le contexte de dévaluation monétaire, de hausse réelle des prix et de blocage des salaires sous l’Occupation, le franc de 1944 ne vaut plus que 0,37 francs constants de 1938 alors que le franc de 1940 valait encore 0,79 francs de 1938. Il aurait d’ailleurs fallu, pour un célibataire, toucher 2 700 francs pour faire face au coût de la vie44. Le relèvement des salaires, en valeur nominale, constaté par la Banque de France dans le secteur du bâtiment à la fin de l’Occupation compense à peine l’évolution des prix. L’institution faisait à ce moment remarquer que si les salaires de cette branche avaient triplé entre 1940 et 1944, le prix du mètre cube de béton avait, lui, quadruplé, ce qui est également significatif de marges dont bénéficiaient les entreprises. En francs constants, pour la moyenne des salaires, et même pour la fraction des 10 % des ouvriers les mieux payés, on constate cet effet de plateau au milieu de la courbe ascendante des évolutions séculaires et une chute du pouvoir d’achat du revenu moyen des français, nette en 1940, malgré un léger relèvement en 1941-194245. La baisse de production était manifeste dans nombre de secteurs, malgré les commandes allemandes. Nous avons constaté une persistance du chômage dans le textile normand par exemple, et pour l’ensemble des usines cotonnières de zone occupée, l’activité générale en octobre 1943 ne représentait que 14,5 % de l’activité de 193846. Quant aux salaires de cette branche, ils demeurent, à la Libération à des valeurs réelles proches du temps de guerre, autour de 7 à 8 francs de l’heure47.

  • 48 Voir Danièle Fraboulet, Les Entreprises sous l’Occupation. Le monde de la métallurgie à Saint-Deni (...)
  • 49 Syndicat général du port autonome CGT (AMH, 5 Z 291).
  • 50 Syndicat des terrassiers, juillet 1939 (AMH, 5 Z 447).
  • 51 Syndicat général des ouvriers camionneurs, chauffeurs et suiveurs de la région du Havre, adhérent (...)
  • 52 Voir ADSM, 1 ETPP 130, 24 septembre 1942.
  • 53 Voir Fabian Lemmes, « Les conditions de travail dans les entreprises françaises de bâtiment », dan (...)
  • 54 Résumé des rapports de directeurs de succursales de la Banque de France.
  • 55 En particulier Fabrice Grenard, La France du marché noir (1940-1949), Paris, Payot, 2008.

16Dans la métallurgie à Saint-Denis, où se trouve l’une des unités des Tréfileries et laminoirs du Havre, l’ouvrier consacrait en moyenne 57 % de son budget à l’alimentation en 1939 et 70 % en 194448. Au Havre, à la veille de la guerre, un grutier touchait 1 200 francs par mois pour 40 heures de travail hebdomadaire, et un ouvrier spécialisé 1 400 francs49. Un terrassier avec 6,95 francs de l’heure se situe au même niveau50. Un « charretier », métier associé au camionnage, touche en 1940 chez le transitaire Pillet 1 860 francs par mois et pour un travail hebdomadaire de 45 heures51. Un contremaître chez Caillard gagne 3 000 francs. L’écart des salaires entre les ouvriers employés directement par les Allemands et ceux des opérateurs havrais sur les chantiers de Todt52 s’est réduit progressivement à partir de 1942, le MBF souhaitant une homogénéisation des tarifs avec ceux des chantiers de la Wehrmacht53. Un jeu de primes et d’indemnités compensait en partie une baisse des salaires, mais comme les nazis voulaient accentuer le recrutement et la réquisition de travailleurs français pour l’Allemagne où les salaires étaient bloqués, on en resta donc pour une semaine de 60 heures minimum aux environs de 7 francs de l’heure pour un manœuvre et de 8 francs pour un ouvrier qualifié. Le revenu d’un ouvrier du bâtiment s’élève donc à 1 900 francs environ. En février 1941, l’indemnité supplémentaire accordée par Todt s’élève à 18 francs par jour pour un salaire horaire de 7 francs54. Les difficultés du ravitaillement ont été étudiées par maints auteurs55, et les recherches et témoignages sur la vie quotidienne sous l’Occupation ne manquent pas. Signalons cependant pour donner une échelle de valeurs que le salaire de 1 500 à 2 500 francs, c’est ce qui serait nécessaire, au marché noir, pour se procurer un kilogramme de café pur au Havre, quatre kilogrammes de beurre à Marseille et une bonne paire de chaussures au marché aux puces de Saint-Ouen. Les salaires promis aux volontaires pour l’Allemagne sont plus attractifs : 13 à 15 francs de l’heure et une prime de séparation pour devenir chauffeur à Danzig, ce qui équivaut à 4 000 francs par mois. C’est du moins ce que promet l’Office de placement.

  • 56 Voir Jacques Delarue, Trafics et crimes sous l’Occupation, Paris, Fayard, 1968.
  • 57 Dans le tableau les revenus des interprètes ont été redressés par le fisc à partir des déclaration (...)
  • 58 Sauf quand certains eurent découvert les avantages de la créance allemande impayée.

17Mais loin des scandales et trafics les plus éclatants et des fortunes les plus colossales56, on peut s’interroger sur la part que les cadres dirigeants et actionnaires des entreprises ont prélevée sur la valeur ajoutée du travail en général et du travail pour l’Allemagne en particulier. Les sources sont ici lacunaires et disparates et des revenus recomposés après disparition des comptabilités n’inspirent guère confiance aux inspecteurs des contributions57. Toutefois, on peut supposer que personne n’avait tendance, en général, à déclarer plus qu’il n’avait gagné58. On peut glaner çà et là quelques données significatives et tenter d’estimer quelques revenus mensuels. Voici quelques informations sur les rémunérations patronales que les enquêteurs du CCPI ont établies, rassemblées dans un tableau comparatif. Nous constaterons qu’au sein d’une même entreprise de bâtiment, le rapport est de 1 à 30 entre l’ouvrier et le directeur-général, sans tenir compte des autres éléments de fortune ou portefeuille d’actions de ce dernier.

Tableau 16 - Rémunérations comparées de quelques dirigeants et cadres d’entreprises locales, de branches et tailles diverses, entre 1940 et 1944, d’après les informations du CCPI. Exprimé en francs courants. Le chiffre d’affaires de l’entreprise durant la période est rappelé en millions de francs ainsi que le pourcentage de travaux allemands.

Tableau 16 - Rémunérations comparées de quelques dirigeants et cadres d’entreprises locales, de branches et tailles diverses, entre 1940 et 1944, d’après les informations du CCPI. Exprimé en francs courants. Le chiffre d’affaires de l’entreprise durant la période est rappelé en millions de francs ainsi que le pourcentage de travaux allemands.

E. Derniers sursauts avant le reflux

  • 59 Rapport du 10 juillet 1944, rapport du préfet signé du secrétaire général Georges Moreau qui assur (...)

18Le « déclenchement d’opérations militaires sur le territoire national », comme l’écrit joliment le préfet en juin 1944, a un effet paradoxal sur la situation des travailleurs de la côte et de la campagne. D’un côté, il provoque le retour du chômage, de l’autre, il accentue les réquisitions. Dès que la situation semble compromise pour la Wehrmacht malgré la solidité de forts points d’appuis comme la Festung du Havre, les entreprises allemandes quittent les lieux. « Les ouvriers des chantiers de la côte sont réduits au chômage », dit le préfet dans son rapport du 9 juin, parce que « de nombreux chantiers de l’Organisation Todt ont fermé leurs portes ». « Les firmes » ont « évacué », laissant sur place « de nombreux travailleurs français », mais « surtout nord-africains et étrangers souvent indésirables ». Ce qui paraît le plus indésirable aux yeux du préfet par intérim, on le voit, est assez bien délimité59. Les bombardements qui ont accompagné et suivi les opérations de débarquement et de pénétration en Normandie ont arrêté de nombreuses usines et compromis leur approvisionnement en charbon et en électricité. Celui du 14 juin sur la ville et le port sera le plus violent avant la tragédie de septembre, détruisant notamment la gare maritime. Toutefois, une partie de ces chômeurs sera « résorbée », écrit le fonctionnaire, par les chantiers de déblaiement.

19Dans le même temps, la pression s’accroît sur les travailleurs, quelle que soit leur compétence. En juin, il y a encore des départs pour le STO. Des membres de la fonction publique sont convoqués à l’Office régional du travail pour la « visite médicale habituelle » qui prélude à l’exil. Départs collectifs et convocations individuelles se sont multipliés depuis le mois de mai. Les Allemands ont aussi besoin de main-d’œuvre sur place. Comme le trafic ferroviaire est interrompu en direction du Havre depuis le 11 mai, ils prélèvent 400 ouvriers sur l’entreprise Pollet et sur la Compagnie des transports modernes pour tenter de réparer les voies. Les banques, les magasins, les maisons de commerce du Havre se voient prélever 20 % à 30 % de leurs salariés pour effectuer des travaux de terrassement. Des ouvriers sont réquisitionnés pour planter des poteaux de défense antiaérienne. Les femmes sont mobilisées pour participer au creusement pour ces poteaux et à la réalisation d’abris pour les camions dans la commune de Saint-Romain, tout près du Havre. Des cultivateurs et des ouvriers agricoles sont convoqués avec leurs attelages pour transporter des munitions très loin, vers la Basse-Normandie, afin de ravitailler la Wehrmacht. Celle-ci ne regarde plus à la dépense et n’hésite pas à surpayer les ouvriers pour les attirer : « Des ouvriers touchent 60 à 80 francs dans certains cantons alors qu’ailleurs, c’est 600, 800 et même 1 000 francs que d’autres gagnent quotidiennement. » Des ouvriers demandent un congé à leur patron et se portent volontaires pour les travaux de l’occupant.

  • 60 Syndicat général du port autonome (CGT) : AMH, 5 Z 291.
  • 61 ADSM, 32 W.

20Les occupants raclent les fonds de tiroir et bradent leurs réserves. Sur le port du Havre, depuis le 6 juin 1944 - la date n’est pas le fruit du hasard - la direction de la Kriegsmarine Barraufsicht décide « d’allouer aux ouvriers travaillant directement ou indirectement pour elle une augmentation de salaire de 20 %60 ». On comprend, dès lors, que le préfet souligne la nervosité de l’occupant, parvenue « à son paroxysme ». Du côté de l’opinion, les Renseignements généraux ont perçu la « sourde hostilité » qui ne fait que croître à l’égard des Allemands. Quatre jours avant le débarquement, ils notent ceci : « On attend patiemment l’invasion promise, malgré le peu de confiance pour les Anglo-Américains. » Aussi, le 20 juin, « l’enthousiasme [a-t-il] pris la place de l’hostilité » aux Alliés61. L’aggravation des réquisitions allemandes durant les derniers mois de l’Occupation n’a cependant pas amoindri la responsabilité de Vichy aux yeux d’un nombre croissant de salariés, ni l’impact de sa collaboration en matière d’exploitation de la main-d’œuvre. Symptomatique est la rumeur qui court en juin 1944 dans la région, selon la police, que « Laval a été fusillé ». En la matière, surtout depuis 1942, obéir à Vichy, signifiait de plus en plus clairement obéir au Reich. Inversement, désobéir au Reich, c’était aussi ne pas obéir à Vichy. Les mutations et la complexité du rapport des entrepreneurs et du monde du travail à l’État français, tel est l’objet du propos à venir.

Figure 26 - Cimetière Sainte-Marie au Havre. Cliché : C. M., 2010.

Figure 26 - Cimetière Sainte-Marie au Havre. Cliché : C. M., 2010.

Notes

1 Le développement qui suit est largement emprunté à Isabelle Raynaud, « Lutte contre le chômage et politiques de l’emploi en Seine-Inférieure de 1940 à 1944 », dans Christian Chevandier et Jean-Claude Daumas (dir.), Travailler dans les entreprises sous l’Occupation, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 49-66.

2 ABF, « Mission Gasguy », 10 juillet 1940 (direction de l’immobilier).

3 Au recensement de 1936, la population du Havre est de 164 000 personnes, en 1946 elle est de 106 900.

4 Mémoire relatif aux travaux à effectuer dans la ville pour combattre le chômage (ADSM, 2 Z 142).

5 ADSM, CCH, 100 E 4.

6 ADSM, 2 Z 142.

7 « Note concernant les efforts faits par l’administration municipale » (ADSM, 51 W Cab. 2, AES 7).

8 ADSM, 51 W AES 8, 2 octobre 1940.

9 ADSM, 60 W 540.

10 ADSM, CCH, 100 E 4.

11 Rapport du 10 mai 1941 (ADSM, 51 W AES 8). Voir Isabelle Raynaud, « Lutte contre le chômage... », art. cité.

12 Enquête d’avril 1941 (ADSM, ETPP 129, p. 271).

13 « Offre de travail en Allemagne aux chômeurs français et étrangers », 14 octobre 1940 (ADSM, 51 W Cab. 2, AES 16).

14 Voir Anthony Rowley (dir.), La France pendant la seconde guerre mondiale. Atlas historique, Paris, Fayard-ministère de la Défense, 2010, p. 118.

15 ADSM, 60 W 26.

16 Voir Rémy Desquesnes, « L’Organisation Todt en France », art. cité, p. 535-547.

17 Voir Dany Lejeune, « Le STO en Seine-Inférieure », cité par C. Bougeard, « Les chantiers du mur de l’Atlantique », dans Jean Quellien et Bernard Garnier (dir.), La Main-d’œuvre française exploitée par le IIIe Reich, Caen, CRHQ, 2003, p. 191.

18 ADSM, 40 W 159.

19 ADSM, 1 ETPP 130, 24 septembre 1942.

20 Il en va différemment dans les usines textiles de la vallée du Cailly ou d’Elbeuf, à main-d’œuvre fortement féminine, qui ne tournent pas à plein malgré les commandes allemandes.

21 Le Petit Havre, 28 février 1942.

22 Ibid., 4 juin 1942.

23 Ibid., 8 septembre 1942.

24 Ibid., 31 mai 1942.

25 Ibid., 5 mai 1942.

26 Ibid., 5 avril 1942.

27 ADSM, 60 W 26 : ORT Le Havre, 27 avril 1942.

28 Le préfet à TORT, 21 décembre 1942 (ADSM, 60 W 17).

29 ADSM, 60 W 26.

30 Max Bengtsson, Le Havre : les années noires (1939-1944), Le Havre, Imprimerie Grenet, 1997 ; et Un été 44, de l'état de siège à la paix retrouvée, Fécamp, SNAG, 2004, 250 p.

31 Il s’agit de la Société des travaux de peinture de la Seine. Confirmation lors d’un entretien avec Max Bengtsson, 15 décembre 2010.

32 Jean-Pierre Azéma et Olivier Wieviorka, Vichy 1940-1944, Paris, Perrin, 2000. Fritz Sauckel était « plénipotentiaire général de la main-d’œuvre ».

33 Henry Rousso, Le Régime de Vichy, Paris, PUF, 2007.

34 Le Petit Havre, 30 janvier 1943, par exemple.

35 Voir Jean Quellien, « Les travailleurs forcés en Allemagne, essai d’approche statistique », dans Bernard Garnier et Jean Quellien (dir.), La Main-d’œuvre française exploitée par le IIIe Reich, op. cit., p. 75. Elle concerne les hommes de 18 à 50 ans et les femmes de 21 à 35 ans. Voir aussi Patrice Arnaud, Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne nazie, 1942-1945, Éd. du CNRS, 2010.

36 Cité par Marie-Françoise Berneron, dans Transports dans la France en guerre, op. cit., p. 253.

37 Voir Bernard Zielinski, « L’exploitation de la main-d’œuvre française par l’Allemagne et la politique de collaboration », dans La Main-d’œuvre française, op. cit., p. 41-65.

38 Comptes rendus des travaux de la CCH, 22 juillet 1943.

39 ADSM, 60 W 17, cité par Isabelle Raynaud, « Lutte contre le chômage... », art. cité.

40 Préfecture de région, « réfractaires » (ADSM, 40 W 30).

41 Le Havre libre du 22 juillet 1945, chambre civique du Havre, condamnation de B. Tocque.

42 Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons, op. cit., p. 795.

43 Par exemple, en 1941, les allocations familiales pour deux enfants dans l’industrie du bois s’élèvent à 150 F, soit 10 % du salaire départemental moyen (AMH, 5 Z 31, Union des syndicats du bois).

44 Voir Fabrice Grenard, « La question du ravitaillement dans les entreprises françaises », dans Travailler dans les entreprises sous l’Occupation, op. cit., p. 408.

45 Voir Thomas Piketty, Les Hauts Revenus en France au XXe siècle, Paris, Hachette (Pluriel économie), 2006, p. 109, 116 et 285.

46 Résumé des rapports de directeurs des succursales de la Banque de France en zone occupée, 1943-

47 Arrêté du 7 août 1945. Un ouvrier du textile de catégorie 1 touchera 23 F (soit 5,75 F, valeur 1938), un ouvrier hautement qualifié de catégorie 6 recevra 39 F (9,7 F 1938) : AMH, 5 Z 406, Syndicat du textile.

48 Voir Danièle Fraboulet, Les Entreprises sous l’Occupation. Le monde de la métallurgie à Saint-Denis, Paris, CNRS, 1998, p. 196 et suiv.

49 Syndicat général du port autonome CGT (AMH, 5 Z 291).

50 Syndicat des terrassiers, juillet 1939 (AMH, 5 Z 447).

51 Syndicat général des ouvriers camionneurs, chauffeurs et suiveurs de la région du Havre, adhérent de la Fédération nationale des ports et docks (AMH, 5 Z 238).

52 Voir ADSM, 1 ETPP 130, 24 septembre 1942.

53 Voir Fabian Lemmes, « Les conditions de travail dans les entreprises françaises de bâtiment », dans Travailler dans les entreprises sous l’Occupation, op. cit., p. 224-225.

54 Résumé des rapports de directeurs de succursales de la Banque de France.

55 En particulier Fabrice Grenard, La France du marché noir (1940-1949), Paris, Payot, 2008.

56 Voir Jacques Delarue, Trafics et crimes sous l’Occupation, Paris, Fayard, 1968.

57 Dans le tableau les revenus des interprètes ont été redressés par le fisc à partir des déclarations de commissions payées par les entreprises clientes.

58 Sauf quand certains eurent découvert les avantages de la créance allemande impayée.

59 Rapport du 10 juillet 1944, rapport du préfet signé du secrétaire général Georges Moreau qui assure l’intérim du poste vacant de mai à septembre 1944 (ADSM, 32 W 28 484).

60 Syndicat général du port autonome (CGT) : AMH, 5 Z 291.

61 ADSM, 32 W.

Table des illustrations

Titre Figure 24 - Un aperçu des offres d’emploi parues dans Le Petit Havre entre avril et juin 1942 (collage).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Figure 25 - Rappel à l’ordre au sujet du STO dans Le Petit Havre du 8 septembre 1943
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Tableau 16 - Rémunérations comparées de quelques dirigeants et cadres d’entreprises locales, de branches et tailles diverses, entre 1940 et 1944, d’après les informations du CCPI. Exprimé en francs courants. Le chiffre d’affaires de l’entreprise durant la période est rappelé en millions de francs ainsi que le pourcentage de travaux allemands.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5431/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Figure 26 - Cimetière Sainte-Marie au Havre. Cliché : C. M., 2010.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5431/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 323k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search