Version classiqueVersion mobile

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

IIe Partie — Gérer la pénurie, travailler pour les Allemands

Chapitre V. Collaboration économique, contraintes et adaptations

Texte intégral

1Soumis aux bombardements, aux difficultés du ravitaillement, à la présence militaire, économique et policière allemande, comment le monde de l’entreprise a-t-il pu continuer à vivre ? Au prix de quels efforts, de quels renoncements et dilemmes, de quels accommodements ou compromissions, de quels stratagèmes pour éviter ou refuser la collaboration, les entreprises ont-elles réussi à maintenir une activité ? Les conditions et la pratique de la collaboration économique, question délicate voire périlleuse, seront donc abordées ici.

A. Les Allemands installent leurs entreprises et en choisissent d’autres

  • 1 Voir JO, de février à mai 1945.
  • 2 Les Corderies et tréfileries du Havre étaient équipées avant-guerre de moteurs Brown et Boveri (AD (...)
  • 3 Heidrun Homburg, « Aspects économiques de l’occupation allemande en France, 1940-1944 : l’exemple (...)
  • 4 Voir Pierre Lanthier, « La construction électrique entre Vichy et l’Occupation », dans Stratégies (...)

2Le « monde de production » sous l’Occupation se caractérise à la fois par l’installation directe d’entreprises allemandes et par la sélection d’entreprises françaises susceptibles de contribuer à l’effort de guerre nazi. Un regard sur les séquestres prononcés en 19451 notamment par le tribunal de commerce du Havre, permet de se rendre compte que l’économie du Reich ne se borne pas à faire travailler des entreprises françaises pour son compte. Des entreprises allemandes se sont installées dans les bureaux et les usines de la place. À commencer par la Rheinmetall Borsig, de Dusseldorf, fabricant des canons automatiques, dont le directeur s’empare du consortium Schneider dès juillet 1940, et qui occupe les locaux du Havre. Brown, Boveri et Cie (BBC), société sise à Mannheim, bénéficiait depuis longtemps d’une licence à travers la Compagnie électromécanique, l’ancienne Westinghouse du Havre. Elle s’installe dans les ateliers de la CEM, boulevard Sadi-Carnot, actuel boulevard Jules-Durand2. La CEM et BBC avaient en réalité une société mère suisse commune. Les premières commandes furent donc transmises à la CEM à Paris. On retrouvait dans ce cas de figure une interpénétration qui datait d’avant-guerre et qui produisait autant de partenariat que de concurrence entre les leaders des industries électroniques allemandes comme Siemens ou AEG, et françaises comme Thomson ou la CGE3. L’usine du Havre bénéficie moins que d’autres de la stratégie de l’entreprise sous l’Occupation car une partie de la production est retranchée pour être reportée sur les usines du Bourget et de Lyon4. Visée et touchée par les bombardements, l’usine du Havre est menacée sans être pour autant inactive, mais la direction générale préfère évacuer vers l’intérieur les machines-outils les plus modernes.

  • 5 Le Petit Havre, 27 février 1942.
  • 6 Abréviation de Deutsche Schiffund Maschinenbau AG.
  • 7 Offres d’emplois, Le Petit Havre, juin 1942.
  • 8 Demande de séquestre par le Comité départemental de libération nationale, 9 septembre 1944 (ADSM, (...)
  • 9 Annuaire Micaux 1939 des adresses du Havre.
  • 10 Voir Marc Bergère, « Les transports routiers au regard des archives de l’épuration économique », d (...)
  • 11 Recoupement des séquestres figurant au JO et des listes de représentations figurant aux pages « as (...)

3La firme Motoren-Werke Mannheim installe son siège au 31 boulevard d’Harfleur, ce qui correspond aux Forges et chantiers de la Méditerranée. La Maschinenfabrik Augsburg-Nürnberg AG (MAN), fabricant de moteurs et camions militaires, fonctionne dans les chantiers navals Augustin-Normand. L’entreprise Baugesellschaft Eigen, construction mécanique, ouvre un bureau au 44 rue du Docteur-Cousture. Elle pratique aussi le béton et recrute au 137 boulevard François-Ier, maçons et terrassiers pour un chantier à Paluel5. Dans la construction navale, la firme Deschimag6, de Brême, installe son bureau de recrutement au 74 rue de Paris7, adresse où l’on ne trouvait antérieurement que le magasin de lingerie Francès, aryanisé en 1941. La firme Schenker, puissante société de transports internationaux, mais également de transit et manutention portuaire a installé son bureau havrais rue Anatole-France8. Elle possédait avant-guerre au Havre un bureau place Carnot9. Société allemande, mais à capitaux mixtes franco-allemands, elle disposait de nombreuses succursales en province10. Elle fut donc suspendue en 1939 au titre des biens ennemis. Elle revient en force avec l’Occupation, notamment en Normandie. Des sociétés d’assurance allemandes et italiennes, qui n’avaient pas d’agent au Havre avant 194011, malgré les très nombreuses représentations étrangères, allemandes, entre autres, qui existaient alors, sont également mises sous séquestre à la Libération. Elles étaient installées chez les assureurs Chegaray, chez Grémont, ou au siège de la Société générale et du Crédit Lyonnais.

  • 12 Dossier SFTR (ADSM, 260 W 202).
  • 13 Demande de 300 ouvriers pour Oltsch à Montivilliers par la Feldkommandantur le 24 juin 1943 (ADSM, (...)
  • 14 58 avenue Maréchal-Foch. Le Petit Havre, rubrique « Offres d’emplois », 21 juin 1942.
  • 15 Rémy Desquesnes, « L’Organisation Todt en France (1940-1944) », dans Stratégies industrielles sous (...)
  • 16 ADSM, 51 W Cab. 2, AGP 6.

4Enfin un certain nombre de firmes allemandes de travaux publics s’installent dans l’orbite de l’Organisation Todt dont il sera question plus loin au sujet des entreprises havraises de ce secteur qui ont travaillé pour l’occupant. Les principales sont les firmes Carl-Brandt, installée à Montivilliers, Rittmann, au Havre, 95 rue de la Cavée verte12, Oltsch et Cie13, Karl Stohr, dont le bureau de recrutement est aussi à Montivilliers14, et Ries. La firme Polenski et Zôllner, dont le siège est situé jusqu’en 1945 à Driesen dans l’actuelle Pologne, spécialiste des ouvrages d’art en béton et acier, ouvre un bureau au Havre en 1943 au 23 rue Victor-Hugo. Elle conduira avec l’aide d’une entreprise havraise, la construction de la base sous-marine. Car jusqu’au début de l’année 1944, les entreprises françaises de travaux publics qui travaillent pour Todt le font en sous-traitance pour ces sociétés allemandes qui embauchent aussi, régulièrement, pour leur propre compte. Ensuite, lorsque les destructions en Allemagne mobilisent ces dernières de manière importante, les sociétés locales sont autorisées à traiter directement avec l’ΟΤ15. Todt a amené dans ses fourgons une entreprise hollandaise, la Grammerstof, qui travaille pour elle sur les chantiers de Paluel16.

  • 17 Dossier annexe à ADSM, 260 W 134.
  • 18 ADSM, 260 W 210.

5Les archives de l’Office régional du travail et du Comité de confiscation des profits illicites permettent de retrouver la trace d’activités « allemandes » dans les entreprises, toutes branches confondues, de la Seine-Inférieure. Sans aborder pour l’instant les débats juridiques et moraux qui ont eu lieu à la Libération sur la question de la contrainte, de « l’état de nécessité » et de la désobéissance légitime, on peut tenter une photographie des établissements choisis par les autorités allemandes et classés Rüstungsbetriebe, usines d’armement travaillant sous le contrôle de l’inspection allemande, et V. Betriebe, usines prioritaires dépendant des échelons locaux. Ces établissements pouvaient ainsi bénéficier de la part de l’occupant d’un meilleur approvisionnement en charbon ou en électricité. Le classement d’une entreprise par la Rüstungsinspektion ne signifie pas non plus que son activité est tournée intégralement vers les besoins allemands, ni qu’elle est d’une importance majeure. Veillé et Cie, fabricant de chaînes, n’a dû aux commandes allemandes que 2,9 des 16,1 millions de son chiffre d’affaires de 1940 à 1944, soit 18 % en moyenne, avec un maximum de 29 % en 194317. Petites entreprises également classées Rüstung, la Société anonyme de récupération des huiles industrielles et agricoles (SARIA), qui vend des suifs industriels et des huiles animales dont on devine qu’elle peut fournir des industries mécaniques ou des utilisateurs d’engins ; les ateliers L.-Maugars, rue Anatole-France, doivent sans doute leur classement à leur spécialisation dans les articles de marine, la mécanique et la fonderie de cuivre. Dans la même situation se retrouvent les établissements Trouvay-Cauvin, classés V. Betrieb, dont la vente de cuivre et de laiton aux Allemands, surtout la Rohstoff Handelsgesellschaft à Paris, n’a représenté que 2 % des affaires de la période, modestes au demeurant18.

  • 19 Courrier du 30 mars 1942, dossier « Robert », ADSM, 260 W 186.
  • 20 Voir La Vie des entreprises sous l’Occupation, op. cit., p. 29. Rapportée aux chiffres nationaux, (...)

6Il faut à l’inverse remarquer que certaines entreprises havraises ou rouennaises non classées ont eu malgré tout un « chiffre d’affaires allemand », selon l’expression des services fiscaux, très important. C’est le cas notamment des entreprises de bâtiment et travaux publics. Il est vrai que, pour elles, l’approvisionnement prioritaire en charbon ou électricité était moins crucial. Ou du moins, lorsqu’elles en avaient besoin, il arrivait que la Feldkommandantur de Rouen intervienne auprès du préfet pour une attribution de combustible nécessaire à la réalisation d’une commande allemande19. Ensuite, après décembre 1943, la plupart des Rüstung ou V. Betriebe sont reclassées en SperrBetriebe (S.). Certaines « perdent » leur classement, ce qui dispense l’occupant de fournir les matières premières tout en continuant de prélever la production. D’autres sont classées, pour le temps d’un chantier, dans les travaux publics et n’apparaissent pas sur les listes officielles. Certaines d’entre elles voient leur activité interrompue totalement ou partiellement par la concentration industrielle. Parmi les 56 entreprises classées Rüstung dans le département20, figurent des industries portuaires, métallurgiques, chimiques de la région rouennaise, ainsi qu’un groupe significatif de 16 sociétés textiles de la vallée du Cailly et d’Elbeuf. Les 76 V. Betriebe du département sont essentiellement rouennaises, dominées par les activités métallurgiques et chimiques. Les 21 entreprises classées exerçant au Havre sont les suivantes :

Tableau 10 - Entreprises classées Rüstung ou R. Betriebe, au 16 septembre 1943 et plus tard.

Établissements Rüstung

Compétences

Augustin-Normand (chantiers et Optique)

Construction navale, sous-marins

Béliard-Crighton et Cie

Réparations générales de navires

Compagnie Électro-mécanique

Matériel électrique, moteurs, turbines, transformateurs

Compagnie générale transatlantique

(services techniques à terre)

Comptoir radio-maritime

Duchesne-Bossière

Auxiliaires de navigation

Fouré-Lagadec

Chaudronnerie, mécanique, bennes

Caillard et Cie

Constructions métalliques, engins de levage, chaudronnerie

Forges et chantiersde la Méditerranée (Graville et Mazeline)

Construction navale, moteurset chaudronnerie

SNCAN (anc. Éts Bréguet)

Constructeur d’avions

Veillé et Cie

Matériel de marine

De Dion Bouton

  • 21 Il s’avère, après croisement de sources, que ces listes de 1943 ne sont pas exhaustives.

Sources : ADSM, 60 W 17 pour 194321 ; liste retrouvée dans les papiers concernant le CCPI, fonds du Commissaire régional de la République (ADSM, 52 W ARG 31), comprenant six établissements supplémentaires en ce qui concerne Le Havre.

  • 22 D’après les chiffres contenus dans le dossier de l’entreprise (ADSM, 260 W 217).

7Signe d’activité non négligeable, les grandes entreprises conservent en 1943, selon la même source, des effectifs importants. Les Chantiers Augustin-Normand, la Compagnie électromécanique, les Forges et chantiers de la Méditerranée, les Tréfileries et laminoirs du Havre conservent chacune de 900 à 1 300 ouvriers. La microéconomie des entreprises locales appelle quelques nuances sur les effets du « classement ». Une usine ne bénéficie d’une « priorité » que pour autant qu’elle est utile, dans une période donnée, à la machine de guerre allemande. Au cours de son exercice 1942-1943, l’entreprise Tourrès dite Verreries de Graville, doit réserver 95 % de sa production de bouteilles à la Wehrmacht. Celle-ci lui accorde donc 300 tonnes de charbon par mois, sachant qu’une tonne de charbon est nécessaire à la production de deux tonnes de verre. Cette activité, prise en compte dans le bilan de 1943, représente un chiffre d’affaires de 4,5 millions de francs sur un total de vente aux Allemands de 5,4 millions de francs entre 1940 et 1944. Mais la production pour les besoins civils demeure supérieure à 80 % de son chiffre d’affaires si l’on embrasse l’ensemble de la période22. Le fonctionnement des Verreries est chaotique. Il lui arrive alors de manquer de combustible. Il lui faut aussi d’autres matières : chaux, manganèse, sable de fusion, sulfate de soude. Ainsi une entreprise « classée » n’a pas forcément une activité régulière garantie au service de l’occupant, alors que certaines qui ne l’ont pas été, on le constatera plus loin, ont gardé en ce domaine un rythme de croisière.

Figure 13 - L’usine du Nickel, rue du Docteur-Piasceki, fut classée V. Betrieb puis S. Betrieb. Vues de l’usine (clichés : Josette Malon).

Figure 13 - L’usine du Nickel, rue du Docteur-Piasceki, fut classée V. Betrieb puis S. Betrieb. Vues de l’usine (clichés : Josette Malon).

B. Construction navale, métallurgie, transports et manutention, travaux portuaires

  • 23 ADSM, 51 W Cab. 2, AES 8.
  • 24 John Barzman, « Les acteurs du transport portuaire : notes sur le cas havrais », art. cité, p. 400
  • 25 Il faudrait lire « sont aussi directeurs de port ». En effet l’autorité principale demeure, en 194 (...)
  • 26 ADSM, 40 W 97, préfecture de région.
  • 27 ADSM, 260 W 90.

8En septembre 1940, une correspondance circulant entre le délégué général de Vichy dans les territoires occupés, le préfet René Bouffet et le sous-préfet du Havre, indique que la Compagnie générale transatlantique est appelée à recevoir des commandes industrielles des autorités occupantes, par l’intermédiaire de l’ingénieur général Herk, au ministère de la Production industrielle23. La Compagnie générale transatlantique, importante par sa flotte, l’est également par ses ateliers regroupant plus de 500 employés sur le port du Havre. En avril 1944, la direction déclare un total de 800 salariés24. Ce n’est pas le seul indice d’une activité sur les quais malgré la paralysie du port. Le port du Havre retrouve une partie de son autonomie à partir de décembre 1940. Il est présidé par Hermann Du Pasquier et dirigé par Marcel Despujols : « En général, ce sont les commandants de port allemands qui sont directeurs de port. Le Havre, où le directeur a été replacé à la direction du port, constitue une exception25. » Les budgets du port autonome, de 1942 à 1944, indiquent la présence de recettes obtenues grâce à la demande des autorités allemandes. Il s’agit de commandes pour des travaux de dragage et de déblaiement26 mais aussi de recettes provenant de l’utilisation des engins de radoub et des engins de levage par l’occupant. La location de hangars sur réquisition doit procurer l’année suivante une recette de 3 millions de francs. Ces prévisions de recettes répétées semblent confirmer qu’il ne s’agit pas de ressources fictives. Pour l’exercice 1943 par exemple, il est prévu que les dragages et les déblaiements rapporteront plus de 9,3 millions. Pour le budget 1944, ces travaux représentent environ 45 % des recettes ordinaires. Liée au port autonome, la Société anonyme pour l’exploitation des formes de radoub est l’un des concessionnaires à bail exploitant des cales sèches. En juillet 1940, le contrat d’affermage qui, jusque-là, lui laissait la liberté des risques financiers et par conséquent des bénéfices, est transformé en contrat de régie en vertu de quoi elle devient seulement gérante sous les ordres directs du port autonome. Ses installations sont situées au Bassin de la Citadelle. Durant l’occupation, 84 % du chiffre d’affaires réalisé par cette société, une trentaine de millions au total, proviennent des travaux pour les Allemands27. Cette activité doit donc, sur le plan économique et financier, être attribuée au port autonome, puisque les formes de radoub, qui ne connaissent aucune année de déficit, agissent contre une rémunération de ce dernier, fixée à 5 % des recettes brutes.

1. La construction et la réparation navales sont très sollicitées

  • 28 Communiquées au CCPI de Rouen par la Recherche sur la collaboration économique du Comité de confis (...)
  • 29 Voir Jean-Paul et Jean-Claude Dubosq, Le Havre, op. cit., p. 73 et 410-411. Photographies du chant (...)
  • 30 ADSM, 260 W 13.

9Au début de l’Occupation, la préparation d’un débarquement allemand en Angleterre, l’opération Seelowe, conduit les Allemands à solliciter le secteur de la construction navale. Aux Ateliers Augustin-Normand, les factures allemandes28 attestent des livraisons de laiton, de nickel et de bronze. Les Allemands leur ont également commandé des microscopes, des lunettes, des périscopes, la livraison de 5 800 séries de lentilles, la finition d’un submersible, des réparations de navires. Des sous-marins, l’Arthémis, l’Hermione, la Gorgone, mis en chantier en mai 1939, sont repris par les Allemands et lancés en 1941 et 194229. Pour l’ensemble de la période, l’entreprise a reçu selon le fisc 145 millions de francs de commandes allemandes. Chez Béliard et Crighton, les ateliers sont occupés militairement en 1940. L’entreprise fonctionne « sous le contrôle direct de l’ennemi » et répond visiblement à ses exigences, si l’on en croit les services fiscaux : 70 % de son chiffre d’affaires répondent à des commandes allemandes. Ses effectifs et ses moyens de production augmentent pendant l’Occupation et ses bénéfices s’élèvent jusqu’à 10 millions de francs30. Les ateliers travaillent surtout pour la Kriegsmarine à la modification de bateaux et de péniches.

  • 31 Voir les témoignages recueillis par Albert Perrot, dans Laisse-moi te dire, de Mazeline à Dresser,(...)
  • 32 ADSM, ACH-FCM, 193 J.
  • 33 Déclaration du 13 novembre 1947 (ADSM, 260 W 134).
  • 34 Voir Colin Newbury, « La société Le Nickel « Journal de la Société des océanistes, vol. 11,1955, p (...)
  • 35 Note rédigée par l’entreprise à l’attention du CCPI le 9 avril 1945 (ADSM, 260 W 92).

10Les Forges et chantiers de la Méditerranée doivent effectuer de nombreux travaux de transformations de navires pour le compte de la marine allemande : baleiniers, vedettes, remorqueurs, chalutiers, cargos, péniches. Ces chantiers s’échelonnent entre 1941 et 1944. Chasseurs de sous-marins et croiseurs doivent également être réparés. Le paquebot Londres, terminé en 1939 pour équiper la ligne Dieppe-Newhaven, est transformé en mouilleur de mines et baptisé Lothringen. Certains ouvriers ralentissent au maximum le rythme de leur travail, ce qui provoque des représailles31. L’un d’eux, envoyé ensuite au STO, aura la surprise de retrouver ce navire en Allemagne. L’entreprise garde traces et plans de ces travaux au chantier de Graville32. Du 1er juin 1940 au 31 août 1944, les deux usines des FCM au Havre, l’usine Mazeline boulevard d’Harfleur et la réparation navale, rue des Chantiers, ont réalisé un chiffre d’affaires allemand de 40 %, selon les données fournies par l’entreprise au Comité des profits illicites33. Quant à l’usine du Nickel, évacuée le 11 juin 1940, elle retrouve après l’armistice son personnel technique et administratif. Mise sous surveillance par les Allemands, elle est classée v. Betrieb. L’activité reprend en septembre 1940, avec une production réduite de 20 tonnes par mois34, malgré la coupure avec ses approvisionnements en matière première, ce qui laisse penser malgré tout qu’un stock important était resté au Havre. Elle s’arrêtera en mai 1944, faute de combustible et de courant électrique. Toujours dans la réparation navale, l’entreprise Fouré-Lagadec est l’une des rares entreprises industrielles autochtones de taille moyenne spécialisées dans cette activité. Cette SARL au capital relativement modeste siège rue de la Vallée. Selon ses dirigeants, elle s’est trouvée « placée tout de suite dans une situation délicate vis-à-vis de l’occupant ». Le 27 novembre 1940, les Allemands visitent les ateliers et placent l’établissement sous les ordres de la Rüstungsinspektion Nordwestfrankreich : il devra s’occuper principalement à transformer des navires pour la marine allemande. De 90 ouvriers en 1939, les effectifs passeront à 165 en 1944. L’entreprise doit fournir aux occupants un rapport mensuel sur l’exécution des commandes35. Elle fait appel pour ses transactions à un interprète alsacien.

Figure 14 - Montants comparés des travaux pour compte allemand et pour compte français dans le chiffre d’affaires (CA) de Béliard et Crighton de 1940 à 1944, en millions de francs courants.

Figure 14 - Montants comparés des travaux pour compte allemand et pour compte français dans le chiffre d’affaires (CA) de Béliard et Crighton de 1940 à 1944, en millions de francs courants.

Source : dossier du CCIP(ADSM, 260 W 13).

  • 36 Dossier « Profits illicites » (ADSM, 260 W 34).
  • 37 Dossier « Dommages de guerre » (ADSM, 237 W 58).

11Voici maintenant la société Caillard et Cie, dans le quartier de l’Eure, un fleuron de l’industrie havraise, classée Rüstung Betrieb. Elle fabrique et exporte des engins de levage destinés aux installations portuaires. Elle intéresse les autorités allemandes et plus particulièrement la firme de construction navale Atlas Werke Bremen et la société AEG qui lui commande des guindeaux. Elle réalise pour l’occupant des grues, des chaudières, des ponts roulants, des bennes pour l’Organisation Todt. Elle fabrique des portiques pour la Kriegsmarine. Elle fournit également les Chantiers de la Loire qui travaillent pour les Allemands. La réalisation de commandes pour l’occupant s’élève à 103 millions de francs entre 1940 et 194436. Selon une autre source, cette entreprise a conservé de 1939 à 1944 le même effectif de 360 ouvriers et 85 employés sous l’Occupation. Si le bénéfice net de l’entreprise baisse en francs courants durant les travaux allemands, grâce à un volume de commandes important il se maintient tout de même. Il permet d’épargner des provisions pour dommages de guerre et de rémunérer les actionnaires37.

Figure 15 - Commandes passées à la société Caillard et Cie (ADSM, 260 W 34). Cliché : C. M.

Figure 15 - Commandes passées à la société Caillard et Cie (ADSM, 260 W 34). Cliché : C. M.

Tableau 11 - Résultats partiels (trois exercices) de l’entreprise Caillard en millions de francs courants.

Exercice en juin

1939

1942

1943

Montant des travaux en cours

11

17

23,4

Bénéfice net

1,678 199

0,759 889

0,916 525

  • 38 C’est seulement après-guerre que cette société a entrepris la construction navale (ADSM, 260 W 72)

12Autre entreprise, de taille moyenne, les Ateliers Duchesne et Bossière, rue Jean-Jacques-Rousseau. Ils sont constructeurs d’« auxiliaires de pont », c’est-à-dire de treuils, monte-charges, appareils à gouverner, cerveaux-moteurs et pompes pour les navires. Les deux tiers de leur production sont absorbés par les services allemands, à quoi s’ajoutent, de manière indirecte, les fournitures aux usines voisines travaillant pour l’occupant38.

  • 39 Cette entreprise n’a de lien ni professionnel ni de parenté avec la famille Lepage de la Société f (...)

13Les marchands de « fers et barres pour la construction et l’industrie » intéressent aussi la Wehrmacht et les firmes allemandes. Les établissements Augustin-Le Page, 41 rue Casimir-Delavigne possèdent une filiale à Dieppe, Le Page et Caron, et une autre à Rouen : la Société des fers et métaux39. Ses clients traditionnels se trouvent évidemment parmi les industries navales, métallurgiques et de bâtiment de la place (les Forges et chantiers de la Méditerranée, les Chantiers Augustin-Normand, la SNCAN, Thireau-Morel, Robert, les Chaîneries Veillé) fortement sollicitées par les demandes allemandes. Elle vend également des tôles d’acier Martin à la firme Polensky et Zôllner, spécialiste d’ouvrages d’art en acier et béton pour ses chantiers du Havre, maître d’œuvre de la base sous-marine. Si le chiffre d’affaires allemand de la maison Le Page est de 21 %, soit 15 millions sur 69, les ventes directes ne représentent que 2,2 millions au cours de la période. Ce cas est représentatif de l’inévitable contribution indirecte de certaines entreprises aux travaux allemands par la fourniture de matières premières ou de produits semi-finis à des entreprises locales, anciens clients devenus sous-traitants des firmes allemandes de la Wehrmacht ou de l’Organisation Todt.

  • 40 ADSM, 260 W 134.
  • 41 Ibid.
  • 42 ADSM, 260 W 205.
  • 43 ADSM, 32 W 28484.

14À côté des poids lourds de l’industrie métallurgique ou mécanique on trouve de nombreuses petites entreprises de la même branche sollicitées elles aussi par la commande allemande. C’est par exemple le cas de Lesauvage, Fenestre et Cie, fabricants de treuils et cabestans, rue François-Mazeline, qui, sur un chiffre d’affaires de 8,3 millions au cours des deux années cumulées 1943 et 1944, ont traité 40 % d’affaires allemandes, les années précédentes représentant peu de chose40. Plus petit encore, l’artisanat de Fontaine Frères, rue de la Mailleraye, forgeron de marine dont la moyenne d’affaires allemandes est d’environ 32 % de 1942 à 1944 pour un chiffre total d’affaires qui n’excède pas le million de francs41. Sont également sollicitées les entreprises de peinture à l’intérieur même des usines travaillant pour la Kriegsmarine. La Société des travaux et peintures de la Seine intervient sur les bateaux destinés aux Allemands chez Caillard42. À la veille du Débarquement, les rapports de la préfecture signalent une forte activité de toutes les entreprises havraises de métallurgie et de réparation navale pour le compte des Allemands. Ces usines sont « prioritaires » en matière d’énergie, à l’exception des Tréfileries et laminoirs du Havre43.

2. Manutention, transport : l’axe Rouen-Le Havre

  • 44 ADSM, 260 W 102.
  • 45 ADSM, 260 W 189.
  • 46 Dite aussi Société nouvelle des apparaux de Rouen, dont l’administrateur-délégué, G. Borde-Frétign (...)
  • 47 Claude Malon, « L’épuration des instances économiques en Seine-Inférieure », dans Marc Bergère (di (...)
  • 48 ADSM, 260 W 102.

15La paralysie du port n’a pas totalement supprimé les activités de manutention car il reste de la marchandise dans les entrepôts à écouler. De plus il subsiste un peu de trafic ferroviaire et fluvial par le canal de Tancarville. Mais cette activité, moins intense qu’à Rouen, devient, selon une enquête du CCPI, « la plaque tournante d’un trafic intense de matières premières destinées à l’économie de guerre allemande44 ». Les minerais en provenance des mines de l’Ouest de la France et de l’Espagne étaient expédiés par chemin de fer jusqu’à Rouen. Là ils étaient transbordés sur des péniches fluviales et dirigés vers les hauts-fourneaux de la Ruhr, de la Belgique ou de la Hollande. Du bitume partait pour Anvers, des pyrites et des phosphates pour Gand. Dans ce trafic, des sociétés normandes, J.-Roy, SAMS, Grande Carue, ont été conduites à travailler pour les entreprises allemandes de transport, Markert, Rhénus, Hagger et Schmitt, Schenker45. À Anvers, les péniches déchargées recevaient des sables et graviers destinés à la construction du mur de l’Atlantique et faisaient le chemin inverse. Toutes les péniches disponibles ont été réservées à ce trafic. Leur nombre insuffisant a conduit les Allemands à faire charger au Havre plusieurs navires de mer à destination de l’Allemagne, mais plusieurs d’entre eux ont été coulés dès leur sortie du port. Cette solution fut abandonnée. De 1941 à 1943, la Grande Carue46 a manutentionné un million de tonnes de minerai de fer, venant pour l’essentiel des mines de Soumont dans le Calvados, pour le compte de la société Rhénus47. La majeure partie des actions de la Grande Carue était détenue par la Société commerciale d’affrètement et de commission (SCAC), importante holding de société portuaires métropolitaines et coloniales, bien implantée au Havre. La Grande Carue contrôle plusieurs filiales de manutention et d’entrepôts à Rouen ; elle est également intéressée à la maison Génestal du Havre48. Les deux ports ne sont pas sans relations.

  • 49 Siège : 18 rue Dugay-Trouin à Rouen. Succursale au Havre, au 55 quai Georges-V, puis 136 rue Victo (...)
  • 50 Formule figurant dans le dossier du CCPI (260 W 26).
  • 51 Le Commissaire central au chef des RG à Rouen, 12 avril 1945 (ADSM, 51 W Cab. 5/21).
  • 52 ADSM, 260 W 50.

16Jules Bourdeaux, membre influent de la chambre de commerce de Rouen, est propriétaire de camions et de sablières. Il possède une succursale au Havre spécialisée dans les matériaux de construction49. Il est, sous l’Occupation, « entrepreneur intermédiaire » qui recherche les propriétaires de véhicules pour le compte de l’Organisation Todt. Il requiert d’autres employeurs de sa branche en tant « qu’exploitant direct de l’entreprise N.S.K.K.50 » en Seine-Inférieure (Nationalsozialistische Kraftfahrkorps, corps automobile national-socialiste, fondé en 1934 et constitué à l’origine de conducteurs de la SA), qui possédait une flotte de plusieurs centaines de camions, pour l’approvisionnement des chantiers de la Staffel 4. C’est le cas par exemple de l’entrepreneur de transports routiers Joseph Duret, de Petit-Quevilly, dont les camions sont « réquisitionnés par les Allemands sur ordre de M. Bourdeaux, directeur de l’Office des transports routiers et délégué de l’entreprise Todt », selon les sources préfectorales51. Au Havre, la Compagnie nouvelle de transports, dont les activités pour compte allemand au moyen de ses gazogènes et de sa « cavalerie », représentent 19 % du chiffre d’affaires, est en relation avec Todt et Karl Brandt, et fuies Bourdeaux participe à la réquisition de ses véhicules52.

Figure 16 - Vue du parc automobile de la société Bourdeaux en 1940 (ADSM, 260 W).

Figure 16 - Vue du parc automobile de la société Bourdeaux en 1940 (ADSM, 260 W).
  • 53 ADSM, 260 W 203.

17Des entreprises havraises de moindre importance que les sociétés qui viennent d’être citées ont elles aussi participé à des manutentions et transports, notamment par chalands entre Rouen et Le Havre, pour le compte de Todt, de Rittmann ou d’Hagger et Schmitt. C’est le cas de la Société maritime de charbonnage, petite société sise au quai de Nouméa, avec succursale à Rouen53. Avant l’Occupation, ses équipements du Havre travaillaient particulièrement pour la Marine nationale et pour la Compagnie générale transatlantique. L’agence de Rouen, selon l’enquête des services fiscaux, aurait échappé à la réquisition en acceptant les « travaux allemands ». Au Havre, le personnel de conduite et de surveillance est réquisitionné dès l’arrivée des Allemands. Cette société, équipée de pontons, chalands et portiques, travaillait à Rouen avant-guerre et jusqu’à 1942 pour les transports fluviaux de la Compagnie Havre-Paris-Lyon-Marseille (HPLM). En 1942, et la date n’est pas sans signification, Todt, Rittmann et Hagger et Schmitt prennent directement le contrôle des déchargements, ce qui conduit la Société de charbonnage à travailler en sous-traitance obligée en quelque sorte, pour l’occupant. Mais ses équipements seront largement sinistrés.

  • 54 Le rapport de la CCH parle de 23 000 tonnes pour le seul mois de mai 1941 et de minerais « embarqu (...)
  • 55 Société commerciale de manutention et de transports (ADSM, 100 E 4).
  • 56 ADSM, 260 W 189.

18Ces exemples montrent que le mur de l’Atlantique et la machine de guerre nazie mobilisaient des entreprises, bien au-delà du littoral normand, dans l’arrière-pays, et pas seulement des entreprises de travaux publics. Une partie du minerai de fer provenant de la région de Caen arrive au Havre avant de repartir vers l’Allemagne54. Dans les enquêtes fiscales du CCPI, figure aussi le compte rendu dactylographié d’une rencontre entre une importante société de manutention et de transports de Rouen55 dont le représentant marchande avec l’inspecteur général de Todt à Rouen, un certain Buschbeck, et le représentant de la firme allemande Hagger et Schmitt. Arguant de ses bonnes relations avec Todt à Paris il demande qu’on lui attribue le transport de 1 000 tonnes de sable par jour et finit par en obtenir 500. Il est vrai que de tels documents sont rares. Autre acteur de cet axe Rouen-Le Havre, les Transports et Transit Jules-Roy, entreprise rouennaise possédant des chalands et des pontons-grues dont une partie sera détruite par les bombardements. Elle avait une agence au Havre, rue Jules-Siegfried. Elle était par ailleurs liée à Schenker, qui avait aussi un directeur au Havre. Elle transporte pour l’Organisation Todt du ciment et des sables et cailloux venus des carrières de Vatteville, Jumiège et Poses. Elle intervient aussi pour le compte de l’entreprise allemande Hagger et Schmitt entre Port-Jérôme et Le Havre56. Son chiffre d’affaires allemand devient supérieur à 50 % à partir de 1942, sans aucun doute en rapport avec la construction du mur de l’Atlantique.

  • 57 ADSM, 260 W 1.
  • 58 Enquête du CCPI et mémoire en défense de l’entreprise (ADSM, 260 W 1).
  • 59 ADSM, 260 W 49.
  • 60 ADSM, 260 W 113.

19La Compagnie des Abeilles, depuis sa création en 1864, avait trois activités : le remorquage, l’assistance en mer, le renflouement de navires. Son patron, Charles Damaye, résidait à Sainte-Adresse jusqu’aux bombardements de septembre 1944. Le champ d’activité de l’entreprise s’étendait, au-delà du Havre à Dieppe, Cherbourg, Brest, Nantes et Toulon. Le port du Havre étant fermé au commerce, la compagnie doit se replier sur l’assistance et le renflouement. Elle possédait 36 remorqueurs en 1939. Elle en perdra 17 durant la guerre, dont 13 en 1944. Les remorqueurs qui n’ont pu gagner l’Angleterre sont déclarés prises de guerre ou réquisitionnés pour la marine allemande. La Kriegsmarine a recours aux services de la compagnie par l’intermédiaire de l’Amirauté française, pour remettre à flot quelques navires de guerre et dégager des plans d’eau dans les différentes rades57. Ces activités représentent un bénéfice de 30 millions sur un total de 42 pour la période de l’Occupation58. Malgré l’arrêt du commerce maritime, d’autres entreprises, quoique ralenties dans leur activité, n’en continuent pas moins de fonctionner également dans l’orbite des activités portuaires, en grande partie à la demande de l’armée allemande. La Wehrmacht loue par exemple des chambres froides à la Compagnie frigorifique de l’alimentation havraise pour une somme globale de 11,3 millions soit 54,2 % de son chiffre d’affaires de la période59. Un port comme Le Havre abrite aussi des spécialistes de la prophylaxie maritime, c’est-à-dire de la désinfection et de la dératisation des navires. Aussi la Kriegsmarine utilise-t-elle sur réquisition et avec l’argent des frais d’occupation, les employés de la petite société Hypronia, sise rue du Chillou. Ceux-ci vont traiter loin du Havre les navires saisis lors de l’occupation de la zone sud, ou désinfecter des cantonnements occupés auparavant par les troupes françaises60.

C. Un secteur stratégique pour l’occupant : le bâtiment et les travaux publics

  • 61 « Le Mur-Atlantique, rempart de l’Europe. Bétonville-Ligne de feu ». Le Petit Havre, 20 mai 1943·

C’est la cité du béton. Ici des malaxeuses ruminent le ciment dans leurs gueules tronconiques ; là des machines à air comprimé pétaradent ; là encore, une excavatrice à chenilles entame la terre à grands coups de sa mandibule incisive. Dans une immense fosse carrée, un cube de béton semble posé, comme un dé à jouer échappé des mains d’un géant : il a les proportions d’une maison à trois étages. Le soubassement, les murs, sont en béton fortement armé. En béton également le toit qui se rit aussi bien de la bombe d’avion la plus lourde que de l’obus du plus gros calibre. En béton encore les galeries qui s’enfoncent dans la terre et le relient à son voisin déjà terminé. Rien ne semble pouvoir ébranler ces milliers de tonnes, inertes, masse dont les arêtes arrondies défient les siècles, et dont les deux seuls orifices sont, en haut, une coupole blindée à toute épreuve, et, en bas, une hermétique porte de fer61.

  • 62 Rémy Desquesnes, « Le Mur de l’Atlantique en 1944 », dans La Libération de la France, Paris, CNRS (...)
  • 63 Correspondance avec les autorités d’occupation (ADSM, CCIH 75 El).
  • 64 Voir Dominique Barjot, « L’industrie française des travaux publics (1940-1945) », dans Stratégies (...)
  • 65 Jean-Paul et Jean-Claude Dubosq, Le Havre, op. cit., t. II, p. 438-439 ; et Opération Astonia, doc (...)

20Les Allemands ont utilisé une grande partie de l’indemnité journalière versée par la France en vertu de la convention d’armistice à la construction du mur de l’Atlantique. La décision de le construire avait été prise à la fin de 1941. L’édification d’une forteresse ou Festung dans le secteur du Havre était stratégiquement importante dans la mesure où Hitler « était de plus en plus convaincu que l’assaillant utiliserait un grand port pour son opération de débarquement62 ». Avec l’ouverture du front de l’Est qui mobilisait beaucoup d’hommes, le béton devenait une composante essentielle au redéploiement à l’ouest de nouvelles divisions nazies. Mais les intentions de réaliser des travaux militaires sont là très tôt puisque le chef du travail Siegenbach demande à la chambre de commerce en septembre 1940 de lui fournir les adresses des maisons spécialisées dans les matériaux de construction et possédant des stocks pouvant être achetés en quantités importantes63. Le chiffre d’affaires allemand de la branche travaux publics s’élevait en France dès 1942 à 55 %64. Les grandes entreprises havraises ou extérieures à la région, aussi bien que les artisans du bâtiment, ont été conduits à travailler pour les armées allemandes, Wehrmacht ou Kriegsmarine, et pour l’Organisation Todt. Les archives photographiques allemandes retrouvées par Jean-Paul et Jean-Claude Dubosq montrent la base pour vedettes lance-torpilles en construction et les quantités de coffrages et de béton nécessaires à cet ouvrage65. La question du degré de contrainte et de volontariat sera examinée dans la partie de cet ouvrage consacrée à l’épuration. Pour l’instant, la question posée est celle de la nature des activités et des modalités de mise au service de l’occupant. Un rapport de l’Office régional du travail (ORT) recense 29 entreprises employant 3 620 ouvriers au Havre en février 2943. Quelques maisons allemandes ayant refusé de se soumettre à la visite de FORT, l’effectif ouvrier réel est bien entendu plus élevé. Les travaux effectués par ces entreprises sont fort divers : constructions d’abris ou de postes chirurgicaux souterrains à destination allemande, autres que ceux de la Défense passive, creusement de tranchées pour câbles, terrassement, pavage et bien entendu construction de bunkers. Les cas de figure sont divers. Certaines, rares, ne travaillent que pour les besoins civils, d’autres pour l’essentiel à des ouvrages militaires allemands, un grand nombre répond aux deux types de commande.

  • 66 Voir, dans le cahier iconographique en fin de volume, des vestiges de la forteresse du Havre (fig. (...)
  • 67 Voir le site de l’association Mémoire et patrimoine : http://www.lehavre.fr.
  • 68 Voir le tableau des réalisations de la SFTR, no 14.
  • 69 La SFTR, Thireau-Morel, Grieu, Lenoir. Il reste de ces ouvrages un poste de guet suspendu en bordu (...)

21La « Festung Le Havre » pourra désormais contrôler toute la partie orientale de la baie de Seine et l’extrémité du pays de Caux66. Elle comprend plus de vingt batteries capables d’atteindre des cibles lointaines, situées à Bléville, Octeville, Dollemard ou La Hève, mais ses ouvrages fortifiés ne se limitent pas à la côte. Ils protègent l’arrière-pays immédiat de l’estuaire. Des batteries sont installées sur la rade et le port, notamment à la digue nord. Dans la ville elle-même se trouvent de nombreux bunkers et postes de transmission, d’observation et d’abris notamment dans le secteur de la rue Félix-Faure et le long de la plage. Les défenses s’avancent vers le plateau du pays de Caux, où des fermes sont investies et renforcées, depuis Harfleur et Montivilliers jusqu’à Fontaine-la-Mallet et Octeville67. La vallée de la Lézarde est inondée et le tout est précédé de champs de mines. Quatre cent vingt bunkers, des fossés et des murs antichars, des champs d’asperges de Rommel pour empêcher les atterrissages, tout cela nécessite non seulement du béton, du ferraillage, des portes blindées, mais des travaux de terrassement, d’arasement, de goudronnage, d’accès routiers ou ferroviaires aux défenses. L’année 1941 fut particulièrement active en ce qui concerne la construction de blockhaus, notamment sur le point fort d’Octeville, comme en attestent des factures qui nous sont parvenues68. Mais certains ouvrages n’étaient pas terminés en 1943, comme le bunker de Trigauville ou la Batterie de la Corvée, dite du Grand Hameau à Bléville. Les travaux ne débutent là qu’à la fin de l’année et le chantier subira des attaques aériennes dès le mois d’avril 1944. Si des entreprises extérieures au Havre viennent participer aux travaux de la forteresse, à l’inverse les interventions des entreprises locales s’étendront au-delà, jusqu’à Dieppe par exemple. À la limite nord de la Festung, entre Le Havre et Étretat, à Heuqueville, quatre entreprises havraises au moins ont travaillé69.

1. Des Havrais et bien d’autres encore...

  • 70 ADSM, 51 W Cab. 5/6, CRIE.
  • 71 Sur cette entreprise, voir Dominique Barjot, « L’industrie française des travaux publics », art. c (...)
  • 72 Ibid., p. 424.
  • 73 Le Petit Havre, 8 septembre 1942.

22Selon une enquête de l’Office régional du travail en 1943, les entreprises havraises les plus investies dans les travaux allemands sont à cette date la société Thireau-Morel, 625 ouvriers, la Société française de travaux routiers, 483 salariés, la société Rémy, 467 ouvriers, Camus, 45 rue Gustave-Nicolle, 320 ouvriers en 1942, Grieu, Dupray, Liva Attilio qui a consacré 90 % de son chiffre d’affaires aux travaux allemands70. Ces mentions d’entreprises locales sont une photographie à un moment donné, que d’autres sources viendront rectifier. Le nombre d’ouvriers paraît ici minoré. Nous constaterons, notamment grâce aux mémoires d’instruction des profits illicites que cette énumération incomplète recouvre des réalités hétérogènes et des situations de contrainte variables qui interdisent d’appliquer uniformément à ces entreprises l’épithète de collaboratrices. On trouve aussi des sociétés extérieures, maisons qui ne rassemblent parfois que quelques dizaines de salariés au Havre, comme Ossude et Blanc grosse société parisienne71, rue de l’Église, Bancel et Esquerre, rue Guillemard, qui construit des blockhaus. À noter que ces deux entreprises n’avaient pas pignon sur rue en 1939. Les chantiers du Havre suscitaient donc des appétits. La Société parisienne de bâtiment, rue de la Cavée-verte, 147 ouvriers, et la Société de construction et de travaux publics modernes, 74 ouvriers rue F.-Bellanger, fabricants de blockhaus, sont arrivées à la faveur du mur de l’Atlantique et ne figurent pas, elles non plus, à l’annuaire Micaux de 1939. On trouvera également dans les offres d’emploi du Petit Havre en juin 1942, l’entreprise de Travaux publics de l’ouest, société créée à Nantes en 1913, qui s’est installée rue des Chantiers. L’importante société parisienne Sainrapt et Brice, dont les travaux allemands furent importants72, embauche « pour Le Havre, des cimentiers et terrassiers » en 194273.

  • 74 Rémy Desquesnes, « L’Organisation Todt en France », art. cité, p. 535-550.
  • 75 Voir Jérôme Prieur, Le Mur de l’Atlantique, monument de la collaboration, Paris, Denoël (Médiation (...)

23La très grande entreprise parisienne Drouard, 3 800 ouvriers en France, a ouvert un bureau à Montivilliers. Elle recrute activement au printemps 1942. Francis Drouard dirige, au sein du comité d’organisation du BTP un organisme spécial baptisé « bureau de liaison et de défense des intérêts des entreprises françaises », chargé des relations entre ces dernières et l’Organisation Todt74. Il établit les contrats, s’occupe du ravitaillement en matériaux, carburants et machines. C’est bien dans une double tutelle de l’économie nazie et vichyssoise que se trouve intégré le réseau des entreprises normandes de bâtiment et travaux publics. Elles travaillent généralement, comme les sociétés parisiennes, sous contrat au rendement avec les firmes allemandes liées à Todt. En deux années, pour construire la forteresse allemande du Havre, la Festung située entre la côte et la vallée de la Lézarde et ses 420 bunkers, il a fallu des dizaines d’entreprises et des milliers d’ouvriers. Contrairement aux images de la propagande filmée nazie, ce ne sont pas les seuls allemands en uniforme de l’Organisation Todt, lesquels ne représentaient globalement qu’environ 5 % des effectifs sur le littoral, qui ont construit ces ouvrages, mais bel et bien les ouvriers français et coloniaux, employés par les firmes allemandes et françaises, ainsi que les prisonniers de guerre75.

2. L’appel aux entrepreneurs de la place : les « vieilles maisons »

  • 76 ADSM, 260 W 207.
  • 77 Doublée par la loi du 28 décembre 1941 exigeant une autorisation administrative pour tous les trav (...)

24La SA Thireau-Morel est la plus importante du Havre dans le bâtiment et les travaux publics à la veille du conflit. Refondée sous ce nom le 3 juillet 1912, elle est la continuation de l’entreprise Raverat, née en 1848, qui avait réalisé de nombreux édifices comme le lycée de garçons, aujourd’hui François-Ier, des constructions dans le port, des bâtiments publics et militaires. Georges Raverat, négociant et industriel, demeure aux commandes jusqu’à son décès en 1939. Raymond Bunge lui succède, puis à son décès en 1944, Augustin Augustin-Normand, neveu de Raverat, accède à la présidence du conseil d’administration. Entreprise du bâtiment la plus importante de la région avec 900 ouvriers en 1928, elle n’en compte plus que 400 en 1938 dans un contexte de difficultés pour cette branche. En 1940 elle traite d’importants travaux de déblaiement avec le port autonome et retrouve alors un effectif de 650 ouvriers sous l’Occupation. Elle est bien connue pour avoir réalisé, en association avec Desplat et Lefebvre de Paris l’abri de Défense passive destiné à devenir le tunnel routier Jenner à la demande du maire Pierre Courant. Malgré l’importance, moins connue, de son chiffre d’affaires allemand qui s’élève à plus de 97 millions de francs76, elle conserve grâce à ces travaux de défense passive un volume d’affaires françaises important. Elle construit ou aménage des abris, sur les crédits ministériels français, rue Georges-Lafaurie ou chez Caillard par exemple, ainsi que des ouvrages du même type pour des administrations ou pour des personnes privées. Vingt-six abris ont été ainsi construits dans le port pour le personnel. Les réparations de bâtiments sinistrés ont été nombreuses. La directive allemande interdisant les commandes civiles supérieures à 100 000 francs77 semble avoir épargné davantage que d’autres cette entreprise très sollicitée.

  • 78 AMH, H4, C14, liasse 6.

25Pour les Allemands, la société Thireau-Morel construit une partie des défenses du camp retranché du Havre, une partie de la base sous-marine et réalise des travaux à l’intérieur du port toujours pour la Wehrmacht. Contrôlée par l’ingénieur Kiewitz de l’Organisation Todt, la société agit sous les ordres de l’entreprise allemande pilote Schôttle et Schuster. Comme sous-traitante de Rittmann, elle totalise 10,8 millions de francs de travaux. Elle bénéficie également de paiements directs par l’Organisation Todt. Une centaine de ses ouvriers sont à la disposition des allemands et commandés directement par eux. Elle construit pour Todt avec l’entreprise Colboc, l’abri souterrain de l’hôpital et d’autres édifices bétonnés ou maçonnés. Elle réalise l’abri de la Kommandantur à l’hôtel de ville au printemps 1941, ainsi que l’abri Gambetta côté est, les deux constructions représentant un marché de 600 000 francs78. Elle effectue des travaux de terrassement autour de la batterie d’Heuqueville, située aux frontières de la Festung du Havre, aux côtés d’autres entreprises havraises de bâtiment et de peinture. La Cour des comptes a retrouvé et fourni au Comité de confiscation de profits illicites de Rouen les factures adressées par Thireau-Morel à la Kriegsmarine. Quand Polensky et Zôllner eut pratiquement terminé la base sous-marine, on fit appel à l’entreprise havraise pour les réfectoires, les dortoirs et les bases de moteurs. Thireau-Morel a participé également à la construction de blockhaus à Sainte-Adresse, à Fontaine-la-Mallet et au forage de puits pour le minage du port par l’armée allemande. Si les factures indiquant le lieu et la nature des ouvrages militaires réalisés ne figurent pas dans les dossiers de l’épuration économique, les bureaux ayant été sinistrés, les services fiscaux en revanche se sont procuré les bulletins des versements successifs effectués à la Banque de France par les Allemands. C’est là que se situe le gros des revenus allemands de l’entreprise. On peut y remarquer des dizaines de versements. 63 sont situés entre 300 000 et 1 000 000 de francs correspondant probablement à des bunkers de divers types. Il existe aussi 20 versements situés entre r et 4 millions de francs, dont 8 en 1941, peut-être en paiement de la base sous-marine. À la veille de l’opération Astonia, entre le 30 juin et le 4 septembre 1944, les paiements s’accélèrent brusquement : près de 9 millions sont versés en deux mois sur le compte de l’entreprise.

  • 79 Factures visées par la Cour des comptes, 1,9 M au total (ADSM, 260 W 35).
  • 80 ADSM, 260 W 35.
  • 81 Société fondée en 1922, administrée par Olivier et Édouard Senn et Daniel Du Pasquier (ADSM, 6 U 6 (...)
  • 82 ADSM, 260 W 174.

26Voici encore trois maisons à forte notoriété locale mais de moindre surface, la maison Robert, l’entreprise Colboc et la maison Camus. La société Camus et Cie, 45 rue Gustave-Nicolle, emploie environ deux cents ouvriers. Elle a facturé aux Allemands du béton armé, la construction de chambres froides, la construction d’abris, de baraquements à Épouville et Goderville, l’entretien des forts de Tourneville et de Sainte-Adresse, mais ces travaux ne représentent que de modestes sommes79. Même si son patron dit avoir fermé son entreprise en 1940 et refusé le classement V. Betrieb en 1942, le personnel est requis et affecté dans l’entreprise pour effectuer les commandes et fabriquer des blockhaus. Avec 55,7 millions de francs d’affaires ennemies (60 % de son chiffre total), l’entreprise est au troisième rang de celles qui ont travaillé pour les Allemands dans le bâtiment au Havre80. Certaines créances impayées laissent entrevoir la nature des travaux pour l’ennemi. En effet, connaissant grâce au dossier d’une autre entreprise le prix moyen d’un blockhaus, généralement facturé à l’unité ou par deux, on peut raisonnablement supposer que des sommes allant de 450 000 à 800 000 francs correspondaient à ce type d’ouvrage. Camus a travaillé pour quatre entreprises-pilotes allemandes au moins, spécialistes des bunkers : Rittmann, Brandt pour les plus connues sur la place, Dumon, société venue de la Hesse avec succursale à Bruxelles, et Emmerich et Sonn de Neunkirchen en Sarre. On retrouve l’entrepreneur Henri Camus parmi les principaux actionnaires de la société Les Pieux Explosés, administrée par des négociants en coton et café très connus sur la place du Havre81. Cette société bénéficiait d’un brevet pour les techniques de fondations. Elle met à disposition son matériel spécialisé et fournit du personnel à la société Camus, ce qui sera jugé comme aide indirecte à l’occupant82.

  • 83 AN, tableaux annexes du dossier F/12/9616 ; et ADSM, 260 W 186.
  • 84 Relevé annuel détaillé dans le dossier ADSM, 260 W 134, dont les chiffres sont supérieurs à ceux q (...)
  • 85 AMH, H4 C14.

27Bien implantée au Havre avec une succursale à Lisieux, l’entreprise d’André Robert est spécialisée dans les travaux publics, canalisations, pavages, asphalte et exploitation de carrières. Les travaux allemands représentent les deux tiers de son chiffre d’affaires, essentiellement en aménagements de cantonnements et terrassements. S’y ajoutent la construction, toujours sur réquisition, d’un abri place Gambetta, et des aménagements au fort de Sainte-Adresse, dans des châteaux occupés par la Wehrmacht, ainsi que des fournitures de gravier83. Le total des travaux allemands sur les deux sites, au Havre et dans le Calvados s’élève à 63 millions de francs84. Quant à l’entreprise Colboc, connue pour ses participations aux abris chirurgicaux de la Défense passive, elle occupe environ 80 ouvriers sous l’Occupation, comme avant-guerre. Elle réalise l’abri ouest de la place Gambetta sur commande allemande pour environ 450 000 francs85.

28Voici encore la maison Grieu et fils, société en nom collectif de taille moyenne qui s’occupe de travaux publics, de maçonnerie et de charpente. En 1940, selon le mémoire quelle adresse au CCPI, ses chantiers sont arrêtés. Elle dispose de 200 ouvriers à employer dont beaucoup sont démobilisés ou rentrent d’exode. Elle travaille à quelques chantiers pour des particuliers et pour la ville du Havre. Elle est aussi employée au déblaiement des Docks sinistrés pour le compte du port autonome. Une partie de son matériel est bloqué à l’usine Schneider d’Harfleur où elle avait d’importants travaux en cours avant l’arrivée de la Wehrmacht, ainsi qu’à la SNCAN. La Kommandantur lui pose comme condition d’effectuer d’importants travaux pour la marine si elle souhaite récupérer son matériel. Grieu déclare avoir alors allégué le manque de spécialistes. Le résultat est que 90 % de ce matériel est « pris par une entreprise allemande pour des travaux près du Môle central ». En 1941 et 1942, l’entreprise construit des abris à Heuqueville et Sainte-Adresse. À cette date le nombre d’ouvriers est tombé à 100, et en juin 1944 à 60. Parallèlement elle conduit un chantier pour les Ponts et Chaussées à Bolbec qui commence en 1941 et dure encore en 1945. Nous reviendrons dans le chapitre consacré à l’épuration sur le conflit de cette société avec le NSKK, le transporteur officiel de Todt. Pour l’ensemble de la période, les travaux allemands seront estimés à un peu plus de 20 millions de francs, ce chiffre d’affaires représentant 30,23 % du total.

3. Des entreprises-champignon havraises ?

  • 86 Voir Arnaud Berthonnet, « Les archives et l’histoire des entreprises routières sous l’Occupation » (...)
  • 87 Voir Jean-Paul Dubosq, Le Havre 1939-1945 : les abris sanitaires civils et allemands, Luneray, Éd. (...)

29Deux sociétés havraises ont été citées, dans un passé récent, dans des travaux d’historiens d’entreprise, comme représentatives des entreprises-champignon au développement très rapide en raison des commandes allemandes. On a parlé de la Société française de travaux routiers qui aurait employé 700 ouvriers pour les besoins de l’occupant et de la maison Dieppedalle86. Il paraît cependant difficile d’appliquer cette désignation à Dieppedalle car elle était déjà centenaire au moment des faits. Cette entreprise figurait déjà parmi les maisons importantes de travaux publics à l’annuaire professionnel de 1939. Certes, en janvier 1944, elle est transformée en SARL par association de Georges Dieppedalle et de Gaston Leprévost, au capital de 1,5 millions de francs. Mais ce n’est qu’une nouvelle raison sociale « Dieppedalle-Leprévost ». L’entreprise emploie 150 ouvriers. Cela dit, a-t-elle réalisé des travaux pour l’occupant ? Sans aucun doute. Elle a construit, à partir de 1943, le souterrain-abri du Mont-Joly où les Allemands entreposent des munitions, à ne pas confondre avec l’abri sanitaire proche du même nom qui relevait de la Défense passive et non de la commande allemande. Ce gros chantier militaire consistait à étendre au cœur de la falaise morte qui domine Graville, les galeries des anciennes carrières dite « Fauvelais » et de les bétonner87.

  • 88 ADSM, 260 W 67.

30Ce sera quasiment son seul chantier d’importance, réalisé à partir de 1943 dans des circonstances sur lesquelles nous reviendrons, et représentant à lui seul les trois quarts du chiffre d’affaires de la société sous l’Occupation, car elle a très peu bénéficié de commandes civiles, contrairement à des sociétés plus importantes. Comme beaucoup d’autres elle déclare avoir travaillé sur réquisition et produira un témoignage indiquant qu’un responsable de l’entreprise a fourni aux Alliés le plan de l’ouvrage bâti88. Les créances allemandes non recouvrées par Dieppedalle se sont élevées à près de 3 millions de francs soit 96 % du profit théorique à confisquer à la Libération. Mais profit n’est pas chiffre d’affaires, et pour connaître le volume et la chronologie des travaux allemands, on peut se reporter aux déclarations de l’entreprise devant la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration d’où sont extraites les données du tableau 12.

Figure 17 - Au pied de la falaise morte, on distingue l’une des deux entrées de l’abri à munitions allemand des carrières Fauvelais, rue du Mont-Joly. Cliché : C. M.

Figure 17 - Au pied de la falaise morte, on distingue l’une des deux entrées de l’abri à munitions allemand des carrières Fauvelais, rue du Mont-Joly. Cliché : C. M.
  • 89 ADSM, 260 W 202.

31En revanche, de taille nettement plus imposante, La Société française des travaux routiers (SFTR) répond bien à la désignation d’« entreprise-champignon ». Créée deux ans avant la guerre, ce sont les travaux allemands qui en font une grande entreprise. Deux documents retrouvés par le CCPI89 nous disent que l’effectif était bien supérieur aux 480 ouvriers déclarés à FORT. Un procès-verbal de conseil d’administration, contemporain du STO et postérieur à l’enquête de FORT, indique que les effectifs se sont élevés jusqu’à 1 200 ouvriers sous l’Occupation. Le même chiffre est indiqué dans une attestation du Comité d’entraide qui comptabilise 7 ou 8 déportés du travail sur 1 200 ouvriers. Cette entreprise serait en ce cas le plus gros employeur local au service des constructeurs du mur de l’Atlantique, plus important que Thireau-Morel.

Tableau 12 - Activité pour l’armée allemande de l’entreprise Dieppedalle-Leprévôt.

1941

1942

1943

1944

Travaux allemands

0,140

0,142

6,754

11,840

Part dans le chiffre d'affaires

5%

6%

77%

56%

Nombre d’ouvriers

40

40

128

(480*)

*Le chiffre de480 comprend les ouvriers embauchés pour le déblaiement après la libération du Havre. Les effectifs devaient être les mêmes qu’en 1943 pour les travaux allemands.
Source : AN, CNIE, F/12.

  • 90 Le 8 mars 1945 le tribunal civil du Havre prononce une mise sous séquestre de la firme Rittmann do (...)
  • 91 La part de travaux de la SFTR s’élève ici à 507 000 F (ADSM, 260 W 202). Voir la fig. 48, p. 359.
  • 92 Cet hôpital souterrain rue Henri-IV communique avec le bunker.
  • 93 Remerciements à Sébastien Haule pour la localisation de ce chantier et pour l’identification d’aut (...)

32La Société française des travaux routiers est une affaire à l’origine très modeste fondée en avril 1937, qui appartient à la famille Lepage, dont les locaux sont situés au 199 rue Demidoff. Elle agit pour le compte des grosses firmes allemandes Harald-Rittmann90, Carl-Brandt, et Schöttle-Shuster installées dans la région pour la construction de la forteresse allemande. Pour la première, elle réalise plus de 25 millions de francs de travaux et pour la seconde 18,7 millions de francs. Elle a travaillé pour la firme Brandt de septembre 1942 jusqu’au mois d’août 1944. Pour comparaison, le chiffre d’affaires de Lepage en 1937 était de 0,5 million de francs et de 2 millions de francs en 1939. Ce sont des terrassements, du goudronnage, du ferraillage, de la maçonnerie et du camouflage pour l’édification de bunkers que les firmes sous-traitent à l’entreprise havraise sur commande de l’Organisation Todt. Elle est notamment compétente pour la construction des plateformes de batteries et la réalisation des routes d’accès à ces ouvrages, comme à la ferme Saint-Georges. Des chantiers sont réalisés à Montivilliers, Dollemard, Fontaine-la-Mallet, la Mare Rouge, rue de Trigauville où elle construit à la fois un blockhaus91 et un abri sanitaire allemand92 avec la participation de deux autres entreprises havraises. À la Mare-aux-Clercs, sur une partie de l’actuelle avenue du Bois-au-Coq, elle bâtit pour Brandt deux bunkers de type 621 et 622, plus précisément à l’Arbeiten Baustelle Sacré-Cœur, dont le secteur est interdit à la population93. Au 31 de la rue Félix-Faure, elle travaille pour le compte de l’entreprise Carl-Brandt, elle construit un bunker et confie elle-même une partie des travaux en sous-traitance à d’autres entreprises. À Bléville elle édifie une maison des officiers. Elle travaille aux chantiers de Berneval-le-Grand et Berneval le Petit, près de Dieppe, lieux parmi d’autres de la tentative de débarquement allié, opération jubilée, le 19 août 1942. La construction d’une quinzaine d’ouvrages militaires sur ce site, facturés à l’entreprise pilote Rittmann n’a sans doute pas été sans influence sur la riposte meurtrière du haut des falaises à la tentative alliée. Son activité au bénéfice des Allemands s’étend jusqu’à un chantier situé à Oissel.

Figure 18 - Chiffre d’affaires total et chiffre d’affaires allemand de la SFTR en millions de francs courants (MFCR) et constants 1938 (MFCST).

Figure 18 - Chiffre d’affaires total et chiffre d’affaires allemand de la SFTR en millions de francs courants (MFCR) et constants 1938 (MFCST).

Calcul d’après ADSM, 260 W 202.

  • 94 À ne pas confondre avec les Éts A.-Le Page ou Lepage, fers et métaux, rue Casimir-Delavigne, dont (...)
  • 95 ADSM, 260 W 134.

33Lors de sa fondation, cette entreprise familiale s’était constituée sous forme de trois SARL distinctes, situées dans un même ensemble sur l’actuelle place Massillon. Les deux autres unités sont la société Lepage Frères, vendeurs de métaux94, mécaniciens et entrepreneurs de transport et la Société d’entreprises générales, exploitant de carrières. Lepage Frères métaux a travaillé notamment pour Artz et Richer de Hambourg, loué des camions à la NSKK, des bacs à Rittmann, procuré des soudeurs à Carl-Brandt, livré des portes blindées, confectionné et posé des parapluies de camouflage95. On imagine bien que ce bouquet de compétences ait pu intéresser l’Organisation Todt et ses auxiliaires allemandes, offrant ainsi à ce groupe local la possibilité d’un développement rapide. La manière dont les nouvelles autorités à la Libération ont jugé cet essor sera abordé dans le chapitre sur l’épuration. Une brève récapitulation des entreprises allemandes avec lesquelles les trois unités ont été en relation pendant l’Occupation permet de comprendre la manière dont le système Todt impliquait les entreprises locales.

Tableau 13 - Entreprises et organismes allemands ayant passé des commandes à la SFTR, la SEG et Lepage Frères de 1940 à 1944.

Organisation Todt

Luftwaffe

Harald-Rittmann, BTP

Karl-Stohr, BTP

Carl-Brandt, BTP

Kengelbach

Schöttle et Schuster, BTP

Baugessellschaft Eigen(constructions mécaniques)

Artz et Richter (transports)

NSKK (transports)

34Le tableau suivant rassemble une partie des ouvrages réalisés pour Todt en sous-traitance de Brandt et Rittmann. Selon l’entreprise, une bonne partie de ces chantiers ne lui aurait pas été payée. Sachant que la totalité des créances impayées a finalement été fixée à 7,35 millions de francs par le CCPI, soit 7,5 % du chiffre d’affaires réalisé par les trois sociétés Lepage avec les Allemands, on peine à imaginer la liste entière de travaux effectués pour l’ennemi. Significatif de la taille prise par cette société est l’appel qu’elle reçoit pour des prêts de main-d’œuvre aux sociétés allemandes jusqu’à Rosendal et l’importance de ses travaux sur un segment important du mur de l’Atlantique, sur les points forts de Dieppe, d’Octeville et du Havre.

Tableau 14 - Échantillon de travaux effectués par la Société française de travaux routiers pour l’Organisation Todt sous pilotage des entreprises allemandes Harald-Rittmann et Carl-Brandt.

Ouvrage

Lieu

Facture

Dates

Pièces à canon 1 à 6

Non mentionné

1 230 755

1941 (nov.-déc.)

Abris à hommes 1 à 6

Octeville ?

1 246 805

Abris munitions 1 à 3

602 524

Poste de guet

652107

1942 (janvier)

Poste de guet batterie

134 877

2 postes de guet falaise

246 068

Poste de guet

Octeville

515 834

Couloir

Octeville

101 690

Abris à hommes 7 à 9

933 817

Annexe poste falaise

102 000

Poste de guet

Octeville

101 646

Annexe au poste

315 594

Abri du puits

117177

Goudronnage

1942 (avril)

Ouvrage

Lieu

Facture

Dates

Annexe poste de guet

Bléville

1942 (avril)

Maison officiers

69 388

Poste de guet

cap César

226 794

Poste de guet

Penly

170 275

Tranchée

Berneval-le-G.

434 000

Poste de guet

Berneval-le-G.

682 328

Poste direction de tir

124 000

Pièces à canon 1 à 4

1942 (mai)

Abris à hommes 1 et 2

683 920

Abris à munitions 1 à 4

535 000

Pavillons officiers

Terrassements adduct.

Berneval-le-P.

Chantier Saint-Nicolas

Pourville

780 030

1942 (novembre)

Poste du guet

577 024

Abri hommes 1

632 000

Abri hommes 2

382 000

Terrassement

Monts-Trottins

non renseigné

1943 (printemps)

Abri 1 (501), rue F.-Faure

Le Havre

328 848

Abri (196), rue F.-Faure

526 205

Abri (621), 31 rue F.-Faure

576 763

Abri type 428, murs

Félix-Faure

1 181 165

Terrassements

1 103 751

Chantier 54, Batterie B

854 683

Bunker 621

Sacré-Cœur, Mare-aux-Clercs

534 915

Bunker 622

idem (détruits)

858 131

Chantier 57

Fontaine-la-M.

790 603

Batterie B

Montivilliers

902 449

Tranchée

Ecqueville

5 965

21 Tobrouck

Octeville

456 514

1944 (printemps)

Abri type 680

Lillebonne

Bunker Trigauville

Le Havre

507 000

1944 (avril-juillet)

Sani-bunker

Trigauville

Batterie terrassement

Mare Rouge

653 606

1944 (août)

Terrassement chantier

Dollemard

12 700

Baustelle no 75.
Barrage

Harfleur

76 094

Chantier

Oissel

1944 (juillet)

Ch. 71, abri type 677

Octeville

514 900

1944 (août)

Chantier

642 830

Baustelle no 74

château des Ardennes

68 805

Régie à Rittmann

Octeville-Bléville

2 092 089

1941 (juillet-décembre)

Source : ADSM W 202, extrait des créances impayées.

  • 96 AN, F/12/9607, dossier Liberge (ADSM, 260 W 183), dossier Rémy (ADSM, 260 W 142), dossier Liberge (...)

35De taille moins imposante, l’entreprise de Jean Liberge, aujourd’hui effacée de la mémoire locale, est née et s’est développée à la faveur des travaux allemands. À l’origine, se trouve une société de manutention portuaire, la société Robert-Rémy, dont les bureaux se trouvent rue Archinard. Comment est-elle devenue une entreprise de travaux publics ? En 1940, l’activité étant négligeable sur le port, les employés ont été utilisés par les Allemands, à des travaux non militaires aux dires de l’entrepreneur. En février 1943, Rémy signe devant notaire une association avec Liberge pour créer une entreprise de travaux publics. Or deux mois plus tard, le comité d’organisation du Bâtiment interdit à Rémy d’exercer cette activité. Celui-ci ne donne donc pas suite à l’association puisque le comité lui interdit l’extension aux travaux publics de son entreprise de stevedoring. En revanche Liberge met en œuvre le projet, à la demande des Allemands, en ignorant l’ordre du comité. De 50 ouvriers avant-guerre, les effectifs déclarés auraient atteint 150 à 200 vers 1944. L’ORT en 1943 en compte 467 chez « Rémy », ce qui confirme les chiffres de la commission « de peignage » qui écume les entreprises en vue du STO et fait état de 500 employés chez Liberge. Celui-ci a réalisé 28 millions de francs en travaux allemands. Malgré la confusion qui caractérise cette affaire pour les enquêteurs des diverses instances96, il semble bien que nous soyons là aussi en présence d’une entreprise-champignon. Elle a travaillé principalement au creusement des tranchées, à l’entretien des terrains d’aviation et à la pose de câbles. Cas assez similaire, un petit entrepreneur de maçonnerie d’origine italienne installé au Havre depuis 1922, Attilio Liva, a effectué des travaux allemands significatifs entre 1942 et 1944. En francs constants, le chiffre d’affaires moyen annuel de ces trois années représente cinq fois celui des années 1938 ou 1939. De 10 ouvriers en 1941, les effectifs montent à 114 à la fin de l’Occupation. Enfin un exemple de petite entreprise qui semble avoir éclos de ces travaux allemands, Homont, qui existe entre 1942 et 1944 avec un chiffre entièrement « allemand » de 6,3 millions de francs.

  • 97 Il s’agit d’un abri pour 50 hommes du type Regelbau Μ 168 développé par la Kriegsmarine (renseigne (...)

Figure 19 - Le bunker de la rue Lord-Kitchener, visible depuis le passage de la Martinique en 200397. Cliché : C. M.

Figure 19 - Le bunker de la rue Lord-Kitchener, visible depuis le passage de la Martinique en 200397. Cliché : C. M.
  • 98 ADSM, 260 W 54.
  • 99 Dossier François L. (ADSM, 260 W 139).
  • 100 Dossier Henri B. (ADSM, 260 W 26).

36Les entreprises allemandes et l’Organisation Todt accueillaient favorablement toutes les initiatives, même éphémères qui pouvaient répondre à des commandes. Ils pouvaient à l’occasion placer leur confiance dans un individu non spécialiste de la profession mais suffisamment entreprenant dans la recherche de partenaires. François L. était en 1939 garçon de cabine sur le paquebot Normandie. Accidenté en 1940, il touche une pension qu’il cherche à placer. Comme il ne trouve pas de travail dans le secteur maritime ni dans les entreprises havraises, il trouve un emploi de charpentier sur le chantier d’une batterie de DCA allemande. En 1941, il devient chef de chantier, mais comme les unités allemandes ne peuvent plus embaucher directement, il lui faut une entreprise : il résout le problème en s’associant de manière occulte avec un maçon de Bléville, Édouard C.98. Les deux hommes recrutent une centaine d’ouvriers et réalisent de juin 1942 à février 1943 un chiffre d’affaires de 3 millions de francs99. Mais l’entrepreneur de Bléville n’est pas en règle avec le comité d’organisation et celui-ci lui interdit d’exercer. Au cours de ces travaux, François L. était entré en contact avec un entrepreneur du bâtiment de Sottevlle-les-Rouen100, qui lui fournissait du bois d’œuvre et qui était aussi dans les travaux publics. Il demande à ce dernier de prendre le relais, ce qui est aussitôt fait avec l’agrément du comité d’organisation et des Allemands. Cette association « champignon », création d’entreprise effectuée avec de nouveaux personnels et acquisition de matériel, effectue alors des travaux de terrassement et de montage de baraquements. Officiellement, François L. est le représentant de l’entrepreneur sottevillais aux appointements mensuels de 6 000 francs et l’entreprise atteint un chiffre d’affaires allemand de 17,2 millions pour la période 1943-1944. Au total, l’ancien navigateur havrais aura été le promoteur de deux entreprises-champignon pour les besoins du mur de l’Atlantique ayant réalisé plus de 20 millions de francs de chiffre d’affaires.

D. Le textile de la région havraise

  • 101 Claude Malon, « La sortie de guerre du textile normand (1944-1957) », dans Olivier Dard, Hervé Jol (...)
  • 102 Voir Henri Bobichon, « La culture cotonnière en A.E.F. et ses espérances », Revue des questions co (...)
  • 103 Voir Claude Malon, « Les entreprises du coton colonial... », art. cité ; et : « La sortie de guerr (...)
  • 104 Les usines Gailliard se situent à Rouen et Barentin et rassemblent vers 1950 environ 1 000 ouvrier (...)

37Le textile en Seine-Inférieure, malgré des crises successives, demeure encore, lorsque la guerre survient, un secteur vital de l’économie régionale. Sur un total de 110 entreprises de toutes tailles, lainières et cotonnières existant sous l’Occupation dans le département101, vingt-deux seront sélectionnées par les Allemands et classées usines d’armement, en nombre égal entre les sociétés cotonnières et lainières. Ces dernières, hégémoniques à Elbeuf, étaient sollicitées pour la fabrication de drap Feldgrau. Dans l’ouest du pays de Caux, l’industrie cotonnière est encore très présente. Le coton, à défaut d’être un produit hautement stratégique, intéresse d’abord la défense française, puis l’armée allemande. Lors de la création des groupements d’importation, ce secteur est placé sous la responsabilité du ministère de la Guerre. Il est vrai qu’en plus de l’habillement, le coton est utilisé dans la fabrication des pneumatiques et des explosifs102. Le Havre, premier marché du coton en France, conserve sous l’Occupation, par les positions de ses négociants dans les structures de Vichy, un rôle directeur dans l’approvisionnement et la distribution, notamment parce que le GIRC que nous avons vu à l’œuvre continue de fonctionner. Mais ce n’est pas pour autant une capitale de l’industrie cotonnière. On n’y trouve qu’une entreprise de base : les Filatures et Tissages de Graville. D’autres sites en Seine-Inférieure sont beaucoup plus puissants, actifs et anciens, ceux de la vallée du Cailly, de l’Austreberthe et du Robec, autour de Rouen, fournis en matière première, comme les Vosges et l’Alsace, par les importations havraises jusqu’à juin 1940103. En revanche l’ouest du pays de Caux constitue un pôle de production relatif à notre sujet si l’on rattache à la région havraise les usines de Bolbec et de Lillebonne. Le port du Havre est bien sûr le passage obligé de la matière première venue d’outre-mer. Des liens d’affaires existent aussi entre familles négociantes et industrielles. L’usine Wetphalen-Lemaître associe deux familles havraises, le négociant du même nom et la maison Reinhart. Elle fusionne avec la société Gailliard de Rouen en décembre 1939104.

  • 105 ADSM, 260 W 149.
  • 106 Une société privée qui centralisait les commandes civiles en Allemagne.

38L’Occupation et le régime de Vichy placent l’industrie de Bolbec et de Lillebonne dans la zone d’influence du Havre plus qu’elle ne l’a jamais été. En effet, un décret du 29 novembre 1943 supprime la chambre de commerce de Bolbec et la rattache à celle du Havre. C’est une véritable liquidation puisque ses biens et les services y sont transférés. En contrepartie trois membres de la chambre de Bolbec sont désignés pour faire partie de l’Assemblée consulaire havraise : l’ancien président Gaston Lemaître, président des établissements Manchon-Lemaître, un autre patron du textile, Edmond Lemaistre, dont les usines se situent à Lillebonne, et un négociant en charbons, Guillaume Auger. La chambre de commerce de Bolbec ne rouvrira ses portes qu’en octobre 1944, en vertu d’une ordonnance du 8 juillet 1944 prévoyant le rétablissement des chambres de commerce dissoutes. Bien qu’elles n’aient pas été classées parmi les Rüstungsbetriebe, les usines textiles de l’ouest du pays de Caux doivent répondre à quelques commandes allemandes. Des commandes de drap durant les années 1940 à 1942 portent à r8 % le chiffre d’affaires allemand de Manchon-Lemaître, à Bolbec, sous l’Occupation105. Mais sa filature est interrompue à partir de 1942 pour cause de concentration et le tissage fonctionne grâce aux filés produits par l’usine voisine Desgénetais qui appartient à Boussac. Celle-ci occupe 783 ouvriers selon le fichier des Renseignements généraux en 1943. L’usine Westphalen-Lemaître à Lillebonne, qui occupait 428 ouvriers en 1938 est détruite par les bombardements en 1940. Au Havre même, les Filatures et Tissages de Graville sont dans une situation similaire à celle de Manchon-Lemaître de Bolbec. De 1940 à 1942, date de la concentration industrielle décidée par les autorités de Vichy, le chiffre d’affaires résultant de « fournitures à l’armée allemande » s’élève à 12,37 %, soit un peu plus de 3,6 millions de francs, soit comme pour Manchon-Lemaître un profit de 0,2 million de francs, chiffre très modeste comparé à l’argent brassé dans les travaux publics. La Filature de Graville était alimentée par la société de négoce d’Hermann Du Pasquier, administrateur et directeur du service financier de l’entreprise dont le président, M. Aubert, administrait également des magasins parisiens à prix uniques, filiales du Printemps. Des livraisons pour les besoins civils allemands ont été faites à la Zentraltextilgesellschaft106, et les livraisons militaires directement à la Wehrmacht ou par « l’intermédiaire de la ville du Havre » selon l’enquêteur du CCPI.

  • 107 L’exercice des professions de marchands ambulants, commerçants et industriels forains est interdit (...)
  • 108 Elle réapparaît comme magasin de tissus rue d’Ingouville mais cesse totalement ses activités en 19 (...)
  • 109 ADSM, 260 W 212.

39Le Havre ne possède, à l’image du textile de base, qu’une modeste industrie de transformation dans cette branche. Hormis les établissements Poplin, dont l’activité s’est réduite progressivement avant-guerre à la confection de vêtements de travail, une seule entreprise, de taille moyenne, semble avoir intéressé la Wehrmacht. Il s’agit de la Manufacture Vallois et Cie, sise rue de Séry avec succursale à Rouen, qui vivote dans les années 1930, mais renforce ses activités sous l’Occupation. Jusque-là, elle fournissait les marchands forains, dont l’activité est suspendue par l’occupant107, ainsi que les magasins à prix uniques. Elle livre donc à l’armée d’occupation des tissus et de la lingerie. Ses matières premières et produits semi-finis lui sont fournis par des entreprises du Nord, comme la maison Hacot Frères. Elle cesse ses activités en février 1944 par manque de force motrice et sera totalement sinistrée108. Ses livraisons aux Allemands, payées sur les frais d’occupation ainsi que l’indique son dossier, représentent 60 % d’un chiffre d’affaires de 8,8 millions de francs. Son activité avait été facilitée par l’obtention de tissus d’origine allemande répartis par l’OCRPI109.

Figure 20 - Une facture des établissements Vallois en 1942 (ADSM, 260 W 212).

Figure 20 - Une facture des établissements Vallois en 1942 (ADSM, 260 W 212).

E. La commande allemande « occupe » les PME

  • 110 Information annexe au dossier ADSM, 260 W.
  • 111 Ibid.
  • 112 ADSM, 260 W 22.
  • 113 Le commerçant Francis T., membre d’une organisation de résistance, présente un chiffre d’affaires (...)

40La présence au Havre d’un fort contingent de militaires allemands, au-delà du projet de forteresse atlantique entraîne une participation de multiples petites et moyennes entreprises à l’entretien des troupes, de leurs logements et de leur matériel. Ceci nous entraîne à effectuer une plongée dans la micro-économie havraise. Les archives des profits illicites corrigent d’elles-mêmes le cliché nazi de la valeureuse armée qui construit tout elle-même ou d’un monde du travail résigné et passif dans l’attente de jours meilleurs. L’Allemand est un client à qui l’on facture des services. Il lui faut des installations électriques : la Société générale d’électricité, au 8 quai Michel-Ferré, à l’angle de la rue Dauphine, réalise 10,7 millions d’affaires allemandes sur un total de 12,6 durant ces années110. Il lui faut des volets mécaniques et des monte-charges : l’entreprise Renouard, rue de l’Église, est sollicitée à hauteur de 2,45 millions sur un chiffre total de 2,76 entre 2940 et 1944111. La marine allemande a besoin de peinture : parmi ses fournisseurs la société Maurice-Bocquillon, dont l’usine se situe rue de la Vallée, en réponse à des demandes directes « ayant caractère de réquisition ». Au total près de 20 % d’un chiffre d’affaires cumulé de 26 millions avec un maximum de 38 % en 1942112. Des soldats allemands achètent des postes de TSF chez « Elna-Radio113 ».

  • 114 Entreprise Fernand-Brasseur, rue J.-B.-Eyriès (ADSM, 260 W 29).
  • 115 Entreprise Benjamin-Ernest, 57 rue Thiers (ADSM, 260 W 15).
  • 116 Société des travaux de peinture de la Seine (ADSM, 260 W 205).

41Les nombreux immeubles et appartements privés occupés par les troupes et les officiers allemands durant ces quatre années ont nécessité des travaux d’entretien. Parmi d’autres, une entreprise occupant 25 ouvriers, sans augmenter ses effectifs, a cependant dû consacrer un tiers de ses activités de plomberie, couverture, installation de chauffage central aux troupes d’occupation qui étaient installées dans de nombreuses villas de la rue Félix-Faure ou du bord de mer mais également dans le centre-ville, et dans plusieurs écoles primaires ou maternelles114. Des tâches similaires de plomberie et de couverture ont été accomplies par un autre entrepreneur, revenu de mobilisation en septembre 1940, avec plusieurs centaines de petits chantiers disséminés à travers la ville sur des lieux d’occupation par la marine allemande ou la Kommandantur, totalisant plus de 52 % des affaires de la période115. Des travaux de vitrerie et de peinture doivent être réalisés au siège de la Kommandantur, à l’hôtel de ville, ou pour le commandant de la formation no 42-923 installé au château du Camp Dolent, à Gonfreville près du Havre116.

42Les marchands de matériaux peuvent difficilement échapper à la visite du client allemand. Comme l’écrivait le patron des Docks Fouquet : « Nos matériaux sont inévitablement exposés à la vue du public. » Cette entreprise créée en 1927, située à cette époque rue de Tourville, occupait une centaine d’employés. Son capital, modeste, 5 millions de francs, était possédé à 80 % par les établissements Poliet et Chausson de Paris et plusieurs de ses administrateurs avaient des positions communes dans des entreprises du matériau de construction et du ciment en France. Charles Fouquet avait cependant la présidence effective d’une affaire qui possédait six points de vente dans la grande Normandie, et une petite usine située à Fleury-sur-Orne classée S. Betrieb. L’occupant trouve donc là des matériaux d’appoint, sable, chaux, briques, fibro-ciment et tuiles, soit pour des réfections immobilières soit pour des chantiers stratégiques. L’entreprise fournissait par ailleurs les municipalités en ciment pour les constructions de la défense passive. Son chiffre allemand en est d’autant réduit et ne dépasse pas 8 % sur la période 1940-1944. Sa clientèle allemande est cependant intéressante en ce qu’elle dessine à nouveau le réseau constitué par Todt, la Wehrmacht ou la Kriegsmarine, et les entreprises allemandes de travaux publics. Les livraisons sont donc effectuées, pour citer quelques exemples, à l’Armée allemande aussi bien dans la région de Caen que celle du Havre, à Rittmann ou Hildebrand jusqu’à Paris, à Polensky et Zöllner au Havre, à Karl-Stohr à Deauville. Elle fournit l’Organisation Todt pour la construction de la station radar du Plessis-Grimoult, proche de la poche de Falaise, qui sera prise par les Britanniques au début du mois d’août 1944. L’activité « allemande », même relativement modeste des entreprises havraises ne s’arrête pas aux limites de l’arrondissement.

  • 117 ADSM, 260 W 92.
  • 118 ADSM, 260 W 21.
  • 119 ADSM, 260 W 41.
  • 120 Voir, dans la troisième partie de cet ouvrage, les lignes consacrées à Jacques Paillette, déporté.
  • 121 ADSM, 260 W 28.

43Dans l’agglomération, la présence allemande commande le rythme des jours et des nuits. Des milliers de soldats fréquentent les magasins et les bistrots. Tel marchand de vins, place Victor-Hugo à Harfleur est désigné par la municipalité pour rester ouvert jusqu’à minuit afin de satisfaire la clientèle allemande117. Les allemands font leurs courses. Pour eux, le franc ne vaut pas cher. Une marchande de porcelaine et cristaux du boulevard Foch au Havre doit accepter les bons de réquisition pour plus d’un million en 1941. Les commerces d’alimentation sont plutôt exposés à la sollicitation des troupes d’occupation. Voici par exemple un boulanger de l’avenue Rouget-de-l’Isle, dans le quartier Sainte-Cécile où la Poste allemande s’était installée dans l’école Maurice-Bouchor, chez qui les militaires viennent dans son fournil faire du pain et de la pâtisserie avec de la farine blanche qu’ils apportent eux-mêmes, un luxe interdit à bien des Français118. Un traiteur de la rue Thiers est réquisitionné pour alimenter le buffet du Grand Théâtre pour les officiers allemands, il doit aussi livrer des bouteilles à l’Organisation Todt119. La principale brasserie de Normandie, la Brasserie alsacienne, doit fournir de la bière à l’armée allemande bien que son patron et son fondé de pouvoirs lui soient particulièrement hostiles120. Les fournitures directes, de juin 1940 à septembre 1944, sont payées au prix de gros imposé par les Allemands et réduisent les possibilités de fourniture aux cafetiers. Mais l’entreprise n’a pas le choix, car le comité d’organisation conditionne l’attribution des matières premières, malt et houblon, à ces fournitures à l’occupant. À partir de juin 1944, la brasserie est entièrement réquisitionnée. Durant l’Occupation c’est environ 20 % de la bière fabriquée qui a ainsi été livrée, soit un chiffre d’affaires de 27 millions de francs121.

Figure 21 - Réquisition de véhicules par l’armée allemande (ADSM, 260 W 196). Cliché : C. M.

Figure 21 - Réquisition de véhicules par l’armée allemande (ADSM, 260 W 196). Cliché : C. M.
  • 122 ADSM, CCIH, 75 El.
  • 123 La chocolaterie appartenait à Charles Vatinel et ses fils. Elle affiche un bénéfice de 727 000 F e (...)

44La plupart de ces petites entreprises a donc agi sous la contrainte, mais quelques-unes sont allées au-devant de la collaboration économique. Une fabrique de produits d’entretien demande, en avril 1941, auprès de la chambre de commerce et de la Kreiskommandantur à entrer en contact avec des fabriques allemandes de cires et encaustiques, afin qu’elles lui confient une agence au Havre122. Enfin, dans le domaine des denrées stimulantes, les Allemands semblent s’être davantage intéressés au chocolat qu’au café. Dès septembre 1940, la Kreiskommandantur donne l’ordre au négociant Lehoux de livrer à deux reprises plusieurs centaines de tonnes de cacao à la Chocolaterie normande, qui seront pris sur un stock de 1 500 tonnes appartenant au groupement d’importation et de répartition, le GIRCAO. Après consultation du groupement à Paris, Lehoux devra satisfaire les ordres allemands123. On doit aussi transporter ces messieurs. Chaque matin un camion gazogène de la maison Sicot doit être à l’heure devant le siège de la Kreiskommandantur 637. C’est un ordre venu de la Feldkommandantur par l’intermédiaire du groupement départemental des transports routiers.

  • 124 Rapport du préfet-délégué de Seine-Inférieure au Feldkommandant à Rouen (ADSM, 51 W 396).
  • 125 Jean Legoy, Le Peuple du Havre, op. cit., p. 162.
  • 126 Ils possédaient les nos 35 et 37. L’annuaire du Havre, discret, fait l’impasse des nos 29 à 37.
  • 127 ADSM, 260 W 54.

45Les internements de femmes pour « prostitution » à la Libération sont suffisamment nombreux pour que l’on ne confonde pas les femmes dénoncées pour avoir eu des relations avec les Allemands et celles dont la prostitution était le métier. Parmi celles-là, figuraient celles qui pratiquaient « librement » et celles qui peuplaient les maisons de tolérance. L’activité de certains tenanciers se rattache donc à la collaboration économique. En mai 1944, par exemple, la police avait effectué dans le département 800 « visites de contrôle » aux filles soumises, puisque telle était l’expression124. À la veille de la guerre, sur 128 prostituées au Havre, 38 étaient « cartées libres » et 90 exerçaient « en maison125 ». Une dizaine de maisons de tolérance et parmi les plus célèbres, les « bordels de la rue des Galions ». Les Allemands ont fréquenté quelques établissements en se mêlant à la clientèle française, comme au « Mikado », rue Voltaire. Cette maison, fréquentée par une « clientèle spéciale de personnes d’une certaine condition sociale », cessa ses activités en juillet 1942. Les soldats allemands se sont réservés en revanche, pendant toute l’Occupation, les dix à quinze pensionnaires de la maison Preisse, au 31 rue des Galions. Réquisitionnée le 12 août 1940, elle fut fermée le 6 juin 1944. L’établissement existait depuis 25 ans et les propriétaires possédaient une dizaine de biens immobiliers dont certains jouxtaient l’hôtel126. Seules les troupes allemandes avaient accès aux quinze chambres. Les prix des consommations et les chambres étaient taxés par les autorités allemandes elles-mêmes. Les profits du patron furent évalués à 1,1 million de francs et une confiscation sans amende de 760 000 francs lui fut appliquée. Henri Preisse décéda lors du bombardement du 5 septembre 1944 et sa veuve demanda au fisc de se payer sur les dommages de guerre à venir. Pensionnaires réservées également, les filles du « Novelty », rue des Galions : vingt-cinq chambres et deux cabinets-salons ont fonctionné, là aussi, jusqu’au 6 juin 1944, date du casernement renforcé des troupes et de la fermeture de l’établissement. Les prostituées faisaient sans doute d’assez courts passages puisqu’au total 570 d’entre elles ont travaillé dans cette maison de tolérance au cours de l’Occupation127. Si le patron se défend en estimant ses bénéfices à 380 000 francs, le fisc les estime à 900 000 malgré les tarifs au plus bas imposés par les Allemands. Selon l’avocat de ce dernier, les occupants auraient fait et laissé fonctionner au Havre 14 maisons clandestines sans surveillance sanitaire.

F. Des transports urbains très fréquentés

  • 128 Voir Olivier Pringard, Des omnibus hippomobiles au tramway électrique, Le Havre 1833-1951, Le Havr (...)
  • 129 Cette situation est comparable à celle qui est décrite par Sébastien Durand, « La Compagnie frança (...)
  • 130 Olivier Pringard, op. cit., AMH, 11Z64.
  • 131 Ibid., p. 299.

46Créé dès 1873, électrifié en 1894, le réseau des tramways du Havre appartient à la CGFT, comme celui de Marseille ou de Nancy. Nous avons évoqué précédemment le sort de quelques-uns de ses autobus durant l’exode. Dès leur arrivée, les Allemands commandèrent à la Compagnie de réparer rapidement les quelques voies endommagées128. En juillet 1940, le nombre de billets vendus pour le tramway a chuté à 14 % de son volume habituel, mais il le retrouve sensiblement à partir du mois de septembre. Le poste « recettes de l’armée allemande » n’apparaît qu’à partir du 17 octobre, ce qui laisse supposer que le transport des occupants était noyé dans la statistique globale avant que le système leur assurant des déplacements gratuits ne soit mis en place. En juillet 1940, le principe négocié avec les autorités d’occupation est celui d’un billet gratuit remboursé par la Wehrmacht à hauteur de 1 franc par voyageur et par jour sous forme d’indemnité à la Compagnie, par l’intermédiaire du comité d’organisation des Voies ferrées d’intérêt local (COVFIL) auquel elle est rattachée129. Le Kreiskommandant s’est adressé à la Compagnie pour préciser qui devait voyager gratuitement : « Outre les membres de l’armée, reconnaissables à l’uniforme de la Wehrmacht, il faut compter ceux qui en uniforme ou en civil portent un brassard jaune et noir avec l’inscription Deutsche Wehrmacht ou bien un brassard jaune et noir avec l’emblème national allemand. La communication de la présente au personnel de transport de votre société est requise130. » Les relations entre le personnel roulant et les militaires allemands furent parfois tendus et plusieurs mises en garde de la Kommandantur furent transmises aux employés à ce sujet131.

Figure 22 - Nombre de voyageurs civils et de militaires allemands transportés par la CGFT, en milliers de billets vendus.

Figure 22 - Nombre de voyageurs civils et de militaires allemands transportés par la CGFT, en milliers de billets vendus.

Calculs d’après le registre des fréquentations : AMH, 11 Z 52.

Figure 23 - Part de la recette provenant du transport des militaires allemands dans le résultat global d’exploitation de la CGFT, réseau du Havre, en millions de francs courants.

Figure 23 - Part de la recette provenant du transport des militaires allemands dans le résultat global d’exploitation de la CGFT, réseau du Havre, en millions de francs courants.

Source : AMH, 11 Z 10-12.

  • 132 Sommes indiquées dans les courriers de juillet 1944 : 11,5 M sur 87,5 MF (AMH, 11 Z 64). Si l’on c (...)
  • 133 Olivier Pringard explique avec précision l’imbroglio financier qui conduisit Vichy à demander à la (...)

47On aura noté que le volume d’affaires est supérieur au cœur de l’Occupation à ce qu’il était avant-guerre, même si l’on ne tient compte que des civils transportés. L’activité « allemande » représente 14 % à 15 % des recettes d’exploitation132 à ceci près que la créance impayée de 4 millions sera encore reportée dans les comptes de 1945 et 1946133. C’est une proportion à peu près identique que nous donne la statistique en nombre de voyageurs pour les années 1941 à 1943. Sur une vingtaine de millions de billets « ordinaires » vendus annuellement, 3,3 millions sont attribués aux soldats de la Wehrmacht. Pour une garnison d’environ 10 000 soldats, cela signifierait pratiquement un billet quotidien par militaire tout au long de l’année. Durant l’occupation du Havre, si l’on cumule les billets officiellement attribués aux Allemands, on parvient à un total de 8 à 9 millions d’unités, visibles sur le graphique ci-dessus. Les déplacements sont en revanche bien moindres à partir du mois de mai 1944, comme pour la population civile d’ailleurs. À partir de ce moment, les soldats de la Wehrmacht sont retenus plus longuement dans leurs cantonnements et les horaires de circulation sont réduits pour l’ensemble de la population.

  • 134 Les Oberbauleitungen ou OBL sont les directions supérieures de construction de l’Organisation Todt (...)
  • 135 Cette dernière doit plus d’un demi million de francs à la Compagnie pour 1942 (AMH, 11 Z 11).

48S’il s’agit maintenant de mesurer, comme on a tenté de le faire pour les entreprises de bâtiment par exemple, la réponse réelle aux besoins allemands, il est probable que l’indicateur de 15 % soit inférieur à la réalité. En effet, dans la rubrique « services particuliers » de la comptabilité apparaissent le nom d’utilisateurs de tramways ou d’autobus, qui, pour ne pas être militaires, n’en sont pas moins au service de la machine de guerre allemande et des employeurs de main-d’œuvre locale pour la construction du mur de l’Atlantique. Le système Todt est présent parmi les clients du réseau de tramways et d’autobus. On y trouve l’OBL Kanal134, les entreprises allemandes de bâtiment Oltsch et Cie, Karl-Stohr, Rittmann, utilisatrices de main-d’œuvre locale. Des services particuliers, auxquels il était certainement difficile d’échapper, ont été fournis pour le transport des officiers de la Kommandantur, celle du Havre ou celle d’Amiens135, à la Feldpost et à la Deutsche Fernkabel Gesellschaft, entreprise de téléphonie. Certes, l’entreprise ne s’est pas enrichie et termine la période en déficit. Les coupures de l’électricité fournie par la Société havraise d’énergie électrique, les alertes aériennes, les dommages de guerre l’ont contrainte. La redevance due à la municipalité pour la concession du service public et les assurances s’ajoutent aux effets négatifs de la dévaluation monétaire. En francs constants, les résultats d’exploitation passent de 22 millions de francs en 1938 à 16,5 millions de francs en 1943 et 17,6 millions de francs en 1946. Le total des remboursements effectués par le COPVIL (comité d’organisation professionnelle des Voies ferrées d’intérêt local) sous l’Occupation pour le transport des Allemands s’élève à 12,3 millions de francs. Si l’exemple de la CGFT est assez emblématique de la mobilisation des services et des équipements par les autorités d’occupation, on est loin en revanche des volumes d’affaires allemandes évoquées précédemment dans d’autres branches. On tentera donc maintenant un bilan de ce que fut au Havre, en cette période, le travail pour les Allemands.

G. La collaboration économique est-elle chiffrable ?

  • 136 ADSM, 201 W 181,1er juillet 1942.
  • 137 AN, AJ/40/817. Voir Annie Lacroix-Riz, Industriels et banquiers sous l’Occupation, op. cit.
  • 138 Jean Cauvin est en 1939 président du Comité des assureurs maritimes du Havre.
  • 139 A. Lacroix-Riz, op. cit., selon AN, AJ/40/816.
  • 140 ADSM, 260 W 48.

49Précisons au préalable que tous les secteurs d’activité qui ont été impliqués dans l’économie d’occupation n’ont pu être examinés de manière exhaustive. Certains demeurent opaques, comme le domaine des assurances. Au registre du commerce durant les années d’occupation, apparaissent des créations d’agences de sociétés allemandes ouvertes par les assureurs havrais Grémont et Clérisse. Il s’agit d’une compagnie d’assurances maritimes d’Aix-la-Chapelle, Hachener et Munchener et d’une maison de Cologne Gerling Konzern136. Dans les archives allemandes consultées par Annie Lacroix-Riz, il existe des traces d’un accord signé, en mars 1941, entre l’Assurance incendie de Gladbach AG et la société Le Commerce, du Havre137. Il s’agissait d’acheter 75 % du capital de 2 millions de francs. Ce type d’accord s’inscrit dans une stratégie destinée à liquider l’influence anglaise sur le marché français de l’assurance. Les assureurs havrais étaient agents directs de plusieurs compagnies de Londres ou de Liverpool. Durant l’été 1941, la société Jauch, Hübener et Cie, de Berlin, signe un accord avec la Compagnie havraise d’assurances maritimes et terrestres, modifiant les statuts afin de donner 60 % du capital aux Allemands, un représentant de la famille Cauvin continuant, en contrepartie, à demeurer au poste de directeur-général138. En octobre 1941, un transfert de 165 000 marks (3,3 millions de francs) est autorisé. Jauch et Hûbener s’entendent, selon cette source139, avec Mangold pour « tenir secrète cette participation vis-à-vis de tous les services français car toute information à ce sujet ruinerait l’activité de cette société ». La plupart de ces sociétés n’ont pas été citées à comparaître devant le Comité des profits illicites, ce qui interdit d’évaluer le degré de contrainte ou la rentabilité de tels accords. Le dossier de la compagnie Le Commerce constitué par le CCPI ne fait état que d’une modeste somme de 3 700 francs de profits illicites et indique une participation allemande de 25 % au capital en 1942140.

  • 141 Même si nombre d’historiens ont souligné la difficulté à la définir comme concept.
  • 142 Le calcul en francs constants n’est pas possible quand on ne connaît pas le bilan de l’entreprise (...)

50Au terme de cette première exploration des activités d’entreprises au Havre et de la situation de la main-d’œuvre, on admettra cependant que les activités pour le compte de l’occupant ont été significatives dans de nombreuses branches de la production. Libre ou contraint, le travail des entreprises françaises au service de la machine de guerre allemande n’est pas une légende. La collaboration économique141, définie comme contribution volontaire ou non, à l’effort de guerre allemand, est un fait, avec des commandes honorées et chiffrées, indépendamment de tout jugement moral et de la question du bon et du mal gré. Il est certes difficile d’en estimer le chiffre d’affaires global. En revanche, un tableau assez précis peut être dressé : celui de la part d’activité consacrée par une cinquantaine d’entreprises havraises, grandes, petites et moyennes, à la réalisation de commandes allemandes. Il sera bien entendu question plus tard du degré de contrainte subi par les entrepreneurs et les salariés que les nouvelles autorités de la Libération chercheront à évaluer au moment de l’épuration économique. Il faut bien tenter de savoir avant d’essayer de comprendre. Quand cela est possible, la signification du « pourcentage allemand » peut être mieux appréciée si l’on connaît la valeur absolue du chiffre d’affaires auquel il correspond. Mais ce n’est pas toujours possible. Les évaluations indiquées dans le tableau 15 sont exprimées en francs courants.142

  • 143 ADSM, 271 W 171.
  • 144 Avec un CA allemand de 41,7 % en 1941-1942 et de 57,3 % l’année suivante, la moyenne sous l’Occupa (...)

51La chronologie de la production « allemande » d’une entreprise est très variable. Elle dépend de la période maximale de commande. Elle peut aussi dépendre des dispositions prises par l’entreprise afin d’éviter la saisie de ses stocks, comme ce fut le cas pour Le Nickel. Si de nombreuses entreprises, malgré une coupure d’activité au moment de l’invasion et de l’exode, sont passées de force plus que de gré du service de la défense nationale au service de l’armée allemande, elles n’ont pas toutes travaillé avec le même zèle ni au même rythme, les années 1942 et 1943 étant souvent les plus fiévreuses. Les archives peuvent aussi donner l’impression d’une continuité naturelle, peut-être trompeuse, entre la période de souveraineté nationale et celle de l’Occupation. Voici par exemple la société Benoto, fabricant de bennes automatiques à Graville. Le 17 avril 1940, Pierre Allard, le président-délégué demande à installer un atelier muni de tours électriques et d’une presse hydraulique pour la finition d’obus destinés à l’atelier de construction du Havre, anciennement Schneider. Ce local est attenant à l’usine, à l’angle des rues de Nancy et de Mieulle. Il était utilisé auparavant par une torréfaction. Sa reconversion nécessite une procédure de commodo-incommodo. Le service des Constructions particulières donne son accord le 5 juin. En octobre et décembre 1940, il est constaté par la commission d’hygiène que l’installation est conforme aux plans joints à la demande. Le 26 décembre la préfecture appose son cachet143. Dans quelle mesure cet atelier a-t-il fonctionné ? Ce qui est certain c’est que la procédure a suivi son cours indépendamment de la situation initiale où il s’agissait de travailler pour les besoins français et du contexte qui lui a succédé, où les commandes allemandes honorées par l’entreprise ont constitué régulièrement la moitié des ventes, de 44 % en 1940-1941 jusqu’à 68 % en 1943-1944144. Il est probable que d’autres fabricants d’armement ont connu la même continuité.

Tableau 15 - Part des commandes allemandes dans le chiffre d’affaires de 57 entreprises havraises, de 1940 à 1944.

Tableau 15 - Part des commandes allemandes dans le chiffre d’affaires de 57 entreprises havraises, de 1940 à 1944.

Sources : CNIE ;AN, F/12 et CCPI ; ADSM, 260 W.

  • 145 Le CA allemand pour la période 1940-1944 est de 5,7 MF sur 65,4 MF soit 8,8 %, mais de 3,8 MF sur (...)

52L’effort de guerre allemand passant par le travail des entreprises françaises ne se limite pas aux commandes effectuées directement par l’occupant. Il faut y ajouter les commandes indirectes, c’est à dire celles qui sont adressées à des industriels du Havre par d’autres industriels français travaillant eux-mêmes pour des entreprises ou des organismes du Reich. Un bon exemple de la difficulté à chiffrer ce qui a été réellement utile à la machine de guerre allemande nous est fourni par la fabrique d’amiante Evers. Son pourcentage allemand paraît modeste. Elle le chiffre elle-même à 9 %145. Ses livraisons « ennemies » pour la marine allemande ont atteint 5,7 millions de francs. Mais comme le font remarquer les inspecteurs du fisc « certaines commandes allaient indirectement à l’effort de guerre allemand par intermédiaire d’industriels français ». Si l’entreprise a pu maintenir des bénéfices sur toute la période, et un volume d’emploi minimal, c’est précisément parce que les commandes provenaient essentiellement des arsenaux de Brest et Lorient qui travaillaient uniquement pour les Allemands, ainsi que de l’arsenal de Toulon à partir de 1942. Cliente également la société Fives-Lille dont le seul chiffre allemand au niveau national est de 353 millions de francs sur 546 millions d’affaires pour la seule année 1944, soit 65 %. Clients aussi, les chantiers navals, de Nantes, et Caillard, au Havre, ou l’usine Mazeline des Forges et chantiers de la Méditerranée, agissant eux-mêmes sur commande allemande. Nous avons vu plus haut l’entrepreneur Evers se plaindre de la coupure du pays après l’Armistice qui aurait eu pour effet de réduire son personnel de 300 à 60 ouvriers. Certes l’incendie du 25 juin 1941 a détruit en partie l’usine du Havre, mais celle d’Épouville a continué de fonctionner. Les enquêtes fiscales montrent un relèvement des effectifs autour de 120 salariés qui éclairent d’un jour particulier la capacité d’« occupation » de la main-d’œuvre havraise par la commande allemande, fût-elle indirecte.

  • 146 Voir en annexe le rapport du contrôleur Ferré pour la CNIE (AN).

53La construction du mur de l’Atlantique, et plus précisément de la forteresse du Havre, aurait été assurée, selon l’estimation d’un entrepreneur havrais rappelée dans le rapport Ferré146, à 10 % par les entreprises havraises, 30 % par les autres entreprises françaises et 60 % par les Allemands eux-mêmes. Cette estimation est fournie par un patron qui a lui-même travaillé pour l’occupant, elle ne tient pas compte des travaux en régie pour lesquels les Allemands utilisaient les effectifs des entreprises locales en leur confiant le paiement des salaires et allocations. La complexité de la pyramide des donneurs d’ordres, entreprises-pilotes et sous-traitants, fait douter de la fiabilité d’une telle estimation qui a cependant le mérite d’indiquer un seuil minimal. Le volume de travail fourni pour les Allemands dans la région du Havre dépasse largement le champ de ses entreprises locales. Les sociétés françaises et allemandes ont largement recruté sur place et importé de la main-d’œuvre, volontaire ou contrainte, dont le sort doit être maintenant évoqué.

Notes

1 Voir JO, de février à mai 1945.

2 Les Corderies et tréfileries du Havre étaient équipées avant-guerre de moteurs Brown et Boveri (ADSM, 237 W 107).

3 Heidrun Homburg, « Aspects économiques de l’occupation allemande en France, 1940-1944 : l’exemple de l’industrie électrotechnique », dans Hervé Joly (dir.), Les Entreprises allemandes durant la seconde guerre mondiale, Histoire, économie et société, no 24-4, 2005, p. 527-544.

4 Voir Pierre Lanthier, « La construction électrique entre Vichy et l’Occupation », dans Stratégies industrielles sous l’Occupation, op. cit, p. 450.

5 Le Petit Havre, 27 février 1942.

6 Abréviation de Deutsche Schiffund Maschinenbau AG.

7 Offres d’emplois, Le Petit Havre, juin 1942.

8 Demande de séquestre par le Comité départemental de libération nationale, 9 septembre 1944 (ADSM, 51 WCab. 5/11).

9 Annuaire Micaux 1939 des adresses du Havre.

10 Voir Marc Bergère, « Les transports routiers au regard des archives de l’épuration économique », dans Transports dans la France en guerre, op. cit. La firme a réalisé de nombreux transports d’œuvres d’art spoliées pour le compte des nazis. Voir, à ce sujet, Hector Feliciano, Le Musée disparu, Paris, Gallimard, 2001, où il est question des archives Schenker à Washington.

11 Recoupement des séquestres figurant au JO et des listes de représentations figurant aux pages « assurances » de l’annuaire Micaux 1939.

12 Dossier SFTR (ADSM, 260 W 202).

13 Demande de 300 ouvriers pour Oltsch à Montivilliers par la Feldkommandantur le 24 juin 1943 (ADSM, 51 WCab. 1/29).

14 58 avenue Maréchal-Foch. Le Petit Havre, rubrique « Offres d’emplois », 21 juin 1942.

15 Rémy Desquesnes, « L’Organisation Todt en France (1940-1944) », dans Stratégies industrielles sous l’Occupation, op. cit., p. 535-550.

16 ADSM, 51 W Cab. 2, AGP 6.

17 Dossier annexe à ADSM, 260 W 134.

18 ADSM, 260 W 210.

19 Courrier du 30 mars 1942, dossier « Robert », ADSM, 260 W 186.

20 Voir La Vie des entreprises sous l’Occupation, op. cit., p. 29. Rapportée aux chiffres nationaux, la Seine-Inférieure représenterait donc 4,7 % du nombre des établissements sélectionnés à l’automne 1943.

21 Il s’avère, après croisement de sources, que ces listes de 1943 ne sont pas exhaustives.

22 D’après les chiffres contenus dans le dossier de l’entreprise (ADSM, 260 W 217).

23 ADSM, 51 W Cab. 2, AES 8.

24 John Barzman, « Les acteurs du transport portuaire : notes sur le cas havrais », art. cité, p. 400.

25 Il faudrait lire « sont aussi directeurs de port ». En effet l’autorité principale demeure, en 1940-1941, celle du commandant allemand Erik Werder (ADSM, 1 ETPP 129, p. 54).

26 ADSM, 40 W 97, préfecture de région.

27 ADSM, 260 W 90.

28 Communiquées au CCPI de Rouen par la Recherche sur la collaboration économique du Comité de confiscation de la Seine.

29 Voir Jean-Paul et Jean-Claude Dubosq, Le Havre, op. cit., p. 73 et 410-411. Photographies du chantier et du lancement.

30 ADSM, 260 W 13.

31 Voir les témoignages recueillis par Albert Perrot, dans Laisse-moi te dire, de Mazeline à Dresser, Le Havre, Albert Perrot, 1988, p. 40-41.

32 ADSM, ACH-FCM, 193 J.

33 Déclaration du 13 novembre 1947 (ADSM, 260 W 134).

34 Voir Colin Newbury, « La société Le Nickel « Journal de la Société des océanistes, vol. 11,1955, p. 97-123.

35 Note rédigée par l’entreprise à l’attention du CCPI le 9 avril 1945 (ADSM, 260 W 92).

36 Dossier « Profits illicites » (ADSM, 260 W 34).

37 Dossier « Dommages de guerre » (ADSM, 237 W 58).

38 C’est seulement après-guerre que cette société a entrepris la construction navale (ADSM, 260 W 72).

39 Cette entreprise n’a de lien ni professionnel ni de parenté avec la famille Lepage de la Société française des travaux routiers. Précision qu’elle jugera utile d’apporter au CCPI lors de sa citation à comparaître.

40 ADSM, 260 W 134.

41 Ibid.

42 ADSM, 260 W 205.

43 ADSM, 32 W 28484.

44 ADSM, 260 W 102.

45 ADSM, 260 W 189.

46 Dite aussi Société nouvelle des apparaux de Rouen, dont l’administrateur-délégué, G. Borde-Frétigny, sera écarté de la chambre de commerce à la Libération.

47 Claude Malon, « L’épuration des instances économiques en Seine-Inférieure », dans Marc Bergère (dir.), L’Épuration économique en France à la Libération, Rennes, PUR, 2008, p. 313-328·

48 ADSM, 260 W 102.

49 Siège : 18 rue Dugay-Trouin à Rouen. Succursale au Havre, au 55 quai Georges-V, puis 136 rue Victor-Hugo. La mise sous séquestre de ses biens est prononcée par le préfet le 28 novembre 1944 (ADSM, 51W Cab. 5/11). Après une succession d’appels, malgré un profit illicite de 2,6 MF, il obtient la suppression de l’amende et même de la confiscation en octobre 1949. Voir aussi ADSM, 260 W 26. Le 7 novembre 1947, Jules Bourdeaux était réélu président du Syndicat des transporteurs. La décision de CRIE du 24 octobre 1945 lui interdisait pourtant toute position de commandement et de gestion (ADSM, 51 W Cab. 5/6).

50 Formule figurant dans le dossier du CCPI (260 W 26).

51 Le Commissaire central au chef des RG à Rouen, 12 avril 1945 (ADSM, 51 W Cab. 5/21).

52 ADSM, 260 W 50.

53 ADSM, 260 W 203.

54 Le rapport de la CCH parle de 23 000 tonnes pour le seul mois de mai 1941 et de minerais « embarqués au Havre » sans autre précision (ADSM, 100 E 4).

55 Société commerciale de manutention et de transports (ADSM, 100 E 4).

56 ADSM, 260 W 189.

57 ADSM, 260 W 1.

58 Enquête du CCPI et mémoire en défense de l’entreprise (ADSM, 260 W 1).

59 ADSM, 260 W 49.

60 ADSM, 260 W 113.

61 « Le Mur-Atlantique, rempart de l’Europe. Bétonville-Ligne de feu ». Le Petit Havre, 20 mai 1943·

62 Rémy Desquesnes, « Le Mur de l’Atlantique en 1944 », dans La Libération de la France, Paris, CNRS Éd., 1976, p. 263 (d’après Führer Directives, t. II).

63 Correspondance avec les autorités d’occupation (ADSM, CCIH 75 El).

64 Voir Dominique Barjot, « L’industrie française des travaux publics (1940-1945) », dans Stratégies industrielles sous l’Occupation, op. cit., p. 415-436.

65 Jean-Paul et Jean-Claude Dubosq, Le Havre, op. cit., t. II, p. 438-439 ; et Opération Astonia, documentaire vidéo de Jean-Paul et Jean-Claude Dubosq, Le Havre, 2009.

66 Voir, dans le cahier iconographique en fin de volume, des vestiges de la forteresse du Havre (fig. 42 à 47).

67 Voir le site de l’association Mémoire et patrimoine : http://www.lehavre.fr.

68 Voir le tableau des réalisations de la SFTR, no 14.

69 La SFTR, Thireau-Morel, Grieu, Lenoir. Il reste de ces ouvrages un poste de guet suspendu en bordure de falaise.

70 ADSM, 51 W Cab. 5/6, CRIE.

71 Sur cette entreprise, voir Dominique Barjot, « L’industrie française des travaux publics », art. cité, n. 3, p. 434.

72 Ibid., p. 424.

73 Le Petit Havre, 8 septembre 1942.

74 Rémy Desquesnes, « L’Organisation Todt en France », art. cité, p. 535-550.

75 Voir Jérôme Prieur, Le Mur de l’Atlantique, monument de la collaboration, Paris, Denoël (Médiations), 2010. Voir également, du même auteur, le long-métrage documentaire Le Mur de l’Atlantique (1re diffusion : France 2, octobre 2010).

76 ADSM, 260 W 207.

77 Doublée par la loi du 28 décembre 1941 exigeant une autorisation administrative pour tous les travaux supérieurs à cette somme.

78 AMH, H4, C14, liasse 6.

79 Factures visées par la Cour des comptes, 1,9 M au total (ADSM, 260 W 35).

80 ADSM, 260 W 35.

81 Société fondée en 1922, administrée par Olivier et Édouard Senn et Daniel Du Pasquier (ADSM, 6 U 6 445).

82 ADSM, 260 W 174.

83 AN, tableaux annexes du dossier F/12/9616 ; et ADSM, 260 W 186.

84 Relevé annuel détaillé dans le dossier ADSM, 260 W 134, dont les chiffres sont supérieurs à ceux qui ont été communiqués à la CNIE.

85 AMH, H4 C14.

86 Voir Arnaud Berthonnet, « Les archives et l’histoire des entreprises routières sous l’Occupation », dans Hervé Joly (dir.), Les Archives des entreprises sous l’Occupation. Conservation, accessibilité et apport (actes du colloque du GDR au Centre des archives du monde du travail à Roubaix des 4-5 mars 2004), Lille, IFRÉSI, 2005, p. 214. Dieppedalle et la SFTR sont citées à ce titre dans d’autres publications antérieures.

87 Voir Jean-Paul Dubosq, Le Havre 1939-1945 : les abris sanitaires civils et allemands, Luneray, Éd. Bertout, 1992, p. 70.

88 ADSM, 260 W 67.

89 ADSM, 260 W 202.

90 Le 8 mars 1945 le tribunal civil du Havre prononce une mise sous séquestre de la firme Rittmann dont le siège est à Paris, 5 rue Oswaldo-Cruz, et qui fonctionne entre autres à Herbeville, Manneville, Veules-les-Roses, Saint-Valéry en Caux (JO du 13 avril 1945). Le tribunal civil de Rouen, où Rittmann employait 2 000 personnes selon Jean-Claude Marquis, prononce également une mise sous séquestre le 19 avril (JO du 22 mai 1945).

91 La part de travaux de la SFTR s’élève ici à 507 000 F (ADSM, 260 W 202). Voir la fig. 48, p. 359.

92 Cet hôpital souterrain rue Henri-IV communique avec le bunker.

93 Remerciements à Sébastien Haule pour la localisation de ce chantier et pour l’identification d’autres ouvrages militaires allemands. Les fondations des bunkers ont été un temps découvertes par le chantier du tramway. Le bunker 621 a été facturé 535 000 F et le 622, 858 000 F.

94 À ne pas confondre avec les Éts A.-Le Page ou Lepage, fers et métaux, rue Casimir-Delavigne, dont le dossier au CCPI figure dans le même carton.

95 ADSM, 260 W 134.

96 AN, F/12/9607, dossier Liberge (ADSM, 260 W 183), dossier Rémy (ADSM, 260 W 142), dossier Liberge (ADSM, 51 W, Cab. 5-6, CRIE).

97 Il s’agit d’un abri pour 50 hommes du type Regelbau Μ 168 développé par la Kriegsmarine (renseignement fourni par Sébastien Haule).

98 ADSM, 260 W 54.

99 Dossier François L. (ADSM, 260 W 139).

100 Dossier Henri B. (ADSM, 260 W 26).

101 Claude Malon, « La sortie de guerre du textile normand (1944-1957) », dans Olivier Dard, Hervé Joly et Philippe Verheyde (dir.), Les Entreprises françaises, l’Occupation et le second XXe siècle, Metz, CRULH, université Paul-Verlaine, 2011, 374 p.

102 Voir Henri Bobichon, « La culture cotonnière en A.E.F. et ses espérances », Revue des questions coloniales et maritimes, déc. 1938, p. 77.

103 Voir Claude Malon, « Les entreprises du coton colonial... », art. cité ; et : « La sortie de guerre du textile normand (1944-1957) », art. cité.

104 Les usines Gailliard se situent à Rouen et Barentin et rassemblent vers 1950 environ 1 000 ouvriers (ADSM, 260 W 94).

105 ADSM, 260 W 149.

106 Une société privée qui centralisait les commandes civiles en Allemagne.

107 L’exercice des professions de marchands ambulants, commerçants et industriels forains est interdit dans 21 départements, dont la Seine-Inférieure, par l’ordonnance allemande du 22 novembre 1940 (texte dans ADSM, CCH, 79 E 1).

108 Elle réapparaît comme magasin de tissus rue d’Ingouville mais cesse totalement ses activités en 1952.

109 ADSM, 260 W 212.

110 Information annexe au dossier ADSM, 260 W.

111 Ibid.

112 ADSM, 260 W 22.

113 Le commerçant Francis T., membre d’une organisation de résistance, présente un chiffre d’affaires allemandes de 2,7 MF sur un total de ventes de 7 MF (ADSM, 260 W 208).

114 Entreprise Fernand-Brasseur, rue J.-B.-Eyriès (ADSM, 260 W 29).

115 Entreprise Benjamin-Ernest, 57 rue Thiers (ADSM, 260 W 15).

116 Société des travaux de peinture de la Seine (ADSM, 260 W 205).

117 ADSM, 260 W 92.

118 ADSM, 260 W 21.

119 ADSM, 260 W 41.

120 Voir, dans la troisième partie de cet ouvrage, les lignes consacrées à Jacques Paillette, déporté.

121 ADSM, 260 W 28.

122 ADSM, CCIH, 75 El.

123 La chocolaterie appartenait à Charles Vatinel et ses fils. Elle affiche un bénéfice de 727 000 F en 1940, puis entre 5 5 000 F et 100 000 F les années suivantes. En 1946, le CCPI lui réclame 76 000 F (ADSM, 260 W 44).

124 Rapport du préfet-délégué de Seine-Inférieure au Feldkommandant à Rouen (ADSM, 51 W 396).

125 Jean Legoy, Le Peuple du Havre, op. cit., p. 162.

126 Ils possédaient les nos 35 et 37. L’annuaire du Havre, discret, fait l’impasse des nos 29 à 37.

127 ADSM, 260 W 54.

128 Voir Olivier Pringard, Des omnibus hippomobiles au tramway électrique, Le Havre 1833-1951, Le Havre, Éd. du Havre de Grâce, 2012, p. 285 et suiv.

129 Cette situation est comparable à celle qui est décrite par Sébastien Durand, « La Compagnie française des tramways électriques et omnibus de Bordeaux », dans Transports dans la France en guerre, op. cit., p. 306.

130 Olivier Pringard, op. cit., AMH, 11Z64.

131 Ibid., p. 299.

132 Sommes indiquées dans les courriers de juillet 1944 : 11,5 M sur 87,5 MF (AMH, 11 Z 64). Si l’on calcule à partir du Grand Livre pour la totalité des années 1940 à 1944, soit 22,3 M sur 141,2 MF, on obtient un pourcentage de 15,8 %, (AMH, 11 Z 10). Olivier Pringard estime à 18 % l’activité allemande en nombre de déplacements (op. cit., p. 298).

133 Olivier Pringard explique avec précision l’imbroglio financier qui conduisit Vichy à demander à la Compagnie de reverser les sommes qui lui avaient été accordées en compensation des transports pour les Allemands. Le conflit s’éternisa jusqu’à la Libération (op. cit., p. 291-292).

134 Les Oberbauleitungen ou OBL sont les directions supérieures de construction de l’Organisation Todt, au nombre de dix pour l’ensemble des côtes françaises.

135 Cette dernière doit plus d’un demi million de francs à la Compagnie pour 1942 (AMH, 11 Z 11).

136 ADSM, 201 W 181,1er juillet 1942.

137 AN, AJ/40/817. Voir Annie Lacroix-Riz, Industriels et banquiers sous l’Occupation, op. cit.

138 Jean Cauvin est en 1939 président du Comité des assureurs maritimes du Havre.

139 A. Lacroix-Riz, op. cit., selon AN, AJ/40/816.

140 ADSM, 260 W 48.

141 Même si nombre d’historiens ont souligné la difficulté à la définir comme concept.

142 Le calcul en francs constants n’est pas possible quand on ne connaît pas le bilan de l’entreprise année par année. Certains pourcentages sont en outre communiqués par les intéressés. Plusieurs documents dans un même fonds ne coïncident pas toujours. Parfois les enquêteurs n’ont à leur disposition que le « profit illicite » en fonction des revenus déclarés par les entrepreneurs mais sans avoir connaissance du chiffre d’affaires global et ennemi en valeur absolue.

143 ADSM, 271 W 171.

144 Avec un CA allemand de 41,7 % en 1941-1942 et de 57,3 % l’année suivante, la moyenne sous l’Occupation est de 52,9 %, selon le dossier au CCPI de l’entreprise Le Page, l’un de ses fournisseurs en métaux (ADSM, 260 W 134).

145 Le CA allemand pour la période 1940-1944 est de 5,7 MF sur 65,4 MF soit 8,8 %, mais de 3,8 MF sur 26,8 pour 1941-1944, soit 14,1 % selon un autre calcul dans le dossier du CCPI (ADSM, 260 W 83).

146 Voir en annexe le rapport du contrôleur Ferré pour la CNIE (AN).

Table des illustrations

Titre Figure 13 - L’usine du Nickel, rue du Docteur-Piasceki, fut classée V. Betrieb puis S. Betrieb. Vues de l’usine (clichés : Josette Malon).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5430/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Figure 14 - Montants comparés des travaux pour compte allemand et pour compte français dans le chiffre d’affaires (CA) de Béliard et Crighton de 1940 à 1944, en millions de francs courants.
Légende Source : dossier du CCIP(ADSM, 260 W 13).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5430/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Figure 15 - Commandes passées à la société Caillard et Cie (ADSM, 260 W 34). Cliché : C. M.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5430/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 16 - Vue du parc automobile de la société Bourdeaux en 1940 (ADSM, 260 W).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5430/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Figure 17 - Au pied de la falaise morte, on distingue l’une des deux entrées de l’abri à munitions allemand des carrières Fauvelais, rue du Mont-Joly. Cliché : C. M.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5430/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Figure 18 - Chiffre d’affaires total et chiffre d’affaires allemand de la SFTR en millions de francs courants (MFCR) et constants 1938 (MFCST).
Légende Calcul d’après ADSM, 260 W 202.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5430/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Figure 19 - Le bunker de la rue Lord-Kitchener, visible depuis le passage de la Martinique en 200397. Cliché : C. M.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5430/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Figure 20 - Une facture des établissements Vallois en 1942 (ADSM, 260 W 212).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5430/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Figure 21 - Réquisition de véhicules par l’armée allemande (ADSM, 260 W 196). Cliché : C. M.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5430/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Figure 22 - Nombre de voyageurs civils et de militaires allemands transportés par la CGFT, en milliers de billets vendus.
Légende Calculs d’après le registre des fréquentations : AMH, 11 Z 52.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5430/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Figure 23 - Part de la recette provenant du transport des militaires allemands dans le résultat global d’exploitation de la CGFT, réseau du Havre, en millions de francs courants.
Légende Source : AMH, 11 Z 10-12.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5430/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau 15 - Part des commandes allemandes dans le chiffre d’affaires de 57 entreprises havraises, de 1940 à 1944.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5430/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5430/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Sources : CNIE ;AN, F/12 et CCPI ; ADSM, 260 W.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5430/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search