Version classiqueVersion mobile

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

IIe Partie — Gérer la pénurie, travailler pour les Allemands

Chapitre IV. Paralysies, saisies, pénuries et stratégies de survie

Texte intégral

1La paralysie du commerce maritime durant quatre années ne nuit pas seulement aux grandes compagnies maritimes que sont les Chargeurs réunis, les Messageries maritimes, la Compagnie générale transatlantique ou la Havraise péninsulaire. Elle met en difficulté le monde du négoce, importateurs, commissionnaires, négociants de place et transitaires. Le négoce havrais, ce sont quelques grandes fortunes du coton, du bois ou du café, mais également plusieurs centaines de petites et moyennes unités, dont la plupart ont un capital inférieur au million de francs en 1938. Contrairement au secteur de l’industrie, du bâtiment et des entreprises qui pouvaient être utiles à l’occupant, les négociants petits ou grands doivent mettre en œuvre quelques stratégies de survie et faire face à la saisie de leurs stocks qui intéressent en revanche la machine de guerre allemande ou le ravitaillement des troupes.

A. La paralysie du transport et du négoce maritimes - Saisies et prises de guerre

  • 1 Réception du sous-préfet Picharnaud, Travaux de la CCH, 1940, p. 40.

2« Notre port a vu son trafic complètement arrêté par le blocus, notre commerce maritime est réduit à rien » : ainsi s’exprime le président de la chambre de commerce, le 28 novembre 19401. Le Havre est devenu une base allemande. Les Ateliers de construction navale sont requis et des bâtiments de commerce transformés en engins de transport militaire au service de l’occupant. Quelques semaines après l’occupation de la ville par l’armée allemande, Jean Risson le maire faisant fonction, déclare :

  • 2 Procès-verbal du conseil municipal du Havre, 1940, p. 176 (AMH).

Une crise d’une intensité inouïe sévit sur la ville par suite de l’arrêt total de toute activité maritime dû au blocus anglais, de la suspension de toutes les transactions commerciales provoquées par la fermeture du port, de l’arrêt presque général de l’industrie entraîné par la destruction d’un grand nombre d’usines et par le manque de tout débouché, par suite, non seulement de la suppression totale des communications maritimes, mais aussi de la quasi absence des communications ferroviaires. Seul le commerce de détail et spécialement le commerce d’alimentation continue à vivre, grâce en partie d’ailleurs aux troupes d’occupation2.

  • 3 ADSM, ETPP 129, 20 mars 1941, p. 203.
  • 4 Mémoire remis à Vichy mentionné dans le PV du conseil municipal du 29 mai 1941 (AMH).
  • 5 Lettre du secrétaire du Syndicat des camionneurs à un adhérent, le 17 juin 1941 (AMH, 5 Z 238).
  • 6 Voir l’affaire Ternon-Delamare, octobre 1941 (AMH, 5 Z 238).
  • 7 Discours à la CCH, le 15 avril 1943 (ADSM, ETPP 131).
  • 8 Assemblée des présidents de chambres de commerce, 24 juin 1941 (ADSM, CCH, 201 V 4).

3En mars 1941, le président de la chambre de commerce du Havre répond à la Kreiskommandantur, qui lui demande des renseignements sur l’importance du port, que « l’activité commerciale du Havre est nulle puisque la navigation maritime n’est pas possible3 ». Deux mois plus tard, la municipalité confirme que la guerre, dès juin 1940, a bel et bien suspendu toute activité maritime comme tout commerce international4. De source syndicale, le constat est similaire : « Le travail dans le camionnage est assez restreint, du fait que le port ne reçoit aucune marchandise ; il se résume donc à quelques transports de gare, magasins et travaux de déblaiement5. » Cette activité interne au port n’est toutefois pas négligeable. Péniches, chalands et wagons sont chargés et déchargés jusqu’au printemps 1941. L’embauche quotidienne des camionneurs, entre autres ceux qui acheminent la farine depuis les péniches et le train vers la ville, est encore de 400 ouvriers en décembre 19406. Mais l’activité maritime est bel et bien interrompue. En avril 1943, le sous-préfet Guérin affirme qu’aucun navire « naviguant pour le commerce local n’a franchi les jetées du Havre depuis le 10 juin 1940 » : « Beaucoup de nos maisons de commerce ont émigré7 », explique-t-il. Pour sa part, en juin 1941, Bordeaux assure toujours deux départs mensuels pour le Maroc et l’AOF. Quant aux ports de la Méditerranée, ils ont repris une activité quasi-normale et assurent quarante départs hebdomadaires pour l’Afrique du Nord. Des services coloniaux existent toujours à Marseille pour les Antilles, Madagascar et l’Indochine. Cependant le trafic pétrolier est nul8.

  • 9 Procès-verbal du Conseil municipal, 1941, AMH.
  • 10 23 000 tonnes en juin 1944 (ADSM, CCH, 100 E 4).
  • 11 Voir Yves Lecouturier, « L’industrie du Calvados sous l’Occupation », dans L’Homme et l’industrie (...)

4Au cours de la séance du 18 juin 1941 du conseil municipal du Havre en présence du préfet René Bouffet, un bilan économique est présenté dans un mémoire destiné aux autorités de Vichy. Il s’y exprime la crainte de voir Le Havre dépossédé de ses atouts en matière de transport maritime : « Ne dit-on pas que telle ville travaillerait à devenir à nos dépens tête de ligne des Compagnies de navigation Nord-Atlantique9 ? » Des entreprises ont décidé de quitter Le Havre, comme Schneider ou les bennes automatiques Benoto. L’outillage et les stocks de Schneider partent vers Saint-Brieuc et vers les régions de l’Est. Quant au transport par chemin de fer, il résulte avant tout du vidage des stocks. L’activité ferroviaire la plus importante est constituée par le transit du minerai de fer provenant de la région de Caen et expédié ensuite en Allemagne10. Les mines du Calvados alimentent entre autres les usines Krupp, alors que la Société métallurgique de Normandie est quasiment à l’arrêt. En novembre 1941 par exemple les mines du Calvados ont produit 100 000 tonnes dont 80 000 ont été envoyées en Allemagne11. Les armateurs fluviaux havrais sont les moins pénalisés de l’ensemble des opérateurs, grâce au canal de Tancarville. Depuis 1940, les armateurs rouennais ou parisiens, s’intéressent peu au Havre car le trafic de remonte est très faible. En revanche, le trafic fluvial de descente retrouvera bientôt son niveau d’avant-guerre grâce aux matériaux de construction, notamment ceux qui sont nécessaires à la Wehrmacht et à l’Organisation Todt.

Figure 8 - Règlement du port du Havre en 1942.

Figure 8 - Règlement du port du Havre en 1942.
  • 12 Gutzwiller, Vatinel et Charles protestent le 22 août 1940 (ADSM, 1 ETPP 128).
  • 13 Archives de la CCH.
  • 14 Les délibérations de la CCH parlent de 200 millions en balance dans cette affaire et de 150 millio (...)

5L’armée allemande, au cours de l’été 1940, procède à des enlèvements de marchandises sans bons de réquisition12. Le président de la chambre de commerce intervient auprès de l’Assesseur Siegenbach, « Chef du Travail », et dresse un « registre des marchandises réquisitionnées13 » par les autorités militaires allemandes dans le port du Havre pour lesquelles il n’a été délivré aucun certificat de saisie, ce qui rend tout recours impossible. L’ensemble de ces marchandises saisies entre juin et novembre 1940 représenterait, selon nos calculs environ 120 millions de francs de l’époque14. Il s’agit de matières premières stratégiques, caoutchouc, cuivre, manganèse, aluminium, coton, bois exotiques aussi bien que de nombreux articles d’exportation, parfumerie, produits pharmaceutiques, quincaillerie et même de la friperie destinée par la Compagnie du Niger français à la côte occidentale d’Afrique.

  • 15 ADSM, ETPP 129, p. 416.
  • 16 ADSM, 237 W 122.

6Les entreprises de commerce maritime, de négoce, de transit doivent également subir une ponction sur leurs cargaisons non réalisées, en même temps qu’il leur faut survivre à l’arrêt total du commerce maritime. De longues négociations se sont déroulées à ce sujet pendant toute la période de l’Occupation, dont l’enjeu était d’obtenir que la désignation « prise de guerre » soit limitée le plus possible dans le temps. Mais il semble que les « prises de guerre » effectuées avant le 17 avril 1941 aient été considérées comme définitives, même si certaines marchandises enlevées durant l’été 1940, ont été payées à leurs propriétaires après l’armistice, comme réquisitions ordinaires par les autorités allemandes15. À cela s’ajoutent des stocks de négociants havrais réquisitionnés sur d’autres ports, comme celui de Bachellier, importateur de rhum, saisi au titre de prise de guerre à Bordeaux par la Feldkommandantur. Des matières premières vont être soustraites, exemple parmi bien d’autres, à la Compagnie des extraits tinctoriaux et tannants, plusieurs centaines de balles d’écorce de mimosa, du quebracho, saisis dans un entrepôt de Nantes par la Wirtschaftstruff « R » ou à Bordeaux par la Kriegsmarine en 194116.

  • 17 Le récit qui suit est un résumé de la chronologie des événements rédigée par Albert Charles à l’in (...)

7La manière dont les Allemands ont saisi la majeure partie des stocks dans l’entreprise d’Albert Charles, négociant en bois tropicaux, est assez significative de la loi du vainqueur. Le plus grand importateur de bois coloniaux et américains en France a vu ses bureaux et une partie de ses chantiers, situés dans le quartier de l’Eure, détruits le 3 juin 1940. Huit jours plus tard plus de 2 000 tonnes de bois disparaissent dans l’incendie des Docks du Pont-Rouge, soit une valeur de 5 millions de francs de 1939. Suivant le mouvement d’évacuation du Havre, la maison Charles se replie à Bordeaux. Mais la défaite consommée, le négociant et ses cadres reviennent dans Le Havre occupé. D’ailleurs un stock déposé à Bordeaux est saisi et s’ajoute aux prises de guerre qui se confirment sur la place du Havre. Malgré le recours à un avocat, Me Gide, chargé de le défendre auprès du commissaire allemand aux prises de guerre, le négociant s’engage dans un processus difficile car les représentants du Reich ont bien l’intention de se servir17. En juillet 1940, Charles obtient à la sous-préfecture un plan de la zone interdite du port, visé par l’Ortskommandantur. Il tente alors d’en extraire ses stocks et de les entreposer dans ses magasins privés et ses chantiers Denfert et Marceau, notamment les grumes qu’il possédait au sas Vétillard et quai de la Gironde.

8Mais début octobre, un ordre de saisie parvient aux Docks du Pont-Rouge et aux Magasins généraux. Le haut-commandement allemand de Saint-Germain-en-Laye exige un relevé des stocks et dépêche au Havre une commission d’experts composée de deux officiers et de sept hommes d’affaires. Ceux-là ne sont autres que les concurrents allemands de la maison Charles, venus de Hambourg, de Berlin ou de Leipzig, c’est-à-dire les sociétés Danzer, Muller, Cropp, Struve et Wedeking. Charles était considéré comme « l’ennemi » par les hambourgeois de la profession qui trouvaient là une revanche sur le négociant havrais, lequel avait réussi à capter une grande partie des exportations de bois depuis les colonies africaines. Il lui est annoncé que la majeure partie de ses bois sera évacuée sur l’Allemagne « pour sauver l’économie européenne », soit sans discussion, soit à l’amiable par contrat. Rendez-vous est fixé au Majestic pour signer ce « contrat » avec la Wifo Rohstoffeinkaufsstelle Frankreich. Les bois sont chargés sur plusieurs cargos et le contrôle à l’enlèvement est effectué par la société Schenker, spécialiste des transports en direction du Reich. Charles tente alors d’évacuer sur Paris les bois qui lui ont été laissés, sur une péniche, mais la Cie HPLM se voit refuser le titre de navigation et ce lot est déclaré prise de guerre. Les négociations avec l’officier allemand de la commission d’experts, Werner, se passent mal et le 18 janvier des policiers allemands en civil font irruption dans les bureaux d’Albert Charles, perquisitionnent dans les dossiers d’importation, la correspondance et la comptabilité. Ils en enlèvent une partie. Ils emmènent les deux fondés de pouvoir, M. Paumelle et M. Noël, menacent les dirigeants d’arrestation si leurs déclarations ne sont pas concordantes. En janvier Werner fait appliquer des affiches de confiscation sur les chantiers qui seront retirées un mois plus tard. L’entreprise devra donc pour durer trouver des activités de substitution, comme on le constatera plus loin.

  • 18 Voir Annie Lacroix-Riz, Industriels et banquiers sous l’Occupation, Paris, Armand Colin, 1995, p.  (...)
  • 19 Dossier « Dommages de guerre », rapport d’expertise de 1960 (ADSM, 238 W 2036).

9Le Reich « se sert » également à la faveur de tractations entre le MBP et les hauts fonctionnaires de Vichy comme Jacques Barnaud, banquier délégué par Vichy aux relations économiques franco-allemandes. La pratique de la « contrainte négociée » suscite les appétits de la célèbre société allemande IG Farben. Celle-ci obtient au cours de ces « négociations » des livraisons de matériel en mai 1941, prélevé sur les raffineries de la région havraise, notamment le cracking de Port-Jérôme et 341 vannes de la Compagnie française de raffinage à Gonfreville l’Orcher. En avril 1942, le MBP prévoit l’enlèvement des installations de distillation de la CPR. Barnaud aurait alors déclaré que les services français étaient acquis au démontage total de la raffinerie de Gonfreville, mais aurait objecté que le chantier de démontage pouvait attirer l’attention de la Royal Air Force et provoquer la démolition de l’ensemble18. Selon les responsables de l’usine, les Allemands sont restés « les maîtres absolus des lieux ». De juin à septembre 1940, la Wehrmacht occupe seule et entièrement les locaux. Sur instruction du Majestic en 1943, comme il a été dit plus haut, l’occupant procède au dépeçage définitif des installations « en vue de les expédier en Europe centrale ». D’octobre 1940 à juin 1941 la compagnie emploie 370 hommes, puis l’effectif tombe à 90 et l’usine passe sous administration allemande. Les occupants procèdent à la saisie des biens et tout un personnel allemand chargé du démontage et de l’expédition des matériels demeure en place jusqu’en 194419.

B. La pénurie de sources d’énergie et de matières premières

  • 20 ADSM, 51 W, Cab 2, AES 8.
  • 21 ADSM, 1 ETPP 129, p. 17.

10À la fin de l’été 1940, la pénurie de charbon se confirme aussi bien pour l’approvisionnement de l’industrie que pour les besoins domestiques. Le 5 septembre, le maire, le préfet, le sous-préfet d’une part, et de l’autre le KVO Trönner et le capitaine Ackermann se rencontrent. Ils constatent que Le Havre n’a plus d’approvisionnement pour les foyers. Or les besoins sont de 13 500 tonnes par mois. Le délégué du Syndicat des charbons, M. Kopp, est chargé de présenter un rapport à l’Ortskommandantur à ce sujet. Il restait 3 000 tonnes chez Schneider qui précisément ont été saisis par elle20. Des usines sont sur le point de fermer en 1941 à cause de cette pénurie de charbon, même si l’usine électrique continue de s’approvisionner elle-même. Sous-préfet et chambre de commerce en accord avec la Kreiskommandantur tentent de pallier le manque de wagons par un projet de transport automobile, les canaux étant gelés durant l’hiver 194121. Le manque de matières premières, signalé à la 3e région économique où siège Henri Thieullent, le président de la chambre de commerce, conduit la Filature de Graville, en février, à proposer un groupement d’industriels havrais pour effectuer des commandes de charbon du Nord par voie fluviale.

  • 22 Fonds de la Compagnie générale des tramways (AMH, n Z 64).
  • 23 Voir Élisabeth James, « Transporteurs et chauffeurs routiers : un groupe d’entrepreneurs, d’artisa (...)

11La chambre de commerce est défavorable à l’établissement de nouvelles entreprises de transport routier, « étant donné le manque de travail dans la corporation », qui n’est constituée que de titulaires d’une carte de coordination. À cette époque, le « camionnage » est encore important. La Compagnie nouvelle de transports, par exemple, possédait en 1939 un parc important à la fois automobile et hippomobile. Le premier était situé rue Lamartine, le second dans ses écuries du boulevard Sadi-Carnot, près de la CEM, au no 25. Les « camionneurs » sont gênés par la difficulté à trouver du fourrage et par la hausse du prix des animaux. Les autorisations de circuler sont visées par la Kreiskommandantur et par le bureau des carburants de la préfecture. La création d’un Groupement départemental des transports routiers de la Seine-Inférieure permet de mieux contrôler le trafic. Ce groupement fonctionne grâce à un prélèvement de 3 % sur les factures, même celles qui concernent des transports pour les militaires allemands22. Les autorisations sont plus faciles a obtenir si l’on utilise des carburants de remplacement, les gazogènes, et les allocations à distance diminuent23. Nous verrons comment certains entrepreneurs travaillant pour les Allemands parviennent à obtenir davantage que leur contingent normal, notamment par l’intermédiaire des interprètes.

Figure 9 - Évolution des effectifs de la société George-Evers et Cie de 1938 à 1945.

Figure 9 - Évolution des effectifs de la société George-Evers et Cie de 1938 à 1945.

Source : ADSM, 260 W

  • 24 ADSM, 260 W 83.

12Certains industriels auront la chance de trouver assez vite un ersatz de leur matière première. La manufacture Georges-Evers et Cie, fabricant de produits d’amiante et calorifuges notamment pour la construction navale, se trouve privée d’une matière première venue jusqu’à la fermeture du port du Canada, du Cap et de Madagascar. Elle utilise en remplacement la soie de verre qui lui est fournie par les usines de Saint-Gobain24. Ces produits intéressent aussi bien les clients industriels français que la marine allemande. On peut rétrospectivement regretter que par la suite l’ersatz n’ait pas définitivement remplacé l’amiante comme produit d’isolation, évitant un long cortège de maladies professionnelles et de décès au cours de l’après-guerre. Le volume d’emploi de la société a subi une érosion sous l’Occupation, mais sans doute moins forte qu’elle aurait pu l’être sans matière de substitution.

C. Le contournement du blocage des prix

  • 25 Voir Alain Leménorel, Nouvelle Histoire économique de la France contemporaine, vol. 3, Paris, La D (...)

13Modernité et indépendance sont deux qualités que les dirigeants de Vichy auraient bien voulu inscrire sur la carte de visite du régime. Ce sont pour une grande part des illusions25, ne serait-ce qu’à cause de la tutelle allemande sur l’organisation de l’économie et du lourd tribut financier imposé par l’armistice. L’orthodoxie financière non plus n’est pas au rendez-vous. La France devra supporter des frais d’entretien des troupes d’occupation, s’acquitter pour cela d’une somme de 400 millions de francs par jour, brader par force les ventes aux Allemands puisque le cours du Reichsmark est fixé unilatéralement à 20 francs. Sans aborder ici la question du marché noir français ou allemand de grande envergure, ni les pratiques frauduleuses sur lesquelles il existe une abondante littérature, constatons simplement qu’un état de pénurie ne pouvait que fausser la vérité des prix dans la distribution des biens de consommation. Celle-ci était très inégale sur le plan national en fonction des branches et des territoires. La multiplication des règlements décuplait les occasions de fraude. Producteurs et consommateurs étaient davantage contraints au contournement de la loi. Une loi, en effet, dite Charte des prix, décide que les prix de gros et de détail ne devront pas dépasser leur niveau de septembre 1939. En réalité les prix montent sous l’Occupation. Mais officiellement ce sont des « prix-limites ». Officiellement toujours, on prétend les surveiller, en éditant des prix pour la viande et le beurre, publiés par exemple dans Le Petit Havre. Le 5 septembre 1940 le préfet, le sous-préfet, le maire et les autorités allemandes, le capitaine Ackermann et le KVO Trônner, sont réunis. Le compte rendu de l’entrevue est assez clair sur qui donne et qui reçoit les ordres : « Le maire et la sous-préfecture auront à instituer une commission de surveillance des prix pour la ville du Havre et pour la campagne... les autorités auront à punir sévèrement chaque dépassement des prix fixés. »

  • 26 Fabrice Grenard, « La soulte, une pratique généralisée pour contourner le blocage des prix », dans(...)

14Certes des dérogations sont possibles, mais rares et tardives, elles font que le prix légal ne rattrape jamais le prix réel. De l’utilisateur de matières premières jusqu’au marchand de biens de consommation chacun va faire payer à son client un prix réel calculé sur le prix de revient effectif, et non le prix fixé par la réglementation officielle. Pour cela il faut pratiquer une double comptabilité. Ce supplément au prix légal réclamé par le vendeur, c’est la soulte, une pratique qui va se généraliser pour contourner le blocage26. Le contrôle économique se faisant plus pressant, on pratique la double facturation dont l’une est évidemment tenue secrète. Permettant la survie économique de nombreux producteurs et commerçants, cette pratique avait évidemment des effets pervers parce qu’elle permettait bien des abus. Si les ministres de Vichy se sont glorifiés après-coup d’avoir maintenu la stabilité des prix, tout montre que celle-ci n’était qu’illusion et constituait comme l’a écrit Fabrice Grenard « une bombe à retardement qui allait peser considérablement dans la très forte inflation de l’après-guerre ».

  • 27 ADSM, 260 W 205.

15La soulte est ainsi pratiquée tout au long de l’Occupation, quelle que soit la taille de l’entreprise, et quels que soient les sentiments des entrepreneurs à l’égard de l’armée d’occupation et du régime de Vichy. Ludovic Arnauditzon, évincé de la chambre de commerce par les mesures de l’État français contre les francs-maçons présidait la Société des travaux de peinture de la Seine. Le directeur de l’entreprise était Antoine Coves, résistant, caporal FFI. La société sera citée à comparaître devant le Comité de confiscation des profits illicites. L’enquête menée à la Libération révèle, outre quelques « travaux allemands », que l’essentiel du profit jugé illicite, environ un million de francs, est constitué par la soulte. En septembre 1941, la totalité des stocks est détruite rue Tellier. La société les reconstitue rue de Bitche, où ils sont à nouveau détruits. Pour refaire à nouveau son stock de peintures, écrit l’inspecteur du fisc, « la société dut recourir au marché noir pour obtenir des marchandises ». Les soultes versées, répercutées sur le client, furent enregistrées sous forme de frais de chantier, puis, en 1943 et 1944, sous forme de commissions. La tonalité du rapport de l’inspecteur du fisc à la Libération n’est nullement celle d’un réquisitoire contre des délinquants ou des collaborateurs27.

  • 28 Rapport du 10 mars 1944 du préfet au Feldkommandant (ADSM, 51 W 396). Tous les rapports mensuels c (...)
  • 29 ADSM, 260 W 219.
  • 30 Dossier L. (ADSM, 260 W 133).
  • 31 ADSM, 260 W 29.
  • 32 ADSM, 260 W 160.
  • 33 ADSM, 260 W 121.
  • 34 Pour un chiffre d’affaires total de 33,3 millions de francs et un chiffre « allemand » de 6,3 mill (...)

16Les entreprises commerciales étaient donc sous surveillance. Mais les deux sources permettant de confirmer ces pratiques, les rapports préfectoraux durant l’Occupation et les enquêtes sur les profits illicites, ne permettent pas toujours de savoir s’il s’agissait de ventes au grand jour au-dessus du prix légal ou de ventes camouflées par une soulte clandestine ou semi-clandestine avec « omission volontaire d’écritures ». On peut repérer, pour le premier semestre 1944, quelques exemples de majoration illicite sans ajout du mot « trafic », une marchande de grains de la rue Joffre, un vendeur de liqueur Bénédictine, un marchand de machines à écrire Underwood28. Aux dossiers des hausses illicites on trouvera parmi bien d’autres un fabricant de bonneterie, les « Tricots Ener29 », un marchand de pneus de la rue Joffre, un entrepositaire en vins et rhums de la rue Michelet30. La soulte proprement dite s’est pratiquée par exemple dans les transports routiers, chez B., rue Turgot, pour des transports de vins de Gironde. Dans la confection, chez B., rue Thiers. Ce commerçant était revenu de captivité en 1943, il avait retrouvé ses magasins pillés, puis il fut totalement sinistré en septembre 194431. Une chemiserie de la rue Joffre, Modex, a « vendu des articles avec soulte32 ». On la retrouve aussi chez les débitants, comme L„ cours de la République, où elle s’élève à près de 600 000 francs pour une barrique de vins de Bordeaux33. La soulte était aussi pratiquée par des entreprises de taille plus importante. La Compagnie nouvelle de transports, dont une partie des véhicules avait été réquisitionnée pour le compte de Todt, dut s’acquitter d’une amende de 100 000 francs en 1947, pour la « coupable tolérance du Conseil d’administration », selon les termes du fisc, à l’égard des soultes occultes encaissées par le directeur général34.

  • 35 Rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 12 février 1942 (ADSM, 51 W 396). Les rapports de 19 (...)
  • 36 ADSM, 1 ETPP 129, p. 58 et 67.

17Quelle était l’intensité de la surveillance économique des prix durant l’Occupation ? Si l’on examine le nombre des décisions en matière de police, en janvier 1942 par exemple, on constatera qu’en regard de « 159 opérations motivées par les surveillances des prix des marchés et du commerce », on trouve dans le département 7 773 enquêtes administratives, 1 799 enquêtes judiciaires, 175 enquêtes demandées par les autorités allemandes, et 173 visites « de filles soumises35 ». Le contrôle des prix représente donc à peine 2 % des actes de police. La surveillance par la presse, un temps active, se fait aussi discrète dès les premiers mois de l’Occupation. Le Petit Havre avait entrepris en décembre 1940 une campagne contre les hausses illicites. Or la chambre de commerce s’en émeut et intervient auprès du sous-préfet. Celui-ci fait alors savoir que le directeur du journal lui a promis que désormais, il n’insèrerait plus que les condamnations pour majorations illicites qui seront prononcées par le tribunal. Cela ne suffit pas et le Syndicat général du commerce et de l’industrie, dirigé par Auguste Marion, proteste et juge que ces insertions sont « préjudiciables36 ». Le silence s’organise autour de la hausse réelle des prix.

D. Le temps des succédanés et des activités de substitution

  • 37 Avis défavorable à la Société commerciale interocéanique d’étendre la torréfaction du café aux suc (...)
  • 38 Lettre de l’association du marché des cafés (ADSM, 1 ETPP, 11 février 1943, p. 73).
  • 39 ABF, 1948.
  • 40 Cette maison affichait un chiffre d’affaires annuel de 44,4 millions de francs au 1er septembre 19 (...)

18Autre moyen de parer aux difficultés du temps, l’utilisation des produits de remplacement. L’histoire des ersatz durant la guerre est bien connue et laisse de nombreux souvenirs. Les succédanés du café ont donné lieu à un commerce très organisé, dans lequel les premiers négociants du pays se sont nettement impliqués, malgré leurs réticences. Les succédanés apparaissent, il faut le souligner, bien avant que les ports d’importation ne soient fermés au trafic. Dans un premier temps les chambres de commerce ne soutiennent pas cette pratique et prononcent des avis défavorables à la vente par des torréfacteurs d’orges torréfiés37. Le Syndicat des brûleurs de café proteste contre le développement des produits suppléants. Ensuite, les succédanés s’imposant et se multipliant, une réglementation complexe et changeante s’impose aux torréfacteurs et aux consommateurs. Mais il faut attendre 1943 pour que le Syndicat du commerce du café affirme que la vente des succédanés « doit devenir une activité normale38 ». En 1944, la France ne consomme plus que 53 000 sacs de café pur, alors que la seule Compagnie française d’importation des cafés importait à elle seule, en 1938, 200 000 sacs39 ! Rares semblent avoir été ceux qui, suivant l’exemple de l’importante maison Aubourg et Stehelin du Havre, « n’ont pas pu ou pas voulu se lancer dans les affaires de succédanés » et ont cessé toute activité durant l’Occupation40.

  • 41 ADSM, 1 ETPP 128, 25 avril 1940 et 19 septembre 1940, voeu repris par la CCH.
  • 42 Un wagon contenant 254 sacs de pépins de raisin est détruit à Achères lors d’un bombardement le 30 (...)
  • 43 Cette industrie rassemble « le séchage et la torréfaction » (décret du 4 décembre 1942, JO, p. 405 (...)

19Avec la réduction des importations de café de la zone dollar, puis la fermeture au commerce du port du Havre, se développent les produits de remplacement, marc de raisin, noyaux de dattes, abricots, cerises, malts, soja et pois chiches. Dès septembre 1940, une hausse considérable des cours de gros des produits de substitution inquiète le Syndicat du commerce des cafés. Pour refréner les abus, celui-ci demande que le gouvernement donne au GNIRCA le contrôle des prix et de la distribution des succédanés. Les négociants spécialisés dans le commerce du café demandent immédiatement que la torréfaction et la vente de ces succédanés leur soient réservées, par crainte de licenciements dus à l’apparition de nouveaux concurrents généralistes41. Désormais, la distribution et torréfaction de succédanés entre dans la carte de visite des négociants qui les affichent dans leur publicité. La Société commerciale interocéanique achète des centaines de sacs de pépins de raisin aux Maïseries de la Méditerranée à Marseille42. À partir d’octobre 1940, la vente au détail de café à l’état pur est interdite. On doit vendre un mélange comportant au moins un tiers de succédanés. Mais pour les torréfacteurs, se procurer des succédanés devient difficile également. Le GNIRCA distribue même des orges et seigles préalablement torréfiés en Allemagne. Signe des temps, un comité d’organisation de l’Industrie de la chicorée est créé en 194243.

  • 44 Venant d’Afrique et de Syrie ils étaient stockés à Marseille et ne furent momentanément employés q (...)
  • 45 Ou « faux pois ». Refus du ministre de l’Agriculture au préfet régional de Marseille (ADBR.112 W 3 (...)
  • 46 Ravitaillement, 26 septembre 1944 (ADBR, 112 W 31).
  • 47 À raison seulement de 60 g par personne : Revue du café 1941, éditée par la maison Kronheimer (ADS (...)
  • 48 Principaux succédanés du café utilisés pendant la guerre : caroubes, chicorée, coques de cacao et (...)
  • 49 Rations fixées au JO. Un exemple : 27 octobre 1942, p. 3565.

20Bientôt certains substituts sont interdits, car ils deviennent précieux pour l’alimentation humaine, comme les pois chiches44, ou pour l’alimentation animale, comme la vesce sauvage45. À l’inverse on se demande jusqu’où sont allées les expériences de substitution : un torréfacteur marseillais demanda d’utiliser des « résidus de pâtes alimentaires », ce qui lui fut refusé46. Des arrivages de cafés coloniaux à Marseille en 1941, et, paradoxalement la pénurie de succédanés permirent de rendre à nouveau facultative pour un temps la vente de café pur, même en Seine-Inférieure47. Mais la règle générale fut la suivante : on devait vendre au consommateur un « mélange national » qui contenait au moins deux-tiers de succédané48. Il était défini par des autorisations et des interdictions multiples et successives portant sur les denrées utilisables et sur les proportions. La ration mensuelle en 1941 est de 250 grammes de mélange. En 1942 elle ne peut excéder 150 grammes de mélange contenant au maximum 30 grammes de café pur49.

  • 50 Rapport du préfet au commissaire régional de la République, 15 novembre 1944 (ADSM, 51 W 61).
  • 51 ADSM, 51 W 60.
  • 52 Voir Edgar Raoul-Duval, « Aurons-nous du café cette année ? », Revue de la Porte océane, no 33, ja (...)
  • 53 Charles Rufenacht, Le Café et les principaux marchés de matières premières, la monnaie, les change (...)

21Le retour à la normale sera long. En Seine-Inférieure, à l’occasion du 11 novembre 1944, des distributions de café nature sont « bien accueillies par la population50 ». Les succédanés sont en vente libre à partir de la Toussaint 1945. Mais en 1946 la ration mensuelle de café pur n’est toujours que de 125 grammes51. En janvier 1948, le président de la Confédération nationale du commerce des cafés, Edgar Raoul-Duval, souhaitant que l’année nouvelle soit celle « si impatiemment attendue par des millions de Français, celle du café revenu », constatait que ces derniers continuaient de parer au manque par « l’absorption croissante de succédanés ». Il comptait sur le plan Marshall pour redonner au Havre son rôle de place caféière européenne52. En 1947, le groupement joue toujours le même rôle et les importateurs et distributeurs n’ont pas encore repris contact avec toute leur clientèle. Il faut attendre 1950 pour retrouver « un régime de semi-liberté dans le commerce d’importation du café vert et la distribution du café torréfié53 ».

22Il semble impossible de chiffrer les quantités de succédanés utilisées. Comment apprécier, par exemple, les quantités d’orges grillées ou vendues à cet effet par les paysans français ? Le succédané permet en effet une autoproduction. En revanche on peut tenter d’en imaginer l’importance en négatif, en établissant, grâce aux acquittements en douane, une courbe de la consommation de café pur entre 1940 et 1950. Si, en 1940, la pénurie n’est pas immédiate, c’est parce que le gouvernement avait acheté 1400 000 sacs au Brésil entre septembre 1939 et mars 1940.

  • 54 ADSM, ETPP 129, p. 196.
  • 55 Ibid.

23Le grand négoce du café, soucieux de garder un monopole sur les produits de substitution est en revanche enclin à s’autoriser des débordements sur le champ des autres corporations. La maison Courrier-Egloff est par exemple autorisée en mars 1941 à joindre à son commerce le transport par route à l’aide de plusieurs gazogènes54. Pour compenser l’arrêt des importations de produits chers on mord sur le champ des compétences des importateurs de produits alimentaires. Ceux-ci s’en plaignent à la préfecture le 2 septembre 1941. Les spécialistes du café, du coton, du cacao, maisons essentiellement coloniales se mettent à vendre des produits d’alimentation, qui plus est en dehors de leur clientèle habituelle. Sont cités ainsi Dufay et Gigandet, Taquey, Muller, Loevenbruck. Même tentative chez les transitaires Génestal, Derruder, Gondrand qui se livrent « à des combinaisons en dehors de leur sphère ». Génestal est autorisé « à la vente de tous produits du sol destinés à l’alimentation humaine ou animale », Taquey à traiter vins et alcools en remplacement des rhums. Muller, spécialiste des cafés de Madagascar, demande à pratiquer le commerce des conserves et légumes verts. La chambre de commerce avait donné un avis favorable à certains de ces négociants pour cette extension comme Génestal, et refusé dans un premier temps à d’autres comme Muller55. Une confusion, dont se plaignit à l’occasion la chambre, existait entre commerce de gros et commerce d’importation. Mais cela pouvait aussi fournir l’occasion à de grands négociants ou courtiers, Edgar Raoul-Duval ou Henri de Geuser, d’occuper des postes dans les comités d’organisation du Commerce des denrées.

Figure 10 - La raréfaction du café en France à partir de 1941.

Figure 10 - La raréfaction du café en France à partir de 1941.

Source : chiffres officiels de la douane, cités dans Charles Rufenacht, Le Café..., op. cit.,p. 305.

  • 56 Le Petit Havre, 3 janvier 1943. Société fondée en 1812. Raymond Chevallier-Appert avait été médail (...)
  • 57 ADSM, 260 W 49.

24Quelques indices économiques permettent de penser que le négoce par la combinaison des expédients et des stratégies a réussi à survivre très honorablement. À l’échelle d’une très importante société de négoce – la Compagnie française d’importation et d’exportation, CFIEX, qui était en quelque sorte le département café de la Compagnie cotonnière où la famille Senn était alliée à d’autres négociants de la place – l’orientation aboutit même à l’absorption d’une société de vente de denrées alimentaires à Paris et dans le Vaucluse, l’entreprise Chevallier-Conserveries Appert56. Les résultats de cette entreprise au cours de la période peuvent donner une idée de l’efficacité relative des activités de compensation pour l’une des plus importantes sociétés de négoce de la place du Havre. La CFIEX avait réalisé, en 1939, un bénéfice de 7,7 millions de francs. En 1940, il n’est plus que de 2,3. Au cours des années suivantes, il n’atteint pas le dixième, même en francs courants, de l’année 1940 (entre 200 000 et 300 000 francs entre 1941 et 1943 et seulement 98 000 en 1944). Mais il faut surtout retenir que la société n’affiche pas de perte57. Les cafés du GNIRCA représentaient en 1943 un chiffre d’affaires de 630 000 francs et le produit des conserveries était de 305 000 francs, signe de l’importance acquise par les activités subsidiaires. Contrairement aux secteurs stratégiques pour l’occupant et susceptibles de réaliser un chiffre d’affaires allemand, celui du négoce des denrées tropicales demeure en situation d’attente.

  • 58 Dans ce cas précis, cela est resté à l’état de projet comme on le verra plus loin. Mars 1941 (ADSM (...)
  • 59 ADSM, CCH, 79 E 1, septembre 1941.
  • 60 Le Petit Havre, 4 février 1943, « Coup d’œil sur nos industries locales ».

25Les importateurs de bois ont assez bien résisté aux contraintes de la guerre et de l’Occupation malgré l’appétit suscité par les stocks de bois exotiques chez les Allemands, comme nous l’avons constaté. Le Havre avait acquis, depuis la précédente guerre, le leadership dans l’importation et le transit des bois coloniaux vers la métropole, F Italie ou la Suisse. Ce transport interrompu, ainsi que celui des bois du Nord, les négociants havrais se muèrent, dit Le Petit Havre en 1943, en exploitants forestiers. Signe des temps, on assiste à la constitution d’un Syndicat des marchands de bois de chauffage en mars 1941 dont la présidence est confiée à la Société commerciale d’affrètement et de commission qui est là bien loin de ses compétences internationales de transit maritime. L’usine de contreplaqués Multiplex souhaite adjoindre à son activité, sûrement réduite puisqu’elle utilisait des okoumés du Gabon, l’exploitation de coupes forestières dans le département58. La maison Gutzwiller fait de même59. On achète donc des coupes, du matériel de débardage, des engins de levage. La maison Migraine Frères et Cie, importateur et scieur de bois du Nord, après la saisie de ses stocks par les Allemands, pour éviter l’arrêt de son usine, crée à La Mailleraye un chantier pour l’exploitation des bois de pays. Elle y transfère une bonne partie de ses ouvriers. La voie ferrée n’étant pas sûre, on utilise plutôt le canal de Tancarville et les scieries havraises se remettent à fonctionner. La réduction de personnel globale n’aurait pas été supérieure à 10 % pour les entreprises de négoce du bois de la place, mais là le journal est sans doute optimiste60.

  • 61 Mémoire adressé par la maison Charles au CCPI, avril 1946 (ADSM, 260 W 41).
  • 62 Les autres combustibles solides étant les grains et les minéraux. Voir Jean-François Grevet, « Les (...)

26La principale entreprise d’importation et revente des bois coloniaux et américains, la maison Charles, malgré six bombardements de 1940 à 1944 et les enlèvements par les autorités allemandes, a survécu en s’adaptant. Le personnel a été réduit de moitié, les activités se sont orientées vers la vente des bois de pays, l’exploitation forestière et la carbonisation jusque dans la région de Bordeaux, s’appuyant fortement sur la succursale parisienne. Les seules importations durant la guerre ont été faites par le port de Marseille. Mais le manque à gagner provoqué par l’Occupation peut être assez aisément calculé61. Le stock de bois de la maison Charles a diminué pendant la guerre de 15 000 tonnes de bois exotiques chers et s’est accru de 4 000 tonnes de bois de pays, ce qui représenterait une diminution de l’actif de 62,6 millions de francs. L’activité de substitution ou le succédané ne compensent pas ici non plus les pertes entraînées par la guerre, mais il faut toutefois remarquer que le bois était aussi un succédané pour les entreprises de transport routier : les véhicules fonctionnant au gazogène utilisaient en majeure partie du bois et du charbon de bois62. Les nouveaux chantiers forestiers trouvaient là aussi un débouché.

  • 63 Le Petit Havre, juin 1942.
  • 64 « Un Havrais va lancer le gazogène à tourbe ? », Le Petit Havre, 22 juin 1942.
  • 65 Jean-François Grevet, « Les riches heures du gazogène », art. cité.

27Au Havre, 283 boulevard de Graville, on peut se procurer des gazogènes « La Comète » et « Star » dont la publicité prétend qu’ils procurent le même rendement à la tonne-kilomètre que l’essence63. Le gazogène n’est pas une découverte de la période de guerre. Expérimenté dès la fin des années 1920, il a déjà acquis une maturité technique. Le ministère des Travaux publics avait poussé à son utilisation, mais celle-ci demeurait encore marginale, ne dépassant pas quelques centaines de véhicules en France. Avec les pénuries de l’Occupation, l’économie dirigée stimule le carburant de remplacement, et le gazogène équipe en 1944 un tiers des véhicules utilitaires inférieurs à deux tonnes et plus de la moitié des utilitaires lourds. Berliet, Renault, Imbert et d’autres constructeurs accroissent leurs recherches et leur production. Un comité d’organisation de l’Industrie du gazogène est créé en 1943. Durant la pénurie d’essence, de nombreuses recherches sont favorisées par la Direction des Industries mécaniques et électriques (DIME). Avec le concours des Ateliers Béliard et Crighton, un jeune ingénieur havrais, Jacques Jullien, met au point un gazogène qui a la propriété de fonctionner au bois ou à la tourbe et qui présente l’avantage de dissocier les goudrons, évitant ainsi d’encrasser les filtres et le moteur. Jullien fait homologuer ce système depuration par la combustion auprès des ingénieurs de la station nationale d’essais et de recherches techniques. Son gazogène, sur un camion de 7 tonnes, consomme 130 kilogrammes de bois ou 100 kilogrammes de tourbe pour 120 kilomètres, au lieu de 60 litres d’essence ; au surplus, ce gazogène démarre à la manivelle64. Mais le gazogène n’a pas eu une grande postérité et a disparu quasiment avant l’achèvement de la reconstruction, le plan Monnet redonnant la priorité aux hydrocarbures65.

E. Le repli à Marseille et l’appel à l’empire des négociants

  • 66 ADSM, 1 ETPP 129, p. 167.
  • 67 Décret du 9 septembre 1939 sur l’extension des établissements (ADSM, CCH, 79 E 1).

28En février 1941, Georges Kunmunch, directeur au Havre de la puissante Société commerciale d’affrètement et de commission, et Paul Marion, représentant le Syndicat général du commerce et de l’industrie, déposent un projet à la chambre de commerce. Il s’agirait de créer un bureau chargé de représenter à Marseille les intérêts havrais. Or, fait remarquer Albert Charles, c’est inutile car des liens existent déjà avec la CCI de Marseille66. En effet, les négociants n’ont pas attendu pour organiser un repli stratégique, avec la bienveillance des Marseillais qui se trouvaient pourtant concurrencés. Entre la fermeture du port du Havre en juin 1940 et l’occupation de la zone libre en novembre 1942, le trafic de Marseille était un palliatif appréciable, surtout pour les relations maritimes avec l’empire colonial, ou du moins la partie qui n’avait pas encore rallié la France libre. Certains avaient choisi d’autres destinations. Parmi les négociants en café, Duparc-Roussel part à Talence en novembre 1940, Aubert à Paris, Jacquelin à Moulins. Les chambres de commerce ont un avis à formuler, mais c’est le préfet qui décide, ainsi que l’indique un rappel à l’ordre du ministre Belin67.

  • 68 Une source précieuse est la série 184 W des ADBR : dossiers de demandes d’ouverture de fonds de co (...)
  • 69 Circulaire no 381 du 23 décembre 1940 : décision d’ouvrir un bureau à Marseille de la Société d’im (...)

29Dès le mois de mai 1940 la société Raoul-Duval transfère sa maison de commerce à Bordeaux pour le temps de la guerre, avant d’ouvrir son bureau à Marseille quand la ligne de démarcation est établie. La maison Reinhart, importatrice de café et de coton se replie également à Bordeaux en développant une branche « Vins ». Les plus rapides dans cette réaction à l’occupation de la zone Nord sont les négociants en café. Les archives marseillaises attestent d’un véritable mouvement de repli sur le grand port de la zone libre dès l’automne 194068. Cette installation est effective dès le printemps 1941 pour une quinzaine d’entre elles. Son caractère collectif, probablement concerté dans le cadre du GNIRCA, permet de parler ici de stratégie. Le président du commerce des cafés du Havre a suggéré aux négociants de la place d’adopter cette solution69.

  • 70 Confiées à soi-même dans le cas de la société Latham et Gilg ; Edouard Gilg étant président du gro (...)
  • 71 Demande de Robert Latham (ADBR, 184 W 69).

30La courbe des importations marseillaises indique qu’il ne s’agit pas d’un mauvais calcul, malgré la coupure de 1942, la paralysie du port du Havre n’ayant cessé qu’en mars 1945. Les arguments avancés par les négociants dans leurs demandes sont les suivants : il s’agit d’abord de maintenir une activité impossible au Havre et de conserver les salariés, d’assurer l’approvisionnement habituel de la clientèle de la zone sud, de participer aux actions de répartition du café et des succédanés confiées par le GNIRCA70, de suivre les « conseils du Ravitaillement71 », de renforcer les liens avec l’empire colonial. Il ne semble qu’il n’y ait pas eu de refus. L’avis de la chambre de commerce de Marseille insiste en général sur le caractère provisoire d’une agence, mais les lettres d’appui du GNIRCA font supposer qu’un refus nuirait aux importateurs locaux, compte tenu du poids des Havrais dans la répartition.

Figure 11 - Le négociant en cafés Robert Latham demande au préfet des Bouches-du-Rhône l’autorisation d’ouvrir une succursale à Marseille, le 22 novembre 1940 (ADBR, 184 W 69).

Figure 11 - Le négociant en cafés Robert Latham demande au préfet des Bouches-du-Rhône l’autorisation d’ouvrir une succursale à Marseille, le 22 novembre 1940 (ADBR, 184 W 69).

Tableau 5 - Sociétés havraises repliées à Marseille ayant pour principal objet le négoce du café.

Raison sociale

Période d’installation

Société caféière française (cafés)

novembre 1940 - janvier 1941

Daniel-Ancel Fils (cafés, cotons, produits coloniaux)

décembre 1940 - février 1941

Latham et Gilg (cafés, cotons)

décembre 1940-janvier 1941

SIC (Reinhart) (cafés, cotons)

novembre 1940 - janvier 1941

Ste com. interocéanique (cafés, succédanés, cotons)

février 1941 - mars 1941

Courrier-Egloff (cafés et succédanés)

décembre 1940-janvier 1941

Brunschwig (cafés)

janvier 1941 - mars 1941

Traumann (cafés, poivres)

janvier 1941 - février 1941

Muller (cafés de Madagascar)

avril 1941 - juin 1941

Lehman (pour Danon) (cafés)

dossier : septembre 1940

Eloy Marcel (cafés et produits coloniaux)

dossier : 1942

Lemétais (cafés)

indicateur : 1942

Havraise de consignation (cafés)

dossier : mars 1941

Raoul-Duval (cafés et produits coloniaux)

indicateur : 1942

Société d’importation France-Amérique

décision : janvier 1941

Compagnie française d’importation (cafés)

déjà présente en 1937

Dubail et Cie (cafés)

déjà présente en 1937

Sources : ADBR, 184 W, L’indicateur de Marseille ; ADSM, 6 U 6 et 238 W.

  • 72 Le commerce « de place » concerne les opérations de revente de négociant à négociant ou d’importat (...)

31Marseille attire aussi les professionnels des autres branches du négoce. Quelques négociants et transitaires en coton tentent ce repli. Le transitaire officiel du GIRC, la maison Adrien-Martin, spécialiste de l’échantillonnage et « maître voilier », est admis en février 1941, la Société d’importation cotonnière (SOFIC-Henri-Scholaert) est autorisée à s’installer en avril. La Société commerciale transcontinentale (SOCOT-Génestal) est admise en juin 1941. Le secrétaire du Syndicat des importateurs de produits alimentaires du Havre, Raymond Bunge importait avant-guerre des produits venus d’Amérique essentiellement. En décembre r940, il rédige lui aussi sa demande au préfet des Bouches-du-Rhône pour être admis dans la cité phocéenne en espérant profiter de ses relations maintenues avec une partie de l’empire colonial. Le négoce d’importation et le marché de place72 se trouvant réduits à peu de choses, les professions intermédiaires suivent le mouvement. La Chambre des courtiers demande en novembre 1941 un appui des chambres de commerce havraise et phocéenne pour le transfert de ses adhérents Cavanagh, Baron et Maréchal.

  • 73 Lettre de reconnaissance des Établissements Frédéric-Jacquel (ADSM, 260 W 152).
  • 74 Visite de Kehrl, 2-4 mai 1941 (AN, F/12/10298). Il s’intéresse aussi au stock de Dakar, mais Motte (...)
  • 75 ADSM, 260 W 152.
  • 76 Jacques Rabeil, L’industrie cotonnière française, thèse de droit, Paris, Th. Génin, 1955, p. 101. (...)
  • 77 Facturées à la Texanische Baumwolle Gesellschafl. Une tractation entre le GIRC et cette entreprise (...)
  • 78 Attestation signée « J. Westphalen-Lemaître », 2 octobre 1945 (ADSM, 260 W 152).
  • 79 Voir Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952, Pa (...)
  • 80 « Livraisons de coton à l’Allemagne » (AN, F/12/10558).

32Suivons de plus près la maison Adrien-Martin. Jusqu’au mois de novembre 1942, elle intervient dans le transit en Méditerranée, et même après cette date, elle organise l’acheminement vers l’intérieur de marchandises diverses stockées à Marseille. Son patron, mobilisé, s’y installe dès son retour. Il refuse de communiquer à l’occupant le détail des stocks de ses clients et freine par des astuces juridiques la récupération par l’ennemi de coton appartenant à des industriels alsaciens73. Ceci concorde avec l’agacement de l’Allemand Kehrl, à la commission de Wiesbaden, devant les difficultés à faire remonter « les cotons des firmes alsaciennes situées en zone Sud74 ». Le représentant d’Adrien Martin à Paris fera partie du Comité d’épuration de la chambre syndicale. Il est donc intéressant de savoir pourquoi, malgré cela, le CCPI lui impose toutefois une amende75 car son chiffre d’affaires allemand s’élève à 8 % de ses activités pour l’ensemble de la période. Adrien Martin reconnaît avoir assuré l’expédition en Allemagne par la SNCF, de 10 000 tonnes de coton brut, sans doute en partie colonial, en mai 194176 et 1 205 tonnes en 1942-194377. Il obtient sans difficulté une attestation de contrainte78, car les ordres ne venaient pas uniquement des autorités allemandes. En effet, l’opération a été faite en exécution des accords franco-allemands pour le textile, en échange de 7 000 tonnes de fibranne et le CIRC de Marseille a agi sur ordre de la direction de la filature du coton du comité d’organisation du Textile. Cette transaction est sans doute relative au plan Kehrl dont elle représente un peu plus de 10 %79. Le GIRC eut aussi à livrer du coton colonial à l’Allemagne en 1944, prélevé sur la récolte de 1942 dans le cadre du « plan Grüber » qui portait sur un millier de tonnes80. Que ce soit l’acheminement du coton étranger, égyptien notamment, ou la redistribution de stocks marseillais, on peut constater que la stratégie du repli a permis à l’entreprise de demeurer bénéficiaire sous l’Occupation, malgré le déficit de la succursale de Dunkerque. La relative modestie des chiffres – il s’agit de transit et non de négoce –, le fait qu’il s’agit d’une petite société, n’interdit pas de mesurer ici l’efficacité d’un positionnement d’expert rendu possible par ce repli.

Tableau 6 - Éléments du bilan de la maison Adrien-Martin de 1939 à 1944 (en millions de francs courants et constants).

Exercices

Total du bilan

Bénéfice brut (francs courants)

Bénéfice brut (francs 1938)

1939-1940

25,7

4,3

3,9

1940-1941

32,5

4,4

2,9

1941-1942

28,7

4,2

2,4

1942-1943

15,9

5,8

2,6

1943-1944

20,4

3,8

1,4

Source : ADSM, 260 W 152.

  • 81 AN, AJ/38/5004.
  • 82 Rapport d’expertise Vaussard pour le préfet sur la valeur du fonds de commerce Danon (AN, AJ/38/50 (...)

33Autre affaire d’importance, la société Joseph-Danon81, dont le chiffre d’affaires au 30 juin 1939 était de 62 millions de francs. En juin 1940, elle procure 3,1 millions de bénéfices. Ensuite lors de la première année d’occupation, le bénéfice descend à 17,5 millions de francs courants traités par le bureau du Havre, dont 4,4 millions en cotons, et la société affiche une perte de 126 000 francs82. À la veille de la liquidation résultant de l’aryanisation, elle se situe, pour le bureau du Havre à 5 % en francs constants de son niveau d’avant-guerre. Il faudrait évidemment y ajouter à partir de 1941, les revenus résultant du transfert de siège à Marseille.

34Les gros actionnaires du GNIRCA bénéficient de dividendes honorables. En calculant à partir des 18 actions de Danon, qui n’a pas le lot le plus important, on constate qu’elles ont rapporté 400 % en moins d’un an. L’appartenance au Groupement d’achat permet à la société repliée à Marseille, même sous administration provisoire imposée par l’aryanisation, d’assurer encore le financement de 12 000 sacs de café (environ 960 tonnes) soit 12,2 millions de francs comme importateurs et de percevoir 442 000 francs au titre de distributeurs dont près de la moitié en succédanés, ce qui ne durera pas puisque dans ce cas précis, la société sera exclue de la répartition.

Tableau 7 - Chiffre d’affaires de Joseph-Danon et Cie, maison du Havre, de 1938 à 1943·

Exercices

Chiffre d’affaires.francs courants

Chiffre d’affaires.francs 1938

juillet 1938-juin 1939

62 089 751

57 743 000

juillet 1939-juin 1940

48 546 584

45 149 000

juillet 1940-juin 1941

17 502 764

11 901 000

juillet 1941 - juin 1942

14 431 090

8 081 000

juillet 1942 - juin 1943

6 548 598

2 946 000

Source : AN, AJ/38/5004.

  • 83 Voir Claudie Fauchier-Delavigne, Les Reinhart, une famille de négociants en coton et café au Havre (...)
  • 84 Annuaire statistique 1941 de la chambre de commerce de Marseille, archives de la chambre de commer (...)

35Stratégie de survie dictée par l’Occupation, le repli « marseillais » évoqué précédemment est aussi un repli « colonial » qui accentuera la conversion au marché d’empire pour le négoce havrais. Les négociants en café dont nous venons de parler ne se sont convertis qu’assez tardivement au café colonial qui avait plutôt mauvaise réputation à cause de l’importance des robustas. À la fin des années vingt, les provenances coloniales prennent leur essor, stimulées par le privilège douanier. Avec le blocage du port du Havre transformé en forteresse allemande, Marseille qui, non seulement comme on l’a vu conserve encore un trafic, demeure, pour une durée que l’on ne pouvait pas deviner en 1940, en relation avec l’AOF, territoire resté sous l’autorité de Vichy. Les négociants en coton ont agi de même, mais il semble qu’ils aient été moins prompts à choisir cette solution que les gens du café, et même qu’ils aient pris exemple sur eux. À Henri Thieullent, négociant en coton et président de la chambre de commerce qui regrette une activité réduite, M. Reinhart fait remarquer que les négociants en café ont donné l’exemple et se sont établis dans la cité phocéenne83. Marseille a importé en 1940 une quantité importante de coton : 104 000 tonnes, mais seulement 11 000 tonnes en 194184. Or ces maigres apports sont alors fournis pour l’essentiel par la colonie : 7 900 tonnes coloniales sur 9 000 importées en 1942. D’où l’importance du repli stratégique et l’intérêt renforcé pour la colonie.

  • 85 Elle transfère plus précisément sa filiale « Agence cotonnière française » (ADBR, 184 W 69). Adrie (...)
  • 86 ADBR, 184 69.
  • 87 Lettre au préfet du 22 janvier 1941, ibid.
  • 88 Note interne rédigée par Marcel Reinhart, non datée. Aimablement communiquée par Claudie Fauchier- (...)
  • 89 Cela n’aboutit pas car son associé est tué dans un accident d’avion au cours de son voyage africai (...)

36On retrouve donc à Marseille, aux côtés de la maison Adrien-Martin, transitaire et « maître voilier », admise en février 194185, la Société d’importation cotonnière (SOFIC-Henri-Scholaert) et la Société commerciale transcontinentale (SOCOT-Génestal) admise en juin 1941. La justification fournie pour le transfert par cette dernière est la poursuite « de son activité dans le commerce du coton en provenance de l’Empire français86 ». Cette remarque explique peut-être pourquoi nombre de maisons importantes, ayant des relations exclusives avec l’Amérique n’aient pas suivi le même chemin. Un dirigeant de la SOFIC explique pour sa part avoir déjà importé 2 500 tonnes par Marseille durant le premier semestre 1940 et avoir conservé tout son personnel87. Quelle que soit l’issue imaginée de la guerre, on pense Marseille et colonies, si l’on en croit Marcel Reinhart, patron de la Société d’importation et de commission : « Si l’Allemagne gagne la guerre, il y a tout lieu de penser que nous perdrions une partie de nos colonies, mais c’est pourtant du côté colonial que nous devrons faire nos plus grands efforts, car il est à craindre que la France vive pendant une période assez longue en vase clos88. » La même démarche inspire le président du tribunal de commerce Louis Hubert, patron de la Compagnie générale des cafés, maison jusque-là très brésilienne et vénézuélienne, qui projette de s’établir en Côte d’Ivoire en 194089.

  • 90 En association avec un comptable de Marseille, R. Toulot, et un capital de 500 000 F (16 décembre (...)
  • 91 ADSM, 1 ETPP 129, p. 502.
  • 92 ABF.
  • 93 Voir Claude Malon, Le Havre colonial, op. cit.,2e partie.

37Raymond Bunge est secrétaire du Syndicat des importateurs de produits alimentaires du Havre et parmi d’autres intérêts, il est administrateur des Docks du canal de Tancarville et président de l’entreprise de BTP Thireau-Morel. Il importait avant-guerre des produits venus d’Amérique essentiellement. En décembre 1940 il affirme, dans sa demande au préfet des Bouches-du-Rhône, désirer « aujourd’hui tourner son activité vers les colonies françaises ». Ainsi sa maison « contribuerait ainsi au développement, tout d’abord des relations commerciales entre la Métropole et l’empire colonial, et ensuite de l’activité du port de Marseille ». Il souhaite pour ce faire constituer une filiale sous forme de SARL qui aura la même dénomination que la société au Havre90. Être en relation avec les colonies via Marseille n’est cependant pas si facile, car les produits ensuite acheminés par chemin de fer arrivent parfois avariés à cause de la coupure du pays imposée par l’Occupation91. Nombre de ces entreprises de négoce, aidées par les banques ont pu assez aisément retrouver des chiffres d’affaires intéressants dès la fin des années 194092 et réaliser alors une implantation plus directe dans les colonies françaises. On assistera alors à un mouvement de filialisation de ces sociétés qui ont réussi à ruiner le département café des grandes sociétés coloniales de traite comme la CFAO et la SCOA. Le repli sur Marseille apparaît rétrospectivement comme une répétition générale pour des temps meilleurs. Mais cela est un autre sujet93.

  • 94 Voir Claude Malon, « Les entreprises du coton colonial, contraintes, adaptations et stratégies », (...)

38Les seuls à conserver, voire développer une véritable activité d’entreprise dans l’empire colonial, que ce soit sous l’autorité de Vichy ou dans les territoires ralliés à la France Libre sont donc les gens du coton94. Les entrepreneurs havrais sont en effet particulièrement influents dans la collecte et la commercialisation du coton colonial même si celui-ci pèse peu jusqu’alors dans les approvisionnements de la métropole. La Compagnie cotonnière, ancienne maison Siegfried, continuée par Olivier Senn et son fils Édouard, a depuis longtemps pris position en Afrique équatoriale, sur les territoires actuels du Centrafrique et du Tchad. Édouard Senn dirige la Cotoubangui créée par son père sur le territoire de l’ancienne Kotto, société concessionnaire de l’ancien « Congo français » fondée en 1899 pour l’exploitation du caoutchouc indigène. Il est également administrateur de la Cotonfran, sur le territoire du Tchad. Édouard Senn est d’autant plus influent comme directeur des achats du CIRC que la compagnie cotonnière est une société de négoce cotée à Wall Street. Édouard Senn joue en outre un rôle considérable dans la politique du coton colonial sous Vichy puis durant la IVe République. Malgré la paralysie de son port, le négoce havrais du coton ne perdra aucunement son influence sur cette filière, son organisation, ses résultats, et la définition de ses objectifs.

  • 95 Bulletin des Groupements professionnels coloniaux, no 2,1942, p. 134 (AN, 68/AJ/144).

39Le paradoxe est que les entreprises les mieux représentées dans le système vichyssois d’organisation, notamment par Georges Boussenot qui n’est pas havrais, et Édouard Senn qui l’est encore, et qui réussissent le mieux, sont celles qui se retrouvent rapidement hors de l’autorité de l’État français, en Oubangui et au Tchad, ralliés à la France libre. Les rapports d’expertise des années 1940-1942 observent un silence remarquable sur cette situation. De manière discrète, il a cependant été demandé au Comité central des groupements professionnels coloniaux d’étudier la situation des entreprises coloniales « ayant leur exploitation dans les colonies actuellement dissidentes95 ». Le modèle d’exploitation établi en AEF, inspiré du système belge, avait été mis en place vers 1927. Discuté au Conseil supérieur des colonies, il donnait à des sociétés privées le monopole d’achat du coton-graine produit par l’indigène sur un territoire donné, à charge pour elles de construire des usines d’égrenage. Les zones à privilèges étaient fixées par décret-loi le 5 mai 1928. Le prix d’achat était décidé par le gouverneur sur la base des cours du marché du Havre. À partir de 1934, quatre sociétés avaient reçu le monopole d’achat : la Cotonaf, la Comouna, la Cotonfran, et la Cotoubangui.

  • 96 Voir Jean Cabot, « Les entreprises cotonnières en Afrique équatoriale », dans Entreprises et entre (...)
  • 97 Le fait que les dividendes aient toujours été supérieurs à 7 %, même durant les années de guerre i (...)

40La Cotonfran, sur le territoire du Tchad, où l’on retrouve Senn, Boussenot et des actionnaires belges, se voit attribuer la part du lion96. Bénéficiaire depuis 1936, l’entreprise présente un bon ratio bénéfice/capital pendant la guerre : 42 % en 1939, 45 % en 1942, 55 % en 194397. Elle devient ensuite la première firme exportatrice de l’AEF. La rupture avec la métropole n’a nullement entravé les progrès de la production.

Tableau 8 - Production des planteurs de la Cotonfran de 1932 à 1960, en tonnes, moyenne annuelle.

1932-1936

1937-1941

1942-1946

1947-1951

5 200

16 000

28 100

40 500

Source : rapport Cotonfran, Fort-Lamy, 1960,14 p. (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement).

  • 98 Voir Catherine Coquery-Vidrovitch, L’Afrique occidentale au temps des Français. Colonisateurs et c (...)
  • 99 Voir Hélène d’Almeida-Topor, L’Afrique au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1993, p. 144.

41La Cotoubangui, a été créée par Olivier Senn en association avec des actionnaires belges, Bunge et Sipef. Elle couvre 20 000 kilomètres carrés et fait travailler 25 000 planteurs. La Comouna a été constituée à l’aide de capitaux hollandais. La Cotonaf, créée en 1937, est la propriété de Boussac. Parallèlement Boussac collecte dès avant-guerre une grande partie du coton de la Haute-Volta98. La guerre a inégalement pesé sur la production et les exportations des territoires cotonniers, l’Oubangui et le Tchad réussissant assez bien dans la conjoncture. Les accords entre de Gaulle et les Britanniques en 1941 et 1942 y sont sans doute pour quelque chose99.

  • 100 Guy Traversin parle d’arrêt brutal de l’activité et de l’expansion de la Compagnie, Coton et dével (...)
  • 101 4 348 balles appartenant au Comptoir enlevées aux Docks du Havre par l’Armée allemande en 1940 (AD (...)
  • 102 AN, F/12/9627.
  • 103 Rapport d’inspection de la succursale au Havre de la Banque de France, 1948.

42En métropole, est apparu plus récemment le Comptoir cotonnier et colonial, fondé au Havre en 1940, agent commissionnaire de la Cotonfran et filiale de la maison André-Clerc de Lille. Or il se trouve que Édouard Senn et André Clerc sont tous deux administrateurs de la Cotonfran et intéressés à placer les cotons qu’elle exporte. Si l’expansion de la Compagnie cotonnière a été freinée par la guerre100, par la fin du marché à terme et le contrôle des changes, elle a été en revanche favorisée par son rôle directeur dans le CIRC et sa position d’interface pour les cotons coloniaux. Les réquisitions pour l’Armée française en 1939, ou les saisies par l’Armée allemande de stocks appartenant à la Compagnie ou au Comptoir ont fait l’objet de procédures légales de remboursement dès 1943101 et n’ont pas compromis la reprise des activités. Le Comptoir doit rendre des comptes à la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration des entreprises, mais pour des opérations de ventes d’articles depuis la métropole vers l’Allemagne, notamment un gros stock de couvertures102. À la Libération, ces négociants ont obtenu de meilleures attributions de capital-devises que les importateurs de café103. Au total, loin du Havre, l’empire a bien représenté une roue de secours appréciable pour certains négociants implantés à la colonie. Cette activité commerciale était évidemment peu visible et probablement ignorée de la masse des habitants du Havre occupé, inquiets avant tout de se retrouver dans une forteresse allemande.

Figure 12 - Exportations de coton égrené des colonies d’Afrique subsaharienne de 1938 à 1945, en tonnes.

Figure 12 - Exportations de coton égrené des colonies d’Afrique subsaharienne de 1938 à 1945, en tonnes.

Source : Coton et fibres tropicales, IRCT (Institut de recherche du coton et des textiles exotiques), no 1,1946, p. 31.

F. Les chantiers de la Défense passive

43Ils peuvent eux aussi être considérés, pour le secteur du bâtiment, comme une activité de compensation. La Défense passive, à l’inverse de la lointaine activité coloniale, a laissé de nombreuses traces dans la mémoire des Havrais. Le volontariat au service de la protection des habitants s’est exercé tout au long de la période allant des bombardements allemands jusqu’aux nombreux bombardements alliés. La défense passive est aussi, pour les entreprises, un marché induit par la guerre et par la présence massive de l’occupant dans la ville et dans le port. Sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, le préfet assure la liaison avec la municipalité d’une part, et les autorités militaires de l’autre. Si bien que sous l’Occupation, l’armée allemande aura aussi son mot à dire, notamment pour autoriser la construction des abris civils qui continue de 1940 à 1944. Elle se poursuit même à une moindre échelle après la libération du Havre, parce que le pays est toujours en guerre. Pour les entreprises du bâtiment, ces chantiers représentent une activité d’autant moins négligeable que les marchés civils sont très limités dans une ville constamment menacée où il y a forcément peu de commandes de constructions particulières. D’autre part, cette activité est compatible avec les commandes allemandes dont nous parlerons bientôt. Les archives préfectorales contiennent donc les devis et les plans, ainsi que les factures des ouvrages réalisés en vue de la défense passive.

  • 104 Tableau récapitulatif manuscrit : AMH, FC, H4, C4.

44Les ouvriers de ces entreprises eurent donc à creuser, étayer, aménager au moins 126 abris, abris-caves ou tranchées-abris, dont la capacité d’accueil allait de 20 à 150 places en moyenne, et pour certains dépassant les 500 (Soquence, Lafaurie, Mont-Joly, Bois Cody). Quant à l’abri-tunnel de la côte Sainte-Marie, futur tunnel Jenner, il pouvait contenir 12 700 personnes104. Les quinze abris construits spécifiquement pour les Allemands ne concernent pas la Défense passive bien qu’ils mobilisent eux aussi des entreprises locales. Mais l’armée d’occupation ne se prive pas, une fois les abris construits pour les civils, d’en occuper un certain nombre, surtout en 1944, comme la partie sud du tunnel Sainte-Marie ou celui du Bois Cody. L’abri chirurgical construit dans les locaux de l’ancienne brasserie Polaire, rue Hélène-Boucher, par Thireau-Morel et Colboc, fut réquisitionné par les Allemands dès 1942 pour soigner ses soldats, et conduisit à l’aménagement, par la défense passive, d’un nouveau centre chirurgical pour les Havrais, au no 3 de la même rue, dans l’entrepôt aux bananes. Thireau-Morel et Chiren réalisèrent les travaux. Aux tranchées-abris coûtant entre 20 000 et 80 000 francs se sont donc ajoutés pour les entreprises, des marchés, souvent réglés en 1945, dont les volumes sont loin d’atteindre les chiffres d’affaires du mur de l’Atlantique, même s’ils ne sont pas négligeables comme l’indique la synthèse partielle présentée dans le tableau suivant.

Tableau 9 - Exemples de chantiers et entreprises de la Défense passive sous l’Occupation.

Ouvrages

Localisation

Entreprises

Montant des travaux en francs

Abri chirurgical

entrepôtbananes

Thireau-Morel, Chiren

615 000

Abri chirurgical

brasserie Polaire

Thireau-Morel, Colboc, Doré

350 000

Abri chirurgical

Bois Cody

Colboc

840 000

Abri chirurgical

hospice général

Colboc, Joly-Hugget-Leroy

1 783 000

Abri-tunnel

Côte Sainte-Marie

Thireau-Morel, Desplats-Lefèvre

6 700 000

Abri

Mont-Joly

Ste française des travaux routiers

512 000

Abri

Soquence

Dieppedalle

875 000

Abri

Gobelins, école de filles

Aubay

107000

Abri

Ecole Phalsbourg

Aubay

117 500

Abri

école Macé

Grieu

119 500

Abri OPHBM

rue A.-Nobel

Colboc, Doré

174 000

Abri-cave

rue Joubert

Thireau-Morel

75 000

Abri-cave

rue Masurier (Mérinos)

Grieu

72 600

Abri-cave

collège technique jeunes filles

Camus

115 500

Source : ADSM, 271 W 268 et 269, et AMH, H4, C4.

Notes

1 Réception du sous-préfet Picharnaud, Travaux de la CCH, 1940, p. 40.

2 Procès-verbal du conseil municipal du Havre, 1940, p. 176 (AMH).

3 ADSM, ETPP 129, 20 mars 1941, p. 203.

4 Mémoire remis à Vichy mentionné dans le PV du conseil municipal du 29 mai 1941 (AMH).

5 Lettre du secrétaire du Syndicat des camionneurs à un adhérent, le 17 juin 1941 (AMH, 5 Z 238).

6 Voir l’affaire Ternon-Delamare, octobre 1941 (AMH, 5 Z 238).

7 Discours à la CCH, le 15 avril 1943 (ADSM, ETPP 131).

8 Assemblée des présidents de chambres de commerce, 24 juin 1941 (ADSM, CCH, 201 V 4).

9 Procès-verbal du Conseil municipal, 1941, AMH.

10 23 000 tonnes en juin 1944 (ADSM, CCH, 100 E 4).

11 Voir Yves Lecouturier, « L’industrie du Calvados sous l’Occupation », dans L’Homme et l’industrie en Normandie, Alençon, SHAO, 1990, p. 69-74.

12 Gutzwiller, Vatinel et Charles protestent le 22 août 1940 (ADSM, 1 ETPP 128).

13 Archives de la CCH.

14 Les délibérations de la CCH parlent de 200 millions en balance dans cette affaire et de 150 millions de marchandises disparues du port et des entrepôts (ADSM, 1 ETPP 129, p. 195 et 296).

15 ADSM, ETPP 129, p. 416.

16 ADSM, 237 W 122.

17 Le récit qui suit est un résumé de la chronologie des événements rédigée par Albert Charles à l’intention du CCPI en avril 1946 (ADSM, 260 W 41).

18 Voir Annie Lacroix-Riz, Industriels et banquiers sous l’Occupation, Paris, Armand Colin, 1995, p. 187.

19 Dossier « Dommages de guerre », rapport d’expertise de 1960 (ADSM, 238 W 2036).

20 ADSM, 51 W, Cab 2, AES 8.

21 ADSM, 1 ETPP 129, p. 17.

22 Fonds de la Compagnie générale des tramways (AMH, n Z 64).

23 Voir Élisabeth James, « Transporteurs et chauffeurs routiers : un groupe d’entrepreneurs, d’artisans et de salariés sous l’Occupation », dans Transports dans la France en guerre, op. cit., P· 375-395·

24 ADSM, 260 W 83.

25 Voir Alain Leménorel, Nouvelle Histoire économique de la France contemporaine, vol. 3, Paris, La Découverte, 1998, p. 40-41.

26 Fabrice Grenard, « La soulte, une pratique généralisée pour contourner le blocage des prix », dans Les Entreprises de biens de consommation, op. cit., p. 29-43.

27 ADSM, 260 W 205.

28 Rapport du 10 mars 1944 du préfet au Feldkommandant (ADSM, 51 W 396). Tous les rapports mensuels contiennent des relevés de sanctions.

29 ADSM, 260 W 219.

30 Dossier L. (ADSM, 260 W 133).

31 ADSM, 260 W 29.

32 ADSM, 260 W 160.

33 ADSM, 260 W 121.

34 Pour un chiffre d’affaires total de 33,3 millions de francs et un chiffre « allemand » de 6,3 millions de francs (ADSM, 260 W 50).

35 Rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 12 février 1942 (ADSM, 51 W 396). Les rapports de 1944 donnent sensiblement les mêmes résultats.

36 ADSM, 1 ETPP 129, p. 58 et 67.

37 Avis défavorable à la Société commerciale interocéanique d’étendre la torréfaction du café aux succédanés dès février 1940 (ADSM, 1 ETPP 128).

38 Lettre de l’association du marché des cafés (ADSM, 1 ETPP, 11 février 1943, p. 73).

39 ABF, 1948.

40 Cette maison affichait un chiffre d’affaires annuel de 44,4 millions de francs au 1er septembre 1939 (ADSM, 178 J 7).

41 ADSM, 1 ETPP 128, 25 avril 1940 et 19 septembre 1940, voeu repris par la CCH.

42 Un wagon contenant 254 sacs de pépins de raisin est détruit à Achères lors d’un bombardement le 30 avril 1944 (ADSM, 11 RP 1765).

43 Cette industrie rassemble « le séchage et la torréfaction » (décret du 4 décembre 1942, JO, p. 4052).

44 Venant d’Afrique et de Syrie ils étaient stockés à Marseille et ne furent momentanément employés qu’en zone libre. Les coques de cacao furent interdites par arrêté du 3 février 1941.

45 Ou « faux pois ». Refus du ministre de l’Agriculture au préfet régional de Marseille (ADBR.112 W 38).

46 Ravitaillement, 26 septembre 1944 (ADBR, 112 W 31).

47 À raison seulement de 60 g par personne : Revue du café 1941, éditée par la maison Kronheimer (ADSM, 78 El).

48 Principaux succédanés du café utilisés pendant la guerre : caroubes, chicorée, coques de cacao et de noix, cosses de fèves, cossettes de betterave, daris, épis de maïs, fèves de soja, figues, glands de chêne, graines de betteraves, de pastèques, de sorgho, de tomate et de tournesol, malt, marc de raisin, noyaux d’abricots, de cerises, de dattes, de mirabelles, de prunes et d’olives, orge, pellicules de café, pépins de raisins, pois jarasse, racines de gentiane et d’ortie, sarments de vigne, seigle.

49 Rations fixées au JO. Un exemple : 27 octobre 1942, p. 3565.

50 Rapport du préfet au commissaire régional de la République, 15 novembre 1944 (ADSM, 51 W 61).

51 ADSM, 51 W 60.

52 Voir Edgar Raoul-Duval, « Aurons-nous du café cette année ? », Revue de la Porte océane, no 33, janvier 1948, Le Havre, p. 7-8.

53 Charles Rufenacht, Le Café et les principaux marchés de matières premières, la monnaie, les changes, les marchés à terme, statistiques s’étendant de 1845 à 1955, Le Havre, Société commerciale interocéanique, 1955, p. 228.

54 ADSM, ETPP 129, p. 196.

55 Ibid.

56 Le Petit Havre, 3 janvier 1943. Société fondée en 1812. Raymond Chevallier-Appert avait été médaille d’or de l’exposition de 1878. Il avait repris l’entreprise de Nicolas Appert, inventeur de la stérilisation (ou appertisation) 6 décennies avant les travaux de Pasteur.

57 ADSM, 260 W 49.

58 Dans ce cas précis, cela est resté à l’état de projet comme on le verra plus loin. Mars 1941 (ADSM, 1 ETPP 129).

59 ADSM, CCH, 79 E 1, septembre 1941.

60 Le Petit Havre, 4 février 1943, « Coup d’œil sur nos industries locales ».

61 Mémoire adressé par la maison Charles au CCPI, avril 1946 (ADSM, 260 W 41).

62 Les autres combustibles solides étant les grains et les minéraux. Voir Jean-François Grevet, « Les riches heures du gazogène en France des années 1920 à l’Occupation », dans Transports dans la France en guerre, op. cit., p. 187-211.

63 Le Petit Havre, juin 1942.

64 « Un Havrais va lancer le gazogène à tourbe ? », Le Petit Havre, 22 juin 1942.

65 Jean-François Grevet, « Les riches heures du gazogène », art. cité.

66 ADSM, 1 ETPP 129, p. 167.

67 Décret du 9 septembre 1939 sur l’extension des établissements (ADSM, CCH, 79 E 1).

68 Une source précieuse est la série 184 W des ADBR : dossiers de demandes d’ouverture de fonds de commerce, bureau du commerce de la Préfecture et registre des ouvertures mentionnant les avis favorables et défavorables.

69 Circulaire no 381 du 23 décembre 1940 : décision d’ouvrir un bureau à Marseille de la Société d’importation France-Amérique (R. Le Chevallier), Le Petit Havre du 23 novembre 1941.

70 Confiées à soi-même dans le cas de la société Latham et Gilg ; Edouard Gilg étant président du groupement et Robert Latham rédigeant la demande.

71 Demande de Robert Latham (ADBR, 184 W 69).

72 Le commerce « de place » concerne les opérations de revente de négociant à négociant ou d’importateur-commissionnaire à négociant, sachant qu’un importateur peut vendre par l’intermédiaire d’un courtier directement à un industriel, ou vendre à partir d’une place internationale sans passer par Le Havre. À cette époque le courtier est toujours un intermédiaire imposé par l’usage.

73 Lettre de reconnaissance des Établissements Frédéric-Jacquel (ADSM, 260 W 152).

74 Visite de Kehrl, 2-4 mai 1941 (AN, F/12/10298). Il s’intéresse aussi au stock de Dakar, mais Motte lui répond qu’il n’est que de 4 000 tonnes.

75 ADSM, 260 W 152.

76 Jacques Rabeil, L’industrie cotonnière française, thèse de droit, Paris, Th. Génin, 1955, p. 101. Les chiffres sont pour les importations de 11 289 tonnes, en majorité coloniales, et 9 283 tonnes exportées.

77 Facturées à la Texanische Baumwolle Gesellschafl. Une tractation entre le GIRC et cette entreprise cotonnière allemande apparaît dans une lettre du MPI au CGOIT, le 26 novembre 1943, sur la livraison à effectuer de cotons du Togo, du Dahomey et de Côte d’Ivoire (AN, F/12/10558).

78 Attestation signée « J. Westphalen-Lemaître », 2 octobre 1945 (ADSM, 260 W 152).

79 Voir Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952, Paris, CHEFF, 2 vol. , 1991, p. 609. Convention signée le1er février 1941 entre Carmichael et Kherl (AN, F/12/10409).

80 « Livraisons de coton à l’Allemagne » (AN, F/12/10558).

81 AN, AJ/38/5004.

82 Rapport d’expertise Vaussard pour le préfet sur la valeur du fonds de commerce Danon (AN, AJ/38/5004).

83 Voir Claudie Fauchier-Delavigne, Les Reinhart, une famille de négociants en coton et café au Havre, 1856-1963, thèse, Jean-Pierre Chaline (dir.), Paris IV, 2005, p. 152-159 : réunion du 14 janvier 1942, Syndicat des négociants en coton.

84 Annuaire statistique 1941 de la chambre de commerce de Marseille, archives de la chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence.

85 Elle transfère plus précisément sa filiale « Agence cotonnière française » (ADBR, 184 W 69). Adrien-Martin possède de nombreuses succursales, notamment à Oran (ADSM, 6 U 6 446).

86 ADBR, 184 69.

87 Lettre au préfet du 22 janvier 1941, ibid.

88 Note interne rédigée par Marcel Reinhart, non datée. Aimablement communiquée par Claudie Fauchier-Delavigne.

89 Cela n’aboutit pas car son associé est tué dans un accident d’avion au cours de son voyage africain. Témoignage à l’auteur de M. François Hubert (1997), qui réalisera lui-même ce projet après-guerre au Cameroun avec la création de la Société caféière africaine.

90 En association avec un comptable de Marseille, R. Toulot, et un capital de 500 000 F (16 décembre 1940).

91 ADSM, 1 ETPP 129, p. 502.

92 ABF.

93 Voir Claude Malon, Le Havre colonial, op. cit.,2e partie.

94 Voir Claude Malon, « Les entreprises du coton colonial, contraintes, adaptations et stratégies », dans Hubert Bonin, Christophe Bouneau et Hervé Joly (dir.), Les Entreprises et l’outre-mer français pendant la seconde guerre mondiale, Pessac, MSHA, 2010, p. 137-160.

95 Bulletin des Groupements professionnels coloniaux, no 2,1942, p. 134 (AN, 68/AJ/144).

96 Voir Jean Cabot, « Les entreprises cotonnières en Afrique équatoriale », dans Entreprises et entrepreneurs en Afrique, Paris, L’Harmattan, 1983, p. 367-376.

97 Le fait que les dividendes aient toujours été supérieurs à 7 %, même durant les années de guerre indique une capacité d’exportation ailleurs qu’en Métropole.

98 Voir Catherine Coquery-Vidrovitch, L’Afrique occidentale au temps des Français. Colonisateurs et colonisés, Paris, La Découverte, 1992, p. 272.

99 Voir Hélène d’Almeida-Topor, L’Afrique au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1993, p. 144.

100 Guy Traversin parle d’arrêt brutal de l’activité et de l’expansion de la Compagnie, Coton et développement, hors-série, septembre 1999, p. 81.

101 4 348 balles appartenant au Comptoir enlevées aux Docks du Havre par l’Armée allemande en 1940 (ADSM, 11 RP 2024) : saisie au Havre et dans tous les ports par L’Inspection générale de l’habillement pour la Compagnie cotonnière en 1939 (ADSM, 11 RP 1192).

102 AN, F/12/9627.

103 Rapport d’inspection de la succursale au Havre de la Banque de France, 1948.

104 Tableau récapitulatif manuscrit : AMH, FC, H4, C4.

Table des illustrations

Titre Figure 8 - Règlement du port du Havre en 1942.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5429/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Figure 9 - Évolution des effectifs de la société George-Evers et Cie de 1938 à 1945.
Légende Source : ADSM, 260 W
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5429/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 10 - La raréfaction du café en France à partir de 1941.
Légende Source : chiffres officiels de la douane, cités dans Charles Rufenacht, Le Café..., op. cit.,p. 305.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5429/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 11 - Le négociant en cafés Robert Latham demande au préfet des Bouches-du-Rhône l’autorisation d’ouvrir une succursale à Marseille, le 22 novembre 1940 (ADBR, 184 W 69).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5429/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Figure 12 - Exportations de coton égrené des colonies d’Afrique subsaharienne de 1938 à 1945, en tonnes.
Légende Source : Coton et fibres tropicales, IRCT (Institut de recherche du coton et des textiles exotiques), no 1,1946, p. 31.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5429/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search