Version classiqueVersion mobile

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

IIe Partie — Gérer la pénurie, travailler pour les Allemands

Gérer la pénurie, travailler pour les Allemands

Texte intégral

  • 1 Voir, à ce sujet, le développement de Jean Vidalenc, dans La Normandie de 1900 à nos jours, Toulou (...)
  • 2 Voir Arne Radtke-Delacor, « Produire pour le Reich. Les commandes allemandes à l’industrie françai (...)

1La vie économique et la marche des entreprises au Havre ne peuvent être imaginées indépendamment de la stratégie d’ensemble du Reich et de la place occupée par la Normandie dans ses projets militaires1. Dans un premier temps l’hypothèse d’une victoire rapide sur la Grande-Bretagne n’implique pas la remise en route rapide des entreprises. Mais bientôt la forte densité de l’occupation allemande, l’entretien des troupes, l’équipement de la flotte exigent un effort particulier de l’entreprise française. Le textile normand est mis à contribution, particulièrement dans l’agglomération de Rouen et d’Elbeuf. Si la construction d’une forteresse allemande au Havre paralyse l’économie portuaire, il reste que nombre d’entreprises sont considérées comme utiles voire indispensables à l’occupant et à l’Organisation Todt. Il leur appartient de s’adapter ou de freiner la sujétion à l’effort de guerre allemand. Les entreprises travaillant pour le ravitaillement de la population civile ou qui n’ont plus de réservoir, de débouché ou de matière à vendre tentent, elles aussi, de trouver des réponses dans les reconversions, les ersatz, la mobilité. Le monde de l’entreprise vit ici comme ailleurs du rapport entre les calculs rationnels des acteurs et les règles qui s’appliquent à eux, doubles règles puisqu’elles émanent à la fois de l’occupant et de l’État français. Ces « raisons d’agir », assez diverses, résultent elles-mêmes autant de l’idéologie et des convictions que de l’intérêt. C’est pourquoi la question de la collaboration économique mérite d’être vue « d’en bas », au plus près des individus et des groupes d’acteurs chez qui l’on trouve, comme dans d’autres régions toute une palette d’attitudes. Certes vue « d’en haut », la collaboration économique et politique donne l’exemple à l’occasion. Des soutiens locaux au régime de Vichy, tièdes ou enthousiastes, ont pu trouver là une légitimation à la mise à disposition de leur entreprise pour les besoins allemands. L’intégration de l’industrie française à la division allemande du travail franchit une étape décisive avec la rationalisation de l’appareil productif décidée par Laval et Speer en juin 1942, accompagnée d’une plus grande coordination entre les Cercles allemands et des comités d’organisation français pour les commandes du Reich2.

Notes

1 Voir, à ce sujet, le développement de Jean Vidalenc, dans La Normandie de 1900 à nos jours, Toulouse, Privât, 1978, p. 254-266.

2 Voir Arne Radtke-Delacor, « Produire pour le Reich. Les commandes allemandes à l’industrie française », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 70, juin 2001, p. 99-116.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search