Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

Ire Partie — Le monde de l'entreprise et l'état de guerre

Chapitre III. Le choc de la défaite et de l’occupation

Texte intégral

  • 1 Nous avons retenu quelques événements présentés dans une « historiographie » écrite par l’un des c (...)

1Le souvenir de la « table rase » de septembre 1944 due aux bombardements alliés a quelque peu éclipsé la violence subie par la ville et le port du Havre au moment de la déroute militaire1.

A. Bombardements, exodes, occupation de la ville

  • 2 Pour un inventaire exhaustif et géographiquement très précis des bombardements allemands et alliés (...)
  • 3 Voir Georges Godefroy, Le Havre sous l’Occupation, op. cit., p. 14.
  • 4 Dossier « Dommages de guerre de la CIM » (ADSM, 12 RP 94).
  • 5 Dossier de la Société havraise de manutention des produits pétroliers (ADSM, 12 RP 173).

2À partir du 19 mai 1940, nombre de quartiers sont atteints par les bombes incendiaires allemandes, au cours de raids de destruction et d’intimidation. Elles tombent au sud de la rue Aristide-Briand, touchent des hangars et les quais de Saône et du Brésil. Le 3 juin, la zone industrielle est touchée, les usines Desmarais, les Tréfileries, les Pâtes Bertrand. En pleine nuit, le grand hall de la Compagnie électro-mécanique est détruit par une bombe qui hache les poteaux et met le feu aux transformateurs remplis d’huile. Nombre d’entrepôts sont également sinistrés, les Docks du Pont-Rouge, les Bois Charles, les Frigorifiques. Les avions allemands « survolent la ville sans arrêt ». Le 8 juin, le feu est mis volontairement aux bacs de l’usine Desmarais. Les Chantiers Augustin-Normand sont touchés à leur tour2. On a pu toutefois procéder dans la précipitation au lancement du sous-marin, La Créole, qui sera remorqué en direction de Cherbourg et de là, gagnera l’Angleterre. Un autre sous-marin, pas assez avancé pour être lancé, est dynamité3. Tandis que l’agglomération havraise se vide de ses habitants, la Basse-Seine est recouverte de l’épaisse fumée noire des bacs de pétrole en feu de la Compagnie industrielle maritime. C’est sur « ordre des autorités militaires françaises » que le feu a été mis aux réserves d’essence4. Ce sera aussi le cas pour les Pétroles Jupiter5. Le 10 juin, le bâtiment du port autonome est en flammes. Un témoignage parmi bien d’autres, celui d’un employé de la Compagnie européenne du Gaz au Havre, brosse en quelques lignes le tableau de ce moment :

  • 6 Témoignage de Jean Piedfort, dans John Barzman, Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et his (...)

On a eu les premiers bombardements du Havre, et les Allemands, ils visaient mieux que les Anglais. Le jour où ils ont fait leur premier bombardement, ils ont arrosé le bassin Vauban, toute la centrale électrique, l’usine à gaz, le cours de la République, tout ça. Ils ont brûlé la caserne. Plus encore dans le quartier de l’Eure, où il y avait la machine à blé, des silos... Donc on a quitté Le Havre. On y voyait presque plus parce que tous les pétroles brûlaient6.

Figure 3 - Le grand hall de la Compagnie électro-mécanique en 1939 et après le bombardement du 3 juin 1940 (Revue de la Porte océane, décembre 1948).

Figure 3 - Le grand hall de la Compagnie électro-mécanique en 1939 et après le bombardement du 3 juin 1940 (Revue de la Porte océane, décembre 1948).
  • 7 Note de l’entreprise, 9 avril 1945 (ADSM, 260 W 92).
  • 8 Témoignage cité dans Éric Wauters, L’Exode de 1940. Témoignages de Hauts-Normands, Rouen, Éd. des (...)
  • 9 Anciens Éts Simonneau, 35 à 43 rue Amiral-Courbet (ADSM, 238 W 937).
  • 10 Dossier « Dommages de guerre », rapport du directeur, 14 décembre 1944 (ADSM, 237 W 146).

3Des bombes atteignent le centre-ville. 10 000 soldats s’efforcent de saboter le matériel abandonné. Ils laissent plusieurs centaines de camions anglais, Boulevard de Strasbourg et rue Thiers, qui regorgent de denrées, d’essence et d’armes. Les entreprises sont évacuées, comme chez Fouré-Lagadec dont les ouvriers ne reviendront qu’en juillet et seront employés jusqu’en octobre au déblaiement du port7. Chez Augustin-Normand, on détruit volontairement un sous-marin et l’on conseille aux ouvriers de se disperser en direction de l’ouest, mais de ne pas aller trop loin pour pouvoir reprendre leur poste à l’atelier le cas échéant8. Le 10 juin, les Fonderies havraises, spécialistes de la fabrication des hélices, situées dans le quartier de l’Eure, voient leurs toitures détruites9. Le 11 juin, le ponton-atelier flottant de la maison Worms est coulé dans le bassin de la Citadelle sur instruction de la Marine nationale et l’outillage est immergé afin de le soustraire aux envahisseurs10. Deux chalands charbonniers de la société sont également sabordés au même endroit. Le 12 juin, l’évacuation du Havre se poursuit. Dans la nuit, le contre-amiral Gaudin de Villaine et les autorités militaires quittent la place. Le 13 juin à 8 heures 30, les troupes allemandes entrent au Havre. Tandis que la croix gammée est hissée au campanile de l’hôtel de ville, M. Risson, inspecteur primaire en retraite, seul adjoint resté au Havre, prend la charge de maire. Désormais la cité va devoir obéir aux directives de l’Ortskommandantur, de la Kreiskommandantur qui affiche en larges lettres sa présence à l’hôtel de ville, ainsi que de la Feldkommandantur 517 qui siège à Rouen.

B. Des entreprises de transports entraînées dans l’exode

  • 11 ADSM, 260 W 158.
  • 12 « Dommages de guerre de la CIM » (ADSM, 237 W 177).

4Des entreprises à installations fixes avaient songé à quitter Le Havre au moment de l’évacuation et de l’exode. La scierie Migraine avait reçu l’ordre du ministère de l’Armement, avant la défaite, d’aller s’installer ailleurs. Elle avait signé un bail avec une importatrice de bois du Nord à Courseulles dans le Calvados. Mais l’avance rapide des troupes ennemies rendit le transfert impossible11. Certaines entreprises avaient à leur disposition des embarcations : c’était le cas de la Compagnie industrielle et maritime. Elle évacua une partie de son personnel sur sa vedette Aurillac jusqu’à Trouville où le navire fut ensuite saisi et armé par les Allemands12. L’événement le plus tragique inscrit dans la mémoire havraise de l’exode fut sans aucun doute le naufrage du Niobé. Ce cargo minéralier appartenait à la Société navale caennaise. Il devait transporter pour l’armée française des vivres et des munitions jusqu’à Dunkerque. Contraint d’accoster au Havre il prit à son bord 800 personnes dont 52 infirmières de l’hôpital Pasteur, qui s’ajoutèrent aux 400 réfugiés déjà présents. Il fut coulé au large par les avions allemands et il ne resta que 11 survivants. Ce même jour, le 11 juin, le Syrie est attaqué après avoir appareillé au quai Joannès-Couvert, ainsi que le Général Metzinger, paquebot des Messageries maritimes, en rade depuis l’aube. Équipages et passagers parviennent pour la plupart à monter à bord d’autres navires ou rejoindre le port.

Figure 4 - Affiche signée par l’Ortskommandant et le sous-préfet (CCH, ADSM, 75 E 1).

Figure 4 - Affiche signée par l’Ortskommandant et le sous-préfet (CCH, ADSM, 75 E 1).

Figure 5 - L’hôtel de ville du Havre, siège de la Kreiskommandantur avant et après 1944.

Figure 5 - L’hôtel de ville du Havre, siège de la Kreiskommandantur avant et après 1944.
  • 13 Cet itinéraire a été reconstitué grâce au mémoire présenté par l’entreprise au CCPI (ADSM, 260 W 1 (...)

5Des entreprises havraises de transports, à cause de la nature même de leur outillage, furent elles aussi entraînées dans le grand désordre de la guerre et de l’exode. La société Marilly frères s’occupe de transports sur le canal de Tancarville et sur la Seine. Sise ruelle du Bocage et rue de Tourville, elle est propriétaire de trois navires baptisés Virtus I, II et III. Le 2 juin 1940, alors que les Allemands sont proches de la Seine qu’ils franchiront huit jours plus tard, le Virtus II charge 500 balles de coton à destination de Rouen. Il y parvient le 5 juin. Sur ordre militaire, il doit rebrousser chemin et faire route vers Honfleur. Il y retrouve le Virtus III, grevé de 155 tonnes de nickel chargé au Havre, dans l’intention de soustraire la précieuse cargaison à la prise de l’ennemi. Les deux navires se dirigent alors vers Caen. On souhaite rejoindre l’Angleterre, mais il n’y a pas assez de carburant. Il est alors décidé de transborder le nickel sur un navire en partance pour la côte anglaise, l’Anna, qui ne peut hélas se charger des balles de coton. Les Virtus II et III prennent la route de Paimpol, sous la mitraille de l’aviation allemande. Quand ils arrivent à Saint-Vaast, les Allemands sont déjà là et occupent les deux bateaux. Le Virtus II est dépouillé de sa cargaison et réquisitionné. Le III sera rendu en vue d’assurer le ravitaillement en bois de chauffage, entre la Mailleraye et Le Havre. Pendant ce temps, le Virtus I se trouve au cœur de l’exode des Havrais. Il est parti de Tancarville le 10 juin en direction de Pont-Audemer, avec 100 tonnes d’huile mais surtout en emmenant une centaine de passagers qui fuyaient l’ennemi. Il cache sa cargaison d’huile dans les marais de la Risle. En juillet, il assure le transport de cidre pour le ravitaillement du Havre ainsi que le rapatriement de réfugiés au retour d’exode, car la plupart des bacs qui traversaient la Seine étaient détruits. Par la suite, le Virtus I reprend lui aussi l’approvisionnement en bois de la ville du Havre13.

  • 14 Voir Éric Alary et al., Les Français au quotidien, op. cit. Voir aussi le témoignage de Léon Werth (...)
  • 15 Périple reconstitué grâce à un rapport d’incident du 20 septembre 1942 (AMH, 11 Z.2).

6L’exode des familles est assez bien connu, avec ses dangers, ses imprévus et ses angoisses14. On imagine pourtant moins facilement qu’une entreprise de transports urbains ait pu lancer elle aussi ses véhicules sur les routes à l’annonce de l’invasion probable de la ville par les troupes ennemies. La Compagnie générale française de tramways couvrait Le Havre d’une dizaine de lignes, et elle assurait également sept lignes dans la ville et l’agglomération grâce à un service d’autobus. Le 9 juin, jour de l’évacuation de la ville, dix autobus de la compagnie prennent la route de l’exode15. Où ont-ils franchi la Seine ? Ils se retrouvent en tout cas à Pont-L’Évêque avant de prendre la direction du sud, vers Alençon, Tours, puis ils obliquent en direction de Montluçon. Ils arrivent près de cette ville, à Huriel, au bout de six jours, après une douzaine de haltes pour le ravitaillement en huile et en essence. L’un d’entre eux perd le convoi à cause d’une panne. Trois jours plus tard, le sous-préfet de Montluçon réquisitionne quatre véhicules pour transporter les archives de la Banque de France de Montluçon et celles de Bar-le-Duc qui y étaient réfugiées jusqu’à Oloron-Sainte-Marie, donc au sud de Pau et tout près de la frontière espagnole. Ils y parviennent le 24 juin et rentrent à Huriel le 6 juillet. Trois autres autobus transportent les archives du Crédit national de Montluçon à Royat près de Clermont-Ferrand. L’autobus 217 tombe en panne alors qu’il transportait la recette des Finances de Montluçon vers la Lozère, en direction de Mende. Le retour d’exode se fera trois mois plus tard. Huit autobus repartiront d’Huriel le 16 octobre et parviendront au Havre le 20, transportant des réfugiés comme ils l’avaient probablement fait à l’aller.

C. Les nouveaux pouvoirs, le rôle de la chambre de commerce

  • 16 Lettre du 31 mai 1940 (AMH, fonds contemporain), citée par Jean Legoy, Le Peuple du Havre, op. cit (...)
  • 17 Ibid., p. 348.
  • 18 L’autre député du Havre, Georges Bureau, s’est abstenu.

7Le maire du Havre, Léon Meyer, avait conseillé à ses administrés d’évacuer la ville le 7 juin. Deux jours plus tard, avec d’autres personnalités dont le sous-préfet, il franchit à son tour l’estuaire. Son départ a été précipité par un conseil insistant, sinon un ordre venu de Georges Mandel, ministre de l’Intérieur et transmis par René Coty : « Les élus doivent tout faire pour ne pas tomber aux mains de l’ennemi16. » Ainsi se terminent deux décennies de gestion de la ville par un maire radical-socialiste, plusieurs fois ministre de la marine marchande. Il bénéficiait d’un puissant réseau politique qui le reliait aussi bien au monde du syndicalisme portuaire qu’au monde du négoce auquel il appartenait par ses activités caféières. Réélu député avec 63 % des voix en 1932, il avait pris ses distances avec le Front populaire, tandis que montait, pour lui menaçant, le vote communiste malgré les arbitrages qu’il rendit durant les grèves de 1936. Durant la « drôle de guerre », il utilise les fonds municipaux pour verser 1 million aux œuvres locales de guerre, acheter pour 5 millions de bons d’Armement et faire un don de 3 millions à la défense nationale17. Réfugié en zone Sud, il vote, avec Albert Dubosc, les pleins pouvoirs au maréchal Pétain18, avant de subir les lois antisémites, la spoliation et la déportation.

8C’est donc l’adjoint Jean Risson qui se retrouve maire de fait à l’arrivée des Allemands, ayant refusé de quitter la ville. La nomination officielle de cet homme de soixante-quatorze ans a lieu seulement le 1er mars 1941, mais il meurt au mois d’août suivant. Il est épaulé par une commission administrative municipale. En septembre, Pierre Courant lui succédera par une nomination officielle venue de Vichy. Mais évidemment dans l’immédiat, le vrai maître de la ville est le Dr Ackermann, Ortskommandant de la place du Havre, installé dans la partie ouest de l’hôtel de ville. Les « relations piégées entre vainqueurs et vaincus » commencent ici. On sait que l’attitude de « collaboration » a revêtu en France des aspects divers et qu’il ne faut pas confondre la collaboration d’État destinée à opérer une révolution nationale fondue dans le nouvel ordre européen et les collaborationnistes désireux d’un fascisme à la manière allemande. Donc, bien avant le 30 octobre 1940 où le Maréchal déclara « j’entre aujourd’hui dans la voie de la collaboration », les Havrais trouvèrent à la une de leur quotidien, le 28 juin 1940, le compte rendu d’une rencontre entre les autorités locales et les nouveaux maîtres de la ville, un large titre en caractère gras : « collaboration ». Commet-on un anachronisme en établissant un rapport entre ce micro-événement et la période qui va suivre ?

  • 19 Voir Yves Durand, « La collaboration à la française au miroir européen », dans Sarah Fishman et al (...)

9Anachronisme en effet car l’article 3 de l’armistice imposait au gouvernement français d’inviter tous les échelons de l’autorité administrative à se conformer aux réglementations allemandes « et à collaborer avec ces dernières d’une manière correcte19 ». Cette situation après une défaite militaire était très conventionnelle tant qu’un traité de paix n’était pas signé. Pour ne pas céder à l’illusion rétrospective, disons que Le Petit Havre n’annonce pas un petit Montoire qui se serait déroulé à l’hôtel de ville. Mais, à l’échelle du microcosme havrais, cette situation géopolitique fait un peu penser que le ver est déjà dans le fruit. Les Allemands savaient ce qu’ils faisaient et cette réunion de sous-préfecture indiquait déjà toutes les illusions et tous les dangers de la relation du vainqueur et du vaincu sous ce vocable-slogan. En effet, c’est le commandant Ackermann qui a convoqué les autorités locales, pour l’essentiel des « faisant fonction ». Les Allemands sont là, non pour la guerre, dit l’officier, mais « pour aplanir les difficultés ». Ils feront tout pour « restaurer une vie normale ». Le commandant indique qu’il se « bornera à donner des directives générales » mais c’est le chef du travail Siegenbach qui indiquera les prescriptions relatives à la vie administrative. Le Feldkommandant venu de Rouen appelle à l’effort : « Je dois attendre de vous que vous ferez tout ce qui est en votre pouvoir pour ranimer la vie économique. » Le maire « doit être un père pour la population », mais les relations qu’il aura avec les Kommandanturen devront obligatoirement passer par le sous-préfet, M. Hermann Du Pasquier. Le préfet de la Seine-Inférieure Verlomme remercie courtoisement, reprend le terme de la convention d’armistice en assurant le commandant allemand de la collaboration de tous. À bien des égards, cette séance locale annonce une part des périls à venir : domination et raison du plus fort, marché de dupes, polycratie apparente et administration réelle par courroie de transmission, porte ouverte aux compromissions avec l’occupant.

  • 20 Témoignage à l’auteur de M. François Hubert, négociant en cafés, 1998. Son père, Louis Hubert, ava (...)

10La chambre de commerce, en prévision de l’occupation du Havre, avait rassemblé et mis en caisses ses dossiers dans le courant dès le 19 mai. Sous la conduite de Joseph de Puymaly, les archives et vingt-six membres du personnel gagnent Trouville le 9 juin, puis Saint-Malo avant de trouver refuge en Charente-Inférieure. Ils seront accompagnés dans ce périple par un certain nombre de cadres du port autonome. Ils ne retourneront au Havre par train spécial que le 18 juillet. Lors de la séance du 1er août, le président Henri Thieullent déclare : « À côté de ces tristesses, j’éprouve un grand plaisir à saluer parmi nous notre nouveau sous-préfet, mon ami Hermann Du Pasquier. » Le président du port autonome et président honoraire de la chambre de commerce a immédiatement occupé la fonction de sous-préfet dès l’arrivée de la Wehrmacht. Il est alors nommé provisoirement par le préfet Verlomme. Le fils du président du tribunal de commerce de l’époque racontera plus tard qu’à l’instant de l’occupation du Havre, Hermann Du Pasquier avait « pris la sous-préfecture » et que son père avait « pris la chambre de commerce20 ». Il ne s’agissait dans les deux cas que d’un intérim, mais cela n’en soulignait que mieux l’importance du repli devant l’ennemi d’une grande partie de la population et de ses élites et l’avènement d’une politique « de la présence » qui allait plus tard jouer un rôle politique non négligeable.

  • 21 Les réponses sur papiers à en-têtes des entreprises constituent un volumineux dossier (ADSM, CCH, (...)
  • 22 ADSM, CCH, 1 ETPP 128.
  • 23 Rapport d’Albert Charles (1 ETPP 128).
  • 24 Déposition d’A. Augustin-Normand devant le juge de paix (ADSM, 237 W 15).
  • 25 ADSM, 1 ETPP 128.
  • 26 Rapport du directeur de la Banque de France au Havre, M. Alibert, au secrétaire général, 3 août 19 (...)
  • 27 ADSM, 237 W 172.

11Immédiatement, la chambre de commerce doit rassembler les déclarations de tous les stocks, à l’exclusion des magasins de détail, à la demande, le 17 juillet, de la Feldkommandantur de Rouen21. Elle reçoit nombre de plaintes relatives aux enlèvements de marchandises sans bons de réquisition par les autorités allemandes22. Au mois d’août, l’inventaire des marchandises détruites n’a pas encore été établi, mais certaines évaluations sont connues du directeur de la Banque de France : 150 000 balles de coton, soit environ 30 000 tonnes ont été brûlées. Les 40 000 balles intactes sont considérées comme prise de guerre. Des stocks de café, il ne reste que 10 000 sacs. Seuls les stocks de cacao ont été relativement épargnés. En septembre, la chambre proteste contre l’occupation de docks et entrepôts23. Plus généralement, les Allemands s’étaient largement servis, çà et là dans les entreprises, notamment à la faveur de l’exode. Devant les Ateliers Augustin-Normand, ils ont placé en juin un piquet de soldats et embarqué sur des camions des matériaux pour construire leurs défenses du côté du sémaphore24. Ils ont réquisitionné tout le stock de savon de l’Huilerie Desmarais25. Ils ont récupéré un tonnage non négligeable d’hydrocarbures qui a échappé aux destructions volontaires des cuves de la Compagnie industrielle maritime. Tout cela représente une perte non seulement pour Le Havre, mais aussi pour l’économie française26. Avec le retour d’exode, il faudra également faire un premier bilan des destructions opérées par les bombardements allemands. Aux Docks du Pont-Rouge, dans la partie sud de la rue Marceau, les six docks ont été entièrement détruits. Bientôt, un expert viendra constater qu’il ne reste que quelques morceaux de murs extérieurs, et que le matériel et les marchandises sont brûlés, l’ensemble de ces dommages s’élevant à plus de trente millions27.

Figure 6 - Courrier de la maison Dupas à la chambre de commerce attestant de la réquisition de ses sacs à sable par les Allemands.

Figure 6 - Courrier de la maison Dupas à la chambre de commerce attestant de la réquisition de ses sacs à sable par les Allemands.
  • 28 Correspondance avec les autorités d’occupation, dossier 12 (ADSM, CCH, 75 E 1).
  • 29 ADSM, CCH, 75 E 1.

12La Kreiskommandantur exige ainsi des autorités consulaires un inventaire précis des ressources commerciales et industrielles de la place28. Les syndicats professionnels sont sollicités, qui pour signaler où sont les stocks de fibres végétales, qui pour indiquer où se fabriquent les instruments d’optique ou les appareils électriques. Des entreprises havraises sont mises en relation avec des entreprises allemandes. L’attaché Siegenbach demande à la chambre de commerce les adresses de maisons possédant des stocks de matériaux de construction, mais aussi de sacs à sable qui figurent en nombre sur les photos des défenses allemandes. Les magasins Weil et Cie, rue de Bapaume, en septembre 1940, ont encore en magasin près de 50 000 sacs pour sable confectionnés dans ses usines de Dunkerque ou d’Armentières avec de la toile fournie par les autorités françaises. Nul doute que les Allemands vont s’y intéresser. D’ailleurs le Comptoir normand de sacherie A. Dupas, rue de Pleuvry, répond à la chambre de commerce que tout son stock de sacs à sable a déjà été livré à l’Ortskommandantur et qu’elle possède les reçus attestant de ces livraisons, ce qui n’est pas toujours le cas29.

  • 30 Sondage effectué dans le carton AJ/49/743 des AN.

13La capacité d’inventaire des autorités nazies en territoire occupé est impressionnante. Il suffit, pour s’en convaincre, d’ouvrir, aux archives nationales, le fichier B dans les dossiers du Militärbefehlshaber in Frankreich, celui des entreprises françaises à participation étrangère ou plutôt « ennemie » dans le vocabulaire allemand. On y retrouvera une grande partie du registre du commerce havrais, la moindre société étant disséquée quant à l’origine et la nationalité de ses gérants ou actionnaires, si l’un d’eux est britannique particulièrement. Sont visés parmi bien d’autres, la famille Southey du comté de Kent, qui possède des parts dans la Filature de Graville, située sur l’imprimé allemand « 42 Demidoffstrasse », la Caisse de liquidation des affaires en marchandises, dont l’activité conditionnait avant-guerre les marchés à terme, et la Compagnie havraise de magasins généraux30. A. Lowry, de Liverpool, participe à la Société de cotons bruts. Dans la même ville habitent des actionnaires de A. Guillermou, conserves en gros. Édouard Currie, de Currie et Cie, commissionnaire en douanes, réside en Angleterre au moment de l’enquête. Il n’est pas utile de multiplier les exemples car l’imbrication du capital anglais dans les sociétés de négoce de toutes tailles n’est pas nouvelle au Havre. Elle prend simplement un relief particulier dans une ville occupée dont les nazis veulent faire une base d’appui pour une expédition militaire contre la Grande-Bretagne.

D. Les effets de l’Armistice et les décisions de Wiesbaden

  • 31 Dans La Vie des entreprises sous l’Occupation, op. cit., p. 12.
  • 32 Gaël Eismann, « Le Militarbefehlshaber in Frankreich : les transformations de la mémoire savante » (...)
  • 33 Délégation régionale de l’OCRPI (ADSM, 244 W 25).

14La vie des entreprises en France dépend désormais d’une hiérarchie contraignante et complexe, que Yves Le Maner et Henry Rousso qualifient de « jungle évolutive31 ». S’exerce en premier lieu le pouvoir des vainqueurs. L’autorité suprême en France appartient à un commandement militaire, appelé par commodité le « MBF » ou le « Majestic », c’est-à-dire le Militarbefehlshaber in Frankreich, installé à Paris dans l’hôtel du même nom32. La section économique du MBF, dirigée par le Dr Elmar Michel est le rouage essentiel de l’exploitation économique de l’Allemagne nazie en France. C’est de là que provient, entre autres décisions, celle de saisir la totalité des carburants encore disponibles et des installations des raffineries de la Basse-Seine, dont celle de Gonfreville l’Orcher, le 5 juin 1943, contre une promesse qui montre bien l’utilisation cynique de l’Armistice par l’occupant, de régler une indemnisation « lors de la conclusion de la paix33 »... Le MBF dépend de l’Oberkommando der Wehrmacht (OKW), commandement en chef des forces armées, qui relie directement Hitler aux trois armées. Cette structure exerce également son autorité sur un état-major d’économie de guerre, lequel envoie sur le territoire français, dans les usines de Normandie et d’ailleurs, des Rüstungsinspektoren qui contrôlent les fabrications de guerre.

  • 34 Courrier de la Commission allemande d’armistice pour l’économie à M. de Boisanger, 28 mai 1942, do (...)

15Autre organisme dépendant de l’OKW et qui intéresse directement nos entreprises, celles du coton par exemple, la Délégation économique de la commission d’armistice de Wiesbaden, dirigée par Richard Hemmen. Il s’y « négocie » de manière fort déséquilibrée des livraisons de produits et de matières. Non seulement l’Allemagne décide du nombre de navires qui continueront d’approvisionner les ports encore opérationnels, ce qui n’est pas le cas du Havre, mais encore elle se réserve sur ces importations la part qui lui convient. C’est le cas des denrées coloniales ou de l’okoumé venu du Gabon qui peut parvenir à Marseille, mais plus du tout à l’usine de contreplaqué Multiplex du Havre. Les Allemands, par le truchement de cette autorité exigeront que les autorités françaises financent immédiatement les reconstructions d’entreprises, après les premiers bombardements britanniques. En mai 1942, le représentant français à Wiesbaden, M. de Boisanger est sommé d’accélérer les réparations de treize usines travaillant pour l’occupant, dont six sont havraises : Caillard, Béliard et Crighton, les Forges et chantiers de la Méditerranée, la Compagnie électromécanique, les Chantiers Augustin-Normand et la « Société » générale transatlantique. Il s’agit de garantir « le plus tôt possible, la reprise des fournitures que ces entreprises ont à faire à la Wehrmacht, ainsi que les exportations vers l’Allemagne34 ». Car c’est bien de cela qu’il s’agit : il faut travailler pour les Allemands.

  • 35 Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons sous l’Occupation, op. cit, p. 109.
  • 36 Résumé des rapports économiques des directeurs de succursales de la zone occupée, mars 1941 (ABF).

16Les frais d’occupation se règlent en fonction de la commission d’armistice. Les organismes dirigistes de Vichy, dont il sera question plus loin comme les comités d’organisation, ne sont le plus souvent qu’une courroie de transmission pour la répartition des marchés et des commandes, particulièrement dans la zone occupée. Elmar Michel, en avril 1944, se félicitera de son propre bilan en affirmant que sous l’autorité du Majestic, l’Allemagne a absorbé la moitié de la production industrielle française35. Il n’exagérait pas, si l’on en croit la direction des études économiques de la Banque de France, très au courant de l’activité économique qui estimait en octobre 1941 que « 80 % de la production industrielle de la zone occupée était absorbée par l’Allemagne, financée soit par les frais d’occupation, soit par le clearing36 ». On voit mal dès lors comment les entreprises havraises, situées en zone très stratégique auraient échappé à cette mobilisation. Cette réalité générale questionne quelque peu la vision assez convenue d’une cité concentrée uniquement sur son ravitaillement et sa défense passive en attendant la délivrance.

  • 37 ADSM, CCH, 100 E 4.
  • 38 Courrier de la Kommandantur au préfet, transmis à la Chambre de commerce, signé : Siegenbach.
  • 39 Courrier du maire du Havre au sous-préfet, 16 octobre 1942 sur l’interprétation des ordres alleman (...)

17Les entreprises havraises sont considérablement gênées par la sectorisation du territoire français. Les espoirs de reprendre les affaires dès la signature de l’Armistice sont contrariés précisément par les conditions qu’il impose. Ainsi l’industriel de l’amiante Evers ne peut pas honorer les commandes de garnitures de freins qui lui ont été envoyées par les Établissements Vetele d’Albi : impossibilité de correspondre, d’expédier et de facturer. L’entrepreneur annonce à la chambre de commerce qu’il n’a pu de ce fait conserver que 60 de ses 300 employés. Et comme les autorités allemandes ont menacé, sur Radio-Paris, les industriels de mauvaise volonté qui ralentissent leurs affaires, Evers souhaite que l’autorité consulaire fasse connaître ces difficultés à l’occupant37. À cela s’ajoute la sectorisation du territoire local. Le 3 août, la Kommandantur du Havre décide que « le terrain du port intérieur avec toutes ses installations et son matériel dépendant, dès ce jour, exclusivement de la Kommandantur du port, l’entrée de ce terrain et l’enlèvement des marchandises qui s’y trouvent ne seront permis qu’avec une autorisation (carte d’identité) du Commandant du port38 ». Cette situation s’aggravera bientôt avec la création, le 30 octobre 1941, de la zone côtière interdite dans laquelle seuls les habitants possédant un cachet spécial sur leur carte d’identité pourront circuler. Pour obtenir ce permis, il faut adresser une demande à la Feldkommandantur de Rouen et justifier d’une raison familiale de force majeure. Il est facile de sortir de la zone interdite, en revanche les Havrais réfugiés quelques mois à l’extérieur devront eux aussi demander le permis car leur domicile a cessé d’être leur résidence « habituelle39 » C’est dans ces conditions qu’il faudra se ravitailler, échanger et produire.

Figure 7 - La zone côtière interdite de Seine-Inférieure, Journal de Rouen (ADSM, 271 W 113).

Figure 7 - La zone côtière interdite de Seine-Inférieure, Journal de Rouen (ADSM, 271 W 113).

Notes

1 Nous avons retenu quelques événements présentés dans une « historiographie » écrite par l’un des collaborateurs du maire Risson à la demande de ce dernier (document anonyme, AMH, H4 13,1.1). Pour un récit des opérations militaires et de l’exode des populations, voir également André Corvisier (dir.), Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, Toulouse, Privât, 1983, p. 246-252 ; puis Georges Godefroy, Le Havre sous l’Occupation, p. 10-34 ; et Jean Legoy, Le Havre 1939-1945 : Les Havrais dans la guerre, municipalité du Havre, 1994.

2 Pour un inventaire exhaustif et géographiquement très précis des bombardements allemands et alliés au cours de la période, accompagné d’une iconographie remarquable, voir Jean-Paul et Jean-Claude Dubosq, Le Havre 1940-1944, Cinq années d’occupation en images, Luneray, Éditions Bertout, t. 1, 1995, 302 p., et t. II, 1998, p. 309-690.

3 Voir Georges Godefroy, Le Havre sous l’Occupation, op. cit., p. 14.

4 Dossier « Dommages de guerre de la CIM » (ADSM, 12 RP 94).

5 Dossier de la Société havraise de manutention des produits pétroliers (ADSM, 12 RP 173).

6 Témoignage de Jean Piedfort, dans John Barzman, Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre, Rouen, PURH, 2003, p. 55.

7 Note de l’entreprise, 9 avril 1945 (ADSM, 260 W 92).

8 Témoignage cité dans Éric Wauters, L’Exode de 1940. Témoignages de Hauts-Normands, Rouen, Éd. des Falaises, 2010, p. 55.

9 Anciens Éts Simonneau, 35 à 43 rue Amiral-Courbet (ADSM, 238 W 937).

10 Dossier « Dommages de guerre », rapport du directeur, 14 décembre 1944 (ADSM, 237 W 146).

11 ADSM, 260 W 158.

12 « Dommages de guerre de la CIM » (ADSM, 237 W 177).

13 Cet itinéraire a été reconstitué grâce au mémoire présenté par l’entreprise au CCPI (ADSM, 260 W 151).

14 Voir Éric Alary et al., Les Français au quotidien, op. cit. Voir aussi le témoignage de Léon Werth, 33 Jours, Paris, Éd. V. Hamy, 1992 ; et Éric Wauters, L’Exode de 1940, op. cit.

15 Périple reconstitué grâce à un rapport d’incident du 20 septembre 1942 (AMH, 11 Z.2).

16 Lettre du 31 mai 1940 (AMH, fonds contemporain), citée par Jean Legoy, Le Peuple du Havre, op. cit., p. 354.

17 Ibid., p. 348.

18 L’autre député du Havre, Georges Bureau, s’est abstenu.

19 Voir Yves Durand, « La collaboration à la française au miroir européen », dans Sarah Fishman et al. (dir.), La France sous Vichy. Autour de Robert O. Paxton, Bruxelles, Éd. Complexe, 2004, p. 75-90.

20 Témoignage à l’auteur de M. François Hubert, négociant en cafés, 1998. Son père, Louis Hubert, avait fondé la Compagnie générale des cafés, société de négoce.

21 Les réponses sur papiers à en-têtes des entreprises constituent un volumineux dossier (ADSM, CCH, 76 E 1).

22 ADSM, CCH, 1 ETPP 128.

23 Rapport d’Albert Charles (1 ETPP 128).

24 Déposition d’A. Augustin-Normand devant le juge de paix (ADSM, 237 W 15).

25 ADSM, 1 ETPP 128.

26 Rapport du directeur de la Banque de France au Havre, M. Alibert, au secrétaire général, 3 août 1940 (ABF, 1060 200001/519).

27 ADSM, 237 W 172.

28 Correspondance avec les autorités d’occupation, dossier 12 (ADSM, CCH, 75 E 1).

29 ADSM, CCH, 75 E 1.

30 Sondage effectué dans le carton AJ/49/743 des AN.

31 Dans La Vie des entreprises sous l’Occupation, op. cit., p. 12.

32 Gaël Eismann, « Le Militarbefehlshaber in Frankreich : les transformations de la mémoire savante », Histoire@Politique. Politique, culture, société, no 9, septembre-décembre 2009, http://www.histoire-politique.fr.

33 Délégation régionale de l’OCRPI (ADSM, 244 W 25).

34 Courrier de la Commission allemande d’armistice pour l’économie à M. de Boisanger, 28 mai 1942, dossier Caillard (ADSM, 237 W 57).

35 Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons sous l’Occupation, op. cit, p. 109.

36 Résumé des rapports économiques des directeurs de succursales de la zone occupée, mars 1941 (ABF).

37 ADSM, CCH, 100 E 4.

38 Courrier de la Kommandantur au préfet, transmis à la Chambre de commerce, signé : Siegenbach.

39 Courrier du maire du Havre au sous-préfet, 16 octobre 1942 sur l’interprétation des ordres allemands (ADSM, 271 W 213).

Table des illustrations

Titre Figure 3 - Le grand hall de la Compagnie électro-mécanique en 1939 et après le bombardement du 3 juin 1940 (Revue de la Porte océane, décembre 1948).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5426/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre Figure 4 - Affiche signée par l’Ortskommandant et le sous-préfet (CCH, ADSM, 75 E 1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5426/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Figure 5 - L’hôtel de ville du Havre, siège de la Kreiskommandantur avant et après 1944.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5426/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Figure 6 - Courrier de la maison Dupas à la chambre de commerce attestant de la réquisition de ses sacs à sable par les Allemands.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5426/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Figure 7 - La zone côtière interdite de Seine-Inférieure, Journal de Rouen (ADSM, 271 W 113).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5426/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540