Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

Ire Partie — Le monde de l'entreprise et l'état de guerre

Chapitre II. L’encadrement du négoce d’importation

Texte intégral

1La mobilisation des entreprises résulte de l’organisation générale de la nation en temps de guerre fixée par la loi du n juillet 1938. Dès ce moment, un renforcement du caractère dirigé de l’économie se manifeste : contrôle plus strict par l’État du commerce extérieur qui concerne évidemment le deuxième port français, contrôle plus rigide des changes, des prix, des salaires. Cette loi crée les groupements d’importation et de répartition obligeant tous les négociants à passer par eux. La direction de ces groupements est toutefois laissée aux entrepreneurs les plus puissants de chaque branche. On ne s’étonnera donc pas que cette organisation réserve une assez belle part aux négociants havrais dans les domaines où ils sont experts : produits chers et denrées coloniales. Avant d’aborder cet aspect, observons que l’organisation portuaire est modifiée provisoirement.

A. L’organisation portuaire en temps de guerre

  • 1 Registres des délibérations de la CCH (ADSM, 1 ETPP 128).
  • 2 ADSM, 1 ETPP 127, p. 200.
  • 3 Voir John Barzman, « Les acteurs du transport portuaire », art. cité, p. 400.

2La suppression de l’autonomie du port du Havre prévue par le décret du 20 mars 1939 puis reportée en octobre, a dans un premier temps modifié son fonctionnement. Le décret, qui concerne aussi Bordeaux, confie à une commission permanente les attributions du conseil d’administration. Trois représentants des ministères y siègent1. La chambre de commerce, concernée au premier chef, voit plutôt favorablement lui revenir, comme avant 1925, les services de l’outillage, du sauvetage et des péages qui étaient dans ses attributions avant le régime de l’autonomie, lequel rappelons-le, signifiait que le port devenait autonome non à l’égard de l’État, mais de la chambre de commerce. Si des susceptibilités furent froissées à l’occasion de tractations et de négociations impliquant les représentants politiques2, cela ne semble guère aujourd’hui très important pour la vie économique et sociale du Havre à cette époque, pour deux raisons. La première est que les administrateurs du port et de l’Assemblée consulaire sont, hormis les représentants de l’État, à peu près les mêmes. La direction du port avait alors ses bureaux au palais de la Bourse. La deuxième raison est que bientôt la loi du 13 décembre 1940 rétablit le régime antérieur3, le port conservant la même direction et la même présidence, et surtout plusieurs centaines de salariés durant toute la période de la guerre.

  • 4 Ibid.

3Au bout du compte, et c’est assez remarquable dans une conjoncture où les règles du jeu économique sont perturbées par l’état de guerre puis par l’Occupation, on observe une grande permanence des pouvoirs. Entre 1939 et 1944, le port est toujours présidé par Hermann Du Pasquier. Le directeur du port est toujours M. Despujols qui ne sera remplacé par son adjoint qu’au mois d’août 1944. Côté patronal, les usagers du port sont représentés par l’Union des employeurs de main-d’œuvre, affiliée à l’Association des employeurs de maind’œuvre des ports de France. Celle-ci deviendra, rappelle John Barzman, « la colonne vertébrale du Comité d’organisation de la manutention portuaire sous Vichy4 », avec la contribution de patrons de stevedoring havrais, mais aussi du président du port autonome en personne, Hermann Du Pasquier. Le Syndicat général du commerce et de l’industrie est également un interlocuteur de poids. Ces deux organismes sont conduits par des membres influents de la chambre de commerce, M. Aumont et M. Marion. Comme, d’autre part, le syndicalisme docker, dirigé par le courant libertaire et corporatiste n’est pas affecté par l’éviction des syndicats communistes en 1939 et 1940 et voit certains de ses cadres garder des responsabilités importantes au sein des syndicats maintenus plus tard sous Vichy, la stabilité sociale se trouve renforcée. Les dockers ont obtenu par l’arrêté du 13 mai 1939 la carte d’identité portuaire qui distingue les professionnels des occasionnels, ce qui contribue à renforcer la priorité d’embauche des syndiqués. En revanche, le décret du 1er septembre 1939 fait passer la semaine de travail normale de 40 à 45 heures dans la manutention.

B. Le rôle directeur des Havrais dans l’approvisionnement en coton du pays

  • 5 Dossier « coton » (AN,F/12/10558).
  • 6 Prévu par Part. 49 de la loi du 11 juillet 1938.
  • 7 ADSM, 201 W 181.
  • 8 ADSM, chambre de commerce du Havre, 100 E4.
  • 9 ADSM, 201W 181. Les autres gestionnaires du GIRC sont André de Grandmaison, Pierre Chardine, Henry (...)

4Le 2 septembre 1939, sont décrétées la prohibition d’importation de tous les cotons, ainsi que la fermeture du marché à terme. Les stocks sont alors de 20 000 tonnes dont 14 000 au Havre et les besoins estimés à 250 0005. Le 4, l’Intendance militaire réquisitionne les cotons existants en métropole et sur les eaux territoriales. Ce même jour, le Groupement d’importation et de répartition du coton6 (GIRC) commence à opérer, dirigé par l’industriel et négociant havrais Westphalen-Lemaître et le collaborateur du négociant Hermann Du Pasquier, Sosthène Palle, nommé secrétaire général7. Les importateurs devront adresser au groupement leurs demandes de licences d’importation et d’achats de devises afin que celui-ci les communique aux ministères du Commerce et des Finances8. Constitué en société anonyme au capital de 0,5 million de francs, il compte 15 administrateurs dont deux tiers de filateurs, mais son Comité de gestion comprend cinq négociants et courtiers, tous havrais9 et un industriel. Édouard Senn, patron de la Compagnie cotonnière, est nommé directeur des achats du GIRC. En accord avec l’Intendance, l’organisme achète sur le marché international, met en concurrence les vendeurs, donne les ordres d’importation puis répartit les achats entre les importateurs et les industriels après que les besoins militaires ont été satisfaits. Il contrôle aussi les opérations de change. Pourquoi les négociants conservent-ils dans ces conditions un rôle directeur dans un organisme dépendant directement de l’État par la voie de l’Intendance ? La raison en est simple : devenus en quelque sorte commissionnaires de l’État et non des filateurs, les négociants continuent de couvrir financièrement les importations en tirant des traites sur leurs banques. Ils établissent ensuite une facture transmise par le GIRC à l’Inspection générale de l’Habillement qui dépend du ministère de la Guerre.

  • 10 Au cours de la période 1900-1940, Le Havre capte environ les 2/3 des importations françaises de co (...)
  • 11 ADSM, CCH, 75 E 1, lettre à la Banque de France
  • 12 La balle de coton est en général d’environ 200 kilogrammes, poids variable selon les provenances.

5À la veille du conflit, Le Havre était surtout le port des cotons américains10, Marseille et Dunkerque les ports du coton indien. Durant la « drôle de guerre », le contrôle par le GIRC favorise les entreprises havraises importatrices de coton américain et de coton colonial ; le port normand capte ainsi 80 % des importations et la quasi-totalité des cotons africains qui représentent alors 7 % des arrivages. C’est la maison Adrien-Martin, du Havre, une petite société spécialisée dans le contrôle et l’échantillonnage du coton avec ses ouvriers « voiliers », qui est désignée le 5 octobre 1939 transitaire officiel du GIRC. Les usines de Bolbec, Lillebonne et Rouen travaillant pour la défense nationale sont bientôt approvisionnées tandis que celles qui ne répondent qu’aux besoins civils doivent attendre plusieurs mois. Pour les seuls mois de décembre 1939 et de janvier 1940, 29 900 tonnes de coton ont quitté Le Havre par chemin de fer, dont 16130 pour le ministère de la Guerre, auxquels il faut ajouter un millier de tonnes par voie fluviale11. De septembre 1939 à mars 1940, le GIRC a ordonné ainsi l’achat de 150 000 tonnes de coton12.

Tableau 4 - Importations par le GIRC en France de septembre 1939 à mars 1940 (en balles).

Achats par le GIRC du 2 septembre 1939 au 9 mars 1940

729 867

Amérique

680 000

Autres

49 867

Arrivages au Havre du 2 septembre 1939 au 16 mars 1940

586 814

Amérique

492 425

Brésil

45 479

Coloniaux AEF

43 329

Pérou, Indes

4 641

Source : Archives de la chambre de commerce du Havre (ADSM, CCH, 100 E4).

  • 13 Note du directeur de la Banque de France au Havre pour la direction générale de l’Escompte sur le (...)

6Ces énormes achats de coton représentent, selon une évaluation de la Banque de France, banquière directe ou indirecte de nombreux négociants, un volume de deux milliards de francs pour la période allant d’octobre 1939 à mai 1940 ! Au moment de la défaite militaire, l’État doit encore aux négociants-importateurs du Havre une somme supérieure à 900 millions. En août 1940, des voix se faisant entendre au ministère du Travail et de la Production pour passer en « dommages de guerre » les 120 000 balles de coton détruites en entrepôt, débarquées en Angleterre ou perdues en mer, les négociants, sans doute mécontents, obtiennent l’appui de la Banque de France pour réclamer le remboursement effectif des sommes qu’ils ont engagées afin de financer les commandes de l’État13.

  • 14 ADSM, 40 JP 230 et 244.

7Dans le journal des achats et le journal des ventes de la maison de négoce Ancel, l’importance prise par les achats et la redistribution du coton est parfaitement lisible14. Cette société de famille fut, au cours de son histoire plutôt polyvalente, importatrice de nombreux produits coloniaux. Au cours de l’année 1940, son chiffre d’affaires est toujours élevé : 40,3 millions de francs courants ; il est de 10,3 millions en 1941. Ancel importe pour le compte du CIRC d’importantes quantités de coton achetées à la Southern Cotton et Cie de Dallas, Allemberg Cotton de Memphis, Atkinson et Cie de La Nouvelle-Orléans. En 1942 et 1943, le volume d’affaires étant réduit au dixième environ, elle importe tout de même du coton togolais pour le CIRC grâce au bureau de Marseille. Ainsi les affaires, malgré la fermeture absolue du port du Havre, ont été maintenues partiellement grâce aux commandes de l’Intendance générale de l’Habillement pour le coton et du Ravitaillement pour le café. L’encadrement du négoce d’importation, en même temps qu’une contrainte, représentait un avantage pour les négociants lesquels bénéficiaient du leadership antérieur de la place portuaire en matière de produits chers.

C. Une autorité variable dans les autres branches du négoce

  • 15 Elle résulte elle aussi de l’organisation générale de la nation en temps de guerre (loi du 11 juil (...)
  • 16 Archives de la chambre de commerce de Marseille (MP 232.32).
  • 17 ADSM, 100 E 4.

8La « drôle de guerre » est aussi une période de maîtrise provisoire des importations françaises de café par le négoce havrais. Dès la mobilisation générale, le marché à terme des cafés est fermé et les opérations ouvertes liquidées d’office. Tous les cafés se trouvant en entrepôt de douane sont bloqués. Une nouvelle organisation du secteur professionnel du négoce et de la torréfaction du café en temps de guerre est mise en place15. Un groupement national d’importation et de répartition du café, le GNIRCA, s’impose aux entrepreneurs de la branche. Il sera rebaptisé GNACA, groupement national d’achat du café le 23 juin 1942. Les importations et les répartitions respectent les rapports de force économiques préexistants. Le Havre recevra 80 % des importations, Marseille 15 %, Bordeaux 5 %. Le GNIRCA est une société anonyme qui touche 1,8 % du prix CAF (coût, assurance et fret), accumulant des fonds non négligeables. Il faut justifier de 400 tonnes d’activité en 1938 pour être actionnaire du groupement et 40 tonnes pour être répartiteur16. Les Havrais y seront très dominants jusqu’en 1950, malgré la fermeture de leur port. À la direction du groupement se succéderont notamment Léon Regray (maison Chegaray), Louis Hubert (Compagnie générale des cafés), Édouard Gilg (maison Latham et Gilg). Le groupement travaille en accord avec le Ravitaillement qui est le seul acheteur aux pays d’origine comme le Brésil et qui décide du déblocage des sacs entreposés17. La réglementation qui s’impose aux négociants et torréfacteurs recevant les cafés importés est très compliquée.

  • 18 Rapport Charles, commission du trafic, concernant les répercussions de l’état de guerre sur les di (...)

9Dans les autres secteurs, l’autorité du négoce havrais est plus variable. S’accordant à reconnaître qu’un certain dirigisme est inévitable, les membres de l’Assemblée consulaire critiquent malgré tout un manque de souplesse et une inégalité de situations. Le régime d’autorisation préalable à toute augmentation du prix des marchandises importées mécontente les négociants qui reprochent à l’État des augmentations unilatérales, concernant le coût du fret notamment, car celui-ci a pris le contrôle complet des compagnies maritimes. Si les groupements laissent une certaine liberté aux importateurs de coton et de charbon, l’activité devient compliquée en revanche pour la branche du cuir ou celle du cacao. Les importateurs de cacao, dont on se souvient que le Havre possède le leadership, sont soumis à un groupement, à ceci près que l’exportation des colonies est interdite. L’activité se bornera donc à la liquidation des stocks. Pour les produits alimentaires et les rhums, les stocks ont été bloqués, les arrivages faisant l’objet de réquisition quasi-totale, sans tenir compte des besoins du petit commerce et de la population civile selon la chambre de commerce18.

  • 19 ADSM, 1ETPP 128, le 7 décembre 1939.
  • 20 Ibid., le 11 avril 1940.
  • 21 Enquête sur la situation du commerce et de l’industrie dans la région havraise (ADSM, 8 M 23).

10Le Havre était aussi le premier port d’importation des bois coloniaux et américains, en particulier grâce à la maison Charles. Avant la guerre, il avait été prévu de créer là aussi un groupement d’importation et de répartition des bois en temps de guerre. Mais le ministère de l’Agriculture trouva plus productif de laisser la liberté aux importateurs, de ne pas interdire l’exportation des colonies considérant que les stocks de bois nécessaires à certaines industries de guerre étaient insuffisants. Les arrivages, durant les premiers mois de la guerre se sont faits à cadence normale, en provenance de la côte d’Afrique, des États-Unis et du Canada. D’importantes quantités de bois coloniaux sont achetées par le Ravitaillement et l’on considère qu’ils pourraient se substituer davantage aux bois venus de l’étranger19. En outre, en avril 1940, les importateurs Charles, Thiébault, Voisin et Gutzwiller, constituent une SARL qui fait pour compte de l’État des opérations de réception stockage et distribution des bois de spruce acquis par le département de l’Air pour l’aviation20. Malgré la chute des besoins civils, la fabrication des baraquements et des caisses de munitions maintient la demande21.

Notes

1 Registres des délibérations de la CCH (ADSM, 1 ETPP 128).

2 ADSM, 1 ETPP 127, p. 200.

3 Voir John Barzman, « Les acteurs du transport portuaire », art. cité, p. 400.

4 Ibid.

5 Dossier « coton » (AN,F/12/10558).

6 Prévu par Part. 49 de la loi du 11 juillet 1938.

7 ADSM, 201 W 181.

8 ADSM, chambre de commerce du Havre, 100 E4.

9 ADSM, 201W 181. Les autres gestionnaires du GIRC sont André de Grandmaison, Pierre Chardine, Henry Scholaert, Louis Chausserie-Laprée. Adrien Martin est directeur du bureau de Marseille.

10 Au cours de la période 1900-1940, Le Havre capte environ les 2/3 des importations françaises de coton, autour de 200 000 tonnes par an. Voir Claude Malon, Le Havre colonial, op. cit., p. 113-117.

11 ADSM, CCH, 75 E 1, lettre à la Banque de France

12 La balle de coton est en général d’environ 200 kilogrammes, poids variable selon les provenances.

13 Note du directeur de la Banque de France au Havre pour la direction générale de l’Escompte sur le paiement des arriérés de l’État, 12 août 1940 (ABF, 1060 200001/519).

14 ADSM, 40 JP 230 et 244.

15 Elle résulte elle aussi de l’organisation générale de la nation en temps de guerre (loi du 11 juillet 1938).

16 Archives de la chambre de commerce de Marseille (MP 232.32).

17 ADSM, 100 E 4.

18 Rapport Charles, commission du trafic, concernant les répercussions de l’état de guerre sur les différents commerces et industries, 28 novembre 1939, compte rendu des travaux de la CCH, p. 181 et suiv.

19 ADSM, 1ETPP 128, le 7 décembre 1939.

20 Ibid., le 11 avril 1940.

21 Enquête sur la situation du commerce et de l’industrie dans la région havraise (ADSM, 8 M 23).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540