Version classiqueVersion mobile

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

Ire Partie — Le monde de l'entreprise et l'état de guerre

Chapitre Ier. Produire pour la défense et le ravitaillement

Texte intégral

1Dans quel état se trouve le monde de l’entreprise quand la guerre survient et qu’il doit se mobiliser ? Il n’est pas sans atouts, ni sans faiblesses. Les atouts économiques sont certains, malgré la crise. Mais les tensions sociales sont aggravées par les répercussions des événements qui préludent au conflit. Le contexte politique national et international agit, bien avant l’Occupation, sur le monde du travail, ses représentations syndicales et patronales, au moment même où sont mobilisés les hommes et les femmes qui travaillent dans la cité pour la défense et le ravitaillement du pays. Il n’est pas certain, cependant, que ces tensions aient entravé l’effort général de production pour la défense.

A. Les forces économiques et sociales : état des lieux

  • 1 Voir Dominique Borne et Henri Dubief, Nouvelle Histoire de la France contemporaine. La crise des a (...)
  • 2 À cette époque, Sanvic, Bléville et Rouelles ne sont pas encore rattachées à la commune du Havre.
  • 3 Jean Legoy, Le Peuple du Havre, op. cit., p. 227.

2Lorsque la France et l’Angleterre entrent officiellement en guerre contre le Reich, le 3 septembre 1939, il y a déjà quinze mois que la loi a prévu l’organisation de la production en temps de guerre. Elle intervient dans une conjoncture économique qui n’est pas bonne. Consécutive à la crise dite de 1929-1930, elle est marquée par un nouveau ralentissement de la production industrielle, par une concentration accrue dans plusieurs branches et par une baisse des effectifs1. Sans nous y attarder, constatons au Havre une diminution du nombre d’entreprises et des effectifs ouvriers qui concerne surtout la construction et la fabrication navales. Celles-ci ne représentent plus en 1938 que 26 % des travailleurs d’industrie contre 43 % en 1920. 5 000 dockers, 15 000 salariés de l’industrie, voilà quelques ordres de grandeur pour une ville qui compte 164 000 habitants au recensement de 19362. La baisse globale des ouvriers d’industrie recouvre des évolutions diverses. Si les effectifs de Schneider ont diminué, en revanche les Tréfileries et laminoirs conservent un gros effectif et le secteur pétrolier est dans une phase ascendante avec la construction du complexe industriel de Gonfreville-l’Orcher dès 1931, stimulé par le développement du raffinage grâce à la loi de 1929. C’est aussi en 1931 que l’usine d’aviation Bréguet s’implante au Havre. Parmi les industries diverses, parfois de petite taille, plusieurs affichent des compétences particulières comme les peintures et vernis pour la marine qui approvisionnent la moitié du marché français, la verrerie, l’amiante ou les pâtes alimentaires. Plus problématique est la situation du bâtiment, touché par le chômage depuis le milieu des années 1930. L’entre-deux-guerres n’est pas une période de grands travaux. Jean Legoy, faisant le bilan de ces contrastes, constate peu d’innovations dans le paysage industriel havrais des années 1930 et une réticence des capitaux locaux à s’investir dans l’industrie3.

  • 4 Voir Claude Malon, Le Havre colonial, op. cit., 2e partie : les entreprises.

3La dichotomie évoquée plus haut, au sujet des capitaux, entre une industrie majoritairement allogène et un négoce plus autochtone, est caractéristique du Havre d’avant 1939. Le négoce cotonnier a subi les répercussions d’une mévente des clients industriels des Vosges et d’Alsace avec quelques faillites, mais le réservoir colonial pour l’ensemble des denrées tropicales a maintenu un corpus d’entreprises de plus de 200 unités à la veille du conflit4 sur un total de 430 négociants et transitaires. Ces « maisons » salarient environ 3 500 employés de commerce en 1935, chiffre équivalent à celui des employés du commerce de détail. De grandes fortunes et des chiffres d’affaires très élevés existent dans le commerce du café ou des bois. Le transport maritime des passagers est toujours très actif et les navires marchands assurent un tonnage passé de 3 millions de tonnes en 1921 à 5,7 millions en 1937. Même si la population active est proportionnellement un peu inférieure à la moyenne nationale à cause du sous-emploi féminin, Le Havre abrite un ensemble d’entreprises aux situations inégales mais qui ne manquent pas d’atouts et pour lesquelles il serait très abusif de parler de marasme.

  • 5 Voir John Barzman, Dockers, métallos, ménagères, Mouvements sociaux et cultures militantes au Havr (...)
  • 6 Voir John Barzman, Les Dockers du Havre, de la brouette au portique (XIXe-XXe siècles), habilitati (...)

4La question des relations entre partenaires sociaux à la veille de l’Occupation appelle ici un retour aux invariants de l’histoire populaire havraise. Le Havre est une ville ouvrière, au syndicalisme puissant qui s’exprime lors des grèves de 19225. L’occupation de l’usine Bréguet, en 1936, ouvre la voie aux grèves sur le tas qui conduiront aux succès du Front populaire. Le Syndicat des dockers est imposant, surtout depuis l’obtention du monopole de l’embauche en 1928, avec sa composante anarcho-syndicaliste particulièrement influente6. Ces éléments sont à la fois mythiques et réels. L’érosion de cette force revendicative a été plus aisée en temps de guerre que ce portrait un peu stylisé pourrait le laisser imaginer. D’abord parce que le syndicalisme havrais est pluriel et divisé, ensuite parce que les rapports de force nationaux et la montée des périls ont eu des répercussions directes sur les hommes et les groupes qui le composent.

  • 7 Sur la situation politique, sociale et syndicale des années 1935-1939, voir Jean Legoy, Le Peuple (...)
  • 8 Fichier des RG (ADSM, 40 W 159).
  • 9 AMH, 5 Z 406.
  • 10 Gilles Pichavant, « La CGT dans la Résistance en Seine-Maritime », Le Fil rouge, no 19, 2004, http (...)

5Le mouvement d’unité au milieu des années 1930 avait redonné force aux syndicats havrais, rassemblant à nouveau ceux qui s’étaient ventilés entre, d’une part, l’Union des syndicats autonomes et leur puissant Syndicat des ouvriers du port, majoritaire, les « confédérés » de la CGT, et d’autre part, l’union locale unitaire, l’ex-CGTU dominée par les communistes. De 13 000 adhérents en décembre 1935, le nombre de syndiqués à l’Union locale CGT du Havre, stimulée par l’unité retrouvée, est passé à 5 5 000 en juin 19367. Elle regroupe alors 65 syndicats de métiers. La CFTC compte pour sa part 1 100 membres et les syndicats indépendants 4 0008. La remise en cause des acquis du Front populaire par les décrets Reynaud et Daladier conduit à la grève générale du 30 novembre 1938, suivie au Havre par 60 % des salariés selon la police. Alors que Le Petit Havre parle d’échec, la mobilisation a été forte dans certaines entreprises. Aux Corderies, sur 900 ouvriers, seuls trois n’ont pas fait grève. Pouillon, le directeur des Tréfileries, dont dépend l’usine, décide de punir plusieurs délégués, entraînant une reprise de la grève, des négociations, la médiation du sous-préfet. Mais rien n’y fait, les exclusions sont maintenues et le travail reprend sous la menace d’un licenciement massif9. La répression est rude, au Havre comme ailleurs : licenciements des grévistes, réembauche individuelle, sanctions très sévères dans la métallurgie et le bâtiment. Une amende est même imposée aux marins qui ripostent par une grève générale, mais leurs dirigeants syndicaux sont mis en état d’arrestation. Désormais, les effectifs de la CGT déclinent. Au Havre, les prises de timbres reculent immédiatement de 27 %10. Quelques syndicats autonomes, comme la Confédération des syndicats professionnels français (700 inscrits), se constituent tandis que progresse le recrutement de l’extrême-droite, celui du PPF de Doriot notamment.

6L’approbation du pacte germano-soviétique par le parti communiste français et la dissolution qui en découle déstabilisent les anciens « unitaires » et conduit la majorité du bureau confédéral à une mise en demeure : les syndicats affiliés devront dénoncer le pacte s’ils ne veulent pas être exclus de la confédération et s’ils ne veulent pas voir leur organisation dissoute. Les dirigeants anarchosyndicalistes maîtrisent désormais la direction du syndicalisme havrais sous la conduite de Jean Le Gall. Mais l’Union départementale de Seine-Inférieure, où les communistes sont majoritaires, malgré la mobilisation en septembre 1939 de ses principaux dirigeants, rassemble les syndicats contre les exclusions en septembre et octobre, tandis que l’Union locale du Havre soutient au contraire la ligne confédérale. C’est le gouvernement qui règle la question en prononçant la suppression en France de 620 unions ou syndicats dits « communistes », dont 16 en Seine-Inférieure. Au Havre, durant la « drôle de guerre », ce sont 5 syndicats, considérés comme « groupements communistes » qui seront dissous entre décembre 1939 et mars 1940.

  • 11 AMH, 5 Z 300.

7Le Syndicat des produits chimiques regroupe des salariés aussi divers que ceux de la Compagnie française de raffinage, des Lessives Jullien, des Huileries Desmarais, des peintures et vernis ou de la Compagnie des Extraits tinctoriaux. À la suite des licenciements du 30 novembre 1938, une grève de solidarité à la CFR et dans les dépôts avait été totale, signe d’un syndicat fort. Les négociations avec le patronat sur les conventions collectives et les salaires y avaient été conduites par Marcel Monnet11. Refusant de dénoncer le pacte germano-soviétique, il est arrêté et les biens du syndicat sont saisis. Les archives du syndicat sont pudiques à ce sujet. Monnet aurait démissionné le 10 décembre « par suite des événements et de la situation nouvelle à lui créée ». Fin décembre, André Guilcher qui assure l’intérim tente de reconstituer le syndicat dissous, mais en janvier le procureur désigne un liquidateur. Cet exemple laisse imaginer la désorganisation et l’affaiblissement du syndicalisme havrais avant même que n’interviennent les bouleversements liés à la politique de Vichy et à l’oppression nazie. Mais dans l’immédiat, cet affaiblissement du syndicalisme ne pouvait guère nuire à l’effort de guerre puisqu’il décourageait la désobéissance et favorisait, comme toute période de grandes difficultés, la recherche de solutions individuelles.

Tableau 1 - Groupements communistes dissous en 1939 et 1940.

Syndicat général des produits chimiques du Havre

18 décembre 1939

Syndicat des chauffeurs routiers du Havre

4 mars 1940

Syndicat des cordonniers du Havre

4 mars 1940

Syndicat de l’habillement du Havre

4 mars 1940

Syndicat de l’alimentation « pâtes alimentaires » du Havre

7 mars 1940

Source : ADSM, 1 M 565.

  • 12 Voir, en annexe 1, le tableau des membres de la CCH.
  • 13 Registre des délibérations, 1939 (ADSM, 1 ETPP 27).

8L’autorité patronale, favorable à la mise au pas des amis de l’Union soviétique n’était en aucune manière entamée. Les commandes de l’armée donnaient du travail. L’armature patronale gardait toute son influence. La chambre de commerce, au départ de Georges Raverat, en novembre 1938, est dirigée par un négociant en coton, Henri Thieullent, qui demeurera aux commandes pendant toute la guerre12 mais la métallurgie et la construction navale y sont bien représentées. À la veille du conflit, nombreuses sont les interventions de l’Assemblée consulaire auprès de pouvoirs publics : régime douanier des colonies, protection des marchés du cuivre et du coton au Havre, tarifications portuaires, défense du port du Havre face à la concurrence de Marseille ou de Rouen, protestations contre le nombre croissant de commerçants étrangers13. La défense des intérêts havrais ne faiblit pas durant la « drôle de guerre », avec de multiples avis sur les augmentations de capital des sociétés, sur les représentations auprès du Ravitaillement général. Elle relaie les doléances des entreprises de manutention portuaire qui se plaignent de ne pas trouver suffisamment de main-d’œuvre à cause de la présence de l’armée britannique. Les chefs d’entreprise sont souvent liés entre eux par leur double appartenance au négoce, à l’industrie, aux travaux publics et aux assurances à travers les conseils d’administration. De nombreuses organisations, plusieurs dizaines, soudent les membres d’une même corporation comme celles des courtiers ou des petits commerçants. Ils se retrouvent rassemblés dans un Syndicat général du commerce et de l’industrie, une Union des employeurs

  • 14 Voir Claude Malon, Le Havre colonial, fig. 5, p. 399. Le Comité est un instrument de lobbying dest (...)
  • 15 Le Havre reçoit à cette époque la moitié des exportations du Cameroun (ADSM, 1 ETPP 126, 24 novemb (...)

9index[idadmin]Union des employeurs de main-d’oeuvre (UEMO)@Union des employeurs de main-d’œuvre (UEMO) de main-d’œuvre rompue aux négociations avec les syndicats portuaires. Cette cohésion est manifeste dans l’appartenance commune de nombreux industriels et négociants à quatre organisations simultanément : la chambre de commerce, l’Institut colonial, la direction du port autonome, et le Comité de l’armement de l’Estuaire14. L’Institut colonial, qui relie Le Havre aux réseaux d’affaires de métropole et des colonies françaises, se retrouve mobilisé, aux côtés de la Chambre de commerce, contre les prétentions allemandes au Cameroun15. C’est donc dans un contexte de relations entre un patronat dont la cohésion est intacte et un syndicalisme ouvrier amoindri que s’opère la mobilisation économique au service de la défense nationale.

B. La mobilisation de l’appareil productif, de l’artisanat à l’usine

  • 16 Remarquons toutefois que ce n’est pas l’entreprise Schneider dans son ensemble qui est nationalisé (...)
  • 17 Voir Claude Malon, « Les gens du café, des entrepreneurs de l’ordinaire et du superflu », dans Sab (...)
  • 18 ADSM, 1 Μ 270.

10Une catégorisation des entreprises va s’opérer, aussi bien pour la nation en temps de guerre qu’au temps de l’occupation allemande. Elle peut même constituer une typologie commode sur la base de Futilité pour la nation jusqu’en mai 1940, pour l’occupant ensuite. Première catégorie : des entreprises sont stratégiques et conduites à travailler pour la défense nationale, et de manière exclusive pour certaines, dès leur nationalisation comme Schneider ou Bréguet16. Certaines seront ensuite utiles à l’occupant, dans la métallurgie, comme Caillard ou des fonderies de moindre taille. Stratégiques bien sûr la construction et la réparation navales, par exemple les Chantiers Augustin-Normand ou les Forges et chantiers de la Méditerranée. Le textile, la chimie seront également sollicités. Deuxième catégorie : les entreprises vitales pour les populations civiles, parce qu’elles assurent le ravitaillement. C’est le cas, par exemple, de la Fabrique Bertrand qui exploite dans le quartier de l’Eure une semoulerie et une usine de pâtes alimentaires. Enfin, troisième groupe : des entreprises considérées comme « superflues ». Mais le superflu peut être ressenti comme tout à fait nécessaire et donner lieu à des échanges lucratifs bien que limités, comme ce fut le cas pour le négoce du café emblématique de la place du Havre17. Cet ensemble est largement mobilisé en même temps que les hommes en âge de combattre et parfois même un peu plus tôt. Même quand les entreprises ne travaillent pas directement pour l’armée, elles sont contrôlées plus directement par l’État : c’est le cas pour le négoce des denrées et matières premières tropicales. Le 13 décembre 1939, le préfet de Seine-Inférieure établit une liste des usines qui travaillent pour la défense nationale, après une enquête minutieuse de l’Inspection du travail et de la main-d’œuvre portant sur 600 établissements18. La contribution havraise est à la mesure de son importance industrielle. En termes d’effectifs comme en nombre d’usines, ce sont la métallurgie et les constructions navales qui constituent le groupe le plus nombreux, 33 entreprises sur 66 au total, et plus de 18 000 salariés potentiellement mobilisables.

  • 19 Dossier « Dommages de guerre » (ADSM, 237 W 120).

11Certes, de gros établissements ne travaillent pas, si l’on en croit cette enquête, pour la Défense : par exemple la scierie Humbert, les contreplaqués Multiplex ou la Compagnie industrielle maritime qui stocke le pétrole. En revanche, les autorités font aussi bien appel à des unités regroupant plusieurs milliers d’ouvriers qu’à de petites entreprises relevant parfois de l’artisanat avec leurs trois ou quatre employés. Les prévisions d’effectifs supplémentaires correspondent sous une autre formulation à un « maximum prévu pour temps de guerre » qui peut aller jusqu’à doubler la main-d’œuvre d’une usine tandis que certaines entreprises sont utilisées en l’état. La source indiquée, bien que précieuse, ne permet pas de vérifier le degré réel de mobilisation, sans doute supérieur, mais elle indique bien les branches stratégiques. À la Compagnie électro-mécanique, les effectifs mentionnés dans une autre source19 prouvent que la mobilisation projetée a bien été réalisée : ils étaient de 948 ouvriers au 1er septembre 1939, ils s’élevaient à 1 471 à la veille de l’exode.

Tableau 2 - Usines ou établissements travaillant pour la défense nationale au Havre.

Industrie de l’alimentation

Effectifs et prévisions

Docks frigorifiques du Havre

106

Entrepôts frigorifiques de l’Union

39 + 227

Société frigorifique de l’alimentation havraise

62 + 96

Pâtes alimentaires Bertrand

200 + 200

Abel équarrissage

5

Éts Reitch

10

Brasserie Paillette

257

Industrie du bois

Effectifs et prévisions

Menuiserie Doré

82

J. Morin

14 + 60

Eudes, charpentes de navires

26

Kernanc Marcel, meubles

10 + 6

Dubreuil scierie

38 + 70

Industrie chimique

Effectifs et prévisions

Cie des Extraits tinctoriaux et tannants

339

Société française des peintures et vernis

61

L’Air liquide

43

Desmarais

350 + 8

Caspari et Defaix, Extraits tannants

40

Cie française de raffinage

100

Pétroles Jupiter

67

Société générale des huiles et pétroles

100

Cuirs et peaux

Molon Louis, guêtres

31

Industrie des métaux, constructions électriques, navales

Effectifs et prévisions

Ateliers de construction du Havre, Gonfreville l’Orcher

1 435 + 947

Augustin-Normand, construction navale

52 + 40

Tréfileries et laminoirs du Havre

4 673

Caillard et Cie

349

Le Nickel

286 + 32

Dumontier, chaudronnerie

23 + 40

Forges et chantiers de la Méditerranée

469 + 67

Béliard et Crighton

134+ 100

SNCAN (ex-Bréguet)

1 124 + 400

Soudure autogène

38 + 43

Compagnie électro-mécanique (CEM)

1 257 + 200

Fouré-Lagadec

77+10

Fonderie Sturmlinger

43

Fonderies du Havre et de Normandie

61 +6

Chaudronnerie Cie générale transatlantique

1 059

Duchesne et Bossière

126 + 59

Lesauvage et Fenestre

25 + 7

Chargeurs Réunis

193 + 41

Constructions mécaniques Henri Jungbluth

21+50

Société de condensateurs et d’applications mécaniques

100

Société André-Citroën

28 + 4

Constructions mécaniques Baderspach

28 + 4

G. Maître Électricité

65

Bichet constructions mécaniques

49 + 1

Maurice Benoît serrurier

16 + 2

Maison Fontaine

17

Compagnie radio-maritime fabrications électriques

18 + 2

Ateliers Maugard fonderie

40

Éts Desenfaus constructions mécaniques

10

Maison Scheid électricité

31

Benoto, construction de bennes automatiques

155 + 18

SA Renault Le Havre

15

Morisse et Santus garagiste

13 + 5

Industrie du travail des pierres et terres à feu

Effectifs et prévisions

Verreries Tourres et Cie

82 + 70

Industrie textile et du vêtement

Effectifs et prévisions

Filatures et tissage de Graville

380

Manchon-Lemaître à Bolbec

513

Lemaistre F. à Lillebonne

595

Westphalen-Lemaître à Lillebonne

312

Desgénetais

167 + 200

Saint-Frères, sacs, bâches

19

Comptoir normand de sacherie Dupas

29

V* G. Mesuage Boudin sacs

3

Poplin

50

Voisin Pierre Toiles

50

Éts Sicot

40

Ëts Bornai

35

Établissements industriels de l’État et du ministère de l’Armement

Effectifs et prévisions

Manufacture des tabacs

180

Station radio-télégraphe de Bléville

3

Ateliers de construction du Havre, Gonfreville, Le Hoc (pyrotechnie)

2657 + 3472

Source : liste des établissements de Seine-Inférieure (ADSM, 1 M 270).

C. La métallurgie et les industries navales au service de la Défense

  • 20 Voir Jean-Claude Marquis, « La vie économique en Seine-Inférieure », art. cité, p. 251-277.
  • 21 Le site de Gonfreville semble avoir été compté deux fois dans l’enquête citée ci-dessus.
  • 22 Voir Colin Newbury, « La société Le Nickel « Journal de la Société des océanistes, vol. 11,1955, p (...)
  • 23 Jean-Paul Portelette, Cent Ans d’histoire du nickel au Havre, histoire d’une société, Luneray, Éd. (...)
  • 24 Dossier « Dommages de guerre » (ADSM, 238 W 937).

12Dans la métallurgie en Seine-Inférieure, 8o % des commandes concernent désormais la défense nationale20. Le 28 juin 2937, Schneider est nationalisée en vertu de la loi du 17 juillet 2936. Elle travaille désormais exclusivement pour l’Armée. Elle occupe trois sites au Havre, à Harfleur, à Gonfreville21, sous le nom d’Ateliers de construction du Havre, et regroupe environ 2 200 ouvriers. Selon l’enquête préfectorale, son maximum prévu en temps de guerre s’élève à 6 039 salariés comme l’indique le tableau précédent. À la même époque, la société des ateliers d’aviation Louis-Bréguet, nationalisée elle aussi, est intégrée à la Société nationale de construction aéronautique du Nord (SNCAN). Il est donc prévu qu’environ 1 500 de ses ouvriers travailleront pour l’armée. L’usine du Nickel, située rue Piasceki, améliore ses performances à la veille du conflit, grâce à l’installation d’un nouveau four de grillage. Elle livre la totalité de sa production aux usines qui travaillent pour la défense nationale. Les minerais venus de Nouvelle-Calédonie ne suffisant plus, elle importe du nickel étranger pour répondre aux besoins. Pour cela, les autorités confient à la société Le Nickel la gestion du Groupement d’importation et de répartition du nickel. Le bilan de l’entreprise au 31 janvier 1940 est largement bénéficiaire, mais c’est la dernière distribution de dividendes avant longtemps22. À l’approche des Allemands, l’entreprise décide, avec le concours du ministère de l’Armement, de disperser les stocks de matte et de nickel pur, assez considérables à l’usine du Havre. Des chargements sont renvoyés en Nouvelle-Calédonie, d’autres sont évacués sur l’Angleterre, d’autres encore sont déroutés sur le Maroc. Des lots auraient même été dissimulés dans un étang. Sur ordre des autorités administratives, la production est arrêtée et l’usine est évacuée juste avant que les Allemands n’occupent Le Havre23. Des unités de moindre importance participent aux fournitures militaires ; les Fonderies du Havre et de Normandie, dont les ateliers, dotés d’un matériel moderne, sont situés rue Amiral-Courbet, exécutaient des pièces destinées aux compagnies de navigation, environ 150 tonnes par mois. Le petit effectif de soixante ouvriers, légèrement accru, va devoir désormais fabriquer des obus de 75 en fonte aciérée et la production s’élèvera en 1939 à 375 tonnes par mois24.

Figure 1 - Une entreprise travaillant pour la défense nationale dans le quartier de l’Eure bientôt détruite par les bombardements allemands : les pâtes alimentaires Bertrand. En-tête de courrier (cliché C. M.), et vue de l’établissement sinistré (ADSM, 237 W 159).

Figure 1 - Une entreprise travaillant pour la défense nationale dans le quartier de l’Eure bientôt détruite par les bombardements allemands : les pâtes alimentaires Bertrand. En-tête de courrier (cliché C. M.), et vue de l’établissement sinistré (ADSM, 237 W 159).
  • 25 CCH (ADSM, 100 E 4).
  • 26 Voir Marie-Françoise Berneron-Couvenhes, « Les entreprises de transport maritime en 1939-1945 », d (...)
  • 27 ADSM, 260 W 92.
  • 28 ADSM, 260 W 116.

13Le 2 septembre 1939, est décrétée la réquisition quasi-totale de la flotte de commerce, notamment pour les compagnies subventionnées, Compagnie générale transatlantique et Messageries maritimes. Le service des Transports maritimes en temps de guerre laisse aux armements la gérance de leurs navires mais ils doivent mettre à sa disposition leur organisation technique et commerciale25. La durée moyenne et le coût des voyages augmentent, des précautions étant prises pour la durée des traversées, rassemblement dans certains ports et formation de convois. La flotte commerciale est militarisée, équipée de canons et tourelles, ou bien affrétée pour compte de l’État26. Les chantiers de construction navale sont mobilisés en conséquence. Les Ateliers Fouré-Lagadec, rue de la Vallée, sont réquisitionnés par le ministère de la Guerre le 3 septembre. Ils travaillent à l’armement défensif des paquebots et des cargos sous le contrôle de la Surveillance de la Marine nationale27. Le tissu des petites et moyennes entreprises est concerné par cette adaptation à l’état de guerre. Les Établissements Joly, Hugget et Leroy, rue Général-Sarrail, sont spécialisés dans la mécanique et l’électricité industrielles depuis 1919, fabricants et installateurs de moteurs électriques. Fournisseur des PTT, agréée par la Marine nationale et le ministère de la Guerre, l’entreprise est réquisitionnée en 1939. Jusqu’à l’arrivée des Allemands, une cinquantaine de ses ouvriers travaille à bord des navires de guerre, de commerce ou de pêche28. L’activité technique navale appelle aussi l’utilisation des cales sèches. La Société anonyme des formes de radoub, qui exploite ce type d’installation au Bassin de la Citadelle selon un contrat d’affermage qui la lie au port autonome depuis 1924, passe des marchés avec la Marine nationale.

D. Les besoins multiples de l’Armée française

  • 29 ADSM, 260 W 113.
  • 30 Mémoire rédigé par l’entreprise (ADSM, 260 W 158).

14Une enquête à l’échelle départementale pouvait difficilement rendre compte de la totalité des commandes passées par l’armée. D’autres sources conduisent à estimer que l’effort de guerre a concerné de nombreux secteurs. Voici par exemple la société Hutz et Cie, dite aussi Caisserie de Graville, qui possède une exploitation forestière pour son approvisionnement en bois. Avant-guerre, le bois venait des Landes, ensuite, on achète des coupes en forêt de Brotonne. L’entreprise occupe une quarantaine d’ouvriers. Son objet initial est de fabriquer des caisses pour les Verreries de Graville appartenant à la famille Tourres. Celle-ci possède la majorité des parts de l’entreprise dont R. Hutz en revanche est le seul gérant. En 1939, le ministère de la Défense nationale passe commande de caisses à obus. R. Hutz invente alors une machine à creuser les alvéoles, qui sera mise en lieu sûr avant que les Allemands n’arrivent et que l’usine subisse des dommages29. D’autres entreprises ont été oubliées dans la liste préfectorale : la confection Philippe-Vallois, rue de Séry, qui procure des tissus à l’armée française ; un importateur et scieur de bois du Nord, l’entreprise Migraine Frères et Cie, boulevard d’Harfleur, qui tournait au ralenti au moment de la déclaration de guerre : elle reçoit une commande du ministère de l’Armement : 15 000 caisses pour « bombes d’aviation de 50 kgs ». Au début de 1940, elle renouvelle son outillage dans cet objectif et fait venir du bois des Landes et du Doubs. Elle honore cette commande dans les délais fixés30. La mobilisation économique au service de l’Armée française concerne donc les entreprises de toutes tailles dans un large éventail de branches professionnelles.

Figure 2 - Une commande de l’Armée à la Société des formes de radoub (ADSM, 260 W).

Figure 2 - Une commande de l’Armée à la Société des formes de radoub (ADSM, 260 W).
  • 31 ADSM, 260 W 35.
  • 32 Compte rendu des travaux de la CCH, 1939, p. 161.
  • 33 Compte rendu des travaux de la CCH, 28 septembre 1939.

15Le bâtiment et les travaux publics sont sollicités pour le renforcement des infrastructures. La maison Camus effectue avec ses 200 ouvriers 1,8 millions de francs de travaux pour la Défense nationale entre le 1er et le 31 décembre 193931. La petite entreprise Grieu au Havre dispose d’une succursale à Lisieux. Elle est d’abord employée à d’importants travaux à Cherbourg à la demande du commandant Haguenau du Génie de l’Air. Ce dernier lui confie ensuite des constructions de hangars pour l’aérodrome de Saint-André-de-l’Eure. À leur arrivée, les Allemands exigent du chef de chantier qu’il reprenne les travaux. Deux mois après l’entrée en guerre, se constitue au Havre un groupement de petits industriels et d’artisans en vue de l’exécution des commandes militaires. Ce type d’association était recommandé par le ministère de l’Armement et les préfets ; il était organisé sous l’égide des régions économiques et chambres de commerce. Un menuisier, Adrien Baudet, s’occupe alors de rassembler une quinzaine de petits industriels. Dans le même ordre d’idées, un Comité de commerçants constitué « en raison de la mobilisation » est constitué avec l’accord de la chambre de commerce, son statut relevant de la loi de 1901 sur les associations. Les commerçants patentés, à l’exclusion de la branche alimentation sont invités à s’affilier « s’ils veulent être assurés de recevoir leur approvisionnement de marchandises par la suite ». Animé par le mercier Paul Petit, membre de la chambre de commerce, il ne s’adresse qu’aux « commerçants d’origine française32 ». Le ravitaillement en alcool a toujours été important durant les guerres : en septembre 1939, un appel d’offres est lancé pour la fourniture de 35 200 litres de rhum, sous le contrôle de la chambre de commerce qui désigne à cette occasion un contrôleur expert, M. Léon Bachellier et deux « experts-gourmets », M. Lanctuit et M. Aubourg, tous trois importateurs de la place du Havre33.

E. L’effet de la mobilisation sur la main-d’œuvre

  • 34 Lettre de la Société des travaux et industries maritimes, signée Ludovic Arnauditzon, par ailleurs (...)
  • 35 John Barzman,» Les acteurs du transport portuaire : notes sur le cas havrais », dans Transports da (...)
  • 36 Voir Marc Bloch, L’Étrange Défaite, Paris, Gallimard, 1990.

16L’importance stratégique de la place du Havre, grande pour le commerce, l’était forcément pour les opérations militaires. Les besoins de la base anglaise du Havre aggravent la pénurie de main-d’œuvre car les armées française et britannique font simultanément appel aux entreprises de manutention ainsi qu’à l’embauche directe de dockers. Les entreprises portuaires, comme la Société des travaux et industries maritimes, ont du mal à trouver des ouvriers car les britanniques prélèvent au printemps 1940, un contingent de 600 hommes par jour34. Ils leur versent un salaire supérieur à celui des entreprises de manutention locale35. Les consignataires et transitaires en viennent à embaucher des jeunes gens qui n’ont pas l’âge légal. Les négociations entre les autorités anglaises et les responsables portuaires se déroulent difficilement. La base britannique s’engagerait finalement à faire venir sa propre main-d’œuvre militaire, qui serait logée en contrepartie à la caserne Kléber. Si l’on se représente aujourd’hui clairement le désordre qui a régné au moment de la défaite36, on imagine moins spontanément ce que laissent entrevoir les documents sur la vie du port durant la « drôle de guerre », c’est-à-dire un grand encombrement.

  • 37 Voir tableau en annexe (ADSM, 100 E 4).
  • 38 Marie-Françoise Berneron-Couvenhes, « Les entreprises de transport maritime », art. cité, p. 248.
  • 39 Dont 929 dans l’industrie, et 682 dans le bâtiment. Rapport sur la succursale du Havre, 1938, ABF.
  • 40 ADSM, CCH, 100 E 4.

17Dans les semaines qui suivent la déclaration de guerre, les effectifs de plusieurs entreprises havraises diminuent pourtant. Cela ne signifie pas pour autant qu’il y ait eu une baisse d’activité volontaire car la semaine de travail demeure à 48 heures. C’est sans aucun doute la mobilisation qui explique cette baisse37. Elle représente par exemple 37 % du personnel sédentaire de la Compagnie générale transatlantique en France38. Les effectifs de la métallurgie baissent de 20 % en Seine-Inférieure après la mobilisation. Si la baisse n’est pas générale, elle concerne en tout cas la plupart des établissements à gros effectifs. À la Compagnie générale française des tramways, entre août et octobre 1939, les effectifs ont diminué de 35 %, de même chez Desmarais. Quant à la Compagnie française de raffinage elle perd aussi 30 % de son personnel. Le chômage avait augmenté dans la période précédente, passant de 1 930 individus en 1937 à 2 980 en 193839, mais cette réserve de main-d’œuvre n’était pas énorme. Voici les résultats d’une enquête de la chambre de commerce40 :

Tableau 3 - Enquête de la chambre de commerce sur les effectifs de 22 entreprises industrielles.

Nom de l’établissement

31 août 1939

31 octobre 1939

Cie française des extraits tinctoriaux

380

353

Établissements Poplin

201

233

SA Récuperation industrielle et agricole

14

11

Docks frigorifiques

54

76

Cie européenne du gaz

404

250

Établissement Deveaux

23

19

Établissements Schweitzer

22

21

Peinture et Vernis

58

36

Entrepôts frigorifiques de l’Union

43

83

Filature et tissage de Graville

375

375

Société havraise de sciages

12

14

Nom de l’établissement

31 août 1939

31 octobre 1939

Huilerie Desmarais

519

341

Raffinerie Desmarais

223

148

SA des Pétroles Jupiter

50

39

SARL Louis-Vaquin

38

32

Société Multiplex

120

79

Cie générale française des tramways

611

402

Établissements César-Jullien et Cie

35

32

Société havraise d’énergie électrique

355

263

Cie française de raffinage

800

570

Les Frigorifiques de l’alimentation havraise

53

64

Établissements Evers

130

145

  • 41 Horaires précisés dans le document cité ci-dessus.
  • 42 Voir les contributions de Sébastien Durand sur Bordeaux et de Florent Montagnon sur Lyon dans Tran (...)
  • 43 Dossier « Personnel », liasse « Affectations spéciales », correspondance avec la préfecture (AMH, (...)

18Quelques entreprises ont sans doute recruté pour faire face à des commandes de la Défense. C’est le cas des ateliers de confection Poplin dont les ouvriers travaillent neuf heures par jour, de la Filature de Graville qui maintient son effectif et travaille dix heures contre huit auparavant41, des établissements Evers, qui produisent des pièces à base d’amiante. L’augmentation est rendue possible grâce au personnel féminin, important dans le textile. Cette contradiction entre le besoin d’hommes au front et les nécessités de la main-d’œuvre à l’arrière durant la « drôle de guerre », que ce soit pour la production militaire ou les services à la population est facilement imaginable, ce qui ne veut pas dire qu’elle ait été facile à gérer. Comme d’autres entreprises de transports publics urbains42, le réseau du Havre de la Compagnie générale française des tramways doit faire face à la pénurie d’employés et ouvriers qualifiés. L’effectif estimé par l’entreprise « en temps de paix » est de 618 personnes, celui du « temps de guerre » est ramené à 472 vers février 1940. Le directeur demande alors à bénéficier du régime des « affectations spéciales » pour une trentaine de ses employés mobilisés en septembre 1939. Ceux-ci peuvent être replacés dans l’entreprise qui les employait, avec l’accord des autorités militaires, pour deux raisons avancées par le directeur du réseau du Havre43. D’une part, un chef d’atelier d’entretien des véhicules par exemple est irremplaçable au pied levé. Or l’affectation spéciale concerne les mobilisés les plus âgés donc les plus expérimentés. Leur travail exige des compétences et une formation. D’autre part, la compagnie, outre le réseau urbain, assure le transport quotidien des ouvriers travaillant pour la défense nationale, notamment vers l’Atelier de construction du Havre, anciennement Schneider, devenu établissement de l’État. On espère donc que l’état-major sera sensible à cet argument. Mais à la fin du mois d’avril, de nouveaux appels de réservistes ont lieu et le problème de la réduction des services se pose à nouveau. Les remplaçants sont introuvables sur place. Une partie du matériel roulant est immobilisé.

Notes

1 Voir Dominique Borne et Henri Dubief, Nouvelle Histoire de la France contemporaine. La crise des années 1930, 1929-1938, Paris, Seuil, 1989, p. 287-295 ; et Alain Leménorel, Nouvelle Histoire économique de la France contemporaine, 3 - L’économie libérale à l’épreuve, 1914-1948, Paris, La Découverte (Repères), 1998, p. 30-42.

2 À cette époque, Sanvic, Bléville et Rouelles ne sont pas encore rattachées à la commune du Havre.

3 Jean Legoy, Le Peuple du Havre, op. cit., p. 227.

4 Voir Claude Malon, Le Havre colonial, op. cit., 2e partie : les entreprises.

5 Voir John Barzman, Dockers, métallos, ménagères, Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre, 1912-1923, Rouen, PURH, 1997.

6 Voir John Barzman, Les Dockers du Havre, de la brouette au portique (XIXe-XXe siècles), habilitation à diriger des recherches, université de Paris I - Panthéon-Sorbonne, 2000.

7 Sur la situation politique, sociale et syndicale des années 1935-1939, voir Jean Legoy, Le Peuple du Havre, op. cit., p. 338-350. Le chiffre des RG pour 1936 est de 52 000 dont 7 000 anciens unitaires (ADSM, 40 W 159).

8 Fichier des RG (ADSM, 40 W 159).

9 AMH, 5 Z 406.

10 Gilles Pichavant, « La CGT dans la Résistance en Seine-Maritime », Le Fil rouge, no 19, 2004, http://www.ihscgt76.fr.

11 AMH, 5 Z 300.

12 Voir, en annexe 1, le tableau des membres de la CCH.

13 Registre des délibérations, 1939 (ADSM, 1 ETPP 27).

14 Voir Claude Malon, Le Havre colonial, fig. 5, p. 399. Le Comité est un instrument de lobbying destiné à soutenir les initiatives privées et assurer un lien entre les entreprises industrielles et commerciales.

15 Le Havre reçoit à cette époque la moitié des exportations du Cameroun (ADSM, 1 ETPP 126, 24 novembre 1938).

16 Remarquons toutefois que ce n’est pas l’entreprise Schneider dans son ensemble qui est nationalisée, mais seulement certains établissements travaillant pour la Défense nationale.

17 Voir Claude Malon, « Les gens du café, des entrepreneurs de l’ordinaire et du superflu », dans Sabine Effosse, Marc de Ferrière Le Vayer et Hervé Joly (dir.), Les Entreprises de biens de consommation sous l’Occupation, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2010, p. 179-201.

18 ADSM, 1 Μ 270.

19 Dossier « Dommages de guerre » (ADSM, 237 W 120).

20 Voir Jean-Claude Marquis, « La vie économique en Seine-Inférieure », art. cité, p. 251-277.

21 Le site de Gonfreville semble avoir été compté deux fois dans l’enquête citée ci-dessus.

22 Voir Colin Newbury, « La société Le Nickel « Journal de la Société des océanistes, vol. 11,1955, p. 97-123.

23 Jean-Paul Portelette, Cent Ans d’histoire du nickel au Havre, histoire d’une société, Luneray, Éd. Bertout, 1991.

24 Dossier « Dommages de guerre » (ADSM, 238 W 937).

25 CCH (ADSM, 100 E 4).

26 Voir Marie-Françoise Berneron-Couvenhes, « Les entreprises de transport maritime en 1939-1945 », dans Marie-Noëlle Polino, John Barzman et Hervé Joly (dir.), Transports dans la France en guerre, Rouen, PURH, 2007, p. 239-262.

27 ADSM, 260 W 92.

28 ADSM, 260 W 116.

29 ADSM, 260 W 113.

30 Mémoire rédigé par l’entreprise (ADSM, 260 W 158).

31 ADSM, 260 W 35.

32 Compte rendu des travaux de la CCH, 1939, p. 161.

33 Compte rendu des travaux de la CCH, 28 septembre 1939.

34 Lettre de la Société des travaux et industries maritimes, signée Ludovic Arnauditzon, par ailleurs membre de la CCH, 28 mars 1940 (ADSM, 1 ETPP 128, p. 226).

35 John Barzman,» Les acteurs du transport portuaire : notes sur le cas havrais », dans Transports dans la France en guerre, op. cit.

36 Voir Marc Bloch, L’Étrange Défaite, Paris, Gallimard, 1990.

37 Voir tableau en annexe (ADSM, 100 E 4).

38 Marie-Françoise Berneron-Couvenhes, « Les entreprises de transport maritime », art. cité, p. 248.

39 Dont 929 dans l’industrie, et 682 dans le bâtiment. Rapport sur la succursale du Havre, 1938, ABF.

40 ADSM, CCH, 100 E 4.

41 Horaires précisés dans le document cité ci-dessus.

42 Voir les contributions de Sébastien Durand sur Bordeaux et de Florent Montagnon sur Lyon dans Transports dans la France en guerre, op. cit.

43 Dossier « Personnel », liasse « Affectations spéciales », correspondance avec la préfecture (AMH, 11 Z 2).

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Une entreprise travaillant pour la défense nationale dans le quartier de l’Eure bientôt détruite par les bombardements allemands : les pâtes alimentaires Bertrand. En-tête de courrier (cliché C. M.), et vue de l’établissement sinistré (ADSM, 237 W 159).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Figure 2 - Une commande de l’Armée à la Société des formes de radoub (ADSM, 260 W).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5424/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search