Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

Ire Partie — Le monde de l'entreprise et l'état de guerre

Le monde de l’entreprise et l’état de guerre

Texto completo

1L’appareil industriel et portuaire du Havre est suffisamment important pour se révéler indispensable à la défense nationale et au ravitaillement du pays, malgré la taille modeste de la ville, 160 000 habitants. La mobilisation des hommes et des entreprises, métallurgie et construction navale en particulier, les besoins multiples de l’armée française poussent à l’embauche de nouveaux salariés, alors que dans le même temps l’entrée en guerre entraîne nombre de travailleurs loin de leurs ateliers. Dès l’année 1938, le contexte international a des répercussions sur l’organisation de l’achat des matières premières et Le Havre est conduit, par la puissance de son négoce, à jouer un rôle particulier dans l’approvisionnement en coton du pays. La montée des périls, ainsi que la « drôle de guerre » qui suit, a également un impact sur les forces sociales en présence, où la stabilité du monde patronal contraste avec l’affaiblissement du monde syndical, consécutif aux remises en cause de certains acquis sociaux et à la signature du pacte germano-soviétique. Au moment où débutent l’Occupation et le régime de Vichy, les rapports de force ne sont plus ceux du Front populaire. Ils appellent ici un bref état des lieux, économique et social, préalable à l’examen de la mobilisation industrielle et commerciale. Ensuite vient le moment de la défaite, de l’exode, de l’occupation de la ville par les nouveaux maîtres du pays.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540