Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

Introduction

Texte intégral

1L’histoire des entreprises havraises durant l’occupation allemande est assez lacunaire malgré l’apport du colloque organisé par l’Institut d’histoire du temps présent en 1986

  • 5 Voir Jean-Claude Marquis, « La vie économique en Seine-Inférieure », dans Alain Beltran, Robert Fr (...)
  • 6 Un bilan historiographique est présenté sur le site internet du Groupement de recherche 2539 (CNRS (...)
  • 7 Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, 199 (...)
  • 8 Groupement de recherche 2539 déjà cité, dirigé par Hervé Joly, qui a produit une dizaine d’ouvrage (...)
  • 9 Notamment grâce aux contributions de Julie Chassin, Isabelle Raynaud, John Barzman et Claude Malon
  • 10 Voir le film de Christian Zarifian, Table rase, coproduction La Sept-Seine Océan, 1988.

2 5. Il n’était guère facile, il faut le reconnaître, de travailler sur ce sujet avant que nombre d’archives deviennent enfin accessibles. Il s’est produit en France un élargissement considérable du champ des problématiques relatives à la seconde guerre mondiale, à l’Occupation, au régime de Vichy. La connaissance des stratégies d’entreprises face aux contraintes, au dilemme du refus et de l’obéissance chez les entrepreneurs, les salariés, les élites économiques et syndicales accusait un retard sur le récit des comportements citoyens et des faits de résistance. L’histoire économique, longtemps, a quelque peu négligé l’étude de cette période, brève il est vrai6. Un ouvrage publié par deux journalistes de l’économie a fait la lumière sur de nombreux cas de patrons français en situation d’occupation, de collaboration ou de résistance, posant des questions stimulantes7. Le groupement de recherche dirigé par Hervé Joly au cours de la dernière décennie a beaucoup apporté à l’histoire économique sociale et entrepreneuriale de la période8. Mais à l’échelle locale et régionale, bien que Le Havre et la Normandie n’aient pas été absents de ces travaux9, tout n’a pas été dit. Il faut certes s’attaquer à des oublis, des tabous, des clichés, car l’on constate souvent que l’entretien d’une mémoire identitaire se nourrit de clichés vertueux ou bien se cristallise autour de la célébration du patrimoine de la Reconstruction, réparation d’une « table rase10 » qui fait écran aux quatre années qui précèdent. Ce livre aurait pu s’intituler « les entreprises havraises sous l’Occupation ». Mais cela aurait-il laissé toute sa place, au cœur de ces années terribles, au libre-arbitre des individus, au kaléidoscope de leurs choix, qu’ils soient résistants, attentistes, collaborateurs, habiles ou victimes, sceptiques ou convaincus ? Il s’agissait de comprendre le rapport entretenu par le monde de l’entreprise avec cette expérience singulière, sous la double tutelle des Allemands et de Vichy, pendant mais aussi après qu’elle a eu lieu. Une périodisation vive s’est imposée ; elle embrasse la décennie qui débute avec l’état de guerre, inclut les moments forts de l’épuration et les débuts de la reconstruction.

  • 11 Cette désignation sera utilisée de manière empirique, comme rapport des agents économiques aux règ (...)
  • 12 Voir Fernand Braudel, La Dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion (Champs), 1985, p. 57
  • 13 Claude Malon, Le Havre colonial de 1880 à 1960, Rouen-Caen, PURH-PUC, 2006, 2e partie : les entrep (...)

3À la veille de la seconde guerre mondiale, Le Havre abrite un « monde de production11 » qui repose sur deux fondements économiques solides et assez équilibrés, le négoce et l’industrie. Cette dualité, configurée de manière un peu différente à Marseille, s’accompagne de caractéristiques assez originales. Le négoce, toujours puissant au cœur du XXe siècle, est fortement autochtone, contrôlé par de grandes familles, encore assez dynastique comme la Compagnie cotonnière, ou les maisons Ancel et Raoul-Duval, et de tradition à la fois catholique et protestante. Cependant, le monde négociant travaille en réseau avec des clients industriels et des partenaires financiers exerçant à Paris, en Alsace, dans les Vosges, dans le Nord ou sur d’autres places européennes. Cette forte identité du deuxième port français n’exclut pas la présence peu lisible mais décisive d’entreprises étrangères comme la puissante société cotonnière américaine Anderson-Clayton ou la banque Morgan qui offre du crédit aux négociants. Le capitalisme négociant havrais n’est pas entièrement et n’a jamais été totalement autocentré. Des entreprises de la métropole et de l’Europe viennent « faire leur marché » sur la place du Havre, car la fonction d’entrepôt des denrées coloniales, café, coton, bois tropicaux et matières premières, produits chers dont Le Havre garde le leadership, est encore vivace. Dans ce monde de production en temps de paix, une économie de marché, au sens braudélien12, avec ses usages établis et respectés entre importateurs, négociants et courtiers, ses mécanismes de régulation, marchés de terme et Caisse de liquidation, coexiste avec le capitalisme au sens strict, celui des hauts voltages du profit, des entreprises industrielles et maritimes inscrites à l’annuaire Desfossés. La majorité des sociétés de négoce, qui préfère souvent la responsabilité limitée et le cadre familial a devant elle encore de beaux jours et des taux de marge flatteurs jusque dans le cœur des Trente Glorieuses, chez les gens du coton, du bois et du café par exemple13.

  • 14 Son principal actionnaire est alors la Banque de l’Indochine.
  • 15 Voir l’historique de la compagnie dans l’inventaire du fonds de la CGFTE aux Archives nationales d (...)
  • 16 Remarquons toutefois que si Albert Dubosc et les Havrais gardent tous les postes d’administration (...)
  • 17 Pour un tableau de l’industrie havraise à la veille de la guerre, voir : Jean Legoy, Le Peuple du (...)

4Le capitalisme industriel, deuxième force économique agissante sur la place, est beaucoup moins autochtone. On peut même constater, listes des administrateurs à l’appui, qu’il est essentiellement contrôlé de l’extérieur, si l’on pense au secteur pétrolier en fort développement, ou à la métallurgie : Schneider, la Société de produits métallurgiques, les Tréfileries et laminoirs du Havre. La Société havraise d’énergie électrique par exemple n’est havraise que de nom. Il y a bien longtemps que la société Le Nickel n’appartient plus exclusivement à des administrateurs havrais14 qui étaient, à la fin du dix-neuvième siècle, armateurs des navires surnommés les Cent Jours en raison de leur trajet jusqu’en Nouvelle-Calédonie d’où venait le minerai. Le charbon de Worms, le pétrole de Desmarais, le contre-plaqué de Multiplex, les appareils électriques de la Compagnie électro-mécanique, tout cela intéresse des conseils d’administration et des actionnaires extérieurs à la Porte océane, même si une unité de condition rassemble ceux qui peinent à la tâche sur les quais et dans les usines du Havre. Les transports urbains sont dominés par la Compagnie française des tramways, société sise à Paris, fondée par la banque franco-italienne et un homme d’affaires belge15. Worms s’est installé aux commandes de la Compagnie havraise péninsulaire à la fin des années 1920. Il existe même dans l’industrie ou les transports en Seine-Inférieure quelques liens avec des entreprises allemandes, antérieurs à la seconde guerre mondiale et réactivés par le contexte de l’Occupation. Il y a certes des exceptions à ce caractère allogène du capitalisme havrais. L’usine Evers fabrique et exporte de l’amiante, et les Extraits tinctoriaux et tannants de la maison Dubosc fournissent des industriels du cuir situés parfois loin du Havre16. La construction navale conserve elle aussi un fort patronat local, avec les Chantiers Augustin-Normand. La fabrication des équipements portuaires, avec l’usine Caillard, est performante dans les engins de levage17. Mais il y a aussi bien longtemps que banquiers et armateurs locaux ont perdu leur pouvoir. Les armateurs havrais Grosos ou Corblet sont largement dominés par les grands opérateurs nationaux, Chargeurs réunis, Delmas, Compagnie générale transatlantique par exemple, ou étrangers comme l’allemand Woermann jusque sur les lignes reliant Le Havre aux possessions coloniales françaises. Il serait donc illusoire de mesurer l’adaptation de l’appareil productif du Havre « occupé » en 1940 à l’aune des décisions et des pratiques des seules élites économiques locales.

  • 18 En 1952, il y avait 9 300 patentés dans la circonscription contre 21 000 à Rouen et 49 000 à Marse (...)
  • 19 Voir Éric Alary, Bénédicte Vergez-Chaignon et Gilles Gauvin, Les Français au quotidien, 1939-1949,(...)

5Bien entendu, une ville et son port ne peuvent vivre sans un appareil plus banal et plus autochtone de petits et moyens entrepreneurs, de commerçants et d’artisans, que la guerre et de l’occupation allemande vont placer, eux aussi, face à des contraintes et à des choix. Il s’agit aussi bien des hommes et des femmes qui assurent en temps normal le ravitaillement de la population que de ceux qui entretiennent et construisent le cadre de vie, les entrepreneurs de bâtiment et travaux publics. Ils ne sont pas tous, loin de là, de gros employeurs. Le Havre, grand port de commerce, n’est pas une grande ville « commerçante ». Le nombre des patentes y est plutôt modeste en comparaison avec d’autres cités, mais elle rassemble tout de même plus de 5 500 commerces et magasins en 193618. Les angoisses et les tracas du quotidien en temps de guerre s’expriment dans les files d’attente, la quête des tickets d’alimentation, ici comme ailleurs19. Pour les commerçants, la surveillance des prix, la marge que l’on s’autorise dans l’exercice du commerce illicite ou de l’abattage clandestin qui ne peut être réduit au marché noir, font partie du quotidien. Pour d’autres, la boutique est fermée, les biens spoliés, la famille déportée. C’est aussi cela le monde de l’entreprise. Relativement jeune, un peu moins « active » en raison du sous-emploi féminin, la population havraise rassemble une proportion d’ouvriers supérieure à la moyenne nationale 141,5 % contre 38,8 %, en 1931. Il y a donc là un réservoir de main-d’œuvre susceptible d’être requis pour travailler aux défenses allemandes, géographiquement on ne peut plus proches.

6L’entité urbaine et portuaire, économique et sociale du Havre sera ici examinée à partir de l’observatoire stratégique des entreprises. Ce monde de l’entreprise que l’on se propose de retrouver pendant l’Occupation, englobe les patrons, les cadres, les salariés, les institutions économiques et syndicales, qu’elles soient ouvrières ou patronales. Il s’agit d’articuler ce qu’on appelle communément le monde du travail avec le « monde de production », transformés conjointement par une situation d’exception. La chambre de commerce et d’industrie, dans ce contexte, est appelée à devenir à la fois un outil de défense corporative des entreprises et en même temps un relais des décisions prises par Vichy et le Reich. Elle constitue un observatoire intéressant des contraintes et des réponses apportées aux difficultés du temps par les individus et les réseaux de l’entreprise. On éprouvera donc, dans ce livre, une hypothèse, celle d’un monde de l’entreprise soumis, contraint, modelé et adapté pour un temps à un « monde de production » nouveau, spécifique à l’économie d’un pays occupé. Car il s’agit bien, sous la double tutelle de Vichy et de l’occupant nazi, de nouveaux rapports établis entre les agents économiques et les nouvelles règles en vigueur qui organisent la production et la vie sociale. Le travail offert à la main-d’œuvre locale doublement « occupée » dépend à la fois des directives allemandes (du Militarbefehlshaber in Frankreich et de la Wehrmacht) d’une part, et de l’autre, des institutions d’économie dirigée autoritaire de Vichy qui agissent comme filtre et caution de la bonne exécution des tâches. Les comités d’organisation, du textile, des bâtiments et travaux publics, du commerce et de l’industrie constituent un édifice complexe, connecté à la machine de guerre allemande selon un rapport de force hérité de la défaite. La Charte du travail, les aryanisations, tendent vers un nouveau modèle qui n’est pas sans soutien dans une partie de l’opinion. Les entreprises sont classées selon leur utilité pour la machine de guerre nazie ou participent comme sous-traitantes d’entreprises allemandes quand elles ne traitent pas directement les contrats avec l’occupant. La répartition des matières premières et des produits de consommation courante est étroitement encadrée et surveillée. Les Havrais, comme leurs compatriotes, sont préoccupés par la question du ravitaillement, cela est bien connu. Mais qui donne du travail ?

  • 20 Voir : Marie-Claude Albert, Châtellerault sous l'Occupation, La Crèche, Geste éditions, 2005, 358  (...)
  • 21 Robert Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Seuil, 1997.
  • 22 Marc-Olivier Baruch (dir.), « Une poignée de misérables ». L’épuration de la société française apr (...)
  • 23 Anne Simonin, Le Déshonneur dans la République, une histoire de l’indignité, 1791-1958, Paris, Gra (...)
  • 24 Nous disposons en Seine-Maritime de l’intégralité des dossiers traités par le CCPI, chance que ne (...)

7Disons-le d’emblée : on serait déçu à vouloir trouver ici, au Havre, plus qu’ailleurs, à Lyon, Bordeaux ou Châtellerault par exemple20, des conduites totalement vertueuses ou totalement ignobles dans cette succession d’états d’exception. En revanche, on y rencontrera des réponses contrastées, d’individus ou de groupes, aux contraintes de l’économie de guerre, aux injonctions de l’occupant, au carcan imposé par Vichy. Depuis six décennies, les représentations de la période sont en constante évolution comme l’ont prouvé la succession du mythe résistancialiste et la vision moins flatteuse pour le roman national qui résulte du travail de Robert Paxton21. Il en va de même pour l’épuration, diabolisée autrefois par les avocats du Maréchal ou par Robert Aron, mieux connue aujourd’hui grâce à des travaux documentés22, mieux comprise grâce au concours croisé de la philosophie, du droit et de l’histoire23. L’historien n’étant pas juge, il lui revient d’établir des vérités plutôt que l’illusoire vérité, de retrouver quand il le peut les raisons d’agir, de cerner sans anachronisme les justifications données après coup de telle et telle action, de discerner le pragmatisme et l’idéologie. L’idée que se faisaient alors les individus de la frontière entre le « légal » et le « légitime », n’était peut-être pas celle que reconstitue notre imagination sept décennies plus tard. Les jugements portés par les acteurs de ce temps-là sur leur propre conduite ou par les juridictions créées à la Libération sollicitent d’autant plus notre prudence et notre esprit critique, qu’aux premiers signes d’une Libération prochaine, ont commencé, chez les personnes mises en cause, les justifications rétroactives de telle ou telle conduite. De même que l’on ne saurait concevoir une histoire des spoliations sans une histoire des restitutions, on ne peut établir une histoire de la collaboration économique sans une histoire de l’épuration. Les instances d’épuration mises en place à la veille de la Libération ont produit une documentation qui s’est révélée précieuse pour la construction de cet ouvrage. Le Comité de confiscation des profits illicites, qui siégeait à Rouen, a examiné à la loupe les activités de plusieurs dizaines d’entreprises havraises, grandes, moyennes et petites, industrielles ou commerciales24.

  • 25 Georges Godefroy, Le Havre sous l’occupation, 1940-1944, Le Havre, imprimerie de la Presse, s. d. (...)

8Quand surviennent la défaite et l’armistice, nombre d’entreprises havraises sont déjà mobilisées depuis plusieurs mois au service de la défense nationale. L’entreprise havraise « en état de guerre » fait donc l’objet de la première partie de cet ouvrage. Le secteur industriel, maritime et négociant est structuré pour gérer les pénuries éventuelles. Cette organisation est partiellement prévue par les pouvoirs publics à l’échelle nationale dès 1938. L’appareil productif est mobilisé au service de la défense nationale. L’échange et la production sous l’occupation allemande de la ville, effective le 13 juin 1940, sont analysés dans la deuxième partie. Ils sont conditionnés par deux paramètres : d’une part la recherche de stratégies de survie face aux pénuries et à la fermeture du port, d’autre part la contrainte imposée par l’occupant aux entrepreneurs et à la main-d’œuvre. Cette contrainte est pesante et multiple, qu’il s’agisse de travailler à l’édification du mur de l’Atlantique, ou de servir la machine de guerre en Allemagne même avec le concours de l’État français. Car si Le Havre est « occupé » par les Allemands, il obéit aussi à Vichy. Pour une ville située immédiatement en zone occupée, la période historique dite de « l’Occupation » désigne aussi celle de Vichy qui conserve l’autorité administrative dans les limites fixées au lendemain de la défaite. Le rapport entre l’entreprise et l’État français méritait donc un examen spécifique, objet de la troisième partie. Comment les élites économiques locales, réputées si libérales, se sont-elles intégrées à l’économie dirigée autoritaire ? A-t-on boudé les comités d’organisation ? A-t-on pris des distances face au Maréchal et à ses gouvernements ? La Charte du travail a-t-elle connu un certain succès chez les dirigeants d’entreprises ou chez les salariés ? Le monde syndical a-t-il eu une attitude homogène face à la Révolution nationale ? Comment s’est opérée la politique de déjudéisation de l’économie et d’aryanisation des entreprises voulue conjointement par Vichy et Berlin, épisode peu présent dans la mémoire collective de la ville ? Dire que Le Havre a vécu « sous l’Occupation » ne signifie pas uniquement un rapport contraint direct entre ses habitants et l’armée allemande, ce qui eût été le cas s’il y avait eu capitulation et non signature d’un armistice25. Le quotidien de ces quatre années existait sur fond d’une guerre continuée et avec l’encadrement par un État français qui avait choisi la collaboration avec les nazis et qui ne manquait ni d’adversaires, ni de soutiens passifs ou actifs en Normandie.

9La quatrième partie de l’ouvrage, analyse l’épuration dans son contexte, avec ses instruments, ses méthodes et sa chronologie dont le temps fort occupe les années 1944-1950. De même qu’il était nécessaire de présenter brièvement la « préhistoire » de ces années 1940-1944, il était impossible d’ignorer leur immédiate postérité, laquelle éclairait d’un jour particulier les comportements sous l’Occupation. Les entreprises havraises n’en ont pas fini avec l’occupation allemande : est venu le temps, après la « table rase » de septembre 1944 et la libération du territoire, de « rendre des comptes », au sens propre et figuré, en même temps qu’il faut commencer à reconstruire. Le monde de l’entreprise, avec ses patrons, ses salariés, ses instances économiques et syndicales, est soumis à un examen sérieux, méthodique, mais qui suscite bien des interrogations sur ses principes et leur application. L’épuration économique et politique du monde de l’entreprise a-t-elle véritablement eu lieu au Havre, avec quelle ampleur, dans quelles limites ? La nécessité de reconstruire a-t-elle influé sur sa réalisation ? Cette reconstruction prend la forme d’une double tâche pour les entreprises : il s’agit pour elles à la fois de rebâtir la ville et le port, mais aussi se reconstituer elles-mêmes. Dessinant le visage d’un monde de l’entreprise retrouvé, cette cinquième partie étudie les spécificités de la reconstruction portuaire et industrielle et l’utilisation des dommages de guerre. Les élites patronales et syndicales ont-elles été renouvelées en cette sortie de guerre ? Quelles représentations mentales se sont progressivement élaborées au moment où l’épuration se faisait plus discrète et la reconstruction plus spectaculaire ? Autant de questions auxquelles, on l’espère, ce livre aura apporté quelques réponses, non pas dans la visée d’entretenir un particularisme local mais dans le but de mieux comprendre, depuis cet observatoire havrais, ce que furent les contraintes, les enjeux et les effets de cette période.

Notes

5 Voir Jean-Claude Marquis, « La vie économique en Seine-Inférieure », dans Alain Beltran, Robert Frank et Henry Rousso (dir.), La Vie des entreprises sous l’Occupation, Paris, Belin, 1994, p. 251-277.

6 Un bilan historiographique est présenté sur le site internet du Groupement de recherche 2539 (CNRS, 2002-2009) « Les entreprises françaises sous l’Occupation ». En ligne : http://gdr2539.ish-lyon.cnrs.fr. Voir également Dominique Barjot (dir.), Stratégies industrielles sous l’Occupation, Histoire, économie et société, no 11-3,1992.

7 Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, 1995.

8 Groupement de recherche 2539 déjà cité, dirigé par Hervé Joly, qui a produit une dizaine d’ouvrages collectifs issus de colloques sur les archives des entreprises, le secteur de l’énergie, les transports en France, les Comités d’organisation, le travail dans les entreprises sous l’Occupation, l’épuration économique à la Libération, l’économie de la zone non-occupée, les entreprises coloniales, le secteur des biens de consommation, etc.

9 Notamment grâce aux contributions de Julie Chassin, Isabelle Raynaud, John Barzman et Claude Malon.

10 Voir le film de Christian Zarifian, Table rase, coproduction La Sept-Seine Océan, 1988.

11 Cette désignation sera utilisée de manière empirique, comme rapport des agents économiques aux règles qui leur sont appliquées, même si cette notion revêt chez les théoriciens de l’économie un sens plus précis. Voir Robert Salais et Michael Storper, Les Mondes de production, enquête sur l’identité économique de la France, Paris, Éditions de l’EHESS, 1993.

12 Voir Fernand Braudel, La Dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion (Champs), 1985, p. 57

13 Claude Malon, Le Havre colonial de 1880 à 1960, Rouen-Caen, PURH-PUC, 2006, 2e partie : les entreprises.

14 Son principal actionnaire est alors la Banque de l’Indochine.

15 Voir l’historique de la compagnie dans l’inventaire du fonds de la CGFTE aux Archives nationales du monde du travail, 1997-036, consultable en ligne : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr.

16 Remarquons toutefois que si Albert Dubosc et les Havrais gardent tous les postes d’administration et de direction, désormais l’actionnaire largement majoritaire est la United Dyewood, de nationalité américaine, (ADSM, 237 W 122).

17 Pour un tableau de l’industrie havraise à la veille de la guerre, voir : Jean Legoy, Le Peuple du Havre et son histoire, 1914-1940. Croissance et crises, Fécamp, Éditions de l’Estuaire, 2002, t. IV, p. 216-227.

18 En 1952, il y avait 9 300 patentés dans la circonscription contre 21 000 à Rouen et 49 000 à Marseille, (ADSM, CCH, 1 ETPP 142, p. 32).

19 Voir Éric Alary, Bénédicte Vergez-Chaignon et Gilles Gauvin, Les Français au quotidien, 1939-1949, Paris, Perrin (Tempus), 2009.

20 Voir : Marie-Claude Albert, Châtellerault sous l'Occupation, La Crèche, Geste éditions, 2005, 358 p. ; Philippe Souleau et Jean-Pierre Koscielniak (dir.), Vichy en Aquitaine, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2011 ; Patrick Veyret, Lyon, 1939-1949. De la collaboration industrielle à l’épuration économique, Châtillon-sur-Chalaronne, La Taillanderie, 2008.

21 Robert Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Seuil, 1997.

22 Marc-Olivier Baruch (dir.), « Une poignée de misérables ». L’épuration de la société française après la seconde guerre mondiale, Paris, Fayard, 2003.

23 Anne Simonin, Le Déshonneur dans la République, une histoire de l’indignité, 1791-1958, Paris, Grasset, 2008.

24 Nous disposons en Seine-Maritime de l’intégralité des dossiers traités par le CCPI, chance que ne connaissent pas toutes les archives départementales en France (ADSM, 260 W).

25 Georges Godefroy, Le Havre sous l’occupation, 1940-1944, Le Havre, imprimerie de la Presse, s. d. Un ouvrage qui demeure précieux, où l’auteur est à la fois témoin et historien.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540