Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

Préface

Hervé Joly

Texte intégral

  • 1 John F. Sweets, Clermont-Ferrand à l’heure allemande,.
  • 2 Marie-Claude Albert, Châtellerault sous l’Occupation,.
  • 3 Danièle Rousselier-Fraboulet, Les Entreprises sous l’Occupation. Le monde de la métallurgie à Sain (...)
  • 4 Patrick Veyret, Lyon 1939-1949 : de la collaboration industrielle à l’épuration économique, Châtil (...)

1Claude Malon a l’immense mérite d’avoir écrit tout simplement le premier grand livre sur la vie des entreprises dans une importante agglomération pendant la seconde guerre mondiale, qui répond à des exigences scientifiques. Nous disposons d’études sur des villes pendant la seconde guerre mondiale, comme celles de John F. Sweets sur Clermont-Ferrand1 ou de Marie-Claude Albert sur Châtellerault2, dans lesquelles l’économie n’occupe qu’une place secondaire. Danièle Fraboulet a effectué un travail pionnier sur une commune industrielle de la banlieue parisienne, Saint-Denis, qui ne porte que sur la branche de la métallurgie3. Seul Patrick Veyret a déjà publié un travail comparable sur Lyon en 20084, mais l’absence de références précises aux sources utilisées imposée par l’éditeur empêche qu’il puisse être véritablement pris en compte.

2Écrire une telle histoire représente un double défi : il faut maîtriser la très riche historiographie de la seconde guerre mondiale et les enjeux propres à la période, sans s’enfermer dans celle-ci pour autant ; il faut aussi appréhender les évolutions économiques du territoire étudié dans la longue durée pour ne pas en faire une simple parenthèse isolée. Claude Malon disposait des meilleurs atouts pour réussir. Sa thèse publiée en a fait un spécialiste reconnu de l’économie havraise de la seconde industrialisation. Par ailleurs, il a été un participant actif aux travaux du groupement de recherche (GDR) du CNRS sur les entreprises sous l’Occupation, auquel il a offert plusieurs contributions importantes qui nourrissent son livre. Son statut de chercheur à temps plein offert par sa retraite de l’Éducation nationale lui a donné, mieux qu’un universitaire souvent accaparé par des tâches administratives, une disponibilité remarquable pour brasser une documentation considérable, dispersée dans de nombreux centres d’archives.

3Écrire une histoire de l’économie havraise sous l’Occupation ne se résume guère à une monographie locale. Les enjeux dans ce grand port traditionnellement tourné vers le monde en général, et vers le monde colonial en particulier, sont bien plus larges. Si, du fait de l’Occupation, les liens sont largement coupés, les maisons de commerce havraises doivent se reconvertir dans une économie plus autarcique. C’est l’époque des succédanés, pour le café en particulier, ou des synthétiques dans le textile. Claude Malon n’en reste pas pour autant enfermé dans son port sans débouché. Il nous emmène notamment du côté de Marseille, où les maisons havraises ont souvent ouvert des succursales pour poursuivre un temps leurs échanges avec l’Outre-mer.

4L’économie havraise vue par Claude Malon ne se résume pas non plus aux maisons de commerce. L’industrie est également présente, qu’il s’agisse de grandes usines dépendant de sièges sociaux parisiens, comme celles des Tréfileries et laminoirs du Havre, de la Compagnie électro-mécanique ou de Schneider, mais aussi d’un tissu de PME indépendantes dans des domaines aussi divers que les équipements portuaires, l’amiante, le cuir ou encore le BTP. Le paysage est donc très divers.

5Claude Malon fait de l’histoire d’entreprise dans toutes ses dimensions, histoire économique comme histoire sociale. Les chiffres sont fournis quand ils sont disponibles, mais les hommes, responsables politiques, patrons ou ouvriers, ne sont pas oubliés. Le livre est vivant ; de nombreuses figures plus ou moins connues, des entreprises disparues ou non sont évoquées. Tous les aspects possibles sont étudiés, qu’il s’agisse de l’engagement dans les organisations vichystes, des commandes allemandes, du sort de la main-d’œuvre, des conséquences de la politique antisémite d’aryanisation, etc. Sur tous ces points, Claude Malon apporte un regard subtil et nuancé. Il ne fait jamais preuve de complaisance, sans pour autant juger et condamner. Il fait son métier d’historien en s’efforçant de comprendre les logiques des acteurs, inscrites dans leur contexte historique, ce qui ne veut bien sûr pas dire excuser leurs éventuelles compromissions. L’heure n’est plus aux réquisitoires comme aux plaidoyers. Les acteurs impliqués sont de toute façon à peu près tous disparus aujourd’hui.

6Cette histoire des entreprises havraises sous l’Occupation n’est pas non plus enfermée dans cette période. Non seulement Claude Malon s’intéresse en amont à la mobilisation qui précède le conflit et, en aval, à l’épuration qui frappe d’une manière souvent sous-estimée dans son ampleur les entrepreneurs compromis dans la collaboration. Elle s’inscrit au Havre, en particulier pour les entrepreneurs de BTP, dans la contradiction particulière des besoins énormes de la reconstruction. Plus largement, Claude Malon s’intéresse à la manière dont cette période s’inscrit dans une évolution plus large de l’économie havraise. La coupure de l’Occupation apparaît ainsi comme le prélude d’un déclin de l’économie coloniale. Il montre ainsi très bien combien il était important de traiter spécifiquement cette période, sans pour autant oublier la suite.

Notes

1 John F. Sweets, Clermont-Ferrand à l’heure allemande,.

2 Marie-Claude Albert, Châtellerault sous l’Occupation,.

3 Danièle Rousselier-Fraboulet, Les Entreprises sous l’Occupation. Le monde de la métallurgie à Saint-Denis,.

4 Patrick Veyret, Lyon 1939-1949 : de la collaboration industrielle à l’épuration économique, Châtillon-sur-Chalaronne, La Taillanderie, 2008.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540