Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Occupation, épuration, reconstruction

 | 
Claude Malon

Avant-propos

Jérôme Prieur

Texte intégral

1Enquête colossale à travers les archives, ce livre réussit ce que les livres d’histoire ne savent que rarement communiquer, le sentiment tenace, envahissant, déconcertant de nous donner à voyager, à plonger dans le temps. À photographier le passé. Le Havre et sa région sous l’Occupation deviennent par le talent d’écriture de Claude Malon un espace-temps dans lequel l’historien nous entraîne, allant de l’époque qui va de la déclaration de guerre aux lendemains de la Libération, entre épuration et reconstruction, à la rencontre d’un continent méconnu que l’auteur nomme « le monde de production ».

2Claude Malon donne en effet à voir l’épaisseur du temps de l’histoire, c’est-à-dire la multiplicité des acteurs, des enjeux, des mobiles, des situations, des comportements, des individus, des instances de pouvoir. Cette période, c’est l’une des originalités du livre de le rappeler, est loin d’être monolithique. Elle a été cyclique, surprenante, traversée de courants contradictoires, toujours dense.

3Les entreprises havraises sont les personnages d’un drame. Avec une minutie qui permet de ne pas lâcher le fil de la complexité du réel, le livre raconte à l’aide d’un foisonnement d’exemples concrets, les mécanismes de la progression en flèche de ce qu’on appellera « le chiffre d’affaires allemand ». Surtout, de manière plus générale, il démontre comment se manifeste l’effet ventouse de l’Occupation allemande, donnant du travail et de l’activité à une foule de petites, moyennes et grandes entreprises, pyramide de sous-traitants, du métallurgiste au fabricant de textile, du transporteur routier au cafetier. L’historien tour à tour s’approche ou s’éloigne. Il scrute le terrain à la loupe ou s’élève pour attraper le panorama, la vue d’ensemble.

4Aucun détail n’est insignifiant pour l’analyste. Pas d’incriminations a posteriori. Ni de plaidoyers pour apporter aux comportements l’explication des circonstances, comme l’ont si souvent fait les historiens spécialisés, épousant avec leurs outils les justifications techniques et les arguments de la contrainte, solidaires de leur objet.

5Claude Malon navigue entre ces périls. Il nomme. Il expose, il nuance, il met en perspective, sans cesser d’exercer son regard critique, sans colère mais sans indulgence. L’homme de science ne cache pas l’honnête homme. Ainsi rappelle-t-il que, si les entrepreneurs havrais ont fait leur métier, et parfois rien que leur métier, dans une période de pénurie, de contrôle et de mise en coupe réglée, cela n’interdit pas de constater par exemple que la belle ouvrage réalisée par les entreprises françaises du BTP, les 420 bunkers construits pendant deux ans par des dizaines d’entreprises et des milliers d’ouvriers entre la côte et la vallée de la Lézarde, ne sont peut-être pas étrangères à la dureté des combats et des bombardements de la Libération…

6Un regard moral comme sut l’être en son temps le livre fondateur de Robert Paxton, La France de Vichy, voilà ce dont notre temps a besoin. Si l’historien n’est pas un juge comme on le dit souvent, et même un peu trop, cela devrait-il l’empêcher d’adopter un point de vue ? Prétendre n’en avoir aucun ne serait que feinte. S’il ne doit se comporter ni en avocat ni en procureur, pourquoi l’historien n’aurait-il pas la responsabilité d’être une sorte de juge d’instruction ? À lui d’instruire, d’instruire à charge comme à décharge. Et à nous de juger. C’est-à-dire de savoir.

7Surtout que Claude Malon, d’une voix calme et mesurée, avec une certaine tristesse parfois, nous parle d’une histoire qui n’est pas encore de l’histoire ancienne. C’est une histoire dont les témoins ont disparu, certes, mais une histoire qui n’en finit pas, malgré tout, malgré nous, de nous poursuivre aujourd’hui. Au-delà de l’Occupation allemande, c’est Vichy qui n’en finit pas d’occuper nos têtes. Vichy, c’est-à-dire le voile de normalité jeté sur la barbarie, la justification du moindre mal, la logique du pire dissimulée par les circonstances exceptionnelles, par le droit et la raison, par l’autorité de l’État, par la nécessité de survivre. Vichy, c’est-à-dire tout ce que notre mémoire collective n’a toujours pas voulu regarder en face. Ce mélange de honte et d’absence de remords fonde notre amnésie collective : ne pas identifier les choses permettrait-il d’éviter d’être solidaires de la mauvaise conscience ? Certains vont se récrier que cela est loin maintenant, que nous nous n’y sommes pour rien, que l’on ne peut pas se complaire dans la repentance, que les historiens de toute façon ont amplement déminé le passé - et ils en auraient le droit étant donné le travail accompli au cours de l’ère « après Paxton ». Mais tout de même, est-ce si sûr ?

8La meilleure preuve à mes yeux en est l’existence de ce livre.

9Qu’il ait fallu attendre près de soixante-dix ans pour qu’enfin des historiens se livrent à un travail de réflexion et de synthèse sur la vie économique sous l’Occupation, combinant tous les aspects de la question, de la vie des entreprises à l’emploi en passant par l’organisation professionnelle ou l’aryanisation, en dit long sur notre volonté de ne pas savoir. Certes des branches et des secteurs professionnels ont été plus spécifiquement étudiés, certes des colloques et des ouvrages collectifs se sont enfin penchés sur la question depuis une quinzaine d’années - et il convient de souligner le rôle moteur d’un groupe de chercheurs du CNRS dans cette exploration, le GDR 2539. Pourtant le livre de Claude Malon est parmi les premiers à proposer cette vue d’ensemble. Que l’auteur ait pris le parti de limiter son domaine à celui d’un grand port de France, l’une des métropoles commerciales de la zone occupée, ne saurait le réduire au rang des monographies et de l’histoire locale. Le Havre, on l’a compris, est un observatoire. Il était temps d’en soulever la toiture.

10Le livre de Claude Malon est d’ores et déjà un des livres majeurs de l’histoire de l’économie des années noires. Il explore enfin, systématiquement, ce que l’on n’aime guère nommer, comme si le concept ne pouvait être réservé qu’aux excès de la chose, la collaboration économique.

Auteur

Écrivain et cinéaste

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540