Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Embellissements du Havre au xviiie siècle

 | 
Aline Lemonnier-Mercier

Conclusion

Texte intégral

1 Malgré l’édification de la salle de spectacle et de la place, face au bassin du commerce, situation prestigieuse (autrement plus favorable que celle d’Archangé), on ne peut considérer que l’ambitieux programme de travaux de 1786-1790 soit totalement accompli. Depuis la décision de Louis XVI, en 1782, de ans se sont écoulés, et, si les événements juillet près cinquante politiques sont la cause des retards, il est bien certains que les conflits teintés d’ambitions personnelles et les difficultés financières n’y sont pas étrangers. Tous les programmes de décor uniforme sont abandonnés ; la place des cannibales, seule, en reste le témoin inachevé.

  • 1 AMLH, FA DD 9.

2Les plans de la nouvelle ville sont dessinés, mais il reste à construire les habitations. De plus, parmi les réalisations architecturales publiques indispensables, demandées en 1787, dans une liste peut-être présomptueuse mais tellement porteuse d’espoirs (Dimensions des monuments, places, marchés, abreuvoirs, lavoirs, etc., demandés par Messieurs les officiers municipaux de la ville du Havre pour être placés dans les nouveaux quartiers projetés), force est de constater que peu sont réalisées. Le programme pour les marchés, la prison, les boucheries, sont partiellement exécutés, de même que les adductions d’eau, qui permettent d’alimenter les lavoirs, abreuvoirs et fontaines. Mais les deux églises supplémentaires sont oubliées, de même que les deux poids le roi (est-ce le signe que le commerce a périclité ?) et, surtout, le collège1.

  • 2 Albert Anthiaume, Le Collège du Havre. Contribution à l’histoire de l’enseignement secondaire en F (...)
  • 3 Loi du 11 floréal an X (1er mai 1802).
  • 4 AMLH, FM M4 5, liasses 1 et 2.
  • 5 AMLH, FM M4 5, liasse 3.
  • 6 AN, F21 1870 ; AMLH, FM M4 5, liasses 4-7 et 14.

3C’est à lui que songent rapidement les responsables municipaux. L’éducation de leurs enfants est importante : depuis 1553, ils sont responsables de ce collège municipal, devenu insuffisant, mais d’excellente réputation2. Dès le 21 ventôse an XII (12 mars 1804), donc à l’époque où Napoléon se préoccupe d’ouvrir des lycées pour y former « l’élite de la jeunesse3 », Boucard est chargé de dresser les plans de l’ancien établissement en vue d’une reconstruction éventuelle sur le même terrain. Il présente un beau projet d’établissement au plan novateur dont les salles aux nombreuses fenêtres donnent sur une cour ronde4. Mais les années passent. En 1825, on se rend compte de l’insuffisance définitive du local, on pense à d’autres solutions, aux casernes de la Marine ou encore la propriété de Martin Foache à Ingouville qui est justement à vendre5. L’embarras est grand. Mais la paix retrouvée, promesse de renaissance du commerce et de prospérité, et la reprise du plan de 1786 par ordre de Charles X, sont porteuses d’espoir. En 1834, on décide de loger les frères des Écoles chrétiennes dans les anciens locaux et de construire un nouvel établissement sur une « île » de terrain de la nouvelle ville, ce qui était déjà prévu en 1790. Le nouvel architecte de la ville, Jean-Marin Lemarcis, est chargé du projet, soumis au jugement du conseil des bâtiments civils le 6 décembre 1834 et inauguré le 1er octobre6.

4Mais l’ensemble de la belle place « romaine » de Labadye n’a jamais été réalisée ; les navires à quai le long du bassin du commerce n’ont jamais été accueillis par les nymphes et les dieux de la fontaine aux colonnes rostrales. Seule, la salle de spectacle entourée d’immeubles à arcades pour « protéger de la pluie et du soleil » rappelle les ambitions de Labadye et de la municipalité. Dans les mêmes années, le long du quai, les grandes maisons des négociants s’élèvent, bien différentes les unes des autres, chacune selon le goût ou les prétentions de son architecte : il n’est plus question d’uniformité.

  • 7 AMLH, FM O3 1, liasse 1.
  • 8 AMLH, FM D1 16. Arrêté ministériel du 18 août 1854 sur les alignements pour le nouveau quartier éd (...)

5À l’aube du XIXe siècle, lorsque Louis-Philippe vient poser, le 30 mai 1831, la première pierre du port neuf7, Le Havre devenue une grande cité, quoique toujours entourée de remparts qui ne disparaîtront qu’à partir de 1854. Rapidement, la commune d’Ingouville sera absorbée8. Se profilent les grandes extensions : bientôt les constructions monteront à l’assaut de la falaise et s’étendront vers l’est, là où Légier voulait déjà, en 1779, creuser les bassins et étendre les quartiers.

Figure 159 – Vue du Havre. Lithographique de Charles Fichot, entre 1845 et 1861 (musées historiques du Havre © MH).

Figure 160 — « Le Havre. Vue prise au-dessus du chemin de fer et du bassin Vauban. » Gravure topographique d’Alfred Guesdon. (musées historiques du Havre © MH, 2005.1.19).

  • 9 Charles Finot (Troyes 1817 — Paris 1903), Annuaire administratif, statistique et commercial de l’A (...)
  • 10 BM Le Havre, ms. 717, vol. XVI, p. 23 (A. Roessler, le 15 octobre 1861).
  • 11 Alfred Guesdnon (1808-1876). Lithographie éditée chez Hauser à Paris.

6Dans les mêmes dates 1850-1860, (la tour François-Ier est toujours là), deux belles vues plongeantes permettent de retrouver la ville du XVIIIe siècle. La première, lithographie de Charles Fichot9, regarde du sud vers le nord. Elle permet de retrouver tous les édifices importants de la ville. La tour François-Ier, qui sera démolie en 1861, veille à l’entrée du port10. Derrière elle, se trouvent la bourse de Boucard et l’hôtel du Lieutenant du roi près de la porte du Perrey, dont le pont d’accès enjambe le fossé. Tout près, le musée des Beaux-Arts a été construit à partir de 1845. La romaine de Le Carpentier marque l’angle du Grand Quai et du quai Notre-Dame, devant le bassin du Roi. Les bâtiments de la citadelle dont on distingue la forme, au sud-est, sont encore nombreux. Au premier plan s’étend le vaste port de commerce où croisent de nombreux navires comme l’avait prévu Cessart. Les deux anciens quartiers et leur lacis de rues étroites semblent converger vers la nouvelle place Louis-XVI et la salle de spectacle. Au-delà, le quartier neuf, aux voies quadrangulaires s’étend au bas de la falaise sur laquelle on distingue les deux phares. La seconde, Le Havre. Vue prise au-dessus du chemin de fer et du bassin Vauban d’Alfred Guesdon11, dirigée d’est en ouest, confirme les extensions futures. Les fortifications sont toujours présentes et, au premier plan on trouve la gare, qui date de 1847, proche du boulevard de Strasbourg arboré et des installations industrielles qui préfigurent la vitalité de la commune de Graville, laquelle, comme celle d’Ingouville, fera bientôt partie du Havre. Les restes de la citadelle seront bientôt démolis et le site creusé. Au loin, les deux phares veillent sur le port où se pressent les navires (fig. 159 et 160).

  • 12 Ainsi nommé en l’honneur de Napoléon III, venu au Havre le 1er août 1857, auquel on attribue alors (...)

7Quelques années plus tard, les remparts ont disparu (entraînant la démolition de l’hôtel du Lieutenant du roi), la romaine est surélevée, le bassin de la citadelle est creusé. Les fortifications ont été remplacées par des boulevards, celui dédié à François Ier à l’ouest, prolongé d’ouest en est par le boulevard impérial où s’élève le nouvel hôtel de ville12. Mais le plan de la « ville nouvelle », celle des ingénieurs du XVIIIe siècle, est bien visible : le bassin du commerce marque l’axe longitudinal jusqu’à la place Louis-XVI plantée de quinconces comme le voulait Labadye.

8Avant sa démolition, Le Havre conservait toujours cette physionomie. C’est celle qu’Auguste Perret a gardée lors des grands travaux de reconstruction, témoignage éloquent de la modernité des travaux des ingénieurs et architectes du XVIIIe siècle.

Notes

1 AMLH, FA DD 9.

2 Albert Anthiaume, Le Collège du Havre. Contribution à l’histoire de l’enseignement secondaire en France et particulièrement au Havre (1579-1865), Le Havre, Imprimerie du Havre Éclair, 1905, 2 vol.

3 Loi du 11 floréal an X (1er mai 1802).

4 AMLH, FM M4 5, liasses 1 et 2.

5 AMLH, FM M4 5, liasse 3.

6 AN, F21 1870 ; AMLH, FM M4 5, liasses 4-7 et 14.

7 AMLH, FM O3 1, liasse 1.

8 AMLH, FM D1 16. Arrêté ministériel du 18 août 1854 sur les alignements pour le nouveau quartier édifié sur les anciennes fortifications, le boulevard impérial, la chaussée d’Ingouville et la rue du débarcadère. Travaux de démolition du front nord rapportés par le Journal du Havre du 28 décembre 1855, terminés en 1857 (AMLH, FM D1 18). Démolition du front est à partir de 1855 (AMLH, FM D1 16). Démolition des maisons élevées sur l’ancienne salle de spectacle en 1856 (AMLH, FM D1 16). En 1856, démolitions presque terminées (AMLH, FM D1 17). Le front ouest est démoli à partir de l’acte du 19 avril 1864 et entraîne la destruction de l’hôtel du Lieutenant du roi en 1865 (AMLH, FM D2 64-65).

9 Charles Finot (Troyes 1817 — Paris 1903), Annuaire administratif, statistique et commercial de l’Aube, 1904, p. 2-23.

10 BM Le Havre, ms. 717, vol. XVI, p. 23 (A. Roessler, le 15 octobre 1861).

11 Alfred Guesdnon (1808-1876). Lithographie éditée chez Hauser à Paris.

12 Ainsi nommé en l’honneur de Napoléon III, venu au Havre le 1er août 1857, auquel on attribue alors l’honneur d’avoir autorisé les démolitions et donc l’extension de la ville (AMLH, FM D1 18).

Table des illustrations

Légende Figure 159 – Vue du Havre. Lithographique de Charles Fichot, entre 1845 et 1861 (musées historiques du Havre © MH).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5406/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 160 — « Le Havre. Vue prise au-dessus du chemin de fer et du bassin Vauban. » Gravure topographique d’Alfred Guesdon. (musées historiques du Havre © MH, 2005.1.19).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5406/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540