Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Embellissements du Havre au xviiie siècle

 | 
Aline Lemonnier-Mercier

Chapitre IX. Vers un aboutissement : 1794, 1809, 1830

Texte intégral

1Force est de constater qu’à l’issue de la période des troubles révolutionnaires puis après la période napoléonienne, qui suscite pourtant des espoirs, les beaux projets urbanistiques et architecturaux sont pratiquement arrêtés.

  • 1 AMLH, FA DD 36 et FM O1 4, liasse 8.
  • 2 AMLH, FM I1 9, liasse 4, 24 juin 1806.

2Les registres et dossiers de demandes d’alignements des maisons de la ville permettent de juger que le règne de Louis XVI, ramenant l’espoir d’un commerce florissant, a donné une impulsion aux constructions privées : en 1791, on recense, intra muros, 1 481 propriétés dont 328 construites ou reconstruites depuis 1748, soit pratiquement un quart de la ville ; c’est le moment où s’élèvent les plus importantes maisons de négociants1. Par contre, aucune maison particulière ne se construit entre 1795 et 1800, sauf lors d’une très timide reprise pendant le Consulat et l’Empire, à partir du moment où Napoléon renouvelle, en 1806, par le décret impérial relatif à la construction des murs des maisons du Havre, celui de Louis XV2.

3Le commerce qui vivifie la ville est plus que réduit, d’autant que la révolte de Saint-Domingue, où les négociants possèdent de vastes plantations, les privent d’une importante source de revenus. Les fortifications se sont étendues, conséquence des conflits avec l’Angleterre, les portes ont été construites à grand peine, et, si le creusement des bassins avance, se pose la question cruciale de leur utilisation. Car telle est la question récurrente : Le port du Havre doit-il être utilisé comme port de guerre ou sa vocation est-elle uniquement commerciale ? Question importante, objet de négociations sans fin entre le pouvoir militaire qui tient à sa place forte et voudrait bien y armer aussi des navires de guerre d’un côté et, de l’autre, les Ponts et Chaussées et la municipalité qui pensent toujours aux agrandissements et embellissements.

4Beaucoup de projets pour la ville dorment dans les dossiers, en particulier pour le quartier ouest qui reste livré à la Marine sur lequel se trouvent toujours de nombreux bâtiments, des hangars de stockage de canons et de boulets, des ateliers pour le travail du bois et des métaux indispensables aux armées. Leur transfert devient indispensable.

Transférer et regrouper les bâtiments de la Marine

  • 3 ENPC, ms. 2014, 28 janvier 1787 : « Mémoire relatif au projet proposé en janvier 1787 pour l’amélio (...)

5Dès janvier 1787, Lamandé a demandé le déplacement de ces bâtiments, entre autres celui des forges de la Marine, qui, situées autrefois en dehors des fortifications, occupent maintenant très exactement le centre de la rue de Paris qui mène à la nouvelle porte d’Ingouville3.

6En 1794, on y a repensé sérieusement. A la demande du comité de salut public, le 16 thermidor an II (7 août 1794), Sganzin, appuyé par Rondelet, l’un des architectes-responsables, a préparé, en collaboration avec Antoine Gayant son successeur, un ensemble de plans et élévations pour un projet de transfert près de l’arsenal de la Marine, qui lui semble absolument indiqué (fig. 138). Le comité de salut public ayant donné son accord le 3 brumaire an III (24 octobre 1794), aussitôt, le 28 brumaire (18 novembre), les ingénieurs sollicitent Boucard, à l’époque occupé à travailler à Rouen, afin de l’employer en tant que « commissaire-inspecteur » et suivre l’exécution des travaux ordonnés. Le 11 ventôse an III (2 mars 1795), Boucard est au Havre-Marat. Les dessins nets et précis de ces bâtiments des forges, signés conjointement par Sganzin et son collègue des Ponts et Chaussées Pierre-Simon Girard, sont les seuls connus, semble-t-il, de celui qui vient d’être nommé directeur des cartes et plans à l’école nationale des Ponts et Chaussées et « instituteur des travaux civils » à l’École polytechnique. Parfaitement utilitaires, ils montrent tant un souci de solidité que de cohérence architecturale avec l’arsenal existant.

  • 4 AN, F13 1524 et 1525.

7Mais, alors que des démarches nombreuses sont entreprises, le projet est écarté en mars-avril 1795, pourvu de la mention définitive : « Le Havre Forges de la Marine. Ne rien faire sur le contenu de ces pièces jusqu’à nouvel ordre. » Décision que Gayant commente : « Je crois qu’il est convenable de laisser subsister les établissements de la Marine militaire sur le vieux bassin où ils se trouvent et qu’il convient d’y ajouter tous ceux que le local peut comporter4. »

  • 5 SHD, Génie, Xe 346.
  • 6 SHD, Génie, 1 VH 871.

8On sait qu’à la même époque, le 9 brumaire an III (30 octobre 1794), puis le 3 frimaire suivant (23 novembre) les membres du conseil général de la commune ont rencontré tous les responsables des travaux, tant ingénieurs qu’entrepreneurs : Ribart, « capitaine commandant du génie de cette place », Label, « capitaine du génie », Gayant, « ingénieur en chef des Ponts et Chaussées », Le Tellier, « ingénieur constructeur de la marine », Paul-Michel Thibault, « entrepreneur des ouvrages et fortifications », Thibault « le jeune », ainsi que Picard et Logez, entrepreneurs des travaux pour les Ponts et Chaussées. Ils ont tous constaté que les bâtiments militaires sont « en très mauvais état, dû à la pluie et au vent » et décidé de quelques travaux uniquement pour les édifices appartenant à l’armée5. Est-ce pour cela que Ribart propose, en l’an IV, deux dessins différents de portes monumentales « pour un arsenal », dont le fronton est soutenu par deux paires de colonnes baguées, que son supérieur Alexandre-François Hureault de Sénarmont, directeur des fortifications approuve6 (fig. 139) ? Est-ce pour ce même arsenal que Jean-Joseph-Hyacinthe Teyssier Desfarges, capitaine du Génie, dessine une Idée de façade à donner au corps principal des bâtiments proposés pour l’agrandissement de l’arsenal actuellement existant daté du 15 frimaire an V (5 décembre 1796) ? Façade imposante, à bossages épais, aux lourdes clés au-dessus des ouvertures, décorée d’un flot pétrifié imité de ceux de la saline de Ledoux, elle s’avance en un pavillon au fronton surmonté d’une victoire dressée au-dessus d’étendards dont l’ouverture est encadrée de faisceaux de licteurs. Était-elle destinée à l’arsenal de la Marine ou plutôt à celui de la citadelle ? Ce projet, « neuvième feuille » de L’article premier des projets de l’an IV pour l’an V, a, lui aussi, sombré dans l’oubli.

  • 7 SHD, Marine, DD2 832.

9Lorsque, deux ans plus tard, le 26 brumaire an VI (16 novembre 1798), la municipalité reprend ses « itératives » demandes de démolition des forges, Sganzin lui rappelle que les arsenaux sont « dans la plus grande activité », mais assure qu’il va s’occuper de la construction « à demeure ». Cependant, malgré les démarches du maire Séry qui, le 15 nivôse an VIII (5 janvier 1800), alerte le commissaire général de la Marine et malgré les promesses de Lapeyre, en 1807, au moment des travaux de la porte d’Ingouville, le bâtiment « hideux » est toujours sur la rue de Paris7.

Figure 138 – « No 3 Travaux publics. Port du Havre-Marat. Plan général d’établissement des forges de la marine de la République, 2e année. Le Havre-Marat, le seize thermidor 2e année [3 août 1794] de la République Française une et indivisible. Sganzin ingénieur en chef. Girard. » Élévations (AN, F13 1324).

  • 8 ENPC, ms. 2939, 5 pluviôse an VIII (25 janvier 1800).
  • 9 ENPC, ms. 2939.
  • 10 Ibid.

10Ces décisions ne résistent pas à l’enthousiasme de l’ingénieur de Pierre-Alexandre Forfait, lié au négoce havrais par son mariage, nommé, le 21 janvier 1795, ingénieur en chef de la Marine au Havre qui trouve « absurde et insuffisante » l’ancienne disposition. Le texte lyrique dans lequel il s’insurge contre l’inertie et les « vues mesquines et rétrécies » qui n’ont pas permis les réalisations (reconnaissant toutefois que les forces de la Révolution se sont réunies pour paralyser le port militaire), montre sa détermination à rendre au Havre sa vocation de port de guerre qui a été la sienne depuis sa création. Cet « enfant ingrat qui méprise dans l’opulence la modeste villageoise qui l’allaita », écrit-il, ne se préoccupe plus que de commerce. Il doit retrouver sa grandeur militaire car « la splendeur du Commerce ne tient qu’à un fil, qu’un instant peut rompre et que le temps seul renoue avec lenteur8 ». Pour cela il propose des plans grandioses, l’un pour la rénovation des anciens bâtiments, l’autre pour le sud-est du bassin de la Barre, dictés, insiste-t-il, par la nécessité d’un rassemblement « harmonique » et cohérent, à proximité des restes de la citadelle, idée qui sera reprise plusieurs fois9 (fig. MO). En l’an VIII, Jean-Baptiste Lapeyre, dans un Rapport aux consuls sur la distribution des établissements maritimes dans la ville du Havre, regrettant « 24 établissements de la Marine dispersés et jetés au hasard », attribue au Premier consul les décisions de plan cohérent. Sganzin la reprend opportunément, insistant, en vain, avant que tout ne soit pour toujours abandonné10.

  • 11 SHD, Marine, DD2 777 et 835.
  • 12 « Inscription. Le zèle et l’activité dans tous les services prouvent la sagesse du Gouvernement. »
  • 13 « Côté de la ville : Bonaparte Ier Consul », « Coté de la citadelle : Forfait ministre de la Marine (...)

11Néanmoins, Forfait a pu voir entrer, le 26 nivôse an IX (16 janvier 1801), la frégate La Libre dans le bassin de la Barre où l’on a placé au-dessus des portes les inscriptions : « An IX Bonaparte 1 er Consul » et « Forfait ministre de la marine » en lettres dorées sur une plaque de cuivre posée sur des pierres de granite. « Ce fut une véritable fête pour les habitants du Havre11. » (fig. 14112 et 14213)

De l’importance de construire pour le commerce

  • 14 AMLH, copies de lettres D2 12.

12À partir du Consulat, une vie politique qui semble apaisée d’une part, et les ambitions de Bonaparte (et de Forfait) d’autre part, permettent de repenser tant soit peu aux grands travaux d’aménagements de la ville. La municipalité le rappelle, fort politiquement, le 13 vendémiaire an X (5 octobre 1801) à Louis-Charles Bertin, ancien négociant havrais, conseiller d’État, alors rattaché à la Marine. « Cette ville malheureuse a bien des plaies à fermer ; la paix est un baume salutaire pour les cicatrices et réparera tous les maux ; mais il faut des mains habiles pour appliquer le remède et vous êtes, citoyen, plus en état que personne de le faire avec succès14. »

  • 15 AMLH, FM K3 1.
  • 16 AMLH, FM F2 2, liasse 1. Le décret de création date du 3 nivôse an XI (24 décembre 1803).
  • 17 AMLH, FM O3 1, liasse 2 et SHD, Marine, DD2 777 et 835.
  • 18 AMLH, FM M1 6, liasse 1, mentionné dans AMLH, FM L2 12, liasses 1 et 2 ; SHD, Marine, DD2 835.

13L’appel a peut-être été entendu puisque, après la signature de la paix d’Amiens le 25 mars 1802, celui qui sera bientôt nommé « Consul à vie », semble s’inquiéter de la situation du Havre. Au retour d’une tournée dans le nord de la France, il vient y passer trois jours, du 5 au 7 novembre 180215. À cette occasion, les négociants, qui veulent obtenir la séparation de leur chambre de commerce de celle de Rouen, préparent une grande fête « pour le Commerce » et le maire, Séry, rédige un long mémoire-bilan des travaux et des améliorations à apporter16. Les ingénieurs des différents corps sont présents pour recevoir Bonaparte, dont François-Laurent Lamandé et son fils Mandé-Corneille, Sganzin et Forfait. Les décisions sur les travaux pour les nouveaux quartiers ainsi que les constructions d’édifices indispensables, certains déjà prévus depuis 1790, sont abordés17. Le maire « prend la respectueuse liberté de mettre sous les yeux du premier Consul » la nécessité de reprendre le programme urbain. Il s’inquiète, en premier lieu, de la présence d’une palissade que les militaires persistent à dresser autour du bassin du Commerce « par mesure de sécurité », ce qui rend impossible la mise en route du programme des constructions immobilières au nord. Mais, surtout, il rappelle le problème récurrent du déplacement des forges de la Marine et aborde la vie du port, les négociants ayant espoir de reprendre leurs activités interrompues. Bonaparte, qui vient de déclarer qu’il regarde Le Havre « comme le port de Paris car Paris, Rouen et Le Havre ne font qu’une seule ville dont la Seine est la grande rue », phrase destinée à une longue célébrité, signe uniquement, le lendemain de sa visite, le 17 brumaire an XI (8 novembre 1802) un décret de concession à la ville du couvent des Capucins afin de le transformer en entrepôt18.

Figure 139 – « Projet de porte proposé pour l’arsenal par le capitaine du génie Ribart, le directeur des fortifications. Sénarmont » (SHD, Génie, 1 VH 871).

Figure 140 – « Plan du Havre sur lequel la ville est en bleu pâle, les établissements actuels de la marine en bleu foncé et le nouvel arsenal proposé en rouge. » Plan contenu dans un dossier « Relatif au projet d’établissement proposé par M. Forfait pour un nouvel arsenal maritime sur le bassin de la Barre » (ENPC, ms. 2939).

Figure 141 – Inauguration du bassin de la Barre.
« 16 janvier 1801, Le Havre, Tente pour le jour de l’entrée des frégates dans le nouveau bassin de la Barre » (SHD, Marine, DD2 777).

Figure 142 – Inauguration du bassin de la Barre. « Inscriptions en bronze incrustées dans l’assise du couronnement en granit » (SHD, Marine, DD2 777).

Figure 143 – Plan de l’entrepôt réel prévu sur l’emplacement du couvent des capucins signé Becquey, conseiller d’État, directeur général des Ponts et Chaussées et des Mines, Lemarcis, ingénieur architecte de la ville, chevalier ingénieur en chef des travaux maritimes, Letellier ingénieur en chef directeur, Charles de Vansay, préfet de la Seine-inférieure. Copie conforme du 28 novembre 1826 (AMLH, FM M1 5, liasse 2).

Figure 144 – « Ville du Havre. Projet de construction d’un entrepôt réel, 1825. Debenne. » Élévations des bâtiments (AMLH, FM M1 5, liasse 3).

Figure 145 – Plan du premier étage de l’appartement de l’entrepôt réel : façade sur l’angle des bassins du commerce et de la Barre. Lemarcis (AMLH, FM M1 5, liasse 3).

Figure 146 – « Le Havre. L’entrepôt des tabacs ». Carte postale (coll. part.)

  • 19 AMLH, FM L2 12, liasse 3. 1er vendémiaire an XII (24 septembre 1803).
  • 20 AN, F21 1870.

14Cette décision prise en faveur du commerce est certainement insuffisante, mais on s’empresse de demander à Boucard et Lapeyre de s’occuper de ces lieux19. Dans un premier temps, consolidés, ils sont utilisés dans leur état, puis, avec l’autorisation du conseil des bâtiments civils, on adopte un plan de rénovation de l’ensemble, avant que l’on ne se décide, mais plus tard, de le démolir pour le remplacer par des locaux mieux adaptés20.

  • 21 AMLH, FM M1 6, liasse 1.
  • 22 AMLH, FM M1 5.

15Les importants travaux d’un véritable « entrepôt réel » sur l’emplacement des Capucins et non la réutilisation de bâtiments existants, sont débattus à partir de 1820, et demandés tout d’abord à Debenne, qui présente ses projets le 6 avril 1824, puis à Lemarcis, qui reprend exactement le projet21. Soumis, de nouveau, à l’approbation du conseil des bâtiments civils, mais aussi à celui de nombreuses autorités, ses plans sont approuvés en avril 1826 (fig. 143). Entre juillet et novembre, « Becquey, conseiller d’Etat, directeur général des Ponts et Chaussées et des Mines, Lemarcis, ingénieur architecte de la ville, Chevalier, ingénieur en chef des travaux maritimes, Letellier, ingénieur en chef directeur, Charles de Vansay, préfet de la Seine-inférieure » examinent et valident le projet22.

16Ensemble très important et parfaitement fonctionnel construit entre 1825 et 1828, l’entrepôt réel, se développe sur toute l’extrémité nord-est du bassin du Commerce, puis fait un angle sur la façade ouest du bassin de la Barre. Ses façades, imposantes, s’élèvent sur deux étages, au-dessus de magasins aux voûtes supportées par des colonnes (fig. 144). L’angle est occupé par deux appartements de fonction séparés, ouverts par de nombreuses fenêtres (fig. 145). Parfaitement visible sur les plans de la ville, il parachève le front urbain du quai de la Barre, le long duquel s’élèvent des bâtiments destinés au commerce. Racheté au XIXe siècle par la manufacture des tabacs qui a besoin d’une extension, il a été anéanti par les bombardements de 1944 (fig. 146).

  • 23 AMLH, FM F2 2, liasse 1.
  • 24 ENPC, ms. 3124.

17La signature du décret de transformation du couvent des Capucins en entrepôt avait donné l’occasion aux négociants de reprendre leurs démarches pour obtenir l’ouverture d’une chambre de commerce dissociée de celle de Rouen. Ils font valoir que « la ville est très moderne, qu’il y existe cependant un établissement autorisé qui correspond directement avec les ministres, [que] cet établissement est utile non seulement dans les villes de manufactures mais aussi dans les ports tels que Marseille, Bordeaux, Nantes, Le Havre, La Rochelle23 ». Ce port, auquel on travaille depuis 1787 et « dont l’achèvement [fera] l’un des plus beaux et des plus commodes de l’empire », plaide Lamandé dans un rapport au Premier consul, présente le plus grand intérêt non seulement comme port militaire d’armement pour les frégates et moindres bâtiments mais aussi comme port de commerce. Et la décision tant attendue, le décret de création de la chambre de commerce du Havre, étape indispensable de l’indépendance commerciale du grand port, est signée le 3 nivôse an XI (24 décembre 1802) à Saint-Cloud, un mois après la visite de Bonaparte24.

Un bilan de la ville : l’élaboration du cadastre

18L’année suivante, par un arrêté du 27 vendémiaire an XII (20 octobre 1803), l’élaboration d’un cadastre parcellaire est imposée à toutes les villes de France. Entre temps, le 24 juin 1806, un nouveau décret sur la construction des maisons du Havre, a repris, en se référant, l’acte royal du 15 mai 1787.

19S’ensuivent des Instructions pour la mise au net et le format des plans de ville qui doivent être levés en exécution de l’article 52 de la loi du 16 septembre 1807, alors que les expropriations continuent afin d’achever les nouveaux quartiers, suivi du décret impérial du 27 septembre 1808 sur les alignements des rues dans les villes. Ce plan général qui doit être réalisé sous deux ans par Boucard, est un travail long et difficile, mais indispensable pour lequel le maire s’inquiète auprès du sous-préfet. Aucun plan précis de la ville n’existe, écrit-il, depuis sa création sauf celui fait par les ingénieurs en 1787 et il ne peut donner les autorisations d’alignement. Il n’a rien dans ses archives car les ingénieurs des Ponts et Chaussées ne lui ont rien fait passer ; Girard « en l’an V » n’a rien remis à lapeyre et il se demande si les documents ne seraient pas à rechercher « au dépôt personnel de la direction des Ponts et Chaussées à Paris ».

Figure 147 – « Plan du port du Havre à l’époque du 1er janvier 1809 pour servir à l'indication des ouvrages à faire pour y construire des vaisseaux de guerre. Décret du 1er octobre 1808. 11 janvier 1809. Lapeyre. » Détail (AN, cartes et plans, F14 10236-10292, n° 2).

  • 25 AN, F14 2256 2.

20Les plans, le Relevé général des rues et noms de chaque propriétaire de la ville du Havre 1809, puis le Recueil des observations faites sur le plan général de la ville du Havre en 1809 ; Séance du 17 juillet 1818, Remis à l'hôtel de ville ce 31 décembre 1823 par l'architecte Boucard, repris par Lemarcis, sont particulièrement précieux. Ce sont non seulement un témoignage et une base d’étude sur Le Havre dans les années 1809-1816, mais aussi sur toute la partie détruite en 1944. Ils devaient être au nombre de treize, huit ont été conservés, dispersés dans le fonds moderne des archives municipales du Havre. Outre les numéros 2, 3 et 4, qui concernent les quartiers anciens Notre-Dame et Saint-François, on connaît le plan d’ensemble No 1. Plan général fait suivant l’échelle de 2 mm pour mètre. Ceux de la nouvelle ville permettent de connaître l’avancement des travaux. Ce sont les No 9. Entrée de la porte d’ingouville et de la place publique qui se trouve en face, No 11. Plan du terrain de l’hospice & du parc au bois de la Marine provenant des anciens remparts de la ville, No 12. Plan développé de la nouvelle enceinte à l'Est depuis la porte d’ingouville jusqu’à la porte Royale et le No 13. Plan de la nouvelle enceinte à l’Ouest depuis la porte d’ingouville à la porte des Pincettes bornée au sud par les anciens remparts de la ville. Il est bien regrettable que les élévations de maisons qui devaient servir de modèle pour toute la ville, les numéros 10, aient disparu. C’est à cette époque, en 1808-1810, que Napoléon, peut-être sous l’influence de Forfait, montre de grandes ambitions pour Le Havre, auquel il voudrait donner une importance surtout militaire. À la fin de l’année 1808, les courriers échangés entre le maire et le sous-préfet sur les embellissements de la ville se font l’écho de ces préoccupations. Un ensemble de plans successifs de la ville et du port, dessinés entre le 8 mars 1808 et le 10 décembre 1810 demandés à Lapeyre, ingénieur en chef chargé des travaux maritimes du Havre depuis le 17 messidor an IX (6 juillet 1800) témoigne de ces préoccupations25 (fig. 147).

  • 26 AMLH, FM K 3, liasse 5, « Notice historique des événements qui ont eu lieu au port du Havre du 27 a (...)
  • 27 AMLH, FM K3 1, liasse 4, lettre de Lapeyre au maire le 11 juin 1810.

21Quelques semaines après son mariage avec Marie-Louise, l’Empereur, voulant certainement juger de l’avancement général des travaux publics et de la capacité militaire du port, afin éventuellement de lancer un vaste programme de constructions maritimes dans ce port si proche de la perfide Albion, entreprend, avec la nouvelle impératrice, une série de visites en Belgique et dans le Nord de la France. Son but est de créer une concurrence redoutable pour les ports de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne. L’éclat de la réception donnée par la municipalité, du 27 au soir au 30 mai 1810 au matin, n’a rien à envier à celles préparées pour les monarques, Louis XV en 1749 et Louis XVI en 1786. Le même cérémonial est mis en place, les décors sont somptueux, on prépare des illuminations et des spectacles, la Marine lance des charges d’artillerie. L’Empereur, qui entreprend un tour de ville, entre dans l’arsenal, se rend sur le port en canot, offre des napoléons en or aux canotiers qui l’ont promené26. La visite du port lui permet de juger de son état général et de réfléchir à son projet de consacrer le bassin de la Barre à la marine de guerre. Lapeyre, chargé de lui présenter les travaux, rapporte que son interlocuteur a montré une grande autorité : « il faut achever », « il faut le faire », « le port du Havre sera alors comme terminé27 ».

  • 28 SHD, Marine, DD2 835, 22 juillet 1808.

22Avant sa visite, Napoléon avait affirmé, le 9 mars 1810, à la lumière des rapports (certainement ambitieux) qui lui avaient été adressés28 : « Le point important c’est Le Havre. Comme port de mer, Le Havre contient toujours des frégates et une immense quantité de bois [...] il y a de superbes bassins enfin c’est le port de Paris. » Lapeyre a, sur ses ordres, prévu l’élargissement de l’écluse de la Barre, et, même un splendide pont flottant afin de traverser le bassin (fig. 148 et 149). Mais, dès le 29 mai, déçu et lucide, l’Empereur se rend compte de l’invalidité de son projet et prend une décision lourde de conséquences, qui tombe le 1er janvier 1811, le transfert à Cherbourg du chef-lieu de l’arrondissement maritime « en raison des travaux qui y ont été faits depuis plus de trente ans ». Le Havre redevient port secondaire.

23Il est vrai que le port est en piteux état. Le 11 octobre 1811, un long mémoire de Sénarmont permet de se rendre compte de l’inachèvement du bassin de la Barre, encore à l’état de cloaque, de la présence dans le quartier ouest des bâtiments de la marine qui encombrent toujours (en particulier les trois hangars construits par Cessart en 1780), ainsi que du peu de constructions dans le quartier nord. Par contre, un nombre impressionnant d’habitations existe, tant sur le rivage que dans le quartier d’Ingouville. Il en sera ainsi jusqu’en 1815 (fig. 150).

La nouvelle salle de spectacle : une initiative municipale

  • 29 AN, F13 218 A.

24Cependant une idée pour hâter l’aménagement du quartier ouest a germé dans l’esprit de la municipalité. En effet, dans la nuit du 28 au 29 janvier 1810, la salle de spectacle construite par Archanger sur l’emplacement de la citadelle a brûlé totalement, au grand désespoir des Havrais. Le 5 mai suivant, connaissant le goût de l’Empereur pour les spectacles, le maire, Séry, lui présente une supplique, préparée d’ailleurs dès le lendemain même de l’incendie, accompagnée d’un plan de quartier avec l’emplacement prévu pour une nouvelle salle de spectacle (fig. 151). Il prévoit de déplacer les ateliers et chantiers vers le bassin de la Barre, ce qui permettrait de libérer les nouveaux quartiers, où, « dans la situation la plus heureuse et la plus favorable », c’est-à-dire dans le prolongement du bassin du commerce, s’élèverait le théâtre29. La démarche restera sans suite.

  • 30 AMLH, FM D2 21.
  • 31 AMLH, FM D1 2.

25Lorsqu’en 1814, par un retournement politique derrière lequel on ne peut s’empêcher de deviner quelques arrière-pensées, Le Havre se montre farouchement royaliste, le 9 avril, la ville s’illumine en faveur des Bourbons30 ; le 11, l’architecte de la ville est chargé de faire disparaître « tous emblèmes, chiffres et armoiries qui ont caractérisé le gouvernement de Bonaparte » et, le 14 novembre suivant, le conseil municipal rappelle les dispositions gouvernementales sur la propriété des salles de spectacle par les communes31. Car il s’agit bien, à l’encontre de la comédie d’Archanger, de construire une salle dont il entend diriger l’exécution et être le légitime propriétaire. En conséquence, le 28 septembre 1815, les démarches reprennent, obstinément, sur la nécessité de construire le quartier ouest autour d’une nouvelle salle de spectacle, car « la paix fait sentir le besoin de délassement » :

  • 32 AMLH, FM D2 22, 28 septembre 1815.

Depuis l'incendie de la salle de spectacle au mois de janvier 1810, nous n’avons eu que des troupes ambulantes très médiocres qui le plus souvent se fixaient à Ingouville, faute de trouver en ville un local convenable et tant soit peu décent. Déjà le conseil municipal dans sa session annuelle de 1814 a manifesté le vœu que la ville se charge de faire bâtir une nouvelle salle dont elle acquitterait les dépenses avec les revenus32

Figure 148 – « Plan du bassin de la Barre pour servir à indiquer les ouvrages strictement indispensables pour faire sortir les vaisseaux de guerre du port du Havre. 24 février 1809. Lapeyre. » Détail (AN, cartes et plans, F14 10236-10242, no 33).

Figure 149 – « Projet d’un pont flottant pour l’aménagement de l’écluse de la Barre. 25 janvier 1809. Lapeyre » (AN, cartes et plans, F14 10236-10242, no 36).

Figure 150 – « Plan du Havre contenant les détails de l’intérieur de la place de la fortification et du terrain dans le rayon extérieur conformément au décret du 21 décembre 1811. » Détail du quartier ouest (SHD, Génie, 1 VH 872).

Figure 151 – « Plan d’une partie de la ville du Havre. Emplacement du parc aux bois. Emplacement projeté de salle de spectacles », 1810 (AN, F13 218 A).

  • 33 Ibid., 29 mars 1816.
  • 34 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. [87].
  • 35 AMLH, FM D1 4, délibération du 22 juin 1820 ; FM D1 5, le 7 décembre 1822 ; FM D2 27, lettre au min (...)

26Pour parvenir à ses fins, et obtenir les autorisations avec promptitude, l’assemblée municipale n’hésite pas à fait montre d’un bel esprit courtisan. Au long de l’année 1816, elle organise de fastueuses cérémonies pour célébrer l’entrée de Louis XVIII dans la capitale (3 mai 1816 pour la première entrée, et 8 juillet pour la seconde). Lors de la fête de la Saint-Louis, le 25 août, elle présente les portraits du duc et de la duchesse d’Angoulême commandés au peintre local Benjamin Bonvoisin33, élève de David. Enfin elle baptise Marie-Antoinette–Henriette et Marie-Thérèse-Louise deux cloches pour l’église Saint-François, cérémonie suivie d’un service « solennel et funèbre » en mémoire de Marie-Antoinette, « veuve du roi de France Louis XVI34 ». Rapidement, elle commande à David d’Angers, successivement, les bustes de François Ier, « fondateur de la ville » et de Louis XVI, « sous le règne [duquel) ont été projetés et entrepris les importants travaux qui doivent faire de ce port un des plus beaux ports de commerce de France », afin de les placer dans la salle du conseil municipal35. On ne saurait refuser à une municipalité dans de si heureuses dispositions, l’édification d’une nouvelle salle de spectacle et le tracé d’un quartier décidé sous le règne d’un monarque regretté auquel on doit le plan des embellissements de la ville.

  • 36 AMLH, FM M4 2, liasse 1. L’expression « architecte instruit » est soulignée dans l’acte.
  • 37 SHD, Marine, DD837, 18 mars 1817.
  • 38 AMLH, FM D2 23.

27Le 15 mars 1816, le préfet, qui a déjà reçu une lettre du ministre de l’Intérieur sur le sujet, autorise la municipalité à lancer une enquête pour trouver un terrain et choisir « un architecte instruit afin de dresser un projet contenant les plans, coupes et élévations, devis et autres détails estimatifs de la construction projetée », pour un édifice destiné à « embellir la ville36 ». Le 25 mars, sur proposition du maire, une commission est nommée, qui doit contacter cet architecte « instruit [...] de la capitale ». Sganzin, alors inspecteur général des Ponts et Chaussées, directeur des travaux des ports militaires, vient opportunément de son autorité apporter son appui en rappelant que le plan de 1787 prévoyait le tracé d’un quartier sur cet emplacement37. Le 15 mai, le conseil de ville se réunit pour « méditer » sur un projet présenté par Jean-Baptiste-Auguste Labadye, « architecte de Paris » que les commissaires ont contacté, non sans avoir demandé l’avis des ingénieurs des Ponts et Chaussées Alexis-André Haudry et Jacques Chevalier38.

  • 39 Pierre-Jules Delespine (1756-1825). Voir Mireille Rambaud, « Une famille d’architectes, les Delespi (...)
  • 40 AMLH, FM Délibérations D1 3.
  • 41 A. Lemonnier-Mercier, « Grandeur et décadence... », art. cité. Labadye a été l’exécuteur testamenta (...)
  • 42 Charles-Toussaint Labadye (1761-1798) exposa au salon de 1798.
  • 43 François-André Vincent (1746-1816), élève de Roslin et Vien. Voir Jean-Pierre Cuzin, François-André (...)

28On ne sait qui a choisi Labadye, ancien élève à l’école des Beaux-Arts de Nicolas-Pierre-Jules Delespine39, présent apparemment assez rapidement au Havre, quoique son nom n’apparaisse pas avant le 25 mars 181640. Ses notices biographiques sont succinctes, mais il s’avère qu’il a de bonnes raisons d’être sollicité, étant le neveu des entrepreneurs-architectes Thibault, qu’il connaît depuis fort longtemps41. Les rapports entre les deux familles avec celle de l’architecte Jacques-Denis Antoine, sont avérés, ainsi que les liens qu’ils ont entretenus avec d’autres familles d’entrepreneurs et d’architectes parisiens. D’autre part, Labadye, par l’intermédiaire de Charles-Toussaint42, portraitiste, son frère, élève du célèbre François-André Vincent43, est introduit dans les milieux artistiques de la capitale. Il tire gloire de toutes ses connaissances et signe toujours en accompagnant son large paraphe de la mention « Chevalier de l’ordre du Lion de Holstein-Limbourg » en plus d’un titre de chevalier de la Légion d’honneur tout aussi hypothétique.

  • 44 Jean-Nicolas-Louis Durand, Recueil et parallèle des édifices de tout genre, anciens et modernes, Pa (...)
  • 45 W. Szambien, Jean-Nicolas-Louis Durand, op. cit., p. 62.

29L’Avis de l’ingénieur en chef et de l'ingénieur ordinaire des travaux maritimes du port du Havre sur le projet de salle de spectacle de cette ville, rendu le 28 mai 1816 à la municipalité, dans lequel Haudry et Chevalier se permettent quelques critiques, n’est pas du tout du goût de Labadye. Apparemment très vexé par cette contestation de ses talents, il va se permettre de leur infliger une longue leçon d’architecture, afin de justifier ses choix. Est-ce le témoignage d’une idée de supériorité de l’architecte par rapport aux connaissances de l’ingénieur ? Est-ce l’orgueil de celui qui a été élève de l’école nationale supérieure des Beaux-Arts par rapport à ceux qui, quoique diplômés, ne peuvent prétendre aux mêmes connaissances ? Car cette diatribe assez étonnante, presque un camouflet, s’adresse à des hommes de la même génération que lui, qui, comme Léon-Didier Jousselin ou encore Mandé-Corneille Lamandé, font partie de la première promotion de l’École polytechnique, en 1794, et ont bénéficié de l’enseignement architectural dispensé par Jean-Nicolas-Louis Durand, auquel Labadye se réfère sans cesse44. Ils ne sont donc pas ignares. « Dès la fondation, en 1794, rappelle Werner Szambien, Durand travaille à l’École polytechnique comme dessinateur sous l’influence de Fontaine qui l’a recommandé à Baltard », lequel, pour son cours d’architecture, s’est inspiré de celui de Jacques-François Blondel45.

  • 46 Daniel Rabreau, « Architecte », dans Encyclopedia Universalis, Paris, Albin Michel, 1999.
  • 47 AMLH, FM M4 2-3.

30Témoignage de la rupture que souligne Daniel Rabreau, entre « les ingénieurs et les architectes, deux conceptions opposées de l’architecture, celle qui donnait au décor une suprématie dans le plan initial et celle qui refusait même toute idée de décor, orientant l’art de construire vers un fonctionnalisme exigeant », ce texte est presque violent46. Utilisant la flatterie envers les autorités municipales, affichant une haute idée de soi-même et de ses connaissances, reprenant en préambule les recommandations du ministre, sur lequel il s’appuie et rappelant les impératifs de la dépense, Labadye réfute, de manière tranchante, les différents reproches que lui font les ingénieurs, en particulier, fort longuement, sur l’aspect de la façade. Ce ne sera pas, d’ailleurs la seule missive de ce ton, l’architecte, qui se plaît à rappeler souvent ses hautes relations ministérielles, ayant la plume facile et l’autorité jalouse. Car Haudry et Chevalier ont eu le tort de se poser, si peu, en architectes, et de lui reprocher l’emploi de deux ordres de colonnes, qui, engagées dans les piédroits des arcades, au nom de la « pureté » et de la « sévérité » des formes, « devenues un ornement », auraient été utilisées abusivement. « Dans le projet dont il s’agit, avancent-ils, les colonnes ne portent que la seule saillie d’une architrave qui n’est que de quelques pouces : elles sont donc sans motif [...] et leur emploi s’éloigne de la pureté de l’art47. »

  • 48 AMLH, FM M4 2, liasse 3.
  • 49 Ibid.

31La réponse de Labadye risque de déconsidérer les auteurs du compte rendu. Les colonnes en question, explique-t-il, sont certes là uniquement pour la décoration, mais on les trouve, de même, dans les monuments les plus parfaits que l’on va admirer à Rome, « modèle du siècle des Lumières », l’archétype étant le temple de Marcellus, le théâtre de Vérone, les palais de Gênes et de Florence, ou encore ceux de Grèce, auquel la salle de spectacle devra ressembler. Et, comme l’architecte se considère comme un digne successeur des architectes du siècle des Lumières, il insiste : ces monuments « détruisent l’opinion de MM. les ingénieurs », lesquels doivent savoir que ce n’est pas par « caprice », mais volonté délibérée, que le « style a été employé par tous les Anciens ». « Consultons leurs Temples, leurs Bains, leurs Cirques, leurs Arcs de triomphe, enfin leurs théâtres, qui fournissent la preuve de ce que j’avance », conclut-il48. Et c’est en vertu du « beau style » et de la loi de continuité avec les monuments italiens qu’il s’autorise à présenter ce projet. Pour conclure, il se permet de renvoyer les ingénieurs à leurs études et au Parallèle d'architecture de Jean-Nicolas-Louis Durand, son livre de référence, « qu’ils auraient dû consulter avant de se montrer si tranchants sur ce qu’ils disent ne pas être admissible ». « La planche 58 de cet ouvrage leur prouve le contraire en leur faisant connaître, à côté des exemples, les noms des San Gallo, Mascherini, Muti, Mazzoni, Raphaël, Vignole, etc. comme aussi la planche 84, pour les théâtres et les amphithéâtres des anciens49. »

  • 50 Arthur Foache (1788-1873), auditeur au Conseil d’État en 1810, sous-préfet du Havre le 16 janvier 1 (...)

32Quelles hautes protections permettent à Labadye de se hausser ainsi ? Il est certain que les ingénieurs ont parlé de « style bizarre », qu’ils ont rappelé la nécessité de modifier ou changer et même de « donner deux ou trois variantes » de la façade, mais peut-être ces hommes ne méritaient-ils pas d’essuyer la belle colère de l’architecte. D’ailleurs, le sous-préfet, Arthur Foache50 n’est pas plus indulgent le 17 septembre 1816 :

  • 51 AMLH, FM M4 2, liasse 1 et D1 3, délibérations.

L’élévation du péristyle de la façade est trop bas, trop maigre, les massifs à côté font un mauvais effet que l’architecte a voulu déguiser par les deux candélabres qu’il a placés sur son plan [...] il est incontestable que les colonnes engagées sont proscrites par le goût ; l’attique est beaucoup trop haut et il écrase le bâtiment [...] les portes latérales et les ouvertures sont d’un mauvais goût et mal proportionnées51.

33Un croquis de la façade, daté de 1817, permet de se rendre compte de l’austérité du projet proposé, que le maire, Séry, décrit parfaitement :

  • 52 AMLH, FM M4 2, liasse 5.

La façade principale de l’édifice donne à l’est sur une grande place ; elle est décorée de deux étages d’arcades et d’un attique au-dessus. Ces arcades sont divisées et ornées par des colonnes engagées supportant leur entablement. La corniche de l’attique supporte la toiture.
Les arcades du rez-de-chaussée forment, en avant des portes du vestibule, un vaste péristyle A au-dessous duquel sont disposés les bureaux pour la distribution des billets.
Au-dessus, une grande galerie a, jointe au foyer public fait jouir à couvert de la vue magnifique que son emplacement procure.
Sur la façade latérale, l’arcade au milieu du rez-de-chaussée sert d’entrée particulière, comme il a été dit, pour les autorités de la ville52.

  • 53 AMLH, FM Délibérations D1 3, le 25 mars 1816.
  • 54 AN, F 3 II, Seine-Inférieure 16.
  • 55 AMLH, FM O1 8, liasse 8.

34Après un long débat, le Conseil des bâtiments civils, auquel les plans de bâtiments doivent être obligatoirement transmis par la municipalité qui veut en référer à ses « lumières53 », délibère, demande des modifications, puis autorise la construction après avoir discuté longuement. Le long rapport précis, vérifié par l’architecte Jean-François Heurtier, donne l’autorisation de construction le 24 avril 181754. Louis XVIII, signe, le 23 juillet 1817, une ordonnance par laquelle la municipalité est « autorisée » à acquérir les terrains de la Marine « pour y construire une salle de spectacle », acte repris le 23 août devant Me Liard, notaire au Havre entre Séry et « Bernardin Dominique Chabanon, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint Louis et de l’ordre royal de la Légion d'Honneur commissaire général de la Marine au port et arrondissement du Havre55 ». La municipalité est enfin propriétaire de la partie ouest de la ville.

35Cependant, le sous-secrétaire d’État au département de l’intérieur demande à Guy de Gisors, inspecteur général des bâtiments civils, en 1818, de se rendre sur place pour rendre compte de l’avancement des travaux. L’architecte trouve un bâtiment déjà bien commencé et, bien qu’il s’inquiète pour les fondations (les assises doivent être particulièrement soignées à cause de la proximité de l’eau), il affirme qu’on « n’aura que des éloges à donner à l’architecte » et que M. Labadye « jusqu’à présent justifie la confiance mise en lui par les autorités locales ».

  • 56 Le théâtre Monsigny de Boulogne-sur-mer construit par l’architecte parisien Labarre ouvrira le 3 se (...)
  • 57 Le bilan financier est donné par Gaillard, qui rappelle les « erreurs » à la date de 1819 et détail (...)
  • 58 AMLH, FM M4 2, liasse 3. Séry met en garde son collègue contre les entrepreneurs et les architectes (...)

36En février 1820, lorsque le maire de Boulogne-sur-Mer56 demande des conseils à celui du Havre, Séry lui dévoile toutes les péripéties du chantier, les nombreuses difficultés financières, les « erreurs notables » de l’architecte dans ses estimations57, les problèmes des fondations instables sur un sol gorgé d’eau, mais terminera sur une note de fierté58 :

  • 59 Geneviève Latour et Florence Claval (dir.), Les Théâtres de Paris, Paris, Délégation artistique de (...)

Cette salle de spectacle sera dans la plus heureuse position au milieu de toute notre enceinte, ayant en avant une superbe place. Elle sera entièrement isolée et nous aurons tout près de là le magasin des décorations qui doit être séparé de la salle. Elle sera grande comme au moins celle des Variétés à Paris59.

37Il est vrai que la salle du Havre est prévue pour 1 170 spectateurs, soit pratiquement autant que celle d’Archangé qui en contenait 1 200. La référence au théâtre des Variétés ne manque pas d’opportunité, puisque cette salle a été édifiée en 1807 sur les plans de Jacques Cellerier, membre du conseil des bâtiments, sur le boulevard Montmartre à Paris par Mlle Montansier.

  • 60 AMLH, FM M4 2, liasse 7.

38Ce n’est pas la seule référence à Paris et à son importance artistique que l’on peut faire à propose de cette nouvelle « comédie », puisque les artisans prestigieux auxquels Labadye fait appel sont tous des Parisiens. Le rideau, les dorures et les draperies, par une remarquable coïncidence, sont dus aux frères Moënch qui ont déjà travaillé en 1787 pour Archangé. Les ornements de la salle sont conçus par Eugène Ciceri et son collaborateur Antoine-Marie Lébé-Giguin, auteurs des décors pour le couronnement de Charles X à Reims, et les meubles sont des célèbres ébénistes Jacob60. Très malheureusement, à part les catalogues proposés au moment des achats, il semble qu’aucun dessin de leurs œuvres ne nous soit parvenu.

  • 61 AMLH, FM M4 2, liasse 3. Soumission de Fossard Du Thil, affiches de l’adjudication, 25 juin, 8 juil (...)
  • 62 AMLH, FM M4 2, liasse 4. Gaillard, fervent royaliste, présent aux cérémonies, en fait un compte ren (...)
  • 63 AMLH, FM M4 3, liasse 12. Sur Casimir Delavigne (Le Havre 1793-Lyon 1843), voir J. Morlent, « Casim (...)

39Au cours des années 1816 et 1817, les démarches progressent (d’autant que la municipalité ayant signifié, impérativement, à l’architecte, le 6 janvier 1817, qu’elle lui donne un délai de trois ans pour la construction), des plans du quartier sont dessinés, les adjudications ont lieu le 8 août 181761. Le duc d’Angoulême peut venir poser la première pierre, en grande cérémonie, le 19 octobre suivant62. L’inauguration a lieu le 24 août 1823, cérémonie pour laquelle le poète havrais Casimir Delavigne, dont ses compatriotes sont si fiers, compose un poème lyrique de circonstance63 :

  • 64 AMLH, FM M4 3, liasse 12, document autographe : Casimir Delavigne, Discours d’inauguration pour le (...)

Enfin votre cité, cette reine des eaux,
Par un commerce actif rivale de Bordeaux
Rivale de Toulon par plus d’une Victoire
Qui s’illustra soi-même et suffit à sa gloire...
Oui vous deviez un temple aux filles d’Apollon64...

40Gaillard, qui souhaite que « la nouvelle salle de spectacle ait un meilleur sort que les deux précédentes qui ont été la proie des flammes », relate la cérémonie fort longuement et rappelle que la plaque de cuivre de la première pierre comporte, outre les noms des personnalités, le souvenir de l’ancienne salle qu’il dessine, après avoir reproduit le plan de la ville en 1816 sur lequel elle ne figure encore pas. Joseph Morlent, qui publie toujours à l’intention des voyageurs, exprime aussi le regret des Havrais et porte sur la nouvelle comédie un jugement sévère, rappelant au passage que ce fut une énorme dépense, bien plus que pour celles de Bordeaux et de Nantes :

  • 65 J. Morlent, Le Havre ancien et moderne, op. cit., t. I, p. 235.

La façade principale se compose au rez-de-chaussée de cinq portiques cintrés entre des colonnes noyées à moitié ; au premier étage de cinq croisées également voûtées entre d’autres colonnes à demi épaisseur (il y a un palais à Rome de ce genre) ; là-dessus est élevé un attique à lucarnes carrées et le tout est surmonté de la haute croupe d’un toit pointu. Ainsi tout l’édifice paraissant plus haut que large, isolé comme il l’est aujourd’hui, et vu de l’autre extrémité du bassin qu’il domine, a un peu l'air d’une cage de moulin à vent65.

Figure 152 – Dessin anonyme du projet de place de Labadye (coll. part.).

La mise en scène de la nouvelle place Louis-XVI

  • 66 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. [93-95] ; AMLH, FM M4 2.
  • 67 AMLH, FM Délibérations D1 5, p. 42, 1er juin 1822.
  • 68 AMLH, FM Délibérations D1 6, p. 23.

41Bien que l’édification de la salle de spectacle avance lentement, « par une cessation de confiance » en l’entrepreneur et que « l’année 1819 [soit] entièrement perdue66 », la municipalité décide, le 1er juin 1822, de lancer un ambitieux programme de constructions uniformes pour tous les immeubles de la place, « afin que les façades des constructions soient autant que possible en harmonie avec celle du sus-dit édifice67 ». Cette décision est renouvelée lors du conseil municipal du 14 mai 1824 : « La salle de spectacle est achevée. Il est urgent de se fixer sur la direction à donner aux façades des maisons à construire afin que les constructions en présentant un bel ensemble et un coup d’œil agréable contribuent à la décoration de la place68 » (fig. 152).

  • 69 Laurence Baudoux-Rousseau, Youri Carbonnier et Philippe Bragard (dir.), La Place publique urbaine d (...)

42Labadye, après concertation, se fait un plaisir d’envisager d’ambitieux desseins et d’envoyer un ensemble de plans et élévations, abondamment commentés et détaillés qui témoigne de ses projets. À n’en pas douter, il veut profiter de cet emplacement admirable pour réaliser la grande œuvre architecturale et urbanistique de sa vie : une place royale qui rappelle les projets de décor uniforme abandonnés, prévus par Lamandé et Archangé, quarante ans auparavant. Sa salle de spectacle occupe la position centrale de la plus vaste place du centre de la ville, face au bassin du Commerce qui la prolonge et permet de bénéficier d’une vue imprenable sur la surface de l’eau et la lumière qu’elle apporte. C’est un emplacement exceptionnel, contrairement à celui de 1787, qui devait tenir compte de l’entrée de la citadelle69. Bien plus qu’un projet pour Le Havre, on peut considérer que ses dessins, longuement légendés, représentent, pour lui, un manifeste architectural. Il rappelle que la salle de spectacle doit dominer les immeubles alentour, puis, dans ses Considérations en faveur des portiques projetés à la façade des maisons dont la décoration régulière dans l’alignement de celle du théâtre fait partie du projet général pour l’embellissement de la place de la comédie, il assure qu’il a réfléchi à l’« effet » produit et à l’« harmonie » du site dont il bénéficie, qui permet au regard de s’étendre, au-delà de la place, de la statue et des quinconces, vers le bassin d’Ingouville, puis vers celui de la Barre pour se perdre au loin sur les arbres des fortifications et les côtes de l’embouchure de la Seine. Il se fait lyrique :

Les dimensions du théâtre, déterminées seulement d’après la population de la ville nécessitent dans la décoration des maisons projetées sur les îlots de terrains à droite et à gauche de sa façade principale, à l’est, un parti qui s’y rattache par une disposition analogue de manière à en pouvoir grandir l’effet et à le mettre en harmonie avec la place publique d’autant plus immense qu’à l’un de ses côtés le bassin d’Ingouville avec ses quais la prolonge indéfiniment en s’unissant vers son extrémité où est le pont d’Angoulême, à un autre bassin situé près des fortifications.
Cette place n’a ainsi pour fond que les arbres des remparts de la ville et la vue des côtes qui bordent une des rives de l’embouchure de la Seine.

Figure 153 – « Feuille premier. Dressé en 1820, par Labadye architecte, chevalier de l’ordre du mérite du Lion. » Détail : vue sur les bateaux dans le bassin du commerce (AMLH, FC O1 59, liasse 9).

Figure 154 – « Feuille premier. Dressé en 1820, par Labadye architecte, chevalier de l’ordre du mérite du Lion. » Détail de la façade de la salle de spectacles (AMLH, FC O1 59, liasse 9).
Légende : « H : Statue de François Ier Fondateur de la ville du Havre. »

Figure 155 – « Le plan général sis à côté sur une échelle plus petite que les élévations indique leur position et réunit l’ensemble du projet de toutes les parties d’embellissement et d’utilité de cette place. Dressé par M. Labadye architecte chargé de la direction des travaux de la salle de spectacle. » Détail : vue sur les quinconces de la place et, partiellement sur les ilots de maisons (AMLH, FC O1 59, liasse 9).

  • 70 J.-N.-L. Durand, Précis de leçons d’architecture données à l’École polytechnique, Paris, chez l’aut (...)

43Il s’étend longuement et répète l’importance que revêt pour lui « l’édifice principal », « l’harmonie » de l’ensemble, insiste sur la destination des immeubles, prévus pour abriter des maisons de commerce, bien « vivifiées par la proximité de la salle de spectacle ». Le rez-de-chaussée sera consacré aux boutiques, l’entresol aux comptoirs d’affaires et les étages à l’habitation « tranquille » des négociants. Et, bien qu’il ait proposé deux projets d’élévations de façades sans portiques, il plaide pour l’adoption de celles qui en possèdent, grâce à « l’agrément qu’elles procureront à la place publique » et à la protection qu’elles offriront « contre le soleil et la pluie ». Il reprend en cela les recommandations de son maître Durand qui affirme : « Si, pour épargner à ceux qui les parcourent les incommodités de la boue, de la pluie et du soleil, elles étaient bordées de portiques ; si ces portiques [...] avaient une disposition uniforme [...] une telle ville offrirait le spectacle le plus ravissant et le plus théâtral70. » Cinq feuilles, signées à des dates différentes, présentent la synthèse du projet de salle de spectacle, de place et d’immeubles identiques que Labadye considère comme constituant l’ensemble du « plan général ».

44La première, Projet de fontaine publique sur la place de la comédie, propose un plan de la place meublée « d’esplanades plantées » au centre de laquelle s’élève une fontaine au décor symbolique de tritons et de naïades sur des colonnes rostrales permettant au regard de passer vers le bassin du commerce où sont amarrés les navires aux mats enchevêtrés (fig. 153). Il prévoit une statue équestre de François Ier, « fondateur de la ville », exactement au centre de la place et de la façade de la comédie (en H) (fig. 154). Il donne les dessins des façades d’immeubles auxquelles seront assujettis les propriétaires « conformément aux instructions données par son Excellence monsieur le Ministre de l’intérieur le 8 juillet 1819 ». La vaste seconde feuille, Plan général sur une échelle plus petite [...] de toutes les parties d'embellissement et d’utilité de cette place [...] dressé en 1820 par le chevalier Labadye architecte, complète la première. Elle est abondamment commentée et détaillée. L’architecte prévoit les grilles, les réverbères de la place et donne le plan des quinconces et de la fontaine, depuis les façades des immeubles et de la salle de spectacle jusqu’au bassin. Il y détaille aussi la masse d’un îlet de maisons, où il prévoit des cours intérieures (fig. 155). La Feuille troisième remise à M. le Maire le 1er mai 1824, encore plus largement commentée, présente « quatre variantes d’élévations », tant pour la salle de spectacle que pour les immeubles de la place, parmi lesquelles celle qui sera définitivement adoptée.

  • 71 A. Bégouen-Demeaux (1778-1866), maire du Havre le 20 juin 1821, prend ses fonctions le 23 octobre, (...)
  • 72 AMLH, FC O1 59, liasse 9, « Feuille 4 ».
  • 73 AMLH, FM M4 3, liasse 16. Les dossiers AMLH, FM M4 2 et 3 traitent de la construction du « Grand th (...)

45C’est le 7 juin 1824, que le maire, André Bégouen-Demeaux71, signe son accord pour le type de façade n° 2, le plus simple. Ce Projet de façades régulières avec portiques adopté par le conseil municipal de la ville du Havre, pour la décoration des maisons qui devront être construites par les acquéreurs des terrains à droite et à gauche de la façade principale du théâtre dressé par M. Labadye architecte, dessiné ensuite par Lemarcis, est adopté par le conseil municipal, le 13 juillet 182572. Dans le cahier des charges du 27 mars 1832 apparaîtra encore et toujours le souci d’économie certainement à l’origine de la décision que l’on retrouve dans l’architecture sobre du magasin de décors commandé ensuite à Lemarcis en 1827, situé derrière la salle de spectacle73. On pourrait d’ailleurs attribuer à l’ensemble de ces édifices le jugement qu’avait porté quarante ans auparavant le comte de Buzançois sur la « noble simplicité » de la salle d’Archangé.

  • 74 AMLH, FC O1 59, liasse 9.

46Dans ce contexte, il faut rappeler l’intéressante proposition de Pierre-Louis Boucard (théoriquement à la retraite) qui, dessinant, le 5 septembre 1826, un plan du quartier propose les élévations de deux édifices l’un destiné au tribunal, l’autre à la bourse, dont la galerie à l’italienne et le toit en terrasse, encadrant la salle de spectacle de Labadye, auraient présenté une alternative intéressante74 (fig. 69, p. 149).

  • 75 Jean-Pierre Bériac, « Les espaces publics dans les projets d’aménagement des terrains du Château Tr (...)

47Ce grand projet urbanistique havrais, partiellement réalisé, peut être rapproché de ceux des larges territoires de Château Trompette, à Bordeaux, situé face à la Garonne, qui faisait partie depuis 1782 d’un programme de restructuration de la ville publié par l’intendant Dupré de Saint-Maur. Les plans successifs, l’un proposé par l’architecte Nicolas-François Lhote, qui voulait installer en face du château un bassin pour deux cents navires, l’autre par Victor Louis, puis de nouveau par Lhote en 1787, enfin soumis à un concours le 30 vendémiaire an IX (22 octobre 1801), ne trouveront leur achèvement qu’en 1816, avec celui de Jean-Baptiste Dufart75.

48Au Havre, où aucun architecte local n’a été trouvé ou jugé digne, semble-t-il, de prendre en charge ce travail (Boucard est âgé et a été fort occupé par le tracé des plans de la ville), point de concours. La place est acquise au seul Labadye, un architecte « de Paris », désigné, peut-être, par le ministre de l’Intérieur, qui aura pratiquement carte blanche, tout d’abord pour édifier la salle de spectacle, ensuite pour prévoir les abords. Car, si les plans sont prévus et les rues tracées, opportunément renommées Corneille, Molière, de Bordeaux, Caroline, de Berry, et Charles-X, les habitations sont encore très éparses dans le quartier ouest, et voisinent avec des magasins et des chantiers. Beaucoup d’îlets de maisons sont encore bien vides. Le recensement de la population, en 1828, qui donne à peine 500 personnes, permet de se rendre compte de son état. La place Louis-XVI, seule, est entièrement terminée. Y habitent des commerçants ou des artisans, à côté de négociants ou de notaires, situation qui rappelle, presque, celle vécue par la salle de spectacle édifiée par Archangé qui s’élevait au milieu des matériaux et des baraques de cafés. Toutefois, le projet de place de Labadye sera pratiquement accompli, lorsque la salle de spectacle sera encadrée par des immeubles identiques (fig. 156 et 157), comme le prouvent les nombreux plans, puis les dessins, photos et maquettes.

  • 76 AMLH, FM M4 4. Dans Claire Etienne, Le Havre : un port, des villes neuves, Paris, Monum – Éditions (...)

49Séry avait bien eu raison de se préoccuper des issues et des dégagements « en cas d’événements », car le lieu, comme beaucoup d’autres, est victime d’un incendie dans la nuit du 28 au 29 avril 184376. Rebâti partiellement et dans un style proche, ce « Grand théâtre du Havre » tombera sous les bombes de septembre 1945.

Le plan Lamandé est-il, enfin, réalisé ?

  • 77 AMLH, FM O3 1, liasse 2.
  • 78 SHD, Marine DD2 777, 16 mars 1819. Il rappelle la complexité des décisions : « Les travaux publics (...)
  • 79 SHD, Marine, DD2 835. Haudry estime les biens de la Marine à 1 170 000 F.
  • 80 AMLH, FM H2 5, Imprimerie royale, avril 1825.
  • 81 AMLH, FM H2 5, « Rapport du 13 avril 1825 », p. 3.

50Pendant ce temps, en 1818, Séry, toujours entreprenant, a repris le dossier du transfert des installations de la Marine. Dans un long mémoire, le 23 juin 1818, il ne craint pas d’insister sur la validité du transfert des installations et de leur reconstruction, en en évaluant les intérêts et le coût. Il propose même la création d’une compagnie chargée de la démolition des anciens bâtiments (évalués à 1 782 000 F) et de la construction des nouveaux77. En vain Sganzin, soutient-il, le 16 mars 1819, la validité des projets de transfert vers le bassin de la Barre devant une commission, en insistant sur le plan de 1787 et les difficultés dues au partage des responsabilités78. En vain Haudry (qui chiffre aussi la démolition des anciens établissements, dont l’arsenal) présente-t-il aussi, trois ans plus tard, en 1822, un Fragment du plan général du port du Havre présentant le projet des établissements de la Marine royale dont la conception est proche de celui de Forfait, qui ne verra non plus jamais le jour79 (fig. 158). Le destin du port du Havre est scellé : le 13 avril 1825, Louis-Joseph Faure, député de Seine-Inférieure, porte-parole de sa ville, présente à la Chambre des députés le rapport d’une commission chargée de l’examen du Projet de loi relatif à la vente des édifices et terrains du Havre appartenant à la marine, qui, dans ses conclusions, décide le transfert définitif de la marine royale à Cherbourg et l’abandon des édifices havrais80. Malgré tout, il se veut confiant en l’avenir du Havre port de commerce, dont il prévoit une augmentation, « grâce aux bienfaits de la paix81 ».

Figure 156 – Vue de l’ensemble de la salle de spectacle (reconstruite) entre les immeubles. Publicité pour l'hôtel Tortoni en 1900 (AMLH, FC O1 59, liasse 9).

Figure 157 – Maquette contemporaine de l’ensemble : salle de spectacle et immeubles (Musée maritime, Le Havre).

Figure 158 – « Fragment du plan général du port du Havre présentant le projet des établissements de la Marine royale. Au Flavre le 14 mars 1822. Haudry » (SHD, Marine, DD2 835).

  • 82 AMLH, FM O1 8, liasse 26.
  • 83 AMLH, FM D1 6, p. 59-69.
  • 84 AMLH, FM G 2, liasse 13.

51Le 10 octobre suivant, le sous-préfet confirme au maire « le projet d’aliénation des différents domaines nationaux qui cessent d’être affectés au service de la Marine » et rappelle l’acte royal du 6 septembre précédent qui doit décider de leur cession à la ville82. Le 19 octobre, le conseil municipal décide de reprendre les démarches auprès de l’administration des Ponts et Chaussées, qui dépendent alors du ministère des travaux publics, afin que les destructions de la Marine puissent permettre de réaliser, enfin, les plans de Lamandé « approuvés par le roi en 179183 ». Des affiches sont apposées : le 6 décembre 1825 a lieu la première adjudication pour le parc aux bois, les casernes et différentes maisons appartenant à la Marine, vente renouvelée le 25 avril, puis le 29 septembre 1826. L’acte fait allusion à un plan concerté sur lequel devraient apparaître les différents lots, mais aussi aux nouveaux tracés de rues dans les anciens quartiers. Il permettra le prolongement des rues Dauphine, du Petit Croissant et du Grand Croissant dans le quartier Saint-François jusqu’au bassin du roi84.

52La municipalité prévoit déjà les bénéfices à en tirer. Dans un dossier de 1825, on trouve un papier au programme très net, qui reste partiellement à accomplir :

  • 85 AMLH, FM O1 8, liasse 26.

53Objets traités avec M. le Commissaire général de la Marine. Percement de la rue Dauphine. Idem du Grand Croissant. Alignement des maisons sur la place Louis XVI et obligation de construire des façades uniformes. Concession de la masse à l’ouest de la salle de spectacle. Place à former derrière la salle de spectacle. Fontaines des établissements de la Marine85.

Notes

1 AMLH, FA DD 36 et FM O1 4, liasse 8.

2 AMLH, FM I1 9, liasse 4, 24 juin 1806.

3 ENPC, ms. 2014, 28 janvier 1787 : « Mémoire relatif au projet proposé en janvier 1787 pour l’amélioration et l’agrandissement du port du Havre. Fait et arrêté à l’assemblée des Ponts et Chaussées tenue chez M. Perronet le 28 janvier 1787. »

4 AN, F13 1524 et 1525.

5 SHD, Génie, Xe 346.

6 SHD, Génie, 1 VH 871.

7 SHD, Marine, DD2 832.

8 ENPC, ms. 2939, 5 pluviôse an VIII (25 janvier 1800).

9 ENPC, ms. 2939.

10 Ibid.

11 SHD, Marine, DD2 777 et 835.

12 « Inscription. Le zèle et l’activité dans tous les services prouvent la sagesse du Gouvernement. »

13 « Côté de la ville : Bonaparte Ier Consul », « Coté de la citadelle : Forfait ministre de la Marine. »

14 AMLH, copies de lettres D2 12.

15 AMLH, FM K3 1.

16 AMLH, FM F2 2, liasse 1. Le décret de création date du 3 nivôse an XI (24 décembre 1803).

17 AMLH, FM O3 1, liasse 2 et SHD, Marine, DD2 777 et 835.

18 AMLH, FM M1 6, liasse 1, mentionné dans AMLH, FM L2 12, liasses 1 et 2 ; SHD, Marine, DD2 835.

19 AMLH, FM L2 12, liasse 3. 1er vendémiaire an XII (24 septembre 1803).

20 AN, F21 1870.

21 AMLH, FM M1 6, liasse 1.

22 AMLH, FM M1 5.

23 AMLH, FM F2 2, liasse 1.

24 ENPC, ms. 3124.

25 AN, F14 2256 2.

26 AMLH, FM K 3, liasse 5, « Notice historique des événements qui ont eu lieu au port du Havre du 27 au 30 mai 1810 pendant le séjour de leurs Majestés impériales et royales ».

27 AMLH, FM K3 1, liasse 4, lettre de Lapeyre au maire le 11 juin 1810.

28 SHD, Marine, DD2 835, 22 juillet 1808.

29 AN, F13 218 A.

30 AMLH, FM D2 21.

31 AMLH, FM D1 2.

32 AMLH, FM D2 22, 28 septembre 1815.

33 Ibid., 29 mars 1816.

34 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. [87].

35 AMLH, FM D1 4, délibération du 22 juin 1820 ; FM D1 5, le 7 décembre 1822 ; FM D2 27, lettre au ministre de l’Intérieur du 23 décembre 1823.

36 AMLH, FM M4 2, liasse 1. L’expression « architecte instruit » est soulignée dans l’acte.

37 SHD, Marine, DD837, 18 mars 1817.

38 AMLH, FM D2 23.

39 Pierre-Jules Delespine (1756-1825). Voir Mireille Rambaud, « Une famille d’architectes, les Delespine », dans Documents inédits sur l’art français du XVIIe siècle, Archives de l’art français, Paris, F. de Nobele, 1968, t. XXIII, p. 1-62.

40 AMLH, FM Délibérations D1 3.

41 A. Lemonnier-Mercier, « Grandeur et décadence... », art. cité. Labadye a été l’exécuteur testamentaire de Jean-Louis Thibault en 1812 avec Delespine (AN, Et. LXXXII 790).

42 Charles-Toussaint Labadye (1761-1798) exposa au salon de 1798.

43 François-André Vincent (1746-1816), élève de Roslin et Vien. Voir Jean-Pierre Cuzin, François-André VincentÂÿ Paris, Galerie de Bayser, 1988.

44 Jean-Nicolas-Louis Durand, Recueil et parallèle des édifices de tout genre, anciens et modernes, Paris, Durand, 1800 ; JacquesGuillaume Legrand, Essai sur l’histoire générale de l’architecture, Paris, Soyer, 1809.

45 W. Szambien, Jean-Nicolas-Louis Durand, op. cit., p. 62.

46 Daniel Rabreau, « Architecte », dans Encyclopedia Universalis, Paris, Albin Michel, 1999.

47 AMLH, FM M4 2-3.

48 AMLH, FM M4 2, liasse 3.

49 Ibid.

50 Arthur Foache (1788-1873), auditeur au Conseil d’État en 1810, sous-préfet du Havre le 16 janvier 1812, en exil à Gand en mars 1815 ; revient au Havre le 29 juin 1815 et redevient sous-préfet du Havre le 6 novembre 1815 (AMLH, dossier biographique 517 W 7).

51 AMLH, FM M4 2, liasse 1 et D1 3, délibérations.

52 AMLH, FM M4 2, liasse 5.

53 AMLH, FM Délibérations D1 3, le 25 mars 1816.

54 AN, F 3 II, Seine-Inférieure 16.

55 AMLH, FM O1 8, liasse 8.

56 Le théâtre Monsigny de Boulogne-sur-mer construit par l’architecte parisien Labarre ouvrira le 3 septembre 1827 et sera détruit par un incendie le 24 septembre 1854.

57 Le bilan financier est donné par Gaillard, qui rappelle les « erreurs » à la date de 1819 et détaille longuement les coûts. Il compte un total des dépenses de 594 592 F (H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. 93-94).

58 AMLH, FM M4 2, liasse 3. Séry met en garde son collègue contre les entrepreneurs et les architectes « qui induisent souvent dans de graves erreurs et des fautes desquelles on se trouve victime ».

59 Geneviève Latour et Florence Claval (dir.), Les Théâtres de Paris, Paris, Délégation artistique de la ville de Paris, 1991, p. 133.

60 AMLH, FM M4 2, liasse 7.

61 AMLH, FM M4 2, liasse 3. Soumission de Fossard Du Thil, affiches de l’adjudication, 25 juin, 8 juillet, 30 juillet et 8 août 1817.

62 AMLH, FM M4 2, liasse 4. Gaillard, fervent royaliste, présent aux cérémonies, en fait un compte rendu enthousiaste (H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. [87-90]).

63 AMLH, FM M4 3, liasse 12. Sur Casimir Delavigne (Le Havre 1793-Lyon 1843), voir J. Morlent, « Casimir Delavigne », dans Louis-Henri Baratte (dir.), Poètes normands, Paris, Bedelet, Dutertre et Martinon, s. d.

64 AMLH, FM M4 3, liasse 12, document autographe : Casimir Delavigne, Discours d’inauguration pour le théâtre du Havre.

65 J. Morlent, Le Havre ancien et moderne, op. cit., t. I, p. 235.

66 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. [93-95] ; AMLH, FM M4 2.

67 AMLH, FM Délibérations D1 5, p. 42, 1er juin 1822.

68 AMLH, FM Délibérations D1 6, p. 23.

69 Laurence Baudoux-Rousseau, Youri Carbonnier et Philippe Bragard (dir.), La Place publique urbaine du Moyen Âge à nos jours, Arras, Artois presses université, 2007.

70 J.-N.-L. Durand, Précis de leçons d’architecture données à l’École polytechnique, Paris, chez l’auteur, 1817, t. II, p. 25-26, cité par W. Szambien, De la rue des colonnes à la rue de Rivoli, Paris, DAAVP, 1992, p. 30-32, « Éloge de l’arcade ? »

71 A. Bégouen-Demeaux (1778-1866), maire du Havre le 20 juin 1821, prend ses fonctions le 23 octobre, donne sa démission le 2 août 1830, la reprend aussitôt, puis la redonne définitivement le 15 août (H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. 125).

72 AMLH, FC O1 59, liasse 9, « Feuille 4 ».

73 AMLH, FM M4 3, liasse 16. Les dossiers AMLH, FM M4 2 et 3 traitent de la construction du « Grand théâtre ».

74 AMLH, FC O1 59, liasse 9.

75 Jean-Pierre Bériac, « Les espaces publics dans les projets d’aménagement des terrains du Château Trompette », dans Le Port des Lumières Architecture et art urbain, Bordeaux 1780-1815, Paris, CERCAM –W. Blake and C° édit., 1989, p. 27-33.

76 AMLH, FM M4 4. Dans Claire Etienne, Le Havre : un port, des villes neuves, Paris, Monum – Éditions du patrimoine, 2005, p. 126, l’auteur affirme que la salle de spectacle a brûlé en 1829.

77 AMLH, FM O3 1, liasse 2.

78 SHD, Marine DD2 777, 16 mars 1819. Il rappelle la complexité des décisions : « Les travaux publics du port du Havre dépendent de trois ministères et s’exécutent sur les fonds de ces ministères ; le département de la Marine a dans ses attributions les établissements relatifs à la Marine royale ; le port de commerce est placé sous celui de l’intérieur et les fortifications concernent le département de la guerre. »

79 SHD, Marine, DD2 835. Haudry estime les biens de la Marine à 1 170 000 F.

80 AMLH, FM H2 5, Imprimerie royale, avril 1825.

81 AMLH, FM H2 5, « Rapport du 13 avril 1825 », p. 3.

82 AMLH, FM O1 8, liasse 26.

83 AMLH, FM D1 6, p. 59-69.

84 AMLH, FM G 2, liasse 13.

85 AMLH, FM O1 8, liasse 26.

Table des illustrations

Légende Figure 138 – « No 3 Travaux publics. Port du Havre-Marat. Plan général d’établissement des forges de la marine de la République, 2e année. Le Havre-Marat, le seize thermidor 2e année [3 août 1794] de la République Française une et indivisible. Sganzin ingénieur en chef. Girard. » Élévations (AN, F13 1324).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Figure 139 – « Projet de porte proposé pour l’arsenal par le capitaine du génie Ribart, le directeur des fortifications. Sénarmont » (SHD, Génie, 1 VH 871).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 140 – « Plan du Havre sur lequel la ville est en bleu pâle, les établissements actuels de la marine en bleu foncé et le nouvel arsenal proposé en rouge. » Plan contenu dans un dossier « Relatif au projet d’établissement proposé par M. Forfait pour un nouvel arsenal maritime sur le bassin de la Barre » (ENPC, ms. 2939).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 141 – Inauguration du bassin de la Barre.« 16 janvier 1801, Le Havre, Tente pour le jour de l’entrée des frégates dans le nouveau bassin de la Barre » (SHD, Marine, DD2 777).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure 142 – Inauguration du bassin de la Barre. « Inscriptions en bronze incrustées dans l’assise du couronnement en granit » (SHD, Marine, DD2 777).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Figure 143 – Plan de l’entrepôt réel prévu sur l’emplacement du couvent des capucins signé Becquey, conseiller d’État, directeur général des Ponts et Chaussées et des Mines, Lemarcis, ingénieur architecte de la ville, chevalier ingénieur en chef des travaux maritimes, Letellier ingénieur en chef directeur, Charles de Vansay, préfet de la Seine-inférieure. Copie conforme du 28 novembre 1826 (AMLH, FM M1 5, liasse 2).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Figure 144 – « Ville du Havre. Projet de construction d’un entrepôt réel, 1825. Debenne. » Élévations des bâtiments (AMLH, FM M1 5, liasse 3).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Figure 145 – Plan du premier étage de l’appartement de l’entrepôt réel : façade sur l’angle des bassins du commerce et de la Barre. Lemarcis (AMLH, FM M1 5, liasse 3).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Figure 146 – « Le Havre. L’entrepôt des tabacs ». Carte postale (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Figure 147 – « Plan du port du Havre à l’époque du 1er janvier 1809 pour servir à l'indication des ouvrages à faire pour y construire des vaisseaux de guerre. Décret du 1er octobre 1808. 11 janvier 1809. Lapeyre. » Détail (AN, cartes et plans, F14 10236-10292, n° 2).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure 148 – « Plan du bassin de la Barre pour servir à indiquer les ouvrages strictement indispensables pour faire sortir les vaisseaux de guerre du port du Havre. 24 février 1809. Lapeyre. » Détail (AN, cartes et plans, F14 10236-10242, no 33).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 149 – « Projet d’un pont flottant pour l’aménagement de l’écluse de la Barre. 25 janvier 1809. Lapeyre » (AN, cartes et plans, F14 10236-10242, no 36).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 150 – « Plan du Havre contenant les détails de l’intérieur de la place de la fortification et du terrain dans le rayon extérieur conformément au décret du 21 décembre 1811. » Détail du quartier ouest (SHD, Génie, 1 VH 872).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Figure 151 – « Plan d’une partie de la ville du Havre. Emplacement du parc aux bois. Emplacement projeté de salle de spectacles », 1810 (AN, F13 218 A).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Figure 152 – Dessin anonyme du projet de place de Labadye (coll. part.).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Figure 153 – « Feuille premier. Dressé en 1820, par Labadye architecte, chevalier de l’ordre du mérite du Lion. » Détail : vue sur les bateaux dans le bassin du commerce (AMLH, FC O1 59, liasse 9).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Figure 154 – « Feuille premier. Dressé en 1820, par Labadye architecte, chevalier de l’ordre du mérite du Lion. » Détail de la façade de la salle de spectacles (AMLH, FC O1 59, liasse 9).Légende : « H : Statue de François Ier Fondateur de la ville du Havre. »
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 155 – « Le plan général sis à côté sur une échelle plus petite que les élévations indique leur position et réunit l’ensemble du projet de toutes les parties d’embellissement et d’utilité de cette place. Dressé par M. Labadye architecte chargé de la direction des travaux de la salle de spectacle. » Détail : vue sur les quinconces de la place et, partiellement sur les ilots de maisons (AMLH, FC O1 59, liasse 9).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 156 – Vue de l’ensemble de la salle de spectacle (reconstruite) entre les immeubles. Publicité pour l'hôtel Tortoni en 1900 (AMLH, FC O1 59, liasse 9).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Figure 157 – Maquette contemporaine de l’ensemble : salle de spectacle et immeubles (Musée maritime, Le Havre).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Figure 158 – « Fragment du plan général du port du Havre présentant le projet des établissements de la Marine royale. Au Flavre le 14 mars 1822. Haudry » (SHD, Marine, DD2 835).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5405/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540