Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Embellissements du Havre au xviiie siècle

 | 
Aline Lemonnier-Mercier

Chapitre VIII. Construire une nouvelle ville

Réalisations

Texte intégral

  • 1 P. Lavedan, Histoire de l'urbanisme, op. cit., p. 177, cité par Michel Le Moël, « Urbanisme et Lum (...)

L’enfer est pavé de bonnes intentions. L’histoire de l’urbanisme aussi, c’est-à-dire qu’elle est pleine de beaux projets et de beaux plans non exécutés, qui n’ont pas conduit la ville au Paradis.
Pierre Lavedan1

1 L’ article « quartier », de L’Encyclopédie, qui souligne que le terme est avant tout militaire, assure que c’est « une partie de ville séparée par une rivière ou une grande rue, comme les vingt quartiers de Paris ». La ville étant toujours définie « plus exactement » comme « une enceinte fermée de murailles qui renferme plusieurs quartiers, des rues, des places publiques et autres édifices ».

2Au Havre, la séparation en deux quartiers de chaque côté du bassin du roi, s’était faite naturellement dès sa création, dans une enceinte ; Notre-Dame à l’ouest, Saint-François vers l’est de chaque côté du bassin du roi. De sorte qu’on peut considérer qu’il n’existe pas, avant 1787, de véritable centre urbain dans cette ancienne ville, sauf si l’on considère que le bassin en tient lieu. Les bâtiments « officiels », logis du roi, hôtel du Lieutenant du roi, romaine, bourse et prétoire, sont répartis selon la place disponible. L’hôtel du Lieutenant du roi se dresse sur les fortifications, la romaine à l’angle du Grand Quai, la Bourse à l’autre extrémité sur un emplacement pris sur la place d’Armes. Le prétoire seul et sa place ont bénéficié d’un plan concerté d’embellissement.

3On peut considérer que la nouvelle ville qui va se créer à partir du « Plan Lamandé » comme un ensemble de trois parties différentes, trois quartiers distincts et bien caractérisés, le premier au sud sur l’emplacement de la citadelle, dont la salle de spectacle doit être l’élément principal, le second au nord et au sud du bassin d’Ingouville (celui que Lamandé appelait « le nouveau quartier Saint-François ») et un troisième à l’ouest sur l’emplacement du parc aux bois de la Marine, dont la destination demeure longtemps incertaine.

4Il reste à se poser la question de la destination de la place située à la jonction des « deux villes ». Que peut-on implanter sur ce vaste forum ? À quoi peut-il être destiné ? Le goût de la magnificence, que confère à une ville l’espace public architectural ne s’y appliquera que tardivement. Car on n’y trouve pas trace d’un quelconque projet d’édifice public, église, salle de spectacle ou palais de justice avant que le « providentiel » incendie de la Comédie du quartier de la citadelle permette de repenser l’ensemble et d’y construire la nouvelle salle de spectacle.

Le quartier de la citadelle ou le rêve d’urbanisme théâtral

  • 2 A. Lemonnier-Mercier, « Le premier théâtre du Havre », art. cité ; La Comédie de Jean-Louis Archan (...)

5Le premier quartier mis en chantier est celui, de grande ambition, situé sur l’emplacement de la citadelle. On en parle à partir de 1785, au moment où l’on a déjà bien avancé dans les travaux de démolition, alors que les discussions sur le plan deviennent plus précises. On peut considérer que sa conception est due aux décisions des ingénieurs très largement influencés par l’ambitieux « entrepreneur des spectacles à la suite de la cour », Mlle Marguerite Brunet de Montansier2.

  • 3 AMLH, FA FF 71.

6Quelques documents, malheureusement lacunaires, évoquent des démarches municipales en vue d’édifier, précédemment, une « Comédie » au Havre, dont on ignore l’implantation. La première tentative daterait de 1758, pendant la guerre de Sept Ans, lorsque le duc de Saint-Aignan met en garde les échevins contre un projet malencontreux, les accusant de manque de prudence. Le « temps de malheur ne permet pas de s’occuper d’amusements de cette sorte3 ». L’idée se confirme, lorsque, sur divers plans succincts des ingénieurs, on voit apparaître progressivement sur les tracés du nouveau quartier, la présence d’une grande place face au quartier Saint-François où l’on prévoit la construction d’une salle de spectacle.

  • 4 AN, Série O1 1859, 1er novembre 1773.
  • 5 Pierre Frantz et Michèle Sajous d'Oria (dir.). Le Siècle des théâtres : salles et scènes en France (...)

7En 1784, lorsque Mlle Montansier lance l’idée, ce n’est pas la première fois qu’elle en parle, ni la première fois qu’elle prend une telle décision. Déjà, en 1773, ayant obtenu ce privilège des spectacles pour Versailles et ayant jugé que la salle était « trop petite et située dans un lieu trop éloigné du public », elle a proposé de faire construire, à ses frais, un théâtre sur un terrain « isolé, à portée de tous les secours contre les incendies » et « susceptible de toutes les issues nécessaires dans un lieu où se rassemble le public4 ». Il s’agit de la salle construite par l’architecte Jean-François Heurtier, inaugurée le 18 novembre 1777, appelée actuellement « salle Montansier5 ».

  • 6 AN, D2 9.
  • 7 AN, D2 59, lettre ni datée ni signée. Pour la salle de spectacle de Toulon, voir Le Siècle des thé (...)

8Exactement à la même époque, en 1774, s’étant associée à Honoré Bourdon de Neuville, ancien militaire devenu son associé, elle entreprend de faire le siège des responsables havrais, qui vont aussitôt la soutenir. Ils arguent du fait que ses troupes de comédiens viennent fidèlement depuis de nombreuses années « jouer la comédie » dans « un endroit [qui] sert alternativement de magasin et de salle de spectacle au gré du propriétaire », donc inapproprié6. Effectivement, alors que la plupart des villes de province ont entrepris depuis le milieu du XVIIIe siècle des constructions ou des aménagements, Le Havre fait partie de celles qui ne possèdent pas encore de salle de spectacle digne de ce nom. À Toulon, ville de marins, l’entrepreneur Nicolas Boulet, ne vient-il pas d’utiliser des arguments similaires qui ont convaincu M. de Bonpar, lieutenant général des armées navales de Sa Majesté : « La construction d’une salle de spectacle ne saurait être plus nécessaire que dans cette ville où réside un corps nombreux d’officiers de la Marine et une nombreuse garnison lesquels officiers ne sachant où aller lorsqu’il n’y a point de spectacle se livrent au jeu et, de là, il s’ensuit bien des dérangements des jeunes gens7. »

  • 8 AMLH, FA II23.

9Au Havre, ville de garnison, où ce loisir est particulièrement goûté, les comédiens sont obligés de jouer dans des lieux précaires et malcommodes En 1740, on utilise un magasin, en 1756, une loge en bois construite dans la demi-lune de la porte d’Ingouville, et, depuis 1767, un bâtiment que le négociant Isaac Beaufils a fait construire spécialement derrière sa maison au fond d’une petite cour ; c’est une salle « assez agréable [qui] a subsisté jusqu’à la construction de la suivante8 ».

  • 9 Claude-François, marquis de La Barberie, amant et protecteur de Mlle Montansier (dont la vie amour (...)
  • 10 AMLH, FA EE 2.

10Mlle Montansier s’est tout d’abord occupée de se faire réserver le privilège des spectacles du Havre. Le 16 mars 1774, Nicolas Amelin, échevin en mission à Paris, rapporte à ses collègues une conversation entre « M. de La Barberie » (ClaudeFrançois de Saint-Contest9), à laquelle s’est mêlé Paul-Hyppolite duc de Saint-Aignan, gouverneur du Havre, à propos d’un projet dans lequel l’entrepreneur semble assez engagée. Il apprend à ses collègues que le duc de Saint-Aignan ne tient pas à se mêler d’une affaire qui fait du « train » dans la capitale, car il considère que cela relève des responsabilités municipales. Mais aussitôt il s’est entendu rétorquer : « M. le duc, si vous ne voulez pas vous en mêler, le Roi s’en mêlera », réponse qui donne une idée des hautes relations de la demoiselle10.

11De son côté, il semble que le duc d’Harcourt se soit engagé à cautionner l’affaire, ainsi que l’intendant de Crosne et le comte de Buzançois, le nouveau gouverneur du Havre, lequel avait accordé, le 10 décembre 1781, sans en avoir le pouvoir, un « brevet » exclusif des spectacles, faveur aussitôt contestée.

  • 11 ADSM, I B 5533.
  • 12 P. Bouchenot-Déchin, La Montansier, op. cit., p. 157-163 ; Maurice Lever, Pierre-Augustin Caron de (...)

12Trois ans plus tard, enfin, Mlle Montansier parvient à ses fins grâce à son entregent et obtient très officiellement des lettres patentes qui lui accordent le privilège exclusif des spectacles du Havre à partir du 6 décembre 178411. Il n’est pas inutile de rappeler, à ce propos, que l’année 1784 vient d’être « secouée » dans le monde théâtral par l’affaire de La Folle Journée de Beaumarchais, dans laquelle Mlle Montansier est impliquée, car elle voulait obtenir de l’auteur le privilège de sa création devant la cour. Et que, d’autre part, le duc de Fronsac, initiateur des premières représentations à Gennevilliers est l’un de ses amants ; enfin une légende assure qu’elle aida la reine à apprendre le rôle de la comtesse12.

  • 13 Dossier dans AMLH, FA FF 71.
  • 14 AN, D2 9.

13Forte de cette première victoire, « l’entrepreneur » reprend ses démarches et obtient en outre le 2 avril 1785, un arrêt du Conseil par lequel elle est autorisée à construire au Havre une salle de spectacle13. Soutenue par la municipalité, assure-t-elle en septembre 1784 dans un mémoire rétrospectif, elle a pris déjà « des arrangements pour un terrain situé partie sur la grande rue Royale, partie sur le quai Marie Motte. Que cet emplacement étant au centre de la ville aurait été à la portée de tout le monde et qu’il eut été à désirer qu’il ne se fût point trouvé d’obstacle ». Elle y affirme aussi que ce premier projet de salle de spectacle dans le quartier Saint-François, dont la trace est perdue, aurait été abandonné sous l’influence de Dubois, qui, « d’après la connaissance qu’il avait des projets de l’élargissement du port », « eut la bonté » de la conseiller et de la persuader de choisir un emplacement dans la nouvelle ville, solution à laquelle étaient favorables les personnes « les plus distinguées de la ville ». A ces arguments elle ajoute que le roi y joindra certainement « les grâces nécessaires », tant il est vrai que cette salle de spectacle tant désirée par le vœu des citoyens augmentera la valeur des terrains et incitera à bâtir14. On peut certainement dater de cette époque le fragment de plan anonyme sur lequel figure un premier projet de salle de spectacle, dont tout porte à croire qu’il est de Dubois.

Figure 104 – « Plan du rez-de-chaussée copie de l’original arrêté par De Crosne le 29 juin 1789 et signé par Archangé à Paris le 3 juillet 1785. Vu par nous intendant de la généralité de Rouen au désir de notre ordonnance de ce jour et lieu 29 juin 1785. De Crosne pour copie » (AN, cartes et plans, Seine-Maritime N III, 2915 33 1). Légende : A. Quartier militaire ; B. Rue ; C. Place ; D. Terrain appartenant au sieur Thibault ; E. Terrain de M. de Neuville et Mlle Montensier sur partie duquel est bâtie la salle de spectacle ; F. Terrain no 3 ; G. Terrain à vendre ; H. Péristyle ; I. Vestibule ; K. Escalier des loges ; L. Escalier de dégagement ; M. Corps de garde ; N. Bureaux ; O. Escalier du parterre ; P. Parterre ; Q. « horquette » ; R. Théâtre ; V. Escalier des acteurs ; XY. Logement du concierge ; Z. Magasin des décorations et cabinet du magasin.

  • 15 AN, Et. LI 1192.

14L’opération réussit à merveille : le 27 juin 1785, les entrepreneurs ont déjà signé, devant Me Arnaud notaire à Paris une convention avec « leur » architecte Jean-Louis Archangé et des artisans parisiens, Louis Saclet maçon, Philibert Monier et Antoine Meuzer serruriers, Joseph Lecoeur menuisier et Pierre-François Fixon maître doreur15. Des contrats sont signés et des plans adressés aux divers responsables : tout d’abord à de Crosne qui les ratifie le 29 juin 1785 (Archangé certifie les copies le 3 juillet suivant à Paris, puis le 8 août au Havre), ensuite aux officiers municipaux et au comte de Buzançois qui les approuvent le 28 juillet (fig. 104).

15Ces démarches un peu intempestives ont alerté Dubois, qui, le 23 juillet, alors qu’il a pourtant pris, au nom des Ponts et chaussées, l’initiative du projet, semble débordé et fait part à La Millière de son anxiété : le plan définitif du quartier n’est pas encore décidé et les îles de terrains à peine esquissées. Il faut encore déterminer les alignements, il attend « les ordres pour cela », insistant dans sa conclusion sur le fait « que la demoiselle est protégée ».

16Effectivement, depuis quelque temps, l’affolement des responsables semble général, les courriers s’entrecroisent entre Calonne (qui suit l’affaire depuis un mois), Vergennes, La Millière, de Crosne, le maréchal de Ségur, Débonnaire Desforges, les ministères concernés mais antagonistes (Guerre et Finances), les ingénieurs Légier, Dubois et Lamandé. En conclusion, le 23 juillet 1785, sagement et prudemment, Vergennes fait, justement, tout suspendre et demande à La Millière de solliciter de Crosne afin qu’il envoie Lamandé « incessamment » au Havre « afin de prendre sur cette affaire tous les éclaircissements possibles » en particulier sur les concessions de terrains, tandis que l’on attend des réponses du maréchal de Ségur et du contrôleur général des Finances.

  • 16 Yolande de Polastron, duchesse de Polignac (1749-1793), amie intime de la reine Marie-Antoinette, (...)

17Les entrepreneurs, entravés dans leurs démarches, adressent au début d’août, une supplique à La Millière, « dont tout dépend », car ils savent parfaitement que les Ponts et Chaussées sont les maîtres dans la ville. Si, malgré leurs réticences, ils ont adopté cette solution, affirment-ils, c’est que, confortés par Dubois, ils ont espéré les « grâces » du roi. Ils reprennent leurs arguments habituels. « On » leur a affirmé que la salle de spectacle servirait d’incitation pour « les particuliers », qui n’hésiteraient pas à bâtir dans un quartier dont elle serait l’attrait, une référence architecturale et un élément important de la vie sociale. Cela permettrait aussi de faire augmenter les prix des terrains. Leur amertume est grande, car ils ont « fait des marchés devant notaire à Paris avec les entrepreneurs, partie des matériaux est déjà achetée, l’architecte est au Havre depuis un mois, quantité d’ouvriers sont arrêtés pour ce travail ». L’affaire est d’autant plus embarrassante qu’intervient Yolande de Polastron duchesse de Polignac, si proche de la reine, qui adresse un billet à La Millière16 :

  • 17 AN, D2 9.

Permettez Monsieur, que j’aie l’honneur de vous adresser un mémoire qui intéresse la dame Montansier dont la fortune paraît être véritablement compromise par les oppositions qu’elle éprouve. Je désire bien véritablement, Monsieur, que son affaire soit de nature à lui mériter vos bontés17.

  • 18 Ibid. et AN, Q1 1368.

18Lamandé réussit à dénouer cette situation presqu’inextricable avec un sens de la diplomatie et de la mesure tout à fait remarquable. Il présente rapidement à La Millière et à de Crosne un rapport, modèle de clarté et de prudence, qui envisage en tout premier lieu, longuement, les implications financières, puis il aborde, avec doigté, la question délicate des dispositions urbanistiques. Car il lui faut satisfaire les entrepreneurs « protégés », épargner la personne de Dubois, auteur du plan, et, adroitement, proposer autre chose18.

19Dans cette seconde partie, et pour l’intérêt « absolu » de « la sûreté publique », idée qui lui est chère et qu’il rappelle opportunément, il remodèle la place qu’il équilibre en partageant les îlets par une rue de 24 pieds (environ 7 m), démontrant l’intérêt des abords dégagés pour que les secours en cas d’incendie soient facilités, la salle étant proche du quartier militaire, véritable poudrière. Enfin, il s’attache à la « décoration extérieure des bâtiments », préoccupation dont, jusqu’à ce moment, personne n’a vraiment parlé, en s’appuyant sur les questions fondamentales de salubrité. Il termine en affirmant que l’administration n’a jamais négligé la décoration extérieure des bâtiments, rappelle l’exemple de Dieppe où, après le dernier bombardement, « tous les habitants ont été assujettis à suivre les décorations des façades qui leur ont été prescrites et auxquelles ils ne peuvent actuellement rien changer sans y être autorisés ». Il conclut en urbaniste : « On ne peut disconvenir en effet que la régularité et le goût des décorations extérieures, la hauteur des maisons proportionnées à la largeur des rues, les pentes du pavé pour l’écoulement des eaux, n’influent infiniment sur la salubrité d’une ville et ne contribuent beaucoup à augmenter la valeur des fonds par la préférence que l’on donne naturellement aux quartiers riants et bien aérés sur ceux qui sont tristes et resserrés. »

  • 19 AN, D2 9.

20Toujours au nom de la salubrité et de la sécurité, il affirme qu’un décor uniforme doit être envisagé, « sans trop de richesse » toutefois, dont le modèle sera la façade de la Comédie. Il insiste sur la nécessité de prévoir un prix modique pour les achats de terrains qui, sinon, ne tenteraient pas les adjudicataires. De plus, il envisage d’étendre ce programme, réservé au départ au seul quartier de la citadelle, à l’ensemble des façades de la nouvelle ville, tant pour les bâtiments publics que privés. Bien évidemment, les « ingénieurs attachés aux ouvrages du port soient chargés de surveiller l’exécution », car cette salle est « de toute utilité19 ». Les choses sont claires : la place du Havre sera, au moins partiellement, l’œuvre des ingénieurs des Ponts et Chaussées. Pour bien conclure et marquer son pouvoir, le 22 septembre 1785, il dessine un plan succinct de la future place avec une nouvelle implantation de la salle de spectacle, prémisse de celui qui sera présenté à Louis XVI neuf mois plus tard. La légende est claire : les « actionnaires de la salle de spectacle » se voient concéder, symétriquement, deux parcelles, l’une destinée à la salle elle-même (parcelle 2), l’autre à la construction d’immeubles, tandis que l’entrepreneur des fortifications Paul-Michel Thibault bénéficiera de la parcelle 1.

  • 20 Ibid.
  • 21 ADSM, 2 E 70 652.

21Tous ces principes étant adoptés, l’enchaînement des décisions est alors très rapide : le 30 décembre, comme il ne faut pas oublier que les terrains sont militaires, le maréchal de Ségur demande à Légier de lui communiquer les nouveaux alignements qu’il adresse au contrôleur général. Le 19 janvier 1786, un arrêt du Conseil « accorde à la citoyenne Montansier » une nouvelle portion de terrain20 ; en février, Lamandé entreprend de dessiner son plan de la ville nouvelle ; puis, le 22 février, le notaire havrais Dorey enregistre l’achat des terrains et le nouveau plan de la place signé de Légier et de Lamblardie21 (fig. 105). Lorsque Louis XVI vient au Havre en juin, il est possible de lui présenter un plan du Havre au quartier de la citadelle parfaitement dessiné dont la place Louis-XVI est l’ornement.

22L’étude résumée de ces démarches permet d’affirmer en conclusion trois choses : tout d’abord que l’on trouve dans les projets de Lamandé une certaine reprise de ceux de Dubois (la place Louis-XVI a gardé son emplacement et les dispositions du quartier militaire sont les mêmes), ensuite que c’est en grande partie grâce à l’opiniâtreté, l’âpreté au gain, l’activisme et l’ambition de Mlle Montansier que le quartier sud a été conçu. Enfin, que l’ingénieur des Ponts et Chaussées veut créer, à partir de 1786, en coopération avec l’architecte Jean-Louis Archangé, un bel ensemble d’urbanisme théâtral dans ce nouveau quartier de la ville (fig. 106).

Le projet de place Louis-XVI : l’architecture mise en scène

23Les commentaires de Marie Le Masson Le Golft sur la pose de la première pierre de la salle de spectacle, le 6 décembre 1787, événement qu’elle juge peu important pour la ville, sont absolument critiques. L’emplacement est mal choisi, trop éloigné de la ville (ce qui est vrai), trop petite (ce qui est faux), trop poche de la garnison dont les tambours et « autres bruits militaires détruiront l’illusion quand on jouera ». N’importe comment, elle poursuit, quelques pages plus loin par un ensemble de criques générales du plan de la ville, « l’un des plus mal conçus qu’il soit possible [...] dont on ne peut affirmer qu’il sera rigoureusement suivi », qui ne montre pas son enthousiasme pour les nouveautés de la ville.

  • 22 AN, Et. LI 1192.
  • 23 AMLH, FA FF 71.

24Pourtant, c’est un événement, très attendu, aboutissement d’une abondance de courriers et de démarches multiples. Il a fallu, en juillet 1787, pour satisfaire les directives des Ponts et Chaussées (celles de La Millière et Lamandé) reprendre tout le dossier, lettres patentes y compris, ensuite renouveler le contrat avec d’autres entrepreneurs (maçons, serrurier, peintre, décorateurs), mais, surtout, demander à Archangé de bien vouloir accepter des modifications à ses plans22, vérifiés, affirme-t-il, par les sieurs Moreau, Le Roy et Couture « tous trois architectes du roi » et de nouveau arrêtés par M. de Maussion23.

  • 24 AN, T 158 36-37.
  • 25 AMLH, FA FF 71, 19 septembre 1787.
  • 26 ADSM, 2 E 70 654, procès-verbal de maître Dorey ; AMLH, FA FF 90 : Archangé présent au Havre à l’h (...)

25De Rochefort-en-Yvelines, où il veille à l’édification du château pour Charles-Louis-Gaspard de Rohan24, l’architecte à la fois inquiet et vexé, adresse, le 19 septembre 1787, une lettre un peu sibylline au gouverneur de la ville, le comte de Buzançois, « aux bontés duquel il est accoutumé ». Il sous-entend, mais cette assertion est pour l’instant invérifiable, que les travaux ne correspondent pas vraiment à ce qu’il avait proposé, à cause de nouvelles démarches de M. de Neuville et de Mlle Montansier25. Pendant son séjour au Havre en juillet, il a pourtant procédé à un procès-verbal de visite avec tous les artisans26, et La Millière, Maussion et les ingénieurs des Ponts et Chaussées sont venus.

Figure 105 – « Le Havre 1786. Fragment de plan de la Place de Louis XVI où sont marqués les emplacements concédés au Sr Neuville et à la Delle Montensier pour y construire une salle de Comédie. [...] Les dits emplacements ont été livrés par moi soussigné à M. de Lamblardie. Au Havre le 22 février 1786. Légier » (ADSM, minute de M. Dorey, 2 E 70/652).

Figure 106 – Projet de place Louis-XVI au Havre, sans date ni signature (BNF, bibliothèque de l’Opéra, dossier 21, « Reconstruction du théâtre du Havre ». Cliché BNF).

Figure 107 – « Plan, coupe et élévation de la salle de spectacle construite au Havre dans les années 1787 et 1789 sur portion de terrain de la Citadelle, par Archangé, Élève de l’Académie Royale d’Architecture. Cette salle fut incendiée le 30 janvier 1810. Dessiné par Archangé, gravé par Thierry neveu » (AMLH).

Figure 108 – Coupe longitudinale de la salle de spectacle construite par Archanger. Ni datée ni signée (BNF, Bibliothèque de l’Opéra, dossier 21 « Reconstruction du théâtre du Havre », cliché BNF).

  • 27 Pierre Adans, Une famille caennaise à travers les siècles : les Le Cavelier, Caen, [s. n.], 2002.
  • 28 ADSM, 2 E 70 660. Voir, pour les détails, A. Lemonnier-Mercier, La Comédie de Jean-Louis Ar change (...)

26Peu de témoins ont parlé de l’édification de la salle de spectacle ou des travaux de la place. Cependant, en avril 1787, la jeune Jenny Cavelier, originaire de Caen, témoin de la construction, ajoute à la fin d’une lettre à ses frères « qu’on fait une nouvelle Comédie ici dans le chemin de la citadelle ». Cet événement « qui passionne les Havrais » est confirmé par son frère Auguste qui précise que cette « superbe Comédie sera plus grande que celle de Bordeaux27 ». Car les travaux avancent au long des années 1788 et 1789, malgré de très graves problèmes de paiements, et l’entreprise hasardeuse s’achève par l’ouverture, réussie, de la salle, le 22 octobre 178928.

  • 29 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. 75.

27On ne connaît que peu de représentations ou de descriptions de la salle de spectacle d’Archanger. Gaillard évoque sobrement la Salle de spectacle construite en 1787 : « On commença la construction de la Salle de Comédie à l’entrée de la citadelle sous la conduite d’Archangé architecte de Paris. » « Cet ouvrage fut terminé en 1788 », ajoute-t-il de mémoire29. Son dessin, le seul qui ait été fait par un contemporain, permet de reconnaître l’édifice, semblable aux Plans, élévations et plan du terrain joints au traité pour la construction d’une salle de spectacle au Havre du 10-11 juillet 1787 et à ceux qu’Archangé lui-même a fait graver après l’incendie de 1810.

Figure 109 – « Élévation sur la place, élévation sur la rue. Certifié la présente copie conforme à l’original arrêté et approuvé par M. De Crosne intendant de la généralité de Rouen. À Paris ce 3 juillet 1785 Archangé. Vu par nous intendant de la généralité de Rouen ce jour d’hui 29 juin 1785. De Crosne pour copie » (AN, Seine Maritime, N III, 2915 335).

  • 30 AN, Et. LI 1192 : « Ouvrages de sculpture de Monier ».
  • 31 AMLH, FA FF 71, le 23 novembre 1787. Nous avons traité des dispositions intérieures de la salle de (...)

28Incontestablement, des modifications importantes ont été apportées depuis 1785 à l’élévation et à la disposition de la façade (fig. 109). Alors que les dessins de 1785 montrent un monument conséquent, haut de trois étages, ils n’en présentent plus que deux en 1787 ; l’attique a disparu. De plus, il a perdu en largeur : les deux hautes entrées latérales cintrées encadrées de fenêtres à impostes ont disparu ; il ne reste plus que les fenêtres. Le même traitement a été appliqué à l’avant-corps central, qui garde ses cinq travées, mais où trois ouvertures cintrées de l’avant-corps, de même dimension, remplacent l’alternance. Des points de détail ont aussi changé : les lucarnes du toit n’existent plus et seuls les frontons des fenêtres centrales sont triangulaires. Par contre, la figure symbolique de l’emmarchement du frontispice a été rajoutée, différente cependant du dessin de Gaillard où l’on ne distingue que les armes royales et une ancre. Celle d’Archanger, très certainement conforme à la réalité du devis, est composée « d’une figure, deux boucliers, l’un aux armes du gouverneur, l’autre aux armes de la ville, avec accessoires aux différents spectacles de commerce de terre et de mer30 » (fig. 107). La disposition intérieure de la salle, aussi, a été modifiée : lorsque les échevins se sont inquiétés de savoir si elle ne serait peut-être pas trop petite « par rapport à l’augmentation de la ville », le comte de Buzançois leur a affirmé qu’une salle prévue pour 1 200 personnes était bien suffisante et que « d’ailleurs quand la nécessité le commandera, les choses seront distribuées de manière à ce qu’on pourra mettre un 3e rang de loges31 » (fig. 108 et 110).

  • 32 Ibid.

29Sont-ce là les transformations demandées par Lamandé, au nom des Ponts et Chaussées, pour des raisons d’économie et de plan uniforme ? Peut-être, car le comte de Buzançois a insisté sur le fait que l’architecte « n’est que l’exécuteur des ordres », et « qu’il ne peut [...] et ne doit rien faire sans y être autorisé par le Commissaire nommé par le roi32 ».

  • 33 AN, D2 9, no 26.

30Il semble, en fait, que ce ne soit pas deux projets qu’il faille évoquer mais plutôt trois. Dans la lettre qu’ils ont adressée en août 1785 à La Millière, les « suppliants », Mlle Montansier et Bourdon de Neuville, après des considérations financières, ont abordé, dans un deuxième temps, des préoccupations architecturales. Et, s’il faut les en croire, le projet approuvé ne serait pas le premier, il aurait été précédé par un ensemble de plans et d’élévations, dont un projet de façade à colonnes que l’intendant aurait fait disparaître par souci d’économie. Enfin, conclut le document, le 29 juin, il en a adopté un où il a mis son visa en y joignant son ordonnance33.

Figure 110 – Coupe transversale de la salle de spectacle construite par Archange, ni datée, ni signée (BNF, Bibliothèque de l’Opéra, dossier 21 : « Reconstruction du théâtre du Havre », cliché BNF).

  • 34 AMLH, FM I1 9, liasse 1.
  • 35 Jean-Léonard-Marquis Cretay réside au Havre jusqu’en 1793, date à laquelle il demande un passeport (...)
  • 36 Bernard Poyet (1742-1824). Voir M. Gallet, Les Architectes parisiens, op. cit., p. 416-419 ; J.-M. (...)
  • 37 La construction de la salle de spectacle du Havre devait être connue à Marseille, dont les respons (...)
  • 38 Le Siècle des théâtres, op. cit., p. 110.

31Les élévations de la façade « à colonnes » ne nous sont pas parvenues, mais il est possible de se poser deux questions. La première concerne le Projet de bâtiments au pourtour du nouveau bassin avec la décoration à gauche de la porte un poids le Roy, à droite une salle d’assemblé34 signé de Jean-Léonard-Marquis Cretay (ou Cretey), inspecteur des travaux pour la Comédie d’Archangé35 (fig. 111). Ce dessin, signé mais non daté, qui n’est accompagné d’aucun autre document, ne pourrait-il pas être un témoignage du premier projet, une volonté de réutilisation ou de mémoire, par un architecte qui a eu connaissance des dessins ? Cette façade « à colonnes » surmontées d’un long balcon qui possède un décor au sommet conforme à la description du devis et à la gravure d’Archangé, aurait été beaucoup plus novatrice et conforme aux réalisations contemporaines. Depuis 1768, date à laquelle l’architecte Bernard Poyet36 a obtenu le grand prix de l’Académie royale d’architecture, pour son projet de « salle de Comédie pour une grande ville isolée entre deux places et deux rues », la plupart des grandes villes de province qui ont décidé la construction de leur salle de spectacle ont opté pour ce type théâtre-temple et orné la façade de colonnes : ainsi Marie-Joseph Lequeux à Lille en 1785-1787, Joseph Bénard à Marseille37 et Mathurin Crucy à Nantes à la même date38. Il aurait pu en être de même au Havre.

  • 39 Voir A. Lemonnier-Mercier, « Le Havre, “La maison de l’armateur” », art. cité.

32La seconde question concerne la réutilisation des colonnes. Pratiquement à la même date, Paul-Michel Thibault fait construire sur le quai de l'île, lieu où sont livrés la plupart des matériaux, et, bien sûr, ceux pour la salle de spectacle située en face, une maison parfaitement originale connue sous le nom de « maison de l’armateur ». La façade à colonnes, qui ne correspond absolument pas aux conventions sur les façades de maisons, et qui détonne par rapport aux autres habitations havraises, ne serait-elle pas une réutilisation ? En l’absence de documents précis, on doit en rester à émettre cette hypothèse39 (fig. 112). Mais, que ce soit dans l’un ou l’autre cas, la place, au décor uniforme, aurait eu belle allure. Par contre, contrairement à Bordeaux ou à Lyon, la Comédie, son principal ornement, ne pouvait en occuper le centre, être le point focal qui en aurait souligné l’aspect monumental en raison de présence de la porte de la citadelle. D’où une construction symétrique, à la destination totalement inconnue, mais identique, qui devait être confiée à Paul-Michel Thibault, dont le dessin de Cretay est peut-être le témoignage.

Figure 111 – « Projet de bâtiments au pourtour du nouveau bassin avec la décoration à gauche de la porte, un poids le roi, à droite une salle d’assemblée Dédié à M. le Maire et à MM. les officiers municipaux du Havre. Cretay. » Façade de la salle d’assemblée (AMLH, FM I1 9, liasse 1).

Figure 112 – Quai de l'Île et « maison de l’armateur ». Photographie, vers 1900 (CHRH, Fonds Soclet).

Figure 113 – « Élévation des bâtiments projetés pour la place de la fontaine dans la ville neuve » (AMLH, FM N3 3, liasse 1).

33La confrontation entre deux dessins, l’un conservé aux archives municipales du Havre dans un dossier sur les fontaines, l’autre conservé à la Bibliothèque nationale de France, permet de compléter les deux projets de place Louis-XVI.

  • 40 AMLH, FMN3 3, liasse 1, ni daté ni signé.

34Le premier, une Élévation des bâtiments projetés pour la place de la fontaine dans la ville neuve, au centre duquel s’élève une fontaine monumentale devant une façade de quinze toises de long, haute de deux étages surmontés d’un attique, dont la ressemblance avec celle de la salle de spectacle de 1785 est frappante, a été préparé pour l’adduction d’eau du quartier40 (fig. 113). Les vingt et une travées de fenêtres sans décor s’élèvent au-dessus d’un entresol à plates-bandes aux ouvertures alternativement rectangulaires ou semi-circulaires ; une seconde façade apparaît, séparée de la première par une rue de quarante-deux pieds de large.

  • 41 BNF, Bibliothèque de l’Opéra, dossier 21, « Reconstruction du théâtre du Havre », ni daté ni signé
  • 42 AMLH, FA BB 72.
  • 43 AMLH, FA DD 83.

35Sur le second dessin aquarellé du projet de place Louis-XVI, les immeubles n’ont plus que deux étages ; par contre, l’architecte (ou l’ingénieur' ;) a ajouté un décor de balcons au premier étage et de frontons au-dessus des fenêtres41. Au centre s’élève une fontaine rostrale dont un examen attentif permet de penser qu’elle aurait dû être en marbre, ainsi que les vasques, entourée de chaînes, surmontée d’un globe et ornée de mufles de lions : il s’agit du projet de 1787. Ce beau monument des eaux rappelle la proposition de l’assemblée générale de la ville, lors du voyage de Louis XVI, demandant au roi « d’agréer le faible hommage [...] d’une statue en bronze sur une des places de la nouvelle ville42 ». Calonne, au fait des difficultés financières havraises, proposera de la remplacer par une pyramide en forme d’obélisque, auquel le roi « consent », dont le prix n’excédera pas 24 000 livres « et qui par des inscriptions et des ornements analogues, conservera le souvenir de l’événement que les habitants du Havre ont voulu consacrer à la postérité43 ».

  • 44 AN, F14 10 236-10 242, doc. 14.

36Un autre faible témoignage du projet de place royale et du désir de la terminer est le dessin légendé Plan et élévation extérieure de laporte royale Légier 1788. C’est la nouvelle porte de la citadelle que l’on aperçoit entre les deux édifices. On y reconnaît la même élévation en arc-de-triomphe, la même corniche, et, surtout, les deux statues de part et d’autre de la large ouverture44.

  • 45 AMLH, FR R 35. Charles-Antoine Bourdon, né à Dunkerque le 14 mai 1759, est mort à Beaucaire le 2 a (...)
  • 46 Déjà une tentative infructueuse de vente des terrains avait eu lieu en 1788 : ADSM, 2 E 70 657.
  • 47 AMLH, FR G 63.

37Aussitôt après l’inauguration, la gestion des travaux et celle la salle sombrent dans la confusion ; Mlle Montansier, peut-être consciente de l’irréalisme de l’entreprise, se retire au profit de Neuville, qui lui-même confie la gérance à son neveu Charles-Antoine Bourdon45. Car les paiements, dont pourtant les détails ont l’air bien déterminés, se révèlent complètement illusoires : des procès s’ensuivent, que les difficultés politiques accentuent, les constructions d’immeubles sont abandonnées ; les entrepreneurs qui essayent de vendre les terrains, ne parlent plus de construire des immeubles46. Lors du recensement en vue du paiement des contributions foncières de 1791, l’inventaire mentionne pour le numéro G 94, « Comédie salle de spectacle ». C’est « un corps de bâtiment servant de Comédie, six appartements au rez-de-chaussée, un appartement servant de café, occupé par Le Sage, consistant en une salle et cuisine et au-dessus deux appartements occupés par M. Bourdon, au deuxième et troisième même répétition au rez-de-chaussée une boutique et une chambre47 ».

  • 48 Philippe Manneville, « Aperçu sur l’habitat du Havre à la fin du XVIIIe siècle », Recueil de l’ass (...)
  • 49 AMLH, FR O3 3.

38Aucune autre construction ne s’élève dans le quartier, aucun épicier, ni boulanger, ni mercier. Il reste pratiquement inhabité, sauf par les militaires de la citadelle48. Seule la Comédie s’élève dans le quartier inachevé qui ressemble à un vaste terrain vague. Le 26 avril 1792, lorsque Lamandé demande le dégagement des terrains pour construire l’écluse de la Barre, quatorze personnes, dont six cabaretiers, un cordonnier et un épicier, seuls habitants et tous petits commerçants, protestent vigoureusement49.

  • 50 AMLH, FR G 94.
  • 51 Le 22 octobre 1793, lors d’une représentation du Siège de Lille, « le parterre monte sur la scène, (...)
  • 52 AMLH, FR K 49.

39Le quartier, quoique mort, est néanmoins fréquenté assidûment pendant la période révolutionnaire : la population est avide de spectacles. En juin 1793, la liste que dresse Charles-Antoine Bourdon des « personnes demeurant à la salle de spectacle50 » en mentionne une trentaine, dont un contrôleur, un magasinier, un garçon cafetier et un tailleur, quatre comédiens et six comédiennes. Certes, le public est souvent turbulent et les déprédations « que l’affluence des citoyens a pu occasionner » exigent des réparations51. L’entretien laisse à désirer, les arrêtés sur la police des spectacles se succèdent, mais les Havrais viennent applaudir Brutus ou Guillaume Tell52. Ils ont du mérite car, située loin de tout, la salle n’est pas d’accès facile : seul un pont, régulièrement recouvert par la marée, permet d’y accéder.

  • 53 AMLH, FM K 3, liasse 2.
  • 54 Ibid., liasse 3.

40Le 7 novembre 1802, en l’honneur du Premier consul, venu se rendre compte des travaux du port, on y donne un grand bal pour Mme Bonaparte53. Malheureusement, le 28 mai 1810, lorsqu’il revient, empereur, avec l’impératrice Marie-Louise, il n’y a plus de Comédie54. Louise Foache, femme de l’un des plus importants négociants de la place, qui reçoit dans la « Maison de l’armateur » que Martin Foache, son mari, a achetée à la mort de Paul-Michel Thibault mentionne dans son journal le 28 janvier 1810 :

  • 55 AN, journal de Louise Foache, archives privées BégouenDemeaux, AP 442 carton 16. Texte dactylograp (...)

Grand spectacle où a joué Mlle Rouxellois. Mon mari tut à la première pièce [...] et revint à ma petite assemblée où je n’eus que Mme Foache et Begouen. À une heure et demie, madame Quesnel me réveilla. Le tocsin et la générale annoncèrent le feu de la Comédie qui y était tellement embrasée par les combles que l’on ne put y porter remède. M. et Mme Bourdon y ont perdu la vie consumés dans les flammes55.

  • 56 AMLH, FM I 17, liasses 4 et 5.

41Effectivement, pour une raison inconnue, un incendie s’est déclaré dans la salle de spectacle, dont il ne reste plus, au matin, que des murs noircis. Les rapports de l’ingénieur des Ponts et Chaussées Alexis-André Haudry permettent de penser qu’elle aurait pu être sauvée, mais en a-t-on eu le désir ? Une tempête fait tomber les restes en novembre, les terrains sont jonchés de gravats, on déblaie les matériaux, puis le quartier est pratiquement abandonné56.

42Cependant, pendant plusieurs années, la salle de spectacle figure toujours sur certains plans de la ville.

  • 57 Le Havre d’autrefois, op. cit. Cette dénomination « théâtre des barres », donnée au XIXe siècle , r (...)

43En 1865, toute cette partie de la ville est condamnée. De nouveaux agrandissements, au moment de la démolition des fortifications, sont prévus au nord, tandis que, sur les vestiges de la citadelle, le creusement d’un bassin est décidé. Alexis-Guislain Lemale le constate et le justifie en 1883 : « On pensait pouvoir étendre les constructions vers le fond de l’avant-port. Cette tentative, renouvelée plusieurs fois, a toujours été infructueuse : la population du Havre a montré de tout temps la plus grande répugnance à passer les ponts, sauf pour les besoins urgents des affaires de la journée. Cependant le théâtre des Barres n’était pas très éloigné et il eut ses habitués précisément à l’époque où les classes moyennes prenaient le plus le goût de la scène. Aussi mérite-t-il d’être rappelé aujourd’hui que son emplacement ne se reconnaît plus, occupé qu’il est par les écluses et le bassin de la Citadelle57. »

  • 58 Friedrich Gilly (1772-1800) étudie l’architecture avec son père David Gilly qui travaille pour Fré (...)
  • 59 Horst Riemer, Friedrich Gillys Verhaeltnis zum Theaterbau, thèse, université de Berlin, 1931. La f (...)
  • 60 « Mesures extérieures : largeur 26,75 ; foyer : longueur 14,30 m, largeur 4,70 m ; salle : profond (...)
  • 61 Ibid.

44La Comédie d’Archangé, édifice peu connu, a fait l’admiration de Friedrich Gilly, architecte prussien qui, en 1797-1798, avait entrepris un voyage en France et en Angleterre afin de s’imprégner de l’esprit de l’architecture française et de proposer un projet d’Opéra pour Berlin58. Il en a rapporté un ensemble de croquis de théâtres parisiens (seize, dont l’Odéon, l’Opéra, le Théâtre des variétés et le théâtre Louvois), mais aussi celui du Havre où il a fait un court séjour. D’après Horst Reimer, dont la thèse sur Gilly date de 1931. « sa feuille de croquis donne une représentation extrêmement soignée59 ». Grâce à lui, nous connaissons toutes les dimensions, en particulier la largeur de scène, 12,35 mètres, qui en fait l’égal du Théâtre français, ainsi que l’aspect général60. Gilly l’avait d’abord esquissée au crayon, puis exécutée à l’encre de Chine et lavis. « La façade est large, écrit Reimer qui a connu ces dessins malheureusement disparus, dénuée d’ornements, trouée d’un alignement de fenêtres régulières. Un avant-corps, où se trouve le hall d’entrée, occupe toute la largeur du bâtiment jusqu’à la hauteur du premier étage. Il est orné de trois arcades portées par des colonnes. Au-dessus de ce hall, on trouve un large balcon ouvert qui longe les cinq hautes fenêtres du foyer61. » La suite du texte donne une description courte de l’intérieur, rez-de-chaussée et plan supérieur, dans lequel Gilly insiste sur le fait que la salle de spectacle du Havre correspond aux plus grands théâtres parisiens.

45Cette admiration portée par Gilly dont le langage architectural est considéré comme proche de celui de Ledoux et Boullée, permet d’affirmer que le projet de place Louis-XVI, dont le caractère devait être décidé en fonction de la salle de spectacle d’Archangé (et de Lamandé) aurait conféré à cette partie de la ville un statut de modèle architectural.

Les abords du bassin du Commerce : un ensemble voué au négoce

  • 62 AMLH, délibérations FR D1 15, 28 février 1791.
  • 63 AMLH, FR O3 1, liasse 1, 13 mai 1791.
  • 64 Ibid., 12 avril 1791, « Réponse aux observations de M. Lamandé sur les travaux du Havre par Le Thui (...)

46Alors que le conseil de ville n’intervient pas pour la conception du quartier de la citadelle, lors de sa délibération du 18 septembre 1790, mis certainement devant le fait accompli (la salle de spectacle a ouvert le 21 octobre 1789), il se montre particulièrement impliqué, attentif et sourcilleux sur la disposition des îlots de terrains et la disposition des places pour les abords du nouveau bassin qui doit être consacré au commerce, en particulier dans sa partie nord. Il nomme des commissaires, dont Paul-Michel Thibault, son architecte, « qui a dirigé les changements62 ». Afin d’appuyer ses idées auprès du département, il assure qu’il s’agit de son « devoir63 » et, ses nouveaux pouvoirs lui permettant d’intervenir, il ne se gêne pas pour le faire et se dresser contre Lamandé, accusé de se préoccuper uniquement du port et sacrifier la ville64. On sent poindre les luttes d’influences favorisées par le changement de gouvernement.

47Le plan de la partie nord du bassin du Commerce, déjà déterminé sur le « plan Lamandé » ne présente pas une grande originalité. Devant le bassin, parfaitement rectangulaire, l’ingénieur a organisé un quartier de mêmes dimensions. Sur le plan présenté à Louis XVI en 1786, assez sommaire, il se présente sous la forme de petits carrés égaux. Quant à la partie sud, Lamandé propose, en septembre 1787, à la demande des représentants du commerce, quelques alignements ou réajustements entre le nouveau quai vers le quartier Saint-François.

  • 65 AMLH, FR D1 1.
  • 66 AMLH, FR O3 1, liasse 1. Il est intéressant de noter que Lamandé, en 1804, chargé par Napoléon de (...)

48L’assemblée municipale, elle, représentée par ses délégués, ne se contente pas de plans succincts et demande très précisément que l’on trace, au nord, neuf rues « allant du nord au sud » et deux rues « de l’est à l’ouest », partageant les terrains en vingt îlots. Elle insiste aussi pour que, au centre, soit prévue une seule et unique place donnant sur le quai « de soixante-dix toises de l’est à l’ouest sur cinquante-cinq toises du nord au sud compris la largeur du quai qui sera de 80 pieds », de dimensions fort respectables, 140 mètres sur 110, soit un peu plus d’I hectare, derrière un quai de 24 mètres65. Ce point va être l’objet de longues controverses. Lamandé, qui tient à son projet, s’entête et explique dans des « observations » très détaillées, que le nombre et la superficie des places, surtout réservées aux marchés, ne doivent pas permettre de réunir trop de « peuple », et que, implantées au centre des îlots de maisons, elles doivent d’autre part, faciliter l’organisation des secours lors des incendies. S’ensuivent d’âpres négociations, auxquelles se mêlent Lamblardie et Sganzin, qui soutiennent longtemps leur collègue. Mais Lamandé se rend aux raisons de la ville, objectant qu’il est cependant « essentiel (que l’unique place] ne soit pas ouverte sur le bassin » et que ce sont des « considérations majeures » qui ont fait renoncer aux deux « (pour qu’on puisse] s’y réfugier avec promptitude en cas d’événements malheureux ». Il n’en sera rien, la municipalité, regrettant peut-être sa place Louis-XVI, préférant une « belle » place « à découvert », décorée au centre d’une fontaine pour « la facilité des navires à y faire leur eau66 ».

Figure 114 – « Plan de la partie de la ville du Havre ajoutée à son enceinte suivant le plan arrêté par S. M. Louis XVI en 1787 avec l’indication des travaux de pavage exécutés jusqu’à présent et de ceux restant à exécuter Le Havre, l’architecte de la ville Debenne, 1er octobre 1823 » (AMLH, FA DD 9).

  • 67 AMLH, FM O1 1, liasse 2.
  • 68 J.-L. Harouel, L’Embellissement des villes, op. cit., p. 228 : « Largeur des rues et gabarit d’imm (...)

49Le nombre de rues, mais surtout la largeur des façades des immeubles, sont aussi âprement débattus. Lamandé, soudain inquiet pour les deniers publics, ne veut pas « mettre en rues des terrains précieux dont la vente sera d’un grand produit », ni les diviser à l’excès, ce qui « diminue la valeur des emplacements ». Les commissaires s’empressent alors de proposer dix rues transversales afin d’avoir un débouché de plus sur le bassin et présentent un Plan de distribution des masses entre le côté nord du bassin d’Ingouville et la nouvelle enceinte 1791 très cohérent. 17 îlets de 36 toises de façade (72 m) à l’ouest de la place, puis de 34 toises (68 m) à l’est, sont dessinés, séparés par des rues de 6 toises (12 m) qui donnent sur le quai de 15 toises de large (30 m), tandis que la longue rue ouest-est en mesure 7 (14 m67). Ces dimensions, si on les compare à celles imposées pour les rues parisiennes, permettent de les classer parmi les « grandes rues » qui devaient faire entre 7 et 10 toises de large68.

  • 69 AMLH, FR O1 2 et délibérations municipales, FR D1 1.
  • 70 AN, cartes et plans, F14 10 236-10 242.

50Enfin, le 21 janvier 1792, Sganzin, « ingénieur en chef des Ponts et Chaussées en cette ville », transmet à la municipalité le plan des « alignements par lui tracés sur la partie de la nouvelle ville au nord du bassin d’Ingouville », plans adoptés par Claude-Antoine de Valdec de Lessart, éphémère contrôleur général des Finances, et approuvés par le roi en décembre 1791. Ceux de la rive sud le seront bientôt69. C’est le 7 avril suivant que Lamandé envoie à Dubois un ensemble de dix-huit plans de la ville qui semblent définitifs, lui rappelant que « l’emplacement entre le bassin d’Ingouville, le bastion de Sainte-Adresse et la nouvelle enceinte » est destiné à la construction de bâtiments civils, mais que « cet objet n’est pas encore décidé70 ». Ce tracé est repris en 1823 par l’architecte de la ville Debenne dans La partie de la ville du Havre ajoutée à son enceinte suivant le plan arrêté par S. M. Louis XVI en 1787 (fig. 114).

  • 71 AMLH, FR O1 2, vente des terrains les 10 et 11 avril 1793.

51Les adjudications des terrains peuvent commencer en avril 179371, et la municipalité s’empresse de nommer les rues, les noms choisis étant bien représentatifs de l’époque qui veut honorer ses grands hommes, ses principes et... le commerce :

  • 72 AMLH, FR D1 3, délibération du 15 mai 1793.

La rue régnante le long du rempart sera désignée sous le nom de boulevard. Celle qui partage horizontalement toutes les masses, celui du marais, le quai au nord du bassin celui de la liberté, le quai du sud celui du pont neuf. La première rue verticale à l’ouest portera le nom de la chaussée, la deuxième idem celui de J.-J. Rousseau, la troisième celui de Voltaire, la quatrième celui du grand Corneille, la cinquième celui de Seine inférieure, le sixième celui de la prairie, enfin la place étant au nord du dit bassin s’appellera place du Commerce72.

  • 73 AMLH, FM N3 3, liasse 4.

52Cependant, les équipements se font attendre longtemps. Le 7 mars 1802, la poignée d’habitants, se sentant oubliés, bien qu’ils paient leurs impôts, adressent une pétition à la municipalité afin d’obtenir, enfin, leur fontaine, estimant que la section qu’ils habitent « ne mérite pas moins [l’]attention que celles qui sont entièrement habitées73 ».

  • 74 AMLH, FR N 2, lettre à Fréminville et délibération du conseil municipal de mars 1793.
  • 75 Ibid.

53Cette sollicitation vitale et parfaitement légitime est prise en considération, bien que les conflits entre les militaires (de l’autorité desquels relèvent ces terrains proches des nouvelles fortifications) et l’administration municipale (qui tient à la vitalité du nouveau quartier et voudrait avoir la maîtrise des projets), reviennent de manière récurrente. La ville avait demandé, en 1793, pour satisfaire son rêve de « belle place » à l’ingénieur des Ponts et Chaussées Fréminville une « fontaine à quatre tuyaux », isolée au centre (fig. 115). On peut penser que le projet dessiné, monument à l’architecture un peu massive, orné d’une niche semi-circulaire d’où pendent des congélations, surmontée de la devise « Liberté, Égalité, Fraternité, Justice, Humanité » est son œuvre74. Mais les atermoiements sur son implantation, et certainement aussi son coût, en ont empêché la construction, car elle a été remplacée par un édicule plus modeste, dans l’angle de la place, que le « sieur Noé » construit à ses frais « avant celle qui doit se trouver sur la place avant le bassin du commerce75 » (fig. 116).

54Plus tard, en 1818-1820, lorsque le maire demande à Boucard plusieurs autres projets de fontaines, l’architecte propose des dessins variés. Pour un « projet de fontaine publique [...] à l’ouest de la porte d’Ingouville », donc à l’angle de la rue de Paris, il dessine un petit monument, un arc de triomphe d’où l’eau coule par une gueule de lion ; puis « pour le sieur Fromage », un modeste édicule entouré d’une palissade. Sur le quai du nouveau bassin de la Barre, il prévoit une stèle sur laquelle la date est entourée d’une guirlande d’où l’eau coule, cette fois, par deux gueules de lions dans une vasque semi-circulaire On ignore le lieu où devait être implantée celle qui était décorée d’une figure d’angelot, de dauphins et d’un trident, allusions habituelles à Neptune, dieu des fontaines (fig. 117 à 119).

  • 76 AN, fonds Marine, D2 9, doc. 39.
  • 77 AMLH, FR G 63.

55Lorsque Mlle Montansier avait entrepris de répondre « aux prétendus obstacles » que l’on avait dressé devant elle pour lui faire simplifier ses plans, on lui avait rétorqué « que la décoration des façades [...] doit s’accorder avec les autres parties du plan ainsi que des maisons à construire autour du bassin du commerce76 ». Cependant, pendant fort longtemps il est impossible de bâtir sur les soixante-dix emplacements de la nouvelle section K, comprise entre la nouvelle porte d’Ingouville et la porte royale, car ils sont « couverts par les déblais du nouveau bassin », puis encombrés de baraques comme le registre de contribution foncière dressé le 8 octobre 1791 est bien obligé de le constater, ce qui justifie la demande des habitants encore en 180277.

56Malgré cela, on connaît les projets de deux architectes ou entrepreneurs pour cette partie de la ville.

57Le Projet de bâtiments au pourtour du nouveau bassin avec la décorai ton ci gauche de la porte un pouls le Roy, à droite une salle d’assemblée dédié à M le Maire et à Messieurs les officiers niunicipaux du Havre que Jean-Léonard-Marquis Cretay dessine à une date inconnue (on sait qu'il habite au Havre entre 1787et 1793) est, en fait, une ambitieuse proposition pour l’entrée de la ville et les constructions le long du nouveau bassin, au nord (fig. 120). L’architecte, qui encadre la nouvelle porte d'Ingouville entre deux salles « à colonnes », poursuit son dessin par celui d’un premier immeuble de grande ampleur, modèle, certainement, pour ceux qu’il ambitionne d’élever sur tout le quai. Cet étonnant ensemble présenté par un architecte pratiquement inconnu, montre des influences plus que surprenantes. Outre des références à Poyet et à Archangé pour les deux salles qui encadrent une porte monumentale en arc-de-triomphe, proche des portes de villes ou de citadelles du XVIIe siècle, il propose un haut immeuble étonnant. Ne doit-on pas d’ailleurs considérer ce dessin comme une élévation développée, la façade sur le bassin étant la partie centrale et les deux « ailes », celles des retours sur les rues adjacentes, les chaînes harpées très marquées soulignant les angles ? Cretay n’a pas craint d’accumuler là, sur sa façade, de multiples références : l’une à l’hôtel-Dieu de Soufflot à Lyon pour les bossages en table et les arcades du rez-de-chaussée, l’autre à la Renaissance pour les claveaux à forts bossages au-dessus des fenêtres du premier étage qui ouvrent sur un balcon à balustres en encorbellement soutenu par de lourds supports, puis deux étages aux ouvertures décroissantes surplombés par un attique cachant le toit digne d’un élève de Ledoux. Qu’aurait donné cette masse énorme, sans homogénéité, face au quai ? L’ensemble de ce projet, provocation au « bon goût », mérite peut-être l’oubli dans lequel il est tombé.

Figure 115 – La fontaine à quatre tuyaux : liberté, égalité, fraternité, justice, humanité (AMLH, FR N 2).

Figure 116 – « Plan coupe et élévation d’une fontaine publique provisoire située à l’angle nord-est de la place publique dans la ville neuve autorisée par l’administration municipale. Présenté au Havre le Ier décembre 1806 » (AMLH, FM N3 3, liasse 4).

Figure 117 – Fontaine prévue à l’angle de la rue de Paris, devis de Boucard, 24 mars 1818 (AMLH, FM N3 3, liasse 4).

Figure 118 – « Plan et élévation d’une fontaine publique à construire à Saint-François sur le quai de la Barre en face de l’axe du milieu de la rue Dauphine. Présenté à Monsieur le maire de la ville par le sieur Boucard architecte le 22 septembre 1820 » (AMLH, FM N3 3, liasse 6).

Figure 119 – Fontaine aux tritons (AMLH, FM N3 3, liasse 1).

Figure 120 – « Projet de bâtiments au pourtour du nouveau bassin avec la décoration à gauche de la porte, un poids le roi, à droite une salle d’assemblée... », déjà cité (AMLH, FM I1 9, liasse 1).

Figure 121 – « Élévation des façades des maisons projetées pour les quais du bassin d’Ingouville au Havre. 1790. Par Lathuille Entrepreneur de travaux. » Porte d’Ingouville entre les immeubles (AMLH, FM I1 9, liasse 1).

Figure 122 – « Ville du Havre, 1809. No 1. Plan général de la ville du Havre relevé d’après l’arrêté de M. le Préfet de Rouen en date du 25 mai 1809 sur échelle 1/2 m pour m, par le Sieur Boucard architecte de la ville d’après les ordres de Monsieur le Maire. » Ce plan est certainement l’ébauche du plan terminé en 1826 (AMLH, FM O1 1, liasse 10).

  • 78 Werner Szambien, Jean-Nicolas-Louis Durand 1760-1834. De l’imitation à la norme, Paris, Picard, 18 (...)
  • 79 Jacques-Guillaume Legrand et Charles-Paul Landon, Description de Paris et de ses édifices avec un (...)
  • 80 W. Szambien, op. cit., p. 115 et 210.

58Le second projet, signé de l’entrepreneur Pierre-Armand Lathuille, est plus conforme à ce « bon goût ». Son Élévation des façades des maisons projetées pour les quais du bassin d’Ingouville au Havre 1790. Par Lathuille entrepreneur de travaux est un long dessin aquarellé de plus de 5 mètres de long (fig. 121). C’est une suite, d’est en ouest, de neuf immeubles identiques de vingt-cinq travées de façade sur trois étages, surmontés de greniers, et de deux plus étroits, de seulement treize travées à l’est, de chaque côté de la rue de Paris qui aboutit à la nouvelle porte d’Ingouville. Le dessin, d’une grande précision, est animé de personnages et de bateaux. De plus, entre chaque ensemble, apparaît un élément du paysage de la côte d’Ingouville. Dans ce même dossier, un dessin, qui porte la mention « Élévation double du grand dessin » permet de l’identifier comme le brouillon de cet ensemble. Les colonnes doriques des immeubles du quai « de la liberté » que propose Lathuille sont rigoureuses, et cette longue suite de façades à serliennes aurait été du plus bel effet. Sa ressemblance avec « l’archétype » des façades antérieures édifiées tant en France qu’en Italie, la place San Carlo de Turin, permet de considérer le projet du Havre comme une étape vers des réalisations prestigieuses, comme la rue de Rivoli à Paris. Sans aucune ressemblance avec l’architecture traditionnelle havraise, elles auraient renouvelé l’image de la ville et l’on aurait pu parler d’une « architecture havraise » inspirée par l’Italie ; il est bien dommage qu’ils n’aient pas été réalisés. On sait que Lathuille, collaborateur de l’architecte visionnaire Etienne-Louis Boullée, a connu des déboires au Havre et que sa probité a été mise en question, des difficultés financières s’étant rapidement révélées. Est-ce une des causes de l’inachèvement de la « maison Lathuille » datant justement de 1788 ? Cette hypothèse, émise par Werner Szambien78, permet de rappeler que Lathuille, a été propriétaire d’une maison à Paris sise dans le faubourg Poissonnière, construite par Jean-Nicolas-Louis Durand dont il était proche, lequel proposait des façades « italianisantes » issues de son admiration pour Rome et pour Turin, et attaquait l’ordre ionique, lui préférant le dorique sans base79. Il est intéressant de noter, comme le fait Werner Szambien, que Durand était proche de Sganzin, alors responsable des travaux du Havre, puis professeur à l’École polytechnique par l’intermédiaire de Lermina son administrateur80.

  • 81 Le bassin du Commerce reçoit ses 7 premiers navires le 14 septembre 1791 (AN, F14 728).
  • 82 AMLH, FR F1 85.

59Bien que les ingénieurs des Ponts et Chaussées s’affairent et que le bassin soit ouvert à la navigation en 179181, les aménagements de ce nouveau quartier tardent : les événements politiques et la complication des rapports entre les administrations en sont la cause. Bien que l’ingénieur des ponts et chaussées Achille-Nicolas Isnard ait envoyé des plans en 1792, que Sganzin ait assuré qu’il a besoin de nombreux adjoints, chefs de bureau, dessinateurs et commis (1794), que Girard ait exécuté le tracé de la rue de Paris (1796), aucun bâtiment ne s’élève, et, pour Jean-Baptiste Lapeyre qui reprend en 1798 la direction des travaux, l’affaire de la construction de ce quartier est mal engagée au moment où Girard part pour l’expédition d’Égypte. Le dénombrement de l’an VII (1799) dans la section K ne mentionne que 406 habitants (112 hommes, 99 femmes, 101 garçons, 93 filles et un seul défenseur de la patrie vivant) pour seulement quatre-vingt numéros d’implantations privées, boutiques ou ateliers, et le principal souci de Boucard est toujours en août-septembre 1802 de débarrasser le quartier K de ses gravats82.

Figure 123 – « Plan général du parc aux bois de la marine du roi au Havre avec projets de divers magasins pour conserver deux milliers de pieds cube de bois » (AN, fonds Marine, D2 9, no 376).

  • 83 AN, F13 218 A, « Documents relatifs au voyage de l’Empereur ».
  • 84 AMLH, FM I1 9, liasse 2.

60Ainsi en témoigne l’État du port du Havre pour faire connaître les ouvrages exécutés depuis l’an II jusques et y compris 181083 de Lapeyre, demandé par Napoléon, qui ne comporte aucune construction dans les nouveaux quartiers, moins que celui de Boucard, qui correspond au plan napoléonien terminé en 1826 (fig. 122). En 1818, quelques parcelles sont occupées, cependant, il faut attendre encore pour voir ce quartier construit pour le commerce, mais de manière non uniforme84.

Le quartier de la « Mare aux mâts » ou comment agrandir la ville aux dépens de la Marine

61Lorsque le conseil général de la commune, le 18 septembre 1790, a constaté que la « mare aux mâts » et le parc de la Marine, d’une superficie non négligeable, 37 000 toises, soit le tiers de la ville nouvelle, se trouvent maintenant, du fait de l’agrandissement, à l’intérieur des fortifications, il n’a pas hésité un instant à imposer le tracé d’un vaste quartier qui apparaissait jusqu’alors en tracé léger sur les plans. Il s’agit même de la partie la plus détaillée et ambitieuse du rapport, programme urbanistique dont l’introduction est claire :

  • 85 AMLH, FR D1 1, 18 septembre 1790.

Continuant l’examen et discussion du dit plan a délibéré qu'il sera demandé que l’emplacement servant maintenant de parc de la marine fasse partie de la nouvelle ville enveloppé nord et ouest de trois bastions et deux courtines et donné conformément au plan arrêté. Que ce terrain, qui se trouve à l’ouest de la rue Neuve Saint Michel, sera divisé en sept rues de l’est à l’ouest et en sept du nord au sud qui formeront quarante îlots et quatre places85.

  • 86 AN, fonds Marine, D2 8.
  • 87 AN, fonds Marine, B3 781.

62Le problème est d’importance et l’on peut considérer qu’il s’agit d’une véritable appropriation. Depuis 1751, une grande partie de cet emplacement appartient en effet à la Marine royale, à laquelle il a été cédé par bail par Mathieu de Clieu de Derchigny, intendant de la Marine au port et département du Havre86. On y conserve des centaines de troncs destinés aux vaisseaux des chantiers navals de Brest ou de Lorient provenant de plusieurs régions de France (Flandres, Picardie, Champagne, Normandie), mais aussi des pays du Nord, Le Havre servant de relais pour ce commerce fructueux87. Par exemple, en 1787, on y compte 218 mâts du Nord, provenant de Riga ou de Saint-Pétersbourg en réserve dans la fosse, ce qui représente 56 937 pieds cubes soit 284 mètres cubes, destinés à Brest. On comprend que la Marine ait toujours estimé être le légitime propriétaire et affirmé en disposer sans ambiguïté.

  • 88 AMLH, FA DD 7, lettre patente du 31 décembre 1777.

63Il s’avère donc difficile de le revendiquer, d’autant que sur un autre emplacement, des armateurs et négociants déposent des tas de bois à brûler qui gênent sur les quais et peuvent provoquer des incendies88.

  • 89 AN, fonds Marine, D2 9, lettre de Mistral du 30 janvier 1781.
  • 90 AN, fonds Marine, D2 9.
  • 91 ENPC, ms. 3082.
  • 92 Annales, p. 193.

64En 1781, Castries, aussitôt après sa nomination au ministère de la Marine, a demandé à Cessart, par l’intermédiaire de Mistral, d’y prévoir la construction de vingt hangars pour protéger les 20 millions de pieds cube de bois « dont on a besoin pendant les guerres ». Le devis d’Hubert est arrivé rapidement, ainsi que le plan de l’ensemble, puis les coupes et élévations des bâtiments89. Mais, devant l’ampleur de ce « projet ambitieux », approuvé par Guillaume Liberge Granchain de Senerville, alors officier de Marine, qui sera bientôt directeur des ports et arsenaux, « on » a décidé que le travail sera exécuté progressivement en commençant par les trois les hangars de la lettre F90 (fig. 123). Par la suite, les avis du ministère de la Marine sur les transformations dues au projet de la nouvelle ville n’ont jamais été négligés : Castries a participé à diverses délibérations et donné son avis tant en 1781 (pour le plan de Cessart) qu’en 1783 (celui de Dubois). C’est lui aussi qui a demandé à Bossut de se joindre à la délégation d’académiciens des sciences91 et il est même venu au Havre en 178492. Ensuite, il n’avait plus reparlé des aménagements de cette partie de la ville qu’il semblait avoir oubliés, jusqu’en 1787, lors de la mission de Bourdin, qui avait conclu de conserver le port dans son état.

65Un an plus tard, les 6 juin et 10 octobre 1788, sur ordre de Athanase-Louis-Marie de Loménie, comte de Brienne, éphémère secrétaire d’État de la Guerre, se tiennent deux réunions du conseil de la Marine, auxquelles participe La Millière pour les Ponts et Chaussées, dont le but est, sans aucun doute, de confirmer la mainmise sur ces terrains de la Marine royale et d’y envisager des aménagements nouveaux. C’est dire que les « prétentions » de la commune, en 1790, ne vont pas être accueillies avec compréhension, l’administration de la Marine entendant bien garder la mainmise sur cet emplacement.

66Un ensemble de plans, pour la plupart non datés, présentés entre avril et novembre 1788, témoignent de la propriété de la Marine, mais aussi des atermoiements sur l’organisation du site et permettent de juger, non de l’état d’avancement des travaux, mais de l’art des ingénieurs, de leur réflexion, de leur imagination et de leur souci d’organisation qui, affirme-t-on, permettra de rendre plus cohérentes les manœuvres et plus sûre la conservation des bois.

67Le premier (fig. 124), assez succinct, donne déjà une idée de la rationalisation de l’ensemble. On réserve la partie nord à des casernes le long d’une nouvelle corderie (celle de Saint-François vient d’être démolie) et l’on regroupe les différents bâtiments, magasins pour la mature, le bois, les bordages et les vivres, le long d’un canal qui permet d’acheminer les bois vers le nouveau bassin du Commerce aux angles biais. Sur le second, on a tracé un quartier d’habitations sur la surface centrale en conservant toutefois une partie pour la marine du roi derrière des parcelles bien régulières de 956 toises de superficie au total (fig. 125).

  • 93 Note manuscrite : « Plan qui a été envoyé par M. Mistral et aux dispositions duquel ont été substi (...)

68Le troisième, Plan relatif à l’établissement d'une nouvelle fosse aux mâts et d’un atelier pour la mature, serait l’œuvre de Mistral, envoyé en vue du conseil de la Marine du 8 juin 1788. Les îlets de maisons ont disparu et le parc aux bois occupe tout l’emplacement, où une fosse aux mats est creusée exactement dans l’axe du bassin du Commerce. La corderie est placée le long du rempart ouest et, au nord, on prévoit l’édification de casernes93 (fig. 126).

  • 94 « Comme les nouvelles constructions indiquées sur ce plan telles que les corderies, les magasins a (...)

69Le quatrième qui ne propose plus aucun projet de quartier, replace la corderie au nord, reporte les hangars et les ateliers le long d’une fosse et prévoit un magasin aux vivres dans l’axe du bassin94 (fig. 127). Sur le cinquième, lui aussi « réalisé sur les lieux », version plus achevée que le précédent, on découvre en outre un grand corps de casernes près de la porte d’Ingouville. Les dispositions sont toutes prévues : les plans du canal, les élévations des hangars, des casernes et du magasin aux vivres, dont la façade classique n’est pas sans ressemblance avec celle du prétoire, se trouvent dans les dossiers (fig. 128). Un grand dessin, anonyme, présente tous les bâtiments à construire le long du canal et de la fosse, les hangars et l’atelier de la mâture depuis le bassin jusqu’au rempart. La mention manuscrite au dos (« Voyez les comptes rendus au conseil de la marine du 6 juin et du 10 octobre 1788 ») permet de dater approximativement, mais les devis manquent (fig. 130).

Figure 124 – Projet de quartier sur l’emplacement du parc aux bois. Au verso : « Plan des constructions projetées pour l’établissement d’un parc aux bois couvert atelier de mâture » (AN, fonds Marine, D2 9, no 380).

Figure 125 – Projet de quartier sur l’emplacement du parc aux bois. Au verso : « Plan des constructions projetées pour l’établissement d’un parc aux bois couvert atelier de mâture corderie etc. » (AN, fonds Marine, D2 9, no 379).

Figure 126 – Port du Havre, « Plan relatif à l’établissement d’une nouvelle fosse aux mats et d’un atelier pour la mature ». Avec un « projet de casernes » et « fosse proposée pour 1 000 mats depuis 6 à 7 pouces jusqu’à 30 pouces de grosseur » (AN, fonds Marine, D2 9, no 378).

Figure 127 – « Le Havre 1788. Dispositions projetées par la marine dont le tracé a été fait sur les lieux et par ordre de M. le comte de Brienne en date du Ier novembre. Légier. » « No 4 : copie jointe à la lettre de M. Légier à M. le comte de Brienne en date du 25 novembre 1788 ; voyez les rapports faits au conseil de la marine les 6 juin et 10 octobre 1788 » (AN, fonds Marine, D2 9, no 381).

Figure 128 – « Le Havre 1788. Dispositions projetées par la marine dont le tracé a été fait sur les lieux et par ordre de M. le comte de Brienne en date du 1er novembre » (AMLH, FA EE 77).

Figure 129 – « Plan du Havre avec le projet des ouvrages pour l'amélioration du port et l'agrandissement de la ville proposé par les Ingénieurs des Ponts et Chaussées et approuvé le 2 février 1787. Ce projet est celui que l’on exécute » (musées historiques du Havre © MH-LB).

Figure 130 – Dessins des hangars, ateliers et magasins ainsi que du canal à prévoir sur l’emplacement du parc aux bois. « Voyez les comptes rendus au conseil de la marine du 6 juin et 10 octobre 1788 » (AN, fonds Marine, D2 9, no 377.

  • 95 AN, fonds Marine, D2 9.

70Donc, par la volonté de Brienne, la partie ouest de la nouvelle ville doit rester dévolue à la Marine royale et le ministre semble prêt à réaliser le nouvel ensemble. On retrouve d’ailleurs sur certains « plans Lamandé » les projets de Brienne : « X : chantiers, magasins pour la Marine ; f : casernes. » Ce qui tendrait à prouver qu’en 1787 il n’était nullement question d’y construire un nouveau quartier et que la date « 1787 » est trompeuse : les contestations datent bien de 1790. De son côté, Légier, malgré des réserves sur les droits de la Marine, semble accepter le principe de tous ces travaux, mais répond prudemment en insistant sur les difficultés financières95 (fig. 129).

  • 96 AN, F14 728, « Mai 1789 : Le Havre. Observations sur ce port. Résumés du compte rendu à M. le Maré (...)

71Après novembre 1788, on ne trouve plus aucune trace de courriers sur ce projet de Brienne, disgracié le 28 novembre 1788, pas plus que de son successeur Louis-Pierre Chastenet de Puységur, qui ne reprend rien. Par contre, en 1789, un témoignage sévère de César-Henri comte de La Luzerne, qui a succédé à Castries à la Marine, rapporte que L'instruction secrète donnée par M. de Castries au commissaire départi voulait, en janvier 1787, ôter au Havre son statut de port de la Marine royale et proposait « de l’assimiler [...] à Dunkerque et Bordeaux où, en temps de paix, il ne se fait pas de construction pour le roi », d’y supprimer l’administration, d’en retirer les paquebots et de « n’y ordonner aucune construction ». On peut se demander si tel n’était pas le but de la mission de Bourdin, Mandar et Dobilly. Car la conclusion de L'instruction secrète est rude pour la ville et le port : « Ce port est à peu près nul pour la Marine du roi en temps de paix et il l’est absolument par sa position en temps de guerre pour le commerce [...] il semble que tout invite à le céder. Le premier avantage est dans la réduction des frais de l’administration actuelle, la suppression de 23 maîtres d’ouvrages entretenus, la solde de 2 gardiens suisses et portiers et 4 archers [...] suppression de 20 journaliers employés toute l’année. On économise 3 000 livres du loyer de l’ordonnateur et les dépenses de l’administration seraient réduites96. »

72Ces dispositions n’étant pas de son goût, la municipalité envisage donc, en vertu de son nouveau pouvoir dû au changement de régime, de contester tout et, le 18 septembre 1790, d’englober les terrains de la Marine dans ses délibérations et sur le plan afférent, Parc aux bois de la Marine, mâture, forges, tonnellerie, menuiserie et poulieurs, corderie, goudronnerie, formes et cales, canal.

  • 97 Ibid., liasse 13, 5 octobre 1791.

73Vont s’ensuivre, pendant des années, des courriers, des réunions, des mémoires entrecroisés, soutenus ou non par des ministres ou encore par des ingénieurs et des scientifiques et, bien sûr, par des négociants ou des personnalités rattachées au négoce. Personne ne manque d’arguments sur l’utilité et l’agrément du canal, en fait plus ou moins abandonné depuis un demi-siècle, qui doit permettre le commerce avec les départements. On a de grands projets pour lui : « On le verra bordé de maisons, de jardins et de maisons de plaisance, couvert de barques qui représenteront une petite Hollande97. »

  • 98 AN, D2 9, no 464 et AMLH, FR H2 132.
  • 99 AN, F14 729.
  • 100 AMLH, FR H2 132. Les experts sont Eyriès et de Gaulle.
  • 101 Ibid.

74Le 1er juin 1792, la municipalité, se fondant sur la loi du 20 mars 1791 relative à l’affectation des établissements de la Marine, qui leur impose « en quelque endroit qu’ils soient », « un lieu exclusivement affecté98 », repropose, lors de sa délibération, le transfert des bois et des chantiers, au moins partiellement, vers le canal. Ses arguments, tant relatifs aux finances qu’à la sécurité, sont repris lors d’une conférence au Havre, le 14 juin, à laquelle Gaspard Monge participe99. Le procès-verbal rappelle les plans de 1788, mentionne que Le Havre doit toujours être « port de construction et port de la Marine nationale [...] mais toujours rangé dans les ports de Commerce100 ». Toutefois, comme il serait « déraisonnable » de ne pas penser à la défense de la ville, on garde l’idée des casernes à l’intérieur mais on demande instamment le transfert de tous les autres établissements, dont de Gaulle dresse un nouveau plan. La grave question reste de décider de quel côté on construira, certains (Dubois et Sganzin) préférant la rive gauche, d’autres personnalités, dont Monge, décidant la commission à opter pour la rive droite et affirmant « qu’une exécution est non seulement possible mais encore très désirable101 ».

75Ces projets restent lettre morte. Lorsque les événements révolutionnaires, les changements administratifs ou l’urgence de travaux plus immédiatement indispensables (comme le creusement du bassin du Commerce) puis les assauts de la marine anglaise, désorganisent la vie havraise, on oublie toutes les idées de déplacement des bâtiments de la Marine.

Ville déclose, ville enclose : reconstruire les fortifications

  • 102 SHD, Génie, 3 Yd 2710, dossier Maréchal de camp de Charles Le Beuf.

76Malgré les rapports catastrophistes de Vauban en 1699, puis de Le Cloutier, Dutrou de Villetang et de Caux en 1748, l’entretien des fortifications est totalement négligé. On aurait pu y penser en 1776, lors du passage « à la Finance » ou encore lors de la rédaction du mémoire-plaidoyer de l’ingénieur en chef des fortifications Le Beuf, envoyé à la cour le 3 juillet 1777, qui y témoigne de son amertume : « Ces messieurs dans les vues de leur commerce ne voient que l’argent qu’ils en retirent dans le moment actuel, et jetteraient les plus grands cris, si faute de défense, ils se voyaient exposés à perdre dans un moment le fruit de leurs soins et leur fortune102. »

  • 103 ADSM, C 699, 15 juin 1781.
  • 104 SHD, Marine, DD2 831, dossier Thibault.
  • 105 ADSM, C 699, 10 octobre 1784.

77En 1781, lorsqu’on envisage, enfin, des travaux importants, aucun candidat ne se présente « pour prendre la totalité de [l’]adjudication103 ». On en reste donc encore aux réparations urgentes jusqu’au 4 juillet 1782, lorsque Louis XVI « fait le sacrifice » de la citadelle, et qu’il insiste sur la nécessité de la défense, le mauvais état de l’enceinte, « son mauvais tracé », et sa « caducité », qui font que la ville « ne tiendrait pas contre quelques volées de canon ». Les ingénieurs du Génie dans un premier temps n’envisagent que la démolition d’une partie de la citadelle, accompagnée d’une restructuration des murailles existantes, un « raccord » à l’est : ils ne pensent pas à une reconstruction totale. À partir de mai 1783, rapidement, ils font couper les arbres des murailles, transférer les déblais pour former des chaussées pour les charrois ou combler les mares des briquetiers. Dans le même temps, on commence les nouvelles digues, et, à l’entrée du port, on abat la tour Vidame qui gène l’élargissement104. Sur proposition du maréchal de Ségur, en 1784, Paul-Michel Thibault emporte la plupart des marchés de « tous les ouvrages de fortification et de bâtiment (...) à la citadelle, la tour François Premier, aux écluses, épis », tant pour « les réparations et achèvement des anciens que pour la construction à neuf », pour une durée de trois ans. Il ne s’agit pas encore de l’extension du plan Lamandé, mais le contrat (en 120 points) est déjà considérable. De Crosne, intendant, signe l’acte dont on peut comprendre qu’il s’agit d’une prolongation de celui par lequel l’architecte de la ville a déjà obtenu les marchés précédents, soit avant sa nomination officielle105.

  • 106 Annales, p. 217.
  • 107 AMLH, FR O31, liasse 1.
  • 108 ADSM, C 204.

78Lorsque des bruits courent, en novembre 1785, de « conduire la nouvelle enceinte du côté du nord beaucoup au-delà du bastion de Saint-Michel [...] en conséquence d’abattre la porte d’Ingouville106 », l’entreprise prend une tout autre envergure, surtout en juin 1786, après sa présentation à Louis XVI. C’est alors que Lamandé jugera que la hâte a empêché une réflexion plus intéressante et regrettera qu’on n’ait pas pensé à une plus grande extension de la ville : dans le cas présent, écrit-il, il ne s’agira que d’un « raccord107 ». Mais, sans attendre l’arrêt du Conseil du 5 août 1787, aussitôt, des équipes d’ingénieurs, sous la direction de Légier, s’affairent aux arpentages sur les terrains d’Ingouville et de Sanvic, au nord des fortifications, aidés de Boucard et PaulMichel Thibault qui se préoccupent de la collecte des fonds à engager pour indemniser les habitants108. Pendant cinq ans, de 1786 à 1793, les ingénieurs et architectes ne cesseront de dresser des cartes et de longues listes de jardins ou de hangars à démolir, suscitant les récriminations. Le Havre, devenue rapidement un immense chantier, est une ville ouverte de toutes parts. Par les brèches entrent des « gens de tous états » qui troublent la tranquillité publique, l’inquiétude gagne les habitants. Les murailles du XVIIe siècle tombent, on oublie leur triste état pour ne se souvenir que de leur gloire. Le commentaire architectural de Marie Le Masson Le Golft permet d’en garder le souvenir :

  • 109 Annales, p. 308-309.

Nos concitoyens, écrit-elle, navrée, remarquent avec déplaisir que ces nouvelles fortifications n’auront ni les cordons, ni les chaînes de pierres, ni les ailes couronnées et autres ornements ; peut-être les parapets, etc. seront-ils moins ornés que dans l’ancienne enceinte. Les briques même ne sont pas d’une belle couleur. Nos fortifications avaient encore un avantage de décoration sur celles-ci, c’était de très belles guérites de pierre parfaitement bien profilées d’un fort bon goût. Je crois qu’il n’est plus d’usage d’en faire109.

  • 110 AMLH, FRH2 9, 17 mars 1793.
  • 111 ADSM, C 699, devis du 26 juillet 1784, Légier. Ranville et Fermanville sont près de Caen, Réville (...)

79Cependant les textes des adjudications et des devis permettent de se rendre compte de la qualité des projets des ingénieurs, qui veulent choisir des matériaux de qualité, malgré le manque chronique de crédits. Les remparts seront plantés d’ormes ou de frênes auxquels un grand soin sera apporté, la maçonnerie sera en pierre de taille et les revêtements en pierres de Ranville, « en bonne liaison posées sur un bain de mortier de ciment de trois pieds d’épaisseur, [...] le mortier fait d’un tiers de chaux vive et deux tiers de sable mêlé à de l’eau douce110 ». Des navires, spécialement affrétés, doivent venir de Basse-Normandie et décharger d’abondantes quantités de pierres calcaires de Ranville ou de Fermanville, de granits de Réville ou des îles Chausey111.

80Pendant des années, les ingénieurs du Génie militaire œuvrent pour les nouvelles fortifications jusqu’à ce que la ville, en 1825, soit entourée d’une ceinture fortifiée impressionnante. Joseph Morlent la décrit soigneusement :

  • 112 Joseph Morlent, Le Havre ancien et moderne et ses environs, Le Havre, Chapelle, 1825, t. I, p. 214

La place peut être considérée comme inscrite dans un pentagone régulier. Les fortifications actuelles consistent en onze fronts et demi ; savoir deux et demi à l’ouest, quatre au nord, un au nord-est, deux au sudouest ; ils sont revêtus à l’exception des deux derniers, et leurs fossés reçoivent à peu près deux mètres de hauteur d’eau de la mer ; les maçonneries du corps de place sont généralement en assez bon état.
L’enceinte est environnée d’une enveloppe bastionnée de terre construite de 1810 à 1814 sur les quatre fronts du nord avec chemin couvert en glacis coupé précédé d’un avant fossé.
La circonférence de l’enceinte de la ville mesurée à l’extérieur des fortifications actuelles est de cinq mille six cent vingt mètres c’est-à-dire d’un tiers au moins plus forte que l’ancienne. La superficie de la vieille ville était de cent quarante mille mètres carrés, la nouvelle en contient deux cent dix mille112.

Ouvrir des portes dans la nouvelle enceinte

81La longue histoire des nouvelles portes est à l’image de celle des embellissements du Havre : une suite de projets ambitieux, d’attentes et de réalisations difficiles. On en prévoit trois, sur l’architecture, l’implantation et la disposition desquelles, le 18 septembre 1790, l’assemblée générale de la commune s’est penchée très précisément, celle d’Ingouville au nord qui doit remplacer l’ancienne porte Richelieu, une autre à l’est, la « Porte royale », puis, à l’ouest, la petite porte « des pincettes ». Disposées à des points stratégiques de l’enceinte, chacune doit donner sur une place semi-circulaire et faire l’objet d’une étude précise :

  • 113 Ibid., « Changements projetés d’après le vœu du Conseil général de la commune au plan de MM. Les of (...)

Il sera demandé que la porte d’Ingouville qui se trouvera au bout de la grande rue soit élevée en arc de triomphe (d’après le projet de M. Boullée dont copie certifiée de... et déposée aux archives de la ville) en forme d’une pyramide tronquée. L’ouverture contiendra double passage pour les voitures, et deux trottoirs pour les gens de pieds. Dans l’intérieur de la ville et à l’avant de cette porte, sera une place en demi-cercle ayant dix-huit toises de rayon.
La seconde place sera en face d’une nouvelle porte qui sera ouverte donnant sur le Perrey, sur laquelle seconde place sera construite une prison de manière que le corps de garde qui veillera à cette porte aura aussi la garde de la prison.
Le bassin sera prolongé dans la partie de l’est afin que le quai de la barre se trouve dirigé en ligne droite sur la porte Royale. En face de la dite porte et à l’est du bout du bassin du commerce sera une vaste place113.

Figure 131 – « Nouvelle porte d’Ingouville construite en 1804. » Dessin de Gaillard (BM Armand-Salacrou, ms. 1209).

La porte d’Ingouville

  • 114 AMLH, FM I1 9, liasse 1 (rouleau de 5,40 X 0,47).
  • 115 Ibid.
  • 116 AMLH, FM I1 9, liasse 2.

82Le vœu de la municipalité de demander à Boullée un plan de porte « en arc-de-triomphe [...] en forme de pyramide tronquée » peut surprendre, mais cette initiative est certainement due à l’ambition et l’influence de Pierre-Armand Lathuille, Sur son dessin Élévation des façades des maisons projetées pour les quais du bassin d’Ingouville au Havre1790.Par Lathuille, Entrepreneur de travaux, 1790, une telle porte apparaît, effectivement, entre deux immeubles, mais force est de constater qu’elle est restée au stade de rêve114. Un autre projet de porte, arc-de-triomphe énorme, de Cretay se trouve sur son Projet de bâtiments au pourtour du nouveau bassin avec la décoration à gauche de la porte un poids le Roy, à droite une salle d’assemblée115 : l’édifice, qui aurait dû dépasser 20 mètres de haut, semble absolument disproportionné par rapport aux édifices adjacents. Sa large ouverture en plein cintre à voussoirs passant un sur deux, ses chaînes d’angle harpées, les fortes corniches à modillons, le bas-relief à motif guerrier, montrent la volonté de construire un édifice impressionnant. On ne sait quels ont été, alors, les commentaires sur ces architectures grandioses, mais les difficultés financières et les événements politiques ne permettent pas de s’engager dans de telles dépenses et les font oublier. Car, si les travaux des fortifications avancent, ceux de la porte d’Ingouville sont sans cesse contrecarrés, d’une part par la mauvaise volonté obstinée des propriétaires des terrains, d’autre part par la présence de baraques précaires que personne ne veut démolir et qui « nuisent essentiellement à la décoration, [...] et aussi parce que c’est là où vont se fondre tous les cordages, fers et autres objets volés116 ».

  • 117 AMLH, FC O1 78, liasse 7.
  • 118 AMLH, FM O1 1, liasse 10.
  • 119 AMLH, FC O1 78, liasse 8. Il n’existe aucune archive sur la construction de la porte qui a été dém (...)

83La situation ne pouvant durer, et la porte au nord étant réduite à un passage entre deux murs de terre, le maire, Guillaume-Antoine Séry, insiste auprès du ministre de la guerre, le 29 nivôse an XII (20 janvier 1804) : « Tous nos concitoyens comme les étrangers qui arrivent au Havre désirent ardemment de voir cette belle entrée [...] entièrement terminée117. » Il demande des plans à Boucard118. Trois ans plus tard, la porte est terminée, le 16 juin 1807119. C’est un édifice sans emphase, de briques et pierre, simple passage donnant sur un pont-levis entre deux corps de garde qui ne comporte qu’un rez-de-chaussée ; il est surmonté d’une corniche en surplomb, entouré d’un péristyle aux solides colonnes doriques, au-dessus d’un emmarchement. C’est elle que Gaillard dessine, surmontée d’un arc-de-triomphe, ce qui tendrait à prouver que le projet de Lathuille et Boullée a été étudié et commenté (fig. 131).

  • 120 M. Gallet, Claude-Nicolas Ledoux, 1736-1806, Paris, Picard, 1980, p. 156 (« Temple prostyle à quat (...)

84Le rapprochement entre cette « barrière » et celle du bureau des fermes du chemin de Gentilly élevé à Paris par Claude-Nicolas Ledoux semble s’imposer (fig. 132). Leurs élévations présentent des ressemblances troublantes, bien que les monuments terminés soient différents. Ledoux (et Boucard) ont imposé tous deux le « mâle dorique » pour leur colonnade, et l’architecte havrais n’a pas craint de copier le maître en imposant un péristyle en équerre qui entoure totalement les pavillons. Boucard, architecte parisien, dont la carrière reste mystérieuse, a-t-il eu l’occasion de connaître Ledoux ou ses collaborateurs ? A-t-il eu l’occasion de voir la barrière de Gentilly élevée en 1787120 ?

  • 121 AMLH, FM délibérations D1 1, p. 67.
  • 122 AMLH, FM O1 1, liasse 12.
  • 123 AMLH, FM délibérations D1 1, budget de 1809, le 10 juin 1808 p. 89.

85Cependant, l’assemblée municipale du 5 septembre 1807 estime que la principale entrée de la ville, faute d’une porte monumentale, doit être complétée et décide de prendre une initiative supplémentaire121. La présentation en 1808 du budget de 1809, est l’occasion pour le maire, voulant contribuer « à l’embellissement de la ville », de proposer au conseil l’adoption d’un projet architectural et urbanistique novateur autour de la place, en accord avec celui de la porte122. Il désire assujettir les propriétaires à « bâtir uniformément » « afin de produire un bel effet et présenter une décoration agréable », en se référant à l’arrêt du conseil royal du 13 août 1754 sur les constructions, celui qui a été invoqué pour la décoration de la place du marché des Cannibales. Séry avance des considérations esthétiques : le demi-cercle de la place permet de « développer la colonnade », les habitations devant « nécessairement contribuer à la décoration de cette entrée123 » (fig. 133). L’assemblée municipale délibère avant de transmettre ses conclusions au préfet, puis au ministre de l’intérieur, avec mission de transmettre à « Sa Majesté », Napoléon :

  • 124 AMLH, FM D2 18, lettre du maire au sous-préfet le 10 octobre 1808.

Notre ville étant destinée à devenir une des principales villes de France par l’étendue de son commerce, suite nécessaire de l'accroissement de son territoire, il importe que les magistrats ne négligent aucun moyen de contribuer à son embellissement.
C’est dans cette vue que je me suis occupé à faire dresser un plan pour diriger les constructions qui ne tarderont pas à être élevées [...] afin que l’ordre [...] concordant avec la façade des corps de garde déjà édifiés décore agréablement cette principale entrée de la ville124.

  • 125 AMLH, FM délibérations D1 1, 5 septembre 1807.
  • 126 « La loi du 10 juillet en fixant les limites du domaine militaire comprenait au nombre des établis (...)
  • 127 AMLH, FM délibérations D1 1, budget de 1809, p. 90.
  • 128 AMLH, FM I1 9, liasse 3.

86Boucard est de nouveau sollicité et présente plusieurs plans de l’ensemble, mais, bien que sa proposition « remplisse parfaitement cet objet », il est toujours indispensable qu’il « s’accorde avec les conditions imposées par son Altesse le ministre de la guerre et par le directeur des fortifications dont on ne peut s’écarter125 ». En effet toute construction, en vertu de la loi du 10 juillet 1791 qui régit une place de guerre, fixe les limites du domaine militaire c’est-à-dire tous les logements affectés et nécessaires au service de l’armée, mais aussi aux bâtiments appartenant à l’état, aux provinces ou aux villes126. Ces conditions, sur lesquelles les militaires se montrent intraitables, ne peuvent qu’en retarder l’exécution. Malgré tout, le décor des façades adopté est strictement prévu, il formera « un bel effet » et une « décoration agréable ». D’une architecture « simple », analogue à celle du corps de garde, mais de « bel effet », l’ensemble doit « présenter une décoration agréable à l’entrée de la ville ». La hauteur des habitations doit être la même que celle de la place des cannibales en 1754 (« les maisons qui seront bâties à l’avenir dans la dite ville, seront élevées de trois étages outre les greniers ») mais, de plus, le décor de colonnes de l’ordre Paestum, sera dans le goût « à la grecque ». « Le rez-de-chaussée sera orné de six colonnes d’ordre Paestum formant avant corps ; entre les colonnes seront pratiquées cinq ouvertures, trois desquelles auront 2 m 76 cm (9 pieds 6 pouces) de largeur et les deux autres seulement 92 cm (2 pieds 10 pouces) aussi de largeur127. » Le projet, adopté en conseil municipal, le 10 juin 1808, contrecarré par le préfet qui ne « doute pas que [cela] contribue à l’embellissement de la ville », mais le subordonne aux indemnités à verser, au contrat avec les deux tiers des propriétaires et à la participation financière municipale, est abandonné128. Tant et si bien que, progressivement, il tombe dans l’oubli, excepté la forme semi-circulaire de la place qui a été conservée.

Figure 132 – Coupe de la porte d’Ingouville et du rempart. Ni datée ni signée (AMLH, FM O1 1, liasse 10).

Figure 133 – « No 9. Ville du Havre, 1809. Fossés des remparts de la ville, place publique. » Plan de la porte d’Ingouville et de la place montrant les emplacements des colonnes des maisons en vue d’un décor uniforme (AMLH, FM M1 2, liasse 26).

Figure 134 – « La porte d’Ingouville en 1850. Vue prise de l'intérieur de la ville. Dessin de Sadoux (musées historiques du Havre © MH).

  • 129 AMLH, FM délibérations D1 1, budget de 1809, p. 93.

87Toujours dans le même souci d’embellir de la ville et d’éviter une certaine anarchie dans les constructions, le 21 avril 1809, la municipalité, s’appuyant sur une « intention » gouvernementale, qui aurait prévu que « dans chacune d’elles, il soit dessiné un certain nombre de façades analogues au genre de construction le plus usité dans la localité », demande, toujours à Boucard, « cinq ou six façades de divers genres et grandeurs qui seront destinées à servir de modèle aux propriétaires129 ». Ces dessins, qui auraient pu servir de modèles pour les façades le long du quai nord du bassin du Commerce, n’ont malheureusement pas été conservés.

  • 130 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. [72-73].

88Deux dessins de la porte d’Ingouville, démolie en 1855, nous sont parvenus, dont l’un permet de voir les façades des maisons. Le premier est publié dans Le Havre d'autrefois par Roessler, qui affirme avoir eu connaissance, grâce à une collection havraise, d’autres projets, ignorés, « dont les décorations n’étaient pas ménagées ». Et il regrette « le style qui, comme tout ce qui se faisait sous le premier Empire [...] ramena le plan à un style simple et un peu nu, toujours dans la mémoire de nos concitoyens » (fig. 134). Le second est dû à Gaillard, sensible, lui, au coup d’œil du promeneur, d’une part vers la mer, d’autre part vers les hauteurs d’Ingouville : « 1804 [?], écrit-il, la nouvelle porte d’Ingouville et les ponts qui en dépendent furent achevés à un éloignement de 200 toises des anciens. Ce qui donne [...] un prolongement [...] à la belle rue dite de Paris qui présente deux beaux points de vue à ses extrémités, un charmant coteau à un quart de lieu au nord et une vaste mer terminée par une côte à trois lieues au sud130. »

La porte royale

  • 131 Ibid., p. [59].

89Lorsque Gaillard écrit la simple phrase : « En 1788, on bâtit la porte royale, nommée depuis porte de la Liberté, qui reprit son ancien nom pour ne plus le quitter », on le sent fier de dessiner, lui dont les penchants royalistes sont connus, une entrée de sa ville digne de ce nom131. Les documents manquent sur la construction de cet arc de triomphe monumental dans la tradition du grand siècle, flanquée de deux corps de garde donnant sur une place, qui devait devenir la principale entrée de la ville vers Rouen. Version renouvelée de la porte Richelieu, elle n’est pas sans ressemblance avec le Projet de bâtiments de Cretay.

  • 132 AMLH, copie de lettres BB 129 ; FR O3 1, liasse 1 et FR H2 9.

90Le 15 septembre 1789, Lamblardie évoque « la nouvelle porte que le département des fortifications fait construire du côté du canal d’Harfleur ». Le 12 septembre 1790, un état des bâtiments militaires mentionne sur un « vaste terrain en dehors de la porte royale, de 10 872 toises carrées de superficie », les jardins que les militaires cultivent132. Lorsque le 18 septembre, la municipalité parle de « l’urgente nécessité de déterminer la route qui doit arriver à la porte Royale », on peut penser qu’elle est achevée.

  • 133 AMLH, FR O3 1, rapport du 2 avril 1791, p. 9.
  • 134 AMLH, FR O3 1, liasse 1, pièce 8, 13 mai 1791.

91De longues discussions, dont la motivation échappe un peu, ont lieu alors entre Lamandé et la municipalité, à propos de son orientation par rapport à la prolongation des bassins, mettant en avant la notion de « coup d’œil ». Les membres du conseil municipal veulent que le bassin soit prolongé, dans la partie de l’est « afin que le quai de la barre se trouve dirigé en ligne droite sur la porte Royale [et] que le quai à l’ouest de la barre et celui du nouveau bassin du commerce [aient] leurs axes au milieu de la porte Royale ». Ce auquel l’ingénieur répond qu’il faut effectivement tenir compte de l’effet produit en passant sous la porte ; le « rayon visuel » des visiteurs curieux devant faire un angle bien précis pour avoir un meilleur regard sur les maisons du quai et surtout sur les bassins133. Le Rapport des commissaires nommés le 27 avril [1791] pour prendre communication des plans et mémoires déposés à la maison commune, en union avec les ingénieurs des ponts et chaussées, insiste encore pour que « la porte Royale [ait] une direction en droite ligne sur le quai de l’ouest du bassin de la Barre, ce qui donne à l’entrée de la ville l’agrément d’un coup d’œil superbe et en même temps l’enfilade du quai du Roi du bassin d’Ingouville134. » C’est la solution adoptée : les lignes portées sur le plan, témoignent de ces discussions ; effectivement, passant sous la porte royale, le visiteur devrait embrasser d’un seul « coup d’œil » les bassins et les maisons.

  • 135 A.-G. Lemale et C.-G. Roessler, Le Havre d’autrefois, op. cit., fascicule « Les portes de l’encein (...)

92Malgré des représentations très nombreuses, souvent fort belles, peut-être parce qu’elle satisfaisait l’orgueil des Havrais, l’utilité de la porte royale n’a pas été bien grande (fig. 135). Une rue importante arrivait de la ville, mais, beau monument un peu vain, ses accès extérieurs n’ont jamais été que de mauvais chemins. Des dessins, actuellement introuvables, d’Adolphe-Hyppolite Couveley, le premier conservateur du musée du Havre, ajoute-t-il, y auraient été conservés, qui « reproduisent assez fidèlement les détails d’architecture de ce monument, dont bien des Havrais n’étaient pas peu fiers, et qu’ils n’ont pas vu démolir sans de vifs regrets135 » (fig. 136).

93Joseph Morlent, en 1825, porte sur elle un jugement fort sévère :

  • 136 J. Morlent, Le Havre ancien et moderne, op. cit., p. 215.

La porte royale décorée de bas-reliefs d'un assez bon style, mais sculptés dans une pierre friable dont chaque jour enlève quelque partie, ressemble très peu à ce qu’elle devait être. C’est une espèce d’arc de triomphe d’une hauteur démesurée, sans profondeur, et plus digne de figurer une décoration de théâtre que sur l’enceinte d’une place forte où elle choque par le mauvais goût qui a présidé à son érection et sa fastueuse inutilité. On a logé dans ses piédroits la manœuvre d’un pont-levis qui fonctionne assez bien136.

94Douze ans plus tard, il revoit son jugement, qui reste cependant réservé :

La seule porte royale élevée en 1788, mérite d’être remarquée. Terminant une des plus grandes, des plus majestueuses perspectives que l’on puisse imaginer, cette porte monumentale [...] est ornée sur sa face extérieure de trophées d’assez bon goût, présentant la réunion assez singulière des attributs de la guerre et du commerce : la pensée de l’auteur ne peut s’expliquer que si on se rappelle que, pendant longtemps, Le Havre tut un port d’armement pour la marine royale. Le bas-relief dont le cintre de la porte est couronné est la mise en œuvre de la même idée : allégorie assez lourde qui a inspiré à un voyageur cette boutade en bouts rimés :

  • 137 J. Morlent (dir.), Le Havre et son arrondissement par une société d’artistes et d’hommes de lettre (...)

Ces emblèmes sur tes remparts
Semblent défier le tonnerre ;
J’y vois le commerce et la guerre
Vainement j’y cherche les Arts137.

  • 138 AMLH, FM O3 1, liasse 10.
  • 139 AMLH, FM D1 16, adjudication des pierres le 26 janvier 1856.

95A-t-il influencé la décision de la Commission spéciale d’agrandissement du Havre, réunie sous la direction de l’ingénieur des Ponts et Chaussées Charles Bérigny, qui projette un agrandissement de la ville vers l’est, le 8 février 1838, et propose de conserver la porte « comme monument après la démolition des fortifications contiguës » à l’entrée d’une grande avenue138. Cela n’empêchera pas son sacrifice, en 1856, apparemment sans états d’âme, aux agrandissements du XIXe siècle139. Elle avait pourtant belle allure, décor théâtral, effectivement, à l’extrémité du bassin du commerce, en contre-jour le matin, puis éclairée par le soleil couchant.

Figure 135 – Porte royale. Le décor représente la France casquée et armée se tournant vers l’Angleterre qu’elle montre à la Marine. Aquarelle de Léon-Auguste Asselineau (musées historiques du Havre © MH-LB).

Figure 136 – La porte royale avant 1856, date de sa démolition. Photographie (musées historiques du Havre © MH-LB).

Figure 137 – La porte des Pincettes. Dessin aquarellé sans date, signé « Pierre » (AMLH, FM I1 9, liasse 1).

La porte des Pincettes

96Ainsi, trois entrées seulement existent pour une cité fortifiée qui s’est considérablement étendue. Depuis le début des travaux d’agrandissement, tous, ingénieurs, habitants et travailleurs du port, doivent se rendre à l’évidence : les distances entre le nord (porte d’Ingouville) et le sud de la ville (porte du Perrey) imposent des parcours trop longs pour se rendre sur le rivage où la population et les chantiers sont nombreux. D’autant que la petite porte du Perrey, construite en 1601 par Hugues d’Orthenoux, lieutenant de Villars gouverneur du Havre, qui doit supporter tout un trafic important entre les ateliers de construction navale, les briqueteries et la ville, doit être souvent réparée.

  • 140 AMLH, FR O3 1, liasse 12, 23 août 1792.
  • 141 AMLH, FM Délibérations D1 2, 15 juin 1812.

97L’assemblée municipale, dans son importante délibération du 18 septembre 1790, avait assuré que l’ouverture d’une troisième porte, la porte « des pincettes », dans le front ouest, était prévue. Mais les responsables de la marine, impliqués à cause de la présence du parc aux bois, au travers duquel il fallait faire passer une rue, n’entendant pas céder un pouce sans combattre, les travaux sont sans cesse été reportés. Les tractations, à cause de cette situation compliquée, durent pendant des années. Les démarches ont cependant commencé en 1792, date à laquelle le colonel directeur des fortifications, La Barrière a demandé un dessin du quartier afin de déterminer l’emplacement et le tracé de la rue et s’est inquiété de savoir « si ces messieurs désiraient une porte simple, ou accompagnée de deux passages, pour les gens de pied140 ». En 1809, dix-sept ans plus tard, le maire rappelle le projet et, encore, en 1812, se souvient que « le plan de cette rue et de la porte ont été arrêtés par le gouvernement dès le mois de février 1782 » et demandé à Pierre-Louis Boucard141.

  • 142 AN, F21 1870.

98Selon le même principe que pour la porte d’Ingouville, la porte des Pincettes comporte deux bureaux d’octroi et deux corps de garde, encadrant un passage délimité par deux pilastres, dont l’un renferme une prison (ou violon), et l’autre le logis du gardien. L’architecte Jacques Cellerier, rapporteur du projet au Conseil des bâtiments civils, le 6 décembre 1813, la trouve « bien entendue » et d’une « décoration simple142 ». Petit monument de brique rose aux arcs de pierre blanche en plein cintre, délimitant une galerie, mais sans péristyle, elle donne sur une place semi-circulaire, comme prévu (fig. 137). Gaillard, toujours sensible au coup d’œil, la décrit sommairement :

  • 143 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. [76].

1812. du côté de l’ouest de la ville on bâtit une porte dite des Pincettes à cause d’une fontaine de ce nom qui n’en est pas éloignée. Cette porte se trouve presque en face de celle dite Royale qui est à l’est à une distance de 600 toises. Ces édifices terminèrent les extrémités des boulevards environnés de fossés à côté desquels on éleva dans la même année de nouveaux remparts et creusa de nouveaux fossés pour la défense de la ville, autour de laquelle on éleva encore un petit rempart avec un troisième fossé143.

99Devenue inutile, elle a aussi été sacrifiée, en 1865, aux agrandissements du XIXe siècle, mais une place semicirculaire gardera longtemps son souvenir.

Notes

1 P. Lavedan, Histoire de l'urbanisme, op. cit., p. 177, cité par Michel Le Moël, « Urbanisme et Lumières : les idées et les hommes », L’urbanisme parisien au siècle des Lumières, Action artistique de la ville de Paris, 1997, p. 31.

2 A. Lemonnier-Mercier, « Le premier théâtre du Havre », art. cité ; La Comédie de Jean-Louis Archanger. Extension et embellissement de la ville du Havre à la fin du XVIIIe siècle. 1785-1810, mémoire de maîtrise, Daniel Rabreau (dir), Université Paris I –PanthéonSorbonne, 1999.

3 AMLH, FA FF 71.

4 AN, Série O1 1859, 1er novembre 1773.

5 Pierre Frantz et Michèle Sajous d'Oria (dir.). Le Siècle des théâtres : salles et scènes en France, 1748-1807, catalogue de l’exposition de la BHVP, 21 mai-13 juillet 1999, Paris, Paris-Bibliothèques, 1999, p. 130 ; M. Gallet, Les Architectes parisiens, op. cit., p. 265-26S.

6 AN, D2 9.

7 AN, D2 59, lettre ni datée ni signée. Pour la salle de spectacle de Toulon, voir Le Siècle des théâtres, op. cit., p. 134.

8 AMLH, FA II23.

9 Claude-François, marquis de La Barberie, amant et protecteur de Mlle Montansier (dont la vie amoureuse est particulièrement agitée) pendant plus de 10 ans. Voir Patricia Bouchenot-Déchin, La Montansier, de Versailles au Palais-Royal : une femme d’affaires, Paris, Perrin, 1993, p. 44 et 108.

10 AMLH, FA EE 2.

11 ADSM, I B 5533.

12 P. Bouchenot-Déchin, La Montansier, op. cit., p. 157-163 ; Maurice Lever, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Paris, Fayard, 2003, t. II, p. 401-418.

13 Dossier dans AMLH, FA FF 71.

14 AN, D2 9.

15 AN, Et. LI 1192.

16 Yolande de Polastron, duchesse de Polignac (1749-1793), amie intime de la reine Marie-Antoinette, gouvernante des Enfants de France. Voir Arnaud de Maurepas et Florent Brayard, Les Français vus par eux-mêmes. Le XVIIIe siècle, Paris, Laffont, « Bouquins », 1996, p. 1359.

17 AN, D2 9.

18 Ibid. et AN, Q1 1368.

19 AN, D2 9.

20 Ibid.

21 ADSM, 2 E 70 652.

22 AN, Et. LI 1192.

23 AMLH, FA FF 71.

24 AN, T 158 36-37.

25 AMLH, FA FF 71, 19 septembre 1787.

26 ADSM, 2 E 70 654, procès-verbal de maître Dorey ; AMLH, FA FF 90 : Archangé présent au Havre à l’hôtel, chez Mahon, le 25 juillet. AN, Et/LI/1192, « Traité pour la construction d’une salle de spectacle au Havre ». Les entrepreneurs sont tous parisiens : Nicolas Géry maçon, Jean Albouy charpentier, Pierre Guillard maître menuisier, Dominique Tailland maître serrurier, Philibert Monier entrepreneur de sculpture et de marbrerie et Frédérick Moënch peintre décorateur.

27 Pierre Adans, Une famille caennaise à travers les siècles : les Le Cavelier, Caen, [s. n.], 2002.

28 ADSM, 2 E 70 660. Voir, pour les détails, A. Lemonnier-Mercier, La Comédie de Jean-Louis Ar changer, op. cit.

29 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. 75.

30 AN, Et. LI 1192 : « Ouvrages de sculpture de Monier ».

31 AMLH, FA FF 71, le 23 novembre 1787. Nous avons traité des dispositions intérieures de la salle de spectacle dans notre mémoire de maîtrise, nous ne jugeons pas utile de reprendre ici.

32 Ibid.

33 AN, D2 9, no 26.

34 AMLH, FM I1 9, liasse 1.

35 Jean-Léonard-Marquis Cretay réside au Havre jusqu’en 1793, date à laquelle il demande un passeport afin de se rendre à Paris (AMLH, FR I2 31). Il habite à un moment sur le quai de l’île no 15 (FR H2 14), ce qui le rapproche de Paul-MichelThibault qui fait construire la « maison de l’armateur » au no 17.

36 Bernard Poyet (1742-1824). Voir M. Gallet, Les Architectes parisiens, op. cit., p. 416-419 ; J.-M. Pérouse de Montclos, Les Prix de Rome, op. cit., p. 94 et 259.

37 La construction de la salle de spectacle du Havre devait être connue à Marseille, dont les responsables municipaux écrivent à ceux du Havre afin d’avoir des renseignements sur les implications financières (AMLH, FA FF 71, 12 août 1787).

38 Le Siècle des théâtres, op. cit., p. 110.

39 Voir A. Lemonnier-Mercier, « Le Havre, “La maison de l’armateur” », art. cité.

40 AMLH, FMN3 3, liasse 1, ni daté ni signé.

41 BNF, Bibliothèque de l’Opéra, dossier 21, « Reconstruction du théâtre du Havre », ni daté ni signé.

42 AMLH, FA BB 72.

43 AMLH, FA DD 83.

44 AN, F14 10 236-10 242, doc. 14.

45 AMLH, FR R 35. Charles-Antoine Bourdon, né à Dunkerque le 14 mai 1759, est mort à Beaucaire le 2 août 1808. Il a lui aussi été entrepreneur de spectacles (AN, série F17, 1299B et 1299). De Paris, il voulait emmener une troupe à Barcelone. Il n’a pas dû briller par son honnêteté : il ne trouve rien de mieux en 1792 que de monter une caisse d’échange gratuit, la Société patriotique de la Comédie du Havre, qui lui attire les foudres de la municipalité (AMLH, FR F6 9 et : E. Delamare, Bulletin de la société d’études diverses, Le Havre, 1911).

46 Déjà une tentative infructueuse de vente des terrains avait eu lieu en 1788 : ADSM, 2 E 70 657.

47 AMLH, FR G 63.

48 Philippe Manneville, « Aperçu sur l’habitat du Havre à la fin du XVIIIe siècle », Recueil de l’association des amis du Vieux Havre, Le Havre, 1970, no 27.

49 AMLH, FR O3 3.

50 AMLH, FR G 94.

51 Le 22 octobre 1793, lors d’une représentation du Siège de Lille, « le parterre monte sur la scène, le chaos est à son comble ; il y a des dégâts épouvantables » (AMLH, FR R 37 et Jean Lescale, Discours de la distribution des prix au lycée du Havre, 1928, imprimerie du journal Le Havre.

52 AMLH, FR K 49.

53 AMLH, FM K 3, liasse 2.

54 Ibid., liasse 3.

55 AN, journal de Louise Foache, archives privées BégouenDemeaux, AP 442 carton 16. Texte dactylographié par les soins de Laurent Begouen-Demeaux, octobre 1993 (AMLH, FM I 1, carton 7, liasse 5).

56 AMLH, FM I 17, liasses 4 et 5.

57 Le Havre d’autrefois, op. cit. Cette dénomination « théâtre des barres », donnée au XIXe siècle , rappelle l’abondance des ruisseaux, les « barres », dans le quartier.

58 Friedrich Gilly (1772-1800) étudie l’architecture avec son père David Gilly qui travaille pour Frédéric le Grand. Il voyageen Angleterre et en France en 1797-1798 où « il prit de nombreux dessins [...] et des notes sur les monuments prérévolutionnaires qu’il admira ». Auteur d’un projet d’Opéra pour Berlin.

59 Horst Riemer, Friedrich Gillys Verhaeltnis zum Theaterbau, thèse, université de Berlin, 1931. La feuille mesure 18,4 X 20 cm et comporte la mention « théâtre du Havre ».

60 « Mesures extérieures : largeur 26,75 ; foyer : longueur 14,30 m, largeur 4,70 m ; salle : profondeur 21,15, largeur 19,10, hauteur 23,80. »

61 Ibid.

62 AMLH, délibérations FR D1 15, 28 février 1791.

63 AMLH, FR O3 1, liasse 1, 13 mai 1791.

64 Ibid., 12 avril 1791, « Réponse aux observations de M. Lamandé sur les travaux du Havre par Le Thuillier, Rialle, de Saint-Jean, Michel, Séry fils aîné, Pierre Dehors ».

65 AMLH, FR D1 1.

66 AMLH, FR O3 1, liasse 1. Il est intéressant de noter que Lamandé, en 1804, chargé par Napoléon de superviser le projet pour La Roche-sur-Yon, donnera le plan d’une vaste place, « point de réunion de toutes les communications [...] meublée des édifices les plus utiles aux affaires multipliées d’une grande association ». Voir Géraldine Texier-Rideau, « La place Napoléon : l’invention de la place publique », dans Gilles Bienvenu et Géraldine Texier-Rideau (dir.), Autour de la ville de Napoléon, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 65-72.

67 AMLH, FM O1 1, liasse 2.

68 J.-L. Harouel, L’Embellissement des villes, op. cit., p. 228 : « Largeur des rues et gabarit d’immeubles ».

69 AMLH, FR O1 2 et délibérations municipales, FR D1 1.

70 AN, cartes et plans, F14 10 236-10 242.

71 AMLH, FR O1 2, vente des terrains les 10 et 11 avril 1793.

72 AMLH, FR D1 3, délibération du 15 mai 1793.

73 AMLH, FM N3 3, liasse 4.

74 AMLH, FR N 2, lettre à Fréminville et délibération du conseil municipal de mars 1793.

75 Ibid.

76 AN, fonds Marine, D2 9, doc. 39.

77 AMLH, FR G 63.

78 Werner Szambien, Jean-Nicolas-Louis Durand 1760-1834. De l’imitation à la norme, Paris, Picard, 1834, p. 24.

79 Jacques-Guillaume Legrand et Charles-Paul Landon, Description de Paris et de ses édifices avec un précis historique et des observations sur le caractère de leur architecture, Paris, Treuttel et Würtz, 1818, t. Il, p. 219-220, cité par W. Szambien, op. cit., p. 180-181.

80 W. Szambien, op. cit., p. 115 et 210.

81 Le bassin du Commerce reçoit ses 7 premiers navires le 14 septembre 1791 (AN, F14 728).

82 AMLH, FR F1 85.

83 AN, F13 218 A, « Documents relatifs au voyage de l’Empereur ».

84 AMLH, FM I1 9, liasse 2.

85 AMLH, FR D1 1, 18 septembre 1790.

86 AN, fonds Marine, D2 8.

87 AN, fonds Marine, B3 781.

88 AMLH, FA DD 7, lettre patente du 31 décembre 1777.

89 AN, fonds Marine, D2 9, lettre de Mistral du 30 janvier 1781.

90 AN, fonds Marine, D2 9.

91 ENPC, ms. 3082.

92 Annales, p. 193.

93 Note manuscrite : « Plan qui a été envoyé par M. Mistral et aux dispositions duquel ont été substitués les changements adoptés par le conseil dans sa séance du 6 juin 1788. »

94 « Comme les nouvelles constructions indiquées sur ce plan telles que les corderies, les magasins aux vivres, les forges, la fosse aux mats, l’atelier de la mature, les hangars au bois et le revêtement du canal qui communique au bassin d’Ingouville ne doivent pas coûter plus de 6 à 700 000 livres suivant les détails estimatifs qui en ont été produits, il en résulte que l’État aura encore à sa disposition plus de trois millions à affecter aux travaux du Havre. »

95 AN, fonds Marine, D2 9.

96 AN, F14 728, « Mai 1789 : Le Havre. Observations sur ce port. Résumés du compte rendu à M. le Maréchal de Castries en janvier 1787 ».

97 Ibid., liasse 13, 5 octobre 1791.

98 AN, D2 9, no 464 et AMLH, FR H2 132.

99 AN, F14 729.

100 AMLH, FR H2 132. Les experts sont Eyriès et de Gaulle.

101 Ibid.

102 SHD, Génie, 3 Yd 2710, dossier Maréchal de camp de Charles Le Beuf.

103 ADSM, C 699, 15 juin 1781.

104 SHD, Marine, DD2 831, dossier Thibault.

105 ADSM, C 699, 10 octobre 1784.

106 Annales, p. 217.

107 AMLH, FR O31, liasse 1.

108 ADSM, C 204.

109 Annales, p. 308-309.

110 AMLH, FRH2 9, 17 mars 1793.

111 ADSM, C 699, devis du 26 juillet 1784, Légier. Ranville et Fermanville sont près de Caen, Réville près de Saint-Vaast la Hougue, au nord du Cotentin.

112 Joseph Morlent, Le Havre ancien et moderne et ses environs, Le Havre, Chapelle, 1825, t. I, p. 214.

113 Ibid., « Changements projetés d’après le vœu du Conseil général de la commune au plan de MM. Les officiers des Ponts et Chaussées ».

114 AMLH, FM I1 9, liasse 1 (rouleau de 5,40 X 0,47).

115 Ibid.

116 AMLH, FM I1 9, liasse 2.

117 AMLH, FC O1 78, liasse 7.

118 AMLH, FM O1 1, liasse 10.

119 AMLH, FC O1 78, liasse 8. Il n’existe aucune archive sur la construction de la porte qui a été démolie en 1855 lors des travaux de démolition des fortifications du nord : AMLH, FM D1 16.

120 M. Gallet, Claude-Nicolas Ledoux, 1736-1806, Paris, Picard, 1980, p. 156 (« Temple prostyle à quatre colonnes de face »).

121 AMLH, FM délibérations D1 1, p. 67.

122 AMLH, FM O1 1, liasse 12.

123 AMLH, FM délibérations D1 1, budget de 1809, le 10 juin 1808 p. 89.

124 AMLH, FM D2 18, lettre du maire au sous-préfet le 10 octobre 1808.

125 AMLH, FM délibérations D1 1, 5 septembre 1807.

126 « La loi du 10 juillet en fixant les limites du domaine militaire comprenait au nombre des établissements du département de la guerre tous les logements alors affectés et nécessaires au service de l’armée, soit que les bâtiments appartinssent à l’état, aux provinces ou aux villes » (SHD, Génie, 1 VH 872, mémoire de 1815).

127 AMLH, FM délibérations D1 1, budget de 1809, p. 90.

128 AMLH, FM I1 9, liasse 3.

129 AMLH, FM délibérations D1 1, budget de 1809, p. 93.

130 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. [72-73].

131 Ibid., p. [59].

132 AMLH, copie de lettres BB 129 ; FR O3 1, liasse 1 et FR H2 9.

133 AMLH, FR O3 1, rapport du 2 avril 1791, p. 9.

134 AMLH, FR O3 1, liasse 1, pièce 8, 13 mai 1791.

135 A.-G. Lemale et C.-G. Roessler, Le Havre d’autrefois, op. cit., fascicule « Les portes de l’enceinte Lamandé ».

136 J. Morlent, Le Havre ancien et moderne, op. cit., p. 215.

137 J. Morlent (dir.), Le Havre et son arrondissement par une société d’artistes et d’hommes de lettres, Le Havre, 1837, p. 109.

138 AMLH, FM O3 1, liasse 10.

139 AMLH, FM D1 16, adjudication des pierres le 26 janvier 1856.

140 AMLH, FR O3 1, liasse 12, 23 août 1792.

141 AMLH, FM Délibérations D1 2, 15 juin 1812.

142 AN, F21 1870.

143 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. [76].

Table des illustrations

Légende Figure 104 – « Plan du rez-de-chaussée copie de l’original arrêté par De Crosne le 29 juin 1789 et signé par Archangé à Paris le 3 juillet 1785. Vu par nous intendant de la généralité de Rouen au désir de notre ordonnance de ce jour et lieu 29 juin 1785. De Crosne pour copie » (AN, cartes et plans, Seine-Maritime N III, 2915 33 1). Légende : A. Quartier militaire ; B. Rue ; C. Place ; D. Terrain appartenant au sieur Thibault ; E. Terrain de M. de Neuville et Mlle Montensier sur partie duquel est bâtie la salle de spectacle ; F. Terrain no 3 ; G. Terrain à vendre ; H. Péristyle ; I. Vestibule ; K. Escalier des loges ; L. Escalier de dégagement ; M. Corps de garde ; N. Bureaux ; O. Escalier du parterre ; P. Parterre ; Q. « horquette » ; R. Théâtre ; V. Escalier des acteurs ; XY. Logement du concierge ; Z. Magasin des décorations et cabinet du magasin.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Figure 105 – « Le Havre 1786. Fragment de plan de la Place de Louis XVI où sont marqués les emplacements concédés au Sr Neuville et à la Delle Montensier pour y construire une salle de Comédie. [...] Les dits emplacements ont été livrés par moi soussigné à M. de Lamblardie. Au Havre le 22 février 1786. Légier » (ADSM, minute de M. Dorey, 2 E 70/652).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Figure 106 – Projet de place Louis-XVI au Havre, sans date ni signature (BNF, bibliothèque de l’Opéra, dossier 21, « Reconstruction du théâtre du Havre ». Cliché BNF).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Figure 107 – « Plan, coupe et élévation de la salle de spectacle construite au Havre dans les années 1787 et 1789 sur portion de terrain de la Citadelle, par Archangé, Élève de l’Académie Royale d’Architecture. Cette salle fut incendiée le 30 janvier 1810. Dessiné par Archangé, gravé par Thierry neveu » (AMLH).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 108 – Coupe longitudinale de la salle de spectacle construite par Archanger. Ni datée ni signée (BNF, Bibliothèque de l’Opéra, dossier 21 « Reconstruction du théâtre du Havre », cliché BNF).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 109 – « Élévation sur la place, élévation sur la rue. Certifié la présente copie conforme à l’original arrêté et approuvé par M. De Crosne intendant de la généralité de Rouen. À Paris ce 3 juillet 1785 Archangé. Vu par nous intendant de la généralité de Rouen ce jour d’hui 29 juin 1785. De Crosne pour copie » (AN, Seine Maritime, N III, 2915 335).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Figure 110 – Coupe transversale de la salle de spectacle construite par Archange, ni datée, ni signée (BNF, Bibliothèque de l’Opéra, dossier 21 : « Reconstruction du théâtre du Havre », cliché BNF).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Figure 111 – « Projet de bâtiments au pourtour du nouveau bassin avec la décoration à gauche de la porte, un poids le roi, à droite une salle d’assemblée Dédié à M. le Maire et à MM. les officiers municipaux du Havre. Cretay. » Façade de la salle d’assemblée (AMLH, FM I1 9, liasse 1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Figure 112 – Quai de l'Île et « maison de l’armateur ». Photographie, vers 1900 (CHRH, Fonds Soclet).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Figure 113 – « Élévation des bâtiments projetés pour la place de la fontaine dans la ville neuve » (AMLH, FM N3 3, liasse 1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Figure 114 – « Plan de la partie de la ville du Havre ajoutée à son enceinte suivant le plan arrêté par S. M. Louis XVI en 1787 avec l’indication des travaux de pavage exécutés jusqu’à présent et de ceux restant à exécuter Le Havre, l’architecte de la ville Debenne, 1er octobre 1823 » (AMLH, FA DD 9).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Figure 115 – La fontaine à quatre tuyaux : liberté, égalité, fraternité, justice, humanité (AMLH, FR N 2).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Figure 116 – « Plan coupe et élévation d’une fontaine publique provisoire située à l’angle nord-est de la place publique dans la ville neuve autorisée par l’administration municipale. Présenté au Havre le Ier décembre 1806 » (AMLH, FM N3 3, liasse 4).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Figure 117 – Fontaine prévue à l’angle de la rue de Paris, devis de Boucard, 24 mars 1818 (AMLH, FM N3 3, liasse 4).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Figure 118 – « Plan et élévation d’une fontaine publique à construire à Saint-François sur le quai de la Barre en face de l’axe du milieu de la rue Dauphine. Présenté à Monsieur le maire de la ville par le sieur Boucard architecte le 22 septembre 1820 » (AMLH, FM N3 3, liasse 6).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Figure 119 – Fontaine aux tritons (AMLH, FM N3 3, liasse 1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 120 – « Projet de bâtiments au pourtour du nouveau bassin avec la décoration à gauche de la porte, un poids le roi, à droite une salle d’assemblée... », déjà cité (AMLH, FM I1 9, liasse 1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 121 – « Élévation des façades des maisons projetées pour les quais du bassin d’Ingouville au Havre. 1790. Par Lathuille Entrepreneur de travaux. » Porte d’Ingouville entre les immeubles (AMLH, FM I1 9, liasse 1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Figure 122 – « Ville du Havre, 1809. No 1. Plan général de la ville du Havre relevé d’après l’arrêté de M. le Préfet de Rouen en date du 25 mai 1809 sur échelle 1/2 m pour m, par le Sieur Boucard architecte de la ville d’après les ordres de Monsieur le Maire. » Ce plan est certainement l’ébauche du plan terminé en 1826 (AMLH, FM O1 1, liasse 10).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 123 – « Plan général du parc aux bois de la marine du roi au Havre avec projets de divers magasins pour conserver deux milliers de pieds cube de bois » (AN, fonds Marine, D2 9, no 376).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Figure 124 – Projet de quartier sur l’emplacement du parc aux bois. Au verso : « Plan des constructions projetées pour l’établissement d’un parc aux bois couvert atelier de mâture » (AN, fonds Marine, D2 9, no 380).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Figure 125 – Projet de quartier sur l’emplacement du parc aux bois. Au verso : « Plan des constructions projetées pour l’établissement d’un parc aux bois couvert atelier de mâture corderie etc. » (AN, fonds Marine, D2 9, no 379).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Figure 126 – Port du Havre, « Plan relatif à l’établissement d’une nouvelle fosse aux mats et d’un atelier pour la mature ». Avec un « projet de casernes » et « fosse proposée pour 1 000 mats depuis 6 à 7 pouces jusqu’à 30 pouces de grosseur » (AN, fonds Marine, D2 9, no 378).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Figure 127 – « Le Havre 1788. Dispositions projetées par la marine dont le tracé a été fait sur les lieux et par ordre de M. le comte de Brienne en date du Ier novembre. Légier. » « No 4 : copie jointe à la lettre de M. Légier à M. le comte de Brienne en date du 25 novembre 1788 ; voyez les rapports faits au conseil de la marine les 6 juin et 10 octobre 1788 » (AN, fonds Marine, D2 9, no 381).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Figure 128 – « Le Havre 1788. Dispositions projetées par la marine dont le tracé a été fait sur les lieux et par ordre de M. le comte de Brienne en date du 1er novembre » (AMLH, FA EE 77).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Figure 129 – « Plan du Havre avec le projet des ouvrages pour l'amélioration du port et l'agrandissement de la ville proposé par les Ingénieurs des Ponts et Chaussées et approuvé le 2 février 1787. Ce projet est celui que l’on exécute » (musées historiques du Havre © MH-LB).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 130 – Dessins des hangars, ateliers et magasins ainsi que du canal à prévoir sur l’emplacement du parc aux bois. « Voyez les comptes rendus au conseil de la marine du 6 juin et 10 octobre 1788 » (AN, fonds Marine, D2 9, no 377.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Figure 131 – « Nouvelle porte d’Ingouville construite en 1804. » Dessin de Gaillard (BM Armand-Salacrou, ms. 1209).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 132 – Coupe de la porte d’Ingouville et du rempart. Ni datée ni signée (AMLH, FM O1 1, liasse 10).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Figure 133 – « No 9. Ville du Havre, 1809. Fossés des remparts de la ville, place publique. » Plan de la porte d’Ingouville et de la place montrant les emplacements des colonnes des maisons en vue d’un décor uniforme (AMLH, FM M1 2, liasse 26).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Figure 134 – « La porte d’Ingouville en 1850. Vue prise de l'intérieur de la ville. Dessin de Sadoux (musées historiques du Havre © MH).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Figure 135 – Porte royale. Le décor représente la France casquée et armée se tournant vers l’Angleterre qu’elle montre à la Marine. Aquarelle de Léon-Auguste Asselineau (musées historiques du Havre © MH-LB).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Figure 136 – La porte royale avant 1856, date de sa démolition. Photographie (musées historiques du Havre © MH-LB).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Figure 137 – La porte des Pincettes. Dessin aquarellé sans date, signé « Pierre » (AMLH, FM I1 9, liasse 1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5404/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540