Version classiqueVersion mobile

Les Embellissements du Havre au xviiie siècle

 | 
Aline Lemonnier-Mercier

Chapitre VIII. Construire une nouvelle ville

Réalisations

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’enfer est pavé de bonnes intentions. L’histoire de l’urbanisme aussi, c’est-à-dire qu’elle est pleine de beaux projets et de beaux plans non exécutés, qui n’ont pas conduit la ville au Paradis.
Pierre Lavedan1

L’ article « quartier », de L’Encyclopédie, qui souligne que le terme est avant tout militaire, assure que c’est « une partie de ville séparée par une rivière ou une grande rue, comme les vingt quartiers de Paris ». La ville étant toujours définie « plus exactement » comme « une enceinte fermée de murailles qui renferme plusieurs quartiers, des rues, des places publiques et autres édifices ».

Au Havre, la séparation en deux quartiers de chaque côté du bassin du roi, s’était faite naturellement dès sa création, dans une enceinte ; Notre-Dame à l’ouest, Saint-François vers l’est de chaque côté du bassin du roi. De sorte qu’on peut considérer qu’il n’existe pas, avant 1787, de véritable centre urbain dans cette ancienne ville, sauf si l’on considère que le bassin ...

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search