Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Embellissements du Havre au xviiie siècle

 | 
Aline Lemonnier-Mercier

Chapitre VII. Construire une nouvelle ville

Principes

Texte intégral

1 Les maîtres mots que l’on retrouve de manière récurrente sous la plume des responsables des embellissements tant de la ville que du port du Havre, sont « commodité, sécurité, salubrité, hygiène et santé », afin de « protéger », « surveiller » et « aménager ». Au nom de ces grandes idées, bien dans l’esprit du XVIIIe siècle, tous les acteurs vont travailler à la conception des nouveaux quartiers mais aussi rénover, tant soit peu, l’ancienne ville.

  • 1 Ce sont très exactement les préoccupations de Louis-Sébastien Mercier dans son Tableau de Paris, a (...)

2Le conseil de ville doit, depuis toujours, faire face à des responsabilités multiples (et aux dépenses afférentes), afin de légiférer sur l’implantation et la sécurité des commerces dangereux, malodorants et sales, la longueur des étals, la largeur des emmarchements, l’alignement des maisons, l’encombrement des bornes et enseignes coupables d’accidents, la lutte contre les incendies, le nettoiement adjugé et organisé rue par rue, tous règlements qui, s’ils n’étaient pas respectés, rendraient bientôt la ville « impraticable1 ».

3Tous ces problèmes liés à la salubrité et à la santé sont particulièrement aigus dans une ville en forte croissance, aux aménagements très anciens, vétustes ou inexistants et qui, de plus, va devoir faire face aux difficultés inhérentes aux travaux d’agrandissement.

4D’autant que, rapidement, viennent s’y ajouter, à l’époque des grands travaux, l’éclairage des rues et des quais, le déplacement des cimetières qui entourent les églises, une nouvelle police des marchés, le captage de nouvelles sources et le parcours des eaux vers les fontaines, tous aménagements indispensables à une ville moderne. Dans les quartiers anciens, ce sera chose difficile, plutôt une rénovation ; dans la ville nouvelle, on décidera d’un plan novateur bien étudié.

Éclairer la ville : protéger et surveiller

  • 2 De la manière la plus avantageuse d’éclairer les rues d’une ville pendant la nuit ; en combinant en (...)

5« Rien n’est plus important que d’éclairer les villes pendant la nuit, tant pour la commodité des habitants, que pour prévenir les désordres & les crimes que l’obscurité pourrait favoriser », affirme Pierre Patte dans l’ouvrage qu’il a consacré, en 1766, au problème de l’éclairage des villes. S’il y souligne le rôle de la lumière dans le maintien de la sécurité, il rappelle aussi que la responsabilité des « magistrats chargés de veiller à la police » est engagée2.

  • 3 AMLH, FA DD 51 : éclairage, 1697-1789.
  • 4 AMLH, FA BB 71, le 3 mai 1779.

6Si l’on se reporte aux documents de police municipale, nombreux, qui traitent de ce sujet, général et important dans toutes les villes en ce dernier tiers du XVIIIe siècle, ainsi qu’aux exposés du procureur-syndic « sur la nécessité de rendre les rues aussi sûres la nuit que le jour par l’établissement de lanternes publiques », l’état des rues du Havre était plus que préoccupant, tant du point de vue de l’hygiène que de la sécurité3. On y insiste sur la saleté des rues « qui se trouvent tous les matins infectées et remplies des plus vils excréments », tellement bien que l’assemblée décide de légiférer, dans un premier temps, sur la propreté, se réservant ensuite un temps pour penser à « l’illumination4 ».

  • 5 AMLH, FA DD 51 : « Arrêts et règlements pour l’illumination de Paris », 1769.
  • 6 AN, F14 728, 26 avril 1779.

7Un premier courrier a été adressé, en avril 1779, parles officiers municipaux, Lestorey de Boullongne, Laignel, Blanche et Oursel à « Monseigneur » Sartine, alors secrétaire d’État de la Marine, dont ils connaissent bien les décisions en faveur des illuminations de Paris5. Le texte témoigne, surtout, d’intentions sécuritaires, insistant sur la préservation de la vie, si précieuse, des matelots, car ils ont « la douleur que le défaut de lumières pendant le nuit [cause] chaque jour un grand nombre d’accidents ». Il évoque le coût, que la commune ne peut assumer, bien qu’il ne se monte qu’à 2 400 livres, rappelant, fort opportunément, le souvenir de la participation financière municipale pour la construction de casernes de la Marine (qui remonte à 1734, il y a 45 ans, mais dont on garde le souvenir6).

  • 7 AMLH, FA BB 129, n juin 1785, lettre à l’intendant de Rouen.
  • 8 AMLH, FA BB 72. 11 juin 1785.
  • 9 AMLH, FA FF 65 et BB 129, p. 35.
  • 10 AMLH, FA DD 51.
  • 11 Annales, p. 264.

8Une réponse favorable du ministre permet d’envisager l’intervention de Tourtille Sangrain, déjà adjudicataire de l’éclairage des phares de La Hève, mais les difficultés financières chroniques et le refus du roi de contribuer « en aucune façon à l’éclairage projeté des quais et du port » retardent les décisions. Cependant huit réverbères, en 1783, dont l’implantation est due, semble-t-il, à la générosité de Lestorey de Boullogne, ayant déjà remplacé les fanaux établis devant les corps de garde, on se rend vite compte des conséquences des grands travaux sur la sécurité des habitants, à cause « des vols et la déprédation favorisés par l’obscurité7 ». En 1785, on commence à chiffrer sérieusement la dépense, d’autant que les rixes nocturnes deviennent fréquentes8. Des démarches sont déjà bien engagées auprès de l’entrepreneur, l’arrêt du Conseil par lequel Sangrain est représenté par ses associés, « Lavalar fils et Lavalar père », est délivré le 6 décembre 1785, un traité signé le 30 mai 1786 pour la fourniture de « 68 lanternes neuves et de 42 lanternes appartenant à la ville [pour] l’illumination de la ville », et la livraison a lieu en octobre 17869. L’éclairage commence le 8 novembre ; il est décidé que les réverbères seront allumés d’octobre à mars, de la fin du jour jusqu’à une heure après le lever de la lune et, les nuits où il n’y aura pas de lune, jusqu’à une heure du matin10. Marie Le Masson Le Golft s’en réjouit, le lendemain : « Toute la ville est éclairée pendant la nuit par cent seize réverbères dont cent cinq fournis par la ville et onze par la marine11. »

  • 12 AMLH, FA BB 129, copie de lettres, courriers du 5 janvier et du 23 décembre 1788.
  • 13 AMLH, FA CC 252.
  • 14 Almanach du Havre de Grâce 1826, chez S. Faure imprimeur du roi, p. 60.

9Malheureusement, comme dans diverses villes, les difficultés de l’entreprise s’avèrent nombreuses. Des courriers peu amènes de la municipalité partent vers Paris, on parle de « mécontentement », de « prétextes » et de « mauvaises excuses », de « l’extinction qui se fait trop promptement » et l’on conclut « que les citoyens se plaignent avec raison » : « le public est en droit d’être éclairé et veut l’être12. » Malgré tout, la ville, progressivement, s’éclaire la nuit ; au fil des années, on trouve des mémoires de dépenses pour les réverbères, des cordes, poulies, huiles diverses. En 1792, Paul-Michel Thibault est chargé des aménagements de l’éclairage lors de l’ouverture du nouveau bassin13. Ensuite, régulièrement, sont relevées des dépenses pour les réverbères ; en 1826, l'Almanach du Havre de Grace en mentionnera 157 « composant 421 becs de lumières14 ».

Des aménagements essentiels à la salubrité : cimetières, marchés, prisons

10Outre une certaine sécurité en partie assurée par l’éclairage, parmi les problèmes les plus sensibles des aménagements des villes, ceux consécutifs à la présence des cimetières dans et autour des églises, à l’organisation des marchés et à la réédification des prisons sont particulièrement préoccupants.

  • 15 AMLH, FA DD 81.
  • 16 AMLH, FA GG 531.

11Les premières inquiétudes concernant l’insalubrité des cimetières havrais datent de 1743, lorsqu’on a décidé l’achat d’un terrain sur lequel est édifiée une petite chapelle dans le pré appartenant à l’hôpital, où l’on brûle les côtes de tabac, lieu que l’on a clos de murs15. Vingt ans plus tard, en 1763, des démarches sont entreprises afin d’ouvrir un nouveau cimetière, l’encombrement autour des églises Saint-François et Notre-Dame devenant préoccupant : « Faut-il attendre pour le réaliser, écrivait le Procureur du roi le 22 mars 1763, que les terres des cimetières soient devenues si élevées que les murs ne puissent plus les contenir, que les eaux filtrant et s’étendant encore plus loin rendent les maisons voisines inhabitables et les églises si humides qu’on ne puisse plus les fréquenter par les exhalaisons devenues pernicieuses et infectées16 ? »

  • 17 J.-L. Harouel, L’Embellissement des villes, op. cit., p. 153.

12Il faut attendre une déclaration royale de Louis XVI, du 10 mars 1776, qui interdise les inhumations dans les églises, sauf dans des caveaux pavés, et exige l’agrandissement des cimetières, car ceux qui sont placés dans l’enceinte des habitations peuvent « nuire à la salubrité de l’air jet doivent être] portés, autant que les circonstances le permettraient, hors de la dite enceinte », pour prendre les décisions qui s’imposent. Affichée le 28 avril 1778, la déclaration n’est cependant pas immédiatement appliquée, d’ailleurs elle reste aussi longtemps lettre morte à Paris17.

  • 18 AMLH, FA DD 81. Voir Alphonse Martin, Histoire de l’hôpital général du Havre et du Pré-de-Santé de (...)
  • 19 Le Havre, p. [106, 109-110 et 168].

13Comme il devient indispensable pour les communes d’acquérir des terrains hors des villes, quatre ans plus tard, le 22 mars 1782, le notaire Jean Dorey enregistre le fieffé des cimetières existants ainsi que celui du pré de Saint-Roch à Ingouville, (donc en dehors des fortifications) qui sert pour les inhumations des huguenots, « moyennant 400 livres de rente exempte de toutes impositions, dont les ¾ à payer par le trésor de Notre-Dame et l’autre ¼ par celui de Saint-François, dans le but de le transformer en cimetière pour la ville18 » (fig. 85). C’est toujours Marie Le Masson Le Golft qui rend compte de ces multiples démarches : le 18 janvier 1782, écrit-elle, on sonde le terrain humide et dresse le plan. Le 10 mars, on réunit le corps municipal et les responsables des fabriques des paroisses. Le 29 décembre 1783, « on bénit le cimetière de St Roch et on y enterre19 ».

Figure 85 – Emplacement du cimetière Saint-Roch à l’extérieur des fortifications (AMLH, FM O 33, liasse 1).

Figure 86 — « Plan général des bâtiments de la boucherie du Havre avec le projet d’établir des étaux de bouchers au pourtour de la cour et l’installation de la halle aux grains dans la ci-devant petite boucherie. » Mention de la rue de la Halle, de celles du Lard et des Boucheries, à côté de « bâtiments particuliers » (AMLH, FR F4 177)

  • 20 AMLH, FR M 1.
  • 21 AMLH, FM M2 5, liasses 2, 3 et 7.

14Le « pré Saint-Roch » est toujours, en 1794, un « emplacement très vaste [qui] sert depuis plusieurs années de sépulture aux citoyens de cette commune, entouré des trois côtés de maçonnerie avec une ci-devant chapelle20 ». Bien qu’il présente quelques inconvénients, « car il est inondé par les eaux de la côte ce qui le rend impraticable » et doit être drainé, il deviendra néanmoins le grand cimetière de la ville ancienne, progressivement clos et aménagé par les soins des architectes successifs Boucard et Debenne, puis agrandi par l’achat de terrains appartenant à la propriété de campagne du négociant Martin Foache21.

  • 22 AMLH, D2 4, copie de lettres : 20 août 1793, Paul-Michel Thibault architecte est nommé avec Viger (...)
  • 23 AMLH, FR, Copie de lettres, D2 9.
  • 24 AMLH, FR D1 1.
  • 25 AMLH, FR F4 177.
  • 26 AMLH, FA DD 9.

15Les travaux de transfert et de transformation des alentours des églises en marchés sont pris en main, beaucoup plus tard, par l’architecte de la ville Paul-Michel Thibault : le 20 août 1793, pour Saint-François22, puis le 22 vendémiaire an VII (12 novembre 1798) pour Notre-Dame23. Entre temps, en l’an V (1797), il a fallu revoir la nouvelle organisation des marchés autour des églises, car le problème est devenu particulièrement aigu : « les cultivateurs se répandent dans les rues avoisinantes », alors que le cimetière n’est plus utilisé depuis quinze ans. On reprend donc le problème dans l’esprit du plan de restructuration de la ville tel qu’il avait été présenté en 1786-1787, puis repris dans la délibération du 18 septembre 179024. La municipalité insistait sur l’installation de deux marchés et deux nouvelles boucheries, lieux ô combien insalubres et malodorants, regroupés dans un bâtiment unique construit dans la nouvelle ville (et non plus sur des étals à l’extérieur). Mais les plans, accompagnés d’un devis de 1791, témoignent plutôt d’un projet qui devait rassembler dans le quartier Notre-Dame un ensemble pour lequel un véritable plan d’assainissement très novateur était prévu. Il aurait compris, outre une halle aux grains, des boucheries avec les écoulements d’eaux usées entraînées dans des aqueducs souterrains grâce au flot des fontaines25. Le rappel des « immondités » qui infectent les rues de Limoges (on pense à la rue des boucheries) étant rappelées comme un contre-exemple26.

  • 27 AMLH, FM O1 4.
  • 28 AMLH, FR M 1.

16D’après le « Relevé général des rues et noms de chaque propriétaire de la ville du Havre 1809 », ces établissements représentaient un large trapèze de 28,46 mètres sur la « rue au lard », 24,85 mètres sur celle « des boucheries » et 19,75 mètres sur celle « de la halle27 » (fig. 86). Elles sont parfaitement visibles sur le plan cadastral de 1826, dessiné par Boucard, mais aucun autre document ne permet d’affirmer que ce soit l’emplacement prévu sur le dessin de 1791 et la description de 1794 : « Ce terrain appartient aussi à la commune ; il est situé rue de la Halle, régnant sur une partie de celle des boucheries et celle de la fontaine des viviers et sert à la distribution publique des viandes sous le nom de grande et petite boucherie couvertes, dans le milieu desquelles est une cour et un petit hangar couvert servant au dépôt des graines le jour du marché28. »

  • 29 AMLH, FM M1 4, liasse 1.

17Plusieurs autres projets pour l’installation et l’équipement des marchés, sont dus à Boucard (fig. 87 et 88), qui dessine successivement le 7 fructidor an VIII (24 août 1799), puis le 18 vendémiaire an IX (10 octobre 1800), de grands plans d’agencement du marché des Cannibales au centre duquel est prévue une fontaine « devant la maison de justice », avec une organisation rationnelle des étals, qui préfigure les installations du XIXe siècle. D’autre part, le 26 fructidor an VIII (16 septembre 1800) on trouve un aménagement pour le nouveau marché qui doit s’installer devant la prison (l’ancien couvent des Ursulines) dans le quartier Notre-Dame, dont on ne sait s’il a été réellement réalisé29 (fig. 89).

  • 30 Ibid., liasse 7.

18De son côté, le 14 avril 1806, l’ingénieur des Ponts et Chaussées Lapeyre, dont les goûts artistiques sont certains, propose, de sa propre initiative, d’élever une poissonnerie au sud du quartier Saint-François « conçue dans le désir de faire quelque chose qui soit utile à la ville du Havre, ce qui particulièrement pourrait vous être agréable ». Ce bel et vaste hangar circulaire couvert, surmonté d’une girouette en forme de poisson, préfigurant les constructions métalliques du XIXe siècle, qui n’a jamais été exécuté, devait comprendre une fontaine avec un bassin pour la lavage30 (fig. 90).

  • 31 ADSM, C 205.
  • 32 Ibid.
  • 33 SHD, Marine, SH 84, no 16.

19Le problème des prisons municipales, adossées au rempart ouest, « resserrées, malsaines, infectes31 », comprenant juste un cachot et une chambre, où une insalubrité totale règne, est aussi crucial du point de vue de la salubrité et de l’hygiène32. Celles de la Marine, décrites et dessinées précisément dans le rapport de 1786, situées près du bassin du roi, ne sont pas en meilleur état. « Ce petit bâtiment, constate Bourdin, est composé d’un rez-de-chaussée et d’un étage. Au-dessus sont les pièces se communiquant entre elles, au moyen d’un corridor ou balcon en planches en saillie sur le quai ou bassin. Il comprend au rez-de-chaussée, les logements du portier, de l’éclusier et de quatre tourneurs de pont. Le corps de garde de l’officier chargé de la garde, celui de la garde, deux prisons et les latrines, des six chambres qui composent l’étage : 4 servent de prisons, une de cachot, et la sixième est occupée par le geôlier33 ».

  • 34 ADSM, C 205.
  • 35 Annales, p. 51.

20La municipalité a signalé cette situation déplorable, en 1766, à M. de Courteilles, conseiller au conseil royal des Finances. Douze ans plus tard, le 5 octobre 1778, inquiète de la santé des prisonniers, elle est bien obligée de lui rappeler que la reconstruction du bâtiment est indispensable, ce que confirme le devis d’aménagement, précédé d’un état des lieux, signé Hubert, ingénieur des Ponts et Chaussées. On y parle d’« humidité dangereuse », de « murs affaissés », de « fosse des commodités pleine » ; des écoulements sont à refaire et des barreaux « coupés par les prisonniers » sont à remplacer. Faute de réponse, le 22 mars 1779, Jean-Baptiste Oursel, subdélégué de l’intendant, charge Paul-Michel Thibault de prévoir des réparations urgentes, lequel présente un devis de François-Thomas Thibault, son frère, le 25 avril suivant34. Des bruits de discussions ont dû arriver aux oreilles de Marie Le Masson Le Golft qui signale, le 10 septembre 1779, que l’on « parle de faire des Ursulines une prison de force », décision étonnante, car le monastère est encore occupé à l’époque, mais néanmoins indispensable étant donné le nombre des évasions35.

  • 36 ADSM, C 205.
  • 37 AMLH, FA DD 9.
  • 38 AMLH, FR D1 1, délibération municipale du 18 septembre 1790.
  • 39 AMLH, FR O3 1 liasse 1.

21Les demandes de restauration des anciens bâtiments restant sans suite et, bien pire, Louis-François Débonnaire Desforges, intendant des Finances, s’étant permis de douter de l’efficacité de la surveillance et ayant proposé, avant de parler d’un nouveau bâtiment, qu’une enquête soit entreprise, on pense qu’une lettre à Necker pourrait faire avancer les choses. Mais, en 1786, la situation perdure et « il est temps d’arrêter définitivement les plans et devis des prisons du Havre36 ». Le projet fait partie, d’ailleurs, lui aussi, de la liste Dimension des monuments, places, marchés, abreuvoirs, lavoirs, etc. demandés par Messieurs les officiers municipaux de la ville du Havre pour être placés dans les nouveaux quartiers projetés rédigée, certainement en 1786-1787, à l’intention de l’administration royale. Le souci était de disposer d’un espace suffisamment vaste pour séparer les criminels des civils, les hommes des femmes, et les prisonniers de guerre des civils37. Lorsqu’en 1790, la municipalité présente son plan de ville, elle prévoit un bâtiment neuf dans la nouvelle ville (E), bien visible, non loin de l’église et d’une nouvelle porte dont le gardien du corps de garde servira aussi de geôlier38. Lamblardie et Sganzin trouvent le bâtiment intéressant, « bien placé », mais pas assez vaste et « les cours [...] de beaucoup trop petites39 ».

Figure 87 — « Plan de marché en face de la maison de justice du prétoire avec le projet de chaque étal de marchand contenant 190 étals dont 58 à 6 pieds de long. Fait au Havre le 7 fructidor l’an 8 [25 août 1800] par Boucard architecte de la commune. » Mention de la rue de Paris, de la rue Saint-Pierre et de la « grande rue » allant de la rue de Paris passant par la fontaine jusqu’au perron du prétoire (AMLH, FMM1 4, liasse 1).

Figure 88 — « Plan général de la place du marché avec le projet de mettre les boutiques d’alignement et former des rues et des chemins de dégagement suivant le plan adopté par la commune. Le plan présenté au conseil de l’administration de la commune du Havre par Boucard architecte de la commune le 18 vendémiaire an 9 de la république [10 octobre 1800]. » Mentions de la grande rue de Paris et de la rue centrale passant par la fontaine (AMLH, FM M1 4, liasse 1).

Figure 89 — « Plan du marché neuf devant la prison contenant 147 étals de marchands fripiers. Approuvé par M. le maire le 26 décembre 1814. Boucard architecte. » Mention de la rue Neuve de la Prison, des rues au Lard, de la Hache et des remparts (AMLH, FM M1 4, liasse 3).

Figure 90 — « Projet d’une poissonnerie à établir au port du Havre sur la place nouvellement formée à la suite de la rue des Volontaires proche l’écluse de la Barre. Le 14 avril 1806, Lapeyre » (AMLH, FM M1 4, liasse 7).

Figure 91 — « Plan général de l’emplacement des ci-devant Capucins sis au Havre. Le plan présenté au conseil d’administration municipale le Il ventôse an II [2 mars 1803] par Boucard architecte » (AMLH, FM M1 5, liasse 1).

  • 40 AMLH, FR I4 1.

22L’urgence impose de dresser un inventaire des lieux disponibles assez vastes pour remplacer les vieilles prisons. On en trouve dix-huit de plus ou moins d’intérêt, pour accueillir les prisonniers devenus fort nombreux. Le rapport de visite du 12 novembre 1790 mentionne « leur état le plus déplorable, leur vétusté et leur insalubrité » : « Les criminels ont trouvé moyen de s’évader en perçant les murs trop peu solides pour résister à leurs efforts. » La construction d’un bâtiment « plus vaste, plus sûr et plus commode » ne peut être différée « sans les plus grands inconvénients pour la société40 ».

  • 41 ADSM, L 486, « Terrains & maisons à vérifier au Havre de grâce dont plusieurs peuvent servir de pr (...)

23Le 1er novembre 1791, après examen, la municipalité repousse l’éventualité de la tour François-Ier, de la porte d’Ingouville (la porte Richelieu alors en démolition), de la chapelle et du magasin des subsistances militaires. On songe alors à des aménagements de la manufacture de tabacs, dans la troisième cour, celle du nord, solution réclamée par le conseil de district qui recherche un lieu conforme à la loi, c’est-à-dire non seulement sûr, mais « propre et sain ». Le plan proposé prévoit des aménagements des bâtiments le long de la rue du Galet, l’entrée devant se faire par un long couloir se terminant en rotonde du côté du quai du bassin du Commerce. Les espaces y auraient été répartis entre les hommes et les femmes, autour de deux cours symétriques41.

  • 42 AMLH, FR P 23.
  • 43 AMLH, FR G 10.

24Cette proposition étant écartée, le choix de la municipalité peut se porter de nouveau, en 1792, sur le couvent des ci-devant capucins, évacué l’année précédente42, large territoire, situé dans le quartier Saint-François près de la manufacture des tabacs. Il comprend « deux petites maisons sur la rue, une grande cour, le cloître et trois jardins, le réfectoire et neuf autres appartements au rez-de-chaussée, dix-neuf chambres ou cellules au premier étage et grenier au-dessus », que l’administration voudrait aménager dans sa totalité43 (fig. 91). Sur le plan proposé, il est possible de reconnaître les emplacements, réutilisés, du cloître et des cellules des moines, transformés en prison de grande ampleur, disposés symétriquement de chaque côté de l’église, entourés d’un mur d’enceinte avec des tourelles aux angles s’étendant jusqu’au bassin de la Barre à l’est. Les cellules des hommes et des femmes, nombreuses et séparées, devraient être distribuées le long de couloirs, réparties autour des cours toujours larges (fig. 92).

  • 44 Jacques-Ambroise Rialle a été maire du 19 novembre 1791 au 20 septembre 1793 (H. Chabannes, Les Ma (...)
  • 45 ADSM, L 486.
  • 46 Ibid.

25Les soucis humanitaires se manifestent de nouveau le 30 brumaire an II (20 novembre 1793), lorsque le conseil général de la commune, sous la direction de son maire Jacques-Ambroise Rialle44, adresse aux « Citoyens administrateurs du Département de la Seine-inférieure », un plaidoyer d’un humanisme remarquable en faveur de la reconstruction des prisons « qui doit intéresser [sa] sollicitude ». Ces deux lieux, assure-t-il, sont propices à la promiscuité et aux maladies dues à « l’exhalaison » des « vapeurs méphitiques » dont l’air est chargé et donc néfastes à la santé des prisonniers. « L’humanité réclame en faveur des détenus45. » En conséquence, Lamandé, partisan de l’implantation d’une prison neuve dans la nouvelle ville, rejette toutes les hypothèses précédentes, en particulier celle de l’utilisation de l’ancien couvent, faisant remarquer que ce « voisinage désagréable et même inquiétant », des prisonniers ferait perdre de la valeur aux terrains adjacents et n’inciterait pas les négociants à s’installer ou rester, « devant craindre pour leurs magasins46 ». L’idée sera abandonnée, et, dans les années V et VI (1797-1798), le couvent servira successivement de grenier à foin puis de bagne pour les déserteurs.

  • 47 AMLH, FM N 1.

26Pendant ce temps, le Ier mars 1793, en remplacement des projets ajournés, le maire, responsable de la police et justement impatient, a sommé les ingénieurs des ponts et chaussées d’en présenter un autre47. Le travail est confié à l’ingénieur des ponts et chaussées Élisabeth-Théodore Delapoix de Fréminville, que l’administration municipale harcèle et qui, surchargé de besogne et voulant travailler dans « les règles de l’art », ne craint pas de répondre aussitôt vertement, certainement soucieux de sa réputation :

  • 48 AMLH, FM N 1, liasse 2,3 mars 1793.

On ne lève pas des plans, on ne compose pas l’architecture publique et l’on ne rédige pas des devis où tout ce qui a rapport à l’économie et à l’utilité publique et à la sûreté des fonds de la Nation doit être réuni dans les règles de Part avec la précipitation que vous exigez. [...] On est réduit au découragement quand le zèle plus actif et le sacrifice de ses propres veilles sont suivis de reproches non mérités48.

  • 49 AMLH, FR I4 1, liasse 1.
  • 50 ADSM, L 486, lettre du 5 mars 1793. Plans dans AMLH, FR I4 2.
  • 51 AMLH, FR I4 1, liasse 1, le 26 février 1793.
  • 52 Ibid.
  • 53 AMLH, FR I4 1, liasse 1, rapport de Girard du 9 floréal an IV (28 avril 1796).

27Il a cependant préparé son devis et ses plans49 que Lamandé adresse le 5 mars 1793 au procureur-syndic, souhaitant que « l’exécution [remplisse] l’objet proposé tant pour son extension que pour la sûreté et la salubrité des détenus50 ». Il s’agit incontestablement de projets d’agrandissement des prisons existantes, l’ingénieur ayant spécifié « que les déblais couvriront peu du mur de la corderie51 ». Mais le coût des travaux, 151 000 livres, oblige Fréminville à réfléchir et à revoir son projet pour le transformer avant de le représenter le 17 germinal an IV (6 avril 1796). Le rapport de l’ingénieur Pierre-Simon Girard, le 9 floréal suivant (28 avril) en rappelle toutes les étapes : le procès-verbal de l’état de la prison actuelle, celui du « ci-devant couvent des capucins », le « premier projet adressé à la municipalité » de Fréminville, le « second projet », prévu « pour un plus grand emplacement ». Les considérations sur les conditions à remplir qui évoquent un emplacement isolé, des murs épais de hauteur suffisante, une distribution des salles propres à faciliter les courants d’air « à volonté pour prévenir la stagnation des miasmes », la séparation des criminels d’avec les coupables de délits civils, l’absolue nécessité du « nettoiement fréquent du local » mènent à une conclusion humaniste : « En un mot, la loi regardant comme innocent tout individu qui n’est point encore convaincu, une maison de détention ne doit être strictement parlant qu’un édifice hors de l’enceinte duquel il n’est pas permis de sortir. Si l’on n’y trouve pas toutes les commodités de la vie, on doit au moins y trouver l’absolu nécessaire, l’air et la lumière surtout doivent y être prodigués52. » Et Girard conclut en proposant de garder les prisons actuelles, mais de prévoir une construction nouvelle « au bout de la corderie, ce local présentant la avantages qu’on doit désirer de réunir53 ». Aussitôt est prise la décision de transformer, provisoirement, le couvent des Ursulines en prison.

Figure 92 — Projet de prisons sur l’emplacement du couvent des Capucins (ADSM, L 986).

Figure 93 — « Coupe en travers sur la largeur ce mars 1793 l’an 2 de la république. Fréminville. » Premier projet de prison de Fréminville (AMLH, FR I4 2).

Figure 94 — « Premier projet... Plan... République... Fréminville ». Façade de la future prison (AMLF1, FR I4 2).

  • 54 BMR, ms. Y 242, s. d., sans auteur.
  • 55 AMLH, FR I4 2.

28Le premier « projet de prisons à construire pour la ville du Havre », est incontestablement de Fréminville. C’est un bâtiment « de 72 pieds de long et 40 pieds de largeur, qui doit être établi dans le terrain [...] contigu aux anciennes prisons à 40 pieds de distance de ces dernières du côté des remparts de la ville ». L’ingénieur, qui prévoit que l’ancienne maison servira de prison civile, tandis que la partie neuve « construite avec plus de solidité » sera réservée aux criminels, propose un plan clair de vingt-quatre chambres « très saines », distribuées autour d’une cour oblongue, où se trouvera la chapelle, éclairée par le comble. Ce lieu « d’aisance » et de « récréation » (la cour-chapelle) pourrait servir de lieu de détention, car surveillé « sans peine » par le geôlier depuis son appartement, en cas d’affluence (fig. 93). La rude façade prévue doit préparer le détenu à son sort ; la porte est éloquente, et les fenêtres, bien étroites54. Une version, plus ambitieuse, datée de mars 1793, propose une façade encore plus impressionnante et une autre, de Fréminville, en avril 1796, présente un plan plus massé55 (fig. 94).

  • 56 AMLH, FR I4 1, liasse 1.
  • 57 AMLH, FM O1 4, liasse 3.

29À ces beaux exemples d’architecture « parlante » à la façade austère, entourée de chaînes, sur laquelle les joints des pierres sont appuyés, la porte surmontée d’une énorme clef entourée de bossages et les ouvertures réduites grillagées, toutes pourvues de clefs de pierre épaisse, qui suggèrent la force de l’enfermement, Girard fait des reproches. N’ont été prévus, écrit-il, « ni cour ni préau pour faire prendre l’air aux prisonniers [...] réunis en commun dans une grange servant de chapelle (éclairée) par le comble au moyen d’une grande lanterne autour de laquelle il dispose les salles et chambre de détention [...] Projet qui pêche par [...] l’impossibilité de renouveler l’air56. » Les documents manquent pour déterminer plus précisément leur emplacement, la seule mention étant « rue des prisons » sur l’un des dessins, tous signés « Fréminville ». Cependant il est plausible de rapprocher ces dessins de l’implantation de l’ancienne prison, sous le rempart, dont les dimensions sont très voisines de celles de l’inventaire des maisons du Havre de 1809 et du plan cadastral, qui mentionnent une « ancienne prison de la ville » avec une cour centrale d’une vingtaine de mètres de long et onze de large, rue de la Corderie57.

  • 58 ENPC, DG, 81-87.
  • 59 J.-M. Pérouse de Montclos, Les Prix de Rome, op cit., p. 159, 215, 253 et 256.
  • 60 J.-M. Pérouse de Montclos, Étienne-Louis Boullée, Paris, Flammarion, 1994, p. 243-245.
  • 61 Daniel Rabreau, Claude-Nicolas Ledoux, 1736-1806, Paris, W. Blake and Co, 2000, p. 162-166.
  • 62 Jacques-François Blondel, Cours d’architecture ou traité de décoration, distribution et constructi (...)

30Ces projets semblent d’autant plus intéressants qu’il existe peu de projets de prisons, à la fin du XVIIIe siècle. Les seuls connus, conservés dans les collections de l’école nationale des Ponts et Chaussées datent de 1802–180358. Auparavant, le grand prix de l’Académie royale d’architecture de 1778, attribué à Jacques-Pierre Gisors, dont le programme avait été fixé par Boullée, avait proposé l’édification d’une prison publique, puis le prix d’émulation d’avril 1790, attribué à Jean-Denis Bellet59, si l’on excepte le remaniement de celle de la Grande Force à Paris par Boullée en 178060, et, surtout, l’édification du palais de justice et des prisons d’Aix-en-Provence par Claude-Nicolas Ledoux en 178561. Ils correspondent aux vues de Jacques-François Blondel qui proposait, dès 1750, des typologies différentes selon les types de prisons, afin de confirmer les honnêtes gens dans leurs dispositions et de châtier les coupables62.

  • 63 B. Foucart, « Architecture carcérale », art. cité.
  • 64 W. Szambien, Les Projets de l’an II concours d’architecture de la période révolutionnaire, Paris, (...)
  • 65 Ibid., p. 128. La citation est de Christian Ludwig Stieglitz, Plans et dessins tirés de la belle ar (...)

31Au XIXe siècle, la prison a été, par contre, l’un des thèmes majeurs de recherche et de réflexion63. Les dessins de Fréminville sont d’autant plus intéressants qu’on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement de la date indiquée, « an 3 », avec celle du concours d’architecture de l’an II pour les prisons et les maisons d’arrêt64. Werner Szambien affirme, à son propos, que leur destination demandait « une architecture terrible », de « quelque rudesse » et que les fenêtres devait être « ni hautes, ni larges, ni fort nombreuses ». Les projets pour Le Havre sont totalement conformes à ceux que reproduit Szambien, en particulier ceux attribués à Favart65.

  • 66 Entretiens, p. [272].
  • 67 Théodore Duval, Les Ursulines du Havre, Rouen, Cagniard, 1890. Venues de Rouen, elles fondent leur (...)

32Devant ces refus, et compte tenu de l’urgence, la municipalité reprend l’idée d’utiliser la maison des Ursulines « ni belle ni commode66 », faite de maisons rassemblées, qui occupe un emplacement très vaste dans le quartier Notre-Dame, parfaitement visible sur tous les plans de la ville depuis le XVIIIe siècle67. L’établissement, destiné à l’éducation des jeunes filles, comporte un grand nombre de chambres, réparties sur deux étages, autour d’un cloître et d’une église.

Figure 95 — « Fragment du plan de la maison d’arrêt à joindre au rapport du 30 octobre 1826. Lemarcis » (AMLH, FM H2 5).

  • 68 AMLH, FR M 1.
  • 69 AMLH, FR I4 1, liasse 1, rapport du 28 avril 1796.
  • 70 AMLH, FM K3 1, liasse 2.
  • 71 AMLH, FM I4 2.

33En 1794, l’inventaire de la maison « des ci-devant religieuses », occupée alors par les militaires, est un « bâtiment très vaste et ancien [...] avec un grand jardin ; le tout situé sur une partie de la dite rue fontaine du vivier et celle de la montagne68 ». On demande donc à Paul-Michel Thibault, le 12 floréal an IV (1er mai 1795), de présenter des plans « au nom de l’humanité souffrante ». L’architecte en fait l’inspection, lève le plan, prévoit les travaux et, le 28 thermidor suivant (15 août 1795), communique ses deux projets (auquel il a joint celui d’un tribunal) à la municipalité qui transmet à l’administration du département. Un an plus tard, las d’attendre, Girard, qui assure la commission de l’absolue nécessité de construire un nouvel établissement, propose, en attendant, d’occuper le ci-devant couvent des Ursulines69, ce qui est autorisé par l’administration centrale du département, le 12 floréal an IV (1er mai 1796). Six ans plus tard, la situation restant inchangée, en novembre 1802, la municipalité fait appel « à la toute-puissance du Premier Consul » pour lui rappeler les engagements de la royauté, dont le projet de prisons réclamé « depuis cinquante ans », car le couvent est toujours réquisitionné par le ministère de la guerre70. La démarche doit porter, puisque le 10 mars 1803 (19 ventôse an XI), un plan des lieux est dressé pour des bâtiments où vont cohabiter désormais la gendarmerie et les prisonniers71.

  • 72 AN, F2 1 1903.
  • 73 AMLH, FM I4, liasse 2.
  • 74 AMLH, FM O4 1, liasse 2.
  • 75 AMLH, FM O1 4
  • 76 AN, F21 1903.
  • 77 AMLH, FM H2 5, liasse 4.

34Les années suivantes sont celles d’aménagements et projets divers pour les prisons. Ils sont adoptés par le conseil des bâtiments civils le 15 prairial an XII72 (4 juin 1804). On y prévoit de travaux en 180773. Sur le Relevé général des rues et noms de chaque propriétaire de la ville du Havre de 180974 dressé par Boucard, qui correspond au premier plan cadastral, plan napoléonien, sont mentionnées les « prisons de la ville » (c’est l’ancien couvent des Ursulines). Elles forment un vaste emplacement de plus de 40 mètres sur la rue « au lard », avec une façade de 68 mètres sur la place du marché et un retour de presque 30 mètres sur la rue Beauverger, dénommée aussi « des religieuses » ou encore « des Ursulines75 ». On trouve de plus une « ancienne prison » sur la rue de la Corderie, ce qu’un plan de 1814 confirme76, ainsi que des plans dressés par Lemarcis du 30 octobre 182677 (fig. 95).

Les parcours des eaux. Eaux potables, eaux usées

On parle toujours avec vénération de Tarquin l’ancien,
Qui fit faire les égouts de Rome, on se souvient
De Moeris qui fit exécuter tous les canaux
Qui procurent encore après tant de siècles
La félicité à l’Égypte : on les cite l’un et l’autre
Comme les bienfaiteurs de leurs peuples.

  • 78 AMLH, FA DD 26.

35Ce « poème » flatteur, message original en forme d’invite, conclut un texte, lui aussi anonyme, du 27 septembre 1787, adressé à Lamandé : Mémoire sur la nécessité de construire des aqueducs souterrains sous toutes les rues des quartiers de la nouvelle ville du Havre qui serviraient à conduire l’eau des fontaines publiques et particulières, recevraient celles des égouts, latrines, etc. L’auteur est certainement un homme cultivé et ambitieux, qui cite ses modèles, Tarquin l’ancien, grand urbaniste, « bienfaiteur du peuple », et Moeris, architecte du Fayoum en Égypte. Il dénonce les accidents arrivés sur les trajets des eaux du Havre en raison de la fragilité des tuyaux, qu’ils soient de plomb ou de grès, proposant l’élaboration d’un plan d’aqueducs souterrains. Enfin, dans le « Résumé des détails d’estimation faites pour la construction d’une toise de longueur de conduite des eaux des fontaines en plomb, en fer fondu, en grès, ainsi qu’une toise de longueur d’aqueduc souterrain destiné à recevoir les dits conduits, égouts et latrines, tant publiques que particulières », il chiffre les différents coûts78. Tout à fait conforme à la montée de l’hygiénisme, dont Louis-Sébastien Mercier se faisait le porte-parole, il montre, outre l’attention portée au rôle de l’air qui écarte les miasmes des marécages, le souci de l’apport et la distribution de l’eau potable, de l’implantation des fontaines et de l’élimination des eaux usées.

  • 79 P. Patte, Mémoires sur les objets les plus importants de l’architecture, Paris, Rozet, 1769, pl. H (...)

36Sa conclusion (« On procurera ainsi par ces moyens, la commodité, la sûreté, la propreté et par conséquence la salubrité de l’air ») permet encore de rappeler l’œuvre de Pierre Patte qui, dans ses Mémoires sur les objets les plus importants de l’architecture s’est particulièrement préoccupé de la gestion des eaux et a préconisé, de plus, un véritable plan d’assainissement et une politique de construction systématique de galeries, utilisant, pour « la conduite ordinaire des eaux », la tuile vernissée79.

  • 80 Alphonse Petit, Nos fontaines monumentales, Association des amis du vieux Havre, imprimerie du jou (...)
  • 81 AMLH, FA II 23, archives de la ville.
  • 82 AMLH, FA DD 20.

37Car, au Havre, depuis la fondation, la distribution de l’eau a toujours été un sujet d’inquiétude80. On ne peut y creuser aucun puits et le nombre de fontaines est très réduit jusque dans les années 1770. Le quartier Notre-Dame en possède, trois, l’une rue des Viviers, une seconde sur la place d’Armes, la troisième au marché des Cannibales. Leurs eaux proviennent essentiellement de la paroisse de Sainte-Adresse (Saint-Denis-Chef-de-Caux), « dont le seigneur de Vitanval en reçoit une somme considérable81 ». Saint-François n’en a qu’une, au coin de la rue « de la fontaine », rebaptisée « Jean de la Fontaine », dont les eaux viennent de Trigauville, autre quartier lointain en pied des coteaux à l’est, sur la commune de Graville, que l’on a captées vers 1730. La difficulté étant de pourvoir aux besoins de la manufacture des tabacs, qui bénéficie de sa propre fontaine, eau « qui coûte cher », mais permet de donner du travail et rapporte à la commune. On alimente, en plus du quartier militaire, l’ensemble des bâtiments et chantiers de la Marine (l’arsenal, les casernes et les différentes résidences82).

  • 83 AMLH, FA DD 16-22 ; FR N 1 et FM N 1.
  • 84 A. Blanchard, Les Ingénieurs du roy, op. cit., p. 456.
  • 85 SHD, Génie, 1 VH 871, rapport de Le Cloutier du 4 décembre 1744.

38En 1742, la municipalité a donc sollicité, auprès du maréchal d’Asfeld, l’intervention (plutôt le secours) de Ferdinand-Mathurin Le Cloutier, l’un des meilleurs ingénieurs du Génie alors en poste à Dieppe, dont ils connaissent la réputation83 Pendant trois années, 1743, 1744 et 1745, Le Cloutier s’occupe des conduites depuis les sources de Trigauville jusqu’à la « forteresse », répare les sources et les conduites de Sainte-Adresse et reprend toute la distribution des eaux dans la ville. Il fait en outre reconstruire les fontaines. Les dessins et les vastes plans qu’il a laissés en sont le témoignage. Anne Blanchard, dans son étude sur les ingénieurs du roi, cite une lettre dans laquelle Bégon, intendant de la marine affirme que « Le Cloutier a mérité par des talents supérieurs dans son état, que Le Havre et Rochefort lui doivent la salubrité et la facilité dans les armements par les eaux qu’il y a conduites84 ». Un dossier conservé dans les archives de l’armée de terre conserve son rapport adressé en 1744 au maréchal d’Asfeld, qui rappelle aussi ses difficultés. Il a « amené une nouvelle conduite au pied du rempart », « traversé un marais jugé impossible et impraticable », malgré « les messieurs de la Marine qui [détournent] l’eau du quartier Saint François pour les lessives des compères en commerce ». « Bref [il a] arrangé les choses. » Il n’y cache pas, non plus, qu’il a dû « faire la paix avec ces Messieurs de la Marine », et précise les travaux importants qu’il a réalisés dont la fontaine de la manufacture des tabacs. Il laisse ensuite la place à Nicolas Vernisse, fontainier de la ville, devenu, selon son expression, « seul maître de ses eaux85 ».

Figure 96 — « Fontaine du Perrey » (AMLH, FM N3 3, liasse 1).

  • 86 AMLH, FA DD 23.

39À cette époque, en conséquence des travaux, plusieurs lignes d’eau ont été adjugées, le 15 novembre 1745, par souscription, à sept négociants dans les deux quartiers, les sieurs Le Bras, Bégouen, Sence, Foache, Grégoire, F. Gaillard et Dubocage de Bléville, qui ont payé 500 livres chacun pour trois lignes d’eau personnelles qui leur donnent quatre muids, soit environ 1 mètre cube, le muid faisant 268 litres. Ce procédé (la vente par la commune qui doit rentrer dans ses fonds à un prix honorable du droit individuel de se fournir en eau) est courant et permet de financer l’entretien86.

  • 87 Coup d’œil, p. 275 et 325.
  • 88 Ibid. : « 26 novembre 1780. Les travaux de l’hôpital militaire aux Pénitents se précisent, on a dét (...)

40Une trentaine d’années plus tard, le Coup d’œil sur Le Havre de Marie Le Masson Le Golft permet de confirmer les implantations des captages des sources, les parcours des conduites, la situation des fontaines avant les grands travaux et de dater les dessins des archives87. On y apprend que la réédification de la fontaine « des pincettes » ou « du Perrey » (fig. 96) date de septembre 1780, de même qu’un projet de fontaine, lavoir et abreuvoir au nord de la ville sur Ingouville, où l’on prévoit un nouvel hôpital militaire88.

  • 89 Voir Annales, 17 décembre 1786, 10 mai 1787 et 23 août 1787.

41La situation se complique grandement lors de l’agrandissement de la ville : la quantité d’eau se révèle insuffisante et d’autres captages sont indispensables, ce dont témoignent les nombreux rapports des ingénieurs des deux corps qui essaient de remédier à la situation. Comment alimenter une ville par des conduites venant de loin, traversant maintenant, en plus des marais, de nouvelles murailles et passant sous le bassin neuf' ; Comment contenter une population croissante en installant des fontaines publiques, tout en satisfaisant les négociants qui, de plus en plus, désirent des fontaines privées, sans oublier les besoins de la citadelle et du commerce89 ? Lamandé, le 8 juin 1787, fort courtoisement, sollicite l’avis des échevins sur le sujet, cette préoccupation faisant partie, écrit-il, des aménagements de la ville au même titre que les places et les marchés :

  • 90 AMLH, FA DD 20.

Messieurs
Vous savez que l’exécution du bassin d’Ingouville doit nécessiter la suppression du tuyau et conduite qui traverse actuellement les fossés de la place et amener les eaux au quartier St François et de Notre Dame. Avant que d’entreprendre les ouvrages que l’on doit exécuter dans cette partie, il est essentiel de déterminer les points par lesquels il sera le plus convenable de faire passer cette conduite.
Cette détermination dépend absolument des besoins de la ville et des divers arrangements que vous jugerez convenable de prendre pour y satisfaire [...] afin que de mon côté je puisse faire les dispositions convenables pour concourir avec vous au bien de la ville90.

  • 91 ADSM, C 2266.
  • 92 AMLH, FA DD 20.
  • 93 AMLH, FR N 1, 28 novembre 1789. Voir A. Picon, Architectes et ingénieurs, op. cit., p. 180.

42Lamblardie, qui reprend très longuement le dossier en 1789, en compagnie de Sganzin et Clément, se penche, en particulier, sur le problème de l’entretien des épis, ces longs murs s’avançant dans la mer, destinés à protéger la falaise des éboulements dus aux assauts des vagues qui coupent les conduites. Il y rappelle un rapport rendu en 1781 au président de Cotte par les officiers municipaux, lequel, déjà, avait ordonné à l’ingénieur en chef des ponts et chaussées de se transporter au Havre pour examiner par lui-même l’éboulement du côté de Sainte-Adresse entraînant la destruction des canaux des fontaines du Havre91. L’intendant de Crosne, s’en était inquiété, Stanislas Foache au nom de la municipalité avait demandé l’intervention de l’ingénieur en chef de la généralité de se transporter sur les lieux, ce que Necker avait ordonné, enfin Cessart avait demandé à Hubert de lever le plan92. Un Plan et profil d’une partie d’aqueduc [...] pour servir à renfermer les conduites qui portent l’eau du quartier Notre-Dame à celui de Saint-François à la citadelle, fort bien maçonné, attribuable à Paul-Michel Thibault, date de cette époque. Lamblardie propose aussitôt, le 28 novembre 1789, dans un long rapport accompagné d’un plan, de nouveaux captages à Sainte-Adresse et à Rouelles, « petit village entre Ingouville et Montivilliers », pour lesquels il demande une analyse « chimique » des eaux « pour s’assurer de leur qualité », démarche ordinaire à cette époque, mais nouvelle au Havre, dont il défend le bien-fondé par référence aux travaux de l’Yvette à Paris, projet de Deparcieux en 1762, repris par Perronet93.

Figure 97 — Intérieur du réservoir de Graville (cliché A. Lemonnier-Mercier, s. d.)

  • 94 AMLH, FR N 1, liasse 1.
  • 95 Le Havre, p. [276-279]-

43Les ingénieurs des fortifications, de leur côté, cherchent à améliorer l’alimentation en eau de la citadelle, mais le creusement d’un puits échoue lamentablement. « Il est impossible de continuer, [cela ne] s’est jamais fait dans ce pays », conclut de La Barrière, colonel directeur des fortifications, qui a constaté la présence d’une couche de sable compact à 70 pieds de profondeur94. On décide donc, en 1787, de capter des eaux sur Graville, de les rassembler dans un château d’eau au pied de la falaise, puis de les acheminer vers la citadelle, beau projet qui, effectué en partie (le château d’eau, bel ouvrage d’art, existe toujours), sera absolument inutile, les conduites n’ayant jamais été posées95 (fig. 97). Amandus Roessler, jeune homme à l’imagination fertile ayant un penchant pour les souterrains mystérieux, qui parcourt à pieds les environs du Havre dans les années 1860, ne manque pas d’y entrer, d’en faire une longue description et de le dessiner :

  • 96 Amandus Roessler, Histoire de ma vie écrite par lui-même, BM Le Havre, ms. 711, p. 2.

J’allai au château d’eau avant lequel est un bassin rectangulaire en maçonnerie alimenté par une source voisine et ou les femmes du village viennent laver leur linge. Il ne faut pas croire que ce qu’on appelle le château d’eau est un vieux manoir. C’est là où sont les entrées des souterrains. [...] Il y a deux portes celle du milieu et celle de l’est, la première beaucoup mieux construite que l'autre qui est seulement maçonnée à l’extérieur. Je me mis à l’entrée en plongeant mes regards dans l’obscurité96.

  • 97 AMLH, FR N1, liasse 1.

44Malgré les vicissitudes et les difficultés d’approvisionnement, une liste des maisons possédant une fontaine particulière dressée en 1793, permet de constater que, néanmoins, l’alimentation en eau de la ville ancienne s’est bien améliorée. En plus des fontaines publiques, seize fontaines particulières alimentent de maisons de négociants. Dans le quartier Notre-Dame elles vont vers la maison commune, la corderie, la maison des religieuses, l’arsenal et, dans Saint-François, vers les casernes de la Marine, la manufacture des tabacs et les Capucins97.

  • 98 SHD, Génie, 1 VH 871, rapport de Le Cloutier du 4 décembre 1744.
  • 99 AMLH, FR M 1.
  • 100 AMLH, FM N3 4, liasse 5.

45Les dessins de ces fontaines sont connus, en particulier dans le quartier Notre-Dame, un ensemble « séparé en deux parties [...] dont l’une sert d’abreuvoir et l’autre de réservoir », de la malpropreté desquels Le Cloutier s’était indigné. Il n’a été curé que tous les vingt ans. Les travaux lui ont permis d’y faire arriver « deux fontaines voisines dont les eaux se perdaient dans le ruisseau », afin de recueillir « une eau claire et fraîche98 ». Cet ensemble important, long de 19 mètres sur la rue de la Halle, 46 mètres sur celle des Viviers, où se trouve aussi la maison du gardien, surveillant appointé par la ville qui travaille aussi pour les poissonneries99, enfin de 15,60 mètres jusqu’à « la maison Bégouen qui fait l’angle de la rue Saint-Honoré », appartient à la commune. Il est parfaitement visible sur tous les plans du Havre jusque dans les années 1880, époque à laquelle il a été supprimé100.

46À partir de 1793 et jusqu’en 1820, quelques nouveaux projets pour les monuments des eaux, qui, malheureusement, n’ont pas été tous réalisés, tant dans les anciens quartiers que dans la nouvelle ville, témoignent d’un réel souci esthétique.

  • 101 AMLH, FM N3 4, liasse 4.

47C’est le cas pour un ensemble conséquent et d’une belle originalité, dessiné par Boucard, en 1803, pour la place de la Liberté, devant la bourse, afin de remplacer l’ancienne installation. Il propose d’une part une nouvelle fontaine entourée d’un muret circulaire de 2 pieds 6 pouces de hauteur (70 cm environ) et de 10 toises de diamètre (plus de 20 m), bordé d’arbres, dans lequel est ménagée une ouverture face à l’ancien logis du roi (fig. 98). Un deuxième dessin représente un lavoir de grande envergure dont on ne connaît pas la localisation sur la place mais qui n’a, non plus, jamais été réalisé101. Ce projet de Boucard permet d’insister sur le souci de cet architecte de toujours présenter des -s originales, différentes selon leur situation et il est bien dommage de n’avoir pu, jusqu’à présent, connaître plus précisément toute sa carrière, en particulier ses années de formation.

  • 102 AMLH, FM D1 16, délibérations. On se propose aussi de construire un magasin d’entrepôt réel, un co (...)
  • 103 AMLH, FM N3 4, liasse 2.
  • 104 AMLH, FM N3 4, liasse 2 ; FC N1, liasse 2.Voir Jacqueline Briot, « Autour du lavoir de Saint-Franç (...)
  • 105 AMLH, FM N3 4, liasse 2 ; AN, série F21 1902-1903.

48Plus tard, lors du conseil municipal du 15 février 1826, le maire, qui prévoit l’édification d’un magasin d’entrepôt réel, d’un collège, d’un magasin de décors pour la salle de spectacle, souligne « l’importance des travaux que la ville ». Il se propose, « ce qui est plus important encore, de procurer des eaux102 ». Il demande à Jean-Marin Lemarcis, le nouvel architecte de la ville, de préparer un plan du quartier Saint-François sur lequel apparaissent toutes les situations des fontaines tant publiques que particulières et de prévoir l’implantation d’un grand lavoir situé entre le quai Lamblardie, quai sud du bassin du Commerce, et la rue du Galet103 (fig. 99). L’ensemble, réalisé, comprend, à l’arrière, treize bassins pour la lessive et, sur le quai, deux larges vasques en granit, l’une servant d’abreuvoir et l’autre de fontaine, adossées à deux petites façades symétriques à fronton triangulaire, séparées par une grille104 (fig. 100). Lemarcis avait prévu aussi une fontaine publique supplémentaire près du pont Lamblardie (celui qui permettait de passer d’un quartier à l’autre au nord du bassin du roi) à disposition des marins, fontaine aiguade destinée à permettre le remplissage des tonneaux directement sur le pont du navire grâce à un robinet haut et un long tuyau105 (fig. 101).

Figure 98 — « Plan de la place de la liberté avec le projet d’enclore la fontaine par un mur circulaire au pourtour 26 thermidor an 12 (14 août 1804) par Boucard architecte de la ville » (AMLH, FM N3 4, liasse 4).

Figure 99 — « Projet pour la reconstruction du château d’eau du quartier Saint-François à exécuter sur le terrain occupé par le chantier sis à l’extrémité nord ouest de la rue du Galet. Lemarcis 1826 » (AMLH, FM N3 4, liasse 2).

Figure 100 — « Projet pour la reconstruction du château d’eau du quartier Saint-François... » déjà cité. Façades des fontaines du château d’eau sur le quai Lamblardie (AMLH, FM N3 4, liasse 2).

Figure 101 — « Projet d’une fontaine devant servir d’aiguade à construire sur la place près le pont Lamblardie, 25 mai 1826. Lemarcis » (AMLH, FM N3 4, liasse 2).

Figure 102 — « Le Havre. Plan pour servir à connaître la conduite des eaux partant des sources d’Ingouville et qui alimentent le quartier Saint-François et la citadelle 1820. Fait par Boucard architecte et fontainier de la ville » Mention de la « comédie brûlée » (BNF, Cartes et plans, Ge D 5798 © BNF).

  • 106 AMLH, FR N, liasse 1, le 28 février 1793. Voir J. Briot, « Autour du lavoir », art. cité, p. 9.
  • 107 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. [125] ; BM Le Havre, ms. 559.
  • 108 J. Briot, « Autour du lavoir », art. cité, p. 9.

49Dans les nouveaux quartiers, en 1825, l’inventaire de toutes les fontaines de la ville en mentionne seulement deux, alors qu’à Notre-Dame, on en trouve onze, publiques, en plus de douze concessions particulières, et, à Saint-François, sept publiques, dont deux pour la citadelle, et dix concessions particulières106. Ce nombre est confirmé par Gaillard qui en donne la liste complète107. Les sources qui les alimentent produisent en tout à peu près 36 pouces d’eau, quantité largement suffisante à une époque où l’eau était essentiellement destinée à la boisson et la cuisine108. Le pouce d’eau, ou pouce fontainier, étant de 13 litres par minute (soit 780 litres à l’heure et 18 720 litres par jour, environ 19 m3), ce qui est considéré à l’époque comme suffisant pour mille habitants, chacun disposant donc de 18 litres par jour, les 36 pouces d’eau pour la ville permettant donc, selon ces critères, de faire vivre 36 000 habitants. Le Havre ne comptant que 20 000 habitants, cette quantité semble normale étant donné la demande des navires.

  • 109 AMLH, FM N3 1, liasses 1, 4 et 10.

50Cependant, les canaux d’arrivée ayant toujours et encore besoin de réparations, c’est Boucard qu’on sollicite, après le décès de Paul-Michel Thibault, à partir du 9 messidor an VIII (27 juin 1799), pour les nombreuses réparations. L’architecte présente alors un ensemble de plans, de devis, de comptes rendus d’une grande précision, d’une clarté parfaite une véritable remise en ordre des canaux, fontaines et regards qui n’ont pas été revus sérieusement depuis Le Cloutier, cinquante ans auparavant109 (fig. 102).

  • 110 AMLH, FM O1 1, liasse 3, 1er juin 1814.
  • 111 AMLH, FA FF 29, 4 septembre 1719 : « Tout habitant qui fera construire une maison d’un emplacement (...)
  • 112 AN, F14 729 : courrier envoyé par Sganzin et mémoire des 18 et 22 messidor an II (6 et 10 juillet (...)
  • 113 AMLH, FA BB 129, copie de lettre adressée à Lamblardie le 19 février 1790.

51Outre les difficultés des adductions et des parcours des eaux, se posaient très sérieusement les problèmes d’hygiène dus à l’évacuation difficile des eaux usées dans un sol saturé où l’eau « se trouve à quelques pieds de profondeur, sourd dans toutes les caves des maisons proches des mares, apportant une fétidité insupportable et bien connue110 ». La ville n’a point d’égouts ; les ruisseaux d’eaux sales se déversent dans les fossés plus ou moins vidés par les marées et leurs pentes insuffisantes (vers la mer) ne permettent pas l’évacuation des « vidanges qui se font jour et nuit par les fenêtres », bien que, depuis 1719, obligation ait été faite d’implanter des latrines lors des constructions nouvelles111. Des travaux d’assainissement, prévus pour l’ensemble de la ville, n’avancent pas. Il est certain qu’il faut tout prévoir en même temps et les ingénieurs des ponts et chaussées, avouent, en 1794, s’être occupés de « constructions bien plus urgentes112 », malgré l’insistance de la municipalité qui a déjà adressé, entre autres, à Lamblardie une lettre pressante aussitôt après son rapport sur les sources. Il lui « paraît nécessaire » de s’occuper, entre autres de la construction d’un aqueduc d’évacuation113.

Figure 103 — « Plan d’une partie de la ville du Havre pour servir d’égout à construire sur la courtine d’Ingouville. Au Havre Marat, le 21 thermidor an 2e (8 août 1794) de la République une et indivisible. Sganzin » (AN, F14 729).

  • 114 Ibid., lettre de Rialle du 19 floréal an II (8 mai 1794).
  • 115 Ibid., dossier de 7 courriers et 3 plans.
  • 116 AMLH, FM O1 8-9. L’étude de l’approvisionnement en eau du Havre et l’évacuation des eaux usées mér (...)

52En l’an II, Joseph Sganzin, en charge des travaux à la suite de Lamblardie (fig. 103), sensible aux arguments municipaux sur « la putridité dangereuse et fâcheuse pour la santé des habitants [et] les risques d’épidémies114 », présente un projet de canaux de pierre de Ranville entre le nouveau bassin, dont les eaux devraient servir de chasse, et la courtine d’Ingouville. Il fournit les plans, les devis, il engage les ouvriers115. Mais c’est Boucard qui sera chargé, une fois de plus, dans les années de l’extrême fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle, de tous les plans et profils des aqueducs et tuyaux pour le transport des eaux usées. Il présente, en vendémiaire an III (octobre 1794) un très important projet pour l’écoulement des eaux de la mer qui emplissent les mares au nord de la ville, que ses successeurs Debenne puis Lemarcis reprendront ensuite116.

Tracer une ville nouvelle

  • 117 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, op. cit., p. 39. Tout le chap. « Air vicié » correspond aux souci (...)

53« Dès que l’air ne contribue plus à la conservation de la santé, il tue », a affirmé péremptoirement Louis-Sébastien Mercier dans le Tableau de Paris117. Cette préoccupation importante est totalement liée à l’organisation générale des rues et des places d’une ville.

  • 118 AMLH, FA BB 129, lettre à Necker du 7 mars 1790.
  • 119 AMLH, FM O1 1, liasse 3. Anonyme, suivie de la lettre du maire adressée sur le sujet au commissair (...)

54Les auteurs des rapports hygiénistes divers sur la salubrité au Havre sont tout à fait conscients du problème de la salubrité de l’air, mais aussi de l’importance des difficultés à vaincre. La ville, entourée de marécages, et bien que balayée par les vents d’ouest, a grand besoin de lieux aérés. Ils évoquent les « miasmes » et « vapeurs fétides capables de causer les plus dangereuses maladies » qui s’exhalent des mares et des fossés, hautement malsains118. L’eau sourd de partout, stagne dans les fossés et la putridité et les vapeurs qui s’en dégagent sont dangereuses pour la santé. Une supplique, tardive (1814), s’inquiète encore de la présence de deux grandes mares à l’ouest, « l’une si infecte [...] qu’elle est cause de la grande mortalité qui frappe depuis longtemps beaucoup d’habitants dans le quartier voisin et près du bassin neuf ce qui s’explique par le vent ordinairement dominant qui précède le flux et qui porte les vapeurs dans ces quartiers119 ». Les nombreux mémoires rappellent périodiquement, dans un même temps, que les lois sur les alignements sont « tant utiles à la décoration de la ville que nécessaires à la santé publique et à la salubrité de l’air », et que « l’embellissement et la salubrité » doivent résulter de l’ouverture de rues larges et de places étendues.

55Dans la ville ancienne, resserrée et malsaine, où les maisons sont hautes et les rues étroites, le rapport entre les « vides » (le non-bâti : rues, places) et les pleins (le bâti : constructions publiques et privées) est absolument disproportionné, mais a été soumis aux contraintes d’une ville fortifiée. Par contre, dans la nouvelle ville, au plan longuement préparé, où Lamandé et ses collaborateurs veulent mettre en place un urbanisme renouvelé, un ensemble cohérent et équilibré doit être prévu répondant, entre autres, aux préceptes de L’Encyclopédie.

  • 120 Sophie Descat, « L’embellissement urbain au XVIIIe siècle. Éléments du beau, éléments du sublime » (...)
  • 121 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Neufchâtel, Samuel Fau (...)
  • 122 P. Patte, Mémoires, op. cit., p. 11.

56Il s’agit, certes, de poncifs véhiculés depuis la Renaissance, comme le rappelle Sophie Descat120. Elle confirme le refus d’un tissu urbain trop compact considéré comme source de dysfonctionnement, de désordres et d’insalubrité. « Pour qu’une ville soit belle, avait affirmé le chevalier de Jaucourt dans l’Encyclopédie, il faut que les principales rues conduisent aux portes, qu’elles soient perpendiculaires les unes aux autres, [...] que la principale place soit celle où les grandes rues aboutissent et qu’on décore les façades [...] avec des statues, et des fontaines121 ». Il faut aussi que « tous ses abords soient faciles, qu’il y ait suffisamment de débouchés d’un quartier à l’autre pour le transport des marchandises et la libre circulation des voitures », a ajouté Pierre Patte, architecte et théoricien de l’urbanisme et de l’architecture en 17691122. Pour Le Havre, il s’agit d’un renouvellement total, d’une ville « autre ».

  • 123 ADSM, C 2300, 20 juillet 1785, « Registre secret du bureau des finances de Rouen ».
  • 124 Pierre Patte, Monuments érigés en France à la gloire de Louis XV, Paris, Rozet, 1767, p. 178.

57François-Laurent Lamandé, dont la bibliothèque contient, outre des traités d’architecture et de sciences de l’ingénieur, L’Architecture de Vitruve et L’Encyclopédie, est très conscient des problèmes à résoudre. Il a déjà contribué à la rénovation de Rouen, ville qui, affirme le procureur du roi lui-même, en 1785, est « l’une des plus tristes d’Europe, ce qui [tient] en grande partie au peu de largeur des rues qui [interceptent] la circulation de l’air, des personnes et des voitures123 ». Pierre Patte, lui, y a vu « les spectacles les plus désagréables, des rues étroites et mal percées, quantité de maisons de bois placées au hasard [qui] semblent rappeler la barbarie gothique dans un siècle où l’on ne s’applique de toutes parts qu’à embellir la France », qui l’ont scandalisé. Mais il reconnaît le grand effort d’embellissement des villes sous le règne de Louis XV, à Lyon « décoré de tous ces quais admirables » grâce à Soufflot, Bordeaux grâce à Tourni, Nantes « sous les soins de M. le Duc d’Aiguillon124 ». Il y ajoute Nancy, Lunéville, Commercy, toute la Lorraine, puis Besançon, Metz, La Rochelle, Rennes, Alençon, Tours, Caen, Rouen, Dijon, Nîmes, Montpellier, Marseille, Aix, Lille, Valenciennes, Reims, Versailles, « qui ont pour ainsi dire changé de face », oubliant Le Havre pour laquelle aucun plan d’embellissement n’est prévu en 1767.

58En 1786, ce sera chose faite, lorsque Lamandé assure vouloir donner « une marque de son attention » au bien-être de la ville, souci partagé par tous ses collègues, dont les projets nombreux présentés depuis près de quarante ans, témoignent.

  • 125 Pierre Lavedan, Histoire de l’urbanisme, Paris, Laurens, 1941, p. 435 et 95.
  • 126 P. Lavedan, Géographie des villes, Paris, Gallimard, 1936, p. 94.
  • 127 AMLH, FM D 15, délibération municipale du 17 mai 1822. Voir Daniel Rabreau, « Royale ou commercial (...)

59Pierre Lavedan, historien de l’urbanisme, appréciait le « plan Lamandé », « d’un dessin très clair et très simple, analogue à ceux de Rennes et de Marseille [reliant] habilement le nouveau Havre à l’ancien où la valeur de quatre îlots carrés a été réservée pour constituer une grande place ». Il rappelait que, de même, la place du Capitole à Toulouse « joint le bourg de Saint Sernin à la Cité », et que Stanislas Leczinski, à Nancy, « a relié par la place qui garde son nom la vieille ville du XIVe siècle à celle qu’avait construite Charles III125 ». Tant il est vrai que la grande place centrale, conçue comme un élargissement de la rue de Paris, trait d’union entre les deux parties de la ville, ouverte vers le bassin, lieu de rassemblement comparable au forum romain, agora, lieu de convivialité soustrait aux courants de circulation et utilisé comme bourse découverte, doit permettre « de converser ou négocier dans le calme126 ». À partir du 17 mai 1822, elle devient une place royale, place Louis-XVI, monumentale et commerciale, lorsqu’une nouvelle salle de spectacle y est implantée127.

  • 128 Rêves de capitale. Paris et ses plans d’embellissement, catalogue d’exposition, Paris, BNF, 2002, p (...)

60Voltaire, qui demandait que l’on dégage dans le tissu urbain parisien des places spacieuses et de meilleur aspect est, ici, écouté et même plus, puisque la place se prolonge d’est en ouest par le bassin du commerce, dégageant l’ancienne ville et introduisant ainsi la lumière au centre de la ville nouvelle128.

Notes

1 Ce sont très exactement les préoccupations de Louis-Sébastien Mercier dans son Tableau de Paris, article « L’air vicié » (Jeffry Kaplow (éd.), Paris, La Découverte, 1998). Voir J.-L. Harouel, L’embellissement des villes, op. cit., p. 10 ; et Joseph-Nicolas Guyot, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique et bénéficiale, Paris, Visse, 1784-1785, t. II, p. 488-490, « Cimetière ».

2 De la manière la plus avantageuse d’éclairer les rues d’une ville pendant la nuit ; en combinant ensemble la clarté, l’économie et la facilité du service par M. Patte, architecte de S. A. S. monseigneur le prince Palatin, duc régnant des deux ponts, Amsterdam, 1776.

3 AMLH, FA DD 51 : éclairage, 1697-1789.

4 AMLH, FA BB 71, le 3 mai 1779.

5 AMLH, FA DD 51 : « Arrêts et règlements pour l’illumination de Paris », 1769.

6 AN, F14 728, 26 avril 1779.

7 AMLH, FA BB 129, n juin 1785, lettre à l’intendant de Rouen.

8 AMLH, FA BB 72. 11 juin 1785.

9 AMLH, FA FF 65 et BB 129, p. 35.

10 AMLH, FA DD 51.

11 Annales, p. 264.

12 AMLH, FA BB 129, copie de lettres, courriers du 5 janvier et du 23 décembre 1788.

13 AMLH, FA CC 252.

14 Almanach du Havre de Grâce 1826, chez S. Faure imprimeur du roi, p. 60.

15 AMLH, FA DD 81.

16 AMLH, FA GG 531.

17 J.-L. Harouel, L’Embellissement des villes, op. cit., p. 153.

18 AMLH, FA DD 81. Voir Alphonse Martin, Histoire de l’hôpital général du Havre et du Pré-de-Santé de Saint-Roch, Fécamp, Durand, 1879 ; Jacques Vasse, « Le jardin Saint-Roch. Résumé chronologique », Bulletin de liaison du centre havrais de recherche historique, no 7, septembre 1983, p. 5-10.

19 Le Havre, p. [106, 109-110 et 168].

20 AMLH, FR M 1.

21 AMLH, FM M2 5, liasses 2, 3 et 7.

22 AMLH, D2 4, copie de lettres : 20 août 1793, Paul-Michel Thibault architecte est nommé avec Viger pour donner le coût d’un marché dans le cimetière Saint-François.

23 AMLH, FR, Copie de lettres, D2 9.

24 AMLH, FR D1 1.

25 AMLH, FR F4 177.

26 AMLH, FA DD 9.

27 AMLH, FM O1 4.

28 AMLH, FR M 1.

29 AMLH, FM M1 4, liasse 1.

30 Ibid., liasse 7.

31 ADSM, C 205.

32 Ibid.

33 SHD, Marine, SH 84, no 16.

34 ADSM, C 205.

35 Annales, p. 51.

36 ADSM, C 205.

37 AMLH, FA DD 9.

38 AMLH, FR D1 1, délibération municipale du 18 septembre 1790.

39 AMLH, FR O3 1 liasse 1.

40 AMLH, FR I4 1.

41 ADSM, L 486, « Terrains & maisons à vérifier au Havre de grâce dont plusieurs peuvent servir de prisons ». La manufacture des tabacs comportait 3 cours successives, chacune de « 4 grands magasins au rez-de-chaussée, quatre au-dessus et les greniers » (AMLH, FR G 10).

42 AMLH, FR P 23.

43 AMLH, FR G 10.

44 Jacques-Ambroise Rialle a été maire du 19 novembre 1791 au 20 septembre 1793 (H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. [66], liste des maires du Havre, p. 125).

45 ADSM, L 486.

46 Ibid.

47 AMLH, FM N 1.

48 AMLH, FM N 1, liasse 2,3 mars 1793.

49 AMLH, FR I4 1, liasse 1.

50 ADSM, L 486, lettre du 5 mars 1793. Plans dans AMLH, FR I4 2.

51 AMLH, FR I4 1, liasse 1, le 26 février 1793.

52 Ibid.

53 AMLH, FR I4 1, liasse 1, rapport de Girard du 9 floréal an IV (28 avril 1796).

54 BMR, ms. Y 242, s. d., sans auteur.

55 AMLH, FR I4 2.

56 AMLH, FR I4 1, liasse 1.

57 AMLH, FM O1 4, liasse 3.

58 ENPC, DG, 81-87.

59 J.-M. Pérouse de Montclos, Les Prix de Rome, op cit., p. 159, 215, 253 et 256.

60 J.-M. Pérouse de Montclos, Étienne-Louis Boullée, Paris, Flammarion, 1994, p. 243-245.

61 Daniel Rabreau, Claude-Nicolas Ledoux, 1736-1806, Paris, W. Blake and Co, 2000, p. 162-166.

62 Jacques-François Blondel, Cours d’architecture ou traité de décoration, distribution et construction des bâtiments, Paris, Desaint et Saillant, 1771, t. IX, p. 455, « Des bâtiments érigés pour la santé publique », cité par Bruno Foucart, « Architecture carcérale et architectes fonctionnalistes en France au XIXe siècle », Revue de l’art, no 32, 1976, p. 45.

63 B. Foucart, « Architecture carcérale », art. cité.

64 W. Szambien, Les Projets de l’an II concours d’architecture de la période révolutionnaire, Paris, ENSBA, 1986, p. 125.

65 Ibid., p. 128. La citation est de Christian Ludwig Stieglitz, Plans et dessins tirés de la belle architecture, Leipzig, Voss, 1800, p. 7.

66 Entretiens, p. [272].

67 Théodore Duval, Les Ursulines du Havre, Rouen, Cagniard, 1890. Venues de Rouen, elles fondent leur maison en 1627. Celle-ci était comprise entre les rues Beauverger, de la Halle et des Viviers. Le livre de Duval ne donne aucun détail sur les bâtiments.

68 AMLH, FR M 1.

69 AMLH, FR I4 1, liasse 1, rapport du 28 avril 1796.

70 AMLH, FM K3 1, liasse 2.

71 AMLH, FM I4 2.

72 AN, F2 1 1903.

73 AMLH, FM I4, liasse 2.

74 AMLH, FM O4 1, liasse 2.

75 AMLH, FM O1 4

76 AN, F21 1903.

77 AMLH, FM H2 5, liasse 4.

78 AMLH, FA DD 26.

79 P. Patte, Mémoires sur les objets les plus importants de l’architecture, Paris, Rozet, 1769, pl. H. Cité par A. Picon, Architectes et ingénieurs, op. cit., p. 180-182.

80 Alphonse Petit, Nos fontaines monumentales, Association des amis du vieux Havre, imprimerie du journal Le Havre, 1924.

81 AMLH, FA II 23, archives de la ville.

82 AMLH, FA DD 20.

83 AMLH, FA DD 16-22 ; FR N 1 et FM N 1.

84 A. Blanchard, Les Ingénieurs du roy, op. cit., p. 456.

85 SHD, Génie, 1 VH 871, rapport de Le Cloutier du 4 décembre 1744.

86 AMLH, FA DD 23.

87 Coup d’œil, p. 275 et 325.

88 Ibid. : « 26 novembre 1780. Les travaux de l’hôpital militaire aux Pénitents se précisent, on a déterminé d’y faire venir une fontaine. » Le plan, ni signé ni daté est seul : aucun texte ni devis ne l’accompagne.

89 Voir Annales, 17 décembre 1786, 10 mai 1787 et 23 août 1787.

90 AMLH, FA DD 20.

91 ADSM, C 2266.

92 AMLH, FA DD 20.

93 AMLH, FR N 1, 28 novembre 1789. Voir A. Picon, Architectes et ingénieurs, op. cit., p. 180.

94 AMLH, FR N 1, liasse 1.

95 Le Havre, p. [276-279]-

96 Amandus Roessler, Histoire de ma vie écrite par lui-même, BM Le Havre, ms. 711, p. 2.

97 AMLH, FR N1, liasse 1.

98 SHD, Génie, 1 VH 871, rapport de Le Cloutier du 4 décembre 1744.

99 AMLH, FR M 1.

100 AMLH, FM N3 4, liasse 5.

101 AMLH, FM N3 4, liasse 4.

102 AMLH, FM D1 16, délibérations. On se propose aussi de construire un magasin d’entrepôt réel, un collège, un magasin de décors pour la salle de spectacle et un abattoir.

103 AMLH, FM N3 4, liasse 2.

104 AMLH, FM N3 4, liasse 2 ; FC N1, liasse 2.Voir Jacqueline Briot, « Autour du lavoir de Saint-François », Bulletin de liaison du CHRH, no 72, juin 2004, p. 8-18. L’auteur retrace toute l’histoire de ce lavoir qui a brûlé le 21 novembre 1900 et n’a jamais été reconstruit.

105 AMLH, FM N3 4, liasse 2 ; AN, série F21 1902-1903.

106 AMLH, FR N, liasse 1, le 28 février 1793. Voir J. Briot, « Autour du lavoir », art. cité, p. 9.

107 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. [125] ; BM Le Havre, ms. 559.

108 J. Briot, « Autour du lavoir », art. cité, p. 9.

109 AMLH, FM N3 1, liasses 1, 4 et 10.

110 AMLH, FM O1 1, liasse 3, 1er juin 1814.

111 AMLH, FA FF 29, 4 septembre 1719 : « Tout habitant qui fera construire une maison d’un emplacement suffisant devra y disposer de latrines. »

112 AN, F14 729 : courrier envoyé par Sganzin et mémoire des 18 et 22 messidor an II (6 et 10 juillet 1794) à Lamblardie. Ce dossier est « un de ceux que le citoyen Lamblardie a laissés au bureau du département ».

113 AMLH, FA BB 129, copie de lettre adressée à Lamblardie le 19 février 1790.

114 Ibid., lettre de Rialle du 19 floréal an II (8 mai 1794).

115 Ibid., dossier de 7 courriers et 3 plans.

116 AMLH, FM O1 8-9. L’étude de l’approvisionnement en eau du Havre et l’évacuation des eaux usées mériteraient une étude précise et séparée.

117 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, op. cit., p. 39. Tout le chap. « Air vicié » correspond aux soucis des ingénieurs au Havre.

118 AMLH, FA BB 129, lettre à Necker du 7 mars 1790.

119 AMLH, FM O1 1, liasse 3. Anonyme, suivie de la lettre du maire adressée sur le sujet au commissaire de la division militaire à Rouen.

120 Sophie Descat, « L’embellissement urbain au XVIIIe siècle. Éléments du beau, éléments du sublime », communication au colloque Le Beau dans la ville, Philippe Chassaigne et Christine Bousquet (dir.), université de Tours, 23-24 novembre 2007 : http://www.ghamu.org/spip.phpk1rticle246.

121 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Neufchâtel, Samuel Faulche et Cie, s. d., t. VII, p. 277, article « Ville ».

122 P. Patte, Mémoires, op. cit., p. 11.

123 ADSM, C 2300, 20 juillet 1785, « Registre secret du bureau des finances de Rouen ».

124 Pierre Patte, Monuments érigés en France à la gloire de Louis XV, Paris, Rozet, 1767, p. 178.

125 Pierre Lavedan, Histoire de l’urbanisme, Paris, Laurens, 1941, p. 435 et 95.

126 P. Lavedan, Géographie des villes, Paris, Gallimard, 1936, p. 94.

127 AMLH, FM D 15, délibération municipale du 17 mai 1822. Voir Daniel Rabreau, « Royale ou commerciale, la place à l’époque des Lumières », dans Gabriel et l’urbanisme, Monuments historiques, no 12, mars-avril 1982, p. 31-37.

128 Rêves de capitale. Paris et ses plans d’embellissement, catalogue d’exposition, Paris, BNF, 2002, p. 20.

Table des illustrations

Légende Figure 85 – Emplacement du cimetière Saint-Roch à l’extérieur des fortifications (AMLH, FM O 33, liasse 1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 86 — « Plan général des bâtiments de la boucherie du Havre avec le projet d’établir des étaux de bouchers au pourtour de la cour et l’installation de la halle aux grains dans la ci-devant petite boucherie. » Mention de la rue de la Halle, de celles du Lard et des Boucheries, à côté de « bâtiments particuliers » (AMLH, FR F4 177)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Figure 87 — « Plan de marché en face de la maison de justice du prétoire avec le projet de chaque étal de marchand contenant 190 étals dont 58 à 6 pieds de long. Fait au Havre le 7 fructidor l’an 8 [25 août 1800] par Boucard architecte de la commune. » Mention de la rue de Paris, de la rue Saint-Pierre et de la « grande rue » allant de la rue de Paris passant par la fontaine jusqu’au perron du prétoire (AMLH, FMM1 4, liasse 1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Légende Figure 88 — « Plan général de la place du marché avec le projet de mettre les boutiques d’alignement et former des rues et des chemins de dégagement suivant le plan adopté par la commune. Le plan présenté au conseil de l’administration de la commune du Havre par Boucard architecte de la commune le 18 vendémiaire an 9 de la république [10 octobre 1800]. » Mentions de la grande rue de Paris et de la rue centrale passant par la fontaine (AMLH, FM M1 4, liasse 1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Légende Figure 89 — « Plan du marché neuf devant la prison contenant 147 étals de marchands fripiers. Approuvé par M. le maire le 26 décembre 1814. Boucard architecte. » Mention de la rue Neuve de la Prison, des rues au Lard, de la Hache et des remparts (AMLH, FM M1 4, liasse 3).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Figure 90 — « Projet d’une poissonnerie à établir au port du Havre sur la place nouvellement formée à la suite de la rue des Volontaires proche l’écluse de la Barre. Le 14 avril 1806, Lapeyre » (AMLH, FM M1 4, liasse 7).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Figure 91 — « Plan général de l’emplacement des ci-devant Capucins sis au Havre. Le plan présenté au conseil d’administration municipale le Il ventôse an II [2 mars 1803] par Boucard architecte » (AMLH, FM M1 5, liasse 1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Figure 92 — Projet de prisons sur l’emplacement du couvent des Capucins (ADSM, L 986).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Légende Figure 93 — « Coupe en travers sur la largeur ce mars 1793 l’an 2 de la république. Fréminville. » Premier projet de prison de Fréminville (AMLH, FR I4 2).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Figure 94 — « Premier projet... Plan... République... Fréminville ». Façade de la future prison (AMLF1, FR I4 2).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Figure 95 — « Fragment du plan de la maison d’arrêt à joindre au rapport du 30 octobre 1826. Lemarcis » (AMLH, FM H2 5).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Figure 96 — « Fontaine du Perrey » (AMLH, FM N3 3, liasse 1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 97 — Intérieur du réservoir de Graville (cliché A. Lemonnier-Mercier, s. d.)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 98 — « Plan de la place de la liberté avec le projet d’enclore la fontaine par un mur circulaire au pourtour 26 thermidor an 12 (14 août 1804) par Boucard architecte de la ville » (AMLH, FM N3 4, liasse 4).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 99 — « Projet pour la reconstruction du château d’eau du quartier Saint-François à exécuter sur le terrain occupé par le chantier sis à l’extrémité nord ouest de la rue du Galet. Lemarcis 1826 » (AMLH, FM N3 4, liasse 2).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Figure 100 — « Projet pour la reconstruction du château d’eau du quartier Saint-François... » déjà cité. Façades des fontaines du château d’eau sur le quai Lamblardie (AMLH, FM N3 4, liasse 2).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Figure 101 — « Projet d’une fontaine devant servir d’aiguade à construire sur la place près le pont Lamblardie, 25 mai 1826. Lemarcis » (AMLH, FM N3 4, liasse 2).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Figure 102 — « Le Havre. Plan pour servir à connaître la conduite des eaux partant des sources d’Ingouville et qui alimentent le quartier Saint-François et la citadelle 1820. Fait par Boucard architecte et fontainier de la ville » Mention de la « comédie brûlée » (BNF, Cartes et plans, Ge D 5798 © BNF).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Figure 103 — « Plan d’une partie de la ville du Havre pour servir d’égout à construire sur la courtine d’Ingouville. Au Havre Marat, le 21 thermidor an 2e (8 août 1794) de la République une et indivisible. Sganzin » (AN, F14 729).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5403/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 323k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540