Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Embellissements du Havre au xviiie siècle

 | 
Aline Lemonnier-Mercier

Chapitre VI. Les embellissements du Havre : une aventure humaine

Texte intégral

  • 1 ADSM, L1067.

L’Anglais verra notre magnificence.
François-Laurent Lamandé, mai 17921

  • 2 Voltaire, Des embellissements de la ville de Cachemire [1750], Œuvres, Paris, Firmin-Didot, 1869-1 (...)

1 Contrairement aux habitants de Cachemire, « doux, légers, occupés de bagatelles [...] qui n’avaient naturellement aucun goût pour les arts », qu’évoque Voltaire, les Havrais, toujours actifs et tout occupés de leurs vastes opérations commerciales, ne devaient qu’aux seules circonstances malheureuses le report des grands projets d’embellissements. En dépit des initiatives de leurs « bostangis », ils n’avaient toujours pas, dans la deuxième partie du XVIIIe siècle, « de grand et magnifique temple », pas plus que les « grands bazars [...] servant à la fois à l’utilité et à l’ornement », ni des « salles destinées aux jeux publics ». Cependant, les visiteurs ne tarissaient pas d’éloges sur leur ville déjà ornée de monuments de belle architecture2. « Cette ville qui est belle, riche et forte, écrit un voyageur anonyme en 1783, l’une des villes maritimes de France dans la Haute-Normandie au pays de Caux, a un excellent port. On [y] remarque ses rues et ses fontaines surtout celle de la grande place qui jette de l’eau des quatre côtés. »

  • 3 Ibid.
  • 4 AMLH, FA AA 32.
  • 5 Voltaire, Des embellissements de Paris [1749], Œuvres, op. cit., t. V, p. 390-393.
  • 6 AMLH, FA DD 9, sans date.

2Depuis longtemps, la vitalité commerciale fait désirer, en vain, les agrandissements indispensables, « des places, des fontaines, des statues et tous les monuments qui font la gloire d’une nation ». Quand, enfin, la décision de rendre la ville du Havre « plus propre, plus saine et plus belle3 » est prise, ceux auxquels il appartient de prendre l’initiative de l’embellir, à la faveur de la paix et de la fortune revenues, esquissent sans délai une première liste de travaux, dont ils évaluent le coût à un peu plus de 15 000 livres4. Soutenus par la décision du roi, « qui n’est pas plus roi des Parisiens que des Lyonnais et des Bordelais5 », et certainement conscients de l’importance de leur rôle, ils n’hésitent à enrichir bientôt le programme, intitulé désormais : « Dimension des monuments, places, marchés, abreuvoirs, lavoirs, etc. demandés par Messieurs les officiers municipaux de la ville du Havre pour être placés dans les nouveaux quartiers projetés. » Ils y détaillent et justifient nettement leurs désirs tant pour les constructions publiques dans les nouveaux quartiers (deux églises, deux emplacements de poids le roi, deux marchés, deux boucheries, une halle pour le grain, une pour la toile), que pour les commodités générales destinées aux habitants (citerne d’eau potable, lavoirs, latrines et égouts). Ils précisent, sensibles à l’urgence de l’éducation des jeunes générations, le programme ambitieux de construction d’un nouveau collège plus vaste pourvu d’une chapelle et d’une bibliothèque, dont le rôle culturel doit être complet, enseignement du latin, des langues vivantes, des mathématiques, du dessin, sans oublier les petites écoles « pour lire et écrire ». Leur conclusion laisse ouverte la discussion sur l’urbanisme : « Ce n’est que par la connaissance du plan projeté que l’on pourra juger des emplacements pour établir les monuments, places, etc. demandés6. »

  • 7 AN, Fl4 728, sans date.
  • 8 AMLH, FA AA 41.

3« Dans l’espèce, ce n’est pas seulement un bassin que le roi se propose de faire, c’est une ville entière », s’écrie, étonné, lucide, peut-être admiratif mais sûrement inquiet, le nouvel intendant de la généralité Étienne-Thomas de Maussion, dans une lettre à Edme-Charles Cadet de Chambine, premier commis des finances au département des Ponts et Chaussées, au moment où les expropriations et les inévitables contestations commencent7. Dans le même esprit, on sent encore, le 19 août 1787, dans la correspondance que Jean-Marin Grégoire, premier échevin de la ville, adresse à ses collègues à l’occasion de l’assemblée des notables, qu’il doit faire face aux réticences de ce nouvel intendant et le convaincre du bien-fondé de l’entreprise, en montrant un certain optimisme sur le programme futur8.

Le travail des hommes : responsabilités et compétences

  • 9 Pierre Rosenberg, « Avant-propos », dans Alexandre Gady et Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), (...)

4Pierre Rosenberg, dans l’avant-propos du catalogue de l’exposition De l’esprit des villes, qui s’est tenue à Nancy en 2005, nous invite à ne pas oublier que les embellissements d’une ville furent toujours un moment « où se [sont rencontrés] pêle-mêle le monde des arts, le monde politique, et le monde économique [...] dans l’harmonie ou [...] dans le chaos et la contestation9 ». Les embellissements d’une grande ville portuaire s’avérant une extraordinaire aventure humaine, Le Havre ne va pas manquer de moments de chaos et de contestation.

Figure 77 – Affiche ordonnant les expropriations des terrains, 28 octobre 1787 (AMLH, FA DD 9).

Figure 75 – « Le Havre, 1790. Fragment de plan relatif aux jardins et terrains qui seront occupés par la nouvelle enceinte de la ville ». Partie nord (AMLH, FA DD 10).

  • 10 AMLH, FA DD 10.
  • 11 AMLH, FA DD 9.
  • 12 AN, F14 728 ; ADSM : dans les fonds notariés pendant les années 1789-1790, 2 E 70, les cotes C 204 (...)

5Les arpentages en vue des expropriations, puis le versement des indemnités, toutes démarches à la charge de Légier, qui en a chargé Paul-Michel Thibault, durent déjà depuis juillet 1786, en se basant sur un plan fourni par Lamandé10. Le 28 octobre 1787, on affiche l’ordonnance qui « enjoint aux propriétaires des terrains et bâtiments &c, compris dans la nouvelle enceinte de la ville du Havre, de les rendre libres dans trois mois de la publication de la présente ordonnance » (fig. 77). Elle rappelle, outre l’arrêt du roi du 5 août 1787, les anciennes décisions mais, de plus, demande « le consentement par écrit des propriétaires des bâtiments et jardins enclavés dans la nouvelle enceinte, de recevoir sur leurs terrains les terres provenant des déblais du bassin d’Ingouville11 » (fig. 78). Les décrets se succèdent. Tous les habitants sont touchés, les uns par la vente forcée de leur jardin, les autres par le transfert de leur hangar, de leur moulin, la démolition de la corderie voisine, ou encore par l’accumulation des terres des bassins, et les récriminations abondent. Les particuliers s’inquiètent pour leurs maisons, les marins pour les bâtiments de la marine dont la destinée est mal assurée, les militaires pour leur citadelle dont les murs commencent à tomber12.

6On peut comprendre, après l’espoir qu’avait suscité la perspective des embellissements de la ville, l’émoi, le désarroi et l’inquiétude qui saisissent beaucoup de Havrais. Leur ville, déjà particulièrement animée, est bientôt transformée en un vaste chantier. Les murailles sont abattues, les bassins transformés, les lieux inspectés par des personnalités inconnues lors des réunions de travail. Les rues et les quais sont envahis de matériaux et, quand il n’y a plus de place aux environs de la citadelle, les pierres sont déposées dans les rues du quartier Saint-François. Combien de temps cela va-t-il durer, et combien cela coûtera-t-il ? Depuis plusieurs années, tous s’attendent à des transformations, qui doivent concerner uniquement la jetée ou un autre point du port, écluse ou vieille tour à démolir, alors que toute la ville est concernée, que le cadre de vie est transformé. Être mis devant le fait accompli est quelquefois difficile. Tout un passé s’écroule.

7Marie Le Masson Le Golft, déjà, le 26 juillet 1783, a montré son anxiété lorsqu’on a mis à bas la citadelle et a critiqué longuement les futurs travaux :

  • 13 Annales, p. 155-156.

Les citoyens et même les bourgeois voient en général avec un déplaisir extrême détruire la citadelle, et les hommes instruits pensent qu’on aurait pu se dispenser d’un tel sacrifice sans nuire au projet d’agrandir la ville et le port.
Ce projet, dont l’exécution commence, leur paraît un grand outrage, un ouvrage inutile, mais non un ouvrage de génie ; ils disent qu’on aurait pu procurer les mêmes avantages avec moins de dépenses et sans détruire les choses essentielles ; ils remarquent d'ailleurs qu’on s’est occupé bien plus des dedans que des dehors, l’amélioration de l’entrée du port leur paraît l’objet le plus important, cependant le moyen à employer est encore un problème, on compte sur des moyens insuffisants13.

8Son long réquisitoire est-il le témoignage de la vox populi ? Quatre ans plus tard, elle accumule ses griefs, en sept pages denses :

  • 14 Ibid., p. 289.

Mercredi 27 décembre 1787. Plan arrêté de la ville et des fortifications. Réflexions sur le plan et sur ce qu’on aurait dû faire.
Il était presque impossible de suivre depuis longtemps les détails des ouvrages commencés par l’embarras qu’occasionnaient les déblais, les variations continuelles de projets, et conséquemment le défaut du plan arrêté. Si l’on peut s’en tenir au sentiment de ceux de nos concitoyens les plus capables d’en juger, le projet arrêté est le plus mal conçu qu’il soit possible14.

9Elle passe en revue tous les défauts des projets, affirmant en particulier que des économies auraient pu être faites en ne changeant pas le projet initial sur le poullier, ce qui aurait permis d’éviter la destruction des fortifications, derrière lesquels des faubourgs auraient pu être construits dans une « circonvolution ». « Le choc des passions » a amené à détruire la belle citadelle, « les citoyens éclairés » n’ont pas été consultés, affirme-t-elle, concluant, inquiète :

  • 15 Ibid., p. 290-297.

Que doit-il résulter de tout ce conflit ? L’ordonnance la plus bizarre ? Une ville incommode par la distribution de cinq ponts tournants coupant toutes les communications, trois bassins, n’ayant que deux entrées assez proches l’une de l'autre pour occasionner des avaries considérables, quatre fois plus en bassin qu’il n’en faudrait pour un commerce double du commerce actuel, une enceinte difficile à défendre, aisée à prendre, et mille autres inconvénients qu’il serait trop long de détailler15.

  • 16 A. Picon, Architectes et ingénieurs, op. cit., p. 95.

10Les ingénieurs, ces « nouveaux acteurs des embellissements dont les compétences s’accroissent sans limites16 », sont les premiers impliqués : la ville leur est totalement livrée, mais toute la difficulté, puisque Le Havre est sous la dépendance de trois corps, va être de répartir honorablement les tâches, afin que les Ponts et Chaussées ne dominent par trop.

  • 17 « Mercredi 31 juillet 1782. On dit que M. Légier, colonel ingénieur en chef de la place, reçoit un (...)
  • 18 18 A. Blanchard, Les Ingénieurs du Roy, op. cit., p. 458.
  • 19 19 Dossier maréchal de camp, 3 Yd 3245.

11Décision est donc prise, afin de ménager la susceptibilité des ingénieurs du Génie, auxquels vont revenir tout naturellement les destructions et reconstructions des murailles, de renouveler à Pierre-Joseph Légier, bientôt élevé au grade de maréchal de camp la responsabilité générale de tous les travaux qu’il assume déjà depuis le 31 juillet 1782. Cela lui permet, en principe, d’avoir autorité sur ses collègues des Ponts et Chaussées, qui doivent de leur côté superviser le creusement des bassins en premier lieu, puis la conception de la nouvelle ville, la répartition des quartiers neufs, le tracé des rues et des places, la délivrance des alignements et les adductions d’eau17. Nommer un militaire pour cette lourde tâche est certainement une décision politique permettant, à la fois, de reconnaître l’importance de ce corps et d’essayer de pacifier les rapports entre les corps d’ingénieurs. « Pierre-Joseph Légier, écrit Anne Blanchard, un excellent hydraulicien (il avait conduit dans les années précédentes les travaux de dessèchement de marais et de régularisation de la Meuse à Verdun) est, à peu de temps de là, chargé de mener l’agrandissement de la ville et du port du Havre dont il a fait un projet. Il éprouve des difficultés sans nombre dans la conduite de cette entreprise par suite de l’imbrication des compétences, des intérêts en jeu, surtout parce que ce grand projet se trouve lié à celui du commerce18. » Légier ne cache pas les énormes difficultés de sa charge, rappelant plus tard que le grand projet du Havre lui « a coûté tant de peines parce qu’il se trouvait lié aux vues du commerce et aux prétentions des départements et des districts19 ».

  • 20 20 Guy Coronio (dir.), 250 ans de l’école des Ponts en 100 portraits, Paris, Presses de l’école nat (...)

12Incontestablement, c’est aux ingénieurs des Ponts et Chaussées que vont revenir les initiatives les plus novatrices. « Il est indispensable d’avoir au Havre un certain nombre d’ingénieurs étant donné l’ampleur des travaux qui se montent à près d’un million par an », assure Dubois à Perronet qui se préoccupe de choisir et nommer des hommes à forte personnalité. Ainsi Lamblardie est rejoint rapidement par Louis Clément et Joseph Sganzin, qui le remplacera, après avoir souligné la nécessité d’être promu ingénieur en chef, lorsqu’après la mort de Perronet, le 9 ventôse an II (27 février 1794), Lamblardie sera désigné pour assumer la direction de l’école des Ponts et Chaussées, puis la fondation de l’École polytechnique20.

  • 21 ENPC, ms. 3096.

13Ils sont assistés par de jeunes collègues attirés par la nouveauté, qui demandent explicitement à être nommés au Havre. Jean-Baptiste Lapeyre (qui y reste de 1791 à sa retraite en 1812) et Antoine Gayant, successeur de Sganzin, font partie de la même génération, celle qui, ayant travaillé avec Lamandé, Lamblardie et Cessart aux travaux des ports maritimes, en devient ensuite responsable. Pierre-Simon Girard insiste aussi pour être nommé au Havre en qualité d’élève en 1788, puis y reste, toujours à sa demande, de janvier 1794 jusqu’en mars 1798, avant de participer à l’expédition d’Égypte, ainsi que Jacques-Marie Lepère, arrivé en 1791. On peut citer aussi les noms de Charles Bérigny, Joseph Cachin, Louis-Ferdinand Chaubry, Michel Chevalier, Pierre-Thomas Drappier (qui a demandé expressément aussi à travailler au Havre), Élisabeth-Théodore Fréminville, Antoine Gayant, Alexis Haudry, François Havet, Achille-Nicolas Isnard, Pioche, Louis Quevanne, Jacques Roland, Jean-Eustache de Sainte-Far, dont les engagements au Havre ont été plus ou moins longs. De jeunes stagiaires leur succèdent, formés dans les toutes dernières années de l’Ancien Régime, élèves de l’École polytechnique, parmi lesquels se distinguent François Eustache, jeune Havrais, ainsi que Mandé-Corneille Lamandé et Léon-Didier Jousselin, qui ont laissé un « Journal de la campagne faite au port du Havre l’an 6e et 7e de la république » de grand intérêt21.

  • 22 Voir dans la série C aux ADSM.

14Ils sont assistés et entourés par des équipes nombreuses de sous-ingénieurs, de dessinateurs (on peut citer Chevalier, Renault et Blondel qui travaillent avec Lamandé22), de chefs de bureau, secrétaires, comptables et commis, dont les capacités et la disponibilité sont indispensables à l’entreprise.

15Au service des ingénieurs doivent se trouver des entrepreneurs « intelligents », comme l’a si bien écrit Cessart, capables de s’engager pour des travaux de grande ampleur, qui ne se trouvent pas sur place. La plupart viennent de Paris ou de Rouen, soutenus par le gouverneur de la ville, l’intendant de la généralité ou les ingénieurs.

  • 23 « Estimation pour le port de Thibault à ce jour 1 231 862 livres 8 s 7 d » (SHD, Marine, DD2 831 e (...)

16Leur rôle et leurs responsabilités ont immenses, ils ne cessent de le répéter dans des dizaines de mémoires, souvent en forme de complaintes. À eux, rappellent-ils, reviennent les recrutements d’ouvriers, leur nourriture, leur entretien, l’achat des matériaux et des bateaux pour leur transport, celui des machines et des chevaux, la construction de fours à chaux, de hangars pour les charpentiers, d’écuries, de magasins à cordages, de ponts de service, de forges, de clôtures, de palissades, d’outils de la forge et de grues. À eux, insistent-ils, le soin de pallier les mauvaises estimations des ingénieurs, de tenir des comptes (les commis calculent tout au denier près), d’avancer des fonds, d’envoyer les nombreux comptes rendus circonstanciés aux responsables. Les ennuis de François-Thomas Thibault, frère de Paul-Michel, contraint à l’inventaire de tous ses matériaux le 15 mai 1786, par manque de moyens financiers, alors qu’il travaille depuis trois ans au « mur d’enceinte de la ville à la mer », et que les Ponts et Chaussées lui doivent plus d’un million de livres ne sont pas anodins23.

  • 24 A. Lemonnier-Mercier, « Grandeur et décadence... », art. cité, p. 227-252.
  • 25 AMH, DD 7.
  • 26 ENPC, ms. 3041.

17Les premiers engagés ont été le rouennais Pierre-Nicolas Barjolle et le puissant entrepreneur-architecte parisien Étienne Villetard, adjudicataires du prétoire en 1757-1758, auxquels leurs deux fils succéderont. La puissante association des frères François-Thomas et Jean-Louis Thibault, qui enlèvent les adjudications les plus importantes depuis celle des phares en 1772 jusque dans les années 1810, est certainement favorisée par la présence de leur frère Paul-Michel auprès de la municipalité. Ils possèdent des carrières, embauchent des équipes d’ouvriers considérables, engagent des sommes colossales, mais mourront ruinés24. Firmin Sénéchal, collaborateur de François-Thomas Thibault à Honfleur dès 177125, vient aussi participer aux travaux du Havre où il se fixe. En 1790, tandis que les Thibault s’affairent aux bassins et écluses de la Barre avec Lathuille et Logez, Sénéchal est occupé à construire les docks26.

  • 27 AN, E 2630 B.
  • 28 SHD, Marine, DD2 833 : Soumission pour le bassin d’Ingouville du 12 décembre 1787.
  • 29 AN, Minutier central, Et. LXXIX 285 : « Société entre M. Bonneval et les sieurs Lathuille et Logez (...)
  • 30 AN, Minutier central, Et. LXXIX 285 : « Alexandre Joseph Bonneval, ancien conseiller du roi, demeu (...)
  • 31 SHD, Marine, DD2 33.

18En 1786, outre les Thibault mentionnés dans L’État du roi pour les Ponts et Chaussées27, on trouve le nom de Pierre-Armand Lathuille, entrepreneur de bâtiments à Paris, qui partage les marchés, certainement attiré par la perspective de gains importants. Il est, dès décembre 178728, plus spécialement chargé du bassin d’Ingouville, avec François Logez29, d’où une « collaboration » tendue avec les frères Thibault. Lamandé a bien du mal avec eux : dès 1788, il se plaint de Lathuille et Logez, de leurs retards, du peu de sérieux de leurs promesses. Ils interrompent souvent les travaux ; vont même jusqu’à se plaindre des interventions des ingénieurs des Ponts et Chaussées qui se désolent du sort des malheureux ouvriers non payés. De plus, les difficultés financières, conséquence de la gestion hasardeuse de Joseph-Alexandre Bonneval, leur agent de change à Paris30 chargé des paiements, ainsi que d’une sous-traitance sans engagements fiables, pour ne pas dire à la limite de la malhonnêteté, que Lamandé ne craint pas d’évoquer, marquent la fin de leur intervention en 179631.

19Habituellement, les artisans havrais suffisent aux travaux de rénovation ou de construction des édifices. On retrouve toujours les mêmes noms, de véritables dynasties, au long du XVIIIe siècle. Jean Gautier dit Lamotte est couvreur, Nicolas Bazin « serrurier de cette ville », comme Morisse, qui a fourni les ferronneries du prétoire, Jacques Lecornu est maître charpentier, Jean Rosnay et Joseph-Pierre Gaunier sont maîtres maçons, Marie-Jeanne Poultier « marchande vitrière », Christophe Kaufman plombier. Ils veillent aux réparations des bâtiments publics et sont embauchés pour les nouvelles constructions.

  • 32 ADSM, L 1067; SHD, Marine, DD2 833.
  • 33 AMLH, FR H2 11.

20Pour les grands travaux, il semble tout naturel de faire appel à la nombreuse main d’œuvre militaire, solution pour laquelle Louis XVI lui-même a donné son accord. En 1788, le 4e régiment de Bourbon et le régiment de Béarn travaillent, mais lors des troubles révolutionnaires, lorsqu’ils sont rappelés, en 1789, il faut songer à recruter des équipes d’ouvriers. Une abondante main d’œuvre accourt alors. Les divers états précis d’embauche des manœuvres, terrassiers, tailleurs de pierre, charretiers, forgerons, commis, charpentiers et maçons, témoignent d’un recrutement national. Par exemple, un État des ouvriers des fortifications avec tous les noms des manœuvres et des terrassiers, du 2 mai 1792 comporte 483 « individus » en plus de 9 charretiers, 5 forgerons, 13 commis, 29 charpentiers et 147 maçons, venus de toute la France, car on a posé des affiches partout, à Vannes, Calais, Nantes, Évreux, jusqu’en Corse, dont 500 uniquement pour le département de Seine-Inférieure32. L’année suivante, le 7e jour du 2e mois de l’an second de la République (28 octobre 1793), Paul-Michel Thibault signe des états sur lesquels figurent des Bas-Normands venant de la région de Domfront, Lisieux et Pont l’Évêque qui, n’étant pas marins, remplacent les habitants des côtes mobilisés dans la Marine royale. Quand les Normands ne suffisent plus à la tâche, des Auvergnats, des Provençaux, des Italiens même viennent travailler « pour le citoyen Thibault », qui, outre ses fonctions officielles d’architecte de la ville, mène toujours une carrière fort active d’entrepreneur des fortifications33.

  • 34 AMLH, FR O3 1, liasse 8.

21Le recrutement n’est cependant que la première partie de la prise en charge de ces centaines d’hommes souvent turbulents. Il faut les loger, les nourrir, leur fournir le matériel, les soigner, les discipliner, au besoin les réquisitionner, ce qui suppose toute une organisation, œuvre des commis qui dressent de longues listes par noms et prénoms, âges, village d’origine, lieu de résidence et salaires. Les multiples « états nominatifs » en témoignent : État général et nominatif des charpentiers, maçons, manœuvres, terrassiers et autres ouvriers employés à l’époque du 6 mai 1793 dans les divers ateliers des Ponts et Chaussées au Havre, signé de Sganzin, ingénieur des Ponts et Chaussées ; État nominatif des ouvriers mis en réquisition par l'arrêté du comité de salut public du 28 vendémiaire de l’an III pour être employés aux travaux maritimes du port du Havre ; ou encore État nominatif des ouvriers en activité dans les différents chantiers du port du Havre qui demeurent chez des hôtesses et auxquels il a été délivré du pain sur les billets de la municipalité du 22 vendémiaire an IV34 (14 octobre 1795) (fig. 79).

  • 35 ENPC, ms. 3022.
  • 36 ENPC, ms. 3041 : « Règlement qui fixe le mode et la qualité des secours à accorder aux ouvriers qu (...)

22Des règlements, témoignages des difficultés, sont rapidement édictés. Celui de 1788 porte sur les horaires (la journée est de douze heures coupées par un repos de deux heures pour la prise du repas), sur l’encadrement policier (un sergent pour cinquante travailleurs ralliés au son du tambour), sur la quantité de nourriture à prévoir ou encore l’interdiction de l’eau-de-vie pendant le travail35. Les maladies sont fréquentes, dues au travail dans l’eau et décidé selon les horaires des marées. La surveillance de la santé est prévue, car « sur les ports de mer passé 7h du soir l’air se refroidit très promptement ce qui supprime trop subitement la transpiration et occasionne des maladies », mais l’admission à l’hôpital reste soumise à examen36.

23À toute cette population laborieuse sur place, s’ajoutent tous ceux dont la participation, indirecte, est indispensable : les carriers, les tuiliers et briquetiers, les matelots des bateaux transporteurs, les charpentiers et menuisiers, les bûcherons, dans l’ombre mais au service de tous.

  • 37 A. Lemonnier-Mercier, « Jean-Louis Archangé. Essai de biographie », Les Cahiers de Chloé, Comité d (...)

24L’unique architecte, parisien, qui intervienne nommément, à partir de 1786, est Jean-Louis Archangé, pour l’édification de la salle de spectacle. Son inspecteur des travaux est Jean-Léonard-Marquis Cretay, « architecte » avec lequel il a déjà travaillé pour le marquis de Louvois à Paris et le duc de Rohan au château de Rochefort-en-Yvelines37.

  • 38 AMLH, FR I2 24. « Agé de 60 ans » selon son passeport en 1792, donc né en 1732. Depuis 1778, il es (...)
  • 39 Annales, p. 304.
  • 40 AMLH, FR I2 36. Ancien entrepreneur de bâtiments, il est âgé de 54 ans selon son passeport en 1796 (...)
  • 41 AMLH, FA DD 36.

25Le seul « maître-charpentier-entrepreneur-architecte » havrais (ses capacités sont variées) est Pierre-Emmanuel Deshays38, originaire de Fécamp, fort estimé, qui a été adjudicataire des travaux du prétoire avec Villetard, en 1759. On lui doit aussi l’école de la Miséricorde édifiée en 1788 pour accueillir les jeunes filles pauvres39 et, certainement, la construction ou reconstruction de nombreuses maisons particulières, car son nom apparaît souvent dans les demandes d’alignement aux côtés de François Deshays, « Deshays le jeune40 », entrepreneur, son frère peut-être, lui aussi très actif41.

Figure 79 – « Journaliers domiciliés dans la dite ville employés aux ouvrages de fortification de cette place. Paul-Michel Thibault, entrepreneur 1793 » (AMLH, FR H2 11).

  • 42 AMLH, FA FF 95. Voir Michel Gallet, Les Architectes parisiens du XVIIIe siècle. Dictionnaire biogr (...)
  • 43 AMLH, FA FF 96 ; Les Architectes parisiens, op. cit., p. 59.
  • 44 AMLH, FA FF 97 ; Les Architectes parisiens, op. cit., p. 482.
  • 45 AMLH, FA FF 99 ; Les Architectes parisiens, op. cit., p. 209.
  • 46 AMLH, FA FF 100 ; Les Architectes parisiens, op. cit., p. 403.
  • 47 AMLH, FR I2 12 ; Les Architectes parisiens, op. cit., p. 483.
  • 48 AMLH, FR I2 42, le 29 mai 1793 ; Les Architectes parisiens, op. cit., p. 493
  • 49 Vignon, 1763-1828, architecte de l’église de la Madeleine à Paris. AMLH, FR I2 38, 18 floréal an V (...)
  • 50 AMLH, FR K 35.
  • 51 AMLH, FM D1 5.

26De plus, les registres des pensions et hôtels tenus depuis 1776, ainsi que les passeports révolutionnaires conservés à partir de 1790, permettent de noter les visites au Havre d’architectes plus ou moins connus, dont malheureusement, faute de plus de précisions, il faut se borner à relever les noms. Sont-ce des visites désintéressées ou ont-elles pour fin la recherche de marchés ? Qu’ont pensé de la ville « Mouchet architecte de Paris42 », Bénard « architecte du roi43 », Vauguyon et Catala, venus pour « se promener » accompagnés de Dumont, sculpteur, et de Jubé Du Tertre, en 178144 ? Que viennent voir au Havre, parmi d’autres constructeurs moins connus, « M. de Sainte Foy et M. Franque architectes du roi » le 26 septembre 178645, « M. Radel » en 178746, « M. Cressot » en 179247, puis Robert Tholomée « architecte de Paris » qui affirme que c’est « pour affaires de commerce48 », enfin Alexandre-Pierre Vignon, élève de Ledoux, le 18 floréal an VI49 (7 mai 1798) ? Ces hommes de l’art, passés rapidement, ont-ils été désireux de faire état de leurs talents au Havre ? la question n’a pas eu à se poser, les capacités de Paul-Michel Thibault, ont semblé suffire. Après son décès le 30 germinal an VII (19 avril 1799), il est remplacé par l’architecte de la bourse, Pierre-Louis Boucard, Parisien aussi, présent au Havre depuis 1784, collaborateur des ingénieurs des Ponts et Chaussées50. Extrêmement actif et compétent, il prend sa retraite, officiellement, à l’issue d’une longue et intéressante carrière, le 1er janvier 1823, mais travaille au Havre jusqu’en 1829, avant de se retirer à Paris51. Henry-Xavier Debenne, garde du Génie, son conducteur de travaux, lui succède, remplacé après son décès prématuré par Jean-Marin Lemarcis, polytechnicien, capitaine du Génie, jusque dans les années 1850.

Les hommes à l’épreuve des événements politiques

  • 52 AN, F14 10 906, registre 2.
  • 53 SHD, Marine, DD2 833.

27Lorsque, le 28 janvier 1787, l’assemblée des Ponts et Chaussées réunie chez Trudaine a officialisé l’exécution du plan Lamandé, il semblait ne faire aucun doute à Dubois, Cessart, Jean Cadet de Limay, inspecteur général, et Antoine de Chézy, adjoint de Perronet, signataires du projet, que son exécution se ferait en peu d’années52. Lamandé lui-même, dans son mémoire Projet des travaux à faire pour la campagne de 1786 et 1787 envisage sagement une durée de cinq ans (jusqu’en 1792), au moment où Calonne annonce au maréchal de Ségur qu’il accorde 900 000 livres pour les travaux sur les fonds de campagne de 1786, « 500 000 pour les Ponts et Chaussées et 400 000 pour les fortifications53 ». Tout semble donc en place.

28Mais l’année 1787 débute mal, puisque les décisions du 28 janvier et du 2 février sont suivies du décès de Vergennes, principal soutien de Calonne, le 13 février, et que la situation financière et politique s’avère difficile au moment de la préparation de l’assemblée des notables. La disgrâce de Calonne, le 8 avril, les remaniements ministériels et les nominations successives au poste de contrôleur général des Finances de Bouvard de Fourqueux, remplacé rapidement le 3 mai par Laurent de Villedeuil, puis par Claude-Guillaume Lambert, et enfin Jacques Necker, « directeur général des Finances » le 25 août 1788, ne vont pas faciliter les règlements financiers, tellement essentiels. Les sommes promises, ajoutées aux 300 000 livres empruntées, vont-elles suffire ?

  • 54 AMLH, FA DD 9.

29La municipalité, toujours aussi tenace, voyant venir un avenir incertain, n’hésite pas à adresser un mémoire, le 19 novembre 1787, à des personnalités éminentes afin d’obtenir leur appui. Dans un même élan et sans hésitation, ils alertent Etienne-Charles Loménie de Brienne, archevêque de Toulouse, éphémère chef du Conseil royal des Finances et principal ministre, son frère Athanase-Louis-Marie, comte de Loménie de Brienne, secrétaire d’État à la Guerre, Armand-Marc, comte de Montmorin, ministre de l’Intérieur par intérim, qui cumule entre 1787 et 1791 les postes de secrétaire d’État des Affaires étrangères et de la Marine, Louis-Alexandre, baron de Breteuil, secrétaire d’État de la Maison du roi et secrétaire de la guerre par intérim, Pierre-Charles Laurent de Villedeuil, secrétaire d’État de la Maison du Roi qui vient d’être nommé contrôleur général des Finances, enfin le duc François-Henri d’Harcourt gouverneur de Normandie, ainsi que La Millière, intendant des Ponts et Chaussées. Pour plus de soutien, ils demandent aussi à leur délégué à Paris, Stanislas Foache, personnalité négociante bien introduite dans les milieux financiers d’intervenir auprès des ministères. Les travaux du Havre ne sont-ils pas d’importance nationale ? Il faut rappeler le difficile équilibre entre les recettes et les dépenses et le déficit dû à une fraude « incroyable », conséquence de l’ouverture de l’enceinte, enfin « l’urgence de construire pour les particuliers dans la nouvelle ville ». Les réponses sont encourageantes, mais en cette époque déjà troublée plus proches de promesses que de décisions54.

Figure 80 – « Vue de la porte d’Ingouville ». Recueil des plans des divers établissements occupés par la Marine au Havre (SHD, Marine, SH 84).

  • 55 Sylvie Barot et Anne Bourienne-Savoye, Les Havrais et la Révolution en 1789, Le Havre-Rouen, CDDP- (...)
  • 56 AMLH, FA BB 129 : 11 août 1789, lettre à Lamblardie qui va faire combler les brèches des fortifica (...)

30L’année 1788 étant surtout occupée par les expropriations, lorsqu’arrive 1789, les événements politiques compliquent tout, et les travaux avancent plus que lentement55. La ville, dont les murs protecteurs sont plus ou moins détruits, éprouve une sensation d’insécurité56. La municipalité, préoccupée par les difficultés d’approvisionnement, repousse l’envoi des courriers sur les travaux. On parle de renvoyer dans leur commune les ouvriers sans travail. Marie Le Masson Le Golft néglige les comptes rendus des quelques travaux. Sensible à la misère, au prix du pain, et prise dans le grand mouvement général d’effervescence qui précède la réunion des États généraux, elle ne rapporte plus que les seuls événements politiques locaux et nationaux. En 1790, ses récits des élections de la nouvelle municipalité, puis des réunions et cérémonies patriotiques, lui font oublier les transformations de sa ville.

  • 57 Annales, p. 314-362 et 414.

31Pourtant, fin mai, elle signale que l’on commence à abattre la façade de la porte d’Ingouville, celle du sud qui regarde vers la partie ancienne de la ville57 (fig. 80). Car, malgré les troubles et les différentes orientations politiques, autant la municipalité que les ingénieurs sont bien décidés à continuer en se tenant prudemment en dehors des querelles.

  • 58 Jean-Xavier Bureaux de Puzy, 1750-1806, ingénieur militaire a été président de l’Assemblée nationa (...)
  • 59 ENPC, ms. 3056 : « Projet d’une lettre à adresser par les ingénieurs des ponts et chaussées chargé (...)
  • 60 AMLH, FR O3 1, liasse 1.

32Lamblardie, Sganzin et Clément sont d’autant plus ulcérés lorsqu’ils prennent connaissance, en juin 1790, de l’humiliante communication de Jean-Xavier Bureaux de Puzy58 à l’Assemblée constituante sur « les abus qui résultent des tristes succès des travaux du Havre », qui leur sont attribués, et répondent vertement dans le Journal de Paris59, car, pour leur malheur, ils sont les exécutants d’un projet royal. Un an plus tard, le 11 octobre 1791, Lamblardie, se servant à nouveau de l’influence de la presse, dans une longue lettre courageuse, riposte avec énergie aux attaques « calomnieuses » du Conseil général de la commune consécutives au récent examen des projets du port. Touché dans son honneur et celui de ses collègues, il rappelle qu’ils ne sont pas « les enfants gâtés de l’administration corrompue de 1787 », qu’ils ne tirent des travaux aucun avantage personnel, que les accusations de dilapidation et de cupidité sont injurieuses et termine en demandant, s’il y a lieu à inculpation, de le lui faire savoir rapidement60.

  • 61 AMLH, FR délibérations D1 2, p. 70 : « MM. Joseph Sganzin ; Achille Nicolas Isnard ; Louis Clément (...)
  • 62 AMLH, FR H2 121.2, 28 pluviôse an II (16 février 1794).

33Grâce à cette attitude digne, les ingénieurs sont relativement protégés pendant les événements révolutionnaires. Car, bien que le 23 août 1792 ils aient promis « de maintenir la liberté et l’égalité ou de mourir en les défendant61 » et qu’ils soient pourvus d’un certificat de civisme, ils sont toujours soupçonnés, et les conflits donnent lieu à des échanges souvent vigoureux. Entre autres, le comité révolutionnaire du Havre recevra une lettre scandalisée de Lamandé et devra affronter une levée de boucliers d’ingénieurs lorsqu’on osera reprocher à Jean-Baptiste Lapeyre d’avoir passé son enfance à Londres. De même, le citoyen Pierre-Alexandre Forfait, ingénieur de la Marine, lié par son mariage au monde négociant havrais, mis en arrestation (mais tellement indispensable), sera soutenu par ses ouvriers, inquiets de se retrouver au chômage, « considérant qu’il importe au salut public que les travaux de la Marine soient poussés à un degré d’activité extrême62 ».

34Car l’inquiétude est grande parmi les responsables : l’ennemi risque de profiter de la vulnérabilité de la ville pour attaquer. Il faut stimuler l’ardeur des ouvriers réquisitionnés et se rendre à l’évidence :

  • 63 AMLH, FR H2 11, octobre 1793.

Les sociétés populaires sont invitées à employer les armes puissantes de l’éloquence qu’inspirent l’amour de la Liberté & Lardent désir du Salut de la République pour entretenir l’activité de leurs concitoyens dans la confection des travaux qui tendent à rendre vains les efforts des satellites des tyrans coalisés et à les voir succomber aux pieds des remparts élevés pour le maintien de la liberté et de Légalité63.

35En plus de ces tracas incessants, les ingénieurs doivent continuer à travailler en se pliant à des lois et règlements nouveaux et à des réorganisations administratives successives, la première étant celle de l’organisation communale, la seconde celle des Ponts et Chaussées.

  • 64 Jean Tulard, Jean-François Fayard et Alfred Fierro (dir.), Histoire et dictionnaire de la Révoluti (...)
  • 65 Annales, p. 361-374 : « Ville du Havre, convocation d’assemblée au 3 février 1790 pour l’élection d (...)
  • 66 AMLH, FR O3 1, 14 octobre 1790.

36L’assemblée générale de la commune, qui, jusqu’à la décision d’agrandissement semblait se cantonner dans un rôle de « solliciteur » consentant aux projets du pouvoir, va, bientôt, à la faveur des événements politiques, être pourvue d’une nouvelle importance. Par la loi du 14 décembre 1789, qui accorde aux municipalités, désormais élues, des droits accrus sur tous les projets pour la commune, elle peut, maintenant, non seulement donner un avis, mais s’introduire dans les décisions64. Les élections du 3 février 1790 n’en ont pas changé brutalement la composition, mais, plus fortes et plus responsables vis-à-vis de l’administration et des administrés, ces personnalités négociantes vont s’introduire dans les décisions et être à même de discuter, sinon de contester, sérieusement des plans d’embellissements de leur ville65. Elles ne pourront toutefois pas toucher aux projets du port dont « les idées nouvelles peuvent varier à l’infini », lui rappelleront Lamblardie et Sganzin. Par contre, elles peuvent être « d’un grand poids », ajoutent-ils diplomatiquement, pour des « changements [...] relatifs à la disposition des masses des bâtiments civils dont partie doit être destinée à des établissements publics [qui] intéressent particulièrement la ville du Havre ». Néanmoins, la « forme » restera du ressort du « goût de l’artiste qui projette, combiné avec les dispositions les plus avantageuses dans les masses66. »

  • 67 Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, 1989, p. 1652.
  • 68 200 ans du conseil général des Ponts et Chaussées. Études et chronologies historiques, Paris, CGPC, (...)
  • 69 AMLH, FM O1 1, liasse 2 et D2 19, copie de lettres.

37Les difficultés augmenteront lorsque paraît la loi du 19 janvier 1791 relative à l’organisation des Ponts et Chaussées, qui prescrit que les travaux des ports de commerce où la marine militaire est reçue seront examinés par une assemblée mixte de commissaires des Ponts et Chaussées et du Génie dépendant du ministère de l’Intérieur67. D’autres remaniements suivront, imposés par les gouvernements successifs en 1793, en 1795, en 1799 (installation du Conseil d’État le 4 nivôse an VIII – 25 décembre 1800), puis le 22 prairial an X (11 juin 1802), lorsqu’un arrêté réattribue les ports de commerce aux Ponts et Chaussées, compliquant encore les responsabilités et les prises de décisions. Quand sont publiés, le 7 fructidor an XII (25 août 1804), l’acte fondateur du conseil général des Ponts et Chaussées, puis, le 25 octobre 1806, celui par lequel les ingénieurs des Ponts et Chaussées reprennent les « ports, canaux et navigation », l’administration semble en place pour l’achèvement des embellissements68. Il n’en sera cependant rien. En octobre 1809, le maire, Séry, rappelle au sous-préfet les difficultés d’exécution, la difficile coordination entre les ingénieurs : « Il n’y a actuellement personne qui soit chargé de diriger, surveiller et faire exécuter le plan de 1787 [...] et nous sommes même privés de tous les documents nécessaires pour diriger son exécution69. »

  • 70 AMLH, FM H4 1.
  • 71 AMLH, FM K 3.
  • 72 AMLH, FM O1 4 et O1 6.

38Le Havre, bombardé par les Anglais le 2 thermidor an XI (21 juillet 1803), puis les 4, 13 et 14 thermidor an XII (23 juillet, 1er et 2 août 1804), soumis au blocus continental, mis en état de siège en 1815, doit encore attendre ; seule la chute de Napoléon permettra de voir un certain accomplissement du plan Lamandé qui aura surmonté toutes les difficultés70. Car, malgré tout, une certaine continuité a été assurée par les hommes de l’ancien régime : n’est-ce pas Lamandé lui-même qui présente à Bonaparte l’état des travaux le 10 novembre 1802, aux côtés de Sganzin et de Forfait71 ? N’est-ce pas Boucard, architecte de la bourse en 1786, qui est chargé, à la suite de l’arrêté du 27 septembre 1808, du premier plan de la ville réalisé entre 1821 et 183172 ?

1790-1791 : le plan Lamandé contesté

39La reconstruction des portes et des remparts qui ressort de la responsabilité des ingénieurs du Génie ne souffre, en principe, aucune discussion, mais les travaux de la nouvelle ville de Lamandé, à la charge des ingénieurs des Ponts et Chaussées, vont rapidement trouver en la municipalité un interlocuteur contestataire. Les échanges d’idées, les discussions dans lesquelles chaque partie va défendre ses principes seront nombreuses avant de véritablement mettre en œuvre le plan prévu. Le principal sujet étant, pour les responsables municipaux, la présence, à l’intérieur de la ville, des établissements de la Marine.

40Forts de leur nouvelle autorité, ils ont envoyé, le 19 février 1790, une lettre à Lamblardie, laquelle, sous la courtoisie du propos et les remerciements, permet de déceler leur déception et, en conséquence, leur détermination de participer plus activement aux projets qui ont été examinés et sur lesquels ils se proposent de faire des « observations ». Ils n’y « dissimulent » pas leur souci premier, lié à l’emplacement des dits bâtiments de la Marine qui vont se trouver rassemblés à l’intérieur de la ville. Ils proposent donc la suppression des casernes ou leur rapprochement de la citadelle, ainsi que le transfert du parc aux bois et du réservoir de la mâture, qui serait « infiniment mieux placés » le long du canal Vauban. C’était une éventualité envisagée par Lamandé.

  • 73 AMLH, BB 129, copie de lettres, 19 février 1790.

41Le 7 mars 1790, ils sollicitent le soutien de Necker, alors directeur général des Finances, lui rappelant les démarches antérieures pour l’accroissement de la ville « depuis des années » et demandant qu’un « examen réfléchi » permette de décider, enfin, les établissements publics « convenables » prévus. Elle ne veut pas « gâter » la ville et argumente sur l’inconvénient des emplacements des édifices militaires. « Au lieu d’orner la ville de beaux édifices, au lieu de vendre au profit du roi ce terrain précieux pour la commodité des habitants, s’aviserait-on de placer dans la ville [un corps de caserne et un parc aux bois] à l’une de ses principales entrées ? Non monseigneur73. » Le 15 avril suivant, dans un autre courrier à « M.M. les administrateurs généraux des domaines à Paris », l’assemblée municipale rappelle l’urgence des décisions :

  • 74 AMLH, FR O3 1, liasse 1.

La plupart des habitants sont obligés de faire construire une grande quantité de maisons hors de la ville ou la situation est incommode & dont la dépense est préjudiciable à la vente des nouveaux terrains qui doivent servir à l’accroissement de la ville. Ils font bâtir avec des permissions qui ne devraient pas leur être accordées avant que les alignements [...] des rues et quartiers aient été tracés. Nous sollicitons la concession des terrains qui appartiennent au domaine & destinés à l’accroissement de notre ville. Le gouvernement a déterminé d’accroître notre ville parce que son enceinte était trop resserrée ; cependant voici plusieurs années écoulées sans que les travaux qui ont été faits quoiqu’assez considérables aient encore procuré le soulagement si désiré74

Figure 81 – Plan du Havre sans date ni auteur, aquarelle sur fort papier. En bleu les anciens quartiers, en rose l'agrandissement de la ville (AMLH, FR O3 1, liasse 1).

  • 75 AMLH, FR H2 9.
  • 76 BM Pont-Audemer, C 567.

42Le 27 juin 1790, Necker, dans sa réponse, semble se désintéresser du Havre dont les travaux sont, affirme-t-il, sous l’administration du ministre de la Guerre Jean-Frédéric Gouvernet de La Tour Du Pin. Quant à lui, il a assuré les fonds, mais « faute de crédits », « on » est obligé de suspendre les travaux75. Après sa démission, en septembre 1790, l’assemblée nationale votera cependant, le 29 octobre 1790, un versement de 90 000 livres pour les adjudicataires de l’écluse du bassin d’Ingouville et du creusement du nouveau bassin du Commerce, suivis, le 25 février 1791, de 650 000 livres « pour les travaux du Havre76 ». Ensuite, la loi du 4 mars 1791, « relative aux travaux du Havre », sera promulguée dans toute la France.

  • 77 AMLH, Délibérations FR D1 1.
  • 78 AMLH, FR O3 1, liasse 1.
  • 79 AMLH, FA DD 9.

43Entre temps, le 18 septembre 1790, le conseil général de la commune a pris l’importante initiative « après une étude attentive », de présenter puis d’enregistrer sa délibération, un rapport circonstancié77, accompagné d’un plan78, qui porte sur la structure complète de la nouvelle ville, c’est un travail complet d’urbanistes (fig. 81). Un autre document non daté, mais précis, Dimension des monuments, places, marchés, abreuvoirs, lavoirs, etc. demandés par Messieurs les officiers municipaux de la ville du Havre pour être placés dans les nouveaux quartiers projetés vient le compléter79.

  • 80 AMLH, FR O31, liasse 1, 14 octobre 1790.
  • 81 AMLH, FR O3 1, liasse 5.17 octobre 1790.

44Rapidement, le 14 octobre, Lamblardie et Sganzin feront part en retour de leurs « observations », en reprenant tout point par point, document qui montre cependant qu’ils sont plus préoccupés par l’avancement des travaux des bassins, des quais et des terrepleins que par ceux de la ville elle-même80. Car, trois jours plus tard, une importante visite du bassin d’Ingouville doit avoir lieu avec les ingénieurs et les entrepreneurs « pour la confection des dits-travaux ». Elle rassemble, en présence de Mistral, intendant de la Marine, P.-S. Michel, avocat, de Gaulle, hydrographe, Lamblardie, Fréminville, Joseph Sganzin, Louis Clément ingénieurs des Ponts et Chaussées et Armand Lathuille et François Logez, entrepreneurs81.

  • 82 ENPC, dossier Lesage, no 7.
  • 83 ENPC, dossier Lesage, no 4. Lamandé reconnaît la qualité du travail des dessinateurs en particulie (...)
  • 84 AMLH, FR O3 1, liasse 1, 14 octobre 1790.

45En ce même mois d’octobre 1790, François-Laurent Lamandé, certainement conscient de la qualité de la participation de ses collègues, mais aussi de la valeur des observations municipales, propose à Pierre-Charles Lesage, inspecteur de l’École des ponts et chaussées, de légender le plan de la nouvelle ville du nom des ingénieurs et non plus seulement du sien82. « Il faudra changer, écrit-il, quelque chose au titre de ce plan qui est écrit. Plan du Havre avec les projets des ouvrages pour l’amélioration du port proposé par M. Lamandé et approuvé le 2 février 1787, ce projet est celui qu'on exécute. Au lieu du titre, il faudra mettre celui-ci : Plan du Havre avec les projets des ouvrages pour l’amélioration du port proposé par les ingénieurs des Ponts et Chaussées et approuvé le 2 février 1787, ce projet est celui qu’on exécute [...] Il me paraît plus convenable que cela soit collectif83. » C’est à ce « plan Lamandé », que les élus municipaux entendent faire subir des modifications. Dès les premières lignes de sa délibération du 18 septembre 1790, le conseil général de la commune oblige les ingénieurs à porter toute leur attention sur ce qui les préoccupe le plus : le quartier ouest sur lequel figurent les établissements de la marine « au milieu de la ville », au maintien desquels ils sont totalement opposés. Ils veulent sa disparition « pour que l’emplacement servant maintenant de parc de la Marine fasse partie de la nouvelle ville » et qu’il soit transféré le long du canal d’Harfleur, solution dont Lamblardie et Sganzin semblent accepter le principe, en reprenant point par point le rapport municipal, insistant aussi sur l’importance des places, nombreuses, sur lesquelles doivent donner des édifices publics84.

46Les commentaires sont particulièrement précis de part et d’autre.

47Les membres du conseil de la commune déterminent précisément, en premier lieu, le plan de cette partie « qui se trouve à l’ouest de la rue Neuve Saint-Michel [...] divisée en sept rues de l’est à l’ouest et en sept du nord au sud qui formeront quarante îlots et quatre places » sur lesquelles donneront les nouveaux édifices publics. Une première place (A), de belles dimensions, 36 toises sur 55, soit 72 mètres sur 110, d’une surface d’environ 8 000 mètres carrés, sera bien située, « ainsi que l’église (B) qui s’y rattache », près de la « nouvelle porte du Perrey (D) » (ce sera plus tard la porte des Pincettes), qui doit se trouver dans l’axe du bassin du commerce, disposition capitale. À l’autre extrémité, le soleil levant éclaire déjà au passage la porte royale. Toutefois, « la dignité d’un temple » demandant qu’il soit isolé et débarrassé des baraques qui le circonscrivent, il faudra transformer un peu les abords. Les bâtiments de la seconde place (C, article 2), où sont prévus la prison et un corps de garde, méritent un changement : la prison (E) a des cours trop petites. On remarque, à ce propos, le souci de la municipalité qui pense que le gardien du corps de garde veillera aussi sur les prisonniers ! La troisième place (F, article 3), située le long de la jonction entre l’ancienne et la nouvelle ville où étaient prévues une poissonnerie (G) et des halles, « trop vaste pour son objet », ne s’impose pas, font remarquer Lamblardie et Sganzin. Quant à la quatrième place, « au bout de l’ouest du bassin du commerce », la plus importante, elle est située sur le parcours de la grande rue, à la jonction de l’ancienne et de la nouvelle ville. À ces dispositions générales s’ajoutent, fort rapidement, les évocations d’un nouveau collège (S), « à l’est de la place et au sud de la rue qui conduit au milieu du bassin du Commerce » et ceux d’un poids-le-roi et d’une poste aux lettres, dont les plans (G et R) sont déjà donnés.

48Au nord, à l’entrée de la ville, autour de la porte d’Ingouville et de sa place, dont le plan est décidé, le conseil propose la construction de hangars pour les chevaux et les voitures des paysans qui viennent vendre au marché, ainsi qu’un ensemble de « lavoir, abreuvoir et réservoir » avec une boucherie (celle du quartier Saint-François doit disparaître à cause de l’extension). Vers l’est, entre la porte d’Ingouville et la porte Royale, on retrouve les mêmes soucis de cohérence. Le prochain bastion « sera destiné à un établissement public » (les ingénieurs regrettant de ne pas trouver là une allusion à une nouvelle romaine à l’entrée de la ville), le suivant doit abriter un second lavoir-abreuvoir-réservoir, ainsi qu’un château d’eau. Près de la porte Royale, on prévoit aussi un établissement public et le troisième lavoir-abreuvoir-réservoir demandé.

49L’organisation urbaine est prévue : neuf rues partagent le terrain « en allant du nord au sud », afin de former vingt îlets. Au centre, entre les deux premiers bastions face au bassin, s’étend une place de 70 toises d’est en ouest et 50 du nord au sud, soit 140 mètres sur 100, au nord de laquelle on veut élever une église de 30 toises carrées (environ 120 mètres carrés). Le plan permet de retrouver, grâce à un examen attentif, cette disposition, bien qu’un papier collé sur l’emplacement cache le dessin de l’église et le remplace par celui d’un îlet et d’une place devant le bassin.

50Les deux îlets de la partie orientale du plan devront être « ajoutés par souci esthétique », écrit la municipalité, car il est indispensable de prolonger le bassin du commerce afin « que le quai de la Barre se trouve dirigé en ligne droite sur la porte Royale » et sa place. Les ingénieurs souscrivent à cette idée et le plan porte des traits de modifications qui permettent de relier les deux bassins et d’agrandir le quartier Saint-François.

51Le conseil se refuse à commenter le troisième quartier, celui de la citadelle. Selon lui, il se partage en deux parties, qu’il décrit fort peu, où, surtout, est ignorée, bien qu’elle figure déjà sur le plan, la comédie construite sur les plans de Jean-Louis Archangé qui existe depuis plus d’un an. La seule critique concerne le quartier militaire où il leur semble « mal projeté » de construire une église conséquente (KK). Il évoque uniquement et vaguement « des édifices publics, le tout conforme au nouveau plan adopté sur celui présenté par MM. les Ingénieurs des Ponts et Chaussées sur lequel il opérera quelques légers changements ». Cette observation permet de penser que, la salle de spectacle ayant pris la place importante qu’occupait traditionnellement l’église dans un quartier, il semble naturel d’en construire une dans la citadelle. Le texte, imprécis, ne comporte non plus aucune mention du projet de place Louis-XVI, grande place royale, absente du descriptif de la municipalité (dont on voit pourtant le dessin de la fontaine centrale) que les ingénieurs ne reprennent pas dans leur commentaire.

52La conclusion insiste encore sur la translation indispensable de tous les établissements de la Marine vers le canal d’Harfleur, suggestion à laquelle les ingénieurs des Ponts et Chaussées ne jugent pas utile de répondre, mais ils observent, parmi les inconvénients généraux du plan, « que les masses sont trop multipliées et qu’on sacrifie très inutilement par là un terrain précieux en rues ».

  • 85 ENPC, ms. 1869, 30 août 1791. Le marquis d’Herbouville (1756-1829), maire de Rouen, sera, en 1792, (...)
  • 86 AMLH, FR Délibérations, D1 15, 28 février 1791.
  • 87 ENPC, ms. 1869, 21 juillet 1791.
  • 88 AMLH, FR O3 1, liasse 1, 2 avril 1791, commentaires de Lamandé sur le plan de 1790.
  • 89 ENPC, ms. 1869, 8 et 15 novembre 1791.

53Ce projet municipal de 1790, préparé conjointement avec les ingénieurs, n’est qu’une péripétie parmi toutes celles qui ne tardent pas et qui ajournent les travaux. Mais elle est d’importance car les ingénieurs des Ponts et Chaussées qui pensaient être les maîtres d’œuvre avérés ne s’attendaient certainement pas à ces contestations que le marquis d’Herbouville, maire de Rouen, qualifie sans hésitation de « clameurs » dans une lettre de soutien à Lamblardie85. Ils s’en prennent surtout à Paul-Michel Thibault, aux responsabilités multiples et à l’autorité incontestable, « ayant dirigé les changements au plan », qui, bientôt, sera mandaté par l’assemblée communale auprès du département afin de discuter avec les responsables86. « Deux personnes ont contribué à faire proposer des changements en question, rappelle Lamblardie à La Millière, le sieur Thibault d’une part (celui des fortifications) et le sieur De Gaulle de l’autre. Vous connaissez assez leur moral : il est inutile que je vous en parle87. » Quant à Cessart, il insiste sur le fait que Paul-Michel Thibault « est le principal moteur des difficultés », pendant que Lamandé s’irrite de toutes ces considérations. Est-ce le port qui fait élever la ville ou la ville qui a fait former le port88 ? Et il conclut par un jugement sans appel : « Il ne faut pas espérer que les réclamations du sieur Thibault et de ses adjoints cessent, ni celles de M. De Gaulle [...] Nous ne pouvons pas nous flatter de satisfaire des hommes qui par défaut de lumières manifestent leur mécontentement89. » L’emploi du mot « lumières » nous confirme dans quel esprit les ingénieurs des ponts et chaussées sont persuadés de travailler et rappellent les préoccupations de Montbarey en 1779.

  • 90 AMLH, FR O3 1, liasse 1.

54Partant de toutes ces influences et considérations, Lamandé, qui a reçu le plan de la municipalité de 1790, le reprend longuement, le 2 avril 1791, soulignant toutefois que, lorsqu’il a proposé le sien, quatre ans auparavant, aucune contestation ne s’était élevée. Dans son Examen des demandes de la commune du Havre sur la distribution des maisons dans les nouveaux emplacements donnés pour l’agrandissement de la ville, il rappelle le peu d’importance pour lui des dispositions particulières90. Ce qui lui importe est le plan général, libre ensuite à la municipalité d’apporter des changements de détail.

1792 : l’aboutissement du « plan Lamandé »

55Une étude attentive des différents « plans Lamandé » s’impose, car ils abondent, sont toujours datés du 2 février 1787, mais ont évolué au fil du temps, ce qui peut tromper.

56La première version fait partie d’un rapport que le commissaire de la Marine Jean-Baptiste Bourdin a rendu à Castries le 11 avril 1787. Ce Plan du Havre avec les projets de 1787, légendé sur la voile d’un navire peint près de la tour François-Ier, présente un nouveau quartier au nord du bassin du commerce, tout en longueur, avec une place centrale identique à un autre exemplaire conservé dans les collections des musées historiques du Havre. La partie ouest de la ville nouvelle est laissée en blanc, avec les seules mentions « Parc aux bois de la Marine du roi » et « casernes de la Marine du roi » (fig. 82).

57Les suivants sont plus élaborés : le premier « proposé par M. Lamandé » mentionne les agrandissements vers Ingouville au nord, ou vers le bassin de la Barre à l’est, tandis que sur l’emplacement du parc aux bois sont dessinés des bâtiments, casernes (F) ou « chantiers, magasins et pour la Marine » (X). Un autre, « proposé par les ingénieurs des Ponts et Chaussées », y montre une esquisse de quartier.

  • 91 P.-F. Frissard, Histoire du port du Havre, op. cit.

58Puis le parc aux bois et les casernes disparaissent et la légende affirme « X emplacement destiné en 1787 pour les chantiers de la Marine du roi et demandé pour l’agrandissement de la ville ». Il s’agit incontestablement de la conséquence des demandes du conseil de ville. Le rapprochement avec le plan de 1790 peut le confirmer : ce sont les seuls où se trouve l’église du quartier ouest (fig. 83). L’ingénieur des Ponts et Chaussées Pierre-François Frissard le publiera dans son Histoire du port du Havre, en y ajoutant toutefois les deux forts que Louis XVI avait demandés sur la falaise91.

  • 92 AN, F14 728.

59Ensuite toute l’année 1791 est occupée par ces changements et les discussions entre les parties concernées jusqu’à ce qu’un consensus permette, le 26 novembre 1791, d’en aviser le Directoire du département, puis Jean-Marie de Valdec de Lessart, ministre de l’Intérieur. Le rôle de la municipalisé est clairement mentionné dans les modifications : « Le plan coté 3, rédigé par les ingénieurs et concerté avec la municipalité et approuvé du district a réuni les suffrages du Directoire. Nous vous prions Monsieur de le mettre sous les yeux du Roi92. »

  • 93 AMLH, FR O3 1, 2 avril 1791 : « Observations sur les changements proposés par la commune du Havre (...)

60Toutes les questions d’urbanisme semblent réglées, changements auxquels Lamandé, fort diplomate, a fini par se résoudre. Tout a été repris, tant les questions portant sur le port que sur les « masses de l’intérieur », rues, places et établissements civils, essentiellement au nord ; les ingénieurs des ponts et chaussées ont « fait leur devoir », ils ont cédé aux désirs municipaux. « Au lieu de deux places médiocres sur le bassin d’Ingouville obstruées et masquées par deux masses de maisons, mentionnait le texte municipal, on préférerait qu’il n’y en eût plus qu’une seule plus grande à découvert, et qu’au milieu il y ait une fontaine pour la facilité des navires à y faire leur eau, et qu’en cas d’événements malheureux, y réfugier avec promptitude les effets sauvés et quant aux autres distributions que pourrait exiger la commune. » De cette époque doit dater le collage du plan sur l’église prévue en Y, visible uniquement par transparence, car Lamandé décide que le principe « d’une église par quartier » est superflu, que leur nombre est bien suffisant. On ne conserve donc plus que dans le quartier ouest celle qu’on voulait isoler de la place, abandonnée à son tour, sur le plan de 1792. Est-ce sous la pression des événements politiques ? En fait, les ingénieurs ont décidé de se préoccuper plus, comme l’assure Lamandé, du plan global et de laisser aux administrations les décisions de « détail93 ».

  • 94 AN, Cartes et plans, dossier F14 10 236-10 242, lettre du 10 avril 1792.
  • 95 AMLH, FR O3 1, liasse 1.

61En conséquence, les dix-huit exemplaires du « plan Lamandé » gravés, auxquels est jointe une lettre, envoyés le 10 avril 1792 à Dubois, peuvent être considérés comme le projet final (fig. 84). « Monsieur, écrit l’auteur à son supérieur, j’ai l’honneur de vous adresser un plan gravé du port du Havre sur lequel j’ai fait les changements arrêtés dernièrement. Vous y trouverez même le projet des chantiers de reconstruction de la Marine royale proposé sur le canal d’Harfleur en destinant l’emplacement compris entre le bassin d’Ingouville, le bastion de Sainte-Adresse et la nouvelle enceinte à la construction de bâtiments civils, cet objet n’est cependant pas encore décidé94. » On ne sait si le roi a pu avoir connaissance des résultats de tant de discussions. Les temps ont changé, ce sont maintenant les intéressés qui décident et font part de leurs désirs aux détenteurs du pouvoir. Le but étant « le bien général de la commune », plus importante place de commerce de l’empire français régénéré, car « de ces plans dépend le bonheur des générations futures95 ».

Figure 82 – « Plan du Havre avec les projets de 1787 » (« Procès-verbal des terrains et divers établissements appartenant au roi occupés par la Marine au port du Havre. Au Havre 11 avril 1787, Bourdin », SHD, Marine, SH 84).

Figure 83 – « Plan du port du Havre avec le projet relatif à son amélioration et à son agrandissement. Rouen le Ier janvier 1787. Lamandé. Approuvé le 10 mars 1787. Calonne ». Détail. Noter la présence d’une église près des remparts à l’ouest (AP Lamandé).

Figure 84 – « Plan du Havre avec le projet des ouvrages pour l'amélioration du port et l’agrandissement de la ville proposé par les ingénieurs des Ponts et Chaussées et approuvé le 2 février 1787, ce projet est celui qu’on exécute. » Plan gravé envoyé à Dubois en 18 exemplaires accompagné d’une lettre datée du 10 avril 1792 (AN, cartes et plans, F14 10 236-10 242, no 21).

Notes

1 ADSM, L1067.

2 Voltaire, Des embellissements de la ville de Cachemire [1750], Œuvres, Paris, Firmin-Didot, 1869-1873, t. VI, p. 613-619.

3 Ibid.

4 AMLH, FA AA 32.

5 Voltaire, Des embellissements de Paris [1749], Œuvres, op. cit., t. V, p. 390-393.

6 AMLH, FA DD 9, sans date.

7 AN, Fl4 728, sans date.

8 AMLH, FA AA 41.

9 Pierre Rosenberg, « Avant-propos », dans Alexandre Gady et Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), De l’esprit des villes. Nancy et l'Europe urbaine au siècle des Lumières, 1720-1770, Versailles, Artvs, 2005, p. 20.

10 AMLH, FA DD 10.

11 AMLH, FA DD 9.

12 AN, F14 728 ; ADSM : dans les fonds notariés pendant les années 1789-1790, 2 E 70, les cotes C 204 et 699.

13 Annales, p. 155-156.

14 Ibid., p. 289.

15 Ibid., p. 290-297.

16 A. Picon, Architectes et ingénieurs, op. cit., p. 95.

17 « Mercredi 31 juillet 1782. On dit que M. Légier, colonel ingénieur en chef de la place, reçoit une commission du roi qui le charge d'inspecter tous les travaux du port » (Le Havre).

18 18 A. Blanchard, Les Ingénieurs du Roy, op. cit., p. 458.

19 19 Dossier maréchal de camp, 3 Yd 3245.

20 20 Guy Coronio (dir.), 250 ans de l’école des Ponts en 100 portraits, Paris, Presses de l’école nationale des Ponts et Chaussées, 1997, p. 57-59.

21 ENPC, ms. 3096.

22 Voir dans la série C aux ADSM.

23 « Estimation pour le port de Thibault à ce jour 1 231 862 livres 8 s 7 d » (SHD, Marine, DD2 831 et 833)-

24 A. Lemonnier-Mercier, « Grandeur et décadence... », art. cité, p. 227-252.

25 AMH, DD 7.

26 ENPC, ms. 3041.

27 AN, E 2630 B.

28 SHD, Marine, DD2 833 : Soumission pour le bassin d’Ingouville du 12 décembre 1787.

29 AN, Minutier central, Et. LXXIX 285 : « Société entre M. Bonneval et les sieurs Lathuille et Logez 15 mars 1788 ».

30 AN, Minutier central, Et. LXXIX 285 : « Alexandre Joseph Bonneval, ancien conseiller du roi, demeurant à Paris, rue Neuve des Petits Champs. » Dès 1790, les entrepreneurs se retournent contre Bonneval qui ne paie pas les ouvriers ; on craint une révolte (AMLH, FR O3 6).

31 SHD, Marine, DD2 33.

32 ADSM, L 1067; SHD, Marine, DD2 833.

33 AMLH, FR H2 11.

34 AMLH, FR O3 1, liasse 8.

35 ENPC, ms. 3022.

36 ENPC, ms. 3041 : « Règlement qui fixe le mode et la qualité des secours à accorder aux ouvriers qui tombent malades ou qui sont blessés dans les chantiers de travaux publics ».

37 A. Lemonnier-Mercier, « Jean-Louis Archangé. Essai de biographie », Les Cahiers de Chloé, Comité d’histoire locale d’Orsay et des environs, no 9, mai 2003.

38 AMLH, FR I2 24. « Agé de 60 ans » selon son passeport en 1792, donc né en 1732. Depuis 1778, il est bourgeois de la ville (AMLH, FA BB 66).

39 Annales, p. 304.

40 AMLH, FR I2 36. Ancien entrepreneur de bâtiments, il est âgé de 54 ans selon son passeport en 1796, donc né en 1742 et travaille au Havre depuis 34 ans.

41 AMLH, FA DD 36.

42 AMLH, FA FF 95. Voir Michel Gallet, Les Architectes parisiens du XVIIIe siècle. Dictionnaire biographique et critique, Paris, Mengès, 1995, p. 489.

43 AMLH, FA FF 96 ; Les Architectes parisiens, op. cit., p. 59.

44 AMLH, FA FF 97 ; Les Architectes parisiens, op. cit., p. 482.

45 AMLH, FA FF 99 ; Les Architectes parisiens, op. cit., p. 209.

46 AMLH, FA FF 100 ; Les Architectes parisiens, op. cit., p. 403.

47 AMLH, FR I2 12 ; Les Architectes parisiens, op. cit., p. 483.

48 AMLH, FR I2 42, le 29 mai 1793 ; Les Architectes parisiens, op. cit., p. 493

49 Vignon, 1763-1828, architecte de l’église de la Madeleine à Paris. AMLH, FR I2 38, 18 floréal an VI (7 mai 1798) : « Alexandre Pierre Vignon, architecte de Paris, nous ayant déclaré avoir perdu son passeport, & présenté par Pellard commissaire des guerres, et Justin aubergiste, demeurant à Paris 5e arrondissement, va à Caen. 34 ans, 5 pieds 8 pouces, châtain clair, yeux gris, nez gros, bouche grande, menton rond, front large, visage long et uni. »

50 AMLH, FR K 35.

51 AMLH, FM D1 5.

52 AN, F14 10 906, registre 2.

53 SHD, Marine, DD2 833.

54 AMLH, FA DD 9.

55 Sylvie Barot et Anne Bourienne-Savoye, Les Havrais et la Révolution en 1789, Le Havre-Rouen, CDDP-CRDP, 1989.

56 AMLH, FA BB 129 : 11 août 1789, lettre à Lamblardie qui va faire combler les brèches des fortifications.

57 Annales, p. 314-362 et 414.

58 Jean-Xavier Bureaux de Puzy, 1750-1806, ingénieur militaire a été président de l’Assemblée nationale en 1790.

59 ENPC, ms. 3056 : « Projet d’une lettre à adresser par les ingénieurs des ponts et chaussées chargés des travaux du port du Havre à MM. les rédacteurs du journal de Paris », « Lamblardie, Sganzin, Clément, au Havre 9 juin 1790 ».

60 AMLH, FR O3 1, liasse 1.

61 AMLH, FR délibérations D1 2, p. 70 : « MM. Joseph Sganzin ; Achille Nicolas Isnard ; Louis Clément ingénieurs des Ponts et Chaussées en cette ville ont été introduits et chacun d’eux a prêté individuellement serment de maintenir la liberté et l’égalité ou de mourir en les défendant. »

62 AMLH, FR H2 121.2, 28 pluviôse an II (16 février 1794).

63 AMLH, FR H2 11, octobre 1793.

64 Jean Tulard, Jean-François Fayard et Alfred Fierro (dir.), Histoire et dictionnaire de la Révolution française, Paris, Laffont, 1995, p. 321.

65 Annales, p. 361-374 : « Ville du Havre, convocation d’assemblée au 3 février 1790 pour l’élection de la municipalité ». Voir : Philippe Manneville, « Élire une municipalité en 1790 ; le cas du Havre », Révolution et mouvements révolutionnaires en Normandie, Recueil de l’association des amis du vieux Havre, no spécial hors-série, 1990, p. 299-312.

66 AMLH, FR O3 1, 14 octobre 1790.

67 Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, 1989, p. 1652.

68 200 ans du conseil général des Ponts et Chaussées. Études et chronologies historiques, Paris, CGPC, 2005, t. I, p. 18-27 et 29-31.

69 AMLH, FM O1 1, liasse 2 et D2 19, copie de lettres.

70 AMLH, FM H4 1.

71 AMLH, FM K 3.

72 AMLH, FM O1 4 et O1 6.

73 AMLH, BB 129, copie de lettres, 19 février 1790.

74 AMLH, FR O3 1, liasse 1.

75 AMLH, FR H2 9.

76 BM Pont-Audemer, C 567.

77 AMLH, Délibérations FR D1 1.

78 AMLH, FR O3 1, liasse 1.

79 AMLH, FA DD 9.

80 AMLH, FR O31, liasse 1, 14 octobre 1790.

81 AMLH, FR O3 1, liasse 5.17 octobre 1790.

82 ENPC, dossier Lesage, no 7.

83 ENPC, dossier Lesage, no 4. Lamandé reconnaît la qualité du travail des dessinateurs en particulier celui de Berthault.

84 AMLH, FR O3 1, liasse 1, 14 octobre 1790.

85 ENPC, ms. 1869, 30 août 1791. Le marquis d’Herbouville (1756-1829), maire de Rouen, sera, en 1792, président de l’assemblée départementale.

86 AMLH, FR Délibérations, D1 15, 28 février 1791.

87 ENPC, ms. 1869, 21 juillet 1791.

88 AMLH, FR O3 1, liasse 1, 2 avril 1791, commentaires de Lamandé sur le plan de 1790.

89 ENPC, ms. 1869, 8 et 15 novembre 1791.

90 AMLH, FR O3 1, liasse 1.

91 P.-F. Frissard, Histoire du port du Havre, op. cit.

92 AN, F14 728.

93 AMLH, FR O3 1, 2 avril 1791 : « Observations sur les changements proposés par la commune du Havre dans les dispositions du projet adopté en 1787 pour l’amélioration et l’agrandissement du port du Havre ». Ces « observations » sont signées « Lamandé ».

94 AN, Cartes et plans, dossier F14 10 236-10 242, lettre du 10 avril 1792.

95 AMLH, FR O3 1, liasse 1.

Table des illustrations

Légende Figure 77 – Affiche ordonnant les expropriations des terrains, 28 octobre 1787 (AMLH, FA DD 9).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Figure 75 – « Le Havre, 1790. Fragment de plan relatif aux jardins et terrains qui seront occupés par la nouvelle enceinte de la ville ». Partie nord (AMLH, FA DD 10).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure 79 – « Journaliers domiciliés dans la dite ville employés aux ouvrages de fortification de cette place. Paul-Michel Thibault, entrepreneur 1793 » (AMLH, FR H2 11).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Figure 80 – « Vue de la porte d’Ingouville ». Recueil des plans des divers établissements occupés par la Marine au Havre (SHD, Marine, SH 84).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5402/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 81 – Plan du Havre sans date ni auteur, aquarelle sur fort papier. En bleu les anciens quartiers, en rose l'agrandissement de la ville (AMLH, FR O3 1, liasse 1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5402/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Figure 82 – « Plan du Havre avec les projets de 1787 » (« Procès-verbal des terrains et divers établissements appartenant au roi occupés par la Marine au port du Havre. Au Havre 11 avril 1787, Bourdin », SHD, Marine, SH 84).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5402/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Figure 83 – « Plan du port du Havre avec le projet relatif à son amélioration et à son agrandissement. Rouen le Ier janvier 1787. Lamandé. Approuvé le 10 mars 1787. Calonne ». Détail. Noter la présence d’une église près des remparts à l’ouest (AP Lamandé).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5402/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Figure 84 – « Plan du Havre avec le projet des ouvrages pour l'amélioration du port et l’agrandissement de la ville proposé par les ingénieurs des Ponts et Chaussées et approuvé le 2 février 1787, ce projet est celui qu’on exécute. » Plan gravé envoyé à Dubois en 18 exemplaires accompagné d’une lettre datée du 10 avril 1792 (AN, cartes et plans, F14 10 236-10 242, no 21).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5402/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540