Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Embellissements du Havre au xviiie siècle

 | 
Aline Lemonnier-Mercier

Chapitre V. L’invention du « plan Lamandé »

4 juillet 1782 : un acte royal décisif

Texte intégral

  • 1 SHD, Génie, 1 VH 871.

1 C’est par la volonté de Louis XVI, notée en marge du Mémoire relatif aux conditions que doit remplir le projet général d'agrandissement pour Le Havre qui porte les mentions « Copie d’un mémoire du 15 mai par Fourcroy » et « Décision du Roy du 4 juillet 1782, concernant la citadelle et la nouvelle enceinte du Havre », que va se décider du sort de la ville1.

  • 2 J. de Viguerie, Histoire et dictionnaire, op. cit., p. 1533.

2Ce texte consensuel et modéré (les deux corps sont représentés par leurs directeurs respectifs, Perronet et Fourcroy) est néanmoins définitif. Le roi affirme se montrer sensible tant aux arguments militaires que commerciaux, et, après un examen attentif des projets, à « faire le sacrifice » de la citadelle. Reprenant les conclusions du mémoire de Fourcroy et Groignard de 1779, à la suite de ce nouveau texte de Fourcroy, il affirme indispensable de doubler la superficie de la ville, les terrains prévus jusque-là étant notoirement insuffisants. La situation est favorable : les victoires en Amérique et aux Indes se succèdent, le 27 février 1782, la Chambre des communes a demandé au roi d’Angleterre George III et au Premier ministre lord North d’arrêter la guerre. La perspective de la paix est un motif puissant d’espoir2.

  • 3 SHD, Génie, 1 VH 871.

3Toutefois, Louis XVI apporte à sa décision trois conditions « également inséparablement unies au sacrifice que le Roy pourra faire de la citadelle du Havre aux avantages de son commerce », concernant la nécessité de l’indispensable défense de la ville, précautions que l’expérience impose, les Anglais restant malgré tout l’ennemi3 :

1° En occupant le banc du pouillé, il faut fermer ce nouveau quartier par Un rempart terrassé avec fossé et chemin couvert coupé le long de la mer, tant pour couvrir la ville sur ce long côté, que pour restituer sur la mer les feux du front d’ouest et de la citadelle.
20 Il devient très nécessaire de démolir le front d’est de la citadelle, pour le porter en avant, le raccorder avec les bastions de la gauche, et de procurer tout l’espace convenable à l’agrandissement de la ville, aux besoins de la marine du Roy et à ceux du département de la guerre.
3° En supprimant la citadelle, il est indispensable de rétablir l’enceinte de la ville de façon à s’y assurer au moins six semaines de défense, en cas d’entreprise de l’ennemi dans des circonstances où le royaume s’est déjà trouvé plusieurs fois depuis sa splendeur.

4Mais les difficultés ne vont pas s’aplanir, les conflits s’apaiser, les intérêts converger rapidement ni les fonds abonder aussitôt. Certes, les ingénieurs militaires s’inclinent devant la volonté royale, mais il reste à la mettre en œuvre sans blesser aucune susceptibilité ni aucune autorité, en développant une prudente stratégie. Charles Gravier de Vergennes, secrétaire d’État des Affaires étrangères, en charge de la Normandie de 1781 à 1787, qui a assumé les responsabilités de l’engagement de la France en Amérique, connaît parfaitement Le Havre et se soucie de la mise en place du programme.

Figure 57 — Portrait de Lamblardie (musées historiques du Havre © MH-LB).

  • 4 AN, F14 2252 2.
  • 5 Mémoire sur les côtes de la Haute Normandie comprises entre l’embouchure de la Seine et celle de la (...)
  • 6 AN, F14 2254 2. Voir A. Femonnier-Mercier, « François-Laurent Lamandé et les ingénieurs du XVIIIe (...)

5L’une des étapes est, rapidement, la nomination de responsables dont la compétence soit reconnue parmi les ingénieurs des deux corps. Pierre-Joseph Légier, prestigieux ingénieur militaire présent sur place depuis 1774, est définitivement nommé en juillet 1782 responsable des travaux du Génie, tandis qu’en avril 1782, Perronet nomme Jacques-Élie Lamblardie, élève de Cessart (qui, lui, est promu inspecteur à Rouen le 15 du même mois), spécialement en vue des travaux du Havre4 (fig. 57). Ce jeune ingénieur, qui a déjà fait ses preuves à Dieppe, vient de publier une étude, objet d’un rapport à l’Académie des sciences : Mémoire sur les côtes de la Haute Normandie comprises entre l’embouchure de la Seine et celle de la Somme, considérées relativement au galet qui remplit les ports situés sur cette partie de la Manche5. Parfaitement compétent, il est l’un des plus importants artisans des grands travaux du Havre. En décembre, ensuite, François-Laurent Lamandé, ingénieur en chef des ponts et chaussées qui a déjà été en poste à Tours lors des travaux du pont sur la Loire, puis aux Sables d’Olonne, qu’il a protégé des assauts de la mer, et enfin à Montauban, est nommé au poste de Rouen qu’occupait Dubois. Il aura bien besoin de ses qualités de diplomate pour mener à bien tous les travaux6.

  • 7 A. Femonnier-Mercier, « Paul-Michel Thibault architecte de la ville du Havre », Cahiers havrais de (...)
  • 8 « Plan dessiné et levé par M. Thibault entrepreneur des ouvrages du roi à la réquisition du sieur (...)

6Quelques mois auparavant, le 17 juin 1782, le décès de Vernisse a permis à Paul-Michel Thibault d’accéder au titre officiel d’architecte-fontainier de la ville7. Pendant dix-sept ans, jusqu’à sa mort en 1799, et ce malgré les changements politiques, il occupera le poste, transformant cette fonction de soumission à la municipalité en un véritable pouvoir. Responsable consciencieux des travaux des fontaines, rédacteur des procès-verbaux municipaux pour les constructions, puis des expropriations indispensables aux agrandissements, adjudicataire des travaux de fortifications, et plus tard chargé de l’inventaire des biens nationaux, il travaillera avec Légier et tous les ingénieurs, menant avec brio cette carrière multiple. Lorsque, entre autres, le 6 février 1782, les négociants adressent à « Monseigneur de Castries » un mémoire de rappel sur les difficultés dues aux amas de galets amassés à l’entrée du port accompagné d’un plan, c’est à lui qu’on demande une coupe de la falaise du cap de la Hève8.

  • 9 AMFH, FA BB 67.

7Cette même année, le lieutenant du roi Virieu de Beauvoir étant décédé, le roi choisit pour ce poste important, le 7 juillet, Louis-Marie comte de Villeneuve Cillart, « brigadier d’infanterie par la connaissance de sa valeur, courage, expérience de la guerre, vigilance et sage conduite, ainsi que de sa fidélité et affection de son service ». Cette nomination n’est pas sans importance, car il est recommandé par le duc d’Artois, frère du roi. C’est un militaire à la carrière brillante qui a combattu en Inde. Proche du pouvoir, il a participé à l’éducation des enfants de France « jusqu’à leur mariage ». Le prince vante ses campagnes et assure que « ses habitudes avec les marins lui ont rendu plus familier qu’à d’autres tout ce qui a rapport à la marine et au commerce9 ».

Des avis indispensables : le recours à l’Académie des sciences

  • 10 ENPC, ms. 3082, lettre de Cessart à Perronet, le 10 mai 1782.

8Cessart, dont l’ouverture d’esprit et la lucidité sont aussi remarquables que le dynamisme, soucieux du prestige des Ponts et Chaussées et de la qualité future des aménagements du port, a alerté Perronet, quelque temps avant la décision royale, sur une question essentielle à son avis. Il est bien difficile, a-t-il jugé, « d’asseoir des idées justes » à partir de « simples plans » du port, et, pour donner plus d’authenticité à la décision, il lui paraît judicieux de demander l’avis de marins. Il propose donc une démarche auprès de Charles-Pierre Claret, comte de Fleurieu, alors directeur général des ports et arsenaux de la Marine et de Jean-Charles de Borda, directeur de l’École du Génie maritime, tous deux membres de l’Académie des sciences10.

  • 11 ENPC, ms. 2014.
  • 12 AN, tonds Marine, D2 9, le 16 décembre 1782 (lettre communiquée à Condorcet, Bossut et Bezout).
  • 13 AMFH, FA BB 71.

9C’est exactement l’avis de Jean-Baptiste de Gaulle, ingénieur de la Marine au Havre, membre correspondant de l’Académie des sciences, qui constate amèrement que « les Ponts et Chaussées sont à la veille de remporter une victoire complète » et émet un commentaire fort critique sur le plan de Dubois, ce qui n’étonnera pas. Il fait cependant partie du collège d’experts convoqué à la maison de ville, le 13 juillet 1782, où il rencontre le marquis de Beuvron, le duc d’Harcourt, La Millière et Légier, pour y examiner le plan qu’il commente en marin11. Quant à l’abbé Dicquemare, fort de son autorité scientifique et de ses références de correspondant de l’Académie des sciences et de celle de Marine, il a écrit directement au duc de Castries pour proposer de mettre ses connaissances du rivage au service de sa ville12. Car il est un fait à souligner : les Havrais qui s’expriment, en général, par l’intermédiaire de leur assemblée municipale, à laquelle « on » a enfin présenté un plan le 9 juillet 1782, ont été jusque-là fort peu consultés13.

  • 14 Annales, p. 133-134.
  • 15 AN, tonds Marine, D2 9, no 48 « Inventaire des pièces envoyées à M. de Bory le 15 décembre 1782 et (...)

10De Gaulle pourrait être rassuré par des démarches engagées, toujours prises par initiative royale. Sollicité en premier, Guillaume-Jacques Liberge de Granchain, officier de marine et scientifique averti ayant participé à la campagne d’Amérique, se déplace au Havre le 14 octobre 1782, « pour conférer de la part du ministre de la Marine sur le plan que le Roy avait agréé et contre lequel il s’est élevé beaucoup d’objections qui paraissent fondées malgré les changements qu’on avait faits14 ». Mais, après avoir pris l’avis de « de douze capitaines ou pilotes du Havre » sur les objets de leur compétence, il se récuse, estimant que le commerce lui est « étranger », et il préfère transmettre l’épais dossier couvrant toutes les démarches des dernières années, de 1778 à 1782, courriers, plans et mémoires des trois ministères concernés, Marine, Guerre et Finances. S’y trouve le rapport de Fourcroy et Groignard, toujours d’actualité, auquel il a joint un plan du Havre qui sert de base de discussion, ainsi que les projets de Cessart, de Bressolles et un mémoire de de Gaulle15.

11À la suite de cette défection, il faut trouver d’autres experts. Un mois plus tard, le 29 novembre 1782, un courrier du maréchal de Castries parvient à Perronet, de la part de Louis XVI lui-même, qui donne de nouveau des ordres précis :

  • 16 ENPC, ms. 3082.

Le roi désire, monsieur, que vous vous chargiez, conjointement avec MM. de Condorcet, Bezout et l’abbé Bossut, de l’examen de quelques points relatifs aux différents travaux nécessaires pour la sûreté et la commodité du port du Havre et sur lesquels il s’est élevé des difficultés qui ne peuvent être résolues que par les principes des sciences que vous cultivez.
Sa Majesté qui connaît votre zèle pour tout ce qui peut intéresser l’utilité publique compte que vous voudrez bien vous occuper incessamment de cet objet et ne rien négliger de tout ce qui pourra vous mettre à portée de remplir ses vues16.

  • 17 Élisabeth Badinter, Condorcet. Un intellectuel en politique, Paris, Fayard, 1988, p. 107-109 et 18 (...)

12La présence de Jean-Antoine-Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet, avant tout mathématicien, à la tête de la délégation peut étonner, mais aussi se justifier. En effet, depuis 1774, sous la pression amicale de Turgot, il a déjà rempli plusieurs missions avec certains de ses amis, dont l’abbé Bossut, entre autres sur la navigation intérieure, « essentielle au développement du commerce ». D’autre part, récemment, dans son discours de réception à l’Académie française, hommage aux Lumières et à Turgot, il a évoqué la liberté du commerce entre les nations. Il craint la prodigalité des ingénieurs des ponts et chaussées, c’est un homme de mesure qui semble donc désigné pour contribuer concrètement à la démarche17.

  • 18 AN, fonds Marine, D2 9, 1er décembre 1782.
  • 19 Ibid., 16 décembre 1782.

13Il faut fort peu de temps à Condorcet, Etienne Bézout, mathématicien et physicien qui a enseigné à l’école d’artillerie de La Fère, et à l’abbé Charles Bossut, professeur à l’école du Génie de Mézières, qui établira les bases de l’hydrodynamique et de l’hydrographie, pour présenter les conclusions de leur étude qui porte uniquement sur les travaux de port. Mais, lucides, ils se rendent compte qu’un jugement s’avère fort difficile à distance : « La connaissance du local sera absolument indispensable. » « Nous serons disposés, ajoutent-ils, de nous transporter au Havre à la fin de ce mois pour être en état d’y observer la grande marée des premiers jours de janvier18. » Gabriel de Bory, mathématicien et astronome, sollicité, répond qu’il se joint à eux avec « grand plaisir, pour le service du roi ». Il a aussi reçu une lettre de Castries, mais avant de se déplacer, il demande à connaître très précisément les intentions du ministre et à rencontrer Mistral19.

  • 20 Jean-Marie Le Père, Mémoire sur divers projets pour l’amélioration et l’agrandissement du port du (...)
  • 21 D’autres comptes rendus de la présentation des plans semblent plus approximatifs, mais il faut dir (...)
  • 22 AMLH, FA FF 98.
  • 23 Annales, p. 138.

14Outre les Annales de Marie Le Masson Le Golft, le Mémoire sur divers projets pour l’amélioration et l’agrandissement du port du Havre20, publié en 1791, écrit par Jacques-Marie Le Père, ingénieur des ponts et chaussées, s’avère être une transcription synthétique très fiable des faits pendant cette période où s’entrecroisent les courriers, car elle a le mérite de leur être pratiquement contemporaine21. Le Père commente avec assez de précisions les diverses démarches et mentionne, en particulier, que les quatre académiciens ont « pris connaissance dans les ports de Dieppe et de Fécamp des travaux qui y sont exécutés ». Effectivement, ils ne tardent pas à arriver au Havre (les registres des hôtels mentionnent leur présence à « L’Aigle d’or », le meilleur de la ville), où ils séjournent du 4 au 10 janvier 1783, attendus par Dubois, logé plus modestement « Au Bienvenu » (on ne saurait mieux choisir22). Marie Le Masson Le Golft, toujours précise, mentionne la réunion qui rassemble aussitôt Légier, Dubois, Bressolles, de Gaulle, ainsi que des capitaines de navires, des pilotes et « M. de Kersaint notre concitoyen, capitaine des vaisseaux du roi muni d’une mission particulière du ministre de la Marine23 ». Les vœux de de Gaulle, Dicquemare et Cessart ont été exaucés : un marin fait partie de la commission.

  • 24 ENPC, ms. 2014, « Second rapport des commissaires », 14 mars 1783.

15Dans le rapport qui s’ensuit, Condorcet et ses collègues exposent longuement leurs idées sur le port, mais sont extrêmement mesurés quant à l’extension de la ville. Pour eux, elle doit se faire uniquement sur l’emplacement de deux fronts de la citadelle « pour le moment » et peut-être sur le Perrey (le banc de galets ouest). Par contre, celle du sud, sur le poulier, peut attendre. En conclusion, ils privilégient le plan de Bressolles, « auquel M. de Gaulle hydrographe a fait des additions utiles [...] adopté par les commissaires de l’Académie des sciences vers la fin de 178224 ».

  • 25 ENPC, ms. 2014.

16Dubois, absolument pas satisfait de ces conclusions et du temps perdu à discuter ainsi, rappelle « combien il est instant de venir au secours de ce malheureux port dont le commerce souffre infiniment de toutes les contrariétés qui semblent être réunies pour retarder l’exécution des travaux25 ». Est-ce lui qui est à l’origine de l’appel au chevalier de Borda ? Ce peut être vrai, car l’éminent marin, qui compare uniquement le plan des commissaires (en fait celui de de Gaulle et Bressolles) à celui des Ponts et Chaussées, se montre extrêmement favorable à ce dernier, et engage sa responsabilité par son opinion décisive. Le Père, dont il n’est pas inutile de rappeler qu’il appartient aux Ponts et Chaussées, écrit :

  • 26 J.-M. Le Père, Mémoire, op. cit. Le quartier de l’Eure est au sud-est de la ville.

Ces projets furent analysés avec la sagesse et l'impartialité d’un homme qui réunit aux connaissances les plus profondes celles de la Marine & des constructions civiles et militaires.
Après avoir fait la description de ces deux projets & en avoir analysé les avantages et les inconvénients, M. le Chevalier de Borda se décida en faveur du plan de MM. les ingénieurs Ponts et Chaussées. [...] Le tout fut remis à l’Administration le 8 mai 1783 : [...] définitivement on ordonna la démolition de la citadelle dont on conservait le front de côté de l’Eure et des établissements26.

1782-1783 : une grande abondance de plans

17Dès les premiers mois de 1782, des bruits ont certainement couru sur l’imminence des décisions favorables à la démolition de la citadelle, car, pendant les démarches aboutissant à la décision royale du 2 juillet, plusieurs plans ont déjà été préparés, chacun voulant, en urgence, placer ses idées.

18Celui de Cessart, témoigne d’ailleurs de la hâte qu’il y a apportée. Sur son Plan no 4. Projet des ouvrages à faire pour l’agrandissement de la ville et du port du Havre (fig. 58), il a renoncé aux quartiers sur le Perrey et franchement rasé la citadelle, dont on ne voit plus que deux bastions, ce qui est certainement une erreur diplomatique, même s’il prévoit de belles fortifications. Il étend sa nouvelle ville au sud dans deux nouveaux quartiers, l’un sur le poulier, l’autre sur l’emplacement de la citadelle. Il multiplie, comme à l’accoutumée, les blocs d’habitations et les rues perpendiculaires, il propose des places de formes variées sur lesquelles donnent des églises : celle du poulier est un losange, celle sur l’emplacement de la citadelle est hexagonale et une troisième, rectangulaire, donne sur le pont qui sert de lien, au nord, avec le quartier Saint-François.

  • 27 Note manuscrite : « Le 20 juillet 1782, j’ai mis ce plan sous les yeux de M. De La Millière qui a (...)
  • 28 AN, F14 10 236-10 242, no 9.

19De son côté, Dubois a certainement travaillé rapidement à son Plan de la ville et du port du Havre avec le projet de leur agrandissement dressé par M. Dubois Inspecteur Général des Ponts et Chaussées, en conséquence des ordres de M. de La Millière et approuvé par l’assemblée des Ponts et Chaussées le 7 Mai 178227 (fig. 59). Plus diplomate que son collègue Cessart, Dubois a conservé des bâtiments de la citadelle, mais les quartiers qu’il propose (dont l’un complètement au milieu d’un bassin), sont toujours le témoignage d’un travail hâtif : on peut s’interroger en particulier sur la destination de l’édifice à l’extrémité ouest du quartier de la citadelle. Cela confirme l’engagement des responsables des Ponts et Chaussées, mais aussi l’entregent de Dubois qui aurait obtenu, le 20 juillet, l’approbation royale et, de la part d’Henri-François Lefèvre d’Ormesson, membre du Comité des finances, puis éphémère contrôleur, la promesse d’une somme de 400 000 livres pour son exécution28...

Figure 58 — « Plan no 4. Projet des ouvrages à faire pour l’agrandissement de la ville et du port du Havre » (signature : « De Cessart », sans date, AN, Cartes et plans, série F14 10 236-10 242 no 13).

Figure 59 — « Plan de la ville et du port du Havre avec le projet de leur agrandissement dressé par M. Dubois Inspecteur Général des Ponts et Chaussées, en conséquence des ordres de M. de La Millière et approuvé par l’assemblée des Ponts et Chaussées le 7 May 1782 » (AN, Cartes et plans, série F14 10 236-10 242 no 9.

  • 29 Annales, p. 133 : « Le bruit se répand que le roi a agréé le projet pour ce port que présentaient l (...)

20Le registre des Ponts et Chaussées ne rend aucun compte d’une réunion du 7 mai 1782, mais, très rapidement, le bruit court que ce projet serait celui adopté. Au Havre, Marie Le Masson Le Golft est au courant le 23 septembre : « Le bruit se répand que le roi a agréé le projet pour ce port que présentaient les Ponts et Chaussées. Ce projet est, dit-on du sieur Roland ingénieur et passe sous le nom du sieur Dubois, chef de ce corps. On dit aussi que Sa Majesté a accordé cent cinquante mille livres par an. On doit commencer l’ouvrage au printemps prochain’29. » Tout cela est bien vrai, car de Crosne, intendant de la généralité, annonce les bonnes nouvelles aux officiers municipaux strictement le même jour :

  • 30 AMLH, FA DD 96, 23 septembre 1782.

M. Joly de Fleury me mande, Messieurs, que le projet de M. Dubois relatif aux travaux à faire au port du Havre vient d’être définitivement adopté sauf la direction de l’entrée du port et du chenal [...] M. Joly de Fleury est dans l’intention de destiner une somme de 400 000 livres dans le courant de l’année prochaine pour l’exécution de ce projet. Il en sera appliqué moitié aux ouvrages des fortifications et l’autre à ceux du port. Ce qui formera une somme de 500 000 livres pour ce dernier objet en y comprenant les 300 000 livres que vous avez offertes30.

  • 31 AN, Cartes et plans, F14 10 236, no 12.

21Le temps passe et, les discussions incitant à réfléchir, Dubois est amené à revoir son plan par trois fois en mai 1783. Son Plan des nouveaux ouvrages à faire pour l’agrandissement de ce port du 25 mai 1783 est certainement un plan de travail : les emplacements des bâtiments civils et du quartier militaire n’y sont qu’esquissés (fig. 60). On y note toutefois une mention manuscrite du contrôleur général des Finances qui laisse espérer de promptes décisions : « Approuvé par le Roi sur le compte de qui en a été rendu à S. M. par Messieurs de La Millière, De Castries, M. le marquis de Ségur et moi. 25 mai 1783. Lefèvre d’Ormesson31. » Les deux propositions suivantes diffèrent peu, mais en sont la suite. Le premier plan, est daté de mai 1783, signé Dubois, qui non seulement a gardé d’importants bâtiments à la citadelle, mais les a élargis en un champ de Mars bordé de rangées d’arbres. Dans le quartier ouest, autour et à l’ouest d’un vaste « nouveau bassin du commerce » rectangulaire, il propose des ilets de maisons autour une large place (fig. 61). Le second semble être l’aboutissement, car il montre plus de recherche : une église donne sur la place du sud près de deux vastes bâtiments à la destination incertaine (des hangars, une bourse, une salle de spectacle ?) et la place, face au quartier Saint-François, est devenue semi-circulaire. Ce vaste quartier, certainement tout dévolu au commerce, est bien structuré et, selon toute apparence, les ingénieurs des ponts et chaussées, dont Dubois est le représentant, ont renoncé au quartier sur le Perrey.

  • 32 ENPC, ms. 3 (12).

22Il est intéressant de connaître aussi une ébauche que, le 28 mars 1783, Dubois aurait « présenté au roi », œuvre surprenante, car, en quelque sorte « ennoblie ». On y reconnaît le quartier sud autour d’un bassin rectangulaire, les masses de maisons tracées et l’ébauche d’une vaste place sur l’emplacement de la citadelle. Mais sa légende est assez étonnante, chaque lieu portant le nom d’un noble personnage responsable peu ou prou des décisions. Le quartier et le quai « de Ségur » entourent la citadelle, le bassin rectangulaire « de Calonne » est bordé par les quais « de Beuvron » et « de Buzançais » ; une écluse porte le nom de « De Crosne », et le quartier K celui « d’Harcourt ». Quant à la mention « place Louis XVI », c’est sur ce plan qu’on la trouve pour la première fois, face au quartier Saint-François. On ne saurait être plus courtisan32 (fig. 62).

23On peut rapprocher le tout d’un plan partiel, inédit, ni daté ni signé, conservé par les musées historiques du Havre, sur lequel apparaît la mention manuscrite « bassin de Calonne » : il s’agit incontestablement de l’ébauche du plan de la place Louis XVI, en 1783, et du premier projet de construction de la Comédie que Mlle Montansier cherche à construire avec l’aide de Dubois. La légende est claire : Fragment de plan qui indique la nouvelle ville du Havre lavée en rouge avec le projet d’une salle de spectacle CD sur la dite place (fig. 63).

  • 33 A. Lemonnier-Mercier, « Grandeur et décadence des Thibault... », art. cité.
  • 34 Annales, p. 149.
  • 35 AMLH, FA DD 96 : le 21 octobre 1783, M. de Crosne demande qu’on paie les soldats du régiment de Ne (...)

24À ce moment, nous dit Le Père, les premiers travaux, ceux de la digue de retenue, commencent, car on avait fait des « approvisionnements » en matériaux. On assiste effectivement, à une accélération de l’histoire. À partir de mars 1783, les entrepreneurs Jean-Louis et François-Thomas Thibault sont au Havre33. Le 25 mai, on commence à démolir trois bastions de la citadelle. Le 5 juin, on dégage la jetée sud en détruisant la tour Vidame qui, face à la grosse tour François-Ier, fermait l’entrée du port et on refait la jetée nord (on embauche 150 hommes pour cela34). De juillet à décembre 1783, grâce à la main-d’œuvre militaire, on enlève le galet à bras d’hommes et on comble mares et fossés ; on abat les arbres des remparts et des bastions que l’on détruit, on trace des chemins pour les charrois35.

  • 36 ADSM, C 699, le 26 juillet 1784, engagement signé.

25Le 26 juillet 1784, Paul-Michel Thibault se rend adjudicataire des ouvrages de fortifications et bâtiments qui en dépendent36. Et, quoique des discussions aient encore lieu en septembre 1784, dont la conséquence logique est encore de faire traîner les ordonnances, on s’achemine lentement vers des décisions importantes. Il est vrai que le traité de paix avec l’Angleterre, après des préliminaires en janvier, a été signé à Versailles le 3 septembre 1783 et que Charles-Alexandre de Calonne, dont l’influence va être décisive, est nommé au Contrôle des finances.

  • 37 J.-M. Le Père, Mémoire, op. cit., p. 25 ; Annales, p. 193-194.

26« Le Maréchal De Castries ministre de la marine arrive », annonce, le 4 septembre 1784, Marie Le Masson Le Golft, qui donne tous les détails de cette visite dont le motif est « de voir la disposition des travaux et de reconnaître le local ». Y participent aussi le duc d’Harcourt, Borda et Fleurieu ainsi que La Millière, le gouverneur de la ville, Paul-François de Beauvilliers, comte de Buzançais, toutefois représenté par le lieutenant du roi, ne se sentant, fort malheureusement, pas concerné37.

Des implications financières difficiles

27C’est à mots couverts — les « moyens » — que la municipalité, jusqu’alors peu impliquée dans les décisions, aborde sa participation financière.

  • 38 AMLH, FA BB 71, le 15 juillet 1782.

28On pensait régler cette importante question tout d’abord par une participation volontaire de la ville. Lorsque la décision de démolition de la citadelle a été prise, l’assemblée générale de la ville aussitôt convoquée, le 15 juillet 1782, a décidé, en présence du duc d’Harcourt, qui s’est spécialement déplacé, « d’offrir au roi [...] pour ces travaux précieux à la splendeur de cette ville » et « quoiqu’elle soit très obérée, et qu’elle doive pour le service du roi une somme de plus de 123 000 livres », une participation de 300 000 livres qu’elle souhaite réunir grâce à un emprunt. Elle aspire, avec certainement un peu d’illusion, « sollicitant leur patriotisme [...] à déterminer les négociants et marchands de cette ville à donner séparément leurs inscriptions » pour des billets de 3 000 livres remboursables sur les octrois38. C’est de ces dons que de Crosne parle le 23 septembre, et c’est faire preuve d’un bel optimisme.

  • 39 Annales, p. 130-137.

29Le 11 août, Marie Le Masson Le Golft, qui a appris « par les voies les plus sûres », que le plan arrêté n’est pas accepté par le Conseil du roi, juge qu’on s’est trop pressé d’accorder les 100 000 écus. Quand, le 23 octobre, elle entend que le roi a, cette fois, agréé le projet des Ponts et Chaussées, elle affirme que « Sa Majesté a accordé quatre cent cinquante mille livres » pour commencer l’ouvrage au printemps prochain. Mais, le 25 octobre, lorsqu’il s’agit de rassembler les 100 000 écus que les officiers municipaux demandent aux négociants, ceux-ci refusent à cause de « l’idée désavantageuse » qu’ils ont du projet pour le port. Remise sur le tapis le 4 décembre, la chose en reste là39.

30Comme il faut bien trouver d’autres sources financières, dès le 15 juillet 1782, la municipalité a prévu le recours à un emprunt qu’elle a lancé « dans différentes places du royaume et de l’étranger ». Mais, bien que le roi ait délivré des lettres patentes l’autorisant, le 17 juin 1783, pendant trois ans, elle cherche des appuis financiers de tous côtés. Tellement bien qu’en janvier 1784, il lui faut se justifier de ces difficultés auprès du duc d’Harcourt :

  • 40 AMLH, FA BB 129. Suite de courriers à propos de l’emprunt en 1784.

Ce secours [...] qui faisait notre plus grande espérance, et la plus flatteuse pour les citoyens étant manqué, nous avons écrit en Hollande aux meilleures maisons [...] et nos propositions [...] n’ont point été écoutées.
Le citoyen Stanislas Foache dont les ressources et l’intelligence sont connues, s’est donné à Paris tous les mouvements possibles pour nous procurer de l’argent, et la multiplicité de ses démarches s’est trouvée vaine. Enfin nous nous sommes adressés au Sieur Le Breton, un des plus fameux notaires de Rouen, dont nous n’avons pas encore reçu réponse.
Nous avons parlé de cette affaire au Sieur Thibault, entrepreneur des ouvrages du port, pour l'engager à nous procurer des fonds par ses connaissances. Nous lui avons observé qu'il était plus intéressé que personne à ce que l’emprunt fut rempli et nous lui avons insinué de se charger de l’arrêt, mais notre intention ne fut jamais de dénaturer nos intentions, il ne nous manque que l’aisance de les effectuer40.

Figure 60 — « Plan du Havre et des nouveaux ouvrages à y faire pour l'agrandissement de ce port. Approuvé par le roi sur le compte de ce qui en a été rendu à S. M. par M. de La Millière en présence de M. le marquis de Castries, M. le marquis de Ségur et moi. 25 mai 1783 Lefèvre d’Ormesson » (AN, Cartes et plans, F14 10 236-10 242, no 12).

Figure 61 — « Plan du Flavre et des nouveaux ouvrages à y faire pour l’agrandissement de ce port » (AN, cartes et plans, F14 10 236-10 242, no 17).

Figure 62 – « Plan du nouveau port et de la ville du Havre avec les agrandissements approuvés par le roi le 25 mars 1783 d’après les projets dressés par Monsieur Dubois inspecteur général des Ponts et Chaussées » (ENPC, ms. 3 (12)). Légende : D : Bassin de Castries ; F : Nouveau bassin de Calonne ; I : Quai et quartier de Ségur ; K : Quai et quartier d’Harcourt ; L : Place de Louis XVI ; M : Rue royale ; N : Quai de Beuvron ; O : Quai de Buzançois ; Q : Écluse de Calonne.

Figure 63 — « Fragment du plan qui indique la nouvelle ville du Havre levée en rouge avec le projet d’une salle de spectacle marquée CD sur le dit plan » (musées historiques du Flavre © MF1-LB G.53.18 bis).

  • 41 SHD, Marine, DD2 831.
  • 42 AMLH, FA BB 129.

31En effet, il a fallu recourir au « zèle » des entrepreneurs François-Thomas et Jean-Louis Thibault, les premiers intéressés, car les paiements pour la digue qu’ils ont déjà terminée ne sont toujours pas honorés après quatre ans de travaux41. Ils s’impliquent donc, et, grâce à leur entregent, en 1786, par l’intermédiaire des notaires Mes Marc et Lebreton de Rouen, à l’aide de fonds privés, réunissent laborieusement une somme de 289 745 livres versée à Brûlé, trésorier des Ponts et Chaussées42.

32Enfin on compte sur les fonds recueillis par la vente des terrains et une certaine spéculation sur ceux qui seront dégagés à l’emplacement de la citadelle : ils doivent, espère-t-on, apporter des sommes non négligeables.

  • 43 ADSM, C 699.

33Paul-Michel Thibault « entrepreneur des fortifications », est l’un des premiers intéressés. Il s’est chargé, le 10 octobre 1784, pour trois ans, « des ouvrages de fortifications et bâtiments, tant pour les réparations et achèvement des anciens que pour la construction à neuf ». Et, comme il a été obligé de céder à l’administration des Ponts et Chaussées des terrains sur les digues où se trouvent ses magasins et des ateliers, il s’en est fait accorder dans le nouveau quartier afin d’y bâtir, promettant de les payer « lorsque cette vente aura lieu et d’y bâtir sur les alignements qui [lui] seront prescrits par M. Légier ou les officiers du génie détachés en cette place43 ».

  • 44 A. Lemonnier-Mercier, « Le premier théâtre du Havre et les embellissements de la ville au XVIIIe s (...)

34Outre l’architecte de la ville, qui se révélera au fil des années un fin spéculateur, la principale, et remuante, intéressée est Mlle Marguerite Brunet de Montansier, « entrepreneur des spectacles à la suite de la cour », qui se tient au courant depuis Paris, et, qui, bien avant que les plans définitifs aient été présentés, essaie de forcer les choses. Elle désire faire édifier une salle de spectacles et, dès le 25 septembre 1784, se fait attribuer un terrain « désigné sous la lettre A dans l’emplacement de la nouvelle ville projetée ». Mais la prudence des ingénieurs, la surprise et la circonspection des responsables imposent un temps de réflexion, et il lui faut attendre le 30 décembre 1785, lorsque le maréchal de Ségur, secrétaire d’État à la guerre, adresse une lettre d’explication au Contrôleur général, à laquelle il joint un plan de Légier44.

35En dehors de ces ressources hypothétiques, les largesses royales sont attendues. Malheureusement, l’on est bien obligé de constater que les paiements, importants, seront toujours une question difficile, restée un peu mystérieuse par la suite. Les grands travaux du Havre seront-ils payés un jour à leurs entrepreneurs ?

1785-1786 : vers les décisions définitives

  • 45 AN, fonds Marine, D2 9 : depuis le 3 juillet 1784, le régiment de Poitou travaille ; le 19 mai 178 (...)

36Quoique le plan de Dubois ait semblé définitivement adopté, l’assemblée des Ponts et Chaussées le réexamine plusieurs fois, tandis que les régiments, disponibles désormais puisque la paix est signée, peuvent être employés, déjà, aux travaux des jetées45.

  • 46 AN, F14 10 906, registre 2.

37Les comptes rendus de l’assemblée des Ponts et Chaussées, entre mai 1784 et le 27 avril 1786, alors que François-Laurent Lamandé, nommé en décembre 1783 ingénieur en chef de la généralité de Rouen, est maintenant le maître d’œuvre, témoignent encore de beaucoup d’hésitations. Le 19 mai 1784, par exemple, on « se concerte toujours avec le département des fortifications ce que M. Lamandé doit faire dans son prochain voyage au Havre46 ». Néanmoins, les travaux préparatoires commencent : en mai 1785, une fois les intempéries hivernales passées.

38Mais au moment où les soldats du régiment d’Artois sont occupés à la démolition de la porte royale de la citadelle et que les fortifications prennent forme, des bruits courent que des projets bien plus importants seraient en cours de discussion. Certains penseraient, à agrandir encore plus la ville, vers le nord : Jeudi 10 novembre 1785. La nouvelle enceinte de fortification à terre et en mer se continue et commence à se démontrer. On remarque une différence notable entre la manière de procéder des ingénieurs ordinaires du Roi et ceux des ponts et chaussées ; ces derniers ont un attirail très considérable et les autres un fort simple.

  • 47 Annales, p. 214 et 216-217.

39Projet d’abattre la porte d’Ingouville. Si ces projets ont lieu les fortifications nouvelles s’avanceront dans le parc au bois de la Marine et dans les jardins des marais, tels sont les bruits et qui paraissent fondés47.

Figure 64 — « Plan du port du Havre avec le projet des ouvrages pour l’amélioration de ce port », Lamandé, février ou mars 1786 (ENPC, ms. 2014). Légende : A : place Louis XVI projetée ; G : partie des fossés actuels de la place formant bassin du commerce ; L : nouveau quartier Saint-François ; b : communication du bassin du Roi à celui à construire dans les fossés pour procurer une prompte jouissance.

  • 48 ENPC, ms. 2014.

40On ne peut pas savoir comment Marie Le Masson Le Golft a eu vent de cette éventualité, car ce n’est que le 6 février 1786 que Lamandé, officiellement, l’évoque dans un long rapport de 40 pages : Mémoire sur les changements proposés dans les projets du port du Havre. Ce n’est pas le tout, soutient-il, que de donner au commerce des bassins spacieux, encore faudrait-il s’occuper de la ville afin que les bâtiments civils lui soient « proportionnés ». Il affirme que cette « espèce d’équilibre » (le mot « équilibre » étant répété plusieurs fois) n’est pas assez bien établi et qu’il faut revoir les plans afin de trouver une nouvelle disposition. Il propose hardiment, idée toute nouvelle et aussitôt adoptée, de démolir le front nord-est des fortifications, en fort mauvais état, ce qui agrandit considérablement la ville, et de se servir des fossés anciens afin d’y creuser un bassin long, le troisième bassin tant attendu, longé au nord par un « nouveau quartier Saint-François », relié par une écluse au bassin de la Barre48 (fig. 64).

41Dès mars 1786, il met en place son programme de travail jusqu’en 1792 et apporte quelques précisions à propos de la nouvelle place, fort évidemment, nommée « place Louis XVI ». Il est prévu qu’elle serve de place d’armes (ce qui libère celle qui est située entre la tour François-Ier, où la bourse de commerce est en construction) et que, dans son axe, se trouve un pont tournant qui se prolonge ensuite par la rue royale dans le quartier Saint-François. Chaque plan, désormais, adopte cette disposition que les deux rapports très précis de Lamandé, successifs et complémentaires, précisent. Il prévoit, en G, « une partie des fossés actuels formant un bassin du commerce », et un agrandissement de la ville sur le poullier qui permet la formation de trois nouveaux quartiers, en I, K et L, dont un « nouveau quartier de la barre » et le « nouveau quartier de St François ». De plus, il pense regrouper en T la marine du roi le long du canal d’Harfleur, et, décision importante, en A, dans le quartier prévu sur la citadelle, il prévoit une place Louis XVI de belle ampleur : c’est l’aboutissement des plans précédents de 1785 peu ou prou sollicités par Mlle Montansier.

  • 49 AN, F14 10 906 2.

42Le 27 avril 1786, enfin, Dubois rapporte le projet à l’assemblée des Ponts et Chaussées, projet qui comprend douze points, presque uniquement consacrés au port : c’est un rapport d’hydrauliciens dans lequel un court paragraphe rappelle seulement « qu’on ouvrirait le plus tôt possible une communication du faubourg d’Ingouville avec les nouveaux quartiers en s’embranchant sur la route de Rouen aux environs de l’hôpital et en arrivant à la nouvelle porte à construire49 ». Mais, incontestablement, la ville s’agrandit ainsi largement, tant au sud-est qu’au nord-est, par de nouvelles parcelles de terrains consacrées a priori aux maisons de négoce, l’ancienne ville étant en quelque sorte « enveloppée » par les nouveaux bassins. Est-ce, enfin, une vue plus précise de l’avenir qui va justifier la visite de Louis XVI en juin 1786 ?

1774-1786 : construction de la première bourse de commerce

43En attendant, la signature du traité de Versailles, en septembre 1783, dans l’optique de la croissance du commerce et des nouveaux projets, a été l’occasion tant espérée par les négociants, tributaires des décisions de la chambre de commerce de Rouen, pour reprendre un projet vieux de plus de dix ans : la construction d’une bourse de commerce, lieu indispensable à une grande place de négoce. Ils ont depuis toujours l’habitude de se réunir dehors, sur la place d'Armes, entre le logis du roi et la tour François-Ier, large promenade à l’entrée du port qui permet une vue sans égale sur les entrées et sorties de navires (fig. 65).

  • 50 Délibération du 21 octobre 1774 : AMLH, FA BB 70 et DD 72.
  • 51 AMLH, FA DD 72.
  • 52 AMLH, FM M 11

44Las de cette exposition à la pluie et au vent, ils ont lancé une souscription, en 1773, afin d’édifier une construction précaire certes, mais au minimum protectrice, chacun d’eux devant participer à hauteur de 300 livres. Néanmoins, en 1774, on constate que Martin Foache est obligé d’offrir 400 livres supplémentaires, puisque « la souscription de trois cents livres faite indistinctement par les négociants pour parvenir à la construction d’une bourse n’est pas suffisante pour mettre le projet à exécution, puisqu’il manque environ quatre mille livres pour former les seize mille livres qu’on estime la dite bâtisse50 ». Le terrain leur est accordé par la municipalité, persuadée qu’il lui appartient, ce qu’aussitôt l’armée conteste, ce lieu proche des fortifications lui servant, affirme-t-elle, de parc d’artillerie51. On se satisfait alors d’un simple enclos « fermé d’une balustrade et planté, devant servir de promenade qui serait publique comme la Bourse52 ».

  • 53 Annales, p. 6.
  • 54 AMLH, FA DD 74 ; Annales, p. 197-200 : pose de la première pierre en présence uniquement du gouver (...)
  • 55 AMLH, FA BB 71, avec copie dans DD 72, 17 décembre 1784.
  • 56 AMLH, FA DD 74.

45Marie Le Masson Le Golft nous rappelle la suite des travaux : « 4 juin 1778 : Les négociants commencent à faire une bourse couverte où était anciennement le petit cours ; 15 juin : on tient pour la première fois la bourse le long du mur qui joint la porte du Perrey à la tour ; il paraît que les négociants se refroidissent, tant pour la décoration, que pour la faire couvrir53. » Effectivement, les démarches traînent jusqu’au 16 novembre 1784, date de la pose de la première pierre en un grand concours de personnalités uniquement havraises54. Mais ce n’est que le 17 décembre suivant qu’une délibération de l’assemblée communale autorise à construire « la dite bourse, si nécessaire au bien du commerce de cette place55 ». Il est grand temps d’entériner la décision, car l’architecte Pierre-Louis Boucard est déjà engagé, il a présenté son devis le 2 novembre, des marchés sont passés. La construction, bien que de petite dimension, traîne et prend deux ans, son inauguration ayant lieu, en musique, en octobre 1786, suivie de la plantation d’ormes, afin de reconstituer partiellement la promenade publique56.

Figure 65 — « Extrait d’un plan du Havre levé en 1774 » (AMLH, FM M1 1, liasse 5). Légende : 1. Tour de François-Ier ; 2. Musoir en avancée de la porte du Perrey ; 3. Porte du Perrey ; 4. Bastion de Saint-André ; 37. Jetée du sud-est ; 38. Tour Vidante ; 39. Demi-tour servant à attacher la chaîne de l’entrée du port ; 42. Grand quai, revêtu de maçonnerie ; 59. Corderie du Perrey à la Marine ; 60. Maison de ville ; 61. Place d’armes ; 62. Magasin à poudre ; 63. Les trois écluses du Perrey ; 64. Jetée du nord-ouest.

  • 57 AMLH, FA DD 72.

46Petit monument qui ne comportait qu’un rez-de-chaussée, la bourse, sacrifiée aux agrandissements du XIXe siècle, mais connue grâce au devis de Boucard, était construite le long du rempart, face au sud, entre la tour François-Ier et l’hôtel du Lieutenant du roi. Elle mesurait 57 pieds de façade au sud sur 46 pieds de profondeur, soit un rectangle d’environ 17 mètres sur 14 qui formait un angle où se trouvait un cabinet vers le nord, au niveau du corps de garde du Perrey. Elle était élevée en brique sur un socle de pierre de Caumont, type de construction habituelle au Havre. La façade sud était « composée de trois portes et quatre croisées » ; à l’est, elle ouvrait par cinq croisées ; les seuils des portes étaient hauts de trois marches. La corniche « au pourtour du bâtiment » aurait dû être ornée de moulures et d’antiques « où il [devait être] adapté à chaque côté un cornet d’abondance », œuvre de de Gaulle tandis la façade sud aurait dû porter un méridien57. Un plan et une élévation de 1818 (fig. 66), conservés dans la collection Lerat de la chambre de commerce du Havre, sont parfaitement fidèles, plan, façade, coupe du cabinet avec sa « cheminée en niche de poêle décorée en plâtre », de même que le dessin de Gaillard. Une maquette récente, conservée dans les collections des musées historiques du Havre, donne une idée de sa situation par rapport à l’ensemble du quartier (fig. 67).

  • 58 AMLH, FM F2 1, liasse 11.

47Les documents grâce auxquels on peut tenter de reconstituer l’histoire de la bourse du Havre, indispensable à un grand port de commerce, sont extrêmement dispersés. Ils permettent toutefois de juger de la force, sinon de l’entêtement, avec lesquels les pouvoirs en présence s’opposent pendant plus d’un siècle à coup d’arguments souvent fallacieux. D’une part, la municipalité-négociante a « tout payé » et ne veut plus dépendre de Rouen, d’autre part les militaires, quel que soit le régime politique, comme pour l’hôtel du Lieutenant du roi tout proche, contestent sa construction et son utilisation. De mémoires en actes notariés et en lettres ministérielles, le dossier traîne pratiquement jusqu’à la décision de démolition des fortifications de la ville à la fin du XIXe siècle. Celle de la bourse, qui ne change pas d’aspect, inéluctable en 1862 (et la construction d’une bourse autrement importante sur la rive nord du bassin du Commerce) est une conclusion imparable à ces litiges58 (fig. 68).

Figure 66 — « Plan de la bourse de commerce de la place du Havre », 1818, signature illisible (CCIH, collection Louis-Lerat, no 88).

Figure 67 —Maquette : vue de l’entrée du port du Havre, de la tour François-Ier, de la bourse et de la porte du Perrey (musées historiques du Havre).

Figure 68 – « La place François Premier et la bourse de commece » (AMLH, 7 fi 95 © AMLH).

Figure 69 — « Plan général de la place de la comédie. Boucard, 25 juillet 1826. » Projet de bourse sur la place de la nouvelle salle de spectacle sur lequel figurent, au crayon noir, presque illisibles, les mentions au-dessus des monuments : à gauche « tribunal », à droite « bourse » (AMLH, FC O1 59).

  • 59 AMLH, FM F2 2, liasse 1.

48Car, très vite après sa construction, le petit bâtiment se révèle trop exigu et bientôt trop excentré par rapport aux nouveaux bassins. Tant et si bien que des projets de déplacement, d’agrandissement, de « raccommodage de ce bâtiment destiné à embellir la ville » se succèdent, surtout à partir de la création de la chambre de commerce du Havre, sur décision de Bonaparte, le 3 nivôse an XI59 (24 décembre 1803). On reprend ensuite le dossier au moment où le commerce repart à l’époque de la Restauration lorsque la ville s’est étendue, que son centre vital s’est déplacé vers les nouveaux bassins.

  • 60 AMLH, FM F2 1, liasse 11.
  • 61 AMLH, FM, Délibérations, D1 6-8. Ibid.
  • 62 AMLH, FC O1 59.

49Le Rapport fait à la réunion de MM. les négociants le 18 juillet 1826 se penche sur le problème, fait le point et propose diverses solutions60. Après avoir prévu tout d’abord son utilisation en salle de réunion pour le conseil général de la ville, en 1794, (projet demandé à Paul-Michel Thibault), on pense à l’agrandir en prenant sur la place, ou à le reconstruire sur l’emplacement du vétuste « Logis du roi ». On pense ensuite à utiliser les casernes de la Marine que l’on juge trop difficiles d’accès, ou encore à transformer l’arsenal en installant « une couverture en vitrage posée sur une colonnade disposée en carré [qui] devrait faire de la cour de ce bâtiment la nouvelle salle de la bourse », solution que l’administration de la Marine refuse61. C’est alors que Pierre-Louis Boucard propose, le 23 juillet 1826, deux édifices encadrant la salle de spectacle alors en construction sur la place à l’extrémité ouest du bassin de commerce : un tribunal d’une part et une bourse d’autre part. Ce projet d’édifices à arcades, surmontés d’un toit en terrasse bordé d’une balustrade, qui auraient renouvelé l’architecture de la ville, a fort malheureusement été oublié62 (fig. 69).

  • 63 On trouve aussi, au hasard des archives dispersées, un projet de bourse et de péristyle, dont la d (...)

50L’idée la plus ambitieuse est la construction d’un nouveau bâtiment entre le bassin du Commerce et le bassin du Roi, sur l’ancien chantier de la Marine, dans l’alignement du quai Lamblardie, de manière à ce qu’il se présente entre le bassin du commerce et le « vieux » bassin. Ses concepteurs affirment que l’édifice bénéficiera là « d’une position magnifique [pour] un des plus beaux ornements de la ville » : « [...] Entouré de quelques groupes d’arbres se dessinant au loin au milieu de ces arbres et de la forêt de mâts, il présentera un point de vue charmant ». La belle élévation de Jean-Marin Lemarcis, architecte de la ville, permet de juger de l’ambition de l’édifice, long de 30 mètres, large de 16, dont le péristyle ionique ouvre sur une galerie qui permet d’entrer dans les salles par des passages en arcades. Aux extrémités, sont prévus deux pavillons, sans issue vers le quai, « l’un pour les pontiers, l’autre servant de corps de garde ». Au premier étage auraient dû se trouver la salle du tribunal, une salle de conférence, des salles pour les archives, en fait un ensemble très complet dédié au commerce (fig. 70). Mais le beau projet fait long feu, il est abandonné, on retourne à l’ancienne bourse en attendant la construction de celle qui s’élèvera sur l’autre rive du bassin, à partir de 187063.

Figure 70 – « 1833. Minute d’un projet de bâtiment à construire sur la place de l’arsenal devant contenir une salle de bourse, une chambre de commerce et toutes les dépendances. Élévation de la façade principale. L’ingénieur architecte de la ville Lemarcis » (ADSM, 124 J 29).

Juin 1786 : Louis XVI au Havre

  • 64 AMLH, FA BB 72.

51Alors que la bourse est en pleins travaux et que les plans de la nouvelle ville prennent forme, le 10 juin 1786 l’intendant de Rouen, Pierre-Charles Laurent de Villedeuil, annonce à la municipalité, surprise, la visite de Louis XVI prévue pour la fin du mois64.

  • 65 L.-A. de Cessart, Description des travaux hydrauliques, op. cit. ; AN, D2 19.
  • 66 Jeanne-Marie Gaudillot (éd.), Le Voyage de Louis XVI en Normandie, 21-29 juin 1789, Cherbourg, Soc (...)

52Ce voyage, le seul que le monarque ait fait pendant son règne, périple de six jours à travers la Normandie, a pour prétexte officiel la visite des travaux de la grande digue de Cherbourg, imaginée par Cessart afin de protéger le port65. À cette occasion, il est prévu qu’il parcoure un peu la province, où des haltes et des visites sont prévues. Il doit passer deux jours au Havre, les 27 et 28 juin, ce qui lui permettra de juger de l’avancement des travaux et, peut-être, de prendre de nouvelles décisions. De cette visite, préparée rapidement, mais avec le plus grand soin, l’assemblée municipale et les ingénieurs attendent des décisions capitales66.

  • 67 AN, KK 1085 : « Mémoire pour servir au voyage du roi à Cherbourg ».

53On peut penser que tout a été préparé par Calonne, contrôleur général des finances responsable des Ponts et Chaussées, qui a rédigé un Mémoire pour le voyage du roi, dans lequel, pour chaque ville traversée, il rédige une courte description accompagnée de plans, de rappels géographiques et historiques courts et précis. Le texte sur Le Havre, qui commence par quelque flatterie est d’une grande habileté. « Votre Majesté, écrit-il, a bien voulu faire donner au mois de janvier dernier une somme de deux mille livres à de malheureux habitants qui avaient été incendiés », puis il enchaîne sur l’espoir et l’enjeu des grands travaux67.

54Connaissant la passion de Louis XVI pour la Marine, il aborde tout d’abord les problèmes du port dont il décrit clairement les agrandissements prévus qu’il justifie. Ces « accroissements considérables » sont la conséquence de la croissance du commerce, et, après des « discussions approfondies », quoique le site souffre de quelques inconvénients dus à l’encombrement des galets, les différents départements ministériels (Marine, Guerre et Finance) se sont concertés et entendus. D’ailleurs, « on a soumis à votre Majesté un projet concerté depuis 1783, dont elle a cru approuver l’exécution ». S’ensuit une description du nouveau bassin, du chenal d’Harfleur, des écluses de chasse, des cales de radoub, et de l’entrée du chenal. La conception et l’édification de la nouvelle ville, quoique rapidement traitée (Calonne n’évoque que le quartier de la citadelle), est présentée à Louis XVI comme une des grandes œuvres du règne, à l’égal du port et de la digue de Cherbourg : « Un des grands ouvrages dont Votre Majesté a approuvé l’exécution, est d’acquérir tant sur la mer que sur l’ancien emplacement des fortifications un terrain assez considérable pour y former une nouvelle ville indépendamment des établissements militaires qui y seront également placés. » La conclusion, habilement politique, rappelle l’importance du port du Havre pour l’économie française : « Aucune ville ne fait des armements aussi considérables, et n’a de relations aussi étendues dans toutes les parties du monde ouvertes au commerce. Tant de titres justifient la protection signalée que Votre Majesté daigne accorder au port du Havre et les dépenses très considérables qu’Elle fait pour lui procurer tous les avantages dont il peut être susceptible. »

55La visite de Louis XVI au Havre est une réussite. Les décors à l’antique, particulièrement réussis, cachant tant soit peu la vétusté de certains lieux, copiés par Paul-Michel Thibault sur ceux dessinés pour Port-Vendres par Charles de Wailly, insistent sur le rôle du roi dans le succès de l’intervention française en Amérique, la liberté des mers et du commerce retrouvés (fig. 71). Les maire-échevins, connaissant son goût pour la marine et le commerce maritime, lui font faire la promenade traditionnelle, un grand tour de ville afin d’en apprécier la vitalité et d’admirer ses monuments, suivie d’une montée aux phares pour contempler le site. Enfin, ils organisent le lancement de navire.

Figure 71 — Décor pour la visite de Louis XVI au Havre, « L’Amérique indépendante », par Charles de Wailly (coll. part.)

  • 68 Annales, p. 231-256.
  • 69 Archives privées, famille Lamandé.

56Fort évidemment, les ingénieurs que Louis XVI rencontrent, Lamandé en tête, lui présentent un plan dont il a déjà vraisemblablement connaissance, mais qu’il commente puis accepte, démarche formelle mais indispensable68. La feuille sur laquelle le roi appose simplement un « bon » définitif a été annotée par Lamandé : « Le sieur Lamandé a remis ce précis au roi lors du passage de Sa Majesté de Honfleur au Havre ainsi que le plan des ouvrages à exécuter au port du Havre pour son amélioration et son agrandissement69 » (fig. 72).

  • 70 AMLH, FA BB 72, 26 juillet 1786.
  • 71 AMLH, FA DD 31 : « Délibération nouvelle relative à la construction des maisons, l’arrêt de 1754 n (...)

57Le conseil de ville juge le moment opportun pour, aussitôt, reprendre le dossier des constructions et se réunit en « assemblée générale dûment convoquée » le 26 juillet 178670. Les 4 et 5 janvier 1786, de nouveau, des incendies ont dévasté tout un quartier, et il devient indispensable de reprendre énergiquement le lourd dossier sur la construction des maisons, les arrêts de 1754 et 1771 n’étant toujours pas enregistrés. Le conseil adresse à l’intendant de la généralité, Pierre-Charles Laurent de Villedeuil, un extrait du registre des délibérations de l’assemblée générale de la ville, long texte qui ne laisse planer aucune ambiguïté sur son désir de légiférer rapidement, profitant des perspectives ouvertes par le voyage de Louis XVI, signé par André Grégoire, Charles Bunel, Pierre Duval, Denis Eustache, Jonas Eustache, Pierre Blanche, Stanislas Foache, Jacques-François Bégouen, Pierre Fouquet, François Eustache, Robert Delahaye le jeune, Jean-Louis Oursel, Florentin Chaussé, Martin Foache, Jean-Baptiste Oursel et Charles-Nicolas Amelin, tous négociants et fort influents. Il rappelle les risques d’incendies, dus « sans doute [à] ce que les murs formant l’enceinte des maisons, étant généralement en bois, [présentent] au feu l’aliment à en recevoir les atteintes et à les communiquer », reprend tous les textes antérieurs, y ajoutant, certainement à la grande satisfaction de ses concitoyens, l’idée d’une indemnité « accordée aux propriétaires des maisons à bâtir pour le salut général de la ville ». Prise dans la caisse municipale, elle servirait aussi à indemniser les propriétaires des maisons abattues à cause de leur vétusté. Ils sollicitent aussi l’appui de personnalités influentes, Champion de Villeneuve, avocat au Conseil, et l’intendant Laurent de Villedeuil qui leur sont acquis71.

Figure 72 — Mémoire pour servir au voyage du roi à Cherbourg, juin 1786, « Port du Havre suivant les nouveaux projets » (AN, KK 1085).

  • 72 AMLH, FA DD 30.
  • 73 AMLH, FM I1 9, liasse 2 et FA DD 30.
  • 74 AMLH, FA DD 31.
  • 75 AMLH, FM I1 9, liasse 2. Ce texte, « Arrêts et règlements relatifs à la police des constructions d (...)

58Les appels sont entendus, puisque l’intendant homologue la délibération et qu’enfin, le 15 mai 1787, le Conseil du roi décide de proroger l’arrêt de 175472. Les lettres patentes délivrées le 11 juillet 178773 sont enregistrées par le parlement de Rouen le 17 août74. Le texte en est imprimé au Havre, « De l’imprimerie P. J. D. G. Faure », imprimeur qui fait partie des administrateurs de l’hôpital et est échevin, ce qui donne une idée des enchevêtrements des responsabilités75.

59Il aura fallu plus de trente ans de démarches tenaces pour arriver à faire enregistrer un décret sur la construction des maisons, mesure indispensable à l’embellissement de la ville, même si le mot n’a pas toujours été formellement prononcé.

1786-1787 : le « plan Lamandé », thème et variations

  • 76 A. Demangeon et B. Fortier, Les Vaisseaux et les villes : l’arsenal de Cherbourg, Bruxelles-Liège, (...)

60Le plan conçu par Lamandé, tel qu’il a été présenté au roi en juin 1786, aboutissement des recherches des ingénieurs des ponts et chaussées, est, avant tout, celui d’hydrauliciens, qui vont, sous les ordres de Lamandé, se transformer peu à peu en urbanistes attentifs. Car Le Havre est la première expérience des ingénieurs des Ponts et Chaussées pour d’aussi importantes responsabilités, même si Dieppe et les petits ports de la côte de la Manche ont été rénovés. Jamais, encore, ils n’ont eu à se servir de leurs connaissances théoriques, heureusement confirmées par leur expérience sur d’autres terrains. Il va leur falloir innover en tout, former les jeunes (et nombreux) ingénieurs et dessinateurs, apporter un matériel énorme, apprendre à s’en servir, recruter des foules d’ouvriers et savoir les diriger. On peut concevoir leurs hésitations en même temps que leur soif d’action, leur impatience, dont, tout particulièrement, celle de Cessart. Antoine Picon dans L’Ingénieur artiste rappelle « la politique de rééquipement des façades maritimes de la France à partir des années 1780 » et il souligne le rôle de Cessart et les préoccupations de rationalisation des ingénieurs. Il cite aussi Alain Demangeon et Bruno Fortier qui étudient Cherbourg, Calais, Saint-Malo, La Hougue et Anvers76. Regrettons que Le Havre soit fâcheusement oublié.

61Car, en 1786-1787, le port et la ville sont prêts pour une urgente campagne d’agrandissements et d’embellissements. Le port est la préoccupation principale des ingénieurs conscients des réalités contraignantes, écluses de chasse, superficies des bassins, allongement des digues, car, sans un port actif, on ne peut parler de ville dynamique. Par contre, les textes et les dessins de projets d’agrandissement de la ville restent très succincts, sur lesquels on ne voit que des îlets entre lesquels on commence cependant à tracer des quartiers, des rues, des places, quelques monuments. Il est vrai que ce travail est l’œuvre d’ingénieurs qui, s’ils ont reçu une formation architecturale et urbanistique, sont, avant tout, des techniciens des ponts et chaussées, mais la quasi absence des architectes pendant cette période de réflexion est à remarquer. Toutefois, leurs connaissances ne seront pas négligées, tout d’abord comme associés, puis, rapidement, pour la construction de monuments et de maisons particulières. Paul-Michel Thibault et Pierre-Louis Boucard seront les principaux auteurs.

  • 77 AMLH, FR 03 1, liasse 1, doc. 11 ; J.-M. Le Père, Mémoire, op. cit., p. 27 : « Projet de M. Lamand (...)
  • 78 ENPC, ms. 2574.

62Le « plan Lamandé » atteint donc, déjà, largement le but fixé par Montbarrey en 1779 : doubler la superficie de la ville. Aux 60 000 toises d’origine, s’ajoutent 105 000 toises en y comprenant les surfaces des bassins77. Par une lente progression depuis la nature « remuante » du rivage vers le calme de l’intérieur, le navire de commerce arrivera dans un refuge où se concentre la vie urbaine. Il y apportera la fortune, passant entre les nouvelles digues de l’entrée, traversant les bassins du Roi ou de la Barre protégés par des écluses, pour se rendre dans la ville et finalement accoster devant les magasins près des maisons de négoce. Le centre vital n’est plus sur le « grand quai », face à la mer. Il se déplace vers le nord, autour du bassin d’Ingouville, renommé « bassin du Commerce », car les négociants ayant finalement participé aux frais par une donation de 100 000 livres, ont demandé en échange que l’on change son nom. Dans le même esprit, un mémoire du « citoyen » René-Ferdinand Chaubry, ingénieur des Ponts et Chaussées, ami de Lamandé, en poste à Honfleur, puis au Havre et à Dieppe entre 1781 et 1791, intitulé De la manière la plus avantageuse de disposer le plan d’un port de mer, rappelle les difficultés des ports de la Manche dues à l’envahissement par le galet, le rôle d’une rivière qui puisse servir d’écluse de chasse. Il propose une disposition de la ville pour un « lieu consacré à la sûreté et à la tranquillité du commerce ». Le texte, certainement postérieur aux travaux, et l’évocation de la « manière à envelopper le port » sont une allusion claire à ce qu’il connaît. Un plan, perdu, exécuté « d’après les principes ci-dessus », évoque « une espèce de bassin pour les bateaux de commerce de l’intérieur des terres qui viennent charger les navires dans cet espace, si l’un des ponts tournants avec les portes est ouvert, l’autre étant fermé, (de sorte que] le passage pour les habitants de la ville n’est point interrompu78 » (fig. 73).

  • 79 A. Picon, L’Ingénieur artiste, op. cit., p. 163.

63Une autre des importantes qualités du « plan Lamandé » est aussi d’introduire l’air, l’eau et la lumière dans les terres, tout au moins dans les parties neuves de la ville au dessin orthogonal, grâce au souci du tracé de rues larges et de places. Ainsi, de même que les cités romaines se développaient largement sur deux axes, la nouvelle ville du Havre s’ordonne autour de la rue Saint-Michel prolongée (ce sera le cardo orienté nord-sud) et du bassin du Commerce (le decumanus d’est en ouest). La place à l’extrémité ouest du bassin, au croisement des deux, où se tiendront plus tard la bourse puis la salle de spectacle, sera, en quelque sorte, le forum. Mais il faut souligner que, par ailleurs, les ingénieurs ne prévoient pas la rénovation des anciens quartiers qui continueront à avoir une vie propre. Aucun texte n’évoque cette éventualité, car il est probable que cela soulèverait d’énormes problèmes urbanistiques, architecturaux et surtout humains. Il est intéressant de le rapprocher de l’œuvre inventive, à l’imaginaire débordant, de l’élève des Ponts et Chaussées Hervé Faye, le Projet sur la manière la plus avantageuse de disposer un port de mer, objet du concours de travaux maritimes de 1788, où, effectivement, la ville enveloppe le port, mais où les parcours infligés, tant aux navires qu’aux hommes, sont bien difficiles. « Il décrit et met en forme, écrit Antoine Picon, sans souci d’une quelconque réalité topographique, le port idéal et la ville rationnelle qui l’accompagne79. » Nous y retrouvons tous les éléments du port idéal : bassins rectangulaires au calme, écluses au plan précis, beau phare à l’entrée. Mais le rationalisme ne s’accorde pas forcément avec les impératifs de la navigation et de la vie urbaine.

64Comme il fallait s’y attendre, dès le début de sa présentation, le « plan Lamandé » est étudié, critiqué, et connaît une évolution importante.

  • 80 SHD, Marine, DD2 831. De Gaulle présentera trois plans, toujours accompagnés de nombreuses critiqu (...)

65La critique la plus intéressante est une analyse constructive sérieuse de Jean-Baptiste de Gaulle, ingénieur de la marine, dont l’énergie ne faiblit pas, qui connaît parfaitement les impératifs locaux, et propose son propre projet (fig. 74). Rapidement, il dessine un magnifique plan, Le Havre avec des auguementations [sic] proposées en 1786 par un ingénieur de la marine, qu’il légende très consciencieusement80. Bien évidemment, il fait porter son attention en premier lieu sur le port, les digues et les bassins (art. 1 à 12), remplit de larges retenues (11), détaille longuement les écluses de chasse (12) puis protège l’entrée par un fort « d’Harcourt ». Il restructure les bassins, agrandissant celui du roi vers le nord et le faisant communiquer avec un « arrière-bassin » de 180 toises de long sur 45 de large, « qui pourra contenir plus de cent navires sans gêner ceux qui seront en radoub ». « Sitôt qu’un navire sera désarmé, il ne sortira que lorsqu’il sera en état de recevoir un nouveau chargement », affirme-t-il, et « les armements se feront avec beaucoup de célérité ». Il allonge le bassin de la Barre vers le canal d’Harfleur, pour permettre éventuellement à la ville de s’étendre jusqu’aux manufactures vers l’est (il mentionne une manufacture de faïence qui permet de juger de la place disponible).

Figure 73 — « Plan du Havre pour son agrandissement et son amélioration Rouen. 15 juillet 1786. Lamandé. » Mention de « place Louis XVI » au crayon (BNF, Cartes et plans, Ge 3139. Cliché BNF).

Figure 74 — « Le Havre avec les augmentations proposées en 1786 par un ingénieur de la Marine De Gaulle 1782. 17 : on voit la statue pédestre de Louis XVI, sur une place semi-circulaire dont largeur de 50 toises » (SHD, Marine, DD2 831).

Figure 75 — Projet anonyme d’agrandissement du Havre, non daté (coll. part.)

Figure 76 — « 11 avril 1787. Procès-verbal des terrains et divers établissements appartenant au roi occupés par la Marine au port du Havre. Au Havre, Bourdin ». Page de titre (SHD, Marine, SH 84).

  • 81 Ce projet de statue, que Calonne, connaissant les difficultés financières de la ville, repousse, p (...)

66Ses propositions de « transposition » pour la ville sont aussi fort intéressantes et novatrices. Il souligne que son « augmentation » vers le nord, justifiée par un futur accroissement de la population, est une nouveauté, car « elle n’a jamais été proposée que depuis la porte Richelieu vers l’est, donnant à la ville une forme irrégulière ». Pourquoi ne pas aussi profiter du fait que tous les terrains appartiennent au roi, soutient-il, pour construire sur 3 000 toises supplémentaires ? Et, « comme le grand quai ne vaut absolument rien et a besoin d’être refait à neuf », il n’hésite pas, grâce à un nouveau tracé du chenal, à le remblayer au sud avec le galet du Perrey pour augmenter la ville de 7 000 toises de la plus grande valeur, « étant comme je viens de le dire dans le plus beau quartier ». Ainsi, il enveloppe les anciens quartiers au nord par de nouvelles parcelles, agrandit au sud le quartier Notre-Dame, conserve la citadelle amoindrie et, pour ce « très beau quartier » dont l’ampleur a bien diminué, il prévoit, lui aussi, une place semi-circulaire de 50 toises de largeur, ornée d’une statue pédestre de Louis XVI, qui en sera l’ornement81. L’agrandissement au plan géométriquement cohérent semble rationnel. Bien protégée de murailles neuves (art. 23), la ville est parcourue de rues larges, bien raccordées aux anciens quartiers, alimentée en eau de manière efficace (art. 25), ville « moderne », répondant aux principes des hygiénistes et des urbanistes des Lumières. On regrette de ne pas connaître les influences réciproques de Lamandé et de de Gaulle sur les remaniements du plan officiel, car la date très exacte du plan de de Gaulle est inconnue.

67Il n’est pas inintéressant, de plus, de regarder aussi le plan anonyme, certainement postérieur à 1787 (l’emplacement de la salle de spectacle y figure), conservé dans une collection privée, pour lequel l’auteur a laissé libre cours à son imagination. Dans une ville en étoile, bien fortifiée, convergent des quartiers nord vers le bassin du Roi doublé, tandis qu’au sud, l’ingénieur propose de construire sur le poulier et les terrains de la citadelle (fig. 75).

  • 82 AMLH, FA DD 96.
  • 83 AMLH, copies de lettres, BB 129.
  • 84 ENPC, ms. 2014.
  • 85 AMLH, FR O3 1.

68Car, à partir du deuxième semestre de 1786, des discussions amènent à envisager sérieusement de nouveaux agrandissements au nord qu’il faut absolument justifier : ce sont ceux dont Marie Le Masson Le Golft a eu vent, décidés en fait lors de l’assemblée des Ponts et Chaussées du 27 avril 1786. Dans ce but de clarification de la situation, le 28 août suivant, l’intendant de Rouen, Laurent de Villedeuil, inquiet de l’envergure des projets, demande à la municipalité de procéder à un nouveau dénombrement de la population « avec une grande précision, afin que le Gouvernement qui s’occupe des projets d’agrandissement de la ville du Havre puisse juger jusqu’à quel point cet agrandissement peut être nécessaire82 ». La longue réponse municipale, envoyée le 28 novembre, estime la population actuelle à « 17 à 18 000 habitants », alors qu’il y en avait 14 000 à 15 000 en 1763, auxquels il faut ajouter ceux des « endroits circonvoisins », dont le Perrey, où vivent 4 000 personnes, et les ouvriers et artisans qui ne trouvent pas de logement dans la ville, sans oublier l’argument frappant, la renaissance du commerce. « Nous pensons, concluent les échevins, qu’en donnant à la nouvelle ville autant d’étendue au moins que l’ancienne en a, ce ne serait pas aller trop loin. Peut-être même ne serait-ce pas assez83. » À la suite de ces échanges et en référence « au mémoire de M. De Fourcroy », on reconnaît qu’il faut prévoir des extensions nouvelles, et l’assemblée des Ponts et Chaussées « tenue chez M. Perronet le 28 janvier 178784 », (en accord avec le duc d’Harcourt, gouverneur de Normandie, et Légier, directeur des fortifications) décide définitivement des embellissements de la ville, et le « plan Lamandé » est ratifié le 2 février 178785.

  • 86 ENPC, ms. 2014, 28 janvier 1787.

69Ce Mémoire relatif au projet proposé en janvier 1787 pour l’amélioration et l’agrandissement du port du Havre de douze articles reprend les étapes du projet, décrit les nouvelles dispositions pour la ville « favorable aux besoins des habitants et à leur conservation [et] vivifiée par la proximité du bassin projeté ». Légier, responsable de la nouvelle enceinte, mais aussi de la surveillance générale des travaux, auquel on fait part du projet, en accepte le principe, persuadé qu’il est « essentiel de donner à l’agrandissement du Havre une superficie au moins égale à celle de la ville actuelle86 ».

  • 87 AMLH, carton Marine, 1787.

70Les nouvelles dispositions, œuvre des Ponts et Chaussées, alertent le secrétaire d’État de la Marine Castries qui, très exactement le même jour, annonce à Mistral qu’il a connaissance de ces nouveaux projets. Il le charge d’accueillir Jean-Baptiste Bourdin, commissaire de la Marine, chargé par Fleurieu de donner son avis « sur l’emplacement qui est destiné pour les chantiers, sur l’avantage qui pourra résulter de l’augmentation donnée à l’extrémité du bassin pour faciliter les constructions et sur l’établissement de la nouvelle corderie et autres bâtiments dans le chantier proposé87 ». Il s’agit sans conteste d’une visite d’inspection et de surveillance : la Marine a son mot à dire (fig. 76).

  • 88 AN, F14 728 : la demande d’indemnité fait état de 33 jours de travail.
  • 89 SHD, Marine, SH 84, format 540 X 360 cm.

71Bourdin, qui trouve judicieux de se faire accompagner des architectes Charles-François Mandar et François-Etienne Dobilly, « vérificateurs de bâtiments à Paris », afin d’estimer la valeur « actuelle des bâtiments appartenant au roi », est sur place avant le 14 mars, date à laquelle il chiffre rapidement le coût de l’entretien et surtout des déplacements, destructions et reconstructions à envisager : entre autres celle des corderies vétustes, des forges et de la serrurerie, qui se trouvent le long ou sur les fortifications. Pendant plus d’un mois, les architectes inspectent, dessinent et évaluent chaque terrain, chaque « établissement » (arsenal, casernes, magasins, nombreuses maisons88). Puis, le 11 avril, Bourdin remet au secrétariat d’État à la Marine un Procès-verbal des terrains et divers établissements appartenant au Roi occupés par la Marine au port du Havre parfaitement rédigé89. Ce superbe et inappréciable document, soigneusement relié en veau fauve de six feuillets et treize planches, d’un grand intérêt, où l’on trouve notamment les vues aquarellées de l’ancienne porte d’Ingouville (de Richelieu), des casernes et de l’arsenal, a été totalement négligé depuis sa rédaction (ainsi d’ailleurs que les démarches dont il vient d’être question).

  • 90 Les aquarelles ne sont malheureusement pas signées. On peut penser cependant que Mandar a profité (...)
  • 91 Coup d’œil, p. 343-352.
  • 92 AN, fonds Marine D2 9, 19 avril 1787.
  • 93 AN, F14 728, le 4 mai 1787 ; ibid., 17 mai 1787.

72Après avoir soigneusement examiné les titres de propriété du roi et rappelé l’historique des « terrains appartenant à la Marine », Bourdin signe un État des terrains des divers établissements qui permet de connaître parfaitement la disposition intérieure et les élévations des casernes, de l’arsenal, de la maison du commissaire de la marine et de tous les autres bâtiments utilisés, soit exactement au début des grands travaux d’embellissements90. Ce sont exactement ceux évoqués par Marie Le Masson Le Golft dans son Entretien sur Le Havre, quand elle nous avait fait faire « un tour de bassin91 ». Le 17 avril, Mandar et Dobilly rédigent leur procès-verbal, « d’après les plans dressés sur les lieux par l’un de nous qui s’est rendu à cet effet au dit port », qui conclut que la Marine possède 840 681 livres de biens, qu’il faut vendre les anciens bâtiments dispersés et les réorganiser entièrement. Les fonds recueillis devraient servir, « comme à Marseille », où l’on vient de vendre l’arsenal, à reporter tous les établissements sur le parc aux bois afin de les réunir et les rénover. Seul le magasin général serait conservé, « où l’on réunira les bureaux des fonds du port, du contrôle et des classes92 ». Fleurieu, auquel est envoyé le procès-verbal, assure qu’il a « combiné » son projet avec les responsables du Génie et des Ponts et chaussées93.

  • 94 AN, fonds Marine, D2 9, 17 mai 1787.

73La conclusion de toutes ces démarches semble être, en mai 1787, l’Extrait ou résumé du mémoire particulier qui sera remis à Monseigneur sur le port du Havre qui conclut, sagement, qu’il faut conserver Le Havre, indispensable « dans son état [...] pour la relâche dans la Manche », en attendant la fin des travaux de Cherbourg94. En fait, la décision finale concerne uniquement l’entretien des bâtiments sur les terrains déjà utilisés, mais aucune construction nouvelle ne semble prévue.

  • 95 AN, F14 10 906 3.

74Le « plan Lamandé » dont, il faut le rappeler, l’exécution a été décidée le 28 janvier 1787, approuvé par Louis XVI le 2 février suivant, non seulement marque une étape importante pour Le Havre, mais servira longtemps de référence officielle, bien qu’il ait à subir au fil des années bien des modifications et des aménagements. À partir du 7 septembre 1791, après que l’Assemblée nationale ait décidé que « l’administration centrale des Ponts et Chaussées est confiée au ministre de l’intérieur », que la fonction d’intendant n’existe plus et que la direction des travaux incombe désormais à la commission des travaux publics ou au ministre de l’intérieur, le 2 février 1793, l’assemblée, présidée par Nicolas Le Camus de Mézières, se réfère toujours aux actes de 1787. Il est vrai que les responsables sont toujours Cessart, Dubois, Le Borgne, Gauthey, Bertrand, Limay et Besnard, tous ingénieurs chevronnés95.

  • 96 AMLH, FM I1 9, liasse 2.
  • 97 AMLH, FM O1 1, liasse 12.
  • 98 AMLH, FM O1 1.

75Le 24 juin 1806, lorsque Napoléon signe les Arrêts et règlements relatifs à la police des constructions dans la ville du Havre, il renvoie encore à ceux de 1787 et le « citoyen Boucard » aura bien besoin de cet appui légal pour faire respecter la loi96. Ensuite, trois ans plus tard, en 1809, lorsqu’il doit dresser des plans d’alignement pour la rive sud du bassin du commerce, il se rappelle aussi à la décision du 2 février 178797. Son successeur Lemarcis fera de même en 1825 pour régler un litige de propriété98. Et, le 14 mai 1822, le procès-verbal du conseil municipal, qui doit décider de la dénomination de la place devant la nouvelle salle de spectacle, déclare clairement :

  • 99 AMLH, FM D1 5.

Devant la salle sera la place Louis XVI. C’est sous le règne du monarque qu’ont été ordonnés les travaux d’agrandissement du port tels qu'ils continuent d’être exécutés aujourd’hui, et le plan dont il s’agit fait partie du plan par lui approuvé le 2 février 178799.

Notes

1 SHD, Génie, 1 VH 871.

2 J. de Viguerie, Histoire et dictionnaire, op. cit., p. 1533.

3 SHD, Génie, 1 VH 871.

4 AN, F14 2252 2.

5 Mémoire sur les côtes de la Haute Normandie comprises entre l’embouchure de la Seine et celle de la Somme, considérées relativement au galet qui remplit les ports situés sur cette partie de la Manche, par M. de Lamblardie, ingénieur des Ponts et Chaussées, au Havre, de l’imprimerie de P. J. D. G. Faure, Imprimeur du Roi, 1789.

6 AN, F14 2254 2. Voir A. Femonnier-Mercier, « François-Laurent Lamandé et les ingénieurs du XVIIIe siècle au Havre », Cahiers havrais de recherche historique, no 64, 2006, p. 55-76.

7 A. Femonnier-Mercier, « Paul-Michel Thibault architecte de la ville du Havre », Cahiers havrais de recherche historique, no 66, 2008, p. 203-231.

8 « Plan dessiné et levé par M. Thibault entrepreneur des ouvrages du roi à la réquisition du sieur François Fesable maître de quais et remis à Messieurs les officiers de l’amirauté et joint au procès-verbal en date du 29 janvier 1782 », dans Gustave Fennier, L'Estuaire de la Seine. Mémoires, notes et documents pour servir à l'étude de l'estuaire de la Seine, Fe Havre, imprimerie du journal Le Havre, 1885 ; SHD, Génie, 1 VH 871 : « Réflexions sur les moyens qui pourraient être employés pour empêcher le galet de combler le port », présenté à l’académie de Rouen le 31 janvier 1784.

9 AMFH, FA BB 67.

10 ENPC, ms. 3082, lettre de Cessart à Perronet, le 10 mai 1782.

11 ENPC, ms. 2014.

12 AN, tonds Marine, D2 9, le 16 décembre 1782 (lettre communiquée à Condorcet, Bossut et Bezout).

13 AMFH, FA BB 71.

14 Annales, p. 133-134.

15 AN, tonds Marine, D2 9, no 48 « Inventaire des pièces envoyées à M. de Bory le 15 décembre 1782 et relatives aux travaux projetés au port du Havre », « À joindre à la lettre de M. de Granchain ».

16 ENPC, ms. 3082.

17 Élisabeth Badinter, Condorcet. Un intellectuel en politique, Paris, Fayard, 1988, p. 107-109 et 184.

18 AN, fonds Marine, D2 9, 1er décembre 1782.

19 Ibid., 16 décembre 1782.

20 Jean-Marie Le Père, Mémoire sur divers projets pour l’amélioration et l’agrandissement du port du Havre, Rouen, Oursel, 1791.

21 D’autres comptes rendus de la présentation des plans semblent plus approximatifs, mais il faut dire que, même à la lecture des archives, réparties dans les fonds différents, il est quelquefois fort difficile d’en retrouver le fil.

22 AMLH, FA FF 98.

23 Annales, p. 138.

24 ENPC, ms. 2014, « Second rapport des commissaires », 14 mars 1783.

25 ENPC, ms. 2014.

26 J.-M. Le Père, Mémoire, op. cit. Le quartier de l’Eure est au sud-est de la ville.

27 Note manuscrite : « Le 20 juillet 1782, j’ai mis ce plan sous les yeux de M. De La Millière qui a rendu compte des détails du projet. Sa Majesté a bien voulu approuver le tout et m’autoriser à l’arrêter et à fournir la somme de 400 000 livres en 12 paiements de mois en mois pendant l’année 1783. Ormesson. »

28 AN, F14 10 236-10 242, no 9.

29 Annales, p. 133 : « Le bruit se répand que le roi a agréé le projet pour ce port que présentaient les Ponts et Chaussées. Ce projet est, dit-on du sieur Roland ingénieur et passe sous le nom du sieur Dubois, chef de ce corps. On dit aussi que Sa Majesté a accordé cent cinquante mille livres par an. On doit commencer l’ouvrage au printemps prochain. »

30 AMLH, FA DD 96, 23 septembre 1782.

31 AN, Cartes et plans, F14 10 236, no 12.

32 ENPC, ms. 3 (12).

33 A. Lemonnier-Mercier, « Grandeur et décadence des Thibault... », art. cité.

34 Annales, p. 149.

35 AMLH, FA DD 96 : le 21 octobre 1783, M. de Crosne demande qu’on paie les soldats du régiment de Neustrie qui ont travaillé aux ouvrages du port, bien que les lettres patentes sur l’emprunt ne soient pas enregistrées.

36 ADSM, C 699, le 26 juillet 1784, engagement signé.

37 J.-M. Le Père, Mémoire, op. cit., p. 25 ; Annales, p. 193-194.

38 AMLH, FA BB 71, le 15 juillet 1782.

39 Annales, p. 130-137.

40 AMLH, FA BB 129. Suite de courriers à propos de l’emprunt en 1784.

41 SHD, Marine, DD2 831.

42 AMLH, FA BB 129.

43 ADSM, C 699.

44 A. Lemonnier-Mercier, « Le premier théâtre du Havre et les embellissements de la ville au XVIIIe siècle », Cahiers havrais de recherche historique, no 59, 2001, p. 1-40.

45 AN, fonds Marine, D2 9 : depuis le 3 juillet 1784, le régiment de Poitou travaille ; le 19 mai 1785, celui d’Artois arrive.

46 AN, F14 10 906, registre 2.

47 Annales, p. 214 et 216-217.

48 ENPC, ms. 2014.

49 AN, F14 10 906 2.

50 Délibération du 21 octobre 1774 : AMLH, FA BB 70 et DD 72.

51 AMLH, FA DD 72.

52 AMLH, FM M 11

53 Annales, p. 6.

54 AMLH, FA DD 74 ; Annales, p. 197-200 : pose de la première pierre en présence uniquement du gouverneur du Havre, du Lieutenant du roi et de sa femme, des membres du conseil municipal au complet, de l’ingénieur en chef du génie Légier, du commissaire de la marine Mistral, du subdélégué de l’intendant Oursel et des représentants du commerce, le 16 novembre 1784.

55 AMLH, FA BB 71, avec copie dans DD 72, 17 décembre 1784.

56 AMLH, FA DD 74.

57 AMLH, FA DD 72.

58 AMLH, FM F2 1, liasse 11.

59 AMLH, FM F2 2, liasse 1.

60 AMLH, FM F2 1, liasse 11.

61 AMLH, FM, Délibérations, D1 6-8. Ibid.

62 AMLH, FC O1 59.

63 On trouve aussi, au hasard des archives dispersées, un projet de bourse et de péristyle, dont la destination n’est pas claire et dont les dessins sont inconnus : AMLH, FM F2 1, liasse 11.

64 AMLH, FA BB 72.

65 L.-A. de Cessart, Description des travaux hydrauliques, op. cit. ; AN, D2 19.

66 Jeanne-Marie Gaudillot (éd.), Le Voyage de Louis XVI en Normandie, 21-29 juin 1789, Cherbourg, Société nationale académique de Cherbourg, 1967 ; A. Lemonnier-Mercier, « Le voyage de Louis XVI en Normandie. La visite au Havre, 27-28 juin 1786 », Cahiers havrais de recherche historique, no 60, 2002, p. 19-45.

67 AN, KK 1085 : « Mémoire pour servir au voyage du roi à Cherbourg ».

68 Annales, p. 231-256.

69 Archives privées, famille Lamandé.

70 AMLH, FA BB 72, 26 juillet 1786.

71 AMLH, FA DD 31 : « Délibération nouvelle relative à la construction des maisons, l’arrêt de 1754 n’ayant pas été exécuté et l’incendie des 4 et 5 janvier ayant menacé la ville d’une destruction complète ; décision d’un nouvel arrêt ou confirmation de celui de 1754. »

72 AMLH, FA DD 30.

73 AMLH, FM I1 9, liasse 2 et FA DD 30.

74 AMLH, FA DD 31.

75 AMLH, FM I1 9, liasse 2. Ce texte, « Arrêts et règlements relatifs à la police des constructions dans la ville du Havre », récapitule toutes les démarches de 1726 à 1806.

76 A. Demangeon et B. Fortier, Les Vaisseaux et les villes : l’arsenal de Cherbourg, Bruxelles-Liège, Mardaga, 1978.

77 AMLH, FR 03 1, liasse 1, doc. 11 ; J.-M. Le Père, Mémoire, op. cit., p. 27 : « Projet de M. Lamandé. L’agrandissement de la ville autour du bassin d’Ingouville 35 000 toises ; Place d’Ingouville 6 000 ; emplacement de la citadelle donnant sur le bassin de la Barre 15 000 toises ; autour du port 12 000 ; emplacement réservé pour la marine du roi pour les chantiers 37 000 Total 105 000 toises. »

78 ENPC, ms. 2574.

79 A. Picon, L’Ingénieur artiste, op. cit., p. 163.

80 SHD, Marine, DD2 831. De Gaulle présentera trois plans, toujours accompagnés de nombreuses critiques et transformations : AMLH, FR O3 1, liasse 1, Mémoire de Lamblardie de 1791.

81 Ce projet de statue, que Calonne, connaissant les difficultés financières de la ville, repousse, permet de se rendre compte de la confiance des Havrais dans leur souverain.

82 AMLH, FA DD 96.

83 AMLH, copies de lettres, BB 129.

84 ENPC, ms. 2014.

85 AMLH, FR O3 1.

86 ENPC, ms. 2014, 28 janvier 1787.

87 AMLH, carton Marine, 1787.

88 AN, F14 728 : la demande d’indemnité fait état de 33 jours de travail.

89 SHD, Marine, SH 84, format 540 X 360 cm.

90 Les aquarelles ne sont malheureusement pas signées. On peut penser cependant que Mandar a profité de son séjour au Havre pour représenter des monuments : il nous reste uniquement, outre de document ci-dessus, le dessin du phare de la Hève reproduit dans Le Havre d’autrefois.

91 Coup d’œil, p. 343-352.

92 AN, fonds Marine D2 9, 19 avril 1787.

93 AN, F14 728, le 4 mai 1787 ; ibid., 17 mai 1787.

94 AN, fonds Marine, D2 9, 17 mai 1787.

95 AN, F14 10 906 3.

96 AMLH, FM I1 9, liasse 2.

97 AMLH, FM O1 1, liasse 12.

98 AMLH, FM O1 1.

99 AMLH, FM D1 5.

Table des illustrations

Légende Figure 57 — Portrait de Lamblardie (musées historiques du Havre © MH-LB).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Figure 58 — « Plan no 4. Projet des ouvrages à faire pour l’agrandissement de la ville et du port du Havre » (signature : « De Cessart », sans date, AN, Cartes et plans, série F14 10 236-10 242 no 13).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 59 — « Plan de la ville et du port du Havre avec le projet de leur agrandissement dressé par M. Dubois Inspecteur Général des Ponts et Chaussées, en conséquence des ordres de M. de La Millière et approuvé par l’assemblée des Ponts et Chaussées le 7 May 1782 » (AN, Cartes et plans, série F14 10 236-10 242 no 9.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Figure 60 — « Plan du Havre et des nouveaux ouvrages à y faire pour l'agrandissement de ce port. Approuvé par le roi sur le compte de ce qui en a été rendu à S. M. par M. de La Millière en présence de M. le marquis de Castries, M. le marquis de Ségur et moi. 25 mai 1783 Lefèvre d’Ormesson » (AN, Cartes et plans, F14 10 236-10 242, no 12).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Figure 61 — « Plan du Flavre et des nouveaux ouvrages à y faire pour l’agrandissement de ce port » (AN, cartes et plans, F14 10 236-10 242, no 17).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Figure 62 – « Plan du nouveau port et de la ville du Havre avec les agrandissements approuvés par le roi le 25 mars 1783 d’après les projets dressés par Monsieur Dubois inspecteur général des Ponts et Chaussées » (ENPC, ms. 3 (12)). Légende : D : Bassin de Castries ; F : Nouveau bassin de Calonne ; I : Quai et quartier de Ségur ; K : Quai et quartier d’Harcourt ; L : Place de Louis XVI ; M : Rue royale ; N : Quai de Beuvron ; O : Quai de Buzançois ; Q : Écluse de Calonne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Légende Figure 63 — « Fragment du plan qui indique la nouvelle ville du Havre levée en rouge avec le projet d’une salle de spectacle marquée CD sur le dit plan » (musées historiques du Flavre © MF1-LB G.53.18 bis).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Figure 64 — « Plan du port du Havre avec le projet des ouvrages pour l’amélioration de ce port », Lamandé, février ou mars 1786 (ENPC, ms. 2014). Légende : A : place Louis XVI projetée ; G : partie des fossés actuels de la place formant bassin du commerce ; L : nouveau quartier Saint-François ; b : communication du bassin du Roi à celui à construire dans les fossés pour procurer une prompte jouissance.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Figure 65 — « Extrait d’un plan du Havre levé en 1774 » (AMLH, FM M1 1, liasse 5). Légende : 1. Tour de François-Ier ; 2. Musoir en avancée de la porte du Perrey ; 3. Porte du Perrey ; 4. Bastion de Saint-André ; 37. Jetée du sud-est ; 38. Tour Vidante ; 39. Demi-tour servant à attacher la chaîne de l’entrée du port ; 42. Grand quai, revêtu de maçonnerie ; 59. Corderie du Perrey à la Marine ; 60. Maison de ville ; 61. Place d’armes ; 62. Magasin à poudre ; 63. Les trois écluses du Perrey ; 64. Jetée du nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Figure 66 — « Plan de la bourse de commerce de la place du Havre », 1818, signature illisible (CCIH, collection Louis-Lerat, no 88).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Figure 67 —Maquette : vue de l’entrée du port du Havre, de la tour François-Ier, de la bourse et de la porte du Perrey (musées historiques du Havre).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Figure 68 – « La place François Premier et la bourse de commece » (AMLH, 7 fi 95 © AMLH).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Figure 69 — « Plan général de la place de la comédie. Boucard, 25 juillet 1826. » Projet de bourse sur la place de la nouvelle salle de spectacle sur lequel figurent, au crayon noir, presque illisibles, les mentions au-dessus des monuments : à gauche « tribunal », à droite « bourse » (AMLH, FC O1 59).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Figure 70 – « 1833. Minute d’un projet de bâtiment à construire sur la place de l’arsenal devant contenir une salle de bourse, une chambre de commerce et toutes les dépendances. Élévation de la façade principale. L’ingénieur architecte de la ville Lemarcis » (ADSM, 124 J 29).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Figure 71 — Décor pour la visite de Louis XVI au Havre, « L’Amérique indépendante », par Charles de Wailly (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Figure 72 — Mémoire pour servir au voyage du roi à Cherbourg, juin 1786, « Port du Havre suivant les nouveaux projets » (AN, KK 1085).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Figure 73 — « Plan du Havre pour son agrandissement et son amélioration Rouen. 15 juillet 1786. Lamandé. » Mention de « place Louis XVI » au crayon (BNF, Cartes et plans, Ge 3139. Cliché BNF).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Figure 74 — « Le Havre avec les augmentations proposées en 1786 par un ingénieur de la Marine De Gaulle 1782. 17 : on voit la statue pédestre de Louis XVI, sur une place semi-circulaire dont largeur de 50 toises » (SHD, Marine, DD2 831).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 75 — Projet anonyme d’agrandissement du Havre, non daté (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Figure 76 — « 11 avril 1787. Procès-verbal des terrains et divers établissements appartenant au roi occupés par la Marine au port du Havre. Au Havre, Bourdin ». Page de titre (SHD, Marine, SH 84).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5401/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540