Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Embellissements du Havre au xviiie siècle

 | 
Aline Lemonnier-Mercier

Chapitre III. De l’importance grandissante des Ponts et Chaussées

Construire pour la marine

Texte intégral

  • 1 AMLH, FA AA 34.

1 Àlors que, selon l’expression consacrée, Le Havre n’est pas encore « passé à la Finance », Trudaine de Montigny, intendant des Finances chargé des Ponts et Chaussées, nommé à la succession de son père le « grand Trudaine » commence à se préoccuper de la situation. En 1776, il connaît bien Le Havre où il est venu plusieurs fois, en particulier pendant l’été 1773 lorsque, accompagné du chevalier Patrick d’Arcy, membre de l’Académie royale des sciences et d’Etienne Maynon d’Invault, contrôleur général des Finances, il a entrepris une très officielle inspection des travaux engagés dans les ports de Normandie. Passant par Rouen, les personnalités se sont rendues à Fécamp, puis au Havre le 20 août « pour y dîner et y causer », d’où ils sont repartis le 21 pour Honfleur1. Les courriers envoyés par Jean-Roch Mistral, le très estimé et influent conseiller du roi en ses conseils, conseiller général des ports et arsenaux de Normandie, en poste au Havre depuis le 1er janvier 1762, à ses supérieurs, dont Bourgeois de Boynes, permettent de se rendre compte de l’influence de cette visite pour les décisions futures. Après avoir vu les bancs de sable « dont Honfleur est entouré », Trudaine revient au Havre pour avoir « plus de détail et écouter les représentations du commerce », ce qui le conforte sur les projets pour la ville. Mistral écrit le 21 août 1773 :

  • 2 AN, fonds Marine, B3 604.

Cet intendant des Finances a été fort surpris de l’état de dépérissement, qui va jusqu’au délabrement, où l’on laisse ce port, surtout quand il a eu bien examiné les avantages de sa position et toutes les facilités de son local. Mais il l'a été encore bien plus quand il a eu pris connaissance du commerce immense qui s’y fait et dans quelle gêne ce commerce s’y trouve par la petitesse du port et du bassin ainsi que de la ville. Il se propose Mgr de vous en rendre un compte si exact et si détaillé qu’il me ferait soupçonner sans qu’il en ait rien témoigné qu’il aurait quelque regret que les 800 mille livres qui depuis la paix ont été dépenses au port d’Honfleur ne l’aient pas été à celui du Havre2.

2C’est effectivement par l’intermédiaire des travaux en faveur du port, financés par la chambre de commerce de Normandie, que les ingénieurs des Ponts et Chaussées, soutenus par Trudaine, vont s’imposer définitivement dans la généralité de Rouen.

3Le programme est chargé : il s’agit en premier lieu de faciliter la navigation le long des côtes de la Manche, puis, au Havre même, de rénover des installations portuaires vétustes. Le grand maître va en être tout d’abord Pierre-Alexandre Dubois, auquel succède Louis-Alexandre de Cessart, dont l’esprit d’entreprise et le dynamisme sont incontestables. Cessart est nommé, en janvier 1775 au poste d’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de la généralité de Rouen, en remplacement de Dubois promu inspecteur général.

La construction des phares du cap de la Hève

4L’indispensable construction de phares sur le cap de la Hève dominant la baie, était réclamée depuis la disparition de la bien précaire « tour des Castillans », construite en bois, unique phare de la côte normande, dont les feux alimentés au charbon étaient dangereux et insuffisants. Car la situation est excellente sur cet éperon de falaise qui domine la baie de la Seine et permet une vue très étendue sur la rade.

  • 3 Henri Wallon, Les Phares établis sur les côtes maritimes de la Normandie par la chambre de commerc (...)
  • 4 AMLH, FA EE 99.

5Les premières démarches, datant de 1739, sont reprises presque trente ans plus tard, à la faveur de la renaissance du commerce. « C’est en 1765, écrit Henri Wallon, qui fait allusion à une lettre au duc de Choiseul à l’époque où il cumulait les secrétariats de la Guerre et de la Marine, que les démarches de négociants du Havre, port le plus considérable de la Manche » auraient commencé. Ils demandaient instamment à la chambre de commerce, l’entretien de quatre feux, deux sur la pointe de la Hève, un autre à Gatteville à la pointe nord-est du Cotentin, le dernier sur le cap d’Ailly non loin de Dieppe3. On trouve effectivement trace à cette date, d’un devis estimatif, suivi d’un mémoire des échevins approuvé le 4 février 1766 envoyé au duc de Penthièvre, grand amiral de France, pour accord4.

6Ce n’est pourtant que six ans plus tard, en mars 1772, que les syndics de la chambre, considérant cet ouvrage « avantageux pour le commerce et l’humanité », sollicitent l’ingénieur des Ponts et Chaussées Jean-Bertrand Duchesne, qui, sous les ordres de Dubois, est occupé alors à Honfleur. L’ingénieur dresse aussitôt un procès-verbal, donne ses plans et élévations le 30 juin 1772, lesquels sont approuvés par l’intendant de Crosne. Une fois reconnu sur le cap de la Hève l’endroit le plus convenable, en présence de Duchesne et « de diverses personnes », les terrains sont offerts par M. de Boullongne, « seigneur de la Héve », puis l’arrêt du Conseil est signé le 24 avril 1774.

  • 5 AMH, DD 7. Voir Aline Lemonnier-Mercier, « Grandeur et décadence d’une famille d'entrepreneurs arc (...)
  • 6 ADSM, C 839.

7Tous les travaux sont entrepris pendant les années 1774-1775 par François-Thomas Thibault, important entrepreneur pour les Ponts et Chaussées, présent, lui aussi, déjà, à Honfleur, et dans toute la généralité de Rouen, depuis une dizaine d’années5. Des « papiers inutiles », conservés aux archives départementales de la Seine-Maritime, gardent la trace des brouillons d’ordres de travaux, dont ceux de Thibault pour les phares du Havre et de Gatteville : « En 1775 : phares Thibault 12 000 livres pour toute l'année6. »

8Marie Le Masson Le Golft nous rappelle que les « fondements » des phares de la Hève ont été posés « la dernière année du règne », et recopie un imprimé affiché partout dans la ville à cette époque :

  • 7 Coup d'œil, p. 385-387.

Phares sur les côtes de Normandie. Avis aux navigateurs. [...] Les navigateurs sont avertis que, sous l’autorité et la protection du Roi, la chambre de commerce établie par Sa Majesté à Rouen, pour la province de Normandie, a fait élever sur les côtes de la dite province, quatre tours ou phares. Ces phares sont situés, l’un sur le cap de Gatteville, à la pointe de Barfleur, deux sur le cap de la Hève, proche Le Havre de Grace ; le quatrième sur le cap Lailly, à deux lieues et demi ouest du port de Dieppe, entre ce port et celui de St Valéry en Caux7.

  • 8 Reproduit dans H. Wallon, Les Phares, op. cit.

9Effectivement, on pouvait lire sur la plaque commémorative de la pose de la première pierre la mention de « l’an 1774, le 49e et dernier du règne de Louis XV, et le premier du règne de Louis XVI », à une date non précisée. Bien complète, elle nomme toutes les personnalités responsables : Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, grand amiral de France, Anne-Pierre d’Harcourt, gouverneur de Normandie, le duc de Saint-Aignan, gouverneur du Havre, Bourgeois de Boynes, ministre et secrétaire d’État de la Marine, et Louis Thiroux de Crosne, intendant de la généralité. « Construits pour le bien de l’humanité et la sûreté des navigateurs nationaux et étrangers sous l’autorité du roi, et à la sollicitation de la chambre de commerce de Normandie établie à Rouen », les travaux ont été portés « à la perfection » par les syndics, dont la liste bien complète s’ensuit. Il s’agit là, on peut s’en rendre compte, de leur grande œuvre et d’une marque d’autorité de la chambre de commerce de Rouen sur Le Havre, dont on ne trouve aucune mention. Duchesne « nommé par la chambre » et chargé aussi des phares de Gatteville et d’Ailly y figure cependant8.

  • 9 AMLH, FA EE 99.

10Le devis estimatif pour la construction des phares, non daté, parle d’une « tour en brique avec des ceintures de pierre de distance en distance, de la hauteur de quarante pieds sur vingt et un de diamètre à la base & seize au sommet, ayant un magasin au rez-de-chaussée & un autre au premier étage avec une forte maçonnerie sur le haut pour soutenir le foyer ». On prévoyait une dépense de 12 300 livres par phare, 3 000 livres pour la maison du gardien et 1 200 livres pour le foyer en fer. Soit un total de 33 000 livres9.

  • 10 H. Wallon, Les Phares, op. cit.
  • 11 Annales, p. 48.
  • 12 Lanternes d'éclairage public. Potences d'enseignes et de lanternes, Paris, direction du patrimoine, (...)

11C’est Cessart, qui dresse le procès-verbal de fin de travaux en septembre 1776, puis le présente à l’assemblée de la chambre de commerce de Rouen en février 177710. Le premier allumage a lieu le Ier novembre 1775, feux au charbon de terre rapidement remplacés par les réverbères à huile mis en place le vendredi 20 août 177911 par Pierre Tourtille Sangrain, présent pour l’installation. Cet « inventeur », déjà entrepreneur des illuminations de Paris, depuis l’arrêt du Conseil du 30 juin 1769, a été le lauréat d’un concours lancé par l’Académie des sciences sur l’initiative d’Antoine de Sartine, lieutenant général de la police de Paris « pour quiconque découvrirait la meilleure manière d’éclairer pendant la nuit les rues d’une grande ville en combinant la plus grande clarté à la facilité du service et l’économie12 ».

  • 13 AMLH, FA EE 99.
  • 14 ENPC, ms. fonds Lesage 4.

12L’installation de ce système d’éclairage novateur sur les phares au Havre est un événement, une décision très intéressante, très attendue, prévue depuis un an par Sartine qui doit en décider. Sangrain se sait « très appuyé par le ministre de la Marine », poste auquel Sartine a été nommé par Louis XVI, et soutenu par les membres de la chambre de commerce de Rouen13. Il faut croire que l’installation a donné satisfaction, puisqu’en 1788, ils demandent aux ingénieurs des Ponts et Chaussées, conjointement avec le ministre de la Marine, la mise en place d’un fanal à réverbères (et son « très petit magasin ») sur la jetée nord-ouest à l’entrée du port, pour lequel on prévoira une lanterne à quatre réverbères « en cuivre argenté » comme ceux des phares14.

13On peut se demander la raison pour laquelle il a toujours été décidé de construire deux phares et non pas un seul. La décision est rappelée, de manière claire, par l’ingénieur de la Marine Jean-Baptiste de Gaulle dans la longue légende de sa « Carte hydrographique de l’embouchure de la Seine » de 1788, destinée à César-Henri, comte de La Luzerne, alors secrétaire d’État de la Marine (fig. 31). De ses considérations, très techniques, il ressort qu’il a été indispensable d’en prévoir deux, afin de ne pas confondre leurs feux avec ceux de Barfleur et d’Ailly. Ce que confirme Marie Le Masson Le Golft :

  • 15 Coup d’œil, p. 386-387.

On a cru nécessaire de le distinguer des autres par deux tours et de les placer de manière qu’elles ne puissent être vues l’une par l'autre, par aucun des navires venant soit du nord, du nord-ouest ou du ouest [sic] ; afin qu’en venant du large, il n’y ait aucune position qui puisse les faire confondre avec les tours de Barfleur ou de Lailly qui sont seules, et occasionner par là des méprises15.

  • 16 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. 70-71.

14Jacques-Augustin Gaillard, à l’époque commis, puis, bientôt, écrivain de la Marine et des classes par ordonnance de Louis XVI, dessine, décrit et commente les phares de la Hève pour l’année 1774. Il sait que, depuis longtemps, un feu existe en ce lieu chef de Caux, que l’on passe allant en Angleterre, puisqu’il est mentionné dans la Description générale de l'Europe de Pierre d’Avity publiée en 1637. Il rapporte que, les jours de grand vent, le charbon embrasé partant à des « distances considérables », on imagina de l’entourer d’un châssis vitré, mais que, rapidement, le procédé de Sangrain fut adopté16.

15Les dessins des phares sont dispersés. Le premier projet serait celui conservé aux archives municipales du Havre (fig. 32), ce que les esquisses au crayon sur le côté semblent prouver. Les autres élévations signées « Duchesne 1774 » qui présentent des édifices semblables, assez massifs, de forme carrée, reposant sur un puissant socle à bossages sont le projet définitif (fig. 33). L’architecte François Mandar, venu au Havre sur ordre du ministre de la Marine de Castries en 1787, en a donné un sobre dessin, reproduit dans Le Havre d’autrefois.

16Wallon en donne une description longue, peut-être issue du devis de construction. Ils étaient trapus, hauts de seulement de 53 pieds 7 pouces (à peine 20 mètres), mais, élevés sur la falaise de près de 100 mètres, ils pouvaient porter loin. Ils étaient distants l’un de l’autre de 50 toises (100 mètres), entourés de grilles et devaient être reliés par une quadruple rangée de hêtres. Leur édification a dû être réfléchie, ce que confirme le grand soin apporté aux ouvertures à frontons triangulaires pourvues d’un petit balcon à balustres, la corniche surmontée d’un fronton semi-circulaire, de même que le balcon de la lanterne. Ces détails d’architecture soignée en font une belle réalisation architecturale du siècle des Lumières.

  • 17 Esteban Castaner Munoz, « L’exhaussement du phare de Cordouan, un chantier des Lumières, 1786-1789 (...)

17Esteban Castaner Munoz, dans son article sur le phare de Cordouan, évoque les interventions de Claude-Jean-Baptiste Jallier de Savault, architecte de l’Académie royale, qui a « adopté un langage architectural sobre et géométrique suivant les orientations et le goût de la période de Louis XVI en matière d’architecture utilitaire ». Il rappelle les conseils de Jacques-François Blondel, pour lequel ces architectures doivent être simples et annoncer la solidité. Il évoque ensuite les quatre phares de Duchesne (et de Thibault) et affirme qu’ils présentent, de même que Cordouan, œuvre de Jallier, « un langage commun d’architecture parlante qui tente d’exprimer la force, la résistance et la solidité de la création humaine face à la puissance de la mer17 ». On ne peut qu’acquiescer à ce jugement.

Figure 31 – « Carte hydrographique se l’emouchure de la Seine… levée géométriquement et publiée par ordre de Mgr le comte de la Luzerne Ministre et Secrétaire d’État ayant le département de la Marine dédiée au Commerce de la Province de Normandie. Par M. DE GAULLE ingénieur de la Marine, de l’Académie Royale des Sciences, Belle Lettres et Arts de Rouen et correspondant de celle de Paris. Au Havre 1788 », détail (coll. Part.)

Figure 32 – Dessin d’un phare du cap de la Hève (AMLH, FMO3 3).

Figure 33 – « Élévation de l’un des phares à construire sur le cap de la Hève près Le Havre » (SHD, Marine, collection Nivart, ms. 144/303).

  • 18 Coup d’œil, p. 157.

18Les Havrais étaient à juste titre très fiers de leurs phares et de la vue qu’ils permettaient. Ils sont donc, très rapidement, devenus un but de promenade goûté par la population, un lieu où l’on menait les visiteurs : « Il est bon de savoir, il convient de dire ici en faveur des Étrangers, que du haut de ces phares on jouit d’une vue immense dans tous les points de l’horizon, une vue comparable en beauté à celle de Corinthe ou de Constantinople, deux des plus belles cités de toute la terre au rapport des Grands Voyageurs », affirmait Marie Le Masson Le Golft18. L’abbé Anfray, l’un des chantres de la ville, lyrique, les qualifiait de « tours ardentes ». Quant à Jean-Baptiste Laignel, autre poète attitré de toutes les fêtes havraises, il a écrit deux odes à la gloire des phares, l’une en latin, l’autre en français, de dix-neuf couplets, toutes deux couronnées, la première par l’académie de Caen en 1775, la seconde par celle de Rouen, en 1777. Il s’agit en fait d’un hymne qui célèbre le commerce dont la prospérité est due à Louis XVI, philadelphe, et à Marie-Antoinette, dont le frère, comte de Falckenstein, est venu au Havre le 1er juin 1777 :

  • 19 Jean-Baptiste-Jacques Laignel, Les Phares du Havre et de la Normandie allumés à l'avènement de Lou (...)

Les phares du Havre et de Normandie allumés à l'avènement de Louis XVI
Ode
D’autres célébreront les Villes de la Grèce
Les hauts faits des Césars ; la Seine est mon parnasse,
Je chante sur les bords ces utiles flambeaux
Qui loin de la Neustrie écartant les naufrages,
Vers ses heureux rivages,
À travers les écueils, dirigent les vaisseaux.
Ô feux qui protégez & Thétis & la Seine,
Sûrs et brillants rivaux des deux frères d’Hélène,
Phares, je vous salue. Affûtez à jamais
Le commerce opulent de l'antique Neustrie ;
Fixez dans ma patrie
L’abondance et les arts, fruits de l'aimable paix.
Heureuse Seine, au Nil oppose le contraste,
D’un roi dont les bienfaits non moins grands, mais sans faste,
Et de tous ses sujets père compatissant...
Phares ! Tel est des lys le phiiadelphe-auguste,
Qui de son règne juste
Unit l'aimable aurore à votre éclat naissant.
Tel aussi parmi nous ce voyageur illustre
À sa simplicité devait son plus beau lustre
Le soin qu’il avait pris de voiler sa grandeur
Aux Dieux de l’âge d’or nous le montrait semblable ;
Et dans le frère affable
Tout nous peignait les traits qui font aimer la sœur19.

  • 20 René Gast, Tous les phares de France de la mer du Nord à la Méditerranée, Rennes, Ouest-France, 19 (...)

19Malheureusement tombés sous les bombes de 1944, les beaux phares si souvent photographiés et dessinés ont été remplacés par un édifice plus haut, plus efficace et d’une esthétique plus moderne20 (fig. 34 et 35).

La réfection de l’écluse du bassin du roi

  • 21 AMLH, FA FF 94.

20Au moment de l’annonce de la remise des travaux du Havre « à la finance », le 19 juin 1776, Cessart est déjà au Havre, accompagné de Dubois et du sous-ingénieur Gallot lors d’une tournée de reconnaissance des ports. Le 29 juillet suivant, il y retourne « de toute urgence » avec Gallot et Montfeu, sur ordre du comte de Saint-Germain, afin de s’occuper d’un travail absolument indispensable : la réfection de l’écluse d’entrée du bassin du roi, dont la responsabilité incombait, logiquement, aux ingénieurs militaires21.

  • 22 Description des travaux hydrauliques de Louis-Alexandre de Cessart, doyen des inspecteurs généraux (...)

21Dans sa Description des travaux hydrauliques, Cessart en donne une version exacte, mais peut-être un peu partiale, dont la rédaction dynamique et pleine de verve, rappelle l’enchaînement des événements22. Il mentionne tout d’abord l’intérêt que le roi, Louis XVI, manifeste pour Le Havre depuis 1774. Ensuite, il évoque Turgot qui, « voulant venir au secours de la ville du Havre » et réunissant les fonds nécessaires, demande ce travail indispensable à Charles Le Beuf, alors directeur des fortifications au Havre. Puis, un peu perfidement, il insiste sur le fait que ce dernier, y mettant trop de précipitation (et peut-être d’incompétence), voit les portes gonfler, s’effondrer et se retrouve devant une écluse inutilisable. On imagine le désarroi général.

22« Le directeur du génie exposa qu’il n’avait point à sa disposition des entrepreneurs assez intelligents », écrit Cessart, qui assure que trois ministres et le contrôleur général, alertés, décident de faire appel à la compétence des entrepreneurs des Ponts et Chaussées. La réparation est alors réalisée sous sa responsabilité, en quatre mois (entre le 30 juin et le 17 octobre 1776), par François-Thomas Thibault, venu d’Honfleur, des capacités duquel Trudaine lui-même avait témoigné.

23Cette prise en main par l’ingénieur en chef, la rapidité dont il se glorifie grâce à l’intelligence des entrepreneurs et le soutien de l’administrateur du port, la satisfaction des habitants et, « en conséquence », le fait qu’il fut « même décidé que les ingénieurs des Ponts et Chaussées seraient chargés des travaux du port du Havre comme ils l’étaient de ceux des autres ports de cette généralité », sont une autre version, fort crédible, de la décision du passage du Havre « à la Finance ».

24L’écluse est inaugurée le 24 septembre 1776, première intervention des ingénieurs des Ponts et Chaussées dans le port. La plaque commémorative en bronze, retrouvée une première fois en 1881, qui a ensuite échappé aux destructions de 1944, rappelle la pose de l’écluse en 1667 sur l’initiative de Colbert, puis sa réfection en 1723, lorsque le marquis d’Asfeld était directeur des fortifications de Normandie, enfin les travaux de 1776 par les ingénieurs des Ponts et Chaussées, auxquels ils ont été « nouvellement confiés » (fig. 36) :

Sous le règne de Louis XVI. En 1776, le 17 octobre lors du rétablissement de l’écluse du bassin du Havre et du radier par MM. les ingénieurs du Roy pour les Ponts et Chaussées auxquels les travaux du port ont été nouvellement confiés ont été trouvées et remises en la même place par les Sieurs Gallot inspecteur et Viriot de Montfeu sous-ingénieur chargés de la conduite des travaux.
En présence de Monsieur le comte de Virieu Beauvoir brigadier des armées du Roi, Lieutenant pour Sa Majesté au Gouvernement des ville et citadelle du Havre et pays en dépendant et de M. Mistral Conseiller du Roi en ses Conseils Commissaire Ordonnateur de cette province, du ministère de M. de Clugny Contrôleur général des Finances de Sa Majesté, sur les ordres de M. Trudaine Conseiller d’État au Conseil royal, de M. Thiroux de Crosne intendant de la Haute Normandie et sous la direction de MM. Dubois inspecteur général et De Cessart ingénieur de la généralité.
Les Sieurs Thibault entrepreneurs des ouvrages.

Figure 34 – Phare du cap de la Hève vers 1900. Photo anonyme (musées historiques du Havre).

Figure 35 – Phares de la Hève. Aquarelle d’Albert Capaul (musées historiques du Havre © MH 2008).

Figure 36 – Plaque en bronze de l'inauguration de l’écluse du bassin du Roi (musées historiques du Havre).

  • 23 AN, fonds Marine, 3 J124, dossier 11 : devis du pont tournant par Cessart le 14 décembre 1776.

25Et, comme Trudaine ordonne ensuite l’exécution d’un pont tournant afin de permettre le passage des voitures sur le bassin, un plan et un devis sont aussitôt présentés à l’assemblée des Ponts et Chaussées par Cessart et Gallot, puis l’ouvrage rapidement exécuté23.

26Marie Le Masson Le Golft nous précise la date d’achèvement de l’ensemble :

  • 24 Annales, p. 4 et 12.

Pont tournant du bassin fini. Lundi 27 avril [1778] on passe sur le pont tournant du bassin qu’on construisait depuis environ un an à la place de celui qui était usé.
[...]
Portes grillées du bassin placées. Les premiers jours de novembre on a placé les deux portes grillées du bassin vers l’un et l’autre bout du pont, ces portes sont beaucoup plus riches que celles qui y étaient24.

  • 25 ADSM, C 2271.

27À partir de ce moment, ainsi qu’il y est invité par Trudaine, Dubois vient régulièrement au Havre avec Cessart et Gallot et les crédits de 1776 augmentent pour tous les ports de la généralité de Rouen. Ils passent de 205 000 livres en 1776 à 400 000 livres en 1777, dont 64 000 livres pour Le Havre afin de rétablir l’écluse du bassin du Roi. De plus, on note, en 1777, une somme de 110 000 livres « arrêtée par le Contrôleur général » (Turgot), puis 30 000 livres versées pour l’entretien en 1778. Honfleur, qui n’a rien reçu en 1778, sera doté de 15 000 livres seulement en 177925.

L’extension des casernes de la Marine

28L’importance accordée à la reconstruction de l’écluse et au pont tournant se comprend parfaitement lorsqu’on prend conscience de l’importante vie maritime regroupée autour du bassin du roi et de la cohérence de l’implantation des bâtiments sur ce territoire réservé en priorité à la Marine royale. Tous sont, cependant, de construction fort ancienne. Déjà, en juin 1698, l’ingénieur Le Pelletier a averti Vauban de leur vétusté :

Les matériaux sont si mauvais qu’il y a une infinité de pierre de taille cassée et gelée ; il en est de même dans tous les ouvrages des fortifications de la ville et de la citadelle, même dans les ouvrages faits à neuf auxquels on a employé des pierres de Caen ou des carrières de val de Leu près de Rouen qui sont gélives. Il faut en mettre en condition dans les marchés qu’on n’en emploiera plus à l’avenir. L’on pourrait en tirer de très bonnes de Fécamp par la mer ou de Vernon par la Seine.
On ne parle pas de l’arsenal parce qu'il est si petit qu’on ne peut le considérer comme un établissement de marine ; cependant le peu qu'il y a est en très bon ordre et tenu très proprement par les soins de M. de Louvigny.

  • 26 SHD, Génie, 1 VH 871 : « Mémoire de M. Le Pelletier qui a rendu compte au Roi de la visite qu’il a (...)

29À sa suite, Vauban, lors de sa visite d’inspection du 8 octobre 1699, a d’ailleurs proposé de créer un nouveau bassin, regroupant aussi, outre les chantiers navals, les magasins de désarmement, le magasin général (arsenal), plusieurs autres halles, les magasins particuliers, les petites forges26.

30Au milieu du XVIIIe siècle, la situation est inchangée et l’on pourrait reprendre à peu de choses près les termes du rapport pessimiste de Le Pelletier.

  • 27 Coup d’œil, p. 343-352.

31Cependant, par la force des événements, des constructions nouvelles et plus importantes se sont élevées. Dans sonEntretien sur Le Havre, longue et précieuse évocation de la ville et du port en 1778, Marie Le Masson Le Golft, fille de capitaine de navire, décrit comme une promenade le tour détaillé du « bassin ». Partant de la rive sud-ouest, dans le quartier Notre-Dame, elle entre tout d’abord dans l’arsenal de la Marine, ou « magasin général [...] dont la façade est sur le bassin », remonte vers le nord, puis, traversant les chantiers de construction et près du bureau des classes, tourne sur le quai est dans le quartier Saint-François, où se trouve le logement du contrôleur de la Marine (elle précise même que ce fut l’hôtel de la compagnie des Indes), puis s’arrête devant les différents ateliers qu’elle décrit. Quand elle arrive devant les casernes de la Marine, elle souligne, en bonne havraise, que « la ville les fit construire à ses frais en juillet 1733 », puis termine par la maison du commissaire du port27 (fig. 37).

  • 28 AN, fonds Marine, D2 7 ; ADSM, C 204.
  • 29 ADSM, C 204 ; AMLH, FA EE 35.
  • 30 AMLH, FA EE 35.

32Les casernes sont, effectivement, en 1776, les plus anciennes constructions de l’ensemble. Elles ont été édifiées dans les années 1730-1740, à la demande de la municipalité, qui, lasse des perturbations et tracas dus au logement des troupes de la Marine chez les particuliers, problème récurrent de tous les ports de guerre, a décidé de tout payer contre la promesse d’être complètement débarrassée de cette charge. L’arrêt du Conseil du roi étant délivré le 22 février 173328, l’adjudication est enlevée par Pierre Barjolle, entrepreneur de Rouen, le 12 juin suivant pour 32 200 livres29. Les plans sont donnés par Jean-Jacques Martinet, ingénieur du roi pour les Ponts et Chaussées30, et René-Nicolas Vernisse est commis au Havre à la demande expresse de l’intendant La Bourdonnaye, afin de surveiller les travaux.

33L’affiche d’adjudication de 1733 évoque la construction de deux ailes de bâtiment qui comprennent deux logements d’officiers, quatre chambres de capitaines et dix-neuf chambres de soldats « de trois couches chacune » en retour d’équerre autour d’une vaste cour :

  • 31 ADSM, C 204. Marie Le Masson Le Golft (Coup d’œil, p. 346) évoque une estampe de La Fosse que nous (...)

L’aile du bâtiment dont la face est exposée au midi donnant sur la cour aura de longueur 23 toises neuf pouces [...] et la face exposée au nord aura 24 toises 4 pieds à cause du biais du mur de la clôture du bassin. Cette longueur sera distribuée en 5 chambres et deux escaliers. [...] Le premier et le deuxième étage auront les mêmes dimensions. Le bâtiment en retour d’équerre [...] aura de longueur 12 toises 6 pouces comptées depuis la face exposée au midi du Ier bâtiment [...] jusqu’au magasin de Sa Majesté. La largeur est de 18 pieds et cette partie compte 3 chambres31.

34Un plan du rez-de-chaussée, en 1755, date confirmée par la légende écrite au verso, fait allusion à M. de Ranché, alors intendant de la marine. Le dessin de Gaillard, « Casernes de la Marine bâties en 1733 », permet de connaître leur ancien état (fig. 38).

  • 32 AN, fonds Marine, D2 8, le 15 septembre 1755.
  • 33 Scipion de Castries, Souvenirs maritimes, Paris, Mercure de France, « Le temps retrouvé », 1997, p (...)

35Toutefois, cet ample bâtiment, prévu pour moins de cent militaires, se révèle rapidement très insuffisant, puisque, déjà en 1755, on est obligé de louer des maisons « pour les soldats de la Marine que les casernes ne peuvent contenir32 ». En 1773, son exiguïté pose un autre grave problème lors de la création de la très controversée école de la Marine du Havre, décidée par Louis XV sous l’influence de Bourgeois de Boynes, le 29 août 1773. Scipion de Castries, élève de cette éphémère école, n’est pas tendre envers l’initiative du ministre qui voulait l’établir dans un port marchand, « où [les élèves] pouvaient y apprendre à calculer des intérêts mais jamais ce qu’ils devaient comme gentils hommes ». Il n’en a rapporté que de mauvais souvenirs, a applaudi à sa fermeture le 2 mars 1775 sur ordre de Louis XVI et au retour des élèves à Brest, Toulon ou Rochefort, « terre classique pour les jeunes marins33 ».

Figure 37 – « Plan des établissements de la Marine au Havre », 1787 (« Procès-verbal des terrains et divers établissements appartenant au roi occupés par la Marine au port du Havre Au Havre Il avril 1787. Bourdin », SHD, Marine, SH 84).

Figure 38 – « Casernes de la Marine bâties en 1733 » par Jacques-Augustin Gaillard (BM Armand-Salacrou, ms. 559).

Figure 39 – « Plan du rez-de-chaussée des casernes pour les soldats de la marine du Havre, ce qui est lavé en noir sont les bâtiments construits et ce qui est en jaune est les bâtiments projetés » (AMLH, FA EE 36).

Figure 40 – « Élévation du bâtiment projeté pour servir de magasin et de logements aux officiers des soldats de Marine au Havre » (AMLH, FA EE 36).

36Les responsables, dont Mistral, expliquent aussitôt au ministre l’impossibilité de recevoir rapidement et décemment dans des locaux humides (le rez-de-chaussée est régulièrement inondé), où ne sont prévues que des chambres impossibles à transformer en salles d’étude, une promotion d’une quarantaine d’élèves. « On se détermine » donc à proposer d’aménager rapidement un bâtiment pour les salles d’enseignement sur l’emplacement de la garniture, c’est-à-dire la troisième aile de la cour, au sud, où sont entreposés les agrès (fig. 39).

  • 34 SHD, Marine, D2 8 : dossiers sur ce sujet.
  • 35 S. de Castries, Souvenirs, op. cit., p. 47-48.

37Le 16 octobre 1773, Glier, commissaire contrôleur de la Marine ordonnateur en Normandie, adresse au ministre des plans et devis, qui sont aussitôt approuvés. Le Projet estimatif de l’établissement à faire dans le bassin sur le terrain de l'ancien atelier de la garniture d'un bâtiment propre à former les salles d’instruction des élèves du corps royal de marine est « fait et arrêté » par Vernisse « architecte de la ville du Havre employé pour les bâtiments civils & la Marine du dit port le 15 octobre I77334 ». Les travaux commencent sans attendre, le socle est terminé en décembre, mais le mauvais temps oblige à s’interrompre, ce qui n’empêche pas les élèves d’arriver. Marie Le Masson Le Golft affirme que l’école ouvre le 15 décembre 1773, date très probable, car le 14 décembre 1773, Antoine de Cresp de Saint-Césaire, son commandant, occupe la maison à laquelle les salles sont adossées35.

  • 36 Coup d’œil, p. 347.

38Ces précisions permettent de dater les plans conservés aux archives municipales du Havre : ce sont ceux de l’agrandissement de 1773, ce que Marie Le Masson Le Golft nous confirme, car elle rappelle la construction d’un bâtiment neuf supplémentaire, à deux étages, qui formait l’aile gauche, afin d’y ouvrir les classes36 (fig. 40). On retrouve dans sa description le même nombre de chambres en enfilade, auxquelles on peut accéder par des escaliers disposés régulièrement, qui pouvaient accueillir, paraît-il, plus de cent vingt élèves, à raison de cinq par chambre.

  • 37 Jean-Marie Pérouse de Montclos, Les Prix de Rome. Concours de l’Académie royale d’architecture au (...)

39Certes, l’édification de ces casernes, dont le but est avant tout utilitaire, n’a pas donné lieu à une grande imagination architecturale : dans les longues façades plates ouvrent les fenêtres nombreuses sans aucun décor. Toutefois, lorsque Vernisse a proposé en 1773 d’élever la troisième aile au-dessus d’une galerie à arcades aux larges ouvertures en plein cintre, il a innové en distribuant les chambres et salles de cours des étages le long d’un couloir, qui court le long de la façade sur cour, éclairé par des fenêtres. Marie Le Masson Le Golft, qui n’évoque absolument pas l’architecture ni les décors intérieurs, remarque cependant les appartements « assez beaux » (ce qui n’est pas forcément un compliment de sa part !), mais Gaillard, qui y a habité, le confirme. La comparaison avec le projet de casernes de « Launay », élève de Jacques-Denis Antoine, primé en août 1777 par l’Académie royale d’architecture permet de penser qu’il s’agit avant tout d’un bâtiment utilitaire afin de loger le plus possible de jeunes gens, non de faire œuvre architecturale remarquable37.

Figure 41 – « No 26 Casernes de la Marine, rez-de-chaussée, premier étage. 27 Maison du commissaire de la Marine « 1787 (« Procès-verbal... » déjà cité, SHD, Marine, SH 84).

  • 38 SHD, Marine, SH 84.

40Un ensemble de précieux plans datant d’avril 1787 contenus dans un rapport sur l’implantation de tous les bâtiments de la Marine au Havre ainsi que sur leur situation financière précise, demandé par Charles-Eugène-Gabriel de La Croix, marquis de Castries, alors secrétaire d’État de la Marine, permet de connaître la disposition intérieure à cette époque38. Sous les nos 26 et 27, les plans des trois niveaux et des mansardes, ainsi qu’une coupe confirment la disposition des différents étages (malgré quelques différences dues à des cloisonnements), ainsi que celle de la maison du commissaire ordinaire adossée au mur sud. On constate que le rez-de-chaussée est destiné aux services (et à la prison), tandis que sous les arcades se trouve toujours la garniture. Le premier étage comporte, outre la chambre du geôlier, trois appartements, desservis par des escaliers privés, dont l’un à l’est, fort vaste, et deux autres donnant sur la cour par de nombreuses fenêtres, en plus de quatre salles de classes dans l’aile sud. Le second étage est divisé en petits appartements, plutôt des suites de chambres, desservis chacun par un escalier, ce qui évite l’inconvénient de l’enfilade. Des salles de classes s’y trouvent, de même que dans les mansardes (fig.41).

  • 39 AN, fonds Marine, D2 8 : lettre de Mistral du 13 avril 1775.
  • 40 ADSM, L 486, dossier Prisons.
  • 41 ADSM, L 486.

41La fermeture, en 1775, de l’école de la marine pose immédiatement la question de l’utilisation de ces vastes locaux devenus inutiles, qui attirent la convoitise, à la fois propriété de la commune et de la Marine. En 1775, Mistral émet l’hypothèse de les transformer en une nouvelle bourse de commerce « avidement goûtée [...] car la ville est resserrée et les négociants n’arrivent pas à trouver un nouvel emplacement39 ». Mais cette idée est rejetée très rapidement, car des responsables municipaux ou des fonctionnaires se sont emparés des lieux, trouvant fort intéressant d’y aménager de confortables appartements. Ces transformations provoquent un grand scandale parmi les commissaires révolutionnaires, lors de l’inventaire des édifices publics de la ville le 26 novembre 1791, afin d’y établir des prisons40. Ils ont beau jeu de dénoncer l’occupation gratuite de locaux publics par des fonctionnaires, par ailleurs salariés. « Ce bâtiment bâti par la ville est grand et vaste, notent-ils, la partie à gauche du bassin est occupée par M. Eyriès Capitaine de port, le milieu par M. Janvry Trésorier de la Marine, lequel occupe une partie de l’aile du fond, le surplus est occupé par M. Gaillard Garde magasin de la Marine41. »

Figure 42 – « Arsenal de la Marine Construit en 1669 », par Jacques-Augustin Gaillard (BM Armand-Salacrou, ms. 559).

  • 42 SHD, Marine, DD2 833, plan du 1er juillet 1825 de Chevalier ; AMLH, FM : délibérations municipales (...)

42La confrontation de tous les plans dispersés avec l’inventaire des propriétés de la ville de 1809 permet de constituer un dossier assez complet, grâce aux descriptifs très clairs et aux plans dressés plus tard. En 1809, les casernes à l’encoignure du cul-de-sac « des casernes », mesurent 45,78 mètres, puis 39,16 mètres sur la rue de la crique, 9,10 mètres en retour et 30,20 mètres « face sur le bassin42 ».

  • 43 AMLH, FM G 2, liasse 13 : adjudication des casernes le 13 novembre 1826 par M. Armand Picard, prop (...)

43Malheureusement, si nous possédons des plans, les quelques dessins des élévations ne permettent pas de juger de l’ensemble des casernes sacrifiées en novembre 1826, lors de la réorganisation des propriétés de la Marine et leur transfert à Cherbourg. L’acte fait allusion à un plan concerté, sur lequel devraient apparaître les différents lots, afin de prolonger les rues Dauphine, du Petit Croissant et du Grand Croissant dans le quartier Saint-François jusqu’au bassin du roi43. Les dessins de Jean-Baptiste Descamps, dans la « Relation » du voyage de Louis XV, lorsque le roi regarde les joutes sur le bassin en 1749, sont bien incertains. Gaillard, de même, ne les représente que dans leur état ancien, avec la galerie où le roi est monté.

La reconstruction de l’arsenal de la Marine

  • 44 J. de Viguerie, Histoire et dictionnaire, op. cit., p. 722-723.

44Les arsenaux des ports sont, au XVIIIe siècle, à la fois des chantiers de construction navale, des dépôts de matières premières ou de vivres et des lieux de réunions. Ils sont au nombre de sept : Toulon, Brest, Rochefort, Bayonne, Dunkerque, Le Havre et Marseille. Le Havre et Dunkerque sont d’ampleur limitée44.

  • 45 AMLH, FA GG 543.

45L’arsenal de la Marine du Havre est, cependant, la pièce maîtresse de l’ensemble des bâtiments de la Marine royale entourant le bassin du roi. Édifié en 1669 sur l’emplacement de l’hôpital alors exproprié, on le connaît grâce à une description anonyme de 169045 :

  • 46 AN, D2 7 : arrêts du conseil du 4 juin 1668 et du 26 mai 1669. Voir Philippe Manneville, Regards s (...)

L’arsenal du Havre est peu considérable et les magasins sont en petit nombre et assez dispersés.
Il n’y a proprement qu’un carré de bâtiments d’environ 20 toises de face de tous sens qui est presque occupé par le magasin général et les dépendances, qui consiste en un bureau où sont les officiers, du magasin pour le feu qui est à côté avec un autre magasin au-dessus de l’un et de l’autre pour les toiles et les marchandises les plus fines et qui pourraient se gâter en bas.
Il y a pareillement une Sainte Barbe pour l'instruction et le travail des canonniers, une salle d’armes, une salle de voile, une salle d’instruction, une chapelle, un atelier pour les peintres, une salle pour le conseil, une autre pour l’hydrographie ; chacune de ces parties en ce qu’elle contient est assez bien disposée, généralement tout y est. Il y a de plus dans la cour une espèce de parc où l’on met les boulets en pyramide, les pierriers, quelques petits canons sur des tas ou chandeliers et quelques autres ustensiles de feu et sur le devant46.

  • 47 Annales, p. 17-18.

46En 1776, il n’a pas changé : « La façade [est] composée du rez-de-chaussée, d’un étage et trois lucarnes ; au-dessus dans le milieu orné d’un buste de Louis XIV et surmontée d’une lanterne47. » Le dessin de Jacques-Augustin Gaillard semble conforme, bien que le buste n’y figure pas (fig. 42).

  • 48 AMLH, fonds Marine non inventoriés.

47Depuis la fin du XVIIe siècle, son entretien laisse tellement à désirer que Mistral a alerté Sartine en 1776, lequel permet très progressivement, d’y entreprendre des travaux : le 14 juin 1776, on a pu refaire la couverture au-dessus de l’aile gauche et du grand escalier48.

  • 49 Ibid., le 30 octobre 1778.
  • 50 Annales, p. 17 et 57.

48En octobre 1778, ce ministre, auquel on parle maintenant « de menace d’effondrement d’une des ailes menaçant d’entraîner le tout », se décide à faire « rassembler les matériaux nécessaires » afin, sur le même terrain, de le surélever et l’embellir par étapes49. Les travaux commencent aussitôt, ce dont témoigne Marie Le Masson Le Golft, toujours fiable, car elle écrit au jour le jour : « On y a commencé en 1776 à réparer cet arsenal et on finira par la façade. » Puis : « 11 mars 1779, on commence à démolir la façade de l’arsenal de la marine pour la reconstruire. » Enfin, le 30 novembre 1779 : « Façade de l’arsenal découvert. Il y a des édifices qui semblent destinés à rappeler aux artistes et aux amateurs les principes de l’art et du goût, d’autres à les faire oublier50. »

  • 51 AMLH, FA BB 70. A. Lemonnier-Mercier, « L’abbé Dicquemare et Marie Le Masson Le Golft, deux intell (...)
  • 52 Lettre d’un amateur à son ami, Sur les Arts & les Ouvrages de Peinture, Sculpture, Architecture & s (...)
  • 53 Expression normande pour qualifier quelqu’un d’étranger à la province.
  • 54 A. Lemonnier-Mercier, « La maison de Paul-Michel Thibault architecte de la ville du Havre, dite “M (...)

49Pour comprendre ce jugement sévère, il faut savoir que l’abbé Jacques-François Dicquemare, mentor de Marie Le Masson Le Golft, auquel elle voue une admiration exclusive, a été nommé architecte de la ville en décembre 1770, adjoint à Vernisse avec survivance du poste51. Cet intellectuel et scientifique havrais, fort attaché à sa ville, dont les connaissances en architecture et le goût pour les décors à l’antique sont connus, a déjà été sollicité pour les cérémonies organisées par la municipalité52. Or, pour le poste d’architecte de la ville et les travaux de l’arsenal, on fait appel à un nouveau venu, un « horsain53 », un architecte venant de Paris, Paul-Michel Thibault54, frère de François-Thomas, l’entrepreneur des phares et de l’écluse. Gaillard le confirme par deux fois, la première en 1669 : « L’arsenal tel qu’on le voit à présent réédifié par le sieur Thibault de Rouen de 1776 à 1780 » ; puis, de nouveau, en 1776 : « Pendant ces années et les suivantes jusqu’en 1780, l’arsenal de la marine construit en 1669 fut réédifié par Thibault architecte. »

  • 55 AMLH, FA DD 70, 29 août 1776.
  • 56 AMLH, FA BB 71. La pose de l’horloge, datée « Samuel Gauthier l’Aîné 1780 » a dû marquer la fin de (...)

50Est-ce là l’origine de la démission de l’abbé Dicquemare, qui, ulcéré par le choix d’une personnalité extérieure au Havre, envoie, le 29 août 1776, à la municipalité une ferme et orgueilleuse lettre55 ? Toujours est-il que cet abandon de poste, contemporain des ouvrages des ingénieurs des ponts et chaussées, coïncide avec l’arrivée de l’architecte Thibault au Havre, adjoint de Vernisse en janvier 1780, peut-être en reconnaissance de ses capacités, une fois les travaux de l’arsenal achevés56. Ce faisceau de présomptions permet, jusqu’à preuve du contraire, d’attribuer la restauration de l’arsenal à Paul-Michel Thibault, bien que la plaque apposée à cette époque sur « une petite construction assez prétentieuse [...] formée par quatre colonnes en pierre surmontées d’un attique qui servait à abriter une grande balance à fléaux » ne le nomme pas (fig. 43) :

  • 57 Photo de cette plaque par Georges Priem, reproduite dans l’article de C. Mauban, « Cinq siècles de (...)

Sous le règne de Louis XVI / Le ministère de Monseigneur de Sartine / Ministre et Secrétaire d’État au Département de la Marine / Et administration de Monsieur De Mistral / Commissaire général des ports et Arsenaux de Marine Ordonnateur en Normandie / Les murs de l’enceinte du bassin Cet Arsenal et les différents bâtiments / Qui en dépendent ont été réédifiés réparés et ornés / 178057.

51Georges Priem, président de l’association des amis du vieux Havre, dans un article très précis, publié en 1933, au moment où l’existence de l’arsenal est menacée, donne une description très complète non seulement de la façade principale, mais des autres parties moins prestigieuses de l’arsenal. Il donne les dimensions, « sur la place 34,85 mètres : au nord 48 mètres ; à l’ouest 40,80 mètres et 44,60 mètres au sud ». Il indique les matériaux, la brique, le bois, mais la pierre pour la façade, partie reconstruite par Thibault, dont il loue l’idée de conserver les vestiges de l’ancien bâtiment. Il décrit soigneusement la façade principale sur le quai Notre-Dame, qui, face à l’est, surmontée d’un élégant campanile supporté par des armures aux angles, a fort belle allure avec son décor de pilastres alternant avec de grandes ouvertures et surmontée d’une forte corniche. Le long du toit, sur l’entablement, l’architecte-décorateur a imaginé une alternance de lunettes et de cartouches où sont gravés, en lettres d’or, les noms de Duguay-Trouin, Tourville, Duquesne et Jean Bart.

Figure 43 – Plaque de la réédification de l’arsenal (musées historiques du Havre).

  • 58 G. Priem, « Notes sur l’ancien arsenal de Marine et le bassin du Roi », Recueil de l’association d (...)

52Au centre, au-dessus du portail, il a gardé le blason royal et, aux angles, il a imaginé de grands cartouches symboliques sculptés d’armures, d’étendards, de boulets, de canons, d’ancres et de roues. Après une deuxième corniche, entre cet attique et le toit, il a prévu des sculptures en ronde bosse. De chaque côté du campanile, des proues de navires s’avancent, encadrées d’hommes tritons et de Neptune avec son trident. Aux angles, il choisit de représenter en fort relief des instruments de navigation et un décor « d’instruments nautiques du XVIIIe siècle : porte-voix, compas, sextant, lunette, sphère terrestre, sablier, cartes marines, grappins, puis des armes et des projectiles au milieu desquels on reconnaît les fameux boulets ramés58 ».

53Le décor d’un arsenal devant être symbolique, il est certain que tous les détails témoignaient de la puissance de la Marine royale, même pour un petit édifice de ce type, où l’architecte a réalisé une œuvre estimable.

  • 59 Les recherches que nous avons faites sur lui ne permettent pas de savoir avec qui, où et quand il (...)
  • 60 ADC, C 3203 : éléments d’un procès entre le seigneur de Ranville au sujet de l’exploitation des ca (...)

54Or, si l’on estime que les travaux peuvent être attribués à Paul-Michel Thibault, et toutes les sources concordent, on peut s’interroger sur l’inspiration de ce programme. Où cet architecte, dont les archives ont disparu, dont on ignore la carrière antérieure, mais qui a toujours fait œuvre d’architecte talentueux, consciencieux dans ses fonctions officielles et inspiré dans ses créations personnelles, a-t-il puisé ces idées59 ? Son frère, Thomas-François, exploitait, en 1773, mais certainement déjà avant, les carrières de Ranville60, sur les rives de l’Orne près de Caen, exactement en face de Bénouville, où l’architecte Claude-Nicolas Ledoux a puisé ses matériaux pour édifier le château de M. de Livry. Peut-on émettre l’hypothèse, non pas que Thibault ait travaillé avec Ledoux ou même ait été son élève, mais qu’il a vu s’élever le château dont la façade nord est décorée de trophées au-dessus de l’entablement et que, trouvant ces symboles appropriés à un arsenal, il y ait puisé son inspiration ? La comparaison peut donner matière à réflexion et permettre d’autres recherches. L’inspiration lédovienne de Thibault serait alors aussi confirmée par l’élévation des colonnes « cannelées » mentionnées par Priem dans sa description pour l’édicule de la balance.

Figure 44 – Plans du rez-de-chaussée et du premier étage, 1787 (« Procès-verbal... », déjà cité).

55Si aucun document ne nous est parvenu sur les travaux attribués à Paul-Michel Thibault, aucun dessin, aucun marché ni devis signés de l’architecte, aucun courrier, par contre, il est possible de retrouver des descriptions, des plans et des dessins de l’arsenal à différentes époques.

  • 61 SHD, Marine, SH 84.

56Les plus anciens sont ceux d’un rapport de 1787, demandé par le maréchal de Castries qui comporte, outre des plans, une belle élévation colorée de l’édifice et les plans de chaque étage disposés autour d’une cour trapézoïdale (fig. 44). Au centre, on note bien la présence des quatre piliers de la « petite construction assez prétentieuse ». Dans les deux étages du bâtiment, des salles bien différenciées sont disposées, celle pour « les barbouilleurs », les sculpteurs, ou encore les modèles. Une chapelle au rez-de-chaussée, « où l’on dit la messe tous les jours », s’élève jusqu’à l’étage où se trouvent, entre autres, la salle du conseil et celle d’hydrographie. Les combles sont réservés à la voilerie61.

57Le rapport révolutionnaire du 15 fructidor an II (1er septembre 1794), confirme sobrement son utilisation :

  • 62 AMLH, FR M1.

De l’autre côté du dit bassin [...] est un très grand bâtiment à quatre faces appartenant aussi à la Marine appelé vulgairement l’Arsenal, dans lequel sont les bureaux de contrôle, de construction, et autres avec divers magasins servant aussi de dépôt pour les différents effets servant à la Marine, salle d’armes, de peinture, sculpture, serrurerie, voilerie62.

  • 63 Loi du 15 mai 1825, décision ministérielle du 20 novembre 1826 : SHD, Marine, DD2 836.
  • 64 SHD, Marine, DD2 841.

58« Magasin général », puis « Hôtel de la Marine » devenu inutile lors de la décision du transfert des services de la Marine royale à Cherbourg au début du XIXe siècle et de la réorganisation des bâtiments, l’arsenal aurait dû être démoli en 182663. Après avoir pensé y installer la bourse de commerce, on a finalement décidé d’y transférer tous les bureaux de la Marine, de le transformer en un « Hôtel de la Marine », ce qui l’a sauvé64.

  • 65 SHD, Cherbourg, 2 K, dossiers 3428-3436.

59L’ingénieur des Ponts et Chaussées Michel Chevalier, chargé de dresser les plans de tous les établissements de la Marine en vue de leur inventaire et de leur destruction éventuelle, le dessine alors65. La grande feuille aquarellée, sur laquelle il présente non seulement la façade sur le quai Notre-Dame mais aussi l’élévation de la cour intérieure, permet de retrouver tous les décors, ceux de la façade et ceux des galeries intérieures en bois, que l’on peut comparer avec les photos prises dans les années 1930.

Figure 45 – « Vue de la façade extérieure principale place de l'Arsenal », photographie, 1869.

60

61

62

63

64

65

Figure 46 – « Vue de la façade extérieure de la rue de l’Hôpital. »

66

67

68

69

70

71

72

73

74

75

76

77

78

Figure 47 – « Élévations générales des façades intérieures. »

Figure 48 – « Élévation de l'avant-corps de la façade intérieure nord (cour des bureaux). »

Figure 49 – « Vue d’un ancien abri pour balance (cour des bureaux). » Dossier sur l’arsenal de la Marine (photo et dessins) : « Projet de réparations du 11 mai 1869 par Jenner ingénieur des travaux hydrauliques et bâtiments civils » (SHD, Marine, Cherbourg, 3 K, boite 110, « Le Havre. Hôtel de la marine »).

  • 66 Charles Rigault de Genoully (1807-1873), ministre de la Marine et des Colonies du 20 janvier 1867 (...)
  • 67 SHD, Cherbourg, 1 K2 117 ; 3 K, boite 110.

79Quarante ans plus tard, en 1869, au moment des grands travaux de démolition des fortifications de la ville et de sa réorganisation, l’édifice, mal entretenu, est devenu particulièrement précaire. Sur ordre du ministre de la Marine et des colonies, Charles Rigault de Genouilly66, l’ingénieur Charles Jenner est envoyé au Havre par le directeur des travaux hydrauliques de Cherbourg, afin de d’évaluer le montant des dépenses67. À son long texte minutieux, Jenner joint un dossier très complet qui contient, outre des plans du Havre, une photo de la façade (certainement une des plus anciennes que nous connaissions), ainsi qu’un ensemble de projets pour les transformations éventuelles et plusieurs dessins, dont celui de la façade nord (fig. 45 à 49). Ils permettent de connaître mieux, entre autres, la « petite construction prétentieuse » édifiée sur quatre colonnes doriques annelées et surtout l’élévation des galeries de bois de la cour, les pilastres et colonnes qui les soutiennent, certainement œuvre de Paul-Michel Thibault.

  • 68 ADSM, fonds Priem, 17 F 40.

80Lorsqu’en 1933, Georges Priem, alors secrétaire des « Amis du Vieux Havre » est alerté par un projet de surélévation qui va défigurer l’arsenal, non seulement il publie son article si précieux, mais il veut sauver l’édifice en son état ancien. Il constitue un dossier, le communique à Léon Meyer, maire du Havre dont l’intervention auprès de sous-secrétaire d’État aux beaux-arts permet d’obtenir son classement à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Ce qui sera fait le 14 juin 193468.

81Le dossier conservé à la médiathèque du patrimoine à Paris, où les documents ont été versés par le ministère de la Culture et de la Communication en 1984, confirme un ensemble de démarches qui, depuis 1934, ont visé à conserver les deux édifices de la vieille ville qui subsistent, l’église Notre-Dame et l’arsenal de 1699 reconstruit sous le règne de Louis XVI, « qui présente un caractère architectural très particulier qui lui donne une note fort originale ». « Il serait défiguré par ce vandalisme », juge le rapporteur. Tellement bien que les ministères concernés, Marine et Éducation nationale, envisagent une dépense pour la remise en état des façades par l’architecte Collin.

82En juin 1940, les troupes occupantes y sont logées ; elles le camouflent en 1942. En 1943, les portes sont déposées dans les caves de l’abbaye de Graville. Mais, tout comme tout le centre de la ville, l’arsenal est détruit par les bombes en septembre 1944.

  • 69 ADSM, fonds Priem, 17 F 64.

83Dès le 23 novembre 1944, le directeur des services d’architecture du ministère, René Perchet, demande la dépose et la conservation des sculptures de la façade du côté du bassin et des métopes de la corniche pour préserver « ce monument dont l’intérêt d’archéologie et d’histoire est certain » ; en 1946, il propose de faire des moulages des bas-reliefs. Entre temps, le 28 octobre 1945, la façade est tombée sous l’effet de la tempête, mais Priem ne signale aucun ennui pour les bas-reliefs du vestibule d’honneur et il fait mettre de côté les vestiges intéressants. Cependant, le 5 décembre, on lui signale que la façade de l’arsenal est endommagée et qu’il faut déblayer69.

  • 70 Paris, médiathèque du patrimoine, dossier 81/76/157.

84En 1950, l’entreprise Lanfry, de Rouen, spécialisée dans la restauration de monuments historiques, démolit la maçonnerie en briques et dépose les pierres sculptées dans le jardin du chevet de l’église Notre-Dame, en attendant les indemnités de dommages de guerre. Des moulages en sont faits par la société Garnier de Paris, sous la direction de l’architecte Jean-Pierre Paquet. Le 4 juillet 1958, dans son dossier, celui-ci souligne l’intérêt de cette documentation concernant un monument du XVIIIe siècle « d’une grande qualité et dont les moulages des bas-reliefs sont aujourd’hui les seuls vestiges ». S’y trouvent des dessins faits avant 1944 par « M. Châtelain grand prix de Rome » (la façade sur le bassin, la façade principale sur le bassin, des détails de portes, ainsi que des détails et à grandeur d’exécution de corniches et moulures) et des photos des ruines de l’édifice prises après le bombardement70.

85Malheureusement, si l’on connaît de nombreuses photos de Priem et des cartes postales représentant l’arsenal, on ne trouve, actuellement, aucune trace des moulages des sculptures. Seules les clés ainsi que les magnifiques vantaux de portes, que certains attribuent, sans aucune preuve, à Caffieri –seraient-elles un vestige du premier édifice ? – sont conservés dans les collections des musées historiques du Havre.

1776-1779 : un temps d’impatience

86Cette évocation des travaux d’embellissements pour les édifices destinés à la Marine dans ces années 1776-1780 permet d’affirmer que le port et la ville du Havre commencent à faire l’objet de l’attention du gouvernement de Louis XVI. Ce ne sont certes pas des modifications de grande ampleur, mais des prémisses engageantes favorisées par le transfert des compétences des ingénieurs du roi à ceux des Ponts et Chaussées, par le dynamisme de Cessart et de ses collègues, l’ambition de la municipalité et « l’intelligence » des entrepreneurs. Il s’agit d’une deuxième étape. Après les monuments du pouvoir élevés sous le règne de Louis XV, puis ceux de la Marine réédifiés dès les premières années de celui de Louis XVI, il faut espérer que les grandes transformations indispensables au port et à la ville sont à venir.

87Le 16 décembre 1776, Cessart fait part à Perronet de son contentement et de celui des négociants, malgré quelques difficultés avec les ingénieurs militaires :

  • 71 ENPC, ms. 3082.

Nous avons éprouvé toutes sortes de satisfactions depuis 4 mois que nous avons commencé notre ouvrage de la marine et les négociants sont enchantés mais nous ne sommes pas assez bien avec MM. les ingénieurs militaires... Je me suis plaint à Monsieur le duc d’Harcourt qui aime bien les Ponts et Chaussées... mais je veux tranquilliser Monsieur de notre bonne acceptation dans cette ville71.

88Quant aux négociants, ils considèrent que ce ne sont que des préludes. Tenaces et déterminés, ils reprennent leur plume. Ils affirment ainsi le 22 septembre 1776 :

  • 72 ADSM, C 2271.

Nous sommes extrêmement gênés par le peu d’étendue du bassin du roi où les navires de commerce sont admis. La manière dont cet ouvrage a été conduit nous donne les plus grandes espérances pour l’agrandissement et l’amélioration de notre port72.

89Ils peuvent être certains du soutien de Cessart, homme entreprenant, dynamique, féru de techniques nouvelles, qui, dès sa nomination comme ingénieur en chef dans la généralité de Rouen, a conçu des plans qu’il entend bien voir adopter, et diriger. Dubois, d’ailleurs, le 7 mars 1776, lui a déjà fait passer un plan du Havre afin d’y tracer les projets, ce qu’il s’empresse de faire. En cette même année, non seulement il met en chantier la construction du pont tournant sur la nouvelle écluse, mais il présente aussitôt le plan d’un nouveau chenal et celui d’une écluse d’entrée du port, travail repensé dans un deuxième, puis un troisième projet.

90Déjà bien établi dans son rôle, il attend donc de grandes décisions pour Le Havre et, impatient, s’inquiète auprès de Trudaine qui le rassure :

  • 73 ADSM, C 2271, 20 mai 1777.

Quant aux ouvrages relatifs à l’agrandissement du même port, nous verrons lesquels projets en auront été examinés et approuvés, ce qu'il sera possible de faire et les travaux qu'il conviendra d’entreprendre les premiers ; j’ai on ne peut plus à cœur de les voir commencer et de mettre ce Port en état de profiter de tous les avantages73.

  • 74 AMLH, FA DD 96.

91Sartine le soutient toujours malgré le départ de Turgot, disgracié le 12 mai 1776, et les passages rapides au Contrôle des Finances de Jean-Etienne Clugny de Nuits et de Louis-Gabriel Taboureau Des Réaux, puis du nouveau responsable des finances, Jacques Necker, nommé le 29 juin 177774. Le sort du Havre devient un grand sujet de discussion national, tous les avis sont écoutés.

  • 75 AMLH, fonds Chaubry, t. VI : « Observations de l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de la gé (...)
  • 76 AN, fonds Marine, 3 JJ 124, dossier 18.
  • 77 Ibid., dossier 14, 9 septembre 1778. Anglais bien sûr.

92Des personnalités d’importance donnent leur avis. « L’Empereur Joseph II, à son passage au Havre le 1er juin 1777, écrit l’ingénieur des Ponts et Chaussées Ferdinand Chaubry, dit hautement que la citadelle n’était plus faite pour protéger la ville. Le monarque avait honoré la veille l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées d’une heure d’entretien sur les nouveaux projets du Havre suivant les ordres qu’il avait reçus de M. Trudaine75. » Effectivement, Joseph II, qui a examiné lors de son passage à Rouen tous les travaux des ports de la Manche avec Cessart, l’a persuadé (est-ce nécessaire ?) de l’inutilité de conserver la citadelle76. Car, on finit par en convenir, l’obstacle indéniable aux embellissements de la ville est la présence, et donc l’utilité ou non, de l’immense citadelle. Cessart commence donc à préparer des plans d’agrandissement de la ville et du port en prévoyant sa démolition, ce que Mistral, dont les interventions sont aussi fort nombreuses, lui suggère de faire discrètement à cause des « voisins77 ». Ses projets sont considérables : il veut rénover et étendre le port indispensable au commerce, en prévoyant des agrandissements de la ville en proportion, tout en se rendant compte de l’énormité du chantier et de la délicatesse de la situation. D’un côté, les militaires tiennent à la citadelle et aux fortifications, de l’autre les ingénieurs des Ponts et Chaussées montrent leur envie terrible de se mettre au travail en démolissant, tandis que le manque de coordination entre les ministères est un frein aux décisions, ce dont témoignent les courriers abondants et les plans nombreux.

93La conclusion de ces démarches difficiles peut être donnée par un extrait de lettre de Sartine qui, optimiste, écrit à la municipalité du Havre le 20 mars 1778 :

  • 78 AMLH, FA HH 67.

Je ne puis que louer le zèle des négociants de cette place auxquels je m’empresserai toujours d’accorder la protection nécessaire au succès de leurs entreprises. Si les progrès du commerce local du Havre dépendent de l’agrandissement de la ville et de son port, j’appuierai bien volontiers les propositions qui seront faites à ce sujet à M. le Directeur général des Finances78.

1779 : la visite de Montbarrey, ministre de la Guerre

94Alexandre-Marie-Léonor de Saint-Mauris, prince de Montbarrey, qui a succédé à Saint-Germain au poste de secrétaire d’État à la guerre le 27 septembre 1777 – il sera disgracié et remplacé par le marquis de Ségur en décembre 1780 – semble être le premier responsable politique à avoir pris conscience de l’étendue des problèmes à résoudre et de leur spécificité, afin de prendre des décisions capitales au Havre. C’est un militaire prestigieux qui a participé, entre autres, à la guerre de Sept Ans et a été admis au Conseil de guerre en 1776.

  • 79 Mémoires autographes de M. le Prince de Montbarrey, Ministre secrétaire d’État au département de la (...)
  • 80 SHD Génie, MR 1802, 1243, 1819, 1715. Voir A. Lemonnier-Mercier, « Le rôle du Havre dans la prépar (...)

95Dans ses mémoires, il fait peu allusion à son rôle au Havre. Par contre, il y rappelle longuement le rôle de la grande ville portuaire dans la préparation des expéditions vers l’Amérique79. En juillet 1778, il a participé au rassemblement des troupes se préparant à un débarquement en Angleterre, par l’île de Wight, puis à l’expédition vers les États-Unis. On compte alors dans la ville, dont la population est doublée, une vingtaine de milliers de militaires, qui logent partout au grand affolement des habitants, avant de partir s’entraîner près de Bayeux, au camp de Vaussieux, en septembre-octobre 1778. Ils sont ensuite acheminés vers Brest sous les ordres de du maréchal de Rochambeau et rejoints par la flotte de l’amiral d’Estaing80.

96Mais ces manœuvres de 1778 n’empêchent pas de penser aux projets d’agrandissement et d’embellissements de la ville, dont les prémisses n’échappent pas à Marie le Masson Le Golft, toujours au fait des événements. Elle nous rapporte (et elle est bien la seule) tous les noms et tous les renseignements possibles sur les régiments présents au Havre, mais aussi la présence des ingénieurs des ponts et chaussées occupés à prendre les mesures de la ville, après avoir posé des jalons dès 1778 :

  • 81 Annales, p. 5.

13 mai [1778] : Les ingénieurs des Ponts et chaussées placent des jalons sur le bastion de Ste Adresse et sur celui de la musique, et un grand nombre de piquets dans le marais au nord de St François dans le dessein de former un plan d’agrandissement de la ville. Sur la moitié de mai, on a continué à réparer les fortifications comme l’année précédente, on a même abattu la porte d’avancée de la citadelle et plusieurs murailles81.

97Le 7 septembre suivant, le fort estimé Jean-Roch Mistral prend la responsabilité d’adresser à son supérieur, le secrétaire d’État de la Marine, Sartine, une fort intéressante lettre, afin de lui rendre compte d’une démarche de Dubois et Cessart. Les responsables des Ponts et Chaussées lui ont apporté des plans et des mémoires concernant le port du Havre, qui présentent successivement les besoins, les avantages et les moyens d’un projet « facile dans son exécution » qui lui semble mériter attention.

98Mistral, au Havre depuis 1762, est certainement conscient de l’urgence de projets d’agrandissement. Très habilement, il commence par rappeler l’importance du rôle du Havre, « seul port de la Manche qui puisse servir d’asile pour les bâtiments du roi », puis il évoque la mémoire de Colbert et Vauban, qui voulaient « mettre ce port en état de profiter de tous ses avantages », avant de regretter son entretien négligé certainement dû aux « événements ». Ce plaidoyer, concis, clair et complet, rappelle le rôle important du commerce qui « s’est si prodigieusement accru » et affirme que les ouvrages pourront s’exécuter sans toucher aux fortifications. Il semble évident, conclut-il, que l’agrandissement de la ville, « suite indispensable de l’augmentation de son commerce, se présente naturellement sur le terrain de la citadelle dont l’inutilité est reconnue puisqu’elle est dominée de tous côtés et qu’elle ne peut défendre ni le port ni la ville ». S’ensuivent des considérations optimistes sur l’extension des bassins, la durée du chantier et les conditions financières, évidemment favorables : « Ce projet peut être exécuté en six campagnes sans nuire en rien au service du port actuel et dans la quatrième année le commerce commencera à jouir des avantages que lui procureront l’agrandissement du port et de la ville. »

99Il est bien dommage que, semble-t-il, ce mémoire et ces plans n’aient pas été conservés, car, communiqués à Montbarrey et à l’intendant de la généralité de Crosne, ils ont certainement fait l’objet de commentaires dans les ministères. On peut penser, de plus, que Louis XVI en a eu connaissance, car, s’il n’intervient pas encore directement, il le fait par l’intermédiaire de son ministre de la Guerre. Car, le 11 juin 1779, Montbarrey, « sur ordre de Sa Majesté », demande à Charles-René de Fourcroy, directeur des armées du roi et des fortifications, d’inviter Antoine Groignard, prestigieux ingénieur de la Marine, à se joindre à lui pour une mission urgente, la préparation d’un mémoire sur les différents projets pour Le Havre :

  • 82 AMLH, fonds Chaubry, 10 Z 5 ; AN, fonds Marine, JJ 122.

Le roi, connaissant, Monsieur, la nécessité indispensable de procurer au Havre une augmentation de port relative à celle de son commerce et un agrandissement de la ville proportionné à l’accroissement de sa population, et Sa Majesté étant informée que, dans différents temps, il a été proposé divers projets sur ces objets, son intention est que vous vous rendiez incessamment au Havre avec M. Groignard capitaine de Vaisseau à ce port, ingénieur général de la marine, pour examiner conjointement ces différents projets et arrêter celui que vous aurez jugé le plus convenable de remplir avec le plus d’économie les vues que l’on doit proposer dans cette entreprise.
Vous voudrez bien, après votre opération, nous en rendre compte en duplicata de votre avis commun à M. de Sartine et à moi par un mémoire signé de vous et de M. Groignard82.

  • 83 Mémoires... de M. le prince de Montbarrey, op. cit., p. 359.

100« Sa Majesté, écrit Montbarrey, annonça publiquement qu’il désirait que je fasse une tournée sur les côtes de Bretagne et de Normandie afin de juger par moi-même de l’état des travaux qu’il avait résolu de faire exécuter à Cherbourg dans la baie de Cancale et à Brest83. »

101Le mardi 27 juillet 1779, il arrive donc au Havre, venant de Bretagne, au moment où la ville est envahie par les militaires en partance pour l’Amérique. Dès le lendemain, il se met au travail, entouré des seuls responsables militaires, Fourcroy et Pierre-Joseph Légier, colonel chef de brigade, ingénieur en chef au Havre, lesquels, depuis septembre 1778 et la présentation de leur mémoire par Dubois et Cessart, ont préparé, eux aussi, des plans. Fort évidemment, nous assure Marie Le Masson Le Golft, le ministre se déclare satisfait, et même enthousiaste, devant les projets de ses ingénieurs, puisqu’il ne craint pas d’affirmer que la ville présenterait « une nouvelle Amsterdam ».

102Non sans une certaine malignité, notant la présence des seuls responsables militaires, certainement sensible à leur prestige, et constatant la concurrence entre les corps d’ingénieurs qui commence à se concrétiser, la chroniqueuse, toujours sensible au décorum, déclare :

  • 84 Annales, p. 35-38.

Il faut observer que quelques mois auparavant, les ingénieurs des ponts et chaussées, chargés depuis plusieurs années des ouvrages du port, avaient présenté au ministre un plan d’agrandissement et d’amélioration du port qui n’avait pas été goûté ; il entrait dans leurs vues de détruire la citadelle, mais on a observé que c’était la seule forteresse qu'il y eût non seulement dans le gouvernement mais même en Normandie.
M. le Prince de Montbarrey a été après le dîner, qui était à l’hôtel du Lieutenant du roi ou il logeait, avec M. le Comte de Vaux, les officiers généraux et officiers majors de l’armée, M. Groignard et l’ordonnateur, voir tourner le pont, etc. La cavalcade était composée d’environ trente-six officiers et à peu près autant de domestiques ; ils ont monté sur la côte d’Ingouville du côté de la mer et l’on descendue par le grand chemin84.

103Ce même jour, Fourcroy et Groignard rendent au ministre leur volumineux Mémoire et projet général pour procurer au Havre un agrandissement du port et de la ville proportionnels à l’accroissement du commerce et de sa population. Signé au Havre le 27 juillet 1779 par de Fourcroy et Groignard. Le travail, réalisé en seulement un peu plus d’un mois, est impressionnant par sa longueur – 65 articles –, sa précision et sa lucidité. Dans le préambule, la méthode de travail est clairement énoncée :

  • 85 AMLH, fonds Chaubry, 10 Z 5.

Pour remplir les intentions du roi énoncées dans cette lettre de M. le Prince de Montbarrey, nous commencerons par établir sur lequel principe doit être dressé le projet dont il s’agit en examinant, savoir :
1° de quelle importance doit être le port du Havre ;
2° quelle grandeur lui convient le mieux relativement au commerce ;
3° comment doit être fixé et estimé l’agrandissement nécessaire à la ville tant relativement à la population actuelle qu’à l’accroissement dont elle peut encore être supposée susceptible. On ne peut sur cette dernière question se conduire que sur des probabilités. Le gouvernement jugera si nous avons suivi les plus vraisemblables. Et si notre projet aura besoin de rectifications à cet égard85.

104C’est à partir de son étude, que Montbarrey va fonder son opinion et déterminer les importantes transformations qui lui semblent indispensables. Sa démarche, qu’il énonce dans le préambule de sa lettre, se veut scientifique :

  • 86 Un arpent est une étendue de terre de 100 perches carrées, la perche étant de 3 toises. Comme la t (...)
  • 87 SHD, Génie, 1 VH 871. Le texte est souligné par son auteur.

Par des recherches que l’un de nous a faites avec soin, il est prouvé qu’une ville est très bien peuplée lorsqu’elle contient 200 à 250 habitants par arpent de sa surface, comme cela se rencontre à Lille, Dunkerque, Turin, Naples, et qu’une ville est trop peuplée pour la commodité de ses habitants et la salubrité de l’air et qu’elle exige un agrandissement lorsqu’elle contient 300 habitants par arpent comme Toulon, Marseille Dieppe86 etc.
Or, Le Havre, suivant l’opinion généralement admise contient plus de 20 000 âmes. [...] Il existe dans Le Havre environ 420 habitants par arpent ; c’est le double de ce qui constitue une ville peuplée dans la proportion la plus avantageuse. Surtout si l’on observe qu’une ville de grand commerce maritime exige quantité de magasins et de plus vastes maisons que toutes les villes intérieures du royaume peuplées d’un nombre égal d’hommes par arpents.
Nous déduisons de là, comme principe qu'il est très à propos de doubler au moins la surface de terrain des habitations du Havre et que l'agrandissement à y destiner ne doit pas contenir moins de 60 arpents non compris l'espace de son nouveau bassin87.

105L’intérêt de ce mémoire vient de la pensée nouvelle qui l’anime : il faut bien cadrer et étudier ensemble les besoins de la ville et du port. Pour la première fois, les arguments reposent sur des statistiques et des considérations sociales : « la commodité » des habitants, la densité de population, la salubrité. On y note, à juste titre, la mention de la spécificité des villes portuaires, dont fait partie Le Havre, ville « de grand commerce maritime », dont la situation est à rapprocher de celle de Dieppe, mais aussi de Marseille et de Toulon, dont l’agrandissement paraît s’imposer aussi.

106Sa conclusion logique – et soulignée –, reprise et enrichie dorénavant par les ingénieurs des deux corps, est de se bien persuader de l’urgence de doubler la surface de la ville, autour d’un nouveau bassin. Le raisonnement est d’une parfaite logique : à peuplement double de « l’opinion généralement admise », ville dont on doit doubler la superficie. Encore faut-il le réaliser. Toujours est-il que les mots « bien peuplée », « commodité », « salubrité », nouveaux pour Le Havre, sont les préoccupations de toutes les études et traités à propos des villes au siècle des Lumières.

Le Havre avant les grands travaux : témoignages, vues et plans

107Il est indispensable de rappeler la physionomie du Havre dans les années qui ont précédé les grands travaux, avant les projets d’embellissements qui vont bientôt abonder.

108Les témoignages écrits sur la ville vers 1770, ses monuments, ses habitations ou son urbanisme, sont rares, les habitants, négociants, employés à la marine ou militaires, paraissant plus occupés à leurs travaux qu’à la rédaction de leurs mémoires. En fait, en dehors du Journal de Marie Le Masson Le Golft et des Manuscrits de Gaillard, la plupart sont plutôt des « essais d’histoire du Havre », récits assez répétitifs, plutôt que vraiment des « Souvenirs » ou une chronique historique. On retiendra L'Histoire du Havre de l’abbé Pleuvri qui donne une bonne idée de la ville au milieu du XVIIIe siècle.

  • 88 Voyage d’Antoine-Nicolas Duchesne au Havre et en Haute-Normandie, 1762, P. D. Bernier (éd.), Rouen, (...)

109Quant aux visiteurs, nombreux surtout à partir de 1770, dont les registres des pensions et hôtels donnent tous les noms, il semblerait que leur désir essentiel soit de « voir la mer » ou de trouver du travail. Une petite idée de la ville est donnée par le récit d’Antoine-Nicolas Duchesne publié en 1762, à la fin de la guerre de Sept Ans. Il évoque « un port, une place de guerre, une jolie ville provinciale » et note : « La brique blanche et la pierre à fusil sont de nouvelles décorations extérieures. Le colombage règne ici comme dans tout le pays de Caux. Les rues sont belles et tirées au cordeau. Les petites sont pavées de cailloutage88. »

  • 89 Laurent Manœuvre et Éric Rieth, Joseph Vernet : les ports de France, Paris, Anthèse, 1994.

110La plupart des vues du Havre, les plus marquantes pour son histoire, sont reproduites, accompagnées de notices, dans le célèbre livre, publié en 1883 par Alexis-Guislain Lemale et Charles Roessler, Le Havre d’autrefois, reproductions d’anciens tableaux, dessins, gravures et Antiquités se rattachant à l’histoire de cette ville. On y trouve la Vue du Havre du côté de la mer de Milcent, en 1740 ; puis celle du bombardement du Havre de Joseph-Abel Couture en 1759. Dans les années 1770, on connaît en tout premier lieu la vaste toile d’Hubert Robert qui représente l’entrée du port avec la tour François-Ier au premier plan, devant laquelle passe un magnifique vaisseau pour la salle des États de l’archevêché de Rouen. Car, si Hubert Robert est venu au Havre, ce qui reste à prouver, Joseph Vernet n’a jamais réalisé la vue du port qui devait, selon les désirs de Marigny, servir de « pendant » à celle de Dieppe89.

  • 90 AMLH, fonds Marine non inventorié, carton 34.
  • 91 AMLH, FA FF 94.
  • 92 BMR, archives de l’académie de Rouen, carton C 30, papiers Descamps : « Cent lettres de Cochin à D (...)

111C’est pourquoi, afin de combler cette lacune, le 30 avril 1776, Sartine adressera à Mistral une lettre lui annonçant que Claude-Nicolas Cochin, qui connaît bien l’œuvre de Vernet, car il s’occupe de la gravure depuis 1758, va arriver au Havre, envoyé par Charles de La Billarderie d’Angiviller, directeur des bâtiments du roi, « pour dessiner la vue de ce port dans le genre de Vernet ». Il faut « lui procurer toutes les facilités dont il aura besoin90 ». Cochin, « Écuyer, Chevalier de l’ordre de Saint-Michel, Garde des dessins du Cabinet du roi, Secrétaire historiographe de l’Académie Royale de peinture et sculpture de Paris », arrive donc le 18 mai 1776 et loge deux mois à l’hôtel « À la place Royale », jusqu’à la mi-juillet91. Dans la suite de lettres qu’il adresse à Rouen à son ami Jean-Baptiste Descamps il relate, sur un ton plaisant, les péripéties de son séjour et se déclare pleinement heureux92. Par contre, l’œuvre qu’il nous a laissée, Le Port et la ville du Havre vus du pied de la tour François premier où l'on découvre la place d’armes, la Bourse, la grande rue, le Quay, la citadelle, et le premier port dit le chenal. La mer est basse, n’a aucune ressemblance avec les œuvres de Vernet, ce n’est pas une vue du port. Mais elle permet de rendre compte de l’étroitesse des places et des rues, de l’élévation des maisons et de l’animation de la foule qui se presse derrière les nombreux militaires (fig. 50).

  • 93 AN, fonds Marine, C7 232 : dossier Ozanne.

112Entre temps, en 1775, Nicolas-Marie Ozanne a reçu un ordre royal de Louis XVI « pour lever les plans des principaux ports de France qu’il a fait mettre au net à Versailles93 ». Il en réalise une soixantaine, dont la mise en place est très proche de celle de Joseph Vernet, dont Le Bassin du Havre vu du bureau des constructions (fig. 51). Ozanne y évoque la vocation de la ville, la construction navale et les charpentiers de marine, ainsi que la Marine du roi et ses canons, parmi lesquels la foule des Cauchois et bourgeois de la ville déambulent. La deuxième vue, Le Port du Havre Vue de la citadelle sur le bastion du roi, montre les remparts, lieu de promenade qui s’ouvre vers le large. Toutes deux ont été abondamment gravées.

Figure 50 – « Le port et la ville du Havre vus du pied de la tour François premier où l’on découvre la place d’armes, la Bourse, la grande rue, le Quay, la citadelle, et le premier port dit le chenal. La mer est basse. D’après le dessin original exécuté sous les ordres de M. le comte de la Billarderie d’Angiviller, Conseiller du roi en ses conseils, Maître de camp de cavaliers, Chevalier de l’ordre royal et militaire de St Louis, commandeur de l’ordre de St Lazare, Intendant du jardin du roi, Directeur et ordonnateur général des bâtiments de Sa Majesté Jardins, Arts, Académies et Manufactures royales, de l’Académie Royale des Sciences. Dessinée par C. N. Cochin, et gravée par J. N. Le Bas, Graveur du roi, 1778. » Reproduite dans Le Havre d'autrefois, op. cit.

Figure 51 – « Le bassin du Havre vu du bureau des constructions. Par le sieur Ozanne ingénieur de la Marine. Pensionnaire de Sa Majesté. » Extrait des Nouvelles vues perspectives des ports de France dessinées pour le roi par M. Ozanne, ingénieur de la Marine, gravées par Y. Le Gouaz, rue Saint-Hyacinthe, no 4 (coll. part.)

Figure 52 – « Plan du Havre en 1778 » (AMLH, fonds Chaubry, 10 Z 9 © AMLH) ;

113L’intéressante image gravée par Martinet, Première vue du Havre de Grâce d'après un dessin appartenant à Monsieur de Montbarrey fait d’après nature en 1779, est une belle vue en plongée qui permet de se rendre parfaitement compte de la situation du Havre. Est-ce un souhait du ministre qui l’aurait demandée au moment de son voyage ? Qui en est l’auteur ? Le Mâle affirme qu’elle a d’abord paru dans Le Voyage pittoresque de la France et que la bibliothèque du Havre en possède un exemplaire « dessiné par le chevalier d’Espinasse », ce qui semble plausible.

  • 94 AMLH, fonds Chaubry, 10 Z 1-12

114Les plans du Havre sont particulièrement rares entre 1765, date du plan de Gallon, et les années 1777-1779, pendant lesquelles les ingénieurs vont commencer à présenter les projets d’agrandissement. Le premier, entre ces deux dernières dates, porte une référence aux marées de septembre 1777 que l’on retrouvera sur un plan de Cessart de 1781, ce qui confirme notre hypothèse : il s’agit d’un des plans de base pour les agrandissements futurs Le deuxième fait partie du précieux fonds d’archives de René-Ferdinand Chaubry, ingénieur des Ponts et Chaussées, nommé tout d’abord à Honfleur en 1781, puis au Havre en 1783, qui a légué un ensemble de documents, une compilation de textes et de cartes qu’il a fait soigneusement recopier et relier, conservé aux archives municipales du Havre94. Le Plan du Havre en 1778, « Concours pour l’amélioration du port et l’agrandissement de la ville du Havre 1778-1787 », confirme notre jugement : la ville et le port du Havre se présentent au milieu du XVIIIe siècle–excepté pour les constructions récentes, hôtel du lieutenant du roi, prétoire et romaine – pratiquement tels qu’ils étaient au XVIIe siècle : l’urbanisme et l’architecture de la ville datent, à peu de choses près, du temps du gouvernement de Richelieu (fig. 52).

Notes

1 AMLH, FA AA 34.

2 AN, fonds Marine, B3 604.

3 Henri Wallon, Les Phares établis sur les côtes maritimes de la Normandie par la chambre de commerce de Rouen et administrés par elle de 1773 à 1701 et leurs transformations au XIXe siècle, Rouen, Cagnard, 1900. La plupart des documents ayant disparu lors de la seconde guerre mondiale, nous nous fions, pour certaines références, aux travaux de Wallon, qui y a eu accès.

4 AMLH, FA EE 99.

5 AMH, DD 7. Voir Aline Lemonnier-Mercier, « Grandeur et décadence d’une famille d'entrepreneurs architectes au XVIIIe siècle : les Thibault », Cahiers havrais de recherche historique, no 65,2007.

6 ADSM, C 839.

7 Coup d'œil, p. 385-387.

8 Reproduit dans H. Wallon, Les Phares, op. cit.

9 AMLH, FA EE 99.

10 H. Wallon, Les Phares, op. cit.

11 Annales, p. 48.

12 Lanternes d'éclairage public. Potences d'enseignes et de lanternes, Paris, direction du patrimoine, Centre de recherches sur les monuments historiques, 1986.

13 AMLH, FA EE 99.

14 ENPC, ms. fonds Lesage 4.

15 Coup d’œil, p. 386-387.

16 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. 70-71.

17 Esteban Castaner Munoz, « L’exhaussement du phare de Cordouan, un chantier des Lumières, 1786-1789 », Bulletin monumental, t. CLXIV-2, 2006, p. 18-24.

18 Coup d’œil, p. 157.

19 Jean-Baptiste-Jacques Laignel, Les Phares du Havre et de la Normandie allumés à l'avènement de Louis XVI, BMR, ms. Y 16.

20 René Gast, Tous les phares de France de la mer du Nord à la Méditerranée, Rennes, Ouest-France, 1999, p. 25-26 ; Phares et feux des côtes normandes, catalogue d'exposition, Honfleur, musée Eugène-Boudin, 2002, p. 69-73.

21 AMLH, FA FF 94.

22 Description des travaux hydrauliques de Louis-Alexandre de Cessart, doyen des inspecteurs généraux des Ponts et Chaussées, un des commandants de la Légion d’honneur, membre de plusieurs académies et sociétés savantes, ouvrage imprimé sur les manuscrits de l’auteur, Paris, Renouard, t. I, 1806, p. 243.

23 AN, fonds Marine, 3 J124, dossier 11 : devis du pont tournant par Cessart le 14 décembre 1776.

24 Annales, p. 4 et 12.

25 ADSM, C 2271.

26 SHD, Génie, 1 VH 871 : « Mémoire de M. Le Pelletier qui a rendu compte au Roi de la visite qu’il a faite de cette place au mois de juin 1698 ».

27 Coup d’œil, p. 343-352.

28 AN, fonds Marine, D2 7 ; ADSM, C 204.

29 ADSM, C 204 ; AMLH, FA EE 35.

30 AMLH, FA EE 35.

31 ADSM, C 204. Marie Le Masson Le Golft (Coup d’œil, p. 346) évoque une estampe de La Fosse que nous ne connaissons pas.

32 AN, fonds Marine, D2 8, le 15 septembre 1755.

33 Scipion de Castries, Souvenirs maritimes, Paris, Mercure de France, « Le temps retrouvé », 1997, p. 48-49 et 631-632. Voir Michel Vergé-Franceschi, Marine et éducation sous l’Ancien Régime, Paris, CNRS, 1991.

34 SHD, Marine, D2 8 : dossiers sur ce sujet.

35 S. de Castries, Souvenirs, op. cit., p. 47-48.

36 Coup d’œil, p. 347.

37 Jean-Marie Pérouse de Montclos, Les Prix de Rome. Concours de l’Académie royale d’architecture au XVIIIe siècle, Paris, Berger-Levrault, 1984, p. 154-155.

38 SHD, Marine, SH 84.

39 AN, fonds Marine, D2 8 : lettre de Mistral du 13 avril 1775.

40 ADSM, L 486, dossier Prisons.

41 ADSM, L 486.

42 SHD, Marine, DD2 833, plan du 1er juillet 1825 de Chevalier ; AMLH, FM : délibérations municipales D1 2 et FM O1 4.

43 AMLH, FM G 2, liasse 13 : adjudication des casernes le 13 novembre 1826 par M. Armand Picard, propriétaire demeurant à Paris.

44 J. de Viguerie, Histoire et dictionnaire, op. cit., p. 722-723.

45 AMLH, FA GG 543.

46 AN, D2 7 : arrêts du conseil du 4 juin 1668 et du 26 mai 1669. Voir Philippe Manneville, Regards sur quatre siècles de vie hospitalière au Havre, Centre hospitalier du Havre, 1994, p. 15.

47 Annales, p. 17-18.

48 AMLH, fonds Marine non inventoriés.

49 Ibid., le 30 octobre 1778.

50 Annales, p. 17 et 57.

51 AMLH, FA BB 70. A. Lemonnier-Mercier, « L’abbé Dicquemare et Marie Le Masson Le Golft, deux intellectuels havrais au siècle des Lumières », Cahiers havrais de recherche historique, no 62, 2004, p. 152-171.

52 Lettre d’un amateur à son ami, Sur les Arts & les Ouvrages de Peinture, Sculpture, Architecture & sur les Fêtes Publiques, 1770 [mention manuscrite : « par l’abbé Dicquemare »], BMR, I 3068 (a).

53 Expression normande pour qualifier quelqu’un d’étranger à la province.

54 A. Lemonnier-Mercier, « La maison de Paul-Michel Thibault architecte de la ville du Havre, dite “Maison de l’armateur”, 1790-1800 », à paraître ; « Le Havre, la “maison de l’armateur” », dans Jean Gribenski, Véronique Meyer et Solange Vernois (dir.), La Maison de l’artiste, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 53-62 ; « Grandeur et décadence d’une famille d’entrepreneurs architectes au XVIIIe siècle : les Thibault », Cahiers havrais de recherche historique, no 65, 2007, p. 227-252.

55 AMLH, FA DD 70, 29 août 1776.

56 AMLH, FA BB 71. La pose de l’horloge, datée « Samuel Gauthier l’Aîné 1780 » a dû marquer la fin des travaux.

57 Photo de cette plaque par Georges Priem, reproduite dans l’article de C. Mauban, « Cinq siècles de construction navale au Havre », dans Navalis, Le Havre, musée des beaux-arts André-Malraux, 1986.

58 G. Priem, « Notes sur l’ancien arsenal de Marine et le bassin du Roi », Recueil de l’association des amis du vieux Havre, no 13,1933, p. 55-84. Un boulet ramé est destiné à couper les voiles de l’ennemi.

59 Les recherches que nous avons faites sur lui ne permettent pas de savoir avec qui, où et quand il a appris son métier. La première trace de lui date de 1765, lors du décès de son père ; il est « architecte à Paris » (AN, Et LXXXII/425).

60 ADC, C 3203 : éléments d’un procès entre le seigneur de Ranville au sujet de l’exploitation des carrières et François-Thomas Thibault qui travaille à Honfleur.

61 SHD, Marine, SH 84.

62 AMLH, FR M1.

63 Loi du 15 mai 1825, décision ministérielle du 20 novembre 1826 : SHD, Marine, DD2 836.

64 SHD, Marine, DD2 841.

65 SHD, Cherbourg, 2 K, dossiers 3428-3436.

66 Charles Rigault de Genoully (1807-1873), ministre de la Marine et des Colonies du 20 janvier 1867 au 4 septembre 1870 (Dictionnaire des ministres 1789-1989, Benoît Yvert (dir.), Paris, Perrin, 1990, p. 295.

67 SHD, Cherbourg, 1 K2 117 ; 3 K, boite 110.

68 ADSM, fonds Priem, 17 F 40.

69 ADSM, fonds Priem, 17 F 64.

70 Paris, médiathèque du patrimoine, dossier 81/76/157.

71 ENPC, ms. 3082.

72 ADSM, C 2271.

73 ADSM, C 2271, 20 mai 1777.

74 AMLH, FA DD 96.

75 AMLH, fonds Chaubry, t. VI : « Observations de l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de la généralité de Rouen sur le mémoire du port du Havre du 17 juillet 1779 », art. 16. Sa visite à Trudaine est mentionnée dans Journal et anecdotes intéressantes du voyage de Monsieur le comte de Falckenstein, par l’abbé Duval Pyrau, Francfort et Leipzig, 1777, p. 101. Mais le récit le plus intéressant pour Le Havre se trouve dans le ms. Y 16 de Marie Le Masson Le Golft, conservé à la BMR.

76 AN, fonds Marine, 3 JJ 124, dossier 18.

77 Ibid., dossier 14, 9 septembre 1778. Anglais bien sûr.

78 AMLH, FA HH 67.

79 Mémoires autographes de M. le Prince de Montbarrey, Ministre secrétaire d’État au département de la guerre sous Louis XVI... avec un fac-similé de son écriture, Paris, Emery Rousseau, 1826-1827, 3 vol.

80 SHD Génie, MR 1802, 1243, 1819, 1715. Voir A. Lemonnier-Mercier, « Le rôle du Havre dans la préparation et l’organisation des expéditions militaires lors de la guerre d’indépendance américaine », à paraître.

81 Annales, p. 5.

82 AMLH, fonds Chaubry, 10 Z 5 ; AN, fonds Marine, JJ 122.

83 Mémoires... de M. le prince de Montbarrey, op. cit., p. 359.

84 Annales, p. 35-38.

85 AMLH, fonds Chaubry, 10 Z 5.

86 Un arpent est une étendue de terre de 100 perches carrées, la perche étant de 3 toises. Comme la toise est à peu près égale à 2 mètres, un calcul permet d’évaluer l’arpent à 3 600 mètres carrés.

87 SHD, Génie, 1 VH 871. Le texte est souligné par son auteur.

88 Voyage d’Antoine-Nicolas Duchesne au Havre et en Haute-Normandie, 1762, P. D. Bernier (éd.), Rouen, Lestringant, 1898.

89 Laurent Manœuvre et Éric Rieth, Joseph Vernet : les ports de France, Paris, Anthèse, 1994.

90 AMLH, fonds Marine non inventorié, carton 34.

91 AMLH, FA FF 94.

92 BMR, archives de l’académie de Rouen, carton C 30, papiers Descamps : « Cent lettres de Cochin à Descamps le Jeune ».

93 AN, fonds Marine, C7 232 : dossier Ozanne.

94 AMLH, fonds Chaubry, 10 Z 1-12

Table des illustrations

Légende Figure 31 – « Carte hydrographique se l’emouchure de la Seine… levée géométriquement et publiée par ordre de Mgr le comte de la Luzerne Ministre et Secrétaire d’État ayant le département de la Marine dédiée au Commerce de la Province de Normandie. Par M. DE GAULLE ingénieur de la Marine, de l’Académie Royale des Sciences, Belle Lettres et Arts de Rouen et correspondant de celle de Paris. Au Havre 1788 », détail (coll. Part.)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Légende Figure 32 – Dessin d’un phare du cap de la Hève (AMLH, FMO3 3).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Figure 33 – « Élévation de l’un des phares à construire sur le cap de la Hève près Le Havre » (SHD, Marine, collection Nivart, ms. 144/303).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Figure 34 – Phare du cap de la Hève vers 1900. Photo anonyme (musées historiques du Havre).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Figure 35 – Phares de la Hève. Aquarelle d’Albert Capaul (musées historiques du Havre © MH 2008).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Figure 36 – Plaque en bronze de l'inauguration de l’écluse du bassin du Roi (musées historiques du Havre).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 37 – « Plan des établissements de la Marine au Havre », 1787 (« Procès-verbal des terrains et divers établissements appartenant au roi occupés par la Marine au port du Havre Au Havre Il avril 1787. Bourdin », SHD, Marine, SH 84).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 38 – « Casernes de la Marine bâties en 1733 » par Jacques-Augustin Gaillard (BM Armand-Salacrou, ms. 559).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 39 – « Plan du rez-de-chaussée des casernes pour les soldats de la marine du Havre, ce qui est lavé en noir sont les bâtiments construits et ce qui est en jaune est les bâtiments projetés » (AMLH, FA EE 36).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Figure 40 – « Élévation du bâtiment projeté pour servir de magasin et de logements aux officiers des soldats de Marine au Havre » (AMLH, FA EE 36).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 41 – « No 26 Casernes de la Marine, rez-de-chaussée, premier étage. 27 Maison du commissaire de la Marine « 1787 (« Procès-verbal... » déjà cité, SHD, Marine, SH 84).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Figure 42 – « Arsenal de la Marine Construit en 1669 », par Jacques-Augustin Gaillard (BM Armand-Salacrou, ms. 559).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 43 – Plaque de la réédification de l’arsenal (musées historiques du Havre).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Figure 44 – Plans du rez-de-chaussée et du premier étage, 1787 (« Procès-verbal... », déjà cité).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Figure 45 – « Vue de la façade extérieure principale place de l'Arsenal », photographie, 1869.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Figure 47 – « Élévations générales des façades intérieures. »
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Figure 48 – « Élévation de l'avant-corps de la façade intérieure nord (cour des bureaux). »
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Figure 49 – « Vue d’un ancien abri pour balance (cour des bureaux). » Dossier sur l’arsenal de la Marine (photo et dessins) : « Projet de réparations du 11 mai 1869 par Jenner ingénieur des travaux hydrauliques et bâtiments civils » (SHD, Marine, Cherbourg, 3 K, boite 110, « Le Havre. Hôtel de la marine »).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 50 – « Le port et la ville du Havre vus du pied de la tour François premier où l’on découvre la place d’armes, la Bourse, la grande rue, le Quay, la citadelle, et le premier port dit le chenal. La mer est basse. D’après le dessin original exécuté sous les ordres de M. le comte de la Billarderie d’Angiviller, Conseiller du roi en ses conseils, Maître de camp de cavaliers, Chevalier de l’ordre royal et militaire de St Louis, commandeur de l’ordre de St Lazare, Intendant du jardin du roi, Directeur et ordonnateur général des bâtiments de Sa Majesté Jardins, Arts, Académies et Manufactures royales, de l’Académie Royale des Sciences. Dessinée par C. N. Cochin, et gravée par J. N. Le Bas, Graveur du roi, 1778. » Reproduite dans Le Havre d'autrefois, op. cit.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Figure 51 – « Le bassin du Havre vu du bureau des constructions. Par le sieur Ozanne ingénieur de la Marine. Pensionnaire de Sa Majesté. » Extrait des Nouvelles vues perspectives des ports de France dessinées pour le roi par M. Ozanne, ingénieur de la Marine, gravées par Y. Le Gouaz, rue Saint-Hyacinthe, no 4 (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 52 – « Plan du Havre en 1778 » (AMLH, fonds Chaubry, 10 Z 9 © AMLH) ;
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5399/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 353k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540