Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Embellissements du Havre au xviiie siècle

 | 
Aline Lemonnier-Mercier

Chapitre II. De nouvelles lois sur les bâtiments

Premiers projets d’embellissements

Texte intégral

1 Jusqu’en 1749, les seuls règlements sur les constructions, ceux du 23 août 1738, sont assez mal suivis, malgré les lettres patentes de Louis XV du 28 février 1747, qui ordonnent la confection d’un nouveau terrier pour le bailliage de Caudebec et celui de Montivilliers, dont Le Havre fait partie, c’est-à-dire un inventaire général des maisons des villes.

  • 1 AMLH, FA CC 40. Il sera renouvelé le 1er avril 1765.

2Lorsque leur parvient le texte d’un nouvel acte royal, du 17 mars 1750, qui leur impose de présenter aussi leurs titres de propriété, les Havrais font immédiatement le rapprochement avec l’édit de Marly de mai 1749, par lequel le contrôleur général des finances Machault a pris l’initiative d’un impôt direct, le vingtième, sur les revenus des biens fonciers, dont le rôle doit être dressé à partir des déclarations des contribuables1. Fort évidemment, une forte opposition s’élève et les habitants entreprennent, avec la plus mauvaise volonté possible, la collation des enregistrements. Un dossier de cent dix pièces retrace de manière éloquente et édifiante les péripéties de l’élaboration du terrier. Les Havrais résistent, envoient des délégations à Paris (1757), obtiennent un arrêt du conseil déboutant l’engagiste (5 avril 1757), vont même jusqu’à verser quelques sommes aux commis des finances en remerciement de leurs démarches (13 avril 1757). Tellement bien que, de mémoires en contestations et députations à la cour, entre l’élaboration des listes le 23 juin 1757, l’arrêt de la municipalité en août suivant, puis la proclamation aux habitants le 14 janvier 1758, ils réussissent à faire traîner les choses jusqu’en 1763.

  • 2 AN, Q1 1369 ; AMLH, FA CC 40.

3La guerre de Sept Ans étant déclarée, il leur est facile de répondre au fermier de l’engagiste, impatient à juste titre : « Le bombardement et le séjour des Anglais sur la rade ont retardé les déclarations, les habitants ayant mis leurs papiers en sûreté ; des occupations de toute nature y ont aussi contribué, de sorte que les déclarations n’ont été closes que le 30 octobre 1762. » Mais le nouvel intendant, Jean-François de La Michodière, nommé en 1762, ne l’entendant pas ainsi, insiste et réclame le 18 janvier 1763, un « dénombrement exact et entier de tous les habitants [...] dans la quinzaine de la publication de la présente [...] sous peine de trente livres d’amende ». On s’incline donc devant la perspective d’une telle sanction et, enfin, le 29 juillet 1763, on commence à placer des écriteaux au coin des rues. L’injonction autoritaire ayant porté ses fruits, finalement, les dossiers arrivent plus rapidement que prévu à Rouen le 21 septembre 1763. L’arrêt du conseil du 1er avril 1765, renouvelant celui de 1747, en plus d’un second rejetant l’opposition des échevins, n’aurait plus permis d’atermoyer2.

  • 3 AMLH, FA CC 40-62.

4Cette opération, pour laquelle il est demandé de présenter tous les titres de propriété, si possible depuis la création de la ville, est un inventaire précieux. Il donne, rue par rue, les noms des propriétaires et des locataires, mentionne l’état de l’habitat, son âge, la nature des matériaux, et permet d’apprendre que la ville comprend alors 1 326 maisons. Document irremplaçable, bien que quelquefois lacunaire, il permet aussi de connaître les professions de certains habitants, de juger de l’état de leur fortune et de faire des observations sur certaines d’entre elles (les revenus d’un voyage en Louisiane, des habitations à Saint-Domingue, etc.) On connaît, grâce à lui, la localisation des jeux de paume, des fontaines, des lavoirs, l’existence des enseignes, l’abondance des estaminets3. On doit malheureusement regretter l’absence de plan.

1754 : un arrêt historique sur les constructions

5Pendant ce temps, en 1754, pendant la période qui précède la guerre de Sept Ans, peut-être saisissant l’occasion d’un moment d’aisance, les échevins décident de reprendre les textes précédents sur les constructions, toujours bien peu suivis. Au vu du nombre de demandes d’alignements, en augmentation constante, l’initiative semble s’imposer car, entre 1745 et 1756, leur rythme est passé de quatre constructions par an à treize. Ce n’est pas encore une reconstruction générale de la ville, mais un beau progrès.

  • 4 AMLH, FA CC 192.

6Dans un premier temps, le 22 avril 1754, l’assemblée communale rappelle l’ensemble de ses difficultés dans une longue supplique au roi, dans laquelle elle évoque le danger des fours de boulangers, l’obligation de bâtir les places vides non respectée (dont on parle depuis 1694), la mauvaise qualité des matériaux, les problèmes de mitoyenneté, la hauteur des maisons. Mais surtout, elle aborde l’idée d’un projet de décor uniforme de la place des Cannibales et d’une réglementation pour les maisons de toute la ville. Pour être sûre d’être entendue et soutenue, elle envoie en mission à Paris l’un des échevins, Guillaume Fouquet, et demande à l’avocat au conseil Le Lorrain de soutenir leur cause, n’hésitant pas à engager des dépenses importantes4.

7L’échange de courrier entre Le Lorrain, actif mais prudent, et les échevins dont il essaie de tempérer l’impatience, dure trois mois, de juin à août 1754. Le 26 juillet, il leur fait remarquer, à juste titre, que « ce genre de police en question n’est point du fait de la police ordinaire, qu’il a rapport à la décoration des villes qui appartient à l’intendant ». Il réclame les textes de 1724 et 1738, les envoie à Trudaine et au Garde des sceaux Machault d’Arnouville. Enfin, un remaniement ministériel (qui nomme Antoine-Louis Rouillé secrétaire d’État aux Affaires étrangères et Jean Moreau de Séchelles, intendant de Lille, au contrôle général des finances) ayant retardé un peu les choses, le 19 août 1754, il expédie au Havre le texte de l’arrêt du conseil qui vient d’être signé le 13 août. Le 12 septembre, les lettres patentes de Louis XV s’ensuivent, rappelant et complétant les ordonnances de 1719 et 1738.

8Les « bourgeois et habitants de la ville » doivent absolument renoncer au bois et sont invités à édifier, non plus seulement la façade, mais « en entier » tous les murs de leurs maisons en « pierres, brisques ou cailloux [...] tant pour la décoration de la ville, que pour la solidité ». Toute pièce de bois sur la façade est interdite sous peine d’amende. Et comme, par deux fois, le mot « décoration » est employé dans le texte, il est légitime de considérer qu’il s’agit bien là de la première tentative de rénovation de l’architecture de la ville qu’il va falloir mettre en œuvre. Bientôt, le 19 novembre 1754, le parlement de Rouen reçoit l’ordre royal d’enregistrer les lettres patentes « voulant contribuer à la décoration et embellissement de la ville » :

  • 5 AMLH, FA DD 30.

Les dits arrêts du conseil et lettres patentes seront lus et publiés tant à l’issue des messes paroissiales du Havre de grâce, qu’aux marchés du dit lieu pour être informé par le Sieur Desmaret, conseiller à ce commit et député de notre cour. En présence de Maître Bordier Substitut de notre Procureur général sur la liste des témoins qui sera formée pour la commodité et l’incommodité5.

9Les témoins, bourgeois choisis par la municipalité afin de procéder à l’enquête commodo et incommodo, sont en premier lieu trois ecclésiastiques, personnages d’influence et d’importance. Etienne Carrion, prieur du prieuré conventuel et électif du premier ordre de Saint-Benoît, diocèse de Genève, curé de Saint-Michel d’Ingouville, Notre-Dame et Saint-François, dépose « qu’il ne voit rien qui ne soit conforme au bien public ». Antoine Georges, prêtre, « ne voit pas que les lettres patentes puissent porter préjudice au bien public [car] augmenter les logements, c’est augmenter le nombre des sujets dans la ville ». Pierre Nicole, insiste sur le fait que « l’arrêt ne tend qu’au bien général, en procurant un grand nombre de maisons neuves ». Etienne Jaouen, écuyer, François Haise, conseiller du roi, lieutenant général civil et criminel du bailliage du Havre, Jean-François Costé, procureur du roi, apportent quelques restrictions en signalant que « les habitants sont navigateurs et font des voyages de long cours tant aux îles d’Amérique qu’en Guinée et autres endroits éloignés, qui durent des années et risquent de se voir dépouillés en six mois ». Quant aux riches armateurs-négociants de la place, Michel Dubocage de Bléville, Pierre-Jacques Lestorey de Boulongne, Martin Foache et Jacques-François Bégouen, ils trouvent, unanimement, que ces décisions sont « extrêmement justes et conformes au bien public ». Peut-on penser que ces personnes sont représentatives de la population de la ville ?

10Sentant certainement monter une sourde opposition, mais aussi pour conforter leurs décisions, les maire-échevins décident d’écrire à leurs homologues de différentes villes. Les réponses qu’ils reçoivent, s’échelonnent entre 16 février et le 24 mars 1755. De Caen, où la pierre est abondante, on leur répond « qu’il ne se bâtit aucune maison dont la face ne soit en pierre de taille ou moellon, mais les fonds peuvent être en bois ». À Dunkerque, il n’y a pas d’arrêt, mais on ordonne de présenter les plans avant la construction. À Metz, « il n’y a pas en Europe de meilleurs matériaux que ceux que l’on y emploie ». La réponse de Rennes, où « les murs côtiers de toutes les maisons sont en pierre, tant dans la ville que dans les faubourgs », rappelle l’incendie de 1720 et les plans de reconstruction dressés par « le sieur Roblin » puis par « Monsieur Gabriel, Contrôleur général des bâtiments du Roi ». Elle précise, de plus, que « les bâtisseurs furent assujettis à construire les maisons parallèles dans un alignement juste et une élévation égale, toutes construites en pierre et les façades en pierre de taille ». À Strasbourg, où l’on utilise aussi le bois, il n’existe aucun arrêt, mais cependant « pour empêcher qu’en cas d’incendie le feu ne se communique pas si facilement d’une maison à l’autre, il est défendu aux maîtres charpentiers et maçons suivant une ancienne coutume de faire les pignons des maisons qui se joignent autrement qu’en maçonnerie ».

11Toutes ces missives ne peuvent qu’encourager la mise en œuvre des lettres patentes. Ce qui n’est pas de l’avis d’un groupe de mécontents, « au nombre de plus de deux cent citoyens de la ville du Havre, et ce qu’il y a de propriétaires les plus distingués, comme officier de justice, questeur, anciens échevins, officiers quarteniers, écrivains du roy pour la Marine, contrôleur d’Artillerie, Directeur de la manufacture des tabacs, négociants et autres Bourgeois notables ». Leur supplique, Opposition des habitants aux prétentions des Échevins de faire vendre dans un délai de six mois les places vides de la ville pour y bâtir, signée des sieurs Symon et Brehain ne manque pas d’arguments, surtout financiers. On ne peut manquer d’y remarquer la fréquence des mots « ruine, ruiner, ruineux », « indemnité, indemniser », « fortune, biens, dot de nos filles, dépossédés, intérêts, trouver des fonds ». Ces propriétaires distingués qui préfèrent certainement investir leur fortune dans des terres lointaines, en font aussi une question de droit, ou plutôt d’abus de droit, de la part de « trois ou quatre échevins dont l’un d’entre eux n’a pas un denier en fond ». Leur argument le plus solide, étant, semble-t-il, celui qui rappelle les inconvénients de l’utilisation de la pierre de Caen, trop tendre, qui, au Havre, souffre des vents marins.

12S’ensuit un conflit long et vigoureux qui dure jusqu’en 1759, pendant lequel on évoque encore « les prétentions extraordinaires des responsables municipaux », le « bien public », afin d’influencer le parlement de Rouen. Mais, bientôt, les échanges de pétitions, courriers et mémoires s’espacent, car « la ville est en détresse », bombardée par la flotte anglaise, et a bien d’autres préoccupations.

13On comprend, à la lecture de ces péripéties, combien il va être difficile de faire adopter le langage de l’art à une communauté qui n’est pas prête à abandonner, celui, combien prégnant et vital, de l’économie commerçante. Tel est le problème, récurrent, que la municipalité va rencontrer : faire cohabiter l’urbanisme, l’architecture et le commerce, là où ce dernier règne en maître depuis la fondation de la ville, rénover une ville qui ressemble à ses habitants, qui soit l’expression de sa société. Ce n’est pas que des idées réformatrices ne soient pas arrivées jusqu’au Havre, mais elles sont uniquement, dans les années 1750-1760, le fait d’une minorité de personnalités, influentes certes, mais isolées.

1742-1756-1767 : la reconstruction du prétoire

  • 6 Sur la reconstruction, voir A. Lemonnier-Mercier, Les embellissements du Havre au XVIIIe siècle. P (...)

14Toutefois, la dégradation du prétoire, palais de justice de la ville, oblige la municipalité à penser, depuis longtemps, à sa reconstruction6. En 1739, un procès-verbal avait déjà constaté « que le bâtiment est en très mauvais état, et que la façade en colombage et en bois tombe en ruine » et des travaux avaient été envisagés. Le 10 juin 1742, les « Maire et Échevins » avaient décidé de faire appel pour la première fois à Mathieu Le Carpentier, peut-être sur une suggestion du gouverneur La Bourdonnaye. À l’époque, l’architecte vient de travailler sur le chantier de la Cour des comptes de Paris sous les ordres d’Ange-Jacques Gabriel et réside déjà à Paris, où il commence à réaliser de nombreux chantiers. Mais il n’est encore qu’un architecte rouennais peu connu, encouragé par l'architecte-ingénieur Jean-Jacques Martinet. L’idée se justifie donc pleinement et Le Carpentier se « transporte » alors au Havre, dresse un nouveau plan, comme en témoignent les ordres de Michel Dubocage de Bléville, échevin, pour le paiement de ses frais, 1 000 livres. Mais les guerres, les économies habituelles et les atermoiements entravent le projet qui est mentionné dans l’arrêt du Conseil du 6 juillet 1751.

15Le 20 décembre 1756, bien que les circonstances ne soient pas favorables, le nouvel intendant Feydeau de Brou est sollicité, parce que « les choses sont aujourd’hui à un point tel qu’il n’est plus possible de les réparer », et qu’il faut « une entière réédification » : « L’humidité y règne, le plancher étant plus bas que le pavé de la rue ; le toit est en telle vétusté que malgré les continuelles réparations qui y sont faites la pluie y pénètre abondamment et tous les registres et actes publics, dépôts si précieux aux familles, se trouvent endommagés et même la plupart entièrement pourris. »

16Comme de bien entendu, la commune manque de fonds, les échevins Émar Baudry, François Millot, Denis Eustache et Louis Duchemin demandent que, par souci d’économie, « il soit dressé un plan et devis estimatif du bâtiment en question par M. Dubois, Ingénieur des Ponts et Chaussées, pour constater la dépense et fixer l’emprunt, observant que les plans précédemment dressés par le Sieur Carpentier seraient trop dispendieux ». L’appel aux compétences architecturales et à l’autorité de Dubois, ainsi que ses qualités d’organisateur qui lui ont permis de mener à bien les travaux de l’hôtel du lieutenant du roi sont alors reconnues. Il montre aussi, de nouveau, l’importance croissante des interventions du corps des Ponts et Chaussées, qui va devenir le premier interlocuteur pour les travaux au Havre. Feydeau de Brou signe l’ordonnance de travaux le 5 janvier 1757, alors que la guerre de Sept Ans vient de commencer, période qui s’annonce difficile. Les Anglais débarquent bientôt sur les côtes de la Manche en 1758-1759 et Le Havre subit de sévères bombardements en juillet 1759.

17Cependant, dès le 12 mars 1757, Dubois, qui a pris contact avec Vernisse, bientôt chargé de la surveillance des travaux, a annoncé, certainement sensible aux directives d’économie qui lui ont été données, que ses plans sont prêts et s’est inquiété de connaître les matériaux de bâtisse au Havre :

  • 7 AMLH, FA CC 40 : 12 mars 1757.

Soyez persuadés que je ne perdrai pas un instant de travail pour vous mettre en état de solliciter l'arrêt du Conseil. Vos réflexions sont très sages par rapport à la décoration extérieure. Il ne faut s’y prêter que pour la façade sur la place, et tout le reste élevé en briques à l’exception des parties qu’exigera la solidité. J’aurais l’intention, dans le détail du projet, [de faire] l’acquisition de trois petites maisons dont vous avez joint la note à votre lettre7.

  • 8 ADSM, C 204 ; AMLH, FA DD 66-70 : ensemble de documents sur le prétoire.

18Le 3 janvier 1758, il présente « ses » plans au duc de Saint-Aignan. Le 10 avril 1758, il assure la municipalité qu’il peut commencer promptement, ayant travaillé sans relâche à en mettre le projet à la perfection et refait tous les plans de détail en grand. Une première adjudication a lieu le 21 avril, puis le 19 mai à Rouen, « selon les plans, élévations et profils dressés par le sieur Dubois ingénieur du roi pour les Ponts et Chaussées » et les travaux confiés à Etienne Villetard, entrepreneur parisien. Dès les fondations terminées, comme il est de coutume, la grande cérémonie de la pose de la première pierre a lieu le 4 septembre 1758, en présence de Feydeau de Brou présent au Havre. Tout se déroule avec le faste habituel : le procès-verbal rappelle le défilé des personnalités et des militaires, les discours, la pose de la pierre et les salves d’artillerie. Dubois a tout prévu, les diverses invitations, ainsi que le texte de la gravure de la plaque de fondation, pour laquelle il ne craint pas de prendre modèle sur celle de l’hôtel de ville de Rouen de Le Carpentier8 !

19Mais la guerre de Sept Ans fait rage et le roi demande en 1759 que, pendant la durée de la guerre, les travaux soient suspendus ; il n’est pas temps de construire alors que l’ennemi est sur la rade et la ville envahie de militaires.

  • 9 AMLH, FA BB 61 et FF 67.

20Trois ans plus tard, le 15 janvier 1762, un nouveau long devis et un nouveau toisé sont présentés par Villetard, mais la construction n’avance pas faute de fonds. En 1766, l’adjudication des ouvrages intérieurs laisse penser que « toute la célérité possible » de Dubois a porté ses fruits, puisque enfin, le 11 décembre 1767, le receveur de la commune Pierre-Alexandre Collet de Cantelou réceptionne les lieux9. Le nouveau prétoire, prévu en 1751 est donc terminé après seize ans de travaux !

  • 10 J.-O. Pleuvri, Histoire, op. cit., p. 172.
  • 11 On peut lire sur le document : « Ce bâtiment a commencé à être construit sur les plans de M. Duboi (...)

21Il semble certain que Dubois a suivi les consignes d’économie, d’une part en utilisant en majorité la brique, d’autre part en construisant un bâtiment sans réelle originalité, un peu austère, utilitaire avant tout. De facture classique, il présente un corps central en légère saillie surmonté d’un fronton, encadré par deux corps latéraux. Le toit, entouré d’une balustrade décorée de huit pommes de pin aux angles, est surmonté d’une pyramide ornée d’une fleur de lys et d’un globe tous deux dorés, disparus depuis, mais qui figurent sur les devis et les factures que l’abbé Pleuvri évoque10 (fig. 2411).

22Une description précise en est donnée par Marie Le Masson Le Golft, qui ne l’oublie pas dans ses descriptions des édifices publics du Havre :

  • 12 Coup d’œil, p. 238-239.

Le Prétoire a été construit aux frais de la ville, la première pierre fut posée le quatre de septembre 1758. La façade qui sert de fond à la place du marché a cent six pieds de face et n’a avec le rez-de-chaussée élevé sur une base qu'un bel étage : cette façade est décorée d’un perron, d'un avant-corps, un fronton orné des armes de France ; ce grand bâtiment est terminé par une balustrade, le comble est surmonté d’une lanterne carrée ornée, terminée par un obélisque tronqué sur lequel est une fleur de lis.
L’ensemble est assez heureux, ses profils sont bons, ses ouvertures bien prises, l’escalier est au milieu et communique à de grands appartements servant à différentes juridictions ; à droite en entrant on trouve une grande salle d’où l’on passe dans une seconde, c’est là que se tient le bureau de ville pour la police et le courant des affaires ; comme je vous l’ai déjà expliqué, il y a même une troisième pièce d’enfilade qui sert aux officiers municipaux pour tenir conseil avant de prononcer ; du côté opposé est le greffe de l’amirauté.
L’étage contient la grande salle d’audience qui est commune au bailliage et à l’amirauté ; les pièces du côté opposé sont des greffes, etc.
Le Poids-le-Roy tient au Prétoire avec lequel il fait arrière corps sur le marché et a sa façade de bonne architecture sur la rue Notre-Dame. [...] On a décoré comme vous l'avez vu des armes de France la façade du prétoire, vers la place, celle de la ville ont été placées dans la rue d’Albanie ; et par honneur celle de la famille de Beauvilliers qui nous a donné plusieurs gouverneurs, ont été mises sur le Poids-le-Roy. Ce poids est celui de la ville12.

  • 13 AMLH, FA DD 61.

23Le gouverneur, M. de Saint-Aignan, flatté que ses armes figurent dans l’un des cartouches, loue « la noble simplicité de la façade d’un goût qui fait également honneur à celui qui en a donné le dessin et à ceux qui l’ont choisi », et déclare : « [Je suis] sensible à la nouvelle preuve que vous me donnez de vos sentiments à mon égard en faisant placer mes armes à l’agrafe de la croisée qui doit se trouver au-dessus du fronton13. »

24Le tableau Inventaire des monuments publics au Havre et environs du 15 fructidor an II (1er septembre 1794) rappelle, outre le fait que « cet édifice » a été construit « des deniers de la ville », qu’il est occupé par le tribunal de district de Brutusvilliers (Montivilliers) en 1792, ainsi que par une bibliothèque et un muséum. Au fil des années et des gouvernements, on lui apporte quelques aménagements. On sait, par exemple, que les murs ont été recouverts de papier « à l’emblème de la République », lequel a été remplacé par des tentures fleur-de-lysées pendant les années de la Restauration et que celles-ci seront retirées à leur tour en 1831.

  • 14 AMLH, FM M1 2.

25Le prétoire accueille alors, au rez-de-chaussée, la juridiction et le bureau de l’hôtel de ville, le greffe et la juridiction de l’amirauté, et dans une aile, à droite, le « poids-le-roi », les halles aux toiles et aux lins (la qualité et la quantité des toiles de la région justifient des prescriptions particulières). À l’étage se trouvent les appartements des fonctionnaires, mais on ne connaît pas plus les plans de Le Carpentier que ceux de Dubois. L’ingénieur des Ponts et Chaussées a-t-il repris ceux de l’architecte ? Les a-t-il transformés ? Seul un plan de 1860 permet de connaître la disposition intérieure qui ne semble pas avoir changé jusqu’en 1881, lors de la transformation du prétoire en muséum d’Histoire naturelle, alors que, la ville s’étendant de plus en plus, il deviendra nécessaire de construire un nouveau palais de justice14.

Figure 24 – Dessin du prétoire. Lavis anonyme (ou dessin de Gaillard ?). Mentionné dans le « Catalogue » à la fin de Charles Roessler, Le Havre d’autrefois, Le Havre, Société anonyme de l’imprimerie du Commerce, 1883 : « Dessin au lavis, 0,30 X 0,40 ; collection V. Toussaint. Dessin du prétoire 1800 : avec horloge et clocheton au-dessus du dôme » (AMLH, FA DD 69 © AMH).

  • 15 AMLH, FA DD 69. Ce dessin est mentionné dans le « Catalogue » à la fin du Havre d’autrefois : « De (...)

26Un seul dessin sur fond noir glacé, attribuable à Gaillard, correspond au devis de 1762 et à la description de 1792, lors de l’établissement de la contribution foncière15. Dans ses Manuscrits, il attribue la construction de manière inexacte à « Jacques-Martin Maurice architecte », qu’il confond certainement avec le serrurier Morice, mais le dessin est très proche de la réalité.

27Après les destructions de la seconde guerre mondiale, alors qu’il ne restait plus du prétoire que des pans de murs, il a été restauré, ou plutôt reconstruit, presque à l’identique, afin d’y réinstaller le muséum d’Histoire naturelle, mais sans l’aile du Poids-le-roi (fig. 25). Quelques décors intérieurs, disparus, ont été refaits à l’identique, la ferronnerie de la rampe, celle de la porte avec sa frise à la grecque et son élégant tympan.

1754-1771 : la place des Cannibales – une tentative de décor uniforme

28Pourquoi ne pas envisager, en même temps que la reconstruction du prétoire, un plan concerté pour l’ensemble de la place où il s’élève : la « place du marché des cannibales » ? Tel est le vœu de la municipalité (fig. 26).

  • 16 AMLH, FA BB 45. La demande d’alignement est datée du 7 mai 1738.
  • 17 ADSM, 2 E 70/621, 5 mars 1727 ; AMLH, FA BB 50.

29Car, les lettres patentes de 1754, outre les interdictions de l’emploi du bois pour les constructions, comportent une fort intéressante et importante partie : lorsque les propriétaires des maisons de la place « des cannibales », voudront faire rebâtir, ils devront dorénavant les élever « pour la décoration de la dite place », sur les mêmes hauteurs, plans et alignements que celles appartenant aux « mineurs Famery et Gilbert », tous deux marchands merciers. Ce ne sont pourtant pas, en 1754, constructions extrêmement récentes. La première, construite vers 1738 par Jean-Martin Famery sur une place vide de 5 mètres de façade, comporte, d’après le procès-verbal de déclaration du terrier du 2 avril 1759, trois étages en plus du grenier, au-dessus d’une boutique16. Quant à celle de Pierre-Charles Gilbert, large de 4,68 mètres et de même élévation, à laquelle on a imposé l’alignement sur Famery, elle a été achetée en 1727, démolie et réédifiée en 174817.

30Ce projet municipal, qui concerne aussi l’ensemble des reconstructions de la ville, conforté par les lettres patentes, provoque un certain émoi. Il est pourtant parfaitement justifié par l’augmentation des demandes d’alignement. Depuis le début du siècle, leur rythme a augmenté régulièrement, au rythme de deux ou trois par an ; mais, après 1746, elles ont soudain progressé, surtout à partir de 1750, puis, encore plus, après 1753-1754. Cependant, la guerre de Sept Ans (1756-1763), puis les années suivantes, marquant un recul, il faut attendre 1767 pour ouvrir un registre spécial, lorsque l’élan reprend ; une augmentation régulière des constructions étant sensible à partir de 1769. La fin du règne de Louis XV, et bien plus le début de celui de Louis XVI, sont des périodes fastes pour l’édification des maisons particulières (qui ont certainement bien besoin de rénovation). Sauf erreur d’inventaire ou absence de déclaration des propriétaires, on compte 206 maisons édifiées entre 1769 et 1786, ce qui est considérable.

Figure 25 – Muséum. Cliché A. Lemonnier-Mercier, 2008.

Figure 26 – Vue d’ensemble de la place du Vieux-Marché au XXe siècle. Carte postale (collection de Fauteur).

  • 18 Philippe Manneville, « Aperçu sur l’habitat du Havre à la fin du XVIIIe siècle », Recueil de l’ass (...)

31Dans un article très minutieux, Philippe Manneville a analysé l’habitat havrais en général à la fin du XVIIIe siècle. Il a constaté que la ville comprenait, en 1791, 1 556 propriétés (soit environ 200 de plus que lors du terrier de 1759) dont, malheureusement, les matériaux ne sont jamais nommés, sauf de temps en temps une allusion à une couverture en ardoise, par exemple. Il a aussi analysé les types d’habitations et conclut que dans le quartier Notre-Dame, où la densité est la plus grande, la majorité comporte une boutique surmontée de quatre niveaux (35 %) ou même cinq (33 %), avec une pièce par niveau, et un grenier habité18. Ces constatations sont parfaitement conformes à l’habitat de la place des Cannibales aujourd’hui disparue.

  • 19 AMLH, FA DD 35.
  • 20 AMLH, FA DD 30.

32Le premier propriétaire à déposer, le 16 juillet 1771, une demande d’alignement, est le sieur Charles Vimont, capitaine de navire, qui vient de faire démolir la maison qu’il possède sur la rive sud19. L’embarras et l’émoi sont grands car le parlement de Normandie, toujours en conflit avec le pouvoir royal, n’a toujours pas enregistré les lettres patentes. Sur quels règlements s’appuyer ? Aussitôt, le lendemain, le 17 juillet 1771, les officiers municipaux, « obligés de veiller à la décoration de la ville », prenant prétexte de cette requête, adressent un long mémoire en forme de plaidoirie au procureur général du parlement de Normandie (dont ils connaissent les responsabilités dans le retard), afin « de vouloir bien les guider dans cette affaire dans laquelle ils n’ont d’autre intérêt que l’embellissement de la ville du Havre et en particulier l’ornement de la place du marché20 ». Ils sont fiers de la place ornée d’une fontaine à quatre tuyaux, devant laquelle vient de s’élever le prétoire, dont la façade en pierre de taille « fait l’admiration des étrangers ». Il faut lutter, insistent-ils, contre « la fantaisie » que permet l’absence de loi, et « l’entêtement » qui ferait refuser un embellissement qui serait « à l’opposé de l’arrêt du Conseil ».

  • 21 AMLH, FA DD 36.
  • 22 AMLH, FA DD 31.

33Devant l’absence de réponse, ils décident de passer outre, de décider eux-mêmes et de mentionner uniquement et autoritairement à chaque fois sur le registre « sur la même hauteur et plans que ceux sur lesquels sont construites les maisons des Sieurs Famery et Gilbert aux termes de l’arrêt du conseil du 13 août 1754 et lettres patentes du 12 septembre suivant21 ». Les maisons pourront s’élever selon cette décision à laquelle Vimont, le premier, se plie. Ensuite, toutes les autorisations seront légitimées par l’autorité communale qui devra attendre encore, car, redemandées le 26 juillet 1786 par délibération de l’assemblée générale de la ville, évoquées au conseil le 15 mai 1787, délivrées enfin le 11 juillet 1787, les lettres patentes sur les constructions ne seront enregistrées à Rouen que le 17 août suivant, après seize années de démarches22.

34Sur la rive sud, la reconstruction des propriétés de merciers ou de riches commerçants ne pose aucun problème : les propriétaires ont les moyens financiers de s’incliner et ils sont sûrement sensibles au progrès. Les divers relevés d’impôts ou déclarations de propriété, depuis les documents du terrier vers 1760, permettent de constater qu’en dix ans, entre 1771 et 1781, l’ensemble a été pratiquement achevé. En 1791, 18 maisons sur 20 répondent aux critères, la maison Vimont, située au centre de l’ensemble ayant servi assez rapidement de référence pour certains alignements. Quoique de largeurs et de hauteurs différentes, toutes sont bien élevées sur « trois étages et grenier au-dessus d’une boutique », sauf deux petites, qui n’auront toujours que deux étages, et ce jusqu’en 1945.

  • 23 AMLH, FR G 62, no 167.

35Une étude attentive permet de constater aussi que toutes les nouvelles constructions s’enfoncent à l’arrière, souvent sur plus de 8 mètres (la parcelle mesure environ 15 mètres de largeur jusqu’à la rue des Drapiers). Ainsi, celle qui est cotée A 157 en 1809 (appartenant à François Helley) englobe complètement les deux petites plus anciennes car « dans le fond de l’allée à gauche [se trouvent) un cellier et trois étages de chacun une chambre le devant absolument sombre23 ». Ce qui donne une idée des difficultés pour se loger au Havre dans ce quartier ancien insalubre et de l’urgence de le rénover, mais aussi de l’âpreté des propriétaires.

Figure 27 – Cadastre du Havre de 1826 : place des Cannibales et prétoire (collection de l’auteur).

Figure 28 – « La rue de Paris en 1822 ». Eau-forte d’Eugène Sadoux, d’après une lithographie de Jules Dumas (reproduit dans Le Havre d'autrefois, op. cit.)

Figure 29 – Maisons de la rive nord de la place des Cannibales et angle de la rue de Paris vers 1900 (CHRH, fonds Soclet).

36Le premier cadastre de la ville (fig. 27), de 1826, montre un bel alignement de 20 parcelles, sur plus de 88 m de long, qui se rompt un peu ensuite vers la grande rue Saint-Michel pour les 5 dernières. Les 6 premières façades relativement larges, mesurent entre 5 mètres (celle de Famery qui s’étend aussi sur plus de 8 mètres « au coin du passage tendant à la rue Notre-Dame »), et plus de 6 mètres. Ensuite, elles sont plus modestes, un peu plus de 3 mètres, avant de retrouver la largeur initiale. S’ensuivent les deux modestes constructions, puis trois, certainement édifiées dans les mêmes dates. Celle de l’angle, imposante, s’étend sur 6,70 mètres sur la place et plus de 8 mètres sur la rue Saint-Michel.

37Il n’existe aucune image de l’ensemble de la partie sud de la place et il est quelquefois difficile de retrouver les façades de chaque maison à partir des cartes postales, dessins ou photos, d’autant plus que les numérotations et les enseignes ont changé plusieurs fois. On y constate cependant que, si les directives sur le nombre d’étages ont bien été suivies, les largeurs et les hauteurs sont loin d’être identiques, pas plus d’ailleurs que la forme des toits ou des mansardes. De plus, les hautes façades plates, aux grandes fenêtres décorées d’agrafes, de guirlandes ou de panneaux sculptés, aux balcons à balustres ou à ferronneries, présentent des variantes.

38À la suite de la maison Famery, qui portait le no 38 en 1928, la façade étroite est très nettement moins haute. Il en est de même pour les deux suivantes, de largeur identique, apparemment édifiées ensemble par les sieurs Cornet et Cordier, dont les larmiers se suivent. Après la sixième, construite par Legros, la belle façade blanche est sûrement celle de la maison Vimont, qui précède un ensemble de sept autres difficiles à différencier. Très certainement, ensuite, la maison Gilbert est celle dont les fenêtres sont en anse de panier, qui abrite une chapellerie et se prolonge en une façade continue, les établissements « Robert Rozay et Pivain », dont une partie n’a que deux étages.

39La dernière maison, celle qui fait l’angle avec la rue Saint-Michel, est visible sur le dessin intitulé « La rue de Paris en 1822 » (fig. 28). D’après le relevé de 1791, elle comportait quatre étages sur la rue au-dessus d’une boutique de marchand de vin « de chacune une chambre et mansarde », tandis que « dans le fond, cinq étages d’un cabinet chaque et une petite seule [un réduit) dessous » s’élevaient. Sa voisine, au coin de la rue Notre-Dame, est du même modèle, tandis que la suivante, propriété de Cornu, charpentier, en a six « de chacun une petite chambre ». Cela permet de se rendre compte des immenses problèmes de l’habitat du Havre dans ce très vieux quartier, que ne résout que partiellement le plan d’embellissement de la place des Cannibales, finalement imparfaitement parachevé sur sa rive sud.

40La physionomie de la rive nord, dont les façades sont orientées au sud, est totalement différente de son vis-à-vis, qui lui ressemblait au départ certainement beaucoup. Tout d’abord, coupée par la rue Saint-Pierre, cette rive ne forme pas une ligne continue : 8 maisons se suivaient, puis, ensuite, 9 autres. Essentiellement louées ou propriété de personnes de condition modeste, leur reconstruction ne peut être menée avec la même facilité que celles d’en face. Seules 4 d’entre elles seront refaites selon le modèle imposé. La première, en novembre 1776, à l’angle de la rue Saint-Michel, appartient à Jacques Reculard, riche capitaine de navire et armateur, qui achète en 1790 le château de La Marguerite à Saint-Jouin près du Havre. Deux ans plus tard le même jour, le 20 mai 1778, Charles Depond (ou Despond), ancien capitaine de navire, et Jean-Baptiste Laignel, négociant, présentent leur demande. Bien plus tard, en 1808, le sieur Boyer fait « réédifier sa maison place du vieux marché, qui doit s’aligner sur celle de Reculard à l’ouest et Depond à l’est ». À cette occasion, le maire, Guillaume-Antoine Séry, lui rappelle encore les plans décisions de 1754. Quant aux autres demeures, bien qu’alignées sur le plan cadastral, elles sont en fait totalement imbriquées et leur numérotation incertaine. Heureusement, leurs façades sont tellement disparates qu’on peut les reconnaître (fig. 29).

41Dans la première partie, de la rue Saint-Michel à la rue Saint-Pierre, en se référant à l’inventaire de 1791, au relevé du cadastre napoléonien et aux photos du début du XXe siècle, on peut affirmer qu’à l’angle ouest se trouvait l’ancienne maison Reculard, puis l’ancienne maison Boucherot, reconstruite, qui jouxtait celle de Boyer datant de 1808, « Au gagne petit » (fig. 30). Elle est suivie de celle de Bassac « petite boutique deux étages d’une chambre » et d’une suite pittoresque de façades anciennes abritant de petits commerces. Cet ensemble de 36 mètres de long comptait des parcelles très profondes et de largeur assez homogène, près de 5 mètres en moyenne.

42Dans la seconde partie, à l’est de la rue Saint-Pierre jusqu’à celle d’Albanie, aux maisons plus récentes, les alignements étaient parfaitement respectés et les parcelles coupées d’allées permettaient de se rendre dans les arrières, vers des cours et d’obscures demeures.

43Il ne reste rien de l’ancienne et si vivante place des Cannibales, dominée par le prétoire, entièrement anéantie par les bombardements de 1945, aux deux parties totalement différentes. L’une, ancienne, était encore construite de maisons variées, « pittoresques », exposées au soleil, l’autre, bordée de hautes façades souvent plongées dans l’ombre. La foule y était attirée par le marché quotidien et un important négoce y régnait, petits commerces et cafés d’un côté, marchands aisés de l’autre.

  • 24 Coup d’œil, p. 386.

44Marie Le Masson Le Golft décrit la place comme « un carré long, ayant environ quarante-cinq toises de la façade du Prétoire à la rue Saint-Michel et vingt et une toises de large [...] arrosée d’une fontaine à quatre tuyaux qui occupe le milieu » : « Le Prétoire lui sert de fond et les façades des maisons neuves qui l’environnent sont uniformes. » Elle s’attarde, en historienne de l’art, sur l’architecture de la fontaine, « un grand piédestal [...] d’assez bonne architecture mais un peu trop mâle, orné de bas-reliefs et de panneaux, surmonté de quatre écussons de France, de la ville, de Beauvilliers, [...] du Maréchal d’Asfeld qui était un des chefs du génie. Le tout couronné d’une fontaine bouillante en sculpture24 ».

45En 1928, le dessinateur et photographe Raoul Lefaix, traduisant peut-être une opinion répandue parmi ses contemporains, affirme :

  • 25 Raoul Lefaix, Le Vieux Havre en 1928, Le Havre, La Galerne, 1993.

L’ancienne place des cannibales plus connue sous le nom de place du vieux marché, n’offre rien de très intéressant au point de vue architectural. Sauf le Muséum, la plupart des maisons qui la bordent sont insignifiantes même celles de la partie méridionale où se révèle une tentative de décoration. Les vieilles bâtisses ne sont pourtant pas sans un certain intérêt25.

Figure 30 – Maisons de la rive nord de la place des cannibales vers 1900 (CHRH, fonds Soclet).

46Ce n’a pas été l’avis de George Priem, président de l’association des amis du Vieux Havre, nommé « inspecteur des fouilles » par la municipalité pendant la seconde guerre mondiale. Attentif depuis de nombreuses années à l’histoire des anciens quartiers de sa ville, il a eu l’idée prémonitoire de faire dessiner par les élèves de l’école des beaux-arts du Havre bon nombre de détails intéressants des maisons de la place et de l’ensemble de la ville.

  • 26 ADSM, 17 F.

47Grâce aux talents de ces jeunes artistes, on peut retrouver quelques éléments de ce que fut la place des Cannibales, premier projet, inachevé, de plan uniforme pour l’embellissement du Havre, pour laquelle Priem avait proposé un classement architectural26.

À quelle administration l’avenir du port et de la ville du Havre sera-t-il confié ?

  • 27 27 AMLH, FA CC 218 : « État des sommes payées sur le produit du doublement des octrois de 1715 à 17 (...)

48Une fois la paix revenue, dans les années 1765-1770, les responsables de l’administration communale commencent à se rendre à l’évidence : ils ne peuvent absolument pas prendre en charge de lourds travaux de rénovation de la ville et d’entretien du port. L’étude des registres des comptes de la ville permet de voir que, jusqu’en 1732, la gestion municipale ne fait apparaître aucune dette. Mais l’augmentation des dépenses, préoccupantes au moment de la construction des casernes de la marine « à la décharge du roi », s’étaient accrues. En 1734-1735, lors des importants travaux pour les fontaines, égouts, pavage et les réparations indispensables aux vétustes édifices publics, elles avaient augmenté. Les coûts somptuaires de l’hôtel du lieutenant du roi et du prétoire pour la reconstruction duquel il a fallu emprunter pendant la période de guerre, ont contribué à un nouveau tarissement des ressources27.

  • 28 Marie-Pierre Demarcq, « Éduquer pour rénover : la politique maritime au siècle des Lumières », dan (...)

49C’est l’époque, 1753, à laquelle Joseph Vernet a entrepris, à la demande d’Abel Poisson, marquis de Marigny, directeur général des bâtiments, arts et manufactures du roi, frère cadet de Mme de Pompadour, la commande royale des vues des vingt-deux ports de France28. Ces représentations superbes, certainement trop flatteuses, ont-elles conforté le roi dans la pensée que la puissance maritime de son royaume était suffisante ? Ce n’est pourtant pas faute d’avoir été alerté sur la situation réelle par Maurepas, secrétaire d’État à la Marine de 1723 à 1749 et par Duhamel Du Monceau, inspecteur de la Marine chargé de l’éducation des enfants royaux.

  • 29 SHD, Génie, 1 M 1085.
  • 30 SHD, Génie, 1 M 1087-1088.

50Certes, en 1748, Le Cloutier, Dutrou de Villetang et Pierre de Caux, ingénieurs militaires avaient proposé des plans d’agrandissement, mais ils avaient été ajournés en raison des risques de bombardement. Les années suivantes, des mémoires avaient été adressés à l’administration militaire sur l’état du port. Le premier, « sur le rétablissement du port du Havre », daté de décembre 1749, soit immédiatement après la visite de Louis XV, qui fait suite à un rapport de Dutrou de Villetang, est particulièrement catastrophique. En quinze articles, le rapporteur fait un noir tableau des quais qui tombent en ruine, des écluses trop petites ou en mauvais état, des jetées en pierres gélives, du grand quai à refaire entièrement, des bassins envahis par la vase. La conclusion est claire : « Le port du Havre a été tant négligé qu’il est en état de dégradation qui mérite bien l’attention de la cour et qu’il faut des fonds considérables », soit 763 838 livres29. Les rapports suivants se termineront tous de même : « Le port tombe en ruine de toutes parts faute d’entretien ; son dépérissement est tel que dans peu d’années, il sera entièrement détruit si on n’y remédie pas promptement30. »

51On peut juger de la déception de la municipalité, ballottée entre toutes les administrations, de ses déceptions, de son désarroi, lorsqu’elle voit ses espoirs envolés, ce dont témoigne un manuscrit anonyme de 1755 à l’amère conclusion :

  • 31 BMR, ms. G 16, en 1755.

Il a paru que Sa Majesté a des vues sur Le Havre, qu'il a été question d’agrandir considérablement la ville, d’en améliorer et augmenter le port. Il fut envoyé cette même année grand nombre d’ingénieurs. Il fut dressé trois projets.
L’un était de faire un grand bassin dont l'entrée serait par la grande barre, son étendue derrière le bastion des capucins. Un autre était de faire un second port et une basse ville bâtie sur le poulier. Le 3e projet était de faire un nouveau port et bassin sur le Perrey, leur étendue vers les prés Saint-Roch avec communication avec le port actuel par la porte du Perrey. Il aurait fallu détruire une partie de la terrasse voisine de la tour et la place d’armes et une autre entrée au nord-ouest.
Ces projets furent envoyés à la cour, ils sont tous demeurés sans exécution31.

52Incontestablement, l’administration compliquée et changeante des ports de guerre et de commerce en général, confiée successivement au département de la Guerre, puis à celui de la Marine en 1743, n’était pas pour faciliter les entreprises.

  • 32 Eugène-Jean-Marie Vignon, Études historiques sur l’administration des voies publiques au XVIIe et (...)

53En 1759, Nicolas-René Berryer, secrétaire d’État de la Marine, reconnaissant que tous les ouvrages des ports, faute de fonds, en étaient « au dernier point de délabrement », avait jugé que le meilleur moyen de leur faire accorder les allocations nécessaires pour les enlever de cet état de ruine, était de les remettre au contrôle des Finances. Cette solution avait été envisagée la même année par Jean Du Portai, ingénieur du génie militaire, qui avait préparé un plan d’aménagement du port, afin de contrer le pouvoir grandissant des ingénieurs des Ponts et Chaussées, affirmant que ce projet « supérieur », devait être traité par un « homme compétent ». Mais la convention, signée entre les trois ministres responsables, étant résiliée en 1761, le génie militaire conserva la direction des travaux « à titre temporaire » à Dunkerque, Calais, Boulogne, Le Havre, Bayonne, sans doute à cause de l’importance des opérations alors en cours d’exécution32.

  • 33 AMLH, FA CC 218 : « Reddition des comptes 1712-1771 ».

54En 1761, le conseil de ville, aux abois, adresse un mémoire à Berryer, puis à Étienne-François, duc de Choiseul qui lui a succédé et cumule les secrétariats d’État de la Marine et de la Guerre, puis au duc de Saint-Aignan, à l’intendant Feydeau de Brou et à Virieu de Beauvoir, tous responsables concernés, afin d’attirer leur attention sur son infortune. À « Monseigneur le contrôleur des Finances » Henri-Léonard Bertin, il est rappelé « l’état d’épuisement où se trouve la ville [...] et la constante station des Anglais sur leur rade33 ». Toutes démarches restées sans succès.

  • 34 Ibid. ; AMLH, FA CC 219 : « Reddition des comptes 1760-1783 » ; FA CC 202 : « Recettes et dépenses (...)

55En 1762, en raison de la détresse générale, La Michodière promet son secours pour « le rempart de toute la province ». Mais les années suivantes sont loin d’être fastes, malgré la signature officielle de la paix, le 3 juin 1763, puisque les registres mentionnent que la « première année de paix » est, pour Le Havre, 1766. Le registre du bilan municipal de 1770, rédigé le 14 août 1787 à l’intention de l’assemblée de notables, qui résumera tous les comptes en vingt-six chapitres, montre bien que les finances de la ville, ne pouvaient plus supporter des travaux importants34.

  • 35 Document perdu dans l’incendie de la bibliothèque de Tours, reproduit partiellement dans Le Havre (...)

56Des initiatives, pourtant, seront prises pour Le Havre. En 1764, soit à la fin de la guerre de Sept Ans, le lieutenant-colonel Jean-Gaffin Gallon, ingénieur du Génie, directeur des fortifications militaires au Havre, rédige un « Mémoire historique, critique et anecdotique du Havre qui comprend ses accroissements successifs, ses fortifications, son port et ses rades, son bassin, les bâtiments militaires, leurs dimensions, leurs usages tant pour la marine que pour la terre ; mêmes détails pour la citadelle, et terminée enfin par des réflexions relatives aux augmentations et améliorations de cette place », destiné à Choiseul35. Il est accompagné d’un plan très précis, souvent reproduit, exacte reproduction du « Plan du Havre 1749 Relatif au projet de la dite année » conservé dans les archives de la Marine. Ce document précieux, malheureusement disparu, est partiellement reproduit dans Le Havre d’autrefois.

57De son côté, Pierre-Alexandre Dubois, en 1758, avait présenté à l’assemblée des Ponts et Chaussées, « les plans des alignements pour le chemin de Rouen au Havre par Yvetot ». Cette préoccupation légitime relève de ses responsabilités, car, rappelle-t-il, les ports maritimes et de commerce « se [liant] naturellement par leur objet aux grandes voies de communication de l’intérieur de la France et surtout aux voies navigables auxquelles elles ouvrent l’accès du commerce intérieur et maritime ».

  • 36 ENPC, ms. 266.

58Cinq ans plus tard, le 13 février 1763, soit trois jours après la signature du traité de Paris, alors que Le Havre aurait dû être remis « à la Finance », il a exposé ses « projets de réparation des ports maritimes de la généralité de Rouen », dont il a rendu compte l’année suivante. Mais ce projet, qui n’entre pas encore dans ses prérogatives, ne comporte que des réparations urgentes, il n’y est pas question d’agrandissements, ni d’embellissements36.

  • 37 AMLH, FA BB 70.

59De guerre lasse, les échevins, qui, depuis plus d’une dizaine d’années, ne se sentent pas écoutés en haut lieu, décident, le 1er juin 1770, d’envoyer deux des leurs, Pierre Lestorey de Boulongne et Martin Foache, à Versailles, munis d’un Mémoire concernant le port du Havre à porter à différents ministres et aux administrations37.

60En treize pages bien serrées, bien structurées, ils y dressent un tableau catastrophique de l’état du port et de la ville, qui conditionne non seulement leur survie, mais aussi celle du pays tout entier, rappelant non seulement l’historique de la ville, mais toutes ses difficultés, en une langue riche et précise. Plaidoyer habile et quelque peu courtisan, il contient des arguments frappants nourris d’exemples nombreux, surtout financiers. On y propose même, entre autres, la participation des habitants à hauteur de 222 000 livres. Le présent y est montré sous un jour sombre et les perspectives d’avenir difficiles, mais néanmoins florissantes. On évoque parmi les projets concrets, discrètement, mais il faut le remarquer, car ce sera plus tard la décision adoptée, l’idée du creusement d’un nouveau bassin long dans le port, autour duquel devrait se déployer un nouveau quartier de la ville, en se servant des fossés nord où les navires seraient à l’abri des tempêtes... et des Anglais. Ils concluent :

  • 38 AN, F14 728 ; AMLH, FA DD 96.

Les négociants du Havre osent se flatter que Sa Majesté, sans cesse occupée à soutenir avec éclat la puissance des États que lui ont laissé ses glorieux ancêtres, ne voudra pas laisser tomber un port de mer aussi nécessaire à sa splendeur et son empire.
L’intérêt des finances de Sa Majesté qui depuis vingt ans auront quadruplé dans ce qui regarde le port du Havre, l’aisance du commerce et de sa capitale dont Le Havre est le port, l'extension de la navigation marchande, âme de la marine, sont des objets trop importants pour qu’on ne soit persuadé qu’elles veuillent bien prendre ce mémoire en considération38.

  • 39 AMLH, FA DD 96.
  • 40 AN, F14 728.

61Les émissaires se dépensent à la Cour et à Paris, bien que « gênés par les fêtes du mariage » (celui du futur Louis XVI) sollicitent tous les ministres susceptibles de leur apporter de l’aide39. L’abbé Terray, contrôleur général des Finances, répond qu’il faut s’adresser à Choiseul (en juillet 1770). Choiseul, auquel ils ont déjà fait parvenir le mémoire par l’intermédiaire du duc de Saint-Aignan mais aussi par Gayot, intendant des armées, « auquel toutes les affaires sont renvoyées par ce ministre », ne répond pas : il vient d’être disgracié par Louis XV40. Le nouveau secrétaire d’État à la Marine, César-Gabriel, duc de Praslin, qui vient de remplacer son cousin Choiseul, leur suggère d’inviter les habitants à participer aux dépenses.

62La supplique est envoyée ensuite, en décembre 1773, à Pierre-Étienne Bourgeois de Boynes, secrétaire d’État de la Marine qui a succédé à Praslin, et à Louis, marquis de Monteynard, secrétaire d’État de la Guerre (toujours en décembre 1773). Au comte Du Muy qui, en janvier 1774, vient de succéder à Monteynard, auquel elle adresse un nouveau mémoire, elle demande le recours au don gratuit. Bien que les comptes rendus de leur mission assurent « que les ministres s’occupent certainement de la situation de notre port », la sentence est toujours la même : « Le port relève du département de la Guerre. »

63Ces démarches s’étant avérées vaines, la situation à la fin du règne de Louis XV, est marquée par une irrésolution totale quant au sort du Havre, qui n’entre pas dans le cadre de la décision « de principe » de Berryer. La conséquence immédiate en avait été pour plusieurs autres ports la prise en main, dans les années 1760-1770, de nombreux travaux par les ingénieurs des Ponts et Chaussées qui les avaient littéralement arrachés. Mais ils ne sont toujours pas maîtres de ceux du Havre, alors que la mesure aurait dû être effective en 1765.

  • 41 AN, fonds Marine, C7 232.
  • 42 Eugène Arnoux, Notice sur le port de Honfleur, Paris, Imprimerie nationale, 1875.

64Certes, l’influence des militaires au Havre est incontestable, mais il peut se trouver d’autres raisons à cause desquelles la décision ministérielle tarde tant. Tout d’abord, la capitale de la Normandie, Rouen, où la chambre de commerce veille, ne voit pas d’un bon œil une rivale s’enrichir à ses dépens. La position géographique favorable du Havre permet une rotation rapide des navires et l’augmentation de leur jauge, alors que les méandres de la Seine et son indispensable dragage, restent un obstacle incontournable pour Rouen. Il ne faut pas négliger non plus l’importance de Honfleur, ville qui fait partie de l’apanage du duc d’Orléans, lequel possède tous les droits sur les paroisses de Honfleur, Saint-Étienne, Sainte-Catherine, Notre-Dame et Saint-Léonard, ainsi que les droits de coutume avec les passages au Havre de Grace41. Le port situé sur l’estuaire de la Seine, pratiquement en face du Havre bénéficie d’une position étroite mais abritée. Son histoire maritime est glorieuse : d’illustres navigateurs en sont partis, en particulier Champlain vers la nouvelle France, le commerce vers des pays lointains y est fort actif, bien qu’on rappelle toujours le danger de l’envasement du chenal42.

  • 43 AMH, DD 7 : 1765-1779, « Projets pour le nouveau port par Voizard, capitaine de navires marchands  (...)
  • 44 AMH, DD 2.
  • 45 E. Arnoux, Notice, op. cit., p. 22 ; E.-J.-M. Vignon, Études historiques, op. cit., t. II, p. 161- (...)

65Dès 1765, des crédits, en accord avec la décision de Berryer, ont été attribués à quelques ports de Normandie, Honfleur, Fécamp, Saint-Valéry, Dieppe et Le Tréport, Le Havre n’en ayant pas bénéficié. On y a envisagé de grands projets d’agrandissement du port de Honfleur, « car il n’est pas exposé aux bombardements des Anglais43 ». Le 28 août 1766, des lettres patentes, signées de Bertin, alors secrétaire d’État à la navigation, ont été délivrées afin d’approuver un devis de 41 185 livres destiné aux premiers travaux d’agrandissements décidés, le 20 janvier précédent, par l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de la généralité de Rouen Dubois44. Il s’agit là, note Eugène Arnoux, historien de Honfleur, s’appuyant sur les recherches d’Eugène-Jean-Marie Vignon, du « premier acte authentique que nous avons trouvé constatant l’intervention des ingénieurs des Ponts et Chaussées dans le service des ports maritimes de commerce45 ». Décision importante qui, assurément, frustre Le Havre de travaux indispensables.

  • 46 Il s’agit principalement des frères Thibault venus ensuite pour les travaux du Havre. C’est Franço (...)
  • 47 AMH, DD 2, 23 mars 1766.
  • 48 AMH, BB 106, 1er décembre 1766. Le plan de Rolland a disparu des archives d’Honfleur : DD 6 ter.
  • 49 ADSM, C 2270.

66Ainsi, à partir de 1766, des entrepreneurs de travaux publics, venus de Paris et de Rouen46, s’affairent à Honfleur et plusieurs ingénieurs des Ponts et Chaussées sont présents sur place : Jean-Eustache Sainte-Far, Jacques Rolland, Robert-Luc Pitrou, René-Ferdinand Chaubry, Joseph Cachin, qui fera une longue carrière à Honfleur dont il sera maire. La correspondance échangée de 1763 à 1770 entre Trudaine de Montigny et Dubois ne laisse planer aucune ambiguïté sur le choix de ce port. Ainsi, dès le 19 mars 1766, lorsque Trudaine rédige un projet de travaux urgents pour la généralité de Rouen, il accorde à Honfleur la somme considérable de 300 000 livres, alors qu’il n’est nullement question du Havre47. Dans l’article 28 de son rapport, il affirme : « J’ai bien à cœur d’avoir vos projets pour l’augmentation de ce port qui mérite toutes sortes d’attentions à cause de sa position. » Rolland est prié de lever les plans et, lors de sa tournée en Normandie de décembre 1766, Trudaine est « très satisfait de l’intelligence [des] projets, afin d’ouvrir des chemins qui favorisent l’exportation des denrées d’un riche pays comme la Normandie48 ». En 1769, il écrit : « Mon père a promis de doubler les fonds de la ville d’Honfleur49. »

67Dubois est tellement sûr de cette influence qu’il assure la municipalité d’Honfleur, le 25 avril 1769, de la célérité d’exécution des travaux et de leur réussite :

  • 50 AMH, DD 3.

J’ai tellement pressé M. Trudaine sur cela que je l’ai engagé à suspendre cette année les ouvrages du port de Granville et de celui de La Rochelle où l’on se proposait de faire travailler pour appliquer de préférence les fonds en faveur de votre port, en sorte que le roi donne cette année 140 000 livres ce qui avec les 50 000 livres de votre ville vont mettre en état de dépenser 190 000 livres. Et conséquemment de faire une belle campagne et je vous assure que je ressens une vraie satisfaction en vous annonçant cette bonne nouvelle. Je vous serais très bon gré d’avoir voulu aider l’entrepreneur en lui faisant donner de l’argent pendant mon absence50.

  • 51 AMLH, FA EE 73.

68Cela ne va pas améliorer les rapports entre les municipalités du Havre et de Honfleur qui, si l’on en croit les documents, ne devaient pas être, et depuis longtemps, vraiment cordiaux, en raison de concurrences commerciales, de pilotage ou de pêche. En 1760, en pleine guerre de Sept Ans, Honfleur, et Rouen d’ailleurs, n’ont-elles pas refusé de participer à la souscription pour un armement de canonnières destinées à la défense contre l’Angleterre51 ?

69Certes, depuis 1759, la route Rouen-Le Havre a fait l’objet de réparations, d’améliorations. Mais c’est tout, et, si les routes peuvent être considérés comme bonnes, encore faudrait-il songer que les marchandises transportées viennent de la grande ville portuaire, ce que les négociants du Havre vont s’acharner à prouver.

1774 : Les conséquences de l’avènement de Louis XVI

  • 52 Paul et Pierrette Girault de Coursac, « Le règne de Louis XVI et la guerre d’indépendance américai (...)
  • 53 Étienne Taillemite, Louis XVI ou le navigateur immobile, Paris, Payot, 2002.
  • 54 J. de Viguerie, Dictionnaire, op. cit., p. 1522 ; Jean-Christian Petitfils, Louis XVI, Paris, Perr (...)

70L’avènement de Louis XVI, dont l’intérêt pour la marine est certain, va marquer l’avenir du Havre. C’est à lui, qui a reçu une solide formation, et qui connaît « en géographie et en marine tout ce qu’on peut savoir – sans la pratique –, qui est capable de discuter d’égal à égal avec les meilleurs navigateurs, géographes et hydrographes de son temps52 », que va revenir l’honneur des décisions capitales53. L’une de ses premières initiatives est de renouveler son conseil, le 24 août 1774 : il renvoie Terray qu’il remplace par Anne-Robert-Jacques Turgot au Contrôle général, et nomme Antoine de Sartine, que rien ne prédisposait à ces fonctions, au poste de secrétaire d’État de la Marine, en remplacement de Bourgeois de Boynes. C’est « la Saint-Barthélemy des ministres54 ».

71L’état de la Marine royale et la vie des personnels, absolument lamentables, va inciter le nouveau ministre à prendre aussitôt en main la restauration des ports, à s’inquiéter du nombre et de l’état des navires de la flotte et à proposer de réformer l’enseignement. Les conséquences vont en être capitales pour les ports essentiellement militaires, mais aussi pour les ports de commerce, dont Le Havre, au statut toujours ambigu (port de guerre ou port de commerce ?), Dieppe et les autres ports de la côte de Haute-Normandie.

  • 55 AN, fonds Marine, 3 JJ 124.
  • 56 AMLH, FA HH 67.
  • 57 E. Taillemite, Louis XVI, op. cit.

72Comme les maire-échevins havrais redoutent, à juste titre, que Sartine porte plus d’intérêt à la Marine royale qu’à la marine de commerce, ils reprennent leurs pressants et abondants courriers55. Mais l’étude des échanges épistolaires de ces années montre que leurs craintes ont été vaines, et que le secrétaire d’État de la Marine se préoccupe de très près et rapidement de la ville du Havre et des problèmes commerciaux de son port, de concert avec Turgot (pourtant hostile à l’intervention en Amérique) et en étroite collaboration avec Trudaine56. Car le conflit naissant avec l’Angleterre à propos des colonies américaines favorise ce rapprochement : à ce moment, marine de commerce et Marine royale ont sort lié57.

  • 58 AN, E 2506.
  • 59 AN, fonds Marine, 3 JJ 124.

73D’autre part, sur le rapport de Turgot, « Conseiller ordinaire au Conseil royal Contrôleur des finances », Dubois, qui a fait fonction d’inspecteur général de la généralité de Rouen depuis 1748, est nommé à ce poste, officiellement, par arrêt du Conseil de Louis XVI, le 15 décembre 177458. Cela laisse penser que ce ministre, récemment nommé, qui réorganise très rapidement l’administration, se préoccupe des travaux futurs. Cependant, le 30 novembre 1775, sur le mémoire adressé à Claude-Louis-Robert, comte de Saint-Germain, nouveau secrétaire d’État de la Guerre, dans lequel la municipalité, soutenue par Dubois, propose un projet de travaux urgents et s’oppose à ceux des ingénieurs militaires, Turgot ajoute en note : « Ce port mérite à tant d’égards les soins du Gouvernement. » Ce qui laisse présager des décisions intéressantes59.

  • 60 AMLH, FA EE 2.

74Les négociants profitent de ces bonnes dispositions pour adresser à Sartine un nouveau mémoire, bientôt assorti d’un cadeau, L'Histoire de la ville du Havre de l’abbé Pleuvri60. Le 8 novembre 1775, de Fontainebleau, le ministre, qui n’a pas craint d’affirmer dans un de ses courriers que « les militaires sont très nuisibles au commerce », adresse en retour à la municipalité une brève mais intéressante missive :

  • 61 AMLH, FA HH 67.

Je me propose Messieurs de m'occuper dès mon retour à Versailles des intérêts du Commerce de France, relativement aux Colonies et à la traite des noirs. Ces objets exigent la connaissance des détails que je ne puis mieux me procurer que par la voie de ceux qui ont acquis une expérience propre dans ces branches du Commerce.
Vous voudrez bien assembler les négociants de votre ville et les charger de ma part de choisir celui d’entre eux qu’ils jugeront le plus instruit pour se rendre auprès de moi à la fin de ce mois. Il sera nécessaire qu’avant son départ vous lui procuriez les instructions, les différents états de Commerce et tous autres renseignements dont vous jugerez qu’il pourra avoir besoin pour remplir mes vues61.

  • 62 AN, fonds Marine, 3 JJ 124, dossier no 5.
  • 63 AMLH, FA DD 96.
  • 64 Cité par Maurice Begoüen Demeaux, Mémorial d’une famille du Havre. Les fondateurs. Choses et gens (...)
  • 65 AMLH, FA HH 66, 19 mai 1776.

75Aussitôt la municipalité choisit deux des siens, Stanislas Foache et Jacques-François Bégouen, qui partent pour Paris et Versailles, munis d’un avant-projet pour la ville et le port. Leurs démarches pressantes dureront jusqu’en mai 1776. Dès le 28 janvier 1776, ils sont reçus par Saint-Germain qui leur fait « la réponse la plus favorable et [promet] les plus grandes décisions62 ». « Nous sommes intimement convaincus que si le port était entre vos mains, nos vœux pour l’amélioration ne tarderaient pas à être accomplis », assurent-ils aussitôt à Trudaine63. « Nous travaillons pour nous mettre dans les Ponts et Chaussées », rappellent-ils à la municipalité64. De son côté, Sartine les pousse à profiter des circonstances et attire leur attention sur les opportunités dont ils peuvent bénéficier puisque les hostilités avec l’Angleterre, « la plus dangereuse des rivales », ne permettent plus de ravitailler certaines de ses colonies. « Je suis étonné que ces vues aient échappé à nos négociants et qu’ils n’aient pas dirigé leurs spéculations pour des envois plus considérables », ajoute-t-il65.

  • 66 AN, fonds Marine, 3 JJ 124, dossier 5, de décembre 1775 à août 1776.

76Stanislas Foache et Jacques-François Bégouen ont certainement bien « travaillé », puisque Saint-Germain, circonvenu de toutes parts et soumis à un feu croisé de courriers, cède enfin, le 19 juin 177666. Comment aurait-il pu résister, soumis aux pressions de tous, négociants, ingénieurs des Ponts et Chaussées, ministres et surtout contrôleur des Finances dont les arguments finissent par l’emporter ? Le ministre inscrit, à la fin du mémoire que le directeur des fortifications de Haute-Normandie, Charles Le Beuf, lui a vainement adressé : « Abandonner le port à la finance mais les ingénieurs entretiendront les fortifications. »

  • 67 A. Blanchard, Les Ingénieurs du roy, op. cit., p. 448.

77Anne Blanchard, dont les études sur les ingénieurs du roi font autorité, affirme que ce transfert de responsabilités serait la conséquence « d’une fausse manœuvre du secrétaire d’État à la Guerre, le comte de Saint-Germain, qui ne voyait pas l’intérêt de conserver ce port de commerce dans son département67 ». Opinion vraisemblable, mais il est certain sans conteste que les démarches pressantes des responsables havrais proches de la Cour ont très certainement influencé le ministre, car grincements et tensions durèrent encore longtemps parmi les militaires bien décidés à ne pas céder. Le mémoire de Le Beuf, du 7 mars 1777, en sera un reflet ainsi que les très éloquents courriers des ingénieurs du roi Thomas Du Trou de Villetang et Jean Du Portai, successivement directeurs des fortifications de Normandie, qui reflètent certainement des opinions de leurs collègues.

  • 68 Mémoire de Charles Le Beuf : SHD, Génie, dossier Maréchal de camp, 3 Yd 2710.

78L’arrêt d’ailleurs coûtera son poste à Le Beuf, qui a eu l’audace d’écrire avec une certaine perspicacité : « Ces messieurs les négociants, dans les vues de leur commerce ne voient que l’argent qu’ils en retirent dans le moment actuel, et jetteraient les plus hauts cris si, faute de défense, ils se voyaient exposés à perdre dans un moment le fruit de leur soin et de leur fortune. L’assertion que le port du Havre est un port de commerce n’a pas de vraisemblance. » Mis à la retraite d’office, pour révolte contre les décisions de son ministre, il devra abandonner son poste au profit de son collègue Pierre-Joseph Légier68.

  • 69 AN, fonds Marine, 3 JJ 124, dossier 6.

79Aussitôt prévenus par Antoine-Louis Chaumont de La Millière, intendant des Ponts et Chaussées, Virieu de Beauvoir et Le Beuf (tous deux miliaires) annoncent la nouvelle le 3 juillet 1776 à Louis Thiroux de Crosne, le nouvel intendant de la généralité de Rouen, ainsi qu’à Dubois, l’invitant « à se rendre immédiatement sur les lieux avec M. Cessart [...] afin de s’occuper des ouvrages relatifs à l’agrandissement de la ville ». Il lui recommande de la « célérité » et « expressément de se concilier avec les ingénieurs militaires », recommandation importante, dont il aura bien besoin69. La nouvelle va être connue rapidement et, à partir de cette date, les grands travaux de la ville et du port du Havre seront, enfin, acquis au corps des Ponts et Chaussées.

80Il était grand temps de prendre de telles décisions car les négociants-armateurs-échevins, impatients et ambitieux, mais inquiets, avaient vu venir à eux depuis la fin de la guerre de Sept Ans, une période de prospérité qui risquait de leur échapper.

81Depuis 1766, les candidats à l’émigration vers le Nouveau Monde avaient commencé à affluer au Havre. Bien que Choiseul ait demandé de mettre obstacle aux départs et aux échanges commerciaux déjà nombreux entre négociants américains et français, et surtout havrais, ils se sont accélérés à partir de 1771. En effet, si l’état du port est préoccupant et les difficultés réelles, le trafic commercial avec l’Amérique septentrionale est en pleine expansion et il ne peut que connaître un renforcement constant et non négligeable. On peut même être certain qu’une suprématie sur l’Angleterre fasse rêver, Sartine lui-même n’a-t-il pas évoqué un commerce fructueux, dès le 16 mai 1776 :

  • 70 AMLH, FA HH 67.

L’interruption des communications des colonies avec l’Amérique septentrionale et les traites qui se font pour les îles anglaises y ont maintenu la disette. Cette circonstance est favorable non seulement pour détourner à jamais les introductions étrangères, mais encore pour ouvrir des débouchés aux denrées nationales vers les Colonies anglaises.
Je suis étonné que ces vues aient échappé à nos négociants et qu'ils n’aient pas dirigé leurs spéculations pour des envois plus considérables70.

  • 71 Journal du Havre, ou Le Havre de Grâce. Commerce maritime, chez P. J. D. G. Faure, imprimeur librai (...)
  • 72 Maurice Lever, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, t. II : Le Citoyen d’Amérique, 1775-1784, Pa (...)
  • 73 E. Taillemite, Louis XVL, op. cit., p. 104.

82Aussitôt, le 30 mai, les négociants ont répondu qu’ils ont quadruplé leurs envois vu la situation de l’Amérique septentrionale. Car le commerce a continué malgré toutes les difficultés. L’organisation de la traite entre les côtes de Guinée et Saint-Domingue, où les colons havrais, propriétaires de vastes plantations sucrières, sont nombreux, les approvisionnements en tabac de Virginie, en bois venus des pays du Nord, les trafics divers, sont rendus fidèlement dans le Journal du Havre ou Le Havre de Grâce. Commerce maritime tout récemment fondé. Outre les compositions des chargements et les annonces des ventes, les récits de combats corsaires et les départs de convois de navires marchands, bien escortés par des frégates armées, on y propose les ventes de nombreux fusils, balles, espingoles, boulets et canons, ainsi que des prises anglaises71. Les navires ennemis sont alors dépecés et vendus « par ordre du roi ». Le moindre des intéressés n’étant pas Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais72, dont la société, Roderigue Hortalez et Cie, a pour correspondants sur place « les Sieurs Hugues Eyriès et Le Couvreur ». Beaumarchais, qui, comme l’écrit Étienne Taillemite, « administre au roi un cours de Realpolitik » le 7 décembre 1775, et lui adresse un mémoire en février 1776 afin de le gagner à la cause américaine73.

83Le 4 juillet 1776, la déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique est votée par le Congrès. Lorsque, le 3 décembre suivant, Benjamin Franklin débarque à Auray, la cause de l’Amérique est bien engagée et celle du commerce havrais aussi. Jacques-Augustin Gaillard en témoigne :

  • 74 Les Manuscrits retrouvés, op. cit., « Introduction », p. [11].

La guerre maritime commencée le 9 juin 1756 suspendit toute espèce de commerce, mais ayant été terminée par le traité de Paris du 22 novembre 1762, il reprit son cours ordinaire. Ce fut alors que les maisons de commerce acquirent le plus de fortune et toutes les branches furent exploitées avec le plus grand succès.
Le commerce du Nord acquit surtout un grand accroissement ; celui de la Guinée prit un nouvel élan et celui des Colonies fut doublé. La guerre du 17 juin 1778 arrêta ces succès mais ne fut pas si onéreuse au Havre qu’on avait lieu de le craindre. Le Commerce se fit alors sous le pavillon neutre et son activité ne fut point interrompue74.

Notes

1 AMLH, FA CC 40. Il sera renouvelé le 1er avril 1765.

2 AN, Q1 1369 ; AMLH, FA CC 40.

3 AMLH, FA CC 40-62.

4 AMLH, FA CC 192.

5 AMLH, FA DD 30.

6 Sur la reconstruction, voir A. Lemonnier-Mercier, Les embellissements du Havre au XVIIIe siècle. Projets et réalisations. 1754 : la place du marché des Cannibales. 1786 : la nouvelle ville, mémoire de DEA, Daniel Rabreau (dir.), université Paris I – Panthéon-Sorbonne, 2000.

7 AMLH, FA CC 40 : 12 mars 1757.

8 ADSM, C 204 ; AMLH, FA DD 66-70 : ensemble de documents sur le prétoire.

9 AMLH, FA BB 61 et FF 67.

10 J.-O. Pleuvri, Histoire, op. cit., p. 172.

11 On peut lire sur le document : « Ce bâtiment a commencé à être construit sur les plans de M. Dubois Ingénieur des Ponts et Chaussées. La ville fut autorisée à faire l’engagement de 150 000 livres tournois hypothéqué sur les octrois. / Sur la requête de MM. Simon Nicolas Eustache, Louis Gabriel Duchemin Avocat, Antoine Nicolas Laignel de Févretot, Maire-Échevins, Lieutenant Général de Police, Messire Louis Adrien Plaimpel, Écuyer, Procureur du Roy, Syndic du Havre, par Arrêt du Roy en son Conseil daté du 7 mars 1758 et ce sous l’inspection du Sieur Louis Adrien Plaimpel, Subdélégué du Sieur Antoine Paul Joseph Feydeau de Brou, Conseiller du Roi, Intendant de la généralité de Rouen, sur rapport du sieur Lestorey de Boulongne, Conseiller ordinaire du Roi en son Conseil royal. / Les emprunts, contrats de constitution furent passés par devant Maîtres Coste et Dorey, notaires gardes notes du Roi au Havre. / Le corps carré du milieu et le clocher ont été démolis en... / Ce bâtiment est aujourd’hui le siège du tribunal de 1re instance de l’arrondissement du Havre. / Par un citoyen du Havre. / Pour servir à l’histoire » (tampon de la ville du Havre : 10 mars 1914 [ ?]. Service architecture).

12 Coup d’œil, p. 238-239.

13 AMLH, FA DD 61.

14 AMLH, FM M1 2.

15 AMLH, FA DD 69. Ce dessin est mentionné dans le « Catalogue » à la fin du Havre d’autrefois : « Dessin au lavis, 0,30 X 0,40 ; collection V. Toussaint. Dessin du prétoire 1800 : avec horloge et clocheton au-dessus du dôme. »

16 AMLH, FA BB 45. La demande d’alignement est datée du 7 mai 1738.

17 ADSM, 2 E 70/621, 5 mars 1727 ; AMLH, FA BB 50.

18 Philippe Manneville, « Aperçu sur l’habitat du Havre à la fin du XVIIIe siècle », Recueil de l’association des amis du Vieux Havre, no 27, 1970.

19 AMLH, FA DD 35.

20 AMLH, FA DD 30.

21 AMLH, FA DD 36.

22 AMLH, FA DD 31.

23 AMLH, FR G 62, no 167.

24 Coup d’œil, p. 386.

25 Raoul Lefaix, Le Vieux Havre en 1928, Le Havre, La Galerne, 1993.

26 ADSM, 17 F.

27 27 AMLH, FA CC 218 : « État des sommes payées sur le produit du doublement des octrois de 1715 à 1759. »

28 Marie-Pierre Demarcq, « Éduquer pour rénover : la politique maritime au siècle des Lumières », dans Joseph Vernet, les vues des ports de France, 1714-1790, Paris, musée de la Marine, 2003.

29 SHD, Génie, 1 M 1085.

30 SHD, Génie, 1 M 1087-1088.

31 BMR, ms. G 16, en 1755.

32 Eugène-Jean-Marie Vignon, Études historiques sur l’administration des voies publiques au XVIIe et XVIIIe siècles en France, Paris, Dunod, 1862-1880, p. 159 ; François-Pierre-Hardouin Tarbé de Saint-Hardouin, « Un chapitre de l’histoire des Ponts et chaussées », dans Travaux des ports maritimes de commerce, Annales des Ponts et Chaussées, t. VE, no 28, p. 491-519.

33 AMLH, FA CC 218 : « Reddition des comptes 1712-1771 ».

34 Ibid. ; AMLH, FA CC 219 : « Reddition des comptes 1760-1783 » ; FA CC 202 : « Recettes et dépenses en 1770 ».

35 Document perdu dans l’incendie de la bibliothèque de Tours, reproduit partiellement dans Le Havre d’autrefois, op. cit., fascicule « Cartes et vues », p. 38.

36 ENPC, ms. 266.

37 AMLH, FA BB 70.

38 AN, F14 728 ; AMLH, FA DD 96.

39 AMLH, FA DD 96.

40 AN, F14 728.

41 AN, fonds Marine, C7 232.

42 Eugène Arnoux, Notice sur le port de Honfleur, Paris, Imprimerie nationale, 1875.

43 AMH, DD 7 : 1765-1779, « Projets pour le nouveau port par Voizard, capitaine de navires marchands ».

44 AMH, DD 2.

45 E. Arnoux, Notice, op. cit., p. 22 ; E.-J.-M. Vignon, Études historiques, op. cit., t. II, p. 161-162.

46 Il s’agit principalement des frères Thibault venus ensuite pour les travaux du Havre. C’est François-Thomas Thibault qui, le premier, vient travailler en Normandie, à Rouen, à Quillebeuf, à Honfleur dès 1768, puis au Havre. Sénéchal, entrepreneur à Honfleur, travaille avec lui : SHD, Marine, DD2 831, no 19.

47 AMH, DD 2, 23 mars 1766.

48 AMH, BB 106, 1er décembre 1766. Le plan de Rolland a disparu des archives d’Honfleur : DD 6 ter.

49 ADSM, C 2270.

50 AMH, DD 3.

51 AMLH, FA EE 73.

52 Paul et Pierrette Girault de Coursac, « Le règne de Louis XVI et la guerre d’indépendance américaine », dans Le Règne de Louis XVI et la guerre d’indépendance américaine. Actes du colloque international de Sorèze 1976, abbaye-école de Sorèze, 1977, p. 29.

53 Étienne Taillemite, Louis XVI ou le navigateur immobile, Paris, Payot, 2002.

54 J. de Viguerie, Dictionnaire, op. cit., p. 1522 ; Jean-Christian Petitfils, Louis XVI, Paris, Perrin, 2005, p. 179-183.

55 AN, fonds Marine, 3 JJ 124.

56 AMLH, FA HH 67.

57 E. Taillemite, Louis XVI, op. cit.

58 AN, E 2506.

59 AN, fonds Marine, 3 JJ 124.

60 AMLH, FA EE 2.

61 AMLH, FA HH 67.

62 AN, fonds Marine, 3 JJ 124, dossier no 5.

63 AMLH, FA DD 96.

64 Cité par Maurice Begoüen Demeaux, Mémorial d’une famille du Havre. Les fondateurs. Choses et gens du XVIIIe siècle en France et à Saint-Domingue, « Jacques-François Begouën 1743-1831 », Société française d’histoire d’outremer et société d’émulation de la Seine-Maritime, 1982, t. II, « L’essor », p. 56.

65 AMLH, FA HH 66, 19 mai 1776.

66 AN, fonds Marine, 3 JJ 124, dossier 5, de décembre 1775 à août 1776.

67 A. Blanchard, Les Ingénieurs du roy, op. cit., p. 448.

68 Mémoire de Charles Le Beuf : SHD, Génie, dossier Maréchal de camp, 3 Yd 2710.

69 AN, fonds Marine, 3 JJ 124, dossier 6.

70 AMLH, FA HH 67.

71 Journal du Havre, ou Le Havre de Grâce. Commerce maritime, chez P. J. D. G. Faure, imprimeur libraire, 1776-1782.

72 Maurice Lever, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, t. II : Le Citoyen d’Amérique, 1775-1784, Paris, Fayard, 2003, p. 185-190.

73 E. Taillemite, Louis XVL, op. cit., p. 104.

74 Les Manuscrits retrouvés, op. cit., « Introduction », p. [11].

Table des illustrations

Légende Figure 24 – Dessin du prétoire. Lavis anonyme (ou dessin de Gaillard ?). Mentionné dans le « Catalogue » à la fin de Charles Roessler, Le Havre d’autrefois, Le Havre, Société anonyme de l’imprimerie du Commerce, 1883 : « Dessin au lavis, 0,30 X 0,40 ; collection V. Toussaint. Dessin du prétoire 1800 : avec horloge et clocheton au-dessus du dôme » (AMLH, FA DD 69 © AMH).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Figure 25 – Muséum. Cliché A. Lemonnier-Mercier, 2008.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5398/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Figure 26 – Vue d’ensemble de la place du Vieux-Marché au XXe siècle. Carte postale (collection de Fauteur).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5398/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende Figure 27 – Cadastre du Havre de 1826 : place des Cannibales et prétoire (collection de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5398/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 851k
Légende Figure 28 – « La rue de Paris en 1822 ». Eau-forte d’Eugène Sadoux, d’après une lithographie de Jules Dumas (reproduit dans Le Havre d'autrefois, op. cit.)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5398/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Figure 29 – Maisons de la rive nord de la place des Cannibales et angle de la rue de Paris vers 1900 (CHRH, fonds Soclet).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5398/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 30 – Maisons de la rive nord de la place des cannibales vers 1900 (CHRH, fonds Soclet).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5398/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540