Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Embellissements du Havre au xviiie siècle

 | 
Aline Lemonnier-Mercier

Chapitre I. Prémisses

Des lois sur les bâtiments et la reconstruction des bâtiments du pouvoir

Texte intégral

  • 1 Jean-Louis Harouel, L’Embellissement des villes. L’urbanisme français au XVIIIe siècle, Paris, Pica (...)

1Le terme « embellissements », qui annonce celui d’urbanisme, souligne Jean-Louis Harouel, n’est pas doté d’un contenu juridique bien précis. « C’est une notion très large, écrit-il, rassemblant des préoccupations à la fois pratiques – gestion de l’espace urbain, élargissement des rues, plans d’urbanisme –esthétiques –architecture et décoration – ou encore politiques1. » Dans le contexte havrais, la notion d’« embellissements » de la ville, sinon de « décoration » ou d’« ornement », c’est-à-dire l’élaboration d’un projet cohérent et peut-être autoritaire d’urbanisme et d’architecture, demandera une longue gestation.

2Car il faut être conscient, lorsqu’on envisage de rappeler l’historique des projets d’embellissements du Havre au XVIIIe siècle, que cette notion n’a pas semblé d’une grande urgence pour l’ensemble de la population et ses représentants. Car toute la vie de la ville et du port est tournée vers la mer et, depuis toujours, perturbée par les charges importantes que causent les guerres. Le coût de l’accueil des troupes qui lui sont assignées, leurs mouvements, leur logement, la formation des milices de surveillance des côtes, l’entretien des fortifications, telles sont les préoccupations principales de la communauté.

  • 2 AMLH, FA EE 65.

3À la fin du règne de Louis XIV, la ville est encore sous le choc des bombardements anglais des 26 et 29 juillet 1694 qui ont endommagé un certain nombre d’immeubles et fait craindre à un incendie général, véritable hantise de la population2.

  • 3 AMLH, FA BB 31, 9 décembre 1713.

4Fort heureusement, cette période difficile vient de se clore par le traité d’Utrecht, signé le 11 avril 1713, qui a marqué la fin de la guerre de succession d’Espagne, à la suite duquel, « la paix le commerce commençant à s’ouvrir et les octrois augmentant considérablement », il est devenu indispensable de nommer un nouveau commis pour le travail de bureau3. Aussi, son premier souci, fort compréhensible, va-t-il être de faire disparaître au plus vite les conséquences du conflit, en obligeant dans un premier temps les propriétaires à remettre en état leurs habitations puis, si possible, à cette occasion, de revoir l’ensemble de l’occupation du sol.

  • 4 AMLH, FA BB 32 et 33.

5Vont donc s’ensuivre un certain nombre de décisions pendant les années 1713-1750. En 1714, le premier arrêt municipal pour l’amélioration de la ville concerne uniquement l’augmentation des eaux vives, ainsi que le pavage en grès de Rouen ou de Saint-Valéry des entrées du port, quais, avenues, fontaines, places publiques, rues, pourtours et environs de magasins, arsenaux, corderies et ateliers « de votre Majesté », qui a rendu indispensable le toisé des voies publiques. L’année suivante, un second arrêt édicte un règlement sur la fermeture des escaliers et les ouvertures en saillie, « au fur et à mesure qu’il sera travaillé au pavage ». En 1716, « les habitants et négociants commençant à se rétablir dans la ville », le garde des sentences de la ville est député auprès des Conseils du roi et de l’intendant de la généralité de Rouen, Jean-Prosper Goujon, sieur de Gasville, pour représenter « le grand dommage » que causent les militaires logés chez les particuliers. L’année suivante, 1717, on répare les édifices publics, victimes d’un coup de vent, de multiples incendies s’étant déclarés dans la ville à cause de fours mal isolés4.

6Cette suite d’incidents oblige le conseil de ville, qui n’a jusque là prévu que des accommodements et des mesures ponctuelles, mais aucun projet réel de rénovation urbaine générale, aucune extension, ni aucun souci de « coup d’œil », à une réflexion sur des mesures plus strictes pour faire revivre la ville.

Les premiers arrêts sur les constructions : 1719, 1724, 1738

  • 5 AMLH, FA BB 124.

7Il faut attendre le 4 septembre 1719, alors que plusieurs demandes d’alignements de maisons viennent d’être déposées et qu’il a fallu abattre les constructions menaçant ruine, pour que, à la requête du procureur syndic, les règlements de police se fassent plus précis. Louis-Adrien Plainpel, subdélégué de l’intendant, constate « le peu d’exécution qu’ont eu jusqu’à présent quelques règlements donnés pour la police de cette ville quoique très utiles et très nécessaires pour y maintenir le bon ordre et la propreté pour prévenir les événements du feu5 ». Il édicte alors une ordonnance de police donnant les nouvelles règles de construction dans un souci d’hygiène, de sécurité, « d’ornement » des rues, mais surtout « pour prévenir les événements du feu qu’on ne saurait assez craindre » :

  • 6 AMLH, FA FF 29, 4 septembre 1719.

À tous ceux [...] qui feront construire dorénavant des maisons sur les rues, d’en faire faire les faces de pierres, briques ou de caillou, tant pour l’ornement des dites rues que pour leur avantage particulier. Enjoint aux clercs, sergents de cet hôtel et du préposé à l’exécution des ordonnances de police de tenir la main à l’exécution du présent règlement afin que personne n’en ignore. Ordonne qu’il sera publié et affiché aux carrefours et lieux ordinaires de cette ville6.

8Ce premier arrêt, bien peu suivi, à propos de l’utilisation de matériaux en principe incombustibles pour les façades des maisons est important car, si l’on a utilisé la brique et la pierre pour les fortifications, la citadelle et les portes de la ville, on ne connaît, pour les maisons particulières ou les édifices publics, que les seuls matériaux locaux immédiatement disponibles, le bois, la paille, le torchis et les galets, peu coûteux et faciles à utiliser par des charpentiers de marine ou les maçons. Peu de pierre, car il faut la faire venir de carrières lointaines. C’est ainsi que, s’élevant au fil des années, au gré de l’augmentation de la population, serrées les unes contre les autres, n’ouvrant au jour que par de petites fenêtres ou totalement obscures, des habitations se sont construites. Piganiol de La Force, de passage au Havre en 1755, en témoignera encore :

  • 7 Jean-Aymar Piganiol de La Force, Nouveau voyage en France, nouv. éd., Paris, T. Legras, 1755, t. II (...)

Les maisons sont en bois de charpente et assez mal bâties, mais, depuis l’an 1719 l’hôtel de ville a fait un règlement qui ordonne que tous ceux qui à l’avenir feront bâtir des maisons sur rues, feront faire les faces de pierre de brique ou de caillou et il y en a quelques-unes qui sont bâties de cette manière7.

  • 8 AMLH, FA DD 27.

9Cinq ans plus tard, en 1724, dans le même souci d’amélioration de l’habitat général de la ville, « sur la requête présentée au Roy en son conseil », « les Maire, Échevins, Lieutenants généraux de police et procureur du roy syndic de cette ville Françoise de Grace » remarquent que « depuis la paix, les habitants de cette ville ont beaucoup augmenté ». Force est de constater que pour les loger, il faut régler la question des emplacements abandonnés et souvent dangereux délaissés depuis le bombardement de 1694. Un arrêt du conseil de Louis XV, « à la demande des échevins », est rendu le 1er février 1724 « pour les places vidées et inhabitées » qui rappelle que la situation dure depuis quarante ans et que « d’ailleurs outre la décoration de la ville, que les maisons que l’on bâtira sur ces places embelliront, on y trouvera encore le logement de plusieurs familles8 ». C’est la première fois que sont employés les mots « décoration » et « embellir » dans les actes municipaux.

  • 9 AMLH, FA BB 37 en 1722, FF 43 en 1737-1738, FF 44 en 1741, FF 45 en 1742.

10Aussitôt les acheteurs se pressent, auxquels il est rappelé systématiquement les termes de l’arrêt par une municipalité particulièrement vigilante qui en surveille attentivement l’observance, imposant la démolition des maisons vétustes, de façades discrètement reconstruites en bois et ne faiblissant pas devant les plaidoyers abusifs des propriétaires9.

  • 10 AMLH, FA FF 36.

11« C’est avec un pareil règlement, avait rappelé Plainpel, le procureur-syndic, que la ville de Dunkerque, que l’on s’était proposée comme modèle, a été en très peu de temps rebâtie en briques. C’est aussi par le moyen d’un semblable règlement que l’on voit la ville de Caen rebâtie en pierre de taille [...] J et l’on ne doit faire aucun doute que la ville du Havre ne se vît aussi en très peu de temps renouvelée et rebâtie10. » Ainsi, Dunkerque, qui a souffert elle aussi des bombardements anglais de 1694, dont la destruction a été exigée par l’Angleterre dès 1706, puis décidée lors de la signature du traité d’Utrecht du 11 avril 1713, dont Louis XIV a fait raser les fortifications, combler le port et miner les écluses, est-elle prise comme référence, non seulement pour les matériaux employés, mais aussi pour son organisation administrative. L’évocation de Caen s’explique certainement, elle, par sa proximité et la présence de ses carrières nombreuses qui fournissent une pierre abondante facile à sculpter, largement utilisée en Normandie, et en Angleterre, depuis longtemps pour maints monuments.

  • 11 Ibid.

12Cependant, le 15 juillet 1729, Nicolas de Longuemare, receveur de l’hôpital, essaie de passer outre et demande de surélever en bois. Il est « propriétaire de deux maisons attenantes l’une de l’autre sises Grande rue de cette ville, ce qui est contraire au règlement du 19 septembre 1719. consistantes en une salle chacune deux chambres au-dessus, et comme le comble des dites maisons est très mal par des gouttières qui passent le travers des greniers ». Pour obtenir une réponse favorable, il utilise de sérieux arguments, « le bien des maisons et l’embellissement de la rue », devant les maires-échevins qui lui rappellent fermement le règlement de 1719, indispensable pour « la décoration de la ville ». L’assemblée générale de la commune est convoquée pour cette grave décision qui implique toute la communauté : Nicolas de Longuemare est un notable et ne doit en aucun cas faire l’objet d’une faveur ! Néanmoins, après étude du cas, l’assemblée bien décidée cependant à demander un nouvel acte, se laisse fléchir et tolère cette surélévation au vu du bon état général de la bâtisse, le règlement ne s’appliquant que pour des reconstructions vétustes11.

  • 12 AMLH, FA DD 30 : supplique en 1738 ; arrêt du conseil le 23 août 1738.
  • 13 AMLH, FA BB 45.

13Bien décidée à reprendre leurs projets d’embellissements, et devant les difficultés soulevées par l’application de l’arrêt de 1724, les échevins, tenaces, adressent une nouvelle supplique au roi et obtiennent une nouvelle décision sur les constructions, lors du conseil du 23 août 173812 dont la date correspond à une période de paix, pendant laquelle les permis d’alignements sont délivrés avec régularité13.

  • 14 AMLH, FA DD 32, le 23 juillet 1740.

14L’exécution de ce nouvel acte royal est suivie et bien surveillée car, par exemple, lorsque le sieur Tessier décide de construire sur le Grand Quai, la « compagnie » reprend la teneur de l’arrêt rendu « pour la décoration et l’embellissement des maisons que les bourgeois feront construire en cette ville » et le procureur-syndic lui rappelle de ne « placer aucune pièce de bois du côté de la rue aux encoignures de la face de la maison qu’il fait construire en cette ville sous peine de cent livres d’amende et de démolition de la maison aux termes de l’arrêt du conseil14 ».

15Ce n’est pas la première fois que le mot « embellissement » apparaît clairement dans les textes. Longuemare en 1729, l’avait déjà employé, mais cela permet de rappeler encore que l’initiative des « embellissements » revient à la municipalité et qu’elle tient à en contrôler l’application.

  • 15 AMLH, FA FF 43.

16Mais, malgré sa ténacité, et la reprise de l’acte royal en 1739, le conseil de ville ne parvient toujours pas à faire accepter par la majorité de la population le principe d’une reconstruction progressive. En 1740, de nouveau, elle doit faire face à la requête des sieurs Sortembosc Pierre et Robert, « propriétaires d’une maison où se trouve le corps de garde de la barrière pour ne pas être obligés de reconstruire en briques cette maison qui est en mauvais état15 ».

  • 16 AMLH, FA BB 48.

17Alors, certainement dans le but de renforcer ses décisions et d’en surveiller leur application, à la suite du décès du fontainier de la ville, en 1743, l’assemblée décide de recruter un homme « qui ne soit pas seulement un plombier ». Sur la recommandation de l’intendant de la généralité de Rouen, Louis-François de La Bourdonnaye de Coëtion, elle fait choix, pour la première fois, d’un architecte, Pierre-Nicolas Vernisse, originaire de Rouen, responsable depuis 1733 au Havre de la construction des casernes de la Marine. Ses nombreuses et diverses responsabilités rappelées dans un règlement très strict, vont croître d’année en année, à partir de sa nomination le 3 mai 1743, tant comme fontainier que comme architecte. À partir de cette date, les décisions architecturales au Havre seront toujours prises par un ingénieur ou un architecte16.

  • 17 J.-L. Harouel, L’Embellissement des villes, op. cit., p. 54-79.

18Il est indispensable de souligner, à propos de ces démarches, le rôle que jouent les intendants de la généralité, lesquels au XVIIIe siècle, écrit Jean-Louis Harouel dans un chapitre intitulé « L’urbanisme des intendants », ont acquis depuis longtemps une notoriété bien méritée en matière d’urbanisme : « On les considère comme les principaux responsables de la transformation et la modernisation des villes françaises de cette époque. » Ils ne relèvent que du roi et de son conseil, synonyme alors de « gouvernement » ; chaque généralité étant rattachée à un « ministre de la province ». Ils peuvent aussi faire appel à d’autres ministres concernés. Ils jouissent d’une grande autorité dans leur généralité, autorité encore accrue par le surcroît de pouvoir qu’ils reçoivent grâce aux arrêts du conseil du roi qui leur donnent des compétences supplémentaires. Ils ont donc toute capacité pour contrôler les activités de voiries, les levées de plans, ou pour inspirer les plans d’embellissements. Jean-Louis Harouel cite les exemples de Tourny, « se comportant comme maître incontesté de l’urbanisme bordelais », de l’ingénieur Mareschal à Nîmes, de Feydeau de Brou à Rennes après l’incendie de 172017.

  • 18 Précis analytique des travaux de l’académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, 1744-199 (...)

19Cette affirmation et ce rôle, sont d’autant plus vrais dans le cas de Louis-François de La Bourdonnaye, intendant de la généralité de Rouen pendant plus de vingt années, de 1733 à 1755, l’un des fondateurs de l’académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen. Il se montrera très attentif à l’embellissement des villes, sujet sur lequel il publie, le 15 janvier 1752, un « Mémoire sur ce qui pourrait contribuer à la perfection des édifices publics ». Il y expose ses idées et ses réflexions sur la beauté des places, théâtres, fontaines, jardins et maisons, tous sujets qui sont les soucis d’un urbanisme renouvelé. Ses interventions, nombreuses et déterminantes pour Le Havre ne seront pas négligeables18.

20Dès avant l’annonce de sa nomination officielle, en novembre 1732, les échevins s’adressent à lui afin d’obtenir l’autorisation de doubler le budget de l’entretien de la « Chaussée », cette longue avenue rectiligne, partie terminale de la route de Rouen, avenue très fréquentée, qui se dirige vers la grande porte de la ville, la porte Richelieu, traversant les marais qui entourent la ville. Elle était souvent inondée et la municipalité désire l’assainir et l’aménager. Compte tenu des délais administratifs, entre 1737 et 1742, une série d’arrêts permet de la transformer en une bonne route, puis en une agréable promenade.

21La Bourdonnaye confie tout d’abord les travaux à Jacques Martinet, ingénieur du roi pour les Ponts et Chaussées à Rouen, lequel est relayé sur place, à partir de 1737, par Vernisse, dont l’intendant apprécie l’efficacité. Le nivellement, les plantations, la pose de bancs, le pavage, l’entretien, mais aussi la police de la Chaussée, sont l’œuvre de la municipalité, encouragée et soutenue par La Bourdonnaye. En témoigne la lettre qu’il adresse le 14 janvier 1752, veille de la publication de son « Mémoire sur les embellissements », dans laquelle il avise la municipalité de l’envoi d’un inspecteur des Ponts et Chaussées afin de juger de l’embellissement de la Chaussée.

  • 19 AMLH, FA DD 37 à 42.

22Ses successeurs continueront son œuvre : en 1774, lorsque l’intendant des Ponts et Chaussées Jean-Charles Trudaine de Montigny passera au Havre, il affirmera que la Chaussée forme le principal agrément de la ville19.

1747-1748 : un ensemble de décisions royales capitales

  • 20 On peut noter cependant quelques précautions : en 1744, Jean-Frédéric Phélipeaux, comte de Maurepas (...)

23Le 18 octobre 1748, le traité d’Aix-la-Chapelle, qui met fin de la guerre de succession d’Autriche (1741-1748) dans laquelle l’Angleterre est impliquée, marque à peine la vie au Havre où l’on prend toutefois quelques précautions sécuritaires. La Marine royale intervient peu, bien que les hostilités, essentiellement terrestres, aient lieu non loin, dans les Pays-Bas autrichiens20.

  • 21 Jean de Viguerie, Histoire et dictionnaire du temps des lumières (1715-1789), Paris, Laffont, « Bou (...)
  • 22 Michel Antoine, Louis XV, Paris, Hachette, 1989, p. 349-350.

24Cet accord qui passe « pour un monument d’ineptie » est rapidement critiqué ; les clauses par lesquelles Louis XV montre un certain désintéressement, ne sont absolument pas comprises. Mais il semble que le roi veuille tout d’abord s’assurer de la valeur de sa marine et de l’état de ses ports avant de prendre des décisions importantes, comme l’explique Jean de Viguerie : « Il est permis de s’interroger sur les raisons d’un tel désintéressement. [...] Mais Louis XV connaît la faiblesse de sa marine. Il sait qu’une prolongation de la guerre serait fatale aux établissements français d’outre-mer qui seraient difficiles à secourir. Son système est la paix21. » Dans cet état d’esprit, le roi a déjà pris l’initiative d’une série de mesures dont les conséquences vont s’avérer capitales pour Le Havre. Soutenu par des ministres dont « la continuité des vues » est à souligner, il est décidé à engager une politique de modernisation et d’équipement du royaume dont « la mise en valeur [est] liée à l’existence de techniciens [...] d’où la politique des grandes écoles22 ».

  • 23 Études et chronologies historiques pour un bicentenaire, conseil général des Ponts et Chaussées, 20 (...)
  • 24 Arrêt du Conseil d’État du roi suivi de lettres patentes du 10 mars 1747, registrées par la cour de (...)

25Dès le 14 février 1747, il signe l’arrêt de création de l’École nationale des Ponts et Chaussées23, à la tête de laquelle le contrôleur général des finances Jean-Baptiste Machault d’Arnouville et Charles-Daniel Trudaine, intendant des finances chargé du détail des ponts et chaussées, nomment l’ingénieur Jean-Rodolphe Perronet. Il lui est prescrit de s’occuper de « la conduite et l’inspection des plans et cartes, instruire les dits dessinateurs des sciences et pratiques nécessaires pour parvenir à remplir avec capacité les différents emplois des dits ponts et chaussées et avoir la garde et le dépôt des dits plans, cartes et mémoires y relatifs24 ». Tâche à laquelle Perronet va consacrer toute son énergie. Les ingénieurs des Ponts et Chaussées, dorénavant bien formés dans une école, et dont le « corps » est placé sous l’autorité du département de la finance, vont prendre aussitôt une influence considérable.

  • 25 Anne Blanchard, Les Ingénieurs du roy de Louis XIV à Louis XVI. Étude du corps des fortifications, (...)

26De plus, en 1747, le comte Pierre-Marc de Voyer de Paulmy, comte d’Argenson, alors secrétaire d’État à la guerre, profite de la fin des hostilités pour mettre en place les prémisses d’une école du Génie à Mézières, dont il édicte le règlement au mois de mai 1748, afin de mieux former les ingénieurs du Génie militaire25. Dès 1748, Ferdinand-Mathurin Le Cloutier, Thomas Dutrou de Villetang et Pierre De Caux, afin de confirmer leur autorité, tiennent plusieurs importantes conférences. Dans leur long rapport détaillé, envoyé à la Cour, adressé à « Monseigneur », dont ils connaissent « l’empressement à encourager le commerce », ils réaffirment l’importance du Havre tout en manifestant leur inquiétude. En raison de l’importance stratégique du port, insistent-ils, les ouvrages, bassins, quais, écluses, murs et ponts, ont besoin de grandes réparations qu’ils détaillent. Dans leur conclusion, ils insistent sur l’urgence des travaux portuaires et souhaitent aussi un indispensable agrandissement de la ville. Certes, le quartier supplémentaire, fortifié bien sûr, qu’ils proposent ne serait pas bien vaste, mais c’est la première fois qu’un nouveau plan de la ville et du port est prévu :

  • 26 SHD, Génie, 1 VH 871.

On propose de faire sur le front de fortifications du Perrey un bassin de 140 toises de longueur sur 40 toises de largeur [...] au-delà de ce bassin on ferait une enceinte où les négociants feraient bâtir des maisons et des magasins. L’avantage de ce projet est :
1° d’établir dans la ville un grand bassin qui serait à portée de tout et qui serait à portée de beaux quais si on abattait la corderie du Perrey et un bâtiment en bois de peu de conséquence [...]
4° la ville trop petite pour son commerce se trouverait augmentée d'un quartier qui équivaudrait à plus de la moitié de Saint François.
Conclusion : le port du Havre est mal entretenu et tombe en ruine de toutes parts, il faut le réparer et pour cela il convient d’assigner un fond de 200 000 livres26.

  • 27 J. de Viguerie, Dictionnaire, op. cit., p. 179.

27Car une guerre, larvée, que l’Angleterre aurait tout intérêt à provoquer, commence. En juin 1749, au nom du roi de France, Joseph Celoron de Blainville prend possession de territoires de la vallée de l’Ohio proches de ceux des Anglais, sur ordre du gouverneur de la Nouvelle-France, Roland-Michel Barrin de La Gallissonnière27. Or Le Havre, porte océane, risque d’être directement concernée par le conflit naissant, d’une part parce qu’elle commerce avec l’Amérique septentrionale, d’autre part parce qu’elle fait face aux côtes anglaises. Son importance stratégique est évidente.

  • 28 AMLH, FA BB 50, lettre patente du 23 avril 1748. Voir Pierre Derolin, « Un lieutenant du roi au Hav (...)
  • 29 AMLH, FA AA 37 et BB 50.

28C’est alors qu’est nommé, toujours en 1748, le 24 mai, un nouveau lieutenant du roi. François-Xavier Virieu de Beauvoir, chevalier de l’ordre militaire de Saint-Louis, capitaine des grenadiers du régiment d’infanterie d’Enghien, reprend le poste tenu auparavant par son oncle, Nicolas, trop âgé. Le nouveau venu est un vaillant militaire à la carrière prestigieuse, homme à poigne, que sa brillante conduite pendant le siège de Namur, en septembre 1746, a privé de l’usage d’un bras, mais non de son autorité28. Par ses fonctions, il représente le gouverneur de la ville, pratiquement toujours absent, au nom duquel il participe aux assemblées de ville, et il saura se faire respecter. Quelques mois plus tard, par exemple, après la signature du traité d’Aix-La-Chapelle, il tiendra à faire savoir que c’est à lui d’organiser toutes les festivités obligatoires de la ville29.

  • 30 AN, F1410 906 2 : registre des délibérations de 1773 à 1791. Les propositions et interventions de D (...)

29De son côté, l’administration des Ponts et Chaussées s’est mise en place de manière rigoureuse : en 1748, Pierre-Alexandre Dubois, qui participe au conseil qui se tient régulièrement chez Trudaine, est nommé ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de la généralité de Rouen où il fait fonction d’inspecteur général jusqu’au 1er janvier 1775, date à laquelle il le sera officiellement30. Cet homme dont les courriers témoignent des grandes qualités d’administrateur et d’organisateur, encouragé par Trudaine, marque son passage dans la généralité de Rouen, sur laquelle il exerce une véritable mainmise, par de nombreux travaux. Rien ne lui échappe et ses directives nombreuses, ses instructions soignées et précises, sont le témoignage de l’importance, sinon de la domination, qu’il entend donner au corps des Ponts et Chaussées. Dubois, lié au monde parisien, beau-frère de l’architecte François Trouard, outre les travaux routiers et ceux des ponts qui lui sont habituellement dévolus, prendra bientôt en main les projets architecturaux des années 1750-1760. À partir de sa nomination, le rôle des Ponts et Chaussées deviendra prépondérant au Havre.

30Le Havre est donc soumis, en tant que ville portuaire fortifiée, à de multiples autorités et responsabilités qui ne simplifient pas les prises de décisions. Un règlement le précise fort bien :

  • 31 A. Blanchard, Les Ingénieurs, op. cit.

1° le secrétariat d’État de la Guerre sera chargé de tout ce qui concerne les fortifications des places frontières et de celles de l'intérieur du royaume.
2° le secrétariat d’État à la Marine sera chargé de tout ce qui concerne la construction, l’entretien et la réparations des arsenaux, quais, formes, bassins, écluses, jetées, batteries, forts, châteaux, redoutes et autres fortifications situées sur la côte, l’embouchure des rivières ou sur les îles en mer, et destinées soit pour faciliter la navigation, l’armement et le désarmement des vaisseaux, soit pour la défense des ports et des rades, et aussi de la construction et de l’entretien des corps de garde dans les capitaineries garde-côtes.
3° à l’égard des places maritimes fortifiées du côté de la terre et du côté de la mer, elles seront partie de la dépendance du secrétaire d’État de la Guerre et partie de la dépendance du secrétaire d’État à la Marine31.

  • 32 « La ville et la guerre de Vauban à Napoléon Ier », dans Antoine Picon (dir.), La Ville et la guerr (...)

31En conséquence, c’est peu dire que les rapports et contacts seront quelquefois difficiles. Il faudra tout le sens diplomatique et la courtoisie de certains responsables pour éviter les conflits ouverts. C’est précisément la situation décrite par Philippe Prost que l’on constate au Havre : « Les ingénieurs des Ponts et Chaussées deviennent rapidement de farouches opposants aux ingénieurs du roi, leur disputant à la fois compétences techniques et domaines d’intervention. La création de l’école du Génie de Mézières, un an après celle des Ponts et Chaussées traduit bien cette rivalité, pour ne pas dire cette compétition, entre ingénieurs responsables de la défense du territoire et ceux chargés de son aménagement32. »

Septembre 1749 : Louis XV au Havre

  • 33 AMLH, FA AA 28-31.

32Dans ce contexte de la paix retrouvée, mais précaire, des difficultés du port, de la faiblesse mais du projet de la réhabilitation de la Marine royale, au moment où interviennent ces nominations et changements administratifs, la municipalité surprise et incrédule, apprend, le 6 septembre 1749, que le roi se propose de venir au Havre à la fin du mois. La visite, organisée par son gouverneur le duc de Saint-Aignan, est prévue du 19 au 21 septembre au matin33. Il s’agit, sans conteste, d’une inspection du port, destinée à faire le bilan des possibilités de la Marine royale. Aussitôt, sous la direction du gouverneur et du lieutenant du roi, qui s’implique tout particulièrement, se met en place un programme destiné à montrer au monarque, la ville dont les maisons vétustes seront bientôt recouvertes d’un décor et illuminées, mais surtout le port, tout en lui faisant comprendre que sa vitalité nécessite des travaux urgents.

  • 34 Relation de l’arrivée du roi au Havre et des fêtes qui s’y sont données à cette occasion, Rouen, Ni (...)
  • 35 AN, C7 232.

33Les festivités coûteuses ne sont pas plus tôt terminées que la municipalité se lance dans un projet ambitieux. « Pour éterniser la mémoire de l’honneur qu’elle vient de recevoir », écrit l’échevin Michel Dubocage de Bléville, elle sollicite Jean-Baptiste Descamps, le prestigieux directeur et professeur de peinture, architecture et mathématiques de l’académie de Rouen « pour lever neuf dessins des différents endroits où le roi s’est porté & où Sa Majesté a paru se plaire davantage & elle compte ensuite les faire graver34 ». En fait, certainement débordé de travail, Descamps sera aidé, en 1751, par le jeune dessinateur de la Marine à Brest, Nicolas Ozanne, qui en a reçu l’ordre de l’important inspecteur de la Marine, Henri-Louis Duhamel Du Monceau35.

  • 36 Alexis-Guislain Lemale et Charles-Gustave Roessler, Le Havre d’autrefois, reproductions d’anciens t (...)
  • 37 « Arrivée du roi au Havre de Grace dont les clefs sont présentées à Sa Majesté à son entrée par le (...)
  • 38 « Carenne d’un navire dans le bassin du Havre en présence du roi le 20 septembre 1749 ».
  • 39 « Le roi étant sur le balcon des casernes de la marine du Havre voit exécuter différentes manœuvres (...)
  • 40 « Le roi étant sur la plage de la rade du Havre voit lancer trois navires et représenter un combat (...)
  • 41 « Vue du Havre en 1692, À Paris, chez Ameline rue Saint-Jacques, À la reine de France. » Légende : (...)

34Les six planches, souvent reproduites, en particulier dans Le Havre d’autrefois36, des « objets principaux » qu’ont dessiné Descamps et Ozanne permettent de connaître tant soit peu les lieux où se déroule la visite royale : tout d’abord la porte d’Ingouville, semblable à un château-fort37, puis les édifices entourant le bassin du roi où se déroulent le carénage d’un navire38 et des joutes39, enfin le rivage où le roi assiste au lancement de trois navires dont Le Prince de Condé et L'Heureux Jean, après un simulacre de combat naval40. L’inévitable montée sur les hauteurs d’Ingouville, où il est de coutume d’amener tous les visiteurs, permet d’admirer une belle vue plongeante (fig. 2), qui n’est pas sans une ressemblance certaine avec celle dessinée par Ameline, en 1692, accompagnée d’une légende historique assurant que ce beau port et cette belle citadelle, comportaient de beaux édifices, de belles places et que le commerce y était considérable41. Elle permet de découvrir la ville fortifiée en suivant du regard une grande avenue rectiligne, la « chaussée d’Ingouville », récemment et fort heureusement aménagée qui s’ouvre sur les remparts à l’intérieur desquels les habitations se pressent. On peut deviner le port où se dressent de hauts mâts, découvrant l’estuaire de la Seine, les côtes de la Basse-Normandie, puis le large. Quant à la dernière planche qui représente la grande rue Saint-Michel illuminée, c’est une représentation assez insolite du Havre et des Havrais, proche d’une vision théâtrale de la Cour. Un vaisseau « dont le corps et les agrès avaient été chargés de lampions » est à quai à l’extrémité de la rue dont les maisons sont dissimulées derrière des décors de feuillages et de lampions (fig. 3).

  • 42 Représentation des fêtes données par la ville de Strasbourg pour la convalescence du Roi ; à l’arri (...)

35On peut se demander à juste titre quelles ont été les impressions de Louis XV, dont le goût pour l’architecture est bien connu, en parcourant une ville dont il a mal vu les principaux bâtiments du pouvoir datant de la fondation de la ville (le Logis du roi rapidement repeint, l’hôtel du Lieutenant du roi, le Prétoire et la Romaine pratiquement en ruine) ainsi que les maisons particulières qui datent au minimum du siècle précédent, lui qui, à Strasbourg avait été convié aux fêtes données devant le palais élevé par Robert de Cotte42 ? A-t-il pu imaginer sous les décors et les peintures fraîches, les façades en torchis ? A-t-il été dupe de la vitalité du port ? D’autre part, la municipalité, qui a dépensé sans compter, n’a-t-elle pas reçu un choc en accueillant deux cents personnalités dont les habitudes, les goûts, les conversations ont été fort différents des siens ? N’a-t-elle pas, à ce moment, eu conscience qu’elle devait travailler à la modernité de la ville ?

  • 43 AMLH, FA BB 51.

36Malheureusement, la première conséquence de ces fêtes est, comme il fallait s’y attendre, un assèchement considérable des finances municipales. Le 23 mars 1750, convoquée à la demande de Vincent Toussaint, premier maire-échevin et sous la présidence du lieutenant du roi, l’assemblée générale de la ville, constatant qu’on a « fait beaucoup de dépenses tant pour les marques de réjouissances que pour les différentes constructions que l’on a été obligé de faire pour rendre les appartements commodes autant qu’il est possible » est obligée, en urgence, de contacter un emprunt pour acquitter ses dettes43. Néanmoins, l’année suivante, le 7 février 1751, alors que Descamps est au travail depuis un an, la même assemblée générale, constatant « [...] la satisfaction que le roi a paru prendre dans son voyage en cette ville », souhaite « qu’il en restât quelques monuments à la postérité » et entérine un autre « souhait » du duc de Saint-Aignan. Attentif aux difficultés de la ville, il suggère aux échevins l’envoi d’une délégation des leurs à Versailles, à la tête de laquelle il se tiendra bien évidemment, afin d’offrir la « relation » du voyage au roi et à toute la cour :

  • 44 Ibid.

Ces plans, joints à une relation abrégée de ce qui y a rapport doivent être présentés à Sa Majesté, à la Reine, à Monseigneur le Dauphin, à Madame la Dauphine, à Mesdames de France, aux princes, Seigneurs et Dames de la Cour qui ont été du voyage.
L’assemblée générale est suppliée de choisir les personnes de la compagnie qu’elle jugera en état de se rendre à Paris pour accompagner son Excellence Monseigneur le duc de Saint Aignan dans cette présentation et profiter de cette favorable circonstance pour la réussite des différentes affaires qui interrogent particulièrement cette ville44.

Figure 2 – « Le roi sur la hauteur d’Ingouville, d’où Sa Majesté obsere le beau point de vue de la ville du Havre de Grace », 1753 (dans Relation de l’arrivée du roi au Havre, le 19 septembre 1749 et des fêtes données à cette occasion, op. cit., AMLH, BATGF 664 © AMLH).

Figure 3 – « Illumination de la grande rue de ville du Havre de Grace et d’un vaisseau placé à l’entrée du port pour terminer la perspective », 1753 (dans Relation de l’arrivée du roi au Havre, op. cit., AMLH, BATGF 664 © AMLH).

  • 45 AMLH, FM M1 1.

37Cette décision, quoique fort coûteuse, peut être considérée comme une étape vers la réalisation des projets car les finances de la ville, dont les ressources proviennent essentiellement des octrois, ne permettent toujours pas d’entreprendre les travaux d’embellissement indispensables. Elle n’est certainement pas étrangère à l’arrêt du Conseil royal rendu six mois plus tard, le 6 juillet 1751, dont le long texte détaillé autorise « entre autres choses la commune du Havre à faire reconstruire l’hôtel où elle logeait le lieutenant du roi ». Elle rappelle aussi une suite d’arrêts précédents (dont ceux des 27 août 1712, 22 septembre 1714 et 14 octobre 1738) qui n’avaient pu suffire pour réaliser leurs projets. La municipalité, y rappelle-t-on, ne peut plus subvenir à toutes ses charges en raison de dettes « considérables », plus de 300 000 livres, auxquelles s’ajoutent celles dues en particulier à la construction, à ses frais, des casernes de la Marine. Il a certes permis de réaliser le captage des eaux ainsi que quelques pavages, mais le lieutenant du roi est logé « dans une vieille ruine », le prétoire est étayé de tous côtés, les épis du bord de mer ont endommagé les conduites des eaux et la continuation du pavage est « indispensable pour la commodité et le commerce des habitants de la ville45 ».

38Il faut attendre cependant 1753, pour qu’aussitôt les dessins de la « Relation » gravés, le texte rédigé, puis l’ensemble somptueusement relié, une délégation se rende à Versailles pour les offrir généreusement, non seulement aux participants du voyage, mais aussi à un ensemble de personnalités dont l’influence ne saurait être négligeable. Démarche coûteuse, certes, mais dont la municipalité espère bien récolter les fruits.

39Ainsi, on peut penser, à juste titre, que les indispensables travaux entrepris dans la ville, et pour le port dont l’état reste très préoccupant, à partir des années 1750, dont la reconstruction des bâtiments du pouvoir, sont les conséquences d’un ensemble de facteurs qui se sont enchaînés depuis le début du XVIIIe siècle. Tout d’abord les efforts de la municipalité et son esprit de décision, la paix enfin retrouvée, la réussite du séjour de Louis XV, l’entregent, les influences conjointes et les initiatives de l’intendant, du duc de Saint-Aignan et du lieutenant du roi, sans oublier, bientôt, le rôle grandissant des ingénieurs du corps des Ponts et Chaussées, dont celui de Pierre-Alexandre Dubois.

40Douze ans après la remise de la « Relation », en 1765, l’abbé Pleuvri constate avec satisfaction que « depuis plusieurs années on a bâti trois édifices publics d’une belle architecture » au Havre :

  • 46 J.-O. Pleuvri, Histoire, op. cit., p. 172.

Premièrement un hôtel pour le Gouverneur ou pour celui qui commande en son absence. Le cardinal de Richelieu en avait fait faire un dans la citadelle, mais il est inhabité depuis si longtemps et on l'a tellement négligé qu’il tombe en ruine. Celui qu’on a construit occupe la gorge du bastion de St André et il se présente du côté de la mer, de même que du côté de la rue. Il est vaste et très apparent ; le Lieutenant du roi en a l’usage.
Le second édifice est la douane ou la Romaine que les fermiers généraux ont fait construire avec magnificence sur le bord du grand quai, vis-à-vis de la pointe : il s’étend aussi du côté de la rue, et a ses appartements du côté de la grande cour. Elle a des cours et des appartements nombreux.
Le troisième édifice, qu’on a bâti même dans le cours de la guerre parce qu’il était nécessaire, est le siège de toutes les juridictions. On l’appelle le Prétoire. Il termine une place fort longue, qu’on appelle le marché. Ce Prétoire est grand, orné & chargé d’une horloge sur le comble46.

Le pouvoir militaire en ses murs : la reconstruction de l’hôtel du Lieutenant du roi

41Nul doute que Virieu de Beauvoir a fortement insisté pour que l’on pense évidemment tout d’abord à sa maison : il est membre de droit de l’assemblée municipale qu’il préside en l’absence du gouverneur, et les échevins reconnaissants se sont certainement inclinés devant ses désirs. Marie Le Masson Le Golft, témoin absolument fiable et toujours au courant de tout ce qui se passe dans sa ville, le sait :

  • 47 BMR, ms. G 16, 2e partie, sans pagination.

1752 :1e Lieutenant du roi avait formé le dessein de quitter le logement qu’il occupait dans la citadelle pour habiter son hôtel dans la ville, c’est celui qui est placé entre la porte du Perrey et la corderie du roi. Il avait été longtemps celui des ingénieurs en chef de la place. Il était tenu à louer au bénéfice du commandant.
Le comte de Beauvoir s’était employé avec ardeur à l’obtention d’un nouveau bail des octrois à l’avantage de la ville. En considération de ce bienfait, il lui fut accordé la réédification du dit hôtel avec de considérables augmentations. Le corps de garde du Perrey en devint partie. On travailla sans relâche à la construction de cet hôtel, on n’épargna rien à son embellissement47.

  • 48 AMLH, FM M1 1, hôtel de ville, liasse 8.
  • 49 AMLH, FA DD 60.

42Le vieux logis devant servir, officiellement, de résidence au lieutenant du roi, avait été construit le long des fortifications, en même temps que le corps de garde, entre la porte du Perrey et de la tour François-Ier. Il datait de 1599, lorsque Hugues d’Anthénous, sieur de Coulon, « Lieutenant au Gouvernement de la ville Françoise de Grâce », avait été autorisé à le construire « de neuf48 ». Petite maison sur cave voûtée, d’une douzaine de mètres de long, sept de large et cinq de haut, surmontée d’un comble, façade de pierre et caillou noir, couverture de tuiles, elle ouvrait par deux croisées et trois lucarnes, le « derrière » étant clos par la muraille. Malgré la reprise du gros œuvre en 1749, le remplacement de vingt mille tuiles et la réfection des planchers, qui donnent à penser quel était son état antérieur, un tel logis ne saurait convenir au représentant de Sa Majesté Louis XV qui préférait loger dans la citadelle49 ! Il est grand temps de reconstruire, mais sur le même emplacement, puisque, dans la ville, les terrains manquent cruellement.

  • 50 AMLH, FA DD 66.
  • 51 Vincent Droguet, « Le projet d’hôtel de ville pour Rouen par l’architecte Antoine-Mathieu Le Carpen (...)
  • 52 AMLH, FA AA 24.

43Les ambitieux échevins font appel, rapidement, en 1751, sur recommandation de Virieu de Beauvoir, à l’architecte rouennais Mathieu Le Carpentier qu’ils ont déjà sollicité en 1742 pour des plans de reconstruction du Prétoire qui n’ont pas abouti50. Le Carpentier, collègue de Descamps et de La Bourdonnaye à l’académie de Rouen, dont la réputation va grandissant, est alors le créateur, depuis 1749, de l’ambitieux projet urbanistique et architectural du nouveau quartier de Rouen qui doit inclure un magnifique l’hôtel de ville51. Ses commandes sont de plus en plus nombreuses et le solliciter est de grande ambition. Néanmoins, Le Carpentier rappelle aux échevins, lors des vœux de 1751, son attachement pour Le Havre, remercie pour « les marques de bonté et d’amitié dont vous m’avez honoré jusqu’à présent », affirme qu’il travaille « pour cela » et que bientôt ils auront lieu de se louer des plans qu’ils vont bientôt recevoir52.

44Effectivement, le 29 janvier 1752, « Messieurs les conseillers, Maire et Échevins de la ville du Havre de Grace », accusent réception des estimations, devis, plans et projets dressés « pour un hôtel que vous désirez faire construire pour le logement de Monsieur le Lieutenant du roi », les plus « exacts et scrupuleux » possible, accompagnés d’un courrier d’une grande prudence sur les coûts, qu’il est possible de « revoir » (fig. 4 et 5).

45Hélas, Virieu de Beauvoir, le 12 février 1752, bon connaisseur des finances de la ville, s’aperçoit bien vite que l’état de dépense est « peut-être monté trop haut », note « la peur » des échevins devant le montant du devis, et regrette que Le Carpentier demande déjà 20 000 livres pour premier paiement, uniquement pour son voyage et « l’ouvrage ». Il se déclare déterminé à demander incessamment de nouveaux plans et devis, ainsi qu’une adjudication. Il est certain que l’architecte a outrepassé les projets, « de son pur mouvement », Virieu lui-même ne désirant qu’une « maison commode, simple, des plus unie, et les appartements assez grands pour les occasions où ma place peut m’obliger à rassembler plus de monde qu’en particulier ». Ses instructions et commentaires sont clairs :

Je n’aurai que deux chambres faites simplement sans boiseries aucune ni tapisserie dans le deuxième étage pour donner à des amis particuliers qui voudront s’en contenter ; et mon appartement seul au Ier étage au moyen de quoi je ne logerai jamais personne n’en devant jamais sortir pour qui que ce soit.
J’ai fait retrancher tous les plombs, fosse, caves et menuiseries autres que celle de mon appartement qui est de droit et conforme aux intentions du Roi.
Je n’avais non plus que vous, Messieurs, approuvé tout ce que j’ai fait retrancher par le nouveau plan que je lui ai demandé, ayant trouvé la dépense des plombs très inutile de même que celle des nouvelles caves et fosse, ainsi que la menuiserie en chêne et sculpture, voulant que tout soit uni et de nulle dorure.

  • 53 AMLH, FA BB 52.

46Un mois plus tard, le 13 mars 1752, lors de la réunion hebdomadaire de la « compagnie », le premier échevin Guillaume-Richard-François Fouquet présente le contenu du courrier du 10 mars qu’il a reçu du lieutenant du roi, ainsi que les plans et devis qui doivent être remis incessamment au secrétariat de l’intendance de Rouen. Ils vont être imprimés et publiés, « Sa Grandeur » l’intendant assistera à l’adjudication, Fouquet se déplaçant pour l’occasion, les 27 mars et 24 avril, puis Louis-Adrien Plainpel, enfin le procureur syndic le 5 mai 175253.

  • 54 AMLH, FA EE 28.
  • 55 AMLH, FA DD 64, no 100, 23 novembre 1752.

47L’affaire est emportée par Jean-André Fromageau, entrepreneur-architecte de Rouen, cautionné par Louis Gallot, expert juré de Saint-Martin de Boscherville, pour 69 000 livres, somme proche de celle donnée par Virieu de Beauvoir. Auparavant, il faudra cependant démolir le petit corps de garde du Perrey et le reconstruire. Fromageau se charge de tout, les plans lui étant donnés par Nicolas Vernisse qui assure aussi la surveillance54. Le corps de garde achevé en deux mois, dès octobre 1752, témoigne du souci de l’indispensable sécurité de la ville. Mais les dépenses vont augmentant. Ce n’est encore qu’un début et l’intendant La Bourdonnaye, qui suit les travaux de très près, s’en explique avec Le Carpentier, qui, habitué maintenant à une certaine notoriété, se refuse à réutiliser les anciens matériaux, même pour les fondations qui donnent bien du souci car le terrain est trop abrupt et peu stable. De plus, la cour étant située exactement à l’aplomb des tuyaux des fontaines qui viennent de Sainte-Adresse et approvisionnent tout le quartier, il faut en modifier le parcours55.

Figure 4 – Hôtel du lieutenant du roi, « Élévation du côté de la mer. Donné par nous architecte Le Carpentier » (AMLH, FA DD 62).

Figure 5 – Hôtel du lieutenant du roi, « Élévation du côté de l’entrée. Donné par nous architecte Le Carpentier » (AMLH, FA DD 62).

48Les travaux commencent « dans le courant de 1751 », jusqu’à ce qu’on se rende à l’évidence : une augmentation du budget est indispensable. Vernisse veut donner sa démission, Le Carpentier lui-même le 20 août 1752, qui convient des surplus, apporte des modifications en fonction des contingences, propose de nouveaux plans en réponse aux observations qui lui ont été faites, et approuve l’entrepreneur qui demande un inspecteur des travaux. Il s’étonne d’ailleurs « que cela soit encore à faire, puisqu’il avait été convenu que ce serait le Sieur Vernisse », auquel il renouvelle sa confiance, affirmant que « Monsieur l’Intendant doit nommer d’autorité la personne du Sieur Vernisse et, au cas de refus, [...] il aurait la bonté de choisir à Rouen quelque sujet capable à cet effet, l’ouvrage ne paraissant pas assez considérable ni assez de durée pour envoyer de Paris quelqu’un avec des appointements aux frais de la ville ».

49Les difficultés persistant, le 8 mars 1753, Vernisse et Fromageau rédigent d’un commun accord un long État des ouvrages d’augmentations faites et à faire au Bâtiment que l’on construit au Havre pour servir de logement à M. le Lieutenant du Roi en la dite ville, occasionnés par la mauvaise qualité du terrain, agrandissement d'icelui, et pour plus de commodité ; le tout non compris au devis dressé par le sieur Le Carpentier architecte, sur ordonnance de La Bourdonnaye, qui commente sévèrement les dépenses. Les cinq articles sur les « augmentations occasionnées par la mauvaise qualité du terrain », les « augmentations occasionnées par la conduite générale des fontaines de la ville qui passent au travers du bâtiment, ce qui a obligé de changer une partie des caves », les « augmentations occasionnées par l’agrandissement du terrain », les « ouvrages pour plus de solidité », « les augmentations pour plus de commodités » sont déjà inquiétantes.

Figure 6 – Hôtel du lieutenant du roi, dessin de la rampe. « Accepté le présent dessin à condition qu’à tous les panneaux on changera le milieu dont le premier sera ainsi avec le dit trophée, le second les armes du roi, le 3e celles de la ville, le palier avec les miennes et ainsi tout les renouvellera jusqu’au 2nd étage de la même façon. À Rouen le 15 décembre 1752, Virieu de Beauvoir » (AMLH, FA DD 62).

  • 56 Rapport de Fromageau du 22 mars 1753, AMLH, FA DD 61.

50Lorsque deux mois plus tard, en mai 1753, l’entrepreneur rédige un nouvel État des ouvrages d'augmentation faits ou à faire, auquel il ajoute, en plus, des augmentations supplémentaires de gros œuvre « à cause des coups de vent de mer », on peut légitimement s’inquiéter sur la réalisation de cet ambitieux projet. Car, de plus, alors qu’il a promis des économies, « Monsieur le Lieutenant du roi, pour plus de commodité » demande « des conduites en plomb, fourneau et cuvette pour une salle de bains ; lieux à l’anglaise, en plus d’une augmentation d’un étage ; un escalier de fond en comble » et, pour le grand escalier, « deux étages garnis de rampe de fer suivant le dessin approuvé [...] au lieu d’un étage » (fig. 6). Sans oublier plusieurs ajustements comme « chambranles de marbre, menuiserie, sculpture, peinture de tableaux et d’impression56 ». Malgré ses belles promesses d’économie, Virieu de Beauvoir s’est laissé gagner par la notoriété que donne une belle résidence, a demandé des augmentations de travaux (par exemple les remises pour les carrosses) évoquées régulièrement, comme la salle de bains « située au droit de la descente de cave », et les « anglaises », nouveautés en général ignorées au Havre.

  • 57 Louis-Marie Michon, « Le château de Courteilles », Bulletin de la société de l’histoire de l’art fr (...)

51Finalement, devant l’ampleur des dépenses, les échevins demandent à Le Carpentier, certainement fort occupé, entre autres, à édifier le château de M. de Courteilles, intendant des finances, près de Verneuil-sur-Avre, de bien vouloir vérifier les travaux57. Comme il ne se dérange pas, La Bourdonnaye, dont les différents courriers montrent une certaine exaspération, prend l’importante décision de « commettre » Pierre-Alexandre Dubois, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, « pour procéder à la visite et réception des ouvrages ». Aussitôt Dubois, après avoir salué la qualité des travaux de Fromageau, vérifiés « dans le plus grand détail », énumère les nombreuses difficultés rencontrées : murs à détruire et reconstruire, agrandissement du terrain, élargissement des planchers, aménagements pour les conduites des fontaines qui ont obligé à changer la disposition des caves et constate que le budget initial de 69 000 livres a été très largement dépassé de plus de 26 000 livres pour le gros œuvre. État de choses confirmé le 16 octobre 1754 par une supplique de Vernisse, qui tient un rôle non négligeable et fort difficile depuis 1751 et aimerait bien toucher quelque salaire :

  • 58 AMLH, FA DD 61, no 105.

[Il m’a fallu] lever les plans, profils et élévations, [...] tant pour être présentés au ministre à cause des difficultés qui se rencontraient par rapport aux ouvrages des fortifications, que pour mettre le Sieur Le Carpentier en état de rendre les plans qu'il a dressés, [...] chargé de donner aux différents ouvriers chacun dans leur partie des dessins particuliers58.

52À partir de septembre 1754 donc, les devis, puis la surveillance des travaux, seront repris en main ferme par Dubois dont on notera l’efficacité. Il fait rapidement dresser un état des lieux, « en maçonnerie, charpente, plombs, menuiserie, serrurerie ». Il organise une nouvelle adjudication, le 31 octobre 1755, soutenu par le nouvel intendant Antoine-Joseph Feydeau de Brou qui a succédé à La Bourdonnaye, texte précis qui permet de retrouver, tant soit peu, le décor de ce vaste édifice qui sera sacrifié à la modernité du XIXe siècle.

53La première description se trouve dans le terrier de la ville élaboré dans les années 1760 :

  • 59 AMLH, FA CC 45, terrier du Havre, rôle des déclarations des propriétés 1759-1762 ; en exécution de (...)

No 1 : Hôtel du Lieutenant du Roi ; Paroisse Notre-Dame Rue des Écuries ; Côté à l’ouest de la dite rue allant du sud au nord.
Les dits Maire et Échevins au nom de la dite communauté, une place, fonds de terre, contenant à l’est douze toises quatre pieds six pouces de long ; à l’ouest douze toises trois pieds six pouces, au nord onze toises trois pieds neuf pouces ; bornée d’un côté à l’est le pavé de la rue, d’autre côté à l’ouest les fossés et remparts de la ville, d’un bout au nord la corderie du Roi et d’autre bout au sud la porte de la ville dite du Perrey, sur lequel terrain situé rue des Écuries paroisse Notre Dame, est construit l'hôtel servant de logement à Monsieur le Lieutenant du Roi appartenant à la communauté de temps immémorial ce que les Maire Échevins affirment véritable et ont signé après lecture faite59.

54D’une ampleur considérable – des façades de plus de 20 mètres –, il tranche totalement, non seulement sur les maisons voisines, mais aussi sur les autres « grandes maisons à porte cochère », hôtels de négociants et bâtiments publics de toute la ville. Mais, bien que construit sur une vaste parcelle, il est absolument enclavé le long de l’étroite rue de la corderie sur laquelle donne le portail d’entrée, coincé au sud par la porte du Perrey, au nord par les habitations construites à l’abri du rempart et par la corderie. Par contre, sa façade ouest ouvre largement sur la mer, idée intéressante, mais témoignage de l’ignorance par l’architecte des colères marines et des difficultés avec les Anglais. Les photos anciennes et les dessins permettent de se rendre compte que ce devait être une cible évidente pour les vaisseaux ennemis.

55Un ensemble de dix-neuf dessins signés de Le Carpentier, élévations, plans des étages et dessins des intérieurs, conservés dans les fonds des archives municipales du Havre, hélas non datés, permettent de reconstituer le projet dans son ensemble.

  • 60 Charles-Théodore Vesque, L’Ancien hôtel de ville du Havre, Le Havre, Mignot, 1865 ; Nestor Le Grix (...)

56La façade du côté de l’est, sur la rue, est relativement connue : elle a été dessinée plusieurs fois dans différents articles ou livrets du XIXe siècle60 (fig. 7). Il s’agissait d’un hôtel « en U » dont les deux pavillons en retour autour de la cour encadraient le portail placé au centre d’un mur en demi-cercle, surmonté des armes de la ville, dont les piliers portaient deux magnifiques casques emplumés (fig. 8). La symétrie et l’ordre régnaient, pour ne pas dire l’austérité. À l’étage noble, les hautes fenêtres cintrées ouvraient sur des balcons de ferronnerie. On les retrouve, identiques, autour de la cour. Du côté de la mer, face à l’ouest, la façade dont la partie centrale en légère avancée surmontée d’une lucarne, était bien haute sur la muraille. Deux autres coupes et élévations permettent de voir quelques aménagements intérieurs et surtout la façade du fond de la cour.

57Les plans des souterrains, où passaient les conduites d’eau, ceux des caves, du rez-de-chaussée et des deux étages ont été conservés. Le rez-de-chaussée comprenait les pièces de service, laverie, garde-manger et une grande cuisine du côté de la mer, tandis que, dans les ailes, la vaste salle du commun, centrale, la buanderie, puis les remises et écuries ouvraient côté cour. Le grand escalier montait dans l’aile nord, l’escalier de service se trouvait au sud. Au premier étage, étage noble destiné aux réceptions, de vastes pièces, distribuées de chaque côté du cabinet d’assemblée central, ouvraient largement à la fois sur la cour et sur la mer par de hautes fenêtres. Par le grand escalier, on y accédait en traversant deux antichambres, la première, ovale, la seconde, rectangulaire pourvue de vasques dans les angles, occupait tout l’angle et servait de salle à manger. De là, un escalier, que l’on voit bien aussi sur « l’élévation du côté de la mer », permettait de descendre sur la grève. L’aile sud à cet étage était entièrement occupée par un appartement confortable, celui du Lieutenant du roi, auquel on pouvait accéder aussi par l’escalier de service. Il comprenait une grande chambre, avec cabinet attenant, antichambre, garde-robe, lieux à l’anglaise, arrière-cabinet, toutes pièces disposées en enfilade : des passages permettaient de passer de l’une à l’autre. Le second étage était desservi par un corridor le long de la façade sur cour, innovation remarquable pour l’époque où l’on conservait encore les enfilades de pièces. Cela permettait d’éclairer les pièces des ailes sinon totalement obscures. Il présentait une organisation différente : pour y parvenir, le grand escalier de l’aile droite se continuait par un autre, plus modeste vers la lingerie et les chambres de domestiques de l’aile nord. La partie sur la façade (avec vue sur la mer) était réservée aux chambres d’invités. Entre les étages était prévu un entresol.

Figure 7 – « L’ancien hôtel de ville et la porte du Perrey », dessin de Lancelot d’après un daguerréotype (reproduit dans Charles-Théodore Vesque, L’Ancien hôtel de ville du Havre, Mignot, 1865).

Figure 8 – Hôtel du lieutenant du roi. Dessin du sommet du portail d’entrée (AMLH, FA DD 62).

58L’étude des devis et des dessins de Le Carpentier, puis le dépouillement des descriptions postérieures, permettent de se faire une idée du décor intérieur.

59Il existe quatre développements des trois pièces de l’étage noble donnant sur la façade ouest. Dans le cabinet d’assemblée, dont l’architecte explique que l’autre face était identique, la cheminée centrale était encadrée par les portes symétriques, suivie de trois croisées cintrées à petits carreaux donnant sur la cour. Les lambris sans sculptures sont seulement légèrement cintrés ; les portes devaient être surmontées de scènes galantes, car on peut distinguer la silhouette d’une femme allongée, mais on ignore le nom du peintre. Le second développement, celui de l’antichambre servant de salle à manger, aménagée dans l’angle nord, comporte des lambris de même style, mais plus austères et les dessus de portes semblent avoir été décorés de scènes de chasse. L’élévation pour la chambre à coucher révèle une pièce aux armoires nombreuses. Cette impression du goût pour le rangement (militaire ?) est accentuée par la deuxième élévation de la pièce où se trouvent de nombreux placards de rangement.

60Les coloris de cet ensemble sont à peine évoqués : la tapisserie de la chambre devait être rouge, et, lors d’un devis, on parle une fois des « doubles portes matelassées en toile verte de l’antichambre », puis, une autre fois de « différentes couleurs » dont la peinture grise des pièces de l’attique. Les lambris, qui devaient tout d’abord être en « impression ordinaire », seront finalement réalisées « en différentes couleurs avec vernis fin et rechampi » et les panneaux peints des dessus-de-porte du grand salon, ainsi que pour le plafond remplacés par des bas-reliefs.

61Quelques éléments, les plus coûteux, sont connus : dans le grand salon se trouvait une belle cheminée « avec pilastres en marbre d’Alep cintrés et chambranle en marbre de Flandres » qui est revenue à six cents livres. Les « deux cuvettes de marbre blanc veiné d’Italie pour placer dans la niche de la salle à manger » ont coûté 1 119 livres. Quant à la rampe du grand escalier de 11 toises de long, dont Virieu de Beauvoir approuve le dessin de la belle ferronnerie, « à condition que tous les panneaux on changera le milieu dont le premier sera ainsi avec le dit trophée, le deuxième les armes du roi, le troisième celles de la ville, le palier avec les miennes, et ainsi tout se renouvellera jusqu’au deuxième étage de la même façon », elle est particulièrement luxueuse.

  • 61 AMLH, FA CC 218.

62Tout cela, en supplément des « menus ouvrages de serrurerie », et du prix des trumeaux de glaces (que Virieu de Beauvoir semble apprécier particulièrement) fait encore monter de 18 000 livres le devis supplémentaire de Dubois, dressé le 31 octobre 1755, bien loin des économies recommandées au départ ! A la lecture de l’état des sommes payées sur le doublement des octrois, de 1715 à 1759, on peut comprendre que le coût total est monté jusqu’à 111 461 livres, en 1753, soit pratiquement le double de la somme prévue au départ61.

63Tel est donc l’hôtel que Mathieu Le Carpentier avait décidé d’élever pour M. de Beauvoir : une grande maison, dans laquelle on peut vivre confortablement, maison de prestige, certes, mais qui reste à taille humaine. Lorsque le lieutenant du roi se marie en 1770, Anne-Marie-Antoinette de Fagan, son épouse, trouve la maison « belle, richement meublée, bien au-dessus de ce que je comptais », elle en est ravie car elle « n’aura d’autre mérite que celui de l’entretenir telle qu’elle est ».

  • 62 Olivier Chaline (dir.), Les Hôtels particuliers de Rouen, Rouen, Société des amis des monuments rou (...)

64Édifice totalement novateur pour Le Havre, il tranche avec les vastes habitations des négociants, donnant en général sur deux rues, la première, résidentielle, dans laquelle s’ouvre un porche sous voûte qui permet de passer vers la cour centrale (où se trouvent des entrepôts), d’où l’on sort vers la deuxième rue. L’architecte aurait aussi bien pu l’édifier dans sa ville natale, Rouen. Pour Rouen précisément, Olivier Chaline évoque l’évolution de ce modèle « à la parisienne », parle d’hôtel « du Faubourg Saint-Germain » (un corps de logis en fond de cour et deux ailes à droite et à gauche) importé par l’ingénieur Jean-Jacques Martinet au début du XVIIIe siècle pour la belle résidence du premier président du parlement62. C’est le parti adopté au Havre, où la cour est encadrée par deux ailes symétriques et la façade ouverte sur une terrasse donnant sur la mer qui tient lieu de jardin. Mais où il est resté dans la simplicité ; nul fronton ni frontispice, aucune sculpture, pas de pilastres ni de colonnes.

65L’abbé Pleuvri ne s’y est pas trompé lorsqu’il écrit :

  • 63 J.-O. Pleuvri, Histoire, op. cit., p. 220.

La maison du Gouverneur ou si l’on veut du commandant, est située dans la gorge du bastion de St André en belle vue. Elle est bâtie comme un des beaux hôtels qu’on voit à Paris, avec des cours à l’emplacement le long de la muraille63.

66Et Marie Le Masson Le Golft, dont les comptes rendus comportent toujours un jugement de valeur, ajoute :

  • 64 BMR, ms. Y 45, p. 254.

L’hôtel du Lieutenant du roi placé sur le mur joignant la porte du Perré au bastion de St André appartient à la ville, il fut construit à ses frais en 1752. Cet hôtel est assez beau ; le salon quatorze pieds de haut et vingt-six en carré ; il y a une fontaine dans la cour ; la porte est de bonne architecture, on remarque dessus les armes de la ville avec des casques64.

  • 65 Hervé Chabannes, Les Manuscrits retrouvés de Jacques-Augustin Gaillard, une histoire du Havre et de (...)

67Jacques-Augustin Gaillard, écrivain de la Marine, historien du Havre, accompagne son manuscrit, récemment retrouvé, de dessins intéressants parmi lesquels se trouve celui de l’hôtel du Lieutenant du roi « édifié en 1752 », date approximative, car le texte et les dessins datent du début du XIXe siècle65.

  • 66 AMLH, FRM1 : « Elle est occupée présentement par la municipalité en vertu d’une délibération de la (...)

68Réquisitionné en janvier 1792 par accueillir la nouvelle municipalité, l’hôtel du Lieutenant du roi est transformé en hôtel de ville au prix de quelques aménagements66. C’était chose tentante, le vieux « Logis du roi » étant devenu nettement insuffisant. Mais ce sera chose difficile puisque les autorités militaires, dès cette époque, commencent à en revendiquer la propriété avec la plus grande énergie, surtout à partir de 1814-1818. Le lieutenant du roi n’était-il pas le représentant des armées ?

Figure 9 – Hôtel du lieutenant du roi, étage consacré aux services de la mairie avec le bureau du maire, la salle du conseil municipal au centre, et la 2e antichambre transformée en bureau des adjoints, par Brunet-Debaines, 2 mai 1853 (AMLH, FM M1 4, liasse 7).

69Un inventaire est dressé :

  • 67 AMLH, FM M1 1, liasse 8.

Génie, Place du Havre : Registre des déclarations des propriétaires et des décisions du ministre de la Guerre en ce qui concerne l'ancienneté des bâtisses. Numéro d’ordre : 6 rue de la corderie, Hôtel de ville ; établissement composé d’un corps principal faisant face à l’ouest et deux ailes nord et sud ; deux corps en ailes semblables nord et sud. Mur de clôture est long 22,50 m ; large 10,50 m ; haut 12 m ; longueur des ailes 12 m ; large 6, 25 m ; haut 13 m ; le mur long 9, 80 m ; hauteur moyenne 4 m. Construit en 1752 ; Valeur 117 000F67.

70À partir de cette date, très régulièrement, la municipalité est obligée de préparer des dossiers bien complets, toujours contestés, et les documents abondent sur des séries de procès dans lesquels chacune des parties présente des argumentations fournies. Mais la pugnacité municipale paie et lui permet de rester propriétaire des lieux : elle a tout payé « de ses deniers », se déclare propriétaire « de toute éternité du terrain » et pourvoit à l’entretien : en 1818, elle charge Pierre-Louis Boucard, architecte de la ville, de prévoir des réparations urgentes mais minimes, dont subsiste seulement le dessin du portail d’entrée.

  • 68 AMLH, FM M1 1, liasse 7.

71Plus ambitieux sont les projets destinés à revoir totalement l’organisation générale de l’édifice. Par délibération municipale, en août 1838, il est envisagé « un bon plan d’agrandissement », afin de « convertir les bâtiments actuels en Palais pour un Prince et [de] construire un hôtel destiné à la Mairie avec ses bureaux et dépendances ». Le nouvel architecte de la ville, Jean-Marin Lemarcis présente rapidement son projet pour l’ensemble du quartier, ainsi que les plans du vaste bâtiment pour lequel il prévoit une aile symétrique au nord. Mais, quoique l’ensemble ait trouvé un accueil favorable parmi les élus, on recule devant la dépense, et il est abandonné en 1840, après de longues discussions. Treize ans plus tard, en 1851, les aménagements demandés au nouvel architecte de la ville, Charles-Fortuné Brunet-Debaines, afin de loger le plus possible de locaux administratifs semblent plus raisonnables, mais seront de même refusés68 (fig. 9).

72Car, en fait, à cette époque, la ville s’est considérablement étendue vers le nord. D’une part son centre vital s’est déplacé et l’hôtel de ville est bien trop excentré, d’autre part, de grands projets d’extension se préparent. Dès le 19 août 1853, à la suite des demandes de conseil municipal à Napoléon III, la démolition des fronts ouest et nord des fortifications est décidée.

Figure 10 – Affiche annonçant la démolition de l’hôtel du Lieutenant du roi, 1865 (AMLH, FM L2 15, liasse 2).

Figure 11 – Entrée de l’ancienne caserne des pompiers avec les casques de l’hôtel du Lieutenant du roi. Photographie (CHRH, fonds Soclet).

Figure 12 – Hôtel du lieutenant du roi avant sa démolition en 1865. Photographie de Warnod et Caccia (AMLH, 6 Fi 18 © AMLH).

73En décembre de la même année, l’assemblée municipale adopte à l’unanimité le devis de construction d’un nouvel hôtel de ville sur l’emplacement des anciennes fortifications au nord dont l’exécution est confiée à Brunet-Debaines. Le 8 février 1865, la création d’un nouveau quartier a été décidée sur le Perrey pour cause d’utilité publique, et l’édifice de Le Carpentier, devenue inutile, est sacrifié (fig. 10). Le cahier des charges est dressé par Platel, architecte de la ville, le 20 février 1865, et l’adjudication des matériaux, annoncée par le Journal du Havre du 6 mars 1865, revient aux entrepreneurs Leudet et Deménil, moyennant 8 000 francs.

74Le 17 avril, le même journal rappelle, avec une certaine nostalgie :

De chaque côté de la porte d’entrée de l'ancienne mairie, les pilastres étaient surmontés d’une pierre sculptée représentant deux casques de chevalier en ronde bosse se faisant face, pendant séparés l’un de l’autre par le sujet principal, placé en fronton au-dessus de la porte même et figurant les armes de la ville. Sur la demande du commandant des sapeurs-pompiers, M. Leudet, adjudicataire des travaux de démolition de l’ancien édifice s’est empressé de mettre à sa disposition les deux casques qui ont été enlevé cet après-midi et qui vont être placés rue Caroline au-dessus de l’entrée de la caserne des pompiers [fig. 11],

75On ne sait malheureusement pas ce que sont devenus les décors, lambris, vasques et cheminées, certainement rachetés par des particuliers, mais les deux casques ornent actuellement l’entrée de la caserne reconstruite après les bombardements de 1944.

76Les quelques photos et dessins de la façade ouest, près de la petite porte à bossage du Perrey qui date du XVIe siècle, correspondent bien au dessin de Le Carpentier et l’impression de massivité du bâtiment est sensible. Les façades est et ouest y sont inchangées, par contre, celle du sud est complètement transformée, de nombreuses fenêtres ayant été ouvertes dans ce pignon à une date inconnue (fig. 12).

1756-1759 : la reconstruction de la Romaine, symbole de la vitalité du commerce

77À la même époque, les fermiers généraux s’avisent que s’impose la reconstruction, en gardant le même emplacement, du vétuste « Bureau des Fermes » ou « Romaine », du nom de la balance qui sert à peser les marchandises, situé à l’angle ouest du grand quai et du bassin du roi. Cet édifice est indispensable à un port : c’est là que les marchandises, arrivées sur le quai, pratiquement devant lui, sont inventoriées, pesées et que les droits de douane sont perçus. Les espérances commerciales du Havre justifient cette construction.

  • 69 AMLH, FA EE 30.

78La romaine, dont la propriété dépend de la Ferme générale, ne fait pas partie des édifices à reconstruire par la municipalité mentionnés dans l’acte royal de 1751. Il semble certain cependant qu’on ait pensé à des expropriations à partir d’octobre 1752, à l’époque des projets pour l’hôtel du Lieutenant du roi, puisque le sieur Gigault, apothicaire, propriétaire de la maison de l’angle du quai, dont il vient d’hériter, demande une somme coquette pour céder son bien. Les courriers à ce propos ne sont que l’amorce des divers conflits qui vont durer plus de quatre ans et retarder la construction à cause d’un corps de garde qui se trouve là « dans les intérêts du roi » depuis la fondation de la ville et dont elle est propriétaire depuis un temps immémorial. La municipalité ne s’oppose pas, certes, à la reconstruction du bâtiment, elle a même demandé à Pierre-Alexandre Dubois de s’occuper des expropriations et de lui proposer des devis, déjà envoyés à La Bourdonnaye, mais elle tient à ce que ce corps de garde subsiste là, surtout pas dix mètres plus loin, et soutient que cette histoire ne regarde qu’elle, accusant les Fermiers généraux d’outrepasser leurs droits. « D’ailleurs », insiste-t-elle, ce corps de garde « dans sa situation actuelle fait la sûreté des droits de MM. les Fermiers généraux, et loin de leur causer des inconvénients comme ils veulent le faire entendre à l’occasion du feu ou autrement, il ne peut que leur en servir de préservatif et de sûreté pour la perception de leurs droits69 ».

Figure 13 – La romaine du Havre, « Plan du rez-de-chaussée », 1759 (plans de l'emplacement de la romaine du Havre et des bâtiments dépendant de la Ferme générale, AN, cartes et plans, NIII, Seine-Maritime 22).

79Pendant quatre ans, de 1752 à 1756, d’abondants courriers croisés seront échangés sur ce sujet entre les personnalités concernées : Trudaine, alors au contrôle des finances, Thomas Du Trou de Villetang, ingénieur en chef des fortifications, Antoine-René de Voyer d’Argenson, secrétaire d’État de la Guerre, Edme-Joseph Roslin, fermier général, le duc de Saint-Aignan, gouverneur de la ville, Virieu de Beauvoir, lieutenant du roi, la municipalité tenace et les différents propriétaires. Jusqu’à ce que d’Argenson décide, le 31 mai 1755, de ne rien accorder aux fermiers généraux. Mais toutes les chicanes à propos de la propriété des terrains et des autorités concurrentes durent jusqu’en 1781, alors que la romaine est bâtie depuis vingt-cinq ans. À cette date, le corps de garde sur le quai, qui gênerait les charges et décharges des marchandises, estime le duc de Penthièvre, est transféré un peu plus loin dans une maison particulière.

  • 70 AN, Série E 2357, cartes et plans III, Seine-Maritime, 71.

80Le 6 janvier 1756, cependant, sur le rapport de Jean Moreau de Séchelles, contrôleur général des Finances, « le roi étant informé de l’état de dépérissement de la Romaine du Havre » décide, par arrêt du Conseil, de sa reconstruction par le « Sieur Carpentier », sur des terrains ou maisons que doivent céder impérativement « les sieurs Mouchel, Bailleul, Houssaye et Bastille ». Il est à remarquer que, quatre jours plus tard, le Conseil décide, les 10 janvier 1756, de la construction de l’hôtel de ville de Rouen de même par Le Carpentier, puis, le 20 janvier des réparations à la romaine de Rouen70.

81La parcelle sur laquelle est prévue la romaine du Havre est importante, mais irrégulière, car les fermiers généraux n’arrivent pas, pour des raisons qui demeurent inconnues, à acquérir la partie nord-ouest. La légende des plans de 1756, joints au texte de l’arrêt, qui comporte une esquisse au sol du bâtiment, le mentionne discrètement, ainsi que le devis : « Deux portions de terrain auxquelles on ne touche point » (fig. 13).

82La première adjudication a lieu le 7 mars 1757, sous le contrôle du nouvel intendant de la généralité Antoine-Paul-Joseph Feydeau de Brou, puis, de nouveau, le 11 mars 1757. Mais, de plus en plus sollicité par ses commanditaires, la plupart fermiers généraux et autres gens de finances, Le Carpentier ne peut assurer lui-même la surveillance des travaux et fait appel à son ami Joseph-Abel Couture, architecte rouennais comme lui. Dans son autobiographie, adressée à l’École royale d’architecture, ce dernier rappelle qu’il a été « premier élève de feu M. Le Carpentier depuis 1746 », qu’il a travaillé avec lui tant à Rouen qu’à Paris et a été chargé « de l’agrément du Conseil, de la conduite du Bâtiment neuf de la Romaine du Havre dont il fit le plan et détails sous les yeux de cet architecte et comme contrôleur de la dite besogne ».

Figure 14 – La romaine du Havre, « Façade sur le quai qui conduit au bassin », 1756 (plans du bâtiment à construire, AN, cartes et plans, NIII, Seine-Maritime, 717, provenance E 2357).

  • 71 ENPC, ms. 2867.

83Il est bien dommage que, contrairement à l’hôtel du Lieutenant du roi, nous ne connaissions pratiquement rien des courriers échangés. Seule subsiste une lettre de Perronet à Trudaine du 20 décembre 1756, dans laquelle il demande une gratification pour l’ingénieur Lefèvre « pour quinze jours de temps qu’il a employé à copier des plans, élévations et devis de la Romaine du Havre chez M. Drouin premier commis du roi à Versailles pour Messieurs les Fermiers généraux71 ». On sait toutefois que Couture était présent au Havre en juillet 1759, car, « s’étant acquis l’amitié de M. de Berville Lieutenant général, Commandant des côtes de la Normandie lors du bombardement de cette ville, il eut l’honneur de lui présenter une vue du bombardement qu’il dessina sur le lieu pendant l’action ».

84Sur une parcelle vaste (environ deux cent cinquante toises de superficie, affirme le devis), mais ingrate, à l’angle du « Grand Quai » entre la rue de la Gaffe et le petit quai Notre-Dame, la romaine, se présentait comme un édifice considérable, original et équilibré. Construite pour servir de lieu de passage de marchandises, elle était bien close par deux portails solides sur les deux façades latérales qui ouvraient sur une vaste cour ovale permettant de stocker les marchandises qui devaient entrer par le « petit quai » et ressortir par la rue de la Gaffe (fig. 14). Cette situation privilégiée, tout à fait remarquable, exactement à l’entrée du Bassin du roi, est évoquée par le terrier du Havre de 1759-1762 :

  • 72 AMLH, FA CC 45, no 564.

Maison La Romaine, appartenante au Roi, contenant au sud dix-huit toises un pouce borné par le pavé du grand quay ; à l’est quatorze toises quatre pieds bornée par le pavé de la rue du petit quai [...], à l’ouest dix toises et cinq pieds et demi bornés par le pavé de la rue Françoise72...

85Marie Le Masson Le Golft la décrit sommairement en 1778 :

  • 73 BMR, ms. Y 45, p. 309.

Ce grand bâtiment avec une belle cour ovale n’a, au-dessus du rez-de-chaussée où sont les bureaux et les magasins, qu’un étage ; l’expression en est assez bonne, il n’y a ni fontaine, ni citerne, mais l’eau des toits est reçue dans un réservoir au-dessus de l’étage, d’où elle est distribuée par quelques tuyaux de plomb qui ont leurs robinets73.

  • 74 AMLH, FM O1 4 ; D 212, D 234.

86Le recensement des monuments publics de l’an II l’oublie, mais celui des propriétés de la ville en 1809 donne précisément ses dimensions : 35,35 mètres le long du Grand Quai ; 21,53 mètres sur la rue de la Gaffe et 26,53 mètres sur le quai Notre-Dame74.

  • 75 Institut de France, mss. 1037-1043.

87Si les échanges de courriers à propos sur la construction manquent, le devis, précis, ainsi que les nombreux dessins, permettent de connaître l’édifice. Deux ensembles sont conservés aux Archives nationales à Paris, le premier daté de 1756, le second de 1759, en plus de deux élévations aux archives municipales du Havre (fig. 15). Trois autres dessins, de 1757, sont conservés à la bibliothèque de l’Institut de France dans la collection Robert de Cotte75. L’étude de ces documents (il est possible que les premiers dessins soient de Couture, et les seconds ceux recopiés par l’ingénieur des ponts et chaussées Lefebvre) permettent de connaître ce bâtiment fonctionnel, très bien conçu, en fonction des obligations de service et du logement des fonctionnaires, très bien éclairé par de nombreuses fenêtres. Il permettait une organisation rationnelle du travail, tant pour l’accueil des marchandises que pour le travail des administrations très proches les unes des autres (fig. 16).

88L’architecte a utilisé les matériaux habituels au Havre : six assises de chacune un pied de hauteur de pierre dure de Caumont pour le soubassement, ainsi que pour les « saillies, frontons, corniches, plinthes, bandeaux de croisées, bossages et pilastres de refends », mais des briques pour les murs.

89Le rez-de-chaussée, élevé sur caves, était dévolu aux transactions commerciales. Dans la partie nord, se trouvait la romaine – balance à long fléau – à droite de l’entrée, sur le petit quai vis-à-vis du magasin de la visite. Il comprenait aussi deux vastes magasins, l’un dans l’angle ouest, l’autre dans la parcelle biscornue. Au sud, les bureaux étaient répartis le long de la façade, éclairée par les hautes ouvertures, de chaque côté d’un long corridor qui donnait sur deux escaliers. Certains donnaient sur la cour – celui du contrôleur aux entrées qui doit avoir l’œil sur le passage, celui des déclarations et celui des cautions–, tandis que ceux du receveur, du contrôleur et de l’administration de la juridiction, donnaient sur le quai. Le corps de garde dans l’angle sud-est, pourvu d’un bureau des officiers, a très nettement obligé à scinder un magasin. À l’entresol se trouvaient encore des magasins, le logement du capitaine des gardes (en façade), ainsi que les pièces de service, cuisines, salles à manger, et quelques cabinets.

  • 76 Annales, p. [54]. Voir A. Lemonnier-Mercier, « La Fayette, Le Havre et les Amériques », Cahiers hav (...)

90Les personnalités de la Ferme étaient fort bien logées dans quatre appartements de fonction (fig. 17). Au premier étage, M. de Gondreville, receveur jusqu’en 1777, bénéficiait ainsi d’un très spacieux logement (antichambre et cabinet, vaste salle dans l’angle, vaste chambre avec entrée séparée, autre antichambre et cabinet), auquel il pouvait accéder par son escalier privé. Le reste de l’étage était occupé par des logements plus modestes ouvrant sur un couloir en haut du deuxième escalier et hiérarchiquement répartis. « M. Bourdon, premier visiteur » était installé dans un appartement de cinq pièces (E), « M. Virieu, contrôleur aux entrepôts » ne disposait que de quatre pièces (D) et « M. Conttendeau 3e visiteur », n’en avait plus que trois (C). Au-dessus du magasin nord, trois chambres étaient destinées au capitaine des gardes. À l’étage des greniers, où l’on avait aussi prévu un logement de secours, chacun possédait un local à son nom. C’est dans ces lieux que le jeune La Fayette, bien décidé à repartir pour l’Amérique septentrionale, logera chez son ami Philippe-François Cadran, receveur des Fermes royales en juillet 177976.

91Jacques-Augustin Gaillard qui, vers 1820, dessine la romaine en perspective depuis « la pointe » du quai pour illustrer ses Manuscrits, nous en montre deux façades et n’oublie pas de nommer l’architecte :

  • 77 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. [66].

La Romaine, qui porte aujourd’hui le nom de douane royale, fut construite par Mathieu Le Carpentier architecte de Rouen en 1754. Ce beau bâtiment fut élevé sur le port à l’endroit nommé la Pointe de façon qu’il a deux façades qui donnent chacune sur le quai77.

Figure 15 – La romaine du Havre, « Façade sur le grand quai », 1756 (plans de l’emplacement de la romaine du Havre et des bâtiments dépendant de la Ferme générale, AN, cartes et plans, N III, Seine-Maritime 718, provenance E 2357).Image 1000000000000311000001EF4793A5E3.jpg

Figure 16 – La romaine du Havre, « Coupe et élévation d'un des côtés de la cour sur la ligne AB », 1756 (plans du bâtiment à construire pour la romaine du Havre, AN, cartes et plans, N III, Seine-Maritime 716, provenance E 2357).

Figure 17 – La romaine du Havre, « Plan du premier étage », 1759 (plans de l’emplacement de la romaine du Havre et des bâtiments dépendant de la ferme générale, AN, cartes et plans, NIII, Seine-Maritime 25).

92Son dessin, qui ne comporte pas de pilastres sur la façade, peut être confronté avec la description du devis :

  • 78 AMLH, FA DD 76.

Les deux encoignures de la façade sur le grand quai seront ornées de pilastres qui monteront de fond ; la partie du milieu de la dite façade sera en saillie dans la longueur de trois croisées et sera ornée de trois arcades au rez-de-chaussée avec trois croisées au-dessus ; le tout renfermé par deux pilastres qui monteront de fond et porteront un fronton qui sera fait dans toute la longueur du dit avant-corps, dans le tympan duquel fronton sera faite la sculpture des armes du Roi accompagnée des attributs convenables ; le dit avant-corps sera observé dans le comble jusqu’au faîte et orné de deux épis en plomb78

93Effectivement, la façade de prestige, qui s’élevait sur le « Grand quai », regardant la mer, comportait une légère saillie surmontée d’un fronton aux armes du roi, afin de bien caractériser ce bâtiment officiel et symbolique de la réussite commerciale (fig. 18).

  • 79 « Rouen et sa façade », dans Jacques V Gabriel et les architectes de la façade atlantique, op. cit.(...)

94Jörg Garms évoque les embellissements de Rouen et, sur « un morceau de quai entre le Grand-Pont et le pont aux bateaux », « l’édification d’une Romaine, demandée par les fermiers généraux dès 1699, réalisée en 1722 par l’agence Robert de Cotte, entre la porte de la Vicomté et la porte Saint-Éloy ». Il insiste sur « la grande sobriété et la simplicité » de l’édifice, que seuls les avant-corps à pilastres différencient d’un hôtel particulier, et propose de la comparer à celle du Havre dont l’organisation pratique, bien améliorée, « témoigne des progrès dans la caractérisation typologique79 ». Cette comparaison, favorable à la romaine du Havre, permet aussi de noter les positions respectives des deux établissements représentant le pouvoir financier, dans ces villes toutes deux commerçantes. À Rouen, ils étaient rassemblés en un même lieu, sur le front de Seine, tandis qu’au Havre, ils se trouveront, quelques années plus tard, l’un, la romaine, à l’extrémité est du Grand Quai, l’autre, la Bourse, construit plus tardivement (1786) à l’entrée ouest du port, encadrant, symboliquement, la longue enfilade des maisons de négociants. Tous deux participent aux embellissements de la ville, le premier, œuvre de Mathieu Le Carpentier, illustre architecte, le second ouvrage modeste d’un inconnu, Pierre-Louis Boucard, qui, pendant quarante ans dirigera ensuite les travaux du Havre.

95On reconnaît toujours la romaine, bien qu’un auvent métallique la défigure, sur la très ancienne photo conservée par les musées historiques du Havre, à coup sûr antérieure à 1875, date à laquelle elle sera surélevée, devenant « La Grande Douane », beaucoup plus prestigieuse à des yeux du XIXe siècle (fig. 19). Charles Vesque n’hésite pas à affirmer dans son Histoire des rues du Havre en 1876 :

  • 80 C.-T. Vesque, Histoire des rues du Havre, Le Havre, Brenier, 1876, p. 190.

La douane, que l’abbé Pleuvry appelle un édifice de caractère noble et régulier a été bâtie en 1757 et ne mérite pas le pompeux éloge qu’en fait l’auteur du port du Havre. Depuis longtemps cet édifice est reconnu insuffisant pour les besoins du commerce. La loi du 4 janvier 1845 a autorisé l’expropriation de deux maisons contiguës80.

Figure 18 – La romaine du Havre, « Plan et élévation de la romaine du Havre sur le grand quai », 1759 (plans de l’emplacement de la romaine du Havre et des bâtiments dépendant de la ferme générale, AN, cartes et plans, N III, Seine-Maritime27).

  • 81 AMLH, FA DD 76.

96Ces travaux tant désirés attendront encore quelques années puisque c’est seulement le 10 novembre 1875 que Paul-Émile Bonnet, architecte à Paris, présente un devis d’agrandissement se montant à 299 857,74 francs, « y compris les imprévus ». Les dessins de ces travaux de surélévation-extension nous permettent de retrouver l’édifice de Le Carpentier et Couture, qui a été respecté. Le devis de Le Carpentier, du 22 février 1756, mentionnait très précisément : « Sera observée une porte cochère en arcade, avec vestibule, servant d’entrée d’un côté et sortiront de l’autre pour faciliter le service. Au droit du dit vestibule et passage, sera observée une arcade porte cochère à chaque mur de face des corps de logis, l’une donnant sur le quai et l’autre sur la rue de la Gaffe, lesquelles portes seront ornées de pilastres saillants, ainsi qu’il est marqué sur les plans et élévations ; les dits pilastres montant de fond recevront un couronnement en forme d’attique81. » Bonnet a conçu sa surélévation dans le même esprit : sur le quai Notre-Dame, de chaque côté du portail, les pilastres saillants s’élèvent maintenant sur trois étages et la façade à l’est est plus large, grâce à l’adjonction de deux travées supplémentaires qui correspondent certainement à l’achat, enfin, de parcelles indispensables à l’équilibre du bâtiment. Il a repris le nombre, l’alignement des ouvertures et leur hauteur, et gardé la belle corniche sur laquelle il a appuyé le troisième étage, couronné au sommet d’une balustrade scandée de pots à feu au-dessus des travées cachant partiellement le comble ; il a enfin ajouté des œils-de-bœuf au centre de chaque façade (fig. 20).

97Le dessin de l’élévation sur la cour, sur laquelle sont mentionnées les parties anciennes à conserver et les parties neuves, ressemble beaucoup aux documents de 1759. Elle permet de vérifier les hauteurs des étages autrefois mesurés en pieds : le bâtiment d’environ douze mètres de haut est ainsi exhaussé de cinq mètres ; son grand escalier est le symbole de la réussite du commerce havrais.

98Bon nombre de Havrais, qui ont vécu la seconde guerre mondiale, s’ils ignorent l’existence de la première romaine de Le Carpentier, se souviennent encore de la « Grande Douane » édifice d’ampleur qui marquait fortement tout l’angle du « Grand quai » et du bassin du roi, maintes fois photographiée, dessinée, peinte ou reproduite en maquettes (fig. 21 et 22). Une photo, prise après les bombardements de 1944, permet de juger que son état, qui, quoique précaire, aurait peut-être permis une restauration (fig. 23). Malheureusement, les impératifs de la reconstruction par l’architecte Auguste Perret et son équipe en ont décidé autrement. On ne peut que regretter la destruction de ce monument d’un intérêt incontestable, symbole de la vitalité du commerce de la ville et du port.

Figure 19 – Entrée du bassin du roi vers 1865. La romaine est à gauche. Photographie anonyme (musées historiques du Havre).

Figure 20 – « Façade sur le Grand Quai. Dessinée par nous Émile Bonnet le 5 juillet 1875 » (musées historiques du Havre).

Figure 21 – Grande douane. Photographie Raoul Lefaix, vers 1928 (CHRH).

Figure 22 – Maquette de la grande douane et de l’ensemble des maisons voisines sur le quai Notre-Dame (musées historiques du Flavre).

Figure 23 – La grande douane après les bombardements de 1945 (musées historiques du Havre).

Notes

1 Jean-Louis Harouel, L’Embellissement des villes. L’urbanisme français au XVIIIe siècle, Paris, Picard, 1993, p. 9.

2 AMLH, FA EE 65.

3 AMLH, FA BB 31, 9 décembre 1713.

4 AMLH, FA BB 32 et 33.

5 AMLH, FA BB 124.

6 AMLH, FA FF 29, 4 septembre 1719.

7 Jean-Aymar Piganiol de La Force, Nouveau voyage en France, nouv. éd., Paris, T. Legras, 1755, t. II, p. 346.

8 AMLH, FA DD 27.

9 AMLH, FA BB 37 en 1722, FF 43 en 1737-1738, FF 44 en 1741, FF 45 en 1742.

10 AMLH, FA FF 36.

11 Ibid.

12 AMLH, FA DD 30 : supplique en 1738 ; arrêt du conseil le 23 août 1738.

13 AMLH, FA BB 45.

14 AMLH, FA DD 32, le 23 juillet 1740.

15 AMLH, FA FF 43.

16 AMLH, FA BB 48.

17 J.-L. Harouel, L’Embellissement des villes, op. cit., p. 54-79.

18 Précis analytique des travaux de l’académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, 1744-1990, Luneray, 1994, p. 7 ; BMR, archives de l’académie, carton C 16.

19 AMLH, FA DD 37 à 42.

20 On peut noter cependant quelques précautions : en 1744, Jean-Frédéric Phélipeaux, comte de Maurepas, alors principal ministre de Louis XV, demande de rétablir les corps de garde en raison de la déclaration de guerre (AMLH, FA EE 31) et, en 1747, la municipalité parle de « la cessation du commerce avec l’Angleterre dont la conséquence est une augmentation de certains prix » (AMLH, FA FF 48).

21 Jean de Viguerie, Histoire et dictionnaire du temps des lumières (1715-1789), Paris, Laffont, « Bouquins », 1995, p. 179.

22 Michel Antoine, Louis XV, Paris, Hachette, 1989, p. 349-350.

23 Études et chronologies historiques pour un bicentenaire, conseil général des Ponts et Chaussées, 2005.

24 Arrêt du Conseil d’État du roi suivi de lettres patentes du 10 mars 1747, registrées par la cour des comptes le 27 mars 1747. Voir Antoine Picon, Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, Marseille, Parenthèses, 1988, p. 99, n. 17.

25 Anne Blanchard, Les Ingénieurs du roy de Louis XIV à Louis XVI. Étude du corps des fortifications, Montpellier, Blanchard, « Études militaires, 9 », 1968, p. 188.

26 SHD, Génie, 1 VH 871.

27 J. de Viguerie, Dictionnaire, op. cit., p. 179.

28 AMLH, FA BB 50, lettre patente du 23 avril 1748. Voir Pierre Derolin, « Un lieutenant du roi au Havre de Grâce : François-Xavier Virieu de Beauvoir », Recueil de l’association des amis du Vieux Havre, no 40, 1983, p. 1-14.

29 AMLH, FA AA 37 et BB 50.

30 AN, F1410 906 2 : registre des délibérations de 1773 à 1791. Les propositions et interventions de Dubois y sont particulièrement nombreuses. André Brunot et Roger Coquand, Le Corps des Ponts et Chaussées, Paris, CNRS, 1982.

31 A. Blanchard, Les Ingénieurs, op. cit.

32 « La ville et la guerre de Vauban à Napoléon Ier », dans Antoine Picon (dir.), La Ville et la guerre, Besançon, Éditions de l’imprimeur, 1996, p. 102.

33 AMLH, FA AA 28-31.

34 Relation de l’arrivée du roi au Havre et des fêtes qui s’y sont données à cette occasion, Rouen, Nicolas Besongne, 1749, p. 12.

35 AN, C7 232.

36 Alexis-Guislain Lemale et Charles-Gustave Roessler, Le Havre d’autrefois, reproductions d’anciens tableaux, dessins, gravures et Antiquités se rattachant à l’histoire de cette ville, Le Havre, 1883.

37 « Arrivée du roi au Havre de Grace dont les clefs sont présentées à Sa Majesté à son entrée par le duc de Saint Aignan son Gouverneur à la tête des magistrats le 19 septembre 1749. »

38 « Carenne d’un navire dans le bassin du Havre en présence du roi le 20 septembre 1749 ».

39 « Le roi étant sur le balcon des casernes de la marine du Havre voit exécuter différentes manœuvres et une joute le 20 septembre 1749 ». À Strasbourg, Louis XV avait été invité à admirer les joutes organisées devant le palais épiscopal, sur l’Ill. À Paris, de même, les réjouissances ont comporté un combat naval sur la Seine.

40 « Le roi étant sur la plage de la rade du Havre voit lancer trois navires et représenter un combat naval. »

41 « Vue du Havre en 1692, À Paris, chez Ameline rue Saint-Jacques, À la reine de France. » Légende : « Le Havre, ville de France dans la province de Normandie. Elle est située à l’embouchure de la Seine, avec un beau port et une citadelle des plus belles et des plus régulières vingt lieues au-dessous de Rouen entre Harfleur et Fécamp. Le roi François Ier commença à fortifier cette ville pour en faire un rempart contre les courses des Anglais. Henri II y fit travailler aussi. Louis XIII a augmenté les fortifications, fit bâtir une citadelle flanquée de 4 bastions et en fit une place importante et une des clefs du royaume. La ville est très agréable avec des beaux édifices, de belles places et le commerce la rend considérable. »

42 Représentation des fêtes données par la ville de Strasbourg pour la convalescence du Roi ; à l’arrivée et pendant le séjour de Sa Majesté en cette ville, inventé, dessiné et dirigé par J.-M. Weiss, graveur de la ville de Strasbourg, imprimé par Laurent à Paris, relié par Pasdeloup, relieur du roi place Sorbonne à Paris.

43 AMLH, FA BB 51.

44 Ibid.

45 AMLH, FM M1 1.

46 J.-O. Pleuvri, Histoire, op. cit., p. 172.

47 BMR, ms. G 16, 2e partie, sans pagination.

48 AMLH, FM M1 1, hôtel de ville, liasse 8.

49 AMLH, FA DD 60.

50 AMLH, FA DD 66.

51 Vincent Droguet, « Le projet d’hôtel de ville pour Rouen par l’architecte Antoine-Mathieu Le Carpentier », dans Jacques V Gabriel et les architectes de la façade atlantique, Paris, Picard, 2004, p. 206 et 216.

52 AMLH, FA AA 24.

53 AMLH, FA BB 52.

54 AMLH, FA EE 28.

55 AMLH, FA DD 64, no 100, 23 novembre 1752.

56 Rapport de Fromageau du 22 mars 1753, AMLH, FA DD 61.

57 Louis-Marie Michon, « Le château de Courteilles », Bulletin de la société de l’histoire de l’art français, 1941, p. 59-72 ; Michel Lallemand, Histoire de Courteilles, village de Normandie et de la famille qui y a vécu, Paris, Lallemand, 1992.

58 AMLH, FA DD 61, no 105.

59 AMLH, FA CC 45, terrier du Havre, rôle des déclarations des propriétés 1759-1762 ; en exécution de l’arrêt du Conseil du roi du 5 avril 1757.

60 Charles-Théodore Vesque, L’Ancien hôtel de ville du Havre, Le Havre, Mignot, 1865 ; Nestor Le Grix et Émile-Julien Constant de Beaucamp, Petite Histoire illustrée du Havre, Le Havre, Bourdignon et fils, 1893. Auguste-Prosper Legros, Description du Havre ou Recherches morales et historiques, Le Havre, Fournier-Favreux, 1825 ; A.-G. Lemale et C.-G. Roessler, Le Havre d’autrefois, op. cit.

61 AMLH, FA CC 218.

62 Olivier Chaline (dir.), Les Hôtels particuliers de Rouen, Rouen, Société des amis des monuments rouennais, 2002.

63 J.-O. Pleuvri, Histoire, op. cit., p. 220.

64 BMR, ms. Y 45, p. 254.

65 Hervé Chabannes, Les Manuscrits retrouvés de Jacques-Augustin Gaillard, une histoire du Havre et des Havrais écrite de 1810 à 1824, Rouen, PTC, 2006, p. 67.

66 AMLH, FRM1 : « Elle est occupée présentement par la municipalité en vertu d’une délibération de la commune en date du mois de janvier 1792. » Délibération du 24 janvier 1792 : D1 1.

67 AMLH, FM M1 1, liasse 8.

68 AMLH, FM M1 1, liasse 7.

69 AMLH, FA EE 30.

70 AN, Série E 2357, cartes et plans III, Seine-Maritime, 71.

71 ENPC, ms. 2867.

72 AMLH, FA CC 45, no 564.

73 BMR, ms. Y 45, p. 309.

74 AMLH, FM O1 4 ; D 212, D 234.

75 Institut de France, mss. 1037-1043.

76 Annales, p. [54]. Voir A. Lemonnier-Mercier, « La Fayette, Le Havre et les Amériques », Cahiers havrais de recherche historique, no 66, 2008.

77 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés, op. cit., p. [66].

78 AMLH, FA DD 76.

79 « Rouen et sa façade », dans Jacques V Gabriel et les architectes de la façade atlantique, op. cit., p. 191-199.

80 C.-T. Vesque, Histoire des rues du Havre, Le Havre, Brenier, 1876, p. 190.

81 AMLH, FA DD 76.

Table des illustrations

Légende Figure 2 – « Le roi sur la hauteur d’Ingouville, d’où Sa Majesté obsere le beau point de vue de la ville du Havre de Grace », 1753 (dans Relation de l’arrivée du roi au Havre, le 19 septembre 1749 et des fêtes données à cette occasion, op. cit., AMLH, BATGF 664 © AMLH).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Figure 3 – « Illumination de la grande rue de ville du Havre de Grace et d’un vaisseau placé à l’entrée du port pour terminer la perspective », 1753 (dans Relation de l’arrivée du roi au Havre, op. cit., AMLH, BATGF 664 © AMLH).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 4 – Hôtel du lieutenant du roi, « Élévation du côté de la mer. Donné par nous architecte Le Carpentier » (AMLH, FA DD 62).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Figure 5 – Hôtel du lieutenant du roi, « Élévation du côté de l’entrée. Donné par nous architecte Le Carpentier » (AMLH, FA DD 62).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Figure 6 – Hôtel du lieutenant du roi, dessin de la rampe. « Accepté le présent dessin à condition qu’à tous les panneaux on changera le milieu dont le premier sera ainsi avec le dit trophée, le second les armes du roi, le 3e celles de la ville, le palier avec les miennes et ainsi tout les renouvellera jusqu’au 2nd étage de la même façon. À Rouen le 15 décembre 1752, Virieu de Beauvoir » (AMLH, FA DD 62).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 7 – « L’ancien hôtel de ville et la porte du Perrey », dessin de Lancelot d’après un daguerréotype (reproduit dans Charles-Théodore Vesque, L’Ancien hôtel de ville du Havre, Mignot, 1865).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende Figure 8 – Hôtel du lieutenant du roi. Dessin du sommet du portail d’entrée (AMLH, FA DD 62).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 9 – Hôtel du lieutenant du roi, étage consacré aux services de la mairie avec le bureau du maire, la salle du conseil municipal au centre, et la 2e antichambre transformée en bureau des adjoints, par Brunet-Debaines, 2 mai 1853 (AMLH, FM M1 4, liasse 7).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 10 – Affiche annonçant la démolition de l’hôtel du Lieutenant du roi, 1865 (AMLH, FM L2 15, liasse 2).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Figure 11 – Entrée de l’ancienne caserne des pompiers avec les casques de l’hôtel du Lieutenant du roi. Photographie (CHRH, fonds Soclet).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 12 – Hôtel du lieutenant du roi avant sa démolition en 1865. Photographie de Warnod et Caccia (AMLH, 6 Fi 18 © AMLH).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Légende Figure 13 – La romaine du Havre, « Plan du rez-de-chaussée », 1759 (plans de l'emplacement de la romaine du Havre et des bâtiments dépendant de la Ferme générale, AN, cartes et plans, NIII, Seine-Maritime 22).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Figure 14 – La romaine du Havre, « Façade sur le quai qui conduit au bassin », 1756 (plans du bâtiment à construire, AN, cartes et plans, NIII, Seine-Maritime, 717, provenance E 2357).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 15 – La romaine du Havre, « Façade sur le grand quai », 1756 (plans de l’emplacement de la romaine du Havre et des bâtiments dépendant de la Ferme générale, AN, cartes et plans, N III, Seine-Maritime 718, provenance E 2357).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Figure 17 – La romaine du Havre, « Plan du premier étage », 1759 (plans de l’emplacement de la romaine du Havre et des bâtiments dépendant de la ferme générale, AN, cartes et plans, NIII, Seine-Maritime 25).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 18 – La romaine du Havre, « Plan et élévation de la romaine du Havre sur le grand quai », 1759 (plans de l’emplacement de la romaine du Havre et des bâtiments dépendant de la ferme générale, AN, cartes et plans, N III, Seine-Maritime27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 19 – Entrée du bassin du roi vers 1865. La romaine est à gauche. Photographie anonyme (musées historiques du Havre).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Légende Figure 20 – « Façade sur le Grand Quai. Dessinée par nous Émile Bonnet le 5 juillet 1875 » (musées historiques du Havre).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 21 – Grande douane. Photographie Raoul Lefaix, vers 1928 (CHRH).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 22 – Maquette de la grande douane et de l’ensemble des maisons voisines sur le quai Notre-Dame (musées historiques du Flavre).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 23 – La grande douane après les bombardements de 1945 (musées historiques du Havre).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5397/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540