Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Embellissements du Havre au xviiie siècle

 | 
Aline Lemonnier-Mercier

Introduction

Texte intégral

  • 1 SHD, Génie, 1 VH 871. Vauban, 8 octobre 1699 : « Propriétés de la fortification du Havre et de son (...)

Le Havre est mieux situé que n’importe quel port du royaume pour en faire un arsenal, attendu que la Seine, l’Oise, la Marne, la Dionne, l’Eure et je ne sais combien d’autre bonnes rivières, le mettrait en état de tirer de la Bourgogne, Champagne, Picardie et Normandie tous les matériaux nécessaires à bâtir et armer les navires pour le compte des armateurs particuliers et de mettre de grosses escadres en mer pour le roi.
À l’égard du commerce, il suffit de dire que c’est le grand port plus prochain de Paris, Rouen et de toutes les villes et rivières de la Seine pour juger ce que peut être le premier et le plus fréquenté du royaume. Et que si cela n’arrive pas ainsi, ce ne sera plus la faute du port ni de la situation, supposé que le projet soit exécuté.
Vauban1

1 Le havre « de Grace » est, au début du XVIIIe siècle, une ville récente. Fondée, officiellement, par acte royal de François Ier, le 7 février 1517 afin de servir d’avant-port à Rouen, c’est une ville militaire, bien fortifiée, bastion face à l’Angleterre, dont elle n’est séparée que par un bras de mer, bordée par la falaise au nord, des marais à l’est et l’estuaire de la Seine au sud.

2Dès sa fondation, cette situation géographique, celle d’un port ayant, à la fois, un accès direct à la mer, (contrairement à Bordeaux ou Nantes) et un autre à l’estuaire de la Seine – large fleuve navigable jusqu’à la capitale – lui donne une double vocation, militaire et commerciale, stratégique, entre les terres lointaines et une bonne partie du territoire français. Mais, ville close, place-forte encombrée d’armées, domaine des militaires et de la Marine royale, Le Havre, en cas de conflit, est régulièrement sous le feu des escadres anglaises, bombardée, assiégée, prise.

3La ville, depuis sa fondation, comporte deux quartiers, édifiés de part et d’autre du « bassin du roi » creusé dans les anciens marais, en plus d’une citadelle. À l’ouest s’étend le quartier Notre-Dame, construit en premier, de manière assez anarchique dont la voie royale qui le traverse du nord au sud est la « Grande Rue Saint-Michel », partant de la porte d’Ingouville jusqu’au « Grand quai » après avoir longé la place du marché puis l’église Notre-Dame. Parallèlement, d’ouest en est, entre les fortifications au nord et le quai au sud, se déploient, plus ou moins en éventail, les rues des Écuries, Fontaine-des-Viviers, d’Estimauville, ainsi qu’un lacis de petites rues transversales coupées par la place des Cannibales – où se tient le marché – en un tracé urbain naturellement né, au gré des pas des habitants, sans réflexion ni projet défini.

  • 2 David Buisseret, Ingénieurs et fortifications avant Vauban, Paris, CTHS, 2000 ; René Herval, « Un (...)
  • 3 AMLH, FA DD 8, 18 juin 1541. AN, série KK 1309, no 236 : « Quittance donnée à Jérôme Bellarmato, g (...)
  • 4 Cité par J.-E. Tournant, La reconstruction du Havre, urbanisme, remembrement, architecture, Études (...)

4Le quartier Saint-François, à l’est, a bénéficié, lui, d’un plan concerté d’urbanisme lorsque François Ier, de retour d’Italie « désagréablement impressionné par les constructions et par cette ville imparfaitement close », a approuvé, le 18 juin 1541, le dessin qui lui a été soumis par l’architecte siennois Jérôme Bellarmato2 auquel il a demandé « d’avoir l’œil, regard et superintendance tant sur le fait des fortifications que sur les bâtiments, maisons et édifices qui se feraient en icelle, afin de rendre la ville et Havre en telle perfection de fortification, commodité et ornement de maisons que l’avons toujours délibéré et désiré3 ». Ce texte, très précis mais contraignant, dans lequel on trouve pour la première fois la notion « d’ornement » peut être considéré, assure Pierre Lavedan, historien de l’urbanisme, comme « le premier document de l’architecture urbaine en France », ajoutant que « Bellarmato fera du Havre le premier grand nom de l’urbanisme français4 ».

  • 5 Philippe Manneville, « Naissance et renaissance(s) du Havre », Bulletin trimestriel de la société (...)

5L’architecte y a prévu un quartier basé sur deux voies larges, orientées nord-ouest sud-est, auxquelles correspondent parallèlement, autant de voies étroites. La première est résidentielle, la seconde, sur laquelle ouvrent les établissements commerciaux est une voie de desserte de deux mètres de large, où passent les égouts. Ainsi la rue du Petit Croissant dessert celle du Grand Croissant, et la rue d’Édreville dessert la rue Dauphine. Par contre, ces voies ne donnent pas directement sur le bassin du roi car Bellarmato « a fait voiler le tout au sud et à l’ouest par deux îlots destinés à couper les vents dominants5 ». Au sud, la rue Royale permet d’aller du pont de la citadelle au pont Notre-Dame. L’angle sud-est est bordé par les quais Marie-Motte et « de l’Île » – Saint-François est entouré d’eau de tous côtés –, tandis que l’angle nord-est est occupé par le couvent des Capucins et la manufacture des tabacs.

Figure 1 – « Plan du Havre 1749 relatif au projet de la dite année » (SHD Marine, fonds Nivart, ms. 144/300).

  • 6 Testament politique de Richelieu, Amsterdam, 1688. Cité par François-Yves Le Blanc, « Rochefort, ar (...)
  • 7 AMLH, FA BB 2, 25 et 26 avril 1627. Ordonnance de M. de La Porte du 18 décembre 1627.
  • 8 Anne Blanchard, « Pierre Conty d’Argencourt », Bulletin de l'Académie des sciences et lettres de M (...)

6Le 25 avril 1627, Louis XIII, sur la suggestion de son ministre, Armand Du Plessis, cardinal de Richelieu, alors gouverneur de la ville, qui déclare dans son testament politique « qu’il faudrait être privé de sens commun pour ne pas reconnaître combien il est important aux grands États d’avoir leurs frontières bien fortifiées », en particulier Le Havre de Grâce « une des clefs de la France et la mère nourricière de Paris6 », annonce aux habitants « qu’il est résolu de construire une citadelle au Havre, les engage à y tenir la main et à faire ce qui dépendra d’eux7 », et charge Pierre Conty sieur de La Mothe d’Argencourt, par ailleurs en train de fortifier La Rochelle, de présenter ses plans8 (fig. 1).

7À cette époque, la première déclaration du nombre de maisons intra-muros en indique 665, soit une dizaine de milliers d’habitants, et la ville prend la physionomie qu’elle gardera jusqu’aux travaux d’agrandissement du XVIIIe siècle : deux quartiers entourés de remparts et une imposante citadelle.

  • 9 AMLH, FA DD 27.
  • 10 SHD, Génie, 1 VH 871.

8Rapidement, la vitalité du port impose des aménagements. Vauban, venu lui-même constater les dégâts du bombardement anglais des 26-29 juillet 1694, afin de donner des ordres pour la défense de la ville, et reconnaissant l’importance de son implantation, propose un plan d’agrandissement, essentiellement militaire9. Son mémoire de 1699 (« Projet d’ordre et de précautions que M. de Vauban juge qu’on peut prendre contre l’effet des bombes au Havre et qui peut servir pour les autres villes à ports exposés au bombardement ») n’aborde en rien la reconstruction de la ville, maisons particulières ou édifices publics, bien qu’il reconnaisse son importance commerciale10.

9Ainsi, jusqu’à la fin du XVIIe siècle, Le Havre conserve son tissu urbain serré, dans lequel les édifices publics datent de sa fondation, tout comme la majorité de l’habitat privé, en grande partie en bois et torchis. Le « Logis du roi », hôtel de ville, acheté par la ville en 1544, qui a hébergé Henri II, puis Catherine de Médicis accompagnée de Charles IX, demanderait quelques rénovations. L’église Notre-Dame a été édifiée en même temps que la citadelle vers 1628 ; l’arsenal, magasin général, date du règne de Louis XIV (1669), et le prétoire tombe en ruine. Seules les fortifications sont régulièrement entretenues, ainsi que la principale porte de la ville, porte « Richelieu ou d’Ingouville », que l’abbé Jacques-Olivier Pleuvri, en 1765, dans son Histoire, antiquités et description de la ville et du port du Havre de Grâce Avec un traité de son commerce & une notice des lieux circonvoisins de cette place, première histoire imprimée de la ville, ne peut s’empêcher d’admirer :

  • 11 Jacques-Olivier Pleuvri, Histoire, antiquités et description de la ville et du port du Havre de Gr (...)

Plusieurs étrangers, en admirant la dite porte n’ont pas laissé de dire qu’ils demanderaient volontiers où est la ville d’une telle porte. On ne peut disconvenir que la porte d’Ingouville n’ait une magnificence & une apparence de grandeur parfaitement digne du génie du Cardinal. Sa force régulière égale sa beauté, cet ouvrage ainsi composé passe avec raison pour une des plus belles entrées de ville qu'il y ait en Europe11.

10Mais les grands travaux indispensables ne seront pas facilités par le gouvernement de la ville, fort complexe. Assujettie en premier lieu aux règlements et autorité des ministères de la Guerre et de la Marine royale, Le Havre, bénéficie, depuis 1665, d’un gouvernement « en chef et indépendant » détaché de celui de Normandie avec lequel il entre en concurrence. Dans ce contexte déjà difficile et complexe de puissants pouvoirs civils et militaires, l’assemblée municipale, fort attachée à son fonctionnement spécifique et à ses responsabilités datant de la création de la ville, tente de gérer la vie quotidienne.

  • 12 AMLH, FA BB 76 : « Mémoire sur la forme des assemblées générales de la ville du Havre dressé en ex (...)

11Successivement repris en 1686 par Colbert, puis en 1764-1765 par le contrôleur général Laverdy, son organisation et son rôle seront confirmés, après maintes suppliques et lettres, grâce au soutien du duc de Saint-Aignan, gouverneur de la ville, par un arrêt du Conseil de Louis XVI du 8 février 1779. Le « conseil de ville », la « compagnie », sera donc toujours composé de sept personnes, quatre échevins, dont le premier prend le titre de « premier échevin » ou « maire-échevin », d’un procureur-syndic, d’un receveur des deniers communs, et d’un greffier. De plus, une assemblée générale comprenant, outre les membres du conseil, les anciens maires-échevins devenus « conseillers », au nombre de douze à quinze, les douze capitaines quarteniers (la ville est divisée en quatre quartiers) et huit notables-bourgeois, six élus pour la paroisse Notre-Dame, deux pour celle de Saint-François, se réunira chaque année, le jour de la fête des Innocents, le 28 décembre, afin d’élire le nouveau « maire-échevin ». Cette quarantaine de personnes, qui peut être convoquée plus souvent, est déléguée pour procéder « à haute voix » aux votes indispensables, que ce soit pour la destitution ou la continuation « du plus ancien » échevin ou pour toutes les affaires importantes12.

12Chaque décision pour la ville et le port est donc soumise à une série de règlements, d’autorisations et d’ambitions contradictoires, qui peuvent ralentir considérablement toutes sortes de démarches, en particulier celles concernant la mise en œuvre de travaux indispensables. Ainsi aucun aménagement portuaire et urbanistique, ni aucune rénovation architecturale n’ont-ils été proposés et entrepris depuis la visite de Vauban en 1699.

13C’est ce statut de ville militaire et commerciale, uniquement tournée vers la mer et ses profits, que l’on croit sans aucune ambition culturelle et artistique, qui causera longtemps préjudice à la ville du Havre.

  • 13 AMLH, FA BB 70.

14En 1765, l’abbé Pleuvri assure que « c’est [...] à la Marine que s’attache le plus grand nombre de citoyens qui y réussissent fort bien13 ». Dans le même esprit, deux ans plus tard, en 1767, François-César Le Tellier, marquis de Courtenvaux, aristocrate parisien partant du Havre pour une expédition lointaine destinée à perfectionner les montres marines affichera ses préjugés, tout surpris ensuite de l’accueil chaleureux qu’il reçoit :

  • 14 Journal de voyage de M. le Marquis de Courtanvaux, sur la frégate l’Aurore pour essayer par ordre d (...)

Quand aux Belles Lettres, c’est une des villes de France où elles sont le plus négligées. Il n’y a qu’un méchant collège où deux maîtres enseignent ce qu’ils peuvent : tous les yeux sont tournés vers la mer ; la passion de naviguer entraîne les jeunes & leur ôte même la capacité de réfléchir sur tout autre sujet14.

15Constatation lucide d’une situation qui perdure, puisqu’en 1781, Marie Le Masson Le Golft, femme cultivée, infatigable polygraphe et historienne de sa ville, dans son Entretien sur Le Havre, saluant la vitalité du commerce havrais, regrettera le peu de curiosité intellectuelle de ses concitoyens :

  • 15 Entretien sur Le Havre par Mlle Le Masson Le Golf, au Havre, chez les libraires, 1781, p. 19.

Mon ami toute l’Europe & même le monde entier chérit le commerce ; il ne crée rien, mais il lie, il ranime tout, procure l’aisance, l’abondance, en versant les richesses de l’agriculture et de l'industrie où était la disette15.

16Toutefois, le 16 août 1788, Arthur Young, plus soucieux d’économie et de commerce, sera enthousiasmé, lors de son passage, par la vie de la ville et du port, aux quais « tout grouillants d’affaires », constatant la présence des ingénieurs chargés des agrandissements de la ville, qui comprend, dit-il, vingt-cinq mille âmes :

  • 16 Arthur Young, Voyages en France pendant les années 1787-1788-1789, traduits, annotés et précédés d (...)

Une enquête n’est pas nécessaire pour découvrir la prospérité de cette ville ; ce n’est nullement équivoque ; plus de mouvement, de vie et d’activité que dans aucune place où j’ai été en France16.

17Car, depuis le milieu du XVIIIe siècle, après maintes démarches, hésitations et réflexions, la mise en œuvre de grands travaux est bien engagée grâce à l’acharnement de responsables municipaux proches des gouvernements. Tous ont pris progressivement conscience de la nécessité impérieuse d’agrandir le port du Havre et en conséquence la ville, de la reconstruire, de l’« embellir » à l’image de Nantes, Bordeaux, Lorient ou La Rochelle, villes portuaires avec lesquelles elle entretient des rapports étroits, mais dont la situation administrative est totalement différente. Ils seront soutenus par des équipes d’ambitieux ingénieurs, en particulier ceux issus de l’École des Ponts et Chaussées nouvellement créée.

18Ce sera une œuvre de grande ampleur et de longue haleine, un chantier considérable et unique : le dernier grand chantier urbain de la fin du XVIIIe siècle, qui durera, du fait des événements politiques, jusque dans les années 1830.

Notes

1 SHD, Génie, 1 VH 871. Vauban, 8 octobre 1699 : « Propriétés de la fortification du Havre et de son port, si ce projet est approuvé et ensuite exécuté ».

2 David Buisseret, Ingénieurs et fortifications avant Vauban, Paris, CTHS, 2000 ; René Herval, « Un ingénieur siennois au XVIe siècle, Girolamo Bellarmati et la création du Havre », Études normandes, 3e trim. 1961, p. 33-43.

3 AMLH, FA DD 8, 18 juin 1541. AN, série KK 1309, no 236 : « Quittance donnée à Jérôme Bellarmato, gentilhomme toscan, député par le Roi sur le fait des devis, conduites, édifices et fortifications de la ville Françoise et Havre de Grâce à Maître Charles Guvot, notaire et secrétaire du Roi et par lui commis à tenir les comptes de l’aménagement du port, d’une somme de 600 livres tournois représentant les gages de l’année écoulée 1541 » (21 mars 1542).

4 Cité par J.-E. Tournant, La reconstruction du Havre, urbanisme, remembrement, architecture, Études normandes, no 9, 4e trim. 1953.

5 Philippe Manneville, « Naissance et renaissance(s) du Havre », Bulletin trimestriel de la société géologique de Normandie et des amis du muséum du Havre, t. LXXXIV, 1997.

6 Testament politique de Richelieu, Amsterdam, 1688. Cité par François-Yves Le Blanc, « Rochefort, arsenal modèle ? », dans Laurent Vidal et Émilie d’Orgeix (dir.), Les Villes françaises du Nouveau Monde, Paris, Somogy, 1999, p. 42.

7 AMLH, FA BB 2, 25 et 26 avril 1627. Ordonnance de M. de La Porte du 18 décembre 1627.

8 Anne Blanchard, « Pierre Conty d’Argencourt », Bulletin de l'Académie des sciences et lettres de Montpellier, t. IV, 1993, p. 131-155 ; et Vauban, Paris, Fayard, 1996, p. 254.

9 AMLH, FA DD 27.

10 SHD, Génie, 1 VH 871.

11 Jacques-Olivier Pleuvri, Histoire, antiquités et description de la ville et du port du Havre de Grâce. Avec un traité de son commerce, & une notice des lieux circonvoisins de cette place, Paris, 1765, p. 125.

12 AMLH, FA BB 76 : « Mémoire sur la forme des assemblées générales de la ville du Havre dressé en exécution de l’article X de l’édit du mois d’août 1764 » ; A. Lemonnier-Mercier, « Le Havre au XVIIIe siècle : la “compagnie” et l’assemblée municipale au pouvoir », dans Dominique Le Page, Hélène Rousteau-Chambon, Guy Saupin et Alain Gallicé (dir.), Gérard Mellier, maire de Nantes et subdélégué de l’intendant de Bretagne (1709-1729) : l’entrée de Nantes dans la modernité, Nantes, Société d’archéologie et d’histoire de Nantes et de Loire-Atlantique, 2010, p. 327-342.

13 AMLH, FA BB 70.

14 Journal de voyage de M. le Marquis de Courtanvaux, sur la frégate l’Aurore pour essayer par ordre de l’académie, plusieurs instruments relatifs à la longitude. Mis en ordre par M. le chanoine Pingré chanoine régulier de Ste Geneviève, nommé par l’Académie pour coopérer à la vérification des dits instruments, de concert avec M. Messier, Astronome de la Marine, Paris, De l’Imprimerie royale, 1768.

15 Entretien sur Le Havre par Mlle Le Masson Le Golf, au Havre, chez les libraires, 1781, p. 19.

16 Arthur Young, Voyages en France pendant les années 1787-1788-1789, traduits, annotés et précédés d’une notice biographique de M. H.-J. Lesage, 2e éd., Paris, Guillaumin, 1882, p. 215.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – « Plan du Havre 1749 relatif au projet de la dite année » (SHD Marine, fonds Nivart, ms. 144/300).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540