Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Embellissements du Havre au xviiie siècle

 | 
Aline Lemonnier-Mercier

Avant-propos

Pierre Beaumont

Texte intégral

1 À travers cette étude de la ville du Havre au XVIIIe siècle, Aline Lemonnier-Mercier fait revivre une cité pour l’essentiel disparue dans les décombres des bombardements et qui malgré les beaux témoignages subsistants, telle la maison de l’Armateur, reste aujourd’hui difficile à appréhender dans le cadre du centre reconstruit.

2Cette cité, en grande partie oubliée, est ici reconstituée grâce aux fonds et collections conservés par les institutions locales ou nationales. Si de très nombreuses sources publiques ou privées ont été mobilisées pour cette recherche, que ce soit aux Archives nationales, à l’École nationale des ponts et chaussées, au service historique de la Défense, ou encore aux archives départementales de Seine-Maritime, c’est aux archives municipales du Havre qu’Aline Lemonnier-Mercier a puisé une grande part de sa matière.

3Les fonds anciens communaux qui ont échappé aux destructions sont riches d’une documentation qui permet aujourd’hui de reconstituer cette ville, sa trame urbaine, ainsi que ses monuments publics. Plans et élévations, mémoires et correspondances permettent de suivre les projets, leur réalisation, leur évolution ou leur abandon.

4La nature portuaire, maritime et commerçante de la ville s’inscrit fondamentalement dans la ville par ses bâtiments prestigieux : l’arsenal de la marine, la Romaine ou Douane, le Prétoire, actuel Muséum d’histoire naturelle, ou encore la Bourse du commerce. Tous ces édifices sont connus par une riche iconographie : plans, estampes, photographies anciennes, conservés aux archives, à la bibliothèque municipale ou aux musées historiques en partie reproduite dans la publication.

5Parmi les fonds privés conservés aux archives, celui de l’ingénieur René-Ferdinand Chaubry comportant un bel ensemble de mémoires et plans permet de retracer l’histoire des multiples projets d’aménagement du port. En effet, l’attention portée par le pouvoir royal à la ville et à son port ne s’est pas démentie puisque les études portées par des ingénieurs de renom se sont multipliées au cours de la seconde partie du XVIIIe siècle.

6Le développement urbain et portuaire de la ville est au cœur des enjeux. Si les élites négociantes locales sont soucieuses du développement commercial, le pouvoir est attaché à préserver les intérêts stratégiques militaires d’un port où la marine du roi est très active.

7Les visites des souverains démontrent l’intérêt porté au Havre. Celle de Louis XV en 1749, a donné lieu à l’édition de la Relation de l’arrivée du Roy au Havre-de-Grace, vaste entreprise de propagande de la ville dont les archives conservent la trace.

8C’est cependant à la suite du voyage de Louis XVI en 1786 que le plan dit Lamandé est adopté. Sa réalisation concrétise la « ville rêvée » du XVIIIe siècle, à l’image de Bordeaux et Nantes. Embellie par ses larges places et ses portes monumentales, la nouvelle ville accueille dans la perspective du bassin du Commerce un nouveau théâtre, symbole de l’évolution de la cité et de la position de ses élites.

9Aux archives municipales, avec l’aide des archivistes, Aline Lemonnier-Mercier a puisé la matière de sa thèse d’histoire de l’art. Aujourd’hui, c’est donc avec plaisir que nous saluons la publication de son étude qui nous offre un nouveau regard sur Le Havre.

Auteur

Directeur des archives municipales du Havre

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540