Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Embellissements du Havre au xviiie siècle

 | 
Aline Lemonnier-Mercier

Préface

Texte intégral

Pour qu’une ville figure honorablement dans le « Bottin littéraire », il ne suffit pas qu’elle soit le lieu de naissance d’écrivains célèbres, estimables ou simplement nombreux, il faut encore qu’elle possède la réalité poétique et romanesque qui lui donne cette personnalité que le voyageur reconnaîtra ou désire connaître.
Raymond Queneau, Portrait littéraire du Havre.

1 Si Le Havre est aujourd’hui une ville de culture, on le doit certainement à cette réalité poétique et romanesque qui a de tout temps contribué à façonner la personnalité de notre ville. La lecture du travail de recherche d’Aline Lemonnier-Mercier consacré aux embellissements du Havre au siècle conforte cette conviction. Se nourrissant du fécond d’une ville d’art et d’histoire XVIIIe paradoxe mêlée à une cité en constante mutation et tournée vers l’avenir, Le Havre s’est épanoui autour de son port, élément central de sa continuité esthétique.

2La Porte océane a su au gré des étapes de son développement s’embellir, pour parer aux affres d’un temps parfois cruel, et ce, depuis sa fondation. C’est ainsi que François Ier adjoint l’esthétique au fonctionnel lors de la construction de la ville, chose peu commune à une époque où les embellissements sont surtout militaires.

3Le XVIIIe siècle poursuit cette œuvre, entre continuité et rupture. Continuité d’une part, avec le foisonnement de bâtiments publics comme l’hôtel du Lieutenant du roi (actuel Muséum). Rupture d’autre part, avec l’avènement des projets privés impulsés par une nouvelle élite portuaire, dont les nombreux hôtels de négociants tels que la maison de l’Armateur sont la marque.

4Mais la rupture est également innovation, et celle-ci porte le nom de François-Laurent Lamandé dont le plan de 1787 permet à la ville de franchir le seuil de la modernité. Pionnier des travaux publics, l’architecte français spécialiste des ouvrages d’art va mêler le désir de beauté à celui d’utilité. Pour cela, il entreprend un travail qui se poursuit encore aujourd’hui, celui de l’intégration de la ville et du port, celui de l’union de deux attractivités souvent antagonistes.

5L’embellissement n’est jamais simple, surtout lorsqu’il convient, comme au Havre, de concilier en permanence l’attachement au passé et la nécessité de préparer l’avenir. Cette tension ancienne, déjà présente au XVIIIe siècle, sera à nouveau à l’œuvre après la seconde guerre mondiale. Ainsi, en reprenant le plan approuvé en 1786 par Louis XVI pour la reconstruction de la ville, mariant ainsi « structures historiques » et « idées nouvelles », Auguste Perret s’est probablement inscrit dans cette logique, bien plus que dans celle d’une apparente table rase.

6Retracer les étapes de l’embellissement d’une ville constitue au Havre un exercice périlleux et exigeant étant donné les événements qui ont jalonné son histoire. À la veille du cinq centième anniversaire de la Porte océane, la contribution d’Aline Lemonnier-Mercier y parvient parfaitement en redonnant vie à la ville du XVIIIe siècle. Le Havre d’aujourd’hui, classé au patrimoine mondial et ancré dans l’architecture du XXe siècle, en est une héritière aussi surprenante que fidèle.

7Edouard Philippe, maire du Havre

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540