Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Résumés

Texte intégral

Première partie — Contextes, principes et réalisations

Danièle Voldman. Comparaison des politiques de reconstruction en France et en Allemagne

1À la fin de la seconde guerre mondiale, la France et l’Allemagne, comme tous les belligérants, durent faire face à l’ampleur des ruines. Les deux pays – par-delà l’importance des facteurs nationaux – ont été confrontés aux mêmes alternatives propres à toutes les reconstructions : procéder à des réparations d’urgence ou attendre une reconstruction définitive ultérieure ; commencer à reconstruire immédiatement ou penser l’aménagement du futur ; contenter les sinistrés en attente d’un toit ou respecter les lenteurs de la planification. De même, les deux pays, chacun à leur manière, étaient confrontés à la question de leur reconstruction politique et du changement de régime. Qu’il s’agisse des questions financières, de la pénurie, de la précocité des réflexions sur l’urbanisme d’après les ruines, de la mise en place des cadres réglementaires et juridiques, comme de la longévité des personnels de la reconstruction, sans doute les ressemblances l’emportent-elles sur les différences. Plus que dans le statut de vainqueur ou de vaincu, c’est peut-être dans la question du fédéralisme opposé à la centralisation et surtout dans la division de l’Allemagne que résident l’originalité et la spécificité des processus de reconstruction. Comment cela s’est-il traduit dans les formes et les paysages des villes reconstruites de part et d’autre du Rhin ?

Christiane Schröder. La Basse-Saxe entre la fin de la guerre et le miracle économique

2Après la fin de la seconde guerre mondiale, la situation générale dans le territoire qui allait devenir le Land de Basse-Saxe, créé en 1946, n’était pas différente de celle du reste de l’Allemagne : villes dévastées par les bombardements, infrastructures détruites, pénurie de main-d’œuvre, difficultés d’approvisionnement. Les problèmes qui en résultaient, très variables selon les régions, se sont même encore aggravés dans les premières années de l’après-guerre. Cette contribution propose un rapide panorama des efforts faits par le gouvernement militaire britannique, l’administration allemande qui lui était subordonnée et la population pour remédier à la pénurie de tout, pour accueillir et intégrer des millions de réfugiés et d’expulsés allemands des territoires de l’Est, pour relancer l’économie et pour amorcer la reconstruction de structures démocratiques. Beaucoup de ces efforts se sont poursuivis jusque tard dans les années 1950. Reste ouverte la question des succès de la rééducation et de la dénazification.

Patrice Pusateri. Du cœur de la métropole de l’Occident médiéval au cœur de Seine-Métropole : la mise en perspective historique de la reconstruction de Rouen

3L’objet de cette contribution est de replacer la reconstruction de Rouen dans le contexte historique beaucoup plus vaste dans lequel elle s’inscrit, depuis l’époque médiévale jusqu’à aujourd’hui. Par le bouleversement de certaines données fondamentales du paysage urbain (le rapport au fleuve), par la restauration des monuments majeurs endommagés par la guerre, par l’osmose, globalement réussie, entre les quartiers reconstruits de la rive droite et la ville ancienne, et par la prise de conscience des qualités patrimoniales exceptionnelles de cette dernière, la reconstruction de Rouen recouvre des champs qui dépassent largement la simple reconstitution du parc immobilier et des infrastructures. Les sujets débattus au cours de la période, entre tradition et modernité, entre démolition et reconstruction, entre la surélévation des quais et le maintien de leur niveau d’avant-guerre, entre rive droite et rive gauche, entre ville et banlieue, ont des implications profondes sur l’identité de la ville d’aujourd’hui et sur sa place centrale dans l’ambitieux projet du Grand Paris, au cœur de Seine-Métropole.

Sid Auffarth. Participation citoyenne et reconstruction de Hanovre après la seconde guerre mondiale

4En 1956,1a rédaction du magazine spécialisé Bauen und Wohnen (Construire et habiter) justifiait son numéro sur les villes de Hanovre et de Bâle de la manière suivante : « Nous avons choisi Hanovre, parce que selon nous, une reconstruction aussi positive et généreuse n’a pu être réalisée dans aucune autre ville allemande à la fin de la guerre. Nulle part ailleurs des idées planificatrices d’une telle envergure ne sont devenues réalité. Ceci est peut-être un heureux hasard, mais nous croyons plutôt qu’il s’agit là du mérite personnel d’un homme à l’action énergique, le spiritus rector de l’ensemble de l’activité architecturale du Hanovre des années après 1945. » Qu’avait de particulier le projet de reconstruction de Hanovre ? Quelle part y a pris l’urbaniste en chef Rudolf Hillebrecht ? Comment les objectifs et les concepts de planification urbaine ont-ils été élaborés ? Et comment ont-ils été concrétisés ? Cette contribution décrit la modernisation de la ville à partir des modèles d’urbanisme de l’époque, expose les points de vue de Rudolf Hillebrecht sur l’urbanisme et présente les pratiques de participation citoyenne au projet urbain.

Gabi Dolff-Bonekämper. Marcel Lods et la reconstruction de Sotteville-lès-Rouen dans son contexte international

5Après la Libération, Marcel Lods est nommé architecte en chef de la reconstruction de Sotteville-lès-Rouen, dont le centre-ville a été durement touché par les bombardements alliés, en particulier celui du 19 avril 1944 qui avait pour cible la grande gare de triage de l’agglomération rouennaise. Avec la Zone verte, il conçoit un ensemble architectural dont le rationalisme et la monumentalité n’excluent pas, bien au contraire, une remarquable qualité sculpturale de ses constructions, à laquelle il faut ajouter le lyrisme des espaces verts conçus comme un paysage intérieur. La présente contribution soulève la question de la typologie nouvelle et résolument moderniste de cette Zone verte, qui s’inscrit dans un petit groupe de premiers grands ensembles novateurs en Europe, dont on trouve aussi des exemples à Londres ou à Hambourg. Innovation technique, organisation des espaces et choix du type de bâtiments – de grandes barres envisagées dès les années 1930 pour satisfaire à de nouveaux critères sociaux et hygiénistes – font de la Zone verte de Sotteville un patrimoine local précieux qui mérite aussi l’attention nationale et internationale.

Deuxième partie — Lectures et représentations

Georg Wagner-Kyora. Interprétations et pratique du consensus entre les acteurs de la reconstruction : la réédification de monuments architecturaux à Hanovre et à Brunswick, 1943-1994

6Partant du postulat que la reconstruction a résulté d’une pratique d’acteurs et de constructions identitaires variables selon les contextes locaux, cette contribution compare les choix effectués dans deux villes importantes de l’espace bas-saxon. Au départ, les similitudes étaient grandes car Brunswick et Hanovre optèrent pour une reconstruction des grandes églises ainsi que de leurs abords immédiats, créant ainsi des « îlots de tradition », un concept d’urbanisme développé ici très tôt pour intégrer la vieille ville dans une conception moderne de reconstruction des centres urbains. Pourtant, entre 1959 et 1962, les deux villes ont suivi des voies très différentes, dont les répercussions se font sentir jusqu’à aujourd’hui. À Brunswick, la ruine du château résidentiel a été démolie après d’âpres conflits tandis qu’à Hanovre, le château de la ville a été réédifié, avec toutefois une extension moderne conçue par Dieter Oesterlen pour héberger le nouveau Parlement régional de Basse-Saxe. Plusieurs décennies après, les scénarios de réédification de monuments détruits ont changé dans les deux villes. À partir de prémisses similaires, Brunswick et Hanovre ont ainsi opté pour des principes de reconstruction différents selon les périodes, mais sont parvenues dans les deux cas à établir un consensus durable avec leurs populations respectives.

Cécile-Anne Sibout. La reconstruction de Rouen à travers les médias : l’exemple de Paris-Normandie

7Dans la France libérée où se recompose le paysage médiatique, le quotidien Paris-Normandie entend apporter sa contribution à la renaissance d’une région mutilée par la seconde guerre mondiale. À cette époque où les directeurs de presse et une partie des journalistes sont des acteurs importants de la vie locale, la manière dont Paris-Normandie évoque la reconstruction de Rouen durant la première décennie d’après-guerre dépasse la simple information factuelle et traduit une volonté d’implication dans les débats et de participation à cette entreprise aux multiples enjeux. Entre représentation des sinistrés mécontents et souci didactique de leur expliquer les choix urbanistiques et architecturaux, entre interpellation des pouvoirs publics sur les lenteurs de la reconstruction et admiration emphatique pour les nouvelles réalisations, voire même défense des intérêts politiques ou économiques des porteurs de parts du journal, les différents articles livrent une polyphonie de points de vue dans laquelle les silences sont eux aussi révélateurs. L’étude de cette source souvent complexe que constitue le principal média de l’époque dans la région est ainsi riche d’enseignements, notamment en matière de représentation et de réception de la reconstruction.

Peter Stettner. La reconstruction de Hanovre vue à travers les films documentaires de l’après-guerre

8La ville de Hanovre, sévèrement détruite pendant la seconde guerre mondiale, a fait l’objet d’une reconstruction moderne dans les années 1950. Ce processus de reconstruction a été documenté dans une série de films d’information contemporains présentés au public de Hanovre sous forme de comptes rendus annuels. Ces dernières années, on a pu sauvegarder et étudier ces films devenus historiques. La présente contribution étudie ces films, réalisés pour la plupart par le journaliste Heinz Koberg, sous l’angle de l’image qu’ils donnent de la reconstruction de la ville de Hanovre. L’étude montre quels aspects sont mis en avant ou au contraire laissés de côté, comment la destruction et la reconstruction moderne sont replacées dans un contexte plus large et quelle image de la société ces films font apparaître. Elle s’attache ensuite à montrer quelle importance ces films peuvent avoir comme sources historiques sur l’après-guerre en Allemagne.

Élisabeth Chauvin et Pierre Gencey. L’appartement-témoin Perret au Havre. Le spectacle du logement ordinaire et la normalisation du quotidien dans les appartements-types de la reconstruction

9Micro-musée implanté dans le centre-ville du Havre, l’appartement-témoin Perret est conçu comme une reconstitution synthétique des logements et équipements promis aux sinistrés dans les projets de reconstruction ; sa réception dépasse le cadre technique de l’architecture pour symboliser l’avènement d’un nouveau style de vie. Dès l’immédiate après-guerre, ces modèles de logements forment la toile de fond d’un quotidien réinventé, et les projets de reconstruction se trouvent vite enfermés dans un champ médiatique qui en modifie profondément les objectifs. Si l’on reconnaît comme point de départ une propagande liée aux idéaux progressistes du mouvement moderne, ce sont les normes de la société du spectacle qui finissent par s’imposer. Les rêves s’éloignent de plus en plus des réalités quotidiennes, alors même que s’éteignent la croyance en la modernité et l’idéal d’un progrès partagé. Ce regard sur le logement s’avère déterminant pour comprendre un héritage de la reconstruction : dans cette intersection singulière, entre sphère publique et sphère privée, s’engage une analyse de l’histoire culturelle interrogeant nos propres capacités à imaginer, percevoir, ou bien encore mémoriser, des normes différentes.

Sandra Schmidt. Regards croisés : une approche pédagogique de la reconstruction à travers l’exemple d’un échange universitaire régional entre la Haute-Normandie et la Basse-Saxe

10Dans le cadre du partenariat régional entre la région Haute-Normandie et le Land de Basse-Saxe a vu le jour, entre les universités de Rouen et d’Osnabrück, un projet d’échange consacré aux signes matériels et structurels de la destruction et de la reconstruction après la seconde guerre mondiale. La thématique permet d’associer formation régionale et interculturelle et recherche. Le principe des regards croisés sur l’histoire locale et régionale rend possible une approche de soi et de l’autre et de prendre conscience aussi bien des spécificités que des points communs dans l’histoire et le présent franco-allemands. Grâce à la collaboration avec le Regionales Filmarchiv d’Osnabrück, le Pôle image (Mémoire audiovisuelle de Haute-Normandie) et le Kulturarchiv de Hanovre, il a été possible d’inclure des sources d’archives sous la forme de films d’amateurs de la période de la guerre et de l’après-guerre. En tant que lieu de mémoire, le matériau filmique est à la fois un témoignage authentique et un vecteur d’histoire culturelle. À partir de cet exemple concret de projet d’échange franco-allemand, cette contribution aborde l’histoire de l’après-guerre en Basse-Saxe et en Haute-Normandie sous l’angle des cultural studies.

Troisième partie — Questions sociales et constructions identitaires

Jean-Marie Cipolat-Gotet. La reconstruction de Rouen (1940-1965) : transformations urbaines et mutations sociales

11En 1939, Rouen est une ville où les clivages sociaux, ancrés dans l’espace autour de sa fonction portuaire ancienne puis du développement des industries, laissent cependant apparaître l’omniprésence de l’élément populaire dans les différents quartiers du centre-ville. La forte précarité sociale explique largement la faible vitalité démographique de cette « ville-tombeau ». La seconde guerre mondiale amène la destruction de 8 000 logements (20 % du parc), principalement dans les quartiers centraux où l’armature urbaine avait été peu modifiée par les transformations haussmanniennes. La reconstruction se traduit par une restructuration profonde de l’espace social, c’est-à-dire une modification de la répartition de la population et des catégories sociales au sein de la ville : l’effondrement des densités dans le centre reconstruit s’effectue principalement au détriment des catégories les plus populaires. C’est la résultante de la combinaison de plusieurs processus, tant d’échelle nationale, comme les modalités de financement des dommages de guerre, que locale comme les partis pris esthétiques, urbains et sociaux adoptés dans un plan de reconstruction dans la conception duquel les élites locales pèsent peu.

Corinne Bouillot. Rôle des femmes et représentations sexuées dans la reconstruction matérielle et politique de la Basse-Saxe au lendemain de la seconde guerre mondiale

12Dans la situation d’urgence matérielle, les femmes ont revendiqué au lendemain de la guerre une participation accrue à la reconstruction également politique de l’Allemagne. La métaphore de la « maison » à reconstruire sur les ruines matérielles et morales du pays a contribué à forger le mythe des Trümmerfrauen, ces femmes déblayant les décombres dans les villes détruites, alors qu’en Basse-Saxe par exemple, l’emploi des femmes dans le bâtiment est resté très marginal. Néanmoins, c’est l’extension bien réelle des travaux domestiques au-delà de la sphère privée, dans les sociétés dites « de survie », qui a servi à légitimer l’engagement politique des femmes dans les domaines principalement sociaux comme l’aide aux sinistrés et réfugiés. Ainsi, quelques femmes bas-saxonnes ont pu jouer, dans l’immédiat après-guerre, un rôle politique de premier plan. Très vite pourtant, l’évolution des représentations sexuées a été caractérisée par un « retour à la normale » favorisé par le discours des femmes elles-mêmes selon lequel elles avaient dû remplacer provisoirement les hommes. Cette évolution est particulièrement visible dans l’image de la reconstruction « active » après le déblaiement des décombres et dans la politique du logement remettant la famille traditionnelle au cœur des représentations de la société.

Sophie Victorien. Grandir dans un quartier insalubre de Rouen : quelles perspectives après guerre ?

13La zone Est de Rouen, et plus particulièrement le quartier de la Croix-de-Pierre, souffre jusqu’à sa réhabilitation dans les années 1970 d’une réputation des plus défavorables. Les logements insalubres et surpeuplés, l’alcoolisme et la délinquance semblent en être les principales caractéristiques. Ces traits particuliers lui conférant une image de ghetto sont développés entre autres dans l’ouvrage de Michel Quoist La Ville et l’homme. Étude sociologique d’un secteur prolétarien publié en 1952, illustré des photographies d’Henri Salesse réalisées dans le cadre de l’enquête du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme. En s’appuyant notamment sur les témoignages oraux d’anciens habitants, sur des articles de la presse locale et sur les archives des associations chargées des mineurs délinquants et en danger de la région, cette contribution évoque le quotidien des familles et des jeunes de ce quartier populaire, représentatif de cette période de l’après-guerre.

Jochen Oltmer. L’accueil et l’intégration des réfugiés et expulsés allemands de l’est de l’Europe en Basse-Saxe

14Au moment de la création du Land de Basse-Saxe en 1946, dans une situation d’extrême urgence matérielle, l’accueil des réfugiés et expulsés allemands de l’Est de l’Europe est considéré comme un des problèmes majeurs à régler, en particulier dans les villes où les sinistrés sont déjà nombreux mais aussi dans les campagnes où s’accentuent les difficultés d’approvisionnement. Ces Allemands qui ont fui devant l’Armée rouge à la fin de la guerre ou qui ont été chassés des territoires du Reich désormais placés sous administration polonaise et soviétique, ou encore des territoires européens de peuplement germanophone, sont dirigés pour une part importante vers la Basse-Saxe. La présente contribution esquisse un bilan d’une recherche en plein essor et s’inscrit dans une histoire des migrations qui prend en compte les différents aspects de l’intégration des migrants et de ses répercussions sur la société d’accueil. Tout en présentant un bilan chiffré précis de l’origine des réfugiés et expulsés et de leur répartition territoriale, ce texte étudie en particulier la question du logement provisoire, les transformations de la société et de l’économie bas-saxonnes induites par l’arrivée de ces migrants ainsi que, plus largement, la contribution qu’ils apportèrent à la reconstruction du Land.

John Barzman. Reconstruction, identités et mémoire des cités provisoires de l’agglomération havraise. Réflexions sur un projet mené à Gonfreville-l’Orcher en 2004

15Cette contribution présente le projet de collecte et d’analyse de témoignages oraux réalisé par une équipe pluridisciplinaire, à la demande de la municipalité de Gonfreville-l’Orcher, sur la vie dans les cités provisoires de la périphérie de l’agglomération havraise. En 1944, après les bombardements massifs du Havre, les troupes américaines établissent sur le territoire de la commune de Gonfreville-l’Orcher le camp militaire Philip-Morris. En 1947, le ministère de la Reconstruction décide que le camp composé d’environ 600 baraquements, désormais désaffecté, accueillera des sinistrés de la guerre, parmi lesquels on compte les catégories de population havraises les plus pauvres. Les témoignages évoquent la vie quotidienne difficile dans ces cités « durablement provisoires », où s’organise toutefois la solidarité et où le sentiment de relégation, qui a favorisé une forte implantation du parti communiste, contribue à la formation d’une identité et d’une socialisation particulières. Celles-ci, encore très ancrées dans les mémoires, permettent d’appréhender une part du phénomène des mal-logés en le replaçant dans la problématique plus large des choix de la reconstruction et de leurs implications jusqu’à aujourd’hui.

Quatrième partie — Mémoires et patrimoines

Pierre Bergel. Destructions et reconstructions caennaises. Histoire d’une étrange amnésie urbaine : 1944-2011

16À partir du 6 juin 1944, la ville de Caen subit de sévères destructions dans le contexte de la plus grande opération militaire de la seconde guerre mondiale. Reconstruite selon des modalités novatrices, elle est riche d’innovations formelles qui devraient en faire un laboratoire pour les pratiques d’urbanisme. Pourtant, cette expérience originale a été précocement effacée des mémoires. Considérée comme une parenthèse, la reconstruction de Caen est vue à posteriori comme une reconstitution du passé, comme une « renaissance » exprimée par l’image du phénix. À rebours de ces représentations, la présente contribution pose l’hypothèse que la reconstruction caennaise projette dans la modernité une société locale rétive au changement. Les formes urbaines nouvelles qui émergent des ruines ne visent pas à la reconstitution d’un passé enfoui, elles affirment au contraire un bouleversement socio-spatial inédit. Refoulement d’un passé traumatique, l’amnésie des destructions et de la reconstruction pèse sur l’avenir de la ville. Aujourd’hui, il est troublant de constater la faible mobilisation des savoir-faire et des potentiels de la reconstruction. Cette étrange amnésie concerne les démarches concrètes d’aménagement et de projet urbain autant que les rares tentatives à visée patrimoniale ou mémorielle.

Patrice Gourbin. Un territoire pour le souvenir. Le débarquement et la bataille de Normandie

17Les plages du débarquement sont aujourd’hui un espace commémoratif d’importance internationale, candidat à la labellisation au patrimoine mondial. Leur aménagement et le développement de leur notoriété dans les années d’après-guerre sont dus au Comité du débarquement, créé et piloté par Raymond Triboulet. Celui-ci sut non seulement obtenir les moyens matériels nécessaires, mais aussi maîtriser et coordonner les initiatives locales, nationales et internationales. Le projet, étroitement lié au contexte politique de la fin des années 1940, associait le débarquement allié et le général de Gaulle, les combats mettant fin à l’occupation allemande et le rétablissement de la « légitimité républicaine ». Le choix des plages, qui excluait le reste de la bataille de la Normandie, était loin de faire l’unanimité mais constituait la condition de l’obtention des financements nationaux et internationaux. Aujourd’hui, la volonté de commémoration, plus intense que jamais, se caractérise par endroits par une remise en cause du message d’origine et des monuments qui le portent. Le risque est celui d’un brouillage du sens et d’une altération des sites, auxquels s’ajoute la possibilité d’une dérive touristique non maîtrisée.

Corinne Bouillot. La mémoire rouennaise des bombardements dans son contexte régional et national, 1944-2011

18Parmi les aspects de la seconde guerre mondiale ayant pourtant marqué durablement les populations des régions sinistrées, les bombardements alliés n’ont, à première vue, suscité en France qu’une culture mémorielle secondaire, à laquelle semble toutefois succéder depuis les 50e et 60e anniversaires de la Libération une plus grande volonté de commémoration. La relative absence d’une mémoire nationale des bombardements, qui disparaissait derrière d’autres pratiques commémoratives dominantes, n’a toutefois pas totalement entravé l’émergence de mémoires locales qui se sont exprimées dès les années d’après-guerre, comme le montre l’exemple rouennais. Cette étude de cas sur le souvenir officiel des bombardements de 1944 à nos jours dans une « ville martyre » est replacée dans un contexte géographique plus large et se propose d’ouvrir quelques pistes de réflexion sur un sujet peu exploré jusqu’ici. Sont retracées, principalement à partir de documents d’archives municipaux, les différentes phases et les diverses formes qu’ont pu revêtir ces constructions mémorielles.

Thorsten Heese. « En 48, tout était encore en ruines ! ». Le musée d’histoire culturelle d’Osnabrück comme forum d’histoire contemporaine : travail avec des témoins sur la représentation de la reconstruction et de l’évolution de la société après 1945

19La culture et l’éducation historico-politiques sont des besoins fondamentaux dans les sociétés démocratiques. Les musées historiques, en tant que partie intégrante de ces sociétés, ne sont pas seulement des lieux de présentation visuelle et sensorielle de l’histoire. Ils doivent être compris aussi comme des lieux de communication, où peuvent se rencontrer différents groupes sociaux. De tels forums constituent un espace de dialogue sociétal et politique. Dans la dialectique entre le visuel et la communication se développe une compétence muséographique qui confère au public une autonomie critique qui dépasse le cadre du musée. Il s’agit d’expliquer ici, à travers l’exemple de son cercle de travail sur l’histoire contemporaine, comment le musée d’histoire culturelle de la ville d’Osnabrück met en oeuvre cette conception. La présente étude, qui laisse une large place aux extraits d’entretiens réalisés dans le cadre décrit, s’appuie sur les quatre séances de travail consacrées à la ville d’Osnabrück entre 1945 et 1965 autour des sujets suivants : « Reconstruction d’une ville détruite », « Société après la guerre et le nazisme » et « Guerre froide et conscience ».

Stephanie Springer. La réception de l’architecture de la reconstruction dans le Hanovre d’aujourd’hui

20Hanovre fait partie des villes allemandes marquées durablement par l’architecture moderne d’après-guerre. Même si de nombreux bâtiments ont déjà été démolis et si d’autres sont négligés ou menacés, cette architecture est généralement classée au titre de la protection des monuments historiques depuis les années 1980. Le rapport actuel à ce patrimoine dépend d’une mosaïque de facteurs parmi lesquels on compte l’objet lui-même et son rayonnement, le jeu des acteurs et les conditions juridiques de sa conservation. Dans un contexte marqué par la concomitance entre reconnaissance de l’architecture de l’après-guerre par la génération des « petits-enfants » et reconstruction historicisante de châteaux et d’églises, les enjeux de la mise en patrimoine résident dans une réflexion sur la manière dont on peut prolonger l’héritage, mais aussi dans des conflits déterminés par d’autres intérêts, en particulier économiques et commerciaux. Lorsqu’on se penche sur les aspects juridiques relatifs au classement des monuments historiques et sur le droit de la propriété artistique, on en constate rapidement les faiblesses, en particulier lorsque les pouvoirs publics sont propriétaires ou quand de grands investisseurs sont impliqués. Décisive reste alors l’attitude des citoyens et des citoyennes dans la protection de leur propre patrimoine.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540