Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Annexes

Annexe II. La reconstruction dans les films d’archives de Haute-Normandie et de Basse-Saxe : un exemple de coopération européenne autour du patrimoine audiovisuel régional

Texte intégral

  • 1 La projection a eu lieu le 21 octobre 2010, quelques semaines après la réouverture du cinéma.
  • 2 Voir la contribution de Patrice Pusateri ci-dessus, qui évoque ce bâtiment typique des années 1950

1 Il a été rappelé dans l’introduction générale de cet ouvrage combien les films d’archives sur la reconstruction, qu’ils soient professionnels ou amateurs, constituent un matériau documentaire et un support médiatique intéressant pour l’histoire des représentations. C’est ce qu’analyse précisément la contribution de Peter Stettner ci-dessus, à travers l’exemple des films de l’après-guerre sur Hanovre. Conscientes de l’intérêt patrimonial que présentent aujourd’hui ces sources, qui font l’objet depuis plusieurs années d’un important travail de collecte, de sauvegarde et de valorisation dans les deux régions, nous avons jugé utile de rappeler ici leur existence et les partenariats franco-allemands qu’elles ont suscités. Les principaux films cités dans les contributions du livre sont brièvement décrits dans cette annexe et illustrés par des photogrammes. Cinq d’entre eux avaient pu être projetés, à l’occasion du colloque bilatéral qui a servi de base au présent ouvrage, au cinéma Omnia récemment restauré1 – un édifice lui-même emblématique de la reconstruction rouennaise2.

  • 3 Contact pour la consultation : ΜΑΗΝ, Pôle image Haute-Normandie, Rouen, http://www.poleimagehn.com

2Au sein du Pôle image Haute-Normandie, la mission de la Mémoire audiovisuelle (ΜΑΗΝ) créée en 1986 consiste en la sauvegarde et la valorisation du patrimoine filmique, surtout amateur, ayant pour thématique ou pour cadre la Haute-Normandie. La ΜΑΗΝ (chargée des collections : Agnès Deleforge) organise régulièrement des actions de sensibilisation à son patrimoine et de diffusion à l’intention du public régional, des professionnels de l’audiovisuel, mais aussi de la population scolaire et universitaire. Elle a, entre autres initiatives, établi un partenariat avec les universités de Rouen (département d’allemand) et d’Osnabrück (institut d’études romanes) dans le cadre de l’échange pédagogique présenté ci-dessus par Sandra Schmidt. Elle met aussi ses collections à la disposition des chercheurs et chercheuses3.

  • 4 http://www.filmundgeschichte.de, rubrique « Hannover im Film ».
  • 5 Que Birgit Müller, Peter Stettner et Agnès Deleforge soient ici particulièrement remerciés de leur (...)

3Les archives culturelles des établissements d’enseignement supérieur de Hanovre (Kulturarchiv der Hannoverschen Hochschulen, directeur : Peter Stettner) ont des missions similaires de conservation et de valorisation. Elles sont également partie prenante de la recherche scientifique et de projets pédagogiques universitaires autour du cinéma, en particulier à travers le site Film und Geschichte réalisé en collaboration avec l’institut d’histoire de l’université Leibniz de Hanovre. Sur ce site, on trouvera une rubrique spécifique sur les films de la reconstruction de Hanovre, avec une abondante documentation et des pistes d’exploitation didactique4. Les archives de la culture filmique régionale d’Osnabrück (Archiv der regionalen Filmkultur Osnabrück, responsable : Birgit Müller) ont été créées en 1995, elles sont gérées par l’association Osnabrücker FilmForum et travaillent avec les musées et les établissements scolaires. Tout comme la ΜΑΗΝ et les archives culturelles de Hanovre, elles ont été impliquées dans l’échange universitaire évoqué et ont présenté aux étudiant(e)s une partie de leurs collections, de leur matériel technique ainsi que leurs objectifs de travail5.

  • 6 http://www.geschichte-projekte-hannover.de/filmundgeschichte/hannover_im_film/dvd-5.html.
  • 7 Osnabrück im Film. Ein Rückblick in fünf Kapiteln 1926-1966. Production : Archiv der regionalen Fi (...)
  • 8 La reconstruction dans les films d’archives. Regards croisés (Der Wiederaufbau in Archivfilmen. Ei (...)
  • 9 Signalons qu’un autre DVD commun avait déjà été édité sur une autre thématique : Portraits d’entre (...)

4La plupart des films sur la reconstruction de Hanovre sont commercialisés sous forme de DVD6. De même, Birgit Müller a pu réaliser, à partir de la collecte de films d’archives sur Osnabrück, une compilation elle aussi éditée qui retrace l’histoire de la ville des années 1920 aux années 1960 et qui accorde une large place à la période de la reconstruction7. Plus accessible à un public francophone intéressé par la comparaison, un DVD commun (avec traduction des commentaires des films allemands) a été produit sur cette thématique par le Pôle image Haute-Normandie en partenariat avec les archives culturelles des établissements d’enseignement supérieur de Hanovre et les archives de la culture filmique régionale d’Osnabrück. En s’inscrivant dans une perspective résolument comparatiste, la projection des films des deux régions, puis l’édition de ce DVD, témoignent d’une collaboration privilégiée entre ces institutions, engagée depuis 2003 dans le cadre de la coopération culturelle régionale. Le DVD intitulé La reconstruction dans les films d’archives. Regards croisés8 est disponible dans les médiathèques régionales, les centres de documentation et d’information des établissements scolaires de Haute-Normandie et les centres culturels français en Allemagne9. Les films sélectionnés pour ce DVD ont été tournés à Hanovre, Rouen, Osnabrück et Elbeuf. Ils présentent un bilan des destructions et de la reconstruction de ces villes dans les années d’après-guerre, mais retracent aussi l’activité économique, culturelle et sportive à travers le regard didactique, esthétique ou burlesque de cinéastes professionnels ou amateurs éclairés.

1

  • 10 Que soient remerciés ici pour la mise à disposition de ces films et des deux autres présentés ci-d (...)

5Présentation des films présents dans La reconstruction dans les films d’archives. Regards croisés évoqués dans l’ouvrage10

*

6 Hannover 1949-1950.

7Réalisation : Heinz Koberg, 21 minutes, noir et blanc, muet, 16 millimètres, version sous-titrée en français.

  • 11 Voir la contribution de Peter Stettner ci-dessus.
  • 12 Sur le grand chantier de la reconstruction de Hanovre, avec son renouveau urbanistique impulsé par (...)

8Ce film est le premier de la série de « films de la reconstruction » réalisés presque annuellement, jusqu’à la fin des années 1950, par le journaliste Heinz Koberg à la demande de la ville de Hanovre pour documenter la progression de cette entreprise d’envergure11. On y voit les paysages de ruines laissées par la guerre, les travaux de déblaiement et de fabrication de matériaux de construction, les nouveaux projets d’urbanisme pour Hanovre12, ainsi que les premières étapes de la reconstruction : les lotissements qui semblent surgir de terre, la reconstruction du centre-ville avec ses monuments les plus marquants comme l’église du Marché (Marktkirche) ou encore l’opéra. Ce bilan des débuts de la reconstruction, présentés comme une réussite spectaculaire, est entrecoupé de scènes consacrées à la renaissance de la ville à travers sa vie culturelle, sportive et surtout économique (avec une évocation de la foire industrielle de Hanovre et du redémarrage de l’industrie automobile).

Figure no 110 – « Hanovre se reconstruit ! » Photogramme extrait de : Heinz Koberg, Hannover 1949-1950.

*

9 Fiction Strélisky, 1949.

10Réalisation : Ellebé, 9 minutes, noir et blanc, muet, 16 mm, commenté par Patrice Pusateri en 2008.

  • 13 Sur cette thématique, voir la contribution de Patrice Pusateri ci-dessus.

11Ce film a été réalisé par Bernard Lefebvre, dit Ellebé, photographe professionnel rouennais et membre du Club des cinéastes amateurs de Rouen. Comme son titre l’indique, il s’agit d’une petite fiction qui a toutefois pour cadre bien réel le Rouen de l’après-guerre à l’époque de sa reconstruction, et pour thématique particulière les conséquences engendrées par les grands travaux de surélévation des quais (imposée par le gouvernement pour la circulation fluviale13). Le film décrit sur un mode burlesque les tribulations d’un Rouennais moyen très désorienté par la transformation du paysage urbain sur les bords de Seine et incarné par Strélisky, ancien directeur du Théâtre français de Rouen bombardé en 1944.

*

12 Images de Rouen, années 50.

13Réalisation : Henri Sergent, 6 minutes, noir et blanc, muet, 9,5 millimètres, commenté par Patrice Pusateri en 2008.

14Henri Sergent, artiste peintre rouennais, livre ici des images à la fois très réalistes et esthétiques d’une ville marquée par les destructions de la guerre, en particulier dans le quartier sud de la cathédrale. Outre les travaux de déblaiement des ruines, les ponts provisoires sur la Seine et les travaux de reconstruction et de surélévation des quais, on y voit la reprise de l’activité du port maritime de Rouen, marquée encore à cette époque par le commerce du vin mais aussi, en ce début des « trente glorieuses », par l’essor de l’industrie automobile.

*

Figure no 111 – Travaux de déblaiement au sud de la cathédrale. Photogramme extrait de : Henri Sergent, Images de Rouen, années 50.

Figure no 112 – Embarquement de voitures (4 CV) sur le port de Rouen. Photogramme extrait de : Henri Sergent, Images de Rouen, années 50.

15Extraits de Osnabrück im Film – Ein Rückblick in fünf Kapiteln 1926-1966.

16Production : Archiv der regionalen Filmkultur Osnabrück, 1997 ; réalisation : Birgit Müller.

17Sélection et montage des extraits : A. Deleforge, 10 minutes ; commentaire de B. Müller sous-titré en français.

  • 14 Sur les représentations de l’après-guerre à Osnabrück – de la situation d’urgence à la perception (...)

18Le montage s’ouvre sur les images d’un bombardement de la ville et sur un bilan des destructions filmées par les reporters de guerre britanniques, pour évoquer ensuite la situation de grande précarité que connaît la population d’Osnabrück en matière de logement et d’état sanitaire dans l’immédiat après-guerre. Suit une évocation de la reconstruction très symbolique, dès 1948, de l’hôtel de ville historique où a été proclamée la paix de Westphalie en 1648, ainsi que du grand chantier de reconstruction de la place du Marché (Markt) et de restauration de la cathédrale (Dom). Il s’achève sur l’essor économique des années 1950, qui se manifeste en particulier à travers la motorisation croissante que connaît la ville14.

Figure no 113 – Ouvrier de la reconstruction à Osnabrück. Photogramme extrait de : Osnabrück im Film – Ein Rückblick in fünf Kapiteln.

*

19 Pose de la première pierre du Palais des consuls, 1952.

20Réalisation : Ellebé, 3 minutes, noir et blanc, muet, 16 millimètres.

  • 15 Voir la contribution de Patrice Pusateri ci-dessus.

21Parmi les édifices emblématiques de la reconstruction de Rouen, on compte l’impressionnant Palais des consuls15, à savoir la nouvelle chambre de commerce et d’industrie construite entre 1951 et 1954 et inspirée du palais de Chaillot à Paris. La pose de la première pierre constitue l’occasion d’une cérémonie officielle à laquelle assistent les architectes de l’édifice (Chirol, Herr, Flavigny) ainsi que de nombreuses personnalités rouennaises de l’époque, parmi lesquelles l’entrepreneur de travaux publics Georges Lanfry.

Figure no 114 – Photogramme extrait de : Ellebé, Pose de la première pierre du Palais des consuls, 1952.

2

22Autres films évoqués dans l’ouvrage

*

23 Côté cour, 1950.

24Réalisation : Claude Moignard, sur un texte d’Yvon Hecht, 15 minutes, noir et blanc, sonore, 16 millimètres.

  • 16 Sur la vie dans ces quartiers de l’Est rouennais, voir la contribution de Sophie Victorien ci-dess (...)

25Ce film, réalisé pour l’association Action d’urgence contre le taudis, est construit autour d’un contraste saisissant entre clarté et obscurité : d’une part la modernité et l’hygiénisme revendiqués pour une partie de la reconstruction de Rouen, la préservation des trésors architecturaux de la ville et le dynamisme économique retrouvé après la guerre ; d’autre part le « revers de la médaille » avec la présence des « taudis » dans une grande partie de la ville, comme dans le quartier Martainville où les laissés pour compte de la modernité s’entassent dans l’exiguïté et l’insalubrité des immeubles très anciens16. Le réalisme de cette fresque sociale aux images à la fois dures et poétiques s’accompagne d’un vibrant appel au spectateur à agir contre la misère et le désespoir qui règnent « côté cour ».

Figure no 115 – Le contraste entre misère et reconstruction moderne. Photogramme extrait de : Claude Moignard, Côté cour, 1954.

26 La Cathédrale de Rouen. Notre-Dame des Sept Torpilles, 1953.

27Réalisation : André Roy, d’après un thème documentaire de Roger Parment, 19 minutes, noir et blanc, sonore, 16 millimètres. Production RoyFilm.

28Produit avec le concours de la ville de Rouen, ce film s’ouvre sur une évocation du riche passé médiéval de Rouen partiellement anéanti par les destructions de la seconde guerre mondiale, puis resserre la perspective sur les « meurtrissures » de la cathédrale, dont le « sauvetage » puis la « renaissance miraculeuse » sont censés incarner la pérennité de la cité. L’hommage poétique rendu à ce monument emblématique est teinté d’un pathos encore accentué par la musique solennelle d’Aimé Courtioux. Mais le film livre aussi des informations précises sur les dommages subis par de nombreux monuments rouennais, dont la cathédrale elle-même, atteinte en 1944 par « sept torpilles » au cours des bombardements. Il fournit également une documentation précieuse sur le grand chantier de reconstruction et de restauration de la cathédrale, qui a mobilisé de nombreux corps de métier comme celui de tailleur de pierre.

29 Informations recueillies et présentées par Agnès Deleforge et Corinne Bouillot

Notes

1 La projection a eu lieu le 21 octobre 2010, quelques semaines après la réouverture du cinéma.

2 Voir la contribution de Patrice Pusateri ci-dessus, qui évoque ce bâtiment typique des années 1950.

3 Contact pour la consultation : ΜΑΗΝ, Pôle image Haute-Normandie, Rouen, http://www.poleimagehn.com.

4 http://www.filmundgeschichte.de, rubrique « Hannover im Film ».

5 Que Birgit Müller, Peter Stettner et Agnès Deleforge soient ici particulièrement remerciés de leur engagement dans ce projet.

6 http://www.geschichte-projekte-hannover.de/filmundgeschichte/hannover_im_film/dvd-5.html.

7 Osnabrück im Film. Ein Rückblick in fünf Kapiteln 1926-1966. Production : Archiv der regionalen Filmkultur Osnabrück, 1997 ; réalisation : Birgit Müller.

8 La reconstruction dans les films d’archives. Regards croisés (Der Wiederaufbau in Archivfilmen. Ein Blickwechsel), montage d’archives de 1949 à 1960, Pôle image Haute-Normandie, Mémoire audiovisuelle, Gesellschaft für Filmstudien – Kulturarchiv Hannover, Archiv der regionalen Filmkultur Osnabrück. Production : Pôle image Haute-Normandie, 2008.

9 Signalons qu’un autre DVD commun avait déjà été édité sur une autre thématique : Portraits d’entreprises (Firmenporträts), montage d’archives de 1930 à 1960, Pôle image Haute-Normandie, Mémoire audiovisuelle, Archiv der regionalen Filmkultur Osnabrück. Production : Pôle image Haute-Normandie, 2006.

10 Que soient remerciés ici pour la mise à disposition de ces films et des deux autres présentés ci-dessous : Mme Seggelke, Jean-Paul Lefebvre, famille Sergent, Sylviane Moignard, Gabriel Hurard, ville de Rouen.

11 Voir la contribution de Peter Stettner ci-dessus.

12 Sur le grand chantier de la reconstruction de Hanovre, avec son renouveau urbanistique impulsé par Rudolf Hillebrecht, voir la contribution de Sid Auffarth ci-dessus.

13 Sur cette thématique, voir la contribution de Patrice Pusateri ci-dessus.

14 Sur les représentations de l’après-guerre à Osnabrück – de la situation d’urgence à la perception d’un nouveau départ pendant la période de reconstruction – on se reportera à titre de comparaison à la contribution de Thorsten Heese ci-dessus.

15 Voir la contribution de Patrice Pusateri ci-dessus.

16 Sur la vie dans ces quartiers de l’Est rouennais, voir la contribution de Sophie Victorien ci-dessus ; voir aussi Didier Mouchel (dir.), Henri Salesse. Enquêtes photographiques Rouen 1951 et Petit-Quevilly 1952, Plouha, GwinZegal – Pôle image Haute-Normandie, 2008.

Table des illustrations

Légende Figure no 110 – « Hanovre se reconstruit ! » Photogramme extrait de : Heinz Koberg, Hannover 1949-1950.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5361/img-1.jpg
Fichier image/, 152k
Légende Figure no 111 – Travaux de déblaiement au sud de la cathédrale. Photogramme extrait de : Henri Sergent, Images de Rouen, années 50.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5361/img-2.jpg
Fichier image/, 136k
Légende Figure no 112 – Embarquement de voitures (4 CV) sur le port de Rouen. Photogramme extrait de : Henri Sergent, Images de Rouen, années 50.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5361/img-3.jpg
Fichier image/, 114k
Légende Figure no 113 – Ouvrier de la reconstruction à Osnabrück. Photogramme extrait de : Osnabrück im Film – Ein Rückblick in fünf Kapiteln.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5361/img-4.jpg
Fichier image/, 92k
Légende Figure no 114 – Photogramme extrait de : Ellebé, Pose de la première pierre du Palais des consuls, 1952.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5361/img-5.jpg
Fichier image/, 120k
Légende Figure no 115 – Le contraste entre misère et reconstruction moderne. Photogramme extrait de : Claude Moignard, Côté cour, 1954.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5361/img-6.jpg
Fichier image/, 110k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540