Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Annexes

Annexe I. Mémoire orale des destructions, du logement provisoire et de la reconstruction

Traduction de Corinne Bouillot

Texte intégral

1 Sans nullement prétendre à une quelconque exhaustivité, les extraits d’entretiens choisis ici illustrent une partie des thématiques abordées dans les contributions de cet ouvrage collectif.

2Ils fournissent quelques aperçus croisés complémentaires émanant des deux régions étudiées, contribuant ainsi à ajouter aux autres aspects patrimoniaux la dimension d’un patrimoine immatériel qui s’est constitué ou se constitue dans le contexte de la disparition progressive des témoins de la période étudiée.

31 – Souvenirs des bombardements sur Rouen.

4Extraits de Rouen mémoires 44, édité en 2004 par la ville de Rouen. Témoignage de Jacques, 12 ans en 1944.

52 – Du logement provisoire à la normalisation des conditions d’habitat.

6Souvenirs de Hertha Hesse et Eugenie Brickwedde, Osnabrück. Entretiens réalisés par Cloé Pétel, 2010.

73 – Mémoire des cités provisoires de l’agglomération havraise.

8Extraits d’entretiens enregistrés sur le CD d’accompagnement du livre Gonfreville-l’Orcher 1947-1980. Mémoires des cités, 2005.

94 – La reconstruction de Hanovre vue par un apprenti maçon.

10Souvenirs de Lothar Springer. Entretien réalisé par Stephanie Springer, 2007. 5 – Mémoire de la reconstruction du Havre.

11Souvenirs de Mme Mabille. Entretien réalisé par Aline Hamel, 2010.

1

12Souvenirs des bombardements sur Rouen.

13Extraits de Rouen mémoires 44.

14Témoignage de Jacques, 12 ans en 1944.

  • 1 Pour une mise en contexte de ces initiatives mémorielles, voir la contribution de Corinne Bouillot (...)
  • 2 Rouen mémoires 44, édité par la ville de Rouen, septembre 2004. Les témoignages, coll (...)

15 En 2004, à l’occasion du 60 e anniversaire de la libération des villes et villages normands, le service du patrimoine de la ville de Rouen a souhaité, dans le cadre de ses actions pédagogiques, commémoratives et culturelles, accorder une place importante au patrimoine immatériel en lançant un appel à témoins qui a permis d’interroger des Rouennais sur leur vécu de l’occupation allemande et de la fin de la seconde guerre mondiale 1 . L’évocation des bombardements du 19 avril 1944 sur l’agglomération rouennaise et de ceux de la « semaine rouge » en mai-juin 1944 occupent une place centrale dans la publication issue de ces témoignages 2 .

  • 3 Extraits de Rouen mémoires 44, op. cit., p. 18-19, 51 et 57.

16 Le témoignage reproduit ici 3 n’est que rapidement introduit. Pour un rappel précis des événements, on se rapportera aux développements de la brochure, à laquelle ont collaboré plusieurs historiens et historiennes.

Figure no 105 – Deux bombardiers au-dessus de la Normandie, juin 1944.

  • 4 Sur les stratégies alliées et l’ampleur des destructions dans l’agglomération de Rouen, voir la co (...)

17 Les bombardements anglo-américains du 19 avril 1944, qui visaient l’importante gare de triage de Sotteville-lès-Rouen, ont touché gravement l’agglomération et le centre-ville même de Rouen 4 . Les raids de cette nuit-là sont restés fortement ancrés dans la mémoire des habitants.

18Après le bombardement du 19 avril, il y avait une ambiance un peu étonnante, on supportait ça, et les gens étaient consternés. Même les mieux disposés envers les Anglo-Américains ne comprenaient pas très bien, ils se cherchaient parfois, pour se rassurer, des raisons pour expliquer. On se disait qu’après tout, ils visaient peut-être ça et ça, il fallait essayer de se remettre le moral en place. [...] Mais c’était dur à supporter que les Anglais et les Américains prennent si peu de cas de la population.

19 Au cours de la « semaine rouge », du 30 mai au 5 juin 1944, les Alliés préparent le débarquement et bombardent les ponts pour empêcher le passage des troupes allemandes. Ce nouveau temps fort de la guerre aérienne fait de nombreuses victimes à Rouen.

20Le 30 mai, la ville avait déjà été très touchée, en plein centre, mais les Rouennais s’étaient rendu compte que les ponts, les deux ponts et le troisième pont, ferroviaire – le viaduc d’Eauplet –, n’étaient pas réellement détruits, et tout le monde imaginait bien que, le travail n’étant pas fait entièrement, ils allaient revenir. Devant les risques de cette future attaque, le préfet, le maire, l’archevêque ont lancé un appel en commun qui demandait à la population de ne pas se rendre à son travail le lendemain. Mais les employés des banques étaient tenus par les échéances des effets de commerce en fin de mois. Mes parents sont donc partis ce matin-là pour le Crédit lyonnais, comme tous les matins. À 11 heures, l’alerte a retenti, et vers 11 h 45, il y avait, avons-nous appris plus tard, 130 avions sur la ville. Je suis monté à ce moment-là rue du Renard, au dernier étage de notre immeuble, où, par un vasistas, j’ai vu clairement les avions suivre la même direction que la veille. Ils n’étaient pas très hauts. [...] On entendait les bombes, les explosions, et je suis redescendu dans notre appartement retrouver mon frère et ma grand-mère. Je me rappelle un petit phénomène, que j’avais trouvé amusant sur le coup. Chaque fois qu’il y avait de très grosses explosions – le parquet de la pièce n’était pas parfaitement jointif –, je voyais une ligne de poussière monter de chacune des lames de parquet, dans toute la pièce. En retombant, la poussière retombait régulièrement, un peu des deux côtés et, à chaque grosse explosion, ça recommençait et ça repartait bien en ligne d’un bout à l’autre de la pièce. Vers 12 h 30, l’alerte était finie, et mon frère et moi nous étions à la fenêtre de la rue du Renard, au deuxième étage, chacun à une fenêtre, pour guetter les silhouettes qui pouvaient arriver de la place Cauchoise. Nous ne pleurions pas, nous étions inquiets forcément, mais nous mettions tous nos espoirs dans un retard. [...] Nous avons évidemment commencé à comprendre quand nous vîmes passer un couple de collègues de mes parents qui ont préféré nous dire d’en bas, comme ça, qu’ils ne savaient pas. Un peu plus tard, ma tante, rescapée, est retournée sur place, elle est revenue au début de l’après-midi en nous annonçant la catastrophe. [...] Le lendemain matin, je me suis réveillé et là, pendant deux secondes j’ai cru que j’avais rêvé. Et que non, c’était un cauchemar de la nuit, et puis je me suis dit non, ce n’est pas vrai. [...]

21Le mardi 6 juin avait lieu le service religieux pour l’ensemble des victimes du Crédit lyonnais, à l’église Saint-Patrice, du côté des boulevards. Le matin, sur le poste de TSF – que nous n’avions pas donné au ramassage –, j’ai entendu sur Radio-Londres que le débarquement venait de commencer. Et le souvenir que j’en garde – c’est bizarre, parfois on s’accroche à un petit détail –, c’était que les opérations étaient menées par un général américain au nom imprononçable, étant donné qu’Eisenhower, quand on l’entend pour la première fois, on ne voit pas du tout comment ça s’écrit. [...] Pour beaucoup de gens, ce n’est pas que les souffrances allaient s’arrêter, il allait y en avoir bien d’autres encore, mais c’était ce que tout le monde attendait depuis presque quatre ans, depuis quatre longues années. Mais le 6 juin, pour nous, c’était aussi l’enterrement de nos parents.

2

22Du logement provisoire à la normalisation des conditions d’habitat.

23Souvenirs de Hertha Hesse, arrivée en Basse-Saxe en 1945 comme réfugiée, et d’Eugenie Brickwedde, jeune veuve de guerre.

  • 5 Cloé Pétel, « Osnabrücker ZeitzeugInnen erzählen ihre Geschichte – Zweiter Weltkrieg und Nachkrieg (...)

24 Extraits de deux entretiens réalisés les 17 et 25 juin 2010 à Osnabrück par Cloé Pétel, étudiante en première année de master d’études germaniques à l’université de Rouen 5 . Les personnes interrogées font partie du cercle de témoins du musée d’histoire culturelle d’Osnabrück. Leurs témoignages, centrés ici sur la question du logement, complètent ceux dont on retrouvera des extraits dans la contribution de Thorsten Heese ci-dessus.

*

  • 6 Sur ce sujet, voir la contribution de Jochen Oltmer ci-dessus.

25 Née en 1930, Hertha Hesse fuit à la fin de la guerre avec ses parents la ville de Königsberg en Prusse orientale, au moment de l’arrivée des troupes soviétiques. Après le long périple que connurent la plupart des réfugiés de cette région (un exode hivernal à pied, en bateau sur la Baltique, en train et dans un camion de la Wehrmacht), la famille arrive à Celle en février 1945 sur le territoire de la future Basse-Saxe6. Elle y fait l’expérience du logement provisoire et des conditions difficiles d’intégration des réfugiés de l’Est.

26C’est une chance que mes deux parents aient été malades, sinon, on nous aurait envoyés dans un camp provisoire de réfugiés comme les personnes en bonne santé. Dormir sur la paille. Tous ceux qui arrivaient, ils couchaient sur de la paille, dans un grand gymnase. Mais mes parents étaient malades et heureusement, on nous a affectés dans une maison. On est d’abord arrivés dans une autre et là, ils ont dit : « Non, on ne veut pas de ces gens. » Alors on est allé dans la suivante. Et là, on a eu deux pièces pour vivre. Oui, c’était très bien. Mais après sont arrivés encore plus de gens dans cette maison, et il a fallu que nous rendions l’une des deux pièces. Il y avait là une famille avec trois filles, le père et la mère. Les filles étaient un peu plus âgées que moi. Et une grand-mère. Il y avait déjà six personnes qui habitaient là. Ils ont pris l’étage du bas, et les réfugiés le premier étage en haut. Il y avait une salle de bain avec une baignoire, c’est devenu notre cuisine. Et il y avait du lino complètement fichu [...] Et après il y avait des puces. C’était une plaie, vous voyez ? [...] Il y avait aussi un réchaud à gaz, mais il n’y avait pas toute la journée du gaz pour se chauffer et pour faire la cuisine, il était rationné. [...]

27Celle n’avait pas été détruite. Alors d’autres sont encore arrivés. Oui, mon père disait : « Nous restons à Celle, nous ne fuyons pas plus loin. L’Américain est sur le Rhin, et le Russe à Berlin. Et nous, nous sommes à mi-chemin, à la moitié. Alors on reste là. » Et alors le front est arrivé jusqu’à Celle [...] Mais ça s’est relativement bien passé, la prise de la ville. [...]

28Les habitants de Celle ont constaté, lorsque les soldats allemands sont partis, que les casernes étaient vides. Alors ils sont allés, comment dit-on... Ils ont pris ce qu’il y avait dans les pièces de la caserne, ce qui se trouvait là, et l’ont ramené chez eux. De la literie, tout ce qu’il y avait sur les lits. Après, ça a fait une robe à carreaux pour ma mère, la seule qu’elle avait. Et il y avait aussi une fabrique de gâteaux à Celle, elle s’appelait Trüller. Là, les portes étaient ouvertes aussi. Et on avait une sorte de petite charrette à bras en bois, et on y a chargé tout ce qu’on pouvait, des denrées alimentaires qui venaient des cuisines, et ce qu’on pouvait récupérer. Les voisins disaient : « Allez chez Trüller et prenez ce que vous trouvez. » [...]

  • 7 Sur la question de la gestion de l’urgence au quotidien, en particulier par les femmes, voir la co (...)

29 Hertha Hesse évoque aussi, pour ces années d’après-guerre (jusqu’à la réforme monétaire de 1948), les difficultés d’approvisionnement, la débrouillardise nécessaire pour gérer le quotidien, le travail contre paiement en nature pour se procurer le minimum vital 7 .

30[Ma mère] ne travaillait pas. Oui, elle devait soigner mon père. Et me faire la cuisine quand j’allais à l’école [...] Et puis elle a travaillé quelque temps dans un atelier de tricotage pour que nous puissions avoir des vêtements. Non, ma mère n’avait pas fait les études nécessaires pour avoir une profession. [...] Et de toute façon, on passait déjà beaucoup d’heures de travail à trouver de la nourriture, des denrées alimentaires. Ma mère surtout, et moi un peu aussi.

31Et alors on a eu l’opportunité de prendre une voiture, pour cinq marks ou quelque chose comme ça, pour aller cueillir des myrtilles dans la forêt. Ou bien un couple de personnes âgées qui ne pouvait pas cueillir ses groseilles : « Vous ne voudriez pas cueillir nos groseilles ? » Alors oui, on était d’accord. Mais pour moi c’était le problème : est-ce que tu apprends ton vocabulaire ou bien est-ce que tu vas cueillir les groseilles ? Et alors on allait les cueillir, pour avoir quelque chose à manger. Ou bien encore, on nous a proposé d’aller dans la forêt, pour débiter le bois des arbres qui avaient été abattus. [...] C’était un travail dur physiquement, pour avoir, après, un mètre cube de bois pour son poêle. Ou alors, à l’automne, trier des pommes de terre, les mettre dans des paniers et les livrer. Et après, l’après-midi, on récupérait un demi-quintal de pommes de terre, en gros.

32Donc c’était cette période du provisoire où l’on essayait de récupérer des denrées alimentaires. Oui, les heures passaient comme ça. Et les vêtements. Les couturières étaient importantes, on refaisait une robe à partir de trois vieux vêtements. Oui, une robe traditionnelle à manches bouffantes, et là, un chemisier bleu clair et en dessous, à partir d’une autre robe, la jupe à carreaux, et avec le haut un tablier. Oui, c’est un travail plein d’idées et d’imagination qu’elles faisaient là. Les gens avaient de l’imagination, ils étaient créatifs, pour pouvoir se débrouiller. [...]

33 Évoquant le premier logement précaire que ses parents et elle occupent dans les années d’après-guerre, Hertha Hesse se remémore la seule pièce difficile à chauffer, où faire la cuisine s’avère compliqué et où les réfugiés n’ont qu’un droit très restreint à se servir du mobilier et de la vaisselle des propriétaires. Elle rappelle les démarches effectuées pour améliorer leurs conditions d’habitat, puis enfin trouver un appartement un peu plus grand.

34Alors à cette époque, il y avait encore le bureau du logement, où on est allé pour dire : « Ne pourrions-nous pas avoir un peu plus d’espace que seulement 24m2 ? — Non, non. » Mais il y avait dans la villa – nous occupions le premier étage – encore un grenier pour étendre le linge. Et là, il y avait une chambre de bonne. Avec juste une cloison en bois qui la séparait du grenier. Mais une cheminée, un poêle à canon, c’est comme ça que ça s’appelait à l’époque. Et donc on pouvait la chauffer, ils y avaient fait dormir leur bonne autrefois. Et nous l’avons signalé au bureau du logement : « Nous avons besoin de cette petite chambre. » Et alors le propriétaire était furieux. Mais c’est comme ça que j’ai pu passer mon baccalauréat. En travaillant, j’étais tellement nerveuse quand mes parents se parlaient en chuchotant, j’entendais chaque mot très distinctement et je ne pouvais pas apprendre dans la même pièce. Quand j’ai pu avoir la petite chambre là-haut, alors j’ai pu vraiment apprendre. [...]

35À Konigsberg, nous avions une société de construction de logements. De sorte que nous n’avions pas un propriétaire sur le dos, un seul homme, mais une société. Mon père trouvait ça bien. Et il s’est renseigné pour voir si à Celle, il y avait une société de ce genre. Alors [mes parents] sont aussitôt devenus adhérents, en 1946, ou du moins aussi vite que possible.

36Donc jusqu’au baccalauréat, c’était en 1949, nous avons encore vécu là. [...] Et puis nous avons déménagé dans cet appartement [de deux pièces]. Mais on n’a pu l’avoir que par l’intermédiaire d’une secrétaire originaire de Prusse orientale qui a eu pitié de mes parents et a dit bon, alors oui, qui nous a un peu donné la préférence. [...]

37Oui, on pouvait fermer à clé. On était autonome. [...]

38C’était un appartement socialiste – du SPD. Ou bien communiste ? Oui, c’était une société de logements socialiste. Il y avait les toilettes dans la cour.

39[...]Mais il y avait une vraie cuisine. [...] Et alors on a acheté un buffet de cuisine. [...]

40Donc c’était par cette femme de Prusse orientale que mes parents avaient eu cet appartement. Il y avait peut-être cinq appartements ou quelque chose comme ça. Et un pour mes parents. C’était un coup de chance, oui. [...]

41 Les années suivantes sont caractérisées par un retour progressif à la normale. Hertha Hesse termine ses études d’institutrice à Celle puis à Osnabrück, et ce début des années 1950 marque aussi la fin de ce qu’elle appelle « le destin de réfugiés ». La problématique du logement passe aussi à l’arrière-plan, tout en marquant les étapes d’une intégration sociale réussie : après le mariage de Hertha avec un enseignant, le couple parvient à s’installer au milieu des années 1950 dans un appartement moderne de trois pièces du centre-ville d’Osnabrück, où les destructions sont pourtant encore omniprésentes. Et c’est en 1962 que la famille, qui a désormais deux enfants, accède à la propriété en faisant construire un petit pavillon individuel.

*

42 À la fin de la guerre, Eugenie Brickwedde, née en 1923, n’apprend la mort de son mari mobilisé que plusieurs mois après la capitulation. Reconnue veuve de guerre, elle élève seule son jeune enfant avec l’aide de ses parents sur l’île frisonne de Norderney où arrivent aussi des réfugiés de l’Est.

43Mes parents avaient loué une maison sur l’île, une maison entière, et des réfugiés de Silésie et de la région de Berlin sont arrivés sur notre île. Il a fallu que nous prenions un enfant en plus, oui, c’était la règle. Ce rationnement du logement, oui, c’était le terme. [...]

44Mon père était encore en vie, c’était une chance, ils m’ont prise en charge avec mon fils. Je n’avais pas du tout de ressources. Mon premier mari avait certes contracté une assurance-vie lorsque nous nous sommes mariés. C’était en 1942 pendant la guerre. Et alors je pouvais en vivre. Mais lorsque la réforme monétaire est arrivée, le passage du reichsmark au deutschemark, les 10 000 reichsmarks que j’avais touchés, ils ne valaient plus que 750 deutschemarks. [...]

45 Après son remariage en 1947, elle souhaite s’installer dans la région d’Osnabrück, où l’habitat disponible est encore plus rare en raison des destructions de la guerre.

46À Osnabrück, la maison de la famille Brickwedde était détruite. Donc la mère de mon mari, qui vivait encore avec deux de ses filles, a été hébergée dans l’arrondissement d’Osnabrück. Oui, il fallait bien quitter la ville pour aller dans une maison de l’arrondissement, qui était moins peuplé. Et dans le presbytère catholique d’Ostercappeln, là où il y avait le prêtre et toute l’institution, ils n’avaient besoin que du rez-de-chaussée et le premier étage était libre. Mais ce n’étaient pas de vrais logements. Lorsqu’il neigeait, la neige passait à travers les tuiles, ça giclait alors dans les chambres. Le prêtre y avait accueilli en tout cinq familles d’Osnabrück. Et mon mari habitait déjà là et il avait une chambre, dans laquelle il travaillait comme peintre et restaurateur. [...]

47Le pasteur connaissait toutes les familles qu’il avait accueillies, et parce que la mère et les sœurs Brickwedde habitaient déjà là, il avait dit : « Bon, j’ai encore une pièce, ça sera pour votre fils. » C’était effroyablement difficile de trouver un appartement.

48[...] C’était une chambre avec un robinet d’eau sur le palier pour cinq familles, et un évier. Et quand nous voulions aller aux toilettes, il fallait que nous descendions au rez-de-chaussée en passant par la cuisine de la gouvernante du prêtre, et derrière, il y avait des toilettes à la turque. Oui, pour tous, pour tout le premier étage. Alors c’était... c’était terrible. C’était vraiment terrible ! Oui, on a fait ça jusqu’en 1948. Et donc mon petit garçon, je l’avais laissé à Norderney chez mes parents, parce que nous n’avions qu’une chambre. Et là, il fallait que je fasse la cuisine, j’avais une plaque chauffante dans un coin quelque part, mon mari travaillait et peignait, et c’est aussi là que nous dormions. Et il n’y avait pas une seule salle de bain dans toute la maison.

49 En 1948, après la naissance d’un deuxième enfant, la famille se voit attribuer un logement à Bad Essen à la campagne, à 25 kilomètres environ d’Osnabrück, avant de pouvoir emménager en ville.

50Et comme mon mari était natif d’Osnabrück et qu’il avait eu déjà avant la guerre un appartement dans la maison de ses parents, il avait droit à un logement à Osnabrück. Nous avons eu un appartement en 1954, enfin disons plutôt une moitié d’appartement. Nous avions trois grandes pièces et mon mari avait un bureau à l’étage. Mais une salle de bains ?... Oui, si bien sûr, nous avions une salle de bains avec une baignoire. Et c’était la première fois, donc en 1954. [...]

51La différence entre mon fils aîné – il est né en 1943, donc il avait encore connu la faim. Pour lui, une tranche de pain, c’était encore quelque chose de précieux – et le suivant, issu de mon deuxième mariage... il a cinq ans de moins, donc il est né en 1948. Oui, il n’a même plus du tout connu cette misère. Il y a entre eux presque davantage qu’une génération d’écart pour... oui, pour tout.

Figure no 106 – Osnabrück, ruines dans la Grand-Rue (Große Straße). Luise Monsöhr, crayon et aquarelle sur carton, 30,2 x 38,5 cm, après 1945.

3

52Mémoire des cités provisoires de l’agglomération havraise.

53Extraits des entretiens enregistrés sur le CD d’accompagnement du livre Gonfreville l’Orcher 1947-1990. Mémoire des cités.

  • 8 John Barzman (dir.), Gonfreville-l’Orcher. 1947-1980. Mémoire des cités, Fécamp, Éditions des Fala (...)

54 John Barzman décrit, dans sa contribution ci-dessus, le projet qui a abouti en 2005 à la publication d’un livre consacré à l’histoire et à la mémoire des cités provisoires installées à Gonfreville-l’Orcher pour assurer l’hébergement d’une partie importante des sinistrés du Havre, après les bombardements qui ont largement détruit le centre-ville de la ville portuaire 8. Pour répondre à une commande de 2004, ont été recueillis les témoignages des habitants des cités qui ont servi de matériau premier à la réalisation du livre.

55 Ces témoignages, dont une petite partie est reproduite ici avec l’aimable autorisation de la ville et de la médiathèque de Gonfreville-l’Orcher, montrent en particulier, comme pour la Basse-Saxe, la situation d’urgence en matière de logement dans les régions sinistrées après la seconde guerre mondiale.

56 Daniel Palfray, né en 1936, se souvient de l’installation du camp américain de transit, puis de sa reprise par les autorités françaises pour y héberger des sinistrés.

57L’histoire des camps américains, pour moi, démarre le 8 mai 1945. On arrête les hostilités en Europe, et ce jour-là, les Américains mettent des piquets, etc. pour jalonner ce fameux camp Philip-Morris. Donc les Américains [...] victorieux de la guerre doivent réembarquer toutes leurs troupes – ils rentraient chez eux les gars – donc il y a le paquetage à rendre, il y a la visite médicale à faire, il y a à attendre un bateau pour monter tout le monde dessus. Donc on fait ce camp [...] sur 500 hectares, entre 400 et 500 hectares, donc ça va depuis le bout de Gaineville jusqu’en haut de la côte d’Harfleur. Mes parents qui avaient donc une ferme d’une soixantaine d’hectares, en huit jours de temps, plus de terres. Donc 8 mai 1945, ils sont avec des engins et ils cassent toutes les clôtures. [...] On trace les allées, les routes, etc. [...]

58Au début, ça a été un peu des toiles de tente, c’est-à-dire il fallait aller très vite. Et très vite, on a remplacé ces toiles de tente par des baraquements un peu style contreplaqué, dont il reste deux exemplaires à Orcher. [...] Dans ce camp, on mettait les officiers d’un côté, les sous-officiers de l’autre, les hommes de troupe de l’autre, rien ne se mélangeait. [...]

59Et puis l’État français qui avait un problème d’habitat sur Le Havre qui n’était pas des moindres, il fallait faire revenir des gens au Havre parce qu’il y avait du travail, il y avait le port à refaire, et tout le monde avait besoin du port du Havre, je crois, Français, Américains, Européens [...] – donc il a été décidé de garder une partie de ces baraquements, appelons les comme ça, les aménager un peu. Il y a eu des aménagements faits, parce qu’ils n’étaient pas faits pour ça. À l’origine, les Américains, ils dormaient dans ces baraquements-là, mais plus loin était la cuisine, étaient les réfectoires, c’était des choses différentes. Alors que là, on en a fait des logements où on a dû installer quand même des pièces, etc.

60C’est l’État français qui a dit aux Américains : Laissez-nous tranquilles, on va gérer tout ça. [...] Très vite, les gens ont habité parce qu’il y avait un besoin crucial de logements [...], mais sans qu’il y ait justement de commerces appropriés. Il fallait bien un boulanger, il fallait... Donc tout ça était encore aussi une période, je crois que ça a duré un hiver où... [...] Le laitier nous remettait du lait qu’il avait collecté dans sa tournée pour qu’on puisse encore le distribuer aux gens. Et ça, j’ai le souvenir des gamins, quand il faisait beau ça se passait devant la maison, où on distribuait du lait tous les soirs de cinq heures à six heures et demi.

61 Les sinistrés arrivent progressivement en 1947-1948. Dans les deux extraits suivants, Henriette Sucheki (24 ans à l’époque) et Michel Bellenger (alors âgé de 6 ans) se souviennent.

62J’étais squatter en même temps que ma sœur aînée. Donc on a pris une baraque, au numéro 10, moi, et en face au numéro 14, ma sœur. Et mon mari, mon beau-frère, on a été à la mairie faire des demandes de logement. Il y en avait pas, bon, il y avait des passe-droits certainement pour certains. Ma sœur qui était sinistrée de guerre puisqu’elle avait perdu son mari, elle avait perdu tout, elle était remariée mais enfin, normalement, elle n’avait plus rien, elle avait une priorité en plus, elle était enceinte, pas loin d’accoucher – on est arrivé au mois de mars et elle a accouché au mois de mai. Alors vous voyez. Donc il fallait trouver... Alors mon mari et mon beau-frère, quand ils avaient, après le travail, ou le dimanche – parce qu’on travaillait jusqu’au samedi à cette époque-là – ils faisaient le tour voir s’il y avait des maisons libres. Et puis quand on voyait des baraques qui se faisaient, on savait que les Américains étaient partis à cette époque-là du camp Philip-Morris, et qu’ils les aménageaient pour les habitants, alors on s’est dit : Bon, il faut y aller quoi, sans ça on n’aura jamais rien. Et c’est comme ça qu’on est rentré, entre deux rondes du gardien du camp. Une chance. [...]

Figure no 107 – La cité Arthur-Fleury, à Gonfreville-l’Orcher, vers 1965.

63Je suis arrivé à Gonfreville en mai 1948, enfin exactement mes parents, bien sûr. Mes parents étaient originaires du Havre, et lors des bombardements en 1940, 1941 surtout, ils ont été réfugiés dans l’Oise, où je suis né d’ailleurs. Je suis né à Montepilloy, un petit village à côté de, à une quinzaine de kilomètres de Senlis. Et mes parents sont restés jusqu’en 1946 à Montepilloy dans l’Oise. Et mon père voulait savoir ce qu’était devenue sa maison. Et quand il a effectué le voyage, à bicyclette d’ailleurs, ben sa maison, il n’y avait plus rien, c’était un tas de ruines. Donc on est parti de Montepilloy et on a habité cité Soquence – c’est une cité qui était proche du pont 7 – chez mes grands-parents. On s’est retrouvé à six dans une pièce, sans eau, sans électricité, sans tout-à-l’égout bien sûr. Mes parents avaient fait une demande de relogement, bien sûr, comme beaucoup de sinistrés havrais, et l’attribution de logement leur avait été accordée à Gonfreville-l’Orcher, dans les anciens camps américains, cité Arthur-Fleury. Donc nous sommes arrivés en mai 1948 à Gonfreville. Alors bien sûr il y avait beaucoup plus de place que là où on était à la cité Soquence, mais seulement il y avait pas d’eau, il y avait pas d’électricité, il y avait pas de tout-à-l’égout non plus. Et ça donnait une impression de camp – c’était un camp – donc de tristesse, de bâtiments bien alignés, au cordeau. Donc mes parents au départ n’avaient pas tellement, disons, le moral. Mais il faut savoir quand même que la cité Arthur-Fleury, c’était en gros 90 % des Havrais, des gens qui avaient été sinistrés.

4

64La reconstruction de Hanovre vue par un apprenti maçon.

65Souvenirs de Lothar Springer.

66 Extraits d’un entretien réalisé le 5 décembre 2007 par Stephanie Springer, coauteure de l’exposition « Rouen-Hanovre : la reconstruction » (agglomération de Rouen, 2008), à l’occasion de ses recherches sur la reconstruction de la ville de Hanovre, très touchée par les bombardements de la seconde guerre mondiale.

67Le 1er juillet 1947, à l’âge de 17 ans, j’ai commencé ma formation de maçon dans l’entreprise Fridrich Meyerhoff KG à Hanovre. Auparavant, je vivais avec mes parents à Gotha en Thuringe. J’y avais déjà commencé mon apprentissage, mais pour des raisons politiques, je ne voulais plus continuer à vivre dans la zone d’occupation russe. Les occupants voulaient que je fasse de l’espionnage pour eux, et je ne pensais pouvoir y échapper qu’en fuyant à l’Ouest. Comme ma mère est originaire de Hanovre et que ses parents vivaient à Schwarmstedt près de Hanovre, nous avons décidé que j’irais à Hanovre. En avril de cette année-là, mon père et moi y sommes allés pour chercher du travail, et à la chambre des métiers, on nous avait recommandé l’entreprise Meyerhoff. Mon père et moi y sommes allés de suite, je me suis présenté personnellement et nous sommes rapidement tombés d’accord.

68À cette époque, c’est Hermann Meyerhoff, le neveu du fondateur, qui dirigeait l’entreprise. À côté des firmes Johann Gundlach KG, W. Walbrecht oHG, Hermann Alex KG et Karl W. Brinkmann, Meyerhoff faisait partie des entreprises établies de longue date à Hanovre, qui ont aussi reconstruit la ville après la seconde guerre mondiale. Avant la guerre, Meyerhoff était, avec environ 750 employés, la plus grande entreprise de bâtiment de Hanovre. Après la guerre y travaillaient à peu près 250 personnes, dont peut-être la moitié était des réfugiés et autres personnes venues d’ailleurs. Mais malgré le nombre croissant de commandes, le nombre d’employés n’a plus vraiment augmenté. Avec les nouveaux moyens techniques, le travail pouvait être fait par moins de gens.

  • 9 NDT : Nom donné à la ligne de démarcation qui séparait la zone d’occupation soviétique des zones o (...)

69En juillet, j’ai alors passé seul la « frontière verte9 » pour me rendre à Hanovre où j’ai commencé mon apprentissage. Les premiers mois, j’ai trouvé à me loger dans le camp de la corporation du bâtiment à Hanovre-Buchholz. Ce camp était composé de trois baraques dans chacune desquelles environ 20 ouvriers du bâtiment célibataires de tous âges dormaient dans des lits superposés. Il n’y avait pas d’endroit pour faire la cuisine ou quelque chose de ce genre. La plupart des ouvriers étaient venus à Hanovre comme réfugiés ou autres nouveaux arrivants et avaient trouvé du travail dans le bâtiment. Partout, dans la baraque, il y avait des poux, et comme l’été 1947 était particulièrement chaud, avec mon copain Hans qui était lui aussi arrivé après moi de Gotha et avait fait son apprentissage en même temps que moi, nous avons pris nos sacs de paille et nous avons dormi dehors.

70Nous avons eu la chance tous les deux, en août-septembre, qu’un collègue nous trouve une chambre dans un appartement rue Manteuffel. Un couple d’un certain âge vivait là dans un quatre pièces sous les combles et avait dû céder une chambre à cause des réquisitions de logements. Mais la pièce avait subi les dégâts des bombardements, et Hans et moi avons dû commencer par la rendre habitable. Il n’y avait pas de salle d’eau dans l’appartement. Les toilettes étaient sur le palier, et nous avions le droit d’utiliser la cuisine. Mais nous nous sommes sentis très privilégiés, car ce n’était vraiment pas facile de trouver une chambre. Nous l’avons chauffée avec la ration de charbon à laquelle nous avions droit, et qui suffisait car nous n’étions pas là dans la journée. Comme le loyer de 40 deutschemarks était en fait trop élevé pour notre salaire d’apprenti, notre patron avait bien voulu nous payer un peu plus pour que nous puissions habiter là. En plus, il nous a permis de passer l’examen de compagnon neuf mois avant la date prévue, donc déjà au bout de deux ans et trois mois.

71L’examen de compagnon a eu lieu dans l’école de maçonnerie de la rue Schaufelder, où nous avions aussi une fois par semaine une matinée de cours professionnels. L’école était un établissement scolaire normal transformé après avoir été reconstruit. Dans le gymnase, on apprenait les méthodes compliquées de l’assemblage en maçonnerie. Nous avons enduit de vieilles pierres avec du torchis, pour ensuite tout redéfaire et nettoyer, car il fallait réutiliser les matériaux.

72Avant la réforme monétaire, je touchais comme apprenti un salaire hebdomadaire d’environ 15 reichsmarks. Pour comparer : une cigarette américaine coûtait à l’époque environ 12 reichsmarks. Ensuite, comme compagnon, je gagnais 1,07 reichsmark de l’heure, ce qui permettait d’aller une fois au cinéma. Dans les premières années, il n’y avait ni étrennes ni congés payés. Nous avons travaillé 48 heures du lundi au samedi. On commençait le travail à 7 heures du matin, et pour pouvoir rentrer à la maison le samedi dès 13 heures, nous avons travaillé pendant la semaine jusqu’à 16 heures. Ce qui faisait 8 heures et demie, plus deux demi-heures de pause pour le petit déjeuner et le repas de midi, non payées bien sûr. Au départ, nous avions dix jours de congé par an, plus tard un peu plus. Une fois par an, je rentrais chez mes parents. Pour améliorer un peu mon salaire, j’achetais à l’Est du schnaps pour 10 ou 12 reichsmarks la bouteille que je revendais 180 reichsmarks à Hanovre. Mais nous n’avions pas grand-chose à manger. Le matin, à midi et le soir, nous mangions des tartines. Il y avait rarement des repas chauds. Quelques collègues ramenaient de chez eux des timbales de nourriture qu’ils mettaient à chauffer sur des réchauds Esbit.

73L’entreprise Meyerhoff a construit de nombreux bâtiments à Hanovre, seule ou en association. J’ai participé moi-même, par exemple, à la construction du premier bâtiment moderne de Hanovre, la maison de l’Europe (Europahaus) sur la place du Kröpcke, et de l’hôtel Luisenhof dans la rue Rathenau. Ce qui a été pour moi d’une importance quasi existentielle, c’est la construction de l’atelier de fabrication de l’entreprise Bahlsen dans la rue Podbielski. À cette époque, Bahlsen faisait des gâteaux surtout pour les Anglais. Notre chef de chantier Gießemann, qui était pour nous un peu comme un père de substitution, nous avait dirigés vers ce chantier, Hans et moi, et c’est, comme je le dis volontiers, ce qui nous a sauvé la vie. À cette époque, tout le monde avait une faim terrible, mais grâce à cela, nous avons pu de temps en temps nous rassasier de brisures de biscuits, en cachette puisque c’était bien sûr officiellement interdit.

74Quand j’ai été compagnon, j’ai ensuite travaillé pendant sept ans comme crépisseur à la tâche, parce qu’on pouvait gagner plus d’argent de cette manière. C’est finalement en travaillant à la construction du grand escalier du nouveau Landtag, réalisé lui aussi en association entre les entreprises Meyerhoff et Gundlach, que je suis passé de compagnon à contremaître.

75Comme maçons, nous portions en 1947 des pantalons et des vestes de coton blanc, avec des sabots en bois dans lesquelles on mettait des « chaussettes de maçon » : des chaussons en lin noués à la cheville et par-dessus lesquelles on portait des bas. Il n’y avait pas de casque de sécurité. Nous devions acheter nous-mêmes tous nos vêtements, mais aussi l’ensemble de nos outils. Chacun d’entre nous avait sur le chantier sa caisse à outils en bois avec tout son matériel : truelle de maçon, truelle à joint, marteau de maçon, niveau, [...] et deux ciseaux de maçon et de crépisseur, truelle à lisser, brosse et taloche à plafond pour les crépisseurs.

76La maison de l’Europe, nous l’avons encore construite sans grue, avec un monte-charges. Les entreprises mondiales avaient à l’époque déjà leurs premières grues, mais Meyerhoff n’en a eu une qu’au début des années 1950. Les échafaudages étaient construits entièrement en bois. Les poteaux verticaux en bois étaient plantés en terre sur le devant. On y attachait les traverses, sur lesquelles on posait des rondins d’environ 8 centimètres de diamètre, dont le bout reposait sur le nouveau mur. On ajoutait par-dessus les planches de bois sur lesquelles nous travaillions. On maçonnait tout autour des poteaux, et lorsqu’on démontait l’échafaudage, on rebouchait les trous après coup. Déplacer et démonter l’échafaudage, puis reboucher les trous, c’était le travail des crépisseurs. Ce travail était certainement dangereux, et il y a sans doute eu aussi des accidents mortels, pourtant je ne peux pas dire qu’il y ait eu une quantité énorme d’accidents. Je ne suis tombé moi-même qu’une fois en faisant de l’enduit à l’hôtel Luisenhof, une chute d’1,5 mètre depuis un échafaudage intérieur.

  • 10 NDT : le Maschsee est un plan d’eau situé en pleine ville de Hanovre et très apprécié de ses habit (...)
  • 11 NDT : le Hermannsdenkmal, monument situé dans la forêt de Teutberg et dédié à Arminius (vainqueur (...)

77Nous nous entendions très bien entre collègues et nous nous fréquentions aussi en dehors du travail. À partir des années 1960, il y a eu aussi les premières sorties d’entreprise. Nous avons fait la fête au bord du Maschsee10 et un jour, le patron a loué un train spécial pour aller au monument de Hermann11, où nous avons mangé et bu.

78Jusqu’à mon mariage en 1956, j’ai habité dans la rue Manteuffel, puis j’ai emménagé dans la Blumenstraße dans une maison qui avait conservé sa façade d’avant-guerre et que l’entreprise Meyerhoff avait aussi rachetée, en en reconstruisant complètement l’intérieur. Ce n’était pas inhabituel. L’entreprise possédait, comme la firme Gundlach, d’innombrables immeubles de rapport à Hanovre qu’elle a rénovés ou reconstruits et qu’elle louait pour avoir une deuxième corde à son arc. C’était un deux-pièces, avec aussi les toilettes sur le palier. Plus tard, nous avons pu prendre sur un autre appartement une pièce plus grande qui avait été à l’origine une chambre à coucher. J’ai fait une cloison pour avoir, en plus d’une cuisine, le luxe d’une salle d’eau avec douche et lavabo.

Figure no 108 – Ouvriers sur un chantier de la reconstruction de Hanovre.

5

79Mémoire de la reconstruction du Havre.

80Souvenirs de Mme Mabille.

81 Extraits de l’entretien réalisé le 25 octobre 2010 par Aline Hamel, étudiante en première année de master « Espaces et sociétés » (« Mémoires, médiation culturelle et tourisme régional »), dans le cadre d’un travail universitaire de collecte et de transcription de témoignages oraux.

82 Née en 1931, M me Mabille arrive en 1945 au Havre où habite déjà son père, après que sa famille a été sinistrée lors d’un bombardement sur la ville de Toulon. Au début de l’entretien, elle revient à plusieurs reprises sur la manière dont son père a vécu les bombardements du Havre.

83Mon père oui, il a été au Havre toute la guerre. Il a été à l’armée quand il y a eu la guerre, il a été mobilisé, en 1940 il a été démobilisé, il habitait déjà au Havre donc il est revenu et il a passé toute la guerre au Havre. Et il m’a dit qu’il y avait eu cent quarante-quatre bombardements, c’est lui qui me l’a dit, je ne sais pas si c’est le compte juste.

84[Il l’a] très mal [vécu] parce qu’il demeurait en centre-ville, il était musicien donc il travaillait dans des brasseries, dans des salles de spectacles, tout ça. Il y avait quand même de l’animation mais c’était compliqué, d’autant plus qu’il y avait souvent des alertes au moment des soirées, alors non, il l’a très mal vécu. D’ailleurs, quand je suis venue au Havre, on en a un peu parlé et il m’a dit : « Je ne t’en reparlerai jamais. »

85 Elle évoque la réaction des Havrais au moment de leur libération, avant de se consacrer à sa propre perception du quotidien dans la ville détruite.

  • 12 L’ordre de grandeur donné ici correspond aux chiffres qui ont beaucoup circulé dans les mémoires h (...)

86[Les Alliés], moi je les ai côtoyés quand je suis venue en 1945. Mais en 1944, au début, les Havrais n’étaient pas enthousiastes. Je l’ai lu, lorsque les Américains, les Canadiens ont débarqué, ils ont été étonnés de la froideur des gens. Tout le monde était là, mais personne ne disait rien. Il fallait dire aussi qu’il y avait eu trois journées impressionnantes avec les bombardements, où il y avait eu 6 000 morts12, alors les Havrais, ils étaient contents d’être libérés mais ce n’était pas la joie.

87[A. Hamel : « Donc ils n’étaient pas les libérateurs, les sauveurs ? »] Si, oui.

88[A. H : « Plus tard ? »] Mais avec beaucoup de réserve. Vous savez, les gens étaient encore apeurés, je pense. [...] Et puis il y avait des restrictions très importantes aussi, en nourriture et tout ça, ça a duré longtemps. Ah oui, les restrictions ont duré jusqu’en 1947, 1948. Avec des améliorations, mais en 1945, quand je suis venue au Havre, il y avait des tickets d’alimentation, des cartes de pain et à part ça, on ne trouvait rien.

89[A. H : « Est-ce que vous en parliez dans votre famille ? »] Non pas vraiment parce que mon père, il m’en a parlé une fois et il ne voulait plus en parler. Alors, on en parlait un peu avec des voisins, mais les gens étaient très très réservés parce qu’ils avaient été très choqués, je crois que ces trois derniers jours, c’était...

90[A. H : « C’était un traumatisme ? »] Ça a été un très gros traumatisme, oui. Par contre, moi quand je suis arrivée en 1945, il y avait bal dans les rues tous les samedis, il y avait bal au Rond-Point. Le Rond-Point c’était le centre-ville, à l’époque. Et il y avait bal, tous les samedis. C’était très animé, ah oui, les gens ont beaucoup dansé. Et mon père travaillait beaucoup parce que les Américains faisaient danser. Oui, il y avait des salles louées dans la ville, et il y avait des bals de ceci, des bals de cela. Et les Américains avec le jazz, ça y allait. Ah oui, oui, après les gens se sont défoulés. On a beaucoup dansé au Havre. [...]

91 M me Mabille se remémore sa première vision de la ville détruite, puis pense se souvenir que la plupart des travaux de déblaiement se faisaient à la main.

92Quand je suis arrivée, Le Havre était détruit mais déblayé. [...] C’était entièrement déblayé. Il y avait des pyramides [...] de gravats, ou de briques ou de parpaings, et ça a servi à bâtir des logements provisoires. Il y en avait déjà quelques-uns qui se bâtissaient, mais quand je suis arrivée, il n’y avait presque pas de logements provisoires bâtis. Ça commençait juste. Novembre 1947, ça commençait juste. [...]

93De toute manière, il fallait trouver du travail aux gens, il y avait des hommes qui ne pouvaient pas travailler, leur usine était démolie ! Il y avait des usines qui n’avaient pas repris. Les Chantiers normands [...] avaient arrêté au moment des grands bombardements. Même avant, puisqu’ils avaient été en partie détruits et ils ont repris plus tard. Et en attendant, tous ces hommes-là, il fallait les occuper. Donc, ils déblayaient, moi je crois que le déblaiement, on le faisait beaucoup à la main. Des brouettes, des camions...

94 Interrogée sur son éventuel intérêt pour les projets de reconstruction du centre-ville et sur ce qu’elle aurait pu penser de leur médiatisation, elle répond :

95Je ne sais pas, j’avoue que je ne m’y suis pas intéressée à l’époque. Mais il y avait des articles dans les journaux. [...] Oui, il y avait des articles dans la presse avec des photos. Mais je pense que le suivi des travaux à dû être fait, mais ça ne m’intéressait pas tellement à l’époque ! Je l’ai vécu, mais vous savez, j’allais à l’école, après je travaillais. On travaillait jeune, alors on n’avait pas le temps. En fin de semaine, on venait voir comment ça avançait. L’hôtel de ville, quand on l’a vu sortir de terre, on a dit « oh, c’est moche ! » Ça ne plaisait pas tellement cette reconstruction, au début.

96 Elle se souvient toutefois de la modernité des premiers appartements :

97Oui, [les appartements Perret], c’est ce qui a été commencé en premier, à l’hôtel de ville et puis tous ceux qui ont été bâtis. Ils étaient réputés pour être modernes et c’était vrai. C’était des appartements plus spacieux que ceux qu’il y avait avant, avec le confort moderne de l’époque, c’est-à-dire qu’il y avait waters, salle de bains, chauffe-eau, tout-à-l’égout, le tout-à-l’égout avant tout ! L’électricité, mais le tout-à-l’égout, oui, parce qu’au Havre avant la guerre, le tout-à-l’égout était loin d’exister partout. [...] Surtout dans les vieux quartiers, alors dans Saint-François par exemple, il y avait des endroits pour jeter les eaux usées. [...]

98[Les appartements], moi je les ai connus plus tard, parce qu’on a eu des amis qui ont habité dans un immeuble rue Victor-Hugo. On a vu, c’était des beaux appartements, à côté de ce qu’on pouvait connaître, on avait une petite maison à Sainte-Adresse, un petit pavillon, c’était rustique, c’était ancien aussi déjà, on disait aussi d’avant la guerre, mais c’est un bâtiment qui datait peut-être du début du siècle. C’était un petit pavillon en brique, et il n’y avait rien [...], il y a eu le tout-à-l’égout mais pas au début, paraît-il. [...] C’était spécial, il n’y avait pas de toilettes dans le pavillon, il y avait des toilettes dans le jardin. Ce petit pavillon était loué par des gens qui en avaient un autre au bout du jardin, et il y avait les toilettes pour tout le monde.

99 Elle pense que ce qu’elle appelle le « commun des mortels. » n’a pas été consulté sur la reconstruction.

100[...] c’est-à-dire que finalement, la ville a fait affaire avec Perret, il n’y a pas que Perret qui a bâti, au début, c’était Perret, et puis après, il y avait tellement à reconstruire qu’il y a eu d’autres sociétés. Mais ça s’est passé au niveau municipal et national. Ça a beaucoup tiraillé au niveau national, pour la reconstruction du Havre. C’était compliqué, parce que Le Havre était bâti de grandes maisons de deux ou plusieurs petits appartements par étage. Beaucoup de gens étaient propriétaires. Alors ceux qui étaient propriétaires ont touché des dommages de guerre, et avec ceux-ci ils ne pouvaient pas faire bâtir, même deux pièces !

101Ce n’était plus du tout la même construction et pas le même prix. Ceux qui ne pouvaient pas faire bâtir avec leurs dommages vendaient à d’autres, qui ne pouvaient pas faire bâtir avec leurs dommages non plus mais en achetant des dommages de guerre, donc au Havre, ville, la plupart de ces immeubles, parce que c’était des immeubles qui étaient en copropriété, avec des gens qui ont pu faire bâtir, parce que c’était des gens qui avaient acheté des dommages de guerre à ceux qui ne pouvaient pas. Ceux qui ne pouvaient pas, ils sont devenus locataires à la Côte. C’est comme ça qu’à la Côte, ça s’est développé, il fallait bien bâtir des immeubles pour loger les gens qui voulaient louer et on a été très longtemps sans trouver de logement, ils étaient sur liste d’attente, c’était fou !

102 Interrogée sur le relèvement économique de la ville, M me Mabille évoque l’activité qui régnait sur le port et suscitait l’intérêt des Havrais.

103Oui, Le Havre s’est bien relevé économiquement, parce qu’il y avait un port, là-bas il y avait beaucoup de travail, parce qu’il y avait beaucoup d’épaves, mais le port a été remis assez vite en marche. La ville s’est bien développée, je pense que déjà c’était un port avant la guerre mais c’est devenu plus. Ce qu’il y avait au Havre, ce qui donnait beaucoup d’attrait, c’est qu’il y avait les paquebots. Il y avait les marchandises, il y avait des docks, des dockers et à ce moment-là, il n’y avait pas de conteneurs et de porte-conteneurs comme maintenant, tout se faisait à dos d’homme, à l’échelle. Après il y a eu des céréaliers, on a bâti des aspirateurs pour aspirer les céréales, mais quand je suis arrivée au Havre, les céréales arrivaient en sacs et elles étaient descendues du bateau sur une échelle à dos de dockers [...], c’était très intéressant le port à visiter à cette époque-là ! Maintenant, il n’y a plus rien à voir. Il y avait beaucoup de monde le dimanche, énormément de gens qui y allaient en vélo, parce que le port, il est à côté de la ville mais il n’est pas vraiment dans la ville, un petit peu mais pas beaucoup et là où il y avait les docks marchandises et puis les docks pour les paquebots et les passagers, c’était vraiment le port. Il y avait beaucoup de gens [...] parce qu’il y a eu une période où ça travaillait beaucoup sur le port. Je ne me souviens pas, je ne pense pas qu’ils travaillaient le dimanche. Il y avait toujours du monde et puis, il y avait plein de choses à glaner sur le port du Havre. Et bien oui, parce qu’on déchargeait tout à la main donc il y avait des fois des sacs de café renversés, du café vert ou du grain. Les gens venaient et puis c’était à récupérer, c’était dans les pavés, c’était à récupérer ! Il y avait des gens qui habitaient à la campagne, qui avaient des animaux, des poules, par exemple, ils venaient chercher le grain. Mais ça a duré très longtemps ça ! Tant qu’il y a eu des dockers à pied. [...]

104 La question de l’accès au logement est évoquée plus personnellement lorsque M me Mabille rappelle les circonstances de son mariage à 19 ans et demi.

105[...] nous étions fiancés dans l’attente de se trouver un logement pour se marier, parce qu’on habitait chez nos parents, bien sûr ! Et puis, ça s’est trouvé que, là où on habitait à Sainte-Adresse, ma mère avait réussi à faire un échange avec un habitant de la ville qui habitait près de la gare, deux pièces contre deux pièces, et en même temps, elle avait obtenu un petit logement, aux tréfileries, là où elle travaillait. Alors il y avait une cité, qui s’appelait [...], enfin il n’y avait que des gens des tréfileries, c’était pareil, des petits appartements de deux pièces, elle savait que le logement qu’elle avait échangé, celui de la gare, se trouvait libre, donc c’est comme ça qu’on s’est marié. Sinon on ne sait pas quand est-ce qu’on se serait marié, puisque la question du logement était très importante, la reconstruction n’était pas terminée. Oh non ! En 1950, elle n’était pas très évoluée encore.

106 La question de l’équipement, en particulier en appareils ménagers, est thématisée dans ce même contexte.

107Une cuisine, une chambre, ça a été très difficile, parce que ça coûtait cher ces appareils-là ! On aurait pu se faire monter un chauffe-eau, mais l’appartement n’était pas du tout équipé, il aurait fallu faire des travaux importants, parce qu’on avait le gaz de ville mais il était à l’autre bout de la cuisine, on aurait pu mais on n’avait pas tellement les moyens d’acheter un chauffe-eau. Et quand on a acheté une machine à laver, alors là c’était en 1955, parce que mon époux, l’entreprise où il travaillait, fabriquait aussi des machines à laver, enfin une filiale, donc il y avait des possibilités d’avoir des engins moins chers et puis à crédit. Important quand on n’a pas beaucoup d’argent. La machine à laver, on l’avait installée triomphalement dans la cuisine en déblayant, et on ne pouvait pas s’en servir parce qu’elle faisait beaucoup de bruit et faisait vibrer tout l’immeuble. [...] Quand on a mis la machine à laver en route, tous les voisins sont arrivés : « Qu’est-ce qui se passe ? », ils ont cru que la maison allait s’effondrer. Ça vibrait alors on ne pouvait pas s’en servir [...], c’est-à-dire que les machines à laver n’étaient pas ce qu’elles sont maintenant, elles se déplaçaient, vous savez ! [...]

108Au début de mon mariage, je lavais le linge à la main. J’avais un trépied, un baquet [...], une planche et on lavait tout à la main. Une lessiveuse qu’on mettait sur la cuisinière, parce que même en ville, on avait un réchaud à gaz, deux feux avec un four, tout le monde n’avait pas, c’était beaucoup, deux feux et pas de four et on avait une cuisinière à charbon, il fallait, il n’y avait pas de chauffage. Alors il faisait très chaud dans la cuisine et pas chaud dans la chambre. Alors l’hiver on se servait de la cuisinière et l’été du réchaud à gaz, mais au début, quand on n’avait pas de réchaud à gaz, on se servait de la cuisinière, parce qu’il y avait un four dans la cuisinière. Alors après, le four de la cuisinière, on l’avait pratiquement abandonné, parce que le four à gaz était tellement plus pratique !

109 Une des dernières parties de l’entretien est consacrée à la perception, au fil du temps, du centre-ville reconstruit du Havre.

110Je ne regrettais pas Le Havre d’avant-guerre parce que je ne l’avais pas vu ! En fonction des photos que j’ai vues, oui c’est une autre ville. On ne peut pas dire que ça soit vilain. Mais c’est uniforme évidemment, enfin relativement uniforme. [...]

111Au début, les Havrais, ça ne leur plaisait pas. Mais comme ceux qui n’ont pas pu se faire bâtir là habitaient des immeubles neufs à la campagne, on disait, enfin dans la haute ville, ils se moquaient un peu de ce qu’on faisait au Havre. Quand ils allaient dans leur quartier, ils disaient : « En effet, ça n’a rien avoir avec ce qu’on avait avant ! »

112Au début, c’était triste, parce qu’il n’y avait pas de végétation, c’était du béton. On avait dit « Le Havre, la ville béton », après avec la végétation, ça a tout changé. Ce n’est pas vilain Le Havre, il y a des personnes à qui ça ne plaît pas, mais moi, bon c’est spécial. C’est une ville reconstruite, mais bon il y en a d’autres ! Mais ça n’a pas été reconstruit à l’identique. [...]

113Je pense que ceux qui demeurent en ville, dans l’ensemble, ça leur plaît bien. Vous savez, il y avait toujours la possibilité de ne pas rester. Non, je pense que les gens, copropriétaires ou pas, copropriétaires de l’époque ou pas, ou copropriétaires de maintenant, parce qu’il existe toujours des immeubles en copropriété. Je pense que les gens ne sont pas désolés d’habiter dans une « ville béton », non ? Moi, j’aurais volontiers habité en ville, si j’en avais eu la possibilité. [...] Ça a été reconstruit un peu comme en Amérique, avec des grandes voies, d’ailleurs, au début, on disait : « Mais c’est fou, une grande voie comme ça ! », mais quand on voit après, les contre-allées, les arbres et tout, non.

Figure no 109 – Le centre-ville reconstruit du Havre. Vue panoramique des immeubles de la Porte océane vers Sainte-Adresse.

114Sans végétation [...] c’était très triste ! Surtout que je vous disais, le square Saint-Roch a aussi été détruit, il restait trois gros arbres. Alors après avoir été déblayé de tous les gens qu’on avait inhumés là, au moment des grands bombardements, quand la ville a brûlé, on a défait tout ça, on l’a rebâti, on a réinstallé tout ça, mais au début, il y avait plein de petits arbres et trois gros arbres.

115 Interrogée sur ce qu’elle pense du classement au patrimoine mondial de l’UNESCO, M me Mabille exprime un avis positif.

116Oui, c’était assez logique, parce que c’était quand même une ville complètement rebâtie. Rebâtie moderne, façon américaine finalement. C’était bien que la ville soit comme ça, parce qu’autrefois, c’était un entremêlage de petits machins, c’était d’ailleurs une ville très vieille du côté du quartier Saint-François, du côté du bout de la rue de Paris et tout ça, c’était très vieux, la rue de Paris était belle paraît-il. Maintenant, elle n’est pas belle, elle a été plus attrayante que ça. Avant, il y avait des magasins, maintenant il y a encore des magasins, mais il y a beaucoup d’immobilier, des assurances. Ce n’est plus une rue commerçante comme elle était, c’était une très belle rue commerçante dans les années 1960 à 1980. [...] Oui, c’était beaucoup plus joli quand il y avait des magasins, il y avait de beaux magasins. Et chose étonnante pour Le Havre, il y avait des couverts, les trottoirs étaient couverts, autrefois, il n’y avait pas ça au Havre. [...] Il y avait énormément de monde, c’est un quartier qui était très commerçant, qui était redevenu très commerçant. [...]

Notes

1 Pour une mise en contexte de ces initiatives mémorielles, voir la contribution de Corinne Bouillot ci-dessus : « La mémoire rouennaise des bombardements dans son contexte régional et national ».

2 Rouen mémoires 44, édité par la ville de Rouen, septembre 2004. Les témoignages, collectés et transcrits par les collaboratrices du service du patrimoine, ont été mis en forme par Catherine Laboubée.

3 Extraits de Rouen mémoires 44, op. cit., p. 18-19, 51 et 57.

4 Sur les stratégies alliées et l’ampleur des destructions dans l’agglomération de Rouen, voir la contribution de Patrice Pusateri ci-dessus.

5 Cloé Pétel, « Osnabrücker ZeitzeugInnen erzählen ihre Geschichte – Zweiter Weltkrieg und Nachkriegszeit », dossier de recherche de master enseignement 1re année, parcours allemand, septembre 2011.

6 Sur ce sujet, voir la contribution de Jochen Oltmer ci-dessus.

7 Sur la question de la gestion de l’urgence au quotidien, en particulier par les femmes, voir la contribution de Corinne Bouillot ci-dessus : « Rôle des femmes et représentations sexuées dans la reconstruction matérielle et politique de la Basse-Saxe au lendemain de la seconde guerre mondiale ».

8 John Barzman (dir.), Gonfreville-l’Orcher. 1947-1980. Mémoire des cités, Fécamp, Éditions des Falaises, 2005.

9 NDT : Nom donné à la ligne de démarcation qui séparait la zone d’occupation soviétique des zones occidentales, avant que celle-ci ne devienne une frontière infranchissable.

10 NDT : le Maschsee est un plan d’eau situé en pleine ville de Hanovre et très apprécié de ses habitants.

11 NDT : le Hermannsdenkmal, monument situé dans la forêt de Teutberg et dédié à Arminius (vainqueur de la bataille du même nom), est un lieu d’excursion prisé par les habitants de la région.

12 L’ordre de grandeur donné ici correspond aux chiffres qui ont beaucoup circulé dans les mémoires havraises, alors que dans une étude d’histoire quantitative précise, les auteurs évoquent un nombre total de victimes qui s’élève, pour l’agglomération havraise, à un peu plus de 2 000 personnes. Voir : M. Dandel, G. Duboc, A. Kitts et E. Lapersonne, Les Victimes civiles des bombardements en Haute-Normandie, Caen, La Mandragore, 1997, p. 14.

Table des illustrations

Légende Figure no 105 – Deux bombardiers au-dessus de la Normandie, juin 1944.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Figure no 106 – Osnabrück, ruines dans la Grand-Rue (Große Straße). Luise Monsöhr, crayon et aquarelle sur carton, 30,2 x 38,5 cm, après 1945.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Figure no 107 – La cité Arthur-Fleury, à Gonfreville-l’Orcher, vers 1965.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5360/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Figure no 108 – Ouvriers sur un chantier de la reconstruction de Hanovre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5360/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure no 109 – Le centre-ville reconstruit du Havre. Vue panoramique des immeubles de la Porte océane vers Sainte-Adresse.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5360/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540